Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books CNRS Éditions Histoire Carnets. Tome III Carnets Cachin – Année 1928. Pre...

Carnets. Tome III

 | 
Marcel Cachin

Année 1928

Carnets Cachin – Année 1928. Premier Carnet

Texte intégral

1– Rapport de l’Exécutif.

2– Rapport de la Commission de contrôle.

3– Rapport Exécutif des Jeunesses.

4– Le programme de l’IC.

5– Mesures de lutte contre les dangers de guerre.

6– Le mouvement révolutionnaire dans les colonies. – La situation de l’URSS et du communisme russe.

7Conférer XVe Congrès du PCR.

8Paris-Moscou : 63 heures (deux jours et demi et trois nuits). Départ Paris, mardi 26 juin, 10 h du soir. Arrivée Berlin : 27. Frontière polono-allemande : mercredi 22 h. Arrivée Varsovie : jeudi 28, 9 heures. Arrivée frontière russe (Niegoroloïe) : 8 heures du soir. Arrivée Moscou : vendredi 29, 13 heures.

9Un congrès international : la plus belle des foires aux vanités.

10Mark = 6 F, Zloty = 4 F, rouble = 12 F.

  • 1 Il s’agissait du Ier Congrès du PCF, à Marseille, en décembre 1921, où Renaud Jean présenta le prog (...)
  • 2 Renaud Jean (1887-1961). D’origine paysanne, il travaille dans l’exploitation familliale pendant di (...)

11Lénine en 1921, et le programme paysan de mars1, établi par R. Jean2, qu’il approuvait, en disant même qu’on n’avait pas été assez loin dans les concessions (héritage).

12Élections municipales : propositions front unique au deuxième tour et RP.

13Les Hindous, beaux, plus forts que les Chinois ont des désaccords sur l’indépendance et la terre.

14Orientation gauchiste, contre l’opportunisme, telle sera la caractéristique du congrès.

15On nous a tenus à l’écart lorsque nous étions en liberté, plus encore lorsque nous fûmes enfermés.

16Il serait nécessaire que Français et Allemands se réunissent à nouveau périodiquement.

  • 3 Alexandre Arossev (1890-1938). Membre du parti bolchevik à partir de 1907, il est, en 1917, chef de (...)

17Vu Arosov3 à Berlin. « Marx a analysé le capitalisme d’il y a cinquante ans ; mais aujourd’hui, nous Russes, nous avons construit le socialisme. Nous sommes des théoriciens, des doctrinaires et nous sommes des exécutants. Comment rationaliser et respecter les intérêts de la classe ouvrière d’aujourd’hui ? Il faudrait un nouveau Marx pour montrer comment la pratique doit suivre la théorie. Dans Marx, il n’y a pas une ligne là-dessus ».

18La situation polono-lituanienne est toujours très aiguë et la diplomatie française n’est pas pour la conciliation. Invasion de la police polonaise dans notre wagon à la frontière. Examen des bagages. « Avez-vous des livres ? »

Juin

Jeudi 28 juin 1928

19Une Pologne pauvre ; maison des paysans en chaume. Patates, seigle, lin. Gamins pieds nus. Femmes en châles, sur la tête un fichu. Petits chevaux maigres, vaches. Routes sans pierres, comme en Russie. Tas de terre surmontés de pierres blanches pour marquer la limite des champs et de la ligne de chemin de fer.

20Lodz. Cochers ancien style à la gare. Képis d’officiers. Policiers avec la jugulaire et un grand sabre. Autour de Varsovie, meilleure tenue de la terre. La vieille gare à Varsovie : toute en bois. Une vieille femme balaye le buffet, les pieds nus.

21Byalistock. Cochons dans les rues. Ce sont des femmes qui sont terrassiers sur la voie.

22Slonine. Immense scierie ; tout autour de belles forêts. La gare pleine de bois. Dans cette traversée de toute la Pologne, pas une auto sur la route, pas de bicyclette, pas une machine agricole. Si, nous en avons vu une.

23Baronovitz. Vaches qui paissent dans la gare.

24Belle gare frontière russe (Niegoroloïe), en bois. Les maisons paysannes et les cultures ressemblent à celles de la Pologne, quoique la terre semble plus riche. Au Wagon-restaurant : café, pain, beurre. En IIIe, les lits où couchent les artistes qui viennent de l’Odéon. La terre est mieux cultivée et fumée à mesure qu’on se rapproche de Moscou. On laboure partout : des femmes sont à la charrue ; il y en a aussi qui font le terrassement sur les voies. Friches, futaies, forêts, tiennent plus de place que la culture.

Vendredi 29 juin 1928

  • 4 Henri Barbé (1902-1966). Ouvrier tourneur mécanicien, il rejoint les Jeunesses socialistes en 1917  (...)
  • 5 Au lendemain du 1er tour des élections législatives.
  • 6 Louis Loucheur (1872-1931). Plusieurs fois ministre, il est chargé du portefeuille du Travail et de (...)

25Arrivée au Grand Hôtel de Paris. Tverskaïa. Nous passons l’après-midi avec les Français du Lux. Barbé4 nous raconte qu’il fut convoqué au grand conseil avec Humbert-Droz, Boukharine et Staline le mardi qui suivit le premier tour5. Et là, Staline dit : « si on proposait aux socialistes de se partager les sièges au prorata des voix ». À quoi Barbé répondit : « le parti n’est pas encore assez bolchevik pour cela. Il faut appliquer la tactique toute droite ». Alors, on demande combien d’exception ? Et Staline, à qui l’on proposait l’exception contre Loucheur6 acquiesça ; il ne céda que lorsqu’on lui fit observer que c’était la porte ouverte et qu’il valait mieux ne pas entrer dans la voie des exceptions.

26L’étoile de Cr. est très en baisse.

  • 7 Josef Klemens Pilsudsky (1867-1935). Étudiant en médecine à Kharkov, il est exilé par l’occupant ru (...)

27On nous dit que la situation est très mauvaise à la campagne. 33 000 lettres de paysans à leurs fils soldats portent des plaintes et des cris de colère contre les bolcheviks. Mais 31 000 des réponses des soldats sont en faveur des bolcheviks. Il y a en ce moment disette de graines et diminution de la consommation dans de nombreux districts. Il y a encore six semaines très dures jusqu’à la récolte. De plus, Pilsudski7 prétend que son armée est prête à entrer en action contre les Russes. Il part pour Bucarest. D’autre part, la Mongolie vient de déclarer officiellement qu’elle rompait avec l’URSS (Japon). Les blancs prétendent que les populations du Caucase sont prêtes à la révolte. C’est l’encerclement de la Russie qui s’accentue.

Samedi 30 juin 1928

28Nous logeons dans l’Hôtel de Paris dont les chambres excellentes donnent sur la Tverskaia. Peu de taxis, très peu d’autos, surtout des isvoschiks. Foule de piétons dans la rue. Mais il n’y a pas de bruit, pas d’encombrement de voitures. Et à 9 heures du soir, les piétons eux-mêmes se raréfient. C’est une sensation de tranquillité et de province. Les Russes sont absorbés par leurs difficultés intérieures. Ils laissent préparer les gros rapports du congrès mondial par des camarades étrangers.

  • 8 Henri Barbusse (1873-1935). Écrivain français, il débute dans le journalisme à seize ans, il fréque (...)

29Barbusse8 est passé hier au Komintern. Il prétexte qu’il a besoin d’un second voyage au Caucase pour achever son bouquin sur la Géorgie.

  • 9 David Borisso Ryazanov (de son vrai nom, Goldendach) (1870-1938). Il milite au sein du mouvement so (...)
  • 10 Edmondo Peluso (1882-1942). Membre du POF de 1898 à 1901, puis du parti socialiste américain entre  (...)
  • 11 Rudolf Hilferding (1877-1941). Social-démocrate et leader de la IIe Internationale, il est avec Kau (...)

3013 h à 15 h, visite de l’Institut Marx-Engels. Riasanov9 et Peluso10. Le discours de Hilferding11 au Congrès de Kiel, l’an dernier, a fixé le programme du réformisme et de la social-démocratie. À propos de la guerre, il en nie la proximité. Il dit même qu’elle devient de moins en moins probable : 1°) parce que le développement du capitalisme industriel accroît la solidarité des peuples ; 2°) parce que les progrès de la chimie et de la synthèse rendent moins âpre la recherche des matières premières ; 3°) parce que l’État prend une place de plus en plus grande dans la production, la distribution des richesses, dans la fixation du prix des choses par ses impôts et ses droits de douane, par son intervention pour fixer les salaires et les loyers. Or l’État, c’est tout le monde ; et les ouvriers n’ont qu’à s’emparer de l’appareil d’État pour diriger à leur profit.

31Ce capitalisme d’État, les Russes en signalent aussi le développement. Peu important en France, bien que les jeunes doctrinaires du capitalisme comme les F. Poncet et aussi les Loucheur se rapprochent de la théorie. Mais en Allemagne surtout et dans bien d’autres pays, les municipalités et l’État sont devenus maîtres d’une quantité imposante de fabriques (les 3/5e de l’électricité, etc.) ; et, d’autre part, aux États-Unis et en Angleterre, ce sont les grands trusteurs qui se sont emparés de l’État et font corps avec lui.

32Les Russes n’exportent plus de blé comme avant la guerre. Ceux d’entre eux qui exportaient avant la guerre, c’était les grands propriétaires. Ils n’existent plus. Les petits paysans produisaient pour eux. Ils continuent. Les moyens propriétaires font des difficultés pour livrer leurs produits. De telle sorte qu’il reste à peine du blé pour la consommation intérieure. De plus, les paysans comme les ouvriers mangent beaucoup plus de pain blanc qu’avant la guerre. Sous le tsarisme, ils en mangeaient très peu ou pas du tout. La réquisition prélevait à la campagne une quantité déterminée de blé pour l’exportation. On ne se préoccupait pas de savoir s’il en restait pour les paysans.

  • 12 Voline, pseudonyme de divers responsables du parti bolchevik.
  • 13 Alexis Maximovitch Pechkov dit Maxime Gorki, poète et dramaturge russe (1868-1936). Élevé dans la p (...)

33Voline12 m’emporte dans sa datcha, au village de la forêt argentée. Nous y trouvons son beau-frère, ingénieur-chimiste à Samara. Usine de 15 000 ouvriers. L’industrie chimique russe est en progrès énorme. La mentalité ouvrière est de plus en plus relevée ; les besoins augmentent chaque jour, et le sérieux et la capacité de direction (?). Ce beau-frère de V. n’est pas communiste et il rend hommage aux grands progrès du gouvernement. Dans ses discours de rentrée, Gorki13 a dit aux ouvriers russes : « vous ne voyez pas vous-mêmes quels changements vous avez réalisés. Vous êtes un autre peuple et une nouvelle race d’hommes ».

34Sur les bords de la Moskova, pendant la nuit, des jeunes gens canotent. L’ingénieur-chimiste se plaint que les paysans de la Volga soient paresseux et ivrognes et arriérés. Si cette terre était travaillée !

35Le malheur, pour l’ouvrier, c’est qu’il n’a pas de besoins (Lasalle). La maison de bois. Poutres et étoupes entre les poutres. Les datchas appartiennent à un trust de Moscou qui les loue. Ce trust fait partie du trust général de l’habitation. Chaque datcha est louée 20 roubles par mois. Des services d’autobus rejoignent à Moscou les villages et groupes de datchas. La municipalité de Moscou ne retire de la location des maisons qu’une petite redevance. Le reste de la location demeure au Soviet de maison. Moscou est divisée en six rayons ; à la tête du service d’habitations de chacun de ces six rayons, un organisme directeur. Moscou construit beaucoup (10 000 logements par an).

36Les coopératives construisent beaucoup. Un appartement de trois pièces avec cuisine et salle de bain coûte 10 000 roubles. Le rouble égale 8 F. Avant la révolution, les ouvriers habitaient les souterrains. Aujourd’hui, pas un.

37Dans les sapins.

Juillet

Dimanche 1er juillet 1928

38Vol. pense qu’en septembre la Société des Nations autorisera les empiétements de la Pologne contre la Lituanie. Si la Lituanie est absorbée par la Pologne, la Russie sera encerclée, séparée de l’Europe. La situation sera redoutable. La Russie engage V. à la modération, mais il a été appelé au pouvoir par le nationalisme et il est débordé à l’intérieur.

39Des généraux polonais sont à Paris, à l’État-major.

40Augmentation : 30 % pain blanc à Moscou (85 % est fait dans les coopératives). Viande : consommation augmente à Moscou et dans toute la Russie, 74 %. Mais le cheptel n’augmente pas en proportion. Beurre, augmentation de consommation : 52 %. Lait, augmentation de consommation : 74 %. Oeufs, augmentation de consommation : 157 %. (Depuis trois ans en URSS).

  • 14 Valerian Obolensky dit Ossinsky, né en 1887. Issu de l’aristocratie russe, il rejoint le PSDOR en 1 (...)

41Hier, le paysan avait des chaussures en écorce ; aujourd’hui, il a des bottes. L’ouvrier qui avait des bottes veut des bottines. Une datcha coûte 30 000 F à 40 000 F. Dans ce petit village, une maison de repos des ouvriers. Ossinsky14 est chargé de la circulation sur routes, de la construction des routes et autos. 29 millions de roubles investis par le syndicat du textile pour les maisons ouvrières. 120 000 ouvriers textiles font sept heures ; la plupart sont des ouvrières.

  • 15 Herbette, ambassadeur de France à Moscou (voir Carnets Cachin de 1925).

42On espère qu’après les élections américaines, les États-Unis entreront en négociation commerciale importante avec la Russie. 40 journalistes sont à Moscou : pas un Français, même pas Havas. 8 Allemands, United Press, Assoc. Press : 12 Américains. Il y a des Anglais. Herbette15 est devenu très hostile.

43150 nationalités existent en Russie. Leur fédération est un modèle. Isvestia coûte cinq kopecks (huit sous), (100 kopecks dans un rouble). L’Ouvrier russe coûte trois kopecks (cinq sous).

44L’ouvrier ne paye rien pur ses assurances. C’est l’administration qui paye pour lui 14 % de son salaire. Deux semaines par an de congés. Des maisons de repos.

45Les soldats qui campent dans la forêt jouent aux quilles. Ils ont un théâtre dans le camp. On leur donne des leçons de toute sorte pendant leur séjour. Quand ils retournent à la campagne, leur être est transformé et ils sont des éléments de progrès.

  • 16 Léon Bronstein dit Trotsky (1879-1940). Arrêté dès 1898, il est déporté en Sibérie d’où il s’évade (...)
  • 17 Rakovsky.

46Ici on pense que la Pologne déclarera la guerre avant un an et que ce sera le signal. Trotsky16 est parfaitement libre dans sa ville. Rako17 aussi et les autres. Rako fera un bon médecin, son rôle politique est fini, dit Voline. Sur la Moskova, canotage. On se baigne tout nus, hommes et femmes.

47Je reviens par l’autobus : 14 km : 40 kopeks, c’est-à-dire, près de 4 F. Les autobus sont très nombreux et pleins. À côté de ces autobus, des camions automobiles chargés d’ouvriers et d’ouvrières rentrent. Ces camions appartiennent aux usines où travaillent ces hommes et ces femmes, et sont mis à leur disposition pour les transporter en banlieue le dimanche. Tout cela se fait avec grand ordre et discipline : pas d’ivrognes ; les gens sont bien habillés et bien chaussés. Ils ont bonne mine et sont bien nourris. Le spectacle de ce dimanche soir ensoleillé est celui de toutes les banlieues des grandes villes. Ici presque pas d’autos et nul luxe.

  • 18 Député social-démocrate sous la République de Weimar, Rudolf Breitscheid (1874-1944). Militant tout (...)

48Il y a quelques jours, les organisations des communes (propriétés rurales collectives) se sont réunies à Moscou. On va les équiper à la moderne. Voline pense que dans trois ou cinq ans, elles produiront déjà avec abondance. Il y a présentement 30 000 tracteurs en Russie. La politique extérieure de la social-démocratie allemande a été définie par Breitscheid18. Orientée vers l’Ouest et accord avec l’Ouest pour régler les relations avec la Russie. Les Russes interprètent cela comme une politique de rupture de Rapallo. Et, étant donné les très mauvaises relations polono-lituaniennes, c’est le prélude de la guerre qui vient, de l’encerclement de la Russie.

49Le déjeuner chez Voline (à 5 heures) a consisté en : une soupe, des olives du Caucase et des tomates, des concombres, du beurre ; un beau poulet qui coûta 2 roubles (16 F) et du thé. Les mœurs qui étaient trop libres après la révolution se sont très modifiées. Peu de divorces ; c’était une fièvre qui a passé. Aujourd’hui les relations entre sexes sont revenues à la normale familiale.

Lundi 2 juillet 1928

  • 19 Mikhaïl Kalinine (1875-1946). D’origine paysanne, il rejoint le PSDOR lors de sa création en 1898. (...)
  • 20 Félix Kohn (1864-1941). Juif polonais, il milite activement dès 1882. Arrêté, puis déporté en 1884, (...)
  • 21 Boris Isaakovitch Goldman dit Gorev (1874-1937). Représentant menchevik au Comité central à partir (...)

50Invité à la cérémonie en l’honneur des officiers de la troisième année de l’Académie de guerre qui quittent l’école. Parade dans les grandes salles du Kremlin. Kalinine19, Unshlicht. Puis, déjeuner dans les salles de l’ancien palais des tzars. Salle magnifique couverte de peintures religieuses et de tableaux consacrés à la vie des tzars et des saints russes. Les tables sont couvertes de mets et de vins. Mais dès la première minute les discours commencent. On me donne le premier la parole, parce que je sors de prison. À la table d’honneur où je suis, à la droite d’Unslich, les professeurs de l’Académie de guerre, d’anciens généraux tsaristes ralliés, l’ancien ministre de la Guerre de Kerenski, le gouverneur militaire de Moscou, le maire de Moscou, un ouvrier de l’usine de caoutchouc, Félix Kohn20, dit quelques mots sur les progrès du communisme français. Acclamations et l’inévitable triomphe de vigoureux gaillards me font sauter en l’air. Les officiers professeurs de l’Académie de guerre sont jeunes, à l’exception de quelques-uns. Il y en a un, Gorev21, que j’entends parler du léninisme et du marxisme. On me dit que c’est un historien du blanquisme. Dans les discours : préparation à la révolution mondiale, à la défense des opprimés de partout contre l’impérialisme. Quant aux jeunes gens qui quittent l’école, ils ont tous un air de vigueur physique et d’énergie, un masque viril et sain. Plusieurs viennent me causer et parlent français. Beaucoup ont participé à la guerre civile et se sont perfectionnés dans l’art militaire à cette école supérieure de guerre. Ils vont maintenant être dispersés à travers toute la Russie dans les diverses formations.

Mardi 3 juillet 1928

51À Moscou, personne ne marche plus pieds nus dans les rues. Au contraire, les chaussures des hommes et des femmes sont convenables. Comme les habits sont propres et souvent blancs éclatants. Les Jeunesses communistes sont composées d’un million de garçons et de filles enthousiastes, actifs. Ce sont les jeunesses qui ont découvert et lancé le scandale de Smolensk où le vieil appareil communiste était devenu tout à fait dégénéré et pourri. Les jeunesses communistes sont en Russie un stimulant et un aiguillon. Elles ignorent l’Europe et se demandent pourquoi les ouvriers occidentaux qui voient l’exemple de la Russie et peuvent lire Lénine ne sont pas immédiatement entraînés à la lutte. Elles simplifient le problème et attribuent la passivité des ouvriers européens à la répression de la bourgeoisie. Mais leur action est considérable ici et le gouvernement compte avec eux et se sert d’eux pour la marche en avant et à gauche.

52Sur la question du blé en Russie.

53Il y a trois mois, congrès des économies collectives, des communes, etc. Discours de Staline sur le blé. En janvier, on s’aperçut que les rentrées de blé étaient devenues très restreintes. Il y avait, sur les chiffres du plan, un déficit de beaucoup plus de 100 millions de pouds. C’étaient la catastrophe pour les villes, les usines et l’Armée rouge. Alors on prit des mesures extraordinaires. 70 000 membres du PCR furent mobilisés pour aller faire le rassemblement du blé à la campagne. Il y a un article 107 du Code contre l’accaparement, contre les stocks, contre la spéculation. Certains koulaks détenaient jusqu’à 2 000 pouds. On les a confisqués et distribués. 25 % sur place aux paysans pauvres.

54De nombreux excès furent provoqués par les Soviets locaux, par une application brutale du communisme de guerre. On confisquait du blé qui était porté au marché d’un bourg à l’autre pour l’approvisionnement de certains centres. Le CC protesta. Il demanda qu’on reprit, non l’application du communisme de guerre, mais les résolutions du XVe Congrès contre le koulak, mais non contre les paysans moyens. Il y a 110 millions de paysans. On ne peut songer à supprimer ces économies privées innombrables et à les remplacer par des économies collectives. Cependant il faut aider et pousser les économies collectives, les communes et toutes les institutions de cet ordre. Ni dans l’Ukraine, ni dans le Kouban, on ne pourra développer tout de suite les économies collectives, mais dans certaines régions il en est déjà qui cultivent des milliers d’hectares. Celles-là, il faut les pourvoir de machines et d’engrais, de capitaux et de toutes matières utiles, afin qu’elles servent de modèles aux petits et moyens cultivateurs. On peut parallèlement aussi venir en aide aux petits et moyens paysans.

55En ce moment, le danger est provisoirement écarté. Mais tout dépend encore de la récolte. Celle des pommes de terre, à cause des pluies, est bien compromise. Mais celle du blé, malgré le mauvais temps, s’annonce comme moyenne et peut-être même sera-t-elle bonne. Dès lors, les choses iraient bien, surtout dans un mois, au moment de la récolte.

56Pourquoi les paysans refusent-ils de livrer leur blé ? Parce que le gouvernement ne leur en offre qu’un rouble quarante par poud, tandis que sur le marché libre, ils en trouvent jusqu’à six roubles. Donc, au fond, la rébellion des paysans a été une rébellion contre le monopole du commerce extérieur. « Si vous ne pouvez pas me payer mon blé, on me donnera en échange des marchandises à bon marché. Laissez-moi le vendre à l’étranger qui me le payera cher ».

  • 22 Frumkine, Moïsey Illitch (1878-1938). Il milite au sein du mouvement ouvrier russe dès 1894. A part (...)
  • 23 Aleksei Rykov (1881-1938). Militant social-démocrate, il rejoint les bolcheviks en 1903, intégrant (...)

57Le gouvernement a augmenté le prix d’achat de 15 kopeks, mais c’est tout à fait insuffisant. Dans le gouvernement et le parti, il y a eu des divisions graves sur ce sujet. Frumkine22 a envoyé une lettre au CC où il protestait contre les excès, où il demande le retour à la politique du XVe Congrès, où il réclame du secours pour les paysans pauvres. En ce moment une solution unanime est signée de Staline, Rykov23 et de tous les membres d’une sous-commission chargée de rapporter devant le Plénum.

  • 24 Zinoviev Grigori, 1883-1936. Ancien Président de l’IC, il est passé à l’opposition aux côtés de Tro (...)

58Gr.24 avait fait un rêve. Il se croyait appelé aux plus hautes destinées dans le PC ; son étoile aujourd’hui est bien pâlie ; ici, il n’a plus l’oreille. Et il se plaint. Tout est défavorable dans le parti depuis qu’on ne l’écoute plus. Lui seul pouvait tout remettre en place et en ordre. Mais il est méconnu et amer. Personne ne trouve grâce devant sa critique.

59Deuxième visite au musée Marx-Engels. C’est l’histoire du mouvement ouvrier international, de ses origines, de sa philosophie. D’abord tout ce qu’on peut trouver sur les œuvres de Marx et d’Engels, sur leurs textes, sur les lettres, les articles de journaux, sur tout ce qu’ils ont produit ; puis sur leur manière de travailler, sur leur vie ; toute une bibliothèque leur est consacrée. Mais, avant Marx, il y avait un mouvement ouvrier en France, en Allemagne, en Russie, en Angleterre, en Italie, en Espagne. Il faut faire l’histoire de ces mouvements. Donc des bibliothèques renfermant sur l’histoire générale, sur les révoltes ouvrières et paysannes à travers l’histoire tout ce qu’on peut trouver de connu ou d’inconnu, d’édité ou d’inédit : journaux, livres, caricatures, autographes, correspondances, peintures, dessins, musique, tout ce qui tient à la vie ouvrière et paysanne et à ses tentatives de libération.

60Le marxisme a été aussi une philosophie avec ses origines et ses conclusions. Il y a donc à l’Institut Marx-Engels un rayon important de philosophie. Hegel, les hégeliens, les prédécesseurs, les successeurs. Pour faire l’historique des partis et des doctrines socialistes, utopiques, réalistes, positives, matérialistes, communistes, l’Institut est un instrument des plus précieux. Il est ouvert à tous les chercheurs. Une grande salle reçoit quotidiennement les étudiants et les ouvriers soucieux de s’instruire. Et pour les historiens et les savants, les matériaux de chaque section sont mis à leur disposition, librement, et ils peuvent avoir accès dans les rayons les plus spéciaux. 180 personnes sont attachées à l’Institut. Il y a encore, à travers le monde, quelques attachés qui recueillent dans tous les pays les œuvres de tout ordre et en toute langue qui manquent à la collection déjà immense. Un vaste palais y est affecté au cœur même de Moscou, dans un parc gai et riant.

  • 25 Viatcheslav Mikhaïlovitch Skriabine dit Molotov (1890-1986). Issu de la bourgeoisie, il est membre (...)

61(Molotov25, secrét. adj. de Staline. La catastrophe de Laroche-Molière. Barbusse est dans une maison de campagne : Arkhangelskoie).

Mardi 4 juillet 1928

62On donne 225 roubles par mois aux membres de l’appareil du Komintern. Ils payent au Lux 7 roubles pour leur chambre. Les camarades sont allés hier à l’Ermitage, espèce de Luna-Park, où étaient des milliers de visiteurs, nepmen et bourgeois, toilettes provocantes et sourires prometteurs. Et avec cela des délégations d’usines et de l’appareil.

  • 26 Olgo Davydovna Bronstein (1883-1941), dite Kameneva. Elle épouse Kamenev l’année de son adhésion au (...)

63Le CC du PCR doit se réunir aujourd’hui à 12 heures. Kameneva26 me téléphone et réclame une entrevue. Demain 12 heures.

64A propos de la crise du blé : Staline aux étudiants de l’Académie communiste de l’usine Sverdlovsk : il faut passer de la petite économie paysanne retardataire, morcelée, à la grande économie collective, unifiée, pourvue de machines, équipée des conquêtes de la science et capable de jeter le maximum de blé sur le marché. En 1927-1928, l’État a donné 60 millions de roubles aux économies collectives. Les économies collectives ont produit en 1927, 55 millions de pouds de blé. Elles sont des coopératives de production, inséparables du mouvement coopératif en général. On prévoit la création, dans les régions riches en terres cultivables de nouvelles grandes économies soviétiques (de 10 000 à 30 000 déciatines chacune) qui après cinq ou six ans jetteront 100 millions de pouds de blé sur le marché. Il faut mettre cette résolution en pratique, coûte que coûte. Nous devons en même temps soutenir les petites et moyennes économies individuelles. Il y a encore 5 millions de charrues en bois. Il faut les remplacer par des socs en fer. Elles peuvent aussi donner 100 à 150 millions de pouds au marché, très rapidement, en quatre ou cinq ans. Ainsi seront évincés les koulaks. Tout cela doit aller de pair avec le développement de l’industrie. Il faut lutter contre le koulak qui deviendrait un grand capitaliste. Il faut que les collectivités agricoles groupent les paysans. Collectivités agricoles, domaines d’État doivent fournir les céréales pour l’intérieur et pour l’exportation. C’était autrefois les koulaks et les agrariens qui assuraient ces fournitures. On va leur donner un vigoureux appui financier. De leur côté, on leur demande de créer des cadres, de préparer une bonne administration intérieure, de s’assurer du bon matériel agricole et de créer un capital de fond pour leurs besoins ».

  • 27 Viatchelsav Alexeievitch Karpinsky (1880-1965). Actif militant dès 1898, il émigre à Genève en 1904 (...)

65Les organisateurs de l’agriculture collective ont tenu en juin leur IIIe Congrès. Des villages entiers se sont transformés en collectivités, tandis que jusqu’ici seuls les pauvres s’étaient groupés en économies collectives. Karpinsky27 juge que l’essor des économies collectives est impétueux et inattendu. Comment sont-elles administrées ? Des fonds indivisibles y sont prévus. Constituées par les terres, par des réserves prélevées sur le bénéfice brut. Ces fonds ne peuvent pas être partagés entre les membres ; s’il y a dissociation, les fonds reviennent à l’association des économies collectives. On ne rend à celui qui s’en va que sa mise de fond et ses économies propres. Les économies collectives fournissent tous leurs excédents aux coopératives ou à l’État. Des agronomes spéciaux seront fournis aux économies collectives, soit à leurs frais si elles le peuvent, soit aux frais de l’État. Déjà les économies collectives ont 600 agronomes payés par elles. La liaison est faite entre toutes les économies collectives qui sont fédérées. Elle est faite aussi avec la coopération.

66Les économies collectives en Ukraine mettent moins de temps pour labourer et semer que les paysans pauvres, moyens ou que les koulaks. Le rendement des récoltes est très supérieur. La commune Majak sur le Térek est un modèle que cherchent déjà à imiter les paysans du district. Le but est de donner 20 000 à 30 000 tracteurs à ces économies collectives ; on commencera dès cette année. Les économies collectives conclueront avec les coopératives ou avec l’État des contrats de façon à leur réserver leurs produits et à en recevoir semences, machines, engrais. Il y a plusieurs milliers d’économies collectives, mais primitives. 2 130 viennent de se créer en Ukraine, mais 0,4 % seulement d’entre elles sont constituées en communes, le reste en artels et coopératives.

  • 28 Feineberg, voir Carnet 1925.

67Finn28 vient me voir. Il part pour la France et portera une lettre. L’article est payé par le Goudok 20 roubles (rouble = 0,5 dollar). Après le départ de Finn, un rédacteur du G. viendra ici chaque semaine pour l’article hebdomadaire. Puis, à son retour, vers le 25 juillet, nous réglerons les conditions de travail pour la suite. Il pense à me demander des comptes rendus parlementaires, des portraits d’hommes politiques, des actualités. On les ferait parvenir par poste aérienne.

68Sorti de 8 à 9 : autour du Grand théâtre et du Kremlin. Jardins publics bien entretenus, plein de monde calme et tranquille. Hauts parleurs : musique, nouvelles des journaux ; gens bien habillés, simplicité de vie, pas de luxe. Çà et là, à travers Moscou, quelques ivrognes. La vodka ! Mais ensemble de bonne tenue ; gens à bonne mine et bien nourris.

Jeudi 5 juillet 1928

69(4-96-66, téléphone particulier de Kameneva).

  • 29 Boris Savinkov, (1879-1925), socialiste révolutionnaire qui combattit les bolcheviks les armes à la (...)
  • 30 Jules Grandjouan (1875-1968). Dessinateur engagé, il entretient des liens avec le mouvement ouvrier (...)

70Ne pourrait-on faire des échanges de photos entre l’Huma et la société pour les relations culturelles entre l’URSS et l’étranger ? Telle est la première question qui m’est posé quand j’arrive au siège de la société, 6, rue Malaia Nikitskaia. Cette société a un bulletin d’information qui parait en quatre langues. Le bureau de la presse de la société, Voks, est dirigé par d’Aerenthal, qui fut engagé dans les hussards pendant la guerre en France et fut aussi le bras droit de Savinkov29. Depuis, il est devenu bolchevik et il sert très fermement le régime. C’est la secrétaire de Kameneva, la camarade Rabinovitch, qui vient me prendre en auto pour aller à Voks. Nous visitons la maison en détail. Bureau de réception pour les publications scientifiques internationales : toutes les sociétés scientifiques d’Europe et d’Amérique échangent leurs publications et brochures avec la Russie. C’est ici que sont centralisés ces services. Puis, le bureau du Bulletin d’information. Puis, un bureau pour l’Espéranto. On y reçoit les journaux espérantiste de tout l’univers. Un bureau pour la préparation des expositions russes à l’étranger, pour la littérature, l’art, la musique, la peinture, le théâtre. Il contient des cartes économiques de la Russie, avec les zones exactes des céréales, des minéraux, des divers produits du sol et du sous-sol. Le but de l’office est de s’adresser aux milieux de gauche de tout l’univers et de les intéresser à ce qui se passe en Russie. Il y a des succursales en tous pays. En France, c’est Grandjouan30 qui dirige l’office. Quand Barbusse est venu à Moscou on l’a mis en rapport avec tous les écrivains russes. Gemier, Langevin.

  • 31 Maxime Maximovitch Litvinov (de son vrai nom Max Wallach) (1876-1951). Il milite d’abord au sein du (...)

71Mais Kameneva se demande par quelle tactique on pourrait rapprocher les milieux de gauche internationaux de la Russie. Elle sent qu’en ce moment, partout, ils s’en écartent. Elle pense que nous ne savons pas utiliser les circonstances pour agir sur eux. Ainsi, il est sûr qu’après les propositions de Litvinov31 à Genève, il y eut partout une forte sympathie en faveur de la Russie qui apparaissait comme la citadelle de la paix. Mais depuis, rien n’a été fait pour développer et maintenir cet état d’esprit. On n’a pas créé près du parti, hors du parti, impulsés par des camarades du parti, des organismes qui auraient fait de la propagande sérieuse en faveur des propositions de Litvinov.

  • 32 Il s’agit de Monde.
  • 33 Bernard Lecache (1895-1968). Fils d’un maître tailleur, il collabore à de nombreux journaux. Après (...)
  • 34 Caroline Severine, née Rémy (1855-1929). Amie de Jules Vallès depuis 1880, elle collabore au Cri du (...)

72De même pour les réalisations en Russie. Nous apparaissons comme des rêveurs, des constructeurs de plans. Mais nous sommes cela et autre chose. Il serait bon de montrer par le détail ce que nous faisons. Le bulletin de Voks s’y efforce. Le journal de Barbusse n’est pas bien venu32. Celui de Lecache33 est plus vivant. Dans la société Voks, on tient à Severine34 et à son milieu. On me demande quel accès on peut avoir auprès de la gauche littéraire et artistique française. Et en conclusion, Kameneva propose de réunir pendant le VIe Congrès, quelques Français, Allemands, Anglais, Américains, Russes pour étudier ce problème sous la direction de Zetkin et de Barbusse par exemple. Soit !

  • 35 Francis Jourdain (1876-1958). Il fréquente les milieux anarchistes et libertaires, avant de sympath (...)

73C’est Voks qui a installé l’exposition de la presse russe à l’exposition de Cologne. C’est Voks qui a installé l’exposition russe à Bruxelles qui fut saccagée par les fascistes. En janvier 1928, elle en a fait une autre à New-York où furent montrés les produits du travail de l’artisanat paysan, de la céramique moderne de Petrograd, de l’ensemble de l’industrie. Kameneva me dit que son œuvre de rapprochement des intellectuels de gauche du monde entier vers la Russie est des plus essentielles pour le parti. Elle se plaint de ne pas trouver en France un appui sérieux, ni même un appui quelconque dans le parti communiste. Elle me prie de voir en France Grandjouan et Jourdain35 et de travailler avec eux. La camarade Rabinovitch me fait photographier par le Volsk et me dit qu’elle va me préparer une visite d’une grande prison russe pour que je puisse faire la comparaison avec la Santé.

  • 36 A.V. Lounatcharsky (1875-1935), commissaire du peuple à l’Éducation.

74Je demande : « qu’est venu faire ici Barbusse ? ». Il est venu parler de sa revue Monde à Tchitchérine et Lounatcharsky36 et refaire son voyage au Caucase pour son livre sur la Géorgie. On nous réservera une entrevue avant son départ pour le sud. Au déjeuner, un camarade vient m’annoncer que demain vendredi, 10 heures précises, une auto m’attendra au Komintern pour aller voir Clara Zetkin ; deux heures après, elle me ramènera à Moscou.

75On m’annonce à 6 heures qu’à la Commandatur du Komintern, j’ai un permis pour assister au CC du PC russe. Je m’empresse de m’y rendre. Justement, c’est au tour de Staline de parler du Programme. Autant que me le fait comprendre le traducteur, il dit des choses sages et prudentes. Après la révolution faite, il ne faut exproprier que les choses essentielles. Il faut laisser les petites propriétés rurales, commerciales. Le communisme de guerre n’est pas inévitable, et au moins il faut qu’il soit court, à moins qu’il ne se produise une intervention étrangère.

76Une répétition de ce qu’on fait les Russes est exclus. Il ne peut plus y avoir de révolution isolée puisque nous sommes là. Nous aiderons directement ou indirectement les autres révolutionnaires. Nulle nécessité de nationaliser toute la terre ; nous l’avons fait parce que nos paysans n’avaient pas un sentiment de la propriété aussi fort qu’ailleurs, en certains pays. Plus un pays est bourgeois, plus il faudra y faire de concessions sur la propriété privée de la terre. Le programme contient beaucoup de l’expérience russe. C’est que notre révolution n’est pas russe, mais internationale. Dans les pays encore féodaux, comme la Pologne, la révolution devra d’abord être démocratique puis sociale. Dans les pays très évolués, la révolution sera tout de suite sociale.

  • 37 N.K. Kroupskaïa (1869-1939), veuve de Lénine.

77Ensuite, c’est Kroupskaïa37, le femme de Lénine ; elle se plaint que le Programme soit écrit en un style froid de professeur ; qu’il n’y a nul appel au sentiment ; qu’il ne parle pas au cœur ; qu’il n’y a nulle place pour la femme ; qu’il n’est pas assez concret ; qu’il ne développe pas assez l’idée des Soviets, par exemple. Après l’audition de ces deux orateurs, nous partons. Le Comité central se tient dans la salle du trône. La scène me rappelle la visite de dimanche à Compiègne. Les cent camarades du CC remplacent l’Empereur. Il y a peu de femmes dans cette représentation, quatre ou cinq au plus. Ce n’est pas comme en 1920 !

  • 38 K.I. Vorochilov (1881-1969), commissaire du peuple à la Guerre, membre du Bureau politique du parti (...)

78Lorsque Staline parle on l’interrompt, il sourit tout le temps. Il répond. Jamais son ton ne s’élève. Il a quatre ou cinq petites notes sur des bouts de papier, puis sa pipe courte et un verre d’eau. Il a la blouse russe et des bottes. Quant à la toilette de Kroupskaia, elle est celle d’une ouvrière pauvre de Paris. Il y a là Boukharine, Rykov, Kalinine, Vorochilov38. Tous m’accueillent avec des démonstrations de joie. Spectacle de simplicité. Pas d’éloquence ; on lui a tordu le cou. Pas de phrases. Des idées !

Vendredi 6 juillet 1928

79Visite à une usine d’instruments de précision (réveils, coucous, compas). 830 ouvriers, dont 100 femmes. Un quart com. 12 % employés. Salaire minimum : 75 roubles ; maximum : 220 roubles. Moyenne : 130 roubles. Travail à la chaîne encore imparfait. Outillage bon. Il y a un conseil d’entreprise. Le directeur technique est membre de la cellule. C’est la cellule qui commande. Très peu de conflits. Ouvriers déjà spécialisés. C’est une usine qui bat à plein. Elle ne suffit pas aux commandes. Rationalisation, salaires aux pièces, huit heures dans les ateliers sains, six heures dans les malsains. Coopérative. Les tarifs sont modifiés tous les ans ; tous les ouvriers sont appelés à discuter sur les tarifs durant six semaines.

80C’est là que l’opposition descendit pour la première fois. Discussion de 4 heures du soir à 5 heures du matin. 122 pour la maj., 20 contre. Il y a une Commission de la production, une Commission de défense de l’URSS. L’usine patronne un village paysan. De 14 à 16 ans, 24 roubles aux apprentis. Il y a avancement réglé par ordre. La commission d’entreprise et la cellule font les choix des contremaîtres et des dirigeants.

81À 10 h du matin, une auto nous prend au Komintern avec quatre membres du Comité international des femmes et nous partons voir Clara Zetkin. Elle est à Arkhangelskoie, à une heure et demi de voiture de Moscou. Voyage excellent à travers des villages pauvres. Des troupeaux de plus de cent bêtes gardés par un berger collectif. Il n’y a que du seigle, quelques pommes de terre et de la jachère. Maisons souvent couvertes en chaume. Très peu de maisons de briques. La route est assez bonne, pavée sur un long parcours, ailleurs macadamisée, mais à certains endroits effondrée et pleine de fondrières.

82On arrive dans la propriété où est Clara Zetkin. C’est une propriété d’État : chalet de bois charmant, entouré de forêts magnifiques et de prairies. Il y a là une propriété d’État cultivée par les travailleurs du cru sous la direction d’un agronome. Ils ensemencent 150 hectares de blé, des pommes de terre, des betteraves et font d’importantes quantités de foin. En outre, ils ont charge de l’exploitation de la forêt. L’endroit est très agréable.

  • 39 Ernst Thälmann (1886-1944). Il adhère dès 1903 au parti social-démocrate. Socialiste indépendant pe (...)

83Clara Zetkin me dit qu’elle est très mal satisfaite de ce que l’Exécutif a imposé à la France lors des dernières élections. Elle estime que cette politique était absurde. C’est que Boukharine est plus scolastique que politique et qu’il n’a pas de volonté. Quant à Staline, il est Asiatique et ignore tout des conditions de l’Europe. Ils ont accumulé des échecs un peu partout dans ces derniers temps, en Chine, etc. En Allemagne où leur procès qui finit par une reculade a soulevé contre eux un grand nombre d’Allemands. En Europe en général. Quant à leur situation intérieure, elle est inquiétante ; les paysans sont mécontents ; il n’y a pas de blé à la porte de Moscou et les villages de la région doivent venir chercher du blé à Moscou. Ils ont eu le tort d’engloutir toutes leurs ressources dans la grande industrie et de négliger la campagne. En Allemagne, la sympathie grandit pour le communisme. Et il n’y a pas de doute que la social-démocratie mène une politique double qui va nous servir. Ou bien les sociaux-démocrates démontreront leur incapacité de gouverner ; ou bien ils gouverneront contre les ouvriers, sans pouvoir réaliser leur programme. Dans les deux cas, ils sont diminués à notre profit. Malheureusement, notre parti n’est pas fort. Ses hommes, même Thälmann39 sont tenus pour quantité négligeable. Ils n’ont pas de crédit moral.

  • 40 Anette Vidal (1894-1974). Elle est institutrice dans la région de Cannes quand elle adhère, en 1920 (...)

84L’appareil est tout entier sans réaction contre l’Exécutif. Pas de cellules dans les grandes usines et une organisation faible. La guerre est très menaçante et à force d’avoir crié au loup les années passées, maintenant que le danger est là, on ne nous croit plus. Tels sont ses propos amers. On vient me demander si je veux voir Barbusse. Une porte s’ouvre et voilà Anette40 qui apparaît, puis Barbusse. Stupeur ! Ils rentrent à Moscou mardi et l’on s’y verra. Barbusse reste très enthousiaste de Monde. Il veut renseigner objectivement la masse des gens qui sont hors du communisme et il est entouré d’une pléiade de penseurs de bonne volonté. Pour commencer il veut faire une étude à Monde sur les projets des Russes de travailler la terre en commun. Puis il va partir pour la Géorgie et le Caucase.

85Nous dînons chez Nicolas Roussanov, procureur à la Cour de cassation. Il a invité deux sœurs artistes, dont l’aînée est au piano d’une virtuosité extrême. Elles jouent et chantent le Mariage juif et autres musiques juives. L’aînée gagne 250 roubles par mois au théâtre et entretient toute sa famille père, mère, sœur, fille qu’elle a fait venir de je ne sais quel ghetto de province. Elle a été autrefois dans l’armée révolutionnaire et on la dit GPOU. Au dîner, un poulet aux champignons, préparé par Marielle Roussanov, maîtresse cuisinière parisienne.

86(Il y a en tout 10 000 autos en Russie, peu de bicyclettes).

87(Fait apporter aujourd’hui au Komintern un papier pour G.).

Samedi 7 juillet 1928

88Dès 7 h du matin commencent à défiler chez le boulanger et le laitier coopératif, qui sont en face de l’hôtel, des hommes, des femmes qui viennent prendre leur pain et leur lait. Puis, à côté, il y a un marchand de journaux. Les femmes ont sur la tête un fichu qui enveloppe leurs cheveux. Les hommes ont presque tous la casquette de l’ouvrier. Il en est beaucoup qui portent les hautes bottes russes ; mais beaucoup aussi ont des souliers bas, comme partout. Les femmes prolétaires portent encore la robe longue, avec par dessus une sorte de lévite qui tombe sur les genoux. Mais un grand nombre ressemblent tout à fait à des ouvrières ou à des petites employées de Paris par leur habillement. Tous portent à la main un petit pot à lait et un cabas pour le pain. La plupart des femmes gardent leurs cheveux et ne les ont pas fait couper. On peut dire que tout le monde est chaussé et bien chaussé. Très peu d’apparence de misère sale comme jadis ici. Nombre d’hommes attendent leur tour pour être servis en lisant la Pravda. Quand l’affluence est trop grande, surtout à la laiterie, on prend la queue tranquillement avec patience et discipline. La blouse russe et le paletot de cuir prédominent.

89Première réunion de la délégation française, 10 h du matin, chambre 88. A 4 h 30, à la maison de l’Armée rouge.

  • 41 Boris Mikhailov Williams, représentant de l’IC auprès du PCF en 1925, membre de l’appareil de l’IC.
  • 42 Nikolaï Alexandrovitch Ouglanov (1886-1937). Il milite au sein du parti bolchevik de 1907 à 1932, p (...)

90William41 m’annonce que le CC est très nerveux et le parti aussi. La jeunesse de Moscou accuse Ouglanov42, secrétaire de l’organisation de Moscou, de manœuvres fractionnelles contre la direction du parti. Ouglanov a déposé un document devant la Commission de contrôle demandant le remplacement de Staline qui par sa politique de communisme de guerre mène la révolution à sa perte en soulevant les paysans contre le pouvoir soviétique.

91Avant le CC, Rykov et Staline s’étaient mis d’accord pour une solution commune. Mais est-ce que cette unanimité va se retrouver au CC et dans le parti ? C’est l’objet de la discussion d’aujourd’hui au CC. Au reste, les compétences de l’agriculture soviétique estiment que la récolte prochaine atteindra 4,5 milliards de pouds, c’est-à-dire 500 000 pouds de plus que l’an dernier.

  • 43 Antonio Gramsci (1891-1937). Théoricien et homme politique italien, il s’oppose trés tôt aux interp (...)

92Un camarade italien me dit la vie terrible des communistes en Italie. Avoir dans sa poche un petit journal clandestin : dix ans de prison. Plus la possibilité de dire ou d’écrire un mot. Ni d’appartenir à aucune organisation syndicale. La police est extrêmement puissante. Chaque concierge doit renseigner sur tous les actes de la vie des locataires. Les lettres des suspects sont toutes ouvertes. 6 000 hommes et femmes en prison. La prison très dure. Gramsci43 et Terracini au droit commun qui menace leur vie. Même dans les pays balkaniques la situation n’est pas aussi rigoureuse, car il y a encore des partis socialistes, républicains démocrates qui, malgré tout, freinent dans une certaine mesure le gouvernement. Les communistes italiens croient que l’immense majorité des ouvriers italiens haïssent le régime ; ils sont malheureux. Les ouvriers fascistes ont les meilleurs traitements. Seule la presse libérale anglaise ou américaine, lorsqu’elle étale les cruautés du fascisme, a une action positive sur Mussolini. Cependant la campagne de l’Huma a bien porté et n’a pas été sans résultats.

93À 5 h, à la maison de l’Armée rouge ! C’est un établissement magnifique, ancien établissement universitaire pour les jeunes filles nobles. On y a installé un historique de l’Armée rouge, le récit colorié des combats contre les blancs depuis octobre 1918 et l’état actuel de l’Armée rouge. C’est un musée militaire. On ne nous épargne, pendant deux heures, aucun détail. À la fin arrive une délégation ukrainienne de Kharkov et il faut, hélas, faire un discours ! Juché sur un affût de canon ; puis le triomphe me fait sauter en l’air comme une balle !

  • 44 Louis Monnerot. Après avoir suivi des cours à l’École du marxisme-léninisme de Moscou, il est envoy (...)

94On rentre. Nous trouvons les jeunes élèves de l’école léniniste envoyés ici par le parti français. Il y en a un qui trouve qu’Engels a des déviations de droite dans la question nationale. Ils sont grisés par tout le marxisme qu’ils n’ont pas digéré après deux années d’études. Mais l’un d’eux, Monnerot44, a été faire un stage dans une usine comme ajusteur. Il a vu travailler les ouvriers russes. Il constate un progrès considérable de la production. Ils font un acier excellent. Ils font des moteurs. Il y a encore beaucoup de démagogie dans les comités d’usine et beaucoup d’individualisme ainsi qu’une tendance à la paresse. Mais dans l’ensemble, il constate une tendance importante à l’amélioration. Son usine était dans un petit village à soixante kilomètres de Moscou. Les ouvriers gagnaient 150, 200 roubles. Ils avaient une vache qui rapportait 3 roubles par jour. Ils élevaient leur maison avec un prêt de l’usine. Les ouvriers russes gagnent en définitive, dès maintenant, plus que les ouvriers français. Le plus modeste : 75 roubles, c’est-à-dire 750 F. Mais pas de loyer ou très peu (2 à 3 roubles par mois), le bois, l’éclairage, pas d’assurances sociales à payer, une coopérative qui vend à perte. Ils sont attachés à fond au régime. Cette usine est dirigée par un anarchiste rallié au bolchevisme qui déclare que c’est l’étape vers son idéal. C’est une usine d’électro-acier.

Dimanche 8 juillet 1928

  • 45 Enoukidzé. Voir Carnet 1925.

95Les travailleurs de Moscou nous invitent à fêter avec eux sur le Champ d’octobre, la journée de la constitution et de la défense du pays. Tel est le libellé de l’invitation qu’on m’envoie en me priant d’être exact. Une foule immense a envahi le Champ d’octobre. C’est le champ de l’aviation et des manœuvres militaires. Il s’agit de commémorer la date de la fondation de l’union des républiques soviétiques de Russie. La République soviétique russe est constituée sur la base de l’alliance libre de nations libres, comme une fédération des Républiques soviétiques nationales. Six Républiques nationales indépendantes sont fédérées entre elles. Dans chacune il y a des minorités nationales reconnues : 14 Républiques autonomes, 17 régions autonomes, alliées librement et fraternellement. Le libre développement culturel est assuré à chacune d’entre elles. L’enseignement en Russie se donne en 62 langues, dans les écoles primaires. À midi, il y a 100 000 assistants et le flot monte. On commence les discours : Yenokidze45 puis le chef militaire de Moscou, puis je parle au nom du Komintern. D’autres encore. Les Ukrainiens m’obligent ensuite à danser leurs danses locales.

96Commence le défilé des ouvriers armés de la défense volontaire de la République ; puis des gymnastes, hommes, femmes, des soldats, des cavaliers. La foule arrivait toujours par deux fleuves. Grand enthousiasme populaire. Émouvant spectacle. Tout à coup, la pluie qui menaçait se met à tomber avec force, longtemps. La fête est interrompue. Nous rentrons à 5 h.

97(Les correspondants ouvriers des journaux : étudier ici leur fonctionnement).

Lundi 9 juillet 1928

98Un deuxième papier au G. À 7 h, visite au musée de la Commune. « Le Noyau fondamental ». Racamond m’annonce que les instituteurs de la CGTU déposent une motion de blâme contre le secrétariat parce qu’il a participé aux élections. Prié Racamond d’agir auprès de l’ambassadeur de France pour le passeport (visa) de Finn, délégué au congrès des cheminots.

  • 46 Finn., Feineberg. Voir Carnet 1925.
  • 47 Rubrique des correspondants ouvriers.

99Visite au Goudok. 430 000 numéros par jour. (1 200 000 cheminots russes). La rédaction : un rédacteur en chef, six chefs de rubrique, 40 rédacteurs. Elle a ses bureaux au Palais du travail, dans une ancienne institution d’enseignement, Solanka, 12. Dédale inouï de couloirs. Finn46 se tient à la chambre 371 ou 373 (Tel 4-66-40). Un autre rédacteur Amrom parle français. Le rédacteur en chef et le chef du Rabcor47 sont là. Grand entretien. Il est entendu que l’on réunira la rédaction au complet et les typos jeudi soir 7 h pour une réception afin de marquer ma troisième année de collaboration au Goudok.

100Les correspondants ont demandé à écrire à l’Huma et à recevoir des réponses des cheminots français. Finn me demande de régler nos arriérés avec le G. Je lui rappelle qu’en 1927, on a reçu 375 dollars au lieu de 520 et que pour les six premiers mois de 1928, 220 au lieu de 260. Restent dûs : 165 dollars pour le passé. Il me dit qu’on me donnera cet arriéré en argent russe et que le Komintern pourra changer en argent étranger. On pourra aussi me donner une avance sur l’avenir.

101À 6 h, commission du programme. À 7 h, on part pour la Maison de l’Armée rouge où a lieu l’inauguration de l’exposition de la Commune de Paris. Discours, naturellement ! Riazanov, un Belge et moi. Visite de l’exposition ; 5 ou 6 salles pleines : la fin de l’Empire, la guerre de 1870, la Commune, la semaine de mai, la Commune en province !

  • 48 Rakovsky, voir Carnet 1925.
  • 49 Claude Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon (1760-1825). Ses premiers travaux font de lui un préc (...)

102Ce sont des proclamations, des affiches, des caricatures, des portraits, des dessins, des manuscrits, le tout très dense, très complet. Riazanov regrette que la prolongation du CC ait dérangé tous ses plans. Le CC se tient encore jusqu’à mercredi et tous les militants russes y sont retenus. Il est satisfait de son œuvre qui est en effet intelligente. Il n’a pas manqué de montrer par des graphiques et des statistiques l’état économique exact de la France de 1871 pour expliquer les événements. Sur les conseils de guerre, il a réuni des documents rares. Il me dit en terminant que son ami Rako48 écrit pour la collection des utopistes, qu’il prépare une étude sur Saint-Simon49 qu’il aime beaucoup et qu’il connaît bien.

Mardi 10 juillet 1928

103Donné une interview au journal communiste de Troudheim, Norvège. Il y a ici, en ce moment, voyageant en Russie, une délégation de 25 étudiants Scandinaves, communistes ou sympathisants. Le parti communiste est fort à Troudheim, J. et Bergen. À Oslo, c’est le centrisme et la social-démocratie qui dominent.

104Presque tous les magasins de la Tverskaia sont des coopératives (sauf 14). En face ma fenêtre, le magasin de beurre et lait appartient à l’Union coopérative du lait panrusse, coopérative de production paysanne. À côté, la boulangerie, c’est un cartel, c’est-à-dire l’union d’une certaine quantité de travailleurs qui se groupent pour produire entre eux. sans employer ni exploiter personne et pour vendre leurs produits. À côté, c’est une coopérative de chaussures ; plus loin une coopérative du Soviet de Moscou. 85 % du commerce est collectif, sous des formes très variées.

105Discussion sur le programme de 6 h à 9 h du soir. La question paysanne.

106Un SR a jeté une grenade sur la Guépeou : un soldat est tué, une femme blessée. Aucune émotion en ville ; on a saisi les coupables.

107Aujourd’hui, trois papiers : Goudok, Pravda de Petrograd, Gazette ouvrière. À livrer demain matin 10 h, celui du Goudok, le troisième. Donné à 12 h 45 le papier de la Gazette ouvrière.

108Les deux auteurs de l’attentat de la Guépeou sont arrêtés. Ce sont deux blancs. Attentat inepte. Ils ont tué un soldat, blessé onze personnes dont une employée des tramways. Ils venaient de Paris par la Roumanie.

109Visite de l’usine Staline. Réparation de locomotives et wagons ; 1 000 ouvriers : 430 communistes, 200 jeunesses communistes. Travail aux pièces. 90 % qualifiés : 125 à 150 roubles, 10 % manœuvres : 55 à 75 roubles. Huit heures de travail moins une demi-heure de repos pour les ouvriers de jour. Sept heures de 4 h à 11 h. Sept heures, une heure de repos, nuit. Congés : un mois pour les travaux malsains ; quinze jours le reste. 137 apprentis à l’école professionnelle : quatre heures et neuf heures d’école, touchent de 27 à 50 roubles. 80 femmes pour le nettoyage : 60 à 70 roubles. 40 sont communistes. Comité d’usine : 23 (?) membres dont deux permanents rééligibles chaque année. Huit sont communistes, une femme.

110Commission culturelle, commission de patronage pour l’armée et le village, commission de production, commission sanitaire, commission de la coopération, commission de magasin (contrôle des prix), commission des tarifs, et conflits (30 conflits par mois sur les salaires). Accidents du travail : salaire complet tout le temps. Maladies : on paye quatre mois à l’usine, puis 50 % à 60 % du salaire payés par le ministère du Travail. Pensions : cinquante-cinq ans pour les femmes, soixante ans pour les hommes. Femmes enceintes : deux mois avant et après. Il sort cinq locomotives par mois. Outillage convenable. Salle de spectacle, de réunion, club, réfectoire. Syndiqués : 100 %.

111Visite avec Marrane et Renaud Jean au grand Bazar soviétique, près du grand Théâtre.

Mercredi 11 juillet 1928

  • 50 Dimitri Manouilsky (1883-1959). Membre du PSDOR en 1903, il est plusieurs fois arrêté jusqu’en 1907 (...)

112Manouilsky50 au Kremlin. (Boukharine ?). Au CC russe d’hier, B. a déclaré qu’on a été un peu fort contre les koulaks. Il a réclamé une politique paysanne plus souple. On trouvera un compromis entre les tendances diverses du CC.

113Promenade matinale dans le Kremlin. Le soldat rouge entre son père et sa mère, vieux paysans de régions lointaines.

114Au CC, Kalinine parle avec bonhomie des grandes propriétés collectives agricoles en Russie centrale et Ukraine. Il faudra 300 millions de roubles. Le Polit bureau qui a décidé cela a été un peu vite. Une commission a accepté qu’on pouvait en trois ou cinq ans arriver à 100 millions de pouds pour la grande culture collective. C’est du blé qu’il faut produire. On envoie des agronomes en Prusse et en Amérique pour s’instruire. Toutes ces propriétés seront réunies en un trust d’État. Un spécialiste a été demandé pour diriger le trust. Il a posé ses conditions : « je nommerai et révoquerai ». On lui a refusé. On est en démocratie ouvrière. Notre commission a entendu des spécialistes ; nous avons un héritage malheureux au point de vue agricole. À l’étranger, pas un seul modèle de propriété collective pour le froment. C’est un nouveau type d’agriculture qu’il faut créer de toutes pièces. Il faut des tracteurs, on les fera faire à Kharkov et Poutilov. Poutilov en a fait 1 200 cette année. On pourrait en faire plus par une série d’usines qui feraient les pièces détachées. Il serait dangereux d’attendre les tracteurs de l’étranger. Tout le BP russe a été unanime ; c’est dans notre programme. Jusqu’ici il n’a pas été appliqué.

115Voilà pour les domaines d’État soviétiques. Il y a aussi des communes. Pourquoi n’avons-nous pas appliqué notre programme jusqu’ici ? Il y a déjà quelques propriétés collectives. Elles rapportent un certain revenu à l’État. Le moment est favorable. Nous sommes en retard de 500 millions de pouds sur notre plan. Ce n’est pas parce que le koulak stocke.

116Manouilsky me dit : « Nous avons des difficultés avec les paysans, mais on les surmontera. Malheureusement, il faut que le paysan paye notre restauration industrielle ». Manouilsky me fait asseoir au milieu du CC pour me traduire Kalinine. Le CC est très gai. Kalinine le fait rire unanimement par ses plaisanteries. On l’interrompt à chaque instant. C’est une conversation amicale. On crie à Kalinine : tu défends les koulaks ; tu es un petit bourgeois. Non, répond Kalinine, çà dépend pourquoi on défend le koulak. Tout le Polit bureau les a soutenus, comme moi. Le koulak produit ; je ne le défends pas pour l’éternité. À l’heure actuelle, il est producteur. Si vous me garantissez que les pauvres produiront autant, alors je suis contre le koulak ! Vorochilov est de mon avis. Le niveau de la production agricole est très bas ; vous en êtes responsables ! Kalinine défend à fond le koulak. Manou trouve le discours mauvais. On est très indulgent pour lui. Kalinine pense qu’il faudra que le trust ait une grande indépendance ; pas de centralisation excessive. (Je suis placé entre le délégué de Nijni et celui de Toula).

117Lénine a dit : « il faudra transformer lentement la propriété personnelle du paysan en propriété collective ». K. se déclare d’accord avec Staline. Où commence le koulak ? Il faut donner au koulak un régime de droit., en finir avec le communisme de guerre. Nous avons décoré des paysans pour leur bonne production. Maintenant vous les traitez de koulaks. On a chassé, l’an dernier, 15 000 grands propriétaires et donné leurs terres aux paysans. Il ne faut pas être contre le koulak. Nos organismes d’en bas nationalisent même des propriétés, des maisons de 1 000 R. Kalinine proteste. Sur les 300 millions de cette année, nous allons dépenser 17 millions pour préparer les propriétés collectives. Pas un sou n’en sera investi dans la terre. Là où il y aura des propriétés d’État : Caucase du nord, Volga, Samara : 98 000 ?, Saratov : 64 000, chez les Tarares : ensemble : 125 000 hectares.

118Visite à l’ancienne maison de Taratouta. Sa famille est partie.

119Après le discours de Kalinine, visite au Kremlin. Les jardins sont fort bien entretenus et fleuris avec goût.

120De ma conversation avec Manouilsky : il se déclare très satisfait de la manière dont nous avons mené la campagne électorale. Il déclare que je connais bien le prolétariat français et que nous sommes les plus qualifiés pour lui présenter les directives de l’Internationale. Il me dit que le congrès commence le 15 et que le programme y sera adopté, car depuis trop longtemps l’Internationale l’attend.

121La Rabotchaia Moskova, journal de Moscou et de son gouvernement me demande deux papiers : un sur la répression en France ; un sur les tâches du parti en temps de guerre. (300 000 exemplaires).

Jeudi 12 juillet 1928

122Du trust du textile, on téléphone qu’on viendra me chercher à 11 h 30 pour une visite du trust. La Rabotchaia Moskova tire à 300 000 exemplaires. Elle a soixante rédacteurs. Le plus grand journal russe est La Gazette paysanne (hebdomadaire) : 700 000 numéros. Après, la Pravda : 600 000.

123Visite à l’un des magasins du trust de la soie à Moscou. Toute la matière vient de la Russie. Les usines sont groupées autour de Moscou. L’une, celle de l’ancien capitaliste français Giraud, est l’une des plus florissantes. L’ensemble du trust de la soie fait 70 000 000 de roubles d’affaires. Dans le seul magasin que nous visitons : 60 000 F par jour. Variétés de soie, de soie-coton. Les clients sont pour 70 % des paysans, des paysannes et des ouvriers. En effet, ceux qui achètent au moment de notre passage ne sont évidemment pas de Nepmen. On me fait des prix de gros pour trois achats et j’en ai pour 28 roubles. Les prix sont sensiblement les mêmes qu’en France. Je signe un petit papier qui reste au magasin. Pour l’industrie textile générale, 800 000 travailleurs pour toute la Russie, dont moitié de femmes.

124La demande est beaucoup plus considérable que la production. Il faudrait développer beaucoup les usines ; mais l’achat des machines est très onéreux et celui des matières premières. La Russie produit maintenant la moitié de son coton et très peu de laine. Encore, la laine est mauvaise. Il faut donc acheter beaucoup à l’étranger de laine et de coton. La progression de l’industrie est constante. On commence à construire en Russie des machines à tisser. Les camarades visitent le Club d’été des employés de Moscou. Coût du Club : 3 millions : piscine, salles de jeu, terrain énorme de sport, salles de lecture, théâtre, arbres, verdures, à l’extrémité de Moscou.

125Au Goudok, à 9 h, conférence des correspondants ouvriers en compagnie des camarades de la Rote Fahne de Vienne. Il s’agit de nouer des liens entre les correspondants ouvriers de Russie et de l’Huma. Ils demandent à parler directement aux ouvriers français dans l’Huma. Que la page de l’URSS leur soit consacrée pour dire aux ouvriers français leur état présent, leur vie, leur progrès. Et que s’établisse ainsi, par l’Huma, une correspondance directe et constante entre ouvriers français et ouvriers russes.

126Je fais un exposé sur la presse française. Après, le rédacteur de la Rote Fahne dit quelques mots sur la presse autrichienne. Les petits papiers arrivent au bureau. Une ouvrière de Vienne, correspondante ouvrière dit quelques mots. Le rédacteur en chef du Goudok préside. Le nombre des papiers augmente considérablement. Tous les camarades demandent la parole. Ils demandent que les meilleurs correspondants ouvriers français viennent à Moscou voir les Rabcors. Le flot des petits papiers augmente vers le bureau. L’Assemblée est composée des Rabcors de le Gazette de Moscou et du Goudok. Au nom des cheminots, un cheminot nous salue. Les ouvriers du textile ont un quotidien qui tire à 150 000. Ils demandent de faire un article général sur les Rabcors et la réunion de ce soir. Tous les Rabcors qui sont là travaillent à l’usine.

127Finn nous promène en auto dans Moscou et en banlieue pour voir les nouvelles maisons ouvrières que le Soviet a fait construire en ces dernières années. Il y en a de très belles, d’un goût parfait, des grandes à quatre étages, des datchas en bois verni. Celle des cheminots, auprès du Goudok, est immense. On loge 3 000 familles ouvrières. On refait les routes autour de Moscou. Il y a des rouleaux compresseurs. De nombreuses bicyclettes, des trams bondés ; tout le quartier que nous parcourons est la Krasnaia Presna, le vieux faubourg Saint-Antoine des révolutions russes.

Vendredi 13 juillet 1928

  • 51 Kurella. Voir le Carnet de 1925.

128Nous prions depuis huit jours Kurella51 de nous organiser un service rapide pour les lettres et les dépêches à l’Huma. Impossible de le trouver. Quand se réunit, ici, le BP ? À cette question, pas de réponse.

129Vu Humbert-D. au Komintern. La question essentielle, pour la France, en ce moment, c’est la question syndicale. La CGTU ne va pas aux ouvriers. Elle attend que les ouvriers viennent à elle. Elle est bureaucratisée. Elle est un organe qui répète les formules du PC et ne fait pas à vrai dire œuvre syndicale proprement dite. C’est là qu’il faut porter l’effort. Quant au parti, il y a lieu de renforcer le BP qui, en ces circonstances, et depuis le redressement du parti a plutôt l’air d’être à la remorque du parti qu’à sa tête. Quelques remaniements aisés y pourvoiront. On posera les questions des élections municipales de l’an prochain. Il faut utiliser Renaud Jean dans la propagande agraire.

130Visite au marché des paysans. Bien achalandé : légumes, fruits, poulets de très bonne mine. On en peut dire autant de la manipulation de la viande. Le Grand bazar est toujours aussi plein de monde. C’est le Bazar de l’Hôtel-de-Ville plus que le Printemps ou les Galeries Lafayette. La démolition de l’église sur la place avance. Les Russes, pour un travail, se mettent toujours nombreux et avancent lentement. Mais, ils arrivent.

131Mme Roussanov me dit que la vie est morne, qu’il n’y a pas de distraction et que le salaire de son mari (220 roubles par mois) ne suffit pas. Il doit faire des travaux supplémentaires et elle aussi doit travailler. Pour les coopératives, l’employé laisse perdre une quantité importante de marchandises ; il n’est intéressé aucunement à la vente. Il faudrait trouver le moyen de l’intéresser. En ce moment, les paysans viennent à Moscou chercher du pain. Il y a beaucoup de petits bourgeois qui vivent dans des demi-pièces. On sépare une chambre en deux par un rideau et deux ménages y habitent.

132Cependant, il y a des améliorations certaines, surtout dans le prix des vêtements. Mais, et le luxe ? Et bien, la femme russe dont le mari gagne 200 roubles achète de quoi faire une robe et le reste du mois, on mange peu ou pas à la maison ; et le mari ne proteste pas. Il y a ici, en raison du climat, une grande paresse et une grande saleté. On achète des objets de luxe et on se passe du nécessaire.

133Aujourd’hui le Soviet n’est qu’une administration locale. Il fut au début un organe de combat. Aujourd’hui, il n’y a pas de beurre, demain pas de viande, après-demain un autre produit manque. C’est que les transports sont mal organisés. C’est aussi parce qu’il y a des gens qui stockent quand ils le peuvent. En général, tout le monde est pauvre. Tel est l’avis d’une petite française de la rue qui a passé la révolution courageusement en mourant de faim sans se plaindre.

Samedi 14 juillet 1928

  • 52 Maurice Garay (1894-1930). Fils d’un employé de chemin de fer, il adhère à la SFIO lorsqu’il est dé (...)

134(Ardinger, l’affaire Barbusse-Roussanov). On nous dit que les prix des produits de l’agriculture russe ont augmenté de 100 depuis la guerre ; ceux de l’industrie de 200. Ciseaux : lors de la dernière expédition chez les paysans, plusieurs milliers d’arrêtés. Des appels en Ukraine « Soldats ne tirez pas sur les paysans : à bas les ouvriers ». Garay52 avoue que la bureaucratie est extrêmement lourde, mais que c’est un fait russe, comme la lenteur au travail, les discussions interminables, et le bakchich.

135Si le pain a manqué, c’est que le paysan se nourrit beaucoup mieux. On vient d’acheter du blé pour la Russie en Autriche et au Canada. Il reviendra ici fort cher. Or, on ne donne au paysan que 80 ? Pour le quintal de blé payé en France 100, 120, 130 et plus. On fait manger du pain aux chevaux, car l’avoine est chère.

136À 10 h 30, visite d’habitations ouvrières. À 2 h, réunion de la Commission internationale de contrôle, salle rouge du Komintern. Je passe devant le MOPR, blanc éclatant.

137IKK. Son travail : résoudre la question de l’unité et la fermeté des PC. Trancher si les camarades ont des plaintes sur les CC des PC. Trancher les divergences politiques que la commission lui soumet. Elle contrôle les finances de l’IC. Elle ne se mêle pas dans les divergences d’organisation, d’administration des PC, mais seulement des dissentiments non politiques, des conflits entre les CC des partis et les camarades.

138Ordre du jour de la réunion. La situation financière. Section polonaise et ses finances. Modification à l’article 27 de l’Exécutif. Le siège de l’IKK. L’IKK est une institution à part. Elle [ill] les questions de l’unité et l’homogénéité des PC et celles concernant des membres considérés individuellement. Elle reçoit les plaintes sur les CC et les organes centraux des PC si cela concerne la discipline. Lorsque les questions de disciplines frappent les membres des CC nationaux, ils ont le droit d’en appeler à l’IKK. En ce qui concerne les membres des PC, elle ne s’en occupe que si elle le juge nécessaire. De plus l’IKK révise les finances. Bref, l’IKK ne doit plus s’occuper que des divergences entre les membres des CC des partis et des sanctions disciplinaires qui peuvent frapper les membres des CC.

  • 53 Petr Ivanovitch Stouchka (1865-1932). A partir de 1895, il milite au sein du mouvement social-démoc (...)

139Président : Stouchka53.

140Pour les comptes, le PF n’a remis de comptes que pour six mois de 1927. L’IKK se plaint que les appareils absorbent trop d’argent et qu’il ne reste rien pour la base. Il propose qu’il soit attribué un minimum de 20 % pour les œuvres de base. Les frais de l’appareil des députés allemands dépassent le total de leurs cotisations. Il faut arriver à consacrer davantage au travail effectif, à la propagande. Il faut que l’IKK soit débarrassée de l’examen des conflits d’ordre personnel. En dehors du cas des membres du CC, nous proposons de ne plus nous occuper que des différents politiques. On nous offre de discuter sur des cas d’expulsion pour ivrognerie. Non ! La Commission internationale des conflits est la suprême instance, le dernier recours pour les camarades expulsés du parti par leur congrès nationaux. C’est au Ve Congrès qu’a été fondée la Commission internationale de contrôle : 17 membres conformément à l’article 27 des statuts de l’IC.

141Pourquoi la bourgeoisie allemande exerce-t-elle une répression moins lourde que la française ? Parce qu’elle n’a pas de colonies, ni d’armée permanente. Et que les dirigeants allemands ne sont pas fâchés de voir les ouvriers communistes s’habituer à l’action militaire. Et enfin parce que s’il n’y avait pas une opposition vigoureuse en Allemagne, le pays sombrerait dans la platitude.

142En Russie, ce qui sauve le régime bolchevik, c’est qu’il n’y a pas d’opposition sérieuse intérieure. Au contraire, ceux même qui sont opposés au communisme repoussent violemment l’idée d’une nouvelle révolution quelle qu’elle soit. C’est à cet état d’esprit que s’est heurtée l’opposition trotskiste. Et c’est pourquoi cette opposition a si piteusement échoué. Les Russes ont fait surgir à l’Est des usines immenses en pleine forêts pour faire du papier. Dans trois ou quatre ans, ils feront leur papier eux-mêmes.

Dimanche 15 juillet 1928

143Renaud Jean a vu hier la fabrique de films russes. Incidents de Mme Lounatcharsky. Lounatcharsky fait un film et impose que sa femme joue le grand rôle. Un film est tourné devant les visiteurs. C’est un film d’autocritique contre la bureaucratie. Il est terrible. Une gare où il passe un train par jour. Les paysans viennent vendre leurs produits. Le chef de gare est mal disposé. Il dresse procès-verbal à une vieille paysanne qui a envahi la voie. Le chef du Soviet de village reçoit la convocation à comparaître pour la vieille. Comme il ne sait pas lire, il déchire le papier pour en faire du papier à cigarettes. La vieille est condamnée ; un garde vient la chercher pour faire ses trois mois de prison. Son vieux reste seul ; il va trouver le chef du Soviet avec douze œufs pour lui demander d’intervenir. L’autre prend les douze oeufs et ne fait rien. Le vieux va trouver le Pope qui lui dit que c’est la faute à la révolution, qu’ils sont tous damnés et que c’est bien fait. Il le met dehors. Le vieux remet sa cause entre les mains de la Jeunesse communiste. Deux jeunes communistes vont au chef-lieu pour obtenir la grâce de la vieille. Ils sont au bureau Xoo, le bureaucrate lit son journal de sports. Il les renvoie à un autre Yoo ; celui-ci déjeune et leur dit de revenir à deux heures. À deux heures, il les renvoie au bureau Zoo. À la fin de la journée rien n’est fait. Mais les bureaux fermés, les bureaucrates se réunissent à leur Soviet et avec à l’ordre du jour : la bureaucratie. Ils décident d’entrer dans la lutte à mort contre la bureaucratie en déclarant d’abord qu’eux ne sont pas des bureaucrates. Enfin, une intervention de communistes libère la vieille.

144Longue visite au Musée de la Révolution. C’est le résumé de l’histoire de toutes les tentatives de soulèvement depuis le XVIIIe siècle, avec une insistance spéciale sur les événements de 1905 et 1917 et années suivantes. Une magnifique statue de Plekhanov Erlich y a sa place près de Dénikine. Puis chez R. Les magistrats ont toujours un travail énorme après les fêtes. Pâques, Noël, etc. Les paysans s’enivrent et il y a des meurtres nombreux sous l’influence de la vodka. Ils se tuent de village à village. Les mœurs sont encore très grossières et le respect de la vie humaine n’a pas gagné. Après les expéditions contre les K., ceux-ci on fait appel devant l’instance suprême où siège R. Mais les ordres étaient formels d’appliquer l’article 107 sur le stockage et la spéculation. « À tout prix il faut du blé ! ». La répercussion sera grave pour les ensemencements futurs. Quant aux coopératives, il est tout à fait nécessaire de fournir à chaque employé un stimulant, de l’intéresser à la vente car, en ce moment, c’est un grand laisser-aller. On est mieux servi chez le commerçant privé. De plus, les coopératives ne sont pas assez dispersées. Elles sont concentrées en certaines grandes artères, loin des clients de certains quartiers. Formalisme, queues, bureaucratisme, autoritarisme, mépris du client, coulage, gaspillage. Sur des centaines de millions d’affaires, 0,75 % de bénéfices car pas de possibilité d’accumulation primitive pour le développement des magasins et pour le régime tout entier.

145Quant aux mœurs, il y a encore beaucoup de divorces, mais amélioration. Peu d’adultères ; même en ce moment, un certain puritanisme ; bonne tenue de la rue ; quelques prostituées, mais rien de comparable avec Paris. La femme russe est réservée et froide. De forts longs préparatifs, dit un Anglais, pour un bien mince résultat.

146R. me dit : « quand je suis à Paris, on me sert partout du vin. Et quand je trouve une maison de thé, je m’y précipite, car le thé me manque ! Habitude ! » Il y a sur la Tverskaia des Bier Halle ; la bière n’y est pas fraîche.

Lundi 16 juillet 1928

147À la maison des Syndicats. On va à 9 h à la salle du congrès. Essai du système de traduction immédiate des discours. L’orateur parle ; des traducteurs en toutes langues donnent toutes leurs phrases et les auditeurs, coiffés d’appareils de réception téléphonique, écoutent. La salle est celle de l’Union des syndicats de Moscou. Au fond, six colonnes en marbre blanc ; sur les côtés huit colonnes. Un luxe de lampadaires électriques, verre et cuivre. Le premier résultat de la tentative de traduction immédiate n’est pas heureux. On entend l’orateur en même temps que le traducteur et comme le premier parle plus haut et plus fort que le deuxième, il domine sa voix.

  • 54 Jules Moch (1893-1985). Entré en 1912 à l’École polytechnique, il est mobilisé en 1914, comme offic (...)
  • 55 Anatole de Monzie (1876-1947). Député de 1909 à 1919, sénateur de 1920 à 1929, puis député jusqu’en (...)

148Dans les salles qui précèdent celle du congrès, exposition des diverses sections. À la section française, on a quatre ou cinq grands panneaux. L’histoire de l’Huma, les campagnes de l’Huma, les correspondants ouvriers, la vente par région, les affiches de l’Huma, les journaux régionaux (20) et les étrangers édités en français (4). On n’a pas, faute de place, utilisé le travail de Mollaert. Un autre panneau : affiches électorales, un autre encore consacré à la littérature bourgeoise contre la Russie révolutionnaire et aux écrivains sympathisants. J’y trouve un livre de Jules Moch54, ingénieur de la marine 1924. La préface de Monzie55 : « le bolchevisme est une tentative asiatique de conversion et de colonisation ». Moch est moins brutal : « le Russe est un rêveur et un poète. Insouciance, hospitalité cordiale de la race. Rien n’est rien. Même pas la vie. Pays sans routes et sans voies ferrées ».

149Chefs bolcheviks ayant risqué leur vie cent fois et perdu leurs biens, emprisonnés, exilés. Aujourd’hui dévoués, travailleurs, intelligents et désintéressés. Rappel des agressions, celle de Pilsudski en avril 1920, recul en juillet-août. Au bord de l’abîme, ils ont fait un prodigieux rétablissement. Vie de famille reconstituée. Production nationale dans l’intérêt collectif. Universités ouvrières dans de riches immeubles moscovites. Bibliothèques publiques innombrables ; librairies remplacent les cabarets. Musées nombreux. Théâtres brillants. Cinémas originaux. Tentatives architecturales. Expéditions scientifiques. Assurances sociales, protection du travail, maternité, enfance ; hôtels particuliers transformés en crèches, garderies, dispensaires, cliniques d’une propreté immaculée. Droit soviétique. Les tribunaux sont des jurys. Nationalisation des industries, trustées avec un plan, une méthode. Production nationale et répartition dans l’intérêt collectif. La Nep a été instituée pour rapprocher les villes et les campagnes, pour reconstituer l’industrie avec les principes du capital. Ciseaux, la production industrielle est trop chère. Les produits agricoles sont trop bon marché.

  • 56 Charles Gide (1847-1932). Après des études secondaires à Uzes, l’oncle d’André Gide se rend à Paris (...)

150Gide56. En Russie, c’est le premier exemple d’une République socialiste ouvrière et paysanne. Elle dépasse le programme de Guesde. L’organisation coopérative englobe toute la vie économique. Lénine attribuait à la coopération une importance énorme. L’ouvrier portait déjà, il y a quatre ans, à la coopérative 30 % de son salaire. Il pourra lui apporter 74 %. Le bolchevisme est doctrine et État.

  • 57 Herbert Georges Wells. Romancier et journaliste anglais (1866-1946).

151Wells57. La révolution russe a mis l’imagination des masses en mouvement. Il y a des paroles obscures écrites sur le mur oriental de l’Europe. Les bolcheviks seuls rebattissent et rebatissent grand. Conversation avec Lénine : le capitalisme doit être abattu parce qu’il ne peut éviter la guerre. Le capitalisme ne peut pas administrer les ressources nationales en vue du seul intérêt général. Pour Lénine, l’extrémisme est la maladie du communisme. Il le combat ardemment. Lénine a idée d’électrifier la Russie, projet hardi dans un pays plat, sans houille blanche, sans techniciens, avec une industrie en agonie. Il voulait des routes, des chemins de fer électrifiés, un industrialisme neuf.

152Pour les paysans, on ne peut les convaincre en bloc, mais en détail, par l’exemple, en multipliant les grandes exploitations agricoles. Dans l’avenir, les villes deviendront plus petites. L’ouvrier remplacera le paysan à la campagne dans les grandes propriétés industriellement organisées. C’est alors que la mentalité paysanne se modifiera.

  • 58 Paul Faure (1878-1960). En 1901, il adhère au POF, puis rejoint en 1905 la SFIO. Il milite essentie (...)

153Les pronostics de Paul Faure58 : le bolchevisme en France, farce et imposture. Banqueroute. Imposteurs qui ont renié ce qu’ils avaient voté à Tours. Le bolchevik suit les erreurs de la foule, ce sont des ambitieux et des lâches.

154Le professeur Antsigarov disait, en 1921 : « Si le soviétisme demeure en Russie, dans dix ans, il n’y aura plus que 20 millions d’habitants, et dans la suite, la Russie s’éteindra ».

155Visite à l’Aurore rouge, usine textile de Moscou. Filature de laine et bonneterie, confection. Production : 28 millions de marchandises. 2 400 ouvriers, trois quarts d’ouvrières. Trois postes : on appliquera sept heures en 1930. Salaires : de 70 à 80 roubles. Quelques ouvrières gagnent 200 roubles. Une ouvrière qui travaille à faire des gilets de laine : 90 roubles. Outillage perfectionné : pour la filature, le peignage, le tissage, le tricotage, machines anglaises et américaines. Une couseuse mécanique actionne 2 400 aiguilles à la minute. Dans l’atelier, gaieté, joie. Pendant la demi-heure de repas auquel nous assistons, machines à l’arrêt ; les ouvrières prennent le thé, pain, des œufs, plaisantent et rient. Le directeur est un ouvrier tailleur. Il est à la cellule. La présidente du comité des ouvriers, la présidente de la cellule, bonnes ouvrières de l’usine ont fait le rapport sur les institutions. 242 membres à la cellule, 230 jeunes. Commission de la production du travail. Crèches, jardins d’enfants, salaires pleins aux femmes enceintes quatre mois, congés : quinze jours payés ; un mois pour les travaux durs ; maison de repos : 26 ouvriers en permanence ; sanatorial : maisons de convalescence : 340. Les ouvriers sont habillés par l’usine. 100 pionniers aux colonies de vacances. Commission culturelle, commission de production (suggestions des ouvriers). La production augmente constamment ; on rationalise ; on travaille et la machine entraîne l’ouvrier et l’ouvrière.

156En route, nous avons vu de très nombreuses maisons ouvrières récemment construites, au milieu des vieilles maisons de bois. Excellente impression.

Mardi 17 juillet 1928

157Ouverture du congrès. Un nombre restreint de femmes. Au déjeuner, j’interroge mes voisins de table, Chinois. Une jeune femme chinoise, à profil d’enfant, brune, a étudié à Lyon pendant deux ans. Elle va retourner en Chine. Elle laisse pousser ses cheveux, car si elle rentrait en Chine avec les cheveux coupés, elle serait tuée comme communiste. La répression est terrible. On tue sans jugement. Mais le PC reste confiant et courageux. Il y a des défaillances. La masse des militants ne lâche pas pieds, bien que les nouveaux généraux soient aussi cruels que les anciens. Un camarade qui était à table me dit : « Vous sortez de la Santé, camarade, mais quand un communiste chinois est dénoncé, il ne sort plus de la prison quand il y va. Le plus souvent, on ne prend pas la peine de l’y enfermer ; c’est plus expéditif ».

158On donne ici aux jeunes étudiants et étudiantes, 25 roubles par mois. C’est la misère. On va leur en donner 45. C’est une grande soif de technicité ; il faut à tout prix et vite des ingénieurs industriels et agronomes. Malgré la modicité de leurs ressources, le moral des étudiants communistes reste extraordinaire et, pour les jeunes femmes, fanatique !

159Cleukt, interrogé par Marrane dit : « je ne suis plus socialiste ; si je l’étais, j’irais au communisme. Il n’y a pas un État sur la terre où le gouvernement favorise autant la coopération qu’en Russie. Je prépare une forte délégation de la coopération française pour venir en Russie ».

1607 h, salle des Colonnes. Tribune entourée de fleurs et de plantes vertes, drapée de rouge. Tables et bancs pratiques et confortables. Barbusse. Hortensias. Les cheveux blancs de Clara Zetkin. Colonnes de marbre massif blanc crème. La roubatchka égalitaire. L’innovation acoustique. L’URSS est la forteresse de la révolution mondiale. C’est dans la salle du procès du Donetz. Le Persan et son képi sans visière.

161Boukharine prend la parole : « Vous êtes l’État-major du communisme mondial ». Il salue les camarades combattants tués dans l’univers. Musique. Chinois, Polonais, Belges, Italiens, Gramsci, nos saluts !

162Notre mouvement s’élargit et s’approfondit. De nouvelles terres, de nouvelles couches ouvrières. Chine est vrai parti révol. de lutte. Au Japon, début. En Inde se forme notre mouvement. Boukharine lit son discours. Le capitalisme s’arme, il se développe par zig-zag. Le traducteur traduit mal. Nous construisons le socialisme. Tâche grandiose. Dans les pays pauvres, tâche compliquée au cœur même du système capitaliste. Dans cette période, quand nous pouvons déjà assister à la nouvelle technique de l’Union soviétique, nous n’avons pas encore assez appris comment travailler. La social-démocratie est encore forte. Nous voyons qu’en Europe et en Amérique la social-démocratie est notre ennemie. Nous ne savons pas travailler pour l’abattre. De grandes exigences s’imposent à nous. Approfondissement de l’idée du travail, amélioration de la direction. Programme. Nos questions sont plus compliquées. Il faut que chacun examine le travail pour fixer les tâches précises. Les contradictions appellent les chocs ; nous allons au cataclysme, aux luttes violentes. Tâche énorme historique. Il faut sortir d’ici enrichis de notes, d’expériences internationales pour des millions d’hommes, avec une tactique parfaite à la fois pour l’Inde et l’Angleterre ; il faut une force motrice pour le communisme : dévouement.

163Vive la révolution mondiale !

164Nomination du Présidium ; je monte à la tribune. Boukharine en costume de soldat et bottes russes. À la tribune, toutes les races de la terre : un nègre, un Américain, des jaunes, persans, une ouvrière russe, bonnet rouge.

165Un Chinois a la parole. Il parle en chinois, par syllabes rauques, jeune, tout brun, chaleur, vigueur. À ses appels répondent les Chinois de la salle. Il dit que la révolution chinoise a jeté un trouble extrême dans l’impérialisme. Notre direction est opportuniste. Défaite temporaire. Notre ligne est redressée maintenant. Insurrection armée pour la dictature des paysans et des ouvriers. C’est le mot d’ordre. La révolution chinoise est au centre de la révolution mondiale. Elle va acquérir un nouveau mouvement révolutionnaire. Difficultés causées par la réaction internationale. Il faut l’appui des partis frères. Puis Katayama. L’impérialisme écrase les colonies. La Chine a donné un exemple admirable. Il est cultivé, d’un grand loyalisme et d’une grande honnêteté. Clara Zetkin a pour lui sympathie et admiration. Cet asiatique est admirable. Soixante-dix ans. Il vient de se marier à une jeune femme. Il se teint.

  • 59 Fernando Lacerda (1891-1957). Membre du PC brésilien à partir de 1925, il entre au Comité central e (...)

166Lacerda59. Sud Amérique, Brésil. Nous sommes opprimés par le capital yankee et anglais.

167Un Mexicain. Un tout jeune homme au masque énergique.

168Un nègre d’Amérique. Les nègres de partout se dressent. Ils représentent une large fraction de l’humanité. Ils sont partout esclaves. Ils demandent qu’on s’occupe de la race la plus opprimée.

169Un Hindou. Les ouvriers de l’Inde sont avec le parti. Nous avons des grèves dans tout le pays. Lutte sévère de classe contre le capitalisme britannique. Les Indiens, les paysans et les ouvriers ont confiance dans la révolution russe ; ils savent ce qu’est l’Union soviétique. Il y a des fusillades encore en ce moment. On tue les hommes comme des chiens. Les Indiens s’élèvent à la conception de classe. Nous sommes isolés du monde. Nous menons la lutte commune avec les communistes anglais.

170Un camarade du comité de Moscou. Au nom du prolétariat de Moscou. Un ouvrier au rude visage. Lutte contre la social-démocratie. Nous avons vaincu le capitalisme. La tâche c’est l’union internationale avec l’URSS. Nous croyons que la victoire prolétarienne est proche.

171Un soldat de l’Armée rouge avec une délégation. Révolution mondiale contre la bourgeoisie de tous les pays. Nous suivons, à l’Armée rouge, votre VIe Congrès. Nous sommes une armée internationale. Libérer la classe ouvrière internationale, c’est notre tâche. On prépare la guerre contre nous. Nous voulons lutter, nous voulons travailler dans les usines, mais s’il est nécessaire nous lutterons. Le drapeau rouge.

  • 60 William Z. Forster (1881-1961). Irlandais d’origine, né aux États-Unis, il est membre du PS américa (...)

172Un camarade de l’usine d’aviation. Des ouvriers d’usines. Une usine métallurgique, de wagons, des employés, des musulmans, Tartares, Turkestan, Persans, un ouvrier agricole du Turkestan, chef du service de l’exploitation du coton. Le Chinois qui a parlé, c’est Song Tchang King, marin, ancien secrétaire du PCC. Cachin, au nom de la présidence. Thälmann, le poing fermé. Forster60, un appel pour la quinzaine chinoise. Semard, etc. Un film, Octobre rouge, est donné après aux congressistes. On rentre à 1 h 30 à l’hôtel. Je trouve Michalski dans les couloirs ; il a été rappelé de Berlin pour économie.

173La lutte entre Boukharine et Staline. Staline a fait rentrer l’opposition pour l’aider. Il a la majorité du PCR et surtout la jeunesse.

Mercredi 18 juillet 1928

174Un papier pour G. Chambre 46, commission de la guerre. Discussion à la section française. Nous allons acheter une roubathka dans un kommunak. L’employé, raide, répond “niet” à toutes les questions, puis se tait. Évidemment, il n’y a rien de comparable à la réception dans un magasin français. Toutes les marchandises sont en série et les vêtements à l’emporte-pièce. Même à midi, la clientèle est nombreuse dans cette boutique de la Tverskaia. De là, nous allons à la Maison des artisans où sont vendus les objets fabriqués par les artisans de village. En bois, en osier, en fer. C’est bien vivant et original. Il y a aussi de la dentelle très fine. En route, nous voyons la rue de Moscou, ses cours avec de l’herbe et des arbres en pleine ville, des petites maisons basses avec un étage, où les chambres sont occupées par deux ménages, séparés par un paravent.

  • 61 Tomasz Dombal (1890-1938). Issu d’une famille de paysans polonais, il adhère en 1909 au parti popul (...)

175Dombal61, Polonais d’opposition. Il dit que le PCR est en ce moment très divisé, comme tous les PC et sur les mêmes idées. En ce moment, le PC est partout en recul ou en stagnation. Il faut rester à son poste pour garder le contact avec les masses. Il se plaint aussi de la bureaucratie, même de celle du Komintern.

176Vu E. Wert, député au Reichstag.

  • 62 Laura Marx, épouse Lafargue (1846-1911). Fille de Karl Marx, épouse de Paul Lafargue, elle partage (...)
  • 63 Eugène Pottier (1816-1887). En 1848, il est du côté des insurgés, affirmant par la suite son opposi (...)

177À 5 h : congrès. Discours de Boukharine sur la situation internationale. Comme Boukharine ne sera prêt qu’à 7 h, des délégations d’usine sont présentées. Ce matin, Thälmann a critiqué Boukharine pour ce qu’il a dit du PCA dans son rapport. Clara Zetkin me dit que souvent Laura Lafargue62 a porté de l’argent à Pottier63 dans la misère. Renaud Jean vient lui serrer la main ; elle lui dit : « j’ai pleuré quand j’ai su que vous étiez battu ! ».

178Boukarine parle : première crise aiguë révolutionnaire dans les pays européens. En septembre 1923, soulèvement en Bulgarie et en automne 1923, demi-révolution allemande. Défaite. La défaite, c’est le point de départ de la deuxième offensive du capitalisme : grosses luttes défensives des ouvriers, prémisses de la stabilisation du capitalisme. Grève générale en Angleterre et grève des mineurs. Les événements, directement révolutionnaires, sont transportés aux colonies : Maroc, Syrie, Chine. La situation immédiatement révolutionnaire a disparu en Europe en cette deuxième période. Cette période, on peut la considérer comme le relèvement des forces productives du capitalisme. Le capitalisme, s’appuyant sur ses victoires politiques essaye de se stabiliser politiquement.

179Une troisième période, c’est le grand procès technique et la réorganisation de l’économie capitaliste. Production supérieure et en même temps luttes. L’Union soviétique a eu sa période de reconstruction et de réorganisation économique sociale, centralisation grandissante de l’appareil économique. En outre, la révolution en Chine, les révoltes en Inde et l’accroissement des contradictions économiques font un danger de guerre immédiat. Dans cette troisième période, une nouvelle situation mondiale ; la stabilisation capitaliste se produit autrement qu’avant. Technique mondiale, croissance de l’économie de tous les pays, chimie, production de matières premières, machinisme, chaînes, normalisation, taylorisme. Il y a des plans pour l’introduction de la technique qui auront sur l’individu une grande importance. En Allemagne et en Angleterre (électrification). Il y a croissance de la productivité du travail : 4 %. En Amérique, la production de chaque ouvrier a augmenté de 30 % à 40 %. Chimie pour préparation de la guerre, changements dans l’agriculture. Aux États-Unis et en Allemagne, il y a une révolution technique liée à la trustification, développement des grandes banques et du capital d’État. Konzern et M. en Angleterre, Standart Oil, trusts internationaux très nombreux.

  • 64 Lepinsky Stanislav, né en Pologne en 1879. Economiste et journaliste. Ancien membre du parti social (...)

180Capitalisme d’État non com. en guerre, mais selon un procès, liaison de tout, des trusts, des banques avec l’État impérialiste. Parfois l’État prend l’initiative. En Italie, Japon, Allemagne, États-Unis, on voit ce procès. Wurm et Lepinsky64 analysent ce fait de l’industrie d’État, des municipalités ; ces faits nous prouvent que ces tendances se développent dans l’économie présente. Quel résultat politique ? En Amérique, les businessmen gouvernent, à la présidence de la République, il peut y avoir un directeur des trusts ; c’est la preuve que les trusts et l’État se fondent.

  • 65 Ferdinand Lasalle (1825-1864). Favorable à une sorte de socialisme d’État, il se sépare de Marx et (...)
  • 66 Otto Bismarck, (1815-1898). D’une famille de junkers luthériens, il entre dans l’administration pru (...)
  • 67 Bruno Hildebrand (1812-1878). Économiste et statisticien allemand, il est un des fondateur de l’éco (...)
  • 68 Joseph Alfred Paul-Boncour (1873-1972). Avocat, il entre en politique comme secrétaire particulier (...)
  • 69 Albert Thomas (1878-1932). Agrégé d’histoire en 1902, puis docteur en droit en 1910, il est appelé (...)

181Au point de vue de la stabilisation du capital ? (Le traducteur hésite !). Les trusts formidables sont-ils un renforcement du capitalisme ? Nous avons dit que le capitalisme se décomposait sans limite, sauf l’Union soviétique. Mais, plus tard, au Ve Congrès, nous avons parlé autrement. Nous pensons qu’il faut parler clair. Nous avons parlé de stabilisation partielle du capitalisme. Cette définition est-elle actuelle. Il n’y a pas de déclin capitaliste en certain pays. En Amérique, il peut y avoir crise, mais la ligne générale est un développement de la production. Il faut voir les faits. En Allemagne, développement économique. Pour la France, elle est devenue ind. En Angleterre, grands efforts. La bourgeoisie anglaise s’élève. Après cela, peut-on dire qu’il y a crise ? Cette analyse est-elle juste ou non ? La crise du capitalisme reste. Mais la forme de la crise est devenue toute autre. En Allemagne, le capitalisme était tombé très bas, en Angleterre aussi, en Europe centrale aussi. Maintenant la forme de cette crise est remplacée par une autre forme de crise. La crise du capitalisme consiste dans le fait que le résultat des anciennes crises était ; mais aujourd’hui, la contradiction grandit dans le capitalisme lui-même. Que signifie la République soviétique ? Que la crise est permanente. Une organisation antagoniste et une culture nouvelle dans le monde. Que signifie la grande disproportion entre les États-Unis et l’Europe qui essaye de se libérer de l’Amérique ? C’est une transformation de l’économie mondiale. Le développement du capitalisme ne peut se mouvoir que dans les formes de crise actuelle. Chine, disproportion entre Europe et États-Unis. Ces transformations ont une importance énorme. La lutte pour les marchés. Quelles conclusions ? Tous les antagonismes deviennent plus aigus, à l’intérieur les antagonismes s’accentuent. La social-démocratie a considéré la révolution chinoise comme sans signification ; elle dit que le défit n’est pas la guerre et que le marxisme est périmé. La stabilisation est pourrie, dit-on, mais pas dans tous les pays, mais en raison du fait que l’économie politique mondiale a en face d’elle la Russie. Tout cela conduit à la catastrophe. Il faut chercher les faits non dans un pays, mais dans tous les pays. De nombreux pays capitalistes se développent, mais ce développement fait qu’ils se heurtent entre eux et la République soviétique. Marchés, sphères d’influence, contradictions entre métropole et colonies. Plus le capitalisme est fort, plus la catastrophe apparaît. Est-ce que certains pays pourront continuer à prêter de l’argent à d’autres ? Chômage augmente. Amérique contre Angleterre. L’Italie contre la France, (traduction lamentable !). L’Allemagne n’a pas des colonies ; l’Italie cherche des colonies, la Chine le partage du monde, cela signifie guerre mondiale. La guerre est le problème central. Dans notre politique, nous devons mettre cette question au premier plan ; c’est notre tâche politique. Dans les relations entre États : capitalisme contre la Chine, capitalisme contre la Russie, États-Unis contre l’Europe ; dans les relations entre États européens, situation nouvelle créée par le renouvellement de l’Allemagne. Disproportion entre les États-Unis et l’Europe ; cette contradiction est exprimée par la pénétration pacifique. Les États-Unis et la Chine ; malgré l’affirmation libérale, c’est l’occupation militaire. Ils deviendront de plus en plus agressifs contre l’Angleterre ; caoutchouc : Angleterre battue ; pétrole : battue, et maintenant lutte pour le coton en Abyssinie, Égypte. Déjà la mainmise des États-Unis en Amérique du Sud (tout le nord). Ce conflit entre États-Unis et Angleterre est central. En Allemagne, c’est très grave. Régénération de l’impérialisme allemand. Le capitalisme allemand a rétabli ses affaires dans le monde ; il truste, prix bas ; c’est dangereux sur cette base solide, il y aura des répercussions politiques. Versailles n’est plus. L’Allemagne joue un rôle décisif : c’est la croissance, la chasse aux colonies ; dans les conflits France-Italie, France-Pologne, la voix de l’Allemagne est insurgée et on l’aidera. Le développement du capitalisme allemand est lié aux orientations politiques nouvelles, ses relations avec la Russie. Plus grand sera le capitalisme allemand, plus il ira vers l’Ouest. Il manœuvrera. Ce ne sera pas simple. Mais ses manœuvres n’empêcheront pas la direction générale. Le capitalisme allemand ne restera pas neutre. Il se mettra avec tout le bloc capitaliste. Il n’y a pas de bloc permanent, mais regroupement contre la Russie. Tout cela c’est la préparation de la guerre contre l’Union soviétique, sous ce signe : danger de guerre. Les procès, dans les différents états capitalistes, sont aussi dans le même sens des contradictions : armements fiévreux, lois anglaises contre le travail, terreur fasciste, corruption de couches ouvrières et paysannes. Tout cela n’est pas conscient, mais la bourgeoisie se rapproche de l’État. Ce qui est aussi certain, c’est que cela prépare la guerre. Le socialisme de guerre a disparu, mais aujourd’hui nous avons un développement du capitalisme d’État, base de la guerre future. C’est capital ; beaucoup ne l’ont pas encore compris. L’organisation entière de l’industrie est dirigée par l’État. Dans chaque lutte économique les ouvriers sont dans une situation compliquée. Si les ouvriers ont devant eux les trusts, liés à l’État, chaque grève a tendance à être transformée en grève politique, non contre le trust, mais contre le capitalisme tout entier. Il y a des antagonismes dans chaque pays, très aigus. Il y a renforcement de l’économie capitaliste, mais en même temps chômage (Amérique) et lutte de classes plus aiguë. Dans l’intérieur de chaque pays se pose la question socialiste. Le socialisme grandit en Allemagne : 9 millions de voix, ce n’est pas une petite chose. Il faut poser le problème : où sont les causes de ces phénomènes ? D’où vient la force du socialisme allemand ? C’est une expression de la stabilisation du capitalisme. La base économique permet le réformisme. D’où les États-Unis tirent-ils leurs superprofits ? De leur technique. L’économie anglaise fournit une base au réformisme. Il y a aussi des changements politiques. Des couches de fonctionnaires d’État, municipaux, sont socialistes en Allemagne. En Pologne, ouvriers réformistes de l’État polonais. Il y a parallélisme entre la croissance du communisme et du socialisme. Il y a un regroupement des couches de la petite bourgeoisie. Nous avons gagné peu dans les grandes usines ; l’aristocratie ouvrière, la petite paysannerie. La lutte des classes augmente : vague de grèves ; les partis libéraux disparaissent ; le procès de radicalisation se manifeste par l’augmentation de notre influence. La social-démocratie a aussi subi un changement. Elle est différente de 1914. Elle donne la merde de Mac Donald comme nourriture à la classe ouvrière. Lasalle65 dit à Bismark66 : « il faut un mouvement socialiste ». La social-démocratie a maintenant des retours à Lasalle. Entre N. et Mussolini ! La social-démocratie est une force active qui consciemment aide le capitalisme, construit le capitalisme. Elle a une politique extérieure correspondante. En Allemagne, des sociaux-démocrates demandent des colonies pour l’Allemagne. Hildebrand67 est dépassé ! Leurs formulations sur la colonisation sont impérialistes comme la Société des Nations. En 1914, on n’aurait pas parlé comme çà. La situation vis-à-vis de nous, de Kautsky c’est une autre chose. La social-démocratie jouera un rôle plus honteux qu’on ne peut supposer. C’est pourquoi nous avons changé notre attitude en France et en Angleterre, parce que nos relations avec la social-démocratie sont très nettes. La social-démocratie d’aujourd’hui n’est plus celle d’autrefois. Nous sommes aux antipodes sur tous les terrains. Dans l’usine les socialistes veulent la paix. Dans l’État, dans la Société des Nations, nous sommes opposés. Le Labour Party maintenant devient social-démocrate ; il nous attaque. Il ne faut pas perdre notre physionomie politique. Il faut changer la tactique lorsque les événements changent. En France les socialistes Boncour68, Thomas69 ; ce n’est pas par hasard qu’il est allé chez Mussolini. Dans le parti français, autrefois, il y avait un reste de parlementarisme. Il faut considérer la politique intérieure du PCF. Le parlementarisme peut jouer un mauvais rôle. L’axe du changement, c’est le parti social-démocrate qui l’a déterminé. Il faut garder le Front unique.

182Chine et Inde. Peut-être avons nous eu tort de nous lier avec le Kuomintang ? On doit l’étudier sérieusement. Mais la faute fut dans la ligne politique appliquée en Chine. Dans le mariage du Kuom., nous n’avions pas assez d’indépendance. On pouvait aller un moment avec le K. puis changer brusquement. Borodine a commis de grosses fautes dans l’évaluation de ces étapes. Quand le K. est devenu un ennemi, on n’a pas compris. Le PCC a freiné le mouvement des masses agraires, ouvrières. Ces fautes ont contribué à la défaite. Depuis, le parti a corrigé ces fautes ; mais alors : excès contraires, putschs aventuriers. Droite et gauche, ce sont des mots absurdes. Il y a des tâches justes, celles qui correspondent à la situation objective. Maintenant, il faut préparer une nouvelle vague révolutionnaire. Au IXe Plénum, nous avons vu juste.

183Inde. La bourgeoisie chinoise a marché les armes à la main. Elle était révolutionnaire. Aux Indes, non ! La bourgeoisie indienne ne jouera pas un rôle révolutionnaire. Il y a bien quelques terroristes, mais les svaradjistes ont une attitude autre. Les concessions anglaises feront que les bourgeois marcheront avec les Anglais. Le PS doit commencer l’attaque contre la bourgeoisie. On ne peut appliquer la pratique chinoise aux Indes. Il faut l’analyse de la situation en Hindoustan.

Jeudi 19 juillet 1928

184Les tâches et les fautes. De cette analyse découlent les tâches ; d’abord l’internationalisme du mouvement. Le problème de la guerre devient central. L’éducation internationale, c’est la base. Or, s’il y a eu des progrès, si nous avons conquis influence et territoires, l’internationalisme de nos partis est trop restreint.

185Nous allons parler franchement. Pendant les grèves anglaises beaucoup de partis n’ont pas aidé les Anglais, excepté le parti russe. Même chose en Chine. Même chose pour la défense de l’URSS. Campagnes insuffisantes contre le fascisme, la terreur. Nicaragua ? Les communistes américains n’ont pas réagi.

186Dans les grands partis, on ne comprend pas les grandes questions politiques internationales. Or, la guerre vient. Il faut lier ces questions avec les questions concrètes de la classe ouvrière. Il y a un fil rouge qui les lie. Luttes économiques, offensive du capital, préparation de la guerre, tout cela se tient. Paix civile. C’est un art politique de lier tout cela. C’est l’art du bolchevisme de partir de petites choses pour arriver aux grandes. Les PC n’ont pas fait cela.

187La défense de l’URSS, la grande question centrale. L’orientation des sociaux-démocrates ; il y a un tournant chez eux. Il y a coopération de A à Z avec la bourgeoisie. Paix industrielle américaine. Politique extérieure et autres, le soutien des gouvernements, des trusts. Les socialistes veulent collaborer avec les trusts. Il faut combattre tout cela. C’est notre tactique. Il faut le Front unique cependant, mais à la base, aux ouvriers, aux syndicats. Nos PC sont d’excellents agitateurs politiques, mais pour l’autorité sur les syndicats, nous ne l’avons pas. C’est une grave faute. Nous ne comprenons pas les problèmes syndicaux comme les socialistes. Ils n’ont pas osé prendre parti pour les élections. Pas de rôle dirigeant dans les grèves. Pas de préparation des grèves. Or, chaque grève est un événement politique. Il faut calculer les conjonctures politiques. La question des grèves est compliquée. La question des conseils d’usine n’est pas assez clarifiée en face des trusts. Centralisation de la lutte nécessaire.

188Les jeunes. Succès antimilitariste ; mais nombre trop petit ; trop sectaires, étroits. C’est dangereux. L’organisation des jeunes doit subsister ; elle n’est pas le double du parti. Il faut plus de diversité, de méthode, de travail, s’occuper des choses concrètes. Il faut pénétrer dans toutes les organisations où il y a des jeunes. Pas de sectarisme. La jeunesse, c’est une question très importante, la bourgeoisie mène son mouvement de jeunes mieux que nous. Sports ; très grande importance politique sous des formes innocentes. Les jeunes sont mieux organisés que jamais par la bourgeoisie. Elle essaye de les apolitiser, de les neutraliser.

189Organisations auxiliaires. Les organisations auxiliaires jouent un rôle important. Les paysans. Les résultats électoraux en France et en Allemagne montrent que nous avons perdu de l’influence ; symptôme grave. La bourgeoisie travaille fiévreusement parmi eux. Nous sommes en retard. Dans les Balkans et en Pologne, il faut s’occuper des paysans avec intensité. Il faut que l’Internationale paysanne devienne importante. Or, aujourd’hui, c’est défectueux. Plus nous aurons de forces sympathisantes, mieux ce sera. Plus nous nous approchons de la catastrophe, plus il en faudra. Aussi, pas de liquidation de ces organismes.

190Travail illégal. Il faut commencer à travailler illégalement. Nous avons de grandes organisations illégales aux Balkans, Japon, Italie, etc. mais pas en Europe occidentale. Notre parti français commence déjà à sentir qu’il est pourchassé. Avant la déclaration de la guerre, il y aura des lois d’exception. C’est pourquoi il faut des organisations illégales dans la flotte, l’armée, etc. Sans cela, les événements nous dépasseront. Pas de paroles en l’air, travail pratique.

191Bureaucratisation en Russie et ailleurs. Centralisme et inertie des masses. Il faut une direction du PS, mais il faut aussi que les cellules locales aient une vie, de l’initiative. C’est un grave défaut : c’est cela qui arrête la sélection des cadres. Il faut donc une vie animée de la base. Même ici, il y a trop de fonctionnaires payés du parti, pas assez d’ouvriers, pas assez de cellules.

192Méthodes de discussion mauvaises. Nous avons négligé les tâches théoriques, notre littérature est faible. Nous n’étudions pas assez. Nos discussions intérieures sont l’utilisation des mots d’ordre sans étudier les problèmes qui sont derrière ces mots d’ordre. Il faut approfondir. Nous devons améliorer notre presse.

193Les déviations de l’IC. Les amis de Trotsky sont, en Allemagne, devenus sociaux-démocrates. Nous avions dit que le trotskisme c’était l’opportunisme, les dangers de droite, restes de parlementarisme, négligence syndicale. Il y a danger de légalisme, peur de dépasser le cadre de la légalité bourgeoise, peur de diriger les grèves. Il faut critiquer les socialistes et non coqueter. Il faut être internationalistes. Déviations de droite dans le travail syndical. Le PC dirige sans convaincre les syndicats. Déviations putschistes. En France, traditions parlementaires au sens mauvais ; on a parfois saboté notre tactique ; c’est lié à l’opportunisme. Il faut lutter non contre des personnes mais contre la tradition. Dans la répression, les Français et les Tchécoslovaques ont une maladie de légalisme ; il y eut des actes de masse où nous étions à la queue. Nous faisions des concessions aux gouvernants. Avant que la guerre éclate, il faut se préparer à des actes illégaux. Il faut conquérir la rue. Par là, nous nous préparons pour les luttes plus aiguës. Le contrôle ouvrier à la mode social-démocrate est aussi une déviation. Contre la droite, il faut une position nette. Certains partis communistes ne comprennent pas que certains événements se produisent. Quand Poincaré est revenu au pouvoir. Quand les réactionnaires attaquèrent le syndicalisme anglais. Il y a eu retard dans nos réactions. On a donné les mots d’ordre trop tard. Nous aussi dans l’Internationale communiste nous avons eu ces tords. Les mots d’ordre sont trop nombreux et trop généraux.

194Il faut convaincre les ouvriers sociaux-démocrates. Il nous faut une direction plus complète ici avec des représentants plus directs des pays. Dans le parti yougoslave, la lutte des fractions ont ruiné le parti. Il faut y mettre un terme, même par des mesures extraordinaires. En Pologne, le PCP a joué un rôle immense. Le dernier congrès polonais. Trois mois sans divergences politiques sérieuses. Nous avons fait la pression la plus forte pour qu’il n’y ait pas scission. Les luttes internes sont insensées. Or Pilsudski n’est pas fou ; c’est un césarien ; c’est grave. Il faut chasser tous les chefs qui font un travail pareil. Ce sont des criminels. Nous gagnons des consciences ouvrières. Nous progressons dans les colonies. En Inde, Chine, Europe occidentale nous avons un bon terrain, de bonnes perspectives. La stabilisation partielle ne nous arrête pas. Il faut lier les questions journalières avec les grandes questions. Quand la guerre viendra, nos PC seront prêts.

195La délégation allemande reproche à Boukharine de n’avoir pas assez attaqué la droite.

  • 70 Richard Schüller (1901-1957). Il participe à la fondation du PC autrichien en 1918. De 1921 à 1928, (...)

196Les jeunesses communistes (Schüller70). Dans la région berlinoise, 65 % restent pendant un an ; 18 % pendant deux ans ; trois ans : 2 %. Durant la stabilisation des jeunes sont entrés ; l’esprit révolutionnaire est moins fort que chez les jeunes gens nés avant la guerre. Mais maintenant radicalisation plus grande chez les jeunes parce qu’il y a rationalisation à outrance en Allemagne. La rationalisation est grave pour la jeunesse. L’apprentissage diminue dans l’industrie. L’artisanat emploie des apprentis, mais en petit nombre. Le rôle des jeunes dans l’industrie se développe car les jeunes remplacent les adultes. La jeunesse ouvrière qui travaille à la chaîne joue un rôle plus important que l’apprenti d’autrefois. La jeunesse est intégrée dans l’usine. Il chôme. Donc, il prend place dans les grèves. C’est un fait important pour l’Internationale communiste. Les jeunes ouvriers sont plus ardents que les adultes. Dans le programme, il faut une grande place aux jeunes. Il y a des milliers d’apprentis dans l’industrie. Ils veulent prendre leur place dans les luttes. Comme la loi bourgeoise allemande ne les intègre pas dans les lois de contrat collectif, ils font les jaunes. Il faut intégrer les apprentis dans les contrats collectifs. Il ne faut pas sous-estimer l’importance des jeunes dans les grèves. Ils en ont fait de nombreuses ces derniers temps. Les syndicats repoussent les jeunes de l’action syndicale. Il y a peu de jeunes syndiqués. C’est insupportable. Les jeunes sont toujours des stimulants. Il faut lier les jeunes aux syndicats. S’ils sont en grèves, il faut les diriger, les aider pour aider à créer des syndicats de masse de jeunes. L’œuvre fondamentale des jeunesses, c’est le travail des jeunes dans les syndicats. Nous ne voulons pas séparer les jeunes des adultes comme les sociaux-démocrates. Ils doivent avoir des organisations spéciales, mais travailler en harmonie avec les autres organisations révolutionnaires.

197Dangers de guerre pour les jeunesses. La bourgeoisie militarise la jeunesse parfois obligatoirement dans les écoles. La bourgeoisie fait sa propagande chauvine et la propagande pacifiste. Nous avons plusieurs formes d’agitation dans l’armée : revendications des soldats, marins, réservistes, revendications partielles liées aux grandes. Armées de mercenaires : il faut les travailler. 70 mutineries en France ; mutineries en Grèce. Dans la guerre du Maroc et de Syrie, nous avons travaillé parmi les indigènes, fraternisations, etc. Les jeunesses anglaises ont travaillé au mouvement de la Chine. La flotte anglaise vient tous les ans dans la Baltique ; on reçoit les matelots anglais avec des tracts ; on a travaillé parmi les marins en Chine. À côté des cellules, il faut créer des organisations plus larges de soldats, tantôt légales, tantôt illégales. La bourgeoisie réagit ; des jeunes ont été condamnés.

198Préparation militaire de la jeunesse (cf. Lénine, dans son article sur le désarmement). Le front rouge est plus qu’un organisme de défense. Les ouvriers s’organisent dans un sens militaire.

199Pour le pacifisme. Nous irons aux congrès internationaux et pacifistes des jeunes. Ce sont les Anglais qui organisent pour aiguiller vers la Société des Nations. Nous y parlerons pour notre propagande.

200Jeunes aux colonies. Dans les colonies arriérées, système patriarcal ; dans les autres, système capitaliste. C’est dans ces dernières qu’il faut créer de larges organisations de jeunes ouvriers. Dans les autres, nous aurons besoin d’une plus large organisation de jeunes. Nous avons des organisations partout, sauf dans les colonies rétrogrades. En Asie, en Amérique du Sud. Nous aurons des organisations partout pour avoir notre rôle dans les révolutions montantes. JC chinoises : en 1925 : 9 000 membres, dont 45 % étudiants. En 1927 : 36 000 dont 31 % étudiants. Maintenant, persécution, elle est illégale ; 33 000 membres des JC subsistent pour Canton. Il y a des provinces avec des Soviets, ailleurs, soit 70 000 membres en Chine, sous la terreur, dont 22 % étudiants. Pendant la guerre civile, les jeunes ont joué un grand rôle. Ils ont protesté contre l’opposition des chefs du PC. Les jeunes ont voulu se substituer au PC. Nous avons protesté.

201Dans les Indes : on propose de constituer une Amicale de jeunes Hindous avec les étudiants. Nous refusons. Il faut former des JC, puis à côté une organisation légale des ouvriers et des paysans. Dans les élections, en Allemagne, intégration des jeunes puisqu’il y avait 2,5 millions de jeunes de vingt ans. En Allemagne et en France, les jeunes ont agi ; ils ont été candidats pour les jeunesses. Bons résultats. Le secrétaire des jeunesses allemandes est élu (applaudissements). Barbé a failli être élu.

202Lutte contre la social-démocratie. Les jeunesses socialistes sont en déclin. En Allemagne, en 1923 : 110 000, aujourd’hui : 50 000 ; Autriche : 34 000 en 1923, aujourd’hui : 24 000 ; Belgique de 24 000 à 13 000 ; Angleterre 9 000 à 1 000. En Angleterre, grâce à la pratique du front uni, nous avons vaincu les socialistes qui aujourd’hui considèrent le Front unique comme le diable. Les organisations bourgeoises de jeunes sont énormes. C’est le prolétariat jeune qui y est organisé par la bourgeoisie. Nous avons constaté des progrès de l’ICJ, mais l’organisation ne croît pas comme l’influence. En 1925, point culminant des jeunesses. 69 000 membres dans les grands pays (Tchécoslovaquie, Allemagne, France, Angleterre). Dans les petites fédérations : 33 000 ; dans les fédérations illégales, dont la Chine, augmentation importante : 125 000.

203En 1925 : 94 000 membres, aujourd’hui : 125 000 dans l’URSS + 67 000 membres sympathisants ; avec l’Union soviétique : 2 357 000 membres. La jeunesse socialiste a perdu la moitié de ses membres. Où sont-ils allés ? Dans les syndicats ? Dans les organisations bourgeoises ? Pas chez nous. Les organisations des jeunesses catholiques : 2 400 000 membres dont la plupart ouvriers et paysans. L’organisation évangélique : 1 200 000. La majorité des jeunes ouvriers sont dans les organisations religieuses bourgeoises. Nous ne savons pas lutter contre elles. En France, les deux tiers des jeunes sportifs sont dans les sociétés de sports bourgeoises. Les com. 1 %. En Allemagne, 350 000 jeunes sportifs communistes. Les jeunesses communistes ne sont pas assez jeunes. Il faut qu’ils s’occupent davantage des œuvres de jeunesses. Ce sont trop de jeunes partis. Ils ne travaillent pas dans les organisations à côté. Les adhérents passent trop rapidement dans nos organisations parce que nous n’avons pas de cadres et que nous ne savons pas les retenir. Nous continuerons notre oeuvre politique. Nous voulons avoir des organisations auxiliaires. Les jeunesses communistes ont aidé le PC à lutter contre l’extrême-gauche et la droite. Les déviations opportunistes des communistes autrichiens ont abouti à leur échec. Les jeunes autrichiens ont protesté. L’Internationale communiste peut compter sur le courage des JC.

204La société des anciens bolcheviks. Pervoukine vient saluer. Dans la lutte pour la révolution mondiale, nous nous intéressons à votre travail et à vos difficultés. Nous avons visité des fabriques et des villages. Chaque ouvrier, chaque paysan vous suit. Votre lutte est dure et compliquée. Nous sommes convaincus que votre campagne sera victorieuse. Nous voulons lier étroitement notre action. Nous saluons l’état-major de la révolution mondiale, les masses ouvrières et paysannes. Vous allez établir votre programme. Le capital est enragé contre vous, mais le prolétariat devient de plus en plus une force révolutionnaire. Vous devez organiser des millions d’ouvriers qui liquideront le capitalisme.

205Les associations de prisonniers allemands saluent le congrès.

  • 71 Peter Stutchka (1865-1932). Membre du parti communiste de Lituanie, il est élu au CE de l’IC dès 19 (...)

206Le camarade Stutchka71. Commission internationale de contrôle. 17 camarades la composent qui ne peuvent presque jamais se réunir. Il faut fixer la composition de la commission et nommer des membres qui soient en permanence à Moscou ou qui puissent s’y réunir quelque fois. En Allemagne, on a trop exclu d’ouvriers à certains moments. Nous les avons réintégrés car c’était de bons camarades. Dans l’opposition d’extrême-gauche, nous avons poursuivi cette ligne. La question des émigrés : dans l’émigration, atmosphère spéciale, aigrie, différents personnels qui vont jusqu’à l’assassinat. La commission ne peut s’occuper de questions politiques, cela regarde l’Exécutif car il ne peut y avoir deux puissances dans l’Internationale. L’activité financière des divers partis nous est soumise. Nous voulons que la comptabilité soit en bon ordre ; pour un parti illégal, c’est évidemment plus difficile, mais il faut s’efforcer d’y parvenir. Certains partis absorbent leur budget dans des dépenses de nature bureaucratiques. Il faut donner au moins 20 % aux œuvres de base. Il faut que l’IKK soit plus pratique dans l’avenir.

  • 72 Ruggero Grieco dit Garlandi (1893-1955). En 1913, il adhère au PS italien, dont il devient en 1919  (...)

207Grieco72 est mon voisin italien au Présidium.

Vendredi 20 juillet 1928

  • 73 Mikhaïl Evseevitch Krebs (1895-1937). Membre du parti bolchevik à partir de 1919, il travaille au s (...)

208Voir Krebs73, directeur du bureau de la presse au Komintern pour Blanc et visa. B. est considéré comme un modéré, plus à droite que Rykov et Kalinine. On lui reproche son manque de volonté. Perboukine et Gregorovitch, secrétaires de Staline, demandent à assister à la séance.

209Section française. Il faut souligner dans le discours de Boukharine, l’acuité aiguë de la lutte entre Amérique et Angleterre. Il faut souligner aussi la croissance de l’impérialisme français. En France, nous avons à préciser l’attitude envers les paysans. Il y a 8 000 membres français des JC. Le discours de Schuller a été confus et sans nerf. Le danger de réformisme, il existe, non seulement dans le syndicat des cheminots, mais partout. C’est la question du syndicat de masse ; on a peur de perdre des effectifs.

210Défilé des ouvriers de Moscou, à 6 h devant le congrès.

211Münzenberg. – Il faut aller aux masses et ne pas traiter les camarades qui parlent aux ouvriers de leurs intérêts immédiats de mencheviks. Plus nous combattons les socialistes, plus il faut attirer les ouvriers, les détacher des socialistes. Il faut travailler dans les organisations de masse. Ce n’est pas être opportuniste. 1 °) Il faut intéresser les ouvriers indifférents, apathiques ; 2°) constituer des groupes pour les ouvriers et les couches sympathisantes à l’URSS. Des milliers d’ouvriers ont peur, puis il y a l’illégalité. Plus la guerre est proche, plus il y aura illégalité. Il faut donc aller aux masses. Nous n’avons pas encore d’organisation de masse. Toutes les grandes organisations sont entre les mains des adversaires (synd., coop., etc.). Notre tâche c’est de gagner les ouvriers qui y sont groupés. Il faut des organisations auxiliaires sans craindre que cela soit une gêne pour le parti. Les sociaux-démocrates autrichiens donnent un modèle sérieux. À Kiel, les socialistes allemands nous ont chassé des Libres-Penseurs, le PSF des sportifs. Ils ont ainsi des forteresses. Les sociaux-démocrates ont formé des organisations de tous ordres. Partout où le communisme est fort, il y a des organisations auxiliaires. En Allemagne, le Front rouge. Les militants des organisations de masse ne sont pas communistes, mais dirigés par eux. Il faut être très habile, il ne faut pas agir comme dans le parti. Front rouge, Secours rouge, Secours ouvriers international (grèves), Ligue anti-impérialiste.

212Réunion du Présidium et des Polonais. Ils viennent de se couper en deux. La majorité a chassé du parti : 1°) l’organisation de Varsovie ; 2°) la jeunesse communiste. Simplement ! Or, peu de divergences politiques. Les uns et les autres ont montré beaucoup de courage dans les luttes contre le fascisme. Et ils en sont venus, après avoir tenu en Russie un congrès qui a duré trois mois à se battre avec violence, à se chasser, à s’exclure arbitrairement. Cela en face du fascisme et dans ce moment-ci ! Les Russes proposent d’exclure deux membres de la minorité, un de la majorité, cela immédiatement. Puis, de réunir une commission du congrès qui prenne des mesures plus décisives. Au cours de la discussion, les deux camps se sont montrés très excités, haineux. O Pologne, tu ne changes pas !

213Tsang-Tsai me dit : « les Chinois sont très pauvres. Pourquoi le Japon a-t-il fait tant de progrès et la Chine est-elle restée si arriérée ? Parce que le Japon ne peut se nourrir, alors que la Chine est très féconde. C’est pourquoi les Japonais ont dû s’ingénier à trouver des ressources, à créer des industries. La répression est impitoyable en ce moment ; on fusille ou on coupe la tête aux communistes, hommes ou femmes, aussitôt que soupçonnés. Mais les communistes restent nombreux et courageux. Jamais les généraux chinois n’unifieront le pays. Le pays est barbare. Seule la révolution ouvrière et paysanne y pourra réussir. Le pays n’est pas religieux, il est superstitieux. C’est le bouddhisme qui est le plus répandu. La misère y est extrême chez les paysans ; la mortalité très élevée ».

Samedi 21 juillet 1928

214Usine électro-Staline (acier pour outillage). Budget de l’ouvrier Kalivanov (ajusteur) ; il gagnait 25 roubles par mois en 1905, 45 roubles en 1915 (dix à douze heures) ; aujourd’hui : 250 roubles. Il s’occupe de la réparation des marteaux-pilons et comme il est seul spécialiste, il fait des heures supplémentaires (salaire horaire : 1 rouble). Il fait cinquante heures de supplément par mois. Il a six enfants : l’un tourneur à l’usine depuis trois ans gagne 80 à 100 roubles par mois. Kalivanov a une vache qui rapporte trois roubles par jour ; il a des poules ; tout cela se nourrit sans dépenses. Kalivanov a pu se faire construire une maison pour laquelle l’usine lui a avancé les fonds. Il les rend a tempérament.

215L’un des mots d’ordre de l’IC : le plan Dawes va ruiner l’Allemagne. L’un des faits essentiels de cette période est le relèvement de l’Allemagne (Boukharine). Pologne : la monnaie est stabilisée depuis 1924. Depuis, crise économique et chômeurs. Budget écrasant. Les socialistes ont participé au gouvernement. Division politique. Pilsudski a fait son coup d’État dans ces conditions de trouble. La Pologne qui a besoin d’argent s’est tournée vers l’Angleterre. Depuis la dictature, la situation s’est améliorée, le chômage a diminué ; la lutte contre les ouvriers révolutionnaires est devenue la terreur blanche, et aussi contre les paysans pauvres. Aux élections, les listes Pilsudski : 2 700 000 voix ; 800 000 sur des dénominations variées. Bloc ouvrier et paysan, parce que le parti est illégal. Les communistes polonais ont aidé Pilsudsky à son coup d’État. Des luttes fractionnelles acharnées depuis longtemps les divisent. Malgré cela, le parti croît, il accroît son influence sur les ouvriers et les paysans. Le IVe Congrès avait décidé la dissolution des fractions. Le PC a dirigé de grandes grèves.

216Un sculpteur russe vient fixer mes traits dans la glaise.

217Rue Vorosky 25, École léniniste à 8 h du soir.

218Visite au Jardin des plantes (Zoo) supérieur à celui de Paris.

2199 h, cinéma. Une révolte paysanne chez les Tarares au XVIIIe siècle. Les événements de Shanghai.

Dimanche 22 juillet 1928

  • 74 Jo De Vries (de son vrai nom, Alexandre Salomon de Leeuw). Militant du PC hollandais dans les année (...)
  • 75 Louis De Vyser (1878-1945). Membre du parti social-démocrate hollandais à partir de 1901, il rejoin (...)

220Manou me téléphone à 9 h pour m’enlever en auto, voir une institution de pionniers où se trouve son fils. C’est à soixante-dix kilomètres de Moscou, sur la route de Leningrad. On part. La route est excellente. Par endroits on la répare, on l’empierre, il y a des rouleaux à vapeur. On passe par des villages riches où l’on bâtit beaucoup de maisons en bois. Nous trouvons trois briqueteries importantes. La campagne est très belle. Le pays n’est pas plat. Il est vallonné et les petites collines douces sont boisées. Mais quand on quitte la route nationale pour aller à la maison de vacances des pionniers, on fait dix kilomètres dans un chemin effroyable. Le tsarisme n’a jamais songé à construire des routes. On fait les foins. Il y a beaucoup de seigle, des patates et encore d’avantage de jachères. Pas de fruitiers, pas de légumes. Avant l’école de vacances, la voiture doit s’arrêter dans une ferme soviétique. On y élève des vaches. Ferme pour le lait, exclusivement. Le bétail est très beau. À l’école, une quarantaine d’enfants de dix à quinze ans sous la conduite d’une jeune communiste qui les discipline, leur enseigne les sports, la musique, la danse, quelques notions pédagogiques. Ils sont militarisés, élevés dans l’idée du danger extérieur, du dévouement complet à la République. Ils ont juré de ne pas fumer, de ne pas boire. C’est une sorte d’ascétisme et une éducation à la Spartiate. Ils sont tranquilles et vont travailler deux heures par jour chez les paysans du voisinage. À l’école, on a installé une petite crèche pour les petits enfants du village et les paysans, après quelque répugnance, à cause de leur athéisme, ont fini par leur confier une dizaine d’enfants du village. La pénétration se fait ainsi d’une manière heureuse. On nous invite à déjeuner. Une soupe froide à la crème et concombres ; puis une galette de farine avec du lait et du sucre. C’est excellent. On nous donne le concert et on danse. Puis, discours. Ces gosses insistent pour qu’on leur parle politique. Tous savaient que je sortais de prison et combien de mois j’y avais fait. Ce sont tous des fils d’ouvriers de Moscou, choisis dans les écoles primaires pour venir passer là deux mois au vert. Ils ont tous, garçons et filles, des mines magnifiques. Deux Hollandais nous accompagnent, Devris74 et Vyser75. Ils me disent que la Hollande retire un milliard de florins par an de l’Indonésie. C’est avec çà qu’on assèche le Zuyderzée, qu’on soulage la condition de la classe ouvrière hollandaise pour laquelle la bourgeoisie consent des améliorations. C’est une des raisons de la faiblesse du PC. Du reste le gouvernement laisse les communistes hollandais libres de faire leur propagande. On ne les met pas en prison par crainte de leur faire de la réclame. Le PC de Hollande a 1 400 adhérents, un journal quotidien : 4 000 exemplaires. Il a une certaine action dans les syndicats et le Secours rouge international qui a 3 500 membres. Les socialistes ont 52 000 membres et la plus forte des sept centrales syndicales. Marrane et Renaud Jean ont été ce matin aux Marché aux puces de Moscou où ils ont fait des achats intéressants. Les gens qui vendent ces objets parlent français. Ils sont de l’ancienne bourgeoisie et liquident les anciennes fortunes privées.

Lundi 23 juillet 1928

221On commence la discussion du rapport de Boukharine. Le nègre américain Louis Carlton préside.

222Sémard. – Nous voulons quelques modifications de forme et renforcer la thèse sur l’impérialisme français. L’impérialisme français cherche des débouchés et des matières premières, d’où expansion colonialiste ; il faut diminuer les prix de revient. L’impérialisme français renforce sa colonisation pour y trouver des troupes, pour y trouver des marchés et des matières premières. Chez nous, même à l’intérieur du parti, on n’est pas toujours d’accord sur l’imminence de la guerre. Il est des communistes qui disent que la guerre contre les Soviétiques n’est pas possible.

  • 76 Louis de Visser, né en 1878. Membre de la délégation hollandaise au Ve Congrès de l’IC, il est élu (...)

223De Wieser76 (Hollande) et plusieurs représentants des sections (14). – Des camarades sont allés voir, hier, l’Académie d’agriculture de Peterskov. C’est une école pour former des ingénieurs agronomes et des chefs d’exploitations agricoles. C’est aussi un champ d’expériences. On y travaille la terre comme le moujick, et à côté, avec des procédés modernes. La comparaison se fait. Il y a plusieurs milliers d’hectares. 1 000 domestiques de ferme ; 2 000 étudiants (à 25 roubles par mois que l’on va porter à 40) ; 400 professeurs. On y sert 10 000 repas par jour. Le directeur actuel a été en France.

224Visite à Barbusse et Annette, au Savoy, chambre 328. Il s’occupe de Monde, il entraîne Moscou dans l’opération. Il rêve d’un roman social avec pour thème le socialisme dans le Turkestan et pays primitifs.

225Puisque le congrès est suspendu jusqu’à demain soir (Allemands et Italiens ne sont pas prêts à répondre à Boukharine) on nous donne une séance nouvelle de cinéma. (Des usines de Moscou. Puis emprisonnés au fond de la mer. Il est malheureux qu’une intrigue puérile et du genre américain s’insère dans ces films si techniquement parfaits).

226La TSF est extrêmement répandue dans la campagne russe.

  • 77 Cook pseudo de James P. Cannon, né en 1890 dans le Kansas, fondateur du parti communiste d’Amérique (...)

227Cook77. – « On m’avait dit que les Russes sont sales. C’est faux. Le soir près du théâtre, je suis arrêté par plusieurs femmes très bien qui, bien que ne me connaissant pas, m’invitent à aller au bain ».

228Il est des usines de 30 000 ouvriers qui restituent aux coopératives soviétiques 75 % de leur salaire. Repas à 45 et 50 kopeks, très substantiels.

  • 78 Serge Victor.
  • 79 Gherasim Istrati, dit Panait (1884-1935). De 1900 à 1909, il vagabonde autour de la Méditerranée. D (...)

229Aperçu Serge78 au Komintern avec Panait Istrati79. Il a passé quelques semaines enfermé pour propos persistants, mensongers.

230Les cours de Moscou, avec de l’herbe et des arbres, au cœur de la ville.

Mardi 24 juillet 1928

231La sous-commission de la guerre de la délégation française estime que la thèse sur la guerre est infectée d’opportunisme et qu’il faut la refaire de fond en comble.

232Manou me dit : « Lorsque je me dispute avec mon fils, pionnier de 15 ans, il me répond : " j’écrirais à la Rabotchnaia Gazeta que tu bois du vin" ».

233De temps en temps, lorsque le commandant du Commerce extérieur s’aperçoit que la balance est fâcheuse, on donne l’ordre à tous les services quels qu’ils soient de supprimer tous les envois d’argent à l’étranger. Quelques semaines après, on rétablit les envois.

234Commission du programme, 10 h.

  • 80 Gabriel Péri (1902-1941). Adhérent des Jeunesses socialistes dès 1917, il adhère à la SFIO en 1919, (...)

235Fouillon commente la dépêche de Péri80 à la Pravda. Sous le prétexte de grandes manœuvres au Maroc, F. dit : « Péri donne la guerre du Maroc comme des grandes manœuvres et non comme une guerre ». Nous rectifions.

236Un soldat de l’Armée rouge. – « Notre gouvernement est pacifique, mais seulement quand la guerre viendra, nous marcherons au premier appel. Elle aura tous les moyens nécessaires. Nous prendrons toutes les mesures pour que la guerre impérialiste devienne guerre civile. Vous nous avez salués cordialement ; nous vous saluons avec la même cordialité ».

237Un Hindou, Rasd. – « Il y a industrialisation en Inde. Il y a une politique agraire du machinisme, du capitalisme anglais. Dans les provinces hindoues, il y a des partis ouvriers contrôlés par le PC des Indes. Nous voulons organiser un grand parti des masses. Nous avons l’épée du Kuomintang. Nous devons l’utiliser, utiliser les antagonismes entre la bourgeoisie des Indes et la bourgeoisie anglaise. Nos camarades ont eu un désastre en Chine, mais nous pensons pouvoir diriger nos syndicats et notre parti ouvrier et paysan. Nous y reviendrons, lors de la discussion coloniale. Le PC anglais doit nous aider ».

  • 81 David Lloyd George (1863-1945). Homme politique anglais, il abandonne tôt ses études pour devenir c (...)

238Kolarov. – « On a eu raison de frapper le PC yougoslave. Il faut toutes les mesures politiques pour liquider les crises dans le parti polonais. Il est indispensable de faire l’impossible pour que le PC roumain rassemble ses forces dispersées pour diriger les ouvriers et les paysans. Il manque dans l’analyse de B., l’analyse agraire et les directives d’un travail agraire. La question agraire est des plus importantes pour les PC. Il y a stabilisation au point de vue agraire. Mais si c’est vrai internationalement, en Europe, non. Les mesures allemandes pour l’amélioration de l’agriculture : douanes. Il y a crise de l’agriculture dans l’Europe méridionale et orientale. À l’ordre du jour de tous les États capitalistes, des mesures sont prises pour l’agriculture coopérative, crédit. Il y a un regroupement des forces sociales. Les grands propriétaires, les riches paysans qui se séparaient de la bourgeoisie reviennent à la bourgeoisie capitaliste. Elle reçoit une aide du gouvernement. Si en Amérique, le mouvement pour la création d’un parti de fermiers est fort, c’est que le grand capital s’est placé dans l’agriculture. En Angleterre, le parti libéral a accepté le programme de Lloyd George81. Les paysans vont à la bourgeoisie. En Autriche, l’organisation militaire des paysans moyens est l’axe de la contre-révolution. En Pologne, la paysannerie moyenne est avec le fascisme. Dans les Balkans, la séparation est faite entre les paysans et les ouvriers ; la trahison des chefs de la paysannerie bulgare et roumaine a lâché les ouvriers. En même temps, dans les rangs du parti pauvre paysan, tendances contraires. Ceux-là ne reçoivent aucune aide des gouvernements. Cette masse devient révolutionnaire. Exemple : le mouvement révolutionnaire des vignerons... Le capital mobilisé se développera dans des conditions nouvelles. Il y a contre lui les colonies, les ouvriers, mais il y a aussi les paysans pauvres. C’est pourquoi le PC doit porter son attention sur les paysans. Les Balkans vont sur la voie coloniale. Il y a instabilité politique constante. La guerre civile n’y est pas finie. En Bulgarie, la bourgeoisie n’a pas réussi a arracher le prolétariat à l’influence du PC, ni à séparer les paysans des ouvriers. Même chose en Roumanie, la catastrophe en Roumanie n’est pas écartée ; les mouvements paysans le démontrent ! Les coups de revolver à Belgrade ont renforcé l’instabilité yougoslave. Les masses paysannes, les pays opprimés sont contre la bourgeoisie qui ne peut supprimer ses crises. Banqueroute financière et parlementaire des Balkans. Il n’y a plus de légalité, mais coups d’État, pronunciamentos ; les crises y sont à l’état chronique. Le danger de guerre dans les Balkans est très actuel. L’impérialisme anglais essaye d’attirer les Balkans contre les Soviétiques, les contradictions entre les pays balkaniques, tout cela crée l’esprit de guerre : Macédoine, Albanie. Ancienne influence du capitalisme international ne pourra trouver de solution au conflit italo-yougoslave. Par surcroît, le mouvement national révolutionnaire. Il y a un renforcement de la social-démocratie, à cause de la stabilisation, mais dans les Balkans, la social-démocratie n’a pas réussi à conquérir de position importante ni chez les prolétaires, ni chez les paysans. Le fascisme balkanique a besoin de la social-démocratie. Les réformistes grecs ont trahi la grève générale. Ils paralysent les ouvriers grecs. Demain, en Bulgarie, Yougoslavie, Roumanie. En Bulgarie, les réformistes ont participé activement aux côtés de la bourgeoisie contre le mouvement révolutionnaire, sanglant. Notre tactique vis-à-vis du socialisme exclut toute collaboration. Nous ne pouvons pas appliquer le Front unique au sommet. Le PC bulgare est unanime. Il faut en terminer avec la crise, car dans les Balkans peut se déclarer la catastrophe. En Roumanie, le PC est désorganisé. Le mouvement se passe à côté du PC. Il faut un centre pour le mouvement considérable qui se prépare. En Grèce, la crise a été liquidée. Il y a eu des fautes de droite. La situation dans les PC balkaniques est confuse, compliquée, variable, d’où la possibilité de fautes. Il ne faut pas deux provincialismes ; mais il faut dire que l’IC doit étudier spécialement le problème des Balkans ».

239Pepper. Ensuite dix orateurs !

240Le front rouge allemand vient à la tribune. Un grand discours. Il me faut répondre. Michasky me dit : « Le congrès s’ennuyait. Ils ont bien fait de vous demander de le réveiller ».

241Boukharine était, au début, avec Staline, dans la campagne contre les koulaks. Depuis, il a rejoint le gros du CC qui a battu Staline. D’où divergences politiques qui s’aggravent. C’est pourquoi, dans les couloirs, on annonce qu’un Russe stalinien va parler contre le rapport de Boukharine. Avec Boukharine, le CC et Moscou. Avec Staline, les jeunesses.

Mercredi 25 juillet 1928

242Encore 50 inscrits sur le rapport B. Cela nous mènera à la fin de la semaine.

243Trotsky en son rapport sur le Programme fait deux reproches. On ne peut édifier le socialisme en un seul pays, parce que à l’allure de la technique capitaliste, la Russie va être incapable de suivre et son économie sera anéantie. On ne parle plus des États-Unis d’Europe (Staline dit : Fédération des républiques soviétiques du monde).

  • 82 Klement Gottwald (1896-1953). En 1912, il rallie l’organistion des jeunesses du parti social-démocr (...)
  • 83 Oscar Samuelson (1885-1947). En 1909, il milite au sein du mouvement social-démocrate suédois. En 1 (...)
  • 84 Sala pseudo de Ahmed Bellarbi.
  • 85 Rebecca Buntig (1881-1970). Née en Lituanie, elle émigre en Afrique du Sud au début de la Première (...)
  • 86 Kemeny pseudo de Joszef Revai, né en 1898, communiste hongrois.
  • 87 Alexandre Bittelman. Né en Russie en 1890, il émigre en Europe de l’Ouest, puis aux États-Unis, où (...)

244Jones (Américain), Gottwald82 (Tchécoslovaquie), Heckert, Samuelson83 (Suède), Thorez, Varga, Lacerda, Carillo (Mexique), Sala84 (S.A.), Rebecca Bunting85 (Sud Afrique), Kemeny86, Scharegi (Perse), Bittelman87. Tels sont les orateurs inscrits ce matin.

245Jones est un nègre d’Amérique (jeunesse). L’organisation des non-organisés nègres. Il faut la pousser énergiquement. Il faut lutter contre le chauvinisme blanc. En Afrique du Sud, le PC des nègres est plus important que le PC blanc. En Amérique 12 millions de nègres. Peu de communistes. Chauvinisme, opportunisme et préjugés de races. Partout il y a préjugé contre les nègres. L’IC doit prendre des mesures énergiques. C’est intolérable dans le PC. Les ouvriers nègres sont nombreux dans l’industrie, d’où compétition avec les blancs, même chez les communistes américains. La possibilité révolutionnaire des nègres américains est grande parce qu’ils sont les plus exploités. Or, on a mal reçu les nègres dans le PC américain. Il faut changer l’atmosphère, lutter contre le chauvinisme. Au BP, deux représentants nègres. Le PC commence à faire des efforts, mais il n’y a pas une politique nègre. Il faut appeler plus de nègres dans l’appareil. Il faut syndiquer les nègres. Nous avons essayé de pénétrer dans le midi de l’Amérique du Nord, mais il n’y a pas collaboration étroite des nègres avec les Américains communistes blancs. Il faut élever le niveau marxiste du sommet à la base. On a tort de dire que nous sommes à droite et tout le PC américain blanc traite peu correctement les nègres. Il faut combattre les fractions dans le PC américain. La masse nègre est l’arme potentiellement révolutionnaire contre l’impérialisme américain. Une forte jeune fille nègre dans les couloirs ; habillée à l’européenne, talons hauts ; elle mastique éternellement. Air décidé et brutal. Une jeune Hindoue.

246Keckert. – (Les orateurs lisent leurs discours). L’offensive socialiste contre l’opposition dans les syndicats. Chez nous, passivité dans l’application du IVe Congrès de l’ISR. La transformation de la quantité en qualité a eu lieu, comme dit Hegel. La qualité de la position réformiste a changé. Plus le réformisme s’entend avec l’État bourgeois, plus il s’y identifie, plus il passe à l’offensive contre les marxistes. C’est là toute la position du réformisme. Il est conduit à appuyer la réédification capitaliste. Voyez-le sur l’arbitrage obligatoire. Par là, on peut empêcher les grèves. C’est pourquoi les réformistes saluent la rationalisation en système capitaliste. La révolution est pour eux un fait en soi. Il se plaint de certains effets de la rationalisation, mais il comprend pas qu’en Europe on ne peut pas établir les mêmes salaires qu’en Amérique.

247Les réformistes repoussent l’action, la solidarité internationale. Lors de la grève des mineurs anglais, ils ont aidé les capitalistes allemands à reprendre le marché abandonné par les Anglais. Cela a été la même chose en France, en Pologne, etc. On a exclu des syndicats les révolutionnaires. Le réformisme appuie la construction des cuirassés afin de renforcer l’industrie nationale sur le marché mondial. De même, le réformisme a tendance à passer au fascisme. Il n’y a qu’un pas à franchir. Le réformisme s’est transformé. Il faut lutter contre lui énergiquement.

248Il y a encore d’autres raisons. La situation objective nous oblige à nous délimiter plus rigoureusement. Il n’y a pas de stabilisation ferme. Beaucoup d’éléments instables. Crise internationale du charbon, chômeurs. Il y a des mineurs en trop. Dans une telle période, dire que le capital se stabilise, c’est faux. La rationalisation accroîtra le malaise. Les capitalistes l’avouent. Un directeur d’un « concern » chimique montre que dans les industries rationalisées, il y a augmentation des prix. Il se dit : « Est-ce que cela a pour cause les salaires plus élevés ? » Non. Il est regrettable, dit-il, qu’à la conférence mondiale on ait repoussé l’examen de cette question. Il dit que quand le marché ne peut pas être élargi dans la même mesure, la rationalisation conduit alors à l’augmentation des prix.

249L’augmentation des prix n’a pas lieu parce que les produits sont rares, ni les matières premières, mais seulement dans les industries où la rationalisation a été poussée. Si la rationalisation conduit à augmenter les prix, cela veut dire que le capital réfléchit. C’est un dilemme. Ou bien la guerre, ou bien une nouvelle offensive contre la classe ouvrière. Notre politique doit être basée sur cette perspective. Si elle éclate prochainement, nous n’en savons rien, mais la lutte contre la classe ouvrière, c’est sûr. Dans tous les pays, l’intensité du travail est en croissance. Dès lors, il faut orienter notre activité sur le mouvement ouvrier. Il faut aller à l’offensive, sans quoi l’IC ne pourra surmonter ses difficultés. Il faut lutter contre les illusions, contre la droite. Nous devons organiser la lutte du prolétariat et la diriger, pas seulement lorsque nous aurons le succès. Le mouvement ouvrier n’est pas une série de succès, souvent défaites. Quand l’ouvrier veut se battre, la défaite a un tel caractère qu’elle peut conduire à de nouvelles mobilisations.

250On a vu en Angleterre les conditions pour la reconstitution de l’unité par dessus la tête des réformistes. Il y a des tendances à abandonner le Front unique. Non, mais cela ne sert qu’à dissiper les illusions de la tête des ouvriers. Faute des Finlandais qui ont fait des accords avec les centristes. Il ne faut pas s’adresser aux têtes, mais à la base.

251Le Suédois Samuelson (manchot).

252Thorez. – La rationalisation favorise certaines couches ouvrières. Elle aggrave la situation des plus exploités. Dans la social-démocratie, son contenu social diffère de ses effectifs. Le fossé entre eux et nous se creuse davantage. Nous n’avons plus de buts communs. On doit cependant réaliser le Front unique. On le fait à Halluin, à Anzin. Il faut un travail syndical sérieux. Sur 14 millions de prolétaires français, 7 millions de syndiqués. Il y a un renouveau du réformisme dans la CGTU ? D’où troubles dans les rapports du syndicat et du PC. Il ne faut pas diriger mécaniquement les syndicats, mais il faut résister à l’anarco-syndicalisme. Nous ne sommes pas pour la neutralité syndicale ; nous ne sommes pas pour la théorie absurde que le parti doit diriger le syndicat.

253Dans notre tactique électorale, le PC seul contre tous, les ouvriers ont compris. Le lendemain de l’élection, les socialistes n’ont pas cru à la possibilité d’appliquer notre tactique. Mais ils en sont revenus. À l’intérieur du parti, il y a quelques problèmes ; c’est clair ; il faut convaincre. Nous avons proposé de renforcer le passage de Boukharine contre l’opposition en France. L’opposition en France, c’est la négation du danger de guerre, du mouvement colonial, la persistance des illusions dans la démocratie, dans les socialistes, dans le gouvernement. C’est la sous-estimation du rôle de l’impérialisme français (on oubliait qu’il y a l’IC). L’affaire Rak, c’est l’incompréhension du caractère de la répression. On a été légaliste, on ne fait pas de travail clandestin ; on a résisté passivement à la tâche électorale ; on a proposé de revenir sur les cellule.

254Ces idées ont été défendues ouvertement. D’autres ont une position centriste équivoque. Ils se disent d’accord, mais ils n’appliquent pas. Le gauchisme a été la réaction contre l’opportunisme de la direction. Il faut pratiquer une politique juste. Ce n’est pas une question de personnes. Les militants qui ont redressé le parti veulent convaincre tout le parti français.

255Syfyso. – La Grèce est un pays paysan. Il faut une analyse de la situation. Les armées des paysans, des artisans dans les villes, les grèves démontrent la radicalisation des masses ouvrières et paysannes. Malgré la terreur renforcée, la bourgeoisie n’a pas réussi. C’est le résultat de la crise aiguë. Il y a une nouvelle crise dans le pays : antagonisme très aigü entre les monarchistes et les libéraux. La stabilisation en Grèce est faible. Pour la politique extérieure, la bourgeoisie est l’arme obéissante de l’impérialisme anglo-français. Puis question Macédoine. La Grèce a annulé le traité avec la R. Elle a conclu un traité avec l’Italie. D’où la guerre. Le parti social-démocrate n’existe pas en Grèce ; social-fascistes dans les syndicats, mais ils ne sont pas forts. La gauche à 55 % dans les syndicats, d’où la grève des masses : 40 000 grévistes. Dans le PC, nous avons eu une opposition mencheviste ; on l’a battue, liquidée. Numériquement : 2 295 membres : 60 % ouvriers, 8 % employés, 30 % paysans. Notre appareil illégal est faible. Nous pensons que le secrétariat des Balkans au Komintern est insuffisant. La situation dans les Balkans est grave. Il faut une Commission spéciale des Balkans pour examiner la situation et définir la tâche des PC des Balkans.

256Varga. – Danger de guerre : tâche centrale dans les années qui viennent. Le progrès technique de l’impérialisme est une révolution technique. Alors il y aura changements économiques et changements dans la classe ouvrière. Il y aura réduction du travail, développement de la productivité, intensité du travail. Les deux choses vont de pair, mais pas toujours. Il y a développement du chômage, mais ce n’est pas une réserve de l’armée industrielle. Il y a unification des masses ouvrières. Il y a tendance à englober les ouvriers dans l’appareil bourgeois. Il y a un nouveau type d’aristocratie ouvrière.

257Le chômage : en Allemagne en 1906-1907, 10 % de chômeurs ; 1924 : 13,5 % ; 1926 : 18 % ; 1929 : 8,8 % ; c’est-à-dire de 1924 à 1929, essor économique moyen. Même fait en Angleterre : 2 % en 1913 ; depuis la guerre 10 % et plus. En Amérique avec la montée du capitalisme, il y a diminution des ouvriers employés. Le capitalisme industriel a occupé en 1919 : 25 millions ; en 1923 : 23 millions ; en 1925, moins de travailleurs et plus de production. Bouk. a cité un obscur journaliste ; il a eu tort de lui faire cet honneur. Avant la guerre, les ouvriers étaient jetés à la rue. Puis l’extension du marché les faisait reprendre mais tout cela n’est plus : l’extension du marché ne suffit plus pour absorber les ouvriers chômeurs. Cela se voit en Amérique et en Angleterre. Même dans ces pays, le marché intérieur n’augmente pas. Le paysan devient un fermier, un producteur pour le marché, vend et achète des produits industriels. Le procès (sic) a lieu comme ceci : textile, instruments d’agriculture. Or en Amérique, 90 % de la production paysanne est vendu. Elle arrive à sa fin. Pour le marché mondial, c’est différent. La production américaine se place sur le marché intérieur. 6 % seulement des productions sont exportés. D’où ce développement technique qui ne peut se répandre, d’où chômage structurel. Heckert a tort de dire que le chômage est l’indication de la conjoncture. Il y a de bonnes conjonctures en Allemagne et en même temps beaucoup de chômage. Donc la lutte pour les marchés deviendra plus aiguë puisque les marchés intérieurs deviennent plus étroits ; mais les marchés extérieurs sont réduits par les douanes, par les interdictions d’exportations. On peut donc prévoir que ce développement se poursuivra, que le chômage ira s’agrandissant.

258Il y aura beaucoup de chômeurs ; lorsque 19 % de chômeurs complets et 10 % partiels, cela signifie que la cinquième partie des ouvriers chôme ; cela ne signifie pas une meilleure possibilité pour notre lutte ; le chômage chronique est un obstacle pour le travail syndical, mais lorsque des situations révolutionnaires se présentent, le chômage sera une force d’amertume.

259Il y a extension de la classe ouvrière industrielle. Électricité distribue l’industrie partout, surtout aux États-Unis où l’industrie descend dans le Sud ; en Angleterre, l’industrie se déplace dans le Sud et le Sud-Est ; en Italie du Nord, etc. Ce procédé est très important pour nos luttes ; nous aurons des troupes partout. En 1923, nous avons vu l’Allemagne se couper en deux ; mais maintenant les ouvriers industriels gagnent des bases pour les travailleurs.

260Il y a unification de la classe ouvrière grâce à la technique. La différence entre les ouvriers et non qualifiés disparaît. La masse des ouvriers est spécialisée. Le travail à la chaîne signifie que le travail est simplifié ; on peut l’apprendre en quelques jours. Dans la chimie, il n’y a pas d’ouvriers qualifiés, mais des ingénieurs chimistes. 20 % sont des ingénieurs et les autres très mal payés. C’est très important au point de vue stratégique. Il y a donc unification de la classe ouvrière.

261Il y a des ouvriers privilégiés sur une toute autre base que la qualification. Grâce au chômage, se développe une nouvelle couche d’ouvriers dans les grandes entreprises qui pour se garantir le travail gardent une attitude de servilisme vis-à-vis du capitalisme. Il y a alliance entre ces éléments corrompus, briseurs de grève et certaines couches réformistes. Une autre conséquence du chômage : les syndicats qui sont menacés par le chômage, deviennent de plus en plus petits. Les syndicats de mineurs anglais, en 1925 : 950 000 syndiqués et, maintenant : 626 000 (perte d’un tiers). Nous avons vu cela en Amérique chez les mineurs. Le chômage désorganise les syndicats. Il faut étudier ces transformations de la technique et de la rationalisation. Il faut les fixer dans les thèses. Il faut une thèse spéciale sur les changements dans la classe ouvrière.

262Sala. – Le mouvement syndical est jeune, faible. Il a un grand rayonnement. Jusqu’ici les Américains étaient les maîtres ; aujourd’hui l’on est en banqueroute. Mais il y a danger réformiste, venu des États-Unis et d’Amsterdam. Les chers réformistes mexicains sont corrompus, ceux de Porto Rico aussi, d’autres sont achetés par l’impérialisme américain. Le capitalisme a élevé son niveau de production. Il est prêt à concurrencer le capitalisme nord-américain. L’ISR doit créer en Amérique latine un mouvement syndical révolutionnaire. C’est pourquoi il y a une réaction yankee et Amsterdam. Il y a à Montevideo un secrétariat de Profintern. Nous croyons qu’un congrès y sera fait bientôt (mai 1929). Nous n’avons pas de jeunesses communistes. Nous allons en organiser. Nous considérons comme essentielles les organisations syndicales et paysannes. Il y a la ligue anti-impérialiste, les organisations sportives, le Secours rouge. La LI touche les ouvriers, les paysans, les petits bourgeois. Il faut y travailler. Le Secours rouge nous est utile en Amérique latine où la terreur blanche est généralisée. Il contient plus d’un millier de collaborateurs. Les sports sont exploités par la bourgeoisie. Il faut faire un sport ouvrier. En Uruguay et en Argentine nous avons 3 000 membres sportifs.

263Les délégués sont invités à venir à 4 h 30 jusqu’à 8 h 30. À 8 h 30, une revue au Club des employés de la Banque d’État : Les blouses bleues. En ce moment, les Russes discutent ; les Allemands aussi. Les Allemands ont pris position contre le rapport Boukharine.

264Le communisme dans les Balkans.

265En Roumanie, le mouvement est anéanti.

266En Grèce, Cavalla est entre les mains des ouvriers. Salonique est aux mains des ouvriers et des réfugiés, sans direction commune, mais mécontents, échappant à l’influence d’Athènes.

267En Bulgarie, le mouvement communiste est illégal. Il prend le nom de parti ouvrier. Il a un journal qui est souvent confisqué.

268En Yougoslavie, on a liquidé tous les chefs des deux fractions. C’étaient des intellectuels. On a fait venir des ouvriers à Moscou et la crise est liquidée, grâce à eux.

  • 88 Serafima I. Gopner (1880-1966). Active au sein du mouvement socialiste, elle rejoint le PSDOR en 19 (...)
  • 89 Eleuthérios Venizelos (1864-1936). Député à l’Assemblée de Crète, il joue un rôle dans la proclamat (...)

269Je trouve S. Gopner88 (amie de Suzanne Girault), directrice d’un journal d’Ukraine, le Prolétariat (50 000 ex.). Elle me demande de faire l’échange avec l’Huma. Et en outre, d’insérer les correspondances d’ouvriers qu’elle nous enverrait par exemple une fois par mois. Elle dit que les journaux russes en Ukraine tirent à 500 000 exemplaires. De plus, il y a encore plus de journaux ukrainiens. Les paysans ukrainiens parlent ukrainiens. Les ouvriers parlent davantage russe. Il y a 300 000 ouvriers mineurs, métallurgistes, chimistes dans le Donetz. L’influence française dans les Balkans est en hausse. L’Italie en baisse. Français et Anglais se sont évidemment rapprochés. La France consent l’emprunt à la Roumanie et, même en Bulgarie, son prestige reprend. Elle est derrière la Yougoslavie et Venizelos89 est avec elle en Grèce. Les Yougoslaves pensent qu’avant deux ans, ils auront la guerre avec l’Italie. Les Italiens ont subi des échecs partout, en Orient, en Abyssinie d’où les Américains les chassent. Ils n’ont que l’Albanie, mais l’Albanie n’est qu’une plateforme pour prendre son élan. Et l’Italie n’a plus que les Balkans. C’est la guerre, mais la France ne pourra pas la laisser faire.

270Sharge, Persan, parle en Russe. – Il n’y a que des paysans en Perse et des artisans. Les paysans sont malheureux, exploités durement. Ils se soulèvent souvent. Tout le capital national est dans la terre. Il ne change pas la forme de l’agriculture en Perse. Il garde la forme féodale. Dans tout le Proche-Orient et en Perse, quatre grandes insurrections dans ces dernières années. À bas les latifundias. Il faut donc connaître cette situation. Boukharine a examiné trop vaguement la question du Proche-Orient, les intrigues des Anglais. Le Proche-Orient a toujours joué un grand rôle dans la politique internationale. En ce nom, l’Angleterre se prépare deux bases : Perse et Turquie. Elle a une base stratégique au Golfe persique, elle a obtenu le droit de vols d’avions, elle s’empare de toutes les sources de naphte. En cas de guerre, l’Orient sera l’arène de grands combats. Boukharine aurait dû dire ce que nous avons à faire. Le gouvernement anglais se stabilise aux dépens de ses colonies et des pays arriérés comme la Perse. Malheureusement on considère que c’est peu important. Le Komintern s’en occupe trop peu. Notre parti perse n’a reçu aucun papier du Komintern. Il y a de nouveaux dirigeants qui n’y connaissent rien. Nous en souffrons, il faut en finir. Il y a des partis socialistes en Proche-Orient. Nous avons des partis non sociaux-démocrates, mais avec des noms différents. En 1926 au Komintern, on avait l’expérience mongole. Or, on nous a dit de liquider le PC et de faire un parti national. Après on nous a dit, faites un PC. Or, il faut une ligne exacte pour que nous fassions pas les fautes de la Chine ou d’ailleurs. Nous n’avons aucun rapport avec le PC anglais. Il n’a rien fait. Il faut des unions étroites.

271Bittelman (Américain), minorité. – Nous sommes d’accord avec le rapport de Boukharine. Dans la proche guerre, l’impérialisme américain jouera-t-il un rôle immense ? Le PC américain doit commencer à avoir des orientations justes. Il faut lutter contre le plan de Kellog qui n’est qu’un masque de préparation de guerre. Ce plan hypocrite donne des illusions pacifiques. Le pacifisme aux États-Unis est très important par les illusions qu’il crée, mais dans notre PC, il y en a encore. Notre CC disait que l’impérialisme américain en Chine suivait l’Angleterre, mais on ne souligne pas sa propre nuisance. Il faut donc lutter contre les illusions pacifistes.

272Il est juste de dire que la structure du capitalisme, d’après G. s’aiguise. C’est l’algèbre de notre analyse. Il faut concrétiser les contradictions intérieures. Boukharine nous donne des perspectives de lutte de classe, mais il n’y a pas eu de clarté. En Amérique, l’IC doit suivre de près l’évolution. Il y a changement de base de l’économie américaine. Quels sont les traits caractéristiques de l’Amérique ? Deux facteurs : la contradiction croissante du capitalisme américain du degré de la production et consommation diminuant. Le capitalisme arrive au sommet de son développement. C’est contre la classe ouvrière. Il combat Pepper. Contradiction de la production et de la consommation. Acier : 14 % production ; consommation 6 % en un an. Il y a un déclin continu des salaires. 59 % des salariés ; les fermiers (le traducteur bafouille) ont baissé leur capacité d’achat. Le marché intérieur continue continuellement. De 1919 à 1923 la production a augmenté : 6,3 % ; puis 29 % ; puis 1923 à 1929 : 5 %. Le produit en général est en déclin rapide. Pour l’exportation, même tendance. C’est parce que l’Amérique prépare la guerre. Il y a exportation du capital. Il construit qui réduisent l’industrie de la métropole. Pepper dit que nous croyons au déclin du capitalisme américain. Nous ne croyons pas qu’il faut être fier du capitalisme américain comme Pepper.

273Pepper dit : « Comment osez-vous croire que le capitalisme américain n’est pas ascendant ? L’an, est en déclin, elle veut la guerre, alors nous ? ». Il dit encore : « Aucune bourgeoisie ne peut corrompre autant que l’impérialisme an ». Il y a un danger à laisser Pepper propager de pareilles idées.

274Pepper fait semblant de découvrir l’opportunisme (la traduction est encore pire !) Exploitation augmente, salaires diminuent. Ce procès mène là. Le CC ne le voit pas. Le CC ne peut pas conduire un grand parti de masse. Notre minorité à certes commis des fautes. Mais le CC ou majorité ne discute pas. Nous voulons que la ligne du parti soit correcte. Pepper ne peut pas conduire le parti américain. Quand le Komintern parle de mouvement de g. (?), Pepper dit : « Cela intéresse l’Europe, mais non l’Amérique. La ligne doit être la même ».

275Réunion du BP français à 7 h. Pourquoi les Allemands n’ont-ils pas encore pris la parole ? Pourquoi les Russes se sont-ils tus sur le rapport de Boukharine ? Pourquoi les Allemands sont opposés au rapport ? Pourquoi les Russes sont divisés et que leur discussion se prolonge ! En fait, c’est la grande divergence Staline-Boukharine qui a des prolongements dans le parti russe et le parti allemand.

276Tous les matins, cinq heures d’éloquence en toutes langues. Puis le soir quatre heures.

Jeudi 26 juillet 1928

277Il va falloir miser sur l’un des deux. Je mise sur S.

  • 90 Harry Wicks. Il participe en septembre 1919 à la fondation du PC américain dont il est membre du Co (...)
  • 91 Petrulesco pseudo de Vitaly Holostenko, communiste roumain.
  • 92 Earl Russel Browder, né en 1891. Il appartient de 1907 à 1912 au PS américain. Il est emprisonné en (...)
  • 93 Garlandi pseudonyme de Grieco (cf. supra).
  • 94 Maurice Spector (1898-1968). Militant socialiste au sein des cercles de Toronto pendant la Première (...)

278Je préside. La liste : Wicks90 (Américain illégal), Daidar (Palestine), Kato (Japon), Petrulesco91 (Roumanie), Horski (Tchèque), Roux (Sud Afrique), Browder92 (Amérique), Garlandi93 (Italie), Zapotocky, Spector94 (Canada). 22 inscrits. La traduction anglaise est très faible.

279Wicks. – On ne peut parler du déclin du capitalisme américain. La production se développe ; le salaire absolu augmente. Il y a des conflits possibles avec l’Angleterre et le Japon. La politique extérieure prévaut. Il faut préparer la lutte contre la guerre impérialiste. Nous avons négligé cette lutte. Il faut lier la lutte contre l’impérialisme et la lutte pour la classe ouvrière. Il n’y a pas des membres du CC qui sont contre les nègres. Il faut être vraiment envers les nègres. Il faut que nous nous unissions.

  • 95 Vandervelde.

280Daidar (Palestine), il lit son papier en Russe. – Il approuve Boukharine. En Angleterre social fascisme. L’Allemagne n’a pas de colonies mais elle y fait plus d’affaires que les autres nations. Le capitalisme se place de plus en plus dans les colonies. Boukharine n’a pas parlé de l’Égypte et de l’Arabie. La dissolution du Parlement égyptien, les intrigues françaises en Orient contre l’Angleterre, les Français essayent de faire un royaume en Syrie. La Syrie devient une source pour le capitalisme français pour attaquer l’impérialisme anglais. Les querelles anglo-françaises-italiennes en Orient sont graves. On n’y fait pas assez attention. On fait beaucoup de bruit contre l’oppression coloniale mais il n’y a pas de liaison avec les masses coloniales. En Palestine, les réformes Vandervelde95 sont (?). Mais la troisième Internationale n’a rien fait.

281Kato lit. – Nous avons conscience de nos responsabilités. Nous avons un capitalisme d’État formidable, mais un capitalisme d’État militaire, son seul aboutissant est la guerre. La réaction grandit. Les Japonais veulent placer un empereur en Mandchourie. En Chine, le Japon colonise, se donne pour but d’abattre la révolution chinoise. Le Japon et l’Angleterre sont en relations étroites contre la Chine et la Russie. Entre le Japon et les États-Unis, tension. C’est notre tâche de lutter contre l’impérialisme selon la ligne communiste. Il y a possibilité de faire un grand parti communiste. Notre PC s’appuie sur les ouvriers d’usine, 80 % de nos effectifs. Actuellement nous avons une grande influence sur les masses et nous sommes un facteur politique indépendant. Il faut dominer les tendances dictatrices du PC et dominer les luttes des fractions. Il y a 500 communistes en prison. Tourka dit : « Je liquiderai le communisme ». Malgré cela les masses sont avec nous. Notre travail est bien, plus de fractions. La lutte contre la social-démocratie est forte au Japon. La social-démocratie, avec la bourgeoisie, prépare ouvertement la guerre contre la Chine et la Russie. Les réformistes soutiennent l’Internationale panasiatique. Il y a des socialistes de gauche. Il y a aussi des anciens communistes. Les sociaux-démocrates japonais sont ouvertement briseurs de grèves et impérialistes. Il y a nécessité de résoudre la question paysanne. Confiscation de la grande propriété foncière, tel est notre programme.

282Horski (Tchèque). Il lit son papier. – Une crise s’annonce dans la paysannerie tchèque.

283Petrulesco (Roumanie). – La stabilisation économique et politique est très faible. Social-démocratie faible et traître, des ouvriers quittent les syndicats réformistes. Le PC n’a plus de centre, terreur blanche et aussi fautes de la direction opportuniste. La nouvelle direction est ouvrière. Il faut l’aide de l’IC.

284Édouard Roux (un blanc), sud Afrique, parle anglais. Il lit son discours. – En Afrique, impérialisme souverain. Seuls les ouvriers blancs sont des ouvriers qualifiés.

  • 96 Arvid G. Hansen, né en 1894. Il rejoint très jeune le parti ouvrier de Norvège. Militant de la gauc (...)

285Racamond, Katayama, Hansen96 (Norvège). – La perspective mondiale de Boukharine est la révolution. Ceci n’est pas la stabilisation. La Norvège est très provincialiste, cependant l’économie devient internationale. Presque toute la classe ouvrière en Norvège était communiste en 1927. La classe ouvrière reste révolutionnaire malgré la répression et le réformisme. Elle reste internationaliste. La cause de la Conférence de Copenhague n’est pas perdue : l’union entre les ouvriers Scandinaves, finlandais et russes. En Norvège, un centrisme fort. C’est le plus grand danger pour la classe ouvrière. La tendance social-démocrate et centriste est de se lier avec la bourgeoisie au gouvernement. L’arbitrage obligatoire a été expérimenté en Norvège pendant une importante grève récente et l’expérience a été décisive contre l’arbitrage obligatoire. Notre autorité syndicale a grandi. Nous sommes pour la politique de l’attaque pour libérer les syndicats ouvriers de l’arbitrage obligatoire et les laisser sur le terrain de luttes des classes. Pas de compromis. Lutte contre la droite.

  • 97 Internationale paysanne.

286Garlandi. – La bourgeoisie fait de grands efforts pour maintenir son influence sur les paysans. Lloyd George en Angleterre : « Nous devons gagner les masses paysannes, forces motrices fondamentales de la révolution prolétarienne. Il y a radicalisation dans les campagnes. Nous n’y faisons rien. Nous n’avons pas de politique agraire. Il en faut une par nation en partant de l’histoire du mouvement paysan, de l’analyse présente. Comment conquérir les paysans ? En les organisant, en dressant un programme de revendications immédiates. Si nous ne le faisons pas, nous retardons la révolution ». Ici, on a créé une commission agraire. Elle n’a rien fait, elle est morte dans les entrailles de sa mère. D’où la paralysie du Krestintern.97 Qu’est-ce que le Krestintern ? Il doit être une organisation de masse. En Europe, le Krestintern est inconnu ; il n’a pas de programme concret. A-t-il étudié le métayage ? Il faut un programme partiel, sans cela les paysans trouveront d’autres défenseurs de leurs intérêts. Les paysans ne viendront pas d’eux-mêmes au Krestintern. Les revendications des paysans pauvres sont celles des prolétaires révolutionnaires.

  • 98 Dixon pseudo de Earl Browder.
  • 99 Bertram Wolfe, né en 1896. Il rejoint le PS américain en 1917, manifestant son opposition à l’entré (...)
  • 100 Vissarion (Besso) Lominadze (1898-1934). Il rejoint le PC(b) en 1917, où il occupe des responsabili (...)
  • 101 Paul Alexander Nischwictz, né en 1891.
  • 102 Armand Pillot (1892-1953). Électricien puis ajusteur-mécanicien, il est syndicaliste dès 1907, et a (...)

287Zapotocky (lit son papier). La liste de ce soir : Dixon98, Hischel (Jeunesse), Thälmann, Wolfe99, Lominadzé100 (URSS), Losovsky, Benett, Foster, Nitschwitz101, Li Huang. Le douzième orateur, ce matin, Pillot102.

288Pillot. – Le centre qui se forme dans notre parti, c’est la droite.

289Le sculpteur sera à 4 h à la chambre 63.

290Après la première séance, on réunit la délégation française. Là, assiste la secrétaire de Staline. Barbé y fait une critique très vive du rapport de Boukharine. J’ai beaucoup réfléchi, dit-il, et sans me poser en pédant, je veux dire les dangers de la thèse de Boukharine. D’abord, il semble limiter les possibilités révolutionnaires au moment de la guerre. C’est en contradiction avec ses discours d’autrefois. C’est une thèse de désespoir. De plus, il parle de persuasion. Qu’est-ce que la persuasion ? Ce n’est pas le compromis sur lequel nous vivons depuis longtemps. C’est l’explication brutale et c’est l’homogénéité de direction. Puis, Boukharine ne signale pas le danger de la social-démocratie de gauche. C’est apparemment l’offensive de Staline qui commence dans la délégation française après avoir été faite dans la délégation allemande. Après Barbe, Marrane pose le problème français. Il se livre à des rosseries bien venues, mais il est trop long ; il se perd dans des disgressions et manque ses effets. Toutefois, il a posé le problème, et il est décidé de se réunir après la séance du soir, fût-ce toute la nuit ! En réponse à l’attaque de Barbé, je dis qu’il sera nécessaire d’attendre la réponse de Boukharine. Semard répond brutalement qu’il n’est pas de mon avis.

291Le camarade persan Lahouti m’explique qu’il n’y a pas en Perse plus de 100 000 ouvriers prolétaires. On y est paysan ou artisan. Les paysans y sont très malheureux. La propriété y est féodale, maîtresse de la terre et de la personne des travailleurs ainsi que de leur famille. Les paysans se révoltent volontiers et souvent ; mais ils manquent absolument de direction. Il faut les organiser et les instruire du but qu’ils doivent viser. La terre est bonne et vierge. La femme y vit encore en harem.

292Les Chinois réunissent les délégations l’une après l’autre et leur posent des questions sur la situation dans chaque pays. Il ne se contentent pas de réponses vagues. Ils interrogent avec une minutie extrême et exigent des précisions.

  • 103 Pierre Forestier (1900-1957). Adhérant de la SFIO en 1917, il participe à la fondation des Jeunesse (...)

293Samedi matin. Un camarade de la Pravda vient nous voir. Il faut se mettre en liaison à propos des correspondants ouvriers. Lundi, nous aurons rendez-vous avec Oulianova (sœur de Lénine) à la Pravda que nous visiterons en détail, Forestier103 et moi.

294Le représentant de la Géorgie me prie d’aller en Géorgie après le congrès. Je ne puis accepter, mais l’année prochaine, il est entendu que le voyage s’effectuera.

295Lacerda, du Brésil, me donne des renseignements sur le Brésil. Rio, ville magnifique de 2 millions d’habitants, casino comme à Monté-Carlo. Pays d’une richesse inouï. À côté des riches propriétaires, un prolétariat de plusieurs millions d’hommes et de femmes, dans une misère effroyable et une servitude de Moyen-Âge. L’armée est mécontente et fraternise avec le peuple. Le gouvernement est très instable. La révolution y est latente. La petite bourgeoisie radicale prépare un mouvement réformiste. Mais les communistes peuvent avoir assez d’influence pour pousser cette révolution dans les voies économiques de l’expropriation des capitalistes. Le capitalisme américain y pousse ses avantages chaque jour pour y battre le capitalisme anglais aujourd’hui prépondérant. Ford y a des forêts d’arbres à caoutchouc. Les banques américaines s’installent en face des banques anglaises. Le socialisme n’y existe pas. La classe ouvrière et paysanne est sous l’influence communiste. Les communistes peu nombreux sont cohérents et unis. Le gouvernement supprime leurs journaux. Les députés sont choisis par le gouvernement. Ils représentent les grands propriétaires. Les communistes avaient deux élus municipaux à Rio ; on les a chassés. Dictature bourgeoise ouverte ; communiste illégal.

296Membres du parti

297Chine ; 30 000.

298Russie ; 743 000.

299Ukraine : 134 000 Juifs.

300Russie Blanche : 36 000.

301Arménie : 19 000.

302Géorgie : 17 000.

303Tartares : 15 900.

304Ouzbékistan : 13 000.

305Lettonie : 13 000.

306Cosaques : 12 000.

307Pologne : 12 000.

308Turkmènie : 11 000.

309Allemagne : 150 000.

310France : 56 000.

311Norvège : 8 000.

312États-Unis : 12 000.

313Belgique : 1 500.

314Angleterre : 3 370.

315Hollande : 1 400.

316Suède : 17 000.

317Danemark : 1 400.

318Tchécoslov : 138 000 (en 1927).

319Suisse : 3 500.

320Portugal : 90.

321Canada : 4 400.

322Mexique : 1 000.

323Uruguay : 700.

324Équateur : 12 000.

325Argentine : 2 200.

326Brésil : 1 200.

327Italie ?

328Autriche ?

329Hongrie ?

330Yougoslavie ?

331Roumanie ?

332Bulgarie ?

333Grèce : 1600

334Espagne ?

335Pologne ?

336Finlande ?

337Estonie ?

338Lettonie ?

339Lituanie ?

340Cuba ?

341Colombie ?

342Chili ?

343Turquie ?

344Perse : Il y a un CC.

345Syrie : Syndicat sous l’influence du PC.

346Palestine : Terreur.

347Égypte : Terreur.

348Japon : PC dissous, poursuites, complots.

349Mongolie : Parti populaire révolutionnaire 14 000.

350Corée : Il y a un PC, traqué, mais existant.

351Inde : On commence à organiser un PC.

352Indonésie : Illégal.

353Australie : 900 000 syndiqués ; quelques centaines de communistes.

354Afrique du Sud : 400.

  • 104 Ernest Renan (1823-1892). Destiné à la prêtrise, la lecture d’Hegel provoque chez lui une grave cri (...)

355« Le prince croit qu’on arrive à la vérité comme un boulet de canon, tandis qu’on y arrive comme un pendule » (Renan104).

356« Peuple heureux n’est pas le but, peuple intelligent ».

357« Je ne refuse jamais, je ne contredis jamais, j’oublie quelquefois ».

358« Il était ce qu’un homme doit toujours être pour une femme : très doux et cependant un guide ».

359« Le vieux Talleyrand, quand il ne voyait pas clairement quoi faire, se mettait au lit ».

  • 105 Benjamin Disraeli, premier comte Beaconsfield (1804-1881). Après avoir entrepris une carrière litté (...)

360Disraeli105 (Conservatisme populaire, impérialisme). Never explain, never complain (un art. 7 juillet, 9 juillet, 11 juillet, 18 juillet, 20 juillet, 24 juillet).

361En Angleterre Disraeli corrigeait une immense planitude :

362un art à la Gaz. ouv., 10 juillet ;

363deux art. à la Gaz. de Moscou, 12 juillet. ;

364un art. Pravda Leningrad 14 et 16 juillet ;

365un article à la Presse,

366un article à l’Écran ;

367un article à l’Huma, 19, 20, 24, 29, 31 juillet.

368La gauche est la continuation de la politique B...

369(Perasvietov – Pravda Leningrad)

  • 106 Katz Nelson pseudo Herschl Mendl Sztokisz.

370(Katz Nelson106 – Rabot. Moscowa)

  • 107 Léon Nikolaïevitch Tolstoï (1828-1910). Issu d’une famille de la très vieille noblesse russe, il mè (...)

371La philosophie de Tolstoï107 se base sur la douleur humaine. La société actuelle est un crime. Retour à la foi chrétienne. Tolstoï cœur sain qui retourne avec joie aux sources de la nature et de la vie.

372« Connaissez enfin le mensonge de votre être et de votre vie » Tolstoï ; Gandhi est son disciple.

373Millerand demande la suppression de l’Ordre des Avocats (Officiel du 6 mars 1890). Bonne Feuilles 15, 20, Librairie du travail, 96, quai de Jemmapes.

Notes

1 Il s’agissait du Ier Congrès du PCF, à Marseille, en décembre 1921, où Renaud Jean présenta le programme agraire du PCF.

2 Renaud Jean (1887-1961). D’origine paysanne, il travaille dans l’exploitation familliale pendant dix ans. En 1907, il se rallie au socialisme. La Première Guerre mondiale bouleverse sa vie. Gravement blessé, il est réformé. Militant socialiste du Lot-et-Garonne, il est élu député en 1920 et participe au Congrès de Tours, où il se prononce en faveur de la IIIe Internationale. Spécialiste des questions paysannes, membre du CD, puis du CC, il dirige la Voix Paysanne, puis la Terre. A la suite du pacte germano-soviétique, il prend des distances avec le PCF, dont il reste membre.

3 Alexandre Arossev (1890-1938). Membre du parti bolchevik à partir de 1907, il est, en 1917, chef de l’État-Major des troupes révolutionnaires de Moscou. Président du Tribunal suprême de l’Ukraine, il devient commissaire de l’Armée rouge. En 1921, alors qu’il occupe le poste de conseiller auprès de l’ambassade russe de Riga, il tombe gravement malade. Il part en convalescence en Allemagne. Il revient à Moscou où il est archiviste de l’Institut Lénine de 1923 à 1924. De 1924 à 1933, il travaille comme diplomate en France, en Lituanie et en Tchécoslovaquie. En 1934, il devient président de la Société soviétique des liaisons culturelles avec l’étranger. Condamné à mort le 8 février 1938, il est fusillé deux jours plus tard.

4 Henri Barbé (1902-1966). Ouvrier tourneur mécanicien, il rejoint les Jeunesses socialistes en 1917 et milite en faveur de la IIIe Internationale. Muni d’une solide expérience syndicale, il devient en 1923, après son service militaire, responsable des Jeunesses communistes à Saint-Denis. En juin 1924, il entre à la direction régionale des JC. Il participe au Ve Congrès de l’IC. En 1928, menacé de treize ans de prison, il rejoint Moscou au titre de délégué de l’ICJ. A l’été 1928 il devient délégué du PC auprès de l’Exécutif de l’IC, dont il est membre du Présidium et du secrétariat. A la demande de Manouilsky, la direction de la Fédération des JC constitue un groupe chargé de promouvoir l’application de la nouvelle ligne politique. La perte de vitesse de la SFIC pousse l’IC à intervenir, par l’intermédiaire de Manouilsky, durant l’été 1931, et à demander l’élimination du « groupe Barbé-Célor ». Convoqué à Moscou à l’automne, il y séjourne jusqu’en 1932. De retour en France, il effectue une peine de prison de huit mois. En février 1934, il participe avec Jacques Doriot aux manifestations. Exclu du PCF le 12 septembre 1934, il est l’un des principaux collaborateurs de Doriot au sein du PPF jusqu’en octobre 1939. Membre du RNP à partir de mai 1941, il est arrêté à la Libération et emprisonné jusqu’en 1949. Il reprend son activité anticommuniste, jusqu’à sa mort.

5 Au lendemain du 1er tour des élections législatives.

6 Louis Loucheur (1872-1931). Plusieurs fois ministre, il est chargé du portefeuille du Travail et de la Prévoyance sociale (1926-1930). Il fait adopter en 1928 une loi sur les habitations bons marchés.

7 Josef Klemens Pilsudsky (1867-1935). Étudiant en médecine à Kharkov, il est exilé par l’occupant russe en Sibérie de 1887 à 1892. De 1892 à 1914, il milite dans les rangs du parti socialiste. Éditeur de Robotnik, il représente la Pologne au congrès de l’Internationale socialiste à Londres en 1896, où il défend le droit à l’indépendance de la Pologne. A partir de 1908 il œuvre à la levée de troupes polonaises indépendantes qui seront assujetties à l’armée autrichienne pendant la Première Guerre mondiale. Il est le chef de la Ire brigade, embryon de l’armée nationale. Désigné chef de l’État provisoire le 22 novembre 1918, il quitte ses fonctions le 30 mai 1923, avant de prendre le pouvoir le 12 mai 1926. Il meurt le 12 mai 1935.

8 Henri Barbusse (1873-1935). Écrivain français, il débute dans le journalisme à seize ans, il fréquente le milieu symboliste. Il souligne la cruauté du monde dans une étude publiée en 1908 sous le titre L’Enfer et qui fait scandale. Engagé volontaire en 1914, il rédige Le feu qui dénonce l’horreur des tranchées et de la guerre en 1916 (prix Goncourt). Ce roman souligne les aspirations pacifistes de Barbusse, fondateur avec Romain Rolland du groupe Clarté. Enthousiasmé par la Révolution russe, il milite dès 1920 en faveur du communisme. Il séjourne souvent en URSS où il décède.

9 David Borisso Ryazanov (de son vrai nom, Goldendach) (1870-1938). Il milite au sein du mouvement social-démocrate russe à partir de 1889. Menchevik, il rejoint les bolcheviks en 1917. A partir de 1921, il dirige l’Institut Marx-Engels, jusqu’à son arrestation dans la nuit du 15 au 16 février 1931. Condamné à trois ans d’exil, il est à nouveau arrêté en juillet 1937. Condamné à mort le 21 janvier 1938, il est exécuté le jour même.

10 Edmondo Peluso (1882-1942). Membre du POF de 1898 à 1901, puis du parti socialiste américain entre 1905 et 1909, il assiste en 1916 à la réunion de Kienthal, où il représente le parti socialiste portugais. Entre 1919 et 1923, il s’occupe du travail propagandiste communiste en Italie où il connaît la prison, puis en France où il dirige les groupes italiens. Il travaille au sein de l’IC entre 1923 et 1924, où il représente les PC tchécoslovaque et autrichien, puis le PC italien. Il est à nouveau emprisonné en Italie entre 1925 et 1926, avant de regagner définitivement Moscou en 1927. Il travaille alors comme chef du cabinet italo-espagnol à l’Institut Marx-Engels, jusqu’en 1930, date à laquelle il devient professeur. De 1930 à 1931, il travaille à l’Université communiste des minorités nationales de l’Ouest (KUNMZ), puis de 1931 à 1938, à l’Université communiste des travailleurs de l’Orient (KUTV). Il est arrêté le 26 avril 1938 par le NKVD alors qu’il donnait des cours pour les enfants espagnols. Condamné à cinq ans d’exil, il est à nouveau arrêté le 29 juin 1941, avant d’être fusillé le 31 janvier 1942.

11 Rudolf Hilferding (1877-1941). Social-démocrate et leader de la IIe Internationale, il est avec Kautsky un des principaux représentants de la politique réformiste du parti social-démocrate indépendant. Élu député au Reichstag en 1924, il est ministre des Finances à deux reprises. Lors de l’arrivée d’Hitler au pouvoir il se réfugie à Prague et par la suite en France où, livré par Vichy à la Gestapo, il se suicide.

12 Voline, pseudonyme de divers responsables du parti bolchevik.

13 Alexis Maximovitch Pechkov dit Maxime Gorki, poète et dramaturge russe (1868-1936). Élevé dans la pauvreté il exerce de nombreux métiers avant de devenir clerc d’avocat. Ses romans développent des thèses philosophiques et socialistes ; La mère est son œuvre la plus célèbre et la plus révolutionnaire. Il est arrêté en 1905 et, libéré un an plus tard, il voyage à l’étranger. Après la Révolution il revient en Russie où il tente de jouer un rôle culturel. Après un nouvel exil, il est de retour en 1928 où son soixantième anniversaire est célébré.

14 Valerian Obolensky dit Ossinsky, né en 1887. Issu de l’aristocratie russe, il rejoint le PSDOR en 1907, lors de ses études à l’Université de Moscou. Après la révolution de 1917, il est rédacteur de 1918 à 1919 à la Pravda. Il participe au IIe Congrès de l’IC en 1920. Membre d’un groupe d’opposition « centralistes démocrates » il quitte le Comité central du PCR(b) en 1922. Signataire en octobre 1923 de la « lettre des 46 », il rejoint la majorité en 1925, et est réélu supléant au Comité central du PCR(b). Il participe au VIIe Plénum élargi de l’IC en 1926. Il occupe dans les années suivantes différents postes au sein des organismes économiques ou diplomatiques. Arrêté, utilisé comme témoin lors du procès contre Boukharine, il est exécuté en 1938.

15 Herbette, ambassadeur de France à Moscou (voir Carnets Cachin de 1925).

16 Léon Bronstein dit Trotsky (1879-1940). Arrêté dès 1898, il est déporté en Sibérie d’où il s’évade et gagne l’Angleterre. Il opte pour les mencheviks. En 1905 il participe à la révolution à Saint-Petersbourg et formule alors sa théorie de la révolution permanente. Arrêté il s’évade et fonde en Autriche la Pravda en 1908. Il rejoint la Russie en 1917, et comme commissaire du peuple à la Guerre il organise l’Armée rouge (1918-1920). A la mort de Lénine il s’oppose à Staline et à la théorie du communisme dans un seul pays ; il est alors exclu du parti en 1927, bientôt déporté puis expulsé ; il fonde la IVe Internationale au Mexique où il est assassiné.

17 Rakovsky.

18 Député social-démocrate sous la République de Weimar, Rudolf Breitscheid (1874-1944). Militant tout d’abord dans les milieux libéraux et, longtemps dans l’Union démocrate, il adhère en 1912 au SPD. Proche de la gauche du parti par pacifisme, il ne rejoint pas le nouveau parti communiste. Élu en 1920 député du SPD il s’exile en 1933 et rejoint la Suisse puis Paris. Replié dans le sud de la France, il est livré par Vichy aux autorités allemandes en février 1941. Déporté à Buchenwald, il trouva la mort dans un bombardement allié.

19 Mikhaïl Kalinine (1875-1946). D’origine paysanne, il rejoint le PSDOR lors de sa création en 1898. Arrêté à plusieurs reprises, il participe à la Révolution de 1905. Il organise la publication de la Pravda pendant la Révolution de 1917. Il participe au IIe et au Ve Congrès de l’IC, mais son activité essentielle se déroule au sein du PC russe. Membre du BP à partir de janvier 1926, il est président du Soviet Suprême, jusqu’à sa mort.

20 Félix Kohn (1864-1941). Juif polonais, il milite activement dès 1882. Arrêté, puis déporté en 1884, il regagne la Pologne en 1904. Il appartient alors à la gauche du PS polonais. En 1907, il s’intalle en Galicie, puis en 1914 en Suisse, où il participe à la conférence de Zimmerwald. En décembre 1918, il rejoint le PCR(b). En 1919, il est membre du Comité central du PC ukrainien, puis il participe au gouvernement provisoire polonais l’année suivante. Il participe aux IIe, IIIe, IVe, Ve et VIe Congrès de l’IC, où il est successivement délégué du PCR(b), membre du secrétariat du CE de l’IC, puis vive-président. Au VIIe Congrès, il n’est pas réélu. Parrallèlement à ses responsabilités, il travaille comme journaliste, jusqu’à sa mort en 1941.

21 Boris Isaakovitch Goldman dit Gorev (1874-1937). Représentant menchevik au Comité central à partir de 1907, il devient l’un des rédacteurs du Journal ouvrier (menchevik) après 1917. Il quitte les mencheviks en 1920. Il enseigne alors à l’académie militaire. Il meurt en 1937, victime de la répression stalinienne.

22 Frumkine, Moïsey Illitch (1878-1938). Il milite au sein du mouvement ouvrier russe dès 1894. A partir de 1918, il est commissaire adjoint du peuple des Denrées alimentaires jusqu’en 1922, puis du Commerce extérieur et des Finances jusqu’en 1929. Il est qualifié de « déviationniste de droite » entre 1928 et 1930. Il réintègre ses fonctions à partir de 1932, qu’il occupe jusqu’en 1935.

23 Aleksei Rykov (1881-1938). Militant social-démocrate, il rejoint les bolcheviks en 1903, intégrant en 1905 le Comité central. Il connaît à plusieurs reprises la prison entre 1905 et 1917. Membre du premier Conseil des commissaires du peuple, il est réélu au Comité central en 1917, puis entre au BP en 1922. Il participe aux IIe, IIIe, Ve et VIe Congrès de l’IC. En 1929, il perd ses responsabilités, étant chef file de la droite, combattue par Staline. En janvier 1934, après une auto-critique, il est élu suppléant du Comité central du PCR(b). En 1937, il est exclu du PC russe, puis est l’un des accusés des troisièmes grands procès public. Condamné à mort, il est exécuté en 1938.

24 Zinoviev Grigori, 1883-1936. Ancien Président de l’IC, il est passé à l’opposition aux côtés de Trotsky et est mis à l’écart du parti depuis la fin de 1927.

25 Viatcheslav Mikhaïlovitch Skriabine dit Molotov (1890-1986). Issu de la bourgeoisie, il est membre du parti bolchevik dès 1906. Il est déporté en 1909. Il participe à la fondation de la Pravda. En 1916, il est membre du bureau russe du Comité central. En 1920, il est secrétaire du Comité central du PC ukrainien. Membre suppléant du CC du PC(b) en 1920, il est titulaire à partir de 1921, date à laquelle il accède comme supléant du BP, dont il est titulaire à partir de 1926. De 1921 à 1930, il est secrétaire du Comité central du parti bolchevik. En 1928, au VIe Congrès, il est élu au CE de l’IC De 1930 à 1941, il est président du Conseil des commissaires du peuple de l’URSS. De 1939 à 1949, puis de 1953 à 1956 il est commissaire aux Affaires étrangères et à ce titre, en 1939, il négocie le pacte germano-soviétique. Il participe par la suite aux conférences de Téhéran et de Yalta. En 1957, il perd ses responsabilités politiques. En 1964, il est exclu du PCUS, qu’il réintègre en 1984.

26 Olgo Davydovna Bronstein (1883-1941), dite Kameneva. Elle épouse Kamenev l’année de son adhésion au parti bolchevik, en 1902. Elle est en 1918 et 1919 chef du département des théâtres du commisariat de l’Instruction publique, puis chef du département de l’Assistance sociale du même commissariat. Le dernier poste qu’elle occupe à Moscou est celui de présidente du Conseil scientifique du département cinématographique aupès du Conseil des commissaires du peuple. Le 14 juillet 1935, elle est condammée à cinq ans d’exil. Le 8 septembre 1941, elle est condamnée à mort, puis exécutée trois jours plus tard.

27 Viatchelsav Alexeievitch Karpinsky (1880-1965). Actif militant dès 1898, il émigre à Genève en 1904, où il séjourne jusqu’en 1917. Entre 1918 et 1922, il est rédacteur en chef de Bednota (les pauvres). Il appartient également à la rédaction de la Pravda, jusqu’en 1927. Entre 1936 et 1937, il est collaborateur du Comité central du PCUS, où il s’occupe du travail scientifique.

28 Feineberg, voir Carnet 1925.

29 Boris Savinkov, (1879-1925), socialiste révolutionnaire qui combattit les bolcheviks les armes à la main.

30 Jules Grandjouan (1875-1968). Dessinateur engagé, il entretient des liens avec le mouvement ouvrier et révolutionnaire dès 1900. Proche des milieux libertaires, il sympathise avec le mouvement communiste après la Première Guerre mondiale. En 1926, après un voyage à Moscou, il publie un album de près de deux cents dessins. En 1928, il participe à la création du cercle « la Russie Nouvelle ». En 1930, il est élu au bureau international des peintres révolutionnaires, dont il est rayé la même année, en raison de ses désaccords.

31 Maxime Maximovitch Litvinov (de son vrai nom Max Wallach) (1876-1951). Il milite d’abord au sein du mouvement social-démocrate à partir de 1898, avant de devenir bolchevik. En 1921, il est ambassadeur en Estonie. Il travaille au sein du commissariat du peuple aux Affaires étrangères, comme adjoint entre 1921 et 1930, puis comme commissaire, de 1930 à 1939, et de 1941 à 1946 comme adjoint. Il est également membre du Comité central du PC(b) de 1934 à 1941. Il représente l’URSS à la SDN de 1934 à 1938. Ambassadeur aux États-Unis, de 1941 à 1943, il prend sa retraite en 1946.

32 Il s’agit de Monde.

33 Bernard Lecache (1895-1968). Fils d’un maître tailleur, il collabore à de nombreux journaux. Après son adhésion au parti communiste, il écrit dans l’Humanité, la Vie Ouvrière et Bulletin communiste. Exclu du PC en 1924, il rejoint l’Union socialiste-communiste, puis la SFIO. En 1928, il fonde le Cri du Peuple, qui se propose de défendre les minorités dans le monde entier, auquel collabore Severine, G. Pioch, Andrée Viollis, S. Zweig... Cette même année, il fonde la Ligue contre les pogromes, qui devient la Ligue internationale contre l’antisémitisme en 1929. Il soutient le Front populaire. Arrêté pendant la guerre, il poursuit son combat contre l’antisémitisme et le racisme après la Libération.

34 Caroline Severine, née Rémy (1855-1929). Amie de Jules Vallès depuis 1880, elle collabore au Cri du Peuple, qu’elle cède en août 1888 à Vaillant, Chauvière et Granger. Durant la Première Guerre mondiale, elle sympathise avec les milieux pacifistes. Elle adhère à la SFIO, puis passe à la SFIC, qu’elle quitte en 1923, pour se consacrer à la LDH. En 1926, elle quitte Paris. Sa dernière réapparution en public est la participation à une manifestation de soutien à Sacco et Vanzetti, en juillet 1928.

35 Francis Jourdain (1876-1958). Il fréquente les milieux anarchistes et libertaires, avant de sympathiser avec les révolutionnaires hostiles à l’Union sacrée et de s’enthousiasmer pour la Révolution russe. Artiste peintre, homme de lettres, architecte, il assume de nombreuses tâches dans les organisations de masse du parti communiste, auquel il adhère, comme Pablo Picasso, en 1944.

36 A.V. Lounatcharsky (1875-1935), commissaire du peuple à l’Éducation.

37 N.K. Kroupskaïa (1869-1939), veuve de Lénine.

38 K.I. Vorochilov (1881-1969), commissaire du peuple à la Guerre, membre du Bureau politique du parti communiste russe.

39 Ernst Thälmann (1886-1944). Il adhère dès 1903 au parti social-démocrate. Socialiste indépendant pendant la guerre, il rejoint le PC A en 1920. Militant politique et syndical à Hambourg, il appuie la gauche berlinoise de Fischer. Élu député en 1924, il succède à Ruth Fischer et devient secrétaire général en 1925. Il est membre du Comité exécutif et du Présidium de l’IC à partir du Ve Plénum.

40 Anette Vidal (1894-1974). Elle est institutrice dans la région de Cannes quand elle adhère, en 1920, au parti communiste. Ayant rejoint le mouvement « Clarté » d’Henri Barbusse, elle devient sa secrétaire, tâche qu’elle assume jusqu’à la mort de l’écrivain, en 1935. En 1938, elle est gérante de Coups de ciseaux, hebdomadaire rassemblant des articles pour le compte du Comité mondial contre la guerre et le fascisme. Résistante de la première heure, elle participe à un groupe d’intellectuels dans la région lyonnaise. A la Libération, elle milite au sein de l’ARAC, tout en rassemblant les archives d’Henri Barbusse, jusqu’à sa mort en 1974.

41 Boris Mikhailov Williams, représentant de l’IC auprès du PCF en 1925, membre de l’appareil de l’IC.

42 Nikolaï Alexandrovitch Ouglanov (1886-1937). Il milite au sein du parti bolchevik de 1907 à 1932, puis de 1934 à 1936. Membre suppléant du Comité central de 1921 à 1922, puis titulaire de 1923 à 1930, membre suppléant du BP de 1926 à 1929, il occupe également les fonctions de secrétaire du Comité central du PC(b) de 1924 à 1929, et de secrétaire du comité de Moscou de 1924 à 1928. Entre 1928 et 1930, il est commissaire du peuple du Travail. Accusé de « déviationisme de droite », il est arrêté en août 1936, condamné à mort le 31 mai 1937 et exécuté le jour même.

43 Antonio Gramsci (1891-1937). Théoricien et homme politique italien, il s’oppose trés tôt aux interprétations réformistes du marxisme. Il voit dans la révolution soviétique le modèle de la révolution prolétarienne. Dès 1920 il élabore la théorie des conseils d’usine. Il contribue à la formation du PC italien en 1921 qu’il dirige en 1923. Député en 1924, il tente avec les socialistes de lutter contre le fascisme. Arrêté en 1926 il poursuit en prison son œuvre de théoricien. Meurt peu de temps après avoir été libéré.

44 Louis Monnerot. Après avoir suivi des cours à l’École du marxisme-léninisme de Moscou, il est envoyé comme instructeur en Loire-Inférieure. Compte tenu de ses moyens financiers insuffisants, il travaille dans une usine, ce qui ne l’empêche pas de créer une école bi-hebdomadaire pour former des cadres. Impliqué dans une affaire d’espionnage, il est emprisonné de juin à août 1931. Condamné à dix ans de travaux forcés, interdit de séjour pendant plusieurs années, il vécut difficilemment comme camelot.

45 Enoukidzé. Voir Carnet 1925.

46 Finn., Feineberg. Voir Carnet 1925.

47 Rubrique des correspondants ouvriers.

48 Rakovsky, voir Carnet 1925.

49 Claude Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon (1760-1825). Ses premiers travaux font de lui un précurseur de la philosophie positiviste et de la science sociale. Avec la création de la revue l’Industrie en 1816, la publication de l’Organisateur avec Auguste Comte et du Système industriel en 1820-1822, s’affirment les thèses de son industrialisme optimiste, qui verrait l’avènement d’une société où les intérêts des chefs d’entreprises et des ouvriers s’harmoniseraient. La publication à titre posthume de son ouvrage le Nouveau christianisme, formule la morale de cette nouvelle société, tout en développant des thèmes pré-socialistes, qui seront la base de l’école socialiste saint-simonienne.

50 Dimitri Manouilsky (1883-1959). Membre du PSDOR en 1903, il est plusieurs fois arrêté jusqu’en 1907, date à laquelle il s’enfuit de Russie. Séjournant à Paris, puis en Suisse, il regagne la Russie après la révolution de 1917. Il assure essentiellement des missions en Europe, notamment auprès du PC français, où il représente l’IC entre 1924 et 1931. Il joue un rôle important dans les différents congrès de l’IC. Après avoir intégré le Présidium, il en devient le président en 1935. Après la dissolution de l’IC en 1943, il est nommé Premier ministre du gouvernement ukrainien, fonction qu’il cumule avec celle de ministre des Affaires étrangères. Dans les années 1950, son nom disparaît de la liste officielle des membres du gouvernement ukrainien. Il se retire définitivement après la mort de Staline, et meurt en 1959.

51 Kurella. Voir le Carnet de 1925.

52 Maurice Garay (1894-1930). Fils d’un employé de chemin de fer, il adhère à la SFIO lorsqu’il est démobilisé, en 1919. Installé à Valence (Drôme), il participe aux grèves de 1920. Il milite alors dans la région parisienne, au sein de la Fédération communiste de Seine-et-Oise. Après avoir suivi les cours de l’école de Bobigny de novembre 1924 à janvier 1925, il est élu au Comité central. En 1926, il est désigné pour suivre les cours de l’École léniniste internationale, où il séjourne jusqu’en août 1928. Il quitte le PC en 1930, puis se serait suicidé.

53 Petr Ivanovitch Stouchka (1865-1932). A partir de 1895, il milite au sein du mouvement social-démocrate. Bolchevik, il est élu au bureau du CE de l’IC le 2 février 1920. Après le IIe Congrès de l’IC (août 1920), il est élu suppléant au CE de l’IC le 14 juillet 1921. Délégué titulaire au CE de l’IC du IIIe au IVe Congrès, il appartient à partir du Ve Congrès, à la Commission internationale de contrôle de l’IC. Parrallèlement à ses fonctions au sein de l’IC, il est président du gouvernement soviétique de Lettonie de décembre 1918 à 1920, puis il représente le PC letton auprès de l’IC à partir de 1923. Adjoint au commissariat au peuple de la Justice à partir de 1921, il dirige le Tribunal suprême de Russie de 1923 à 1932.

54 Jules Moch (1893-1985). Entré en 1912 à l’École polytechnique, il est mobilisé en 1914, comme officier du génie. Blessé à plusieurs reprises, il est cité quatre fois et décoré de la légion d’honneur. Ingénieur de la marine en 1918, affecté au Service de la restitution indutrielle et agricole en Allemagne, il démissionne en 1920 pour entrer dans une entreprise d’équipement ferroviaire. Séjournant entre 1922 et 1924 dans les États baltes et en URSS, il adhère en 1924 à la SFIO. En 1925, il publie La Russie des Soviets. Député de la Drôme de 1928 à 1936, puis de Montpellier de 1937 à 1940, il participe à la Résistance. Il poursuit son activité sous la IVe et la Ve République, jusqu’en 1975, où il quitte le PS.

55 Anatole de Monzie (1876-1947). Député de 1909 à 1919, sénateur de 1920 à 1929, puis député jusqu’en 1940, il est plusieurs fois ministre (des Travaux publics, des Finances, de l’Instruction publique) en particulier dans les cabinets Daladier et Reynaud, entre 1938 et 1940. Il se tient à l’écart du gouvernement de Vichy, qu’il critique. A partir de 1936, il dirige la publication de l’Encyclopédie française.

56 Charles Gide (1847-1932). Après des études secondaires à Uzes, l’oncle d’André Gide se rend à Paris pour suivre des cours simultanément à la Faculté de droit, à la Sorbonne et au Collège de France. En 1872, il soutient sa thèse Du droit d’association en matière religieuse. Agrégé de droit en 1874, il devient titulaire de la chaire d’Économie politique de Bordeaux, puis à celle de Montpellier. Influencé par le protestantisme fourierriste d’Auguste Fabre, il s’intéresse au phénomène coopératif, dont il devient un théoricien.

57 Herbert Georges Wells. Romancier et journaliste anglais (1866-1946).

58 Paul Faure (1878-1960). En 1901, il adhère au POF, puis rejoint en 1905 la SFIO. Il milite essentiellement comme journaliste au sein de la Fédération de la Dordogne jusqu’au lendemain de la Première Guerre mondiale. Au lendemain du Congrès de Tours, il est secrétaire général de la SFIO et éditorialiste du Populaire, fonction qu’il occupera jusqu’en 1940. Il accepte sa nomination au Conseil national de l’État français. Exclu de la SFIO en 1944, il anime le parti socialiste démocratique, qui ne joue aucun rôle, puis se retire dans sa Dordogne natale.

59 Fernando Lacerda (1891-1957). Membre du PC brésilien à partir de 1925, il entre au Comité central en 1927. L’année suivante, il est au BP, et délégué au VIe Congrès où il représente l’Amérique latine au Présidium du congrès. En 1930, il retourne au Brésil où il assume la tâche de secrétaire général en 1931 et 1932. Il quitte le BP en 1934, puis revient à Moscou en 1935 où il représente le PC brésilien jusqu’en 1940. En 1945, il devient suppléant du Comité central, qu’il quitte en 1954.

60 William Z. Forster (1881-1961). Irlandais d’origine, né aux États-Unis, il est membre du PS américain de 1901 à l’exlusion de l’aile gauche, en 1909. En 1921, il adhère au PC américain, dont il devient le candidat aux élections présidentielles de 1924, 1928 et 1932, et le président en 1929. Il participe aux IIIe, Ve, VIe et VIIe Congrès de l’IC et au Ier Congrès de l’ISR. Suppléant, il est titulaire du Présidium de l’IC à compter d’avril 1931. Il meurt en URSS en 1961, après avoir publié de nombreux ouvrages.

61 Tomasz Dombal (1890-1938). Issu d’une famille de paysans polonais, il adhère en 1909 au parti populaire polonais (PSL), puis au parti populaire polonais de gauche (PSLLewica). Il participe à la Première Guerre mondiale au sein des légions commandées par Pilsudsky. En 1919, il organise le mouvement révolutionnaire paysan en Galicie. Député en 1920, il rejoint le PC polonais en 1921. Condamné à six ans de prison, il est libéré en 1923 à la suite d’un accord entre Moscou et Varsovie. En octobre 1923, il prend une part importante aux travaux de l’Internationale rouge des paysans, dont il devient secrétaire général adjoint. En 1929, il quitte ses responsabilités pour travailler au sein du gouvernement soviétique. De 1932 à 1937, il est membre du Comité central du PC biélorusse et vice-président de l’Académie des sciences de Biélorussie. Le 21 août 1937, il est arrêté, et meurt en prison le 4 décembre 1938.

62 Laura Marx, épouse Lafargue (1846-1911). Fille de Karl Marx, épouse de Paul Lafargue, elle partage la vie militante de son mari jusqu’à leur mort volontaire, le 25 novembre 1911.

63 Eugène Pottier (1816-1887). En 1848, il est du côté des insurgés, affirmant par la suite son opposition à l’Empire. Il fonde en 1867, la Chambre syndicale des ateliers de dessin, qu’il affilie à la Ire Internationale. Membre du Comité central des vingts arrondissements de Paris, il prend une part active à la Commune de Paris. Il se réfugie en Angleterre, puis aux États-Unis. A son retour en France en 1880, il participe au Socialiste de Jules Guesde et de Paul Lafargue, dont il soutient les efforts pour la formation du POF. Poète révolutionnaire, il chante la Commune et la lutte du prolétariat, auteur notamment de l’Internationale, en 1871.

64 Lepinsky Stanislav, né en Pologne en 1879. Economiste et journaliste. Ancien membre du parti socialiste polonais avant-guerre, il est en 1921 fonctionnaire du commissariat aux Affaires étrangères. Il travaille à son service des études économiques de Berlin. Il est arrêté et exécuté en 1937.

65 Ferdinand Lasalle (1825-1864). Favorable à une sorte de socialisme d’État, il se sépare de Marx et apporte son soutien à la politique de Bismarck. En 1863 il fonde l’Association générale allemande des travailleurs.

66 Otto Bismarck, (1815-1898). D’une famille de junkers luthériens, il entre dans l’administration prussienne après des études de droit à Göttingen et à Berlin. Il se retire sur ses terres en 1839, avant de se faire élire au landtag de Prusse en 1847. Il pousse Frédéric Guillaume IV à réprimer les événements de mars 1848. Plénipotentiaire à la diète de Francfort de 1851 à 1858, ambassadeur à Saint-Petersbourg de 1859 à 1862, puis à Paris en 1862, il est nommé remier ministre par Guillaume Ier en 1862. Il réalise d’abord l’unité de la Prusse, puis entreprend une politique qui permettra la proclamation de l’Empire allemand, dont il sera le chancelier jusqu’à se retraite contrainte en 1890.

67 Bruno Hildebrand (1812-1878). Économiste et statisticien allemand, il est un des fondateur de l’école historique allemande qui s’efforce d’établir une science économique à partir d’une étude des faits historiques et de l’évolution des institutions.

68 Joseph Alfred Paul-Boncour (1873-1972). Avocat, il entre en politique comme secrétaire particulier de Waldeck-Rousseau de 1899 à 1902. De 1904 à 1919, il brigue différents mandats électoraux dans le Loir-et-Cher (conseiller municipal Saint-Aignan de 1904 à 1912, conseiller général de 1909 à 1919, et député socialiste indépendant de 1909 à 1914). Au lendemain de la Première Guerre mondiale, il est élu député SFIO de la Seine de 1919 à 1924, puis du Tarn de 1924 à 1934. Il est élu conseiller général du Tarn en 1930, et prend la présidence du Conseil général en 1932. Il joue également un rôle international, représentant la France auprès de la SDN de 1924 à 1926, en 1932, et en 1936. Plusieurs fois ministre, notamment de la Guerre et des Affaires étrangères, il prend ses distances avec la SFIO. Hostile à Pétain, il rejoint la SFIO à la Libération qu’il quitte en 1951, mettant fin à sa carrière politique (voir le tome IV des Carnets pour son rôle au sein du RUP).

69 Albert Thomas (1878-1932). Agrégé d’histoire en 1902, puis docteur en droit en 1910, il est appelé par Jaurès à la rubrique sociale de l’Humanité, en 1904. Député socialiste en 1910, il participe aux gouvernements durant la Première Guerre mondiale. En 1920, il demeure à la SFIO. Il est appelé à la direction du Bureau international du travail, où il demeure jusqu’à sa mort, devenant le véritable créateur du BIT.

70 Richard Schüller (1901-1957). Il participe à la fondation du PC autrichien en 1918. De 1921 à 1928, il est l’un des secrétaires de l’ICJ. En 1922, il est membre du CE de l’IC. Il participe aux travaux des IVe, Ve, et VIe Congrès de l’IC, où il est élu membre du Présidium. Il entre au Comité central du PC autrichien en 1928, et au BP l’année suivante. En 1933, il quitte les organes de direction du PC autrichien. De 1935 à 1937 il travaille au sein de la section d’éditions de l’IC. Puis, de 1951 à 1957, il est à nouveau membre du Comité central du PC autrichien.

71 Peter Stutchka (1865-1932). Membre du parti communiste de Lituanie, il est élu au CE de l’IC dès 1920, et désigné à la Commission internationale de contrôle qu’il dirige.

72 Ruggero Grieco dit Garlandi (1893-1955). En 1913, il adhère au PS italien, dont il devient en 1919 un des secrétaires. Il participe à la fondation du PC italien, devient membre du Comité central et l’un des cinq de la Commission exécutive. Arrêté en 1923, puis relâché en 1924, protégé par son immunité, il se rend à Moscou pour assister au Ve Congrès de l’IC. Suppléant du CE de l’IC à partir de 1928, puis titulaire à compter de 1935. Il voyage en Europe de 1927 à 1937. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il travaille à la radio soviétique. De retour en Italie en 1944, il participe au gouvernement italien. Député en 1946, il est toujours responsable du PCI à sa mort en 1955.

73 Mikhaïl Evseevitch Krebs (1895-1937). Membre du parti bolchevik à partir de 1919, il travaille au sein de l’appareil de l’IC de 1921 à 1936. Responsable de la section de la rédaction et d’édition (redisdat), il devient par la suite président de la direction de la Maison des ouvriers étrangers en URSS. Arrêté le 26 juillet 1937, il est fusillé le 27 octobre 1937.

74 Jo De Vries (de son vrai nom, Alexandre Salomon de Leeuw). Militant du PC hollandais dans les années 1920, il participe au VIe Congrès de l’IC. Rédacteur en chef de Klassenstridj, mensuel communiste hollandais, il participe aux publications De Communist et Het Communist. De 1930 à 1935, il écrit dans la presse de l’IC, représentant également le PC hollandais auprès de l’IC. En 1935, il participe au VIIe Congrès. De retour en Hollande, il collabore à Volksdagblad, puis à la revue communiste Politiek en Cultuur, tout en travaillant pour le SRI. Arrêté pendant l’occupation allemande, il est déporté à Auschwitz où il meurt en 1942.

75 Louis De Vyser (1878-1945). Membre du parti social-démocrate hollandais à partir de 1901, il rejoint le PC hollandais dont il devient le président en 1925. Il participe aux IIIe, Ve, VIe et VIIe Congrès, où il est élu membre du CE de l’IC.

76 Louis de Visser, né en 1878. Membre de la délégation hollandaise au Ve Congrès de l’IC, il est élu en 1926 à la direction du Secours rouge international, et siège à la commission syndicale du VIIe Plénum. Élu candidat suppléant au CE de l’IC en 1928. Il devient membre de plein droit du CE en 1935. Arrêté en Hollande en 1942, il meurt en déportation.

77 Cook pseudo de James P. Cannon, né en 1890 dans le Kansas, fondateur du parti communiste d’Amérique. Plusieurs fois délégué et porte-parole aux réunions de l’IC. Apportant son soutien à Trotsky, il est exclu en octobre 1928.

78 Serge Victor.

79 Gherasim Istrati, dit Panait (1884-1935). De 1900 à 1909, il vagabonde autour de la Méditerranée. De retour en Roumanie, il milite au sein du mouvement socialiste jusqu’en 1913. Parrainé par Romain Rolland, il devient un écrivain reconnu. Séjournant en URSS à l’hiver 1927, il y rencontre l’écrivain grec Nicos Kazantzaki avec lequel il se rend en Grèce, avant de revenir à Moscou en mai 1928. Il voyage en URSS, et est particulièrement déçu de ce qu’il voit. De retour à Paris, ses publications lui valent de faire l’objet d’une campagne de calomnie, à laquelle participent Francis Jourdain, Jean-Richard Bloch et Barbusse.

80 Gabriel Péri (1902-1941). Adhérent des Jeunesses socialistes dès 1917, il adhère à la SFIO en 1919, où il milite en faveur de l’adhésion à la IIIe Internationale. Responsable des Jeunesses communistes en 1922, il assiste au congrès de l’ICJ. Il est emprisonné lors de l’occupation de la Rhur en mars 1923. Membre du CD comme représentant des Jeunesses, il est élu au CC en 1924. Il est également nommé à la rubrique de politique étrangère de l’Humanité, fonction qu’il assurera sans discontinuité jusqu’en août 1939. En 1932, il réintègre d’abord comme suppléant, puis comme titulaire en 1937 le Comité central qu’il avait quitté en 1929. Député d’Argenteuil à partir de 1932, il devient vice-président de la commission des Affaires étrangères de la Chambre en 1936. Arrêté par les Allemands le 18 mai 1941, il est fusillé le 15 décembre 1941 au Mont-Valérien.

81 David Lloyd George (1863-1945). Homme politique anglais, il abandonne tôt ses études pour devenir clerc de notaire. Il est élu député libéral de tendance radicale au Parlement en 1890 où il se fait remarquer par ses interventions brutales contre les Boers. Il propose en 1909 le « budget du peuple » (taxes sur les grandes propriétés et les héritages) par le vote du Parliament Act de 1911 il peut réaliser son programmme social. Premier ministre en 1916 il engage toutes les forces vives de son pays dans la guerre. Il participe à l’élaboration du traité de Versailles. Il est contraint de démissionner en 1922.

82 Klement Gottwald (1896-1953). En 1912, il rallie l’organistion des jeunesses du parti social-démocrate. Il participe au sein de l’armée austro-hongroise à la Première Guerre mondiale de 1915 à 1918. Membre de la gauche du parti social-démocrate, il rejoint le PC tchécoslovaque dès sa fondation en 1921. Élu au Comité central en 1925, puis au BP, il est responsable de 1926 à 1929 de l’Agit.-Prop. Au VIe Congrès de l’IC, il est élu au CE de l’IC. Secrétaire général du PC tchécoslovaque et député en 1929, il participe aux Xe, XIIe et XIIIe Plénums élargis du CE de PIC, dont il intègre le Présidium. Présent à Moscou d’août 1934 à février 1936, il retourne ensuite à Prague. Il prend part à la réunion des PC à Paris sur la guerre d’Espagne en 1937. Après les Accords de Munich, il regagne Moscou. Soutien inconditionnel de Staline, son rôle s’accroît : Premier ministre en 1946, il est élu président de la République tchécoslovaque en 1948.

83 Oscar Samuelson (1885-1947). En 1909, il milite au sein du mouvement social-démocrate suédois. En 1921, il rejoint le PC suédois. Il participe au Ve Congrès de PIC, où il est élu suppléant du CE de PIC, puis au VIe où il est titularisé. En 1929, il quitte le PC suédois pro-kominternien pour le PC de Kilbom, puis en 1937 le parti social-démocrate.

84 Sala pseudo de Ahmed Bellarbi.

85 Rebecca Buntig (1881-1970). Née en Lituanie, elle émigre en Afrique du Sud au début de la Première Guerre mondiale, où elle épouse Sydney P. Bunting. En 1915, elle participe à la Ligue socialiste internationale. En 1921, elle adhère au PC sud-africain, dont elle est membre du Comité central. Elle participe au VIe Congrès de PIC. L’exclusion de son mari en 1931 lui fait perdre sa position qu’elle ne retrouve qu’à la mort de celui-ci en 1936. Reintégrée au sein du PC sud-africain, elle quitte l’Afrique du Sud pour s’établir en Grande-Bretagne en 1964, où elle intègre le PC britannique. Elle milite également au sein de l’African Nationl Congress. Elle meurt à Londres en 1970.

86 Kemeny pseudo de Joszef Revai, né en 1898, communiste hongrois.

87 Alexandre Bittelman. Né en Russie en 1890, il émigre en Europe de l’Ouest, puis aux États-Unis, où il devient en 1919, membre du Comité central du PC. Il participe à la rédaction de Der Kampf et Die Freiheit, journaux communistes destinés à la communauté juive. Il se rend à Moscou en 1922, 1925 et 1926, où il participe aux débats sur le mouvement communiste américain. Membre du BP jusqu’en 1929, il demeure à Moscou jusqu’en 1931, puis accomplit une mission pour PIC en Indes. De retour aux États-Unis en 1931, il écrit dans le presse communiste bien qu’il ait perdu ses positions, redéployant son activité au sein de la communauté juive. Libéré en 1957, après cinq années passées en prison, il est exclu du PC des États-Unis en 1960.

88 Serafima I. Gopner (1880-1966). Active au sein du mouvement socialiste, elle rejoint le PSDOR en 1903. Plusieurs fois arrêtée, elle s’exile en 1910 à Paris où elle rejoint les bolcheviks. En 1916, elle retourne en Russie. Elle travaille au sein du secrétariat du Comité central du PC ukrainien. En 1928, elle est élue au Comité central du PC ukrainien, qu’elle quittera en 1938, et devient suppléante au CE de l’IC. Dans les années 1930 elle dirige la section d’Agit.-Prop. Elle et Kuusinen sont les seuls à avoir participé à tous les congrès de l’IC. En 1945 elle travaille au sein de l’Institut du marxisme-léninsme.

89 Eleuthérios Venizelos (1864-1936). Député à l’Assemblée de Crète, il joue un rôle dans la proclamation de l’union de l’île à la Grèce en 1908. En 1910, il forme un gouvernement chargé de mettre en place une politique de modernisation. Renvoyé par Constantin Ier en 1915, il patronne un gouvernement insurrectionnel, qui, avec l’aide des troupes françaises, destitue Constantin Ier. Le fils de ce dernier, Alexandre Ier, favorable aux alliés, engage la Grèce dans la guerre. En 1920 Vénizelos est battu aux élections qui marquent le retour de Constantin Ier. Après la proclamation de la République en 1924, il préside un gouvernement de 1928 à 1932 qui développe une politique de rapprochement avec la Yougoslavie, l’Italie et la Turquie. A nouveau battu en 1933, il est condamné à mort par contumace après deux tentatives de coup d’État vénizeliste en 1933 et en 1935. Il meurt à Paris, en exil, en 1936.

90 Harry Wicks. Il participe en septembre 1919 à la fondation du PC américain dont il est membre du Comité central. En 1921, le parti des travailleurs d’Amérique, légal, l’élit au Comité central exécutif et au Conseil national. Accusé d’espionnage en 1923, il est traduit devant une commission d’enquête de l’organisation. Il appartient à la délégation américaine au VIe Congrès de l’IC. Demeurant à Moscou, il représente l’Amérique du Nord auprès de l’ISR. Il est par la suite envoyé par l’IC en Australie et dans différents pays de l’Extrême-Orient. En 1937 il est exclu du PC américain. Il regagne alors Chicago, où il travaille jusqu’à sa mort en 1956.

91 Petrulesco pseudo de Vitaly Holostenko, communiste roumain.

92 Earl Russel Browder, né en 1891. Il appartient de 1907 à 1912 au PS américain. Il est emprisonné en 1917 pour s’être opposé à l’intervention des États-Unis dans la Première Guerre mondiale. Il soutient la Révolution russe dès 1917. En 1921, il participe à la fondation de l’ISR. De retour aux États-Unis, il est élu suppléant puis titulaire du Comité central exécutif du parti des travailleurs d’Amérique. Élu au CE de l’IC au Ve Congrès, il participe à la deuxième conférence de l’IC en 1926 sur les problèmes d’organisations. Il représente la section américaine de l’ISR au VIIe Plénum élargi de l’IC la même année. De retour aux États-Unis en 1929, secrétaire général du PC des États-Unis en 1930, il est candidat aux élections présidentielles de 1936 et 1940. Exclu du PC en 1946, il travaille comme distributeur de livres soviétiques, tout en publiant lui-même.

93 Garlandi pseudonyme de Grieco (cf. supra).

94 Maurice Spector (1898-1968). Militant socialiste au sein des cercles de Toronto pendant la Première Guerre mondiale, il rejoint le PC canadien illégal en 1921, dont il est membre du Comité exécutif. Il participe au journal clandestin The Communist. En 1922 l’organisation communiste est légalisée. Il se rend alors à Moscou pour participer au IVe Congrès mondial. De 1923 à 1924 il séjourne longuement en Allemagne et à Moscou, puis retourne au Canada où il est élu député. Il travaille au sein de The Worker. En août 1928 il participe à la commission du Programme et il est élu au CE de l’IC. Il participe avec James Cannon du PC des États-Unis à la publication de Trotsky « Critique du projet de programme de l’IC ». Exlu des organisations communistes en novembre 1928, il participe à divers groupes trotskistes canadiens, avant de s’installer en 1936 aux États-Unis où il cesse toute activité politique.

95 Vandervelde.

96 Arvid G. Hansen, né en 1894. Il rejoint très jeune le parti ouvrier de Norvège. Militant de la gauche, il écrit pendant la Première Guerre mondiale des articles inspirés de l’esprit de Zimmerwald. Il soutient l’affiliation de son parti à la IIIe Internationale. En 1923, il élu au Comité central du PC norvégien, puis au BP. Il participe aux IVe, Ve et VIe Congrès de l’IC où il est élu au CE de l’IC. Exilé en Suède pendant l’occupation de la Norvège par les troupes allemandes, il intègre le secrétariat du PC norvégien à son retour, avant d’être exclu.

97 Internationale paysanne.

98 Dixon pseudo de Earl Browder.

99 Bertram Wolfe, né en 1896. Il rejoint le PS américain en 1917, manifestant son opposition à l’entrée en guerre des États-Unis. Militant de la gauche, il s’installe à San Franciso où il fonde le journal Labor Unity. Il représente la Californie à la conférence du PC américain du Michigan. Il quitte les États-Unis pour aller enseigner au Mexique, où il est membre du Comité exécutif du PC mexicain, qu’il représente au IVe Congrès mondial de l’IC et au IIIe Congrès de l’ISR. Il dirige la formation au sein du parti des ouvriers (communistes) d’Amérique. Délégué au VIe Congrès de l’IC, il devient le représentant de son parti auprès de l’IC jusqu’en 1929, où il s’oppose à Staline. Il regagne difficilement les États-Unis où il fonde avec d’autres dissidents un groupe communiste. A partir de 1934, il travaille comme écrivain et historien.

100 Vissarion (Besso) Lominadze (1898-1934). Il rejoint le PC(b) en 1917, où il occupe des responsabilités importantes d’abord au sein des Jeunesses communistes, ensuite au PCR(b), à l’ICJ et enfin à l’IC. Il est délégué au IVe Congrès de l’IC en 1922, puis en 1926 au VIe Plénum élargi. En 1927, il se rend à Bruxelles au congrès de la Ligue anti-impérialiste, puis en Chine pour le compte de l’IC. En 1928, il participe au VIe Congrès de l’IC. Chargé par Staline de rédiger le plan quinquennal pour le Caucase, mais, hostile à la collectivisation extrême, il perd ses responsabilités. Présentant son autocritique en 1934, il est néanmoins exclu du PC. Il se suicide après l’assassinat de Kirov en décembre 1934.

101 Paul Alexander Nischwictz, né en 1891.

102 Armand Pillot (1892-1953). Électricien puis ajusteur-mécanicien, il est syndicaliste dès 1907, et adhère au parti socialiste SFIO. Après la guerre, partisan de la IIIe Internationale, il rallie les rangs du parti communiste devient un des secrétaires permanents de la région parisienne. En 1926, il séjourne pendant six mois en Union soviétique pour suivre les cours de l’École léniniste internationale et retourna à Moscou en juillet 1928 pour participer au VIe Congrès de l’Internationale communiste. Il est élu député de la Seine en 1936.

103 Pierre Forestier (1900-1957). Adhérant de la SFIO en 1917, il participe à la fondation des Jeunesses socialistes dont il est le secrétaire départemental, puis régionnal, avant de devenir le secrétaire de la XVIIe Entente des Jeunesses communistes. En 1925, il est envoyé à l’Humanité du Midi, puis en octobre il remplace Pierre Semard à la direction technique de l’organe central, dont il devient en 1926 secrétaire général. Élève de l’École léniniste internationale, il participe au VIe Congrès de l’IC. Élu au Comité central en 1929, il est congédié de l’Humanité en 1931 pour « déviations politiques ».

104 Ernest Renan (1823-1892). Destiné à la prêtrise, la lecture d’Hegel provoque chez lui une grave crise religieuse. Tout en rejetant les dogmes du catholicisme, il éprouve une profonde admiration pour la culture judéo-chrétienne. Auteur de plusieurs ouvrages, il devient un personnage officiel après 1870. Admirateur de la Grèce antique, il éprouve un scepticisme grandissant à l’égard de la démocratie.

105 Benjamin Disraeli, premier comte Beaconsfield (1804-1881). Après avoir entrepris une carrière littéraire, il se lance dans la politique, évoluant du radicalisme au conservatisme, mais demeurant hostile au libéralisme. Élu aux Communes en 1837, ministre des Affaires étrangères en 1866, puis Premier ministre de 1867 à 1868, il perd le pouvoir. Revenu aux affaires de 1874 à 1880, donnant la priorité à la politique étrangère, il perd à nouveau le pouvoir, et meurt l’année suivante.

106 Katz Nelson pseudo Herschl Mendl Sztokisz.

107 Léon Nikolaïevitch Tolstoï (1828-1910). Issu d’une famille de la très vieille noblesse russe, il mène une vie désordonnée et légère, jusqu’en 1851, date à laquelle il s’engage dans l’armée, qu’il quitte en 1856 après avoir commencer de publier. En 1869, paraît Guerre et Paix, puis en 1873, Anna Karénine, ses deux ouvrages majeurs.

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search