Version classiqueVersion mobile

Armement et ve République

 | 
Maurice Vaïsse

II. La coopération en matière d'armement

Débat

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ingénieur général Jean Forestier : Il y a un partenaire français qui est intervenu dans tout ce dont on vient de parler et dont je n’ai pratiquement pas entendu citer le nom. À ma connaissance, le moteur du Jaguar est un moteur Rolls-Royce Turboméca Artouste dont le nom n’a rien à voir avec l’Angleterre et prouve son origine française, et de l’autre côté les succès des hélicoptères français sont quand même dus au passage du moteur à piston aux petites turbines qui sont encore une fois dues à Turboméca. Si vous éliminez deux fois le petit participant avec son patron, vous éliminez un élément non négligeable.

Général François Maurin : Mais en ce qui concerne le moteur du Transall, le fabricant était Rolls-Royce seul. Par contre, lors de la coopération Jaguar, il y eut effectivement un grand nombre d’éléments qui étaient français dont la participation à la fabrication du moteur Turboméca. Je suis tout à fait d’accord avec vous.

Marc-Daniel Seiffert : J’ai voulu faire vite. Je ne voulais ...

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search