Version classiqueVersion mobile

Carnets. Tome III

 | 
Marcel Cachin

Année 1928

Carnets Cachin. Année 1928. Troisième carnet

Texte intégral

Août

Vendredi 17 août 1928

1Les Japonais finançaient Tchang Tse-Lin et Tchang Kaï-Chek. Ils ont joué les deux chevaux partants : c’est un troisième qui arrive. Feng Yu Siang est-il avec les Soviétiques ? Les capitalistes français disent oui. Donc la guerre civile chinoise est une guerre russo-japonaise. La Chine aime le communisme et la Russie. La Chine a essayé le communisme souvent. La Chine hait le Japon. La situation est très instable au Japon, le communisme y fait de grands progrès. L’étoile de Tchang Kaï-Chek pâlit tous les jours. Feng prouve qu’il est vendu à Tanaka. Tchang KaÏ-Chek n’est plus soutenu que par quelques banquiers et le Japon. Feng noyaute les régiments de ses collègues ; il promet des terres à ses soldats ; il s’habille comme eux et vit avec eux, comme eux. Est-ce que les Japonais iraient jusqu’à faire la guerre en forme ? Non disent les journaux bourgeois car ils ne sont pas sûrs de leurs arrières, et qu’ils craindraient de perdre leurs usines et leurs fabriques en Chine.

2Au Brésil, il reste environ 50 000 Indiens. Il y a trois fléaux dans la région de l’Amazone : le tigre noir, le serpent, et Ford qui pour en tirer le caoutchouc exploite durement le travailleur brésilien. Saint-Paul est la grande ville industrielle du Brésil. Santos, grand dépôt commercial du café. Rio, ville de luxe inouï : casinos, diamant, or, minerai de fer ; 37 millions d’habitants, 8 millions de km2. Au Brésil des formes précapitalistes coexistent avec les usines les plus modernes. Les Anglais et les Américains viennent y chercher les matières premières mais ils ne les travaillent pas sur place. Les paquebots les plus pratiques avec des troisièmes classes confortables sont les allemands. 2 500 F la place à l’aller en troisième.

3Au congrès, une petite Chinoise, ouvrière de Canton (émouvant). Il y a regroupement des masses, pas encore un signe révolutionnaire, mais le développement de la révolution est inévitable. Le Kuomintang dégénère, ne peut réaliser l’unité de la Chine. L’impérialisme ne fera jamais de concessions sérieuses au Kuomintang. Le Kuomintang ne peut réaliser la revendication des paysans. La bourgeoisie nationale ne peut résoudre la question agraire parce qu’en Chine il n’y a pas un fond libre de terre. Les paysans sont liés aux ouvriers. Le Kuomintang n’est que la dictature des féodaux et de la bourgeoisie. Il est éparpillé, chaque groupe de généraux a son clan. C’est comme la dictature fasciste de l’Occident. Il n’y a pas stabilisation du K. Les différents groupes sont en lutte. Ce serait une faute de dire qu’il n’y a pas de possibilité de réformisme national. Les États-Unis appuient le Kuomintang. Lutte contre les impôts excessifs, d’où tactique indépendante du PC. Il doit former ses syndicats, diriger la petite bourgeoisie, et améliorer la vie des troupes. Ce sont surtout les paysans qu’il faut appuyer contre les féodaux. Il doit diriger les partisans nombreux ; il doit diriger l’insurrection armée. Il doit réaliser sa ligne par la conquête des masses. Il ne faut plus de fautes opportunistes. Les femmes participent activement à l’insurrection. À Shanghaï elles étaient de la garde ouvrière contre Tchang KaÏ-Chek. De même dans les campagnes les paysannes participent. Elles sont dans les services de protection à la campagne, et dans tous les ressorts. Les vieux préjugés sont abolis. Nous faisons un grand travail d’éducation. L’activité des femmes, liberté du mariage, éducation, destruction du système d’esclavage de la famille. Pour de pareilles mesures, elles doivent lutter. Le PC est jeune, n’applique pas toujours l’IC. Les fautes opportunistes ont les mêmes racines que l’idéologie de l’opposition russe. Il faut assurer la direction avec la liaison avec l’IC.

4Ford. Les nègres. Le mouvement des nègres américains sera redoutable pour le capitalisme américain. Pour les pays où les nègres sont dans les colonies, la lutte entre les nationalistes et les ouvriers et les paysans pour la direction. Les nègres ont marché dans la guerre en 1914 : 600 000 dans l’armée américaine, 300 000 dans les usines. Les États-Unis dans leurs préparatifs de guerre embauchent les nègres comme soldats réguliers : on les militarise. Il y en a même à l’Académie des officiers pour avoir des officiers nègres. Dans l’armée française 100 000 nègres et 400 000 pendant la guerre. En Angleterre une grande réserve de soldats noirs. Dans une guerre anglo-américaine, les noirs seront jetés les uns sur les autres, et aussi peut-être en Afrique. Et aussi contre l’URSS. Dans les colonies, il faut organiser la lutte contre l’oppression ; il faut syndiquer les nègres dans le monde entier. Il faut rapprocher les blancs des noirs ; il faut les organiser à part.

5Lacerda. – L’impérialisme nord-américain subventionne des mouvements révolutionnaires au Brésil contre la réaction agrarienne. Les pays de l’Amérique latine sont des semi-colonies.

6Cette petite ouvrière chinoise de Canton qui a parlé avec tant de flamme et de connaissance du mouvement révolutionnaire chinois n’a que 22 ans. Elle ne sait pas lire. De très nombreuses ouvrières et paysannes chinoises sont dans le même état de culture. En quelques années, depuis la révolution elles se sont éduquées dans l’action. Leur courage physique est grand. C’est par les réunions, conversations, l’expérience qu’elles se sont instruites. De ce petit corps d’enfant partait une voix cassée, criarde, souffrante, douloureuse. En Chine, PC créé en 1921. D’abord quelques membres. Crise industrielle depuis la fin de la guerre, parce que depuis la fin de la guerre, les pays capitalistes ont recommencé à importer. Dépréciation du papier-monnaie. Agriculture en déclin à cause de l’exploitation des propriétaires, de l’usure, des guerres, du banditisme, de la révolution paysanne qui se déclenche partout. Vie très chère. À partir de 1923 la crise est permanente. La crise a eu pour résultat d’affaiblir l’impérialisme britannique et de renforcer l’influence américaine et japonaise.

  • 1 Piat (nitsky).
  • 2 Albert Treint (1889-1971), dirigeant du PCF jusqu’en 1926. Membre du Comité exécutif de l’IC et du (...)
  • 3 Jean Cremet (1892-1929 ?). Militant des Jeunesses communistes, il devient secrétaire de la Fédérati (...)

7À 1 h, Présidium. Ekki. Fixation de l’ordre du jour du congrès. Lundi soir, ouverture du congrès des Jeunesses. La direction de l’IC est faible. Seul Piat1 travaille. Et les autres sections nous envoient des non-valeurs. Il faut qu’on nous envoie les meilleures forces. Même Thälmann ! C’est un rêve ; mais qu’on envoie des délégués chefs, responsables et non des Treint2 et des Crémet3. Il faut une forte représentation. On propose 53 membres dans l’Exécutif. 33 ikk. Il y a eu cinq plénums entre les deux congrès. C’est trop. On propose le congrès tous les deux ans et des exécutifs tous les quatre mois. Pour les femmes.

  • 4 Van Tin Veï. (Wang Jingwei) (1883-1944). Proche de Sun Yat-Sen, il lui succède à la tête du Kuomint (...)
  • 5 Tchan Dou Siou, orthographié Chen Duxiu (1879-1942). Étudiant, il rejoint le mouvement révolutionai (...)
  • 6 Ten Pin Sian, orthographié Tan Pingshan (1887-1956). Communiste de Canton, il est l’un des premiers (...)

8Chine. Ces derniers temps, les affaires anglaises se sont améliorées (Li Ti-Sin à Canton). L’industrie lourde est aux mains des Japonais. De 1925 à 1927 mouvement de masse des ouvriers, paysans, petits bourgeois. En 1924, gouvernement de Sun Yat-Sen dans le Kouang-Toung. Bloc de la petite bourgeoisie nationale et révolutionnaire, des paysans et des ouvriers unis contre l’impérialisme. En 1925 Ou Pei Fen est battu par Feng ; la Chine signe un traité avec l’URSS ; un mouvement révolutionnaire puissant emporte le Sud et le Centre : grèves énormes. En 1926, le Kuomintang évolue à droite par peur des ouvriers. Mais en 1926 et jusqu’au printemps de 1927, le mouvement révolutionnaire grandit de Canton vers le centre. Il était assez fort pour tout emporter. Mais la discorde se mit dans le Front national unique. Dans l’été 1927 coup d’état de Tchang KaÏ-Chek, Li Ti-Sin, Van Tin-Veï4, Tan Chan-Chi. Le Kuomintang est dominé par l’impérialisme. Les bourgeois, les agrariens, les militaires s’unissent contre le prolétariat, contre l’URSS. On tue 30 000 ouvriers, on dissout les organisations ouvrières, on rend le PC illégal. En même temps les rivalités impérialistes recommencent. Les Américains sont avec Nankin. Les Japonais envahissent le Tchang Toung. Les Anglais sont à Canton, dans le Hunan et le Houpé. (Chinois et Chinoises bruns, noirs). En 1925, il y avait 1 000 membres du PC chinois. Il adhère au Kuomintang. Au Ve Congrès il est arrivé à 50 000 (1927). Il agit sur 2 800 000 ouvriers organisés, sur des associations paysannes de millions de membres. Les jeunesses 35 000 membres. Mais la capacité de direction manque. La direction du PC freina toujours par crainte de rompre avec le Kuomintang. Elle laissa écraser le mouvement de Shanghaï et de Canton. À Ouhan, le Ve Congrès redresse la ligne du PC dont les chefs refusaient de suivre l’élan des ouvriers et des paysans. Surtout pendant la campagne vers le Nord, on n’avait pas organisé les masses à mesure qu’on avançait. Le Ve Congrès en laissant Tchan Dou Siou à la tête du PC assura la défaite de la révolution. On se laissa déborder par le K. de gauche : on concentra ses feux sur Tchang Kaï-Chek ; on ne donna pas les terres aux paysans ; on n’arma pas les ouvriers ; on ne fit pas le nécessaire pour conquérir l’armée ; on liquida une armée de 8 000 hommes ; on désarma les piquets de Ou Nan. Malgré toutes ces avances, le K. rompt avec le PC. On a sacrifié le mouvement de classe au mouvement national. L’IC a protesté contre cette méconnaissance de la réalité ; en juin 1927, elle a fait réélire un nouveau CC. On chasse Tchen Diou-Siou5. La révolution reprend un regain de force ; mais les erreurs recommencent avec Ten Pin Sian6. En septembre on le chasse avec le CC. La conférence de novembre se donne comme tâches : révolution agraire, désagrégation de l’armée. En décembre, Canton se soulève, mais le mouvement était mal préparé. En ce moment, Ten Pin Sian a créé un mouvement ouvrier et paysan ; la terreur blanche règne ; les syndicats de masse sont écrasés. Désespoir et tendance au putsch. Le IXe Plénum a redressé la ligne. Tâches : préparation vers un nouvel essor révolutionnaire. Lutte pour les masses ; organisation, syndicalisme ouvrier, syndicalisme paysan. Dans certains districts de la province de Kuangtoung, il y a organisation de Soviets. Le PC a gardé son appareil. Il est illégal. Il fait paraître un journal. Il est plus ouvrier et paysan. Il est sectaire ; il ne sait pas travailler illégalement ; il est putschiste.

911 h, France-Chine. 1 h Pravda. 5 h, Tchitchérine.

Samedi 18 août 1928

10Le Brésilien Lacerda : nous avons un hebdomadaire ouvrier qui ne se dit pas communiste puisque le communisme est hors-la-loi. Lorsque A. Thomas vint au Brésil, il fut sifflé par les ouvriers. A. Thomas alla voir le président de la République et lui dit : ça commence toujours comme ça, le communisme c’est tout petit, et puis ça grandit. Attention ! Et notre journal fut frappé pour avoir attaqué A. Thomas. Les films américains nous représentent comme des Indiens sauvages qu’il est grand temps d’aller civiliser. Ils représentent de même les Mexicains comme des bandits. Ils créent leur opinion publique en vue de leur impérialisme. En ce moment, il y a au Brésil des conflits ouvriers et militaires importants.

11Au congrès. 9h.

12Alimin. Indonésie. – Nos pays pauvres et ouvriers ne peuvent acheter les produits étrangers. Les capitalistes industriels. D’immenses sommes sont investies dans les colonies. De grandes plus-values en sortent (caoutchouc, pétrole). Les plantations de tout ordre ; les moyens modernes de transport exigent l’exploitation des colonies.

  • 7 Henri Lozeray (1898-1952). Ouvrier linotypiste à Saint-Denis, il se syndique et adhère aux Jeunesse (...)

13Lozeray7. – Les capitalistes de la métropole accaparent les terres des paysans : par simple rapt, par expropriation, par usure. 12 millions d’hectares en Algérie sur 21 millions d’hectares. En Tunisie 700 000 hectares aux colons, moyenne 850 hectares. Au Maroc, de même. En Indo-Chine c’est le pillage : des domaines de 25 000 hectares. 500 000 hectares en tout. En AOF. D’où paupérisation, prolétarisation des indigènes. Refoulement dans les parties pauvres de la terre. Développement de l’industrie. Industrie de transformation des produits, surtout alimentaires. Développement des travaux publics. Électrification. Capitaux investis en 1914 : 4 milliards par les Français. 1921 : 8 milliards. Depuis les choses continuent. Au Maroc, 3 milliards en 1921 ; en 1927, 4,5 milliards. En 1924, 615 établissements industriels au Maroc ; en 1927, 800 établissements avec un demi milliard, plus les emprunts des chemins de fer. L’impérialisme français fait 11 % de ses importations, 15 % de ses exportations. Il renforce ses barrières douanières. Contradiction. Opposition entre Italie et France ; récents mouvements coloniaux obligent le capitalisme français à renforcer ses armées coloniales locales, les troupes locales, matériel moderne, embauche des soldats, fait des usines pour la guerre. Transsaharien. De plus une répression vigoureuse. En Indochine il renforce la gendarmerie et militaires ; il fait le trans-indochinois, base navale de Saigon et avions. Le tout pour lutter en Indochine contre les Annamites. Il cherche aussi le morcellement de la Chine. En Indochine, les révoltés annamites organisent la lutte armée pour l’indépendance. Mutineries de plantations. L’Internationale communiste n’a jamais dirigé ces actions.

14En Algérie, en Tunisie, Maroc, Sénégal, manifestations isolées de paysans combatifs ; les masses indigènes se radicalisent, s’organisent. Les chefs socialistes français aident l’impérialisme. Pour le Maroc et la Syrie, nous avons soutenu la libération nationale de ces peuples ; Front unique des ouvriers et des coloniaux. Nous avons introduit des indigènes dans notre parti dirigeant. Indépendance sans condition des colonies françaises. Nous ne nous sommes pas assez occupés des colonies et des paysans pauvres surtout. 1°) Il nous faut entraîner le PCF à mieux connaître les colonies ; 2°) Il faut poursuivre le travail dans les colonies pour organiser la lutte, former des cadres prolétariens coloniaux, contre la bourgeoisie nationale, pour l’indépendance préciser notre attitude de classe très tranchée.

15Réunion franco-chinoise. 11 h. Ten Pin Sian. Il n’y a pas de PC en Indochine. Il n’y a plus de parti d’indépendance : terrorisme, volonté révolutionnaire mais pas organisation révolutionnaire. Nos liaisons sont très difficiles : cinq mois de retard. Il faut que le centre de l’action soit au Siam ou Yunnan. Non ! A Macao dit un Chinois. L’École de Canton ne comportait que quelques Indochinois et tous jeunes. D’autres (une trentaine) ont été arrêtés à la frontière quand ils y allaient.

16Yunnan. Les cheminots sont des ingénieurs indochinois bien payés qui exploitent les Chinois ouvriers. 300 membres du PC dans le Yunnan. Il faut constituer des syndicats en Indochine. L’influence indochinoise et française est grande au Yunnan. Une grève de cheminots au Yunnan. Le consul français a insisté pour que le gouvernement du Yunnan écrase la grève ; mission 1927 sous Varenne. La langue indochinoise n’est pas la même que la chinoise. Il faut qu’un Chinois et un Français soient nommés ici pour aller dire à l’I. qu’on ne peut quitter tout sans avoir réglé le problème de la liaison. Yun-Eron, compagnie asiatique de pétrole français. La BIC ; les billets de banque de Yunnan sont dans les mains de cette banque ; la monnaie varie avec la valeur du franc. La banque rafle l’or et l’argent et donne les papiers.

17Les fusils : en 1925, 250 000 fusils par les Français, avions. Les Français entretiennent la guerre civile. Les grands magasins de la capitale sont français. Écoles, églises, missionnaires. Les Français mobilisent en Indochine. Ils concentrent des troupes à la frontière du Yunnan. Ils renforcent leur armée indochinoise, et leurs bases navales et d’aviation.

181 h, correspondants ouvriers. C’est la tâche des cellules. S’il n’y a pas de journaux d’usines, il n’y aura pas de correspondants ouvriers. Les ouvriers disent : « Nous ne savons pas comment nous y prendre ». Alors il faut leur apprendre. Il faut savoir former des rédacteurs de journaux d’usines. Il faut aller chez les ouvriers, à l’usine, les persuader. À l’Huma, il faut que le personnel entier aille aux usines et qu’il ait le contact le plus étroit avec les ouvriers des grandes et petites usines. Par les correspondants ouvriers nous élevons le niveau des ouvriers et préparons les cadres. Il faut des réunions nombreuses. Les rédacteurs des journaux, le chef rédacteur, son adjoint, doivent se donner à ce travail. Il faut faire l’éducation des ouvriers. Un seul camarade ne peut faire le travail. Il faut du talent d’organisation. C’est dans la Gazette ouvrière de Moscou que se fait le meilleur travail.

19Norvège. 300 correspondants ouvriers. Nous avons réuni des ouvriers dans l’usine. Nous avions 26 journaux d’usines. On les a brimés, persécutés, beaucoup sont disparus. Les camarades se sont réunis à Oslo et ont réglé la base matérielle des journaux qui restent d’usines. Ils paraissent régulièrement. On fait les journaux d’usines typographiquement.

20Lituanie. Illégal. Les jeunes distribuent les journaux aux ouvriers et paysans ; les conditions des campagnes sont très dures.

21USA. Ne pas révéler le nom du correspondant ouvrier. Écris en combattant. Combats en écrivant. Dans les usines Ford, troubles. Pourquoi ? Parce qu’il y a eu des correspondants ouvriers qui ont révélé ce qu’on y faisait. Nous avons eu une petite publicité sur les correspondants ouvriers.

22Oul. – Il faut fortifier et renforcer le travail. Il faut faire échange d’expériences. La rédaction des journaux elle-même doit jouer un rôle important et non l’Agit.-Prop. La direction du moment, doit organiser le mouvement. Le CO peut être sans parti et inorganisé. Des membres d’autres partis peuvent écrire et devenir peu à peu communistes. L’expérience des journalistes doit servir au correspondant ouvrier. C’est leur besogne de faire le journal. L’Enchaîné est excellent. Avoir une grande quantité de correspondants ouvriers et les diriger. La direction du travail des journaux d’usine est faible ; c’est regrettable. C’est la meilleur façon de toucher les ouvriers. Il faut améliorer le travail à tout prix et faire qu’ils paraissent périodiquement. Il faut qu’ils fassent des campagnes. Il faut que ce soit les ouvriers qui fassent les journaux d’usines pour leur donner les initiatives. Liaison internationale. Pas d’organe spécial, central, l’exécutif du Komintern ; ont une commission spéciale pour faire le contrôle. C’est cette commission qui fera la liaison. L’Humanité sera en rapport avec la Pravda. Les autres journaux auront un lien avec chacun des autres journaux russes correspondant : un cheminot avec un cheminot, etc.

  • 8 Henri Torrès (1891-1966), avocat, collaborateur de l’Humanité et membre du PCF

23À 5 h, Tchitchérine. Je le quitte à 6 h 25. Il est malade, au lit, diabète. Il a toute sa lucidité et sa mémoire. 1°) Le rapprochement anglo-français très grave et dangereux. Un seul bénéfice. Il a une pointe contre l’Allemagne et va contraindre celle-ci à se rapprocher de nous. Il a une pointe contre l’Amérique (le chapitre des flottes). 2°) Au cas où la Pologne nous attaquerait, si la France envoyait des officiers, des avions, des munitions à la Pologne, est-ce que le PC pourrait quelque chose ? Non ! 3°) L’Angleterre ouvertement nous menace. Dans les Indes elle mobilise sur la frontière afghane. Elle envoie sa flotte sur la Baltique. Elle pousse la Pologne ; elle ne cache pas son jeu contre nous. 4°) Il ne faut pas attaquer la Turquie ni la Perse inutilement, car ce sont pour nous deux réserves dans le duel contre l’Angleterre. 5°) L’Italie rêve de réunir la Turquie, la Grèce, les Balkans et l’Angleterre laisse faire. Elle isole la Yougoslavie et hait la France. L’Angleterre a beau se rapprocher de la France, elle n’abandonne pas l’Italie. Elle joue le double jeu. 6°) Quand on croit à l’étranger que nous sommes sur le point de sombrer, on en conclut qu’une chiquenaude suffirait pour nous faire tomber, on est tenté de nous attaquer. Mais si l’on pense que nous nous renforçons, on hésite davantage. 7°) Lapinsky-Michalsky a fait dans la Pravda il y a quatre ou cinq jours, un article remarquable. Il est opposé à ce que l’on mette le passage à l’Armée rouge dans les thèses contre la guerre. On a passé outre. Déjà la Pologne a protesté en disant que les communistes polonais accomplissaient un acte de haute trahison. On dira la même chose en France. Oui, mais il s’agit uniquement de l’attaque sans motif contre l’URSS et c’est dans ce cas seulement que la menace est faite. 8°) Je n’irai pas en France après ma cure en Allemagne, car de droite comme de gauche on nous en veut après les élections. Dog est juste ce qu’il faut là-bas par ce temps de politique de veilleuse. Était-il bien nécessaire d’attaquer Torrés8 comme on l’a fait ? 9°) Poincaré n’aime point l’Angleterre depuis la Ruhr. Lloyd George le hait depuis Gênes et depuis Cannes. Poincaré et l’Angleterre ce sont deux raideurs qui se heurtent. Cependant l’accord est fait. Il ira loin. Où ? Depuis quelques jours la presse française mène grosse campagne contre l’Anschluss et l’évacuation de la Rhénanie. 10°) Mussolini déclare : je veux la paix avec la France, mais je ne veux pas qu’elle s’occupe des Balkans. 11°) En Pologne nous sommes à la merci du caprice d’un fou

24Aux Indes, six villes énormes : Lahore, 1 200 000 ; Bombay, 2 000 000 ; Calcutta, 2 500 000 ; Cowupore ; Delhi ; Madras. Les journaux nationaux hindous tirés à 500 000. Les communistes ont quatre hebdomadaires.

25Des médecins se font ici 2 000 à 3 000 roubles par mois. Des Nepmen ont des millions de roubles.

Dimanche 19 août 1928

  • 9 Renaud Jean.

26Le Comité de Moscou du PC, le Soviet de Moscou, le Comité de l’union des syndicats de Moscou organisent aujourd’hui une fête de fraternisation entre les délégués et les prolétaires de Moscou : territoire du parc de culture et de repos. C’est un parc immense avec des constructions de bois nombreuses pour distractions de tout ordre. Les ouvriers y peuvent trouver le dimanche et même en semaine des occasions de repos, de détente et de plaisir. Il va jusqu’au Mont des Oiseaux, le long de la Moskova. Dès notre arrivée, on nous conduit au meeting en plein air. 10 000 auditeurs, sur une pelouse qui descend d’un ancien palais de Catherine la Grande qui fait tableau de fond. Ouglanov, président du Comité communiste de Moscou fait les présentations puis M.C. pour la France, un Allemand, Kolarov, un Chinois, un camarade de l’Uruguay. Le blanc des vêtements sur le vert des pelouses. Le Chinois semblait psalmodier, chanter un chant triste et rauque. Kolarov dit : grattez le russe disait-on autrefois, vous trouverez le cosaque. Aujourd’hui : grattez le social-démocrate, vous trouverez l’impérialiste. Un ancien membre du IIe Congrès du parti bolchevik il y a vingt-cinq ans est venu. Il a déclaré qu’après ce congrès, il avait vu Bebel à Berlin. Bebel lui avait objecté que son IIe Congrès était un congrès de fous, que la méthode parlementaire était seule possible, que Lénine était un aventurier, etc. Or, dit-il, aujourd’hui, voyez où est la social-démocratie. Et voici que de tout l’univers on vient rechercher les résultats de notre expérience russe. C’est que seule l’insurrection armée est efficace. Après le meeting, déjeuner. Puis promenade en bateau sur la Moskova jusqu’au Mont des Oiseaux. Puis chœurs d’Ukrainiens magnifiques, guignol curieux où on bat un anglo-saxon. Et avec R.J.9 nous rentrons à 6 h à pied le long de la rivière. (Pas un chapeau de femme, pas un chapeau d’homme : des casquettes).

Lundi 20 août 1928

2712 h, Blanc au congrès. 7 h, Congrès des Jeunesses.

  • 10 Ponsot. Haut commissaire français à Damas qui s’attacha à réduire le soulèvement druze et les diffé (...)
  • 11 Fin, pseudonyme de Feineberg, Iosif (1886-1957). De 1906 à 1918, il est membre du parti socialiste (...)

28En Syrie. 50 membres du PC ; quelques syndiqués. Pas de journaux, des tracts. L’Émir C.A. n’est pas très riche ; sa qualité d’émir n’indique pas nécessairement une grande origine. Il est venu à Moscou et a bien parlé de sa visite ; mais il s’en est tenu à ce coup de chapeau au communisme. En ce moment, des capitalistes musulmans élèvent des usines de textile à Damas, à Tripoli. De même, on travaille le cuir avec une technique développée. Dans le prolétariat qui se constitue, nous avons une action. Mais la paysannerie est extrêmement ignorante, arriérée, et dans la dépendance absolue de puissants féodaux. Le mouvement nationaliste est très affaibli en Syrie ; les chefs se divisent. Ponsot10 a amnistié les uns et les autres ; refus de quitter le désert et la lutte. Un jeune Syrien qui fut étudiant à Paris est devenu gouverneur d’une ville en Transjordanie. Il m’a connu à Paris ; il a fait profession de communisme. Il disait avant d’autres dans l’administration que j’étais comme un envoyé du ciel. À 3 h, Fin11 et Blanc viennent régler à la chambre 65 les dettes du C. Il faut avoir plusieurs adresses à Paris, outre celle d’A. Au congrès, une dizaine d’orateurs viennent affirmer que dans les colonies arriérées la révolution doit être d’abord démocratique pour se débarrasser de l’impérialisme. Puisque seuls les paysans et les ouvriers pourront se libérer entièrement. C’est monotone et c’est une perte de temps considérable.

  • 12 Marcel Cachin y prend la parole.

29Inauguration du Ve Congrès de l’ICJ. Boukharine, Thälmann, M.C., au Grand Théâtre12. Les jeunes, les pionniers, spartakiades, l’Armée rouge ; de 7 h à 11 h, discours, musique. Tsang-Tsai et son mari Li. Des jeunes étudiants chinois venus en France, à Lyon, Paris, Montargis pour étudier, beaucoup sont devenus anarchistes en France. Ils sont retournés en Chine. Ils sont passés au Kuomintang et font assassiner les ouvriers communistes. Commission française. L’exposé de Racamond. Les syndicats. Rien de nouveau ; attaque émoussée contre la RP. Il ne faut pas que les cellules nuisent aux syndicats. Il faut que les communistes travaillent davantage et mieux dans les syndicats.

Mardi 21 août 1928

30Un Hindou. La bourgeoisie hindoue trahit l’indépendance. Pas encore comme le Kuomintang. En 1922 la fureur des masses s’est déclenchée sur la police anglaise, alors la bourgeoisie nationale a été vers l’impérialisme. Après, Gandhi a trahi le mouvement ; son mouvement est liquidé. Il y aura scission dans le camp bourgeois ; lors d’une guerre, la couche supérieure marchera avec l’Angleterre. Mais les couches petites-bourgeoises essayeront de prendre le pouvoir avec les ouvriers et les paysans. C’est alors que ce sera le moment critique pour nous. Il nous faut discréditer et démasquer la petite bourgeoisie. Il faut la pousser par des demandes plus radicales. Nous, les marxistes, disons que c’est (dans) la période d’industrialisation des Indes ? (Le gouvernement ment ?).

  • 13 Strakhov, pseudonyme de Chü Chiu-Pai
  • 14 L’opposition unifiée avait mis en cause la politique encouragée notamment fin 1927 par Neumann à Ca (...)
  • 15 Pepper pseudonyme de Joseph Pogany (1886-1937).
  • 16 Lominadze Vissarion (1898-1937).
  • 17 Mikhail Borodine (1884-1949), envoyé par l’IC en Chine de 1923 à 1927.

31Un Chinois (Strekov13) intellectuel théoricien, système asiatique de terreur. Après la défaite de la révolution chinoise. Dans aucun pays, aucun pareil système de terreur, de dictature. Il faut former une armée pour l’insurrection armée des pays coloniaux. Nous avons formé de véritables détachements que nous avons maintenus au sud de la Chine. On sait que les Chinois vont du putschisme à l’opposition. Pourquoi ? parce que nous avons eu une position petite bourgeoise près des masses. On a désarmé les piquets chinois. Nous avons peu de contact avec les masses. Nous avons plus de 100 000 membres plus paysans qu’ouvriers. Il faut plus de prolétaires. Nous faisons des Soviets et tous les membres du Soviet entrent dans le PC. Nous avons perdu des dizaines de milliers de camarades, mais qualitativement le parti est amélioré. Le PCC a trouvé sa nouvelle voie. La révolution a appris la lutte de masses. Nous ne sommes pas trotskistes. À cause de sa faiblesse, le communisme chinois s’écarte du mouvement anti-impérialiste. Il faut s’occuper de l’impérialisme. Comment ? Grèves, boycott, meetings. Nous n’avons pas renversé l’impérialisme. Ce sera pour quand les paysans et les ouvriers se soulèveront. Staline a dit que la révolution chinoise est anti-impérialiste et démocratique. Le contenu essentiel en est agraire. Mais Staline a ajouté qu’il fallait... Nous ne sommes pas avec Plekhanov. Il ne faut pas opposer le révolution agraire à l’anti-impérialisme. Chez nous, il n’y pas de révolution permanente. Trotsky14 nous accuse d’avoir fait des putschistes. Charge contre Pepper15. Lutte contre Pepper et Trotsky. La révolution chinoise est une révolution démocratique, renversement de l’impérialisme et féodalisme. Cette lutte ne peut aller jusqu’au bout que par l’appui des ouvriers et paysans. Ce sera ou bien la dictature du pouvoir financier ou la dictature du prolétariat. Pour comprendre la révolution coloniale, il faut comprendre la révolution chinoise. Lominadzé16 et Borodine17 ont avoué leurs fautes : surestimation de la bourgeoisie nationale et sous-estimation des paysans.

  • 18 Otto Kuusinen (1881-1964). Membre du Comité exécutif et du Présidium de l’IC depuis 1922, il s’est (...)

32Industrialisation. L’impérialisme dans les colonies développe le capital commercial mais pas comme en Europe. Pendant les guerres les impérialismes ont en Chine et aux Indes aggravé la crise... (le traducteur bafouille...). Article de Lapinsky sur Hilferding, arrêté par la censure à cause de certaines affirmations concordant avec Hilferding. Kuusinen18. Les différentes étapes de la révolution. Les classifications des colonies. La paysannerie. Le rôle indépendant du prolétariat dans les pays coloniaux et le rôle dirigeant par le PC. Rôle de la révolution chinoise où le prolétariat pour la première fois a joué un rôle indépendant dans les révolutions coloniales. Pour les tâches prochaines, quelques lignes directrices pour le rôle du prolétariat dans les colonies. Introduction du capitalisme dans les colonies, formation du prolétariat (femmes et enfants surtout), prolétariat qui reste attaché au village. Que sera la dictature démocratique de la paysannerie et du prolétariat et de la petite bourgeoisie ? Pas commode à dire. Le passage de la révolution d’une étape à une autre, de la révolution bourgeoise démocratique à la révolution socialiste, aux Soviets. Les caractères de la révolution bourgeoise démocratique. Par exemple en Chine : je pense qu’il est difficile de dire maintenant : « À bas les bourgeois » et en même temps ils ont aidé la bourgeoisie. La première étape de la révolution socialiste qui remplirait toutes les tâches de la révolution bourgeoise démocratique, c’est un autre chemin. Transformation de la révolution démocratique en révolution socialiste. VIIe Plénum sur la Chine. Révolution bourgeoise, révolution bourgeoise démocratique, révolution socialiste. Il faut la lutte pour passer de la deuxième à la troisième et il faut un minimum de conditions objectives ; après cela la lutte décide de tout, c’est empirique, la lutte qui décide.

  • 19 Manabendra Roy (1887-1954). Membre du CE de l’IC et de son Présidium depuis 1924 et 1925, envoyé en (...)

33Décolonisation. Il y a d’abord l’impérialisme et la bourgeoisie indigène qui exploitent. Puis lutte ; puis crise révolutionnaire dans les colonies. II faut développer les trois points de vue et concrétiser les perspectives. Le prolétariat se développe dans les colonies comme il s’est formé dans les pays capitalistes autrefois. L’industrie indigène est écrasée par l’impérialisme. Inutile d’apporter des citations de Marx et Lénine. L’exploitation capitaliste aux colonies est pillage, mais aussi exploitation capitaliste avec base matérielle de développement de la production : chemins de fer, ports, mines. Industrialisation de l’Inde par l’impérialisme anglais. En principe c’est du Roy19. Ni Marx ni Lénine n’ont jamais dit que l’impérialisme développe l’industrie coloniale. Y a-t-il tendance de l’impérialisme colonial. Réside en ce qu’elle...[prise de notes incomplète]. Jusqu’ici on tenait compte de la fonction impérialiste de développement de ses propres conditions d’existence. Il était temps d’attirer l’attention sur cette question. Marx dit la tendance au surnombre d’ouvriers, une répartition du travail [ill.] s’est appliquée à l’agriculture, l’autre à l’industrie.

  • 20 Paul Vaillant-Couturier (1892-1937).

34Le rôle de Péri, c’est une querelle de jeunesse qui date de longtemps. Lozeray accuse depuis longtemps P. de mœurs mauvaises et d’autre part, l’autre est hautain et de caractère difficile. Tous les rédacteurs de l’Huma sont sévères pour V.-C.20. Blanc me dit touché 200 R, je vais envoyer 100 à A., 100 à Lilite. Vu Midol et sa femme.

  • 21 Grégoire Sokolnikov (1888-1939). Commissaire aux Finances à partir de 1922, il est également en cha (...)

35Petrovsky. – La période du capitalisme, du capitalisme financier, ne modifie pas les lois du capitalisme en général, mais elle peut les modifier. Les camarades qui parlent de la décolonisation se trompent. Il y a des pays non explorés qui sont très importants pour le capitalisme. Cf. Hilferding, Lénine. Capitaux exportés. Hilferding dans son Capital financier a fait une analyse juste de la colonisation capitaliste. Le capital anglais qui va en Afrique du Sud renforce le capital anglais de ce pays. Le capital américain arrive sous forme de prêts en Amérique du Sud et c’est une arme pour l’expansion de l’impérialisme. Car les États ne peuvent payer. Alors les Américains envoient des contrôleurs de budget. C’est une forme courante pour la fondation des monopoles, de la conquête des matières premières et la direction du pays. Dans certains pays d’Amérique du Sud, l’Amérique et l’Angleterre essayent de saisir les industries clefs. Il y a conquête des sources de matières premières et non industrialisation. Rappelez-vous la discussion sur Dawes entre Sokolov21 et Staline. Nous ne recevons pas de capitalistes en Russie, mais nous pourrions en recevoir si nous permettions la colonisation de la Russie et non sa décolonisation. Nous avons voulu garantir l’indépendance de notre pays. Nous voulons produire tout, les machines qui produisent les bottines, les autos, les métiers à tisser. La bourgeoisie hindoue veut aussi cela, mais la bourgeoisie anglaise ne lui permettra pas. La bourgeoisie anglaise veut faire de l’Inde un appendice agricole. Lorsqu’il y a divergence entre l’impérialisme et la bourgeoisie locale, il ne s’agit que du partage des profits. Il y a beaucoup de raisons d’entente entre les Anglais et les grands Hindous. L’impérialisme empêche-t-il le développement du pays, l’intérêt de classe représenté par la bourgeoisie qui représente la libération du pays est progressif : l’indépendance des produits de l’Inde c’est une tendance dans l’intérêt de la bourgeoisie et aussi du prolétariat et de la classe ouvrière. On ne doit pas la condamner sinon quand elle capitule. La bourgeoisie indigène est-elle ou non un comprador ? La bourgeoisie indigène s’entend de temps en temps avec l’impérialisme sur le terrain économique. Lénine au IIe Congrès. Petrovsky a tout simplifié.

36La Chine est beaucoup plus avancée que l’Inde. Mais même en Chine, la bourgeoisie indigène joue un grand rôle politique. Le camp révolutionnaire n’est pas le même qu’en Allemagne. Le camp révolutionnaire est hétérogène : il contient des bourgeois qui à une autre étape peuvent jouer un rôle fasciste. Il faut voir çà dans la dynamique. Il faut analyser de près la bourgeoisie nationale. Petrovsky dit : « Elle est réactionnaire et c’est tout. » Je dis : Il faut dénoncer les serejistes. Il fait des campagnes nationalistes, sans violence, et crie sans agir. Mais ce parti a dirigé cependant certaines révoltes, Bardoli 8 juillet. La population de Bardoli a diminué mais la discipline des Hindous est superbe. On barricade les maisons quand les Anglais arrivent. Si nous avions un véritable parti dans l’Inde, nous pourrions utiliser beaucoup de Chinois. Les serejistes contre-révolutionnaires sont à la Ligue impérialiste ; nous les avons soutenus. Représentants de la bourgeoisie hindoue. Caméléons. Ne les chassons pas de la Ligue, mais dans la Ligue, critiquons-les. Ils sont comme les Cadets en Russie. Les conditions objectives existent dans l’Inde pour de grands mouvements. Il faut se servir de tous les événements et il n’y a pas de petites causes. Si la bourgeoisie se radicalise, cela veut dire que dans le fond du pays il y a de grands troubles. Nous savons que la bourgeoisie trahira. Pet. les considère comme des révolutionnaires à 100 %. Staline a dit : « Il faut neutraliser la bourgeoisie, même si la tentative est vouée à l’insuccès ». Trotsky déclare naturellement que la bourgeoisie à ses yeux est révolutionnaire. Petrovsky pense comme Trotsky. Lénine a dit : « Il faut utiliser tous les petits conflits, les approfondir, les lier avec les mots d’ordre révolutionnaires ». Petrovsky est à l’antipode. Chinois : ils ont après la défaite, tendance à gauche, c’est sûr, mais j’ai crainte. Pilsudski reste fort. Il vient de gracier 600 sur 6 000 communistes. Le prolétariat polonais se résigne aux emprisonnements des militants.

  • 22 Lev Mikhaïlovitch Karakhan (1889-1937). Membre du parti bolchevik en 1917, il est commissaire du pe (...)
  • 23 Herbette. Ambassadeur de de France.
  • 24 Clément Vorochilov (1881-1969). Devenu commissaire à la Guerre après la mort de Frounzé, en 1925, i (...)
  • 25 Alexis Maximovitch Pechkov, dit Maxime Gorki (1868-1935). Poète, romancier et dramaturge russe dont (...)
  • 26 EugèneVarga (1879-1964). Il présente lors du VIe Congrès de l’IC l’un des deux rapports sur la situ (...)
  • 27 Alapari Julius (1882-1944).

37Nous avons fait un grand effort colonial ; il y a encore des lacunes ; mais la IIe Internationale n’a rien de pareil. Nous avons de bonnes directives. Nous avons de grandes expériences, en Chine. Une nouvelle période révolutionnaire est venue où les pays coloniaux joueront un rôle indépendant et considérable. Nous avons une responsabilité dans la direction de ces mouvements révolutionnaires. Il faut constituer des PC et des syndicats ; attaquer l’impérialisme. Moins de discussions théoriques. Un Chinois. Le fait de Canton. Les fautes sont liquidées. Pepper a dit que le IXe Plénum avait accepté un gouvernement démocratique. C’est faux. Il y a des légalistes en Chine. Il y a eu deux périodes en Chine : Sun Yat-Sen. Il n’y a pas eu de putsch à Canton. Boris Godounov au Grand Théâtre. Dîner chez Lapinsky Michalsky. Tête-à-tête. Bon vin. Lap. habite avec Karakhan22 et l’ambassadeur in partibus des États-Unis, l’ancien palais d’un nouveau riche, luxueux, dans le quartier de l’Arbat. Herbette23 fut d’abord un partisan fanatique de la Russie, il apprit le russe en un an. Aujourd’hui, subitement, il est devenu un ennemi très violent, passionné et aigre. Staline reste l’homme le plus vigoureux de la Russie. C’est lui qui, avec un grand bon sens, règle la politique extérieure. Celui qu’il aime le mieux de tous les ministres, c’est Tchitchérine. Et pourtant ils sont aux antipodes : l’un, cultivé jusqu’au raffinement, d’essence noble, presque décadent, nerveux, l’autre frustre, ignorant tout de l’Occident, mais réaliste et froid, maître de lui et pondéré. Karakhan est l’homme de la Russie qui connaît le mieux l’Orient ; inculte, beau, de mœurs libres, mais d’un grand sang-froid. Au ministère des Affaires étrangères, il y a Tchitchérine, puis le premier adjoint Litvinov, le deuxième Karahan, ayant tous deux la signature et rang de ministres. Lom. va être envoyé à Nijni. Celui qui a fait le plus grand mal en Chine, c’est Hanz Neumann ; il a une action sur Lom. qui reste une grande espérance pour la Russie. Boukharine est un théoricien qui oscille : il est séduisant et sympathique. Il bénéficie de ce besoin qu’ont les Russes depuis Lénine d’avoir à leur tête des théoriciens, des doctrinaires, des dialecticiens. Mais, près de Staline, il est inférieur. Rykov est un inculte empirique, qui connaît bien son affaire, mais qui est bureaucrate, et qui se trompe. Il a dit au compte rendu du CC en juillet : « J’ai demandé à Vorochilov24 ce qu’il pensait de l’armée en ce moment, après les réquisitions. Il m’a répondu qu’il pouvait encore compter sur l’armée en cas de danger extérieur, mais que si l’on recommençait, il n’en répondait plus ». Vorochilov a démenti véhément le propos ; mais cela juge Rikov. Ici l’affaire est solide. Leurs conclusions sur l’agriculture sont irréelles. Il faudra cinquante ans pour modifier l’agriculture russe. Il y a 100 millions de paysans. Ce sont eux qui nous nourriront encore longtemps, bien mieux que les quelques grandes exploitations que l’on rêve d’y substituer. Au reste tout dépend pour nous des récoltes bonnes ou mauvaises. Les querelles intérieures seront dominées par ces contingences essentielles si la récolte était mauvaise et les difficultés de rassemblement du blé grandissaient, les querelles recommenceraient. Mais Staline ne tient nullement à des ruptures. Il sait bien qu’il faut des théoriciens comme Boukharine. Ceux qui ont répandu récemment dans le congrès les bruits de couloirs sont des agents à la Neumann qui dépassaient de beaucoup les intentions de Staline. Pilsudski est un élément de pondération ; s’il disparaissait, ses lieutenants feraient des bêtises. Lui, il est syphilitique et peut disparaître rapidement. Il est très habile et sait fort bien entretenir la mystique nationaliste du peuple polonais. Il est démagogue à souhait, mais assez réaliste pour s’arrêter à temps. Il est capable de résister à l’Angleterre. Pour le moment c’est l’Amérique qui avance l’argent. Les mœurs en Russie. Après la révolution, très relâchées. Il n’y a que ce plaisir là. Puis on s’est aperçu que c’est un plaisir monotone et morne. Ce sont les femmes qui les premières se sont fatiguées. Aujourd’hui il y a de l’ordre et de la règle. Un spectacle russe moderne est celui de Gorki25. Il s’est séparé de sa femme qui habite à Moscou. Depuis, il a eu deux ou trois femmes. Mais en ce moment quand il vient à Moscou il descend chez sa première femme avec son fils ; cette première femme s’est choisi un ami. Et Gorki vit dans ce milieu avec une parfaite aisance ; son fils est devenu l’ami intime de l’ami de sa mère, et il vit cependant avec son père. Bela Kun a un vrai tempérament révolutionnaire. Il a été rappelé par un télégramme de Lénine lorsqu’il était en Crimée. Lénine n’en dormait plus la nuit. Mais Bela Kun est supérieur à Varga26 ouvrier de la onzième heure, bureaucrate et cherchant le vent et à Julius27, bon père de famille qui aspire au repos. B.K. connaît admirablement le marxisme, et si antipathique que soit son physique, il ne manque pas de vrais amis auxquels il a su donner confiance. S. ne croit pas que la guerre est immédiate.

Mercredi 22 août 1928

  • 28 Lominadzé.
  • 29 Neumann.

38Il n’y a pas de femmes dans la délégation hindoue. Pourquoi ? Parce que matériellement il fut impossible par l’illégalité qu’elles fassent le voyage. Il n’y a pas de communistes qui aient fait tant de sacrifices que les Chinois. Ils sont courageux et meurent magnifiquement, anonymement, sans crier, sans protester. Et le Vorwaert traite les communistes chinois de lâches ! On n’avait jamais été plus bas depuis Versailles ; en même temps, les libéraux d’Allemagne disent : chapeau bas devant tant d’héroïsme. Le Kuomintang a gardé tout l’appareil des bolcheviks dans l’armée et dans le parti. La Russie a fourni cela à la révolution, même bourgeoise. Et dans l’aile gauche du Kuomintang, dans l’armée mal payée il y a des mécontentements profonds. Celui qui amené Canton ce n’est pas L.28., c’est N.29.

39Décolonisation. Les Anglais et les Hindous croient que l’industrialisation de l’Inde se fait avec le concours de la bourgeoisie nationale, laquelle est prête à s’associer avec l’impérialisme anglais. Et ainsi la bourgeoisie nationale perd toute vertu révolutionnaire. Ce n’est pas l’avis de K. qui pense que l’Angleterre refuse à la bourgeoisie hindoue les possibilités de développement pour les industries essentielles, et qui pousse par conséquent la bourgeoisie hindoue à demeurer une classe révolutionnaire.

40Varga. La situation économique en URSS :

Production agricole 100 en 1913 – 102 en 1923
Production industrielle 100 en 1913 – 116 en 1923
Total 108

41Époque du déclin du capitalisme et des révolutions prolétariennes. Le fait de la stabilisation ne change rien à cette ligne. En ce moment se forme le prolétariat révolutionnaire dans des armées révolutionnaires sous une direction unifiée. Dans quelques pays les rangs révolutionnaires commencent seulement à se former, dans d’autres, grandes expériences. En Russie, la victoire. Par ce fait se transforment les méthodes de lutte entre la Russie et les pays capitalistes. Mais la lutte de classe se produit encore en Russie ; il s’y produit une nouvelle forme de lutte de classe. Chaque semaine des correspondants ouvriers sont assassinés par des ennemis de la dictature du prolétariat. Et parfois nous condamnons à mort les ennemis du prolétariat. Cependant la lutte est ici différente que dans les pays capitalistes. Là le prolétariat luttera contre l’État, ici le prolétariat dépend d’un État prolétarien. Nous sommes pour la révolution dans les pays capitalistes, ici pour un développement progressif et une évolution pacifique vers le socialisme. Ici nous sommes pour la collaboration de tous, la liaison de classe entre le prolétariat et la grande masse des paysans travailleurs. 60 millions de travailleurs dans l’agriculture contre 5 millions de véritables ouvriers de la grande industrie. La lutte dans l’Union soviétique est menée contre les éléments capitalistes pour savoir qui dirigera les paysans laborieux. Lénine nous a mis en garde pour qu’il n’y ait pas de conflit entre ouvriers et paysans travailleurs. Cf. discours au IVe Congrès et dans sa brochure sur l’impôt en nature. Le petit ouvrier agricole ne désire pas ce que désire un prolétaire industriel. Il faut avoir collaboration. Dans l’Union soviétique, malgré la lutte il y a une certaine collaboration avec la classe capitaliste. Les éléments capitalistes ont encore ici certaines fonctions, jusqu’au moment où l’économie socialiste sera assez développée. Il faut unir ouvriers et paysans ; dans certaines conditions, la NEP collabore dans une certaine mesure. Lorsque les divergences naîtront, il y aura rupture, mais il n’en faut pas entre la paysannerie travailleuse et la classe ouvrière. Ici la dictature du prolétariat est une partie de la révolution mondiale. Le prolétariat soviétique constitue une armée unique avec les ouvriers des pays capitalistes. L’État-major de cette armée doit savoir ce qui se passe dans l’armée principale de la révolution mondiale. La bourgeoisie parle de notre crise finale. Il y a des difficultés, mais parler de crise est absurde. Succès énormes du prolétariat en quatre ans : 1°) succès économique des quatre dernières années ; 2°) les éléments de développement du socialisme ; 3°) la situation de classe ; 4°) les difficultés actuelles. Les perspectives ultérieures.

421°) Les succès montrent que le prolétariat peut dominer les moyens de production et les développer ; que les capitalistes sont inutiles et nuisibles, c’est une catégorie historique passée, on le prouve ici. En 1921 Lénine pensait que la reconstruction durerait dix ans. Lénine se trompait ; ça n’a pas duré dix ans. Aujourd’hui nous disons que la reconstruction de l’économie soviétique est en voie. Le niveau d’avant-guerre est dépassé. L’ascension est permanente depuis 1920-1921. La production industrielle est beaucoup plus grande. Dans l’agriculture, un peu moins. Pendant les derniers quatre ans, augmentation énorme de la production. En 1925, 10 milliards de roubles. En 1928, prévu 13 milliards pour la production agraire. Pour l’industrie : en 1925, 6,9 milliards, en 1927, 7,8 milliards, en 1928, 9 milliards. Industrie lourde : le niveau d’avant-guerre n’est pas encore atteint. Il y a accumulation intérieure dans l’économie paysanne. Le rythme du développement économique est plus rapide que dans n’importe quel pays capitaliste depuis 1921. 1921 fut l’année de la crise en URSS et partout. Voyez nos diagrammes : charbon et pétrole ont suivi un rythme rapide de développement. Nous ne sommes pas seuls à le dire. L’ouvrage de la Ligue des Nations : chaque année, elle donne une statistique sur la production totale des matières premières et alimentaires : en 1913 : 100, Europe sans l’URSS. En 1920 : indice de production 95, avec l’URSS 100 ; tandis que l’Europe est à 5 % au dessous d’avant-guerre, nous augmentons l’indice. Ce progrès est réalisé par nos propres forces, sans crédits comme l’Allemagne, l’Italie, la Pologne etc. (l’Allemagne a reçu 10 milliards de marks) ; ayant même contre lui le capitalisme. Une grande accumulation doit être créée ici. Jusqu’en 1924-1925, le revenu total du pays s’est réduit. Mais aujourd’hui c’est différent. Lénine a dit au IVe Congrès, nous avons économisé les 90 premiers millions ; mais depuis, on a accumulé dans les économies d’État en moyens de production 9,5 milliards de roubles et 3 milliards de plus en numéraires. Dans cette accumulation, celle de la paysannerie n’est pas comprise. C’est cette accumulation qui a permis à la Russie de placer des fonds dans de grandes entreprises, Dniepr, Turkestan, canal de la Volga au Don. Forte augmentation du revenu des ouvriers. En 1924, un ouvrier [gagnait] 507 roubles par an, 669 aujourd’hui. Le revenu des ouvriers des villes a passé de 572. Le niveau des prix n’a presque pas changé depuis quatre ans et les revenus se sont élevés de 50 %. Avant la guerre, plus d’un cinquième du revenu allait à la bourgeoisie. La moitié était accumulée ; aujourd’hui, l’accumulation est deux fois aussi forte qu’avant-guerre. Élément général du niveau de vie : façon de vivre de toute la population. La population en quatre ans a augmenté de 12 millions (3 par an), bien que la loi autorise la femme à avorter. Grande diminution de la mortalité : diminution de mortalité 8 %. La tuberculose a diminué. La mortalité infantile 18,7 % en 1913 ; aujourd’hui moitié moins que sous le tsarisme. Élévation de la culture dans les pays de l’Union soviétique.

432°) Est-ce-que le progrès va dans le sens du but socialiste ? Dans quelle mesure ce développement est-il un développement vers le socialisme ? Le secteur économique passe sous la dépendance du secteur socialiste. Ouvriers-salariés en Russie, 81 % dans le secteur socialiste. En 1924-1925 la production du secteur socialiste : 4 milliards ; privé : 11 milliards. En 1928, secteur socialiste : 8,2 milliards, secteur privé : 13,8 milliards. Dans le commerce – privé et coopératives. Le commerce privé est presque exclu. En 1921, 20 000 magasins coop., maintenant 78 000, 7 millions de coopérateurs, maintenant 18 millions. Avec la technique actuelle, le développement industriel d’un pays est indispensable dans la guerre. La production industrielle et agricole proportionnellement en poids agr. 59, industrie 40. La production des moyens de production se développe plus vite qu’en pays capitaliste : 8 milliards de francs ont été placés en 1923. La production des moyens de consommation s’élève moins. Donc la ligne du socialisme dans le sens du passage d’un pays agraire en un pays industrialisé se poursuit pleinement.

  • 30 Evguéni Alexeievitch Preobrajinski (1886-1937). Il est membre du PC(b) à partir de 1903, secrétaire (...)

443°) La situation de classe. Lénine a dit : « Il y a le socialisme, le capitalisme d’État, le capital privé, les artisans, les paysans, l’économie patriarcale ». Dans cette structure fondamentale, rien de changé, mais les rapports très changés. L’élément socialiste très augmenté, le capital privé très diminué ; presque pas de concessions, diminué pour l’économie patriarcale. Il reste le socialisme, les petites économies, et le capital privé. Ce sont les trois grandes classes : prolétariat, paysans et petite bourgeoisie capitaliste. Quelle est la relation des classes ? La politique économique dans une nation capitaliste, c’est le renforcement de la bourgeoisie pour un profit maximal. Nous, c’est la construction du socialisme et l’élimination des éléments hostiles au socialisme pour le profit de tous. Nous avons des impôts, des douanes, nous avons des moyens pour exercer notre influence sur le secteur privé : tarifs de chemin de fer, politique de crédit, ces moyens sont forts ; leur limite c’est la collaboration avec la petite paysannerie. Le prolétariat a vu améliorer son salaire réel, 134 % d’avant-guerre ; c’est le taux le plus fort du monde par comparaison avec l’avant-guerre. Durée des heures de travail, moyenne sept heures et demi au lieu de neuf heures et demi avant-guerre ; aujourd’hui, dans beaucoup de fabriques, sept heures, dans les mines six heures. Quatorze jours de vacances payés. Un million d’ouvriers dans des maisons de repos. Amélioration considérable quoiqu’il y ait encore des ouvriers très exploités, artisans et industriels à domicile, non syndiqués ; ouvriers agricoles, 2 millions, dont 500 000 seulement syndiqués parce qu’ils sont dispersés, loin de plus de 1 000 km des chemins de fer. Les paysans. Il y a une théorie bourgeoise. Dans l’Union soviétique, le prolétariat vit parasitairement sur les paysans. C’est absurde. Qu’est-ce que les paysans ont reçu de la révolution. La paysannerie a obtenu du sol, 75 millions d’hectares de grandes propriétés et 60 millions d’hectares de kolkhozes, soit 20 milliards de roubles or. Revenu : un milliard de roubles or. La paysannerie a reçu cela gratis. Ce fut le moyen de liaison entre l’ouvrier et le paysan. Le paysan se sent sûr de la propriété de la terre. Dans les États capitalistes, que donne l’État à la paysannerie ? Impôts, rentes, hypothèques, frais d’administration, procès, amendes, corruption, etc. Avant la guerre, les impôts des paysans écrasants. Aujourd’hui 236 millions de roubles or. Ils payaient des rentes sur la terre : 300 millions de roubles or, 100 millions hypothèques, pour le reste procès de 100 millions de roubles or. Le village vend deux milliards de roubles à la ville. La paysannerie paye 100 millions de moins de R. à l’État qu’avant la guerre. Elle paye une partie de l’édification de l’industrie ; çà subsistera jusqu’à ce que nous ayons obtenu le niveau des pays capitalistes. Ce n’est pas de l’exploitation des paysans. Ces moyens pris aux paysans ne sont pas consommés par une classe à part comme avant la guerre. Avant la guerre on expédiait les céréales à l’étranger et ils dépensaient leur argent à l’étranger. Aujourd’hui les prix seront de plus en plus diminués pour les paysans. Preobrajinski30 demandait d’élever les prix industriels pour exploiter les paysans. C’est impossible parce que le paysan peut autoproduire. Puis il y a une industrie à domicile et une industrie privée. Et si nos prix sont trop élevés, ces formes retardataires de la production se développeront au détriment de l’industrie d’État. Otto Bauer dit : « Il y a non dictature prolétarienne, mais domination des paysans. » Non ! Il faut prendre une partie des productions de la paysannerie puisqu’il n’y a pas de capitaux étrangers, mais il ne faut pas exploiter le paysan. Quand l’industrie sera développée, çà cessera. Différenciation dans la paysannerie. La NEP, pour Lénine, était un pas pour de nouvelles étapes vers le socialisme. Il est très difficile de mesurer depuis 1921 la différenciation entre paysans, parce que la vente de la terre est interdite – donc impossible qu’il y ait de grands paysans capitalistes – un seul signe c’est la grandeur de la terre ensemencée. Il y a des formes dissimulées, des formes de dépendance des paysans pauvres sous les koulaks. Il y a 25 millions de paysans, soit 8 millions pauvres, 16 millions moyens, 1 million aisés, koulaks ; on connaît peu le nombre de paysans aisés. Il y a des nuances nombreuses. Le koulak est un exploiteur qui exploite la main-d’œuvre ; il y a 2 % de paysans koulaks exploitant. Comment exploitent-ils ? Trois éléments : la terre, les moyens de production. La terre a été donnée, mais pas de moyens de production ; alors le paysan pauvre est obligé de se faire exploiter par le koulak. Il afferme sa terre au paysan qui prend le plus grand revenu pour lui et le pauvre paysan doit travailler de longues journées chez le koulak. La politique c’est donc d’aider le paysan pauvre, mais on n’a pas su le faire jusqu’à présent. L’Union soviétique est potentiellement le pays le plus riche de l’Europe : forêts gigantesques, mais elle n’a pas de moyens pour utiliser ; nous ne pouvons pas donner au pays les moyens de production ; il faut donc que le koulak exploite le paysan pauvre. Quand l’industrie produira assez d’instruments agricoles, quand on groupera les paysans pauvres dans les économies collectives. Que possèdent les koulaks, sur cinq personnes dans les économies, deux ouvriers agricoles sont exploités. Tous les ouvriers agricoles sont exploités par les 2 % de koulaks. Les koulaks font 12 % des récoltes. Cette couche capitaliste a une ligne idéologique et économique propre. Production agricole privée à côté de la production socialiste, se retirer du cercle socialiste de l’économie. Le capitaliste privé achète des matières premières. Nous empêchons le transport des céréales sur les chemins de fer ; ils se servent de canots sur les rivières. Ils achètent le blé aux koulaks et ils le vendent au commerce privé. Cette forme de commerce est faible ; au point de vue de classe, il n’y a pas d’organisation ni d’influence sérieuse. Le cycle socialiste n’est pas encore assez plein pour que tous les services puissent être assurés. La nouvelle bourgeoisie sert d’auxiliaire au secteur socialiste pour l’échange des produits entre la ville et la campagne. On pourra liquider cette couche. La moyenne paysannerie représente une grande force. Le prolétariat agricole et les paysans pauvres sont sur la base de la dictature. Les propriétaires moyens sont avec nous avec hésitation. Le koulak et le capitaliste privé sont ennemis des Soviets ; mais leur force n’est pas suffisante pour agir contre la dictature. Mais il ne faut pas que le koulak puisse s’attirer le paysan moyen, 16 millions de fermes avec 60 millions d’hommes.

454°) Rapport de l’économie du plan avec l’ensemble de l’économie. Il y a un plan de production en Union soviétique. Cependant, malgré cela, difficultés économiques. En quoi consiste une production avec plan ? La prévision du développement pour les grandes entreprises. Car le gouvernement ne peut agir dans les 25 millions de fermes et décréter ce que les paysans doivent produire, consommer et vendre. Mais il peut exercer une pression. Soit le coton : nous ferons des prix favorables et nous fournirons du blé en échange. On peut orienter la paysannerie, mais il faut donner des satisfactions personnelles au paysan. En régime socialiste, ce serait aisé. Aujourd’hui les correspondances entre les services sont difficiles. Le plan doit orienter vers la voie socialiste. Il doit y avoir équilibre entre l’industrie et l’agriculture. Il doit veiller que la vente totale des marchandises soit en rapport avec la loi ; surveiller la monnaie, les exportations. Le plan porte sur cinq ans. Il est très difficile d’établir un plan puis de le suivre. D’où les difficultés. Il y a une différence entre les crises capitalistes et nos difficultés. Dans le capitalisme, c’est le développement de l’économie qui aboutit aux crises ; la crise en régime soviétique vient de la pénurie ; plus nous aurons de réserves, moins nous aurons de difficultés. De même pour le chômage. Il est une suite nécessaire du capitalisme, c’est un phénomène chronique de masse. Ici l’économie est pauvre mais chômage. Ici une augmentation de la production, ce serait une diminution du chômage. En régime capitaliste suiproduction, ici disette. Le chômage n’est pas un phénomène en URSS qui résulte de la structure de l’économie, mais d’une pénurie. Il y a surproduction de la terre et terres non encore ensemencées. Car l’Union soviétique n’a pas les moyens de donner des charrues, des logements, etc. Difficulté de l’année courante : on disait à l’étranger que les Soviets ont rompu avec les paysans. Cette conception est fausse. Il n’y a pas de crise de l’économie soviétique, il y avait des difficultés pour l’approvisionnement des céréales. Dans les huit premiers mois de l’année, la production industrielle s’est augmentée de 19 %, les salaires de 9 %. Pas de crise industrielle. Il y a eu difficulté dans le stockage des céréales. Pourquoi ? En raison de l’état arriéré de l’agriculture russe, la production des céréales est de 5 % au-dessous de celle d’avant-guerre. La population chaque année s’agrandit de trois millions d’hommes. Pourquoi l’agriculture est-elle restée en arrière ? Parce que le sol est dispersé, morcelé, parce qu’il n’y a pas de machines agricoles ; un hectare en Russie donne un quart de la récolte par rapport avec l’Allemagne, le Danemark. Cinq millions de charrues avec un soc en bois. Il faut améliorer d’urgence les semences et les méthodes. Le paysan peut ensemencer ce qu’il veut. Les prix des céréales comparés au coton, lin, sont plus forts. On a commencé à en faire venir. Les recettes des paysans provenant des professions non agricoles sont 2,3 milliards de roubles (charretiers, manœuvres, etc.). 14 % des céréales étaient dans les mains des koulaks ; on peut manœuvrer avec cela ; ils l’ont fait ; ils ont réduit d’un cinquième la possibilité de s’alimenter. On a agi contre les spéculateurs ; ces éléments capitalistes ont passé les limites que la dictature du prolétariat leur avait assignées. On a vu là clairement le rapport de classe à la campagne. Les paysans pauvres et les journaliers ont aidé le gouvernement soviétique. Après cela il y eut encore des difficultés parce que beaucoup de grandes quantités de céréales disparurent en hiver. Il fallait semer à nouveau. On a importé 15 millions de céréales de l’étranger. Pour éviter ces difficultés, qu’a fait le gouvernement ? On a augmenté le prix des céréales pour l’an prochain à un pourcentage assez haut pour que la production des céréales soit avantageuse. On renonce aux mesures de rigueur, on va améliorer les économies soviétiques existantes, en créer de nouvelles. Aucune crise soc. de l’économie agricole. Les koulaks ont obligé à quelques mesures extraordinaires. Les paysans moyens ont largement ensemencé au printemps, d’où la conclusion qu’il n’y a pas de rupture entre les ouvriers et les paysans. Dans la presse socialiste on dit que les productions industrielles sont chères en Russie. Oui, la production industrielle est plus chère que dans les pays capitalistes. Pourquoi ? Parce que les fabriques soviétiques sont mal outillées, parce qu’une partie des ouvriers qualifiés est tombée pendant la guerre civile. Des ouvriers non qualifiés remplissent les usines. En outre, nous n’exploitons pas les ouvriers. Pourquoi exporte-t-on peu ? L’Union soviétique n’exporte plus de céréales. Les paysans et les ouvriers de l’Union soviétique se nourrissent mieux, la population est plus grande. L’exportation n’était pas avant la guerre une exportation de productions superflues ; les paysans avaient faim. Dans quelques années on pourra encore exporter. On mange moins de pain en Amérique qu’il y a vingt ans. Ce sera la même chose ici, car on mangera mieux. La consommation en Russie est beaucoup plus abondante. Nous pouvons donc importer peu car nous exportons peu.

46Chômage. Surpopulation des paysans pauvres dans les villages. Employés renvoyés de l’appareil, femmes, intellectuels. Nous rationalisons non pour augmenter le profit, mais pour produire à meilleur marché ; nous réduisons la journée de travail.

47La technique. Les techniciens ici ne peuvent pas devenir millionnaires ni jouer un grand rôle politique ; mais on leur fait des situations suffisantes et l’immense majorité est loyale et honnête. Il y a eu quelques traîtres et il y a très peu de techniciens communistes parce que pendant la guerre civile ils avaient autre chose à faire. Maintenant ils commencent à sortir des écoles et il leur faudra encore du temps de pratique. Le passage du capitalisme au socialisme n’est pas un processus simple, calme, égal, facile ; mais nous ne sommes pas pessimistes. Dans ces cinq années, on va augmenter les moyens de production ; on va augmenter le salaire des ouvriers de 40 % à 50 %. Le produit agricole croîtra de 30 % à 40 %. Aucun danger pour la dictature du prolétariat. Le seul danger c’est l’extérieur. Il faudra nous aider. Dans le passé, les prolétariats des autres pays nous ont aidés en s’opposant passivement et semi-passivement.

  • 31 Dimitri Manouilsky (1883-1959). Au sein de la direction de l’IC dont il fait partie depuis décembre (...)

48Manouilsky31. – Le trotskisme. Pourquoi en parler encore ? Nous allons accélérer l’industrialisation du pays quitte à mécontenter les paysans. Le trotskisme ne fut pas un mouvement russe mais international. Le manque de foi dans la construction socialiste est du pessimisme. C’était de l’intérieur du pays une agression contre le communisme. C’est en Europe un mouvement défaitiste, de rechute dans la social-démocratie. Ce qui nous caractérise, c’est l’internationalisme de nos partis. Les discussions ne sont ni localisées ni bornées. Les questions internationales du PC sont le bien commun de l’Internationale communiste. Cf. le XVe Congrès du PCR. Erreur opportuniste couverte par des phrases révolutionnaires, c’est le trotskisme. L’opposition liquidée, le PCR se développe librement. Une première légende : le PCR a démontré la justesse des critiques de l’opposition. C’est faux ! C’étaient des mencheviks, des contre-révolutionnaires ; ils disaient que nous sommes venus faire pénitence devant eux. Pendant vingt ans, Trotsky a été contre le bolchevisme ; il a voulu que les léninistes se mettent à son école (cours nouveau). Trotsky développe sur la révolution chinoise le schéma suivant : il ne saurait y avoir en Chine dictature de la paysannerie et du prolétariat. Car la révolution chinoise est dirigée contre le féodalisme lié au capitalisme industriel. Le prolétariat doit porter seul le poids du pouvoir. Ayant pris le pouvoir, le prolétariat s’engagera dans le socialisme. Voilà ce que dit Trotsky. Il ajoute, grâce à une aventure, nous avons une expérience de laboratoire sur une échelle gigantesque, caractère de pureté chimique. Il a dit : « Le Comité de Canton a été le successeur de la Commune. C’est la révolution permanente ». La théorie de la révolution permanente exprimait la pensée que la révolution russe ne saurait résoudre les tâches bourgeoises qu’en mettant le prolétariat au pouvoir. Et pour s’assurer sa victoire, le prolétariat devra attaquer la propriété féodale, la propriété bourgeoise, il entrera en lutte contre la paysannerie. Trotsky conclut donc : 1°) la victoire de la révolution prolétarienne dans un seul pays n’est qu’un épisode de courte durée. Cela veut dire qu’il n’y a pas à penser, à songer à une consolidation provisoire de ce gouvernement. C’est social-démocrate ; ça tremble devant la puissance capitaliste. Si la révolution mondiale ne vient pas, on ne saurait penser que la révolution russe peut subsister devant l’Europe impérialiste ! Donc on ne peut édifier le socialisme. Il faut manœuvrer pour reculer et abdiquer, piétiner sur place ; 2°) le prolétariat victorieux entrera fatalement en conflit avec la paysannerie. Voilà ce que dit Trotsky. C’est la négation du rôle dirigeant du prolétariat pendant la période transitoire ; 3°) ce n’est pas une alliance du prolétariat et de la paysannerie qu’il faut, c’est la rupture. Par cette façon de poser la question, on lie la paysannerie à la classe bourgeoise. Il dit : « Nous sommes une culture arriérée, en arrière du capitalisme » ; 4°) Trotsky assigne à la classe ouvrière un rôle spécifique dans la dictature : il faut opprimer la paysannerie, il faut se maintenir jusqu’à ce qu’arrive le secours du prolétariat international. Dès lors, c’est la répression, l’arbitraire seul et rien à faire. C’est le contraire du léninisme. Nous ne sommes pas obligés à la lutte contre la paysannerie, à la domination, au commandement, voire à la direction. C’est des idées bourgeoises. La fausseté de cette conception ne contient aucune analyse de la paysannerie. La paysannerie est une masse réactionnaire pour Trotsky. Nous pensons au contraire que la différenciation entre le paysan pauvre et le koulak est la règle. C’est le Thermidor à l’égard du parti dirigeant. C’est aussi un manque de foi dans la révolution européenne. C’est de l’aventure d’intellectuels. Telles sont les conclusions de T. Il nous faut donc étudier la révolution socialiste de l’URSS ; les rapports entre la classe ouvrière et le prolétariat. L’État et la révolution. La dictature prolétarienne et la démocratie ouvrière.

491°) La révolution internationale et l’édification socialiste de l’URSS (VIIe Plénum). Cette question est celle de l’aide à l’œuvre de la révolution ; c’est la radicalisation des pays capitalistes ; de la réalisation que nous faisons ici. Notre PC a considéré sa révolution comme un acte de la révolution internationale et notre édification comme un acte de l’édification générale du socialisme dans le monde. Les ouvriers du monde entier sont témoins que la Grande-Bretagne a rompu avec nous à cause de notre solidarité avec les prolétaires de l’Angleterre et de Chine, et de tous les pays. C’est l’aide que nous portons à tous les prolétaires. Nous envoyons des renforts lorsque les nôtres sont enfermés dans une forteresse. Nous construisons en isolés et nous avons notre forteresse, le monopole du communisme, extérieur. Est-ce là du nationalisme ? Plus tard nous travaillerons à reconstruire le pays en harmonie avec les autres pays devenus révolutionnaires. Pendant vingt-cinq ans Trotsky a été séparé de nous ; il a été opportuniste avec des mots gauches. Il combattit le défaitisme de Lénine. Il exploite aujourd’hui la révolution internationale pour justifier son manque de foi. Il jette son scepticisme au-dessus de la révolution russe lorsque nous sommes attaqués.

  • 32 Nestor Makhno (1889-1935). Après la révolution d’octobre 1917, il organise les paysans du sud de l’ (...)

502°) Le prolétariat et la paysannerie en période de dictature. Notre existence a donné des enseignements. Jamais Trotsky n’a parlé des alliés de la classe ouvrière. Il a conçu un prolétariat isolé de toutes les classes et des colonies. La social-démocratie ne pose pas la question concrète de la révolution, soulèvement armé puis appuis. La révolution pour les socialistes c’est un mythe ; on n’y croyait pas ; on reculait la révolution jusqu’au moment où les événements feraient tomber le capitalisme de lui-même comme une poire blette. C’est anti-révolutionnaire. L’idée de l’alliance avec la paysannerie, c’est du concret. T. jongle avec des mots d’ordre (États-Unis socialistes d’Europe). Notre conception des alliés est confirmée par les faits. La question essentielle est la question de la dictature : puis alliance : prolétariat dirigeant ; la paysannerie est majoritaire, mais elle n’est pas autonome. Elle rétablirait le capitalisme. Lénine a inventé la boussole de direction. Pas d’égalité absolue : Trotsky mène au combat contre la paysannerie et aboutit au capitalisme. Ces questions ne sont pas oiseuses. Il faut faire front uni avec les paysans pauvres et moyens ; c’est fondamental et vital pour nous. Nous avons vu lors de la dernière campagne du stockage des tendances spéciales. Dans notre appareil il y avait des communistes qui s’acoquinèrent avec des koulaks. Ces gens avaient perdu tout sentiment de classe. On avait vu autre chose, des gens qui expliquaient le trotskisme. Il ne faut ni laisser tomber notre rôle de dirigeant, ni notre rôle d’allié avec la paysannerie. L’alliance de la paysannerie est liée à la dictature du prolétariat. Ce n’est pas une union hors classe. C’est une union de classe, chaque partie a ses intérêts, non pas pour arriver au conflit mais pour s’unir. Si on avait suivi Trotsky on aurait ruiné la révolution. Il n’y a pas d’unité complète d’intérêts, c’est pas dans la nature. Notre alliance dure depuis dix ans ; il faut des concessions mutuelles, des privations dans la période transitoire. Il faut que tous se privent, de manière à conserver le pouvoir. Notre alliance ne fut pas toujours difficile. Les paysans nous rappellent parfois qu’il faut égaliser les concessions. Ils nous rappellent nos devoirs d’alliés. Nous sommes contre les koulaks. Cf. Makhno32 en Ukraine. Il peut y avoir des collusions partielles et locales avec les koulaks. Il faut donc partager les privations. Nous avons lutté avec les paysans pour conquérir la terre, à main armée. Puis nous avons fait une alliance de par la NEP. Nous avons rétabli le marché mais en donnant au prolétariat la possibilité de le limiter. Çà durera encore longtemps. L’opposition n’a pas compris cela ; l’industrie soviétique était faible, il faut limiter le marché et lutter contre les éléments de la propriété privée. De plus en plus le marché reculera. Le plan coopératif fixa la NEP. La Révolution française a transformé la France artisanale en France capitaliste. Notre pays est arriéré. Soit. Mais alors Trotsky parle du manque de maturité de la Russie pour renoncer au marxisme. Les formes d’organisation ont toujours été calquées sur les formes de production. Nous allons aider le travail agricole. Notre plan de domaines agricoles d’État n’est pas une nouveauté. De longues années se passeront pendant lesquelles la paysannerie privée durera, mais nous poursuivrons le plan coopératif de Lénine. Nous faisons une expérience grandiose de collectivisme agraire ; il faut lutter contre les préjugés individualistes des paysans, leur montrer les avantages du collectivisme. Ce sera long, très long. Maintenir pendant ce temps la dictature du prolétariat. Il faut différencier de plus en plus les rapports marchands avec la paysannerie. Coopératives. Communes. Liaison avec la paysannerie pauvre et moyenne. Révolution culturelle dans les jeunes générations paysannes. Correspondants paysans, éducation de l’Armée rouge, radio, électrification, travail syndical dans les ouvriers agricoles. PC dans les paysans pauvres. Notre plan est ancien ; il a fait ses preuves.

513°) La lutte de classe et la dictature du prolétariat. Trotsky dit : « La guerre civile contre la bourgeoisie doit se tourner en guerre civile des ouvriers contre les paysans ». Or, il faut collaborer pendant la NEP avec les paysans. En quoi consiste cette collaboration ? Le prolétariat est l’unique classe collectiviste qui ne peut la partager avec aucune classe attachée à la propriété privée. Gouvernement ouvrier et paysan signifie qu’on réalise à tenir compte avec sollicitude des intérêts de la paysannerie. Elle est l’amie du prolétariat ; chez le paysan deux natures sont en lutte : en tant que travailleur, le paysan est attiré vers l’ouvrier, mais en tant que marchand, il se tourne vers la bourgeoisie. Le fond de la collaboration avec la paysannerie consiste en ce que le prolétariat dirige le paysan vers le socialisme. Diriger ? C’est-à-dire marcher dans la voie du socialiste et non de la petite production. Notre économie traverse des difficultés périodiques en raison du manque de capitaux, que nous ne pouvons pas utiliser les méthodes de l’accumulation du capitalisme. Car nous soignons les ouvriers plus que les capitalistes bien que nous soyons pauvres.

52Rapports de l’État avec les Nepmen et les techniciens. Les Nepmen collaborent en partie avec la dictature du prolétariat dans de certaines conditions. Cela veut dire les mettre à profit, comme le cavalier collabore avec sa monture. Les rapports de l’ouvrier et de son patron ne sont pas de la collaboration de classe. Il faut que le prolétariat recrée les techniciens ; il faut avoir foi dans la puissance de création du prolétariat. Les techniciens déloyaux peuvent être fatals à l’URSS, ils peuvent s’unir au capitalisme étranger, aux koulaks. L’État ouvrier, de transition du capitalisme au socialisme a une besogne d’une envergure immense. Il faut gouverner les choses et les hommes. Faire un plan ; assurer l’appareil. L’État bourgeois n’a pas ces tâches. Trotsky, en 1921, proposa d’absorber les syndicats par l’État et de centraliser encore davantage. Trotsky proposa de remplacer les petits paysans par une énorme machine administrative. Lénine comprenait qu’après la fin de la guerre civile, la politique de contrainte de l’État ouvrier ne doit plus être la guerre. Il fallait procéder à une étude prudente, un angle large et historique. Dans la période de la NEP, pas de laisser-faire, mais pas de communisme de guerre. Nous avons battu Trotsky ici. Pourquoi avons-nous eu recours à certaines rigueurs en janvier 1928 ? Le stockage des céréales. Nous ne serions pas des révolutionnaires si on s’était croisé les bras. Nous avons frappé les koulaks, les spéculateurs, mais cela ne veut pas dire que nous suivons Trotsky.

534°) Démocratie ouvrière et la dictature du prolétariat. La dictature du prolétariat n’a pas besoin de feuille de vigne. La dictature bourgeoise est celle d’une minorité. Deuxième trait de la dictature prolétarienne : son alliance avec la paysannerie. L’état de guerre doit aggraver la dictature. Mais en général si notre dictature était celle d’une poignée, nous n’aurions pas duré dix ans, ni dix mois, ni la journée. C’est que nous nous appuyons à fond sur les larges masses, et nous sommes plus démocratiques que la république bourgeoise la plus démocratique. La dictature démocratique de la classe ouvrière et de la paysannerie dépend de la pression que fait sur elle la bourgeoisie internationale. Nous sommes à une période de pression, de lutte de classe aiguë, de guerre. Dès lors, notre dictature s’en ressent. Nous ne sommes pas une dictature jacobine, mais une dictature de la classe ouvrière. L’autocritique c’est de s’adresser à tous les prolétaires en une collaboration constante. Quel est le gouvernement bourgeois qui l’oserait ? Est-ce que nous avons peur de l’autocritique ? Le gouvernement roumain a eu peur de ses paysans. Nous les appelons à la critique, parce que nous avons foi dans la démocratie soviétique. Les jeunes générations se cultivent. Nos correspondants ouvriers et paysans. L’autocritique est une école d’indépendance. L’édification socialiste est l’œuvre des masses et non du sommet, c’est la chair de leur chair. Nous appelons à cette œuvre des millions d’hommes et de femmes. C’est çà notre dictature. (Gopner Mon d’industrie de Karkov pour les trois trusts du Donetz, métallurgie, mines, chimie et le gouvernement).

Jeudi 23 août 1928

  • 33 Elena Dmitrievna Stassova (1873-1966). Elle rejoint le RSDLP dès sa fondation en 1898. Elle travail (...)

54Hier au soir ballet le Pavot rouge, au grand théâtre ; ballet art social, Gueltser ballerine. Ce matin vu Marie Dubois. Grande conversation avec elle. Elle propose de faire entrer Lilite, retour de vacances, aux Isvestia. Elle me donnera une réponse avant mon départ. Hindou me dit : « Quatre millions de femmes, un million d’enfants, sept millions d’ouvriers sont occupés dans l’industrie de l’Inde ». Il ajoute qu’il voudrait envoyer des articles à l’Huma sur l’Inde. Strav Ko chinois. Stassova33 MOPR.

556 h, commission syndicale. 80 % des ouvriers de l’est sont étrangers. Il y a faiblesse du parti dans le travail syndical. Dans le nord, 1928 : 228 caisses touchant 1 500 000 travailleurs et répartissant 260 millions de francs (projet Berrar). Rôle dirigeant du parti dans les syndicats. C’est à la base que tous les communistes doivent impulser et diriger et non mécaniquement d’en haut. C’est sur la base des décisions du IVe Congrès de l’ISR qu’il faut travailler. Pas une grève actuelle n’est dirigée par la CGTU. Il faut parler de choses concrètes. L’activité intérieure de la CGTU est très faible à la base. Il faut les faire discuter sur les problèmes simples. Cellules, section, noyau syndical, comité d’usine. Faiblesse des cadres. Il faut donner les meilleurs des communistes aux syndicats. Lozeray parle. Il donne l’impression d’une grande fatigue

Vendredi 24 août 1928

56Les Chinois divisés dans leur délégation. Les uns (minorité) restent putschistes. Les autres font le bilan des forces et jugent qu’il faut maintenant travailler à l’organisation parmi les ouvriers, parmi les paysans, parmi les soldats. Les autres les traitent d’opportunistes.

  • 34 Gabriel Péri.

57P.S. : « Nous allons porter les gros efforts sur les CO. Dès maintenant on tâchera de trouver dans la RP quelques camarades qui seront appelés à travailler à l’Huma sous la direction de Rabcor. Pour la direction, P. V. le moins possible d’articles politiques ; à la direction, comme représentant du BP Corn, probablement. Pour G.P. qu’il laisse une partie aux œuvres du P. ; que les rédacteurs suivent non seulement leurs cellules, mais les assemblées de rayon, d’information, etc., toute la vie du parti. Pillot démagogiquement répand les bruits sur G.P.34 et les correspondants de journaux russes en France. Pour toi, rien n’a changé ». O.B. me dit : « C’est expédié à Ab. et à Lil. ».

  • 35 Van Chin, orthographié Wang Ming. Pseudonyme de Chen Shao Yü (1907-1974). Étudiant, il rejoint le m (...)

58Visite des camarades métallurgistes à l’usine Amo. 2 000 ouvriers, 180 R., jusqu’à 300 R. ; 4 000 camionnettes par an. 5 000 l’an prochain. À Dynamo on fait des moteurs électriques. On en est au niveau de l’industrie automobile pendant la guerre en France. Mais ils ont besoin de spécialistes. Ils veulent embaucher les camarades qui sont là. Percous : vous partez pour Leningrad après le congrès avec (six pays) : sept Allemands, Thälmann, Opitz, Schrek, Schulte, Berngard, Nichwitz ; Afrique du Sud, Roux ; Canada, Niel ; deux Chinois, Van Chin35, I Chan ; Gares, Tchécoslovaquie ; Italie, Renaldi, M.C.

  • 36 Jules Herman (1879-1936). Élu trésorier au congrès constitutif de la fédération CGTU du Verre en ju (...)
  • 37 François Sue (1881-1940). En 1919, il fait figure de leader des organisations socialistes et syndic (...)

59À 6 h, commission syndicale. Un camarade des produits chimiques se plaint de Herman36 et Sue37, secrétaires de la Fédération unitaire française. Il dit que le PC ne se préoccupe pas des industries chimiques en France, si essentielles pour la guerre. Juliet S. Poynty workers party, 43 east 125th street, New-York. Jemmie Higgins (Sinclair). Visite aux usines de mécanique. Rationalisation faible ; frais généraux considérables ; machinisme dont une partie est ancienne, une partie ultra moderne ; manque de technique perfectionnée ; leurs voitures sont très solidement construites à cause des routes. Les ouvriers français aperçoivent très bien les fautes de détail. Salaires : certains ouvriers 40 000 F par an. Tandis que le capitaine du Rykov a 191 roubles par mois.

Samedi 25 août 1928

  • 38 Abraham Lincoln (1809-1865) Président des États-Unis élu en 1860, il est assassiné par un acteur su (...)

60Jemmie Higgins, US. Les socialistes de perchoir qui se laissent employer par le capitalisme. J.H. satire de la guerre et de la démocratie ouvrière. Exaltation de la révolution russe et critique de la social-démocratie allemande. Bebel a écrit dans ses mémoires que la défaite militaire était un moyen d’abattre les gouvernements réactionnaires. Sinclair appelle l’Allemagne : la Bête au cerveau d’ingénieur. Ce n’est plus l’Allemagne de l’arbre de Noël. Les Américains sont partis pour mettre en boîte le kaiser. Le pauvre fou de J.H. ne troublera plus son pays. Mais la société ne peut pas se débarrasser facilement de tous ses amis et partisans. Lors des désordres industriels qui menacent l’Amérique, des hommes et des femmes inspirés par une amertume fière et un doute apparaîtront, et la grande démocratie sera stupéfaite de leur état d’esprit, incapable de concevoir ce qui l’aura créé tel. Et les rebelles lui rappelleront les paroles de son tribun le plus illustre (Abraham Lincoln38) à propos des carnages de la guerre de sécession : « Si la volonté de Dieu est que la lutte continue jusqu’à ce que disparaisse toute la richesse amassée par le travail de l’esclave pendant deux cent cinquante ans, et jusqu’à ce que chaque goutte de sang extraite par le fouet soit payée par une autre que l’épée aura extraite (ainsi qu’il a été prédit il y a 3 000 ans), même alors on devra dire que les desseins du Seigneur sont en tous points justes et équitables. »

61A 3 h, banquet des officiers des troupes de la Guépéou qui partent pour la garde aux frontières. La petite Chinoise de Canton, Tcho., le Tov. commandant. Les ministres s’excusent. Ombre de Djerzinski. Au milieu du repas (poisson, cochon de lait, poulet, bière), les jeunes gens se levèrent et se mirent à danser aux applaudissements de tous. Un véritable fanatisme de la danse parmi tous ces Russes. En Chine, l’homme achète sa femme. Et rentrée dans la famille de son mari, la femme doit habiter avec ses beaux-parents et les servir. Les relations entre la belle-mère et la jeune mariée sont toujours tendues. Dès que la jeune mariée rentre dans la maison, la belle-mère se considère comme n’ayant plus rien à faire. Elle a une servante.

Dimanche 26 août 1928

62La situation de la femme en Chine est inférieure ; on peut encore acheter des petites filles à leurs parents. L’adultère du mari est sans punition. Il peut tuer sa femme adultère. Les communistes chinois n’agissent pas directement dans le sens du féminisme. Faisons la révolution d’abord, disent-ils, le reste suivra de soi. Numéro 21 rue Kropotkine, musée Morozov : Monet, Sisley, Pissaro, Renoir, Degas, Cézanne, Gauguin, Van Gogh, Matisse. Numéro 8 Znamenski, musée Chtchoukine : Claude Monet : Déjeuner sur l’herbe, la Cathédrale de Rouen, le Brouillard sur la Tamise ; Matisse, 1900-1914 ; Marquet, Vlaminck, Rouault, Marie Laurencin, Braque, Fauconnier, Puvis de Chavannes, Carrière, Signac, Sisley.

  • 39 Manou. Abréviation de Manouilsky.

6312 h, au congrès : la réunion du senior convent à midi. Après, commission française. Les Américains et Canadiens me disent : Sinclair a écrit à Jemmie Higgins pour s’excuser d’avoir donné son adhésion à la guerre. Ils conviennent d’ailleurs que c’est un excellent propagandiste pour le communisme. Manou39 « Je suis totalement autocritisé ». 6 h, la réunion du senior convent tient toujours. Elle en a encore pour une heure. Les délégués venus là s’en retournent non sans colère. Ah, si Lénine était là ! Pourquoi Staline n’intervient-il pas pour mettre fin à ces lenteurs interminables. A la galerie Morozov, six Van Gogh, La Ronde des prisonniers. Dix-sept Cézanne, douze Gauguin, une salle Claude Monet, somptueuse, sept Vuillard, Ch. Guérin, Maurice Denis (Psyché, Polyphènie), dix-huit Derain, deux Marie Cossatt, Picasso, Pissaro, le douanier Rousseau, Steinlen.

64À 8 h, les Chinois m’invitent à une audition de phonographe. Leur phono est américain ; leurs disques sont made in Germany. Disques de chants arabes et chinois. La musique chinoise est comme la langue chinoise : rude, brutale, rauque, inharmonique. Dans l’un de ces chants, il s’agit d’un drame d’amour banal et de toutes les nations. Parmi les Chinois, des étudiants, des institutrices qui sont désignés par le parti pour aller se placer comme ouvrières dans les usines pour la propagande. En Chine, pas de budget de l’État pour l’enseignement, ni pour l’hygiène, ni pour rien ; l’armée à elle seule coûte plus cher que tout le budget des recettes. Dans le PC chinois, chaque militant est tenu à se bien conduire, à ne pas briser sa famille, à ne pas courir ; car les communistes sont très surveillés par la masse qui a grand souci de la famille et les militants perdraient leur crédit s’ils vivaient mal.

Lundi 27 août 1928

65SRI : l’union personnelle des membres du PC avec SRI doit cesser. SRI au-dessus des partis, instrument du FU, autonome. Amnistie, droit d’asile, antifascisme, lynchage, minorités nationales, terreur blanche. Le droit d’asile doit attirer spécialement l’attention des partis parlementaires. Contre l’extradition des combattants révolutionnaires se trouvant sur les concessions chinoises. Il est des prisons où l’on supprime les communistes. C’est la tâche du SRI. Il faut y gagner les ouvriers sociaux-démocrates, les syndiqués, les femmes. Blanc : on fait porter le paquet chez Fin. En principe, mercredi matin coup de téléphone pour régler la visite au GK. La séance du senior convent a été longue et sévère, critique de l’Exécutif par Th. La séance a duré sept heures et demi.

6610 h, Boukharine à la commission du programme. Le procès de la révolution est en cours (soulèvement colonial, mouvement prolétarien). B. indique les points qui ont été modifiés par la commission. Sur la dictature du prolétariat nous avons atténué les termes sur les privilèges des classes ouvrières. Nous avons étendu le chapitre sur la coopération. Modification sur le programme agricole. Le senior convent. T. se plaint du manque de liaison, du retard de l’exécutif avec les sections : faiblesses de l’exécutif ; retard pour les événements graves. Ercoli se plaint que pour la France on a saisi le CC et non le parti de ses fautes. Dans la question chinoise, seuls les Russes ont su : les autres membres de l’Exécutif, non ! Molotov était là : faiblesses de la direction de l’Internationale ; mauvaise préparation du congrès. Renforcement ; la R. à l’Exécutif : renforcement des délégations des sections nationales. Molotov : il faut que les ouvriers eux-mêmes collaborent beaucoup plus à tous les cadres. Congrès tous les deux ans. Exécutif tous les six mois . Il faut plus d’initiatives aux CC nationaux ; plus de liberté aux CC. La journée contre la guerre. Journée d’action. Il faut qu’elle soit réussie : le 7 novembre est trop proche ; le 1er mai trop éloigné. Publier des lettres d’ouvriers sur la construction des navires, en première page. Lutte antifasciste. Les Italiens emprisonnés sont menacés de mort. Il faut les sauver. Pour cela, manifestations en Angleterre, en Allemagne, aux États-Unis. Il faut un congrès international antifasciste. Bell me dit « Il y aura vingt candidats anglais aux Communes ».

Mardi 28 août 1928

67Grand mécontentement dans la délégation qui perd son temps et réclame le départ. On décide de faire une démarche pour que la commission française se tienne ce soir. Dix camarades vont à l’Electro-Stal, fabrique d’acier fin pour outillage, fours électriques, forges, laminoirs, laboratoires, fonderies. École d’apprentissage. Salaires de 75 à 110 roubles ; quelques-uns davantage. La camarade Genkina me donne un rapport sur l’industrie textile en URSS.

  • 40 Semard Pierre (1887-1942), secrétaire général du PCF.
  • 41 Benoît Frachon (1893-1975). Ouvrier métallurgiste, syndique en 1909. Il appartient alors à un group (...)
  • 42 Jacques Doriot (1898-1945), membre du Bureau politique. Réticent face à la ligne « classe contre cl (...)
  • 43 Maurice Thorez (1900-1964). Membre du Bureau politique, secrétaire à l’organisation du PCF, il est (...)
  • 44 Henri Barbé (1902-1966). Ancien secrétaire des Jeunesses communistes, arrêté et emprisonné de juin  (...)
  • 45 Pierre Célor (1902-1957). Expulsé du Maroc en raison de son activité politique, il devient en 1924- (...)
  • 46 André Ferrât, ancien dirigeant de la JC, est certainement le plus ferme défenseur de l’orientation (...)
  • 47 Gaston Monmousseau (1883-1960), dirigeant de la CGTU.
  • 48 Julien Racamond (1885-1966) dirigeant de la CGTU.
  • 49 Gaston Cornavin (1894-1945). En 1920, il assure le secrétariat de la section SFIO de Bourges, milit (...)
  • 50 Marcel Maizières né en 1894. Adhérant dès sa fondation au PCF, il devient l’un des dirigeants de la (...)
  • 51 André Trouillard (1900-1969). Secrétaire de la région de la Basse-Seine du PCF, il est en URSS en 1 (...)
  • 52 Renaud Jean.
  • 53 Alfred Costes (1888-1959).
  • 54 François Billoux, représentant de la Jeunesse communiste en 1927 à Moscou, était le représentant du (...)
  • 55 Il est à relever que ces décisions restèrent entièrement secrètes. Elles remaniaient la direction d (...)

686 h, petite commission française (d’accord avec Molotov et Boukharine). Direction PC, BP 11 : S40. Mid. Frach41. D42. M.C., T43. B44. Célor45 F46. Monm47. Rac48. Suppléants : Corn.49 Mez50. Trouill.51 R.J.52. Assist. : Costes53, Bill.54 V.-C. Secrétaire S.T. Fr. Monm. Exéc. T.B.S. Suppléant : D. Mon. Fr. IKK. M.C. Provisoire jusqu’au congrès. Utiliser, assimiler, collaborer. Jusqu’au congrès (en janvier) des attitudes peuvent être prises qui modifieraient le BP ou le consolideraient55.

Mercredi 29 août 1928

  • 56 Alice Brisset (1894-1974). Membre du PC dès sa fondation, elle milite au sein de la Fédération de S (...)
  • 57 Yvonne Robert (1901-1987). Employée, elle se syndique dès 1917. Adhérente du parti communiste depui (...)

69Commission française. Réunion des CO. Le Cantique des cantiques. Les Ingemen sont accusés d’avoir touché de l’argent de Kerenski. 10 h, Présidium. 11 h, Plénum. 12 h, commission française. 13 h, correspondants ouvriers (CO). 17 h, Plénum (Boukharine). Bell, précisions sur la guerre : la lutte contre le militarisme, contre la guerre, contre le pacifisme, le prolétariat déserte son armée et va dans l’Armée rouge. Qui sont les alliés de l’URSS ? Milice des travailleurs, garde rouge, armement du prolétariat par les Rote front avant l’Armée rouge (cf. VIIIe Plénum). Il faut que les prolétaires apprennent le maniement des armes. Nous avons beaucoup appris de la révolution chinoise. Désarmement. Travail parmi les femmes, les paysans, les minorités nationales. L’antimilitarisme. Travail illégal. Nous demandons que l’Exécutif mette de l’ordre dans ces thèses. La rationalisation, les trusts, préparent la guerre. La IIe Internationale déclare que les cartels préparent la paix. La Ligue des Nations, dit-elle, est la seule garantie de la paix ; or elle est un instrument direct du capitalisme. Notre thèse n’est pas académique, mais pratique. Plénum. Thälmann sur les thèses politiques. Commission française. 1 100 femmes dans le PCF, presque toutes ménagères. Pas d’ouvrières (200). Ancienne commission féminine dans les syndicats. Union fraternelle des femmes : 40 % d’ouvrières. Or on ne s’occupe que d’elle. Elle est sans directives. Trois femmes s’occupent : Brisset56, A. Briand, région parisienne, Y. Robert57. Blanc malade, hôpital Kremlin, chambre 8, de 4 à 6. On m’annonce que le costume a été reçu chez Fin. Réd. du Grand palais du Travail ch. 371, Moscou.

Jeudi 30 août 1928

70La propagande féminine en France. Trois femmes : Brisset, Briant, Y. Robert. Le problème : va-t-on rattacher la propagande féminine à l’Agit.– Prop. général ? Faut-il garder l’appareil féminin ? Il faut un grand débat devant tout le parti français pour l’intéresser à la question féminine. On pourra faire un journal féminin si les ouvrières elles-mêmes le demandent. Les délégués s’en vont peu à peu ; les commissions coloniales et du programme sont laborieuses. Amrom me dit que G. doit 150 roubles.

Vendredi 31 août 1928

71On attend la fin pour aujourd’hui !! Les derniers jours de Pékin. La visite aux sépultures des empereurs. Loti à Pékin en 1900. Les Boxers... la poussière, l’éternelle poussière... l’obsédante étrangeté des formes hostiles, la menace des cornes, des griffes, le contournement des bêtes fantastiques... les maisons faites en dentelle d’or. Une nouvelle invasion ferait crouler le vieux colosse jaune. À moins qu’il ne secoue son sommeil de mille ans, le colosse encore capable de jeter l’épouvante et qu’il prenne les armes pour quelque revanche à laquelle on n’ose songer. Le jour où la Chine lèverait pour une suprême révolte ses millions de jeunes paysans sobres, cruels, maigres et musclés, rompus à tous les exercices physiques et dédaigneux de la mort, quelle terrifiante armée si l’on mettait aux mains de ces hommes nos moyens modernes de destruction. Vraiment il semble que certains de nos alliés aient été bien imprudents de semer ici tant de germes de haine et tant de besoin de vengeance. Les Boxers étaient des boxeurs. Julius annonce que le Plénum est encore renvoyé. Pourquoi ? Parce qu’il y a des divergences dans le PC russe ; on cherche à s’entendre ; et le temps passe. Les koulaks continuent leur lutte. Ils donnent du grain à leurs animaux. On ne sait plus quand le congrès finira. C’est toujours Pascal qui traduit les œuvres de Lénine avec le même cœur et le même zèle. Il est attaché à l’Institut Marx-Engels. Voniov Arkhangel.

72Rapport de Piatnitsky : Nombre de membres du parti :

73En Russie : 1 300 000 ; dans le reste du monde 300 000

74Nombre de membres des jeunesses :

Russie 2 000 000
Ailleurs 100 000

75Célor : tu passes lundi sans faute par Leningrad.

Septembre

Samedi 1er septembre 1928

76Abramov. Il faudra lundi être à 11 h au 65 pour aller à l’ambassade d’Allemagne (passeport à prolonger). Vu Thälmann. Nous partons en principe lundi soir pour Leningrad. Puis partons de Leningrad jeudi pour Hambourg. A Leningrad, manœuvres navales. Kety Paul. Lux ou Profintern = M. Dubois. Présidium 5 h. La jeunesse polonaise refuse d’obéir aux suggestions de l’Exécutif.

77Plénum 8 h. Boudieny demande à me connaître. Manou fait l’interprète.

  • 58 Rajani Palm Dutt (1896-1974). Il est emprisonné en 1915 pour avoir manifesté son opposition à la Pr (...)
  • 59 Sen Katayama (1859-1933). Né dans une famille de paysans japonais, il s’installe aux États-Unis de  (...)

78P. Dutt58 et Katayama59 sont placés à l’Exécutif par l’Exécutif lui-même contre l’agrément de leurs partis.

79R. : la 40e réunion du congrès est ouverte. Boukharine sur le programme : 600 amendements. Nous avons un passage nouveau sur le cours du développement du capitalisme, la famille, la vie culturelle. L’évolution du pouvoir d’État a été mieux étudiée en liaison avec le fascisme. Le procès révolutionnaire mondial et la social-démocratie (a été révisée) et mis à une autre place.

80Fascisme. Il y a de grandes divergences, mais nous avons fait l’unanimité. Nous avons insisté sur la rationalisation.

81Colonies. Le passage de la révolution démocratique à la révolution prolétarienne et les rapports entre les ouvriers et les paysans nous occupaient seuls d’abord. Mais il y a d’autres colonies plus arriérées, tribus, précapitalistes, nous n’en parlons pas. Nous en parlons cette fois. Nous y donnons comme mot d’ordre : le gouvernement d’assemblées populaires. Coopération. Chapitre sur l’austro-marxisme. Notre Programme est meilleur maintenant. On en a refait la moitié ; le texte d’autrefois a disparu. La commission a travaillé collectivement, d’une manière large. La IIe Internationale a fait un congrès de quelques jours. Nous, ça a été long, mais le programme voulait un travail concentré. On a tout analysé, discuté, positivement, le raisonnable a été accepté. Il y a encore des lacunes, ce n’est pas l’idéal ; nous continuerons désormais notre chemin avec un programme historique. Le Programme est adopté à l’unanimité.

82Commission coloniale. Kuusinen : notre projet est trop long. Nous n’avons pas eu le temps de faire court. Nous avons insisté sur la Chine, l’Inde. Nous n’avons pas encore tous les renseignements sur certaines colonies. Nous avons fait plus concret. Exportation des capitaux dans les colonies ; elle renforce l’esclavage colonial par le capital financier ; elle va dans le sens de l’industrialisation. Le rôle de la bourgeoisie nationale ; la révolution démocratique, puis la révolution socialiste. Notre ligne tactique a été approuvée. On a parlé plus clairement à la lumière des événements de Chine et de l’Inde. Nous avons insisté sur les tâches. La discussion a été très utile et très profonde. La commission a été unanime. Les Anglais doivent faire un grand effort pour accepter le ligne nouvelle. Ils feront ici comme ils ont fait dans la question syndicale. Le PC anglais est un modèle. Il nous faut de grands partis communistes dans les colonies. Le PC français a fait un excellent travail, le meilleur travail. En Algérie, Tunisie, les communistes sont dans le parti français. Or il faut donner l’indépendance aux partis communistes des colonies. Comment constituer des partis communistes dans les colonies ? Ça c’est le problème central. Le rôle des femmes, très diminué, par leur faute, dans le PC et le gouvernement révolutionnaire.

  • 60 Arcadi Maslow, de son vrai nom Isaak Tchemerinsky (1891-1941). Né en Allemagne de parents russes, i (...)
  • 61 Suzanne Girault.
  • 62 David Wynjkoop (1876-1941), socialiste hollandais, un des leaders du PC hollandais dès sa création. (...)

83La résolution sur la question russe (Thälmann). Des appels contre certaines exclusions sont faits devant le congrès. Trotsky, R. Fischer Maslow60, S. Girault61, Wynkoop62. Repoussés. Admission de nouvelles sections : sept nouvelles sections des colonies et semi-colonies : Corée, Cuba (terreur blanche), Irlande (ligue ouvrière), Nouvelle-Zélande (détaché du parti australien), Paraguay, Colombie (les syndicats marchent à l’illégalité), Équateur (comme en Colombie). La Journée rouge. Élection de l’Exécutif, de l’IKK. Le manifeste à l’IC. Boukharine. Nous avons travaillé deux mois ; trou important, revue de nos forces. Dans la IIe Internationale, les chefs seuls parlent. Ici ce sont les ouvriers du monde entier, les représentants des pays capitalistes et les plus arriérés ; tous font partie de la grande armée révolutionnaire. Le programme du congrès est d’une importance extraordinaire. Il signifie une époque de notre mouvement : travail attentif de préparation. Il signifie le développement interne formidable de notre mouvement collectif. Grand tournant, qualité du travail, le marxisme pénètre dans les classes ouvrières et paysannes de tout l’univers. Ce congrès est le résumé d’une grande époque historique. En quatre ans, le cap., les colonies, le prolétariat s’est développé extraordinairement. Il y a eu discussion, c’est que nous sommes vivants. Nous avons analysé l’état présent de l’histoire à la lumière du marxisme et nous avons fixé notre tactique actuelle. Au premier plan, la question de la guerre. La IIIe Internationale est née dans la guerre. La guerre a rendu le capitalisme plus instable. De nouveau, il nous faut poser la question de la guerre concrètement dans le temps actuel ; la bourgeoisie cherche à cacher la guerre et ses dangers sous une formidable idéologie pacifiste et social-démocrate. Il ne faut pas désagréger le socialisme. Nous avons discuté la question coloniale déjà au IIe Congrès, mais aujourd’hui c’est autre chose ; aujourd’hui se sont produits des événements gigantesques. Nous avons une énorme expérience, Chine, Indonésie ; problèmes nouveaux et non plus généraux. La guerre chinoise a élargi notre expérience. Le trotskisme s’est dissipé. C’est une mort politique. Nous avons gagné dans sept pays. Notre parti se renforce toujours, ferme, fort, facteur essentiel de la vie politique ; si la bourgeoisie engage la guerre, elle condamnera sa propre existence. En dix ans, grands progrès, nos forces sont invincibles, nous ne craignons aucune attaque, nous aurons le pouvoir dans le monde entier. Suit le manifeste à tous les prolétaires, ouvriers, paysans, soldats, marins, frères.

Dimanche 2 septembre 1928

84Fête de la Jeunesse communiste. Défilé monstre de plusieurs centaines de mille jeunes gens et jeunes filles sur la place Rouge. Cinq fleuves humains se rencontrent contre le pacte Kellog. Pionniers et komsomols : bannières, pancartes, jeunes communistes armés ; deux jeunes filles fusil sur l’épaule gardent le drapeau ; chants, musiques innombrables. Jeunes femmes avec leurs enfants sur les bras. Entrain, gaieté, caricatures des politiciens bourgeois ; la foule sur Tverskaïa, sympathique. L’enterrement de la IIe Internationale. Deux heures de défilé, 200 000 assistants. Visite au musée des Beaux-Arts. L’art égyptien. La peinture italienne, flamande, espagnole, française, Le Nain ; le XVIIIe siècle, un Courbet (La mer), les peintres de Barbizon. Beau musée, Van Dyck, Rembrandt. Neumann me dit que de temps en temps on lit dans un journal anglais de Chine : « Aujourd’hui on a arrêté quatorze communistes parmi lesquels plusieurs jeunes filles. On les a condamnés à mort, puis promener à travers la ville pour les fusiller ensuite. Ces individus sont morts sans repentir et persistant à crier leur foi dans le communisme ». Au bout de deux à trois mois, au plus, les organisations illégales sont repérées par la police, et les membres traînés devant la police, emprisonnés ou tués. Blanc, hôpital du Kremlin, chambre 8 de 4 à 6.

Lundi 3 septembre 1928

  • 63 Stepanov, de son vrai nom Stojan Minev, membre du Secrétariat latin de l’IC, est chargé de suivre l (...)
  • 64 Réélu au Comité exécutif de l’IC de 1920 à 1925, Zimmer est exclu en 1926 de son parti. Ayant fait (...)

85Visite à l’ambassade d’Allemagne pour le visa. La caravane pour Leningrad est constituée (de dix à quinze personnes), départ demain soir. 7 h, Exécutif : les nominations du parti. Les Allemands contre B.B.K. aussi, Piat avec lui, Thaelmann, M.C., Ferriti, le Bulgare Stepanov63, Zimmer64 – Neil Canada, Schrek, Pitsouk Van Chin, Son Tchin. Les ogres US, chef : Feinberg, trad. Levinson.

86Lundi 3, Exécutif. Mardi 4, départ pour Leningrad. Mercredi 5, arrivée Leningrad, quatre meetings. Jeudi 6, vendredi 7. Samedi 8, départ pour Stettin. Dimanche 9, lundi 10.

8712 h, après la signature du traité franco-anglais les Allemands causaient avec les Russes.

Mardi 4 septembre 1928

88Commission 10 h. Vu Ab. 29 d destinés à [ill.]. Quittant Moscou 39 d sof 40 M 1325 dest. à P. (Thaelmann était docker à Hambourg). À 4 h, hôpital du Kremlin voir Blanc. Sia Tin assurera pour l’Humanité article Chine. Recommandation pour Saîdony Yahya. Vu Blanc à l’hôpital du Kremlin. Il s’occupera de tout. Il est bien. L’hôpital est situé Vosvijenka 6 ; c’est celui où était Tchitchérine. Il est d’une propreté méticuleuse. On vous fait endosser une robe blanche avant d’aller voir le malade. Les paysans battent encore leurs femmes. Quand des paysans passent devant une maison d’où partent des cris de femmes, ils disent entre eux : « il l’instruit » ! Le photographe Kaponstianski vient à la dernière minute porter les portraits.

Mercredi 5 septembre 1928

  • 65 Quartier ouvrier de Leningrad. Un des foyers du mouvement révolutionnaire en 1917.

89Arrivée Leningrad 11 h. On fait un meeting à la foule qui nous attend. Thälmann. EM. C. Le secrétaire de Leningrad. Puis hôtel de l’Europe. Puis déjeuner. 2 h, Smolny pour régler le plan du séjour. Visite à 3 h à une grande usine textile : 8 000 ouvriers dirigés par un ouvrier, sans directeur technique. Outillage de 1895 anglais ; ouvrières 70 à 80 roubles, certaines aux pièces, 5 roubles par jour filature de coton et tissage. De nouvelles machines arrivent d’Amérique ; absorption des poussières, propreté, gaieté. Le directeur au milieu des ouvriers ! Il y a un atelier modèle où travaillent les jeunes communistes. Ce sont d’anciens apprentis de la fabrique. Après la visite, meeting en plein air ; prolétariat vibrant comme celui de Paris. Une ouvrière me répond avec intelligence et vigueur. Notre outillage est suranné. Nous avons souffert mais nous arriverons. À 7 h réunion des actifs (communistes qui ont une fonction dans le PC) du rayon de Vassileost sont 1 800 personnes. Puis réunion des actifs de Vyborg65 : 2 000. L’intervention des Chinois. Pourquoi la défaite de la Révolution ? Causes : la trahison de la bourgeoisie du Kuomintang. La force et la ruse de l’impérialisme. Le développement inégal de la révolution dans les villes et les campagnes. L’opportunisme des chefs du PC chinois. La tactique du Front unique avec le Kuomintang était juste, mais il fallait garder au communisme son indépendance. On ne l’a pas fait et on a freiné le mouvement ouvrier et paysan. Il y a eu des dizaines de milliers de victimes, mais la révolution chinoise vit et se développe. Le PC chinois est très jeune, mais la masse a déjà corrigé les fautes des dirigeants opportunistes et inexpérimentés. La ligne aujourd’hui est juste et le PCC dirige les masses. Les ouvriers et les paysans nous suivent. Les soulèvements permanents en Chine ont un contenu profond, surtout à la campagne. L’essentiel en ce moment est de diriger la révolution agraire. La révolution chinoise ne craint pas la défaite, pas même celle de Canton ; dans les villes il est des symptômes de confiance dans la nouvelle tactique de la révolution chinoise. Il naît des partisans par millions à la campagne. Il subsiste des foyers importants de mouvement soviétique. Il y a des gardes rouges nombreux. Dans le Kiang-Si 3 000. Nous avons plusieurs districts soviétiques. Dans le sud, des forces armées et des Soviets. Des soldats et des armées du Kuomintang passent au communisme. Cela prouve que le Kuomintang n’est pas en état de détruire le communisme, pas plus que d’unifier la Chine. La révolution chinoise est loin d’être terminée. Il subsiste en Chine les conditions d’un nouvel essor de la révolution chinoise. Nos tâches consistent à nous emparer des masses, à les organiser. On a beaucoup parlé des colonies au VIe Congrès. C’est le vrai léninisme. En cas de guerre nous serons aux côtés de l’URSS. La réunion de Vyborg fut très enthousiaste, comme à Paris. Puis on se rend au club des camarades qui dirigent les trusts du gouvernement de Leningrad. Réception somptueuse. La camarade qui dirige les syndicats textiles du gouvernement de Leningrad : 80 000 syndiqués ! Il y a une grande usine de Leningrad dirigée par une femme. Les femmes jouent encore à Leningrad un grand rôle dans la direction. Réponse du président à la réunion de Vyborg : chaque année, il y a de nouvelles difficultés, chaque année nous les surmontons. À Vyborg l’ordre du jour porte qu’il parlait au nom de 70 000 ouvriers du district. Il y a à Vyborg 14 500 communistes du PCR et 17 000 jeunes. Et il y a comme cela six rayons à Leningrad. La vie est moins chère qu’à Moscou. Salaires plus élevés. Le président de Vyborg : « Notre œuvre n’est pas russe, elle est internationale. Dites à nos camarades de l’Occident qu’ils fassent la révolution. Alors en Russie même les choses iront plus rapidement. » Neumann et Thälmann ! La récolte est moins bonne qu’on espérait ; on va manger du pain gris. On va vendre du bois du nord en quantité immense ; on va vendre du bois pour allumettes, on va vendre du pétrole. Des queues !!

Jeudi 6 septembre 1928

90Nous sommes à cet hôtel de l’Europe où je suis venu en 1917 avec Moutet et qui me rappelle les souvenirs les plus précis sur la période Kerenski. (Les Roumains faisant la fête et les désespérances des bourgeois russes). Tous les ouvriers me disent : « On te prend pour un Russe ». Dès le matin, une Paimpolaise demande à me parler ! Elle vient avec sa fille ; mariée à un ingénieur électricien russe trouvé à Loguivy, sa fille à un Hongrois. Nous avons beaucoup souffert en 1918-1919. Maintenant nous sommes bien, très bien ! L’Ermitage. La chambre blindée. Visite à l’usine métallurgique de la production des turbines, 4 600 ouvriers : 930 communistes, 800 JC. Grosse construction mécanique. L’usine marche à l’électricité. Il y a un directeur ouvrier et un ingénieur technique. Contremaître : 300 roubles. Ouvriers des fraiseuses, des perceuses, raboteuses : 200, 250 roubles ; travail aux pièces. Les prix ne peuvent être fixés que d’accord avec le syndicat ; journée de sept heures pour les travailleurs de précision. La fonderie, le modelage, la soudure autogène : manœuvre : 100 roubles ; loyer n’atteint pas 5 % du salaire ; la chaudronnerie, les forgerons. On fait le meeting dans l’atelier des turbines. Puis meeting à Volodarky (2 000) quartier de 90 000 ouvriers : 15 000 communistes, 16 000 JC, 4 000 auditeurs d’un théâtre neuf et original. Le Chinois : voix cassée, fausset, par cris tristes, secs, monocordes, monosyllabes brutaux, colère, voix étranglée, tout nerfs, tête d’enfant : impression de colère, de force, de vigueur : « Nous avons eu 320 000 tués pendant la révolution. Nous luttons sous la terreur blanche la plus féroce. Nous réunirons encore les forces des ouvriers et des paysans. La bourgeoisie impérialiste ne permet pas à notre bourgeoisie nationale de se développer, parce que celle-ci est entrée dans le Kuomintang. Elle a voulu lutter, mais pour lutter, il lui fallait l’appui du prolétariat et des paysans qui ont exigé leur part. Alors la bourgeoisie chinoise s’est effrayée et elle a préféré le servage impérialiste à la révolution ouvrière et paysanne. Le Kuomintang est devenu contre-révolutionnaire ; il nous a assassiné ; on croit que la révolution est écrasée. Non. Le mot d’ordre des Soviets devient le mot d’ordre général. Avec l’aide de la révolution russe, forteresse du prolétariat, nous lutterons, nous vaincrons ». Un ouvrier de Poutilov nous répond (17 000 ouvriers). Nous sommes prêts à nous défendre comme il y a dix ans. Il faudra encore combattre, nous le savons. Une ouvrière de la fabrique de caoutchouc nous offre des roses : si on attaque le gouvernement soviétique, nous sommes là ! Blaise. Stinsky, Kereiev, avec chauffeur de la flotte.

Vendredi 7 septembre 1928

  • 66 Les noms de ces grandes figures historiques progressistes, révolutionnaires ou non, sont ceux des n (...)

91Cronstadt. Visite et revue de la flotte de la Baltique. Marat. Révolution d’Octobre. Jeunesse communiste. Commune de Paris, Liebknecht, Marx, Engels, Spinoza, Kalinine, Rykov, Lénine66. À bord du Marat, buste admirable de Marat ; discours, discours ! Meeting dans le jardin. Les délégués, le marin, le commandant en chef de l’armée navale. Les marins : nous sommes aux ordres de l’IC. Ils parlent de la politique extérieure en termes précis. Nous avons suivi avec un soin extrême le VIe Congrès. Les Allemands construisent un cuirassé, faites-en un Potemkine. Marins et commandants origine commerce. Après 1921 recrutement ouvrier et syndical et JC. Au Marat, 1 200 hommes : 200 communistes, 400 JC presque tous les officiers communistes, 11 % des sous-officiers ont servi sous le tsar. A. Marty. Victorov.

92À 7 h retour, Douma, Molotov, Thälmann, M.C. Compte rendu du VIe Congrès. Salaires marins : un électricien 120 roubles, un amiral 225 R avec des indemnités. Nul ne peut dépasser 350 R par mois. Dans la maison de la flotte rouge, mains, pieds et visages atteints par les gaz.

  • 67 Mika Grigorievitch Zkhakaja (1865-1950). Il milite au sein du mouvement ouvrier dès 1898. En 1920, (...)

93L’Information, 11 août : « Nous sommes au début d’une courbe ascendante. Pléthore de numéraire et de crédit. Plusieurs industries travaillent au plein de leur capacités ». De la Commission de contrôle en Géorgie : Kahiavi, de la délégation géorgienne et Zkhakaja67, président des Soviets de Géorgie (le Kalinine géorgien, sa femme est de Genève) m’invitent avec Lilite pour avril 1929 à une tournée en Géorgie. Abramov insiste sur l’utilité. Meister, l’organisateur des tournées s’entremettra d’ici là. Il faut se mettre en rapport avec lui. Meister, Komintern. Il n’y a plus en Géorgie d’opposants que d’anciens grands propriétaires dépossédés, mais sans influence. On a beaucoup travaillé, beaucoup construit, donné des preuves de zèle et on a désarmé tous les opposants. Un journaliste bourgeois arrive à la station de radio de Leningrad. Il trouve un homme qui mange un concombre avec du pain noir : « Sans doute êtes vous le gardien ? – Non je suis le directeur. – Ah pardon, vous êtes ingénieur. – Mais non, je suis un ouvrier. »

94B.D. C’est du gauchisme enfantin. Gamin prétentieux. 70 % des cellules sont de rue, quartier, village. Août : Huma : 10, 15, 18, 21, 25, 28, 30. La culture 1er septembre 1931. Pravda. Leningrad : 13 emprunts des 5 milliards. Moscou. Gaz : 14 (emprunts des 5 milliards). C + O. ud : 15, 17, 18, 21, 25, 29, 30. Prendre une action de la Fraternelle en rentrant à Paris. La Russie, pays du million de tortures. La Russie pays du knout ensanglanté. La Russie pays de la puissance des ténèbres. Les ténèbres sont vaincues. Polin, architecte de Saint-Quentin ; son père à Moscou. Percous. Barbusse, l’Huma et l’affaire Serge Romov. Une minute du congrès : 200 roubles (2 500 F). Une heure : 12 000 R, 6 000 $, 150 000 F. Les Allemands ont mis en vente un album de Daumier. Pourquoi pas nous ? Émilie Grippé, 58, rue Bebel, logement 4, Odessa.

95« Deux pôles sont constitués : Londres et Moscou. Ils se repoussent à tous les points de vue. Il est à craindre que l’Allemagne, si on ne lui accorde pas des atténuations, se joigne à la Russie contre la Pologne soutenue par la France et par ricochet contre l’Angleterre. Des intérêts communs poussent Moscou et Berlin à s’unir. Leurs forces sont dirigées sur Londres et Paris à travers la Belgique ». Général Galet, chef d’État-major général de l’armée belge. France-Angleterre : nouvelle entente cordiale, relations françaises.

Notes

1 Piat (nitsky).

2 Albert Treint (1889-1971), dirigeant du PCF jusqu’en 1926. Membre du Comité exécutif de l’IC et du Présidium, il prend position pour Zinoviev quand celui-ci passe à l’opposition, et s’oppose à la politique de l’IC en Chine. Exclu du PCF en janvier 1928, il milite dans les rangs de l’opposition puis rejoint la SFIO.

3 Jean Cremet (1892-1929 ?). Militant des Jeunesses communistes, il devient secrétaire de la Fédération communiste de la Loire-Atlantique. En 1924, il est élu au Comité central et au Bureau politique. En 1926, il est élu à la direction de l’IC. Inculpé dans une affaire d’espionnage au profit de l’URSS, il s’installe à Moscou. En février 1928, suite à une position ambiguë sur la condamnation de Trotsky, il n’a plus de responsabilités importantes au sein de l’IC.

4 Van Tin Veï. (Wang Jingwei) (1883-1944). Proche de Sun Yat-Sen, il lui succède à la tête du Kuomintang ; En 1927, il est responsable du Comité exécutif central du Kuomintang. Il conclut en juillet 1927 un accord avec Chiang Kai-Shek contre les communistes. De 1932 à 1935, il est Premier ministre du régime de Nankin, puis du gouvernement pro-japonais établi à Nankin pendant la guerre sino-japonaise.

5 Tchan Dou Siou, orthographié Chen Duxiu (1879-1942). Étudiant, il rejoint le mouvement révolutionaire en 1904. Après un séjour en France et au Japon 11 revient en Chine en 1911. Il participe à la fondation du PC chinois, dont il est le secrétaire général jusqu’en 1927. Promu membre du CE de l’IC en 1924, il en est officiellement exclu en septembre 1929. En janvier 1931, il fonde un groupe communiste dissident. Arrêté en 1932, il est condamné par une cour militaire à treize années de prison. Relâché en 1937, il cesse ses activités politiques et meurt en 1942.

6 Ten Pin Sian, orthographié Tan Pingshan (1887-1956). Communiste de Canton, il est l’un des premiers artisans de l’entente Guomindang-PCC, jusqu’en 1927. Il dirige le département de l’organisation du GMD. Au mois de juin 1927, il quitte le poste de ministre de l’Agriculture du gouvernement de Wuhan. En août, il est blâmé par le Comité central, qui vise par ce blâme la politique agraire du premier front uni. Exclu du PCC, il cesse ses activités politiques, jusqu’à l’invasion japonaise et le deuxième front uni en 1937. Réadmis au sein du GMD, il s’oppose à Chiang Kai-Shek, puis se rapproche des communistes, participant en 1948 à la fondation du Comité révolutionnaire du GMD.

7 Henri Lozeray (1898-1952). Ouvrier linotypiste à Saint-Denis, il se syndique et adhère aux Jeunesses socialistes en 1914. Il appartient au comité pour la reprise des relations internationales, et contribue à reconstituer l’organisation nationale des jeunesses. En 1921, il devient l’un des secrétaires des JC, spécialiste de la question coloniale. Délégué au VIe Congrès de l’IC, il appartient au groupe des Jeunesses qui encadre la direction du PC (1929-1931). En disgrâce, il retourne à l’atelier, militant au syndicat unitaire de la typographie de la région parisienne, avant d’être élu député en 1936 à Paris. Arrêté en 1940, il est emprisonné en Algérie, jusqu’à sa libération en 1943. Réélu député en 1946 dans le Cher, il meurt en 1952.

8 Henri Torrès (1891-1966), avocat, collaborateur de l’Humanité et membre du PCF

9 Renaud Jean.

10 Ponsot. Haut commissaire français à Damas qui s’attacha à réduire le soulèvement druze et les différents mouvements nationalistes tournés contre le mandat français sur ce territoire.

11 Fin, pseudonyme de Feineberg, Iosif (1886-1957). De 1906 à 1918, il est membre du parti socialiste de Grande-Bretagne. Il s’installe alors en Russie, où il est admis au sein du PCR(b). Il travaille au sein de commissariat aux Affaires étrangères. De 1935 à 1953, il travaille au sein des éditions, comme traducteur essentiellement.

12 Marcel Cachin y prend la parole.

13 Strakhov, pseudonyme de Chü Chiu-Pai

14 L’opposition unifiée avait mis en cause la politique encouragée notamment fin 1927 par Neumann à Canton et Schanghaï.

15 Pepper pseudonyme de Joseph Pogany (1886-1937).

16 Lominadze Vissarion (1898-1937).

17 Mikhail Borodine (1884-1949), envoyé par l’IC en Chine de 1923 à 1927.

18 Otto Kuusinen (1881-1964). Membre du Comité exécutif et du Présidium de l’IC depuis 1922, il s’est occupé des affaires allemandes puis de la lutte contre l’opposition avant de connaître, à l’occasion du VIe Congrès de l’IC, une promotion qui est signalée par son rapport sur la question coloniale et son élection au secrétariat politique de l’IC. Son ascension s’affirme les années suivantes avec la mise à l’écart de Boukharine et de son proche entourage.

19 Manabendra Roy (1887-1954). Membre du CE de l’IC et de son Présidium depuis 1924 et 1925, envoyé en Chine, en 1927, il est critiqué pour ses déviations droitières en 1928. En fait ce sont ses positions favorables à l’alliance avec la bourgeoisie nationale qui sont attaquées. Il perd ses postes de responsabilité et il est exclu de l’IC en 1929. Il rejoint l’aile gauche du parti du congrès dans les années trente lorsqu’il rentre en Inde.

20 Paul Vaillant-Couturier (1892-1937).

21 Grégoire Sokolnikov (1888-1939). Commissaire aux Finances à partir de 1922, il est également en charge des problèmes de la NEP qu’il présente devant l’IC dès cette époque. Il sympathise avec l’opposition dès 1925. Ambassadeur à Londres de 1927 à 1933, il est arrêté en 1936 puis jugé ; condamné à 10 ans de détention, il meurt en 1939.

22 Lev Mikhaïlovitch Karakhan (1889-1937). Membre du parti bolchevik en 1917, il est commissaire du peuple adjoint aux Affaires étrangères en 1918-1920 et en 1927-1934. Il est ambassadeur en Pologne de 1921 à 1923, puis en Chine jusqu’en 1926.

23 Herbette. Ambassadeur de de France.

24 Clément Vorochilov (1881-1969). Devenu commissaire à la Guerre après la mort de Frounzé, en 1925, il le reste jusqu’en 1940. Membre du Bureau politique du parti communiste russe depuis 1926, il est proche de Staline même s’il marque quelques hésitations dans les débats internes à la direction durant l’année 1928.

25 Alexis Maximovitch Pechkov, dit Maxime Gorki (1868-1935). Poète, romancier et dramaturge russe dont l’installation en URSS est encore bien incertaine.

26 EugèneVarga (1879-1964). Il présente lors du VIe Congrès de l’IC l’un des deux rapports sur la situation de l’URSS. Il est responsable des études économiques et dirige un Institut d’économie et politique internationales. En dépit de sa prudence politique, il apparaît, en 1928, comme l’un des tenants de la réflexion induite par Boukharine sur les transformations structurelles du capitalisme, ce qui lui vaut des critiques dont Cachin se fait l’écho.

27 Alapari Julius (1882-1944).

28 Lominadzé.

29 Neumann.

30 Evguéni Alexeievitch Preobrajinski (1886-1937). Il est membre du PC(b) à partir de 1903, secrétaire du Comité central de 1920 à 1921, puis en préside le comité des Finances de 1921 à 1923. Commissaire du peuple, il est également rédacteur à la Pravda. En 1923, il rejoint l’opposition conduite par Trotsky. Exclu en 1927, réintégré en 1929, à nouveau exclu puis réintégré en 1933, il est définitivement exclu en 1936. Il meurt fusillé.

31 Dimitri Manouilsky (1883-1959). Au sein de la direction de l’IC dont il fait partie depuis décembre 1926, il dirige la lutte contre l’opposition de gauche et s’occupe des partis communistes de l’Europe de l’Ouest. Il est proche de Staline qu’il soutient dans son action pour éliminer Boukharine.

32 Nestor Makhno (1889-1935). Après la révolution d’octobre 1917, il organise les paysans du sud de l’Ukraine pour lutter contre les troupes d’occupation allemandes et autrichiennes et contre les forces blanches. Soutenu dans un premier temps par l’Armée rouge, il est ensuite poursuivi. En 1921, il rejoint la Roumanie, puis Paris, où il décède.

33 Elena Dmitrievna Stassova (1873-1966). Elle rejoint le RSDLP dès sa fondation en 1898. Elle travaille à Iskra, puis soutient les bolcheviks à partir de 1903. En 1912, elle est élue suppléante au Comité central du parti. Arrêtée en 1913, elle est déportée en Sibérie jusqu’en 1916. De 1917 à 1920, elle est secrétaire du Comité central du PC(b). En 1918, elle est titulaire du Comité central. De 1921 à 1926, elle représente l’IC auprès du PC allemand, où elle aide à la fondation du Secours rouge. De 1927 à 1937, présidente de la branche russe du SRI, elle est également présidente-adjointe du Comité exécutif du SRI. De 1938 à 1946, elle est rédactrice de la revue La littérature étrangère.

34 Gabriel Péri.

35 Van Chin, orthographié Wang Ming. Pseudonyme de Chen Shao Yü (1907-1974). Étudiant, il rejoint le mouvement révolutionnaire en 1925. Il assiste au VIe Congrès de l’IC comme interprète de la délégation chinoise. Sa carrière au sein du PC chinois débute en 1930, où il attaque Li Li-San au cours du IIIe Plénum du Comité central du PC chinois. En 1931, il est élu au Bureau politique, et promu au Présidium du CE de l’IC. Chef de file des « vingt-huit » bolcheviks, les internationalistes du PCC, il est l’un des principaux rivaux de Mao Zedong. En 1937, il retourne en Chine. Après la proclamation de la République populaire de Chine, il occupe des positions sulbaternes au sein du gouvernement, puis, en 1957, retourne en URSS où il meurt en 1974.

36 Jules Herman (1879-1936). Élu trésorier au congrès constitutif de la fédération CGTU du Verre en juin 1922, il représente sa fédération aux congrès de la CGTU à partir du IIe Congrès. Il participe également au congrès de la fusion en mars 1936, dont il est secrétaire jusqu’à sa mort en novembre 1936.

37 François Sue (1881-1940). En 1919, il fait figure de leader des organisations socialistes et syndicalistes. Rallié à la SFIC en 1920, il fonde la section d’Anor (Nord). Militant syndicaliste, il devient en 1932 secrétaire de la Fédération unitaire des verriers. En 1925, l’arrivée dun militant communiste actif à Anor entraîne le déclin de son activité politique, jusqu’à son exclusion en 1928 pour avoir apporté son soutien au candidat socialiste. Il rejoint alors l’union socialiste-communiste, puis, de 1933 à 1936, le parti de l’unité prolétarienne, et enfin la SFIO. Arrêté comme militant politique et syndical en 1940, il est abattu par des garde-mobiles lors du transfert des prisonniers politiques.

38 Abraham Lincoln (1809-1865) Président des États-Unis élu en 1860, il est assassiné par un acteur sudiste en 1865 pendant la Guerre de Sécession.

39 Manou. Abréviation de Manouilsky.

40 Semard Pierre (1887-1942), secrétaire général du PCF.

41 Benoît Frachon (1893-1975). Ouvrier métallurgiste, syndique en 1909. Il appartient alors à un groupe libertaire de la Loire. En 1919, il adhère à la SFIO, puis à la SFIC après le Congrès de Tours. A la fin de l’année 1924, il est secrétaire permanent de l’UD CGTU. Il participe à la 6e session du CE de l’IC en 1926, puis devient secrétaire de la région lyonnaise et membre du Comité central. Délégué au VIe Congrès de l’IC, il appartient à la direction mise en place autour des Jeunesses en 1929. En 1933 il succède à Monmousseau à la tête de la CGTU, puis devient secrétaire de la CGT (1936-1939), secrétaire général de 1945 à 1967, et enfin président jusqu’à sa mort.

42 Jacques Doriot (1898-1945), membre du Bureau politique. Réticent face à la ligne « classe contre classe ».

43 Maurice Thorez (1900-1964). Membre du Bureau politique, secrétaire à l’organisation du PCF, il est dans l’illégalité depuis juin 1927. Il est le principal instigateur de la ligne « classe contre classe ».

44 Henri Barbé (1902-1966). Ancien secrétaire des Jeunesses communistes, arrêté et emprisonné de juin 1927 à février 1928, il représente le PCF à Moscou en 1928 et se montre très critique à l’égard de la direction du PCF.

45 Pierre Célor (1902-1957). Expulsé du Maroc en raison de son activité politique, il devient en 1924-1925 permanent politique à la direction des Jeunesses communistes. En 1928, il siège au Bureau politique du PCF, et coordonne le travail antimilitariste. Délégué au VIe Congrès, il est l’un des animateurs, avec Henri Barbé, du noyau des Jeunesses. En juillet 1930, il quitte le Bureau politique. Il est à Moscou en juin 1931, lorsque l’affaire « Barbé-Célor » débute. Il regagne difficilement la France en octobre 1932, exclu du PCF. Sans activité politique de 1932 à 1941, il rejoint à cette date le RNP, puis le PPF en 1942. Arrêté en 1945, condamné à sept mois de prison, il meurt en 1957.

46 André Ferrât, ancien dirigeant de la JC, est certainement le plus ferme défenseur de l’orientation « classe contre classe » au sein du Comité central de l’automne 1927 au printemps 1928.

47 Gaston Monmousseau (1883-1960), dirigeant de la CGTU.

48 Julien Racamond (1885-1966) dirigeant de la CGTU.

49 Gaston Cornavin (1894-1945). En 1920, il assure le secrétariat de la section SFIO de Bourges, militant en faveur de la IIIe internationale. Élu député du Cher en 1924, délégué au Ve Congrès de l’IC, mais emprisonné pour usage de faux papiers, il se réjouit en 1927 du renforcement de l’autorité de Staline et de la nouvelle politique de l’IC. Disposant d’appuis auprès de Barbé et de Célor, il entre au Comité central en 1929 et devient suppléant du Bureau politique de 1929 à 1930. En disgrâce après l’éviction du "groupe", il fait montre de fidélité à l’égard de la nouvelle direction. En 1936, il est à nouveau élu député du Cher. Arrêté en 1940, déporté en Algérie, il meurt des suites de sa détention, en 1945.

50 Marcel Maizières né en 1894. Adhérant dès sa fondation au PCF, il devient l’un des dirigeants de la région parisienne du PCF. Élève à l’École léniniste internationale en 1926, il est élu au CC du PCF en 1929. En 1939, il critique le pacte germano-soviétique. Dans la Résistance, il se rattache au mouvement Libération et sera un élu socialiste après la guerre.

51 André Trouillard (1900-1969). Secrétaire de la région de la Basse-Seine du PCF, il est en URSS en 1928, où il apparaît comme un défenseur actif de la nouvelle orientation. Ultérieurement sa carrière politique est limitée. Il perd ses responsabilités régionales et est exclu en 1933.

52 Renaud Jean.

53 Alfred Costes (1888-1959).

54 François Billoux, représentant de la Jeunesse communiste en 1927 à Moscou, était le représentant du PCF du fait de l’absence de Bernard désigné par le parti. Ensuite il se montre un ferme soutien de la nouvelle ligne impulsée par Manouilsky.

55 Il est à relever que ces décisions restèrent entièrement secrètes. Elles remaniaient la direction du PCF en dehors des instances régulières du PCF. La position de Semard apparaît très diminuée puisque le poste de secrétaire général disparaît de cet organigramme provisoire.

56 Alice Brisset (1894-1974). Membre du PC dès sa fondation, elle milite au sein de la Fédération de Seine-et-Oise, dont elle est secrétaire de 1923 à 1924. Syndicaliste, elle est membre de la commission féminine de la CGTU à partir de 1923. De 1926 à 1929, elle est membre du Comité central, et de 1927 à 1929 membre du CE de la CGTU. Elle continue de militer, mais ne retrouve des responsabilités qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

57 Yvonne Robert (1901-1987). Employée, elle se syndique dès 1917. Adhérente du parti communiste depuis 1923, elle est mise à la disposition de la région Nord en 1926, où elle crée des groupes des « Amis de l’ouvrière ». Elle dirige alors la Commission féminine syndicale et la Commission féminine du PC. En 1932, elle est chargée du travail féminin de la région Paris-Est. En 1936, elle se porte volontaire en Espagne, où elle appartient au service sanitaire. Elle participe à la résistance, s’évadant après son arrestation en mai 1940. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, elle est responsable des œuvres sociales de l’Amicale des anciens volontaires français en Espagne républicaine.

58 Rajani Palm Dutt (1896-1974). Il est emprisonné en 1915 pour avoir manifesté son opposition à la Première Guerre mondiale. Après avoir terminé ses études d’histoire et de philosophie, il devient en 1919 secrétaire international du département de recherche sur le travail. En 1920, il adhère au PC de Grande-Bretagne, dont il est membre du Comité central et du Bureau politique à partir de 1922. En 1921, il est rédacteur en chef du Labour monthly qu’il a contribué à fonder. En 1922, il dirige un autre journal communiste, Worker’s Weekly. En 1923, il se rend à Moscou une première fois. Gravement malade, il restreint son activité politique. Il participe au IXe Plénum élargi de l’IC, puis au VIIe Congrès, où il est élu membre suppléant du CE de l’IC. De 1936 à 1938, il dirige le Daily Worker. De 1943 à 1961, il est vice-président du PC britannique.

59 Sen Katayama (1859-1933). Né dans une famille de paysans japonais, il s’installe aux États-Unis de 1888 à 1895. De retour au Japon en 1896, il devient secrétaire du syndicat des métallurgistes, collabore au Labour World, et participe à la fondation du parti social-démocrate japonais en 1901. En 1914, il retourne aux États-Unis, où il fonde un groupe communiste japonais à New-York. Arrivé à Moscou en décembre 1919, il est élu en 1922 au CE de l’IC. Il particpe aux IVe, Ve et VIe congrès de l’IC, ainsi qu’aux plénums élargis. Il meurt à Moscou en 1933.

60 Arcadi Maslow, de son vrai nom Isaak Tchemerinsky (1891-1941). Né en Allemagne de parents russes, il étudie à l’université de Berlin à la fin de la Première Guerre mondiale, où il rejoint le mouvement communiste. Il représente l’aile gauche du PC allemand au IIIe Congrès de l’IC. En 1924, il est élu au Comité central et au Bureau politique. En 1925, l’IC envoie une lettre au PC allemand où elle critique l’aile gauche. Emprisonné lors de sa demande de réintégration, il est exclu par le PC allemand le 19 août 1926, décision confirmée par le Présidium le 29. Réfugié en France après mars 1933, il quitte la France en 1940, avec Ruth Fischer, pour les États-Unis, qui lui refuse son visa. Il meurt à La Havane en 1941.

61 Suzanne Girault.

62 David Wynjkoop (1876-1941), socialiste hollandais, un des leaders du PC hollandais dès sa création. Député communiste jusqu’en 1925.

63 Stepanov, de son vrai nom Stojan Minev, membre du Secrétariat latin de l’IC, est chargé de suivre les partis de l’Europe du Sud, notamment le PCF, de 1927 à 1929.

64 Réélu au Comité exécutif de l’IC de 1920 à 1925, Zimmer est exclu en 1926 de son parti. Ayant fait appel devant le VIe Congrès de l’IC, il est réintégré en 1930 après une autocritique.

65 Quartier ouvrier de Leningrad. Un des foyers du mouvement révolutionnaire en 1917.

66 Les noms de ces grandes figures historiques progressistes, révolutionnaires ou non, sont ceux des navires de la flotte de la Baltique.

67 Mika Grigorievitch Zkhakaja (1865-1950). Il milite au sein du mouvement ouvrier dès 1898. En 1920, il est membre du Comité central du parti bolchevik géorgien. De 1923 à 1930, il est l’un des présidents du Comité exécutif central de la Fédération socialiste de Transcaucasie, et président du Présidium du Comité exécutif central de la Géorgie. En 1920-1921, il est membre du CE de l’IC, puis, à partir de 1928, membre de la Commission internationale de contrôle de l’IC.

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search