Version classiqueVersion mobile

Carnets. Tome III

 | 
Marcel Cachin

Année 1925

Carnet Cachin. Année 1925

Texte intégral

Mars-avril

Dimanche 8 mars 1925

1Paris-Cologne.

Lundi 9 mars 1925

2Cologne-Berlin. Demander à B. qu’on prenne le billet E. Moscou.

Mardi 10 mars 1925

3Berlin-Riga.

Mercredi 11 mars 1925

4Riga-Moscou. Neige et soleil.

Jeudi 12 mars 1925

5Moscou 10 h matin-soleil.

Vendredi 13 mars 1925

6Moscou. Il neige abondamment.

Samedi 14 mars 1925

7Réunion de forme. Ouverture de l’Exécutif.

Dimanche 15-mardi 17 mars 1925

8Temps froid, sec, soleil.

Mercredi 18 mars 1925

9La Commune.

Jeudi 19 mars 1925

10Visite au trust textile.

Vendredi 20 mars 1925

11Réception de la délégation Tchéco-Slovaque.

Samedi 21 mars 1925

12Rakovsky – Ouverture de l’Exécutif.

Dimache 22 mars 1925

  • 1 Narimanov, Président de l’Union des Républiques transcausasiennes.

13Obsèques Narimanov1- Tchitchérine – Dégel.

Lundi 23 mars 1925

  • 2 Taratouta (Madame). Femme de Victor Konstantinovitch Taratouta (1881-1926). Voir le Carnet de 1922.

14Dégel. Mme Taratouta2.

Mardi 24 mars 1925

  • 3 Mikhail V. Frunze (1885-1925). Il milita au sein du parti social-démocrate du travail russe à parti (...)

15Frounze3.

Mercredi 25 mars 1925

16Candidature au Soviet de Moscou.

Jeudi 26 mars 1925

17Unité syndicale.

Vendredi 27 mars 1925

  • 4 Joseph Djougoutchavili dit Staline (1879-1953). En 1924, au Ve Congrès de l’IC, il rapporte sur la (...)

18Staline4.

Samedi 28 mars 1925

19Les imprimeurs de Presnia Krasnia.

Dimanche 29 mars 1925

  • 5 Nikolai I. Boukharine (1888-1938). Entre 1919 et 1928, il participe essentiellement aux activités d (...)

20Départ – Boukharine5.

Lundi 30 mars 1925

21Il neige abondamment.

Mardi 31 mars 1925

22Riga.

Mercredi 1er avril 1925

23Berlin. Soleil splendide.

Jeudi 2 avril 1925

24Paris. 26e jour.

Mars

Dimanche 8 mars 1925

25Dans le train, un voisin me dit : les Allemands ont gagné 1 million d’habitants depuis la guerre. La France en a perdu 30 000.

26Les Américains ont remis aux Allemands leurs biens séquestrés avec intérêt. L’influence des Allemands en Amérique est de plus en plus en considérable. Les Allemands revalorisent leur monnaie, et une fois la tourmente passée, leurs rentiers rentreront en possession de leurs valeurs dépréciées par l’inflation. Le salaire de l’ouvrier allemand est beaucoup plus faible que celui du français ou de l’anglais : 1/3 ; et il a renoncé à la journée de huit heures, aussi les capitalistes français, anglais et surtout américains font-ils des commandes de machines en Allemagne ; l’industrie allemande repart tous les jours avec plus d’élan ; et l’exportation recommence. La réaction politique y fait des progrès constants.

27Déjeuner au wagon restaurant : 20 F français avec la taxe de luxe. C’est plein de bons bourgeois anglais qui parlent haut et boivent des bouteilles de clairet ; aussi quelques têtes typiques de bourgeois allemands, tête rasée, cou gras à lard.

28Les finances allemandes sont très prospères. Le rendement des impôts est pour 1924 de 6,6 milliards, en excédent de plus de 1 milliard sur les prévisions. Et chaque mois apporte une plus-value croissante de sorte que la trésorerie est très à l’aise et que l’Empire possède des fonds de roulement très importants. Aussi va-t-on procéder à des exonérations dont bénéficieront surtout les impôts directs, car les capitalistes possèdent de gros revenus. On augmente cependant les droits de douane, les taxes de tabac, les impôts de consommation, comme la taxe sur le chiffre d’affaires. La direction fiscale est : à tout prix protéger la production, favoriser la production puis la concentration des capitaux.

29Visite à Cologne – Le Rhin – Le Dom. Le restaurant Meyr Dom. La nuit Cologne – Berlin dans le train.

Lundi 9 mars 1925

  • 6 Sans doute Vaninii Lorenzo, pseudonyme de S. Mineff, né en 1893 en Bulgarie, il se met au service d (...)
  • 7 Racamond Julien (1885-1966). Ouvrier agricole et ensuite boulanger il adhére à la CGT en 1904. Dès  (...)
  • 8 Jacob Mirov-Abramov (1895-1937), devient dès le IIIe Congrès le représentant de l’OMS à Berlin où, (...)
  • 9 Walter Stœcker (1891-1939). Député et président du groupe parlementaire communiste au Reichstag, il (...)

30Arrivée Berlin 7 h 10 tapant gare Friedrichst. Ambassade. Un petit vent du Nord gelé. Café central hôtel petit déjeuner. Autobus à Impérial Aboag. Dans la rue, les chapeaux verts, les pardessus verts, les robes vertes, la schupo verte. L’ambassade au 7 entre la Cunard Line et la Hambourg-América. Unter der Linden. Les grandes firmes automobiles, les grandes compagnies de navigation, les grandes banques, magasins. On va à la Préfecture de police pour la date du passeport. Dans les couloirs des images de la cruauté des soldats français. A l’ambassade Vanin6, Julien7, Mirov8. Visite au Reichtag. Déjeuner avec Stœker9. Les communistes ont deux tables séparées. Le plafond : Subumbra alarum tuorum, protège nos-Zollern. Le sécrétariat administratif de la fraction communiste a une salle : la fraction en a une autre, grande ; tous les partis du Reich ont leurs locaux. Les petits déjeuners 1,5 mark, le déjeuner 3.

  • 10 Hermann Remmelé (1880-1939). Dirigeant du PCA depuis 1921, représentant de son parti à Moscou en 19 (...)
  • 11 Hollein, député communiste au Reichtag, est emprisonné en mai 1923 à la prison de la Santé pour son (...)

31La séance du Reichtag – Stœcker et Remmelé10 parlent dans le bruit ; cette séance ressemble exactement à une séance de la Chambre. Hollein11 me dit : « Tout le monde me réclame en Allemagne mais je suis victime d’intrigues ». Les communistes allemands espèrent arriver à 3 millions de voix sur le nom de leurs candidats. Je trouve dans les couloirs les vieux chefs socialistes et dans l’ascenseur Hermann Staller. Socialistes et communistes sont placés au Reichtag comme nous le sommes à la Chambre, comme à Paris les socialistes occupent les deux premiers rangs de la gauche et les communistes sont placés derrière eux. Mais ils descendent de leurs hauteurs et se mêlent aux socialistes en gesticulant, en criant, de sorte qu’à certains moments, c’est la mêlée et le tumulte et les injures comme au Palais-Bourbon. En sortant du Reichstag, il neige, puis il fait du soleil.

  • 12 Ruth Fischer (1895-1961). Dirigeante du PCA depuis le printemps 1924 elle a défendu la politique de (...)
  • 13 Ottomar Geschke (1882-1957). Membre de la gauche du PCA depuis 1922, il est en 1924 membre du Burea (...)
  • 14 Jacob Mirov Abramov (1895-1937). Membre du parti bolchevik en 1916, il travaillle à l’étranger de 1 (...)

32Départ 6 h 10 Friedrichstrasse avec Rutte Fischer12 et Geschke13. 6 h 40 Berlin-Kœnigsberg, Visvallis, Kovno, Jorucheis, Maite, Riga-mardi 10 h soir : vingt-huit heures. On repart à 11 h pour Moscou mardi 10 (22 h). Arrivée Moscou jeudi matin 10 h. 450 F me sont réclamés par Mirov14 pour le voyage Eydtkhum-Moscou + 40 F en Lith., 250 F à la frontière allemande, les repas dans le train (quatre jours et demi).

Mardi 10 mars 1925

33On quitte Berlin le soir. On se réveille à 7 h du matin à Noskitten à l’extrémité de la Prusse orientale. Neige sur le sol. tout est ordonné, réglé, le tas de bois comme des soldats à la parade. Champs bien clos. Sapins et bouleaux. De grandes fermes propres, bâtiments de briques et de bois. Arrivée à Eydkhyen : l’aventure attendue. Passeport porte que je peux rester en Allemagne jusqu’au 9. On est le 10. Donc on me retient. Police : amende 150 F. Puis il faut aller à 30 kilomètres en arrière faire réviser le passeport. Une auto brûle sur le pavé : après mille incidents, et plus de 100 F de dépenses je rattrape à Vitalis le train de Riga.

  • 15 Édouard Dudilleux, né en 1881, ouvrier imprimeur, militant syndicaliste de la CGTU. Il est élu memb (...)
  • 16 Gaston Monmoussseau (1883-1960). Cheminot, journaliste à l’Humanité, en 1919 il est élu secrétaire (...)

34Je trouve dans le train Dudilleux15 et Monmousseau16 et un délégué de l’ISR et le président des Soviets du Daghestan. Kovno sur Niemen – Tiens un tunnel ! Pour traverser la Lituanie, le train met huit heures ; il va à une allure très lente. À mesure qu’on s’avance la neige est de plus en plus abondante. A la frontière allemande c’était déjà le dégel, les chemins pleins de boue ; ici l’hiver n’est pas fini. Le président de la République du Daghestan me vante la voyage en auto à travers le Caucase. On part de Tiflis à 8 h matin, le soir, on est de l’autre côté du versant. Le spectacle est admirable. Le Daghestan 2 millions d’habitants est sur les deux versants, vers Bakou, vers Astrakhan. Il y a du pétrole, il y a de la vigne, des distilleries, du cognac, on va tenter le coton. C’est une république autonome reliée au centre. Elle tente de se rapprocher des montagnards qui s’étendent jusqu’à la Mer noire. Le président se montre très inquiet du sort de la prochaine récolte russe.

  • 17 Adam Stegerwald (1874-1945), leader syndicaliste catholique, ministre du Reich sous la République d (...)

35Ruth Fischer pense que désormais la révolution en Europe ira d’un pas lourd. En Allemagne l’échec de 1923 est comparable à celui de 1905. Il faut donc maintenant se préparer à la base, surtout dans les municipalités. Quant à l’élection présidentielle elle pense que si Stegerwald17, de la droite du centre est candidat, il sera élu. Lorsque les socialistes ont décidé de présenter un candidat, les bourgeois leur on dit : « vous tuez la démocratie ! » À propos de l’échec de 1923, une caricature : un Russe apprend aux Allemands la technique de la Révolution. Il lui dit : « il faudra d’abord prendre la gare ! – Oui, dit l’autre, mais pour cela, est-ce que nous serons obligés de prendre des billets de quai ? »

Mercredi 11 mars 1925

36On arrive à Filupe à 8 h du matin dans un wagon letton tout neuf. Il a fallu coucher tout habillé et il neige. Départ de Sebetch à 2 h. Dans l’intervalle, on déjeune au buffet : une soupe bortsch, deux œufs, deux thés, le tout pour 22 F. Il y a en gare plusieurs locomotives neuves puissantes achetées en Suède qui étaient déjà là en novembre. Le camarade de la cellule de Sebetch vient nous prier de faire une réunion. Nous nous excusons, en route, neige abondante. Je lis La confession de minuit de G. Duhamel. L’analyse de l’État d’un petit employé parisien.

  • 18 Il s’agit du plan négocié sous l’égide des Américains et accepté par l’Allemagne, qui prévoyait les (...)
  • 19 Il s’agit du plan Dawes qui, sous l’égide des États-Unis, garantissait le paiement des réparations (...)
  • 20 Il s’agit bien sûr des députés communistes.

37L’industrie allemande se développe techniquement à l’américaine depuis le plan Dawes18. C’est le système Ford ; l’industrie allemande marche sous la direction américaine, pour les ouvriers allemands. On travaille onze heures chez Krupp ; on fait douze heures dans les usines à coke. Dans les mines d’État on fait huit heures et demie sous terre ; dans les autres usines huit heures, salaires 34 marks par semaine, 32, 33, 34. 10 % d’impôts sur les salaires plus les impôts indirects aggravés par le plan de Londres. Les mineurs tués à Dortmund gagnaient 30 marks par semaine. Après les accidents de Dortmund les ouvriers ont perdu trois jours. Ils les ont rattrapés. 500 000 chômeurs en Allemagne. Le chômage diminue. Siering – ministre des Finances et du Commerce en Prusse c’est lui qui a fait donner 23 millions de marks à Klochner. L’industrie allemande a accepté Dawes19, disent-ils, pour toucher les 800 millions américains. Mais ils avaient reçu 700 millions de l’État allemand. Lorsque la Ruhr aura été développée à l’américaine, tous les ouvriers français seront touchés. Les députés allemands ont 600 marks, ils laissent le quart au parti plus 10 % au Secours rouge parce qu’ils ont plusieurs collègues en prison20.

  • 21 Boubnik, un des dirigeants de la fraction dit de droite du PCT, député au Parlement de Prague, vena (...)

38Vienne est non allemande, mais capitale des Balkans. Les Autrichiens ne vont pas tous, s’unir à l’Allemagne. La social-démocratie autrichienne est plus active que les communistes tchéco-slovaques. Les Tchéco-Slovaques ne font rien. Pas de propagande par tracts, ni organisations d’assises ; les ouvriers payent une toute petite cotisation ; ils lisent un journal par semaine ; pas d’idéologie ; pas de travail dans les usines. Le frère de Boubnik21 est employé à la Préfecture de police. La démocratie tchéco-slovaque est corrompue, et les communistes tchéco-slovaques n’ont pas rompu avec les démocrates.

39En ce moment, une restauration monarchique en Allemagne est très possible. Si l’entente ne s’y opposait pas, elle se ferait, même les sociaux-démocrates accepteraient une monarchie constitutionnelle dite du peuple. Il n’y aurait que les communistes pour protester.

40Dans le Daghestan, et dans la montagne, restes importants de l’arabisme intellectuel qui a encore une grande emprise sur les paysans. Les ouvriers s’en sont détachés, mais le prestige des prêtres reste encore grand. Pour les combattre, on les exclut du vote et de l’école. Les instituteurs sont des auxiliaires du communisme. On replante de la vigne. Le président cherche des plants. Son suppléant viendra à Paris le mois prochain et nous en causerons. Dans le wagon-restaurant excellent dîner, gibier et vin : 3 roubles par personne – service bien assuré. Dans le train, un tout petit nombre de voyageurs et voyageuses. Dans la campagne, les traîneaux sur la neige avec les paysans agenouillés, dans le traîneau sur un sac de paille.

  • 22 Numéro de la chambre, à l’hôtel Lux, de Ruth Fischer, (1895-1961). Entrée à la Centrale du PCA dès  (...)

41Ruth F. 37922.

  • 23 Numéro de la chambre, à l’hôtel Lux, de Suzanne Girault (1882-1973). Institutrice libre en Russie p (...)

42Suz. G. 37823.

  • 24 louri Figatner alias Issaakovitch Jokov (1889-1937). Ayant adhéré au parti bolchevik en 1903, il de (...)

43Figatner24 : chambre 357 dans l’annexe du Lux toute neuve et propre.

Jeudi 12 mars 1925

  • 25 Wiener, pseudonyme de Max Strötzel.
  • 26 Jeanne Dubois. En fait il doit s’agir de Marie Dubois, membre de la commission féminine centrale du (...)

449 h petit déjeuner dans le train. Soleil magnifique. C’est la fête anniversaire de la 1re Révolution 1917. Wiener25 au Lux. Gouralski = Klein. Nous arrivons à la gare à 10 h 05 exactement, heure de l’indicateur. Dans la rue, autobus, puis deux camions chargés de pots de lait comme à Paris. Je vais à la chambre 146 remettre le petit vêtement. Deux femmes âgées, la mère de Jeanne Dubois26 et sa sœur la mère de Sokolnikov qui est en ce moment en Italie où il a été conduire sa femme malade de la poitrine. On me fait admirer les photos de J.D. en sœur de charité, en costume de bal. On est fier d’elle. Est-il vrai qu’elle est rédactrice en chef d’un journal et que ce journal sous sa direction est passé en quelques semaines de 3 600 à 7 200 numéros ? La mère de Sokolnilov me raconte son évasion de Sibérie. La mère de Jeanne Dubois me dit ses travaux en Suisse et en Ruhr. Le petit est assez chétif et maladif. Pour l’instant, ses yeux sont inquiétants. Est-elle légale ? Risque-t-elle ? Je vais aller à Petrograd chercher des papiers qui lui serviront à légaliser sa situation en France, car on y chasse les Russes, n’est-ce-pas ?

  • 27 Pierre Bellugue dit Fernand (1892-194 ?). Militant des Comités syndicalistes révolutionnaires (CSR) (...)

45On me demande de passer au 146 avant mon départ pour y prendre quelques commissions pour Paris. On donne 3 roubles par jour et par délégué et chacun s’arrange pour se nourrir. Ce n’est plus le Lux qui s’en charge. On dîne en compagnie de tous les Français dans la chambre de l’un d’eux, puis on monte dans la chambre 334 où sont rassemblés un grand nombre d’étudiants et d’étudiantes de la faculté ouvrière qui chantent et dansent pour nous. Comme on parle de souper tard, je m’éclipse doucement et rentre à mon 357. En route à travers le dédale du Lux, j’entends une voix qui remplit le couloir. Je frappe à la porte, je suis chez Bellugue27 où causent Humbert-Droz, Dudilleux. Monmousseau et Bellugue. Je m’excuse. Les conjurés étaient en train de se réconforter. Mais il semble que leurs points de vue soient à Moscou et même dans la CGTU française, fortement combattus. Il est entendu que Chliapnikov chez qui se réunissent Souvarine et la droite sera rappelé à Moscou. Plus tard, je trouve le petit garçon de Jeanne Dubois chez Klein qu’il appelle papa.

Vendredi 13 mars 1925

  • 28 Paul Vaillant-Couturier (1892-1937). Après avoir rejoint la SFIO en 1916, il choisit la IIIe Intern (...)
  • 29 André Marty (1886-1956). Mutin de l’armée française envoyée contre les bolcheviks en Mer noire, il (...)

46Petit déjeuner à 9 h chez Vaillant-Couturier28. Il me dit que son travail est difficile, que les archives sont en désordre et que celles de la Tchéka comme celles de Tchitchérine sur les événements de 1917, 1918, 1919 sont difficiles à compulser. En outre les membres du gouvernement sont à Tiflis et il aurait besoin de leurs témoignages qui lui manquent. Il me confirme que la vie est en baisse, mais seulement pour la nourriture, mais pour les vêtements et les chaussures... 1 œuf 8 sous, un poulet 11 F, 1 kg de viande 8 F. Il vit beaucoup avec les Russes, Roussanov le fils de l’ancien socialiste révolutionnaire qui est magistrat. Il a bu hier quatre verres de vodka qui l’on rendu malade. Il me raconte que Marty29 est outré que sa belle-mère ait été exclue du parti, et que Marty déclare qu’il ne rentrera au Parlement et dans le parti que si sa belle-mère est réintégrée.

  • 30 Pierre Semard (1887-1942). Employé des chemins de fer, secrétaire général de la Fédération unitaire (...)

47Ce que propose le rapport Semard30 sur l’unité syndicale :

  1. Congrès interfédéral en septembre
  2. Avant le congrès, conférences mixtes, industrielles et inter-industrielles dans les régions
  3. Le congrès ne sera qu’une étape vers l’unité ; l’unité ne peut être réalisée qu’à la base par une fusion simultanée des syndicats réformistes et unitaires
  4. Dès lors, le congrès de septembre devra fixer les modalités de cette fusion et fixer sa date d’exécution. Il faut donc étudier dès maintenant les modalités de la fusion.
  • 31 Grigori Zinoviev (1883-1936). En 1901, Grigiri Evseevich Radomilsky appartient au parti social-démo (...)

48La thèse de Zinoviev31 sur la bolchevisation du parti communiste français. Les tâches :

  1. Campagne pour l’unité syndicale
  2. Création de syndicats de masses
  3. Contact étroit du PC et de la CGTU
  4. Recruter 50 000 membres au PC
  5. Organiser la masse ouvrière parisienne sympathique
  6. Organiser la province industrielle
  7. Gagner l’influence sur les paysans
  8. L’antimilitarisme chez les paysans et les jeunes
  9. Attention sérieuse aux ouvriers étrangers
  10. Travail énergique dans les colonies
  • 32 Rosa Luxembourg (1871-1919). Socialiste révolutionnaire allemande d’origine polonaise, elle fait se (...)

49Les erreurs de Rosa Luxembourg32. Elle a sous-estimé le rôle des paysans. Elle a nié la formule sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et à s’ériger en États indépendants. Elle a déclaré que les syndicats devaient appartenir au parti, méconnaissant le rôle des syndicats, en tant qu’organisations unissant tous les ouvriers. Elle a sous-estimé le rôle de la préparation technique de l’insurrection.

50Le camarade Simon Lvovotch Boltz secrétaire du président des commissaires du Daghestan vient me voir et m’apporte six bouteilles de vin de son pays. Il m’en dit les ressources illimitées en pétrole, en ciment, en vin, en fruits qui se perdent, en poisson, en caviar. Il viendra à paris où il viendra me voir. (Les fruits se perdent !! Si Lilite était là !) Il me parle d’une ville du Daghestan, qui est la ville la plus vieille du monde et très intéressante.

51À 6 h réunion de la délégation française. Le rapport de Semard. Varga vient. Il nous dit que lorsque l’Allemagne va travailler à plein, la Belgique, la France, l’Angleterre vont souffrir économiquement. Il n’y a pas de place en ce moment dans le monde européen pour l’industrie de quatre puissances aussi formidablement outillées. L’équilibre n’est pas à la veille de s’établir.

  • 33 Iouri Mikhaïlovitch Nakhamkiss, dit Stieklov (1873-1941). Militant du mouvement ouvrier depuis 1893 (...)

52Dîner chez Vaillant avec Mme Roussanov, parisienne de Paris qui nous raconte sa vie pendant la Révolution ; ce qu’on mangeait ? ce qu’on faisait pour manger. Elle allait à la campagne, tirait les cartes aux paysannes riches et recevait quelques betteraves, de la kacha, des graines de tournesol. Elle vendait des petits pains dans la rue. Elle nous dit le scandale de la liaison de Stieklov33 et les histoires de Lounatcharsky et de sa femme. Lounatcharsky était marié à une danseuse : scandale. Son mari, fonctionnaire de la cour de cassation gagne 14 tchervonetz par mois. Ils habitent un appartement de 100 F par mois.

  • 34 Né en 1902, André Ferrât, de son nom Morel, abandonne l’École des travaux publics en 1924 pour se c (...)
  • 35 Robert Alloyer (1900-1935). Apprenti typographe parisien, il participe aux grèves de 1919-1920. Adh (...)
  • 36 Henri Raynaud (1890-1970) Jean, Julien, Isidore dit Henri. Commis des PTT, il adhère à la CGT en 19 (...)
  • 37 Henri Jacob (1896-1976). Ouvrier tisseur, il adhère aux Jeunesses socialistes dont il devient le re (...)
  • 38 Octave Rabaté (1899-1964). Ouvrier mécanicien, il est élu en 1923 secrétaire des Jeunesses communis (...)
  • 39 Maurice Thorez (1900-1964). Ouvrier mineur il adhère à la SFIO en 1920. Il rejoint le PCF, est en 1 (...)
  • 40 Lucien Midol (1883-1979). Ingénieur des arts et métiers, puis mécanicien à la compagnie du PLM, il (...)
  • 41 Jacques Doriot (1898-1945). Ouvrier métallurgiste, secrétaire général des Jeunesses communistes, dé (...)
  • 42 Gabriel Sauvage (1879-1946). Militant syndicaliste, adhérent de la SFIO à partir de 1907, il choisi (...)

53Visite à quelques magasins. Il semble que la Nep soit forte. Chez les fourreurs, manteaux à 1 800 F. Ferrat34, Alloyer35, Monmousseau, Dudilleux, Raynaud36, Jacob37, Rabaté38, Semard, Thorez39, Midol40, Vaillant, Marty, Doriot41, Cachin, Sauvage42, S. Girault. Reçu six bouteilles de vin du Daghestan. Les Françaises avortent en crachant.

Samedi 14 mars 1925

54Pendant la discussion à la commission de bolchevisation à Moscou (Exécutif février) les Allemands discutèrent gravement sur ce problème : doit-on s’intituler révolutionnaires professionnels ? Neumann : « Le parti bolchevik est basé sur le fameux paragraphe 1. La formation de révolutionnaires professionnels est le paragraphe 1 de notre bolchevisation. Personne en Allemagne ne confondra politicien professionnel et révolutionnaire professionnel... » On lui répond que le révolutionnaire professionnel est né sous le tsarisme dans les cercles contre l’absolutisme, en un temps où il n’y avait pas d’organisation de masse. C’est un fait historique.

55La bolchevisation est une œuvre de longue haleine. Zinoviev :

  • Pour les cellules, la question n’est pas aussi simple que nous le croyons. Des difficultés sont apparues en certains pays. Il faut ménager les transitions.
  • L’expérience de Marx se fondait sur la Révolution française, l’économie anglaise, la philosophie allemande. Lénine y ajouta la révolution russe. Il inséra dans le marxisme la question paysanne et le mouvement colonial.
  • La révolution agraire du IIe Congrès est le document le plus important du léninisme. Le chef révolutionnaire doit être à la fois conducteur du prolétariat et de la classe paysanne.
  • Bolcheviser un parti c’est adopter à son action les leçons de la révolution russe. Il ne faut pas calquer mais adapter en tenant compte des conditions de chaque pays.
  • Si quelqu’un prétendait que le révolutionnaire est la base de notre parti on pourrait lui répondre que l’ouvrier l’est autant.

56Il est préférable de retenir dix droitiers qui ont reconnu leur faute que d’en exclure un seul. Kolarov me dit que le parti unanime a désormais oublié Trotsky. Trotsky est maintenant en Géorgie où il se soigne. Il a écrit au Comité central pour se mettre à sa disposition aussitôt guéri. En 1924 toute l’armée était avec lui. C’est fini mais ce fut un moment dangereux. Une véritable tempête a emporté le trotskisme : personne n’en parle plus.

57À 7 h 1re réunion de l’Exécutif élargi. Ordre du jour :

  1. Rapport de Zinoviev sur la bolchevisation
  2. L’unité syndicale
  3. La question paysanne
  4. La discussion dans le PCR
  • 43 Albert Arthur Purcell (1872-1935). Très tôt, il partage son temps entre le travail et l’école. En 1 (...)
  • 44 Gabrielle Chantesay. Sœur de Gaston Monmousseau, elle est mariée à Léon Chantesay (1883-1968). Ils (...)
  • 45 Pierre Monatte (1881-1960). Membre de la CGT en 1904 il s’oppose en 1914 à l’Union sacrée. Il souti (...)
  • 46 Jean Morin (1869-1924). Conseiller municipal communiste de Paris, il avait annoncé qu’il ne se repr (...)

58Il est entendu que l’Exécutif commence le 20. Rien de remarquable dans cette première réunion où je rencontre Clara Zetkin, si ce n’est l’opposition ridicule entre les deux tendances des États-Unis. Après la réunion qui fut brève, on nous offre au cinéma la tournée de la délégation anglaise Purcell43 et C°. Les Français rentrent au Lux où nous dînons très tard et fort mal. Puis on bavarde ; Semard nous révèle que Monmousseau avait voulu devenir secrétaire du parti communiste, obéissant à son inspiratrice Chantesay44 ; que l’aventure Monmousseau Semard d’aujourd’hui ressemblait à l’aventure Monatte45 Moumousseau de la Vie Ouvrière. Bref, lutte sans merci entre les deux hommes. On reproche à Monmousseau d’avoir déclenché le mouvement de 1920. Et aujourd’hui on lui fait grief du rapport qu’il vient de déposer à l’Exécutif élargi et où il accuse le parti français de préparer des putsch. Ensuite Suzanne G. nous conte la sinistre histoire des trois étudiants allemands venus à Moscou pour tuer Staline et Trotsky, et celle de Jean Morin46 qui nous renverse.

Dimanche 15 mars 1925

59Vaillant me signale qu’il y a désormais un conflit Staline-Zinoviev. Staline ne veut pas de l’exclusion de Trotsky réclamée par Zinoviev qui est au 11 à 11 h.

  • 47 Bohumir Smeral (1880-1941). En 1897, il rejoint le parti social-démocrate tchèque. Éditorialiste à (...)
  • 48 Thomas Masarik (1850-1937). Homme politique tchécoslovaque, professeur de philosophie à l’universit (...)

60La situation en Tchéco-Slovaquie par un membre de la Jeunesse T.S. Michalec (Michalets). Voici un courant de Tchéco-Slovaquie, celui des Jeunesses : le parti passe par la crise nécessaire pour devenir un parti bolchevik. Jusqu’ici la lutte était cachée, maintenant elle est ouverte. Après le Ve Congrès, il y avait danger que le parti tchéco-slovaque ne devienne un centre de la droite de l’Internationale communiste. Danger écarté. Le congrès national après le Ve Congrès contenait une forte opposition de droite représentée par les Tchèques en majorité. La droite a accepté les décisions sur la théorie, mais sur les questions pratiques de la direction du parti il y eut discussion longue, qui se termina par un compromis. Il y a tension entre les Tchèques et les Allemands. C’est parce qu’il y eut compromis. On a dit : dix-huit membres gauche quatorze droite + deux jeunesses à gauche. C’était une bonne base pour bolcheviser le parti. Le congrès avait donné à la gauche la possibilité de conquérir le parti à l’IC. Il fallait aller aux masses, et de plus éviter l’apparence de la lutte fractionnelle dans le parti tout en épurant l’appareil. Telle était l’opinion des Jeunesses. Smeral47 disait : « la situation économique tchéco-slovaque serait calme sans crise économique ni politique alors le parti devrait conquérir les masses par une propagande calme ». Cette vue n’est pas juste. Il y eut tout de suite après le congrès une offensive capitaliste : plan Dawes puis dans la Tchéco-Slovaquie elle-même. Vers le 15 février fin de la campagne contre la vie chère, le 12 manifestation à Prague, sang coule ; protestation 30 000 ouvriers. Ces deux démonstrations, plus les actes du gouvernement ont changé l’état d’esprit des masses. Puis la droite de la Tchéco-Slovaquie agit, presse le gouvernement d’agir. On avait cru que la droite attendrait la mort de Masarik48 pour lutter contre la démocratie et le pacifisme. Mais maintenant la droite agit directement pour la conquête du pouvoir. Il y eut lutte pour la direction de l’État-major. La droite a imposé un général fasciste Gaïda, ami de Jeannik. Dès lors le mot d’ordre « gouvernement ouvrier et paysan » devient indispensable. Le fascisme grandit, et comme il y a des divisions nationales, il sera spécial.

61Le parti a fait son action contre la vie chère il mène le mouvement des masses contre la coalition gouvernemental. De plus, il travaille pour l’unité syndicale. L’influence du communisme grandit. Aujourd’hui le gouvernement entre en lutte contre le communisme dans les régions tchèques et allemandes. La Jeunesse apporte des critiques à l’action de la direction du parti. Il y a grand progrès sur la direction de Smeral, mais il y a encore des critiques à faire. La direction du parti n’a pas assez agi pour appliquer les décisions du Ve Congrès. Il y a des résistances chez les militants syndicalistes tchèques. De plus, on n’a pas assez fait pour les cellules. En outre, la direction n’a pas informé et éduqué le parti à l’intérieur. Pas d’idéologie politique de gauche. La gauche n’a pas unifié son action dans le congrès ni après le congrès. La direction n’a pas dirigé l’opinion sur la discussion russe. Elle a caché les textes de l’I. et par là elle a empiré la situation. Enfin la direction n’a pas assez travaillé pour remplacer les gens de l’appareil en province. On aurait pu avec une pratique sage créer une situation française, collaborer avec les camarades non de gauche, en même temps il fallait exclure la droite réfractaire, mais on n’a pas fait assez pour réaliser cette unité, ce bloc. Le centre, lui aussi, a été avec la droite. C’est pourquoi nous entrons dans la crise qui ne sera pas freinée avec cet Exécutif.

  • 49 Julius Vercik (1894-1959). Adhérent du parti communiste tchécoslovaque dès sa fondation (1921), il (...)
  • 50 Trois hommes portent le pseudo « Horn » auquel il pourrait se rapporter : Aleksxander Danichuk, Fil (...)
  • 51 Antonin Zapotocky (1884-1957). Fils d’un militant socialiste, il rejoint le parti social-démocrate (...)
  • 52 Alois Mouna, né en 1886, militant du parti social démocrate tchèque, il est incorporé au sein de l’ (...)

62Le groupe Smeral (centre) s’est orienté vers la droite. Après le congrès, la droite ironise : « Faites ce que vous voudrez, mais nous vous saboterons, surtout les fonctionnaires des grands centres industriels tchèques. » Là, Smeral prit une position d’équilibre, de mentor. Il ne faut rien brusquer disait-il. Il ne faisait rien contre le sabotage de la droite. Avec la discussion russe, la droite est entrée en conflit. Elle a accusé la direction de fractionalisme. Elle a saboté la manifestation contre la vie chère. Elle a dit de ne pas participer à la manifestation. Le club des députés a refusé de suivre le BP à propos du budget. La Commission de contrôle des finances a accusé la gauche et dénoncé des scandales. La droite a commencé une campagne dans la presse conte l’espionnage de la gauche. L’attitude de Smeral n’a pas contribué à attirer les Tchèques au Ve Congrès. Au contraire elle a aidé la droite dans son offensive. Il y a maintenant un noyau de liquidation du parti encouragé par Smeral. Les liquidateurs ont répandu des calomnies. Ils ont dit que les chefs actuels étaient des Slovaques, des Juifs, des aventuriers, des criminels, des fraudeurs, des voleurs, au lieu des vieux chefs éprouvés. Ensuite on a préparé une conférence de droite pour fin janvier. Elle n’eut pas lieu ; mais une conférence préliminaire eut lieu début janvier dans laquelle on a commencé à poser la question de la scission, si la gauche agissait. On a discuté la question de l’attitude du parti dans la question nationale. La gauche a exclu Boubnik, président de la section de Prague. C’est lui qui avait organisé le sabotage de la démonstration. Cette exclusion a été le signal : la droite a engagé la lutte, en disant qu’il fallait exclure la gauche, en affirmant leur amour pour l’IC. Boubnik a publié une feuille volante contre le parti : le même jour Smeral a protesté contre l’exclusion de Boubnik. La résolution de la section de Brünn a aussi encouragé la droite et Boubnik. La crise s’est aggravée du fait que la Commission de contrôle fit une enquête pour montrer ce qu’était Vectchak49 qui aurait reçu de l’argent obscur, contre Zeidler qui serait un espion militaire, Horn50 qui serait un espion policier. On a donné connaissance de ces faits avant de dire au centre du parti ce qui se passait. Dès lors, on n’a plus posé que cette question : est-ce que ces éléments corrompus de gauche seront tolérés ? Il y eut agression personnelle contre ces camarades. La droite a demandé les trois têtes en échange de la tête de Boubnik. La possibilité de la scission est désormais donnée. Smeral profite de tout cela pour détruire l’influence de la gauche. Il a parlé à Prague de se présenter en sauveur du parti. Il dit : « On impose au parti une direction contre sa volonté or le parti doit se donner sa direction ». Sabotosky51 a écrit (ancien secrétaire du parti) sur cette conférence un article « Il faut sauver l’unité. Il faut dire que les liquidateurs sont sains ». Alors le comité directeur a réuni un comité directeur élargi. La gauche y a proposé l’exclusion de Vertcheik, la suspension de Zeidler, en maintenant l’exclusion de Boubnik. On brisa ainsi la droite. La gauche prouva qu’elle était décidée à marcher. Smeral a proposé un ordre du jour opposé, pour convoquer une conférence nationale extraordinaire avant l’Exécutif (pr. les fonctionnaires du parti). La gauche proposa non les fonctionnaires mais les envoyés des cellules. Mouna52 dit je représente les éléments sains. Nous aurions dû résister conte les décisions de l’IC sur notre direction. Smeral est diplomate. Il est maintenant prêt à rester avec les éléments tchèques contre l’IC.

  • 53 Alois Neurath (1886- ?). Militant du mouvement ouvrier dans la région des Sudètes, il participe à l (...)

63Aujourd’hui armistice jusqu’à l’Élargi ; armistice bien observé, sauf par Brünn. Smeral voit que sa position hésitante a ébranlé son crédit près des éléments de droite tchèques. Il reprend maintenant à droite. Les Jeunesses étaient d’avis qu’on aurait dû exclure Boubnik autrement, il fallait la préparer, par une campagne politique. Elle est arrivée de manière inattendue. De même pour l’exclusion des membres de la gauche. Il fallait sacrifier Horn et garder les deux autres car leur cas n’est pas clair. On aurait pu payer moins cher. La gauche est dirigée par Neurath53 : c’est lui qui est coupable de l’irrésolution de la gauche. Dans la gauche, critiques contre lui venant de Vernitchk et des Jeunesses ; c’est pourquoi Neurath les a exécutés. Il n’y a pas d’accord dans la gauche. La délégation de l’Exécutif s’est trop fiée à Neurath : elle n’a pas ébranlé le contact avec les jeunesses et les autres mouvements de la gauche. Elle aurai dû défendre Vemitchk et attendre l’Exécutif. Neurath n’a pas les qualités pour diriger le parti. Il est un Allemand, il n’a pas de liaison avec les Tchèques. Il est hésitant. Il n’est pas avec l’IC c’est lui qui est responsable des hésitations de la gauche.

64Voici les propositions des Jeunesses :

  1. On va à la scission avec majorité de droite.
  2. Il faut critiquer largement l’action politique du parti, puis indiquer ligne d’action précise pour la gauche.
  3. Il faut des déclarations claires et ouvertes de Smeral sur la droite. Il faut remplacer les membres de l’Exécutif de droite par des ouvriers de gauche. Il faut critiquer Neurath et briser son influence à gauche. Sur sept membres du BP quatre sont bons. Il faut réhabiliter Verchnik et Zeidler. Il faut préparer le congrès extraordinaire du parti. Il faut réélire une commission de contrôle. Il faut réduire la participation de la droite dans le Comité directeur sans éliminer Smeral. Il vaut réorganiser le Club des députés. Malgré cela la crise continuera, mais dès maintenant c’est tout. Il n’y a pas eu d’explication idéologique devant le parti. Smeral apparaît encore à la masse comme l’homme de l’IC. On a frappé sans explication et on a fait de la diplomatie, non de la critique sérieuse et complète. La masse tchèque n’est pas habituée à la lutte fractionnelle. La gauche a avec elle les fonctionnaires ouvriers des cellules ; aussi quelques fonctionnaires supérieurs, elle a aussi l’organe central du parti ; elle a les Jeunesses moins les Tchèques – 15 000. La droite n’a qu’un journal à Brünn.

65Au déjeuner du 1erDom des Soviets, de l’oie !! 65 kopecks. Il fait une journée merveilleuse, un froid piquant et sain qui cicatrise mes bronches et agit énergiquement sur ma grippe. Après déjeuner, le tour classique autour du Kremlin, puis je rentre faire un papier sur la Commune pour un journal russe, puis un autre papier sur la IIe Internationale. On apprend les incidents de Halle. Jacob vient me voir et met au point les perspectives syndicales. Il ne s’agit de rien de moins que de la liquidation de la CGTU et ultérieurement de l’ISR.

Lundi 16 mars 1925

  • 54 IG. Smoliewsky, socialiste-révolutionnaire, qui rejoint le PCR(b) après novembre 1917. Il commence (...)
  • 55 Alfred Kurella, dit Bernard, né en 1895. Militant allemand, il participe à la fondation et aux prem (...)
  • 56 Adrien Mouton (1902-1988). Il s’engage dans l’action syndicale puis politque pendant la grève des m (...)

66Smoliewsky54 à la place de Bernard55 dans les écoles. Losovsky (au 11) est entendu par la délégation. Semard explique les divergences entre le parti et la CGTU. La CGTU pensait que le parti devait lui communiquer ses décisions et en discuter préalablement avec la CGTU. Un Comité d’action une fois créé, c’est lui qui devra être l’organe essentiel devant lequel seront discutés les problèmes. En décembre, arrive l’attaque de la réaction contre le parti. Nous examinons au BP les moyens de réaction. Nous décidons une campagne contre le fascisme. On réunit le Comité d’action. Le bureau confédéral refuse de faire une campagne avec nous contre le fascisme. Nous voulons alors faire les Comités d’unité prolétarienne qu’on accuse d’être des organes d’insurrection : on nie le fascisme jusqu’à Douarnez. Le BP décide que le parti va agir et constituer les Comités d’unité prolétarienne. La CGTU dit alors : vous nous mettez devant le fait accompli (c’était vrai ! il y a eu une faute de forme). Nous décidons alors une nouvelle réunion sur la tactique des Comités d’unité prolétarienne. La CGTU s’élève avec violence contre l’idée que l’on va parler d’unité syndicale dans les Comités d’unité prolétarienne. Nous nous inclinons pour ne pas créer de crise. De plus, désaccord sur les perspectives de lutte plus ou moins proches. Le 15 décembre parut le faux 128. Nous laissons les journaux s’enfoncer. Nous ne démentons que deux jours après. Monmousseau trouve le démenti trop tardif. Arrive le congrès de Clichy sur l’unité syndicale. Adrien56 pose la question de l’unité à la base. Au congrès, Semard dit publiquement : « si l’unité ne peut se faire au sommet, il faudra la faire à la base avec des garanties ». Alors, la CGTU déclare qu’elle va faire de nouvelles propositions à la CGT. L’idée du congrès de septembre : pendant le congrès, proposition de fusion aux chefs CGT et prendre toutes les dispositions. Monmousseau dit : « c’est la guerre ! » Alors le BP accepte le congrès de septembre. On accuse le parti de vouloir la dissolution de la CGTU. Nous déléguons à la CGTU pour dire : « Nous voulons non la guerre mais la paix. Venez à Clichy. » Ils viennent. On se met d’accord sur la résolution. Nous déclarons [ill.] le bureau de la CGTU. Semard fait un article sur la résolution. Cet article est critiqué par la CGTU. On se réunit alors : en septembre, dit Bésar (?), nous grignotons la CGT, ils sont contre l’unité, ils le disent nettement. Nous avons toujours en intention de dire aux camarades : « Suivez la CGTU et sa tactique sur l’unité ». Nous avons accepté septembre et ses conséquences. Il y a eu des frictions personnelles. Monmousseau ne me pardonnera pas d’être à la direction du parti. Il exige qu’avant de parler au parti, je lui communique toutes mes intentions. C’étaient impossible que devant le BP je travaille comme çà. La CGTU a manqué d’action, elle a eu une défaillance.

  • 57 Andrès Nin (1892-1937). En 1911, il milite au sein du parti socialiste espagnol. En 1914, il dirige (...)
  • 58 Auguste Herclet (1898-1942). Ouvrier dans l’industrie textile à Vienne (Isère), il consacre l’essen (...)

67À l’ISR Monmousseau trouve des points d’appui formidables. Losovsky, Nin57, Herclet58. Or c’est dangereux pour l’ISR. Au bureau confédéral, on a misé sur une pression sur le mouvement russe. On accuse le parti de vouloir se mettre au-dessus de la CGTU. Adrien : « Quand le parti a grandi dans ces trois derniers mois, la CGTU s’est trouvée infériorisée. Or la question est : qui dirige la classe ouvrière en France ? si les questions se sont gâtées, il y a eu des questions personnelles : Monmousseau, après une conversation avec Schliapnikov s’est dit : on me traite en diplomate. Monmousseau a demandé que tout le Bureau confédéral entre dans le Bureau politique, alors que sur quatre, trois ne sont pas du parti. Adrien a été jusqu’à dire : pas tout le bureau confédéral mais deux. Il y a donc une question : le comité d’action est trop lent : il faut une fusion du Bureau confédéral et du Bureau politique. Monmousseau a demandé à entrer dans le BP clandestinement. C’était un grand danger, car on l’aurait su. Alors il faut résoudre la question. 1°) Qui va diriger le mouvement ouvrier en France ? Nous avons aujourd’hui la commission des 8, 4 de la CGTU et 4 du BP c’est un nid de conflits. 2°) La grande question, c’est celle de l’unité de septembre. Que fera-t-on de ce congrès ? Nos commissions syndicales fonctionnent bien. Elles sont composées d’ouvriers responsables du mouvement syndical. Si Semard faisait appel aux ouvriers pour approuver son projet de développement de l’unité, il aurait la grande majorité contre Monmousseau. Mais ce serait la scission dans le parti et les syndicats. Nous n’ouvrirons pas la crise. Losovsky – l’ISR ne se dressera jamais contre la ligue communiste. Si la crise continue, c’est la fin du mouvement révolutionnaire en France. La crise vient parce que au fond il y a deux centres de direction au mouvement ouvrier français. La lutte pour l’unité de direction est inévitable. C’est au parti de commander, mais après du travail, du tact. Le BP a manqué de tact. La campagne pour l’unité doit être dirigée par la CGTU sous notre influence idéologique, avec prudence – vous n’avez pas été prudents. Nous en Russie nous avons dirigé les rapports avec les anglais au BP mais pas une lettre n’est partie ici de la CGT russe, exclusivement. En France, le mouvement syndical est plus vieux que le communisme. Votre mouvement anarcho-syndicaliste subsiste si fort que Rosmer aujourd’hui accuse Monmousseau d’avoir trahi l’indépendance des syndicats, lui qui voulait subordonner les syndicats au parti, il y a deux ans. Dans cette situation, il faut s’adapter, la question est celle des rapports. Il faut une collaboration formelle, vous ne pouvez rient les uns sans les autres. (Gouralski, il faut qu’il rentre dans le BP) – Comment organiser les rapports ? Il faut d’abord s’entendre sur la tactique. Après dans [ill.] le comité des 8 pourra fonctionner. Et [ill.] l’avenir. – Il faut régler la question de l’entrée de Monmousseau dans le parti, et celle de Dudilleux, non clandestinement mais à l’occasion d’un acte fasciste, par exemple. – L’unité ne marchera pas vite. La gauche d’Amsterdam et celle des Anglais ! C’est traditionaliste. A Hull : l’évêque est venu, pas le travail des noirs dans les bateaux. Notre travail vers l’union c’est un travail de plusieurs années. En France, le Comité d’union prolétarienne est nécessaire : ils feront bonne besogne d’unité dans un pays où les ouvriers ne sont pas organisés.

  • 59 Paul Léon Cadeau (1890-1978). Chauffeur de taxi, il est secrétaire de la CGTU à partir de 1922 et m (...)

68La CGTU propose : 1°) en mai nous commençons en France la fusion des syndicats, 2°) après la fusion, réélection des bureaux, 3°) en septembre un congrès unique. Unité à la base, ça veut dire l’unité comme veut la CGT. – Réfléchissez : vous êtes plus fort que la CGT, renoncez à l’union vite et à tout prix ! Nous disons : fusion des syndicats réformistes et unitaires. La CGT n’acceptera jamais l’union car elle a besoin de cadres pour son action dans le bloc des gauches. Il y a la formule de Cadot59 : l’unité coûte que coûte : c’est faux. Il y a la formule de Treint : Entrée personnelle : c’est faux. Il y a la formule de Treint : Entrée dans la CGT : c’est faux. Puis il y a la proposition Semard. Puis il y a la proposition Monmousseau. Pas de résolution avant septembre.

69Losovsky – CGTU propose :

  • Nous voulons l’unité ;
  • Nous voulons la fusion en mai de tous les syndicats ;
  • Nous voulons la réélection des bureaux deux semaines après ;
  • Nous voulons en septembre congrès fédéraux, puis congrès fédéral. Pour préparer ça, nous proposons une commission mixte pour le travail. Alors quoi ? La CGT refuse. Mais même si elle accepte, ça sera une nouvelle scission. Qui y gagner ? Nous gagnerons les syndicats.
  • 60 Sun Yat-Sen (1866-1925). Philosophe et révolutionnaire chinois, converti au christianisme, il fonde (...)
  • 61 William Gallacher (1881-1965). Issu d’une famille de travailleurs écossais, il milite au sein des c (...)

70Aujourd’hui : deux articles : Pour la Pravda, pour l’ouvrier de Moscou (cheminots). 6 h réunion à la maison des syndicats pour la mémoire de Sun Yat-Sen60 ! Radek, Roy, Gallacher61, un chinois.

71Dans les rues, d’innombrables marchands de pommes, de mimosa, de chocolats, de graines de tournesol, de morceaux de toile, de chaussettes, de cigarettes, de petits pains, de sandwichs, d’oranges, de citrons. Quel est l’état des mœurs en Russie ? Mme Roussanov nous dit qu’un ménage de six ans est une extrême rareté.

Mardi 17 mars 1925

72Losovsky accuse Chliapnikov de l’avoir mal renseigné. Il disait entre autres choses que Semard et ses amis voulaient débarquer Monmousseau.

73Tomsky. – Trois perspectives de l’unité syndicale. 1°) Nous lierons beaucoup de gens d’Amsterdam, et nous pouvons y être en majorité. 2°) Les Anglais viennent avec les Russes et il se forme une proportion large, dans cette hypothèse, l’unité est perdue. 3°) Si on fait des fautes, la campagne sera perdue. Comment mener la campagne ? Il faut que le parti mène une autre campagne. Le parti doit accuser les chefs, mais il faut que nos camarades dans les syndicats parlent avec les chefs réformistes et ne les choquent pas, et ne rendent pas impossible une action d’ensemble. Il faut dire unité par le haut et la base. Tomsky est d’accord avec la ligne française, il se plaint que les français l’aient traité d’opportuniste. À Prague : Treint a été trop fort.

  • 62 Jacobi, cf. Jacob Henri.

74Il y a des nepman qui payent 20 tchervonetz par mois de loyer par pièce. Au secrétariat de la fédération textile avec Jacobi62 : Lebedev, Jacobi, Koutozov. Salaire moyen pour les cotonniers : 37 roubles – 38 kopecks, en outre ils ont loyer gratuit. Dans la laine, 37,5 roubles par mois (soit 20 roubles valeur marchande). Dans la soie, 48,24 roubles – 24,87. Dans le lin, 31,35 roubles – 18,97. Avant la guerre, dans le gouvernement de Moscou, les salaires des ouvriers du textile étaient de 203 roubles par an, d’après les chiffres de journaux patronaux d’alors. Les usines de lin sont dans les régions éloignées où la vie est moins chère. Koutozov, Lebedev, président et secrétaire de la fédération textile nous reçoivent. L’un est fileur, l’autre tisserand, dans ce palais du travail, ancien couvent d’éducation pour les jeunes filles de la noblesse russe. Tous deux sont restés ouvriers, leur réception est très amicale. Ils veulent que nous allions voir des usines.

75Chaussures : de 100 à 240 F. Complets modestes : 500 F. La nourriture diminue de prix.

76Dîner avec le procureur Roussanov qui nous dit qu’il se commet 600 assassinats par mois en Russie, surtout sous l’influence de l’alcool et au moment des fêtes. Il y a encore quelques bandes de brigands qui procèdent avec une extrême cruauté. Puis, on n’a pas le respect de la vie humaine ; le moujik est très brutal et batailleur. On se bat de village à village et d’individu à individu à coups de hache, de marteau, d’outils. On fabrique de l’alcool avec du pin au fond des bois, et il est des alcooliques qui ajoutent du poivre et de la térébenthine à cette mixture. À Moscou les nuits sont assez sûres, sauf dans un quartier de l’autre côté de l’eau face à l’église Saint-Sauveur. Il y a encore de nombreux fidèles aux églises, mais le nombre diminue. Pour les grandes fêtes, surtout Pâques, l’affluence est considérable, hommes et femmes. C’est un fait que l’on trouve moins de popes dans les rues.

77Un bulgare attaché au GPU me dit : on se plaint en Bulgarie que Kolarov (Kobrov ?) et trop de bulgares restent à Moscou. Il ajoute : là-bas la vie n’est pas tenable. On assassine des communistes périodiquement et personne ne s’émeut.

Mercredi 18 mars 1925

  • 63 Maria Froumkina (1880-1938). En 1901, elle est active au sein du Bund en Russie. Arrêtée plusieurs (...)

78On viendra me chercher à 7 h au Lux pour aller à l’université Sverdlov pour une allocution sur la Commune. Froumkina63, la directrice de l’université traduira. 3 h, Maison des syndicats, manifestation solennelle pour la Commune. 7 h université Sverdlov. Comme personne ne travaille aujourd’hui pas de restaurant. Il faut se nourrir comme on peut.

  • 64 Jacques Sadoul (1881-1956). Avocat, il est membre du parti socialiste, du groupe communiste françai (...)

79À la Maison des syndicats, Lounatcharsky ouvre le feu. Il fait tout l’historique de 71. Lepechinsky président du Secours rouge lit un manifeste. Les pionniers viennent saluer la Commune. Sagin, ancien membre de la Commune, Kat, Cachin. La remise du drapeau du Secours rouge (le Mopre) à la délégation. André Marty répond. On rentre au Lux par un froid noir. Que de bonnets rouges dans les meetings ! 2 600 000 jeunes de dix à vingt-trois ans sont organisés en Russie. Sverdlov, 1 500 étudiants qui ont fait déjà sept ans comme ouvriers ou ouvrières. Quatre ans d’études marxistes et d’organisation. Ces ouvriers y viennent de toute la Russie, les bureaucrates ne peuvent pas y entrer. La ville est pavoisée comme pour une fête nationale. Le palais de la Guépéou. Staline et Zinoviev ont convoqué la délégation française. On a persuadé Monmousseau qu’il ne pouvait y avoir en France deux directions de la classe ouvrière : si Monmousseau veut diriger, qu’il entre au parti et au Bureau politique et par là sera résolue la question. Roudini, de la section textile de Karkoff, salue Sadoul64 ! Les Comités d’unité prolétarienne sont les Soviets de la pré-révolution.

Jeudi 19 mars 1925

80À 11 h, trust. À 12 h, au 11 (bolchevisation). À 18 h, au 11. À 19 h, au 37 (les Tchécoslovaques). À 15 h, Rako (vsky). Pas un salaire de militant ne dépasse 192 roubles. Les secrétaires de syndicat : 192 roubles. Les ouvriers de l’aviation gagnent 180 roubles par mois. Les ouvriers des transports de Moscou gagnent 125 roubles et mangent pour 30 roubles par mois. Leur loyer est de 5 roubles par mois ; ils ont le bois et l’électricité. Les mineurs gagnent moins qu’en France, mais la nourriture leur est assurée largement. C’est le logement qui est difficile. 11 h, visite du magasin du trust textile. Achat de trois châles. La Fédération des syndicats du textile contrôle le trust, désigne le directeur, donne ses directions essentielles. Les prix sont diminués de manière importante. Les dessins sont faits par des artistes de goût que nous voyons travailler. La bureaucratie est nombreuse. Les procédés de calcul très lents. On nous étale une variété infinie de châles et de tissus. Vaillant à Kolomna, usine métallurgiste 7 000 ouvriers. 1 500 communistes dont 300 actifs. Il reste des mencheviks qui discutent librement dans les réunions, et pendant des heures ; ils font du bruit dans les réunions. Réfectoire dans une église : d’abord on n’y venait pas : aujourd’hui 1 200 repas. Le prix du repas, 16 kopecks : assez bon mais pas assez de pain. L’école d’apprentissage, on prend les fils et filles de communistes et ceux des plus pauvres. Quatre heures de travail et quatre heures d’éducation générale, ils touchent 15 à 20 roubles par mois (quinze à dix-huit ans), à dix-neuf ans ils passent à 100 roubles comme ouvriers qualifiés. Il y a un conseil des élèves. Ils ont leurs coins, leurs journaux muraux. Manœuvre : 30 roubles par mois. Ouvrier spécialisé : 35 à 40 roubles par mois. Ouvrier qualifié : 90 à 120 roubles par mois. Loyer : 2,5 roubles à 6 roubles avec chauffage et électricité. Les ateliers marchent au charbon et au pétrole. Ils fabriquent des moteurs Diesel pour la marine et des tracteurs – 30 tracteurs par mois. – Pourquoi est-ce que moi fondeur je gagne 40 roubles pendant que les bureaucrates du directeur gagnent 90 roubles ? Soif d’apprendre. Les propagandistes sont aimés. Désordre de l’usine, vieil outillage dont se plaignent les ouvriers. Mauvaises chaussures, mauvais habits. On se plaint.

  • 65 Alexandre Joseph Tommasi (1886-1926). Coureur cycliste, menuisier et enfin ouvrier dans l’aviation, (...)
  • 66 Robert Doury, né en 1903, est un syndicaliste CGTU de la métallurgie, notamment aux usines Renault (...)

81À 6 h on entend Nin. Nin est en rapport avec Rosmer, Monatte, Souvarine. Il leur écrit pour se mettre à leur disposition et les aider à faire leur revue. On lui lit une lettre. Nin est contre Trotsky. Il regrette sa lettre car il pense que Rosmer et Monatte agissent en ennemis. Il a demandé à Tommasi65 et Doury66 des correspondances syndicales pour Moscou. Hescht et certains membres de l’ISR sont contre le parti.

  • 67 Joseph Haken (1880-1949). Professeur, il rejoint le parti social-démocrate tchécoslovaque en 1906. (...)

82Tchèques (à 7 h) au 37. Le quotidien Droit Rouge, 2e édition, 15 000 le matin, 40 000 le soir. Cinq quotidiens dans le pays : l’Égalité = Brünn, journal de l’ouvrier pour les mineurs, Vorwarts = Reichemberg (textiles). Après la guerre 800 000 membres du parti tchèque. En 1920, après la scission 500 000, aujourd’hui 100 000 et les sociaux-démocrates 50 000. Grande indifférence. La situation économique n’est pas bonne. La situation ouvrière est effroyable. 150 couronnes par semaine : 1 dollar vaut 34 couronnes et l’existence est très chère. Haken67, président du parti tchéco-slovaque dit : crise économique dans un pays industriel. L’industrie autrichienne pour 75 % est tchéco-slovaque. L’exportation se faisait en Hongrie et Pologne. Aujourd’hui plus de débouchés. De plus la déflation a aggravé la situation. Chômage 30 000 – difficultés financières – contre les huit heures. Salaires – Impôts écrasants qui mécontentent la classe moyenne. La manifestation Kladno 15 février (mineurs) faite par la droite. Le gouvernement n’a qu’une petite majorité. Après le parti agraire, le parti communiste a le plus de voix. Le gouvernement cherche à poursuivre et en même temps à corrompre le parti tchéco-slovaque.

83Profondes divisions dans le parti. Déjà en 1917 le parti est à gauche. En 1920 vingt-six députés se rallient à la gauche. La droite garda les maisons, l’argent. La gauche alla au communisme. Pour les 21 conditions, Smeral fit des réserves ainsi que contre la fusion des partis nationaux. En 1922, Brandler aida la droite du PC. Au congrès de novembre 1924 l’influence de Smeral fut éliminée et le parti se coupa en deux. Lorsque la majorité des fonctionnaires sociaux-démocrates entra dans le PC ce fut l’opportunisme. La discussion après le Ve Congrès a été brève. On arrive au compromis 18-14. Le travail des fractions n’a jamais cessé depuis. Ce n’est pas un combat idéologique mais mesquin. C’est Boubnik de Prague qui mena le travail de Smeral. Boubnik a organisé des conférences de fractions de députés et secrétaires de districts. En octobre 1924 il a cherché à créer une scission chez les députés. Il distribua des feuilles volantes réclamant la révision des décisions du Ve Congrès sur toutes les questions (nationale, syndicale). Boubnik est exclu unanimement. Smeral attaqua la gauche, le Hongrois, le Slovaque accuse d’indélicatesses accomplies d’ailleurs sous l’ancienne direction. La commission de contrôle qui jugea la gauche fût partiale. Une conférence nationale exclut trois camarades de gauche. Les attaques ne cessèrent pas. La délégation, absence de deux tendances. C’est une attaque conte l’IC Smeral ne s’explique pas clairement. Boubnik est plus claire : il reproche à l’IC de se mêler des affaires tchéco-slovaques. Smeral a dit : je me soumets : non, il ne se soumet pas. La gauche au contraire se soumet.

84Mouna – Ce sont les prisonniers tchéco-slovaques en Russie qui portèrent en Tchéco-Slovaquie le communisme. Prague était une ville petite-bourgeoise. Kladno fut choisi pour lancer le communisme. Nous restâmes dans le parti social-démocrate et l’amenâmes à la gauche qui devint le parti communiste. Mouna, Sabotosky, Kreibich déterminent ensuite l’entrée dans le parti communiste et la IIIe Internationale. À la veille du IVe Congrès, la direction du PC reçut l’approbation du congrès. Jusqu’au Ve Congrès, pas d’opposition contre Smeral et Kriebrich. C’est seulement à propos du trostskisme. La vieille centrale s’orienta prudemment. De même dans la question de la révolution allemande en 1923 les Tchéco-Slovaques étaient prudents. C’est seulement à Moscou sous l’influence de Zinoviev qu’une opposition se créa. La jeunesse fit une déclaration contre laquelle se dressa Neurath lui-même. Après le Ve Congrès, la discussion est menée à fond. Dans la question nationale, la gauche chargea Bouria de faire la thèse. Boukharine dit : c’est du Mazarich. Pour la réorganisation du PC le centre pensa qu’il fallait être prudent avec ce vieux parti. Mais maintenant tout le monde est rallié à la réorganisation. Cependant les délégués de l’Internationale communiste au congrès décidèrent de ne plus avoir confiance dans la vieille centrale. Il n’y avait pas de gauche. Alors dans la direction du PC on trouva des aventuriers qui désorganisèrent le parti. (Une jeune déléguée aveugle ricane).

85Au congrès du parti il n’y eut pas divergence politique, au point de vue national, une commission de Moscou en fût chargée. La gauche fit un travail de fraction grâce aux décisions du Ve Congrès. Toute l’attention était portée vers la centrale. L’ancienne direction avait 60 %. Man. dit : ou il y aura une majorité de gauche ou dans trois mois un congrès extraordinaire. Si la majorité n’est pas de gauche c’est la guerre avec l’Internationale communiste. Lorsqu’on annonça 18-14, protestations dans la salle. La nouvelle centrale n’a pas la majorité. Au moins elle aura dû agir pour l’acquérir par son travail. Mais elle ne fit que des calomnies personnelles. La droite fut molestée à toute occasion. Aucun ouvrier ne croit que Mouna est opportuniste. Dans le BP la gauche faisait une fraction.

86Le BP organise l’action contre le chômage. De partout, les ouvriers disent la centrale ne sait pas ce qu’elle veut. Contre la cherté de la vie. La nouvelle direction ignorait ce qu’elle pouvait tirer de ce fait. On manifesta : la police fit feu. Comme une bombe arriva l’affaire Boubnik qui vient troubler l’exploitation de la cherté de vie. Boubnik a toujours été opportuniste. Mais dans le parti tchéco-slovaque il y en a dans la droite et la gauche. Boubnik n’a pas d’importance politique. Il était président de la région de Prague. Mouna voulait l’éliminer, mais la gauche déclara qu’elle agirait elle-même. On aurait dû exclure à un moment plus opportun. La nouvelle direction pour anéantir l’action de rue a créé le cas Boubnik. Il est faut de dire que S. est derrière B.

87En Tchéco-Slovaquie il n’y avait pas de gauche. La masse n’a aucune confiance dans cette gauche. Horn en 1920 a été un briseur de grève. Des camarades de gauche ont commis des indélicatesses graves, détournements d’argent, Verchnik a reçu les dernières sommes du gouvernement depuis le Ve Congrès. C’est une crapule. Juste au moment où le PC lutte contre la corruption gouvernementale, Verchnik reçoit de l’argent du gouvernement, Verchnik prête à 24 % l’argent, 10 000 couronnes, Verchnik a été exclu unanimement.

88On a fait contrôler Leb. par un policier. On n’a aucun reproche positif contre nous. Nous sommes dans la ligue de l’Internationale communiste. La centrale travaille pour la liquidation des syndicats rouges. Quant à Treint, j’attends qu’il soit là pour se défendre. On entend une dizaine de délégués dont une jeune femme presque aveugle et très vigoureuse. On se quitte à 2 h du matin. La droite et la gauche semblent très excitées et en bataille.

Vendredi 20 mars 1925

  • 68 Dupont. Il s’agit de Gouralsky, le représentant de l’IC à Paris.
  • 69 Amédée Dunois (1879-1944). Il est d’abord militant anarchiste, puis syndicaliste révolutionnaire, e (...)

89Il sort de la boulangerie de la cour du Lux des voitures de pain blanc, superbe. Des camions automobiles viennent l’enlever le matin. La grande question de l’unité syndicale, des rapports du parti et de la CGTU marquent un temps d’arrêt. Il y a tension entre le Bureau confédéral et la délégation. Losovsky est toujours hésitant ; il forme bloc avec Monmousseau et Dudilleux. Il n’aide pas aux rapports favorables. Dupont68 compare son rôle ici à celui de Chliapnikov à Paris qui a dévoyé entièrement l’opposition (Dunois69, Loriot, etc.) en leur faisant croire qu’il représentait vraiment une fraction de l’Exécutif. À 3 h la délégation allemande nous envoie Ruth Fischer et Geschke : attitude vis-à-vis des Tchèques. En Tchéco-Slovaquie il n’y a pas de vie du parti : petites cotisations, la gauche est très faible. Il y a un grand mécontentement en Tchéco-Slovaquie contre l’État. Si on voulait faire une action sévère, claire, il y aurait un grand succès. Smeral est contre l’action. Il faut occuper les ouvriers dit Smeral. Il faut en réalité, parler politique et non personnalités du Comité central, on se bat à coup de chaise. Ce qu’on reproche à Verchnik s’est passé en 1919. Tout le parti est corrompu. Le frère de Boubnik est policier. Un ancien pope est le leader à Brünn. Les unions sportives communistes ont accepté l’argent du gouvernement. Toute la république corrompt les ouvriers. C’est une atmosphère générale. Il y a trois groupes en Tchéco-Slovaquie. Le groupe Neurath commence à être au centre. Il attaque la jeunesse qui seule représente le bolchevisme. Mais Neurath songe à l’union future avec Smeral. C’est un ancien droitier ultra il veut lutter contre l’extrême gauche que Smeral imagine.

90Il faut régler l’affaire Vernisk et Ziepel et Horn. Il faut garder les proportions 18-14. Il faut préparer un congrès dans deux ou trois mois. Les rapports entre les Tchèques et nous sont mauvais. Les Tchèques croient que les Allemands sont ultra-gauches ; cependant il faut que nous ayons de bons rapports avec les Tchèques. Smeral et Mouna ont une grande influence en Tchéco-Slovaquie. Smeral pense que tout va bien en Tchéco-Slovaquie et qu’il n’y a rien à faire.

  • 70 Fritz Heckert (1884-1936). En 1902, il rejoint le parti social-démocrate allemand. Entre 1908 et 19 (...)

91Au congrès de Francfort, nous n’avions que des attaques des hommes de Chemnitz, de Brandler. Après le Ve Congrès, nous avons réglé ça. Aujourd’hui tout le parti marche avec le Comité central. La droite avait dit après trois mois la gauche sera par terre car elle a promis la révolution. Or la gauche dit : il faut lutter non pour le pouvoir mais pour l’organisation quotidienne. Le prolétariat allemand ne croit plus à la révolution. Après les trahisons, ils sont sans espérance. Il faut regagner les masses sur une autre base qu’en 1923. La droite n’a rien dans le parti. 96 % du PC est avec le Comité central. Nous avons discuté après les élections avec les ouvriers. La droite a vu qu’il est impossible de se battre légalement. Elle organise une fraction à la tête de laquelle sont les communistes allemands à Berlin. Elle lutte contre le Comité central, et dans les syndicats. Nous avons trouvé des circulaires secrètes, qui recommandent de désaxer l’action du PCA. Nous avons exclu cinquante depuis Francfort pour ces raisons. Nous en avons exclu des centaines d’ouvriers qui ne veulent pas rentrer dans les syndicats réformistes mais nous ne chassons pas Brandler et les grands chefs qui trahissent. Comment punir Brandler, Thalheimer, Radek sans les exclure. Après les attaques dernières de Brandler et leur action illégale, ça va changer. Nous n’avons exclu que pour des actions fractionnelles et rien que des chefs qui obéissaient à Radek qui les subventionne. Il y a à Moscou des brandlériens qui font l’impossible pour détruire le parti. Dans ce cas, nous avons exclu, non par la Centrale, mais par les groupes de district. Toute la vieille garde brandlérienne est liquidée, des anciens fonctionnaires brandlériens comme Heckert70, Pfeiffer sont venus à nous ; mais d’autres sont restés opportunistes et fractionnels. Nous voulons liquider les fractions.

92Le travail syndical en Allemagne. Jusqu’ici le PC ne faisait pas un devoir aux membres d’entrer au syndicat, maintenant, c’est une règle depuis plusieurs mois, il y a un grand progrès. Nous avions perdu des postes syndicaux, nous en avons gagné. Il faut préparer l’union des syndicats autonomes avec les syndicats anciens. Schumacher voulait saboter le Ve Congrès : il fallait les exclure. Avec ces chefs quelques ouvriers sont partis, certains sont rentrés. Nous n’avons pas exclu ces ouvriers parce qu’ils étaient contre nous, mais parce qu’ils avaient attaqué le parti publiquement et violemment.

93Les huit heures en Allemagne. Les ouvriers allemands ont peur d’agir. Les mineurs font huit heures et huit heures et demi au lieu de sept heures. Ils ont été tellement battus ! Les syndicats ont fait une grande propagande pour les huit heures. La grève des cheminots pour les huit heures actuellement ce n’est que pour les dépôts. Tous les ouvriers allemands seraient prêts à lutter pour les huit heures si les syndicats marchaient mais les réformistes brisent le mouvement en s’appuyant sur Washington.

  • 71 Henri Guilbeaux (1884-1938). Écrivain et journaliste français, pacifiste et défenseur de Romain Rol (...)

94Relations entre PCF et PCA. Il faut envoyer un camarade Français pour travailler à notre Comité central. Guilbeaux71 ne comprend rien de ce qui se passe en Allemagne.

95La délégation espagnole. Autorcha – 5 000 lecteurs Solis – Le travail est illégal. Comité central, cinq espagnols : deux à Perpignan, deux à Barcelonne, un pour liaison. Les publications à répandre en Espagne seront faites en France. Mots d’ordre : Contre la dictature ! Contre la royauté ! BOP, Unité syndicale, la paix au Maroc, l’indépendance du Rif, la terre aux paysans. Politique claire sur les nationalités (Républiques fédératives ouvrières et paysannes, Fédération ibérique des Soviets de Catalogne, Biscaye, Portugal, Basques, Asturies). À Madrid et Andalousie, les communistes doivent rentrer dans les syndicats réformistes. La Biscaye et la Catalogne restent à l’ISR. Création de conseils de soldats. Création de Comités d’unité prolétarienne. Nin-Ibañez.

Samedi 21 mars 1925

96Rakovsky au palais Terechenko (à 11 h). L’Arménie est un État national sous les Soviets. À Tiflis, un nombre énorme d’Arméniens. Haine entre les Arméniens et les Géorgiens. Les Géorgiens sont incapables d’organiser le pays ; pour rétablir l’économie nationale il faut avoir recours aux Arméniens. L’Arménien est l’usurier, l’homme d’initiative. Il y a deux divisions russes en Géorgie, plus deux divisions géorgiennes. Le commandant est un Géorgien. De même en Azerbaïdjan et en Arménie, la moitié des unités militaires au Caucase sont des troupes des autres républiques russes. Depuis la révolution, les sentiments nationaux de chaque nation de l’intérieur de la Russie se sont développés. En Géorgie on a supprimé beaucoup d’intellectuels après le 28 août. La vie est très chère en Géorgie, avec le monopole du commerce. C’est cher. Puis il y a surpopulation, il y a du chômage à la ville et à la campagne. A la campagne on a trop d’enfants et il faut les envoyer en ville. Pourquoi y a-t-il eu les mouvements du Caucase ? Il faut du maïs et ils n’avaient pas de moyens d’acheter des produits industriels, puis il y a chômage. En Géorgie, çà couve encore car les mécontentements subsistent au point de vue économique, chômage et cherté de vie. Les intellectuels et les mencheviks continuent leur rôle et leurs intrigues internationales. Les socialistes qui attaquent le gouvernement russe sont absurdes. Ce que font les Russes, c’est d’essayer de montrer que l’État est assez souple pour faire un commerçant, un producteur. Ils ne font pas de communisme, mais de l’étatisme. La grosse question aujourd’hui en Russie c’est le paysan qui veut avoir des droits politiques pour arriver à ses fins économiques, toutes anti-sociales et anti-ouvrières. Le seul remède c’est de créer un parti de paysans pauvres et moyens contre les koulaks. On cherche.

97Le déjeuner chez Roussanov. La dinde. La salade russe. L’appartement : on a droit à une pièce pour le mari et la femme, mais cette pièce est très grande et suffit à tout, même au commerce de mode de MmeR. la jeune russe qui danse !

982 h au Kremlin, chez Clara Zetkin. J’y trouve Smeral. Clara Zetkin est très amère. Elle déclare que la IIIe Internationale est de plus en plus faible, qu’elle ne contient que les déchets de la IIe. La politique de l’Exécutif qui se substitue aux sections nationales et ne leur laisse pas le développement plus libre affaiblit tous les partis. En France Tr. n’est qu’un imbécile et S.G. une dinde et cependant c’est par eux que se dirige l’Exécutif. Z. n’a exclut T. que pour des raisons personnelles. En Allemagne, nul ouvrier ne peut avoir confiance en R.F. et M. Le mouvement féminin en France est dirigé par M.D. qui est superficielle et non instruite de la théorie. Dans le moment actuel où le capitalisme est encore fort, ce qu’il faut c’est faire venir à nous les masses ; et il est nécessaire d’agir pour cela. Trop souvent à l’Exéc. on veut violenter les conditions historiques ; ce n’est pas un parti petit et pauvre faisant un putsch qui peut compter. C’est un grand parti ouvrier et bien dirigé par des hommes clairvoyants, de sens politique. La femme de Lénine a écrit à Trotsky que jusqu’à la dernière minute de sa vie, Lénine lui avait gardé sa confiance et son amitié.

99Derrière Smeral il y a les trois quart des ouvriers tchéco-slovaques. À Batoum : 11 000 ouvriers avant la guerre, 900 ouvriers maintenant. Le pétrole se perd à Bakou et Grosnyi et les ouvriers chôment. Il faut que la production russe soit moins chère, à Bakou un litre de pétrole raffiné coûte plus cher qu’un litre de naphte brut (C.Z.).

100Dîner à 5 h chez Roussanov ; à 8 h Exécutif dans la grande salle du couronnement.

101Zinoviev annonce la mort de Narimanov et salue Sun Yat-Sen. L’Orient nous donne déjà des communistes. La haine de la bourgeoisie est plus vive que jamais contre nous. Il y a partout de l’air frais dans nos partis. Beaucoup des nôtres en Allemagne et Pologne sont devant les tribunaux. On assassine des communistes bulgares. Nombreux sont en prison. Estonie. Il y a des grèves en Italie, Allemagne, Scandinavie. Les démonstrations de rue à Paris. Les victimes de Halle.

102Le congrès : bolchevisation ; unité syndicale ; paysans ; question russe. 204 délégués à cet Exécutif ; Viola. Un camarade estonien vient faire le récit des événements. En 1917 les bolcheviks ont eu le pouvoir, et une majorité pour la Constituante. Maintenant ils travaillent clandestinement. Ils ont agi insurrectionnellement. Ils ont été trop généreux envers les bourgeois et les officiers, aujourd’hui réaction blanche, mais nous recommencerons.

103Geschke. – Sur la terreur en Allemagne. En 1918 la réaction allemande a marché contre la Révolution ; à Halle tuerie policière, 60 blessés. Justice de classe en Allemagne. Il salue les prolétaires héroïques devant la justice Urb[ahns]. Le procès de Leipzig n’est qu’un début. Mais malgré cela les masses viennent à nous.

104Marnovsky, Polonais. – Pologne, pays classique de la terreur blanche. Rempart contre les Soviets. 35 grèves de faim le mois dernier. Dans la prison politique tortures, état de siège. 521 procès politiques en 1924. Pas de presse légale politique. Dix ans de prison pour des articles politiques. Dix ans de prison pour distribution de feuilles illégales. Les soc. polonais prennent part à la Terreur blanche. Losovsky a été arrêté trois fois. Démonstration à Varsovie. Parmi les paysans, soulèvement contre la Terreur blanche.

  • 72 Marek, pseudonyme de Dimitrov Stanke (1889-1944). Né en Bulgarie, il est membre du comité régional (...)

105Marek72, Bulgare. – Les soulèvements agrariens et com. ont été châtiés. Le verrier de Bohème. Nos luttes s’aggravent. Notre bourgeoisie agit brutalement. 130 000 – 160 000 ouvriers lock-outés en Suède et Danemark. Camar. Kamenev – Métropole 277 Kremlin – tél. 5.03.65

Dimanche 22 mars 1925

106Obsèques de Narimanov. C’était un Caucasien bolchevik sympathique et séduisant. Ici, les Caucasiens sont atterrés par cette mort. Narimanov, président de l’Union des Républiques transcaucasiennes était le lien vivant entre ces républiques et la Russie. C’était un petit instituteur arménien qui devint un écrivain remarquable. Lénine, dans les conseils du gouvernement, tenait le plus grand compte de ses avis. Le corps est parti de la Maison des syndicats et a été enterré près du Mausolée de Lénine, sur la place Rouge où tombèrent tant de révolutionnaires. Cortège se développe pendant plusieurs heures. Le corps est étendu dans le cercueil, mais le couvercle du cercueil n’est pas cloué. Les Arméniens en costume du pays le portent devant la prolonge d’artillerie sur laquelle est placée la dépouille. L’enterrement est simple et très poignant. Tous les grands chefs sont dans la foule. Sur le mausolée de Lénine cinq à six brefs discours, directs devant la place noire de monde. La voix porte et fait écho en face sur le grand magasin opposé au mur du Kremlin.

107Déjeuner au Lux 15 F soupe et poulet. La délégation française se réunit dans la chambre 11. Il est entendu que deux syndicalistes rentrent au BP. Des difficultés naîtront, mais pas d’autre moyen de résoudre la crise ouverte. Ici, Manouilsky et Losovsky font front uni avec Monmousseau et Dudilleux auxquels ils attribuent une influence décisive pour le mouvement syndical. Cependant, la vérité est que les avenues [sic] de la CGTU sont presques toutes entre les mains du PCF. On reçoit un télégramme de Paris demandant que Lounatcharsky, Rakovsky, Cachin soient à Paris au plus tard le 4 avril.

  • 73 Jean Herbette (1878-1960). Journaliste et collaborateur de la revue Politique étrangère fondée en 1 (...)
  • 74 Édouard Herriot, (1872-1957). Écrivain et homme politique français, il adhère au parti radical au m (...)
  • 75 Étienne Alexandre Millerand (1859-1943). Homme politique français, journaliste et collaborateur de (...)
  • 76 Raymond Poincaré (1860-1934). Homme politique français, il fut avocat, député, sénateur et ministre (...)

108Au Narkomindel. Lubianska Plotchatt à 11 h rendez-vous avec Tchitchérine. Il me reçoit à l’heure tapante. En Géorgie ? Ça ne va pas. Il reste là-bas beaucoup de grands propriétaires qui n’aiment pas les Soviets et le communisme. Et Herbette73 ? Herbette entretient avec nous des relations trop bonnes. Il est toujours de notre avis et déclare qu’il est vraiment notre avocat en France. Ce qui est possible, mais nous n’apercevons pas les résultats de cette action. Herriot74 n’a pas imaginé la politique franco-polonaise mais il applique la politique Millerand75- Poincaré76. Quant à la Roumanie, lorsqu’elle lui a fait des observations relativement à la flotte de Bizerte, Herriot a eu l’idée d’offrir en compensation à la Roumanie une base navale à Constanza qui serait faite par les alliés. L’Angleterre a refusé. L’Angleterre mène en Europe la lutte contre les Soviets. Elle a opéré son rapprochement avec l’Allemagne dans le but de détacher l’Allemagne de la Russie. Elle croit toujours si on ne suit pas une politique de rapprochement avec l’Allemagne qu’elle s’unira militairement à la Russie et que ces deux nations vaincues en 1917 et 1918 uniront leur rancœurs et leurs désirs de revanche contre l’Occident. C’est pourquoi l’Angleterre insiste et insistera de plus en plus pour faire entrer l’Allemagne dans l’alliance avec les peuples d’Occident. Elle dit. La Russie devient chaque jour plus nationaliste. Son militarisme communiste grandit. Où bien le sovietisme durera, et le danger de son alliance militaire avec Berlin menacera tout le régime. Où bien le soviétisme tombera, et ce sera alors le nationalisme et l’impérialisme russe qui pourront s’allier à l’Allemagne et devenir une force immense. En toute hypothèse, il faut détacher l’Allemagne de la Russie. Ainsi, dit Tchitchérine, les attaques contre nous sont contradictoires. Tantôt on dit : ces gens-là ne savent que détruire. Et tantôt : ils deviennent très dangereux. Ils se reconstituent et ils menacent. Tchitchérine me dit que c’est Z. qui lui a imposé Chl. pour Paris, et qu’il faut lui dire de le rappeler. Pour Voline, il ne dit rien. Krassine n’ayant pas réussi à Londres on ne pouvait l’y renvoyer pour mettre Rak. à Paris. Il y a une large part d’exagération dans les récits de notre action en Extrême-Orient. Nous avons signé avec la France un grand contrat relatif à nos pétroles. Et il termina en me parlant de Paris, où s’étonnant que les cellules d’usines aient pu réussir, étant donné les mœurs des ouvriers parisiens qui habitent loin de leur lieu de travail, tandis que les ouvriers russes habitent près de l’usine. Il est fatigué ; il est revenu fourbu de Géorgie ; en outre il se plaint de diabète. Il a cependant bonne mine et il a engraissé. Clara Zetkin est très fâchée de la campagne actuelle contre le luxembourgisme.

Lundi 23 mars 1925

109Commission tchèque. Zapotocky. Mouna : nous sommes menacés non d’une scission, mais d’une débâcle qui s’aggravera encore du problème des nationalistes. Haken : vie chère a augmenté de 20 % à 25 %. Impôts élevés. La coalition gouvernementale est précaire. Elle va au fascisme, contrairement à l’opinion de Smeral qui croit à quinze ans de démocratie. Smeral a escompté la débâcle du CC. Elle n’est pas venue. Ceux qui sont contre le CC sont non les ouvriers mais les fonctionnaires. Les députés du PC ont voulu la scission. Smeral dans l’ancien parti social démocrate était à droite. Il a demandé des exceptions aux 21 conditions. Smeral n’est pas marxiste. Sa ligne politique est mauvaise. Il fait dire que la carrière politique de Z. est finie. Zapotocky : difficulté de cellules. Nous sommes pour l’unité syndicale. Les syndicats rév. 200 000 mais nous voulons des garanties. On nous a exclus de tout travail commun. On n’envoie Smeral nulle part. On me contrôle. La gauche fait œuvre fractionnelle. Il y a des fuites au CC. Nous étions convaincus, l’Internationale communiste veut nous exclure. On nous accuse de vouloir faire un parti indépendant. C’est un non-sens. Haken est un homme qui entend comme l’herbe pousse. Nous ne voulons pas être traités en suspects.

110Varga me dit : la question devant la commission paysanne est : l’attitude des partis communistes vis-à-vis des partis paysans.

111À 5 h cinéma : « La grève ». C’est un film que les Russes considèrent comme le chef-d’œuvre de leur production cinématographique. Il est vivant, sentimental, trop chargé, mais puissant. Visite à Mme T. Elle m’annonce qu’elle est divorcée, et que son mari lui a laissé les enfants et le domicile du Kremlin. Elle me dit qu’on travaille beaucoup en Russie et que la journée est partout de neuf heures. Dans la rue, le dégel ; la neige fond et dans les rues en pente, l’eau coule comme une rivière. C’est le printemps. Mimosa en grande quantité dans les rues. La moyenne des salaires pour la Russie ouvrière : 40 roubles.

Mardi 24 mars 1925

  • 77 Joseph Fin Feineberg (1886-1957). Membre du parti socialiste anglais jusqu’en 1918, date à laquelle (...)

112Vaillant s’est mis en rapports avec Fin77 qui lui assure la collaboration avec de nombreux journaux russes, lesquels payent de 15 à 20 roubles l’article. Les militants russes sont tous payés lorsqu’ils écrivent dans les journaux.

113Kolarov me dit que le procès des communistes bulgares aura lieu dans deux ou trois mois ou un peu plus tard. Il demande un avocat français, le Mopr se chargera des frais. Il demande aussi qu’un témoin comme moi vienne rappeler l’affaire du complot français devant le tribunal. C’est entendu ! Il ajoute que les avocats des détenus sont menacés de mort par les fascistes bulgares, et que les accusés ont relevé certains avocats de la charge de leur défense, tant ils sont menacés. Manouilsky, me dit que l’IC sait quels services je lui ai rendu et qu’ils ont tous pour moi et mon attitude des sentiments d’admiration.

114Les Tchèques (Commission). La crise est grave non seulement pour les Tchèco-Slovaques mais pour toute l’Europe centrale. Manouilsky : le problème politique est posé. Le discours de Smeral était un discours de faillite politique. Or la situation tchéco-slovaque n’est pas critique. Il n’y aura pas de scission en Tchéco-Slovaquie. La classe ouvrière ne la veut pas. Même la droite ici n’en veut pas. Dans les régions allemandes et opprimées il n’y a pas de question. Même chez les Tchèques si on scinde le parti, on va à la social-démocratie. Donc, nous ne sommes pas dans une situation désespérée. Smeral a parlé de la consolidation du capitalisme. Et il a dit : il faut que l’IC change de méthode. Mais nous savons bien que les contradictions économiques du capitalisme ; et puis même si c’est vrai, il faut tout de même garder intact le parti bolchevik. La droite internationale dans le PC attend le résultat de la conférence. La crise est-elle née après le Ve Congrès ? Non ! Pourquoi la crise ? C’est un parti de masse : il y a deux générations : la social-démocratie qui a de l’expérience : puis une nouvelle génération révolutionnaire et surtout chez les nations opprimées. Il faut faire la synthèse. Il y a deux voies pour la bolchevisation : la voie italienne qui mène à un parti restreint, la voie française. Cachin a amené loyalement le parti socialiste au communisme. Nous voudrions la même loyauté chez les Tchèques. Les ouvriers tchèques sont encore nationalistes. Dans tout ce conflit il y a des mouvements nationaux. Nous ne pouvons pas appliquer la tactique italienne. Il faut de la lenteur et de la prudence. Le rôle de l’Internationale communiste est celui d’un arbitre. Si nous donnons le pouvoir à Smeral c’est la crise dans trois mois. Il faut bolcheviser la parti tchéco-slovaque. Il faut une solution de compromis politique. À Prague, en congrès neuf fractions se partageaient le congrès. La droite disait douze places à la gauche. La gauche disait douze places à la droite. Alors j’ai dit aux Tchéco-Slovaques, vous avez le droit d’élire le Comité central, mais je vous donne un conseil amical : si vous élisez un pareil Comité central, c’est la crise. Quelle question politique ? Les camarades de Brünn ont fait un rapport contre l’Internationale communiste. Dans le parti tchéco-slovaque reste-t-il des traces de Boubnik ? Oui. La gauche tchéco-slovaque a montré de la faiblesse en face de la droite, il dort. On a dit à Brünn : allons-nous appliquer la tactique des aventuriers, On a critiqué l’action de masse du Comité central. Les intellectuels de Prague disent : vous avez aussi des intérêts à Moscou. Oui, mais les avocats de Brünn empêchent les manifestations parce qu’elle est dirigée par des avocats, et les intellectuels de Moscou ont fait la révolution. Que pensez-vous faire, vous camarades de Brünn, de ces avocats ? Ce sont des hommes de déviation opportuniste.

115Mme Roussanov nous dit : le salaire de mon mari ne suffit pas pour lui. C’est moi qui l’habille. D’abord, je faisais son lit : mais maintenant je l’oblige à se servir lui-même. Ils ont renvoyé leur bonne. Mais comme elle a le droit de rester dans la chambre, ils ne peuvent en prendre une autre.

  • 78 V. Kouybichev (1888-1935). Ancien étudiant de l’École militaire, clandestin avant la révolution il (...)
  • 79 Avel Sofronovitch Enoukidze (1877-1937). Dès 1898, il milite au sein du mouvement social-démocrate. (...)
  • 80 Alexandre Vassielievitch Koltchak (1874-1920). Commandant de la flotte de la Mer noire en 1916, il (...)
  • 81 Pierre Nikolaïevitch Wrangel, baron de (1878-1928). Commandant d’une division de Cosaques pendant l (...)

116À 11 h, après la séance de la commission tchèque, nous allons chez Frounzé, ministre de la Guerre. Un dîner copieux avec du saint-Julien et vodka qui se prolonge jusqu’à 4 h du matin. Y assistent les membres de la délégation française et Manouilsky, Gouralski, Frunze, Tomsky, Kouybichev78, président de la Commission de contrôle, Eskounidze79, géant géorgien blond secrétaire du Comité exécutif des Républiques soviétiques. Le dîner a deux buts : nous présenter Frounzé ; sceller l’unité organique de la CGTU et du parti. Frunze, ancien ouvrier textile de Ivanovo, vingt et un ans de parti ; emprisonné après des grèves ; deux fois condamné à mort, peine commuée, dix ans de Sibérie où il se fait menuisier. À la révolution, organise les premières troupes contre Koltchak80, se fait remarquer par Trotsky qui le nomme général des armées contre Koltchak qu’il liquide. Ensuite il bat Wrangel81. Différence entre Trotsky et Frunze. Trotsky agitateur, organisateur brillant, Frunze venu de la base prolétarienne.

117Puis Tomsky entreprend Monmousseau et Dudilleux : j’ai vingt ans de syndicat coupés par six ans de travaux forcés. Si le PC se mêlait des détails de la vie syndicale il y porterait du trouble. Mais d’autre part, si je n’avais pas eu les directives du PC il est difficile de prévoir quelles fautes j’aurais commises. Ainsi en 1918 j’ai été partisan que certains organes d’État soient soumis aux syndicats. Les résultats furent périlleux. Le domaine syndical est celui où l’amour-propre personnel peut être le plus dangereux. En revanche, il est sûr que sans les syndicats le PC ne peut songer à prendre le pouvoir. Il faut que pour la conquête du pouvoir, les chefs du PC et ceux des syndicats soient à la direction de l’État. Il faut préparer l’entrée des syndicats dans la direction du PC même si les syndiqués résistent au début. Les Russes ne prétendent pas vous diriger. Ici notre État est le vôtre : profitez de notre expérience. Nous sommes en famille, et vous êtes de la famille.

118Monmousseau. – Nous voulons travailler en confiance à la direction du PC. Il y aura résistance chez les anarchistes et les réformistes ; dans les masses, pas de crainte. Je suis communiste. Entre vous et nous, il y a quelques aspérités, mais après l’Exécutif tout va disparaître. Dudillieux : j’ai été apolitique et libertaire. Maintenant une révision de nos traditions s’impose. Il vaut faire de la politique et de la politique communiste. Le communisme a fait des fautes. Nous avons été très déçus de voir le PC agir dans les tâches syndicales sans expérience. Il ne s’agit pas de subordination, mais d’une liaison morale. Nous sommes peut-être arrivés à un tournant. Il nous faut nous conseiller réciproquement. L’amalgame doit se faire. La question d’opportunité est secondaire. Nous sommes de cœur avec le PC. Nous allons diriger de concert le mouvement ouvrier. L’entente est faite.

119Midol. – Après la grève de 1920 j’ai compris la nécessité de la liaison organique. Frounzé : d’ici cinq ou dix ans, les événements politiques et économiques réservent au parti communiste français un rôle de premier plan. Vous avez de grandes responsabilités. Nous avons fait notre tâche. Préparez-vous à faire la vôtre. Pour cette préparation, le premier pas c’est l’union de la CGTU et du PC dans une direction commune. Faites cette union, loyale, cordiale, confiante...

120Manouilsky salue en moi le père de tous ces jeunes d’aujourd’hui. On rentre à 4 h 30 au Lux.

Mercredi 25 mars 1925

121Élections au Soviet de Moscou. On me sacre candidat à 4 h réunion à l’usine qui m’élit, le Géant Rouge, ou le Héros Rouge ou l’Élite Rouge, fabrique de caoutchouc. On traverse en auto le parc Sokolniki, le bois de Boulogne de Moscou, et de l’autre côté du bois, on trouve des usines comme à Puteaux. On arrive à l’usine : 2 000 femmes sont là avec quelques hommes. On parle, puis on vote, et je suis élu à l’unanimité : acclamations. Les listes ont été élaborées depuis plus de trois semaines dans les divers ateliers de l’usine et chaque nom examiné, accepté ou rejeté. Aujourd’hui on vote pour sept membres du Soviet de Moscou, plus sept membres du soviet de rayon du district. Sur ces quatorze élus, huit sont communistes, dix indépendants. Le directeur de l’usine a été élu car il est ouvrier et très populaire. Il y a des usines où on l’élimine de la candidature. Les élections se font à main levée. Cinq femmes élues. En revenant, nous croisons de nombreux groupes qui viennent de voter, musique en tête. À 8 h discours de Z. au Plénum. (Un paysan de la fraction polonaise offre un drapeau tissé par lui et brodé par lui et les paysans de sa région). Le marxisme nous a donné la théorie révolutionnaire. Mais cette théorie ne peut nous donner les réponses à deux questions : 1°) le moment où se produira la révolution ; 2°) où se produira la révolution d’abord. Il faut être prudent. Il est difficile de répondre au sujet du temps où se fera la révolution, Lénine lui-même s’est trompé. Quant à la marche de la révolution, très peu avaient pensé que la révolution commencerait par la Russie. Puis nous avons cru que la révolution continuerait en Allemagne. Mais est-ce vrai que l’Allemagne sera la route de la révolution ? Après la stabilisation de 1923 peut-être la révolution suivra-t-elle une autre voie, d’ailleurs des changements inattendus se produiront. Brandler avait dit, ça commencera en Saxe. Il ne faut pas nous arrêter à cette idée. Au IIIe Congrès nous avions remarqué déjà en Europe des signes de stabilisation. La révolution, disions-nous, pourrait se produire non en ligne droite mais en zig-zag. Aujourd’hui la situation internationale est claire. Est-ce que nos perspectives du Ve Congrès sont justes ? Dans toutes nos décisions du Ve Congrès nous avons eu raison 1°) pour l’évaluation de [ill.] démocrate pacifisme ; 2°) fascisme ; 3°) la social-démocratie est une partie de la bourgeoisie ; 4°) la tactique syndicale ; 5°) la tactique paysanne. Aujourd’hui, reconnaissons que le Ve Congrès sur toutes ces questions avait raison.

122Il y a chez nous les prophètes de la catastrophe : le change, le chômage paraissent-ils ? Ils croient que c’est la révolution. En général il y a chez nous des hommes qui ne voient que la stabilisation et pensent que le monde bourgeois s’est rétabli entièrement. Il faut repousser les uns et les autres. Nous devons voir clairement : la bourgeoisie a un temps de répit plus long que Lénine croyait au IIIe Congrès. C’est vrai surtout pour l’Allemagne. Le change s’est stabilisé dans un grand nombre de pays et une amélioration de la vie économique. Mais quelle classe sociale fait les frais de la stabilisation ? La classe ouvrière et les paysans. Mais nous ne pouvons pas nier un renforcement de la bourgeoisie sur le terrain du crédit international. L’Amérique a prêté 20 milliards de francs à l’Europe. Il se forme un monde bourgeois unifié. Il faut reconnaître cela. Ce serait une erreur révolutionnaire de ne pas le voir. Le capitalisme s’est rétabli dans un certain nombre de pays. Mais cette situation est changeante. Aux États-Unis, banquiers du monde, une crise économique commence ; en Angleterre Dawes reconnaît que la stabilité de l’All. n’est pas sûr, que le plan peut ne pas se produire. En France le chômage commence. En Angleterre le chômage grandit. Pour la classe ouvrière, 2 millions de chômeurs en Amérique, en Angleterre aussi, partout le salaire réel de l’ouvrier diminue par rapport à la vie, sauf en Russie. En Allemagne le plan Dawes a stabilisé. Les luttes pour les marchés se développent entre les impérialismes. La bourgeoisie a un répit plus long que nous avions pensé au IIIe Congrès, mais cette stabilisation n’est pas permanente. Le capitalisme a été blessé à mort par la guerre. Situation politique internationale. Au moment du Ve Congrès l’union pacifique battait son plein. Nous disions ça ne durera pas, c’était juste. Quelle est la perspective mondiale ? La droite internationale s’est appuyée sur ce fait qu’un rapprochement s’est produit entre l’impérialisme anglais et américain. Donc dit-on, ils peuvent s’entendre pour exploiter le monde. La caractérisation de l’opportunisme c’est de voir en rose chez l’adversaire et en noir chez nous. L’intervention de l’Amérique en Europe c’est important mais pour ce rapprochement anglo-américain, faut-il dire avec Trotsky que l’Amérique fait de l’Europe un dominion. Non, elle fait jouer certaines nations contre d’autres alors les divisions entre Américains et Anglais jouent partout. Dans les deux pays, deux gouvernements conservateurs, mais cela veut dire que la concurrence entre les deux impérialismes est plus grande, ce n’est pas une base de stabilisation. La concurrence est fatale sur la lutte de l’hégémonie mondiale, sur le naphte, sur les armements, sur les débouchés, sur les dettes, sur le Canada, l’Australie, sur le plan Dawes même. Entre les banquiers anglais et américains il y a concurrence. Le monopole de la banque est aux États-Unis. Il y a oppositions sur le Canada, avant la guerre les emprunts du Canada étaient anglais, aujourd’hui américains. Le Canada est une colonie américaine, on compte en dollars, on s’américanise. Les Anglais s’appuient là-bas sur les Français pour résister à l’américanisation. De même pour toutes les dominions aux États-Unis ou parce que le Canada deviendra un État américain. Le Japon donne les signes précurseurs d’une révolution bourgeoise. C’est comme en Russie en 1905. Mouvement de masse ouvrière, mouvement terroriste des intellectuels. Mais la révolution bourgeoise du Japon préparera à la révolution ouvrière. L’orientation depuis ces mois derniers, progrès immenses en Orient. Nous formons un front unique avec la Chine. Le parti révolutionnaire de Chine sympathise avec Komintern, or il est le facteur du développement de la Chine. Égypte, Perse s’ébranlent, or, peu de temps avant de mourir, Lénine se tournait vers l’Orient. La révolution [ill.] vers l’Orient plus rapidement que l’occident de l’Europe. L’Orient jouera un grand rôle. En Asie se trouve la majorité de la population du globe. L’Asie seule ne peut rien, mais le fait que dans les pays occidentaux il y a des partis communistes, l’Orient peut-être d’un grand soutien pour la lutte révolutionnaire. L’Asie devenant le centre du progrès, et l’Occident celui de la réaction. L’Orient montre une nouvelle vie : l’influence russe y est considérable. Nous ne pouvons pas clore le monde en Europe. Tout ce mouvement de l’Orient est d’une importance grande. Par la conquête de l’Orient, le prolétariat sera aidé.

123En la révolution soviétique la situation s’est fortifiée. Lénine au IVe Congrès avait montré avec joie aux délégués que dans la première période de la Nep nous avions économisé 10 millions de roubles or par l’industrialisation. Aujourd’hui c’est mieux. Trotsky disait : vous allez à un déficit, or nous avons un boni de 400 millions. Les salaires augmentent rapidement. L’amélioration des conditions des ouvriers ira vite. Le principal problème est le paysan. Comment faire la liaison avec les paysans. Nous sommes tout entiers à ce problème. Au point de vue international, nous sommes bons, on nous reconnaît. Le renforcement de notre force a une contrepartie : il provoque la bourgeoisie à une nouvelle intervention contre nous. Il peut y avoir une nouvelle intervention militaire. Soyez en éveil !

124Angleterre beaucoup de changements dans la vie politique anglaise. Pour la révolution mondiale c’est important. Le gouvernement est conservateur mais il a trois mines sous lui : Dominions qui échappent ; l’Orient ; la situation interne du pays. La bourgeoisie n’a plus deux partis. Elle n’a plus que les conservateurs. Si les conservateurs tombent, c’est le Labour Party. Quelle est la situation ? Il y a un développement de la gauche. Rapports entre la France et l’Angleterre. La France est devenue une balle élastique, tantôt alliée et tantôt adversaire entre l’Angleterre et l’Amérique. Herriot est fini politiquement comme gouvernement pacifiste et c’est le fascisme qui grandit. Balkans : trois facteurs : les paysans, les nationalités, le mouvement ouvrier. Il y a dès maintenant une combinaison de ces trois facteurs, superficiellement, il semble que la réaction violente y soit maîtresse. C’est la preuve que le mouvement révolutionnaire est profond car la violence serait inutile contre des mouvements faibles. Allemagne, notre tactique sur Dawes a été juste, mais le plan Dawes a offert des avantages à l’Allemagne et il a de bons aspects. Il n’y a pas de situation révolutionnaire en Allemagne immédiatement, mais il doit y avoir lutte de classe. La lutte de classe continue et depuis la guerre sous la forme de guerre civile. Pologne, c’est comme aux Balkans, situation objective instable. En Italie, le fascisme est installé. En Tchéco-Slovaquie la coalition gouvernementale se brise. En Scandinavie, ce fut le paradis des petits bourgeois mais aujourd’hui de grands mouvements sociaux.

  • 82 J.T. Walton Newbold, né en 1888. De 1910 à 1921, il est membre de l’Independant Labour Party, qu’il (...)
  • 83 John Ramsay Mac Donald, homme politique anglais (1866-1937) il est un des fondateurs du parti trava (...)
  • 84 Barmat, financier proche du parti SPD, impliqué dans un scandale qui défraya la chronique judiciair (...)
  • 85 Friedrich Ebert (1871-1925). Bourrelier, il adhère au SPD en 1889 et commence sa carrière syndicale (...)

125Le rayonnement de la Russie grandit. Nous baissions lors de la famine, mais depuis que l’essor économique a repris, l’influence russe a augmenté. La révolution non réformiste a accompli son émancipation. Les partis occidentaux réformistes ne réussissent à rien, aussi il vient des délégations favorables comme Purcell. Dans la masse anglaise se crée une mentalité nouvelle. Nous devons être prêts à un temps ralenti à un tempo plus rapide de la révolution. Il n’y a pas de surimpérialisme comme dit T. : Lénine disait : « Vous croyez à un surimpérialisme pacifique. Non ce n’est pas un bon impérialisme qui peut supprimer la guerre ». Radek confond la trêve et la paix. La pause actuelle n’est pas pacifisme. On se prépare, on mesure ses forces, ce n’est pas le pacifisme. Sur toutes les questions internationales il y a péril de guerre, même les petites unions douanières : partout on se prépare à la guerre. Nous devons repousser toute révision de notre doctrine. Newbold82, Hœglund, Rosmer sont tombés victimes de leur erreur qui avaient affaire à un parti pacifiste et qu’il fallait changer la notion politique révolutionnaire et prendre une autre attitude vis-à-vis de la social-démocratie. Cette attitude pacifiste a été la tentative de la petite bourgeoisie pour se tenir au pouvoir. Or nous sommes dans l’ère de la lutte entre la grande bourgeoisie et le prolétariat. La petite bourgeoisie est une marionnette dans les mains de la grande bourgeoisie. L’expérience de Mac Donald83 nous a rendu service. Cette ère est finie, mais elle dure comme illusion dans les masses. Mais ces illusions agissent selon que le pays est sujet ou objet de l’ère pacifiste. En Angleterre et en France leurs illusions tombent car ce qu’ils attendent ne se réalise pas. Mais en Allemagne c’est différent. Les illusions sont restées chez les ouvriers parce qu’ils étaient dans la famine et aujourd’hui ils vivent un peu mieux c’est pourquoi les illusions subsistent en Allemagne très fortes. Radek a dit : la social-démocratie est vaincue par le fascisme. Or il y a victoire et victoire. La victoire du fascisme sur la social-démocratie allemande ; la social-démocratie n’est pas à terre elle a passé à la bourgeoisie gauche. La social-démocratie n’a pas été attaquée. Elle a cédé. Radek veut que nous nous allions à la social-démocratie. L’idée de T. que le fascisme est la bourgeoisie armée. Non ! la bourgeoisie emploie alternativement le fascisme et la social-démocratie. La droite dit : si la social-démocratie grandit, c’est que nous avons mal vu. C’est faux. En réalité lorsque la bourgeoisie se renforce, la social-démocratie qui en est une partie se renforce. Mais la social-démocratie est ruinée : Barmat84. Démocrate social hongrois. La dernière séance du parti socialiste international. Enterrement de Gompers, Ebert85, Branting qui furent des démonstrations de la bourgeoisie. La social-démocratie n’a pas été vaincue dans la lutte, mais en se livrant.

126Aujourd’hui, le Ve Congrès avait raison sur les questions syndicales. Le mot d’ordre le plus populaire : unité syndicale, nous fait du bien ; il faut bien l’appliquer dans tous les pays. Il y a deux dangers : en Tchécoslovaquie et en France. Est-ce une petite manœuvre ? Nous enverrons quelques lettres puis fini. Non ! Notre tâche est plus profonde. En Tchéco-Slovaquie on dit : plus faible sera notre syndicat, plus facilement nous pourrons entrer dans ces syndicats sociaux-démocrates. Or il faut rester fort. Le comité anglo-russe n’existe pas encore. Les Amsterdamiens sont très inquiets. Une réunion de l’internationale socialiste a lieu en ce moment où se discute la note anglaise. Nous verrons, mais nous continuerons notre lutte pour l’unité syndicale. Cette campagne est liée à l’Angleterre. L’Angleterre a perdu le monopole du marché européen. L’Angleterre a perdu la sécurité des colonies, de là un agrandissement de la lutte des classes et un affaiblissement des chefs aristocratiques ouvriers. Engels a cherché pourquoi l’aristocratie ouvrière anglaise avait tant de force. Aujourd’hui l’Internationale ouvrière a trouvé la clef. Nous avons la possibilité de grandir le communisme anglais. Le tirage du journal anglais du dimanche est de 200 000. La campagne syndicale durera plusieurs années.

  • 86 Alexandre Fedorovitch Kerensky (1881-1970). Avocat et socialiste, il défendit les révolutionnaires. (...)
  • 87 Paul Lafargue (1842-1911). Il finit ses études de médecine à Londres, où il fréquente Engels et Mar (...)
  • 88 Jules Bazile dit Jules Guesde (1845-1922). Il adhère au marxisme qu’il contribue à faire connaître (...)
  • 89 Gheorghi Valentinovitch Plékanov (1856-1918). Après avoir fait parti des Narodniki, il devient un d (...)
  • 90 Wilhlem Liebknecht (1826-1900). Il adhère aux idées socialistes très tôt. Il prend part à la révolu (...)
  • 91 Bebel August (1840-1913). Ouvrier tourneur, il adhère à la Ire internationale en 1865 sous l’influe (...)

127Bolchevisation dans la situation donnée. (Cf. ma thèse). Est-ce la réorganisation sur les cellules d’usines ? Non. La bolchevisation est une bonne ligne politique dans chaque situation donnée. Mais il ne faut pas opposer les deux choses. Il faut d’abord une bonne ligne puis une bonne organisation. Il faut réorganiser sur les cellules. Il faut un organisme qui porte les mots d’ordre aux masses. Un ouvrier écrit dans le journal de Prague : comment créer les cellules ? Chacun a trouvé un camarade. Il y a trente-deux membres sur cent cinquante dans l’usine. Puis chacun a pris sa tâche ; faire venir chacun un nouveau camarade. C’est là ce qu’on doit faire. C’est cela la bolchevisation vraie plus que des thèses. Ce ne sont pas les cellules qui feront les thèses mais on est quatre puis on est huit puis on se partage les tâches. C’est ce que Lénine recommandait comme travaux pratiques. Il ne faut plus de communiste de dimanche. Il y a des difficultés mais il faut que toute la politique se fasse dans les cellules, partout où est la classe ouvrière. La bolchevisation est permanente. Il faut bolcheviser par un processus continuel : il faut non imiter servilement mais adapter. La révolution se fera-t-elle chez vous comme chez nous ? Y aurait-il Kerensky86 ? C’est peu probable. Çà se fera autour. Il faut d’abord savoir la composition des couches sociales. Il y a trois exemples. Il y a des pays où 55 % sont des ouvriers, 25 % de petits bourgeois, 9 % de grands bourgeois. Il y en a d’autres différents. Naturellement il y a des tactiques différentes. En Allemagne, la moitié des Allemands sont ouvriers ? En Russie c’est très différent. Puis il faut savoir de quoi se compose la petite bourgeoisie : bureaucrates, petits bourgeois, petits paysans. Il faut pour fixer la ligne politique, savoir la composition sociale de leur pays, c’est le premier pas vers la bolchevisation. Il faut aussi savoir dans quelle période nous sommes. Est-ce le ralentissement de la révolution ? Il faut que ce que nous disions soit basé sur les faits : il faut dire la vérité telle qu’elle est, mais en même temps haine contre le réformisme, il faut de la patience vis-à-vis des ouvriers sociaux démocrates et sans parti. Il faut des capacités d’organisateur : il faut se libérer de tout esprit petit bourgeois. Dans Que faire ? Lénine dit : une bolchevisation doit unir la lutte pour les salaires avec l’insurrection armée. Nous ne devons pas renoncer aux revendications partielles. Il faut étudier davantage ce qui a été écrit entre 1905 et 1917. Dans la période actuelle c’est nécessaire. Nous avons aujourd’hui de bonnes conditions pour un travail de masse : travail colonial, paysan, syndical. Paysan. Il y a des pays où il y a des mouvements de masse paysans et où nous ne faisons rien. Dans certains pays les premiers pas sont faits. Les ouvriers de Berlin et Hambourg vont le dimanche à la campagne. Il faut le faire et continuer. Pour ce travail paysan il faut un mot d’ordre : gouvernement ouvrier et paysan dans le sens du Ve Congrès. Ce n’est pas une raison que Brandler a fait un mauvais usage de ce mot d’ordre. Il faut gagner les paysans. Nous entrons dans la vraie tactique du Front unique. Un bolchevik c’est un homme de masse. Il faut gagner les ouvriers sociaux-démocrates. Il faut une application saine, normale du Front unique. Nous sommes pour les revendications partielles non par réformisme, le développement lent de la révolution ne signifie pas réformisme. Nous n’obtiendrons pas de grandes réformes – surtout aujourd’hui ! – Cependant nous devons lutter pour les revendications pour nous rapprocher de la masse et l’entraîner. Les illusions réformistes croissent et la social-démocratie se renforce mais nous devons nous rapprocher des ouvriers car il y aura de nouvelles crises et il faut qu’à ce moment nous ayons la confiance ouvrière. La droite nous dit : vous voyez bien que nous avons raison, la révolution est loin. Bordiga est lui aussi à droite et dit la même chose. Donc, dit-on, il faut changer. Or nous répondons : nous ne changeons rien au Ve Congrès. Brünn a envoyé un message où il dit qu’ils ne veulent pas verser le sang ouvrier inutilement comme le leur demande la gauche actuellement. Or il y a deux manières de piller les magasins. Il y a le pillage malgré les chefs, et celui contre les chefs, le bon c’est le premier car c’est la masse qui agit, c’est du travail révolutionnaire. Derrière Brünn on voit les oreilles des sociaux-démocrates. Les intellectuels de Brünn ont dit : vous avez demandé des ouvriers mais ils ne comprendront pas pourquoi et ne s’expliqueront pas à l’Exécutif, c’est pourquoi ils vont envoyer leur document. Parce que la situation n’est pas aussi révolutionnaire mais il nous faut conserver la clarté de nos idées, et les idées de lutte. Parce qu’il y a ralentissement révolutionnaire, nous devons profiter pour bolcheviser nos partis afin que lorsque la situation changera nous soyons prêts, théoriquement et pas nos cadres. Les dirigeants. On a dit comment former les dirigeants ? On dit : l’Internationale communiste tâche de faire diriger les partis par des camarades qui sont des pages blanches. Non. Lénine disait : il faut enlever tous les hommes à cinquante ans du mouvement. Et on lui répondait : sauf toi. Mais il n’y a pas à s’arrêter à cela. Krubiga a dit : Moscou ne veut que des jeunes. Non ! Le léninisme est le marxisme de l’époque impérialiste. Nous ne renonçons pas à la Ire et à la IIe Internationale. Il y a de bonnes pages dans Lafargue87 et Guesde88, Plekhanov89, W. Liebnecht90, Bebel91, Rosa Luxembourg. À chaque nouvelle génération il faut apprendre qu’il y a eu de bons révolutionnaires avant eux. Lénine connaissait tous les anciens mouvements. Le mouvement révolutionnaire ne commence pas en 1917. La révolution suit un mouvement ralenti. Ce n’est pas agréable à constater : aujourd’hui il faut cependant continuer sans dévier. Il faut conquérir les masses sociales-démocrates. Les ouvriers veulent être révolutionnaires. La voie est plus longue que nous avions cru d’abord. Nous aurons plus de difficultés mais la voie reste la même.

128La rue est pleine de marchands de pommes (1 F la pomme) excellentes et de conservation parfaite ; oranges d’Orient (5 F chacune). R. Fischer, Viennoise fille d’un professeur, s’est mariée d’abord à Friedlander, Autrichien. Elle a milité en Autriche en opportuniste. Elle a été à Berlin où elle s’est mariée à un Allemand pour être Allemande : elle a quitté ce mari [Les mauvaises langues prétendent que c’est la seule analogie qu’elle ait avec Rosa Luxembourg], Elle est une agitatrice plus qu’une théoricienne. Elle parle bien, ce qui fait son succès à Berlin.

Jeudi 26 mars 1925

  • 92 Léon Daudet (1868-1942). Journaliste et écrivain français, il collabore à la Libre parole de Drumon (...)
  • 93 Gustave Delory (1857-1925). Animateur de la Fédération socialiste du Nord à partir de 1882, il est (...)

129Au Plénum – bolchevisation – R. Fischer puis Treint. R. Fischer : la situation n’est pas révolutionnaire. Au point de vue économique c’est la liquidation de la Rhur et les progrès du plan Dawes il y a des illusions chez les travailleurs qui espèrent le soulagement. Les classes moyennes sont tranquilles. Les paysans sont moins heureux. Mais la lutte de classes n’est pas terminée en Allemagne. Les difficultés de la bourgeoisie sont surtout à l’extérieur. On veut faire bloc avec les grandes puissances contre la Rhur. Il y a un gouvernement ferme aujourd’hui. Le gouvernement a promis aux travailleurs la journée de huit heures aux ouvriers des hauts-fourneaux. La social-démocratie et les syndicats depuis la fin de la guerre ont collaboré avec la bourgeoisie. Aujourd’hui elle est dans l’opposition. Toute la politique social-démocrate est contrainte de reprendre la lutte de classe. Dans la concentration républicaine, les sociaux-démocrates ont des difficultés. La gauche social-démocrate n’est pas révolutionnaire. Le communiste n’utilise pas les faiblesses de la social-démocratie ni ses trahisons. Il y a amélioration de l’industrie et rendement dans le travail. Jusqu’en 1923 le parti avait l’espoir que la révolution serait immédiate. Après Francfort, il fallait redresser la tactique syndicale, il fallait aussi faire rentrer les membres dans les syndicats. Aujourd’hui, 85 % des communistes sont syndiqués. Les camarades ont peur des revendications partielles et du gouvernement ouvrier et paysan, ils redoutent l’opportunisme de Brandler. Nous n’avons pas encore montré le vrai caractère des sociaux-démocrates dans les usines. Il y a des milliers de cellules et de journaux d’usines, mais elles n’ont pas de vie politique. Il y a beaucoup de communistes invisibles qui ont peur du patron. La centrale décide des campagnes mais les ouvriers des usines n’en sont pas avisés. De même pour la campagne paysanne, nous avons organisé les promenades du dimanche à la campagne. La vieille centrale ne se préoccupait pas d’idéologie et de l’instruction des membres. Le parti a besoin de démocratie. Treint : grâce à notre propagande, la France a plus de difficultés aux colonies et cela aide à aggraver la crise économique qui vient. Nous allons avoir du chômage, des grèves, des crises ouvrières. Sur 8 millions d’ouvriers français il y en a 3 millions d’étrangers. La social-démocratie est devenue fasciste (Lille, Daudet92, Delory93). La rédaction de l’Humanité est dans la ligne, ce qui est un grand progrès.

130À 5 h l’unité syndicale à la délégation française. L’entente est complète. À 7 h les Tchèques. Je vois Reiso. Il m’explique que Smeral a été pendant la guerre patriote habsbourgeois avec Renner et les autres. En Tchéquie, il y avait des socialistes républicains qui entraient dans le conflit avec l’espérance de le voir tourner au profit de l’indépendance de leur pays et d’une révolution bourgeoise. Mais Smeral était avec l’empereur d’Autriche et jouait le rôle de Scheidemann en Allemagne. Il a cependant conservé son prestige car il est sympathique et intelligent. Pour Kreibich le cas est différent. C’est un fait curieux qu’il soit aujourd’hui sous l’influence de Smeral, et à ce point à droite, car sa formation est toute différente. Quant à Neurath, il fut envoyé en Autriche il y a deux ans pour tenter de mettre un peu d’ordre dans le pauvre petit parti autrichien déchiré. Il réussit à mettre tout le monde contre lui, et à rester seul. C’est ce diplomate éminent qu’on a envoyé en Tchécoslovaquie pour remettre le parti sur pied.

  • 94 Karl Kautsky (1854-1938). Dirigeant du parti social-démocrate allemand et théoricien du marxisme de (...)

131Il y a des communistes allemands qui veulent rattacher l’Autriche à l’Allemagne. C’est absurde. L’Autriche n’a jamais été allemande. L’Autrichien n’aime pas l’Allemand. Maintenant que l’Allemagne est réactionnaire, l’absurdité est encore plus grande. Les communistes allemands d’aujourd’hui n’ont plus la culture marxiste. Ils ont été occupés sans cesse à la lutte et ils n’ont pas eu le temps de s’instruire comme jadis la social-démocratie sous l’impulsion de Mehring, Kautsky94, Rosa Luxembourg.

132Mme Roussanov me dit la vie du paysan russe. Il n’y a pas de meules dans l’isva, pas de lit. On ne se déshabille jamais. Et on se couche sur des oreillers étendus sur les bancs qui entourent la salle et sur le poêle. Les femmes ont des enfants tous les ans et travaillent beaucoup. Ils ont des mœurs brutales, bien qu’ils soient de naturel, en général, doux ; ils font leur maison, tissent leur lin, pas de division du travail ; ils sont paresseux. En ville, les Russes, même les femmes, sont sales ; leur linge reste douteux. Elle voit se déshabiller des femmes, des intellectuelles aisées. Elles ont des dessous douteux. L’hygiène est encore trop rudimentaire dans tout le pays. En ce moment, la vie est dure à Moscou. On a pourchassé la Nep ; on est entouré de mouchards, on voudrait de la détente.

Vendredi 27 mars 1925

133Visite de Mme Kostecka, Française mariée à un fonctionnaire russe. Son mari gagne 800 roubles par mois. Ils ont deux chambres. On les menace de leur en enlever une. Elle me prie d’écrire à Kamenev. Je lui écris. Elle m’explique qu’on procède à un remplacement des fonctionnaires sans parti par des communistes et qu’on supprime des emplois. De ce fait, tous les fonctionnaires vivent dans une grande inquiétude. Elle me dit aussi les souffrances pendant la révolution.

134À 11 h, encore les Tchèques ! Staline répond. Il parle sans éclat, d’une voix blanche avec des gestes sobres, sur le ton de la conversation avec quelques notes. Teint jaune d’oriental, la figure barrée d’une moustache noire et drue. Les Russes veulent faire l’effort maximum pour éduquer, persuader et retenir les Tchèques. Staline : la crise. Les causes. Le caractère de la crise. Quel est le danger sérieux ? Celui de droite. Comment lutter pour bolcheviser ? Quelle doit être la forme de la bolchevisation ? Comment combattre la droite ? La crise est profonde : il faut passer de la période révolutionnaire à la période d’accalmie. Le danger vient de la gauche et de la droite. Smeral n’a pas vu que le danger de droite est le plus sérieux. Pourquoi ? Parce qu’on passe d’une période d’exaltation à une accalmie. C’est là que c’est dangereux. Il y en a qui disent : puisque c’est calme, endormez-vous ! Il y a eu des dangers de gauche mais aujourd’hui il y a le danger de droite. 73 % du parti viennent de la social-démocratie. Il y a des retours vers les méthodes social-démocrates. En Tchéco-Slovaquie il y a un État victorieux. Les travailleurs ouvriers vivent assez bien : alors ils disent que ce n’est pas trop mauvais. Si on stabilisait ! Tandis que les Allemands, les Slovaques ne sont pas contents. Ils ne sont pas victorieux. Ils sont aussi plus malheureux. C’est pourquoi les minorités nationales sont à gauche. La ligne juste vient des minorités. Nous nous excusons de dire ces choses aux Tchèques. Comment lutter contre la droite ? Il faut lutter contre la gauche et la droite mais la lutte contre la droite est essentielle. L’article de Kreibich, c’est le trotskisme. Comment lutter ? Au lieu de publier cet article et de nouer une lutte idéologique exacte devant les ouvriers et de les éduquer, au lieu de cela, on a caché l’article. On n’a pas livré la lutte idéologique. Il fallait battre Kriloich. On l’a caché et on l’a sauvé.

  • 95 Édouard Bernstein (1850-1932). Militant dès 1870 au sein du parti social-démocrate allemand, défens (...)

135Il y a trois syndicats qui demandaient l’indépendance du parti. Smeral a essayé de les persuader de rester, mais confidentiellement, sans publicité. Les ouvriers tchèques ont perdu de ce fait ; les ouvriers tchèques auraient dû être éclairés. La fraction parlementaire est un danger de droite. Elle se pose au bout de six ans le problème : serais-je soumise au parti ? Là encore, on n’a pas parlé publiquement et ouvertement. Boubnik a ses amis chez les syndiqués, chez les parlementaires. Smeral a lutté contre cela, mais de telle manière qu’il a défendu la droite. Sans le vouloir, il a favorisé la droite. La tactique de Smeral a sauvé, et renforcé, et cultivé la droite. Cette tactique délicate, sage, n’est pas bolchevik. Je ne veux pas dire que Smeral est un social-démocrate, mais sa tactique est celle de Kautsky. Entre Bernstein95 et Bebel, Kautsky tenait le milieu, concessions nécessaires. Cette tactique a fait que la droite a tué la gauche dans la IIe Internationale. Il faut lutter contre la droite, liquider complètement la droite. Il y a aussi un danger à gauche, mais aujourd’hui la tâche est la lutte contre la droite, si nous nous mettons d’accord pour lutter comme je le dis, tout est sauvé.

136Le Komintern n’est pas une puissance céleste qui n’aurait pas le droit de se mêler des choses du parti. Ce n’est pas notre conception de la bolchevisation. Nous avons le devoir d’aider la gauche malgré ses faiblesses. L’Internationale communiste n’est pas une vieille fille désintéressée des choses de ce monde... Nous n’entrons pas en général dans l’élection du CC mais il y a des exceptions. Kreibich a dit : si vous touchez à Brünn, il y aura scission. Et bien ! Kreibich n’a qu’à s’exécuter. Lui seul payera ! Il faut surtout lutter clairement, idéologiquement, nous ne sommes pas pour les exclusions. Préparons sans délai la révolution mais si les Kreibich sont la majorité il y aura peut être la scission, mais cela ne m’effraie pas. Après Staline j’interviens.

137À 2 h visite à Staline, au Comité central du PR (quatre téléphones, vaste bureau nu au 5e).

138La situation des paysans en Russie. Les mécontentements démontrent qu’il n’y a pas une tendance à faire tomber les Soviets. La critique de la plus douce à la plus grave c’est : il y a des manquements, des faiblesses. Comment y remédier dans la limite du gouvernement des Soviets. Il y a la critique : comment améliorer l’ordre existant ? Que veut la campagne ? Il s’agit de liquider le com. de guerre. Qu’a-t-on fait ? Industriellement, on a supprimé les survivances du communisme de guerre. À la campagne, ce n’est pas fait. Deux questions : le gouvernement administratif de la campagne ; les questions économiques. Pendant la guerre civile, de petits groupes de paysans et de communistes ont dirigé la campagne ; les paysans n’ont rien dit parce qu’il y avait la guerre, le danger que les agrariens reviendraient, les paysans se soumettaient. Les petits groupes ont appris à commander, la situation a changé économiquement. Les conditions de la vie sont meilleures, alors les paysans demandent à prendre part dans le gouvernement. Ils veulent comprendre et ne plus être commandés. Les Soviets sont reconnus, la situation internationale pose la question : comment diriger la campagne ? D’où la question : améliorer les appareils dans les campagnes, renouveler la vie des Soviets paysans, recevoir pour les Soviets campagnards des cadres nouveaux, paysans sans parti ? On a pris tous les moyens. On a pris les paysans sans parti qui critiquaient les Soviets pour aider le gouvernement. La crise actuelle vient de ce qu’il faut expliquer aux paysans, il faut les introduire dans les assemblées pour agir sur le gouvernement. Trois groupes se sont formés pendant la guerre à la campagne. Il y en a qui ne peuvent pas comprendre, on les rappelle. Il y en a qui comprennent. Il y a les éléments dangereux, les pillards qui volent l’argent, décomposés par la dictature : nous en avons emprisonné beaucoup. Il faut s’adapter aux conditions nouvelles, améliorer les appareils. On a lancé quatre cent travailleurs super et plusieurs milliers moins forts. Il faut continuer : la crise peut durer cinq ou six mois et après, il y aura amélioration.

139Situation économique. L’impôt direct : nous diminuons les 470 millions de roubles en 1924, cette année on veut réduire à 250 ou 300 pour améliorer la situation des paysans. Notre budget est de 2,5 milliards de roubles. En même temps, on ne peut vivre sans les réserves paysannes. Pour développer l’industrie, on prend des impôts ou par violence. Nous ne voulons pas de la violence. Il y a en Russie deux classes : les prolétaires et les paysans. Pas de crédit étranger. Pas de violence. Donc en baissant les 200 millions nous perdons, mais nous allons avoir le monopole de la vodka à 40°. Nous avons essayé de faire comprendre aux paysans que l’impôt direct était le meilleur. Ils ne veulent rien savoir. Du coup les paysans diront : ils sont forts. Ils me diminuent et ils me donnent la vodka. Avec le produit de la vodka, nous rétablirons l’industrie. Les crédits pur l’industrie agricole. Le crédit est centralisé. Les banques font 120 millions de profits mais nous n’avons presque pas de comptoirs dans les campagnes. En ce moment nous avons 400 filiales de la banque d’État. Il faut bien composer le personnel des filiales. C’est pour le développement de l’agriculture et les profits vont à l’industrie. Depuis ces créations, il y a un progrès, nous avons cristallisé des industries agricoles : coton, lin. Notre crédit distingue trois couches de paysans : les riches, les paysans travaillant, les paysans les plus pauvres qui n’ont pas de bétail, ni d’instruments aratoires. La faim de la terre n’est plus, mais comment faire pour donner le matériel ? Nous commençons par donner aux travailleurs pauvres travaillant collectivement : on donne un crédit à bon marché aux pauvres. Le crédit est plus cher pour les paysans riches. Nous savons ce qu’est le crédit. Nous pouvons ruiner les paysans riches et améliorer le sort des pauvres. Le prix du pain. Le monopole de l’achat du blé et de sa vente donne la possibilité de fixer le prix du pain. Lorsqu’ils voient trop de blé chez les paysans, ils achètent le blé à l’étranger pour écraser le marché. Le paysan est libre d’ensemencer ce qu’il veut. Le gouvernement ayant fixé les prix, il y a eu désaccord, puis on s’est entendu. Ils ont acheté cette année 30 millions de pouds de blé. C’est le seul moyen d’être maître des prix. Cela inquiète le paysan : il voudrait avoir plus d’argent et il se plaint que c’est l’ouvrier qui veut en profiter. Il y a aujourd’hui certains accords, mais c’est le point délicat.

140Les objets manufacturés. Nous avons le monopole de l’industrie. Les paysans ne sont pas pour le monopole du commerce. La ville l’est. Les paysans savent que nous sommes chers parce que nous sommes jeunes. Nous avons donné l’ordre que les trusts doivent faire payer moins cher. Les résultats sont sérieux. On a augmenté la vie industrielle. Dans beaucoup de productions nous avons 30 % à 40 % meilleur marché. La situation est supportable. On parle franchement aux paysans. On les menace des rentrées des agrariens si les ouvriers sont battus. La perspective est bonne. Notre gouvernement ne produit pas pour le profit. Nous pouvons vendre au prix juste de la production. Dès lors nous pouvons en augmentant de quelques kopecks, nous pouvons supprimer les impôts. C’est accomplir cette tâche, supprimer les impôts par le développement industriel. C’est la façon de convaincre les paysans et de lier les paysans aux ouvriers. Il faut développer nos réserves. Notre budget a une situation plus favorable que nous ne pouvions prévoir. Nous avions 150 millions de roubles en surplus en octobre, en mars 120 de plus. Il y a eu un fanatisme de travail en Russie. Les changements jouent un rôle dans les relations entre ouvriers et paysans. Il y a les Nepmen, ils sont tellement opprimés ! On ne cache pas aux paysans qu’ils doivent encore faire des sacrifices. Les paysans sont pratiques : ils nous disent : j’ai un gouvernement pas trop cher, qui se laisse conseiller, qui s’adapte, qui exige quelque chose. Les paysans savent que tout gouvernement prend quelque chose. Dès lors nous sommes sûrs que la situation est bonne quoique difficile. Il y a les contre-révolutionnaires qui propagent chez les paysans. On leur dit : vous êtes la majorité, vous devriez avoir un gouvernement de paysans, mais ils voient que ce n’est pas aisé et qu’en outre les gouvernants font effort pour combler leur abîme. Nos ressources sont suffisantes pour assurer la liaison entre les deux classes. Ceux qu’on a tué à la campagne, c’étaient des coupables. Les représentants des journaux ouvriers ont signalé ces crimes, et ce sont les criminels qui ont fait tuer les représentants de journaux pour qu’on ne sache pas la vérité qu’ils s’apprêtaient à dévoiler. On a tué aussi les présidents de Soviets criminels. Aujourd’hui c’est fini ! les représentants à la campagne sont la force morale du gouvernement.

141Les femmes redoutent la vodka, elles craignent que leurs maris les battent et boivent. L’élite comprend.

142Aujourd’hui on boit la vodka la pire : il faut lutter contre cette vodka. Puis enfin c’est un malheur mais il faut choisir : entre deux maux on prendra le moindre. Les paysans disent : un gouvernement qui donne la vodka c’est un bon gouvernement. Les propriétés collectives agraires sont faibles. L’électrification est encore peu développée. Il y a du chômage. La vie économique de la campagne n’absorbe pas la main d’œuvre. Et les villes ne peuvent utiliser ces forces jeunes qui viennent à la ville. 80 000 chômeurs à Moscou et autant à Petrograd. Il doit y avoir un million de chômeurs. Comment lutter ? fortifier le travail collectif à la campagne ; augmenter les fonds de répartition pour aller en Sibérie et en Orient ; fortifier l’industrie pour qu’elle absorbe la main d’œuvre ; travaux publics : canal du Volga au Don ; le gouvernement donne des fonds aux chômeurs. Dans les villes, les chômeurs sont des employés qu’on licencie aujourd’hui pour soulager l’appareil. Il suppose que la récolte sera bonne cette année.

143La droite – la question est résolue. Trotsky est isolé plus que jamais. Pas un ami de Trotsky, Rakovsky, Radek ou Piatakov ne le défend, dans le parti on est indifférent. Elle n’intéresse plus personne. La discussion théorique autour du trotskysme a servi le parti.

144Mme Plekhanov est à Moscou où elle écrit les mémoires de son mari. Elle est docteur. Elle veut revenir en Russie. Elle est ralliée. Mme Tar a traduit Toi de Madeleine Marx. Elle voudrait faire des traductions de russe en français ou réciproquement. Sa petite fille la pionnière, revient de classe. Elle veut être docteur. Elle est communiste à treize ans. Elle déclare qu’elle est prête à tous les sacrifices pour le parti. Les enfants vont tous ensemble en classe, garçons et filles. L’enseignement secondaire et supérieur sont peu développés faute de ressources. Dans les écoles d’enseignement secondaire on ne fait pas de latin, mais toutes les matières de notre enseignement sans latin, et en outre la sociologie. Une langue : allemand ou français. À la commission syndicale générale. Losovsky fait effort pour montrer l’impossibilité de l’unité. Tomsky s’est abstenu de venir à la réunion. Ça été plat ! Radek dit : il y a d’abord eu le matriarcat, puis le patriarcat maintenant il y a le secrétariat.

Samedi 28 mars 1925

  • 96 Mauro Scoccimaro, né en 1895. Étudiant en droit et en économie à l’Université de Venise, il rejoint (...)

145Au Plénum. Les Italiens (Scoccimaro96 – employé des postes) très intelligent. Bordiga est trop formel, abstrait. Dans toutes les situations il faut considérer les événements non d’un seul aspect mais complexes, non en eux mêmes et immobiles, mais dans leurs relations et leurs changements continuels et leurs répercussions. Bordiga accepte les thèses de Lénine, mais sur le terrain des faits il se rebelle. Bordiga reproche à l’Internationale communiste de n’avoir pas de directive ni de tactique. Bordiga croit qu’on peut établir une tactique fixe, inébranlable, or cette tactique doit changer avec la situation, avec les conditions objectives et les développements de la situation. Bordiga, c’est du formalisme logique, c’est l’unité des formules. Il reproche le manque de continuité de la tactique du Komintern. Or les mots d’ordre sont variables selon les événements. Il y a des contradictions formelles, mais à la base il y a unité dialectique d’action révolutionnaire. Les moyens d’action sont divers comme les situations elles-mêmes. Bordiga dit c’est de l’opportunisme. Non, car le centre dirigeant du Comintern n’est pas un complexe mécanique de formules, mais toujours solide. Le marxisme n’est qu’une méthode, il faut trouver dans la situation elle-même les conditions de l’action. Bordiga refuse de participer à la direction du P. I. c’est là le début de fraction. Bordiga craint que l’Internationale communiste et le parti russe dégénèrent dans l’opportunisme.

146On va donner satisfaction à la droite tchéco-slovaque en lui accordant un congrès où elle aura le droit de choisir elle-même son CC. Clara Zetkin me dit : le devoir vis-à-vis de la révolution russe c’est d’avoir dans tous les pays non un petit parti pur, mais un parti de masse qui puisse imposer aux gouvernants : 1°) Bas les pattes vis-à-vis de la révolution ; 2°) Faites commerce avec elle ; Tant que durera la révolution russe tout développement du capital est impossible.

147Le quartier Presnia Rouge (Presnia). Les typos m’ont élu au soviet. Ils me demandent ce soir à 7 h 30. On inaugure leur club : la Commune de Paris. Ils sont bien habillés et ont fort bonne mine. À 5 h. Délégation française. On traite des élections municipales et de la question paysanne. Boukharine me soumet sa thèse paysanne que me traduit Vouiovitch. La paysannerie est en grande majorité sur la terre. D’où l’importance de la question des colonies où tous les habitants sont paysans, et de la question des rapports des villes et de paysans.

148En outre, partout, la bourgeoisie essaye de réaliser le front unique des paysans grands et petits contre le Komintern. Le paysan est fondamentalement la classe du féodalisme. Encore aujourd’hui il s’oppose à l’ouvrier des villes. Il cherche à vendre des produits chers. Mais il doit devenir notre allié car nous avons des ennemis communs, l’usure, l’impôt, la guerre. Il faut faire venir à nous le salarié agricole, bien que ses conditions de vie le laissent très arriéré. Il faut faire venir le petit paysan pauvre par la coopération. À mesure que nous approchons du pouvoir, malgré nos théories sur la supériorité de la grande propriété, il ne faut pas hésiter à donner la terre aux paysans. Après la prise du pouvoir, les conditions changent pour les paysans. Alors naissent les conditions d’une économie non capitaliste. La coopération est la première forme collective par laquelle nous agissons. L’agriculture n’a pas besoin de passer par la phase capitaliste. La politique de l’État prolétarien doit tenir compte de l’économie privée de la petite paysannerie et les mener vers les formes collectives d’une économie plus relevée.

Dimanche 29 mars 1925

149Boukharine vient à 10 h. La délégation française se réunit chez moi pour l’entendre sur la question paysanne. « Nos partis communistes ne s’occupent pas de la question paysanne. Ils la traitent comme un accessoire. Je vais jeter une bombe au milieu du congrès. Les communistes se disent, nous prendrons le pouvoir et tout sera résolu. Ce n’est pas vrai. La vraie question partout à ce moment-là sera la question paysanne. Dans la première phase de la propagande du parti communiste on organise la classe ouvrière. Puis on cherche des alliés. L’allié ce ne peut pas être l’intellectuel. Il est sans valeur sociale. C’est le paysan, masse immense. Mais le paysan est propriétaire. Gros obstacle. Il faut payer cher pour avoir cet allié. Nous avons payé cher. Nous lui avons donné la terre alors que nous voulons une culture collective. Ce n’est pas là une contradiction que si l’on n’aperçoit pas les choses dans leur devenir, dans un temps, dans l’avenir. Il y a bien d’autres contradictions chez nous. Le socialisme c’est l’ordre et pourtant noua avons fait du désordre, nous avons détruit, ce sont les faux frais de la révolution. Marx a dit qu’on pourrait passer au communisme sans passer par le capitalisme et ses tortures. Ce n’est pas une vérité absolue : tout dépend des relations de force dans la société. Les petits bourgeois et les sociaux-démocrates croient qu’on pourra sauver la petite propriété par la coopération. Non. Car il faut du crédit et l’on se heurte aux trusts. Puis la bourgeoisie dirige les coopératives et les associations agricoles dans un sens patriotique pour faire du paysan un soldat pour ses guerres. Mais ce qui est utopie en régime du capital devient possible dans le régime communiste. Ici le capital privé et la République des Soviets luttent pour conquérir le paysan, comme partout. Mais nous avons de tels avantages que nous aurons la victoire. Le magasin privé lutte contre le magasin d’État. Il essaye de s’attirer le petit paysan qui est en effet attiré par lui et qui tend à s’unir à lui comme par un phénomène chimique. Les deux forces sont en relation. Le plus fort l’emportera. Nous aidons les petits paysans. Nous les organisons en coopératives d’achats et de ventes. Nous lui fournissons du crédit. C’est nous qu’il trouve toujours en face de lui. Cela nous renforce.

150Au début nous avons fait des communes paysannes. Elles ont été mal composées. Elles sont disparues, sauf quelques unes qui restent comme modèles. Une autre expérience a mieux réussi. Les communes où les paysans travaillent en commun, mais ne consomment pas en commun et se partagent les produits. Puis les fermes d’État, d’abord elles ont mal réussi. On y faisait huit heures et elles en étaient infériorisées. Mais aujourd’hui nous allons reprendre ces expériences. Nous avons des ressources et de l’expérience. Nous ferons mieux. Au début nous faisions des proclamations, aujourd’hui nous agissons et marchons vers le communisme. Un gros mal, c’est le chômage à la ville et à la campagne. À la campagne le mal vient de ce que de nombreux propriétaires n’ont pas de bétail, de chevaux, de matériel agricole. Or on leur défend d’affermer ou de louer. Les koulaks (usuriers qui ont spéculé et ont de l’argent) voudraient affermer la terre des paysans sans argent. La loi leur interdit aujourd’hui. Mais nous allons abolir cette loi car elle mécontente les paysans et les unit aux koulaks. Il en résultera que la production agricole augmentera et que les petits paysans devenus prolétaires, nous les grouperons contre les koulaks.

151Partis paysans. Là où ils existent, nous essayons d’y créer une gauche. Là où ils n’existent pas, nous ne les créons pas. Ce serait une faute. Il faut faire venir dans nos cellules le plus possible de paysans, puis grâce à ceux-là, noyauter les organisations paysannes bourgeoises. Il faut leur parler pratiquement, concrètement et accepter toutes leurs doléances, quelles qu’elles soient, comme nous avons fait ici où les paysans en 1918 nous ont apporté 204 résolutions-cahiers : nous leur avons promis de les appuyer toutes. En fait, nous sommes sûrs que dans la lutte entre nous et le commerce privé pour la conquête du paysan nous l’emporterons. Nous avons le pouvoir, le crédit, les chefs des organisations économiques paysannes, le commerce extérieur. Nous ne voulons rien brusquer par ce que nous avons besoin de la Nep. Toute notre politique consiste à laisser se développer l’initiative dans la mesure où elle sert au régime communiste et à sa préparation. On donne au petit paysan une force plus grande puis en même temps nous tentons de l’attirer vers le socialisme. Il faut que le paysan soit la périphérie du prolétariat. Chez vous, parlez-lui de l’impôt, des trusts, de la guerre. L’importance sociale de la campagne a augmenté de puis la guerre, le paysan a élargi son horizon, augmenté son activité. Le but reste pour nous une économie agraire collective, la disparition des antagonismes entre la ville et la campagne, l’élimination de ce qui est arriéré chez le paysan. Pour la réaliser, il faut conserver l’hégémonie du prolétariat ouvrier.

152Visite au 146. L’enfant se porte bien ; la grand-mère a trouvé un poste de dentiste en Crimée. Ils partent en mai. On envoie en Crimée toute une maison d’enfants, choisis parmi les plus pauvres. L’enfant est intelligent. Il est pionnier. Il est communiste. Sa bonne vient de la campagne et elle est obligée de payer des impôts. Elle se plaint. Il lui explique que tant qu’on n’aura pas la paix, la révolution doit se défendre. Il ressemble à son père ! On voulait me donner du thé pour M.D. on le donnera à un autre camarade. Quand Herclet va dans une usine textile, il se met au travail, et il étonne les ouvriers russes par la rapidité de son jeu. À Moscou les prix baissent et les salaires montent. À Paris les prix montent et les salaires restent les mêmes. Secours Rouge International Mopr. Départ 7 h 30 du Lux, train 8 h 20.

Lundi 30 mars 1925

153Voyage Moscou-Riga. Pendant le voyage on lit les thèses. Encore de la neige, commencement du dégel. Que de bois dans les gares ! On a travaillé et il y en a pour de l’argent !

  • 97 Henriette Roland-Holst (1869-1952). Elle commence à militer dans le mouvement socialiste hollandais (...)
  • 98 David Wijnkoop (1876-1941). Ancien membre du parti social-démocrate hollandais (1900), il participe (...)
  • 99 Willem Van Ravesteyn (1876-1970). En 1900, il est membre du parti social-démocrate des travailleurs (...)

154Dans le parti allemand. L’Allemagne se trouve entre deux vagues de révolutions. Le gouvernement Luther, représentant le gros capital, mais est obligé d’agir prudemment parce que la situation intérieure et extérieure sont difficiles. Banqueroute du plan Dawes. Déficit du bilan du commerce extérieur, pour 1924, 24 milliards. Vague de grèves. Dans le parti, on oblige les ouvriers à rentrer dans les syndicats réformistes sous peine d’exclusion. On a vaincu la droite. Beaucoup de sections réclament l’exclusion de Brandler et de la droite. 3 318 cellules dont 1 000 ont leur journal. Les ouvriers sortent le dimanche en campagne avec drapeaux, placards, tracts, brochures, journaux. Le parti communiste allemand a constitué une association des paysans travailleurs, métayers et fermiers. Contre le parti social-démocrate corrompu Barnat. Campagne pour les élections aux conseils d’usines. Elle vient d’avoir de bons résultats. Roll Holst97 demande que Vinkop98, Ravenstein99 soient exclus de la direction du parti communiste hollandais.

  • 100 Les Narodniki, adhérents du Narodnitchestvo, constituent le premier mouvement socialiste de Russie (...)
  • 101 Jean Charles Léonard Simonde de Sismondi (1773-1842). Historien et économiste suisse influencé par (...)

155L’appareil d’agitation et de propagande. Agit.-Prop. Coordonner le travail du parti. Créer des écoles théoriques de léninisme, dans les rayons et dans les cellules. Le léninisme est le marxisme de l’époque de l’impérialisme, du Krach du capitalisme et du développement de la révolution socialiste. Il donne la stratégie et la tactique de la révolution prolétarienne. Dans les écoles, c’est le léninisme qu’il faut enseigner élémentairement afin d’échapper au gauchisme et à la droite. L’internationale communiste va créer une école centrale du léninisme mais nationalement il faudra créer des écoles nombreuses mais depuis le sommet jusqu’à l’école élémentaire de la cellule, afin de créer des propagandistes et des organisateurs. Pour le léninisme, contre le Luxembourgisme – Rosa Luxembourg sous-estimait le centralisme, remplaçant l’organisation par la spontanéité révolutionnaire, diminuait l’importance des mouvements nationaux, coloniaux, paysans. Elle rêvait d’une révolution socialiste chimériquement pure. Elle s’est trompée sur sa théorie de l’accumulation du capital où elle a adopté le point de vue des Narodniki100 et de Sismondi101. Il faut former des cadres de camarades ayant une instruction théorique. Chaque membre du parti doit posséder l’ABC. du léninisme. La question agraire. Il faut relire les thèses du IIe Congrès sur la question agraire. Une des plus gandes conséquences de la guerre est l’entrée du paysan dans la politique. En Pologne, Tchécoslovaquie, Hongrie, Roumanie, Bulgarie, se sont créés des partis paysans indépendants.

156Situation allemande. Balance commerciale passive. Diminution de l’exportation. Difficultés de crédit. Le gros de la classe ouvrière allemande croit encore à la possibilité d’améliorer son sort sans lutte. La taxe de 26 % et l’élévation des droits protecteurs en France et en Allemagne sont défavorables aux exportations allemandes. La journée de huit heures est supprimée. Les taxes fiscales sont augmentées. En Italie, 25 000 adhérents. Le parti communiste est en croissance. Unita : 40 000 exemplaires. Bordiga refuse d’occuper des postes dans le parti.

157Pologne. On a remplacé l’ancienne direction opportuniste. Chômeurs : 176 000 au lieu de 67 000 en 1924. Grandes grèves en 1924, le parti communiste y prit une grande part. Les paysans de Russie blanche et de l’Ukraine sont en révolte contre le gouvernement. 10 000 membres. En trois mois et demi, 134 procès aux communistes ; 225 camarades dont 17 femmes ont obtenu 531 années de prison. 700 membres en Belgique ; 1 800 membres en Hollande ; en Suisse régression ; en Autriche, deux fractions ; Hongrie : illégal ; Yougoslavie : parti dissous, fraction ; Lituanie : terreur blanche ; Bulgarie : 7 000, illégal, terreur blanche ; Tchéco-Slovaquie : 130 000 ; Allemagne : 200 000.

Mardi 31 mars 1925

158Arrivée Riga 6 h. Départ Riga 8 h. Voyage toute la journée entre Riga et Eydkuneen. Lettonie et Lituanie aussi plates et humides l’une que l’autre, chemins boueux. Fermes isolées, bois et chaume. Le foin des bêtes abrité par un petit toit. Marécages, bois et forêts. Des petites gares blanches aux portes vertes. Lettonie, 1 700 000 habitants. Il y a des paysans riches groupés en union paysanne. En face le syndicat des ouvriers agricoles (sociaux-démocrates). Les communistes ont une organisation illégale. Lituanie, 2 420 000 habitants. Fédération des propriétaires. Gros propriétaires dirigés par un prêtre catholique. Ils participent au gouvernement. En face, la fédération paysanne dirigée par les instituteurs et les paysans. Nombreuses coopératives et banques rurales. Cette fédération a une gauche qui s’en détachera un jour.

  • 1 Incertain.

159Mineurs : unitaires et francs1 40 000, Lafayette 50 000. Cheminots Lafayette 35 000, cheminots unitaires 80 000. Arrivée Eydkuneen 7 h 45. A Eydkuneen, la raideur du salut allemand, l’ordre, la police. Départ 9 h 10.

Avril

Mercredi 1er avril 1925

160Arrivée Berlin 11 h 30 Griedrichstrasse. (Lorsque les Russes donnent une concession, le syndicat est appelé à donner son avis. S’il oppose son veto, la concession n’est pas donnée). Nous trouvons le garçon des wagons-lits qui se plaint que les représentants russes à l’étranger vivent trop bien, c’est comme Scheidemann ici, dit-il. Il oublie les ouvriers. À 11 h 30 je cours à l’ambassade. Un drapeau rouge avec faucille et marteau la domine et fait sensation Unter den Linden. Je demande Leb. Il me parle de : la grève silencieuse de Turin (22 mars Ère Nouvelle) ; bagarre au quartier latin, royalistes de la faculté de droit ; les anciens combattants devant le Sénat. C’est dans les secteurs agricoles que les communistes ont perdu des voix dimanche. L’activité générale du parti en est cause, non la tactique. (Pour l’affaire, le moment n’est pas encore venu !)

  • 102 Vladimir Marchlevsky (1866-1925). Né en Pologne, en 1885 il rejoint le groupe Prolétariat à Varsovi (...)

161Le corps de Vladimir Marchlevsky102 est à l’ambassade. (Les deux premiers numéros de la Révolution de Rosmer pour Leb.). Nous allons saluer le corps de Marchlevsky. Il est gardé dans un des salons de l’ambassade par dix camarades allemands immobiles. Il part ce soir à la gare Silésie. On fera à ce sujet une grande manifestation à la gare. On eût bien voulu que l’un des Français reste pour parler. Impossible, nos billets sont retenus. C’est pour cela que le drapeau est en berne. À Berlin, la veille du scrutin, les socialistes étaient pessimistes. Ils se donnaient 6 millions de voix. Les nôtres espèrent 4 millions. La réunion de la veille à Berlin, 45 000 personnes. Ils ont eu 300 000 voix à Berlin. Halle et Solingen excellents. Hambourg échec, la culture des champs. Tout le long du parcours les paysans labourent. Bois de sapins et bouleaux comme en Russie. À Berlin – Restaurant Ducher (35 F par tête) avec Lebedev près Friedriechstrasse.

162Notes à la fin du carnet :

Humanité
Tirage
Humanité
Vente Paris
Q.
1923 190 000 36 000 25 000
Janvier 24 165 000 + 15 000 midi 32 000 36 000
Mars 24 145 000 + 15 000 midi 29 000 39 000
  • 103 A.J. Bennett (1886-1937) (pseudonyme de Lipetz David Efimovitch alias Petrovsky David Alexandrovitc (...)

163Blanc 56, rue Gay Lussac ; par mois quatre articles 15 roubles. Bennett103 m’enverra chaque semaine des notes sur l’Égypte. Journal des cheminots (Goudok) La Sirène. 30 mai délégation au congrès de Glasgow. Vaillant-Couturier un engagement 1 000 F par mois avec un journal et des articles pour d’autres encore. La vie errante (G. de Maupassant). La chapelle Palatine de Palerme, la Vénus de Syracuse.

  • 104 Georges Marrane (1888-1976). En 1916, il adhère au syndicat des Métaux de la CGT et à la SFIO, où i (...)

164Les houillères françaises ont produit 160 445 tonnes par jour en janvier 1925, au lieu de 136 147 tonnes par jour en 1913. Le coke métallurgique dans les cokeries des houilllères 235 700 tonnes. Rundchau – à travers le pays. Départ Moscou 70 dollars. Au départ, reçu 2 000 Marrane104 + billet jusqu’à Eydkuneen provision – Lux 146, J. Dubois – Lettre Roy. Michalsky 10 Kronpressin Oufir. 36 A. Marty. 34 G. Monmousseau-Dudilleux. Départ 8 h 20 dimanche. On quitte le Lux à 7 h 30. 3 tch. pour Melle Tar. Hôtel Régina.

Notes

1 Narimanov, Président de l’Union des Républiques transcausasiennes.

2 Taratouta (Madame). Femme de Victor Konstantinovitch Taratouta (1881-1926). Voir le Carnet de 1922.

3 Mikhail V. Frunze (1885-1925). Il milita au sein du parti social-démocrate du travail russe à partir de 1904, fut emprisonné puis déporté. Actif en Biélorussie et à Moscou en octobre 1917 pour le parti bolchevik, il débute une carrière militaire au début de la guerre civile en rejoignant l’Armée rouge. Il participe aux combats dans l’Oural, dans le Turkestan, et au sud de la Russie, où il commande l’armée rouge contre l’armée blanche de Wrangel en 1920. Il combat après en Ukraine contre les ennemis des Bolcheviks. Élu au CC du PC ukrainien, il est choisi par Staline, Zinoviev et Kamenev, pour succéder à Trotsky au commissariat à la Guerre dont il devient le président en 1925. Il est élu au CE de l’IC lors du Ve Congrès. Il meurt le 31 octobre 1925 des suites d’une opération.

4 Joseph Djougoutchavili dit Staline (1879-1953). En 1924, au Ve Congrès de l’IC, il rapporte sur la question polonaise, tout en participant à d’autres commissions. Au Ve Plénum du CE élargi de l’IC (mars-avril 1925), il siège au Présidium en compagnie de Zinoviev et Boukharine, prenant une part active à la commission politique, s’adressant en particulier aux commissions yougoslave et tchécoslovaque.

5 Nikolai I. Boukharine (1888-1938). Entre 1919 et 1928, il participe essentiellement aux activités de l’IC. Rapporteur de la question du programme (Ve Congrès de l’IC), traitant de la question paysanne (Ve Plénum du CE élargi de l’IC), il remplace Zinoviev à la tête de l’IC lors du VIIe Plénum élargi du CE de l’IC (novembre 1926).

6 Sans doute Vaninii Lorenzo, pseudonyme de S. Mineff, né en 1893 en Bulgarie, il se met au service de la IIIe Internationale dès 1919. Voyageant dans les différents pays d’Europe de l’Ouest pour le compte de l’IC, il devient en 1926 adjoint puis principal responsable du secrétariat latin.

7 Racamond Julien (1885-1966). Ouvrier agricole et ensuite boulanger il adhére à la CGT en 1904. Dès 1919 il est secrétaire permanent de la Chambre syndicale des ouvriers boulangers de la région parisienne. Il dirige la grève des boulangers contre le travail de nuit et la journée de huit heures en 1920. Il est secrétaire de la CGTU de 1923 à 1936. Il est membre du Bureau d’organisation du PC où il ne siège jamais. Son soucis essentiel est de sauvegarder en 1925 la spécificité du syndicalisme. Dans les années vingt il incarne l’héritage et la singularité de la CGTU. Il est membre du Bureau politique de 1926 à 1930. Et secrétaire de la CGT de 1936 à 1939 et de 1943 à 1953.

8 Jacob Mirov-Abramov (1895-1937), devient dès le IIIe Congrès le représentant de l’OMS à Berlin où, sous le couvert de l’ambassade il s’occupe des missions secrètes. [Voir note 14]

9 Walter Stœcker (1891-1939). Député et président du groupe parlementaire communiste au Reichstag, il est arrêté par les nazis en 1933, et meurt au camp de Buchenwald.

10 Hermann Remmelé (1880-1939). Dirigeant du PCA depuis 1921, représentant de son parti à Moscou en 1922, il a participé participé, en 1924, au Ve Congrès. Il retourne en Allemagne où il est élu député et dirige le parti. En 1926 il devient membre du Comité exécutif puis de son secrétariat. Critiqué en 1932 lors du XIIe Plénum, il est exclu de l’appareil de l’IC et perd ses responsabilités dans le parti. Réfugié en URSS il est arrêté en 1937 et fusillé.

11 Hollein, député communiste au Reichtag, est emprisonné en mai 1923 à la prison de la Santé pour son activité contre l’occupation de la Ruhr par l’armée française, en compagnie de Marcel Cachin, Henri Gourdeaux, Georges Marrane, Gabriel Péri, et Pierre Semard.

12 Ruth Fischer (1895-1961). Dirigeante du PCA depuis le printemps 1924 elle a défendu la politique de la bolchevisation lors du Ve Congrès. Élue au Reichstag, elle critique la politique de Front unique et dénonce les droitiers dans le parti. Au printemps 1925 elle se rend à Moscou pour le Ve Plénum. Dès l’été 1925 une lettre ouverte de l’IC dénonce les erreurs "gauchistes" du PCA et la met directement en cause. Elle entre désormais dans l’opposition aux côtés de Zinoviev et est exclue du PCA en août 1926.

13 Ottomar Geschke (1882-1957). Membre de la gauche du PCA depuis 1922, il est en 1924 membre du Bureau politique et membre du Comité exécutif de l’IC ainsi que du Présidium. Il occupe des fonctions importantes dans le PCA et l’IC jusqu’à l’automne 1928.

14 Jacob Mirov Abramov (1895-1937). Membre du parti bolchevik en 1916, il travaillle à l’étranger de 1921 à 1926. Il devient en 1926 responsable du Département des liaisons internationales (OMS), jusqu’en 1935. De 1935 à 1937, il travaille dans le service de renseignement de l’Armée rouge. Arrêté le 21 mai 1937, il est fusillé le 26 novembre de la même année.

15 Édouard Dudilleux, né en 1881, ouvrier imprimeur, militant syndicaliste de la CGTU. Il est élu membre de la commission exécutive de la CGTU dès 1922, représentant du syndicat au IIe Congrès de l’ISR. Il est également membre du secrétariat de la CGTU. De 1926 à 1929, il est membre du Bureau politique du PCF. Il cesse son activité politique et syndicale au début des années 1930.

16 Gaston Monmoussseau (1883-1960). Cheminot, journaliste à l’Humanité, en 1919 il est élu secrétaire général de la Fédération des cheminots et arrêté la même année. Il est élu secrétaire général de la CGT à Paris. Anarco-syndicaliste il n’adhére au PCF qu’en 1925. En juin 1926 il est élu au Comité central. En 1936 il est député. En 1945 il est secrétaire de la CGT.

17 Adam Stegerwald (1874-1945), leader syndicaliste catholique, ministre du Reich sous la République de Weimar.

18 Il s’agit du plan négocié sous l’égide des Américains et accepté par l’Allemagne, qui prévoyait les conditions de paiements des réparations en les liant à des investissements étrangers garantis par des hypothèques sur l’économie allemande.

19 Il s’agit du plan Dawes qui, sous l’égide des États-Unis, garantissait le paiement des réparations allemandes par des hypothèques et un apport de capitaux.

20 Il s’agit bien sûr des députés communistes.

21 Boubnik, un des dirigeants de la fraction dit de droite du PCT, député au Parlement de Prague, venait d’être exclu après les critiques qu’il avait émise contre la politique du PCT.

22 Numéro de la chambre, à l’hôtel Lux, de Ruth Fischer, (1895-1961). Entrée à la Centrale du PCA dès 1921, elle se range à l’extrême-gauche du parti et mène la lutte contre la direction à laquelle elle accède lors du IXe Congrès, élue au Reichstag, elle se fait au Ve Congrès de l’IC l’avocate de la bolchevisation et bénéficie de l’appui de Zinoviev. Critiquée en août 1925 dans la lettre ouverte de l’IC adressée au PCA, elle est écartée de la direction du parti. Appelée à Moscou où elle est blâmée, elle revient de sa propre initiative en Allemage et est exclue du parti en août 1925.

23 Numéro de la chambre, à l’hôtel Lux, de Suzanne Girault (1882-1973). Institutrice libre en Russie pendant la révolution, elle revint en France en 1921. Devenue secrétaire de la Fédération de la Seine du PCF à la fin de 1922, elle accède au Comité central et au Bureau politique au congrès de Lyon en janvier 1924. Elle assure de fait le rôle dirigeant avec Treint. Elle est écartée officieusement du Bureau politique dès le mois de décembre 1925 et officiellement du Comité central lors du congrès du PCF en juin 1926. Ayant pris parti pour l’opposition russe, elle est exclue au début de 1928. En 1930 elle revient au parti où elle occupe des fonctions diverses.

24 louri Figatner alias Issaakovitch Jokov (1889-1937). Ayant adhéré au parti bolchevik en 1903, il devient en décembre 1920 membre du bureau du Caucase du Comité central du PCb et président du bureau des syndicats du Caucase. Au début de 1925 il est, selon le mémorandum de Monmousseau, à Paris aux côtés de Chliapnikov. De 1925 à 1934, il est membre de la commission centrale de contrôle politique, et appartient entre 1927 et 1930 au Présidium de la commission centrale du contrôle exécutif. En 1928, il élu au Bureau exécutif du conseil central de l’ISR. Il est victime de la répression.

25 Wiener, pseudonyme de Max Strötzel.

26 Jeanne Dubois. En fait il doit s’agir de Marie Dubois, membre de la commission féminine centrale du parti communiste et collaboratrice de l’Ouvrière dont elle devint la responsable éphémère au cours de l’année 1925.

27 Pierre Bellugue dit Fernand (1892-194 ?). Militant des Comités syndicalistes révolutionnaires (CSR), il est secrétaire général du Syndicat des travailleurs de l’Habillement. En 1923, il est élu à la commision exécutive de la CGTU. Il occupe des responsabiltés importantes à l’Union des syndicats de la Seine, tout en assurant la fonction de secrétaire permanent à la Propagande de la Fédération du Vêtement. Au printemps 1926, il est délégué permanent de la CGTU auprès de l’ISR. En 1927, il devient secrétaire de la Fédération unitaire Textile-Vêtement. Il meurt en déportation à Mathausen.

28 Paul Vaillant-Couturier (1892-1937). Après avoir rejoint la SFIO en 1916, il choisit la IIIe Internationale et le parti communiste en 1920 dont il est membre du comité directeur. En 1924 il est réélu député de Paris, et en 1926 il est le rédacteur en chef de l’Humanité . Dans les années trente il multiplie ses voyages à l’Est de Moscou et à Shangaï où il rencontre Ho Chi Minh. Député du Front populaire, il enquête en Chine et en Espagne, pour l’Humanité dont il reste rédacteur en chef jusqu’à sa mort, en octobre 1937.

29 André Marty (1886-1956). Mutin de l’armée française envoyée contre les bolcheviks en Mer noire, il est condamné aux travaux forcés. Libéré en 1923 il est élu député en 1924. Il est membre du Comité central en 1925 et du Bureau politique en 1931. Il fait parti d’une délégation du Comité central chargée d’organiser la lutte contre la guerre du Maroc. En 1936 il organise les Brigades internationales. Il est l’un des trois secrétaires de la délégation du Comité central d’Alger en 1943. Secrétaire du PCF de 1945 à 1952, il est exclu du parti en 1953.

30 Pierre Semard (1887-1942). Employé des chemins de fer, secrétaire général de la Fédération unitaire des cheminots et secrétaire général du parti communiste de 1924 à 1929, il est fusillé en 1942.

31 Grigori Zinoviev (1883-1936). En 1901, Grigiri Evseevich Radomilsky appartient au parti social-démocrate ouvrier russe. Ayant rejoint les bolcheviks en 1903, il joue un rôle important dans l’organisation du parti à Saint-Petersbourg. Exilé après la révolution de 1905, il représente les bolcheviks au sein de différentes conférences et délégations. Il rentre en Russie avec Lénine en 1917. Partisan d’un gouvernement de coalition, il exprime ses désaccords publiquement. En 1919, il participe activement à la fondation de l’IC, dont il devient le président jusqu’en 1926. Exclu en 1927, puis en 1932 du PCR, il est accusé d’avoir participé à l’assassinat de Kirov en 1934. Il est condamné à dix ans de prison. Il est ensuite condamné à mort en août 1936 lors des procès de Moscou (avec Kamenev), et exécuté en décembre.

32 Rosa Luxembourg (1871-1919). Socialiste révolutionnaire allemande d’origine polonaise, elle fait ses études d’économies politiques en Suisse. Lors de la révolution russe de 1905, elle gagne la Pologne où elle organise la propagande révolutionnaire. De retour en Allemagne elle fonde tout en étant professeur à la faculté, avec Karl Liebknecht la Ligue Spartakus qui se veut révolutionnaire et antimilitariste. Emprisonnée longtemps pendant la guerre, elle rédige l’Introduction à l’économie politique. Libérée en 1918 elle publie le programme de la révolution et contribue à la formation du PC allemand. Elle participe à l’insurrection spartakiste à laquelle elle avait été opposée. Elle est arrêtée et assassinée lors de la répression du mouvement en 1919.

33 Iouri Mikhaïlovitch Nakhamkiss, dit Stieklov (1873-1941). Militant du mouvement ouvrier depuis 1893, il est rédacteur en chef des Izvestia entre février 1917 et juin 1925. Il est délégué au Ier et au IIIe Congrès de l’IC. En 1929, il est président adjoint du comité scientifique auprès du Comité exécutif central de l’URSS. Il est victime de la répression stalinienne.

34 Né en 1902, André Ferrât, de son nom Morel, abandonne l’École des travaux publics en 1924 pour se consacrer à l’action militante. En 1924 et 1925 il restructure les Jeunesses communistes. Appelé à faire son service militaire en Algérie il est envoyé dans le Rif, dans une section disciplinaire, dés 1925. De retour à Paris en 1927 il est responsable de la section coloniale, membre du Comité central du parti communiste et du Bureau politique de 1928 à 1936. Il dirige l’Humanité de 1932 à 1934. En 1936 il est exclu de la direction du PC à laquelle il s’oppose depuis 1933 sur la question allemande et l’opportunité d’un Front populaire. Il est membre de la SFIO de 1946 à 1956.

35 Robert Alloyer (1900-1935). Apprenti typographe parisien, il participe aux grèves de 1919-1920. Adhérent de la Jeunesse communiste, il devient responsable du travail antimilitariste, s’occupant plus particulièrement des journaux Le Conscrit et La Caserne. De mai 1925 à août 1926, il représente la fédération française auprès de l’ICJ.

36 Henri Raynaud (1890-1970) Jean, Julien, Isidore dit Henri. Commis des PTT, il adhère à la CGT en 1917, au parti socialiste en 1919, et par la suite au parti communiste. En 1922 il est le secrétaire du syndicat des PTT. Il est secrétaire de l’Union des syndicats unitaires de la région parisienne de 1925 à 1929. En 1924 il entre au conseil d’administration de l’Humanité. Inculpé d’incitation à la désertion lors de la guerre du Rif il est condamné à six mois de prison en 1925. Il est membre du Comité central du parti communiste (1926-1939, 1945-1959).

37 Henri Jacob (1896-1976). Ouvrier tisseur, il adhère aux Jeunesses socialistes dont il devient le responsable pour le département de l’Aube. Secrétaire du Syndicat du textile de Troyes, puis secrétaire général de la fédération en 1924-1925, il est l’un des délégués de la CGTU au congrès de l’ISR en 1922. En 1926, il devient délégué du CE de l’IC. Il rompt avec le PC et la CGTU en 1932. Pendant l’Occupation, il collabore au RNP puis au PPF dont il est secrétaire fédéral adjoint à Paris.

38 Octave Rabaté (1899-1964). Ouvrier mécanicien, il est élu en 1923 secrétaire des Jeunesses communistes, chargé des luttes économiques en cours. Il accède parrallèlement à des responsabilités syndicales à la Fédération unitaire des métaux, dont il devient membre de la commission exécutive (1923-1927).

39 Maurice Thorez (1900-1964). Ouvrier mineur il adhère à la SFIO en 1920. Il rejoint le PCF, est en 1923 secrétaire de la Fédération du Pas-de-Calais, membre du Bureau politique en 1925, secrétaire général en 1930. Député en 1932 et 1936 il travaille à l’alliance entre les socialistes et les communistes après le tournant stratégique de 1934. Condamné à mort par contumace pour désertion en 1940, il est amnistié à la Libération. Ministre de la Fonction publique en 1945 et vice-président du Conseil, il dirige le PCF jusqu’à sa mort.

40 Lucien Midol (1883-1979). Ingénieur des arts et métiers, puis mécanicien à la compagnie du PLM, il se syndique à la Fédération des Mécaniciens et Chauffeurs en 1905. Il rejoint la SFIO en 1913. Il participe au regroupement des différents syndicats cheminots. Révoqué après la grève de 1920, il se réfugie en Suisse où il participe à la fondation du PC suisse. Une fois à Paris en 1923, la fidélité de ses engagements et se réputation de militant chevronné ne ménageant pas son énergie combative l’amenèrent à jouer un rôle important dans les combats syndicaux et politiques. Élu secrétaire général de la Fédération unitaire des cheminots en 1924, membre du CD du PCF, puis du Comité central en 1924 jusqu’en 1959, membre du Bureau politique de 1926 à 1938, il participe aux travaux de l’IC : Ve Plénum du CE de l’IC, VIe Congrès.

41 Jacques Doriot (1898-1945). Ouvrier métallurgiste, secrétaire général des Jeunesses communistes, député et maire de Saint-Denis en 1924, il est exclu du PC en 1934 et fonde le parti populaire français imité des faisceaux italiens en 1936. Il s’oppose au Front populaire. Il est partisan de la collaboration avec l’Allemagne nazie en 1940 et contribue à la création de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme. Il combat lui-même sur le front russe avant de mourir en Allemagne lors d’un bombardement.

42 Gabriel Sauvage (1879-1946). Militant syndicaliste, adhérent de la SFIO à partir de 1907, il choisit la IIIe Interntionale au Congrès de Tours. Compagnon de Suzanne Girault, il est secrétaire de la Fédération unitaire des employés de 1924 à 1929. Membre du comité central de 1925 à 1926, il perd ses responsabilités politiques avant d’être exclu en 1928. En juin 1930, il est réintégré. Il travaille alors à l’Humanité. Sous l’occupation, il combat au sein des FTP en Sâone-et-Loire.

43 Albert Arthur Purcell (1872-1935). Très tôt, il partage son temps entre le travail et l’école. En 1890, il s’inscrit à la section londonienne du syndicat des polisseurs, où il entame une longue carrière de syndicaliste. Sympathisant actif de la Révolution d’octobre, il appartient à la première délégation britannique en Russie. En 1919, il est élu au conseil général des TUC, au sein duquel il est actif jusqu’en 1928. Au début des années 1920, il appartient au bureau britannique de l’ISR.

44 Gabrielle Chantesay. Sœur de Gaston Monmousseau, elle est mariée à Léon Chantesay (1883-1968). Ils militent à la CGTU.

45 Pierre Monatte (1881-1960). Membre de la CGT en 1904 il s’oppose en 1914 à l’Union sacrée. Il soutient la cause bolchevique dès 1917. En 1920 il est arrêté et détenu pendant neuf mois. Anarcho-syndicaliste il n’approuve pas les vues de la IIIe Internationale qui tend à subordonner les syndicats au parti communiste. Il rejoint pourtant le PCF et collabore à la rédaction de l’Humanité. En 1924 il est membre du comité directeur.

46 Jean Morin (1869-1924). Conseiller municipal communiste de Paris, il avait annoncé qu’il ne se représenterait pas aux prochaines élections municipales en raison de son désaccord avec l’activité de la direction du parti sous l’influence de Treint. Il meurt le 7 mars. C’est donc Suzanne Girault qui semble avoir appris à Cachin la mort de cet élu qu’il avait côtoyé déjà avant guerre dans la SFIO.

47 Bohumir Smeral (1880-1941). En 1897, il rejoint le parti social-démocrate tchèque. Éditorialiste à Pravo Lidu, le journal du parti à partir de 1899, il devient membre du Comité central en 1904. Élu député en 1911, il prend position pour la monarchie austro-hongroise pendant la Première Guerre mondiale jusqu’à la fin de la guerre, où il rejoint la gauche du parti. Après un premier voyage en Russie, où il s’entretient avec Lénine, il anime une fraction communiste au sein du parti social-démocrate, puis devient responsable du PCT. Il participe aux travaux de l’IC jusqu’en 1926, où il intègre le bureau d’organisation, séjournant à Moscou plusieurs années. Il assure des missions à l’étranger pour l’IC. Il meurt à Moscou en 1941.

48 Thomas Masarik (1850-1937). Homme politique tchécoslovaque, professeur de philosophie à l’université de Prague, il est député au Reichstag autrichien en 1891. Il s’exile en 1914 et combat aux côtés des alliés. Il est élu président du gouvernement provisoire tchécoslovaque en 1917 et président de la République en 1918. Réélu en 1927 et en 1934 il renonce au pouvoir en 1935.

49 Julius Vercik (1894-1959). Adhérent du parti communiste tchécoslovaque dès sa fondation (1921), il est membre du Comité central jusqu’en 1925, où il représente la gauche. Il participe au IVe’au Ve et au VIe Congrès de l’IC. Il est élu député en 1925. Avec l’accession de Klement Gottwald à la tête du PCT, sa position est amoindrie. En novembre 1930, après avoir été accusé d’« opportunisme et de déviation nationaliste », il est exclu.

50 Trois hommes portent le pseudo « Horn » auquel il pourrait se rapporter : Aleksxander Danichuk, Filip Daub et Hans Knodt.

51 Antonin Zapotocky (1884-1957). Fils d’un militant socialiste, il rejoint le parti social-démocrate tchèque en 1902, dont il devient le secrétaire régional pour la région de Kladno en 1907. Il appartient à un régiment austro-hongrois pendant le Première Guerre mondiale. Il participe à la fondation du PC tchécoslovaque. Présent au Ve Congrès de l’IC, au Plénum du Ve CE élargi de l’IC, il s’exprime au nom du PCT au VIe Congrès de l’IC (1928). Entre 1929 et 1939, il est secrétaire général de la Centrale syndicale contrôlée par les communistes. Arrêté par les Allemands en 1939, il est déporté à Sachsenhausen à 1940, dont il sort en 1945. Il joue un rôle important dans la prise de pouvoir en 1948. Nommé Premier ministre par Klément Gottwald en juin 1948, il lui succède à la présidence en mars 1953. Il meurt en 1957.

52 Alois Mouna, né en 1886, militant du parti social démocrate tchèque, il est incorporé au sein de l’armée austro-hongroise. Fait prisonnier par les Russes, il devient le chef du groupe communiste tchèque formé alors en Russie soviétique. De retour en Tchécoslovaquie en juin 1919, il édite à Kladno un journal communiste, Svoboda. Arrêté, puis libéré, il participe au IVe Congrès de l’IC, puis au Ve. Porte-parole de l’opposition à Klement Gottwald, il est exlu du PCT et fonde l’Opposition léniniste.

53 Alois Neurath (1886- ?). Militant du mouvement ouvrier dans la région des Sudètes, il participe à la fondation d’une section allemande au sein du PCT. De 1921 à 1926, il est secrétaire du Comité central du PCT et également député. Représentant du PCT auprès de l’IC. Au début de l’année 1926, il est attaqué par Moscou, puis se déclare lui même trotskiste. Exclu en juin 1929, il devient responsable d’un groupe trotskiste dans la région des Sudètes. Après février 1948, il s’exile en Suède.

54 IG. Smoliewsky, socialiste-révolutionnaire, qui rejoint le PCR(b) après novembre 1917. Il commence vers 1923-1924 à travailler pour l’IC, d’abord au sein de l’Agit.– Prop., puis au sein de la commission syndicale. Ses responsabilités s’accroissent au sein de l’IC, après la liquidation de Zinoviev-Boukharine. En 1932, il intègre le secrétariat central européen. Assistant de Wilhem Knorine, il représente l’IC en 1935 à la « Conférence de Bruxelles » du PC allemand, qui s’est tenue à Moscou. En septembre 1936, il appartient à la délégation soviétique qui participe au Rassemblement universel pour la paix (RUP). Il continue de travailler au secrétariat central européen après la disparition de Knorine, sous la direction de Togliatti, avant de disparaître lui-même, victime des purges staliniennes.

55 Alfred Kurella, dit Bernard, né en 1895. Militant allemand, il participe à la fondation et aux premiers congrès de l’ICJ. En 1924, il dirige la première école des cadres du PCF en France (Bobigny) où il reste jusqu’en 1926. Il retourne à Moscou en 1929 ou 1930, puis revient en France en 1932, où il s’occupe de l’hebdomadaire Monde, et enfin à Moscou. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il s’occupe de la Propagande. Il s’installe ensuite en RDA, où il occupe différents positions au sein du SED.

56 Adrien Mouton (1902-1988). Il s’engage dans l’action syndicale puis politque pendant la grève des mineurs du Bassin de Bessèges (Gard). Militant des JS, puis des JC, il est délégué au IVe Congrès de l’ICJ (1924) et au Ve Congrès de l’IC (1925). De retour en France, il s’installe dans la région méditerranéenne, dont il devient le secrétaire de 1930 à 1934, avant de devenir député des Bouches-du-Rhône de 1936 à 1940 et de 1945 à 1958.

57 Andrès Nin (1892-1937). En 1911, il milite au sein du parti socialiste espagnol. En 1914, il dirige le comité de grève en Catalogne. En 1920-1921, il est secrétaire général du comité national de la Confédération nationale du travail. Favorable à la IIIe Internationale, il appartient au Bureau exécutif de l’ISR jusqu’en 1927, date à laquelle il est exclu pour avoir rejoint Trotsky. Expulsé d’URSS en 1930, il est emprisonné en Espagne. Il participe à un groupe trotskiste, puis rompt avec Trotsky. En 1935, il participe à la fondation du POUM. En 1937, il est kidnappé et assassiné par des hommes du GPU.

58 Auguste Herclet (1898-1942). Ouvrier dans l’industrie textile à Vienne (Isère), il consacre l’essentiel de son militantisme au syndicalisme. Syndicaliste révolutionnaire, puis communiste, il est délégué de la CGTU auprès de l’ISR de 1923 à 1925. De 1927 à 1933, il est membre de la commission exécutive de la CGTU, fonction qu’il cumule avec celle de secrétaire du bureau international de la CGTU entre 1928 et 1929.

59 Paul Léon Cadeau (1890-1978). Chauffeur de taxi, il est secrétaire de la CGTU à partir de 1922 et membre du Comité directeur du parti communiste en 1924. Il passe pour malhabile et autoritaire. En 1925 il est élu au Comité central. Il participe la même année aux travaux du Congrès national de Lille avant d’être écarté du Comité central. Il est exclu du PC entre 1928 et 1930. Proche de Doriot et du PPF il est condamné en 1945 à deux ans de prison et à la dégradation nationale. En 1949, il représente Force ouvrière dans les commissions de chauffeurs de taxis.

60 Sun Yat-Sen (1866-1925). Philosophe et révolutionnaire chinois, converti au christianisme, il fonde en 1911 le parti révolutionnaire antimanchou, le Kuo-min-tang. Lorsque la république est proclamée à Canton il est choisi pour en être le président. En 1916 il fuit au Japon pour revenir en 1917 et installer un gouvernement militaire à Canton. Il fuit à nouveau en 1921 pour revenir en 1924. Il est considéré comme le fondateur de la Chine moderne.

61 William Gallacher (1881-1965). Issu d’une famille de travailleurs écossais, il milite au sein des comités de grèves pendant la Première Guerre mondiale. Il participe aux travaux de l’IC, exerçant des responsabiltés variées. Il est membre du Comité central du PC de Grande-Bretagne de 1921 jusqu’à sa mort en 1965.

62 Jacobi, cf. Jacob Henri.

63 Maria Froumkina (1880-1938). En 1901, elle est active au sein du Bund en Russie. Arrêtée plusieurs fois par la police tsariste, retourne à Minsk après 1917 où elle collabore à la presse du Bund. Elle rejoint le PCR en 1920 et participe aux travaux de l’IC. Elle dirige la presse en langue yiddish les années suivantes. Arrêtée pendant les purges staliniennes, elle est exécutée en 1938.

64 Jacques Sadoul (1881-1956). Avocat, il est membre du parti socialiste, du groupe communiste français de Moscou (1918-1920) puis du parti communiste (1920-1956). En 1919 Sadoul est inculpé de désertion et d’intelligence avec l’ennemi pour sa collaboration avec les bolcheviks russes. En 1921 il est envoyé en mission clandestine à Berlin. Il est arrêté en 1924, dès le lendemain de son retour en France. Le PC lance une campagne retentissante en sa faveur. Acquitté de justesse, il est radié de l’ordre des avocats. Il s’installe par la suite dans le Sud de la France et garde des contacts avec Moscou.

65 Alexandre Joseph Tommasi (1886-1926). Coureur cycliste, menuisier et enfin ouvrier dans l’aviation, il est membre du Bureau politique à partir de 1924. Rédacteur de l’Humanité il démissionne en 1922. Ses fonctions à la CGTU lui permettent d’incarner la fusion des traditions du syndicalisme français avec le mouvement communiste. Il devient secrétaire de la commission syndicale. Soupçonné d’espionnage industriel en 1924, il doit fuir, et se réfugie à Moscou où il meurt subitement en 1926.

66 Robert Doury, né en 1903, est un syndicaliste CGTU de la métallurgie, notamment aux usines Renault puis aéronautiques dans la région parisienne.

67 Joseph Haken (1880-1949). Professeur, il rejoint le parti social-démocrate tchécoslovaque en 1906. Élu député en 1920, il participe à la fondation du PCT en 1921. Il est l’un des leaders de la gauche, favorable à la bolchévisation. Président du PCT, il participe aux réunions de l’IC. Sénateur en 1929, il garde son poste au Bureau politique, lorsque Klément Gottwald devient secrétaire général, et ce jusqu’en 1936. Malade, il abandonne ses responsabilités, et meurt en 1949.

68 Dupont. Il s’agit de Gouralsky, le représentant de l’IC à Paris.

69 Amédée Dunois (1879-1944). Il est d’abord militant anarchiste, puis syndicaliste révolutionnaire, et enfin socialiste. En 1918, il devient secrétaire général de l’Humanité. Élu membre de la direction communiste à Tours, il représente le PCF auprès de l’IC en 1924. N’acceptant pas la bolchevisation, il rompt avec le PCF en 1927. Il rejoint la SFIO, devenant journaliste au Populaire. Sous l’Occupation, il participe à la résistance. Arrêté par las Allemands, il est déporté et meurt en Allemagne.

70 Fritz Heckert (1884-1936). En 1902, il rejoint le parti social-démocrate allemand. Entre 1908 et 1912, il milite dans le mouvement socialiste suisse. Pendant la Première Guerre mondiale, il rejoint la ligue spartakiste. En 1918, il dirige le Conseil des ouvriers et soldats formés à Chemnitz. Il participe à la fondation du PC allemand, dont il est membre du Comité central jusqu’à sa mort, à l’exception des années 1924-1925. En 1933, il se réfugie en URSS.

71 Henri Guilbeaux (1884-1938). Écrivain et journaliste français, pacifiste et défenseur de Romain Rolland, il passe en Suisse en 1915 où il crée la revue Demain qui combat la guerre. Il soutient d’emblée le mouvement bolchevik en 1917 date où il est nommé correspondant officiel de la Pravda. Condamné à mort par un conseil de guerre pour intelligence avec l’Allemagne il se rend à Moscou. Il part pour Berlin en 1922 où il doit rétablir des rapports culturels entre la Russie soviétique et l’Occident. Dès 1924 il y est aussi correspondant pour l’Humanité. En 1929 cette fonction lui est retirée. Il rentre en France en 1932 où il est incarcéré et jugé pour ses activités pendant la Première Guerre mondiale. Acquitté, il meurt dans la misère en 1938.

72 Marek, pseudonyme de Dimitrov Stanke (1889-1944). Né en Bulgarie, il est membre du comité régional du PC bulgare. Il participe au Ve Plénum élargi du CE de l’IC où il participe aux travaux de la commission agraire. Il prend part à l’activité de l’Université communiste pour les minorités nationales de l’ouest (KUNMZ). A partir de 1932, il travaille pour le secrétariat des Balkans de l’IC. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il travaille pour la radio soviétique. Il trouve la mort dans un accident d’avion en 1944.

73 Jean Herbette (1878-1960). Journaliste et collaborateur de la revue Politique étrangère fondée en 1912 par Poincaré, il est nommé le 15 décembre 1924 ambassadeur de France à Moscou où il reste jusqu’en 1931.

74 Édouard Herriot, (1872-1957). Écrivain et homme politique français, il adhère au parti radical au moment de l’affaire Dreyfus, qu’il préside de 1919 à 1957. Il est élu maire de Lyon en 1905 et il le reste jusqu’à sa mort. Il est le ministre des Affaires étrangères du Cartel des gauches. Il fait alors reconnaître par le gouvernement français l’URSS. En 1940 il se sépare du gouvernement de Pétain ; il est alors assigné à résidence jusqu’en 1944 date à laquelle il est déporté en Allemagne.

75 Étienne Alexandre Millerand (1859-1943). Homme politique français, journaliste et collaborateur de Clemenceau, il est député du parti radical avant de s’orienter vers le socialisme. Ministre du Commerce et de l’Industrie dans le ministère Waldek-Rousseau (1899-1902) où il fait adopter certaines mesures sociales, vivement critiqué notament par Jules Guesde, il s’éloigne du mouvement socialiste. Il fixe, au lendemain de la Première Guerre le programme du "bloc national" (conservateur). En 1920 il est élu président de la République mais il démissionne avant la fin de son mandat après la victoire électorale du Cartel des gauches en 1924.

76 Raymond Poincaré (1860-1934). Homme politique français, il fut avocat, député, sénateur et ministre. Il est président de la République de 1913 à 1920. Champion de l’Union sacrée il est nommé après son septennat à la présidence de la Commission des Réparations. Rappelé à la présidence du Conseil, il est l’artisan de l’occupation de la Ruhr. Aprés le triomphe du Cartel des gauches Poincaré donne sa démission. La situation financière catastrophique de la France en 1926 le ramène au pouvoir, il forme un cabinet d’union nationale, et gouverne par décrets-lois. En 1929, malade, il se retire.

77 Joseph Fin Feineberg (1886-1957). Membre du parti socialiste anglais jusqu’en 1918, date à laquelle il vint s’installer dans la Russie soviétique. Devenu membre du parti bolchevik il travailla au commissariat aux Affaires étrangères. Il s’occupait de l’édition et de la traduction des écrits en langue étrangère pour les éditions soviétiques.

78 V. Kouybichev (1888-1935). Ancien étudiant de l’École militaire, clandestin avant la révolution il est après la révolution commissaire de l’Armée rouge, membre du Bureau politique, de la Commission centrale de contrôle et président du Gosplan.

79 Avel Sofronovitch Enoukidze (1877-1937). Dès 1898, il milite au sein du mouvement social-démocrate. Ayant rejoint le parti bolchevik, il est secrétaire du Présidium du Comité exécutif central panrusse (VCIK) à partir d’octobre 1918. Il devient secrétaire du Comité central exécutif de l’URSS à partir de décembre 1922. Il perd ses responsabilités en 1935. Condamné le 16 décembre 1937, il est exécuté le 30.

80 Alexandre Vassielievitch Koltchak (1874-1920). Commandant de la flotte de la Mer noire en 1916, il démissionne après février 1917 pour devenir le chef des forces contre-révolutionnaires. Battu par l’Armée rouge, il est exécuté en 1920.

81 Pierre Nikolaïevitch Wrangel, baron de (1878-1928). Commandant d’une division de Cosaques pendant la Première Guerre mondiale, il se bat ensuite contre les bolcheviks. En mars 1920, il remplace Dénekine à la tête de l’Armée blanche. Il organise un gouvernement, reconnu par la France. Obligé de reculer en Crimée face à l’Armée rouge, il peut fuir Sébastopol grâce aux Alliés.

82 J.T. Walton Newbold, né en 1888. De 1910 à 1921, il est membre de l’Independant Labour Party, qu’il quitte pour rejoindre le PC de Grande-Bretagne. Député communiste de novembre 1922 à décembre 1923, délégué au IVe Congrès de l’IC, il n’appartient plus à la direction communiste britannique à partir de mai 1924, puis à l’organisation communiste.

83 John Ramsay Mac Donald, homme politique anglais (1866-1937) il est un des fondateurs du parti travailliste (1900). En 1911 il est le chef du parti travailliste et Premier ministre, il mène une politique pacifiste. A nouveau plébiscité à cette charge en 1929 il forme en 1931, pour enrayer la crise, un gouvernement d’union nationale dirigé dès 1935 par Baldwin, un conservateur.

84 Barmat, financier proche du parti SPD, impliqué dans un scandale qui défraya la chronique judiciaire en 1925.

85 Friedrich Ebert (1871-1925). Bourrelier, il adhère au SPD en 1889 et commence sa carrière syndicale à Mannheim. Il se fixe à Brême en 1891 où il accède à la présidence locale du SPD. En 1905, il est élu à la direction du SPD, où il s’occupe des questions d’organisation dans le domaine de la trésorerie et de la jeunesse. Député entre 1912 et 1913, il se prononce nettement pour la défense du Reich contre l’Empire russe. En 1917, il participe à l’exclusion des éléments pacifistes qui formeront l’USPD. En 1918, il est président du comité de grève de Berlin, puis président des commissaires du Peuple. En 1919, il est élu président de la République de Weimar. Il meurt des suites d’une opération de l’appendicite, retardée pour pouvoir répondre à ses détracteurs.

86 Alexandre Fedorovitch Kerensky (1881-1970). Avocat et socialiste, il défendit les révolutionnaires. En 1917 il est nommé ministre de la Justice du gouvernement provisoire, et Premier ministre en juillet de la même année. Il est chassé du pouvoir par la révolution d’Octobre. Il réussit à quitter la Russie et à rejoindre les États-Unis.

87 Paul Lafargue (1842-1911). Il finit ses études de médecine à Londres, où il fréquente Engels et Marx dont il épouse la fille cadette Laura. Il représente l’Espagne au Conseil général de l’Internationale. Il abandonne les thèses de Proudhon sans pour autant assimiler totalement le marxisme. Il se réfugie en Espagne pendant la guerre de 1870. Il fonde à Londres avec Jules Guesde le parti des ouvriers français en 1880. De retour en France en 1882 il est élu député de Lille de 1885 à 1893. Les heurts avec J. Guesde grandissant, il adhère en 1905 avec Vaillant à la SFIO.

88 Jules Bazile dit Jules Guesde (1845-1922). Il adhère au marxisme qu’il contribue à faire connaître en France. Il fonde le premier journal marxiste français, l’Égalité. En 1880, il fonde avec Paul Lafargue le parti ouvrier français qu’il veut internationaliste, collectiviste et révolutionnaire. Député de Roubaix et de Lille il s’oppose à toute participation à un gouvernement bourgeois. Cependant entre 1914 et 1918 il est ministre.

89 Gheorghi Valentinovitch Plékanov (1856-1918). Après avoir fait parti des Narodniki, il devient un des propagandistes du marxisme en Russie. Il crée à Genève le premier groupe marxiste pour la Russie « Libération du travail ». Fondateur avec Lénine et Martov de l’Iskra, il rejoint la fraction menchevik lors du IIe Congrès du parti ouvrier social-démocrate russe en 1903. Rentré en Russie lors de la révolution d’Octobre il s’oppose aux bolcheviks.

90 Wilhlem Liebknecht (1826-1900). Il adhère aux idées socialistes très tôt. Il prend part à la révolution de 1848, puis émigre en Suisse, en France et à Londres où il se lie avec Marx (1850). De retour en Allemagne il est l’un des fondateurs de la Ire Internationale. Il crée avec Bebel le parti ouvrier social-démocrate en 1869. Il est député au Reichstag de 1874 à 1900.

91 Bebel August (1840-1913). Ouvrier tourneur, il adhère à la Ire internationale en 1865 sous l’influence de Liebknecht avec qui il fonde le parti ouvrier social-démocrate. Député au Reischtag depuis 1867, il est condamné à la prison en raison de son opposition à la guerre de 1870. Il est président du parti social-démocrate allemand.

92 Léon Daudet (1868-1942). Journaliste et écrivain français, il collabore à la Libre parole de Drumont et surtout à l’Action française. Il est député de 1919 à 1924, il est incarcéré en 1927 pour diffamation mais grâcié en 1929. Il reprend ses éditoriaux dans l’Action française .

93 Gustave Delory (1857-1925). Animateur de la Fédération socialiste du Nord à partir de 1882, il est élu maire de Lille de 1896 à 1904 et de 1909 à 1925, puis député de 1902 à 1904 et de 1906 jusqu’à sa mort.

94 Karl Kautsky (1854-1938). Dirigeant du parti social-démocrate allemand et théoricien du marxisme de la IIe Internationale.

95 Édouard Bernstein (1850-1932). Militant dès 1870 au sein du parti social-démocrate allemand, défenseur dans un premier temps des théories de Marx, il s’oriente rapidement vers un socialisme réformiste qui permettrait une transformation graduelle et sans révolution de la société capitaliste. Ses thèses prirent une place prépondérante dans la politique du parti social-démocrate allemand.

96 Mauro Scoccimaro, né en 1895. Étudiant en droit et en économie à l’Université de Venise, il rejoint le parti socialiste italien en 1917, dont il devient, en 1919, secrétaire de la Fédération d’Udine. Il participe à la fondation du PCI. Membre du Comité central, il est délégué du PCI auprès de l’IC entre 1924 et 1925. Arrêté lors d’une mission en Italie, il recouvre la liberté en 1943. Ministre communiste dans les différents gouvernements italiens jusqu’en mai 1947, délégué au XXe Congrès du PCUS, il demeure membre de la direction du PCI.

97 Henriette Roland-Holst (1869-1952). Elle commence à militer dans le mouvement socialiste hollandais en 1896. Appartenant à la gauche du parti social-démocrate des travailleurs de Hollande, elle participe à la publication en 1907 du journal De Tribune. En 1909, elle participe à la fondation du parti social-démocrate de gauche. Elle adopte des positions pacifistes et internationalistes pendant la Première Guerre mondiale, participant en 1915 à la Conférence de Zimmerwald. Militante du PC hollandais dès sa fondation (1918), elle développe des positions en faveur de l’IC lors du Congrès de Strasbourg de la SFIO. A partir de 1923, elle exprime des réserves sur la politique de Moscou. En 1927, elle quitte le PC hollandais. Elle demeure une militante du mouvement pacifiste et anticolonialiste jusqu’à sa mort.

98 David Wijnkoop (1876-1941). Ancien membre du parti social-démocrate hollandais (1900), il participe à la fondation du parti communiste hollandais. Membre du Bureau politique jusqu’en 1925, il est exclu en 1926, mais réintègre le parti communiste hollandais en 1930. Il est à nouveau membre du Comité central en 1938. Délégué au IIe, IIIe et VIIe Congrès de l’IC.

99 Willem Van Ravesteyn (1876-1970). En 1900, il est membre du parti social-démocrate des travailleurs de Hollande. Éditorialiste de politique internationale à Voorwaarts, il participe à la fondation de Tribune. Il participe à la fondation du parti social-démocrate de gauche, puis du PC hollandais. Député communiste jusqu’en 1926, il participe au IVe Congrès de l’IC. Exclu du PC en 1926, il participe avec Wijnkoop à la fondation d’une organisation communiste dissidente. Il quitte définitivement la politique vers 1930, pour se consacrer à la publication d’ouvrages sur le mouvement communiste hollandais.

100 Les Narodniki, adhérents du Narodnitchestvo, constituent le premier mouvement socialiste de Russie au XIXe siècle. Leur but est de soulever les paysans, de renverser le Tsar et d’organiser le communisme agraire. Leur « Marche vers le peuple », décrite par Tourgueniev, est un échec. Le mouvement se scinda en deux, l’une des factions organisant l’assassinat d’Alexandre II. Ses chefs sont emprisonnés ou exécutés. Lénine critique le Narodnitchestvo car selon lui il méprise trop le rôle du prolétariat au profit de la paysannerie.

101 Jean Charles Léonard Simonde de Sismondi (1773-1842). Historien et économiste suisse influencé par Smith, il finit par critiquer le libéralisme économique qui selon lui accroît la misère des travailleurs. Il propose un programme d’intervention de l’État pour la protection de la classe ouvrière. Marx le considère comme le chef du socialisme petit-bourgeois.

102 Vladimir Marchlevsky (1866-1925). Né en Pologne, en 1885 il rejoint le groupe Prolétariat à Varsovie. Il participe au IIe Congrès de la IIe Internationale en 1893. Pacifiste pendant la Première Guerre mondiale, il est proche de la Ligue Spartakus. Relâché en 1918 par les autorités allemandes, sur intervention du gouvernement soviétique, il se rend à Vienne pour des missions diplomatiques. Il représente le PC polonais auprès de l’IC en 1920. En 1922, il est recteur du KUNMZ. En 1923, il est délégué du SRI en Italie où il décède. Son corps est transféré à Berlin, puis en 1950 à Moscou.

103 A.J. Bennett (1886-1937) (pseudonyme de Lipetz David Efimovitch alias Petrovsky David Alexandrovitch). Il est membre du Bund en 1902. Il appartient au parti bolchevik en 1919. Il collabore au CE de l’IC dont il est le représentant auprès du PC d’Angleterre de 1924 à 1929. A cette date, il travaille au commissariat de l’Industrie lourde. Il est arrêté en mars 1937 et meurt, victime de la répression stalinienne.

104 Georges Marrane (1888-1976). En 1916, il adhère au syndicat des Métaux de la CGT et à la SFIO, où il fit son apprentissage auprès de Marcel Cachin. Après s’être rallié à la fraction socialiste favorable à la IIIe Internationale, il occupe des responsabilités au sein du PCF. Secrétaire de la Fédération de la Seine de 1922 à 1924, il est membre du Bureau politique à partir d’octobre 1922. En 1925, il est élu maire d’Ivry sur Seine. Il est délégué au Ve et au VIe Congrès de l’IC. Il s’occupe de questions diverses pour le Comité central pendant l’entre-deux-guerres. Sous l’Occupation, il est organisateur du Front national pour la zone sud. En 1947, il est ministre de la Population et de la Santé. Par la suite il devient député, et sénateur.

Notes de fin

1 Incertain.

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search