Version classiqueVersion mobile

Carnets. Tome III

 | 
Marcel Cachin

Année 1928

Carnets Cachin. Année 1928. Deuxième carnet

Texte intégral

Juillet

Jeudi 26 juillet 1928

1(Plus de 500 membres au congrès). Thälmann (Il est acclamé). Nous sommes d’accord avec les thèses. Nous apporterons nos amendements. De graves événements se sont passés depuis quatre ans. Il y a dans cette stabilisation relative et partielle de graves mouvements ouvriers. Il faut en tirer les conclusions pratiques. Il y a des antagonismes internationaux qui conduisent à la révolution. Il faut mobiliser les masses avant que les impérialistes n’allument la guerre, avant que les conditions subjectives et objectives de la révolution soient données. Il faut utiliser les luttes journalières du prolétariat. S’il n’y avait pas des PC, la bourgeoisie aurait déjà fait la guerre aux soviets. Le danger de guerre grandit. Les preuves : antagonismes entre Angleterre et Amérique ; les derniers événements chinois (Japon) ; aggravation du conflit polonais-lithuanien ; mesures terroristes contre la Russie et blocus économiques : rupture des relations économiques avec la Russie. Préparatifs de guerre en silence.

2En 1914, les socialistes ont cédé à la bourgeoisie ; aujourd’hui ils sont à côté de la bourgeoisie pour préparer la guerre, la rationalisation, et ils couvrent en Allemagne la politique bourgeoise. La social-démocratie allemande sera l’agent contre la Russie ; Hilferding a dit : « Pas d’argent pour la Russie ; non seulement il faut rompre avec la Russie, mais l’agresser”. Les bourgeois étaient eux-mêmes étonnés.

3En Allemagne, les réformistes agressent les communistes. En Pologne, la social-démocratie attaque les communistes. Aujourd’hui, les socialistes polonais attaquent les ouvriers révolutionnaires dans les usines. C’est le social-fascisme. Ils sont nationalistes. L’un d’entre eux a dit au Reichstag « Il ne faut pas être trop pacifiste en cas de putsch”. Ils ont dit : « Nous ne pouvons pas sacrifier l’Occident à notre alliance avec la Russie ». A Leipzig, il y a alliance entre les fascistes et les socialistes allemands. Thomas (discours de Th. entre autres). Là où la social-démocratie réalise le gouvernement, les ouvriers quittent les socialistes. Ils collaborent partout plus ou moins directement. Naturellement ils continuent à l’intérieur l’oppression et au point de vue extérieur, ils préparent la guerre contre l’URSS. Alors apparaît le socialisme de gauche pour duper. Après le Congrès de Kiel, Hilferding a dit : « Allez à l’État. Nous proposons un amendement sur le socialisme de gauche ». Plus la guerre est proche, plus s’affirmera le socialisme de gauche avec ses phrases révolutionnaires. Toute hésitation pour démasquer la social-démocratie doit être combattue. En Allemagne, notre droite voulait une attitude hésitante.

4Nous avons à leur offrir : la Révolution, la lutte des classes, les guerres d’émancipation coloniales.

5En Russie, grands progrès : accroissement de la production en auto, chimie, machines. Le nombre des ouvriers dans la grande industrie aujourd’hui 93 %, sans accord avec l’étranger, sur la base de l’accumulation soviétique. Nous nous intéressons vivement à ce travail. Il y a des difficultés certes, qui marquent la croissance de la dictature prolétarienne. La social-démocratie cache et dissimule ces progrès. La R. a montré qu’il y a des succès en face des difficultés. L’affaire du Krassine a eu un écho énorme dans le monde.

6Il y a un grand courant à gauche en Allemagne, en Pologne, en France ; et des mouvements économiques, des luttes montrent qu’il y a un grand essor ouvrier. Notre parti a gagné dans tous les pays industriels d’Allemagne. La social-démocratie a grandi elle aussi par un programme d’alliance avec la bourgeoisie. Sur les 9 millions de voix socialistes, 3 sont des petits bourgeois. Nous avons gagné les voix prolétariennes. Le développement de gauche en Allemagne ne se poursuivra pas. Nous ne sommes pas assez bien organisés en face de cette victoire. Aujourd’hui, la social-démocratie promet. Elle illusionne. Mais dès l’ouverture du Reichstag on a vu que ces promesses étaient vaines, la bourgeoisie utilise les socialistes. C’est comme en 1919.

7Le renforcement des mesures contre l’URSS sera réalisé. Il y aura ensuite banqueroute des promesses. Ou bien la social-démocratie acceptera la politique de la bourgeoisie et elle sera chassée. Le socialisme a libéré les rév. politiques. Nous libérerons les autres.

8Les luttes économiques. La grande vague de grèves de l’an dernier recommencera.. La vie est chère : chômage, misère, luttes. Il faut déposer les revendications contre l’arbitrage obligatoire, etc. Les luttes économiques deviennent politiques à cause de la liaison du capitalisme avec l’État. Il faut lutter contre les impôts, pour les améliorations sociales et politiques. Le PC ne donne pas assez de directives dans les usines pour obliger les socialistes à prendre position. Il y a un recul de notre PC. Il y a un danger opportuniste, un recul devant les décisions syndicales. Ex. Fédération des ouvriers des fabriques. On y dit : le PC a essayé de mettre la main sur nos organisations syndicales. Heureusement, les ouvriers communistes ont réagi ! Notre opposition dans les syndicats n’est pas assez vive. Il faut un travail clair et énergique dans les syndicats. On nous dit : il faut des mots d’ordre transitoires. Pour nous, il n’y a de mots d’ordres transitoires qu’en accord avec la fin rév., mais aujourd’hui il n’y a que des revendications partielles. Encore des fautes du PCA.

9Le développement du réformisme n’a pas trouvé en face de lui une bonne tactique. Il faut un grand travail dans le parti. Notre influence est grandissante et les socialistes nous pourchassent ; la scission est constante dans nos groupes locaux, dans les syndicats locaux les socialistes nous chassent. On exclut les communistes des syndicats, des sports, des groupes de libres penseurs. C’est une offensive générale. Il nous faut limiter dans les syndicats.

10La lutte des classes. Nous pouvons dire que le PCA pour la première fois peut rapporter que le trotskisme est liquidé. Sous la pression de la stabilisation et du socialisme, certains fonctionnaires du PCA reculent devant les socialistes. Le mot d’ordre « contrôle de la production » de Brandler ; la théorie de la politique de droite se montre dans la pratique. Nos opposants se sont élevés contre l’ISR. Ils ont reculé devant les chefs socialistes. Il y a des fautes opportunistes dans le Parlement. Dans le journal communiste de Leipzig, le PC doit déclarer qu’il est prêt à soutenir un gouvernement social-démocrate. Çà c’est de la réaction opportuniste comme en 1923. Dans un journal de Thuringe : les socialistes de gauche sont un bon point d’appui pour une coalition avec nous. Voilà des déviations. Nos socialistes sont expérimentés. Notre PC a aussi l’expérience d’octobre 1923, mais malgré cela, c’est un danger que d’avoir en face de soi l’influence social-démocrate qui essaye de pénétrer dans le PC.

11Il y a même eu chez nous des fractions de droite. Là il faut appliquer la discipline de fer. Il y a les vingt et une conditions. De même chez les Polonais, plus de fractions. Il faut que tout plie devant le CC car il est prêt aux grands événements. Il faut appliquer les vingt et une conditions. Il faut le travail collectif dans le PC et la démocratie. Il ne faut pas sous-estimer le danger de droite. Dans les conditions actuelles, la droite dans les syndicats, le Parlement et dans le PC a une mauvaise influence. La droite s’oppose a des mesures indispensables. Aussi, dans notre délégation, il y a eu des divergences. Nous ne voulons pas de tolérance pour la droite car nous sommes en face de la meilleure social-démocratie du monde. Pas de travail fractionnel de droite.

12Nous considérons les thèses comme une nouvelle phase pour les tâches de demain. Toutes les sections doivent comprendre l’utilité de la jeunesse communiste : enthousiasme, sacrifice, initiative. Elle sera des plus utiles contre la guerre impérialiste. De même pour les femmes. Nous sommes devant des événements sérieux. Nous laissera-t-on assez de temps pour avoir un VIIe Congrès dans la paix ? Plus que jamais, il faut l’esprit internationaliste et une action internationale avec les colonies. Il faut la foi, la confiance : la victoire est assurée.

13Après ce discours, applaudi par Boukharine, Clara Zetkin me dit : « C’est plat et banal ». Quant aux jeunes du noyau, ils jugent que Boukharine a capitulé en applaudissant.

14Les ouvriers de la station électrique de Kachira, les typos du journal des paysans saluent le Congrès. « Nous attendons de vous des décisions très vigoureuses. Nous construisons la patrie socialiste. Les menaces de guerre et d’agression contre l’URSS. Des millions de prolétaires sont en danger. Allez-vous laisser faire ? Allons nous subir longtemps encore le joug de l’exploitation et de la guerre ? Ici, nous ne nous laisserons pas abattre. Nous lutterons comme des lions. Vous seuls, pouvez libérer les travailleurs du monde entier. »

Vendredi 27 juillet 1928

15Lamby. – La grande lutte actuelle est entre les communistes anglais et les réformistes. Avant la grève générale, les ouvriers anglais étaient pour la paix industrielle. Mais depuis la classe ouvrière anglaise a prouvé qu’elle était prête à la lutte comme les autres prolétaires. Ce fut un changement de front dans la classe ouvrière anglaise. Il est prouvé que les réformistes empêchent la lutte ouvrière. Et la haine de la bourgeoisie anglaise s’est manifestée avec tant de force que les ouvriers ont compris, surtout après la loi contre les syndicats. Puis est venue l’affaire Alfred Monod et la paix industrielle. On menace les mineurs de diminution de salaires, de chômage. La classe ouvrière anglaise est désillusionnée. Elle comprend la vanité de la légalité, surtout chez les mineurs. Depuis 26, grève générale, le mouvement des Trades Unions est évidemment à la solde du capital. Ils luttent contre le communisme, non contre le capital. Ils expulsent les communistes des syndicats. Nous sommes numériquement faibles, mais notre influence est très forte.

16Le capitalisme ne cessera d’attaquer la classe ouvrière. La lutte grandit et grandira. Le PC va diriger le mouvement ouvrier. Nous devons utiliser le mouvement réformiste pour avoir le contact avec les masses contre les chefs réformistes. Il n’y a que cet appareil pour lutter contre le capitalisme. On doit mener maintenant les grèves illégales. Puis, en politique, nous allons dresser, classe contre classe ; les ouvriers vont de plus en plus à gauche, les chefs vont de plus en plus à droite. Les chefs réformistes sont impérialistes comme les bourgeois anglais.

17La lutte est difficile pour nous car nous avons contre nous réformistes et capitalistes liés. On se prépare au fascisme. En plus, dans certaines parties du pays, les conditions du fascisme sont créées. Dès lors, nous appliquerons la tactique du ge plenum. Nous voulons rester dans les Trades Union et les impulser. Commissions d’usine. Front unique. Nous voulons abattre ce régime capitaliste et être un bon PC. Le parti tout entier appliquera la tactique de l’Internationale.

  • 1 Paul Alexandre Nitschwitz, né en 1891 membre du PC A.

18Une Allemande, Nitschwitz1. – (Très peu de femmes au congrès). – – La femme dans le capitalisme. La rationalisation grandissant en Allemagne a eu pour conséquence que les ouvriers qualifiés sont superflus et que la femme à bon marché. Grande différence entre le salaire des hommes et des femmes (50 %). Le niveau de vie des ouvriers a été très abaissé par le travail des femmes, non seulement dans le textile, mais les femmes ont été appelées dans les industries modernes (TSF, chimie). Dans le textile 30 % de femmes, 79 % dans l’industrie chimique, électrotechnique 95 %. Le capitalisme oblige la femme à entrer dans le processus de production exploitation illimitée. Mais nous ne voyons pas de réglementation du travail de la femme ni protection mère et enfant. La journée de huit heures est violée. Heures supplémentaires. Dans la pratique, la loi six semaines avant et après l’accouchement, mais les conditions pratiquées ne fonctionnent pas. Méthodes brutales d’exploitation.

19La résistance du prolétariat féminin est grande. Les femmes participent aux luttes. Dans le textile, la métallurgie, des femmes ont conduit des luttes, seules, pendant des semaines. 70 % des luttes sont menées par elles. La femme n’est plus passive. Elle est à la tête de la lutte. Les chefs réformistes jouent ici leur rôle néfaste de défenseurs du capitalisme. Ils tentent d’empêcher tout mouvement spontané des ouvrières. Ils ont accepté l’arbitrage obligatoire. Il faut opposer une bonne opposition dans les syndicats. Les réformistes ont encore action sur les cercles d’ouvriers (phrases radicales). Des millions de femmes ont voté pour le socialisme. La bourgeoisie recrute aussi les ouvrières.

20Méthodes pour pénétrer chez les ouvrières : dans l’industrie, il faut le système des déléguées. Nous commençons. Mais nos cellules d’usines travaillent mal. Il fallait donner une base sans-parti. Nous avons entamé notre travail de propagande. Il y a un bund des ouvrières rouges ; il y a des jeunes filles et des femmes sans parti. Il faut renforcer les syndicats, les cellules d’usines.

  • 2 Kostrzewa née Wera Koszutska (1879-1939). Militant dans le mouvement socialiste polonais, elle part (...)

21Kotchewa2, Polonaise. – La troisième période marquée par Boukharine. Les contradictions capitalistes grandissent. Il faut insister sur le conflit américain avec l’Angleterre et les autres pays capitalistes. La dégénérescence social-démocrate va au libéralisme, et au fascisme.

22La situation polonaise. La Pologne est la place d’armes de la préparation à la guerre contre les Soviets. L’action de classe en Pologne prend une grande acuité. Nous avons une grande expérience du travail illégal ; nous travaillons dans l’armée, à la campagne. Depuis plusieurs années nous avons des cadres révolutionnaires. La moitié est en prison, torturés. La situation actuelle en Pologne. On y prépare la terreur contre le communisme. On y prépare la guerre technique, diplomatique. Dans ces conditions le développement de la lutte en Pologne est important. Notre PC lutte contre la terreur fasciste. Nous essayons de devenir bolcheviks ; nous y avons réussi en plusieurs endroits. Nous dirigeons les grèves, les masses. Nous allons dans les villages. Nous luttons contre l’arbitrage.

23Le régime fasciste en Pologne, c’est la consolidation de la bourgeoisie sans le capital financier ; c’est la tendance d’effacer les contradictions économiques internes entre l’industrie silésienne et l’industrie de la Pologne centrale. Elle réunit la bourgeoisie industrielle et agraire. Le fascisme polonais prépare la guerre contre les Soviets, sous la direction de l’Angleterre. Le fascisme stabilise et militarise. Il faut que le fascisme gagne la bourgeoisie ukrainienne et blanche russe et les paysans riches. C’est une politique raffinée, souple, terreur contre les ouvriers, démagogisme, radicalisme verbal pour attirer les petits bourgeois libéraux. Le fascisme organise des institutions qui séparent, divisent la classe ouvrière – les arbitrages.

24Sur le coup d’État fasciste, notre parti a dit : « C’est la petite bourgeoisie qui va lutter contre le grand capital ». C’était absurde ; nous avons rétabli cette fausseté. La social-démocratie joue un autre rôle qu’en Italie. En Italie, le socialisme est poursuivi par le fascisme. Mais en Pologne le fascisme est avec les socialistes. Le socialisme appuie le fascisme. Le rôle des socialistes en Pologne. Ce sont des gens qui se disent de gauche ; ils font la comédie ; on a diminué le chômage, rétabli les finances et l’agriculture. Le fascisme a eu des succès ; cuivre, charbon, acier, augmenté ; les intellectuels sont favorisés. Ces succès sont suivis des contradictions les plus grandes qui les minent. Contradictions entre la bourgeoisie et les ouvriers ; dépenses de guerre, de police, exploitation ouvrière excessive, salaires les plus bas du monde. La campagne polonaise est misérable, chétifs morceaux de terre, ce sont des prolétaires ; ils émigrent. Mais l’émigration étant arrêtée, il y a un mécontentement grandissant. Il y a jusqu’à 18 % de chômeurs en certains endroits. D’autres contradictions purement économiques ; niveau bas de l’agriculture, mauvaise récolte qui menace le gouvernement. Dettes extérieures, impôts lourds. La base fasciste ne peut s’élargir, au contraire. C’est pourquoi le fascisme veut se lancer dans des affaires militaires.

25Et le PC polonais ? – Il y a des conditions pour le développement du parti. Il faut lutter contre la guerre antisoviétique. Cette action contre la guerre a été la base de notre action concrète. Cette guerre aura un caractère de classe. Le fascisme a un caractère d’aventuriers, d’où la guerre possible et inévitable. La guerre viendra non seulement de la recherche économique de débouchés, mais de la haine des classes. Notre campagne électorale a été le miroir à l’envers de la situation en Pologne. Elle a été une campagne de terreur. Malgré cela, malgré la prison, nous avons dirigé des millions sur le terrain de classe. On a détruit nos listes, mais les prolétaires ont voté pour nous. Nous avons lutté contre les illusions parlementaires bien que certains camarades aient eu l’idée de s’allier avec les sociaux-démocrates. Il y a eu aussi des critiques d’extrême-gauche contre notre idée de nous allier avec les éléments révolutionnaires de la paysannerie et des minorités nationales. Notre mot d’ordre : contre la guerre anti-soviétique. Il nous faut liquider notre lutte fractionnelle. Comment ? Il faut une discipline de fer. Or, cette discipline n’existe pas. Les jeunes ont mené la lutte fractionnelle contre le CC et sa tactique électorale. Notre ligne était juste et les fractionnels étaient sur une ligne fausse. Or, on ne peut frapper de la même façon les uns et les autres. Nos militants ont un stage de prison, de tortures ; ils ont de l’expérience. Les propos qu’on offre sont utopiques. Ils solutionnent les problèmes autrement. Une direction forte, une ligne juste, une discipline de fer. (Les Allemands rient d’un gros rire ; le Congrès trouve que c’est bien long ; la femme combat avec énergie).

  • 3 Arthur Ewert (1890-1959). En 1908, il rejoint le SPD. Il vit au Canada de 1914 à 1919. De retour en (...)

26Ewert3. – Il n’y a pas de crise dans le PCA. Il y a des difficultés dans les tâches de la période de stabilisation. Un large front unique dans le PC peut résoudre la question. Nous avons le capitalisme le plus organisé de l’Europe. Il est plein de contradictions. Dans notre PC des traditions classent les camarades. Dans les thèses, la perspective est pessimiste. Y a-t-il reconstruction capitaliste ? Oui. Techniquement, organiquement et dans les relations avec certaines couches de la classe ouvrière. Mais il y a les effets en Amérique, Angleterre, Allemagne, la lutte de classe et l’arbitrage. Les sociaux-démocrates disent que la révolution n’a plus de perspectives. Mais le capitalisme renforce ses contradictions (Marx) au point de vue de l’intérieur et extérieur. Mais ceci n’est pas simple. La pression de l’État combinée avec le capitalisme est plus forte qu’avant-guerre. Puis, il y a quelques réformes. Les trusts luttent. Mais, s’il est plus difficile de déchaîner des luttes, les luttes deviennent de plus en plus révolutionnaires. La lutte pour les marchés s’aggrave. Les progrès dans les grands états sont différents ainsi que le rythme du développement.

27L’Angleterre est en déclin ; les thèses ne l’ont pas assez souligné. C’est pourtant indéniable. Elle est encore une formidable puissance mais elle est en décadence.

28La nouvelle vague révolutionnaire pourrait-elle n’être que le résultat d’une guerre impérialiste ? Non. Il n’y a pas un communiste qui considère la révolution exclusivement comme issue de la guerre seulement. Il y a fermentation révolutionnaire dans la classe ouvrière. Le danger de guerre est aigu. Le soulèvement du prolétariat, la lutte des mineurs ont montré en même temps la stabilité de la bourgeoisie et l’accroissement des forces ouvrières. C’est une phase décisive qui commence pour le PC par une période révolutionnaire qui pourra subvenir. Nous devons montrer aux ouvriers qui voient les choses souvent au travers de leur propre pays, il faut leur dire ce qu’est la R.

29La ligne générale des thèses est juste ; il faut voir clairement la situation qui est compliquée. Il y a développement à droite des socialistes et à gauche des masses. En Allemagne et dans les pays industriels, avance communiste. En ce qui concerne l’industrie, on est en train de gagner les masses. Dans les régions agricoles, processus inverse ; les socialistes grandissent, nous baissons. En Allemagne tout le prolétariat se développe à gauche. Chez nous, il ne vient que des ouvriers. Il y a 16 millions de prolétaires en Allemagne. Ils sont sur le chemin des partis non bourgeois. Les ouvriers socialistes sont déjà contre la bourgeoisie. La social-démocratie a fondé son succès sur un appareil de parti de 800 000 membres. Cela signifie que la social-démocratie est bien organisée. Puis, il y a les syndicats, les coopératives, caisses d’assurance. Dans ce fait, nous voyons la nécessité de lutter contre les dangers de droite. Un deuxième fait : le succès du parti social-démocrate est dû à sa franchise. Il a dit : je suis collaborationniste.

30La bourgeoisie avoue sa défaite, mais se console en disant : les socialistes feront les affaires de la bourgeoisie. C’est dangereux de parler du mouvement ouvrier marxiste disent les bourgeois. Nous avons un large embourgeoisement de la classe ouvrière. Il faut voir ces complexités pour bien diriger notre action. La social-démocratie a lié 9 millions d’ouvriers pour la défense de l’État et pour la lutte contre le communisme. Ce secteur de la classe ouvrière est importé dans les usines. Nous avons l’aristocratie ouvrière comme les bolcheviks avant la guerre parce que les ouvriers qualifiés sont menacés dans le procès de rationalisation. La large masse des ouvriers non qualifiés est peu capable de mener la lutte de masse. Quand la révolution est là, ils poussent la révolution en avant, mais en temps normal, non ! D’où nos difficultés syndicales. Pour arriver à des luttes la classe ouvrière doit briser cet appareil syndical réformiste. Ici, déviation de droite. Dans la lutte pour l’influence les communistes capitulent, ignorent le bon travail. L’orientation à gauche nous pousse à la révolution. La stabilisation relative permet aux réformistes d’obtenir un certain jeu assez large : nationalisations, soupapes par petites grèves, arbitrage obligatoire.

31Quelles sont les lacunes de notre PC dans les syndicats ? Il faut développer l’initiative dans les masses, démasquer les chefs réformistes. Il faut parler à la fois des questions immédiates et aussi de la révolution. Pas de mots d’ordre faux contre le contrôle de la production. Ce qu’il faut : clarté de principe, la plus grande analyse profonde de la situation pour établir des mots d’ordre pour chaque cas précis. Capacité de manœuvre pour les communistes contre le capitalisme. Souvent notre PC est surpris par les événements. Il faut une politique juste du PC et concrète. Nous avons des divergences sur les droitiers. C’est la question de tolérance. On a demandé l’exclusion de la direction de ceux qui sont tolérants. Ce serait l’ouverture de luttes fractionnelles. Ce serait la complication des questions politiques. Chacun verrait dans l’autre un ennemi. Les divergences sont inévitables dans tous les partis. Il faut une volonté sincère. Il faut lutter contre la droite, surtout en Allemagne où les socialistes sont si forts. Les mesures organisatoires sont le dernier moyen à apporter contre les communistes qui divergent. Ensemble on doit étudier et convaincre. Il faut appliquer la démocratie et en choisissant les meilleurs cadres. (La majorité allemande grogne). La situation est sérieuse. La bourgeoisie est agressive. Tâches et devoirs urgents. (Ewert a mieux parlé que T., mais il a fait comme le chat en face du lait trop chaud).

  • 4 Strechow, Strekov ou Strakhov, pseudonyme de Qu Qiubai (Chü Chiu-Pai) (1899- 1935). Après des étude (...)

32Strechow4 (Un Hindou précise : l’orateur est chinois). – Canton signifie un grand tournant de la révolution. Çà se reconstitue. Dépression forte dans les ville, mais dans les villages des Soviets. On les a détruits, puis reconstitués. Ils ont chassé les propriétaires. Nous faisons du travail de masse dans les syndicats pour que les ouvriers conduisent le mouvement paysan. Nous avons dit d’abord que nous devions nous allier à la petite bourgeoisie. Mais nous étions transformés en petits bourgeois ; maintenant, il faut que nous nous associons avec les paysans pauvres. Il faut rectifier notre ligne. Position de classe indépendante pour diriger la paysannerie chinoise. La bourgeoisie chinoise est définitivement contre-révolutionnaire. La lutte révolutionnaire se dirige contre la bourgeoisie. La libération de la Chine de l’impérialisme est impossible sans renverser la bourgeoisie, le militarisme, sans avoir réalisé la révolution agraire fondamentale. Il est possible que la bourgeoisie chinoise se stabilise grâce au capitalisme américain, mais elle ne pourra résoudre le problème agraire. La paupérisation va très vite : les paysans se soulèvent dans le midi sous la direction des communistes. La question paysanne, celle des soldats paysans ruinés est une masse immense et personne ne peut la supprimer. Les guerres capitalistes en Chine menacent, si la bourgeoisie chinoise ne peut résoudre la question paysanne. Cela ne signifie pas encore que la Révolution est victorieuse. Nos ennemis sont forts, terreur blanche. Pour nous, ce qu’on dit ici sur les syndicats, c’est de la bagatelle. Nos syndicats s’occupent de terreur blanche. Ils en sont les exécuteurs ; ils massacrent ; en trois jours 5 700 tués et barbaries effroyables. C’est sous cette terreur qu’il faut travailler. Il y a déjà des symptômes de révolution ; l’insurrection armée est inévitable.

33Entre deux vagues révolutionnaires, la préparation des masses à l’insurrection est la tâche. Travail parmi les ouvriers, les paysans, etc. Dans les pays occidentaux le danger est de droite. Chez nous le danger est putschiste. Il y a des déclassés poussés par le désespoir. En même temps nous avons appris que fin juin, des camarades demandent la convocation d’une assemblée nationale. Mais les banquiers demandent aussi parce qu’ils ont peur de la révolution. Mais nous avons le mot d’ordre des soviets. L’assemblée nationale sera convoquée par les militaristes. Voilà une nouvelle déviation de droite. Il faut mobiliser toute l’Internationale à la nouvelle vague révolutionnaire en Extrême-Orient. Que tous les communistes fassent attention à la Chine. Lions-nous ensemble. C’est ici le centre de gravité. L’Angleterre pénètre en Mandchourie. Les Japonais, les Anglais, les Américains peuvent se battre.

  • 5 Melchior, pseudonyme de Z. Snajder.
  • 6 Li-Kuang, pseudonyme de Su Zhaozheng (Su Chao Cheng) (1885-1929). Marin, il joue un rôle important (...)
  • 7 Leszynski Julian dit Lensky (1889-1937). En 1905, il est membre du Parti social-démocrate polonais (...)
  • 8 Walter Ulbricht (1893-1973). Il appartient aux Jeunesses socialistes en 1908, puis au SPD en 1912. (...)
  • 9 Il s’agit vraisemblablement de Chen Quan, dirigeant des marins de la province de Canton, d’origine (...)
  • 10 François Billoux (1903-1978). En 1919, employé dans une quincaillerie spécialisée en fourniture pou (...)

34Lacerda préside. Orateurs : Melchior5 (Tchèque), Losovsky, Li-Kuang6, Lensky7 (Pologne), Foster, Ulbricht8 (Allemagne), Tschang-Kuan9, Dombal, Tchang-Ban, Billoux10.

35Melchior (Tchécoslovaquie). – D’anciens socialistes forment ses cadres. En 1925, crise profonde. On fit un bloc pour lutter contre l’opportunisme, vers la bolchévisation. Ce bloc a réussi. Un million de voix en 1925, en 1927 succès dans les élections municipales et conseils d’usine. Aujourd’hui 150 000 membres. Appareil nouveau. Base des cellules et grandes usines. Le danger, c’est la passivité, puis le bas niveau idéologique et les traditions social-démocrates ; ensuite il n’y a pas un caractère de masse du travail, peu d’organisations syndicales, car c’est là qu’on met les opportunistes ; ralentissement du travail des bolcheviks dans les cellules d’usine ; difficulté des cellules. Les JC sont isolées des jeunes d’usines. La direction en est responsable. Défaite de la Journée rouge. Il faut une enquête.

  • 11 Pepper, pseudonyme de Joseph Pogany (1886-1937).

36Losovsky. – Question syndicale. Les PC ont pu travailler dans les syndicats depuis quatre ans. L’influence syndicale des PC ne répond pas à l’influence politique des PC. C’est général. Il faut réagir comme l’indique le IVe Congrès de l’ISR. Très important. Résolution d’ordre général pour tous les pays, puis décisions pratiques pour chaque pays. Mais est-ce qu’on a mis cela en pratique ? En Allemagne, la droite a combattue les décisions du IVe Congrès ; aggravation contre les bureaucrates d’Amsterdam. Front uni à la base, la lutte contre le réformisme, renforcement des syndicats unitaires, groupement des inorganisés (MEU) ; c’est là contre quoi la droite allemande a protesté. Ils protestent contre la fait qu’on dit que les gens d’Amsterdam sont l’instrument des capitalistes ; ils refusent de lutter contre l’arbitrage ; ces camarades sont incapables de comprendre ; ils résistent ou sont désespérés. Ils sont terrorisés par le réformisme. Ils sont gangrenés par le poison socialiste. Que font-ils chez les communistes ? Pourquoi cette opposition ? Parce qu’ils refusent de voir ce qu’est le socialisme et qu’on veut l’unité à tout prix. La social-démocratie est-elle un parti ouvrier ? Ce parti est suivi par un grand nombre d’ouvriers. Mais ce n’est pas la composante sociale d’un parti qui le détermine. Il y a des ouvriers dans les partis réactionnaires. Les communistes de droite de l’Allemagne n’ont pas compris cela. La social-démocratie et les syndicats de droite, la paix industrielle, l’arbitrage, etc. c’est l’intégration de ces gens dans la bourgeoisie. Du coup, ils ont cessé d’être des partis ouvriers. C’est un indigne jeu diplomatique de la droite au PCA. C’est du sabotage. Aux États-Unis, le CC a pris l’initiative de la lutte contre l’ISR, on a parlé de ma ville critique ; il y a eu une protestation en décembre 27 contre nous. Pepper11 a parlé ici de la manière la plus pessimiste ; il sabote, il est embrouillé, confusionniste. Pourquoi ? Les Américains ici disaient : Nous avons pris position pour ces résolutions. Ils disaient : Nous sommes pour vous et nous avons déjà adopté. Or, ils n’avaient rien adopté de pareilles résolutions. Sans doute chaque CC peut nous combattre, mais un front unique s’est créé entre la droite PCA et le CC des États-Unis. En France et en Tchécoslovaquie on pousse la mise en pratique des décisions du IVe Congrès. C’est le recrutement qui domine ; mais c’est lent ; 90 % en France sont inorganisés. Il y a cependant des ouvriers organisés dans d’autres organisations. La région parisienne est un exemple. Pillot aurait dû nous dire pourquoi les syndicats des métallurgistes sont si pauvres ; pourquoi n’organisent-ils pas les centaines de milliers d’ouvriers métallurgistes. Pillot a oublié qu’on ne peut pas demander aux syndicats de dire que les syndicats c’est recruter, qu’il faut être capable de grouper les gens et de ne pas s’occuper de choses mesquines. Essayez donc d’agir ainsi. Ce n’est pas là de l’opportunisme. Les erreurs du travail pratique de Pillot demeurent. Il faut par là considérer notre influence politique en France. En Tchécoslovaquie il faut aussi recruter. Çà n’avance pas ; on piétine ! Stratégie des grèves. La droite du PCA a protesté aussi contre le IVe Congrès sur les grèves. Le mécontentement croissant des masses, les réformes espérant le résoudre par l’arbitrage et la collaboration. De là, le sabotage des grèves par les réformistes. Or, en Allemagne, la droite pense qu’on va obliger les sociaux-démocrates à diriger les grèves. Il suffirait qu’on leur donne une chiquenaude pour marcher. C’est absurde. Il faut chasser des postes syndicaux les réformistes. Toutes les grèves récentes, en Angleterre, en Allemagne, en France, le prouvent. Est-ce que cette expérience sera perdue ? Plus de confiance dans le mouvement réformiste. Or la droite allemande dit : « Il faut d’abord conquérir les syndicats, mais en conquérant les bourgeois réformistes. Il faut rester avec les masses ». Unité, mais non à tout prix. Nous sommes pour l’unité, mais ce n’est pas un fétiche. Certains communistes allemands blâment les communistes qui sont d’accord avec les sociaux-démocrates. En juin 1928, au Congrès des Cuirs et Peaux, les communistes signalèrent que certains communistes avaient écrit des articles calomnieux. Il y a des dizaines d’expériences, parce qu’ils sont pour l’unité à tout prix. Certes, il ne faut pas donner dans les provocations. Cela c’est de la passivité. Ils nous accusent de la scission. En Angleterre les syndicats réformistes expulsent les communistes syndiqués. Faut-il pour l’éviter passer sous les fourches caudines des réformistes ? Il faut organiser les inorganisés (dans toute l’Amérique Nord et Sud, les Balkans). La trop grande majorité des ouvriers est inorganisée. Nous continuons la lutte pour l’unité internationale sur le terrain de la lutte des classes. Les groupes d’unité syndicale sont faibles. Ils n’ont pas de programme pratique. Ils conservent. Les groupes d’unité devraient protester contre l’expulsion des communistes des syndicats. Ils n’ont rien fait. Ils se dissolvent. Dans un journal d’unité, en Allemagne, les communistes sont injuriés. Les communistes qui collaborent ne protestent pas. Les groupes d’unité sont des groupes littéraires. Il faut mettre en pratique le IVe Congrès. Pas de théories abstraites, mais la pratique. Il ne suffit pas de quelques articles. La quinzaine pour la Chine a été sans enthousiasme. On ne vulgarise pas le IVe Congrès. Cela se retourne contre les PC. Les syndicats illégaux (Chine, Italie, Japon et ailleurs). Il faut une liaison avec les masses. Il n’y aura pas des millions d’ouvriers, pas de cotisations, de cartes d’adhérents mais alors il faut des formes particulières de liaison. C’est pourquoi nous faisons de grands efforts pour les syndicats chinois. Nous avons souvent été vaincus, mais nous grandissons cependant. Le réformisme international est encore fort. De 1924 à 1928, Chine, Inde, mouvement des classes ; malgré tout nos forces augmentent.

37Foster. – En Amérique il y a un social capit. efficace. Attirer les ouvriers dans le régime et briser la lutte ouvrière dans le régime et briser la lutte ouvrière. But : liquider les organisations ouvrières, discréditer la lutte des classes. On crée l’illusion que le capitalisme veut améliorer la situation des ouvriers, leurs biens, etc., par la coopération des syndicats et des patrons, par l’achat d’actions des compagnies. Graduellement les ouvriers acquerront le capital. Un autre ingénieur propose par un plan universel de créer [ill.]

38Dombal parle pour les paysans. Donné interview au journal de la Jeunesse (komsomole) de la Russie.

39Dans les couloirs :

  • 12 Michalsky, pseudonyme d’Adolf Warski-Warshawski (1889-1937).
  • 13 Aristide Briand (1862-1932). Avocat, militant, journaliste et député socialiste de la Loire à parti (...)

40Michalsky12. – Valdemaras est un crétin qui exaspère tout le monde. Il déclara que la capitale de la Lituanie est Vilna, en Pologne. Et ce seul fait exaspère la SDN et toute l’Europe. Par là, la situation de Pildzuski est très forte. Il peut en Lituanie deux choses : ou bien faire installer en Lituanie un gouvernement de son choix, ou bien envahir la Lituanie. Ce sera une promenade militaire et toute l’Europe applaudira. Les socialistes polonais marcheront et même les autres partis polonais les plus opposés à Pildzusky. La Russie serait seule touchée par l’opération. Elle serait considérée comme trop faible pour intervenir. Et elle serait coupée de l’Europe. Et comme les Anglais arment la Lettonie et l’Estonie (Vickers est à Reval et à Riga pour reconstituer les arsenaux) l’encerclement serait complet et dangereux au plus haut point. L’Allemagne absorbée par l’affaire Dawes et le Rhin ne bougera pas. Quant à l’affaire Yougoslavie-Italie, si l’Italie déclenchait l’affaire, la France l’écraserait sans nul doute. La guerre contre le fascisme serait populaire en France. Mais Mussolini est trop réaliste pour s’y engager à moins qu’il ne soit pressé par des nécessités impérieuses. La situation intérieure est minée. Son dernier acte contre Volpi, homme de la Banca commerciale a déplu à la haute finance. La situation générale italienne n’est pas bonne. Il serait balayé par la guerre. L’Allemagne s’éloigne de plus en plus de la Russie. Hilferding la hait, comme les sociaux-démocrates. Il avait été, jusqu’à présent, en bon juif autrichien, sceptique et sans passion contre la Russie, se disant, au fond de lui : après tout, ils ont peut-être raison. Mais, en ces derniers temps, il est devenu très hostile. Il tient un grand train de maison. Il vient de se marier à une femme riche. Il aime la table. Mich. l’invitait souvent avec Hesnard, ami de Briand13 chef du service de presse à l’ambassade de France à Berlin, intelligent, cultivé, et à eux trois, ils s’ouvraient des choses de la politique extérieure. Hilf[erding] est un chiffon sans volonté. Les Allemands, en général, lâchent la Russie un peu plus chaque jour. Dans la délégation américaine, Pepper, juif hongrois, au passé aventureux, n’a aucun crédit. Seul Foster, américain 100 %, intellectuel, candidat présidentiel, a de la valeur. Mais, il n’a pas de contact avec les ouvriers américains. La dernière fois, sur 40 millions de votants, le PC américain obtint 25 000 voix.

41Encore quinze orateurs inscrits ! C’est que les Russes ne sont pas prêts et on laisse défiler à la tribune des délégués qui amusent le tapis. Clara Zetkin accroche Schuller : « Votre jeunesse n’est pas jeune, ni enthousiaste. Elle est déjà bureaucratisée et politicienne et elle est d’une grande faiblesse idéologique. Elle n’a que mépris pour ce qui n’est pas elle. C’est un état d’esprit anarchique ». Elle ajoute : « Moi je ne peux pas passer par l’escalier de service. Je n’ai pas une âme de domestique ».

42La présence se réduit. On finira ce soir 28. Encore 24 orateurs ! Il faut en finir.

Samedi 28 juillet 1928

  • 14 Stanitchevsky, pseudonyme de Novakovic, Kosta, (1886-1958). Militant du parti socialiste serbe avan (...)
  • 15 Jay Lovestone, né en 1898 en Lituanie, émigré aux États-Unis avec ses parents, est élu au Comité ce (...)
  • 16 Palmiro Togliatti dit Ercoli (1893-1964). Diplômé de droit de l’Université de Turin, il rejoint le (...)

43Zapotocky préside. (Wolfe- USA, Tchang-Kuan, Ulbricht – Allemagne, Lominadzé, Stanitchevsky14 – Pologne, Lovestone15 – USA, Ercoli16).

  • 17 Tchang Kai Chek (1886-1975). Après des études militaires à Tokyo, il rejoint en 1911 le parti répub (...)

44Tchang-Kuan. – Je suis d’accord avec Boukharine. Dans la province de Chantaing et Mandchourie on supprime la population chinoise. L’impérialisme mondial apparaît dans un front uni contre la révolution chinoise. L’intervention armée avec audace est le partage de la Chine. La bourgeoisie mondiale a trahi et livré la Chine à l’impérialisme. Il y a changement de relations entre US et Angleterre. Il y a affaiblissement de l’action américaine en Extrême-Orient. Entre Angleterre et Japon, unanimité dans la question chinoise. Midi de la Chine pour l’Angleterre, nord pour le Japon. Puis il y a augmentation du mouvement anti-impérialiste au nord de la Chine. L’Angleterre dans le su a une position de monopole, bien qu’il n’y ait pas d’occupation ouverte. L’Angleterre protège Li-ti-Chin. Les États-Unis sont mécontents. Le conflit devient aigu. Les États-Unis désirent les portes ouvertes. Ils essayent avec Nankin de se glisser sans occupation. Aucune nation impérialiste ne veut accepter le nationalisme chinois. Elles font tous leurs efforts pour avoir dans leurs sphères d’influence le gouvernement. Les États-Unis peuvent-ils placer leurs capitaux ? La possibilité des États-Unis est petite à cause du Japon et de l’Angleterre. Dès lors un gouvernement national unifié ne peut exister en Chine. Après Pékin, le Kuom[intang] est plus fort, mais en même temps les contradictions entre généraux augmentent. On a parlé de réduire l’armée. Tchang Kai Chek17 a dit : « Il y a deux millions de soldats, sans compter la Mandchourie : dépenses : 720 millions de dollars et le revenu annuel est seulement, pour la Chine, de 400 millions de dollars. Puis il y a des frais de guerre. » Les généraux représentent diverses couches sociales. Ils luttent, mais ce n’est pas possible. Ils ne vont pas désarmer, mais augmenter l’armée. Ils vont se combattre pour avoir des ressources financières. Ils ne pourront pas payer les salaires des soldats. Déjà, il y a six mois qu’ils ne les payent pas. Dès lors, les masses subissent le joug du Kuom. Donc, pas de paix possible en Chine, pas de placement de capitaux pour les États-Unis, mais les États-Unis ne veulent pas partir de Chine. Ils ont mis 400 millions en Chine. La guerre va venir. La situation du K. ne peut être stabilisée. Il se forme en ce moment un petit parti pacifiste réformiste. Nous le combattons comme impuissant. Il ne reste que la révolution ouvrière et communiste.

45(Critique d’Ewert, au nom de Staline).

46Lominadzé (30 ans, Géorgien. Ancien membre des Jeunesses de Tiflis ; marxiste de bonne souche. Il parle avec volubilité des questions doctrinales épineuses). – La thèse est claire et sans équivoque. Le danger de guerre existe. On dépèce la Chine. C’est le commencement de la guerre. Sous-estimer le danger de guerre et les possibilités de révolution serait une grande faute. La ligne de la thèse est juste. Il combat Ewert qu’a déjà critiqué Ulbricht. Ewert a dit que les luttes révolutionnaires ne peuvent avoir lieu en ce moment et vaincre d’un seul coup. S’il y avait eu à Vienne un parti révolutionnaire ! Ewert a mal jugé la grève anglaise. Il exagère la stabilisation du capitalisme anglais. Ewert n’a pas jugé exactement la situation en Europe. Il a mal jugé les élections allemandes. Chaque voix communiste, c’est du plomb. Non pour les socialistes ! Il ne faut pas exagérer les difficultés révolutionnaires. Puis, il faut agir, en Allemagne, contre la droite allemande. Qu’a dit Losovsky ? Il faut frapper là ! Il faut accepter les thèses sans réserve. Puis il y a Pepper ! La radicalisation des masses est réelle, même en Amérique. L’hégémonie mondiale de l’Amérique est aidée par la corruption de quelques couches ouvrières mais cette hégémonie n’est pas illimitée. Il y a là-bas classe contre classe et cela fortifie la radicalisation. Pepper pourrait être candidat démocrate ou républicain. Pepper dit : « Nous sommes arrêtés parce que la classe ouvrière est privilégiée, parce que la classe bourgeoise est en accroissement, parce que les ouvriers étrangers sont nombreux, parce que nous avons un capital financier fort, parce que les ouvriers vivent dans les maisons patronales, parce que le communisme américain est faible. Alors, pas de perspective ! Nous croyons qu’il y a en Amérique toutes les données pour être forts. Il faut y appliquer les mesures de l’Angleterre et de la France. Il y a des communistes américains prêts à voter pour le socialisme. C’est impossible, [ill.] »

47Canton. Ce ne fut pas un putsch. C’est une lutte d’arrière-garde de la révolution chinoise. Trotsky l’a nié. On a dit : il n’y a de bonnes insurrection que celle qui réussit ! La base sociale de l’insurrection n’est pas assez large, a-t-on dit, ou que la direction du PC a commis des fautes, mais que l’insurrection était indispensable. L’insurrection était mal organisée. Octobre. Hambourg 23. Ce sont des insurrections. Pepper et Ewert c’est la même chose. Ils étaient contre avant, pendant et après. C’est un mencheviste qui parle toujours de la lutte prématurée et d’union avec la réaction. Mais les thèses ne parlent pas correctement de Canton. Canton a été la fin de tout un épisode révolutionnaire. Après Canton, répression. Il faut appeler le peuple à l’action. Il faut en venir à l’action, quand tout est désespéré. Il fallait agir comme les communistes chinois ont agi.

48Varga, à cette tribune a déclaré qu’il y a un changement de structure dans le capitalisme ; le chômage n’est plus une armée de réserve, mais un changement de structure. Capital variable tombe. B. a dit : en Amérique, diminution du capital variable, tandis qu’avant diminution relative. Je ne suis pas d’accord avec B. Marx prouve que déjà, dans la croissance du capitalisme le capital variable se réduit. Varga ne cache pas que sa thèse est nouvelle. L’accumulation du capital a lieu et n’est pas suivi de l’agrandissement du prolétariat. Ce n’est pas nouveau. Les classes condamnées à la consommation diminuent et les classes qui dirigent augmentent. Dans un journal américain, le nombre des ouvriers américains réduit de 7 % ; augmentation de production 20 %. V. fait des conclusions trop grandes. V. invente des lois. Ce n’est pas nécessaire de réviser Marx. Il faut lutter contre les dangers de droite. Il s’agit en Allemagne, en Amérique, en France de redresser, partout. (Il est très applaudi).

49Lovestone (un intellectuel) secrétaire du PC américain. – L’opposition américaine dit : nous acceptons Boukharine, mais ils font des réserves sur des points. Ils veulent faire des exceptions pour l’Amérique. Le capitalisme américain se développe. Il exploite le monde entier. Il a des contradictions. Une dépression économique doit venir sous forme d’une crise profonde. Sera-ce rapide ? Il y a une dépression aiguë en Amérique : chômage, rationalisation, crise dans les industries, par la rationalisation, excès de production dans quelques industries, situation critique de l’agriculture, développement des industries des autres pays impérialistes, exportation du capital. Nous l’avons dit : il y a des éléments visibles de déclin. L’Amérique a un grand marché intérieur, l’application de la force électrique et l’industrie développée dans le midi. Son agression croissante l’amène à la guerre. Il ne faut pas sous-estimer ses forces, mais il faut voir que le capital international est à son déclin. C’est la force même de l’Amérique qui amène les contradictions. Bittelman est le chef de l’opposition dans le parti américain.

50Ercoli. – D’accord avec Boukharine. Il faut analyser aussi les faits qui ne sont pas en notre faveur. Il ne s’agit pas d’optimisme ou de pessimisme. Il faut analyser en lui le fait. Par exemple, le capitalisme américain, il faut l’analyser. Il faut étudier et apprendre, dit Lénine. Il faut avoir une connaissance complète de la situation objective, connaître les rapports de force, leur changement et fixer les perspectives. Les racines de toutes nos erreurs sont là, celles de l’Internationale et celles des PC. Nous travaillons sur des affirmations générales, mais nos analyses différenciées viennent après la lettre. Le manque d’analyse peut nous mener verbalement à droite ou à gauche. Les mots n’ont de sens que quand ils correspondent à des situations. Nous avons fait ce progrès : constaté que le déclin du capitalisme ne suit pas une ligne continue, mais à la suite de contradictions inter[nationales] plus profondes. Il peut y avoir certain essor qui prend l’apparence de la ligne ascendante, mais à l’analyse, c’est mal vu. Ce qui est fondamental : c’est que la production grandit. Boukharine a eu raison de le souligner. Et aussi le problème des marchés. Exemple : Italie. On a traversé, depuis deux ans, une grande crise économique parce qu’il y a eu, à un moment donné, un développement économique qui a brisé les anciens cadres. A la suite de certaines méthodes le capitalisme italien a renvoyé la solution de la crise à demain, avec l’aide du capitalisme italien et de l’exploitation du travail. C’est quelque chose que d’arrêter une crise et par là de renvoyer la révolution. Aujourd’hui le capitalisme italien est sur la défensive, mais en dessous, il y a une grande bataille pour le marché intérieur et extérieur, d’où position agressive. C’est général. Dombal a mal analysé la situation agraire dans les termes actuels. Le développement des forces de production change l’état des ouvriers et celui des paysans, puis il aggrave l’impérialisme. Aujourd’hui, nous vivons dans la période non pacifique (guerre en Chine). La situation est imprévue ; d’où la guerre fatale. Il y a[vait] contradictions entre les impérialistes. Puis contradictions entre les impérialistes et la Russie. Aujourd’hui non ! L’hégémonie politique, encore aujourd’hui, c’est l’Angleterre. Mais il faut voir les choses dans leur développement. L’Angleterre a plus d’importance politique que le permet son état économique. C’est le contraire pour l’Allemagne. Il y a encore lutte pour l’hégémonie entre l’Angleterre et l’Allemagne. Cela ne pourra se résoudre que contre l’Union soviétique. Nous plaçons au premier plan la guerre, puis la lutte des classes. Les deux choses vont de pair. Tout cela se fait sur l’accumulation du capital. Les deux choses sont liées pour le capitalisme et pour nous. Nous avons déjà la persécution contre la Russie. Les premiers combattants de la guerre sont les Soviets, sont les camarades frappés dans les pays impérialistes. Il faut poser clairement le problème fasciste. Les institutions de la bourgeoisie deviennent de plus en plus réactionnaires, mais, nous ne pouvons pas, sans analyse les assimiler au fascisme. Le fascisme n’est pas toute la réaction. Mais il n’y a fascisme que lorsqu’il y a déplacement de petite et moyenne bourgeoisie agraire et urbaine dominée par la grande bourgeoisie. Le fascisme ne peut aboutir à la démocratie, mais à la révolution. Il est juste d’observer qu’il y a lien entre le fascisme et les socialistes, même organiquement, mais pas de généralisation. La social-démocratie a une base de masse ouvrière donc différente avec le fascisme. Il existe les éléments objectifs et subjectifs de la situation révolutionnaire. C’est un trait saillant de la situation présente. La radicalisation s’accomplit ; les signes sont évidents. Il faut échapper au danger de le considérer comme automatique. C’est un procès non fini mais en cours. Ce qu’il faut, c’est l’analyser. Comment les masses ouvrières se déplacent-elles ? Il y a des masses ouvrières qui quittent les partis bourgeois, d’autres quittent la social-démocratie. Il faut fixer cela. Sur quel terrain se portent ces masses ? Sur le terrain de la conquête du pouvoir ? Non sur le terrain de la lutte partielle, de la sympathie croissante par la R. et le communisme. Mais si nous n’avons pas d’action politique solide, les masses ne marcheront pas. Ne confondons pas pessimisme et vérité. Il y a des obstacles que les masses doivent franchir pour venir à nous. Il y a l’offensive de la bourgeoisie qui les pulvérise. Il y a des changements de structure dans la classe ouvrière qui aristocratise certains ouvriers. Il y a des bases objectives de l’influence de la social-démocratie sur la classe ouvrière. C’est pourquoi il faut lutter vigoureusement contre elle et lutter contre la droite, chez nous. Les erreurs de droite sont dans tous les partis de l’IC. Ils ont peur du bloc des forces qui sont devant nous. Il y a chez nous croyance que nous pouvons diminuer le bloc en diminuant nos attaques, et que le socialisme peut faire encore quelques progrès. Avec quelle méthode lutter contre le socialisme ? Idéologiquement d’abord ! Nos polémiques sont sèches, plates, bureaucratiques. Et sur le domaine des luttes partielles ? Nous croyons encore que les socialistes ont encore cette fonction à accomplir ! C’est absurde. Il faut lutter avec les masses sur le terrain où les masses se trouvent. Nous avons renforcé notre influence, notre organisation, notre nombre. Mais il y a des côtés négatifs. Nous avons laissé tomber la grève anglaise et la Chine. Boukharine a examiné toutes les erreurs. L’IC, elle-même, a commis des erreurs. Elle n’a pas rappelé le PC français à son redressement assez tôt. Il faut parler de l’illégalité, non pas en soi, mais concrètement. Orienter les PC vers les méthodes de travail. Bureaucratie du PC. Il faut donner de la vie intérieure aux partis et les démocratiser. Il faut former les centres dirigeants des PC. Il faut recruter. Il faut discuter devant les ouvriers et ne pas les charger de tâches matérielles.

  • 18 Bennet pseudonyme de Petrovsky. Membre de l’appareil de l’IC depuis 1922, il est spécialisé dans l’ (...)

51Bennet18. – La rivalité entre l’Amérique et l’Angleterre est le pivot des relations internationales. Il faut faire une relation des rapports de forces entre Angleterre et Amérique. Il y a un développement de technique du capitalisme, mais il faut souligner les contradictions, toutes.

52Billoux.

53Mahmud (Indes) (Jeunesses communistes). – Jusqu’ici c’étaient des étudiants, des intellectuels. Ils s’étaient bornés à l’idée de libérer l’Inde. Ils sont devenus ghandistes ou terroristes. Mais l’esprit révolutionnaire se développe. Les JC s’adressent maintenant aux masses. Mais ce sont seulement les jeunes Hindous, retour de Moscou qui ont fait la besogne révolutionnaire. Les jeunes Hindous joueront un grand rôle dans la bataille. Le communisme est le seul parti qui peut nous faire sortir de la situation présente. Le gouvernement a fait le possible pour anéantir ce mouvement. On a confisqué la littérature et emprisonné. À Lahore, les étudiants ont agi sous l’action des jeunes ouvriers et des jeunes paysans. Dans la période présente de grèves nous essayons d’organiser les jeunes dans les syndicats. Nous avons démontré le 1er mai : nous avons eu un grand meeting à Lahore. Plusieurs milliers d’ouvriers contre l’impérialisme et la bourgeoisie hindoue. Des meetings de solidarité ouvrière et soviétique dans plusieurs villes. Grand enthousiasme. Aux Indes, les jeunes jouent un rôle important. Malheureusement il n’y a pas un PC fort pour le diriger.

  • 19 Saul Amsterdam dit Henryk Henrykowski (1898-1937). Membre du PC polonais en 1921, il est élu au Com (...)

54Hervikovsky19 (Pologne). – Grande vague de grèves dans tout le pays.

55À la fin de la journée, incident Pepper-Lominadzé. Pepper dit : « Vous êtes un menteur professionnel, et conscient. Vous vous chargez des besognes que tout le monde repousse ». Réponse violente de Lominadze que le congrès acclame. C’est Lominadze qui a dirigé les opérations de Canton. Il a été exécuté au dernier Exécutif ; maintenant on le repêche.

Dimanche 29 juillet 1928

56Visite au camp d’Octobre. La parade ! Nous sommes reçus par le chef de camp, général. « Nous avons fait de grands progrès militaires. Sur bien des points nous sommes supérieurs aux armées de l’impérialisme. Votre visite nous encourage ». Puis, nous nous séparons et allons chez les électriciens. Le camp d’été des soldats. La chambrée, le journal mural où les soldats peuvent écrire ce qui est injuste, critiquer tout, sauf les ordres militaires. À leurs plaintes contre les chefs, ceux-ci doivent répondre publiquement. Les cuisines, très sympathiques. À table, tous ensemble, officiers et soldats, sauf les officiers mariés. À la tête du bataillon, un commandant technique, un commandant politique, le secrétaire de la cellule. Le soldat a son coin rouge, lit les journaux, a une bibliothèque. En ce moment, l’unique sujet de discussion : le VIe congrès communiste. Un enthousiasme et une unité morale extraordinaires. Ils nous font voir leur projecteur contre-avions. Il porte à dix kilomètres et est aussi aveuglant que le soleil. Discours, chants révolutionnaires, danses (du Caucase). Puis arrivent des komsomols, 400 à 500 qui déjeunent. Quand ils savent que je suis là, nécessité d’un nouveau discours. Traitement du soldat : neuf roubles par mois et défrayé de tout : tabac et voyages en trams et dans les trains. Amusements, distractions saines ; pas une goutte d’alcool, ni de vin, ni de bière ne rentre dans le camp. Du kwass et du thé, de la citronnade. Il y a des coopératives de régiments. Jeux, sports, exercices physiques. Santé excellente ! À la fin de la journée, grand meeting. Nous nous esquivons Renaud Jean et moi après deux discours. Retour à pieds à Moscou. Bref, journée de fraternisation excellente. À la Guépéou, les soldats, demi-paysans, demi-ouvriers font leurs deux ans de service dans la police d’État aux mêmes conditions que les autres soldats. Les capitalistes accumulent du matériel, mais l’âme manque et ce sont les ouvriers soldats et marins auxquels il faudra les confier.

Lundi 30 juillet 1928

57Au meeting des soldats, hier, c’est le commandant de la région militaire qui ouvre la séance, puis les délégués, puis c’est un simple soldat qui répond aux délégués. L’un d’entre nous, Bernard, demande au soldat près duquel il était assis, pourquoi il n’est pas communiste. « Parce que le communisme a trop de profiteurs » répond l’autre. « J’admire Staline, Lénine, les précurseurs, ceux qui ont fait la révolution, mais le parti, non ! ». Ce qui a le plus frappé Racamond ce sont les danses ukrainiennes. Ces hommes étaient des ressorts, des moteurs, des balles de caoutchouc. Qu’est-ce que l’homme ne peut pas faire avec ses pieds ! Frénésie du public. Hier, en rentrant à Moscou, nous avons passé à pied dans les rues derrière la gare de Varsovie. Maisons vieilles, en bois ou en briques, dont le crépis blanc s’émiette. On habite tous les sous-sols, grouillement d’enfants. Tout le monde est bien habillé, mais à la maison, les appartements sont franchement inférieurs. Tout à coup, une cour ouverte. Nous entrons. Quatre ou cinq corps de bâtiments énormes avec des centaines de logements neufs. Dans la rue, très importants travaux de voirie en cours.

58Schuller. – Nul adulte n’a parlé des jeunes. C’est qu’il y a indifférence. Ce n’est qu’en Allemagne qu’il y a des très bons rapports du parti avec la jeunesse. Il faut que la jeunesse soit organiquement indépendante du parti. La jeunesse doit avoir sa liberté de critique et d’action pour faire pression sur les PC eux-mêmes et leurs déviations. Notre nombre est trop restreint. Nous devons changer notre tactique. Il faut faire de plus en plus une propagande de masse. Au IVe Congrès, on avait dit : « Doublez votre nombre, faites des cellules ». Çà a avorté. C’était de la mécanique. La vie intérieure des jeunes est insuffisante... Il faut de la musique, des sports, du théâtre, des organisations auxiliaires. Il faut un travail syndical des jeunes. Il faut des sections spéciales de jeunes dans les syndicats. Il faut que les JC s’attaquent aux inorganisés dans les usines mêmes. Notre travail essentiel est la politique. Puis, mieux nous organiser intérieurement, s’attaquer aux masses de la jeunesse. Éducation pratique des jeunes, études, sur la base de la lutte du prolétariat. Pas de discours sur la morale. Lorsque les jeunes auront vu leur père ou leur mère lutter et souffrir, lorsqu’ils souffriront eux-mêmes, leur éthique se formera. C’est sur cette base qu’il faut travailler. Caractère communiste, caractère de masse, caractère pratique.

59Boukharine. – 90 camarades ont parlé. Les camarades nègres, chinois et colonies Amérique du Sud et de nombreux petits partis. La discussion a eu de grands côtés positifs. Critique, auto-critique. Beaucoup de remarques justes qu’il faut adopter. Importantes quoique non principielles. La question paysanne, le chômage dans la stabilisation capitaliste, la question coloniale et nègre, les lacunes de l’appareil, etc. La discussion a eu des côtés négatifs. Les orateurs ont exclusivement parlé de leur propre pays et non des questions fondamentales. On a trop parlé des conflits intérieurs, de sacristains et de rabbins.

60La 3e période. Que dit le Ve Ccongrès sur l’économie générale. Il y a dissolution, décomposition de l’économie mondiale, crise générale des pays capitalistes européens, crise agraire. La bourgeoisie ne peut vaincre le chaos des devises. Il y avait une analyse au Ve Congrès, ère du pacifisme démocratique. Telle fut l’analyse. Ère démocratique. C’était gouvernement Mac Donald, ouvrier au Danemark, bloc des Gauches en France. La stabilisation fut posée en 1925. Pendant le 5e congrès, pas un seul mot sur la stabilisation. Depuis, des changements énormes. C’est pourquoi j’insiste sur la troisième période. À la fin, le C.C. russe a approuvé en majorité. Il faut les preuves. Qu’avons-nous entendu ? Il n’y a pas de différence entre la deuxième et la troisième période. On dit : la thèse sur la troisième période est superflue. On peut dire qu’il y a eu une certaine dynamique de développement au dessus du niveau d’avant-guerre. On voit dans l’économie mondiale qu’elle surmonte les difficultés. Il faut le dire non pas seulement dans un ou deux pays, comme nous le disions autrefois bêtement. Ainsi, il y a une différence technique, économique entre les deux périodes. Pourquoi avons-nous eu d’autres perspectives ? C’est qu’il y a des changements dans la situation générale. Du point de vue scientifique, il y a aggravation des contradictions, dit-on. Oui, mais ces aggravations ne viennent pas des nuages. Il y a la nouvelle guerre en Chine. Il y a occupation de la Chine par le Japon et l’Amérique. Il y a dès maintenant préparation de la guerre et changement d’axe de la politique mondiale. Donc, il y a une nouvelle base pour la politique. Si nous analysons mal, nous seront battus.

61Qu’a-t-on dit encore ? Il y a des formes adoucies de l’ag (?) chinoise. Il n’y a pas de troisième période, mais il y en a une (Kocheva). Elle dit : il y a développement des forces productives, mais elles supposent le développement de la technique. La stabilité du capital ne disparaît pas du jour au lendemain. Que demande-t-on de moi ? Que je me promène dans le monde et que je raconte ce qu’il s’y passe depuis les coopératives jusqu’au gouvernement mexicain ; mais ce ne serait pas marxiste. Il s’agit pour nous de dégager les tendances fondamentales et de décider la tactique. Ce serait un grand abaissement de nos discussions si on n’agissait pas ainsi. Quel est l’axe du monde actuel ? Quelle est la clef de la tactique ? Le centre de la question, ce sont les dangers de guerre (on en a fait un danger de guerre contre moi). Ici, je discute d’abord avec les impérialistes et la social-démocratie. La presse impérialiste polonaise à parlé de mon rapport. « Le gouvernement soviétique est incapable de désavouer Boukharine. Le gouvernement soviétique se démasque. Il prépare la guerre. Les communistes polonais sont des espions. Boukharine exagère sur les possibilités de guerre avec la Pologne ». Ce n’est pas par hasard que les socialistes traitent aussi des dangers de guerre. Vorwärts : « Boukharine parle de la guerre inévitable. Il dit : " Vive la guerre " pour se consoler de ses échecs. La guerre est la mère du monde. » Le V. parle de la thèse vulgaire marxiste. On pourra relire les congrès d’avant-guerre. Cf. Chemnitz en 1912 où Hilferding fut élu sur rapport de Haase. Les congrès internationaux sont pleins de ce marxisme vulgaire, de bolchevistes, des communistes asiatiques, comme marxistes, Marx, Engels sont de vulgaires marxistes. Citations extraordinaires faites par Boukharine. Ils ont eu raison prophétiquement. Lénine a écrit : « Nous voulons ne pas ignorer que l’homme pourra revoir une nouvelle guerre si la révolution ne sortait pas de cette guerre. » Dans un pays la révolution est née de la guerre. Directement avant sa mort, il a écrit sur la deuxième série des grandes révolutions. C’était continuer Marx. Pourquoi y a-t-il une telle nervosité chez les impérialistes et les sociaux-démocrates à cause de notre réaction sur cette question ? Pourquoi attaque-t-on les thèses sur la guerre ? Parce qu’il y a là le centre. Parce que la situation est là ! La guerre, en Asie, existe déjà, en Chine. L’impérialisme et les sociaux-démocrates ont intérêt à dissimuler cette situation. Ils font des propositions. Kellog, des manifestations décoratives ; la social-démocratie fait de même ; elle crie que les bourgeois veulent la paix et que seule, la Russie prépare la guerre. Dans combien de mois ou d’années la guerre viendra-t-elle ? Cela ne peut être précisé, mais la question principale reste. Je ne suis pas à affaiblir ma thèse. Il ne faut pas avoir dans sa poche les contradictions intérieures et dans l’autre les contradictions extérieures. Le danger de droite, c’est la sous-estimation du danger de guerre. Dans l’IC il y a sous-estimation du danger de guerre. Il y a chez nous manque d’internationalisme. Les contradictions intérieures et extérieures ne doivent pas être mises sur le même plan. Y a-t-il une révolution possible sans guerre ? Sans doute, oui. L’expérience historique nous a montré que les révolutions venaient après la guerre. 1871, 1905, 1917, 1918 (Allemagne). Maintenant, je dis : faut-il attendre que la guerre vienne pour faire la révolution ? C’est une bêtise. Dans les temps normaux, une révolution est probable, avec la guerre, elle est inévitable. En Angleterre, contradictions très fortes, déclin. Mais ce procès de déclin est basé sur la position internationale. En Allemagne, la stabilité a été faite par les Américains. S’il y a conflit avec les Américains, il y aura changement de situation. Les pays sont trop liés internationalement. Nous parlons tous du procès international de la paix indépendante, mais la paix indépendante, c’est la préparation de la guerre. Pourquoi le projet anglais sur les Trade Unions ? À cause des dangers extérieurs. Pourquoi l’apologie de la société des nations par les sociaux-démocrates ? Parce qu’il y a un rapport entre la paix intérieure et la situation extérieure.

62Si on voit la situation autrement, nous seront embarassés au point de vue tactique. Nous devons lier notre action générale aux faits présents de la grande politique. Soit : un communiste anglais qui doit mener une grève. Il doit lier les revendications journalières avec la loi contre les syndicats, puis les lier avec la situation extérieure et la guerre, sinon, il est bêta. Pas d’éclectisme dans les tâches, mais coordination des problèmes quotidiens avec le problème central : la guerre. Il faut le faire adroitement. Les problèmes intérieurs sont soumis à celui de la guerre. Oui, la révolution peut venir avant la guerre, mais la guerre prolonge son ombre sur le présent.

63Travail syndical. Nous recommandons le travail syndical depuis longtemps. Notre lutte contre la guerre, comme condition préalable de gagner les masses, c’est-à-dire de gagner les syndicats. Après la rupture des relations anglo-russes, c’est le renforcement de l’ISR qui est au fond. Il faut élargir l’activité de l’ISR. Ici, déviation ! Il faut travailler dans les syndicats réactionnaires. C’est difficile. Pas de scission ! États-Unis et France : peu de syndiqués. Dans le communisme russe, nous avons travaillé les syndicats. Relisez La maladie infantile. Les communistes allemands ont eu tort de plier devant les sociaux-démocrates.

64Les Jeunesses. Doivent aussi travailler dans les organisations non révolutionnaires. Notre influence grandit, mais nous n’avons pas d’organisations assez fortes. Il faut agir dans les organisations à côté comme la Ligue contre l’impérialisme. Il faut non liquider, mais aider la Ligue anti-impérialiste. Le prochain exécutif doit étudier l’organisation de masses.

65Chômage. Lominadzé a critiqué Varga. Il a dit : Varga a révisé Marx. Il a dit que j’avais erré. Il n’y a pas une question de principe, mais empirique. Exemple, l’Amérique, on dit : plus se développe le capital et plus augmente le nombre des capitalistes. C’est une théorie pourrie. En ce moment (le traducteur bafouille)... Il y a un pays qui a une position exceptionnelle ; le progrès technique va vite ; dès lors, il peut y avoir des faits empiriques spéciaux. Çà signifie que le chômage naît dans de multiples occasions. Chômage de rationalisation. Les Américains ne sont pas épuisés. Je ne suis pas avec Varga qui répète Rosa Luxembourg. Ce problème n’est pas simple. Il y a différentes raisons pour le chômage. Il faut les analyser. Chercher dans la dépression, avec la rationalisation, avec le développement technique, soit en Amérique ou en Angleterre. Ils ont des raisons différentes. Ce sont les expressions des contradictions capitalistes.

66Paysans. Tout le monde a oublié le prolétariat agricole. C’est un grand problème. Nous avons parlé des paysans en 1925. Cela reste exact. Il y a paysannerie non prolétarisée qui est en effervescence comme la société elle-même. On ne peut comparer le paysan moyen allemand et le chinois. Ce sont des catégories sociales différentes. Ces couches sont ébranlées par le capitalisme, mais le travail devient compliqué. C’est pourquoi il faut parler du prolétariat agricole. Dans les pays coloniaux, la question paysanne est révolutionnaire ainsi que dans les pays de l’Amérique du Sud. En Pologne, il faut organiser des ligues paysannes et les diriger. Mais il ne faut pas créer de parti paysan, seulement des ligues assez lâches. Les paysans sud-américains. Il y a extension de notre mouvement là-bas. Ces pays commencent à jouer un rôle politique mondial. La lutte contre l’impérialisme américain commence liée à la lutte contre le féodalisme. Ces luttes peuvent se transformer en révolution.

67Nègres. Il n’est pas possible qu’il y ait chauvinisme de race. Cependant, dans les Balkans et ailleurs il y a des restes de chauvinisme. Mais il faut faire un règlement pour la question nègre. Les nègres en Amérique, en Afrique du Sud et en Afrique.

68Hindous. Un Hindou a contesté mon développement de l’industrie en Inde. L’Inde s’industriallise sous l’impulsion de l’Angleterre. Il y a un tournant dans l’impérialisme anglais. Les paysans hindous ne deviennent pas des prolétaires, mais ils se paupérisent. Ils restent de pauvres paysans. C’est la tactique actuelle de la bourgeoisie. C’est là une base pour la grande révolution qui s’approche dans les Indes. Ce sera une lutte des paysans.

69Les petits partis. Autriche. La révolte fut importante, il fallait la diriger. Elle fut isolée. La situation intérieure des PC. Le danger est à droite. C’est grave pour l’avenir et le présent. En Tchécoslovaquie, le PC ne peut mobiliser les larges masses. L’IC a fait de grands changements. Les Anglais ont fait un changement à gauche. Ils ont rompu avec les traditions. Le réformisme anglais était un grave danger. C’est un fait inoui en Angleterre de lutter contre le Labour Party. Nous l’avons fait sans crise. En France, nous avons un grand parti. Il y avait des racines parlementaristes et légalistes. On a réussi à faire un tournant vif. Ce n’est pas un détail, mais il faut pas sous-estimer. Cela a été fait sans grands cris. C’était un tournant de principe, en France, le plus important depuis 1920. Est-ce une chose admirable et grande ? Non, mais une chose importante dans deux partis. C’est un coup contre la droite du PC. C’est un papier de tournesol qui permet de voir les changements. Dans le parti français, le meilleur moyen de lutter contre la droite, c’est de continuer cette orientation tactique. Dans l’avenir, le danger de droite peut être plus grand. Il est possible que nos PC ne soient pas à la hauteur lorsque nos PC seront devant le danger de guerre, devant l’illégalité, devant le soulèvement armé, etc. Il y aura des éléments qui se détacheront alors. Les PC se développeront, mais personne ne peut dire ce que feront alors tel ou tel. La droite doit être repoussée sur tous les fronts. Il faut faire cela avec intelligence. Les ruptures contre la discipline combattues énergiquement. Mais le problème de la lutte contre la droite n’a nulle part l’application intelligente. Le tact dans le PC. En Allemagne, il faut lutter contre la droite. Mais il faut faire toutes les tentatives pour que les camarades qui promettent de lutter contre la droite soient aidés. Nous sommes contre la tentative d’éliminer Ewert de la direction. Nos camarades allemands sont d’un autre avis. Mais le plus terrible, c’est de diviser le parti. En Pologne, il faut une discipline rude. Nous avons eu plusieurs crises dans plusieurs PC. Effet déplorable. La démocratie intérieure dans le PC doit être appliquée. En Amérique, la lutte est aiguë, ranimée. Les différences politiques sont-elles grandes ? Non ! Les différences sur le capitalisme américain. Je dis franchement que je n’ai pas de grande espérances sur la révolution immédiate aux États-Unis. Mais si on dit : il n’y a pas de bases pour notre travail, ce serait absurde ! : chômage, nègres, non qualifiés, éléments de trouble. Il y a donc une base pour le travail, mais non pour la lutte fractionnelle. En Tchécoslovaquie, c’est compliqué. Le fait de la Journée rouge est symptomatique. Ni le sommet, ni la base ne sont dans la ligne. Il faut réorganiser tout le parti. Il y a là non seulement passivité, mais pire. Il faut serrer nos rangs, éclairer idéologiquement. Nous allons peut-être exclure, mais dans les conditions actuelles, nous devons dire clairement que notre travail d’éclaircissement n’est pas assez profond. Le devoir de tous les partis est de se préparer pour la guerre. Or, il y a là en face de nous des ouvriers sociaux-démocrates, des communistes, des inorganisés. Des cris ne suffisent pas. Il faut accroître la vie intérieure des partis communistes. Lénine a écrit jadis : « Ne chassez pas les gens capables pour garder les imbéciles, sans cela vous allez détruire les PC ». Il faut des mains fortes pour exclure les indisciplinés. Mais il faut aussi des camarades qui lutteront avec tact. Nous n’aurons pas la guerre antisoviétique demain, mais nous avons peu de temps pour nous préparer. Cet intervalle de répit, il faut le remplir pour consolider les PC, pour serrer les rangs, pour attirer la paysannerie et les ouvriers. Il faut un travail précis et soigneux de tous les instants. Pas de phrases, mais préparation systématique, grands efforts. L’IC est née de la guerre. Elle a eu des victoires. Dans l’Union soviétique, la victoire de la conquête du monde viendra de la nouvelle guerre impérialiste. Avec Engels, nous pouvons dire : « Vous, messieurs, vous pouvez déclencher la guerre, mais la révolution vient ».

70Ewert. – On a dit que nous ne voterons pas pour les thèses de Boukharine. Ce n’est pas vrai. Je proteste contre Lominadzé, Ulbricht et Thälmann. Si je présente un danger, il faut nous éloigner de la direction.

71Kolarov répond à Schuller. Thälmann déclare qu’il n’a jamais voulu écarter Ewert de la direction. Boukharine avait déclaré au nom de la délégation russe entière que ce serait une faute d’écarter Ewert du BP allemand.

  • 20 Vassily Afanassievitch Kotov, né en 1885. En 1915, il membre du Parti bolchévik. En 1919, il est se (...)
  • 21 Gubelman dit Émilien Iaroslavsky (1878-1943). En 1898, il rejoint le RSDLP. Il rencontre les social (...)
  • 22 Alpari Gyula dit Julius (1882-1944). Membre du PC hongrois en 1918, puis du Comité central en 1919, (...)

72J’interroge Tsang-Tsai. En Chine, Borodine et Lominadzé ont fait de grandes fautes. Mais tous les Chinois communistes ont gardé un souvenir excellent du passage de Doriot, sans réserves. Aujourd’hui le PCC est composé pour 40 % de paysans, d’intellectuels et 20 % seulement d’ouvriers. Les ouvriers ont été décimés et ont peur. Il y a à Moscou une trentaine de délégués chinois qui sont pressés de rentrer, étant donné les événements. Ce soir, à 6 h, au Théâtre expérimental, meeting pour commémorer le 25e anniversaire du IIe Congrès du parti russe. Dans les couloirs du congrès, Ferrat se plaint que Staline ait capitulé. Le 26 juillet, à la délégation française, après l’attaque de Barbé contre les discours de Boukharine, j’avais demandé qu’on attendît pour juger la réponse de Boukharine. Semard m’avait répondu qu’il n’était pas de cet avis. Mais, ce matin, le congrès unanimement a répondu qu’il était d’accord avec Boukharine, lequel parlait au nom de l’Exécutif et de la délégation russe entière. L’IC, glorieuse fille de Marx et de Lénine, reste inébranlable et menaçante à son poste historique. Vive la vieille garde bolchevique, organisation léniniste des révolutionnaires de métier ! Au Théâtre, à la séance anniversaire, Kotov20, l’un des secrétaires du comité de Moscou préside. Iaroslavsky21, vieux bolchevik fait l’historique du PCR avec un maximum de sècheresse. Kroupskaia (elle ressemble à la feue Reine Victoria). Après le meeting, magnifique concert, chœur des hommes de l’Opéra, chœur de paysans et paysannes, danses surtout (le chef des danseurs : Ukrainien et décoré) ballerines de l’Opéra. Julius22 me dit : Nos camarades allemands manquent de souplesse. Ils pourraient beaucoup plus s’ils ne se défiaient pas tant de leurs sociaux-démocrates. Ils ont en face d’eux des chefs très expérimentés. La social démocratie a 350 quotidiens. Le syndicat des métallurgistes a un hebdomadaire : 500 000 numéros. Ils ont 2 000 maires, 800 000 anciens combattants. Bannière du Reich. Des coopératives. La CGT allemande ! 60 000 agitateurs, secrétaires de syndicats de mairies, du parti, des journaux, des coopératives payées par les divers appareils. C’est cette force énorme que nos camarades ont à combattre. Mais ils ont le tort de laisser aux socialistes le bénéfice de la tradition de Liebknecht-Bebel. Le journal de Berlin, Le Monde du soir, tire 120 000 exemplaires, trois fois plus que La Voix du soir. Les ouvriers allemands socialistes ou sans parti, ne haïssent pas les communistes, ni les jeunes communistes. Récemment, 30 000 JC sont allés à Chemnitz et ont été logés chez les ouvriers syndiqués de tous partis et sans parti. Des manifestations communes sont suivies par des centaines de milliers d’ouvriers à Berlin. (Arrivée de Blanc). Les Hongrois proposent d’aller chercher Bela Kun demain à la gare. Piatnitsky s’emballe ! Jamais de la vie K. a fait trois mois de prison ! La belle affaire ! Quand des Chinois, des Italiens, des Bulgares sont torturés. On décide de ne pas suivre la suggestion des Hongrois.

Mardi 31 juillet 1928

73Désarroi dans le N. Fal. Fer. (rat) déclare : B. (oukharine) a capitulé sur toute la ligne. Barbé trouve que cet intellectuel va loin. Clara Zetkin me dit : la délégation russe a été débordée par le succès trop grand de la campagne contre B. Elle a décidé de la cesser. Et elle s’est rangée tout entière derrière lui. Mais, dès l’automne, la campagne reprendra. S. (taline) tente de s’assurer des appuis dans le Komintern, en attendant. La commission du programme : elle doit se diviser en sous-commissions. Il faut une organisation plus restreinte. Que l’on fasse un catalogue. Va-ton adopter le programme au congrès ? Y a-t-il des divergences de principe ? Puis les détails. On décide de nommer un Bureau qui examinera les problèmes de principe (neuf membres) et reviendra demain pour partager le travail entre quelques sous-commissions. À déjeuner, je trouve la journaliste de Kharkov. Elle me dit qu’en Ukraine, malgré toutes les tentatives séparatistes, il n’y aura nulle scission, en raison de la politique paysanne et de la bonne politique nationale des Russes. Entre l’Ukrainien et le Russe, différences de langue, comme entre le Russe et le Bulgare ; mais les racines sont les mêmes. Depuis la révolution, l’art populaire, sous toutes ses formes, s’est développé en Ukraine : chants, poésie, danses, littérature.

  • 23 Joseph Austen Chamberlain (1863-1937). Élu député en 1892 dans les rangs des libéraux unionistes, i (...)

74Mich. (alsky) – L’Angleterre s’est rapprochée de la France avec ostentation sur tous les points. Sur l’affaire Kellog, contre l’Allemagne, contre l’Amérique. C’est du Poincaré. P. en Chine maintient son point de vue légiste irréel et marche avec l’Angleterre. Tout cela est bien inquiétant pour la Russie. L’attitude de Chamberlain23 se rapprochant ainsi de la France et disant qu’on n’abandonnera le Rhin qu’après l’avis de la Pologne a créé en Allemagne un état d’esprit très irrité. Le journal officieux La gazette de Cologne est très violent. De plus, l’Angleterre dit qu’elle s’est entendue avec la France pour l’application du programme Naval.

  • 24 Félix Djerjinsky (1877-1926). Issu du parti social-démocrate polonais, il est membre du Comité cent (...)
  • 25 Tom Bell (1882-1940). Membre du PC britannique en 1920, il participe à l’organisation du parti en A (...)

75L’affaire Rakovsky. C’est par gentillesse ou pour Trotsky dont il ne partageait pas toutes les idées que R. s’est jeté à l’eau. Puis, il a perdu la tête. C’est encore l’action de T. qui l’empêche de revenir. Sa femme qui vient d’être opérée de l’appendicite à Moscou est avec lui à Ast. Quant à T., il ne cèdera jamais. C’est un bloc. C’est un juif. C’est une volonté formidable. Ils étaient quatre : Lénine, Staline, T., Djerjinsky24 qui ont fait comprendre à la Russie, par leur expérience, ce qu’est la volonté ! Staline n’a pas les qualités extérieures brillantes de T. mais sa volonté est encore plus forte et son sens du réel russe plus fort. Au congrès, Bell25 sur la guerre, puis Garlandi. Conversation avec Varga. Il veut voir R. Jean. Pourquoi l’Angleterre s’est-elle rapprochée de la France ? Parce que la France est forte, qu’elle a une grande armée, qu’elle détient les routes de l’Extrême-Orient, que ses intérêts ne heurtent directement nulle part ceux de l’Angleterre, parce que l’Angleterre voit l’Allemagne se rapprocher de l’Amérique. L’Angleterre sait que la France peut beaucoup contre elle. Elle a intérêt à se l’attirer. Les francophiles du Foreign Office l’emportent. En outre, il ne faut pas attacher une importance énorme à ces jeux d’alliance. Ils sont très mobiles et instables. Qui parle aujourd’hui de Thoiry ? Dans la prochaine guerre, la machinerie, à l’arrière comme à l’avant sera si compliquée qu’il suffira d’une brèche quelque part pour tout arrêter. En France, plus le matériel s’améliore, plus le moral pour la guerre disparaît.

76À 10 h, visite à Oulianova, sœur de Lénine, à la Pravda. Figure fine, cheveux blancs, habits noirs, voix chantante, accueil charmant. Elle s’intéresse aux correspondants ouvriers français. On se réunira mardi, 8 h, à la Pravda avec les représentants des journaux communistes de tous les pays et les représentants des correspondants ouvriers des autres journaux de Moscou. L’échange de correspondance sur le fond du débat. En rentrant, nous trouvons Julius. Vient de se tenir un convent des seigneurs. Les secrétaires des PC et le BP russe. Boukharine et Staline ont protesté contre la campagne qui tendait à les séparer. Il y a des bruits de couloir contre lesquels il faut réagir avec vigueur, chasser ceux qui les colportent. Il n’y a aucune divergence politique entre les membres du BP russe. C’est une besogne grossière de se livrer à cette tâche, de placer les uns à droite, les autres à gauche. Tous les membres du BP russe ont signé une attestation qui a circulé entre les mains des assistants. (On me signale qu’il y a 950 nègres dans le PC américains).

Août

Mercredi 1er août 1928

77Dans la Pravda : 100 rédacteurs. Une salle spéciale pour les correspondants ouvriers où ils peuvent se réunir ; à peine arrivés, un des rédacteurs attaché à cette rubrique me demande d’écrire quelques mots pour eux sur une feuille de papier. Plusieurs petites brochures ont été écrites sur la manière de susciter les correspondants ouvriers et de les guider, dont une par Boukharine. En octobre, congrès des correspondants ouvriers russes. On pourrait y inviter R. et un ou deux correspondants ouvriers français.

78Lors de la campagne de recrutement du blé, il y eut quelques communistes tués par les paysans. La décision est prise de ne plus revenir à ces procédés. L’idée a été émise que le paysan limiterait ses ensemencements. Non ! Sa force c’est d’avoir du blé : il le sait. La question de la paysannerie est d’ordre culturel. Le paysan est très arriéré. Il ne fume pas, parce qu’il a très peu de bétail et pas d’engrais chimiques. Une des difficultés, c’est le manque de routes, héritage du tsarisme.

79La visite au musée Tchoukine. Entrée dans une église : 20 fidèles, quel chant !

  • 26 Fin, pseudonyme de Feineberg.

80Il y a eu un peu de dépit à la Pravda quand on a vu la campagne du G. sur les c[orrespondants] o[uvriers]. Le G. a bien organisé la correspondance ouvrière, même la correspondance ouvrière internationale. Trois fois par semaine 150 lignes de lettres étrangères. Le G. a 26 000 correspondants. Il reçoit 400 à 500 lettres par jour. On en donne peu. On lit, on trie, on modifie la forme. Les lettres sont contre les abus, la bureaucratie. Le journaliste répond aux correspondants. Il a un grand rôle éducateur. Quant aux correspondants étrangers, il faudra centraliser entre les mains d’un journaliste à Paris et d’un autre à Moscou. C’est l’avis de Fin26, mais il est très combattu. Le mieux c’est de voir par avance Oulianova pour en discuter. Il y a dans les couloirs du congrès un bel Indien communiste d’une des plus grandes familles d’Hindoustan, qui a brisé avec sa famille. Il n’y a pas 500 prostituées à Moscou. On leur fait la chasse. Il n’y a pas de femmes entretenues ; toutes les femmes travaillent. Il y a maintenant pas mal de couples sans enfants. À la campagne, les pharmaciens vendent des objets contre la conception. Les femmes refusent ; c’est un péché. Si les hommes quittent une femme à laquelle ils ont donné un enfant, ils sont tenus de lui payer une forte somme prise sur leur salaire.

81À la Pravda, aux Isvestia avec Fin. Il est entendu que Blanc viendra au nom de l’Huma traduire tous les envois des rédacteurs spéciaux des deux journaux au Krassine pour les expédier à Paris par avion.

Jeudi 2 août 1928

  • 27 Angelo Tasca (1892-1960). Il participe entre 1908-1909 à la fondation des Jeunesses socialistes à T (...)

82Vu « J. ». Comment se fait-il qu’on n’ait pas rendu compte à la délégation française du convent des seigneurs ? Je vais le signaler à B. Il faut voir Clara Zetkin et B. Thälmann m’en veut parce que j’ai écrit à l’Inprecor qu’au début de son discours il avait dit : « Je suis d’accord avec B. ». Il répond : « Non, mais avec la délégation russe ». Il m’attaque aussi parce que je n’aurais pas appelé Lominadzé « camarade » dans le compte rendu. C’est faux. Mais Lominadzé est aujourd’hui leur héros. Or, L. d’après Staline est un homme de petit calibre. Tasca27 me confirme que la délégation italienne s’est réunie hier pour entendre l’exposé de la séance du convent des seniors : la résolution du BP russe déclare que ceux qui veulent se servir des différents possibles dans le BPR sont des agioteurs. C’est surtout dirigé contre Lominadzé et les Allemands. Tasca pense que toute l’intrigue était dirigée contre B. et que celui-ci en a eu raison.

83À 10 h, commission du programme. Le sculpteur me prend une heure. 95 % des Égyptiens sont avec le parti de l’autonomie absolue (wafd). Chamberlain déclare que la Mandchourie fait partie de la Chine.

84Deux millions de kilowatts sont aménagés en France. Il y a une réserve hydraulique de sept millions et demi de kilowatts. En 1928 : 200 000 kilowatts. En 1927, on a électrifié 3 000 communes. Aujourd’hui, en France, 12 300 millions de kilowatts heure. (300 par habitants). C’est plus que l’Angleterre, l’Italie, l’Allemagne.

  • 28 Stanley Baldwin (1867-1947). Député conservateur en 1908, il devient chancelier de l’Échiquier, pui (...)

85Le programme socialiste, dit Baldwin28, se présente maintenant en habit et en cravate blanche. Le marxiste est devenu un pasteur non conformiste.

86Boukharine. – Capital financier. Le capital financier n’est pas le capital bancaire. Il finance le capital bancaire et le capital industriel. Le capital financier est la forme liée des deux formes du capital. C’est le caractère constitutif du capital financier. Hilferding pose le problème que les banques fusionnent. Il n’y a pas domination. Certains trusts ont leurs banques ou agissent en tant que banque. Il y a des pays entiers qui grandissent par l’appui du capital américain. Le capitalisme d’État est celui où l’état régularise la production. La période du capitalisme commercial est périmée.

87Rapport entre l’impérialisme et le capitalisme. Le capitalisme d’État. Nous avons une période nouvelle, grosse de conflits. Je suis prêt aux concessions de traductions.

88Crises. La raison de la périodicité des crises. Les causes des crises.

89La première est difficile ; les raisons n’en sont pas les mêmes selon les époques ou les pays. Il y a disproportion entre la production et la consommation. Soit le capitalisme d’État pur et de classes. Il n’y aura pas de crise. S’il y a sous-consommation, l’accumulation grandit. L’anarchie capitaliste consiste dans la différence entre la consommation, exprimée en argent, et les valeurs produites. Il y a la main-d’œuvre. Il faut éviter la thèse de Rosa Luxembourg. Une surproduction absolument pas possible. Certaines surproductions s’expriment par une crise. Il y a crise quand il y a disproportion entre les forces productives et la consommation. Cf. Marx, 2e volume. Il y a crise quand il n’y a pas de plan. Une certaine proportion entre les diverses formes de production. Quant à la périodicité des crises, c’est très difficile ; elle n’est pas claire pour moi. Mêlera-t-on la question des guerres et celle des crises ? Oui, il y a quelque chose de commun. Elles ruinent, l’une et l’autre, l’industrie. Mais on ne peut pas prévoir la périodicité des guerres, car il n’y en a pas, tandis qu’on peut fixer celle des crises. Les guerres dépendent de trop de facteurs pour qu’on fixe leur périodicité.

90Le taux du profit. On peut parler d’une tendance à la chute du profit. Je suis pour la chute. Le capitalisme émigre parce qu’il est plus profitable d’investir hors de son pays. Si un capitalisme avait des barrières douanières, il fixe ses capitaux dans un pays où il y a des douanes. Il tourne ainsi la loi douanière. Il ne faut pas voir du soc. partout, comme les sociaux-démocrates.

91Impérialisme et capitalisme. Le capitalisme commence à croître. Il ruine les petits. Dans l’impérialisme, il y a procès catastrophique dans mouvements spasmodiques, puis la forme monopole.

  • 29 Mikolos pseudo de Nikolà Skrypnik, Nikolai (1872-1933). Membre de la direction du parti communiste (...)

92En Ukraine, querelles intérieures entre Mikolos29 et Hanrikovski.

93Mardi à 4 h, chez Brémond. Un officier du régiment de cosaques de Proskourov vient me demander d’aller après le congrès rendre visite au régiment dont je suis membre honoraire. Ce régiment est placé sous l’égide du PC français. On insiste pour que trois camarades français m’accompagnent. Si le Komintern ne fait pas les frais du voyage, le régiment y pourvoira. (Votre uniforme vous attend et un sabre !)

94À 5 h, Semard rend compte de la réunion des seniors. B. a déclaré qu’on ne pouvait tolérer les bruits qui couraient. Staline a ajouté qu’il fallait chasser ceux qui répandent de pareilles rumeurs. Et S., interrogé, a répondu : « C’est pour arrêter une campagne des Allemands ». Le tout a duré cinq minutes. Au début de la première réunion, on s’était séparé à 4 h, après six heures de discussion. Et c’est à 5 h, rapidement, en mon absence que S. a parlé.

95Varga. – 1°) Le chômage est désormais dans la structure de la classe ouvrière. Le progrès technique américain n’a pas élargi le marché intérieur, d’où aggravation de la lutte pour les marchés extérieurs. 2°) L’électrification rend possible la répartition d’ouvriers d’industrie sur tout le territoire. 3°) La distinction entre ouvriers spécialisés et non spécialisés disparaît. 4°) Constitution d’une nouvelle couche ouvrière privilégiée dont la base n’est plus la spécialisation, mais les jaunes, mouchards, contremaîtres, etc.

96Samuelson (Suède). – Nous avons mobilisé les ouvriers contre la loi d’arbitrage obligatoire.

97Hansen (Norvège). – Déclare que le PC norvégien a guidé une grève contre l’arbitrage obligatoire et que cette grève a renforcé le PC de Norvège.

98Scharedschi (Perse). – Il y a eu, depuis le Ve Congrès, quatre insurrections paysannes et plusieurs petites révoltes paysannes.

99La majorité des Américains affirment que l’impérialisme américain est en voie ascendante. Dans une récente conférence des ind. américains on a déclaré que l’ensemble de l’industrie américaine pourrait être transformée en 48 heures de production de paix en industrie de guerre.

  • 30 James W. Ford (1893-1957). En 1926, il participe à la fondation du Congrès des travailleurs noirs a (...)

100Bittelman. – Il y a en Amérique régression de la production. Difficultés du capitalisme américain pour le marché intérieur et extérieur. Ce qui domine le PC tchèque c’est la défaite de la Journée rouge. L’autorité du PC a été entamée. Le nègre américain Ford30. Deux millions de nègres travaillent dans l’industrie, un demi-million dans l’agriculture, un million : domestiques. Il y a même dans le PC américain des préjugés et du scepticisme vis-à-vis de la collaboration avec les nègres. Sikander (Hindou). La situation des ouvriers hindous s’aggravent. Ils réagissent par des grèves très puissantes. L’Angleterre y renforce son travail de recrutement de l’armée.

Samedi 4 août 1928

  • 31 Vlass Yakovlevitch Tchoubar’(1891-1939). Membre suppléant du Comité central du parti bolchevik en 1 (...)
  • 32 Stanismas Kossior (1899-1939). Ouvrier d’origine polonaise, bolchevik dès 1907, il entre au Comité (...)

101Arrivée à Kharkov à 1 h. Visite de la ville. Belle, propre, provinciale. Hommes et femmes : bruns, petits, rablés. Les villages ukrainiens sont beaucoup plus blancs et riants que les russes. Kharkov de même, relativement à Moscou. On bâtit beaucoup et des immeubles magnifiques. Les gens, dans la rue, semblent des méridionaux. De très nombreuses maisons individuelles ouvrières autour des usines. Nous allons, à 7 h, à une usine d’instruments (4 000 ouvriers) aratoires qui appartenais avant la guerre à un capitaliste belge. (Le petit Chinois qui traduit en russe le discours de son ami !). Nous parlons dans le club de l’usine. Puis on se rend de ce quartier ouvrier, au palais du gouvernement. (Petrovsky, ouvrier président de la République d’Ukraine.) où se tient une réunion des délégués de toutes les délégations des usines de Kharkov, élus par les usines elles-mêmes. Contre la guerre ! Le public : beaucoup de femmes, très chaud et bien habillé. Très bonne mine. Le délégué nous répond : « Nous sommes prêts, nous avons déjà fait des barricades ; demain, d’ouvriers, nous redeviendrons soldats, tous ! » Il ajoute : « En 1914, Poincaré est venu voir le tsar et son armée. En 1918, Cachin vient au nom des prolétaires français voir notre armée et mettre sa main dans la nôtre ». Le Chinois, le nègre parlent. Le Chinois parle par monosyllabes coupées, mais dans chaque cri une émotion, une force intérieure, une puissance. On souffre de l’entendre. C’est une réunion de coopérateurs. La coopération russe a donné 23 aéroplanes à l’Armée rouge. Matchenko traduit. Tchoubar31, président du Conseil. Kossior32, le Staline ukrainien. Il y a quelques jours, il faisait à Kharkov 50° de chaleur. Aujourd’hui, il fait froid, vent terrible. La ville de Kharkov est pleine de parcs et d’arbres. Enfouie dans la verdure, comme toutes les villes de l’URSS où l’urbanisme date de longtemps. Salaire ouvrier moyen : 90 roubles, de grandes inégalités. Beaucoup de manœuvres paysans à la chaîne. Vie 25 % moins chère qu’à Moscou.

Dimanche 5 août 1928

102Ce matin, visite à une maison de repos ouvrière. Mon commandant ne me quitte pas d’une semelle. Il couche dans ma chambre de l’Hôtel rouge. Il a mandat de m’amener mort ou vif à Proskourov. Deux jeunes soldats de la frontière polonaise viennent me saluer au nom de leur régiment. Les Polonais ne passeront pas ! Le photographe fixe notre accolade pour le journal de l’Armée rouge de l’Ukraine. Des dents en or, nombreuses comme à Moscou. On va à 4 ou 5 km de Kharkov, à la maison de repos des ouvriers. 500 ouvriers, ouvrières, jeunes et vieux sont là, dans la verdure. On nous mène sans délai au meeting obligatoire. J’ouvre le feu : Prietsky, Schrek, le nègre Philipps ; il fait un gros effort pour s’expliquer. C’est bien émouvant ; il est petit, maigre, l’air souffreteux ; d’une petite voix il appelle à la guerre contre l’impérialisme américain et mondial. Il dit son admiration pour la Russie qui, seule au monde, les aide. Le public est infiniment varié. Jeunes filles, vieilles femmes (bonnets brodés), les unes élégantes, citadines ; d’autres, à l’air de vieilles paysannes à fichus ; des jeunes gens rasés à l’américaine, des hommes âgés à la barbe de moujiks. On écoute avec recueillement. Quand le nègre dit : « d’ici, au moins, je peux parler à des visages blancs ? En Amérique, non ! D’ici je peux dire " Je suis communiste ", là-bas on me tue ! » Renaldi, Italien ; Le Chinois : la phrase tombe, c’est inarticulé, cris de la gorge, colère contenue ; langue inharmonique, heurtée, gutturale, monotone. Le Tchècoslovaque dit : « Les meilleurs communistes tchécoslovaques sont les anciens légionnaires que l’on a essayé d’armer contre les soviets ». Une jeune komsomole nous salut et dit : « Si vos capitalistes osent vous frapper, nous prendrons les armes contre eux. Nous serons avec vous ». Puis un vieux bolchevik. Le tout vigoureux, énergique, tendre. « Nous vous suivrons dans toutes vos luttes ; nous vous aiderons, les armes à la main ». On déjeune avec les malades ; le docteur parle un pur français. Elle est mariée à un ingénieur. Elle a un appartement de cinq pièces à Kharkov. Départ à 5 h du sanatorium après avoir vu les dortoirs et le parc. À la gare à 7 h pour Kiev.

Lundi 6 août 1928

103On a supprimé à Kiev les noms de Trotsky et Rakovsky des rues et places. Kiev (Dniepr. À la gare, le président du Soviet, celui des syndicats, celui des journaux, celui du gouvernement. Un seul centre d’opposition : l’Académie des sciences. Les camarades disent : « Nous les traitons comme des enfants gâtés ; ils sont réactionnaires et Ukrainiens nationalistes ; surtout les historiens ». Médecins et scientifiques s’entendent mieux avec les Soviets. Ville de commerce ; tout le commerce est coopératif. Aujourd’hui, jour de fête religieuse : tout est fermé. Les relations avec les paysans sont bonnes. On paye le seigle un rouble le poud, le froment 1,40 rouble. A Kiev se réunissent les mercantis polonais, ukrainiens, juifs, allemands. Grosse bourse, nombreux petits commerçants, nepsman. Le 1er janvier 1924, le PCF a donné un drapeau a cette division (Pascal). Le 31 juillet 1925, décret du Conseil militaire révolutionnaire indiqua que cette division s’appellerait : première division de cavalerie, dont le nom serait : parti communiste français. La deuxième division porte le nom de parti communiste allemand. La première division de cavalerie est rentrée 13 fois dans les lignes polonaises.

104La fabrique de film. Tout le fer vient d’une usine bolchevique. L’usine électrique en construction. Salaire moyen à Kiev : 100 roubles. Loyer : 3 roubles. Certains ouvriers qualifiés : 200 à 300 roubles. La vie est 40 % moins chère qu’à Moscou. Les typos : 200 roubles et de nombreux avantages syndicaux. Jusqu’à 100 roubles on ne paye pas d’impôts. Le loyer est modeste et il n’y a pas crise de logement à Kiev. On construit des maisons ouvrières nombreuses et confortables. La plage sur la Dniepr. Toute la ville s’y trouve. Des milliers de barques qui appartiennent aux syndicats. Le club des métallurgistes sur la rive. Les radeaux de bois, les grands vapeurs soviétiques. Déjeuner plantureux au restaurant coopératif. Le musée du monastère, les caveaux, les popes.

Mardi 7 août 1928

105Proskourov. La réception à la gare de Proskourov à 7 h du matin. Le chef du corps d’armée est un paysan ; le chef de la division est un ouvrier. Première division des cosaques R. (cosaque d’honneur du 1er escadron, 1er régiment, 1re section). La terre est divisée et très bien travaillée dans les environs de Proskourov. Les paysans ne sont pas contents parce qu’on leur paye peu leurs grains, parce que leurs impôts sont lourds, parce qu’ils ne reçoivent pas assez de marchandises en échange de leurs produits. Ils peuvent faire ici la comparaison avec la Pologne voisine, où le prix des grains est supérieur. Par les contrebandiers, ils sont renseignés sur la situation. Les paysans ont reçu de la terre ; voilà l’avantage de la Révolution ; mais les koulaks ont été dépossédés d’une partie de leurs propriétés. Les koulaks sont dans la proportion de 5 %, mais leur influence dépasse 5 %. Il y a du mécontentement, même chez les soldats paysans (90 % dans ces régiments de cavalerie). La culture politique qu’on leur donne les rend très sympathiques au régime. En sortant du régiment, ils deviennent des chefs de Soviets et des coopératives de la campagne. On leur apprend ici : les Soviets, le communiste, tout un cours de politique, d’économie politique, de politique étrangère, selon un programme fixé pour toute l’armée, réglé jour par jour ; les instructeurs sortent d’écoles spéciales.

106Les villes et villages de l’Ukraine sont très différents des russes, plus riches, plus propres, la terre mieux travaillée.

107Rosen, Glovatski, Dobitchev (Kiev).

108Le meeting devant 2 000 cavaliers à cheval. À 11 h, la revue : 2 000 cavaliers. Meeting. Visite des casernes (Coin de Lénine ; journaux muraux club). Meeting des ouvriers de Proskourov. Exercices par les Cosaques. Rosen, correspondant du journal l’Armée Rouge, quotidien en ukrainien, trois fois par semaine en russe ; les soldats de l’extrême frontière sont Russes ; ceux des garnisons, à 50 km des frontières, sont Ukrainiens. 90 % des soldats de la garnison sont des paysans ukrainiens.

109Au club, portraits de Renaud Jean, Vaillant-Couturier, Cachin, billards, bibliothèque, fumoir, salon, salle de théâtre, salles de jeux, fauteuils. On goûte à la soupe. Cuisines vastes, propres, chambrées très propres. Jardin de fleurs. Camarade commandant. Au meeting des soldats, les soldats prennent la parole avant les officiers. A la réunion publique, le général en chef préside, la musique militaire pour l’Internationale. La femme du commandant de la division dirige le mouvement féministe de Proskourov. 200 pionniers.

110À Kiev, on a rayé des rues les noms de Trotsky et Rakovsky.

Mercredi 8 août 1928

111Kiev. Visite à l’église Saint-Vladimir, au musée ukrainien. À 11 h, départ pour Moscou. En Ukraine, fruitiers, pommiers, pas de terre incultes, comme en Russie, peu de forêts. De Kiev à Briansk, campagne moins riche et moins bien cultivée. On coupe le blé à la main, on fait les gerbes à la main. Pas de machines agricoles. Quelques jolis vergers. Entre Kiev et Konotop on aperçoit du train d’immenses champs de blé, d’avoine, de blé noir, de patates ; le blé et l’avoine sont courts, maigres, mêlés à de mauvaises herbes. Tout à coup, une plaine remplie de betteraves à sucre. Des attelages de bœufs labourent un champ jusqu’à l’horizon. C’est une propriété collective de l’État ukrainien. Kiev. Musée de Petcharok, chasubles, brocard. Les popes font voir des souterrains où habitaient des moines, leur vie durant. Toute l’ancienne Russie défilait là. Il y avait 1 000 moines qui vivaient de cette superstition grossière. Aujourd’hui dans le monastère, des ateliers et des ménages ouvriers.

Jeudi 9 août 1928

112Visite au Congrès des ouvriers de Leningrad-Odessa. À 8 h, retour à Moscou. À 9 h, congrès. Discours de Boukharine sur le Programme. Une vieille ouvrière de Leningrad : « Dites à vos femmes de marcher comme en 1917. Nous n’avons peur de personne. Nous n’avions pas peur alors ! Nous avions raison. Nous avons souffert de faim, de froid. La femme soviétique s’est égalée à l’homme. Dites à vos ouvrières que les femmes ne sont pas en arrière pour le travail de la révolution. La femme souffre plus que l’homme. Elle doit être à l’avant-garde. Nous avons été dans les troupes. Des millions d’ouvrières pensent comme moi. Partout, dans la bataille pour la construction du socialisme, pour le travail paysan, pour le travail culturel les femmes sont capables ».

113Boukharine. – Nous sommes déjà une organisation puissante qui a pénétré dans les continents. Nous ne sommes pas seulement des propagandistes. Nous sommes des facteurs de la politique mondiale. C’est pourquoi il faut poser (dans le Programme), les problèmes concrètement. On m’a reproché d’être long et sec. Nous aurions pu parler plus algébriquement, plus abstraitement ; mais il faut analyser les conditions de chaque pays. Il nous faut organiser pratiquement, dans chaque pays, la lutte. Car c’est la première fois, dans l’histoire, qu’il y a une collaboration pratique partout en vue d’un but commun. Actuellement, comment se pose la question de la crise du capitalisme ? 1°) Il y a un grand ébranlement asiatique. 2°) Il y a l’expérience de l’URSS qui ouvre les voies de l’avenir. 3°) Il y a les contradictions profondes du capitalisme, les transformations. 4°) Il y a les étapes nouvelles de la social-démocratie et la nécessité de réviser le Front unique, d’où la nécéssité de changer la tactique du communisme français et anglais.

114L’axe du Programme, c’est le matérialisme dialectique de Marx et Engels. La social-démocratie abandonne le marxisme. Elle veut le lier à Kant, à Bergson, aux philosophies idéalistes. Plus les socialistes abandonnent le marxisme, plus ils capitulent devant les banquiers, plus ils invoquent des arguments éthiques et semi-religieux. Ils ne parlent plus de révolution. Le capitalisme, dit Hilferding, est assez révolutionnaire comme ça. Ils ne parlent plus de la dictature du prolétariat. Nous n’avons pas devant nous un capitalisme abstrait, mais un impérialisme actif. Il faut étudier le procès de la reproduction du capital (extension du commerce extérieur, de l’exportation des capitaux, des relations entre les différents impérialismes). Il faut analyser les soulèvements coloniaux, les mouvements agrariens des pays arriérés. C’est Lénine qui, le premier, a compris la grande importance de ces faits. Il a mis en lumière l’hétérogénéité du mouvement révolutionnaire. Contre l’impérialisme, le prolétariat n’est plus seul, il a, avec lui, les mouvements de libération nationale des colonies et pays opprimés. Dès lors, le mouvement révolutionnaire n’est pas simple, abstrait, général, homogène. Il affecte des formes variées, multiples. Ce qu’il faut, c’est coordonner tous ces mouvements. Quand les prolétaires de Berlin défendent la révolution chinoise, ils prouvent qu’ils sont arrivés à la notion claire d’internationalité. De même, défendre l’URSS, ce n’est pas autre chose que de lier fortement les prolétariats les uns aux autres. Pendant que le capitalisme crée le trust mondial, notre tâche est de diriger toutes les forces productives du monde. Notre but, c’est la dictature du prolétariat en tous pays. Mais il y a plusieurs types de pays. Trois types. Capitalisme développé, capitalisme moyen, pays coloniaux. Certes, la dictature ne s’établiera pas partout de la même manière. Il est des pays arriérés qui procèderont par étapes, mais le but final, c’est la dictature mondiale. Il nous faut parler de l’URSS dans le programme en fonction du mouvement ouvrier international. Le danger de la guerre contre nous est l’axe de la conduite des prolétariats. Quant aux colonies, il faut les considérer dans l’avenir du mouvement révolutionnaire. Il y a, au centre, les grandes nations industrielles. À la périphérie, les colonies agricoles. Résoudre le problème colonial, c’est lier le prolétariat industriel avec les paysans des nations colonisées. On dit : l’ouvrier anglais ne peut vivre sans les colonies. Mais alors il faut parler de l’avenir révolutionnaire des colonies et trouver les relations nécessaires entre les villes industrielles et les villages colonisés, cela au point de vue de classe. Ces programmes sont devant nous à l’échelle mondiale. Il est des pays, comme la Chine, qui ne pourront construire le socialisme sans le concours des nations extérieures, car leur développement économique, industriel est trop lent. Bien plus dans les colonies précapitalistes ou de capitalisme embryonnaire. Là aussi, il faudra aider les colonies à se libérer. Comment ? Au fond, c’est le même problème que celui des rapports des ouvriers industriels avec la paysannerie. Là où le prolétariat local n’existe pas, il appartient aux prolétariats qui ont établi leur dictature de les aider, de les diriger internationalement. C’est ce qui s’est passé en Russie, où les cellules de villages lointains sans industrie sont liées avec la ville et c’est le prolétariat qui les guide. Cette cellule n’est pas isolée. Il faudra assurer de même les liens avec les pays agricoles arriérés, même nomades. Nous le faisons en Mongolie. Il faut intégrer fédérativement les peuples, attirer les colonies à nos conceptions, fixer les rapports de la ville mondiale avec la campagne mondiale. Intégrer le mouvement colonial dans le mouvement révolutionnaire. Ce sera la force décisive de la révolution. Il faut que le prolétariat dirige la paysannerie mondiale.

115La crise du capitalisme. Elle ne vient pas de ce que le capitalisme s’affaiblit ; mais ses contradictions croissent et le prolétariat grandit. Les conflits naissent toujours plus vifs des contradictions et le capitalisme va à la catastrophe.

116À propos du capital financier. Disons que le capital financier c’est la fusion de la banque et de l’industrie. On a opposé à cette constatation qu’elle brisait avec la thèse marxiste de la production. Non ! La fusion des deux formes du capital n’est pas l’hégémonie de la banque.

117La crise vient de la contradiction entre la surproduction et l’impossibilité pour la consommation de suivre la production. C’est plutôt l’impossibilité pour le capitalisme de dresser un plan de la production en rapport avec la consommation. C’est l’anarchie générale de la production capitaliste. C’est un fait inéluctable. Et il n’y a pas seulement disproportion entre la production et la consommation ; mais c’est la même difficulté pour la main-d’œuvre.

118Nep et communisme de guerre. Pourquoi avons-nous fait la Nep ? Parce que nous avons une petite production dispersée. De même nous payons un salaire, ce qui est irrationnel, mais imposé par la petite production dispersée, surtout agricole. Il faudra intégrer les petits producteurs dans la production générale. Ce sera long. Quelques dizaines d’années. Même en Amérique, il y a les fermiers. Il faut traiter avec eux, avoir avec eux des relations de marché, c’est-à-dire d’argent. Quant au communisme de guerre, pas de formules arrêtées. Que se passera-t-il dans les autres pays ayant fait leur révolution ? Subiront-ils des interventions étrangères ? Nous, nous avons fait bien des bêtises avec le communisme de guerre. Pour les autres pays, ils profiteront de notre expérience. Laissons ici les mains libres. La social-démocratie est tombée de Marx à Mac Donald : dégénérescence ! Votons notre programme dès ce congrès. Il ne réalisera pas notre idéal à 100 % mais il sera un bon guide, un bon conseiller dans la lutte formidable où nous sommes engagés.

119Glovatski, Domitschev (commandant la 1re division), Savcan (chef politique), Renaldi (Italien), Rosen (correspondant du journal).

120Le voyage en Ukraine. Le PCF est le parrain de la 1re division de cavalerie. Pascal lui a remis un drapeau, symbole de notre union. Nous venons, non comme Poincaré préparer la guerre, mais renforcer les liens entre les prolétaires. Cosaques = propriétaires guerriers. L’état de guerre était permanent. Au sabre, il fendent un homme en deux. À la réunion des soldats, il était impossible d’arrêter les hurrahs ! Le meeting devant 2 000 cavaliers à cheval ! Après au meeting de Proskourov, toute la ville !

Vendredi 10 août 1928

121Aux États-Unis : 12 millions de nègres. 50 nègres dans le PC A. Deux millions d’ouvriers industriels, un demi-million d’ouvriers agricoles, six millions de paysans pauvres et un million de domestiques. Il n’y a pas de syndicats révolutionnaires nègres. Le chauvinisme blanc existe dans les rangs du PC A. En ces dernières années, 19 résolutions et documents ont été envoyés par l’IC au parti communiste américain sur les nègres. Pas une n’a été portée à la connaissance du parti.

122En Afrique du Sud : 2 000 membres du PC.

123Aux Indes : grand développement de l’industrie sidérurgique sous le contrôle de l’industrie britannique. C’est pour la prochaine guerre à laquelle il se prépare fièvreusement aux Indes en inculquant à la population paysanne un esprit guerrier. Les transports par chemins de fer occupent des centaines de mille de cheminots. Le textile, des millions d’ouvriers (coton, jute, laine). La vieille artisanerie est en déroute. Journée de travail, dix heures et douze heures. Grèves nombreuses, répression sanglante, lock-out.

  • 33 Georges Tchitcherine (1872-1936). Commissaire du peuple aux Affaires étrangères, il domine la diplo (...)

124Conversation avec Julius. Il faut relire le IIIe Congrès de l’IC. C’était au temps où Lénine luttait contre la gauche allemande. Il rappela que lorsqu’il arriva à Leningrad, il causa avec les soldats et les ouvriers sur le mot d’ordre : « il faut transformer la guerre impérialiste en guerre civile ». Il trouva de la résistance. Le gouvernement de Kerenski apparaissait aux travailleurs comme un gouvernement démocratique, libéral et l’Empire allemand comme ennemi. Alors, il réfléchit et dit : « Oui, défense du pays, mais raisonnable ! » De même après le putsch de juillet, il fit une autocritique sévère. Et il ajouta au IIIe Congrès : « Il faut toujours avant tout être près des masses. Conserver son idéologie si supérieure à celle des sociaux-démocrates. Conserver ses cadres, solides et sûrs. Mais savoir faire retraite quand c’est nécessaire ». On trouve des échos de cette conversation qui ne fut pas sténographiée (si ce n’est par Sémard et Kouribili) dans le discours de clôture de Zinoviev qui rappela à sa manière diffuse et molle l’idée de Lénine. Julius en conclut : « Aujourd’hui aussi il faut aller aux masses. Or les masses sont avec les sociaux-démocrates. Il faut réaliser en vérité le Front unique à la base. Mais pour le réaliser, il faut toute une tactique forte, souple, habile ». Michalsky dans les couloirs du congrès : « Tchitchérine33 est malade. Il ne reçoit presque personne. Il vous a inscrit sur la liste des quatre ou cinq personnes qu’il veut voir avant son départ pour l’Allemagne où il va se soigner ».

125Les jeunes : en Russie 2 030 000. Allemagne : 20 000. France : 10 500. Angleterre : 1 500. Suède : 14 000. Tchécoslovaquie : 12 000. Étas-Unis : 2 400. Grèce : 2 000. Autriche : 1 300. Norvège : 3 000. Dans les pays d’illégalité : 55 000.

  • 34 Youri Piatakov (1890-1937). Étudiant à Saint-Petersbourg, il est d’abord anarchiste avant de rejoin (...)

126Au congrès, l’Hindou Louhari discute sur le Programme avec une grande précision. À la délégation hongroise, Julius – B. Kun (Bela Kun proposa il y a trois ans, que la Russie serait à la Société des Nations dans trois ans). Piat34 a dit lorsqu’il a été arrêté : « si les Autrichiens savaient comme il est bête, ils le laisseraient tranquille, il desservirait le communisme ».

127La partie de la Mongolie qui est liée à l’Union soviétique a 750 000 habitants. Pas de chemins ; on va en avion. Habitants très primitifs. Pasteurs. Seul commerce : bétail, peaux. Une seule ville. Ils n’ont aucune hygiène, boivent du lait de jument jusqu’à se griser, font leurs ordures au milieu de la rue. À table, on fait cuire un mouton et on se le partage avec les doigts sans pain.

128À 9 h, réunion de la délégation française. Discours de Sémard. R.J. et M. sortent outrés. Remise de la discussion à demain. Le grand sacrificateur a gravi les marches du temple ; il a flétri les réprouvés et indiqué les victimes expiatoires. L’opinion générale était qu’il était mal qualifié pour pareille opération. (On paye 1,15 rouble le poud de blé aux paysans).

Samedi 11 août 1928

129On demande au moujik : « pourquoi ne fumes-tu pas la terre ? » Réponse : « je ne mangerais pas du pain qui serait fait par de la pourriture ». « Pourquoi ne coupes-tu pas ta barbe ? »« Parce que le bon dieu a donné la barbe à l’homme et qu’il faut respecter l’œuvre de dieu ! » En Ukraine où il n’y a pas de bois, le paysan se chauffe avec son fumier. Des pancartes : « mets ton fumier non dans ton poêle, mais dans la terre ! » Des moujiks auxquels on envoyait des machines les refusent. Remèdes : 1 °) l’armée ; 2°) l’exemple des propriétés collectives ; 3°) une lutte en faveur des paysans pauvres, encore dominés par le koulak, souvent maître du village par sa fortune, sa culture, son intelligence.

  • 35 Ludwig Kugelmann (1828-1902). Il entre en apprentissage, puis travaille comme employé de commerce à (...)

130Boukharine parle sur les articles 3 et 4 du projet de Programme : le but final du communisme. La période transitoire du capitalisme au socialisme est la dictature du prolétariat. La catégorie du capital, du profit, de la valeur du travail social sont des catégories historiques, catégories spécifiques. Elles existent comme expression d’une réalité économique spécifique. Lorsque l’économie bourgeoise parle de profits dans la société socialiste c’est absurde. Lorsqu’elle établit le capitalisme comme étemel, c’est absurde. Dans le développement du marxisme, cette recherche des caractères historiques fut un procès long. Nous avons parlé du travail dans la société communiste. On nous le reproche. Arbeit et Werk sont des mots diffusés par l’économie politique ; le mot travail ne signifie ni A. ni W. Il faut trouver un troisième mot. C’est de la philosophie. C’est un problème imaginaire. Le travail existe ailleurs que dans une société de classe. Qu’a dit Marx ? Il a défini les caractères spécifiques ; mais ce fut long. Il y a différence entre travail et force de travail d’après Ricardo, le problème de la création de la plus-value. Marx n’est pas venu du premier coup à la différence. Il n’en a parlé que dans la Misère de la Philosophie. Mais dans Le Capital. Qu’y a-t-il de spécifique pour le capital ? C’est une catégorie historique que le travail salarié. Il y a dans le quatrième livre, un chapitre sur le travail, sur la confection du travail, prémisse de toute société. Dans un des premiers chapitres du Capital, Marx fait une analyse du travail dans chaque forme de société. La société communiste aura un plan, c’est-à-dire où la quantité totale de travail social est divisée entre toutes les formes de production. Cf. la lettre de Marx à Kugelmann35. Toute nation dans quelque situation que ce soit ne pourra vivre si pendant deux jours le travail s’arrêtait (qu’est-ce qu’il prend ? Romanetchko ?). Il y a encore le camarade Tékink qui critique notre projet. Pour la société future nous sommes à même de dire peu de chose. Mais reportons-nous au premier livre de Marx. La marchandise fétiche, chapitre où Marx considère les rapports qui ont leur expression entre les choses. Le communisme ne sera pas une société comme la nôtre. Nous savons que ce qui n’est pas clair dans la société capitaliste sera clair dans la société communiste.

131Lominadzé est monotone. Il répète les mêmes arguments sur des questions secondaires. Le socialisme est la première étape du communisme, antipode du capitalisme ; le communisme est à l’état d’embryon dans le socialisme. Lominadzé nous critique parce que nous disons il y aura droit à la propriété privée des moyens de consommation. Il dit Marx et Lénine ne parlent pas ainsi. C’est transférer le socialisme dans le communisme.

132Nationalisation du sol. Nous sommes pour. Est-ce une revendication transitoire ? Oui. Mais il y a différentes mesures. Est-ce que de grands pays seront à même immédiatement de réaliser à 100 % la nationalisation de tout le sol ? Ou bien y aura-t-il un procès ? Oui, il y aura procès. Marx dit : « Dans la première période nous ne liquiderons pas la propriété privée. Il y aura hérédité ». Marx a été toujours très prudent. Lénine au IIe Congrès a dit : « Il serait absurde de supprimer la propriété privée du petit paysan ». Il y a différence entre les pays. On ne peut confondre notre paysan moyen avec le paysan moyen français. Ce sont des catégories sociales différentes. Il faut neutraliser ces catégories et être prudent. Il faut prendre les mesures qui réaliseront la nationalisation du sol de manière à ce que ce soit acceptable par le paysan moyen. Nous posons la nationalisation du sol comme un processus. Il faut laisser le propriétaire faire de sa propriété ce qu’il veut. Si nous interdisons le droit d’acheter et de vendre, nous détruisons la propriété. Notre formule nous met en main des arguments importants. Nous disons : « par la révolution tu as reçu de la terre, mais tu sais que les spéculateurs vont concentrer de grandes zones dans leurs mains ». La peur que le paysan peut reperdre sa terre par la spéculation, l’achat et la vente pourra être utilisée. Le paysan moyen recevra quelque chose de la révolution. Cette terre ne pourra tomber dans la main du spéculateur, c’est parce que nous disons, tu ne pourras vendre ni acheter. En fait nous nationaliserons presque tout le sol en une seule fois sans cris.

133R.J. : Nous sommes d’accord : au point de vue des formules, il peut y avoir des contradictions. Mais c’est cela que nous désirons. Nous ne travaillons pas pour des logiciens. Ce qui sera plus tard, ce sera : le paysan verra qu’il a l’usufruit d’une partie de la propriété foncière. Et dans plusieurs pays nous verrons à fixer cela juridiquement. Nous n’allons pas nationaliser tout de suite. L’achat et la vente. Nous aurions pu nationaliser le sol tout de suite ; cela dépend des circonstances. Lorsque le prolétariat est fort, nous dit-on, vous reculez. Oui ! Mais ce n’est pas une classe qui décide, il y a aussi la paysannerie ; si elle s’acharne contre le prolétariat, même si le prolétariat est fort, il y aura conflit avec la paysannerie moyenne. Il faut comprendre cela. Les grandes propriétés nous les divisons. Pourquoi ? Non parce que nous sommes contre la grande entreprise, mais pour des raisons tactiques. Ce ne sont que des tactiques pour conquérir la paysannerie et pour rendre la dictature possible. Ce n’est pas du révisionisme. Il faut gagner la paysannerie. C’est l’a-b-c de la révolution. Nous ne nationaliserons pas tout. Nous interdisons de vendre et d’acheter. Nous interdisons le métayage, le fermage. Nous avons collectivisé tout, ici, mais pas dans les villages. R.J. mèle la nationalisation de la terre avec le procès de la production de la terre. La nationalisation de la terre n’est pas la collectivisation de la production agricole. Je suis prêt à changer des formules, mais sur le fond je reste fixe. Je confisque les grandes propriétés, mais non les petites. Il faut souligner la différence. C’est la tactique. Le paysan aura plus de terre qu’avant ; nous interdisons qu’elle tombe dans la main des spéculateurs. Il ne faut pas mettre en question la dictature, mais R.J. a raison de dire que nous avons formulé un peu trop à la russe. On ne peut pas formuler tout à la russe. Il y aura des modifications dans chaque pays. Il y aura des droits électoraux égaux. On peut changer la formulation comme le demande R.J.

134La révolution démocratique. Soit la Révolution française. C’est l’exemple classique de la révolution bourgeoise : girondins, libéraux. Petite bourgeoisie, Montagne. Prolétaires. La dictature de Robespierre contre les girondins d’ailleurs, c’était la petite bourgeoisie. Les relations de classe y étaient compliquées. Il fallait liquider le féodalisme. On pouvait le faire en faisant révolter les prolétaires. Mais on a reculé. On a lutté contre la petite bourgeoisie. La petite bourgeoisie a été une force destructive conséquente pour détruire le féodalisme ; mais elle ne pouvait créer un nouvel ordre. D’où la débâcle des montagnards. Alors ils ont rempli leur mission. Détruire le féodalisme. Puis ils furent impuissants à reconstruire. La force motrice était petite bourgeoise. De même, ici, en 1905, les cadets allèrent dans la contre-révolution, de même en 1917. En 1905, c’était une révolution démocratique ; le contenu social de la révolution et la force motrice étaient différents. C’est ici la même chose. On nous dit : le prolétariat doit aider des démocraties bourgeoises à abattre le féodalisme. En Amérique du Sud, est-ce qu’une révolution bourgeoise démocratique peut avoir lieu contre les propriétaires fonciers ? Oui ; En Europe, la Bulgarie ; nous avons fait le bloc avec l’aile gauche du parti agrarien, c’est-à-dire nous avons fait la dictature du prolétariat et de la paysannerie ; Yougoslavie, Roumanie. Pour la Pologne c’est plus élastique, il y aura la pratique et l’heure.

135Communisme de guerre – Nep. Je suis contre Varga dans cette question. Quoique je sois un bon ami pour lui. Je suis à droite de Varga. La révolution hongroise pouvait être victorieuse. Attitude de la classe ouvrière vis-à-vis de la paysannerie et petite bourgeoisie. Les paysans n’ont reçu aucun morceau de terre. On a nationalisé. Pour la petite bourgeoisie, on a décrété : peine de mort pour chaque petit commerçant. C’était le drapeau communiste. Dès lors, pas étonnant qu’ils soient tombés. Quelle leçon ? Il faut renoncer à une politique de cette sorte. Varga répond : les paysans sont des propriétaires, c’est de la musique hongroise ; elle n’est pas politique. Varga dit : la révolution hongroise était destinée à la destruction. C’est en relation avec ce qu’il dit sur le communisme de guerre. Si en même temps qu’on réquisitionne et qu’on ne donne pas la terre, c’est fini. Le communisme de guerre ne sera pas une répétition de la Hongrie ou de la Russie. Nous avons commis des fautes : il y aura ailleurs une autre Nep, un autre communisme de guerre. Cette forme est probable dans telle et telle condition. Cela suffit. Y aura-t-il partout communisme de guerre ? Nous n’en savons rien.

136Nep (Nep = commerce libre). Pour passer à l’échange de production il faut un échange de marché entre la ville et la campagne. Le IIIe Congrès en 1921. Il y avait moins d’un an que la Nep était appliquée en Russie. Il faut des revendications partielles dans tous les programmes, dit Lénine. Mais il y a le problème de l’extension de la Nep, celui de la quantité et qualité. Peut-on dire que pendant le socialisme ce sera la même chose ailleurs qu’ici ? Non. Le point de départ pour le socialisme : il y a un capitalisme français, un capitalisme américain, russe. C’est parce qu’on peut comprendre que notre point de départ étant différent, le procès est différent. L’extension des conditions du marché est différente, est-ce-que du même coup les conditions de classe seront différentes ? Oui. Le plan coopératif sera différent en France et en Angleterre. Y aura-t-il municipalisme ou coopération ou autre chose ? Oui. Il y aura d’autres moyens de lier la ville à la campagne. La technique changera, celle des transports, celle des formes de production aussi ; les choses se passeront autrement que chez nous. Lominadzé a été éclectique. Beaucoup de problèmes sont liés aux conditions du marché. Il faut se mouvoir dans le cadre des conditions du marché, c’est-à-dire on va à la Nep. En un jour on ne peut changer les conditions du marché. La tâche principale du prolétariat c’est le problème d’organisation entre le prolétariat et les paysans. C’est un problème technique, il faut établir les relations sociales. Lom. dit : « Plus nous visons, plus nous aurons de difficultés ». Je n’en sais rien. Il peut exister une période où le secteur capitaliste et le nôtre grandissent ensemble, ou presque aussi rapidement. Il peut y en avoir une autre où la bourgeoisie peut entraîner la petite bourgeoisie et la petite paysannerie. Nous pouvons aussi faire des fautes. Mais plus nous allons de l’avant, plus nous aurons les petits paysans et les petits producteurs. Nous n’avons pas à les ruiner. Puis il y a l’hypothèse où nous croissons plus que le capitalisme. Dans l’ensemble, la diminution des antagonismes se fait jour pour nous.

1379 h, commission française. Losovsky : « Votre changement de direction n’a qu’une petite importance. Vous ne savez pas organiser. Il faut d’abord alerter votre PCF sur les grands événements actuels et lui demander qui il veut mettre à sa tête pour le conduire ». Racamond, Bernard, M.C., R.J.

Dimanche 12 août 1928

138Fêtes des Spartakiades. D’innombrables théories de gymnastes, hommes et femmes, en blanc, en vert, en noir, en bleu, orange ; musiques, les sexes mélés, tous au pas lourd des Russes, jambes nues, caleçon et maillot légers, allure magnifique. Les jeunes filles, rondes, petites, blondes, boulottes ; les femmes soldats avec leur fusil. Précédés d’un petit tambour, des enfants pionniers. Au défilé de la place Rouge, 13 000 gymnastes. Visite au marché aux puces ; il y a des occasions excellentes. C’est la liquidation de l’ancien régime qui continue. Les fourrures sont très chères. Une petite peau de loutre 2 000 F. Les plus petites 800 F et 1 000 F pour un col. Montres en or 1 000 F, 2 000 F ; tapis, dentelles, châles. Beaucoup de mercantiles ; ils parlent français. On vend et on achète. On gagne de l’argent. À 6 h, délégation française au Komintern. Les réponses aux protestations de la veille. L’Italien, Thorez, Barbé – discours algébriques ! On demande de passer à l’arithmétique.

Lundi 13 août 1928

  • 36 Albert Louis Leboucq dit Lebouc (1900-1950). Ouvrier métallurgiste, il milite au sein des organisat (...)
  • 37 Ernest Villatte, (1897-1965). Alors l’un des responsables communistes de la région parisienne, il e (...)

139Lebouc36, (rayon de puteaux) dit : je travaille chez Marcellin (Bauer), voiture, aviation. Patron intelligent, machinisme moderne. Il va à Lebouc : vous faites un général d’usine. Vous me critiquez. Bien ! Je ne vous chasse pas ni vous, ni les autres communistes. Je profite de vos critiques. J’améliore : ateliers propres, lavabos, salaires élevés. Je voudrais que vous gagniez 10 F l’heure, car vous seriez des consommateurs d’autos. Et puis l’ouvrier n’est pas une brute ! Nous sommes beaucoup de patrons à la chambre syndicale décidés à faire tout le possible pour améliorer le sort ouvrier dans le dessein de pousser l’industrie. C’est là ce qui permet à Lebouc de dire : ce que répète le PC sur la rationalistion n’est pas juste. On nous rabâche « amnistie », à l’ouvrier « la guerre prochaine », etc. Il est fatigué ; il ne sort plus ; il quitte la cellule où il ne peut parler. C’est parce qu’il a battu Villatte37. L’ouvrier aime le cran et V.C. lui plaît. 9 h du soir, commission française.

Mardi 14 août 1928

140Des délégués du Donetz, des ouvriers métallurgistes et mineurs du Sud de l’URSS. Nous luttons pour établir la socialisme et la culture. Nous savons vos difficultés. Restez les défenseurs de l’URSS. Aidez-nous dans le cas d’une guerre.

141Un vieil ouvrier : « Jamais je n’ai parlé, j’ai pris le fusil pour la révolution ; faites comme moi » Un autre offre un encrier fait par son usine. Mine de sel. Nous ne voulons pas la guerre, mais s’ils veulent nous attaquer, nous nous défendrons, nous produisons des produits chimiques pour cet objet. Dites-le à vos bourgeois.

142Les ouvriers du bâtiment : nous savons vos difficultés et vos tâches. Le capitalisme veut nous tuer. Nous ferons le Front unique avec les travailleurs du monde entier. Venez voir notre œuvre de construction positive.

143Les cheminots : nous espérons bientôt voir votre libération. Détruisez l’appareil de votre capitalisme. Nous vous avons ouvert le sémaphore pour que la révolution mondiale passe !

144Un Bessarabien. La Bessarabie a été occupée par la bourgeoisie. Les ouvriers et paysans bessarabiens ont besoin de l’aide du prolétariat international. Nous sommes avec vous. Tom Bell répond.

145Ouvrières anglaises contre la guerre. Nous avons été envoyées ici pour une tâche spéciale, pour étudier les conditions du désarmement russe ; ce sont des ouvriers de la base qui nous ont envoyé pour déclarer que nous ne voulons pas la guerre contre la Russie. Vous êtes l’Armée rouge du monde entier. Nous sommes bien touchées par ce que nous avons vu en Russie. Comme bonnes camarades, nous travaillerons pour faire la même chose chez nous. On me demande de répondre. J’envoie Sémard.

  • 38 Otto Bauer (1881-1938). Après des études de droit et d’économie à Vienne, il devient en 1904 un col (...)

146Boukharine. – Abramovitch a publié sur mon intervention ici deux articles. « Le communisme et la scission ouvrière », « Le communisme et la guerre ». Otto Bauer38 aussi dans le Peuple de Bruxelles dit : « Si le congrès de Moscou divise la classe ouvrière, le Congrès de Bruxelles appelle les ouvriers à la paix, l’union ». Nous sommes la scission de la guerre. Il faut répondre. Qui représente l’amitié du prolétariat ? Qui exclut les communistes des syndicats ? Les socialistes sont liés avec les capitalistes et ils scissionnent de plus en plus les syndicats. Qui a scissionné le comité anglo-russe, qui s’oppose à l’unité syndicale ? Pourquoi cette scission syndicale ? Au nom de quelle classe ? Dans un grand journal technique bourgeois allemand on analyse notre programme, tout au long, en plusieurs pages. Les réactionnaires allemands voient le plus grand danger dans le syndicalisme révolutionnaire. Et ils demandent aux réformistes d’exclure les communistes des syndicats. Le seul scissionniste, c’est le socialiste. L’unité du prolétariat des métropoles et des pays coloniaux, là encore le socialiste est scissionniste. La résolution coloniale de Bruxelles est celle les impérialistes. La IIe Internationale a accepté le Komintang, c’est la scission avec les prolétaires coloniaux et les prolétaires privilégiés. Dans le problème de la guerre, répondons aux accusations provocatrices que nous sommes guerriers. Voilà ce que disent les menchevistes. Abramovitch du Courrier socialiste. J’ai lu Buchanan et ses mémoires. Il a parlé de la social-démocratie. Il parle des menchevistes russes. Tseretelli et moi et Henderson, et A. Thomas. Buchanan dit : nous sommes maintenant tous camarades à Thomas, Henderson, Vandervelde qui mangeaient chez Buchanan en mai 1917 à Petrograd. C’était pendant la guerre. Et maintenant ? C’est la même chose. C’est plus honteux en ce qui concerne la guerre. Kautsky, Tseretelli réclament la guerre contre la Russie. Aujourd’hui c’est pire qu’en 1917. Et ces gens se permettent de dire qu’il luttent contre la guerre et que nous préparons la guerre. Çà dépasse les limites du possible et de l’impossible. Où voient-ils la provocation de guerre chez nous ? Parce que nous disons la vérité aux prolétaires. Leur impertinence ! Abramovitch ironise dans son Courrier socialiste : « Les bolcheviks croient que les bourgeois les laisseront. Mais le monde capitaliste danse bien tranquillement malgré les extravagances de l’URSS ». Nous disons les bourgeois préparent la guerre. Ils ne dansent pas, ils veillent, ils préparent la guerre. Et c’est nous qui provoquons la guerre ! Parce que nous affirmons la nécessité historique des guerres dans le temps de l’impérialisme. Notre programme est le programme de la lutte contre la guerre et de l’unité de classe du prolétariat. C’est parce que nous sommes contre la bourgeoisie et ses alliés socialistes. Je parlerai des problèmes les plus importants de la condition du progrès. L’introduction est nécessaire pour montrer que nous sommes les seuls héritiers de Marx et Engels. Qu’est-ce que le marxisme ? Deux choses : ensemble de toutes les idées concrètes de Marx, ses écrits ; c’est une méthodologie révolutionnaire, une philosophie mondiale, un instrument de pensée et d’analyse ; avec cet instrument nous pouvons analyser les faits. Mais l’impérialisme n’existait pas toujours. Il a posé de nouveaux problèmes. Puis nous avons analysé de nouveaux faits du point de vue marxiste. Nous avons enrichi et développé le marxisme. Le bolchevisme, disent les opposants, est asiatique, bakouniniste. C’est faux. Nous sommes les marxistes les plus orthodoxes du monde avec Lénine. Le léninisme a analysé les faits nouveaux : impérialisme, période transitoire, État soviétique. C’est plus concret qu’au temps de Marx.

147Capital financier. Il signifie l’unification du capital, actuellement séparé : capital industriel – commercial – banquiers ; tout cela est dirigé par l’aristocratie financière qui lie dans une union personnelle le capital de l’industrie et les banquiers. Les capitalismes se pénètrent. C’est Hilferding. Les industriels deviennent banquiers. Groupe Morgan et Rockfeller. Ce qui lie les financiers et l’industrie, c’est le crédit. Il ne suffit pas de prendre les banques pour avoir l’industrie, mais si nous brisons les liens du crédit ! Il faudra aussi nationaliser l’industrie. Le capital financier n’est pas seulement celui des banques.

148Amérique et Allemagne. L’Amérique a fixé ses capitaux en Allemagne. La limite historique du trust c’est un trust immense qui unit toutes les économies nationales. C’est abstrait. Mais les guerres sont sur la route de ce trust unique et la possibilité de réduire à néant la civilisation. Une guerre amène une révolution. Ce que ne voit pas Hilferding aujourd’hui. Les socialistes pensent que plus le trust sera fort plus il fera de concessions à la classe ouvrière. Mais les antagonismes de classe dans le trust deviendrons si forts que le capitalisme sera tué. C’est ce que disait autrefois Hilferding. Hilferding a trahi son propre livre. L’ultra-impérialisme et la Société des Nations c’est la même thèse. L’impérialisme est la dernière phase du capitalisme. Les forces productives se développent rapidement. La science est liée à la technique. Cela signifie l’épanouissement du capitalisme mais aussi toutes les contradictions poussées au maximum. Ce n’est pas parce que le capitalisme décline. Le côté parasitaire du capitalisme devient plus grand et il produit une aggravation de la lutte des classes.

149La base sociale du réformisme. Analyse du fascisme. Relation entre le fascisme et la social-démocratie. Avant et après la guerre nous avons parlé de la question de la base du réformisme en liaison avec les profits colonialistes. Il faut distinguer deux racines sociales du réformisme. L’une est dans le passé de la société capitaliste ; une autre, c’est dans les traits spécifiques du capitalisme. Autrefois, nous avons signalé des traits petits bourgeois dans le révisionnisme bavarois, c’était une base petite bourgeoise, artisane, paysanne. Il y a un procès des éléments petits bourgeois vers le prolétariat ; et c’est à la racine petite bourgeoise que s’adresse le socialisme. L’afflux des paysans et petits bourgeois prolétarisés dans la classe ouvrière entrainait l’idéologie petite bourgeoise. C’est là une base du passé de la société capitaliste. Dans le développement moderne il y a l’impérialisme. On parle du surprofit colonial. Mais l’Autriche, ni la Suisse, la Suède n’ont pas de colonies et c’est en Suède que les salaires sont les plus hauts. On ne doit pas seulement parler du surprofit colonial réalisé par les seules métropoles. Les capitalistes qui ont dans leurs entreprises une technique meilleure, une production plus grande ont un profit plus grand puisque le prix est fixé par la production moyenne, profit différencié. Çà se voit dans le cadre de l’économie mondiale comme nationale. Le pays plus riche exploite le pays plus pauvre, même lorsqu’il n’y a pas colonies. La bourgeoisie d’un pays développé s’enrichit par l’exportation de ses capitaux plus ou moins dans tous les pays. L’Autriche nous a vendu des marchandises et nous ne sommes pas une colonie. Les usines de chocolat suisses peuvent obtenir des surprofits ; d’où différentes conditions de production et surprofit au profit même des pays qui n’ont pas de colonies. C’est l’accumulation. On peut mieux traiter ses ouvriers, couche aristocratique ouvrière. Lorsqu’une bourgeoisie peut donner plus de salaires, cette bourgeoisie crée la possibilité de qualification ouvrière supérieure, d’apprentissage. La structure physiologique du travailleur s’améliore. Des couches supérieures ouvrières, mais voisines des ingénieurs. Sur la base des surprofits nait la possibilité pour des couches d’ouvriers corrompus, générale. On parle de classe ouvrière française, allemande, anglaise. Mais si nous voulons parler du prolétariat général, comparons un ouvrier américain avec un coolie chinois, avec un anamite. Il y a aussi des millions de prolétaires dans les colonies. Si on analyse le capitalisme dans le concrêt, il faut analyser l’ensemble du prolétariat mondial. C’est alors que nous tirerons des conclusions justes. Pourquoi la classe ouvrière anglaise était-elle autrefois la plus conservatrice ? Parce que les surprofits anglais étaient énormes. Le développement actuel des choses nous montre d’autres surprofits d’une nature différente. L’Angleterre décline, donc déclinement de l’idéologie conservatrice, donc croissance du communisme. La grève des mineurs. Çà ne va pas tellement vite, mais ça va ! Aux État-Unis, position exceptionnelle, position monopoliste dans le cadre de l’économie mondiale. Ce n’est pas comme en Grande-Bretagne, elle n’a pas de colonies. Mais par l’exportation des capitaux, par la technique, l’Amérique tire ses surprofits. Ce n’est pas le brigandage direct des colonies comme en Angleterre. Et ces surprofits expliquent que la classe ouvrière américaine est conservatrice. L’Allemagne n’a pas de colonies, mais techniquement elle bât les records. Grâce aux crédits américains, elle monte, son industrie grandit, c’est ce qui agrandit la base de la social-démocratie ; une classe ouvrière aristocratique qui a un niveau moyen de vie supérieur. Mais dans chaque pays, couches diverses. En Amérique couche aristocratique ouvrière conservatrice, la plus conservatrice du monde. Les racines petites bourgeoises du réformisme furent brisées par l’aggravation de la lutte des classes ; mais les plus résistantes ce sont les racines soc. impérialistes dans la classe ouvrière. Elles seront détruites dans le processus des grandes guerres. Le déclin de l’Angleterre est là. Après la guerre nous voyons l’ampleur de ce processus. Le capitalisme n’est pas abstrait : il peut corrompre des prolétariats entiers. Le processus est lent et tragique de la radicalisation ouvrière. L’aggravation des luttes de classe tuera l’idéologie social-démocrate. Il ne faut pas être fataliste. Il faut voir cela avec la perspective de la guerre proche ; alors on peut forcer ce processus. Donc : restes de l’idéologie bourgeoise, combinaisons variées de l’impérialisme qui utilise les paysans, les ouvriers.

150Fascisme. On dit : le fascisme existe partout. La réaction, l’antiparlementarisme, toutes ces tendances vers l’attaque antiprolétariat = fascisme. D’autres disent, le fascisme est spécial à l’Italie. Il n’y en aura pas dans les pays développés. D’autres : c’est spécifique pour les pays arriérés. A la vérité : les soi-disantes réactions antiparlementaires. Le parlement a fini son temps, le capitalisme se développe, il veut éliminer les faux frais du gouvernement ; le système des armées de classes, milices et la forme fasciste de l’agression contre les ouvriers ; il organise les petites bourgeoisies. En Pologne, en Italie, c’est la petite bourgeoisie, quelques ouvriers. De larges masses y ont pris part. Quand il n’y a pas de stabilité, petite bourgeoisie désespérée ; c’est la base du fascisme, non seulement dans les pays arriérés. Le fascisme naît de l’instabilité financière. Il peut naître en Amérique, en Angleterre. Il y a déjà là des embryons parce que le capitalisme y est frappé. Avec le développement de la crise du capitalisme, viendra le fascisme. Nous avons toutes les formes transitoires du fascisme, son embryon ; il se développera en fascisme sous certaines conditions. Le tableau général est divers, compliqué, mais la ligne de développement est claire.

151Relation entre socialisme et fascisme. La tendance de la social-démocratie au fascisme est claire ; elle est une tendance ; mais il y aura encore du temps ; on ne peut donc parler de social-fascisme. Buts finaux : trois problèmes. Le travail dans la société communiste : on nous a dit dans le communisme le travail comme tel disparaît, c’est l’auto-activité. On peut trouver cela dans les premiers écrits de Marx. Le salaire est une catégorie historique, mais le travail est utile. Quand nous parlons de la mort de l’État, nous disons que les formes juridiques disparaissent elles aussi.

152Nationalisation du sol. On a critiqué notre formulation. R. Jean a mené la question. Vous vous contredites dit R.J. Oui, je réponds, je me contredis volontiers. Dans le fait, j’introduis la vente et l’achat et je propose la nationalisation par étapes. Pourquoi ce compromis ? Parce que nous avons pensé que le mot d’ordre de la nationalisation du sol immédiat éloignerait de nous les paysans. Est-ce que c’est de l’opportunisme ? Non. Cf. Marx, Lénine. Pour avoir des chances de victoire, le prolétariat doit être à même de donner au paysan directement la possibilité de faire ce que la bourgeoisie française a fait du paysan français. Il faut que la révolution prolétarienne donne quelque chose immédiatement au paysan. C’est du léninisme à 100 %. On ne peut pas dès le début de la révolution penser qu’on va apporter quelque chose au paysan parce qu’il améliorera sa condition. L’appareil économique doit continuer de fonctionner. Il faut dire au paysan : il faut que tu obtiennes quelque chose, la terre en usufruit. La terre restera à toi. Elle ne passera pas dans la main des autres. N’importe quel spéculateur ne pourra acheter ta terre. Le paysan verra tout de suite le côté positif du régime.

153Trois types de révolution. La Révolution française. Les montagnards, c’était la dictature petite bourgeoisie contre le féodalisme, ouvrait la porte à la capitalisation. Le bloc ouvrier et paysan contre le féodalisme et la grande bourgeoisie. C’est la révolution démocratique. Il y a des révolutions démocratiques qui sont une étape vers la dictature du prolétariat. Il y a des pays où la révolution prolétarienne a des restes de tâche démocratique. Il y en a d’autres où la révolution prolétarienne aura un caractère spécifique, des tâches démocratiques à remplir en passant. Alfonsi m’accuse de menchevisme mais c’est la section russe toute entière et puis il critique un passage de Lénine. C’est un peu trop. Nous pouvons aller avec la bourgeoisie nationale. Dans l’Inde, cette période est finie, mais ailleurs il peut en être autrement. Donc je ne suis pas le mauvais génie du Komintern.

154Communisme de guerre. Nep. Varga n’a pas compris la profondeur des fautes du parti hongrois. Ils n’ont rien donné aux paysans ni à la petite bourgeoisie des villes. On a dit : les petits commerçants sont condamnés à mort. Après cela on se demande comment ils ont pu durer si longtemps. Ils nationaliseront les coiffeurs. Il s’est fait laver la tête. La révolution hongroise tomba à cause de la rébellion des paysans et des petits commerçants et parce qu’elle n’avait pas l’armée ; les paysans roumains auraient été avec vous si vous aviez eu une politique juste pour les paysans. Ici, notre victoire fut dans la dissolution des armées ennemies. Dans la guerre future ce sera la même chose. C’est le contraire que les Hongrois ont fait. On n’aura pas le communisme de guerre ni la Nep ailleurs, sous les mêmes aspects qu’en Russie. Bela Kun proteste. Boukharine répond : tu n’as pas le monopole des bêtises. On pourra peut-être ailleurs se passer de la Nep, du marché, et passer tout de suite à l’échange des produits. En Allemagne, la révolution se fera autrement qu’en Russie. Il y aura donc des Nep différentes ou pas de Nep ; l’argent, le marché, combien de temps faudra-t-il pour anéantir le marché ? Nous n’en savons rien.

155À 5 h, Kuusinen. Colonies. Peluso : dans le PCR une droite Rykov, un centre B., gauche St. B. reste le seul doctrinaire solide de bon sens pratique. St. ne veut pas vieillir. Il s’entoure de jeunes. L. qui sortent de l’académie communiste et n’ont pas digéré le Marx ; pas mal de démagogie. On met toutes les charges sur les épaules de B. qui vite va être écrasé de travail.

156En Colombie. Deux délégués ici, un directeur, un avocat. Le directeur est un fils de famille bourgeoise, souvent emprisonné, fils unique dont la mère se demande ce qui menace ce révolutionnaire qu’elle aime bien.

157Manou. – Dites à J. qu’il doit modifier son caractère et rentrer dans la bataille. Il est appelé à jouer un rôle énorme, mais il est trop autoritaire. En face des événements énormes qui nous attendent, nous sommes très peu nombreux. Même en Russie, le personnel est restreint. Il faut aller à gauche mais il ne faut pas rompre avec la masse. Qnand vous serez fatigués, nous vous offrirons une villa ici. J’irai à l’étranger (AM) et serai en contact avec vous. Il faut que Barbé et Thorez restent ici, car il n’y a plus personne que H.D. qui a une grande valeur et n’est nullement un intriguant. Il faut que J. se réconcilie avec lui. Il a couru venant de la délégation allemande des bruits absurdes dans les couloirs de ce congrès. Il faut que nous ayons les uns envers les autres une grande cordialité. Il faut soutenir Sémard. Dites mes amitiés à L.S. Il a joué le rôle le plus utile après le départ de F. Il a sauvé la situation. On lui a dit sois secrétaire. Puis ne le sois plus. Il n’a jamais refusé son concours et il avait la bonne humeur, la discipline, le dévouement. Pour vous, on a besoin plus que jamais de vous. Nous avons donné la direction à la gauche tchécoslovaque. C’est elle qui a abouti à la Journée rouge. Aussi ne pouvons-nous pas abandonner Zuporeski. Une américaine amie d’Ingerman ! Elle connait Lilite par oui-dire.

Mercredi 15 août 1928

158A 1 h à la Pravda. Correspondants ouvriers. On se réunit dans la salle des correspondants ouvriers du journal. Oulianova lit un rapport détaillé. Un Polonais, un Allemand, un Anglais, deux Autrichiens, un Américain et moi nous répondons. Fin est présent. On se contente pour aujourd’hui de généralités. On tiendra une nouvelle réunion pour traiter les conditions pratiques des échanges de correspondants ouvriers.

  • 39 Ilya Vassiliev. Adjoint de Piatnitsky à la section des cadres et de l’organisation de PIC.

159Commission coloniale. Plénum. Les rapporteurs. A 9 h, commission française. Vassiliev39. Les jeunes Français ne connaissent pas Guesde. C’est un grand tort.

  • 40 Edgar Devernay (1896-1955). Adhérent du PC dès sa fondation, il est un rouage essentiel de l’organi (...)

160Commission française. Als.-Lorraine attaque J.D. Devemay40 – Pillot. Conversation avec Thorez, avec Blanc. (Je me charge de tout entre F. et Als.) rien de changé. R.J. d’accord – Bonnefous.

161Visite de Moscou avec R.J. ; presque au centre de la ville des jardins, de l’herbe dans les rues, un aspect provincial, des chèvres dans les cours spacieuses et des poules. Le commissariat des Chemins de fer et des Logements des cheminots. Pillot : Losovsky a fait un discours comme l’aurait fait M.C. C’est le pendant du mot de Barbé. Ce qui a été le plus étrange, c’est que ce soit M.C. qui défende ici J.D.

Jeudi 16 août 1928

162Les Chinois mangent du riz, de la kacha, du porc. Très peu mange du bœuf, à cause de leur boudhisme. Cuisine à la graisse. On travaille la terre dans le sud avec les vaches ; dans le nord avec les chevaux. Les Chinois rient toujours ; c’est le peuple le plus poli de la terre. Les hommes riches sont vêtus de soie, comme les femmes. Il en est qui comptent leurs fortunes en milliards de piastres. Il y a 800 000 ouvriers à Shanghaï dont 300 000 femmes. Dans les usines de soie ce sont exclusivement des femmes.

163Versé le prix d’articles à l’emprunt de 5 milliards. Le directeur du journal me dit de l’annoncer et de faire un papier sur l’emprunt à ce sujet. Non !

164Soukourline, Congrès de Bruxelles : « La dictature russe est établie sur des ruines. Elle en est réduite à s’efforcer de reculer le jour inévitable de la faillite définitive. Il faudra ou que la dictature dépose son bilan ou qu’elle prolonge la misère. Il faut à la Russie un régime de liberté et de justice ».

165Schabolonka 14 – Degeyter.

166Pillot : Losovsky, ou bien il ne connait rien du mouvement syndical, ou bien il se fout de nous. À 6 h, délégation française. Bernard. – Nos fautes sont venues d’une mauvaise analyse des faits économiques, d’où mauvaise tactique et dans la suite hésitation sur la répression et la tactique électorale. Nous nous sommes trompés car nous voulions faire voter pour la gauche socialiste. On s’est trompé sur la réddition volontaire. Pas moi. J’ai été en accord avec l’Internationale sur tout sauf sur la question électorale, au début. Le secrétaire général a varié sur les questions. Il s’occupe de détails et se préoccupe de questions pratiques. Il n’y a nulle part dans le parti volonté de lutter contre l’Internationale mais il y a incompréhension. Il faut un travail collectif du BP et du noyau. Il sera nécessaire que Doriot parle, il faudra aussi entrer en relation avec lui. Pour les hommes de l’appareil, il ne suffit pas de charger les hommes. Il faut, en donnant la vie à la base du parti, susciter des personnalités.

  • 41 Joseph Perrin né en 1898, est secrétaire de la région lyonnaise du parti communiste puis de la régi (...)
  • 42 Alexandre Delobelle (1887-1970). En 1919, il est signalé comme militant syndicaliste révolutionnair (...)
  • 43 Marcel Body, né en 1894. Ouvrier typographe, il est syndiqué à la Fédération du Livre CGT en 1907, (...)

167Perrin41. – Il y a amélioration dans la conjoncture économique, due à la stabilité politique et à la surexploitation des ouvriers. Cette amélioration n’est pas la fin de la crise, car les marchés intérieurs et extérieurs ne se développent pas. Or, on produit trop ; à l’intérieur vie chère, sous-consommation ; à l’extérieur, le capitalisme français ne trouvera pas de débouchés nouveaux, la concurrence est plus dure. Je réponds ainsi à Delobelle42. Il a dit : la situation s’améliore ; alors ses perspectives ne doivent pas être les nôtres. Il erre. La classe ouvrière se radicalise. Grèves qui deviennent politiques et révolutionnaires. Il faut préparer la résistance à la guerre, préparer l’illégalité, lutter contre la social-démocratie, contre sa gauche, pénétrer dans la grande industrie en faisant pénétrer dans les grandes usines des camarades. Il est plus facile de faire une petite cellule paysanne que de travailler dans les grandes usines. Il faut une bonne direction, un bon appareil, des vues communes. Renaud Jean peut servir de centre à une fraction de droite. Body43 s’est servi de lui. Perrin défend Fraisse. Nous avons pénétré dans les coopératives ; il nous faut conquérir les syndicats.

  • 44 Alfred Costes (1888-1959). Ajusteur mécanicien, il milite à la SFIO avant 1914. En 1918, il rejoint (...)

168Costes44. – Comment allons-nous redresser le PC sur la base des décisions du congrès et sur la bonne analyse des faits économiques et politiques ? Est-ce que je joue à la politique du doigt mouillé et que j’attends le coup. Il faut approfondir les problèmes économiques. Les outrances de la RP ont servi l’opportunisme. Coste attaque la gauche.

  • 45 Lebouc, pseudonyme de Albert Leboucq (1900-1950), cf. supra.

169Lebouc45. – Il y a des dangers de gauche, autant que de droite (cat). Je constate les pertes de notre PC, des syndicats, sans doute il y a le chômage et la répression, mais il y a d’autres causes. La RP exige le degré de radicalisation des masses. On disait : les ouvriers sont prêts à faire la révolution. Çà c’est grave. Non pas électoralement, mais au point de vue de l’organisation. Est-ce que tu peux déclencher une grève dans une grande boîte pendant la campagne électorale ? (Villatte). Il est inutile de répéter des mots d’ordre excessifs, des formules générales ; les ouvriers ne comprennent pas ; il ne faut pas être démagogues, il faut être clairs. Quelle est la situation des ouvriers français ? On dit elle s’aggrave. De 1927 à 1928 les ouvriers étaient dans une situation critique, mais depuis 1928 la situation s’est améliorée. Il y a une tendance à l’augmentation des salaires dans les grandes entreprises. Les ouvriers gagnaient 7 F 25 l’heure, puis, 25 centimes, puis 25 centimes supplémentaires ; augmentation sans pression ouvrière : de 5 F 25, les ouvriers montent à 6 F ; augmentation des pièces ; je peux citer de nombreux exemples. Dans la région parisienne, le patronat a tendance à accorder certaines réformes. On dit que c’est illusoire. Non. Jusqu’où le patronat ira-t-il ? Les camarades parlent de la radicalisation à cause des grèves ; mais il faut analyser les grèves. Il n’y a pas de chômage en France. Il y a prospérité industrielle. Et c’est la cause des grèves. Çà compte pour la radicalisation des masses. Nous assistons à une augmentation des salaires dans les grandes entreprises et à une stagnation dans les petites entreprises. C’est le développement technique des grandes entreprises qui compte. Voilà ce qui prouve la radicalisation des masses. Notre tactique se justifie tout de même car si le patron réussit à rationaliser, c’est en améliorant son outillage. 265 ailes de voiture à l’heure, au lieu de deux en un jour. Le patron nouveau genre disait : je suis prêt à accepter le contrôle de la CGT ; c’est parce qu’il faut lutter contre elle, car si la classe ouvrière obtient quelque chose, elle se coupera des masses. Il faut donc combattre la social-démocratie. L’axe de notre politique sera le danger de guerre, car la production créera la friction et l’URSS est la proie.

170La répression. La bourgeoisie a intérêt à se débarasser de nous, en se rapprochant de la social-démocratie. Elle consentira quelques avantages à la classe ouvrière pour la mieux tenir en temps de guerre. Il faut lutter contre les dangers de guerre et expliquer. Au point de vue international nouvelle perspective de propagande. Il y aura chômage. Il doit y avoir une politique intelligente. Il faut que du sommet à la base, tout le monde discute. Il faut que la direction se fasse connaître à la base. La défaite de la minorité de la Seine a été dûe au mécontentement de la base contre Villatte.

171R.J. dit : il faut nous replier. Non ! Il faut les cellules d’usines.

  • 46 Florimond Bonte (1890-1977). En 1905, il adhère au courant du socialisme personnaliste incarné par (...)

172Bonte46. – Il faut que le conseil central discute tout de suite s’il y a des divergences dans le BP. Il faut intéresser tout le parti aux discussions. Il faut refaire le secrétariat pour le décharger de certaines tâches matérielles. Vous nous avez reproché de n’avoir pas compris la tactique du Front unique. C’est nous seuls qui avons eu de grands soucis avec les socialistes.

173Sémard. – Il faut que nous sachions où nous allons et avec qui. L’impérialisme français doit trouver des marchés. C’est çà qui est essentiel. Car il faut qu’il baisse ses prix de revient. D’où les crises, d’où la réaction de la classe ouvrière. Il y a technique perfectionnée, et en général, baisse de salaires et augmentation du travail. Nécessité pour le capitalisme d’exploiter ses colonies davantage. Préparation de la guerre. Pour faire cette politique, il fallait que le capital financier prît le pouvoir à l’exclusion de la petite bourgeoisie. Nous sommes d’accord sur la répression ; plus le gouvernement réprime, plus il réforme pour tromper la classe ouvrière.

  • 47 Vital Gaymann (1897-1985). Étudiant en droit et en sciences, il milite au sein des Jeunesses social (...)

174Contre la social-démocratie qui trompe la classe ouvrière. Gaymann47 nous a dit : nous allons vers les hauts salaires. Dans les usines parisiennes 50 % à 60 % de main-d’œuvre étrangère. La stabilisation et le projet Kellog vont duper provisoirement.

175Huma : on reléguait des grèves hors de la première page pour donner place au parlement. Les tâches : préparation du congrès du parti dans trois mois. Il faut lutter contre la gauche socialiste. Il faut défendre les résolutions du VIe Congrès en liaison avec nos tâches syndicales. Discussion dans les cellules. Il faut faire discuter les problèmes de direction au prochain congrès, à la base.

  • 48 Jules Humbert-Droz (1891-1970) Membre du Présidium et du secrétariat politique de l’IC, il est alor (...)

176Humbert-Droz48. – Il y a quelque chose de changé dans l’atmosphère du PC français. Cette fois on pose les questions politiques. Il y a un grand pas en avant : pour la politique générale du PC et pour la politique intérieure. S’il y a des militants corrompus dans l’appareil, qu’on épure ! Boukharine avait dit même s’il y avait amélioration économique, cela n’exclut pas l’acuité de la lutte de classe. Il n’y en a pas, approfondissement de la crise, mais le capitalisme français est dans une position difficile. Il a réussi à être dans un bon développement de conjoncture, il est obligé de renforcer sa recherche des débouchés, de faire pression sur les salaires et les colonies. Peut-on parler de réforme de la bourgeoisie ? Elle tend à renforcer l’aristocratie de la classe ouvrière. On n’augmente pas tous les ouvriers, mais quelques spécialistes. Les améliorations d’habitat et autres sont réservées aussi à l’aristocratie. Les patrons trouveront là un appui chez les réformistes. La tactique électorale n’a eu qu’une bonne influence. Ce n’est pas pour les élections que nous avons fait le redressement.

177Légalisme. Évaluation de la répression. Nos militants sont des ouvriers supérieurs et des paysans, ce sont des démocrates. C’est la composition sociale de notre parti communiste qui nous obligeait au redressement. Il y a une couche forte de petite bourgeoisie en France. La petite bourgeoisie et paysannerie sera l’alliée de la bourgeoisie ou de nous. Nous ne devons pas oublier qu’une de nos tâches c’est de travailler les paysans parce qu’ils sont nos alliés. Pour le moment la petite bourgeoisie et les socialistes sont dans l’Union nationale. La grande bourgeoisie a intérêt à garder les anciennes formations politiques pour l’union.

  • 49 Heinz Neumann (1902-1937). Devenu l’un des principaux dirigeant du PCA en 1927, proche de Staline, (...)

178Tâches : Dangers de guerre. C’est l’axe. Nous ne pouvons pas dire la guerre est pour demain ou pour dans quelques années. Mais que la France prépare la guerre étrangère et civile c’est clair. Comment lutter contre l’illégalité ? En renforçant la liaison avec les masses ouvrières. Le gouvernement veut terroriser la classe ouvrière pour la détacher du PC. Il faut le Front unique à la base. Pour les élections municipales nous maintiendrons notre ligne actuelle. Dès maintenant nous devons tâcher de désorganiser le parti socialiste car les élections municipales auront une influence politique plus grande que celles des élections législatives. La lutte syndicale est le premier plan. Il faut travailler en profondeur, intensifier le travail, moins crier. Il ne faut pas compromettre l’Huma par ses campagnes antimilitaristes : feuilles volantes. Il faut agir avec prudence ; surveiller l’Huma ; vous avez des provocateurs. L’Huma crie ces jours-ci : il faut que cela disparaisse. Nous devons changer les appels de l’Huma pour les grandes manifestations. Il faut que nos démonstrations réunissent au moins 50 000 ; les masses. Il ne faut pas renoncer aux démonstrations, mais les préparer. La formule de l’Huma doit rester, mais ce qui est communiste doit être plus communiste, plus sérieux. V.C. ne donne pas à la classe ouvrière le ton. C’est Don Quichotte. La vie des cellules doit être plus intense. Il faut renforcer les cadres, directions de rayons et des régions. Moins de préfets, que les gens du terroir commandent. Moins de réunions publiques, mais propagande individuelle des membres des cellules. Dangers de droite. Il est partout dans l’Internationale. Il n’y a pas d’extrême-gauche qui soit gauche, elle est droite. Les gestes gauchers sont des gestes de passivité : phrases de gauche et pratique de droite, c’est le trotskisme. Il y a une géographie de droite et de gauche dans l’Internationale ; c’est faux et artificiel. Doriot s’est rapproché de Neumann49 en Chine, alors qu’il était à droite. La droite c’est l’influence de la tradition sociale-démocrate et la résistance au redressement de ceux qui se sont tus. Nous avons convaincu le PC français. Nous avons réussi. Pas de moyen mécanique en éliminant, en brisant. Çà ne durera pas éternellement, mais nous ne voulons pas tout casser. Je préfère R.J. à Doriot et Bernard parce qu’il ne parle pas. M.C. a fait de bons papiers sur la tactique. Il s’est tu quand Doriot est arrivé à la Santé. Est-ce parce que Doriot a eu de l’influence sur lui ?

179Bernard a écrit que la tactique électorale avait écarté les ouvriers des syndicats. Doriot attend que çà change, il se tait en attendant. Il faut une ligne politique, puis on nommera la direction et on se serrera les coudes, mais après avoir fixé la ligne, il faut être cordial. Il faut que M.C. soit du BP, car il n’est pas 100 % avec la ligne, il peut nous apporter le fruit de son expérience, de son influence. Il doit rester à la direction de l’Huma et au BP.

180« Alors, s’ils commettaient l’imprudence de commettre le crime, alors tant pis pour eux, alors malheur à eux. Les prolétaires sauraient se servirent des armes qu’on leur a donné. Et laissez-moi vous le dire, la France ouvrière et Paris ouvrier que je représente ici feraient leur devoir ». Katz Nelson (Rabotchaia Moskova).

Mercredi 15, vendredi 17, samedi 18 août 1928

181« Les révolutions demandent à l’homme le sacrifice le plus effroyable, non pas seulement de son repos, non pas seulement de sa vie, mais de l’immédiate tendresse humaine et de la pitié » Jaurès.

182« Haut les cœurs et que la révolution soit sauvée, même au prix des décisions les plus violentes et des plus brutales exécutions ». Jaurès (Histoire de la révolution).

183Renan a fait de J. un Renan supérieur. Barbusse s’est tranquillement substitué au Christ. Il en a fait un esthète communiste et précieux.

184Vente Huma :

A Paris : juin 1928 38 988
juillet 34 000
août 30 000
juillet 1925 34 000
juillet 1926 44 000
juillet 1927 39 400

185Tirage :

1925 154 000
1926 216 000
1927 218 000
1928 200 000

186Cigarettes :

1872 40 millions
1900 1 milliard
1913 4 milliards
1924 10 milliards
1925 11 milliards

187Consommation :

188270 cigarettes par Français, 600 par Allemand, 800 par Américain.

189C’est que les femmes se sont mises à fumer.

Notes

1 Paul Alexandre Nitschwitz, né en 1891 membre du PC A.

2 Kostrzewa née Wera Koszutska (1879-1939). Militant dans le mouvement socialiste polonais, elle participe aux événements de 1905 et 1906. Elle joue un rôle important au sein de l’aile gauche du parti socialiste polonais, devenant membre du Comité exécutif de l’organisation créée par l’aile gauche exclue. Participant à la fondation du PC polonais, élue au Comité central, elle l’anime en compagnie de Adolf Warski-Warszawski et Henryk Walecki. Elle participe au IVe et au Ve Congrès, où ses opinions sont critiquées par Staline. Non réélue au Comité central lors du IIIe Congrès du PC polonais, elle est à nouveau réélue lors du IVe Congrès. Au VIe Congrès, elle est élue au Présidium. Elle s’installe définitivement en URSS dans les années 1930. Victime des purges staliniennes, comme de nombreux dirigeants polonais, elle meurt en prison.

3 Arthur Ewert (1890-1959). En 1908, il rejoint le SPD. Il vit au Canada de 1914 à 1919. De retour en Allemagne en 1919, il rejoint le PC allemand dont il est membre du Comité central et du BP en 1923, puis à nouveau en 1925. A partir de 1923, l’IC l’envoie en mission : auprès du Parti des travailleurs (communistes) américain en 1927, puis comme responsable du secrétariat de l’Amérique latine de 1930 à 1932, auprès du PC chinois de 1932 à 1934, puis auprès du PC brésilien à compter de 1934. Arrêté en 1936, condamné à treize ans de prison, il regagne la RDA en août 1947, où il meurt en 1959.

4 Strechow, Strekov ou Strakhov, pseudonyme de Qu Qiubai (Chü Chiu-Pai) (1899- 1935). Après des études gratuites au Collège russe, il entame une carrière de journaliste comme correspondant du grand journal pékinois le Matin à Moscou. Professeur et interprète à l’Université communiste pour les travailleurs de l’Orient (KUTV), membre du Comité central du PC chinois (1923), du BP (1927), il devient responsable du parti de l’été 1927 à l’été 1928, et participe au VIe Congrès de l’IC. De retour en Chine en 1930, il est fait prisonnier le 20 mars 1935 et executé le 18 juin par les nationalistes.

5 Melchior, pseudonyme de Z. Snajder.

6 Li-Kuang, pseudonyme de Su Zhaozheng (Su Chao Cheng) (1885-1929). Marin, il joue un rôle important lors de la grève de Hong-Kong en 1922. Il rejoint le PC chinois en 1924, dont il est membre du Comité central et supléant du BP à partir de 1927. Dirigeant de la fédération des syndicats chinois, il participe au Vie Congrès de l’IC, au cours duquel il est élu au CE de l’IC. Il meurt à Shangaï d’une appendicite.

7 Leszynski Julian dit Lensky (1889-1937). En 1905, il est membre du Parti social-démocrate polonais (SDKPiL). Il participe à la fondation du PC polonais en 1918. De 1921 à 1923, il est membre du bureau polonais auprès du Comité central du PC(b). En 1925, il est élu au Comité central, puis, l’année suivante, au BP du PC polonais. Il est élu au CE de l’IC en 1928, puis au présidium en 1929. Condamné en 1937, il est fusillé le 21 septembre 1937.

8 Walter Ulbricht (1893-1973). Il appartient aux Jeunesses socialistes en 1908, puis au SPD en 1912. Il rejoint la ligue spartakiste pendant la Première Guerre mondiale, puis le PC allemand dès sa fondation. En 1923, élu député de Saxe, il intègre le Comité central, qu’il quitte l’année suivante pour représenter le PC allemand auprès du secrétariat européen de l’IC. Il participe ensuite à la bolchevisation du PC allemand. En 1928, devenu député au parlement allemand, il est élu comme suppléant au CE de l’IC. Après la prise du pouvoir de Hitler, il s’occupe de l’organisation communiste allemande clandestine à Berlin, à Prague, puis à Paris. Il est présent au VIIe Congrès de l’IC, puis participe à la guerre civile espagnole. Il soutient Staline durant les purges de 1937-1939. Il poursuit ses activités politiques après-guerre au sein du SED, dont il quitte le poste de premier secrétaire en mai 1971.

9 Il s’agit vraisemblablement de Chen Quan, dirigeant des marins de la province de Canton, d’origine paysanne, adhérant au PCC lors de la grève-boycott de 1925-1926. Il participe à la fondation du Syndicat général de Hong-Kong à la fin de l’année 1925. il représente le comité de grève au Congrès international de Bruxelles pour l’aide à la Chine en 1926.

10 François Billoux (1903-1978). En 1919, employé dans une quincaillerie spécialisée en fourniture pour les usines textiles de Roanne, il rejoint la CGT, puis en 1920 la SFIO, où il milite en faveur de la IIIe Internationale. Responsable des Jeunesses communistes de la Loire, il assiste au congrès de l’ICJ en 1924. A son retour, il est secrétaire administratif de la Fédération nationale des JC. Élu au Comité central du PC français en juin 1925, il assiste au congrès de l’ICJ en novembre-décembre 1927. En 1928, il devient responsable national des Jeunesses. Poursuivi, il passe dans la clandestinité de 1929 à 1932. Lié au “groupe Barbé-Célor”, il est mis à l’épreuve après l’élimination de celui-ci, ayant pour tâche de reprendre en main la Fédération de Marseille à partir de 1934, où il se fixe définitivement. Député de 1936 à 1940, il est emprisonné en France, puis transféré en Algérie. Libéré en 1943, il négocie la participation des communistes au CFLN présidé par de Gaulle. Plusieurs fois ministre jusqu’en 1947, réélu député en 1945 jusqu’en 1978, il continue d’assumer des tâches importantes à la direction du PCF jusque dans les années 1970, s’effaçant petit à petit.

11 Pepper, pseudonyme de Joseph Pogany (1886-1937).

12 Michalsky, pseudonyme d’Adolf Warski-Warshawski (1889-1937).

13 Aristide Briand (1862-1932). Avocat, militant, journaliste et député socialiste de la Loire à partir de 1902, il se tourne au lendemain de l’unité (1905) vers une longue carrière ministérielle, en ayant notamment en charge le portefeuille des Affaires étrangères, de 1925 à 1932. Il partage avec son homologue allemand Gustav Stresemann le prix Nobel de la Paix en 1926.

14 Stanitchevsky, pseudonyme de Novakovic, Kosta, (1886-1958). Militant du parti socialiste serbe avant la guerre, il est un des fondateurs du parti communiste de Yougoslavie. En 1922, il fait partie de la délégation de l’IC lors de la réunion de Berlin entre les trois internationales. Il participe au IVe Congrès avant de retourner en Yougoslavie où il est arrêté. Condamné à cinq ans de prison il s’évade et retourne à Moscou. Après avoir participé au VIe Congrès il est envoyé à Berlin pour y représenter la Fédération communiste balkanique. Il milite au début des années trente au SRI. Arrêté et exécuté en novembre 1938, il est réhabilité en 1958.

15 Jay Lovestone, né en 1898 en Lituanie, émigré aux États-Unis avec ses parents, est élu au Comité central du parti communiste américain dès sa fondation en septembre 1919. Il en est secrétaire national en 1922. En 1928, devenu secrétaire général, il est l’un des rapporteurs lors du VIe Congrès et fait partie de la présidence du congrès. Il est élu au Présidium du Comité exécutif.

16 Palmiro Togliatti dit Ercoli (1893-1964). Diplômé de droit de l’Université de Turin, il rejoint le PS italien en 1914. Rédacteur à Avanti en 1918, il devient rédacteur en chef de l’hebdomadaire l’Ordine Nuovo en 1919, puis en 1922 de l’organe du PC romain Il Communistes Membre du Comité central du PCI, il participe au Ve Congrès de l’IC. Arrêté à son retour de Moscou, il est relâché rapidemment. il joue un rôle important au IIIe Congrès du PCI à Lyon en 1926. Délégué auprès de l’IC, il exerce différentes responsabilités, participant à plusieurs plénums et congrès de l’IC, dont il est membre du secrétariat à partir de 1935. En 1936, il remplace Knorine, chargé de suivre l’Europe centrale. Il continue d’avoir des responsabilités au sein du PCI pendant et après la Seconde Guerre mondiale.

17 Tchang Kai Chek (1886-1975). Après des études militaires à Tokyo, il rejoint en 1911 le parti républicain de Sun Yat-Sen. En 1923, il se trouve en URSS. A son retour, il organise l’armée du Kuomintang et dirige l’Académie militaire de Huang-P’u. Général en chef de l’armée du sud, il s’oppose aux communistes en 1927 et établit son propre gouvernement, nationaliste, à Nankin en 1927, dont il devient le chef l’année suivante.

18 Bennet pseudonyme de Petrovsky. Membre de l’appareil de l’IC depuis 1922, il est spécialisé dans l’activité en direction de l’Angleterre. Au IXe Plénum, il entre au Présidium. Reste délégué de l’IC en Angleterre jusqu’en 1929. Il travaille ensuite au secrétariat anglo-saxon. Il est arrêté et disparaît durant les purges staliennes.

19 Saul Amsterdam dit Henryk Henrykowski (1898-1937). Membre du PC polonais en 1921, il est élu au Comité central en 1930 et participe au BP comme suppléant. Il est délégué aux IVe, Ve, VIe et VIIe Congrès de l’IC. Le CE de l’IC le destitue de son travail en janvier 1935, et l’envoie travailler en Union soviétique. Exclu du PC durant l’été 1936, il est arrêté en avril 1937 par le NKVD, et fusillé le 1er novembre 1937.

20 Vassily Afanassievitch Kotov, né en 1885. En 1915, il membre du Parti bolchévik. En 1919, il est secrétaire du comité du parti de l’arrondisement de Sokolniki (Moscou), puis de la ville de Moscou en 1925. En 1929, il est élu au Comité central . Il travaille au sein du commissariat du Travail de l’URSS.

21 Gubelman dit Émilien Iaroslavsky (1878-1943). En 1898, il rejoint le RSDLP. Il rencontre les socialistes russes exilés à Berlin et à Paris en 1901, fréquente le mouvement bolchevik en 1903 et participe aux événements de 1905. En 1918, il a des responsabilités importantes à Moscou, dans l’Oural et en Sibérie. En 1921, il est l’un des trois secrétaires du Comité central du PC(b). De 1923 à 1934, il s’occupe de la Commission centrale de contrôle du parti. Délégué au IIe et au VIe Congrès de l’IC, il est élu suppléant au CE de l’IC. En disgrâce dans les années 1930, il est néanmoins élu au Soviet suprême en 1937, puis en 1939 à l’Académie des sciences de l’URSS. Il collabore également à la revue Bolchevik et à la Pravda.

22 Alpari Gyula dit Julius (1882-1944). Membre du PC hongrois en 1918, puis du Comité central en 1919, Julius devient commissaire adjoint des Affaires étrangères de la République soviétique hongroise. De 1921 à 1939, il est rédacteur en chef de la Correspondance internationale, et de Rundschau, éditées par l’IC. Arrêté par les Allemands en 1940, il meurt en déportation.

23 Joseph Austen Chamberlain (1863-1937). Élu député en 1892 dans les rangs des libéraux unionistes, il devient par la suite l’un des chefs du parti conservateur. Après deux années passées à la direction de la chancellerie de l’Échiquier, il est ministre des Affaires étrangères, de 1924 à 1929, nommé par Baldwin, et participant à ce titre à l’élaboration du pacte de Locarno. En 1925, il obtient le prix Nobel de la Paix.

24 Félix Djerjinsky (1877-1926). Issu du parti social-démocrate polonais, il est membre du Comité central du parti bolchevik en 1911. Arrêté, il reste en prison jusqu’en 1917. Participant à la révolution, créateur de la Tchéka puis responsable du Guépéou, il est commissaire du peuple à l’Intérieur, président du Conseil supérieur de l’Économie nationale. Il meurt d’une crise cardiaque lors d’une réunion du Comité central.

25 Tom Bell (1882-1940). Membre du PC britannique en 1920, il participe à l’organisation du parti en Angleterre jusqu’en 1921, où il devient délégué de la section anglaise auprès de l’IC pendant deux ans, fonction qu’il exerce à nouveau entre 1926 et 1928. De 1922 à 1923, il est secrétaire politique du Comité central du PC de Grande-Bretagne. Il est membre du CE de l’IC de 1928 à 1930, puis de 1931 à 1934, où il coordonne le travail du secrétariat anglo-américain du CE de l’IC. De 1930 à 1931, il préside la Société anglaise des Amis de l’URSS. Professeur à l’école léniniste internationale de 1934 à 1936, il représente l’IC auprès du SRI de 1936 à 1939, dont il devient le secrétaire à Paris. En 1939, il retourne en Angleterre.

26 Fin, pseudonyme de Feineberg.

27 Angelo Tasca (1892-1960). Il participe entre 1908-1909 à la fondation des Jeunesses socialistes à Turin. Mobilisé de 1915 à 1919, il participe ensuite à la fondation de l’Ordine Nuovo, et du PC italien. Il participe au IVe Congrès de l’IC, et au IIe Congrès de l’ISR en 1922. Au Ve Congrès de l’IC, il est élu suppléant eu CE de l’IC, puis titulaire au VIe. En janvier 1929, il quitte l’URSS, puis est exclu du PC italien en 1930. Installé à Paris, il collabore à différents journaux, notamment Monde, puis, le Populaire. Il rejoint alors les partis socialistes français et italien. Il sera l’un des responsables des services de l’information sous Vichy, tout en étant en contact avec un réseau belge clandestin. Il est connu sous le pseudo de Rossi dont il signa, après la Deuxième Guerre mondiale, plusieurs ouvrages sur le PCF.

28 Stanley Baldwin (1867-1947). Député conservateur en 1908, il devient chancelier de l’Échiquier, puis Premier ministre en 1923. Après une brève éclipse, il revient au pouvoir de 1924 à 1929, puis de 1935 à 1937, démissionant pour protester contre le mariage et l’abdication d’Edouard VIII.

29 Mikolos pseudo de Nikolà Skrypnik, Nikolai (1872-1933). Membre de la direction du parti communiste ukrainien et du gouvernement, il est élu au Comité exécutif lors du VIe Congrès. Il appartient à la fois au bureau politique du parti ukrainien et à celui du parti russe lorsqu’il se suicide en juillet 1933.

30 James W. Ford (1893-1957). En 1926, il participe à la fondation du Congrès des travailleurs noirs américains, et rejoint le Parti des travailleurs (communistes) américains. Délégué au VIe Congrès de l’IC, il participe à la commission consacrée aux noirs. En juillet 1929, après avoir participé au Xe Plénum élargi, il est à Francfort où il est élu au Conseil général et au Comité exécutif de la Ligue anti-impérialiste. En 1930, il est secrétaire de l’Union syndicale des Comités des ouvriers noirs. De retour aux États-Unis, il est candidat à la vice-présidence des États-Unis en 1932, 1936 et 1940. Au VIIe Congrès de l’IC, il est suppléant du CE de l’IC. Il continue de militer au sein du PC des États-Unis, jusqu’à sa mort.

31 Vlass Yakovlevitch Tchoubar’(1891-1939). Membre suppléant du Comité central du parti bolchevik en 1907, titularisé en mars 1921, membre suppléant du BP à compter du 3 novembre 1926, il est titulaire du BP du 1er février 1935 au 16 juin 1938. Président du Conseil des commissaires du peuple de l’Ukraine de 1923 à 1934, cumulant avec la tâche de président adjoint du Conseil des commissaires des peuples de l’URSS jusqu’en 1925, puis à partir de 1934. Commissaire aux Finances à partir de 1937, il est arrêté en juin 1938, condamné à mort le 26 février 1939 et fusillé le jour même.

32 Stanismas Kossior (1899-1939). Ouvrier d’origine polonaise, bolchevik dès 1907, il entre au Comité central du PC ukrainien en 1923, dont il devient le premier secrétaire en 1928. Il fut arrêté, puis fusillé sans jugement.

33 Georges Tchitcherine (1872-1936). Commissaire du peuple aux Affaires étrangères, il domine la diplomatie soviétique jusqu’en 1927 et reste à l’écart des débats qui agitent le PC russe et l’IC. Il est d’ailleurs réélu au Comité central du PCR en décembre 1927. Mais sa maladie, dont Cachin est informé, l’éloigne des responsabilités puiqu’il part effectivement se soigner en Allemagne en 1928-1929. En 1930 il est relevé de ses fonctions et remplacé par Litvinov.

34 Youri Piatakov (1890-1937). Étudiant à Saint-Petersbourg, il est d’abord anarchiste avant de rejoindre, en 1910, le RSDLP, et les bolcheviks. De 1912 à 1914, il est déporté en Sibérie d’où il s’échappe pour le Japon, les États-Unis, la Suisse, la Suède avant de revenir en Russie. Il occupe des positions au sein du PCR(b), où il est élu suppléant du Comité central . En 1923, il est envoyé par l’IC en Allemagne. Opposé à Staline de 1923 à 1927, il est exclu du PC en 1927, puis réintégré après une autocritique. Il travaille alors au sein du gouvernement soviétique. Exclu à nouveau en 1937, il est exécuté en 1937.

35 Ludwig Kugelmann (1828-1902). Il entre en apprentissage, puis travaille comme employé de commerce à Cologne et Düsselldorf jusqu’à la fin de 1848. Il s’éveille alors à la politique, participant à la fondation de l’Association ouvrière de Düselldorf. Proche de la Ligue des communistes, il devient à partir de 1862 un correspondant régulier de Karl Marx. Il adhère à la Ire Internationale en 1866. Il contribue à faire connaître le Capital en Allemagne.

36 Albert Louis Leboucq dit Lebouc (1900-1950). Ouvrier métallurgiste, il milite au sein des organisations syndicales pendant la Première Guerre mondiale. Membre des Jeunesses socialistes, vraisemblablement depuis 1914, il milite également au sein du Comité pour la IIIe Internationale. Fondateur des Jeunesses communistes à Puteaux, il est également secrétaire de la 15e région communiste. Délégué au VIe Congrès, il en serait revenu ébranlé par les thèses de l’opposition. Candidat communiste aux élections municipales et au conseil général en 1929, il perd ses responsabilités politiques en 1931, puis est exclu du PC en 1932. Il quitte alors la région parisienne pour s’installer en province. Il milite au sein du parti communiste internationaliste à compter de 1945.

37 Ernest Villatte, (1897-1965). Alors l’un des responsables communistes de la région parisienne, il est membre du Comité central depuis le Ve Congrès en 1926.

38 Otto Bauer (1881-1938). Après des études de droit et d’économie à Vienne, il devient en 1904 un collaborateur régulier de Neue Zeit, dirigé par Kautsky. En 1907, Victor Adler le charge d’une étude marxiste sur la question des nationalités, qui paraît sous le titre de « La question des nationalités et la social-démocratie ». Il fonde avec Karl Renner et Adolf Braun une revue théorique mensuelle, Der Kampf. Il empêche la prise du pouvoir par les communistes en 1919. Leader de la gauche socialiste internationale. En 1934, il est contraint de quitter l’Autriche, d’abord pour la Tchécoslovaquie, puis pour Paris où il meurt le 4 juillet 1938.

39 Ilya Vassiliev. Adjoint de Piatnitsky à la section des cadres et de l’organisation de PIC.

40 Edgar Devernay (1896-1955). Adhérent du PC dès sa fondation, il est un rouage essentiel de l’organisation communiste dans les années 1920. En 1922, il est secrétaire de la région n° 4 de la Fédération du Nord, qui regroupe les treize sections de la région lilloise. En 1923, il est secrétaire de la Fédération du Nord, au côté de Guy Jerram, puis de Maurice Thorez. En 1924, il est élu au Comité central . Après son retour d’URSS en 1928, il éprouve des difficultés avec la direction du PC. En 1929, il est contraint de quitter le secrétariat régional, puis le Comité central. Il n’est plus membre du PC en 1930, limitant son action militante au mouvement Amsterdam-Pleyel. Interné pendant la Deuxième Guerre mondiale, il est reintégré au PCF. Il collabore à la presse régionnale communiste.

41 Joseph Perrin né en 1898, est secrétaire de la région lyonnaise du parti communiste puis de la région limousine. Candidat aux élections législatives en mai 1928, il est réservé puis critique à l’égard de la politique « classe contre classe ». Il maintenait un contact épistolaire avec Marcel Body.

42 Alexandre Delobelle (1887-1970). En 1919, il est signalé comme militant syndicaliste révolutionnaire actif. Secrétaire du syndicat des ouvriers casquettiers, il rejoint la CGTU en 1922, est suppléant de la commission exécutive confédérale en 1923, puis titularisé en 1924. En avril 1928, il entre au Bureau exécutif de l’ISR. Il participe en France à différentes tournées de propagande pour la CGTU. Delobelle est également membre du Comité central du PC de 1926 à 1932. En 1936, il devient secrétaire de la fédération unifiée du textile. Il aurait désapprouvé le pacte germano-soviétique. Vraisemblablement interné pendant la guerre, il n’aurait pas repris contact avec les organisations ouvrières.

43 Marcel Body, né en 1894. Ouvrier typographe, il est syndiqué à la Fédération du Livre CGT en 1907, puis adhère à la SFIO en 1914. Il est membre de la mission militaire française à Pétrograd en mars 1918, dirigé par la capitaine Jacques Sadoul. En octobre 1918, il adhère au groupe communiste français de Moscou, rattaché à la Fédération des groupes communistes étrangers, annexe du parti russe. Il collabore aux publications de la IIIe Internationale en qualité de traducteur jusqu’en 1927, date de son retour définitif en France. De 1920 à 1925 il travaille au sein de la représentation plénipotentiaire en Norvège. En 1927, il refuse de ratifier les sanctions prises contre Trotsky et Zinoviev, se prononce contre l’exclusion d’Albert Treint en 1928. Exclu du PC, il dirigea des journaux qui se font l’écho de critiques de tous les groupes oppositionnels. Dans les années 1930, il entretient des liens avec la mouvance syndicaliste révolutionnaire. Après sa démobilisation, il travaille comme correcteur à Paris Soir jusqu’en 1942, puis à Libération dans différents journaux.

44 Alfred Costes (1888-1959). Ajusteur mécanicien, il milite à la SFIO avant 1914. En 1918, il rejoint la CGT, puis la SFIC. En 1924, il est élu secrétaire de la région parisiennne, responsablités qu’il exerce jusqu’en mai 1930, puis entre l’année suivante au Comité central . Il participe au Ve et au VIe Congrès mondial de l’IC. De 1931 à 1936, le PCF lui demande de donner la priorité à ses responsabilités syndicales. Secrétaire du syndicat des métaux de la région parisienne, il anime de nombreuses grèves dans les années 1930. Candidat à diverses élections, il est élu député en 1936. Déchu de son mandat, il est emprisonné en Algérie. Libéré en 1943, il rentre à Paris en septembre 1944, où il retrouve son mandat de député. Secrétaire de la Fédération des métaux, il en est élu le président en 1956.

45 Lebouc, pseudonyme de Albert Leboucq (1900-1950), cf. supra.

46 Florimond Bonte (1890-1977). En 1905, il adhère au courant du socialisme personnaliste incarné par Marc Sangnier. C’est vraisemblablement pendant sa détention en 1916 qu’il se convertit au socialisme. En 1918, il adhère à la SFIO, où il milite en faveur de l’adhésion à la IIIe Internationale. Rapidemment, il partage son activité comme cadre de l’organisation et journaliste responsable de la presse. Secrétaire de la Fédération communiste du Nord en 1923, puis secrétaire de la région de 1924 à 1929, puis de 1931 à 1933, il entre au Comité central en 1926, tout en continuant de diriger la presse communiste régionale du Nord. De 1929 à 1931, il est rédacteur en chef de l’Humanité, chargé d’épurer l’organe central des éléments critiques. Correspondant à Moscou de 1933 à 1934, il est élu député de la Seine en 1936. En 1940, il coordonne l’activité du groupe parlementaire ouvrier et paysan. Emprisonné dès mars 1940, il est libéré en Algérie en février 1943. Il poursuit ses activités au sein du PCF jusqu’en 1961.

47 Vital Gaymann (1897-1985). Étudiant en droit et en sciences, il milite au sein des Jeunesses socialistes dès 1918, en faveur de l’adhésion à la IIIe Internationale. A partir de 1923, il se consacre à plein temps à la presse communiste, en particulier à l’Avant-Garde, l’Humanité, puis Regards. Il est élu membre du comité directeur, puis du Comité central de janvier 1923 à janvier 1925, puis de juin 1926 à mars 1929. En 1927 il exprime ses réserves à l’égard de la politique « classe contre classe ». En 1936, il part en Espagne rejoindre André Marty. Il devient la plaque tournante des Brigades internationales, montrant de réels talents d’organisateur, jouant un rôle actif auprès de Marty. De retour en France en 1937, il s’occupe des Éditions sociales internationales, jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Il rompt avec le PCF en apprenant la signature du pacte germano-soviétique. De 1946 à 1958, il est directeur de l’information à la Radio Télévision Française.

48 Jules Humbert-Droz (1891-1970) Membre du Présidium et du secrétariat politique de l’IC, il est alors à l’apogée de son influence et de son activité. Comme secrétaire du Secrétariat latin, il suit les affaires du PCF depuis le printemps 1926. Il est l’artisan principal du tournant « classe contre classe » imposé au PCF. Proche de Boukharine, il est l’animateur principal de la commission française qui examine la situation du PCF.

49 Heinz Neumann (1902-1937). Devenu l’un des principaux dirigeant du PCA en 1927, proche de Staline, il est envoyé en Chine comme délégué de l’IC chargé de mettre en œuvre des initiatives insurrectionnelles destinées à sauver la politique de l’IC. Après l’échec de la commune de Canton, il participe aux réunions de l’IC en 1928 et 1929 où il défend les orientations staliniennes.

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search