Version classiqueVersion mobile

Carnets. Tome III

 | 
Marcel Cachin

Année 1931 (France)

Préface

Jacques Girault

Texte intégral

Cachin en 1931

1L’année 1931, sur le plan international, correspond à la généralisation de la crise économique. Dans l’été, les banques allemandes commencent à suspendre leurs paiements. Tour à tour, la crise s’élargit avec notamment l’abandon de l’étalon-or en Allemagne et la dévaluation de la livre-sterling en Grande-Bretagne en septembre. Les relations internationales sont gangrenées par la question des réparations et des dettes de guerre. Le président américain Hoover propose un moratoire (20 juin). Cachin, dans ses carnets, suit le développement de la crise.

2En Espagne, la monarchie laisse la place aux Républicains, le 14 avril 1931. Le 28 juin, les élections des Cortes constituantes donnent une majorité à la « coalition républicaine socialiste » (L’Humanité, 30 juin). Le 9 décembre, le président Zamora promulgue la constitution. Ces événements laissent quelques traces dans les carnets de Cachin notamment quand l’Internationale communiste critique les réactions jugées assez molles du parti français vis-à-vis des luttes des communistes espagnols.

3L’année 1931 sur le plan de la politique française est marquée par une succession de trois gouvernements : le cabinet Théodore Steeg (12 décembre 1930-22 janvier 1931) est renversé par 293 voix contre 283 ; les cabinets Pierre Laval (27 janvier 1931-13 juin 1931, puis 13 juin 1931-12 janvier 1932).

4Cachin apparaît comme un député actif, intervenant beaucoup sur des sujets variés.

5Deux manifestations importantes occupent peu de place dans les carnets : l’Exposition coloniale qui ouvre le 6 mai ; la célébration du cinquantenaire de l’école laïque en juin.

6Toutefois les luttes anticoloniales font partie du militantisme quotidien et Cachin s’y inscrit.

7Des luttes ouvrières montrent l’ampleur de la crise : manifestations diverses contre le chômage, et notamment la Journée contre le chômage, le 25 février ; la longue grève générale des ouvriers du textile à Roubaix-Tourcoing du 18 mai à la fin du mois de juillet. Un moment particulièrement intense correspond, le 13 juin, aux barricades de la rue des Longues Haies à Roubaix.

  • 1 Selon l’interprétation de l’avis de Cachin par Barbé lors de la discussion en réunion du Bureau pol (...)

8Les questions syndicales et strictement ouvrières sont pratiquement absentes de préoccupations de Cachin. Sa position ne varie pas. Pour lui, les communistes, et surtout les militants de la CGTU, doivent être « liés avec les ouvriers » et être « au courant de leurs besoins »1. En revanche la corporation des cheminots, en raison notamment de sa forte présence dans sa circonscription électorale, reçoit un traitement privilégié.

9Le parti communiste traverse une période difficile. Les carnets ne rendent pas compte de tous les aspects.

  • 2 Ibid., 436.
  • 3 Plus tard, lors de la réunion du Comité central (2-4 décembre 1931), dans ses conclusions, Thorez p (...)

10Le XIe Exécutif élargi de l’Internationale communiste (26 mars- 11 avril) accorde une grande place à la question française. Cachin y participe et tient un carnet spécifique. La question du retard du parti français est analysée en termes fort inquiétants : baisse des effectifs des organisations politiques et syndicales, absence de préparation des luttes économiques, retard dans la lutte contre la guerre, régression du travail colonial et oubli du travail international. Bref, selon Thorez, notre « opportunisme dans la pratique »2 fait l’objet de critiques. Cachin y présente un rapport sur le danger d’une guerre d’agression contre l’URSS3. Il devient avec Thorez membre du Présidium de l’Internationale. Une réorganisation dans la direction du parti français intervient avec la formation d’un secrétariat politique comprenant Frachon (travail syndical), Duclos et Thorez. Cachin conserve la responsabilité de l’Humanité. Ce remaniement de la direction se traduit à moyen terme par l’élimination du groupe dirigeant issu des Jeunesses communistes. Mais dans l’immédiat rien ne paraît changer. C’est précisément le moment où Cachin, malade, se retire de la vie militante active. Il ne retient que les bribes d’un débat, hormis ce qui regarde son journal.

11A la réunion du Bureau politique, le 1er août, l’Internationale communiste par lettre demande s’il n’y pas de groupes dans le parti et dans sa direction. Elle souhaite l’organisation d’une discussion collective dans le parti. Aussi Thorez écrit-il des articles incitatifs : « Pas de mannequins » (14 août), « Les bouches s’ouvrent » (21 août). Dès lors commence une discussion dans le quotidien communiste. Il y en a un long écho dans les carnets de Cachin à partir du 7 août. Un envoyé de l’Internationale communiste auprès du parti français, « Albert » vient sans doute à Lancerf le 10 août pour l’entretenir de la situation de l’Humanité et des analyses en débat dans les organismes dirigeants communistes. Alors que depuis plusieurs semaines, se discutent à Moscou et dans la direction du parti, les contours du « groupe », l’Humanité, le 28 octobre, publie un article de Thorez, « Pour un bon travail de masse, caractéristiques politiques d’un groupe sans principes ».

  • 4 Appo, renseignements généraux, dossier Cachin 68909. Dans le même temps, le journal socialiste SFIO (...)

12Cachin appartient aux instances dirigeantes du parti communiste français. Il bénéficie d’un statut particulier comme le montre la célébration de ses quarante ans d’activités politiques à la fin novembre 1930. Un rapport de police du 18 novembre 1930 met pourtant l’accent sur les « vexations » de nombreux dirigeants du parti communiste, notamment Semard, ou de la CGTU lui feraient subir en raison de son passé de « vieux social-démocrate ». Doriot aurait convaincu les dirigeants de l’Internationale communiste de « célébrer en grande pompe ses quarante années de militantisme ». L’Humanité, le 18 novembre 1930, consacre sa sixième page à Cachin, page qui fait l’objet d’un numéro spécial diffusé largement. Dans ce cadre, la région communiste parisienne organise un rassemblement au théâtre municipal de Saint-Denis, le 20 novembre où « toute la vie militante de Cachin, ses erreurs, ses fautes et les services qu’il a rendus à la cause du communisme seront exposés », selon les termes de l’appel distribué par les organisateurs4. Après un vin d’honneur à La Grange-aux-Belles, le meeting marque cette manifestation (présidence de Doriot, discours de Semard, Monmousseau et Thorez). Ses carnets ne reflètent pas cette situation dirigeante. La longue parenthèse dans son activité de mai à la fin septembre ne constitue pas la seule explication. Certains indices apparaissent dans l’article que Maurice Thorez consacre au directeur de l’Humanité, le 18 novembre 1930. Annonçant l’hommage rendu deux jours plus tard par « le parti, unanime », il le présente comme le disciple de Guesde tout en mesurant l’apport du guesdisme et « son abdication sous prétexte “d’unité” devant l’opportunisme » en 1905. « Dans cette politique néfaste du compromis [...] se trouve la source des erreurs du socialisme de guerre, dont Cachin fut un des représentants ». Mais ce dernier en 1917 mesure « l’étendue de sa faute ». Cet article va beaucoup plus loin que l’appel du Bureau politique sous le titre « Quarante ans consacrés au service du prolétariat », paru le même jour qui indiquait :

« Pour l’édification des jeunes travailleurs, le Bureau politique rappelle que si Marcel Cachin commit en 1914 l’erreur de s’associer à la politique d’Union sacrée de tout le Parti socialiste, il a su depuis son adhésion à la Troisième Internationale, contribuer, plus qu’aucun autre, à l’application de la politique communiste et à son explication devant les larges masses. »

  • 5 Arch. IRM-IML, 435-436.

13Sur les 55 réunions régulières du Bureau politique de l’année 1931, Cachin est présent quatre fois5. Toutes sont notées dans ses carnets avec parfois certains thèmes des discussions. S’ajoutent la participation à deux réunions du Comité central :

  • les 31 janvier – 2 février, où des décisions interviennent sur les syndicats et les jeunes ; Cachin participe à une seule séance selon son carnet :
  • les 27-29 mai. Les rapports de Frachon et de Thorez et la discussion sont publiés dans l’Humanité. Cachin, malade, ne participe pas à ces réunions ainsi qu’aux deux suivantes (12 juin, où la résolution dénonce « l’esprit de groupe » responsable de la crise du parti, 25- 28 août),
  • 2-4 décembre, Cachin ne vient qu’à la première journée selon son agenda. Toutefois dans les comptes rendus, son nom n’apparaît pas6. Après un rapport de Marty sur la situation du « groupe », Barbé et Célor sont écartés du Bureau politique. Le nouveau secrétariat du parti (Thorez, Frachon, Duclos) entre en fonctions. L’Humanité, le 22 décembre, publie le compte rendu du rassemblement de militants communistes de la région parisienne qui prennent connaissance des résultats de la réunion de l’instance dirigeante.
  • 7 Voir note au 1er mars.

14Une conférence nationale à Levallois-Perret (28 février-1er mars) décide de donner la priorité aux questions syndicales (revendications immédiates de la classe ouvrière, unité syndicale, tâches des communistes dans les syndicats). Bien que l’Humanité et les archives indiquent sa désignation au Présidium, Cachin ne note rien sur son carnet7. A-t-il participé au moins à la première séance ?

  • 8 Décision annoncée par le journal, le 14 juillet.

15L’Humanité subit les contrecoups des réaménagements politiques. Les envoyés de l’Internationale communiste proposent des solutions pour sauver le journal. Première mesure, Florimond Bonte, rédacteur en chef, est remis à la tête de la région communiste du Nord8. D’autres suivront, dont en décembre, la responsabilité spécifique de suivre le journal confiée à Marty, un des chefs de file dans la dénonciation du groupe.

16La place de la Russie soviétique grandit dans les réflexions communistes en France. Cachin occupe une place de choix dans la diffusion des idées soviétiques et dans la défense de l’URSS et de ses intérêts. On le retrouve ainsi dans les analyses commerciales et tout particulièrement sur le pétrole. D’autres interventions sur des thèmes proches se multiplient dans l’année 1932 ; citons par exemple :

  • l’impact du discours de Staline sur le « nouvel état et les nouvelles tâches de l’édification économique » prononcé devant la Conférence des dirigeants de l’industrie soviétique (23 juin) diffusé par la presse et dans une brochure de la documentation du parti communiste. Cachin y accorde une place dans son carnet ;
  • le procès des dirigeants mencheviks accusés de sabotage (mars) ;
  • les séries d’articles de Paul Vaillant-Couturier dans l’Humanité, « Les bâtisseurs de la vie nouvelle » (mai-juin), « Au pays de Tamerlan » (août), « Dans le monde socialiste en plein essor. Les géants industriels » (octobre).

L’état de santé de Cachin en 1931

  • 9 Appo, renseignements généraux, dossier Cachin 68909 (rapport du 5 décembre 1929).

17Déjà en décembre 1929, l’état de santé de Cachin donne des alertes. La police rapporte le diagnostic de son médecin « forte anémie cérébrale ». Il lui aurait « prescrit un repos absolu pour une période assez longue ». Doriot le remplacerait à la direction du journal9.

18A partir du 18 mai 1931, Cachin note dans son carnet les étapes de la détérioration de son état de santé. De nombreux détails sont fournis quotidiennement. Il part se reposer en Bretagne le 31 mai. L’Humanité avertit de l’annulation de toutes les réunions prévues avec lui. Il devait notamment présenter un rapport devant le Comité central sur l’intervention armée contre l’URSS. Le Comité central du parti communiste évoque cette

« indisposition, résultat des fatigues qu’il s’est imposé dans l’accomplissement de tâches à lui confiées par le parti » (29 mars).

19Deux mois passent. Les carnets ne fournissent pas d’indications sanitaires. Les militants ne savent plus rien. Déjà on murmure que cet éloignement résulte de motifs politiques. Rien ne perce. Lors de la réunion du Bureau politique, le 3 juillet, Thorez lit une lettre de Cachin qui se remet lentement et commente :

  • 10 Arch. IRM-IML 436.

« Je pense qu’il faut ménager le camarade Cachin car dans toute cette dernière période on a abusé de lui. Il faudra voir aussi comment nous le ferons travailler quand il rentrera. Je pense qu’on doit lui répondre de rester au repos le temps qu’il jugera utile. Je verrai très bien une interview dans l’Humanité faite par Bonte, quelques ordres du jour de sympathie votés par des organisations et je propose qu’après le 1er août, au nom du Bureau politique, j’aille lui rendre visité »10.

20Le 7 juillet, l’Humanité publie une adresse de la conférence du 8e rayon :

« Notre conférence dénonce la campagne de presse qui tente à accréditer l’idée que notre camarade a été éloigné du travail et que sa maladie n’est qu’une forme déguisée de son éloignement. Notre conférence tient à dénoncer cette campagne immonde et déclare que notre camarade Cachin n’est éloigné et à regret de son travail que par sa maladie ».

21Sept jours plus tard, l’Humanité reproduit le télégramme de l’Internationale communiste auquel le Comité central et la rédaction du journal s’associent. Ce jour-là, Florimond Bonte abandonne ses fonctions éditoriales.

  • 11 L’Humanité, 14 septembre 1931 et Appo, Ba 1717.

22Lors de la fête de l’Humanité à Athis-Mons, dans le parc d’Avaucourt, pendant le déjeuner, une lettre de Cachin, « bientôt au terme d’une convalescence trop longue au gré des lecteurs de ce journal », qui « va prochainement reprendre son poste de combat à la direction de l’Humanité », est diffusée vers le public par les hauts-parleurs installés dans divers endroits du parc11. Il demande aux auditeurs de ne pas relâcher l’effort pour maintenir le journal communiste. Nouvel indice, cinq jours plus tard, il préside la réunion du comité de gestion de la souscription nationale ouverte pour les élections cantonales et législatives. Enfin, selon son carnet, Cachin revient définitivement à Paris, le 27 septembre. Quatre jours plus tard, l’Humanité annonce sa visite au siège du journal :

  • 12 L’Humanité, 1er octobre 1931.

« Nous souhaitons que sa convalescence s’achève rapidement et que bientôt il puisse reprendre dans le journal la place qui lui appartient »12.

23indication confirmée par son carnet où il note parfois des troubles de santé.

L’activité parlementaire

  • 13 Deux députés communistes se retrouvent au siège du parti, 120 rue Lafayette, quatre selon Semard, r (...)

24Cachin note sur ses carnets les grands moments de son activité de député. Le calendrier des chambres apparaît ainsi (sessions de janvier mais sans indication sur l’élection rituelle du Bureau, de mai et de novembre). A intervalles réguliers se réunit la fraction communiste convoquée parfois dans l’Humanité. Mais une seule est mentionnée dans ses carnets, le 12 janvier, au moment de l’ouverture de la session ordinaire des chambres13. Est-ce le signe d’un malaise qui expliquerait le fait que la fraction soit réorganisée, le 5 février ? De toutes façons, des critiques touchent aussi l’action des députés communistes. Lors de la réunion du Bureau politique du 23 janvier, Thorez fait remarquer :

  • 14 Idem. Cachin, dans son article, « De la crise économique à la crise politique », Cachin commente la (...)

« Je dis que notre fraction ne voit son travail que sous l’angle parlementaire [...] l’article de Cachin dans l’Humanité d’aujourd’hui aussi le montre, quand on parle de crise politique ouverte, quand il n’y a pas de ministère »14.

25Le 30 janvier, Barbé, dans son rapport devant les membres du Comité central, prolonge cette critique et la systématise. L’analyse générale d’alors conduit à considérer que la crise économique et politique atteint un tel degré que la bourgeoisie doit avoir recours au fascisme. Le rapporteur caractérise une nouvelle tendance opportuniste chez Cachin :

« Il y a des camarades responsables qui se sont laissés aller facilement dans ces questions, même des camarades très responsables comme Cachin qui a écrit dans l’Humanité, il y a quelques jours, lors de la crise ministérielle, que la crise politique était ouverte à nouveau, cela veut dire que Cachin considère chaque crise ministérielle comme une crise politique. »

  • 15 Ibid., 426.

26Selon Barbé, une telle analyse n’établit pas de rapport entre crise économique et crise politique et conduit à une erreur tactique car elle permet de penser qu’il peut y avoir crise politique sans « lutte pour la prise du pouvoir »15.

  • 16 L’Humanité, 5 février 1931.

27L’agenda ne contient pas d’autres indications sur ces réunions. Par exemple, l’Humanité, le 5 février 1931, annonce une importante réunion de la fraction communiste au bureau de la Chambre avec « présence indispensable ». Cachin ne note rien. Introduite par Maurice Thorez, la discussion fait apparaître des « erreurs » et des « faiblesses du groupe », « très préjudiciables à la clarté et à la vigueur de la politique communiste »16. Cette appréciation se fonde sur deux exemples : lors du vote contre le gouvernement Steeg et lors du débat sur la motion en l’honneur de Joffre. La désignation d’un bureau de la fraction comprenant Cachin, Doriot, Marty et Duclos, suivi par Maizières, délégué du Comité central, vise à renforcer son action. Les responsabilités de Cachin sont alors mieux définies.

28Souvent la réunion de fraction, non mentionnée par Cachin, aboutit à lui confier le soin d’intervenir. Ainsi celle convoquée dans l’Humanité, le 6 mai 1931, prépare son intervention sur les affaires extérieures du 8 mai, notée dans l’agenda.

29Les carnets apportent des renseignements sur la nature et le contenu des interventions de Cachin. Plusieurs possibilités se présentent. Le député du 18e arrondissement peut simplement mentionner le thème de son intervention (9 février, 1er mars, 3 mars, 8 mai, 3 et 4 décembre), noter des éléments qu’il rassemble par la suite dans son discours (ainsi sur l’Espagne en mai ou sur la Russie durant le premier trimestre), indiquer simplement « Assemblée nationale » comme le 13 mai, sans préciser qu’il s’agit de la réunion du Parlement en congrès à Versailles pour l’élection du président de la République. En outre ces notations montrent l’ampleur de ses informations et la variété de ses contacts.

30Il faut souvent avoir recours à la presse (et notamment au Temps) ou au Journal officiel pour mesurer des aspects de l’activité parlementaire de Cachin non rapportés dans ses carnets. Par exemple, aucune trace n’est fournie à la mi-janvier du projet d’interpellation qu’il annonce dans son éditorial de l’Humanité, le 13 janvier, contre les « menées belliqueuses » des Russes blancs en France. Ce n’est que plus tard, par des notes éparses, puis au début mars, que cette question surgit. Aucune mention n’est faite dans son carnet de plusieurs épisodes :

  • après le renversement du cabinet Steeg à la fin janvier 1931, lors de la déclaration ministérielle de Laval qui lui succède, le 30 janvier, Cachin intervient et l’Humanité, le 31, publie même un croquis de Cachin à la tribune,
  • le 20 février pour son intervention dans la discussion du budget de l’agriculture où il se prononce contre le Pari mutuel,
  • le 22 février à propos de son discours sur le budget du commerce et des relations commerciales avec l’URSS,
  • le 13 mars avant le vote général du budget,
  • le 20 novembre où pourtant Cabrol le campe dans l’Humanité du lendemain,
  • le 27 novembre lors de la discussion du plan d’outillage national,
  • le 8 décembre pour son intervention sur le poids des taxes douanières au sein du système protectionniste.
  • 17 Le Temps, 2 décembre 1931.

31D’autres demandes d’interpellations de Cachin ne sont pas notées dans son carnet. Ainsi le 22 mai, quand le député souhaite obtenir le retrait des forces de l’ordre envoyées contre les grévistes du textile du Nord. Il est vrai que malade, il ne doit pas participer à la séance. Il en va de même le 30 novembre quand, lors d’une courte séance, le président signale qu’il a reçu une demande d’interpellation de Cachin « sur les moyens que le gouvernement propose pour mettre un terme au déficit des chemins de fer »17.

32Enfin une seule fois, le 9 novembre, Cachin mentionne la place des discussions en commissions – Cachin participe aux travaux de la commission des finances – dans la préparation des débats et des projets de lois. Le Temps rend compte régulièrement des travaux des commissions.

  • 18 L’Humanité, 13 novembre 1931.

33En revanche, en novembre, les carnets fourmillent d’indications sur la situation sociale, sur le financement des constructions d’habitations à bon marché. A la veille de la rentrée des chambres, l’Humanité, le 11 novembre, annonce l’interpellation de Cachin. Dans l’établissement de l’ordre du jour, une tension apparaît et le président Bouisson doit exercer toute son autorité face aux demandes de Cachin. Excédé, il aurait même répondu à Cachin : « Vous parlerez après fixation de la date, vous »18.

34Cachin utilise son carnet de façon différente à la fois comme un agenda et pour prendre des notes rapides dont on ne mesure pas toujours l’origine et la destination. Son emploi du temps exact et son activité parlementaire peuvent aussi être précisés à condition de connaître, avec d’autres sources, et notamment la presse, les grands moments les principales interventions publiques. En outre, les carnets éclairent certains mécanismes de la vie parlementaire ou plus largement de la vie politique française. Cachin, par ses contacts, peut ainsi être renseigné. A aucun moment, n’apparaît une trace des versements qu’il doit faire d’une partie de son indemnité de parlementaire.

35Cachin note aussi à la fin de ses carnets des adresses. S’agit-il des personnes qu’ils rencontrent ou qu’il reçoit ? Une grande majorité habitent le 18e arrondissement. Nous les avons recherchées sur les listes électorales ou les listes nominatives de recensements. Les cheminots constituent le principal groupe professionnel, avec parfois un habitat ou des adresses correspondant à des hôtels ou des garnis. Certains n’ont pu être retrouvés. La plupart ne figurent pas dans les listes de militants et semblent être des personnes rencontrant le député pour des motifs variés, jamais indiqués par Cachin.

L’Humanité en 1931

36A la suite d’un long conflit, l’Humanité, à partir du 2 septembre 1929, sous la responsabilité de Florimond Bonte, dirigeant du noyau de direction créé par le Bureau politique, est réorganisée. Cette décision, annoncée par l’Humanité du 3 septembre, se traduit, entre autres dix jours plus tard, par la mise à l’écart du rédacteur en chef Vaillant-Couturier. Restait à régler la place de Cachin. Son maintien dans la direction collective du journal vient avant tout du prestige national et international.

  • 19 Arch. IRM-IML, 380.
  • 20 Ibid., 469.

37Au début de 1931, Cachin doit composer Florimond Bonte qui occupe la fonction de rédacteur en chef, et Vital Gayman, secrétaire général depuis novembre 1930 en remplacement de Pierre Forestier. Un nouveau partage est décidé lors d’une réunion du Comité central, le 31 août 193019. Aucun écho n’est enregistré, dans le carnet de Cachin, lors de la mise à l’écart du secrétaire général Gayman au début de l’année, prélude à son éviction de la rédaction en décembre 1931, et des critiques faites notamment par Marty en juin 1931 sur le contenu du journal20.

  • 21 Appo, Ba 1717.

38La question du journal se pose, dans les instances dirigeantes, depuis plusieurs mois. Cachin note peu d’éléments susceptibles de comprendre. Pourtant des décisions importantes interviennent : arrivée d’un nouvel administrateur, Émile Dutilleul en février, déménagement du 142 rue Montmartre au 138 de la même rue dans l’immeuble loué par la Coopérative des porteurs de journaux en avril. Constamment des difficultés financières produisent des demandes des fournisseurs, de l’imprimeur non payés, des démarches des employés qui reçoivent leurs salaires avec retard d’autant que la publicité intervient moins dans les recettes et que les souscriptions ne donnent pas des résultats espérés21. La baisse de la diffusion ne cesse pas. Celle-ci, selon les dirigeants communistes, traduit une mauvaise direction politique. Déjà Duclos, le 16 avril 1931, estime que

  • 22 Arch. IRM-IML, 380.

« pour réaliser une bonne direction, il faut que le dirigeant soit membre du BP, vivant la vie du parti, et au courant de toutes les discussions du parti pour faire traduire la ligne du parti dans le journal »22.

  • 23 Ibid., 435.
  • 24 Ibid., 436.

39Après le Plénum de l’Exécutif de l’Internationale communiste, lors de la réunion du Bureau politique du 8 mai, Thorez présente les grandes lignes d’une nouvelle réorganisation. Marty proteste contre le maintien de Cachin comme responsable de l’Humanité et « demande qu’on examine la question à fond dans un BP »23. Quatre jours plus tard, le même accuse le journal d’avoir une « ligne complètement fausse » et précise les responsabilités atténuées de Cachin « trop pris »24. Le 17 juin puis le 9 septembre, les séances du BP se consacrent à l’Humanité en l’absence de Cachin. Rien ne le concerne. Aussi Cachin semble-t-il intouchable.

  • 25 Ibid., 469.
  • 26 Tirage de l’Humanité, d’après le rapport de novembre 1931 (Ibid., 469) :
    (...)
  • 27 Selon le rapport de police, Appo, Ba 1717.

40Dès le début de son carnet de 1931, Cachin note l’évolution des ventes dans les cinq premiers mois de l’année. Ces données sont d’autant plus importantes que les chiffres manquent de 1931 à 1933 dans le rapport sur l’Humanité établi pour la réunion du Bureau politique du 5 décembre 1933. Un rapport de Gayman en mars 1931 donne la répartition des 120 000 numéros vendus (Paris, coopérative des porteurs, 27 à 30 000, Paris, bibliothèques, gares, métro, 7 000, banlieue et grande banlieue, 35 000, abonnés, 12 000, province, 45 OOO)25. Un autre rapport de novembre 1931 fournit les chiffres des tirages des années précédentes ; les données des carnets de Cachin confirment le sens général26. Pourtant Cachin enjolive un peu la réalité lors de la réunion du 28 janvier 1931 quand il affirme, devant les cheminots, que la vente se situe au niveau de 160 000 exemplaires pour un tirage journalier de 195 00027.

  • 28 Arch. IRM-IML, 469. L’évolution du nombre de ces adhérents est donnée par différentes rapports de p (...)

41Une seule allusion aux Comités de défense de L’Humanité, le 31 janvier, ne donne aucune indication chiffrée sur l’ampleur du phénomène qui regroupe en région parisienne, en décembre 1931, 400 comités et 21 610 adhérents28.

42L’attention particulière aux abonnés de décembre 1930 à février 1931 correspond au concours d’abonnements lancé dans cette période. L’Humanité en rend compte régulièrement et, le 5 février 1931, précise : « Notre campagne d’abonnements marche dans les meilleures conditions depuis le 1er décembre ». La mobilisation, des militants communistes par les Comités de défense de l’Humanité trouve des échos dans le carnet du directeur du journal, par exemple le 31 janvier. Le 11 octobre, il annonce dans son éditorial la réunion des Comités de défense, rue Duhesme dans le 18e arrondissement et, deux jours plus tard, il note les résultats généraux pour Paris – une nouvelle baisse de la vente de 26 400 en mai à 25 000 – avec une illustration dans deux quartiers du 18e arrondissement. La vente à Paris remonte à 27 800 exemplaires comme il le note le 13 novembre. Chiffres gonflés par le directeur du journal ! Quatre jours plus tard, un encadré de l’Humanité souligne cette reprise :

« Une constatation heureuse ! Depuis le 1er septembre, la vente de notre journal pour Paris a augmenté de plus de 5 000 exemplaires par jour. Depuis le 17 octobre, nous avons reçu 230 abonnements nouveaux. En avant ! »

43Enfin, après la longue évocation du début juillet, dernier élément d’importance noté au hasard d’une série de mesures préconisées par l’Internationale communiste pour le redressement du parti communiste, un passage concerne l’Humanité, le 10 août. Un rapport anonyme sur la situation du journal parvient à Moscou le 7 août signale un passif de 2,9 millions de francs en mai 1931. Il indique notamment :

« Les camarades de l’Internationale communiste qui ont examiné notre situation en venant contrôler les livres du journal ces jours-ci ont fait des propositions qu’il convient au Bureau politique d’examiner et de compléter par d’autres propositions faites après un examen du secrétariat ».

  • 29 Ibid., 465.

44Le projet d’exploitation prévoit de passer d’un déficit de 13 296 francs en juin à un bénéfice de 83 716 francs en octobre. Pour l’extinction de la dette, l’IC propose, en plus du bénéfice, de prêter 500 000 francs (remboursable dans les six mois suivants le remboursement de la dette) ; cette somme s’ajoute au produit d’une souscription ou au versement du parti de 500 000 francs, de la vente des immeubles de Nîmes et le maison de Jaurès, 400 000 francs29.

Cachin, propagandiste en 1931

45Les carnets tenus par Cachin permettent de reconstituer le calendrier des réunions publiques auxquelles il participe. Toutefois il note le jour, parfois quelques autres indications comme les horaires de chemin de fer, mais il peut ne pas être présent, parfois pour une raison inconnue, parfois pour des raisons de santé (fin mai par exemple où toutes ses réunions sont annulées, Tours, Paris 18e et 20e, Creil).

46A deux reprises, la salle Bullier, avenue de l’Observatoire dans le 5e arrondissement, accueille des meetings communistes de portée nationale. Une campagne de presse intense, dans laquelle Cachin n’est pas absent, les prépare. Pour celui de 23 janvier, consacré à l’anniversaire de la mort de Lénine, de Rosa Luxembourg et de Karl Liebknecht, annoncé régulièrement par l’Humanité à partir du 13 janvier, Cachin consacre ses éditoriaux du 12, du 21 et du 22 janvier. Cachin clôt le rassemblement. Le 19 mai, le parti communiste organise un meeting de soutien aux luttes des révolutionnaires d’Indochine. En dépit de son mauvais état de santé, Cachin clôt à nouveau la réunion.

47Autre assemblée parisienne, à l’occasion du quatorzième anniversaire de la Révolution d’octobre et pour l’ouverture du congrès national de la CGTU, salle de la Grange-aux-Belles, se déroule le 8 novembre 1931 « une grande fête commémorative » avec allocution de Cachin et programme artistique comprenant des groupes de la Fédération du théâtre ouvrier de France. Le matin même, Cachin consacre son éditorial à la révolution bolchevique. Sous la présidence de Semard, débute la partie artistique avec les Blouses bleues de Bobigny interprétant des chansons (« Marche à gauche », la « Marche des brigades de choc », la « Marche du front rouge », « La Varsovienne ») ou des sketchs satiriques sur Mussolini et le Pape. Cachin intervient alors. « La voix retenue et calme au début, s’enfle bientôt, emplit la salle, se fait âpre » commente l’Humanité qui publie, sans commentaire, le texte de son discours. Quand il termine son allocution : « Le pire malheur qui puisse advenir à un militant, c’est d’aborder la lutte avec une âme de vaincu » la « salle entière se dresse » et entonne l’Internationale. La partie artistique reprend et se termine par la projection d’un film sur l’URSS.

  • 30 15 février 1931.
  • 31 21 février 1931.

48Cachin prend part de temps à autre à des meetings en province. Pour celui de Clermont-Ferrand du 14 février, il accompagne sa mention de renseignements précis sur le carnet sur la situation de la vie, le rapport des forces politiques, la firme Michelin. Lors de cette réunion annoncée dès le 4 février comme un meeting « pour la défense de l’Union soviétique. Contre la misère, contre le fascisme, contre la guerre », des renseignements fournis par la cellule communiste de Michelin – qui en fait semble ne comprendre que deux adhérents selon le carnet de Cachin –, permettent à l’Humanité du 14 février de décrire les conditions du travail et d’illustrer la mention de « prolétariat neuf » employée par Cachin dans ses notes. L’accent est mis sur les jeunes et les femmes confrontés à la rationalisation. Cachin en évoque, le 16 février, une caractéristique qui consiste à « remplacer l’homme par la femme et la femme par l’enfant, mal payé, et que l’on épuise avant 18 ans ». En deuxième page, le même jour, un compte rendu du meeting prolonge cette description. Alors que Cachin indique que 2 000 ouvriers ont assisté au rassemblement à la Maison du Peuple, l’Humanité avance le total de 3 000, comme le journal local communiste, et Cachin dans le journal, 2 500. Décrivant cette « ville des réformistes », Cachin oppose la puissance socialiste (quatre députés, un sénateur, plus de 600 conseillers municipaux, un journal quotidien, plus d’un millier d’adhérents) à la faiblesse communiste qu’il tempère en notant la contradiction entre les chiffres bas du nombre des adhérents et ceux plus forts de la vente de l’hebdomadaire communiste. Toutefois à aucun moment, Cachin, dans ses carnets, n’accorde d’importance à la contradiction portée, lors du meeting, par le député de Mulhouse Grumbach, au nom du parti socialiste SFIO, fait suffisamment rare qui mériterait attention, signalé par l’Humanité. Naturellement la presse locale fournit des informations contradictoires sur la joute. Pour la Montagne, Cachin « n’aura pas réussi ce miracle de rendre au communisme clermontois agonisant un relief qu’il a perdu à tout jamais »30. Pour le Cri du Peuple, en revanche, « Jamais de mémoire de Clermontois, contradicteur ne fut pareillement éreinté comme Grumbach ! »31. De même, il ne signale pas que la fédération socialiste a invité tous ses adhérents à se rendre à la réunion. Toujours dans la même rubrique, l’Humanité annonce deux meetings avec Cachin à Lyon, le 27 février – aucun écho dans les carnets – et à La Rochelle, le 5 mars, évoqué seulement par un horaire de trains. Cette réunion ne semble pas s’être tenue en raison de l’interdiction municipale. Nous retrouvons aussi Cachin à Nancy Il aurait dû aussi se retrouver à Tours.

49A partir de l’automne 1931, Cachin prépare sa candidature aux élections législatives de l’année suivante dans le 18e arrondissement.

50Ses carnets servent à Cachin de moyen de noter ce qu’il doit faire. Souvent il les remplit avant l’événement (ainsi le meeting de Clermont-Ferrand) ; il peut retenir simplement une date (Tours), fournir simplement un lieu, un contenu (cheminots) ou le nom des autres orateurs. Ces mentions ne signifient pas qu’elles sont le reflet exact de son activité de propagandiste. Telle réunion de cellule dans le 18e arrondissement à laquelle il participe ne figure pas dans son carnet. Cachin peut aussi ne pas mentionner des réunions futures : ainsi celles du 27 mai, du 3 juin, dans le 20e arrondissement, annoncées par l’Humanité, non notées par Cachin, avant d’être annulées.

Les grandes questions de 1931 dans les carnets de Cachin

La politique communiste

51Paradoxalement, les Carnets de Cachin, en 1931, contiennent peu de précisions sur la politique communiste, hormis les longues notations de l’été, du 7 au 10 août. Le 11 janvier, il retient :

« Il faut s’occuper des revendications immédiates. C’est aux ouvriers de la base groupés en comités de lutte de discuter de l’unité. »

52Ces lignes reprennent l’essentiel du contenu de l’éditorial de Thorez, le 6 janvier, sous le titre, « Notre mot d’ordre : aux usines ! ». Insistant sur le rôle des cellules d’entreprises, le secrétaire général du Parti écrit :

« C’est à nous qu’il appartient de rassembler les prolétaires, tous les prolétaires, par une lutte organisée et consciente en faveur des revendications corporatives et contre toutes les manifestations de l’oppression capitaliste. »

53Ces orientations sont réaffirmées par Monmousseau, le 12 janvier, sous le titre « Front unique de lutte. Unité de lutte » :

« Car le Front unique de lutte, sur la base des comités de lutte à l’entreprise, rassemblant toutes les masses par la lutte sur des revendications immédiates claires, par des méthodes claires, par la route droite de la lutte directe des classes est le mot d’ordre à réaliser immédiatement. »

54Idée reprise par Frachon, le 14 janvier, qui appelle à la fin de son article

« sans attendre dans les puits, dans les usines et les chantiers unissez-vous pour imposer par la lutte vos revendications ».

55Voilà qui prépare la conclusion de l’éditorial de Cachin, le 19 janvier, sous le titre « La vie chère organisée »,

« Telles étant les conditions de vie imposées aux travailleurs au cœur de cet hiver pourri, est-ce qu’ils ne vont pas se décider enfin à organiser sérieusement leur défense ? Est-ce que d’abord ils ne vont pas réaliser d’urgence leur unité d’action, leur front uni de classe, pour résister par la lutte aux périls croissants dont les menace l’exploitation anarchique du régime ? »

56« Unité » écrit Cachin dans son carnet les 11 et 12 janvier, mot magique pour tous. Pour Cachin, ce terme se situe dans la droite ligne de l’éditorial de Monmousseau du 10, « L’unité syndicale contre le réformisme », ce qu’il appelle aussi « la véritable unité syndicale de classe » telle que la propose la CGTU, c’est-à-dire le « Front unique », seule voie « pour l’unité ».

57Cachin, à nouveau, évoque des aspects de la politique communiste, dans sa convalescence bretonne, le 3 septembre,

« Il ne faut pas parler de rôle dirigeant du PC Il faut le réaliser par son travail syndical intelligent ».

58Ces réflexions sont inspirées par les comptes rendus des travaux de la dernière réunion du Comité central (25-28 août). Dans son article qui reprend son intervention, Frachon indique :

  • 32 L’Humanité, 4 septembre 1931.

« Les grandes grèves [...] ont montré que nous ne saurions pas prévoir, organiser et diriger les luttes ouvrières d’une façon satisfaisante »32.

59L’Humanité, le 13 septembre, revient sur la question de l’attitude des communistes dans les syndicats en présentant les préparatifs du congrès de la CGTU :

« Les communistes n’ont pas à se présenter dans les syndicats, d’un air supérieur pour commander, ils doivent être les meilleurs militants du syndicat et par leur activité, par leur clairvoyance, ils doivent gagner la confiance des ouvriers. »

La place de l’URSS

  • 33 Appo, renseignements généraux, dossier Cachin 68909, rapport du 31 décembre 1929.

60Depuis longtemps, Cachin fait figure de défenseur de l’URSS. Lors de la séance de la Chambre des députés, le 24 décembre 1929, dans la discussion sur le budget des Affaires étrangères, il glorifie la marche de l’URSS vers le socialisme. L’ambassade soviétique décide de faire traduire ce discours pour le faire connaître à Moscou33. Un tel exemple pourrait être répété dans la période.

61En 1931, à diverses reprises, implicitement ou explicitement, le directeur de l’Humanité évoque l’URSS.

62La commémoration de la Révolution revient à deux reprises :

63– anniversaire de l’écrasement du mouvement spartakiste, le 22 janvier, où dans son éditorial, il met l’URSS en avant : « L’œuvre de Lénine défiera le temps » ;

64– le 6 novembre, il note « article sur le 14e anniversaire », ce qui nous permet de penser qu’il a écrit ce jour-là son long éditorial du 8 qui se termine par un raccourci venant souvent sous sa plume :

« Lorsque le capitalisme se livrera à l’agression armée qu’il médite, il aura hâté l’heure de sa propre mort, l’heure de la délivrance des prolétaires, l’heure des soviets sur tout le globe. »

65Le thème de la nécessité de défendre l’URSS menacée revient constamment. Une plaquette est annoncée par l’Humanité, le 26 mai 1931, La préparation méthodique de la guerre contre l’Union soviétique. Le rôle de l’impérialisme français. Les faits, les preuves.

  • 34 Réunions des 28 février et du 3 mars 1931 (Arch. IRM-IML, 435).

66Cachin intervient dans de nombreuses discussions parlementaires relatives à la politique étrangère ou au commerce extérieur. Il lui arrive aussi de les commenter. Son carnet porte la trace de ces sujets (intervention à la Chambre le 3 mars). Cachin dénonce, depuis la tribune de la Chambre, l’activité des Russes blancs en France, thème repris à différentes moments dans la presse communiste qui établit aussi un rapport avec les socialistes de la IIe Internationale lors du procès des Mencheviks. A propos de ce procès, le Bureau politique décide qu’il sera suivi par Vaillant-Couturier et par Cachin34.

67Le directeur de l’Humanité pense que les relations commerciales avec l’URSS pourraient contribuer à faire reculer la menace. Ses carnets sont jalonnés de notations pour montrer le potentiel économique soviétique. Un des dangers qu’il dénonce régulièrement le projet européen de Briand rapporté devant la commission des Affaires étrangères par Loucheur (Carnet, 4 février). Il prolonge ces critiques dans ses articles (éditoriaux des 27 et 28 janvier). Dans ce dernier, il note :

« Briand vient de se déclarer “épouvanté” des progrès du Plan quinquennal. Il vient de proposer ouvertement à Genève l’Union européenne comme la seule barrière capable de résister au bolchevisme ».

  • 35 Une campagne de presse de développe sur cette question. Un débat se déroule au Sénat à la fin févri (...)

68Cachin pense que l’économie soviétique connaît des succès grâce à la planification. Les exportations soviétiques en sont la principale preuve, ainsi pour le pétrole comme nous le verrons. Cachin nie le dumping soviétique que dénoncent de nombreux milieux35. Il accorde une grande place aux divers avis recueillis parmi les milieux politiques ou scientifiques sur l’économie russe (ainsi dans ses carnets, le 9 février). Il prend aussi des notes abondantes sur le discours de Staline (23 juin) à la conférence des dirigeants de l’industrie (Carnet, 17 juillet). Il ne retient que le sens profond du discours où Staline tire les conséquences du retard de certains secteurs de l’économie soviétique, d’où une modification significative du ton ! Cachin, dans son carnet, donne l’impression de revenir à une vision moins volontariste de la réalité de l’économie soviétique.

La crise économique et financière mondiale

69Les carnets fourmillent de notations diverses sur les rebondissements des relations internationales, les variations des valeurs ou des monnaies. Deux pays retiennent son attention, la Grande-Bretagne et l’Allemagne.

701) L’été 1931 correspond à d’intenses tractations boursières et financières s’accompagnant de démarches internationales consécutives au plan Hoover. Cachin, à l’écart de toute activité parisienne, multiplie les commentaires s’appuyant sur des informations le plus souvent tirées de ses lectures. Le 15 juillet, par exemple, il note la « baisse record » de la livre anglaise à la Bourse de Paris. Cette information démarque les renseignements fournis par le Temps citant un journal britannique qui indique une « attaque de la France contre la valeur de la livre ». Après quatre jours de fermeture de la Bourse, signe d’un profond désarroi sur le marché des changes, le journal indique :

« La baisse de la livre-sterling, qui est brusquement tombée à 123,15 francs et 123,30 francs – alors que le point d’entrée de l’or est d’environ 123,89 francs – a été particulièrement remarquée ; elle est généralement attribuée à d’importants rapatriements de fonds par les banques françaises. » (Le Temps, 15-16 juillet).

71Cet exemple illustre la méthode de Cachin. Il note l’information et en saisit le sens général. Par la suite alors que la presse multiplie les commentaires, il ne note rien et pourtant les explications s’approfondissent : rapatriement des fonds placés à l’extérieur, faiblesse du système de l’étalon-or tandis que les cours de la livre-sterling remontent sensiblement.

72La situation anglaise, source de préoccupations pour les observateurs, retient l’attention de Cachin à diverses reprises. Elle préfigure, selon lui, une réponse possible d’un gouvernement à la crise qui ne manquera pas de se généraliser. Un bon exemple est fourni par le rapport de la commission May, le 1er août. Le gouvernement travailliste britannique Mac Donald, devant l’ampleur du déficit budgétaire, se voit confronté aux conclusions de la commission spéciale sur l’économie nationale. Pour combler plus des trois-quarts du déficit, la commission propose un plan de réduction des dépenses touchant pour l’essentiel les dépenses pour l’assurance contre le chômage (réduction des indemnités de 20 % et augmentation des versements), pour le paiement des salariés de l’État (diminution de 20 % des salaires des instituteurs et de 12 % ceux des agents de police) et, ce que ne retient pas Cachin, diverses économies sur les dépenses d’équipement (hygiène, marine, armée, agriculture, constructions publiques). Occasion magnifique pour commenter ! Cachin résume les principales mesures pour y puiser des arguments allant dans le sens de l’affirmation de l’Humanité du 31 juillet : « Pour tenter de sauver le capitalisme anglais, une offensive antiouvrière vient d’être engagée. » Il ne réagit pas en lisant le commentaire du Temps qui, analysant la politique possible du gouvernement britannique, évoque les réticences des travaillistes à diminuer les indemnités à caractère social (comme celles touchant le chômage) et la nécessité d’obtenir l’accord de l’ensemble de l’opinion politique britannique pour appliquer ces mesures. Somme toute en supposant que Cachin ait bien noté ces informations le 1er août, il apparaît en communion de pensée avec l’Humanité qui, le même jour, commente :

« Le gouvernement travailliste étudie des mesures d’économie sur le dos de la classe ouvrière et des chômeurs »

et annonce, le lendemain, le prêt consenti et le maintien d’une inflation forte en Grande-Bretagne.

73Cachin poursuit ses annotations sur la situation britannique. Ainsi le 17 août, alors que le gouvernement présente ses propositions d’économies (économies sur diverses dépenses mais pas de réduction des salaires), il insiste sur l’ampleur des capitaux britanniques, reprenant les déclarations du Chancelier de l’Échiquier Snowden :

  • 36 Déclaration au Daily Telegraph rapportée par le Temps, le 18 août 1931).

« Nous avons d’énormes ressources de capitaux auxquels il peut être fait appel dans la limite où cela sera nécessaire. Parmi ces capitaux, quelques-uns sont investis à l’étranger »36

74Cachin prolonge ses notations jusqu’au 9 septembre. La veille le Chancelier de l’Échiquier présente aux Communes et à la radio les grandes lignes du budget supplémentaire. Cachin n’en retient que les grandes orientations : augmentation de l’impôt sur le revenu, de divers impôts indirects, diminution des dépenses. Il ne commente alors que le lendemain, l’Humanité titre que le budget du « socialiste Snowden » a été « arrêté par les hommes de la Cité ». Comme le plus souvent, le directeur de l’Humanité reproduit le commentaire émanant d’autres milieux pris au hasard de ses lectures, ainsi « la vieille confiance dans l’intangibilité financière de l’Angleterre est ébranlée » (9 septembre).

752) L’autre grand axe de ses réflexions porte sur l’Allemagne et le système mondial associant dettes et réparations. Alors que le Comité financier créé par la Conférence de Londres s’efforce d’évaluer les sommes versées dans le cadre des réparations et des dettes, l’Allemagne n’hésite pas à avancer ses propres chiffres. Le 23 août, Cachin commente les premiers résultats, repris le lendemain dans le Temps financier (se pose là encore la question de la date exacte de la prise de notes par Cachin). Selon les chiffres, l’Allemagne a versé 19 milliards de réparations au lieu des 37 avancés par elle et la France en a reçu 7 et non 17. Diverses autres informations portent sur des conséquences du plan Hoover ou plus généralement sur les relations monétaires internationales (13 septembre par exemple).

76Ces notes accumulées depuis la mi-mai servent à Cachin pour la rédaction de ses articles et notamment de son premier éditorial, à sa rentrée, le 4 octobre. Ce bilan de la crise mondiale rassemble certaines conclusions avec une amorce esquissé par Cachin dans son carnet (15 septembre) sur les nouvelles relations franco-soviétiques.

  • 37 Le Temps, 21 décembre 1931.

77Cette abondance d’indications correspondant à sa période d’inactivité contraste avec l’absence de notations dans le dernier trimestre de 1931. Pourtant toute la presse contient dans cette période de multiples informations et commentaires. Le Temps, le 25 décembre, fait un point temporaire sous le titre « Le règlement de la paix. Les problèmes des dettes. La conclusion du rapport du comité consultatif du plan Young ». La discussion tourne autour de la décision supposée du congrès américain de ne pas envisager de moratoire de plus d’un an puisque les Allemands sont soupçonnés d’« exagérer leurs difficultés financières »37. Cachin se contente alors, comme le 21 décembre, de noter des informations brutes. Chaque fois que Cachin écrit un article sur ces questions ou en parle, il n’utilise pas son carnet.

La question du pétrole

78Cachin donne les analyses des communistes sur les questions pétrolières. Le débat à la Chambre, les 11 et 12 février 1931, sur le projet de loi sur la ratification des conventions entre l’État et la Confédération des pétroles constitue le moment-clef autour duquel gravitent les autres opérations.

79Depuis les accords de San Remo, la France obtient le quart du pétrole de la Mésopotamie. Depuis 1923, Mercier est chargé de constituer un syndicat national d’études des pétroles qui, devenu la Compagnie française des pétroles, représente les intérêts français au Moyen-Orient à la suite d’une convention du 17 mai 1924. L’État contrôle l’administration et la direction de la CFP, reçoit une partie des bénéfices et se réserve une priorité pour les approvisionnements. Cette convention, modifiée le 19 mars 1929, s’étend aussi à la Compagnie française de raffinage avec des modalités différentes.

80La question de l’évacuation du pétrole se pose. Au seul pipe-line allant de Mossoul en Irak à Tripoli, dans la zone sous mandat français, les Anglais et le gouvernement irakien préfèrent un pipe-line débouchant à Caïffa en zone britannique. Les Américains proposent un pipe-line commun en Irak qui se diviserait en deux tronçons. Il s’agit donc dans l’esprit de la majorité des députés français de donner par le vote de la convention plus de force à la CFP pour représenter les intérêts français.

  • 38 L’Humanité, 11 février 1931.
  • 39 23,75 % à l’Anglo-Persian, 23,75 % à l’Anglo-Saxon, 23,75 % à la CFP, 23,75 % à la Near East Oil, a (...)

81Se pose aussi la question des approvisionnements de la France. Plusieurs fournisseurs éventuels se présentent dont l’URSS, accusée au même moment de pratiquer le « dumping » sur les prix de vente des matières premières pour emporter certains marchés. Cachin reconnaît que le pétrole soviétique est vendu moins cher en France38. Une dernière question touche au rôle des trusts pétroliers. La CFP, depuis l’accord du 31 juillet 1928, participe au montage pour exploiter le pétrole irakien39.

82Sur le terrain parlementaire, la discussion se produit avant tout entre les membres de la Commission des mines présidée par le socialiste Charles Baron. La séance, à la Chambre, le 11 février 1931, commence par un rapport du député Neyret au nom de la Commission des mines, complété par les avis du rapporteur de la commission des Affaires étrangères.

83Cachin écrit dans l’Humanité plusieurs articles sur ces questions d’actualité :

  • 6 février, article en forme éditoriale en milieu de première page et en italiques dans la chronique « Aujourd’hui », « Le statut du pétrole »,
  • 8 février, article en forme éditoriale, « Impérialistes et trusts aux prises. La bataille pour le contrôle de l’Irak » ;
  • 9 février, article, « Le statut du pétrole. L’affaire de Mossoul et les trusts. Le monopole et les socialistes » ;
  • 11 février, article, « Avant le débat sur le statut des pétroles. Avec l’appui de l’impérialisme français, le roi du pétrole britannique prépare la guerre contre l’URSS ».

84Plusieurs avis sont donnés :

  • la France, Mercier et la CFP ont un objectif commun : accélérer la mise en valeur et l’exploitation du pétrole irakien pour diminuer la dépendance de la France vis-à-vis des trusts pétroliers internationaux. La dépendance actuelle atteint les trois-quarts de la consommation ;
  • ils se heurtent aux intérêts britanniques qui viennent, par un traité (30 juin 1930) de faire évoluer l’Irak vers l’indépendance en prévoyant la fin du mandat et sa prochaine entrée dans la Société des Nations. D’autre part, ils exploitent le pétrole d’autres origines et estiment que l’arrivée du pétrole supplémentaire sur le marché peut faire baisser les prix.

85Les trusts pétroliers britanniques sont incarnés par Deterding, directeur de la Royal Dutch. Cachin lui consacre des articles les 9 et 11 février. L’Humanité, le 9, publie sa photographie. Pour rivaliser avec ses concurrents, la Standard Oil et surtout le Syndicat soviétique de Naphte, il agirait, selon Cachin, sur plusieurs fronts : en freinant l’exploitation du pétrole irakien avec l’aide de l’Intelligence Service, en luttant indirectement en France (aide aux Russes blancs, campagnes de presse) contre les intérêts soviétiques.

86Cachin n’épargne pas Mercier. Le 9 février, il montre certains éléments de sa puissance : bénéfices obtenus sur les pétroles, industriels électriques, création du Redressement français notamment. Iltend aussi à constituer un trust français du pétrole pour contrôler tous les approvisionnements. D’autre part, par le biais de la Compagnie française de raffinage, il peut contrôler la transformation du brut.

87Plusieurs députés, dans leurs interventions à la Chambre, les 11 et 12 février, se félicitent de la Convention de 1929 qui sauvegarde les industries privées du raffinage. Cachin, enfin, estime que les raffineurs français peuvent avoir intérêt à transformer le pétrole soviétique. Il cite notamment l’avis du directeur de la Société Desmarais, qui échappe partiellement aux trusts anglo-saxons en s’approvisionnant en pétrole en URSS.

Le chômage

88La question du chômage revient à deux reprises dans les carnets.

  • 40 Selon le Temps du 26 février, ils sont titrés « Donnez-nous du travail ou du pain », mot d’ordre an (...)

89La première mention brève, le 25 février, « Contre le chômage (Internationale) » ne rend qu’imparfaitement compte de la part personnelle prise par le directeur de l’Humanité dans l’élaboration des mots d’ordre et dans l’action communiste. L’Humanité, le 15 février, publie un appel de la CGTU « pour la journée internationale de lutte du 25 février », relayé par un appel du parti communiste, le 19 février, à la « mobilisation générale ». A partir du 16 février, le journal consacre la partie gauche de sa première page à une chronique quotidienne « Avant la journée internationale du 25 février » Cachin intervient périodiquement par des articles ou des éditoriaux (17, 18, 21). Le 24 février, la Chambre des députés, à la demande du ministre du Travail Landry, discute un projet de loi pour l’ouverture d’un crédit supplémentaire pour le fonds national de chômage. Le rapporteur de la commission des Finances Malingre propose d’inscrire un crédit de 25 millions et de ne pas suivre le projet socialiste, soutenu en séance par Blancho et Blum, de porter cette somme à 100 millions. Landry précise qu’il entend augmenter la part de l’État au fonds de chômage de 33 % à 50 % au 1er mars. Cachin demande, en reprenant la proposition faite en commission des Finances par Patenôtre, de voter une augmentation de 200 millions et une indemnité égale au dernier salaire perçu. Il termine en rappelant que l’URSS ne connaît pas de chômage. Des tracts40 sont alors lancés depuis la tribune par des militants communistes ; la séance est levée. L’éditorial de Cachin, le 26, commente la discussion de la Chambre. Dans la soirée, malgré une intervention du président du Conseil Laval qui confirme la proposition de 25 millions, la demande socialiste, renouvelée par Blum, d’inscrire 100 millions, est acceptée par 285 voix contre 268.

90La deuxième mention du chômage commence par les notes provenant du service du chômage de la mairie du 18e arrondissement que Cachin représente à la Chambre. Il reprend l’essentiel de ces renseignements dans son article du 29 octobre où il envisage les conséquences du décret limitant à 180 jours la durée du versement de l’indemnité de chômage. Il annonce l’intention des députés communistes de demander l’annulation du décret et affirme sa confiance dans les luttes des comités de chômeurs. Déjà il avait critiqué dans une « lettre ouverte au ministre du Travail » (26 octobre), la pratique des statistiques fausses. L’Humanité multiplie les articles sur le chômage et, à partir du 1er novembre, publie une chronique régulière de Darnar sous le titre « L’Humanité, aux côtés des sans-travail ».

91Le 10 puis le 12 novembre, jour de la rentrée de la Chambre, Cachin note, à deux reprises, « chômeurs ». Le 10 la réunion de la « fraction parlementaire communiste », convoquée pour un « ordre du jour très important », prévoit d’interpeller la gouvernement sur la situation intérieure et le chômage, comme l’indique Cachin dans l’Humanité du 12. Le 11, l’Humanité signale des heurts, place des Invalides, entre une délégation de l’union des comités de chômeurs de la région parisienne se rendant en délégation à la Chambre et la police. Finalement le débat à la Chambre ne se produit pas. Cachin rappelle, par la suite, dans ses articles et à la Chambre, à propos de la discussion sur le plan d’outillage national, les positions des communistes sur la question du chômage. Un mois plus tard, à la réunion du conseil municipal de Paris, Marty intervient bruyamment sur le chômage et, dans ce contexte, sa présence aux côtés de Cachin, dans un meeting électoral, le 19 décembre, est symbolique. Le 8 décembre, enfin, dans l’Humanité, Cachin indique :

« Le budget est en déficit, la trésorerie est vide. Mais l’État, qui n’a pas d’argent pour les chômeurs, en a pour les banques [...] ».

La question du logement

92Les conditions de vie des couches populaires retiennent l’attention de Cachin à plusieurs reprises en 1931 et les carnets en portent parfois témoignage.

93La 9 février Cachin intervient à la Chambre pour proposer une révision de l’article 21 de la loi du 1er avril 1926 autorisant les expulsions de locataires. Peu avant, l’Humanité publie une série d’articles sur l’immeuble de la Caisse syndicale des Forges de France, rue du Rocher où les travaux de rénovation avaient servi de prétexte à de nombreuses expulsions. Cachin dénonce les expulsions de locataires et réclame l’exonération des loyers pour les chômeurs. Bérard, ministre de la Justice, indique que la commission de législation civile travaille à une nouvelle rédaction de l’article 21.

  • 41 Intervention non mentionnée dans le compte rendu analytique du Temps, mais longuement présentée dan (...)

94A plusieurs reprises, en novembre 1931, Cachin note ce qui est réalisable avec trois milliards de francs. Premier type de réponse, le 14 novembre, avec une telle somme pourrait être réalisé le tout-à-l’égout des lotissements de la région parisienne. L’Humanité, depuis quelques temps, a ouvert une rubrique « Le Grand Paris » où se succèdent de nombreux articles sur les lotissements et les mal-lotis. Dans la discussion du plan d’outillage national, Cachin et les députés communistes proposent le vote de crédits pour les constructions d’Habitations à bon marché et, à plusieurs reprises, la question revient dans ses carnets et dans ses divers arguments en faveur de sa proposition faite à la commission des Finances, le 16 novembre, d’une adjonction d’un milliard de francs permettant la construction de 20 000 logements HBM et aussi moyen de lutter contre le chômage. Détaillant l’utilisation des trois milliards proposés en 1931 pour la construction d’HBM par le gouvernement (carnet du 19 novembre), Cachin oppose les 15 milliards, le 28 novembre, dans l’Humanité, que coûterait la construction des HBM pour loger convenablement les demandeurs de la seule région parisienne. Il intervient, la veille, à la Chambre des députés, sur cette question. Le 1er décembre, Cachin reprend la proposition déjà formulée à la commission des Finances d’ajouter un milliard. Trois jours plus tard, il la renouvelle sous forme d’un amendement41. Finalement, après une procédure complexe, le crédit de 1931, soit trois milliards, est reconduit, ce qui va dans le sens de ce que souhaite le directeur de l’Humanité. Le journal, le 24 décembre, titre alors :

« Pour la construction d’HBM la commission des Finances adopte une proposition de la fraction communiste élevant à trois milliards le crédit prévu pour 1932 »

alors que dans le budget, il n’était prévu que 850 millions. Toutefois, rarement le Temps, dans les nombreux articles qu’il consacre à l’outillage national, évoque la question de la construction mettant en avant des arguments convergents avancés par d’autres députés, dont Queuille, ou ceux développés par le rapporteur de la commission des Finances Bonnevay.

95Cet exemple montre tout l’intérêt des carnets qui comprennent des notes ponctuelles et des notes plus détaillées. Si les mauvaises conditions des métayers ne sont pas reprises (15 novembre), en revanche, le retard de réalisation des projets scolaires indiqués, le 11 novembre, fournissent matière à argumentation pour le porte-parole du groupe communiste, le 1er décembre.

Les cheminots

96La période de crise en France correspond pour les chemins de fer à un déficit croissant et à la mise en œuvre par les compagnies de la rationalisation. Il en résulte une pression sur les travailleurs, leurs salaires et leurs conditions de travail, d’où une tension très vive.

  • 42 L’Humanité, 29 novembre 1931.
  • 43 Appo, Ba 1717, rapport du 10 février 1932.

97Les cheminots forment la corporation la plus présente dans les carnets de Cachin en 1931. Sans doute cet intérêt doit-il être mis en relation avec la présence du dépôt de la Chapelle, bastion communiste de sa circonscription. Il s’intéresse avant tout aux conditions de vie en consacrant des articles de presse (23 février) ou en intervenant à la Chambre des députés (1er mars, 3 décembre). Ses notes alimentent le contenu de ses discours. Il interpelle aussi le ministre des Travaux publics mais ne le mentionne pas dans son carnet42. Il apparaît comme le porte-parole des revendications de la Fédération CGTU des cheminots qui multiplie les informations dans l’Humanité, à l’entrée de l’hiver. Des cheminots se pressent dans la tribune de la Chambre le 3 décembre. Cachin rencontre plusieurs fois Midol – dont le nom apparaît à trois reprises dans son carnet de 1931 –, secrétaire général de la Fédération à son siège syndical, rue de Chantilly. Les dirigeants syndicalistes le présentent comme le meilleur défenseur de la corporation. La Fédération des cheminots peut même prêter, comme d’autres syndicats CGTU, de l’argent à l’Humanité ; le remboursement se fait difficilement43.

L’Espagne en 1931 dans les carnets de Cachin

98La première mention de la situation espagnole ; le 3 mai 1931, prend la forme de reproches faits à l’attitude des partis communistes français et espagnols, sans doute échos d’un débat lors d’une réunion du Bureau politique se déroulant le lendemain.

99On reproche au parti communiste français de ne pas avoir organisé de manifestations lors de l’arrivée du roi d’Espagne en France. En effet, le 15 avril, après son abdication, Alphonse XIII, en route vers la Grande-Bretagne, arrive à Marseille à bord d’un croiseur, salué par les autorités gouvernementales tandis que sa famille le rejoint, le lendemain, par le train. Elle est accueillie, gare d’Orsay, à 23 h 30, par les représentants du gouvernement et le préfet de Police Chiappe. Le Temps détaille les cérémonies. L’Humanité se contente de signaler les faits et résume, le 17 avril, dans un simple article la situation :

« Pendant que la coalition bourgeoise républicaine et socialiste s’installe au pouvoir en Espagne, le roi ivrogne et assassin, détrôné par le pouvoir révolutionnaire des masses, et sa famille, sont accueillis par la France capitaliste avec une sympathie honteuse et insultante pour les travailleurs espagnols. »

  • 44 Arch. IRM-IML, n° 435.

100Le 16 avril, lors d’une réunion du Bureau politique consacrée à l’Espagne, Duclos critique l’Humanité pour sa « façon erronée » de « présenter les événements »44. Le 19 avril, l’Humanité publie un appel du parti communiste et des Jeunesses communistes :

« Prolétaires français, soutenez énergiquement la lutte révolutionnaire des ouvriers et paysans d’Espagne ! »

101Le communiqué évoque « les témoignages d’amitié avec l’impérialisme espagnol » que lui donnent les gouvernements français depuis la guerre du Rif et appelle à soutenir financièrement les Espagnols en lutte et à manifester, notamment le 1er mai, pour transformer « les manifestations “républicaines” des social-fascistes et des bourgeois en manifestation de solidarité révolutionnaire avec les travailleurs d’Espagne ». Une délégation, conduite par Doriot, va partir en Espagne annonce l’Humanité, le 21 avril. Mais les passeports sont refusés. Dans le quotidien communiste, le 23 avril, débute un reportage en plusieurs articles successifs de Gabriel Péri sous le titre « L’Humanité en Espagne ».

102L’Humanité transmet les positions des communistes espagnols. Le 18 avril, un communiqué du parti communiste espagnol appelle à la formation de comités de paysans et d’ouvriers et exige « l’expropriation immédiate de la grande propriété terrienne ». Rendant compte la veille d’une manifestation de paysans à Séville, l’Humanité rapporte les cris de « Vivent les Soviets » et commente le désarmement des manifestants imposé par le nouveau pouvoir espagnol : « C’est le désarmement du prolétariat pour tenter d’endiguer le mouvement révolutionnaire. Canailles ! »

103Péri, le 26 avril, rappelle les réflexions d’un membre du Comité central du parti communiste d’Espagne rencontré à Barcelone. Il évoque « les justes et sévères critiques de l’Internationale communiste » et commente

« Nous étions en quelque sorte un îlot dans l’Internationale communiste et faute de savoir aborder les grands problèmes – problème syndical, problème agraire, problème des minorités nationales – à ma manière bolcheviste, nous avons, sur tous ces terrains, essuyé des échecs. »

104Le Temps, le 3 mai, analyse la situation politique espagnole à la veille des élections et montre des « communistes dépourvus de toute force ». Il expose les diverses revendications communistes et les incidents divers qui marquent les manifestations communistes autour du 1er mai.

  • 45 Comme titre l’Humanité, le 6 mai 1931.

105Aussi, tenant compte des notes prises le 3 mai, Cachin fait-il porter son intervention, le 5 mai, lors de la rentrée des chambres, sur « la solidarité de l’impérialisme français et de la République bourgeoise d’Espagne »45. A l’adresse pour la nouvelle République proposée par les députés, il répond :

« Nous nous associons d’autant moins à votre manifestation qu’elle est aujourd’hui appuyée par le gouvernement Tardieu-Laval, qui, hier, envoyait son préfet de police et ses plus hauts fonctionnaires saluer le bourreau du peuple espagnol [...] »

106Il exalte à deux reprises « la République soviétique d’Espagne » et la « République fédérative des Soviets d’Espagne ». Le Temps, le 6 mai, rendant compte de la séance, parle de tumultes et de coups entre communistes et socialistes.

  • 46 Ibid., 14juin 1931.

107Un mois plus tard, le Comité central du parti communiste français revient sur son attitude au moment des événements d’Espagne. Deux points notamment apparaissent dans cette résolution46 dénonçant les « grandes faiblesses » du parti :

  • « une passivité inexcusable montrée par le parti à l’occasion de l’arrivée en France des bourreaux du prolétariat espagnol, Alphonse XIII et sa clique qu’on a laissé venir sans que s’élève la moindre protestation ouvrière. »
  • « Notre organe central l’Humanité n’a pas donné l’appréciation politique communiste des événements en Espagne et s’est trop bornée à publier des articles d’informations : il n’a pas dénoncé le rôle de l’impérialisme français en Espagne. »

Les étrangers

108Cachin aborde la question des étrangers en France à trois reprises dans ses carnets de 1931. Dans les notes diverses, il fournit des statistiques chiffrées sur la répartition nationale des ouvriers d’origine étrangère et sur le total des étrangers en cette année de recensement. Cette documentation s’impose en raison de l’actualité du débat.

109La réunion du Comité central du parti communiste, le 9 décembre 1930, consacre une séance au travail parmi la main-d’œuvre étrangère. La longue résolution adoptée, publiée dans l’Humanité des 3, 5 et 6 janvier 1931, s’efforce de répondre à la constatation chiffrée d’une présence en France de travailleurs étrangers :

  • 47 Ibid., 2 janvier 1931.

« L’existence dans la production de plus de deux millions d’immigrés travaillant effectivement dans l’industrie, l’agriculture et le commerce, pose pour le parti, en face du développement de la crise, des problèmes politiques et d’organisation qui doivent être résolus sans tarder »47.

  • 48 M’ont aidé à préciser les notes des institutions, des mairies, des centres d’archives, des chercheu (...)

110Le 15 décembre 1931, la Chambre des députés commence à débattre, dans le cadre de la lutte contre le chômage, la question de la « protection de la main-d’œuvre française », comme l’évoque dès le 20 novembre 1931, le Temps, commentant une proposition de loi du groupe socialiste SFIO. L’Humanité, le 11 décembre 1931, résume la position des communistes français : « Bourgeoisie et parti socialiste veulent dresser les uns contre les autres ouvriers français et immigrés »48.

Notes

1 Selon l’interprétation de l’avis de Cachin par Barbé lors de la discussion en réunion du Bureau politique, le 19 décembre 1930, Arch. IRM-IML, 384.

2 Ibid., 436.

3 Plus tard, lors de la réunion du Comité central (2-4 décembre 1931), dans ses conclusions, Thorez précise : « Si on prend le discours de Cachin au XIe Plénum nous avons là tout un arsenal de nouveaux éléments terribles pour lutter contre la social-démocratie » (Arch. IRM-IML 433).

4 Appo, renseignements généraux, dossier Cachin 68909. Dans le même temps, le journal socialiste SFIO, le Populaire, le 20 novembre, évoque sous forme ironique le dialogue entre Cachin et Mussolini pendant la première guerre mondiale.

5 Arch. IRM-IML, 435-436.

6 Ibid., 432.

7 Voir note au 1er mars.

8 Décision annoncée par le journal, le 14 juillet.

9 Appo, renseignements généraux, dossier Cachin 68909 (rapport du 5 décembre 1929).

10 Arch. IRM-IML 436.

11 L’Humanité, 14 septembre 1931 et Appo, Ba 1717.

12 L’Humanité, 1er octobre 1931.

13 Deux députés communistes se retrouvent au siège du parti, 120 rue Lafayette, quatre selon Semard, réunion du Bureau politique du 23 janvier 1931 (Arch. IRM-IML, 435).

14 Idem. Cachin, dans son article, « De la crise économique à la crise politique », Cachin commente la chute du ministère Steeg. Après avoir décrit les conditions, il estime : « La crise politique est à nouveau ouverte et il n’est pas douteux que le cabinet qui va suivre aura une vie tout aussi éphémère ». Il conclut pourtant ainsi : « Les prolétaires des villes et des champs n’attachent plus à ces remplacements, à ces substitutions de représentants de la bourgeoisie, à ce jeu archi usé du parlementarisme, que l’attention la plus distraite. Ils savent que la vraie bataille se déroule ailleurs, loin du Palais-Bourbon, dans les usines et dans les ateliers ».

15 Ibid., 426.

16 L’Humanité, 5 février 1931.

17 Le Temps, 2 décembre 1931.

18 L’Humanité, 13 novembre 1931.

19 Arch. IRM-IML, 380.

20 Ibid., 469.

21 Appo, Ba 1717.

22 Arch. IRM-IML, 380.

23 Ibid., 435.

24 Ibid., 436.

25 Ibid., 469.

26 Tirage de l’Humanité, d’après le rapport de novembre 1931 (Ibid., 469) :
Image
Selon la Préfecture de police (Appo, Ba 1717), la diffusion serait encore plus basse : 125 000 à 130 000 en mars 1931, 100 000 en octobre 1931 ; elle se relèverait à la fin de 1931 à 130 000 pour un tirage de 160 000 exemplaires.

27 Selon le rapport de police, Appo, Ba 1717.

28 Arch. IRM-IML, 469. L’évolution du nombre de ces adhérents est donnée par différentes rapports de police, 218 comités, plus de 10 000 adhérents en novembre 1930, 240 comités, 12 000 adhérents selon les chiffres annoncés par le congrès régional des CDH du 23 novembre 1930, 300 comités, 15 000 adhérents selon les objectifs fixés par le même congrès, transformés en 400 comités et 15 000 adhérents (l’Humanité, 8 janvier 1931).

29 Ibid., 465.

30 15 février 1931.

31 21 février 1931.

32 L’Humanité, 4 septembre 1931.

33 Appo, renseignements généraux, dossier Cachin 68909, rapport du 31 décembre 1929.

34 Réunions des 28 février et du 3 mars 1931 (Arch. IRM-IML, 435).

35 Une campagne de presse de développe sur cette question. Un débat se déroule au Sénat à la fin février 1931. Les décrets du 30 octobre 1930 portant sur les licences d’importation des produits soviétiques sont finalement annulés en juillet 1931 (Appo, Ba 1707).

36 Déclaration au Daily Telegraph rapportée par le Temps, le 18 août 1931).

37 Le Temps, 21 décembre 1931.

38 L’Humanité, 11 février 1931.

39 23,75 % à l’Anglo-Persian, 23,75 % à l’Anglo-Saxon, 23,75 % à la CFP, 23,75 % à la Near East Oil, américaine, 5 % à Gulbenkian.

40 Selon le Temps du 26 février, ils sont titrés « Donnez-nous du travail ou du pain », mot d’ordre annoncé par l’Humanité, le 25, pour la manifestation.

41 Intervention non mentionnée dans le compte rendu analytique du Temps, mais longuement présentée dans l’Humanité du 5 décembre.

42 L’Humanité, 29 novembre 1931.

43 Appo, Ba 1717, rapport du 10 février 1932.

44 Arch. IRM-IML, n° 435.

45 Comme titre l’Humanité, le 6 mai 1931.

46 Ibid., 14juin 1931.

47 Ibid., 2 janvier 1931.

48 M’ont aidé à préciser les notes des institutions, des mairies, des centres d’archives, des chercheurs, notamment A. Barc, F. Basch, A. Buge, A. Burger-Roussenac, N. Carré de Malberg, S. Cœuré, J.-P. Depretto, A. Foucrier, J. Heffer, S. Mattonai, R. Mathieu, . J. Maurice, E. Naquet, J.-L. Panné, M. Panteleiev, N. Racine, A. Ramishvili, J. Rélinger, G. Ribeil, A. Ter-Minassian.
Qu’ils soient collectivement remerciés.

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search