Version classiqueVersion mobile

Carnets. Tome III

 | 
Marcel Cachin

Année 1928

Préface. Voyage à Moscou

Serge Wolikow

Texte intégral

Un Congrès de transition

1Dans la courte histoire de l’IC chacun de ses congrès présente une figure singulière. Le VIe ne fait pas exception mais son originalité est d’être sans doute le plus complexe car il est à la charnière des deux périodes de cette histoire. Il est, par maints aspects, l’aboutissement des ambitions qui ont accompagné la fondation de l’IC. Il exprime, plus que les congrès précédents, la dimension véritablement internationale d’un mouvement communiste constitué de plus de cinquante partis, désormais implantés sur tous les continents. En adoptant un programme, qui définit à l’échelle mondiale les perspectives révolutionnaires, il concrétise une des préoccupations initiales, mais jusque-là différée, du parti mondial de la révolution. Il est enfin le dernier congrès dont les discussions sont rendues publiques.

  • 1 J. Humbert-Droz, De Lénine à Staline, op. cit., p. 314. Il n’y a pas en français de compte rendu st (...)

2Mais il est également celui où les rumeurs, les bruits de couloirs, les réunions en petits comités deviennent décisifs. Celui dont on ne possède qu’un compte rendu partiel et parfois partial des travaux puisque certains documents n’ont jamais été publiés et que d’autres ont été expurgés1. De ce point de vue les notes de Marcel Cachin sont d’un très grand intérêt puisqu’il nous restitue non seulement l’ambiance mais aussi nous apporte des renseignements précis et précieux sur ce qui se passe en coulisse.

  • 2 Op. cit., p. 310.

3Le poids du parti communiste de l’URSS s’y affirme prééminent jusque dans le fonctionnement même du congrès2. Cachin note de manière très explicite comment les affrontements en cours dans le PC de l’URSS traversent le congrès. Sans doute la figure de Boukharine domine ce congrès. Par son travail et ses capacités, il marque l’ensemble des travaux. Mais son autorité, personnelle et politique, est affaiblie en raison des critiques qu’il subit. Sans paraître sur le devant de la scène, Staline joue un rôle essentiel : c’est lui qui inspire et organise ces critiques, en s’appuyant sur de nouveaux leaders dans diverses délégations dont l’unité apparaît ébranlée. Les divisions et les oppositions qui s’expriment, jusque dans les séances plénières, reflètent l’accélération de la crise qui traverse nombre de partis communistes depuis la mise en route de l’orientation « classe contre classe » imposée au PCF dès la fin de 1927. Dans ce domaine, le congrès enregistre plus qu’il n’innove. Il légitime le changement d’orientation mais il ne le définit pas de façon cohérente, en raison des divergences de tous ordres qui traversent la direction de l’IC comme celle du PC de l’URSS et de certains autres partis.

4Le PCF, dans ce congrès, joue un rôle limité et reste au second plan. Pour sa propre histoire, ce VIe Congrès est cependant très important car s’y joue le sort de sa direction avec l’émergence de cadres (Ferrat, Barbé) dont la nouvelle assurance est à la mesure des changements dont ils prennent connaissance dans l’atmosphère trouble du congrès. Ainsi les modifications de direction, ouvertement approuvées par le VIe Congrès du PCF, en 1929, ont, en fait, été conçues et préparées dès ce VIe Congrès de l’IC. Les débats qui ont, alors, lieu au sein de la délégation française, les discussions avec les dirigeants soviétiques et ceux de l’IC, constituent, par leur vivacité et leur ampleur, un moment décisif de l’histoire du PCF lui-même. La position de Marcel Cachin apparaît particulièrement ambivalente puisqu’il est marginalisé dans sa délégation mais reste l’objet d’attentions de la part des dirigeants de l’IC. Grâce à ses liens privilégiés avec nombre de personnalités soviétiques ou non il est au courant des véritables enjeux d’un congrès dont la portée échappe aux simples délégués même s’ils sont bien plus que lui dans la ligne !

Une stratégie discutée et incertaine

  • 3 Lors de ce congrès la périodicité des congrès est portée à deux ans.
  • 4 Lors du VIIe Plénum de l’IC en décembre 1926.

5Alors que les cinq premiers congrès de l’IC s’étaient succédés de 1919 à 1924 il s’est passé quatre ans avant que le VIe se réunisse. Le délai excède, de beaucoup, ce que les statuts votés au quatrième congrès prévoyaient3. Cela traduit les contradictions et les crises survenues, durant cette période, aussi bien dans le PC de l’URSS que dans l’IC. En effet que de bouleversements et de changements entre les deux congrès et même depuis le Ve Plénum auquel Cachin avait participé en mars 1924 ! L’autorité de Zinoviev sur l’Internationale, déjà affectée au printemps 1925 diminue progressivement à la fin de cette année, notamment après son rapprochement avec Trotsky. Son élimination et son remplacement par Boukharine, à l’automne 19264, concluent une période de cohabitation confuse et conflictuelle.

6L’accession de Boukharine à cette responsabilité internationale n’est pas sans ambiguïté, puisqu’elle sanctionne un affrontement qui s’est d’abord déroulé au sein du parti communiste de l’URSS. Elle confirme, d’une certaine manière, la prééminence de ce parti dans l’Internationale. Elle revient cependant à celui qui, dans la direction bolchevique, a contré les critiques, trotskistes et zinoviévistes, en leur opposant une conception, élargie et différenciée, du processus révolutionnaire mondial. Il ambitionne, comme il l’indique lors du VIe Plénum, en décembre 1926, de modifier le fonctionnement de l’organisation internationale. Il souhaite renforcer le rôle des non-russes et déconcentrer certaines activités au profit de bureaux de coordination situés dans différentes régions du monde. A ses côtés, Humbert-Droz, Togliatti et Manouilsky, constituent une équipe dynamique attachée à promouvoir ce renouveau.

7Pourtant, bien vite, la direction de l’Internationale subit le contrecoup des dissensions internes au parti communiste de l’URSS. Ainsi, elle est confrontée à la mise en cause des modalités démocratiques de fonctionnement qu’elle a voulu revivifier lorsque Staline, au VIIIe Plénum de l’IC, s’efforce d’obtenir l’exclusion de Trotsky des séances. Ensuite, lors du IXe Plénum en février 1928, les deux délégations de l’URSS et de l’Allemagne, placées de fait au-dessus des autres délégations, se concertent officiellement pour défendre et appliquer la nouvelle ligne « classe contre classe ». D’un congrès à l’autre, l’orientation de l’IC a connu plusieurs fluctuations. Le changement imposé aux partis communistes français et anglais, à l’automne 1927, constitue une inflexion majeure qui n’est, cependant, pas la première puisqu’elle prend, en quelque sorte, le contre-pied d’une précédente inflexion, opérée deux ans auparavant. Ces fluctuations, induites par les difficultés persistantes des partis communistes, expriment la tentative de l’IC de les surmonter en essayant de contrer l’influence consolidée de la social-démocratie européenne.

8Les initiatives stratégiques prises en 1926, tant en Europe qu’en Extrême-Orient, mettent l’accent sur la différenciation des situations nationales, sur la présence communiste dans les organisations de masse et sur la nécessité des alliances. Cette orientation, acceptée non sans réticence par certains secteurs de l’Internationale, est violemment critiquée par Trotsky et Zinoviev qui en dénoncent l’opportunisme droitier. Le regain de la tension internationale, en 1927, les échecs de la grève générale, en Grande-Bretagne, la désagrégation puis l’écrasement du mouvement révolutionnaire chinois, viennent stopper, dès cette époque, la poursuite d’une orientation dont les résultats sont immédiatement jugés décevants et négatifs.

  • 5 Notamment durant l’automne 1927.

9La direction de l’IC, toujours attaquée par l’opposition dite de gauche, veut démontrer sa capacité à redresser, elle-même, la politique des partis communistes de Grande-Bretagne et de France, soumis à la contre-offensive des forces conservatrices de leur pays. Boukharine, Togliatti et Humbert-Droz, en lançant la ligne « classe contre classe », comptent repousser les critiques qui, désormais, viennent également de la direction du parti communiste de l’URSS. Pour eux, il s’agit d’une nouvelle tactique destinée à quelques partis européens dont l’identité révolutionnaire est insuffisante. Il ne s’agit pas de bouleverser l’analyse de la situation internationale, ni de reconsidérer complètement l’analyse antérieure de la social-démocratie et du syndicalisme réformiste. En février 1928, lors du IXe Plénum, la formalisation de la nouvelle orientation est accentuée, la critique du PC de France est renforcée, les dirigeants allemands et leur parti sont donnés en exemple. Pourtant l’analyse de la situation internationale, les perspectives de la révolution mondiale, ne sont alors ni discutées ni explicitement révisées en raison de la réunion prochaine du VIe Congrès. Marcel Cachin est directement concerné puisqu’il a été l’un des plus réticent et des plus long à convaincre face à la nouvelle orientation5.

L’affrontement Staline-Boukharine

  • 6 « On prit des mesures extraordinaires, 70 000 membres du PCR furent mobilisés pour aller faire le r (...)

10Dès le XVe Congrès du PC de l’URSS, en décembre 1927, des accents divergents sont perceptibles entre les interventions de Staline, Boukharine ou Losovsky qui n’hésite pas à le critiquer publiquement. Les tensions, dans la direction du PC de l’URSS, grandissent au cours du premier semestre 1928 et ce sont elles qui en définitive pèsent le plus sur la préparation du congrès de l’IC. En effet les divergences, qui éclatent au lendemain du XVe Congrès du PC de l’URSS, mettent en cause les orientations confirmées par ce congrès. Pour surmonter des difficultés accrues de ravitaillement, la direction du PC décide des mesures extraordinaires et temporaires, qui signifient la lutte contre les paysans spéculateurs et la confiscation des stocks de grain. Staline lance les directives et assure la conduite des opérations. Il part en tournée pour durcir, sur place, les instructions et ainsi accélérer la rentrée des grains6. La dureté des opérations contre les paysans, leur réaction d’hostilité contre les communistes sonnent le glas des efforts, engagés depuis plusieurs années, pour les inciter à augmenter la production agricole et faire ainsi du marché rural le stimulant de la croissance économique générale.

  • 7 Carnets Cachin, 4 juillet 1928.
  • 8 Michel Reiman, La nascita dello Stalinismo, Roma, 1980, p. 120.

11Dès cette époque, Staline s’affirme en faveur des thèses jusqu’alors défendues par l’opposition. Les poussant à l’extrême, il considère indispensable de passer, sans tarder, à la collectivisation afin de réduire le rôle de la paysannerie individuelle pour dégager les surplus nécessaires à l’industrialisation. La ponction, sur le revenu paysan, ne pouvant s’effectuer dans le cadre du marché puisque les paysans réagissent en diminuant leurs ventes et leur production, il convient, estime Staline, de recourir à la contrainte et d’insérer ces paysans dans des exploitations collectives. Cette politique, qui dégrade l’atmosphère dans les campagnes, n’est pas sans apporter certains résultats immédiats, ce qui accrédite, dans le parti, l’idée qu’il vaut mieux faire confiance aux mesures coercitives que de s’en remettre au marché. Les désaccords n’apparaissent pas alors publiquement mais ils n’en sont pas moins très durs. Au Bureau politique, dès janvier, au CC, puis en avril et de nouveau en juin, les débats sont virulents, d’après les informations recueillies par Cachin. « Le CC protesta. Il demanda qu’on reprit, non l’application du communisme de guerre, mais les résolutions du XVe Congrès contre le koulak, mais non contre les paysans moyens »7. De fait, Boukharine, Rykov, Tomsky, mais aussi Kalinine et Vorochilov, pour un temps, critiquent les excès commis contre les paysans et s’opposent à la reconduction des mesures extraordinaires. Avec l’éclatement de l’affaire Chakhty, en mars, et la dénonciation d’un complot contre-révolutionnaire de techniciens des mines de charbon, c’est la politique industrielle impulsée par Rykov et Tomsky avec le recours aux « spécialistes bourgeois » qui se trouve mise en cause. Cependant, une fois de plus, une réunion du Bureau politique, consacrée aux problème économiques, réaffirme la politique du parti8. De fait, dans les instances dirigeantes, les thèses de Staline restent minoritaires. Les informations obtenues par M. Cachin vont dans le sens de cette appréciation. Il note ainsi,

  • 9 Carnets, 6 juillet 1928.

« il y a 110 millions de paysans. On ne peut songer à supprimer ces économies privées innombrables et à les remplacer par des économies collectives »9.

  • 10 Stephen Cohen, Boukharine, Paris, 1979, p. 343.

12Pour autant, cela n’empêche pas Staline de gagner à ses idées les cadres moyens et inférieurs de l’organisation en dénonçant publiquement les ennemis intérieurs qui sabotent l’économie et les tendances à vouloir satisfaire riches et pauvres10. Boukharine, au contraire, s’inquiète de la tendance à considérer les mesures extraordinaires comme normales.

13A la veille du VIe Congrès, les tensions, dans la direction du PC de l’URSS, atteignent une intensité qui, sans apparaître publiquement, est rapidement perçue par les délégués qui arrivent à Moscou, à la fin de juin, tel M. Cachin. Ses notations recoupent les analyses des meilleures travaux historiques et les souvenirs d’autres dirigeants. Le jour où le Comité central du parti communiste de l’URSS se réunit il relève ce qu’a déclaré Staline aux étudiants de l’Académie communiste de l’usine Sverdlovsk :

« Il faut passer de la petite économie paysanne retardataire, morcelée, à la grande économie collective, unifiée, pourvue de machines, équipée des conquêtes de la science, et capable de jeter le maximum de blé sur le marché ».

14M. Cachin est, d’autre part, au courant de l’acuité des divisions internes à propos de cette politique agricole quand il relève :

  • 11 Carnets Cachin, juillet 1928.

« Dans le gouvernement et le parti, il y a eu des divisions graves sur ce sujet. Froumkine a envoyé une lettre au CC où il protestait contre les excès, où il demande le retour à la politique du XVe Congrès, où il réclame du secours pour les paysans pauvres. En ce moment une solution unanime est signée de Staline, Rykov et de tous les membres d’une sous-commission chargée de rapporter devant le Plénum »11.

  • 12 Michel Reiman, op. cit., p. 118.
  • 13 Stephen Cohen, op. cit., p. 343.
  • 14 Michel Reiman, op. cit., p. 119.

15Effectivement le Bureau politique a, dans la seconde moitié du mois de juin, décidé de répondre à cette lettre de Froumkine, commissaire aux Finances, et de la communiquer aux membres du Comité central. Or Staline prend l’initiative d’écrire et d’envoyer, en son nom, une réponse à la missive de Froumkine. Boukharine réagit très vivement et accuse Staline de traiter le Bureau politique comme « un organe consultatif dépendant du Secrétariat »12. Rykov, Tomsky et lui-même rassemblent, dans une déclaration, leur point de vue sur la situation. Ils dénoncent le risque de rupture avec la paysannerie, la nécessité d’abolir les mesures extraordinaires et l’utilité d’un soutien efficace aux exploitations individuelles13. La réunion du Bureau politique, où ils présentent leur déclaration, est orageuse. Staline manœuvre en recul et laisse le soin à Molotov d’affirmer que cette déclaration est un document anti-parti. Lors de la séance du 2 juillet, Staline, à son tour, propose un projet de résolution à soumettre à la prochaine réunion du Comité central. Dans ce contexte il accepte « les neufs dixièmes » des propositions avancées par Boukharine et affirme que la direction est encore capable de se retrouver unanime sur une résolution14.

Une confrontation incertaine

  • 15 Stephen Cohen, op. cit.
  • 16 Michel Reiman, op. cit.

16C’est dans cette atmosphère lourde que s’ouvre, le 4 juillet, la réunion du Comité central. On y discute, d’abord, des rapports qui doivent être présentés au congrès de l’IC. Les projets de texte élaborés par Boukharine sont critiqués de telle sorte qu’il doit les remanier15. La discussion sur les problèmes de l’URSS commence le 9 juillet. Les modérés interviennent, à la suite de Rykov, en demandant, outre l’abandon définitif des mesures extraordinaires, une augmentation des prix agricoles et la confirmation de la NEP. Staline contre-attaque, fort des effets positifs que ses récentes concessions ont produits chez certains membres hésitants du Bureau politique, tels Vorochilov et Kalinine. Il s’appuie, surtout, sur les cadres régionaux du parti, impliqués dans sa politique contre la paysannerie. Il défend ainsi sa thèse de la nécessaire accélération de l’industrialisation tout en dénonçant, comme alarmistes, les jugements portés sur la situation dans les campagnes. En conséquence il s’oppose à l’augmentation des prix agricoles et insiste sur la formation rapide de kolkhozes et sovkhozes16. Dans sa réponse, Boukharine souligne, au contraire, la gravité de la situation économique et affirme l’impossibilité d’obtenir des succès économiques dans l’industrie sans une agriculture prospère. C’est ce que Manouilsky résume schématiquement, le lendemain, à Cachin, en s’efforçant d’atténuer la portée des propos de Boukharine :

  • 17 Carnets Cachin, 11 juillet 1928.

« Au CC russe d’hier B. a déclaré qu’on été un peu fort contre les koulaks. Il a réclamé une politique paysanne plus souple. On trouvera un compromis entre les tendances divers au CC »17.

  • 18 Michel Reiman, op. cit.
  • 19 Carnets Cachin, ibid.

17Cette réunion du Comité central se prolonge, en raison des nombreuses interventions, dont celles des proches de Staline, tels Molotov, Kaganovitch ou Mikoian, qui critiquent ouvertement les éditoriaux de la Pravda inspirés des idées de Boukharine et Rykov18. S’inscrivant dans la même logique Manouilsky confie à Cachin que « malheureusement il faut que le paysan paye notre restauration industrielle »19 .

18Certains membres du CC comme Stetsky, Sokolnikov ou Ossinsky soutiennent les positions de Boukharine, Rykov et Tomsky mais beaucoup d’autres restent dans l’expectative, en refusant de condamner les thèses de Staline, tandis que Kalinine et Vorochilov prennent leurs distances. Cachin, en tant qu’invité, assiste ainsi à la séance du 11 juillet et écoute Kalinine dont il note qu’il « se déclare d’accord avec Staline » tout en s’inquiétant de l’attitude adoptée à l’égard des paysans qualifiés de koulaks :

  • 20 Ibid.

« Il faut donner au koulak un régime de droit, en finir avec le communisme de guerre. Nous avons décoré des paysans pour leur bonne production. Maintenant vous les traitez de koulaks »20.

  • 21 Michel Reiman, op. cit.
  • 22 Stephen Cohen, op. cit.

19En apparence cette session du Comité central est marquée par une victoire des modérés derrière Boukharine. La Pravda du 14 juillet n’annonce-t-elle pas l’abandon de toute mesure extraordinaire et quelque temps après une revalorisation des prix agricoles ?21 Mais bien d’autres indices militent en faveur d’une appréciation différente. Les résolutions adoptées, les compte rendus des travaux faits, soit par Staline, à Léningrad, soit par Rykov, à Moscou, indiquent qu’il y a eu un compromis intégrant les idées de Staline sur l’industrialisation et la collectivisation. D’ailleurs Boukharine, lors de son entrevue secrète avec Kamenev, le 11 juillet, expose avec une lucidité désespérée la capacité manœuvrière de Staline à l’œuvre dans le Comité central et tout le parti22. Ce climat de tension, entre les dirigeants soviétiques, est donc celui qui règne le 17 juillet, jour de l’ouverture du VIe Congrès de l’IC. Loin de se dissiper il ne cesse de peser sur les travaux de l’Internationale et le déroulement du congrès.

Le déroulement et l’ambiance

  • 23 « l’abandon du Kremlin, ordonné unilatéralement par les Russes, équivalait à une expulsion et était (...)

20C’est donc à 19 heures, le 17 juillet 1928, que débute le VIe Congrès. Le cadre est inhabituel puisque, pour la première fois, ce n’est plus le Kremlin mais la salle des Colonnes, dans la maison des syndicats, qui accueille les travaux de l’Internationale. Le fait n’est pas sans signification car la décision a été prise par le Bureau politique du parti communiste de l’URSS, sans que les instances dirigeantes de l’Internationale aient été consultées. Humbert-Droz précise, à ce sujet, qu’il a demandé à Boukharine d’intervenir au Présidium pour qu’on annule cette décision23.

21M. Cachin décrit fort bien et, à plusieurs reprises, l’agencement de la salle du congrès : « Au fond, six colonnes en marbre blanc ; sur les côtés huit colonnes. Un luxe de lampadaires électriques, verre et cuivre ». Il est visiblement impressionné par la mise en place d’un système de traduction simultanée des discours dont il relève minutieusement le principe :

  • 24 Carnets Cachin, 16 juillet.

« L’orateur parle : des traducteurs en toutes les langues donnent toutes leurs phrases et les auditeurs, coiffés d’appareils de réception téléphonique, écoutent »24.

  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid.

22Dans les salles qui précèdent celle du congrès, diverses sections présentent leurs activités. La section française expose plusieurs panneaux : un premier, consacré à l’Humanité, relate son histoire, sa diffusion ainsi que celle des différents journaux du parti. Un autre montre les affiches électorales tandis que les deux derniers présentent des textes littéraires hostiles à la Russie révolutionnaire auxquels sont opposées les prises de position des écrivains sympathisants comme Gide ou Wells25. La presse internationale est là pour couvrir l’événement mais parmi les 40 journalistes étrangers qui se trouvent à Moscou il n’y a pas de Français, même pas un envoyé de Havas, alors qu’il y a 8 Allemands, des Anglais et 12 Américains dont des envoyés de l’United Press et de l’Associated Press26. C’est la traduction d’une détérioration profonde des relations franco-soviétiques. Cachin met cela en rapport avec l’attitude de l’ambassadeur de France, Herbette, dont il note qu’il « est devenu très hostile » traduction fidèle de la politique du gouvernement de Raymond Poincaré.

  • 27 Rapport de la commission des mandats, présenté par Piatnitsky, 44e séance. CI, n° 145, 1928.

23Les travaux du congrès durent plus de six semaines puisque, commencés le 17 juillet, ils prennent fin le 1er septembre. Par rapport au dernier congrès les délégués présents sont beaucoup plus nombreux : 532 contre 475, au Ve Congrès. Dans leur écrasante majorité, ce sont des hommes (95 %), de moins de 40 ans (80 %) qui, la plupart (65 %), participent, pour la première fois, à un congrès de l’IC27. Outre les 46 séances plénières au cours desquelles sont présentés et discutés les 6 points de l’ordre du jour, de nombreuses réunions de commissions se tiennent, soit pour avancer le travail, soit pour examiner les problèmes particuliers de certains partis, comme le PCF.

24Tous les points à l’ordre du jour ne sont pas traités de la même manière. Le 6e, qui concerne l’élection aux organismes de direction de l’IC, ne donne pas matière à discussions publiques. Les candidatures sont examinées et discutées en commissions. Les 5 points restants suscitent des débats d’ampleur très inégale, qu’ils aient lieu en séance plénière ou dans le cadre de commissions spécialisées. Ainsi le rapport de Boukharine, sur « La situation internationale et l’activité de l’IC », est discuté largement durant 16 séances plénières qui s’étalent sur près d’une quinzaine de jours. Les quatre autres points sont abordés durant le mois d’août, de manière très variable. Le second point, consacré à « La lutte contre le danger de guerre », occupe 7 séances plénières contre seulement 5 pour l’examen du « Programme ». Ce 3e point est traité, d’abord, dans des commissions préparatoires. La mise au point définitive du texte s’effectue, dans le cadre d’une commission spéciale qui travaille, pendant tout le mois d’août. La question coloniale, le 4e point, suscite, après les rapports de Kuusinen et Togliatti, les interventions de très nombreuses délégations, durant 12 séances plénières. En revanche, la situation en URSS, le 5e point, présentée par deux rapports de Varga et Manouilsky, n’occupe qu’une place relativement discrète dans les travaux du congrès puisque 5 séances seulement lui sont consacrées. Cela peut sembler paradoxal dans un moment où cette situation est au centre des débats qui secouent la direction du parti russe et donc celle de l’Internationale.

25Les points 1 et 3 de l’ordre du jour (« La situation internationale » et le « Programme ») dominent le congrès, malgré l’intérêt de toutes les autres questions abordées. Ce sont eux qui soulèvent, le plus directement, les problèmes posés par l’activité et l’orientation d’ensemble des partis communistes comme de l’IC. Ce sont eux qui concernent le plus les partis communistes européens et en particulier le parti français. L’analyse de la situation politique française, l’orientation « classe contre classe », pas plus que les décisions concernant la direction du PCF ne sont compréhensibles si l’on ne prend pas la mesure des grandes tendances qui s’expriment dans la discussion sur la situation mondiale et durant la mise au point définitive du « Programme ».

Une atmosphère lourde

  • 28 Carnets Cachin, 16 juillet 1928.
  • 29 Les élections ont lieu lors de la première et quatrième séances.
  • 30 On réunit la délégation française. Là, assiste le secrétaire de Staline. Barbé y fait une critique (...)

26La durée des travaux et la multiplication des réunions ne tiennent pas seulement à l’ampleur et à la complexité des questions abordées. Les divergences, qui s’expriment, au plus haut niveau, ralentissent le rythme des débats. Ainsi après le rapport introductif de Boukharine, la discussion s’engage lentement. Il faut attendre la 11e séance, le 26 juillet, pour que Thälmann intervienne. La majorité de la délégation allemande est hostile au rapport tandis que celui-ci suscite des discussions dans la délégation russe. « C’est la grande divergence Staline-Boukharine qui a des prolongements dans le parti russe et le parti allemand »28. Staline, après avoir assisté à la séance d’ouverture et bien qu’il ait été élu au Présidium du congrès ainsi qu’à la commission du Programme29, ne participe pas à ses travaux. Pourtant, son influence est bien présente à travers les critiques et les remarques qu’il suscite contre Boukharine. Ses secrétaires appuient au sein des délégations nationales la montée des critiques comme le relève Cachin.30 Les rumeurs contre Boukharine, colportées dans les couloirs, ruinent son autorité. Dans leurs interventions, Lominadzé ou Thälmann prennent leurs distances avec certains points du rapport introductif. Cela ne peut qu’accroître le trouble dans certaines délégations et favoriser des divisions qui, sans atteindre la violence de celles qui traversent la délégation polonaise, s’affirment jusqu’en séance plénière avec, notamment, les interventions des délégués américains et allemands.

27Un compromis est finalement trouvé, dans la mesure où Boukharine hésite à riposter aux attaques dont il est l’objet. C. Zetkin le déplore et confie à Cachin qu’il déçoit ses partisans en applaudissant le discours de Thälmann. Boukharine est, malgré tout, unanimement approuvé quand il répond à toutes les interventions suscitées par son rapport introductif. Cachin s’en félicite et considère qu’il a eu raison de ne pas se précipiter pour prendre parti. De fait à l’issue de plusieurs réunions de la délégation russe il a été décidé de mettre un terme au processus de division par une déclaration solennelle des deux principaux protagonistes qui signent un texte attestant l’unanimité de vue de tous les membres du Bureau politique du PC de l’URSS. Une réunion rassemble les secrétaires des partis communistes avec les dirigeants russes au cours de laquelle

  • 31 Carnets Cachin, 31 juillet. Le 4 août, il rapporte les propos de Sémard qui confirme que : « Boukha (...)

« Boukharine et Staline ont protesté contre la campagne qui tendait à les séparer. Il y a des bruits de couloir contre lesquels il faut réagir avec vigueur, chasser ceux qui les colportent. Il n’y a aucune divergence entre les membres du BP Russe. C’est une besogne grossière de se livrer à cette tâche, de placer les uns à droite, les autres à gauche. Tous les membres du BP Russe ont signé une attestation qui a circulé entre les mains des assistants »31.

  • 32 Jules Humbert-Droz, op. cit., p. 313. E.-H. Carr reprend à son compte cette information.

28Les indications, que nous donnent Cachin, confirment la présence de Staline. Il n’est donc pas encore parti en vacances, comme nombres d’historiens, sur la foi des Mémoires d’Humbert-Droz, l’ont régulièrement répété32. Pour autant, rien n’est réglé même si, dans l’immédiat, la position de Boukharine se trouve préservée. C. Zetkin, observatrice lucide et critique de la situation, fait part à Cachin de son scepticisme confirmé par les événements ultérieurs.

  • 33 Carnets Cachin, 31 juillet.

« La délégation russe a été débordée par le succès trop grand de la campagne contre Boukharine. Elle a décidé de la cesser. Et elle s’est rangée toute entière derrière lui. Mais dès l’automne, la campagne reprendra. Staline tente de s’assurer des appuis dans le Komintern, en attendant »33.

  • 34 VI kongress Kominterna : stenografitcheskii ottchet, 6 vol., Moscou et Léningrad, 1929.

29Les travaux de ce congrès sont, en grande partie, relatés par des compte rendus publiés dans la Correspondance internationale il reste qu’une bonne partie de la documentation n’a pas été livrée. Dans l’édition complète, en russe, il manque le second volume, consacré au Programme, étant donné le rôle majeur que Boukharine ou Humbert – Droz ont joué dans sa mise au point34. Certaines interventions ont, d’autre part, été remaniées pour la publication, c’est, notamment, le cas de textes qui ont été repris dans le volume consacré, en France, aux discussions sur la situation du parti communiste français. En fait nous n’avons pas une documentation exhaustive sur les discussions en commissions, notamment celles qui concernaient le Programme ou les problèmes des partis.

Situation internationale et stratégie de l’IC

30Les questions internationales occupent l’essentiel des travaux du congrès : c’est d’abord l’analyse générale de la situation et de l’activité communiste. C’est ensuite l’examen de la lutte contre la guerre, puis des mouvements révolutionnaires dans les colonies. Le congrès adopte des thèses et des résolutions qui caractérisent, de façon détaillée, la stratégie de l’IC. Pourtant la qualité des interventions est très inégale et il n’y a pas de véritable débat sur le fond des questions. Des désaccords sont esquissés mais rien d’explicite. Des accents différents retentissent sur certaines questions mais ils ne s’inscrivent pas dans des argumentations construites. La plupart des intervenants n’abordent pas les problèmes généraux et préfèrent en rester au compte rendu de leur situation nationale, ce que Boukharine regrette à la fin des travaux.

  • 35 E. Varga, L’économie de la période de déclin du capitalisme après la stabilisation, Bureau d’Éditio (...)

31Les interventions de Boukharine, lui-même, n’ont pas la vigueur de ses rapports au VIIe Plénum ou au XVe Congrès du PC de l’URSS. Ses développements théoriques sont relativement plus courts, et l’argumentation comme l’analyse différenciée laissent souvent la place à l’affirmation péremptoire. Malgré tout, le contenu des travaux du VIe Congrès mérite de retenir l’attention car il permet de comprendre l’évolution de l’IC. A vrai dire ce congrès est un moment charnière dans l’histoire de l’IC. Il a été préparé de longue date par Boukharine qui y voyait l’occasion d’exprimer le nouveau style d’activité inauguré à l’automne 1926. Divers travaux théoriques, économiques et politiques ont été préparés par des collaborateurs de l’IC, tel Varga, en vue du congrès35. Les différents documents du congrès portent la trace du vaste travail de réflexion impulsé les années précédentes, dans le domaine économique notamment. Ils expriment aussi la vision élargie de la révolution mondiale, développée depuis 1925 par Boukharine.

32Mais le congrès exprime également un infléchissement théorico-idéologique qui se traduit, dès ce moment, par une régression des analyses sur l’État ou les forces politiques. Le gauchissement général des analyses est inégal mais il pousse à la simplification et, au mieux, à juxtaposer des points de vue dans des compromis fragiles. Il en va ainsi de l’analyse de la stabilisation ou des problèmes des partis communistes. En ce qui concerne la social-démocratie ou le Front unique, le gauchissement est tellement accentué qu’il n’y a plus matière à compromis si ce n’est sur le non usage du terme de social fascisme ! L’orientation, définie au VIe Congrès, comporte ainsi des éléments contradictoires. Mais les ambiguités n’enlèvent pas aux analyses du congrès leur importance pour les différents partis communistes et le PCF en particulier. Ces partis considèreront longtemps ses thèses comme la base de leur politique. De fait les documents adoptés alors vont fournir, des années durant, la base idéologique de leur activité et constituer la matrice culturelle des communistes jusqu’à l’époque des Fronts populaires.

  • 36 « Nos désaccords remontent à l’époque du VIe Congrès, où sont présentées par Boukharine des thèses (...)

33Le rapport que Boukharine présente sur « La situation internationale et les tâches de l’Internationale », les 18 et 19 juillet, ne correspond pas au texte qu’il a primitivement rédigé. En effet, les jours précédents l’ouverture du congrès, le conflit, dans le parti bolchevik, s’est cristallisé sur les thèses élaborées et envoyées par Boukharine aux différentes délégations, déjà présentes à Moscou. Certaines de ses thèses sont mises en cause par la délégation russe qui, sous l’impulsion de Staline, reproche à Boukharine de ne pas avoir soumis préalablement son texte au parti bolchevik. Plusieurs thèses, touchant à des points importants de l’analyse de Boukharine, sont critiquées36. Des amendements, transmis à la commission politique, élue dès le premier jour, seront finalement retenus, modifiant ainsi substantiellement la teneur des thèses.

  • 37 Carnets Cachin, 18 juillet 1928.

34Boukharine a donc remanié son rapport en fonction de ces discussions qui participent d’un climat conflictuel plus général. D’après Cachin on sait qu’il a retravaillé son texte au dernier moment ce qui a retardé de deux heures le début de son discours37. Pourtant celui-ci n’est pas improvisé sur le fond, car on y retrouve des accents typiquement boukhariniens, notamment pour ce qui touche à l’analyse générale de l’époque. Malgré tout, ce rapport de Boukharine n’a pas la cohérence d’autres textes similaires qu’il a présenté lors du VIIe Plénum, en décembre 1926, ou lors du XVe Congrès du parti bolchevik, un an plus tard. Le style, plus décousu, a perdu de sa vigueur, l’expression est souvent encombrée de périphrases prudentes. Les questions les plus litigieuses comme la nouvelle tactique de l’IC ou les contradictions internationales, sont traitées rapidement. Quant aux problèmes de fonctionnement de l’organisation internationale ils sont escamotés.

  • 38 C’est dans son rapport au XVe Congrès du PC de l’URSS qu’il développe de la manière la plus systéma (...)
  • 39 CI, n° 1, 4 janvier 1928.

35Les six points de ce long rapport, dont l’audition pris six heures, sont inégalement développés. Il n’y a rien d’étonnant à ce que Boukharine ait longuement épilogué sur « l’analyse générale du capitalisme et les formes particulières de la crise capitaliste » puisque c’était, depuis longtemps, un de ses domaines de prédilection. Il a, comme dirigeant de l’IC, tout particulièrement encouragé les recherches sur le capitalisme, notamment celles conduites par Varga. Boukharine a, dès l’année précédente, souligné la nouveauté de certains traits structurels du capitalisme. La concentration et le rôle grandissant de l’État, dans les pays capitalistes les plus développés, l’ont conduit à systématiser son analyse, à reprendre le terme de capitalisme d’État pour caractériser ce développement du capitalisme38. Dans son rapport, Boukharine reprend cette idée, de façon prudente et mesurée, mais sans abandonner une analyse qui, dès décembre 1927, a fait l’objet de remarques critiques de Losovsky39.

  • 40 Rapport de N. Boukharine, Correspondance internationale, n° 72, 1er août 1928.

« Il y a quelques temps, au congrès du PC de l’US, j’ai émis la thèse qu’actuellement s’opère un certain accroissement des tendances de capitalisme d’État... C’est sous une forme nouvelle ou plutôt sous des formes nouvelles que se développe actuellement le processus de fusion, l’interpénétration de plus en plus marquée des trusts, des cartels, des consortiums bancaires avec les organes étatiques de la bourgeoisie capitaliste »40.

  • 41 « Certains camarades ont auparavant exprimé des doutes à ce sujet. Mais depuis ont paru des études (...)

36Fort des récentes études économiques qu’il a encouragé il insiste sur la validité de son point de vue41.

37Plus largement Boukharine met l’accent sur ce qu’il appelle « la troisième période du développement capitaliste d’après-guerre ». Cette périodisation lui permet de souligner les traits nouveaux et contradictoires de l’évolution économique. La croissance économique du capitalisme est indéniable mais elle est contradictoire en raison des modifications structurelles qui l’accompagnent. D’où, selon lui, la nécessité de dépasser la notion ancienne de stabilisation partielle par laquelle, au Ve Congrès de l’IC, on a considéré que l’accroissement économique capitaliste ne pouvait être que provisoire et limité. Cela conduit Boukharine à proposer une conception explicitement non catastrophiste de la crise du capitalisme :

« Il ne faut pas se figurer que la crise générale du capitalisme et du système capitaliste c’est la ruine du capitalisme dans presque tous les pays, ou dans la majeure partie des pays. La crise du capitalisme consiste dans le fait que nous avons actuellement, à la suite de la phase précédente de guerre et d’après-guerre, des modifications radicales de structure dans toute l’économie mondiale, des modifications qui aggravent énormément et inévitablement toute contradiction dans le système capitaliste et qui, finalement, le conduisent à sa perte ».

38En réaffirmant cette analyse Boukharine confirme son désaccord avec la thèse stalinienne selon laquelle la troisième période est essentiellement caractérisée par une nouvelle vague révolutionnaire. Boukharine met l’accent sur les contradictions nouvelles, notamment internationales, qui annoncent une prochaine guerre.

39Dans la seconde partie de son rapport Boukharine aborde « les processus politiques intérieurs dans les pays bourgeois ». Il prend soin de souligner « l’aggravation des contradictions intérieures » particulièrement aux États-Unis où il relève l’existence d’un chômage chronique en augmentation malgré la consolidation économique. Par une remarque, dont la formulation n’a rien d’original, Boukharine fait écho aux critiques de Staline auquel il signale ainsi qu’il n’oublie pas la lutte de classe.

« D’une part il se produit une certaine consolidation technique et économique du capitalisme et, d’autre part, ce qui ne doit pas être oublié un seul instant, les contradictions s’accroissent, la lutte de classe s’accentue, le chômage augmente ».

40Mais l’essentiel de son propos est consacré à ce qu’il désigne comme « le problème de la social-démocratie ». Boukharine dénonce vigoureusement l’activité de la social-démocratie, dont il souligne la dérive « césarienne » qui l’amène, en Allemagne notamment, à se ranger complètement du côté de l’impérialisme allemand. « De notre temps, la social-démocratie est une force active qui construit consciemment la société capitaliste ». Boukharine insiste également sur l’activité antisoviétique de la social-démocratie qui impute à l’URSS les difficultés économiques du prolétariat européen. Pour autant, il n’en reste pas là et examine surtout les causes de la vitalité des partis et organisations socialistes. Selon lui, parmi les diverses raisons, il y a d’abord l’augmentation des surprofits capitalistes, coloniaux, commerciaux et financiers. Mais compte également le développement d’une bureaucratie syndicale ou social-démocrate, soutenue par l’appareil d’État et des municipalités. C’est cependant ce qu’il évite de dire sur la social-démocratie qui singularise les propos de Boukharine. Dans son discours, il ignore le rôle de la gauche des partis socialistes, désignée pourtant comme la tendance la plus dangereuse par Staline, dès 1927. Il ne se livre enfin à aucun rapprochement entre social-démocratie et fascisme !

  • 42 « Ainsi notre changement de tactique est en liaison avec le changement objectif de la situation. C’ (...)

41La troisième partie intitulée « Notre orientation tactique » aborde brièvement la nouvelle orientation de l’IC. Cette partie est très courte, et plutôt décevante, si l’on s’en tient aux réflexions que lui consacre Boukharine. Cette concision est, d’une certaine façon, révélatrice de sa conception de la ligne « classe contre classe ». La terminologie employée atteste qu’il s’agit avant tout d’une question de conjoncture. Le terme clé est celui de « tactique » qui signifie que l’internationale a modifié la politique des grands partis communistes européens en réponse aux nouveaux comportements de la social-démocratie42.

42Boukharine mentionne également, parmi les facteurs du changement de tactique, le souci de faire abandonner, au PCF, son parlementarisme traditionnel. Malgré tout, on est frappé par la brièveté de ses explications. Il se borne à justifier la nouvelle ligne, sans l’inscrire dans son analyse de la situation internationale. C’est ce qui donne tout son intérêt à sa dénégation, concernant les origines de la nouvelle ligne. En affirmant, sans épiloguer davantage, que les critiques de l’opposition n’ont en rien influencé le changement de tactique, Boukharine dissimule mal l’importance de ce facteur.

« Il serait enfantin de penser que nous efforçons de nous "radicaliser" après le reproche que nous a fait l’opposition. Ces arguments ne méritent même pas qu’on y réponde ».

43En fait, grâce à Cachin nous connaissons le jeu complexe des critiques de l’opposition ainsi que les premières divergences à l’intérieur de la direction du parti bolchevik. Ces divergences se sont développées sur le fond d’une série d’échecs qui ont affaibli la position des dirigeants de l’Internationale, Boukharine le premier.

44Finalement, devant le VIe Congrès, Boukharine défend la nouvelle politique des partis communistes en s’efforçant d’en limiter la portée. Ce qu’il appelle le revirement tactique n’a pas de dimension stratégique et ne doit donc pas conduire à une révision générale de l’activité des partis communistes que Boukharine ne souhaite pas. Pour autant cette position, qui diffère quelque peu de celle de Togliatti, est difficilement justifiable compte tenu des revers de la politique de l’Internationale en 1926-1927. Sa concision, sur ce qui, pourtant, est la première innovation politique de l’IC, traduit son incapacité à dégager, pour les partis communistes européens, des perspectives autres que celles d’un prochain conflit international. Dans ces conditions la position de Boukharine est très vulnérable face aux critiques de ceux qui proposent de radicaliser l’analyse en prolongeant le changement tactique par des changements à l’intérieur des partis communistes. Dans la démarche de Boukharine, il y a un hiatus entre ce qu’il appelle le tournant tactique des partis communistes et son analyse de la situation internationale, dominée par un processus de consolidation du capitalisme. En revanche, si l’on insiste, comme Staline et les dirigeants communistes allemands, sur la montée d’une nouvelle vague révolutionnaire, on peut alors considérer la ligne de l’Internationale comme une nouvelle orientation stratégique.

45Dans les trois dernières parties de son rapport, Boukharine fait un inventaire des erreurs et des problèmes rencontrés par l’Internationale depuis deux ans. Quand il aborde « les questions de la révolution dans les colonies et les semi-colonies », il ne peut éviter de revenir sur l’écrasement de la révolution en Chine. La défaite, encore masquée au IXe Plénum, est désormais reconnue. « Comme on le sait, le parti communiste chinois a essuyé une grave défaite », précise-t-il. Il rappelle les discussions avec l’opposition sur la révolution chinoise avant d’ajouter :

« On est en droit de se demander si cette défaite ne découle pas de la tactique erronée de l’IC dans la révolution chinoise. Peut-être bien qu’il n’est vraiment pas rationnel de constituer un bloc avec la bourgeoisie, peut-être bien que c’est là la faute essentielle qui détermine toutes les autres et qui progressivement, aboutit à la défaite de la révolution chinoise ? »

46A cette critique de Trotsky, reprise sous une forme interrogative par Boukharine, celui-ci fait une réponse circonstanciée. Il réaffirme le bien-fondé de l’orientation, mais convient des erreurs commises par le parti chinois et le délégué de l’IC. Il s’efforce de caractériser ces erreurs, tout en récusant les qualificatifs de gauche et de droite. Distinguant les différentes étapes de la révolution chinoise, il estime que ce sont additionnées des erreurs contradictoires. Il relève, notamment, que les tendances aventuristes et putschistes sont venues aggraver, et non effacer, les erreurs commises antérieurement par les communistes chinois quand ils n’ont pas su garder leur identité révolutionnaire dans le mouvement national.

47Malgré tout, Boukharine réaffirme sa conception mondiale et différenciée du processus révolutionnaire. En examinant le cas de l’Inde où la bourgeoisie capitaliste joue déjà un rôle important, il souligne l’importance, pour les communistes, d’élaborer une tactique originale différente de celle appliquée en Chine. Mais il n’abandonne pas la thèse fondamentale, selon lui, de l’alliance entre classe ouvrière, paysannerie et bourgeoisie dans les pays coloniaux ou semi-coloniaux. Or, cette conception, critiquée de longue date par l’opposition, se heurte, désormais, à une hostilité explicite parmi certains dirigeants de l’Internationale, comme Kuusinen. La discussion sur la question coloniale, quelques jours plus tard, le montre.

  • 43 Rapport cité.

48Boukharine examine de façon décousue l’activité des partis communistes en regard des objectifs de l’IC. Il déplore longuement le manque d’internationalisme de la plupart des partis. Face aux grands affrontements internationaux, la mobilisation, autour de la Ligue anti-impérialiste animée par Münzenberg, est faible. Il évoque rapidement la tactique du Front unique mais précise qu’on peut seulement l’employer à la base. De ce point de vue, le contraste est frappant entre la brièveté du passage qu’il lui consacre et le long développement qu’il a réservé à cette question, lors du XVe Congrès du PC de l’URSS, six mois auparavant43. Mettant ensuite l’accent sur le travail des communistes dans les syndicats, il insiste sur l’importance d’une activité méthodique et sérieuse, puis souligne la nécessité d’une pratique syndicale qui n’estompe pas l’identité révolutionnaire. Autant dire qu’il en reste aux précautions de langages du IVe Congrès de l’ISR qu’il évite de présenter comme ayant opérer un tournant décisif. Enfin, il évoque successivement la préparation des partis communistes à l’illégalité, les risques de bureaucratie et la nécessité d’améliorer la formation théorique et pratique des cadres.

  • 44 « Il n’existe aucune raison de dire que le progrès technique, la consolidation partielle de l’organ (...)

49Dans la dernière partie de son rapport, Boukharine évoque explicitement « les déviations dans l’Internationale communiste ». Il passe successivement en revue la déviation de droite et les déviations de gauche. Il insiste sur leur complémentarité en prenant, outre l’exemple de la Chine, le cas français à propos duquel il retrouve ses vieilles critiques, déjà formulées lors du VIIe Plénum où il reprochait aux dirigeants du PCF de ne pas avoir réagi contre le retour de Poincaré au pouvoir. Après avoir rappelé que l’essentiel est d’avoir un plus grand souci des situations concrètes, Boukharine s’élève « contre les luttes de fractions » dans le parti communiste polonais, sans en mentionner d’autres auxquelles il ne peut pas ne pas penser, en évoquant cette question. Conscient d’avoir souligné lourdement défauts et problèmes des partis, il insiste, dans ses dernières phrases, sur les aspects favorables de la situation internationale, dont les contradictions doivent permettre, à nouveau, une progression de l’influence communiste44. Au-delà des propos de circonstances et compte tenu des lois du genre cette péroraison finale est remarquablement mesurée et pour tout dire raisonnablement pessimiste !

50Bien que le discours de Boukharine ait reçu, selon le compte rendu sténographique, de « vifs applaudissements et une ovation », il provoque des remous et ne fait pas l’unanimité. La discussion, qui s’étend sur dix séances, révèle les tensions et les différents sans que s’engage, pour autant, un véritable débat. Les délégués, pour la plupart, insistent sur la situation de leur parti et de leur pays sans discuter directement le rapport introductif ou le projet de thèses. Pourtant on voit, fréquemment, poindre des remarques critiques sur telles ou telles questions particulières. L’atmosphère générale du congrès, et les bruits de couloirs sur les divisions dans le parti russe, contribuent à banaliser des attitudes inhabituelles. Si l’on fait la somme de ces remarques et des demandes d’amendements on constate qu’elles aboutissent à durcir les analyses de Boukharine. De ce point de vue les interventions des délégués français sont tout à fait significatives.

  • 45 CI, n° 83, 26 juillet 1928.

51Cinq représentants du PCF interviennent dans la discussion générale, Semard, Thorez, Racamond, Pillot et Billoux. Mais seulement les trois derniers le font en référence à leurs responsabilités spécifiques et au rôle qu’ils ont tenu dans les débats du PCF les mois précédents. Racamond, comme dirigeant de la CGTU, tout en convenant des risques de réformisme dans les syndicats, met l’accent sur le travail syndical des communistes. A ce propos il s’inquiète de la « direction du mouvement syndical par le parti d’une façon trop verbale »45.

52Billoux, dirigeant de la Jeunesse communiste, insiste sur le rôle de son organisation dans le redressement du parti, notamment en lui attribuant le mérite de la Lettre Ouverte, adoptée en novembre 1927. Il valorise, enfin, la mission des responsables de la JC, en expliquant que « le noyau du parti » est formé par les « camarades des jeunesses qui travaillent au sein du parti, sans pour cela quitter les JC ».

53Pillot, comme responsable de la région parisienne, estime que

  • 46 CI, n° 83, 26 juillet 1928. Voir également CRCEDHC, 493-1-216.

« le rapport du camarade Boukharine place sur le même plan les divergences et les fautes qui se produisent dans notre parti à droite et à gauche »46.

54S’il attaque ainsi c’est pour repousser les reproches que la direction du parti a lancé contre celle de la région parisienne, accusée d’abandonner complètement la tactique de Front unique et de sous-estimer le travail syndical. Pillot riposte, ensuite, en dénonçant l’existence, dans le PCF, non seulement d’une droite mais aussi d’un centre, dans lequel il englobe explicitement les dirigeants de la CGTU :

  • 47 Id.

« l’opinion du centre s’est manifestée par la résistance à la Lettre ouverte, dans la ligne syndicale fausse, dans la conception du "réformisme actif" qui est du révisionnisme dans le mouvement syndical »47.

  • 48 CI, n° 75, 4 août 1928.

55On retrouve cette tonalité critique, bien qu’atténuée, dans les interventions de Semard et Thorez. Semard analyse longuement l’agressivité accrue de l’impérialisme français, sa politique coloniale et son rôle dans la tension internationale. Dans ce contexte, le soutien que lui apporte la social-démocratie, prend toute son importance. Il termine son intervention en évoquant l’action antimilitariste des communistes français. Son discours appuie la proposition d’amendement déposée par la délégation française pour que les thèses mentionnent la participation de l’impérialisme français aux préparatifs de guerre contre l’URSS48. Thorez centre son intervention sur le « tournant » dans la tactique de l’IC. Comme à son habitude il s’aventure en terrain théorique pour mettre en relation le nouveau rôle de la social-démocratie et les transformations de l’impérialisme français. La tonalité extrêmement gauchisante de ses propos se retrouve tout au long de son discours. Quand il évoque les problèmes syndicaux il concède qu’il est nécessaire d’organiser sérieusement le travail syndical, mais il dénonce, bien davantage, les courants réformistes qui résistent à la politique syndicale communiste. Il insiste surtout sur l’importance du danger de droite et critique le projet de thèse qui, selon lui, le sous-estime.

  • 49 CI, n° 78, 8 août 1928. CRCEDHC, 493-1-210.

« Nous considérons qu’il n’est pas exact de mettre sur le même plan la lutte contre les déviations de droite et la correction des déviations de gauche »49.

  • 50 Ibid.

56Il introduit ainsi la seconde proposition d’amendement présentée par la délégation française : « Nous proposons de renforcer le passage sur la lutte contre les déviations de droite »50. Thorez affirme qu’il parle au nom des « militants du parti français qui ont mené la lutte pour le redressement ». Il se situe ainsi clairement du côté de ceux qui ont soutenu les décisions de l’IC et agi pour rectifier la politique du parti. Il reconnaît enfin des circonstances atténuantes aux attitudes gauchistes en les considérant comme des « réactions saines des ouvriers du rang contre l’opportunisme de la direction ». C’est une façon de se situer dans le congrès.

57Plusieurs délégations, notamment celles des partis polonais, américains et allemands, présentent des interventions ouvertement discordantes. Elles expriment les divisions qui déchirent ces partis communistes. La discussion du rapport et des thèses de Boukharine offre, aux différents courants, la possibilité de se faire entendre. La tribune du congrès est une caisse de résonance idéale. Elle fonctionne aussi, comme un moyen, pour légitimer arguments et rapports de force propre à chaque parti. Les divisions, dans le PC de l’URSS, et les attaques, dont Boukharine est l’objet, forment un contexte aggravant. Les prises de position à l’égard de son rapport et de ses thèses sont, pour les uns et les autres, une façon de se situer dans le jeu des tendances qui marque le congrès.

  • 51 Pepper, CI, n° 75. Bittelman, CI, n° 79, Foster, CI, n° 87. Voir T.H. Draper, The roots of American (...)
  • 52 Lettre du 16 mai 1928, citée par Foster.
  • 53 CI, n° 88.

58Les nombreux délégués du parti communiste des États-Unis étalent largement leurs divergences en cherchant, chacun, la caution de l’IC. Pepper et Lovestone, jusqu’alors les dirigeants du parti, approuvent ostensiblement les documents de Boukharine en insistant sur la stabilisation du capitalisme américain. D’autres, jusqu’alors minoritaires, comme Bittelman ou Foster, dénoncent l’opportunisme de ces dirigeants et mettent l’accent sur la radicalisation des couches sociales les plus exploitées ?51 Il s’appuient sur de récentes critiques de l’IC, résumées dans une lettre qui dénonce les erreurs de droite du parti52. Certains dirigeants soviétiques, tel Lominadzé, apportent explicitement leur contribution à ces critiques53. Mais les débats autour du parti communiste américain, vu sa faible importance, n’ont pas le même impact international que ceux qui traversent le parti communiste allemand.

  • 54 Carnets Cachin, 31 juillet.
  • 55 Staline, « Discours au Plénum d’avril 1929 », op. cit., p. 231.

59Le PCA, depuis le IXe Plénum, a des relations privilégiées avec le parti soviétique : il est devenu le second parti guide. Si le débat entre les dirigeants allemands est à la fois vif mais lent au démarrage c’est qu’il touche à l’orientation générale de l’IC Cachin nous signale que Thälmann s’est préparé plusieurs jours pour répondre à Boukharine puisqu’il n’intervient que lors de la XIe séance54. Le lendemain, Ewert, de la direction du PCA, prend le contre-pied de ce discours et défend avec vigueur les thèses de Boukharine, notamment celles sur la stabilisation. Cela lui vaut, le jour suivant, une réplique violente d’Ulbricht, bientôt appuyé par Lominadzé. Tous deux insistent sur la radicalisation de la classe ouvrière et la croissance des contradictions. En fait, les problèmes internes du PCA sont inséparables de ceux de l’IC. Les divergences entre les dirigeants de l’IC n’étant pas exprimées ouvertement, celles qui parallèlement agitent le parti allemand leur font écho et occupent le devant de la scène. Les textes élaborés par Boukharine ne sont pas, publiquement, mis en question par la délégation soviétique. Mais ils sont l’objet de vives critiques, à l’occasion des affrontements entre communistes allemands, ou par le biais de discussions périphériques comme celle qui oppose Varga et Lominadzé. Staline, l’année suivante, indique, devant le CC du PC de l’URSS, ce qu’a été la pression de la délégation russe et explique comment elle a diffusé son propre projet de thèse en l’opposant à celui signé par Boukharine55.

60La critique des analyses de Boukharine s’exerce sur trois grandes questions : la stabilisation, la social-démocratie et la situation intérieure du mouvement communiste.

  • 56 CI, n° 73, 23 juillet 1928.
  • 57 CI, n° 84, 26 juillet 1928.
  • 58 CI, n° 86, 27 juillet 1928.
  • 59 CI, n° 78, 25 juillet 1928.
  • 60 CI, n° 89, 28 juillet 1928.

61Concernant la situation internationale, les critiques sont variées mais concordantes. L’anglais Murphy déplore ainsi l’abstraction exagérée des analyses sur le capitalisme européen et britannique en particulier56. Thälmann, lui, insiste sur la radicalisation du prolétariat et la croissance des contradictions internes au capitalisme. Il annonce, à ce sujet, que la délégation allemande compte déposer un amendement sur l’appréciation de la situation mondiale57. A l’inverse, Ewert approuve l’analyse de Boukharine, et considère que la stabilisation est encore forte58. Lominadzé s’en prend, indirectement, au rapport introductif en mettant en cause l’analyse de Varga sur l’existence d’un chômage structurel de type nouveau. L’économiste de l’Internationale a insisté, dans son intervention, sur la stagnation des effectifs ouvriers malgré la croissance de la production. De plus, il souligne l’existence d’un chômage chronique dans les pays capitalistes les plus développés, comme les États-Unis et l’Allemagne. Varga l’interprète comme un trait nouveau, typique du capitalisme d’État59. Lominadzé repousse violemment ces analyses en les considérant comme étrangères au marxisme puisque, selon lui, Varga soutient que « l’accumulation du capital s’accompagne non d’une multiplication, mais bien d’une diminution absolue de la classe ouvrière ». D’où son affirmation péremptoire : « Ces conclusions contredisent résolument toute la doctrine marxiste »60.

  • 61 CI, n° 84, 26 juillet 1928. Voir également, Th. Draper, « The ghost social-fascism », Commentary, f (...)
  • 62 Staline, op. cit., p. 275.

62La social-démocratie n’est pas ménagée dans le rapport de Boukharine qui dénonce son engagement dans les campagnes antisoviétiques et son apologie du capitalisme. Pourtant plusieurs interventions, nettement critiques, dénoncent, davantage et autrement, le rôle de la social-démocratie. Thälmann caractérise son évolution, dans la vie politique allemande, en estimant qu’il y a « développement du réformisme au social fascisme »61. Ses critiques sont à peine voilées, quand il réclame une décision claire à propos du danger que représente la social-démocratie de gauche. Se référant au VIIIe Plénum qui, en juin 1927, l’a stigmatisé, il demande qu’un chapitre spécial des thèses soit consacré à cette dénonciation de la gauche socialiste. Cette position de la délégation allemande correspond à la thématique défendue par Staline et Molotov. Quelques mois plus tard le secrétaire du parti de l’URSS le confirme en précisant que « dans les thèses de Boukharine, la question de l’aile "gauche" est entièrement éludée. C’est là, bien entendu, une grosse lacune »62.

  • 63 CI, n° 83, 26 juillet 1928.
  • 64 CI, n° 87, 27 juillet 1928.
  • 65 CI, n° 84, 26 juillet 1928.
  • 66 « Les thèses de Boukharine affirmaient la nécessité de combattre la déviation de droite, sans toute (...)

63L’évocation du danger de droite est devenue, depuis le IXe Plénum, un élément central de l’orientation de l’IC. Ce danger de droite, Boukharine l’a dénoncé, lui aussi, dans son rapport et ses thèses. Sa position est pourtant implicitement critiquée, de diverses manières, par de nombreux intervenants. Certains, tel Pillot, de la délégation française, considèrent qu’on ne peut dénoncer pareillement erreurs de gauche et de droite, car l’opportunisme est, dans les rangs des partis communistes, le risque principal63. Losovsky souligne également que le réformisme représente le défaut essentiel du travail syndical des communistes64. D’autres, comme Thälmann, ajoutent que l’Internationale doit dénoncer, à la suite du PCA, tous ceux qui, dans ses rangs, adoptent une position de conciliation à l’égard de la droite65. Ces remarques sont concertées avec la délégation du PC de l’URSS comme les déclarations de Staline l’attestent66.

  • 67 « Dans la réunion de la délégation que nous avons tenue ici à Moscou, il a déjà été déclaré de nouv (...)

64Ewert, se sentant mis en cause par ces attaques, récuse le terme de conciliateur et indique que la vie intérieure du parti allemand, en danger, risque « une dégénérescence de groupe ». Agitant le spectre de nouvelles luttes internes il met en garde contre l’abus de mesures disciplinaires et plaide pour un travail de conviction dans le respect des règles démocratiques de la vie du parti. En définitive il réclame que la majorité de la délégation allemande revienne sur l’idée selon laquelle c’est la tolérance à l’égard de la droite qui est le danger principal »67.

65Bien qu’Ewert ait été interrompu, et repris par Thälmann, il est applaudi par nombre de délégués qui craignent une recrudescence des luttes internes. Cette crainte est alimentée par les bruits de couloirs sur les divisions dans le parti de l’URSS.

  • 68 Staline, op. cit.

66Au-delà de la question des conciliateurs, c’est la conception même du fonctionnement du parti qui se trouve mise en cause. Ewert met l’accent sur la démocratie dans le parti, que majorité et minorité doivent respecter. Ulbricht ou Lominadzé, eux, insistent sur la discipline de fer des partis. Ils récusent la possibilité de toute divergence et déplorent, comme dépassés, les débats contradictoires. Là encore Boukharine, qui n’a pas développé ce point dans ses thèses, se trouve exposé à la critique de Staline68.

  • 69 « La reconnaissance de la nécessité d’une analyse critique de tous les éléments de la situation ne (...)

67L’intervention de Togliatti est l’une des plus originale. Il est le seul à se situer au niveau général où s’est placé Boukharine. Mais il exprime des conceptions distinctes, aussi bien de celles défendues par Boukharine que de celles avancées par les dirigeants, allemands et russes, appuyés par Staline. Enfin, ses remarques sur le PCF, attestent qu’il a conservé au moins officieusement une influence dans la politique suivie par l’IC à l’égard des communistes français. Togliatti intervient au nom de la délégation italienne, mais parle comme un dirigeant de l’Internationale. Il ne se contente pas d’une référence formelle aux textes de Boukharine puisqu’il en approuve les orientations et les ambitions, tout en s’en démarquant. Ainsi il ne reprend pas à son compte le concept de troisième période auquel Boukharine tenait beaucoup. A propos des perspectives politiques internationales, il récuse la distinction entre pessimistes et optimistes telle qu’elle s’est opérée au cours des débats. Ce qui importe c’est d’étudier plus attentivement la réalité politique afin de produire ce qu’il appelle une « analyse différenciée »69. A ce propos il trouve insuffisant, dans le rapport de Boukharine, l’analyse des contradictions internes des pays capitalistes. Il critique également l’emploi systématique du terme « radicalisation » en expliquant : « il y a un procès différencié que nous devons étudier avec attention ». Revenant sur l’analyse du fascisme, comme forme politique spécifique, il refuse de l’assimiler au réformisme à la manière de certains dirigeants allemands. « Le fascisme est la forme de réaction la plus conséquente et la plus complète, mais ce n’est pas toute la réaction ». Il précise à ce propos : « il faut prendre garde aux généralisations excessives parce qu’il y a des différences profondes ».

  • 70 « Quant aux différents courants qui existent dans le bureau politique du parti, nous croyons que le (...)

68A propos des erreurs commises dans l’Internationale, depuis le Ve Congrès, Togliatti se félicite des passages autocritiques du rapport de Boukharine. Mais il ajoute que ce n’est pas une position suffisante car il estime que la direction de l’Internationale est en cause. Il considère qu’elle a manqué de déterminations dans ses interventions auprès de certains partis, le PCF notamment. Il reprend, ainsi, une idée qu’il a déjà développée lors du IXe Plénum. Pour Togliatti, les partis communistes ont à résoudre trois problèmes. Améliorer leur vie politique, par un meilleur travail d’analyse et par une activité les préparant à l’illégalité. Développer la démocratie interne et bien organiser ce qu’il appelle leur centre dirigeant. Ayant remarqué, qu’à l’exception du PCI les directions des partis sont instables il revient, à cette occasion, sur le cas français. Pour Togliatti, il est grand temps de constituer autour de la nouvelle ligne du PCF « un centre qui ait la capacité de diriger le parti sans hésitation dans l’application de cette ligne ». Se référant à la phrase de Gœthe il réclame « plus de lumière » et dénonce, dans sa conclusion, les luttes de fraction sans principe. La vigueur de son propos s’adresse officiellement aux dirigeants allemands mais la teneur de ses remarques s’applique bien à ce qui se passe dans le parti de l’URSS70.

  • 71 CI, n° 115, 4 octobre 1928.

69Par cette intervention Togliatti se situe dans une position particulière. Indéniablement il prend ses distances à l’égard de Boukharine, mais il n’en reste pas moins fermement opposé à certaines des analyses et des pratiques nouvelles, développées par les partisans de Staline. Satisfait des changements survenus dans le PCF, tout en déplorant leur caractère tardif, il plaide pour une consolidation de la direction qui ne passe pas par un bouleversement. Son point de vue pèse dans les discussions qui s’ouvrent, quelques jours plus tard, sur la situation du PCF. Son influence sur les destinées du PCF se fait sentir bien qu’il n’ait pas participé aux réunions de la délégation française puisqu’il présente, au même moment, un rapport sur le mouvement révolutionnaire dans les colonies71

  • 72 CI, n° 94, 30 juillet 1928.

70Boukharine, le 30 juillet, conclut les débats sur le premier point de l’ordre du jour72. La tension, les jours précédents, n’a cessé de croître. Pourtant son discours de conclusion est plutôt apaisant. Les tractations, qui se déroulent en coulisses, en fournissent certainement l’explication. En effet, le même jour, une réunion rassemble les dirigeants des différents partis autour de Staline et de Boukharine. Ce « senior convent » calme le jeu et met un terme, provisoire, aux affrontements ouverts en démentant l’existence des divergences dans le PC de l’URSS. L’intervention de Boukharine, bien que marquée par ce contexte, est assez développée et soigneusement construite. Il manifeste, ainsi, sa volonté de répondre aux différentes critiques de manière argumentée même s’il néglige, selon ses termes, « les quelques algarades qui ont eu lieu ici ».

71Sur plusieurs points, Boukharine tient compte des critiques et nuance son propos initial. Il reprend ainsi à son compte la dénonciation de la social-démocratie de gauche comme l’ennemi le plus dangereux. Revenant sur la nouvelle tactique de l’Internationale, il en défend le bien-fondé et explique qu’elle est le meilleur moyen de lutter contre le danger de droite. Cependant, le plus souvent, Boukharine réaffirme prudemment son opinion. Il dit sa circonspection à l’égard des généralisations de Varga, critiquées par Lominadzé, mais il se garde bien d’infirmer les analyses de l’économiste. Il défend, avec vigueur, le terme de troisième période en insistant sur l’accord de la délégation russe et l’existence d’une situation économico-politique nouvelle. Bien que sensible aux reproches de sous-estimer les contradictions internes à chaque pays capitaliste, Boukharine réaffirme sa thèse sur la centralité du danger de guerre. Il estime que la perspective de la guerre l’emporte et qu’elle est devenue l’axe de la situation internationale.

  • 73 CI, n° 94, 30 août 1928.

72Sa mise en garde finale, contre les divergences et les scissions, s’adresse aux dirigeants des partis qui ont étalé à la tribune leurs différends. La portée de ses propos est encore accrue si on les réfère aux débats, officieux mais décisifs, entre dirigeants soviétiques. Il associe, dans ses recommandations, la nécessaire discipline de parti et le tact pour éviter les exclusions exagérées. Il s’élève, ainsi, contre les propos qui mettent l’accent sur l’épuration des directions. Il s’appuie sur un texte de Lénine qui légitime sa position et signale implicitement son rapprochement avec certains leaders de l’ancienne opposition. Il s’agit, en effet, d’une lettre à Zinoviev et à Boukharine dans laquelle Lénine met en garde ceux-ci contre une politique d’exclusion : « Si vous chassez tous ceux qui ne sont pas très obéissants mais qui sont intelligents et que vous ne conservez que les sots obéissants, vous mènerez certainement le parti à sa perte »73.

Le programme de l’Internationale

  • 74 Boukharine, « Les traits caractéristiques du projet de programme », CI, n° 109, 9 août 1928.

73Le 9 août 1928 au matin Boukharine présente son rapport sur le programme de l’IC. C’est, rappelle-t-il d’entrée, la troisième fois qu’il intervient sur ce sujet74.

  • 75 E. Ragioneri, « Il programma dell’Internazionale communista », in La terza Internationale e il part (...)
  • 76 E.-H. Carr, Il programma del Komintern, vol. III, t. 1, livre 4, Einaudi, p. 228-239.

74L’élaboration d’un programme fondamental avait déjà été mise à l’ordre du jour des IIIe et IVe Congrès de l’IC, en 1921 et 1922. Ce travail, placé d’abord sous la responsabilité de Radek puis de Boukharine et de Thalheimer, n’aboutit pas75. En fait, dans l’Internationale, la question de la perspective révolutionnaire n’était pas réglée, l’incertitude demeurait quant à la proximité ou pas de la révolution mondiale. Révélatrice à cet égard est la discussion qui oppose Boukharine à Thalheimer, lors du IVe Congrès. Le dirigeant allemand propose, en effet, d’insérer dans le programme, des revendications transitoires. Malgré les réticences de Boukharine, le congrès approuve, en principe, ces suggestions76.

75Les années suivantes la perspective de la révolution mondiale s’éloigne durablement. L’élaboration du Programme demeure handicapée par les débats et les divisions qui traversent alors la direction de l’IC. La façon d’aborder la question évolue lorsqu’au IIIe Plénum, en 1923, Boukharine intègre, dans le projet qu’il propose, un passage sur les revendications transitoires et un autre sur le rôle de l’URSS. Mais au Ve Congrès, le programme n’est pas adopté, en dépit du gros travail fourni par une commission animée par Boukharine et Thalheimer. En fait, les deux rapporteurs prennent le contre-pied du tournant gauchisant, impulsé alors par Zinoviev ce qui explique pourquoi il n’y a pas de débat sur le programme et pourquoi son adoption est ajournée.

  • 77 Ibid.
  • 78 Le projet de Programme est publié, dans la Pravda, le 27 mai. Le journal publie des articles de dis (...)
  • 79 CI, n° 73, 19 juillet 1928.

76Quatre ans plus tard, le 6 mai 1928, deux mois avant l’ouverture du VIe Congrès, une commission est constituée afin de préparer un nouveau texte77. Celui-ci, tout en reprenant certains passages du programme précédemment élaboré, est nettement différent. Le nouveau projet, rendu public au début du mois de juin, donne matière à quelques articles dans la Pravda et dans la revue théorique, l’Internationale communiste78. Chaque parti est invité à faire connaître ses remarques et ses propositions d’amendements. A l’ouverture du VIe Congrès, le 19 juillet, une commission élargie est formée. Parmi les 60 membres qui la composent, il y a les représentants des partis avec une forte délégation soviétique dans laquelle Staline et Molotov côtoient Boukharine et Rykov. Semard et Thorez y figurent, pour le compte du PCF, tandis que Humbert-Droz en est le secrétaire79.

  • 80 J. Humbert-Droz, De Lénine à Staline, op. cit., p. 314.

77Cette commission se réunit avant que la question soit discutée durant cinq séances plèénières, du 9 au 14 août. Après la clôture de la discussion publique, le projet est de nouveau discuté et remanié par la commission. Le texte, ainsi mis au point, est adopté le dernier jour du congrès, le 1er septembre. Les travaux de cette commission, en dépit de leur importance, sont difficiles à reconstituer en raison de leur non publication, au même titre que les autres moments du congrès. Humbert-Droz explique ce fait par le rôle qu’il avait joué aux côtés de Boukharine dans la mise au point d’un programme dont Staline voulut bientôt s’attribuer le mérite80.

78Le Programme, soumis par Boukharine au congrès, est un texte épais, solidement charpenté. Par son volume et sa structure, il diffère nettement des textes dont l’adoption avait été ajournée en 1924. Il en a cependant conservé certains passages. En outre, sa tonalité, fortement théorique, n’a pas changé. En fait, le texte porte, comme les précédents, la marque de Boukharine qui continue, plus que jamais, d’animer la réflexion théorique de l’Internationale.

  • 81 E. Ragioneri, op. cit.
  • 82 CI, n° 1, 4 janvier 1928.

79L’analyse du texte fait apparaître comment sa structure et ses thèmes principaux s’inscrivent dans une histoire qui remonte au IIIe Congrès de l’IC. Elle permet, aussi, de mesurer ce qu’il doit à la période récente, au cours de laquelle Boukharine a remplacé Zinoviev à la tête du parti mondial de la révolution. Une brève introduction situe le programme dans les évolutions imbriquées du capitalisme et des Internationales ouvrières. Y est rappelé, dans un style très boukharinien ce qu’est le marxisme révolutionnaire, comme matérialisme dialectique et comme méthode révolutionnaire. La première partie, qui dans le programme de 1924 traitait des contradictions du capitalisme, laisse place à deux chapitres traitant successivement du capitalisme et de sa crise81. Le chapitre d’ouverture « Le système mondial du capitalisme, son développement et sa ruine inévitable » décrit, de manière circonstanciée, le développement du capitalisme arrivé au stade de l’impérialisme. On y trouve l’écho des réflexions formalisées, au VIIe Plénum et au dernier congrès du PC de l’URSS, sur les transformations de l’impérialisme. Le rôle de l’État, les tendances à la concentration capitaliste au niveau mondial sont rappelées mais avec une certaine brièveté. L’atténuation de ce qu’il y a de plus fort dans l’argumentation de Boukharine sur le capitalisme d’État est inséparable des critiques formulées publiquement, dès la fin de 1927, par Losovsky et Lominadzé82.

80Le second chapitre, intitulé « La crise générale du capitalisme et la première phase de la révolution mondiale », s’ouvre sur un large historique des soulèvements révolutionnaires inaugurés par la révolution de 1917. Il poursuit par une analyse critique du rôle contre-révolutionnaire de la social-démocratie et en particulier celui de son aile gauche, « la fraction la plus dangereuse ». Le fascisme est ensuite caractérisé comme une forme particulière de la réaction bourgeoise avec ses traits et ses objectifs propres : « Démagogie sociale combinée avec la corruption et la terreur blanche et liée à une politique extérieure impérialiste très agressive ». Pourtant, quelques lignes plus loin, on trouve une appréciation assez contradictoire puisqu’elle insiste sur la complémentarité et la parenté entre fascisme et social-démocratie : « la bourgeoisie utilise tour à tour les méthodes du fascisme et celles de la coalition avec la social-démocratie, qui joue fréquemment aux heures les plus critiques pour le capitalisme, un rôle fasciste ». Une dernière partie analyse les contradictions du capitalisme et souligne le caractère inéluctable de sa chute. Il s’agit, dans ce passage, de recenser toutes les contradictions économiques, politiques et militaires qui, dans le monde, attestent de l’ébranlement de la stabilisation capitaliste et annoncent le mûrissement d’un nouvel essor révolutionnaire. Là encore les conceptions de Boukharine se trouvent nuancées, sinon contredites, par des thèses dont Staline se fait le défenseur depuis le VIIIe Plénum.

81Le troisième chapitre a, pour titre, « Le communisme mondial, fin suprême de l’IC ». Il reprend le second chapitre du projet de 1924 intitulé « Les objectifs ultérieurs de la société communiste », mais avec l’ajout d’un passage consacré au socialisme comme phase inférieure du communisme. Comment ne pas y voir l’écho de la réflexion sur la possibilité de construire le socialisme dans un seul pays ! Le quatrième chapitre traite de « La période de transition du capitalisme au socialisme et la dictature du prolétariat ». La distinction entre révolution bourgeoise et prolétarienne est d’abord rappelée. Ensuite sont successivement examinées, les conditions de la conquête du pouvoir, la forme soviétique de la dictature du prolétariat, les mesures économiques et politiques à adopter, l’attitude à observer à l’égard des différentes classes sociales, la place des organisations syndicales et la réalisation de la révolution culturelle. Ce long inventaire, qui prétend formaliser les règles générales de la transformation révolutionnaire, transpose l’expérience russe. La thématique du texte est souvent proche des conceptions de Boukharine et de Rykov sur des points en débat dans le parti de l’URSS. Ce sont, par exemple, les passages consacrés à l’agriculture ou aux intellectuels. La fin du chapitre est aussi fortement marquée par la vision, unitaire et différenciée, que Boukharine a de la révolution mondiale. Sont ainsi explicitement distingués les différents types de révolution car « La révolution prolétarienne internationale résulte de procès divers et non simultanés : révolutions prolétariennes proprement dites ; révolutions du type démocratique-bourgeois se développant en révolutions prolétariennes ; guerres d’émancipation nationale ; révolutions coloniales ».

82Le cinquième chapitre, assez bref, est intitulé : « La dictature du prolétariat dans l’URSS et la révolution sociale mondiale ». Il caractérise, de façon lapidaire, l’édification du socialisme en URSS. Ensuite, il insiste sur le rôle joué par l’URSS comme pôle de la révolution internationale ce qui, en contrepartie, appelle le soutien des travailleurs de tous les autres pays. La forme la plus élevée de lutte anti-impérialiste est l’action pour la défense de l’URSS, seule patrie du prolétariat international. Toute la thématique développée depuis le VIIIe Plénum se trouve ainsi concentrée dans ce chapitre très marqué par la conjoncture. Le sixième et dernier chapitre, prétend aborder « La stratégie et la tactique de l’Internationale communiste dans la lutte pour la dictature du prolétariat ». Sa structure est très manichéenne et défensive puisque le texte débute par une dénonciation en règle de tous les courants idéologiques et politiques ayant une influence dans la classe ouvrière ou parmi les peuples coloniaux. L’exposé positif qui aborde, ensuite, la stratégie et la tactique est assez superficiel. Il s’en tient à des recommandations générales. L’accent est mis, successivement, sur le travail de masse et l’activité d’avant-garde. En somme, il ne s’agit pas de caractériser le contenu de l’orientation communiste internationale mais de définir les principes que chaque parti doit respecter sous peine de tomber dans l’erreur opportuniste ou gauchiste.

83L’analyse du programme, tel qu’il est adopté, fait apparaître ses inégalités. Certains chapitres, le 1, 2 et 4, sont beaucoup plus développés que les autres. L’homogénéité de l’ensemble est également relative puisqu’y coexistent des approches différentes selon les questions abordées. D’autre part, des points de vue ayant été critiqués par le PC de l’URSS, par exemple le capitalisme d’État, sont, pour cette raison, atténués dans ce texte destiné à valoriser l’unité de pensée des communistes. La cohérence du texte s’en ressent. Le texte définitif, analysé ici, est le résultat d’un processus de discussion assez long qui, avec l’intégration de nombreux amendements, a favorisé cet état de chose.

  • 83 Procès-verbal des séances de la commission du Programme de la délégation française, 9 et 10 juillet (...)
  • 84 CI, n° 112, 28 août 1928, p. 1213-1223.

84La discussion sur le programme commence, à la veille du congrès, dans les colonnes de la Pravda et des revues de l’IC. Ainsi amorcé, le débat se poursuit, en séance plénière et en commission, après le rapport de Boukharine. Nous n’avons pas le compte rendu des discussions que chaque amendement suscite devant la commission. Nous n’avons que le sténogramme incomplet de la discussion suscitée par l’amendement déposé par R. Jean83. Il nous permet d’imaginer la richesse de toute la discussion dont nous connaissons le sens général par les allusions du discours de clôture de Boukharine84. De nombreux délégués interviennent pour illustrer, par leur expérience nationale, le bien-fondé des analyses du programme. Les points les plus intéressants, si l’on veut apprécier la tonalité du congrès et mesurer son impact, ce sont ceux qui fournissent matière à discussion sinon à affrontement ! Notons cependant qu’il n’y a ni critique fondamentale ni mise en cause générale du projet. La tension qui a monté, durant la première quinzaine d’août, est retombée lorsqu’on en vient au Programme qui, de ce fait, n’est pas un enjeu central.

  • 85 Clara Zetkin, « Quelques remarques critiques », CI, n° 64.
  • 86 CI, n° 112, 13 août 1928.
  • 87 CI, n° 111, 13 août 1928.
  • 88 CI, n° 112, 14 août 1928.

85Sur la forme même du Programme, deux critiques opposées, mais essentielles, sont portées par Clara Zetkin et Duncker. La vieille dirigeante allemande expose, dans une longue contribution, parue avant l’ouverture du congrès, ses remarques critiques. Elle relève des insuffisances concernant par exemple le rôle des femmes dans les sociétés capitalistes, la place des intellectuels dans la politique d’alliance. Elle insiste particulièrement sur la médiocre cohérence du texte qui, selon elle, n’est pas assez théorique et se contente de juxtaposer ses différents chapitres. Elle suggère un retravail du texte dans ce sens et propose qu’il soit ensuite enrichi par chacune des sections de l’IC, auxquelles il devrait être soumis après le congrès, son adoption étant ainsi reportée85. Duncker est d’un avis complètement opposé puisqu’il critique la longueur du texte en regrettant qu’il ne prenne pas la forme d’un court manifeste, facile à diffuser auprès de tous les militants. En tout état de cause, il insiste pour que son adoption ne soit pas reportée86. Finalement il se déclare satisfait des réponses qu’il obtient en commission mais demande qu’on publie un résumé du Programme à destination de tous les communistes. L’analyse de l’impérialisme est au centre d’une polémique qui oppose Sultan Zadé à Boukharine lui-même. Le délégué iranien critique fortement l’importance exagérée accordée, selon lui, à la notion de capital financier. Il y voit une façon de s’écarter du primat accordé, par Marx, aux processus productifs et de se rapprocher des analyses de la social-démocratie allemande, en la personne d’Hilferding. Au delà de ces critiques, c’est la notion même du capitalisme d’État qu’il met en cause87. Boukharine lui répond longuement et soigneusement. Il rappelle l’intérêt de Lénine pour les travaux d’Hilferding publiés avant la guerre. Il explique également que la tendance à l’intégration ne signifie pas la fin des contradictions entre les différentes fractions capitalistes. Pour autant Boukharine ne profite pas de l’occasion pour développer ses idées sur les transformations du capitalisme mais il critique les thèses social-démocrates sur l’ultra-impérialisme. Il justifie également les affirmations du Programme sur la putréfaction parasitaire de l’impérialisme88.

  • 89 Dans la discussion sur le premier point de l’ordre du jour, Varga est intervenu sur la situation éc (...)
  • 90 Eugène Varga, L’économie de la période de déclin du capitalisme après la stabilisation, 1928.

86Le débat avec Varga, sur le communisme de guerre et la NEP, constitue un temps fort des débats. L’économiste est, dans ses travaux, prudent et soucieux d’étudier l’évolution réelle du capitalisme, comme son analyse de l’économie américaine l’atteste89. Il vient, d’autre part, de publier un livre spécifiquement consacré à la situation économique mondiale90. En fait la critique de Varga ne porte pas sur ces problèmes mais sur le rapport entre communisme de guerre et nouvelle politique économique. Il s’oppose à Boukharine qui, depuis 1922, pense que la politique de la NEP devra être la politique économique de chaque révolution victorieuse. Varga affirme, à l’inverse, que le communisme de guerre doit être considéré comme la règle et la NEP comme une exception. Il se réfère, pour dire cela, à son expérience d’ancien commissaire du peuple de la République hongroise des Conseils. Pour lui, la guerre civile, associée à la révolution, et l’expropriation des grands propriétaires rendent nécessaires le communisme de guerre. La discussion semble avoir été vive en commission, car Boukharine éprouve le besoin, en séance plénière, d’y revenir en disant que Varga a polémiqué énergiquement avec lui. En fait, Boukharine renvoie à Varga ses critiques, en estimant qu’il n’a rien compris aux erreurs commises pendant la révolution hongroise de 1919.

  • 91 Discours cité.

87Cette discussion sur la NEP fournit à Boukharine l’occasion de rappeler que Lénine a, dès les IIIe et IVe Congrès de l’IC, considéré qu’elle devrait s’appliquer à d’autres pays. Raisonner en terme d’universalité de la NEP ce n’est pas, précise-t-il, ignorer la diversité des situations mais simplement considérer, qu’après la révolution victorieuse, les rapports de marché devront être conservés. Sans doute cette période post-révolutionnaire aura une durée variable selon les pays mais, en affirmant sa nécessité, Boukharine exprime la conception selon laquelle la construction du socialisme est un processus de longue durée et diversifié suivant les pays : « Vu la différence de structure, des types "nationaux" divers de socialisme se développeront et ces variantes de socialisme existeront pendant une période de temps assez longue »91.

  • 92 CI, n° 111, séance du 13 août, 27 septembre 1928.
  • 93 Ibid.

88L’analyse de la social-démocratie et du fascisme occupe, aux dires de Boukharine, de longs moments de la commission. En séance plénière les interventions portent notamment sur le fascisme. Weinstone, des États-Unis, et Arnot, de Grande-Bretagne, soulignent que le fascisme ne concerne pas seulement les pays arriérés92. D’autres, tel Dengel de la délégation allemande, insistent sur le rôle général du fascisme dans le développement du capital monopolisé, comme « un instrument d’oppression de la classe ouvrière sous le régime de dictature pure »93.

  • 94 CI, n° 112, 28 septembre 1928.
  • 95 Voir E. Ragioneri, Togliatti, op. cit.

89Les délégations italienne et française, avec Serra (Tasca) et Semard mettent, au contraire, l’accent sur la forme spécifique du fascisme. Tasca rappelle les analyses de la délégation allemande en expliquant que le fascisme résulte d’un processus de transformation réactionnaire de l’appareil traditionnel de l’État94. Cette approche est développée par Togliatti95. Elle rencontre les préoccupations de la délégation française au nom de laquelle Semard intervient, en demandant qu’on définisse plus précisément le fascisme.

  • 96 CI, n° 111, 27 septembre 1928.

« Nous sommes d’accord en général avec l’opinion qui a été formulée par les camarades de la délégation italienne, que le fascisme ne peut pas être considéré comme la seule forme de réaction capitaliste »96.

90Il plaide pour une analyse doublement différenciée qui distingue d’abord le fascisme selon les pays car « cela ne revêt pas toujours le même processus, la même forme de développement que le fascisme italien ». Il réclame également des éclaircissements, pour éviter qu’on confonde fascisme et social-démocratie :

« il faut se garder de baptiser "fascisme" toute situation et toute manifestation réactionnaire des gouvernements et partis de la bourgeoisie et social-démocratie ».

91Très explicitement, mais sous le couvert d’une évocation historique, il se démarque du vocabulaire employé par la délégation allemande :

  • 97 Ibid.

« L’affirmation "social-fasciste" ou gouvernement fasciste ne sont pas suffisantes pour éclaire les masses ouvrières et paysannes sur la tendance générale du capitalisme monopoliste et sur la politique de trahison de la social-démocratie »97.

  • 98 Discours cité.

92Boukharine, dans son discours de clôture, va, prudemment, dans le même sens en estimant qu’il faut distinguer les situations et ne pas considérer comme achevée l’évolution de la social-démocratie avant d’ajouter qu’« il serait déraisonnable de mettre la social-démocratie dans le même sac que le fascisme »98.

La délégation française et le Programme

  • 99 Commission française du programme, réunions des 9 et 10 juillet, CRCEDHC.

93Outre cette intervention de Semard en séance plénière, la contribution de la délégation française apparaît peu dans les documents publiés. Elle est mentionnée seulement par Boukharine qui évoque, en clôture, de façon critique, les interventions de Renaud Jean sur les problèmes agraires. Les archives mettent en valeur des discussions restées dans l’ombre, ce qui permet de mieux comprendre les questions posées avec force par Renaud Jean99, puisqu’il s’agit du compte rendu des deux réunions que la délégation française a consacrée au Programme. En effet les communistes français se réunissent, avant l’ouverture du congrès, pour discuter du Programme qu’ils n’ont pas, jusqu’alors, réellement discuté.

  • 100 Selon Cachin, il est « trop lourd et compliqué, il n’est pas accessible aux travailleurs », séance (...)
  • 101 Ibid.

94Lors de la première réunion, un plan de travail est adopté en vue d’une étude systématique du Programme. Faute d’avoir l’ensemble des archives on ne sait pas ce qu’il en a été de la réalisation de ce plan. Cachin insiste sur la lourdeur du texte et les carences des deux premières parties du Programme100. Thorez déplore la dispersion des analyses critiques au détriment d’une caractérisation plus approfondie de la social-démocratie. Ces remarques brèves ne soulèvent pas de discussion en raison ou à cause de leur pertinence ! En tout cas seules les critiques de Renaud Jean vont provoquer le débat, sinon des affrontements, au sein de la délégation française, avant même la réunion de la commission du congrès. Dès la première réunion Renaud Jean intervient sur son terrain de prédilection, la paysannerie101. Loin d’être marginalisée son intervention suscite de vives discussions dans la délégation française. C’est qu’en s’inquiétant de la diminution des droits reconnus aux paysans après la révolution, il pose, non seulement le problème des alliances, mais également celui de la dictature du prolétariat. Pour Renaud Jean, appuyé par Cachin, il s’agit de ne pas écarter les paysans en leur annonçant qu’après la révolution ils seront privés de droits politiques qu’ils ont acquis de longue date, dans un pays comme la France notamment. Pour lui, sont également dangereuses les formules approximatives qui, dans le Programme, évoquent la nationalisation de la terre et leur exploitation collective. Devant la grande commission du Programme, pendant le congrès, il relève qu’il y a contradiction entre une affirmation du Programme selon laquelle il n’y aura pas de nationalisation immédiate de la terre et une autre qui précise l’arrêt immédiat des transactions.

  • 102 Séance du 10 juillet 1928, CRCEDHC.

95Sur ce point, les autres membres de la délégation française se sont, sauf Cachin, démarqués du député du Lot-et-Garonne l’accusant de concessions politiques fondamentales envers la paysannerie. Ferrat n’hésite pas, à ce propos, à assimiler R. Jean aux positions des SR de gauche en Russie ! Ferrat admet pourtant la nécessité de compromis, notamment au niveau du langage. Il reconnaît qu’il y a des nuances à introduire dans le vocabulaire, pour tenir compte, explique-t-il, « de l’instinct de propriété des paysans » mais il ne s’agit pas de modifier l’analyse fondamentale de la dictature du prolétariat102.

  • 103 Discours de clôture, cité.
  • 104 Voir supra.

96Boukharine, dans son discours de clôture, revient sur les questions soulevées par Renaud Jean sur un ton bien différent. Sans doute, est-il lui aussi critique à l’égard des objections du dirigeant français mais la tonalité de sa réponse n’est pas celle de Ferrat. Il se réfère à Marx pour souligner que la révolution doit apporter quelque chose de tangible aux paysans. La nationalisation immédiate de la terre apparaîtrait comme une mesure de spoliation alors qu’il convient de donner la terre tout en empêchant, par la suite, la spéculation sur les terres ainsi distribuées. S’appuyant sur les propos de Lénine, Boukharine précise et confirme une ligne qu’il a contribué, les années précédentes, à mettre en œuvre : « nous donnons au paysan plus de terre, nous lui garantissons ses conquêtes, nous distinguons entre la grosse propriété foncière qui est expropriée et la petite propriété à laquelle nous ne touchons pas »103. Boukharine lance à Renaud Jean qu’il n’a pas compris l’orientation du programme. En fait, cette réponse va dans le sens des préoccupations du communiste français. Cela n’a rien d’étonnant si l’on sait qu’au même moment Boukharine défend les exploitations individuelles face aux projets de collectivisation accélérée prônés par Staline104.

  • 105 J. Humbert-Droz, op. cit., p. 311. Boukharine, discours de clôture.

97Le discours de Boukharine ne met pas fin aux discussions puisqu’il est décidé qu’une commission restreinte mettra la dernière main à la rédaction du texte. Nous savons, par Humbert-Droz et Boukharine105, qu’elle travaille durant le mois d’août pour examiner les amendements restants puis réécrire l’ensemble en lui donnant une unité de style. Boukharine, se félicitant de ce long parcours, y voit la preuve d’un travail vraiment collectif. Refusant l’emphase il déclare, lors de la dernière séance du congrès, que le texte, finalement élaboré, est « acceptable ». Il ajoute, enfin, que ce programme sera un atout pour l’activité de chaque communiste :

  • 106 Ibid.

« A présent chacun retournera chez soi. Nous continuerons notre chemin, mais ce ne sera plus sans Programme. Nous aurons maintenant un Programme. Ce document aura incontestablement une portée historique et mondiale formidable »106.

98La rédaction définitive et l’adoption du Programme constituent un événement, après tant d’années au cours desquelles se sont succédés des projets, toujours remaniés et jamais adoptés. Boukharine, en dépit de concessions notables, a imposé sa démarche et marqué le texte de son empreinte. Pourtant le texte porte l’empreinte d’une conjoncture qui remet en cause la démarche boukharinienne. D’où la destinée paradoxale de ce texte, souvent évoqué mais rarement cité, les années suivantes.

La question française

99Il est devenu habituel lors des assemblées de l’Internationale qu’une commission, spécialement constituée, examine la situation du PCF. Au IXe Plénum, encore, cette procédure a été suivie. Lors du VIe Congrès le processus est similaire, même s’il est quelque peu différent dans la forme.

100Avant de partir pour Moscou, Semard, a soumis au CC la proposition suivante :

  • 107 CC, 22 juin 1928, CRCEDHC, 517-1-664.

« Au cas où l’IC n’aurait pas prévu de commission française, nous demandons que la délégation ait le mandat de demander une telle commission »107.

101De fait, c’est à la demande du PCF et non du Secrétariat de l’IC que sont organisées les discussions concernant la situation en France. Mais elles ne se déroulent pas dans le cadre d’une commission spécialement constituée puisque seulement quelques séances du Secrétariat latin lui sont consacrées, comme l’explique Humbert-Droz en ouvrant la discussion :

  • 108 Classe contre classe. La question française au IXe Exécutif et au VIe Congrès de l’IC, Paris, Burea (...)

« Camarades, à la demande de la délégation française et de la direction du PCF, nous avons décidé d’avoir, au cours du congrès mondial, quelques séances du Secrétariat latin de l’IC élargi grâce à l’adjonction des différentes délégations »108.

102En l’absence de sources directes sur ces discussions on dispose cependant d’une documentation assez diversifiée qui permet de reconstituer leur déroulement. Outre un compte rendu présenté lors du Comité central de novembre 1928, nous possédons le texte des principales interventions consignées dans le livre Classe contre classe, publié au début de 1929 en vue du VIe Congrès du PCF. Des renseignements précieux sinon toujours précis nous sont fournis par Marcel Cachin qui restitue l’atmosphère tendue des discussions et donne des informations inédites sur ses conversations privées. Bien qu’en étant officiellement sur la sellette, il n’en reste pas moins une des grandes figures du communisme international.

  • 109 J. Humbert-Droz, op. cit., p. 110.
  • 110 Thorez, op. cit., p. 208.
  • 111 Ibid. Il l’indique lors du CC de novembre 1928, AIRM 276.

103L’enjeu des discussions n’est pas le même qu’en d’autres circonstances. Si, en février 1928 l’orientation du parti est en question ce n’est plus le cas six mois plus tard. L’affaire est entendue depuis le IXe Plénum : la discussion porte seulement sur « l’application de la ligne nouvelle »109. L’analyse qui la légitime n’a pas à être rediscutée il s’agit de « rechercher dans les événements écoulés depuis le IXe Plénum la vérification de cette analyse »110. Cette limitation n’est pas entièrement respectée mais elle exprime assez bien ou se situe l’enjeu de cette réunion. Le problème posé, lors du IVe Congrès de l’IC, est celui de la direction du PCF. Déjà soulevée de façon latente, depuis plusieurs mois dans les débats internes au parti français, la question de la direction a jusque-là été officiellement évitée par les dirigeants de l’IC. Ils ont, lors de l’éviction de Zinoviev, suffisamment critiqué ses méthodes en la matière pour hésiter de s’en mêler publiquement. Les tensions internes, le climat général de l’Internationale imposent des changements mais la nature de ceux-ci soulève de nouvelles questions. Il existe des hommes, tous prêts à prendre la relève, mais faut-il ou non favoriser des compromis entre eux et les dirigeants en place dont l’autorité est affaiblie ? De toute façon, les divergences entre Staline et Boukharine, déjà transposées dans les affaires du parti allemand, ne peuvent épargner la discussion concernant la direction du PCF111.

  • 112 Op. cit., p. 248.

104L’absence, dans ces discussions sur le PCF, des principaux dirigeants du parti russe (Boukharine, Staline, et Manouilsky) voire de l’Internationale (Togliatti) n’est pas sans rapport avec les divisions qui les opposent. De plus, la situation du PCF ne représente pas un enjeu majeur puisque son orientation n’est pas en cause et qu’aucun des dirigeants du PCF n’a de réelle audience internationale. Ces réunions ont une bien plus grande importance pour le PCF que pour l’IC. C’est alors, en effet, que la configuration de la nouvelle direction du parti est dessinée même si, officiellement, c’est seulement lors du VIe Congrès du PCF, en avril 1929, qu’elle est constituée. La mise en garde, solennelle d’Humbert-Droz, qui, à la fin des travaux du VIe Congrès de l’IC, déclare « je suis contre la formation des directions des partis à Moscou », paraît bien tardive malgré sa lucidité112.

  • 113 Ainsi Bonte, Perrin, Pillot dont les interventions sont citées par Cachin n’apparaissent pas dans l (...)

105Les réunions de la délégation française avec le Secrétariat latin de l’IC, placé sous la responsabilité d’Humbert-Droz, se déroulent, en parallèle avec la discussion sur le Programme, durant une semaine, du 10 au 16 août 1928. Les participants à la discussion ont été, d’après les notations de Cachin, plus nombreux que ne le laissent penser les seuls textes publiés113. L’ordre des interventions semble également avoir été différent, notamment parce qu’il y a eu débats, donc plusieurs interventions d’une même personne, ce qui n’apparaît pas dans le compte rendu publié.

  • 114 CRCEDHC, 495-32-23.

106Le 10 août, la première séance est consacrée à l’audition d’un rapport de Semard sur la situation du PCF. Le secrétaire général brosse rapidement le tableau de l’économie française et insiste sur la crise latente dont le capitalisme français continue de souffrir malgré l’amélioration de la conjoncture. La crise des débouchés et l’augmentation des prix intérieurs conduisent le grand patronat à accentuer la rationalisation. Semard réaffirme, qu’en conséquence, l’essor des grèves prouve la radicalisation de la classe ouvrière, tandis que la répression anticommuniste témoigne de l’aggravation du danger de guerre. En somme, il reprend les thèses que l’IC a fait admettre, non sans difficulté, au PCF au tournant de l’année 1927- 1928 !114

  • 115 Ibid.

107Semard dégage ensuite la portée des élections en les valorisant comme rupture avec les traditions démocratiques qui persistent dans le parti. Il se félicite des succès électoraux remportés dans les centres industriels mais déplore les résistances et les incompréhensions auxquelles la tactique électorale du parti s’est heurtée. Malgré son sabotage, dans certaines régions, elle a représenté, selon lui, un tournant décisif pour l’avenir et amorcé le « redressement » du parti. Ilse félicite de la meilleure application des décisions de l’ISR dans le travail syndical et tire un bilan somme toute favorable de la récente Conférence nationale. Il se défend d’avoir critiqué principalement les dirigeants de la région parisienne auxquels ils reconnaît le mérite d’avoir eu « une politique de Front unique intelligente et pratique pendant la période électorale »115. Semard rappelle les faiblesses, sinon les fautes des responsables de la région parisienne, qui ont justifié ses critiques. Mais il estime que, pour l’essentiel, l’attention du parti a été consacrée à la dénonciation des déviations opportunistes.

  • 116 Ibid.
  • 117 « Ce CC est à la hauteur de la situation au moment du Congrès de Lille, il a fait un bon travail ; (...)

108Dans la perspective du prochain congrès du PCF, il souligne d’abord la nécessité du travail contre la répression et l’importance de la lutte, dans le parti, contre le danger de droite. Puis, en guise de conclusion, il explique qu’il faut, à tous les niveaux du parti, revoir les directions. Il précise sans ambiguïté que les modifications ne sauraient épargner les sommets du parti. « Camarades, la direction du parti n’est pas non plus à la hauteur de cette situation et du développement idéologique et politique du parti »116. Il prend toutefois soin de défendre le travail du Comité central élu en 1926117. Mais il porte un jugement très négatif sur le bureau politique dont il estime qu’il « n’a plus de noyau dirigeant ; le noyau de direction est en plusieurs morceaux ». Il signale que le travail a été gêné par la répression mais reconnait que

« dans sa majorité, notre Bureau politique a repoussé, jusqu’à la dernière période de 1927, toute analyse sérieuse, profonde des changements survenus en France dans la structure politique et économique ».

109En raison des désaccords, précise-t-il, « pour maintenir une homogénéité d’ailleurs factice on a ajourné le plus longtemps possible l’examen des différentes questions ». Il admet de surcroît, « que le secrétariat est aussi faible et n’a pas, lui non plus, d’homogénéité ». De façon lapidaire et définitive il conclut par ces mots « il est clair qu’en 1928, il ne reste plus rien du noyau, divisé sur différents problèmes, avant les élections, pendant et après les élections ». La consolidation de la direction, pour être atteinte, implique notamment « un bureau politique moins large et un appel à de nouvelles forces ». Ce changement doit être complété par des modifications dans l’appareil du parti et de l’Humanité.

  • 118 Carnets, 10 août 1928.
  • 119 « La discussion du rapport du camarade Sémard devant le BP pouvait avoir comme but de continuer à a (...)

110La plus grande partie du discours de Semard n’a rien de surprenant pour ses auditeurs, accoutumés depuis plusieurs mois à entendre les arguments en faveur de la nouvelle orientation. Par contre les mesures d’organisation présentées en dernier lieu produisent un effet de choc. Cachin, tout en relevant que « Semard n’est sans doute pas le mieux placé » pour présenter cette critique, note la stupeur que provoquent les propos du secrétaire général qu’il appelle, par dérision, « le grand sacrificateur »118. L’émotion et les protestations, suscitées par les propos de Semard sur les changements dans la direction, traduisent la désagréable surprise des autres dirigeants du parti d’avoir été ainsi tenus à l’écart de décisions essentielles. Barbé, quelques jours plus tard, le confirme, en repoussant toutes les critiques qui regrettent que le rapport n’ait été ni soumis au Bureau politique ni même discuté par le secrétariat du parti. Il en donne brutalement la raison en expliquant qu’une éventuelle discussion devant le Bureau politique aurait édulcoré le contenu du rapport et encore abouti à un compromis119.

  • 120 Il est resté à Moscou après le IXe Plénum.
  • 121 Voir lettre de septembre 1931. CRCEDHC, 517-1-1186.

111On peut donc, avec ces indications, reconstituer le processus d’élaboration du rapport de Semard. Il a été préparé à Moscou, en dehors de la délégation du PCF, sous l’impulsion de H. Barbé, sur place depuis plusieurs mois, comme représentant du parti auprès de l’Internationale120. Le texte du rapport reprend d’ailleurs les appréciations envoyées par Barbé dans sa correspondance avec Semard, en juin 1928, au moment de la Conférence nationale. La position du secrétaire général apparaît très inconfortable. L’ensemble de son rapport exprime son malaise. Il est continuellement sur la défensive, en s’efforçant de justifier encore la politique de la direction issue du congrès de 1926, en minorant l’ampleur de sa polémique avec les dirigeants de la région parisienne. Mais, par ailleurs, il fait sienne la critique de la direction en admettant qu’elle n’est plus à la hauteur, que des résistances ont persisté contre l’orientation du parti et de l’IC. Cependant, le fait qu’il présente le rapport et distribue les critiques laisse penser que sa position prééminente demeure. En fait l’absence d’autocritique, loin de renforcer sa position, est le signe d’un affaiblissement de sa position. Semard ne parle pas en son nom, mais seulement en tant que porte-parole de la nouvelle ligne qu’il défend sans pouvoir l’incarner. Son rôle suscite déception et colère chez ses amis, sans provoquer la reconnaissance actives des nouveaux dirigeants soutenus par l’IC. Semard, ultérieurement, en 1931, rappelle cet épisode et explique qu’il pensait ainsi défendre le parti et l’IC malgré ce qu’il lui en coûtait121.

  • 122 Lettre de Losovsky, 12 juin 1928. CRCEDHC, 517-1-716.
  • 123 Discussion du 16 août 1928 ; CRCEDHC, 495-32-24.

112Ils sont trois à s’élever contre les thèses présentées par Semard et confirmées par Barbé, Bernard, R. Jean et Cachin, chacun dans un registre particulier. Ils ne se contentent pas de confirmer leurs désaccords mais contre-attaquent en récusant l’historique des événements et refusent d’être considérés comme les porte-paroles d’une tendance de droite dont ils nient l’existence. Bernard a, en 1927, eu des responsabilités accrues puisqu’il a été désigné comme représentant du PCF à Moscou, au moment du VIIIe Plénum, en mai 1927. C’est lui surtout qui, depuis l’automne 1926, assure la direction de la commission syndicale du parti. A ce titre il a rédigé, pour la Conférence nationale de juin 1928, un projet de thèses sur la question syndicale. Ce texte a suscité des critiques acerbes, notamment celles consignées par Losovsky dans une lettre qui a entraîné le remaniement du projet initial122. Bernard a exprimé longtemps ses doutes sur le bien-fondé de la nouvelle tactique électorale. Il en convient, dans son intervention, mais estime que sa divergence sur la tactique électorale ne signifie pas qu’il en ait d’autres. Bien plus, il s’en défend avec véhémence et rappelle ses positions contre le réformisme et ses discours consacrés au danger de guerre à la tribune du VIIIe Plénum ou à celle de la Conférence nationale de Saint-Denis quelques temps après. Cela dit, il convient du caractère erroné de son analyse au vu des résultats électoraux : « Je considère que les faits ont prouvé que nos arguments son faux, que nos objections son fausses »123.

  • 124 « Camarades, je vous avoue maintenant que je ne crois pas m’être entièrement trompé sur les répercu (...)

113R. Jean rappelle également son désaccord avec le changement de tactique électorale. Pour lui, les résultats ne confirment pas la justesse de la tactique électorale mais plutôt vérifient les craintes qu’il a exprimées lorsqu’il parlait du risque d’incompréhension de l’électorat124. Il ajoute enfin, non sans ironie, qu’il ne faut pas tout voir sous l’angle parlementaire. C’est pourquoi il revient sur les faibles résultats de la campagne d’adhésion engagée après les élections.

  • 125 Ibid.

« Je dis que si les élections ont déterminé dans les masses des sympathies vis-à-vis du parti communiste, les résultats auraient été sensiblement différents »125.

  • 126 Ibid.

114R. Jean affirme être resté loyal et discipliné pendant la campagne électorale durant laquelle il a défendu sans faille la ligne du parti. « Désormais notre tactique a fait au parti tout le mal qu’elle pouvait faire, et désormais elle ne peut plus lui faire que du bien »126.

  • 127 Op. cit., p. 125.

115M. Cachin, à propos de la tactique électorale, intervient de manière nuancée et subtile mais son argumentation ne manque pas de vigueur. Pour lui, les hésitations de départ loin d’être anormales et le signe d’un désaccord grave, sont à la mesure de la nouveauté que l’orientation de l’Internationale introduisait dans la pratique politique du PCF. « Lorsqu’on vous apporte une nouvelle de cette gravité et de cette importance, on peut tout naturellement présenter des observations, des réserves ». Il indique clairement, même si c’est à mots couverts, que celles-ci se sont retrouvées au plus haut niveau : « Ces hésitations ont été partagées par tout le monde, depuis le secrétariat jusqu’aux membres du Bureau politique »127. Cachin, bien placé pour connaître les débats de direction, réplique ainsi à Semard !

116Les trois conviennent de leurs désaccords mais ils s’efforcent de les limiter et d’en relativiser la portée. En effet l’orientation, entérinée au IXe Plénum et confirmée durant le congrès, est intouchable. D’où, malgré tout, la tonalité défensive de leurs interventions, marquées par les références obligées au danger de guerre et aux déviations de droite. Sur un point les trois se retrouvent pour contre-attaquer. Ils ripostent à Semard en exploitant les failles de son argumentation. Ils rappellent, notamment, la longue unanimité du Bureau politique et donc l’impossibilité de constituer, a posteriori, des clivages permettant de distribuer les bons et les mauvais rôles !

117R. Jean, comme à son habitude dit clairement son fait à Semard :

  • 128 Op. cit., p. 128.

« Il est impossible que le secrétaire général du parti veuille rejeter entièrement les responsabilités sur les autres. Je pense que les fautes commises à ce moment-là l’ont été par tous, en commun. Je pense même qu’elles le sont surtout par les camarades qui, dans le BP, ont la confiance complète de l’Internationale »128.

  • 129 « S’il y a eu souvent des changements de majorité, ils correspondaient souvent aux changements de p (...)
  • 130 « Je demandai quelles sont les intentions des camarades, les directives qu’ils allaient donner à ce (...)
  • 131 CRCEDHC, 495-32-23.
  • 132 « Je ne pense pas qu’on puisse trouver, dans les différentes étapes de cette discussion, de quoi cl (...)

118Bernard prolonge l’argumentation en renvoyant à Semard la responsabilité des hésitations et des tergiversations critiquées par l’IC129. Cachin, particulièrement critiqué pour son attitude à l’égard de la répression, reconnaît des erreurs d’appréciations, mais estime qu’elles sont partagées. Il rappelle qu’il a demandé s’il devait aller en prison pour y subir la peine à laquelle il a été condamné130. Cachin déplore également le manque d’information dans lequel, selon lui, le Bureau politique a été tenu par le secrétariat. Ayant rappelé les conditions difficiles de la discussion à l’automne 1927, il précise qu’« il aurait fallu une longue discussion, un rapport très fidèle de ce qui s’est passé à Moscou »131. L’allusion à la politique suivie alors par Thorez est transparente. Elle exprime le refus de Cachin d’endosser une responsabilité de direction qu’il n’avait pas à ce moment. Il est certainement le plus véhément pour refuser la logique des tendances et des clivages et des étiquettes distribuées pour disqualifier les positions de ceux qui émettent des réserves ou s’interrogent face aux nouvelles orientations préconisées par l’IC132. R. Jean se plaint surtout des attaques dont il a été l’objet lors de la dernière Conférence nationale et les met en rapport avec la lettre envoyée de Moscou. Aussitôt après sa réception il fut dénoncé car « il fallait un droitier ; le lendemain j’ai été sacré droitier ».

119Les uns et les autres n’acceptent pas le rôle de chef de file d’une tendance de droite dont ils nient l’existence et la cohérence. Ils récusent cette thèse, nouvellement introduite, pour justifier les changements de direction. Mais comme ils sont inégalement concernés, ils jugent ces changements de façon différente. Bernard approuve la modification du Bureau politique et admet qu’il

  • 133 CRCEDHC, 495-32-24.

« faut reconstituer un noyau dirigeant avec les camarades qui, les premiers, se sont placés sur la ligne de l’Internationale et avec des forces nouvelles prises dans le parti »133.

  • 134 Ibid.

120Il ajoute seulement, non sans perfidie : « Mais ce noyau dirigeant, s’il ne veut pas s’exposer à des difficultés nouvelles, devra faire un travail collectif, avoir dans son sein un guide sûr. Son activité devra tendre à rassembler autour de lui les forces du parti, en évitant de tomber dans une activité à caractère de groupe »134. R. Jean, tranquillement critique, lance :

  • 135 Ibid.

« Camarades, mettez à la direction du parti qui vous voudrez ; tant que ce régime intérieur persistera, à tous les échelons, à la base, au sommet, la crise persistera »135.

  • 136 CRCEDHC, 495-32-23.

121Cachin adopte une attitude moins conciliante sur le fond puisqu’il conteste l’épuration qui se prépare et lui oppose le choix du rassemblement de toutes les forces dirigeantes. « Je pense que nous n’aurons pas trop de toutes nos forces ; nous traversons des moments pénibles, très durs, et je pense que dans ces moments tout le monde peut être utilisé. Je pense qu’il n’y a pas de camarades, même parmi ceux que l’on sent visés, qui ne soient disposés à obéir de la façon la plus claire et à comprendre la nécessité d’une discipline très sévère »136. Cachin, en faisant ses réserves, met explicitement en cause les propositions de Semard. Son autorité et son prestige peuvent influencer la délégation française et gêner les projets de ceux qui désirent changer la direction du PCF. D’où les violentes réactions qu’il suscite.

122De nombreuses interventions répliquent à ceux qui protestent contre le discours de Semard. Barbé donne le ton et va le plus loin dans la réplique. Sous couvert d’une défense du rapport de Semard, il pousse beaucoup plus loin la critique de la direction que celui-ci a assuré.

  • 137 Ibid.
  • 138 « les divergences ne sont pas des divergences superficielles pour nous. Si on rassemble les opinion (...)

123Parlant au nom des JC, Barbé réplique d’entrée à Cachin. Il l’accuse d’avoir voulu faire oublier ses hésitations, dans le Bureau politique en 1927, quand il fallait réagir contre la répression. Il justifie la non-discussion du rapport de Semard en laissant entendre que le Bureau politique, dans sa composition ancienne, est désormais dépassé. Il emploie significativement l’imparfait pour critiquer son fonctionnement : « Notre BP n’est pas en fait un Bureau politique, c’est qu’il n’est pas la véritable direction que doit être un BP pour un parti communiste »137. Pour lui, le redressement effectif du parti n’a pas encore commencé à preuve la Conférence nationale qui a fait apparaître la persistance de divergences dans la direction puisqu’il a fallu in extremis rectifier les thèses initiales. Au lieu de minimiser ces divergences, il les valorise pour prouver qu’elles signifient l’affrontement de deux lignes138. Il dresse l’inventaire des divergences concernant l’appréciation du danger de guerre, la lutte des peuples coloniaux, la radicalisation ouvrière ou la répression contre le parti. Sur tous ces points la ligne du parti est erronée, laisse-t-il entendre. Il a fallu attendre juillet 1927 pour qu’elle soit combattue. En somme, c’est toute la politique suivie depuis 1926 qu’il faut mettre en cause.

  • 139 « Il nous faut de véritables révolutionnaires professionnels et non pas des gens qui ne travaillent (...)
  • 140 Carnets Cachin, 25 juillet 1928.
  • 141 « Est-ce qu’il y a des forces meilleures que celles que nous avons actuellement pour les remplacer  (...)

124Sur les problèmes de direction, Barbé pousse la critique encore plus loin. Il plaide ouvertement pour une épuration qu’il justifie par des arguments politiques et sociologiques139. Pour la première fois, est lancée officiellement la thèse de la régénération de la direction par des jeunes ouvriers. Dans la bouche de Barbé, ces propos résonnent comme le plaidoyer d’une nouvelle génération dirigeante, dont l’expérience, acquise dans la Jeunesse communiste, est opposée à la pratique politique des députés ou même des syndicalistes. Cependant, Barbé reste complexé par rapport aux dirigeants historiques du PCF, à Cachin en particulier. Ses accents ouvriéristes et anti-intellectuels ne sont pas sans rappeler les propos de Staline contre Boukharine, au même moment, dans le parti russe. Or Barbé a publiquement pris position en faveur de Staline lors d’une réunion de la délégation française140. Cette argumentation, également employée dans le parti allemand, correspond fort bien à la démarche des jeunes cadres ouvriers, comme Barbé, dont la fulgurante ascension politique tranche avec celle des principaux dirigeants du parti. Ils ont le sentiment d’annoncer une nouvelle figure du dirigeant révolutionnaire prolétarien141.

125En fin de compte Barbé propose une épuration générale de l’appareil du parti, une refonte de sa direction et une nouvelle conception du parti, qu’il oppose à celle présentée par Cachin. Le style de travail qu’il préconise est de type militaire et doit être appuyé sur une discipline de fer car, explique-t-il,

  • 142 Ibid.

« si nous donnons une direction politique de fer à notre parti, nous pourrons faire face victorieusement à la politique de répression accentuée que mène contre notre parti la bourgeoisie de notre pays »142.

  • 143 « Je me souviens avoir défendu ici, contre tous les camarades de l’Internationale, contre Humbert-D (...)

126Dans son intervention, Thorez passe en revue tous les problèmes déjà évoqués par Semard et Barbé. C’est une façon d’indiquer qu’il se situe, comme eux, au niveau de la direction du parti, qu’il en fait partie et y demeurera. Il intervient moins brutalement que Barbé et sur un registre plus élaboré. Son intervention, bien que moins violente, prolonge, sur le fond, celle de Barbé. Thorez s’efforce, comme à son habitude, de donner un certain souffle théorique à ses critiques. Si l’on ne voit pas les transformations du capitalisme français, explique-t-il, on se trompe sur le rôle de la petite bourgeoisie et la nature du parti socialiste. A ce propos il rappelle les divergences d’opinions entre le PCF et l’IC. Il fait son autocritique en évoquant l’époque, au printemps 1927, où il est encore dans l’erreur avant d’être convaincu qu’il fallait refuser désormais tout accord de Front unique avec le parti socialiste143.

127Thorez, impliqué au plus haut niveau dans l’histoire récente du PCF, assume celle-ci tout en prenant ses distances avec les erreurs commises. Il n’efface pas d’un revers de main, comme Barbé, les deux années qui viennent de s’écouler mais il affronte, à la différence de Semard, le problème posé par la naissance des désaccords dans la direction. Il tente de rationaliser le phénomène car, pour lui, il est indéniable. Il explique ainsi que « c’est le développement de la lutte qui pose la question de la direction du parti ». Il ne jette d’anathème sur aucun dirigeant mais, reprenant ses propos du IXe Plénum, il insiste sur le rôle du « courant de ceux qui sont venus immédiatement dans la période de guerre et d’après guerre ». Ce courant, dont il est le représentant typique, lui paraît le mieux à même pour réaliser la fusion des générations politiques qui, par ailleurs, constituent le parti. A ce titre, il s’inquiète des idées de Cachin qui veut rassembler sans exclusive car il semble convaincu qu’on ne peut éviter de modifier la direction.

  • 144 Ibid.

« Le danger maintenant consisterait précisément, sous prétexte de maintenir à tout prix une homogénéité factice, de maintenir un compromis sur la base de l’amitié, de la bonne volonté des camarades, et de ne pas donner au parti la direction qu’il exige, qu’il attend et qu’il veut »144.

128Frachon intervient également dans ce sens en répondant à Cachin que le parti a besoin d’une direction solide. L’importance des désaccords légitime des changements permettant de reconstituer la direction sur une base politique claire. Différents responsables régionaux interviennent, dans la discussion, pour apporter leur soutien au rapport de Semard, tout en signalant les problèmes de fonctionnement du parti, notamment la mauvaise information diffusée par le Comité central. Un seul délégué étranger intervient en tant que tel, c’est Dengel du KPD. Il approuve la nécessité de renforcer la direction du PCF et indique que l’IC doit tout à la fois exiger et essayer de convaincre. Il cite la déclaration de Staline sur l’assimilation des meilleures forces et l’effort pour convaincre les autres. Mais il ajoute, en prenant appui sur l’exemple du PCA, « la direction du PCF ne doit pas constituer un bloc sans principes ».

  • 145 Séance du 10 août 1928, CRCEDHC, 495-32-23.

129Losovsky fait une intervention en demi-teinte. Sans doute déplore-t-il les faiblesses du parti en matière d’organisation et de recrutement. Il critique également ses traditions électoralistes et parlementaristes tout en regrettant que l’ensemble du parti n’ait pas été informé des déviations survenues dans la direction. Il conclut en demandant que le travail d’organisation soit amélioré145. Cependant son intervention reste bien en deçà de ces critiques habituelles à l’endroit des communistes français. La raison est à chercher du côté de la direction de l’Internationale qui n’a pas opté pour une solution définitive et reste dans l’expectative.

Compromis et solution d’attente

130La position qui s’impose, finalement, en matière d’organisation de la direction n’est pas entièrement conforme aux attentes de ceux qui, tels Barbé, réclamaient une refonte générale et un monolithisme total. L’analyse attentive des discours de clôture, l’utilisation des informations rapportées par Cachin, dans ses carnets et les explications fournies par Thorez, lors du CC de novembre 1928, permettent d’expliquer des décisions, au premier abord surprenantes par leur modération, après la virulence des critiques.

  • 146 Op. cit., p. 288.

131Le 16 août, lors de la dernière séance de discussion de la délégation, Semard et Humbert-Droz prononcent les deux discours de clôture. Le secrétaire général du PCF intervient de manière assez décousue. Il revient sur la question de l’impérialisme français, la situation économique et la politique sociale de la grande bourgeoisie. Il répond ainsi à l’intervention d’un ouvrier parisien, Leboucq, qui a souligné sa perplexité quand on parlait de radicalisation de la classe ouvrière. Il admet que les grèves se déroulent plutôt dans les petites entreprises, essentiellement à propos des salaires. Semard poursuit ses observations sur toutes les questions venues en discussion, sans apporter d’éléments nouveaux sur le travail syndical, les dangers de droite et les fautes gauchistes. Il reste enfin très prudent sur le problème de la direction dont il dit qu’il sera traité par le prochain CC qui « aura à désigner un Bureau politique provisoire dont la composition pourra être discutée par les membres du parti »146. Il se défend d’avoir voulu mécaniquement poser le problème de la direction mais explique qu’il faut bien apporter une conclusion logique aux discussions.

132Le discours d’Humbert-Droz, en clôture des débats, est particulièrement intéressant car il est, pour lui, l’occasion de faire un bilan des rapports orageux qu’il a eus avec le PCF depuis 1926. Ce discours est aussi très révélateur des inquiétudes que suscitent, dans l’entourage de Boukharine, les attaques de plus en plus violentes contre le danger de droite. Enfin l’importance de ce discours tient à ce qu’Humbert-Droz indique clairement les critères de la recomposition de la direction du PCF. Bien qu’il s’en défende, il annonce des décisions de l’IC sur ce point. Humbert-Droz se félicite de la discussion qui vient d’avoir lieu en la portant au crédit de l’IC. Il l’oppose aux tentatives infructueuses du VIIe Plénum, en novembre 1926, lorsque les dirigeants du PCF ont refusé la mise sur pied d’une commission chargée d’examiner l’activité du parti. Il y voit la preuve du redressement opéré par le PCF, qu’il inscrit dans la longue durée, puisqu’il rappelle ses premières critiques de la ligne du parti, faites au Congrès de Lille, en 1926. Il évoque longuement la période où

  • 147 Séance de clôture du 16 août 1928, CRCEDHC, 495-32-24.

« l’Internationale communiste a cherché à faire comprendre à la direction du parti français que certains traits de sa politique son erronés, et que ces traits se répétant, la tactique fondamentale du parti devenait fausse, qu’il fallait la redresser »147.

133Si le triomphe d’Humbert-Droz manque de modestie c’est qu’il s’agit, au-delà du PCF, de valoriser l’action du secrétariat de l’IC d’autant que son bilan global est, pour le moins, contrasté.

  • 148 Ibid.
  • 149 « Dans l’appréciation des dangers de droite et de l’opportunisme, il ne faut pas opérer avec des es (...)

134Dans ce contexte, on ne peut que relever sa mise en garde contre une interprétation sectaire du mot d’ordre « classe contre classe ». « Nous avons lancé notre mot d’ordre clair, net "classe contre classe". Et à ce propos, je tiens à marquer certaines nuances »148. Il précise que cela ne doit pas conduire à négliger le rôle de la petite bourgeoisie et de la paysannerie. Il rappelle que la légitimité de ce mot d’ordre provient de la croissance des dangers de guerre dans le cadre desquels la bourgeoisie développe la répression contre les organisations révolutionnaires. Cela justifie le mot d’ordre et en même temps le relativise. Humbert-Droz s’inquiète du glissement qui tend à faire des tendances de droite dans les partis communistes le principal danger. Comme il lui est difficile de s’insurger explicitement contre une argumentation, désormais consacrée dans les textes officiels, il multiplie réserves et mises en garde contre l’étiquettage en droite et gauche bien souvent trompeur explique-t-il149. Cette partie du discours renvoie, de manière transparente, aux affrontements alors en cours au sommet de l’Internationale. Qu’Humbert-Droz ait éprouvé le besoin d’y faire explicitement allusion, devant la délégation française, éclaire la solution qu’il préconise pour résoudre les problèmes de direction du PCF.

135Il prend soin, en effet, de ménager Cachin tout au long de son intervention alors que celui-ci a été, les jours précédents, la cible des critiques. Il distingue son attitude, claire et franche, de celle de Doriot dont il met en cause les manœuvres et l’hypocrisie. Il donne raison à Frachon qui a souligné la nécessité de souder la direction autour d’une ligne politique tout en se prononçant contre le monolithisme.

  • 150 Ibid.

« Le Bureau politique doit avoir une majorité homogène qui ait la possibilité de diriger le parti, ce qui n’exclut pas que quelques camarades qui, par leur influence, leur expérience, par les courants qu’ils représentent dans le parti soient dans le Bureau politique »150.

  • 151 Ibid.
  • 152 Ibid.

136Il cite alors le cas de Cachin, dont il explique longuement qu’il a, de par son expérience, sa compétence et son esprit de discipline, sa place dans la direction. Il ajoute avec force, comme pour rassurer après avoir inquiété : « Je dis franchement qu’il serait dangereux que le camarade Cachin ait en mains entièrement la direction du parti »151. En conclusion de ces remarques il préconise donc « un renforcement de la majorité du Bureau politique, sans éliminer des camarades comme Cachin », tout en précisant que « c’est au Comité central à apporter les modifications nécessaires, en accord avec l’IC et avec la délégation qui est ici »152.

  • 153 Carnets Cachin, 15 août 1928.
  • 154 Carnets Cachin, 28 juillet 1928.

137D’après ses propres notes, Cachin semble surpris et ulcéré par les critiques portées contre lui dans le rapport de Semard. Il reçoit, les jours suivants, des assurances de la part des dirigeants de l’IC, de Manouilsky notamment, qui lui fait part de sa compréhension et qui confie à Cachin, lors d’une conversation privée, qu’on envisage de garder à Moscou, Thorez et Barbé, pour renforcer la direction de l’IC. Il confirme explicitement à Cachin « pour vous, on a besoin plus que jamais de vous »153. Une certaine incohérence, du côté de la direction de l’IC s’explique par ses tensions internes et la crainte d’un effondrement de la direction du PCF. L’autorité de Semard est très affaiblie mais les jeunes dirigeants soutenus par Manouilsky manquent de maturité et leur audience, dans le parti, est faible. Dans ce contexte la notoriété de Cachin est reconnue et prise en considération d’autant que la personnalité de Doriot apparaît plus inquiétante. Il faut, d’autre part, faire intervenir le climat général du congrès. Après l’exaspération des affrontements entre Staline et Boukharine, une trêve a été passée qui suspend, au moins provisoirement, l’expression des désaccords. Or lors de la réunion de la délégation française, le 25 juillet où ces questions sont évoquée, Barbé a pris position en faveur de Staline, sans aucune restriction. Cachin note l’épisode, en se félicitant, quant à lui, d’être resté plus prudent154. Humbert-Droz, dans ces conditions, n’est pas pressé de voir Barbé arriver rapidement à la direction du parti.

  • 155 Carnets Cachin, 28 août 1928.

138A l’issue de ces discussions devant le Secrétariat latin, la composition de la direction n’est pas clairement déterminée. Contrairement aux propositions d’Humbert-Droz cette tâche n’est pas laissée à la direction du PCF, en France, mais prise en charge par une petite commission qui se réunit pendant les derniers jours du mois d’août. Le 28, elle adopte le nouvel organigramme de la direction en accord, précise Cachin dans ses notes, avec Molotov et Boukharine155. Le dosage apparaît beaucoup plus subtil que les discussions devant le Secrétariat latin ont pu le laisser penser. Non seulement Cachin est maintenu au Bureau politique mais aussi Doriot, R. Jean y restant comme suppléant. Un secrétariat du parti est constitué avec Semard, Thorez, Frachon et Monmousseau. Ne sont écartés de la direction que Bernard, Marrane et Dudilleux. Y entrent par contre en force des dirigeants issus de la jeunesse communiste tels Barbé, Célor et Ferrat qui deviennent membres du BP à part entière, tandis que Billoux pourra y assister. Les syndicalistes restent bien représentés avec Midol, Monmousseau et Racamond au BP tandis que des dirigeants régionaux arrivent également au BP. Outre Frachon il y a Cornavin, Mézières, Trouillard et Costes.

139En somme il y a plus rééquilibrage que bouleversement. La position de Semard, très affaiblie, ne faisait que mieux apparaître la promotion de Frachon et de Barbé tandis que Thorez fait figure de futur secrétaire général. Il est, comme Barbé, membre de l’Exécutif de l’Internationale mais en plus il est secrétaire du parti. Dans la configuration retenue alors, Barbé doit rester à Moscou pour représenter le parti. Cet organigramme est considéré comme provisoire jusqu’au congrès du parti. Sans doute a-t-il subi, alors, des modifications significatives, notamment la promotion de Barbé. Il reste que, dans ces grandes lignes, le remodelage de la direction du PCF est effectué dès août 1928 et non en avril 1929 comme la plupart des travaux historiques le laissent entendre jusqu’à maintenant. Ce décalage n’est pas sans importance si l’on songe, entre temps, aux bouleversements qui touchent la direction de l’Internationale.

140La conjoncture particulière du VIe Congrès de l’IC explique le singulier déroulement de la discussion avec la délégation française. On peut synthétiser ainsi le processus dans son ensemble. Le scénario prévu et mis en place avec le rapport de Semard est perturbé par la réaction et les protestations de ceux qui, comme R. Jean ou Cachin sont accusés. Au lieu d’accepter la critique et de faire amende honorable ils contre-attaquent, paralysant ainsi une procédure dont Barbé est la figure de proue. De plus, la combinaison des luttes internes dans l’IC et le PC de l’URSS grippe le processus de remplacement de la direction du PCF. Les propos de Boukharine, dans son rapport, et les vives critiques de Togliatti, dans son discours en séance plénière, ont pourtant préparé le terrain à de tels changements. Si finalement, les dirigeants de l’IC sont conduits à limiter le changement dans le PCF c’est en raison de plusieurs faits concomitants. La prise de position de Barbé, complètement favorable à Staline, présente le risque d’affaiblir leur position au moment où ils essayaient de défendre, dans le KPD, le courant représenté par Ewert. Par ailleurs, le compromis provisoire annoncé, début août, par Staline et Boukharine crée un climat propice à des solutions de même type. Sur ce point, Togliatti, tout en demandant une réorganisation de la direction du PCF autour de la nouvelle ligne politique, affirme son hostilité l’épuration des directions et à la politique d’exclusions.

141L’absence de Boukharine et de Togliatti, lors des discussions avec la délégation française, ne signifie pas qu’ils s’en soient désintéressés. Ils sont accaparés par des tâches plus centrales d’autant que l’enjeu de ces discussions est limité. Il reste que la solution, finalement adoptée par la direction du PCF, exprime davantage la position du secrétariat de l’IC que celle défendue par Staline et les dirigeants du PC A. En terme d’organisation et de fonctionnement de l’IC, c’est la dernière fois que la direction boukharinienne réussit à imposer son point de vue.

142La position de Cachin, à l’intérieur de la direction du PCF, apparaît plus affaiblie qu’elle ne l’est au plan de l’Internationale. Les ménagements dont il est l’objet de la part des dirigeants de l’IC lui confère une place exceptionnelle au sein d’un Bureau politique dans lequel il est toutefois marginalisé. S’ouvre ainsi pour lui une période difficile, en 1929 et 1930, pendant laquelle son activité comme parlementaire et surtout comme directeur de l’Humanité est mise en question.

Notes

1 J. Humbert-Droz, De Lénine à Staline, op. cit., p. 314. Il n’y a pas en français de compte rendu sténographique en dehors de la Correspondance internationale qui est la source principale. Un volume, rassemblant les différents documents adoptés par le congrès a été publié sous le titre Thèses et Résolution du VIe Congrès de l’IC, Bureau d’Editions, 1929.

2 Op. cit., p. 310.

3 Lors de ce congrès la périodicité des congrès est portée à deux ans.

4 Lors du VIIe Plénum de l’IC en décembre 1926.

5 Notamment durant l’automne 1927.

6 « On prit des mesures extraordinaires, 70 000 membres du PCR furent mobilisés pour aller faire le rassemblement du blé à la campagne. Certains koulaks détenaient jusqu’à 2 000 pouds. On les a confisqués et distribués, 25 % sur place aux paysans pauvres. De nombreux excès furent provoqués par les soviets locaux, par une application brutale du communisme de guerre. On confisquait du blé qui était porté au marché d’un bourg à l’autre pour l’approvisionnement de certains centres ».

7 Carnets Cachin, 4 juillet 1928.

8 Michel Reiman, La nascita dello Stalinismo, Roma, 1980, p. 120.

9 Carnets, 6 juillet 1928.

10 Stephen Cohen, Boukharine, Paris, 1979, p. 343.

11 Carnets Cachin, juillet 1928.

12 Michel Reiman, op. cit., p. 118.

13 Stephen Cohen, op. cit., p. 343.

14 Michel Reiman, op. cit., p. 119.

15 Stephen Cohen, op. cit.

16 Michel Reiman, op. cit.

17 Carnets Cachin, 11 juillet 1928.

18 Michel Reiman, op. cit.

19 Carnets Cachin, ibid.

20 Ibid.

21 Michel Reiman, op. cit.

22 Stephen Cohen, op. cit.

23 « l’abandon du Kremlin, ordonné unilatéralement par les Russes, équivalait à une expulsion et était une mesure vexatoire pour l’Internationale, mais, ajoute-t-il, au moment où je montais à la tribune pour défendre mon point de vue, je vis par la fenêtre qui donnait sur l’entrée du Kremlin, que des camions transportaient déjà les bancs et les tables de la salle du trône à la Maison des syndicats, nous n’avions plus qu’à nous soumettre, mais je protestai contre cette décision arbitraire prise sans consulter l’Internationale », Jules Humbert-Droz, De Lénine à Staline, (1921-1931), p. 310.

24 Carnets Cachin, 16 juillet.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Rapport de la commission des mandats, présenté par Piatnitsky, 44e séance. CI, n° 145, 1928.

28 Carnets Cachin, 16 juillet 1928.

29 Les élections ont lieu lors de la première et quatrième séances.

30 On réunit la délégation française. Là, assiste le secrétaire de Staline. Barbé y fait une critique très vive du rapport de Boukharine. C’est apparemment l’offensive de Staline qui commence dans la délégation française après avoir été faite dans la délégation allemande, Carnets Cachin, 26 juillet 1928.

31 Carnets Cachin, 31 juillet. Le 4 août, il rapporte les propos de Sémard qui confirme que : « Boukharine a déclaré qu’on ne pouvait tolérer les bruits qui couraient. Staline a ajouté qu’il fallait chassé ceux qui répandent de pareilles rumeurs. Et Staline, interrogé a répondu : c’est pour arrêter une campagne des Allemands ».

32 Jules Humbert-Droz, op. cit., p. 313. E.-H. Carr reprend à son compte cette information.

33 Carnets Cachin, 31 juillet.

34 VI kongress Kominterna : stenografitcheskii ottchet, 6 vol., Moscou et Léningrad, 1929.

35 E. Varga, L’économie de la période de déclin du capitalisme après la stabilisation, Bureau d’Éditions, 1928.

36 « Nos désaccords remontent à l’époque du VIe Congrès, où sont présentées par Boukharine des thèses sur la situation internationale. D’ordinaire, les thèses sont examinées préalablement par la délégation du PC de l’Union soviétique. Mais en l’occurrence il en est tout autrement. Et les thèses signées de Boukharine sont envoyées tout à la fois à la délégation du PC de l’URSS et aux délégations étrangères du VIe Congrès. Or les thèses se révélèrent insuffisantes sur bien des points », Staline, « Discours prononcé au Plénum du Comité central du PC de l’Union soviétique », avril 1929. Les Questions du Léninisme, ESI, 1931.

37 Carnets Cachin, 18 juillet 1928.

38 C’est dans son rapport au XVe Congrès du PC de l’URSS qu’il développe de la manière la plus systématique. CI, n° 127, 21 décembre 1927.

39 CI, n° 1, 4 janvier 1928.

40 Rapport de N. Boukharine, Correspondance internationale, n° 72, 1er août 1928.

41 « Certains camarades ont auparavant exprimé des doutes à ce sujet. Mais depuis ont paru des études spéciales de camarades s’occupant de ce problème. Toutes les données sur cette question dont nous disposons actuellement confirment l’existence d’une tendance de capitalisme d’État dans le développement actuel de l’économie impérialiste », ibid.

42 « Ainsi notre changement de tactique est en liaison avec le changement objectif de la situation. C’est ce changement qui a donné le signal du revirement dans nos partis communistes les plus importants. L’axe politique de ce tournant est le changement d’attitude envers les partis social-démocrates », Rapport de Boukharine, cité.

43 Rapport cité.

44 « Il n’existe aucune raison de dire que le progrès technique, la consolidation partielle de l’organisme capitaliste, le processus de stabilisation du capitalisme nous casseront le cou, comme le prédisent les social-démocrates. Au contraire, plus les contradictions propres à la situation présente s’accentueront, plus s’étendra et se consolidera notre influence », CI, n° 72, 1928.

45 CI, n° 83, 26 juillet 1928.

46 CI, n° 83, 26 juillet 1928. Voir également CRCEDHC, 493-1-216.

47 Id.

48 CI, n° 75, 4 août 1928.

49 CI, n° 78, 8 août 1928. CRCEDHC, 493-1-210.

50 Ibid.

51 Pepper, CI, n° 75. Bittelman, CI, n° 79, Foster, CI, n° 87. Voir T.H. Draper, The roots of American communism, New-York, 1957. Malcolm Sylvers, Politica e ideologia nel communisme statunitense, Roma, 1989.

52 Lettre du 16 mai 1928, citée par Foster.

53 CI, n° 88.

54 Carnets Cachin, 31 juillet.

55 Staline, « Discours au Plénum d’avril 1929 », op. cit., p. 231.

56 CI, n° 73, 23 juillet 1928.

57 CI, n° 84, 26 juillet 1928.

58 CI, n° 86, 27 juillet 1928.

59 CI, n° 78, 25 juillet 1928.

60 CI, n° 89, 28 juillet 1928.

61 CI, n° 84, 26 juillet 1928. Voir également, Th. Draper, « The ghost social-fascism », Commentary, février 1969.

62 Staline, op. cit., p. 275.

63 CI, n° 83, 26 juillet 1928.

64 CI, n° 87, 27 juillet 1928.

65 CI, n° 84, 26 juillet 1928.

66 « Les thèses de Boukharine affirmaient la nécessité de combattre la déviation de droite, sans toutefois souffler mot de la conciliation à l’égard de la déviation de droite. Il va de soi que c’est une grosse lacune. C’est que quand on déclare la guerre à la déviation de droite, les droitiers se posent d’ordinaire en conciliateurs et mettent le Parti dans une fâcheuses posture », Staline, op. cit.

67 « Dans la réunion de la délégation que nous avons tenue ici à Moscou, il a déjà été déclaré de nouveau que le principal danger n’est pas le groupe de droite, mais ceux des camarades qui manifestent envers ce groupe une tendance à la tolérance. Sans se donner la peine de le démontrer, on a apposé cette étiquette sur certains camarades qui sont sur la plate-forme du parti et on a pris contre eux des mesures disciplinaires. Une telle ligne est un danger pour le cours intérieur du parti et doit conduire à la résurrection de nouvelles luttes entre groupes sur une base insuffisante et injustifiée ». Selon lui, il faut donc changer de méthode : « la lutte contre les déviations et conceptions de droite doit être menée par la direction et l’ensemble du parti de façon à arriver à une consolidation du parti. Cela veut dire que dans un parti la minorité doit appliquer les décisions de la majorité mais qu’en même temps, la majorité doit s’engager à appliquer les méthodes de la démocratie dans le parti » CI, n° 86, 27 juillet 1928.

68 Staline, op. cit.

69 « La reconnaissance de la nécessité d’une analyse critique de tous les éléments de la situation ne peut être le point de la différenciation des différents courants parmi nous. Il ne s’agit pas d’être pessimiste ou optimiste, la racine des erreurs réside dans l’insuffisance des analyses », . CI, n° 89, 22 août 1928.

70 « Quant aux différents courants qui existent dans le bureau politique du parti, nous croyons que les différences qui existent entre eux sont des différences qui peuvent exister normalement dans le centre dirigeant d’un parti sans que, dans son sein, doive se déclencher une lutte de groupes et de fractions. Si, sur la base de ces divergences, on devait arriver dans le parti allemand, à une lutte de groupes ou bien à l’adoption de mesures d’organisation de la part de la majorité du bureau politique contre la minorité, la chose serait très dangereuse parce qu’elle équivaudrait à un rétrécissement de la base du centre du parti et pourrait aussi limiter la vie politique du parti et sa démocratie intérieure », Togliatti, intervention citée ci-dessus.

71 CI, n° 115, 4 octobre 1928.

72 CI, n° 94, 30 juillet 1928.

73 CI, n° 94, 30 août 1928.

74 Boukharine, « Les traits caractéristiques du projet de programme », CI, n° 109, 9 août 1928.

75 E. Ragioneri, « Il programma dell’Internazionale communista », in La terza Internationale e il partito communista italiano, Einaudi, 1978.

76 E.-H. Carr, Il programma del Komintern, vol. III, t. 1, livre 4, Einaudi, p. 228-239.

77 Ibid.

78 Le projet de Programme est publié, dans la Pravda, le 27 mai. Le journal publie des articles de discussion, les 14, 17, 24 juin, puis le 3 et 13 juillet.

79 CI, n° 73, 19 juillet 1928.

80 J. Humbert-Droz, De Lénine à Staline, op. cit., p. 314.

81 E. Ragioneri, op. cit.

82 CI, n° 1, 4 janvier 1928.

83 Procès-verbal des séances de la commission du Programme de la délégation française, 9 et 10 juillet 1928. AIC.

84 CI, n° 112, 28 août 1928, p. 1213-1223.

85 Clara Zetkin, « Quelques remarques critiques », CI, n° 64.

86 CI, n° 112, 13 août 1928.

87 CI, n° 111, 13 août 1928.

88 CI, n° 112, 14 août 1928.

89 Dans la discussion sur le premier point de l’ordre du jour, Varga est intervenu sur la situation économique des États-Unis et il a polémiqué avec Lominadzé qui lui reprochait de parler de chômage chronique accompagnant la croissance industrielle. Voir ci-dessus.

90 Eugène Varga, L’économie de la période de déclin du capitalisme après la stabilisation, 1928.

91 Discours cité.

92 CI, n° 111, séance du 13 août, 27 septembre 1928.

93 Ibid.

94 CI, n° 112, 28 septembre 1928.

95 Voir E. Ragioneri, Togliatti, op. cit.

96 CI, n° 111, 27 septembre 1928.

97 Ibid.

98 Discours cité.

99 Commission française du programme, réunions des 9 et 10 juillet, CRCEDHC.

100 Selon Cachin, il est « trop lourd et compliqué, il n’est pas accessible aux travailleurs », séance du 9 juillet, CRCEDHC.

101 Ibid.

102 Séance du 10 juillet 1928, CRCEDHC.

103 Discours de clôture, cité.

104 Voir supra.

105 J. Humbert-Droz, op. cit., p. 311. Boukharine, discours de clôture.

106 Ibid.

107 CC, 22 juin 1928, CRCEDHC, 517-1-664.

108 Classe contre classe. La question française au IXe Exécutif et au VIe Congrès de l’IC, Paris, Bureau d’éditions, 1929, p. 107.

109 J. Humbert-Droz, op. cit., p. 110.

110 Thorez, op. cit., p. 208.

111 Ibid. Il l’indique lors du CC de novembre 1928, AIRM 276.

112 Op. cit., p. 248.

113 Ainsi Bonte, Perrin, Pillot dont les interventions sont citées par Cachin n’apparaissent pas dans le compte rendu publié. Les archives de ces discussions font également apparaître Crémet ou Marrane comme intervenants. CRCEDHC, 495-32-23 et 495-32-24.

114 CRCEDHC, 495-32-23.

115 Ibid.

116 Ibid.

117 « Ce CC est à la hauteur de la situation au moment du Congrès de Lille, il a fait un bon travail ; il a aidé puissamment la direction du parti dans tous les domaines de son activité, il a apporté son concours et exercé son contrôle », op. cit.

118 Carnets, 10 août 1928.

119 « La discussion du rapport du camarade Sémard devant le BP pouvait avoir comme but de continuer à avoir les mêmes conclusions que celles qu’on a données à toutes les discussions dans le BP. Ce n’est pas une question nouvelle ; tous les camarades ont constaté que, chaque fois que les problèmes son posés, ils ne sont jamais résolus à fond. Chaque fois que les discussions ont lieu, elles se terminaient par des concessions ou des compromis », Barbé, op. cit., p. 148.

120 Il est resté à Moscou après le IXe Plénum.

121 Voir lettre de septembre 1931. CRCEDHC, 517-1-1186.

122 Lettre de Losovsky, 12 juin 1928. CRCEDHC, 517-1-716.

123 Discussion du 16 août 1928 ; CRCEDHC, 495-32-24.

124 « Camarades, je vous avoue maintenant que je ne crois pas m’être entièrement trompé sur les répercussions immédiates de la tactique électorale. On a parlé beaucoup des résultats électoraux ; on les a quelques peu forcés. Au second tour, je pourrais montrer que dans l’ensemble des cas où la tactique a joué à plein. Le parti communiste a perdu au second tour plus de 40 % de ses voix du premier tour », Discussion du 14 août 1928. CRCEDHC, 495-32-23.

125 Ibid.

126 Ibid.

127 Op. cit., p. 125.

128 Op. cit., p. 128.

129 « S’il y a eu souvent des changements de majorité, ils correspondaient souvent aux changements de position du camarade Sémard, qui n’est pas dans cette direction le guide qu’il aurait dû être », op. cit.

130 « Je demandai quelles sont les intentions des camarades, les directives qu’ils allaient donner à ceux qui devaient aller en prison. Et c’est à l’unanimité du BP que nous décidâmes que l’ensemble des camarades se rendraient à la date indiquée », CRCEDHC, 495-32-23 et aussi les PV du bureau politique des 16 et du 20 juin 1927, CRCEDHC, 517-1-508.

131 CRCEDHC, 495-32-23.

132 « Je ne pense pas qu’on puisse trouver, dans les différentes étapes de cette discussion, de quoi classer les gens, les uns à droite, les autres à gauche, les autres au centre. Je ne crois pas que ce soit possible et que cela réponde à la réalité et à l’expérience », ibid.

133 CRCEDHC, 495-32-24.

134 Ibid.

135 Ibid.

136 CRCEDHC, 495-32-23.

137 Ibid.

138 « les divergences ne sont pas des divergences superficielles pour nous. Si on rassemble les opinions politiques formulées par différents camarades de notre direction et du CC du parti, la conclusion générale. C’est que nous n’avons pas de divergences superficielles sur telle ou telle question, mais que nous avons sur l’ensemble des problèmes deux lignes politiques très clairement exprimées », ibid.

139 « Il nous faut de véritables révolutionnaires professionnels et non pas des gens qui ne travaillent que lorsqu’il n’y a pas de risques à courir. Cette épuration est fondamentale dans la période actuelle. Il faut que notre parti prolétarise son appareil, celui de l’Humanité et élimine tous les ferments de décomposition » CRCEDHC, 495- 32-23.

140 Carnets Cachin, 25 juillet 1928.

141 « Est-ce qu’il y a des forces meilleures que celles que nous avons actuellement pour les remplacer ? Des forces peut-être moins intelligentes, qui n’ont peut-être pas une instruction générale aussi développée que ces camarades, des primaires, mais qui ont quelque chose de bien meilleur pour notre parti, c’est un fond prolétarien, plus solide, un fond de sacrifice plus grand, et cela, c’est mieux que l’intelligence pure. C’est pourquoi nous posons cette question aussi vigoureusement », Barbé, CRCEDHC, 495-32-23.

142 Ibid.

143 « Je me souviens avoir défendu ici, contre tous les camarades de l’Internationale, contre Humbert-Droz, contre Boukharine, la ligne fausse que nous avons appliquée pendant toute une période. Après il m’est apparu que c’est quelque chose de dangereux ; j’ai réfléchi et je suis devenu plus attentif à notre politique ; c’est pourquoi pour la première fois dans le BP, on s’est divisé, on a voté sur un texte. C’est le commencement de nos divergences », Thorez, séance du 10 août 1928, CRCEDHC, 495-32-23.

144 Ibid.

145 Séance du 10 août 1928, CRCEDHC, 495-32-23.

146 Op. cit., p. 288.

147 Séance de clôture du 16 août 1928, CRCEDHC, 495-32-24.

148 Ibid.

149 « Dans l’appréciation des dangers de droite et de l’opportunisme, il ne faut pas opérer avec des estampilles et dire : celui-ci est à droite, celui-ci est à gauche. L’on opère avec les préjugés sans examiner le contenu des idées et de la politique. On a malheureusement aussi dans l’Internationale cette manie", op. cit., p. 244.

150 Ibid.

151 Ibid.

152 Ibid.

153 Carnets Cachin, 15 août 1928.

154 Carnets Cachin, 28 juillet 1928.

155 Carnets Cachin, 28 août 1928.

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search