Desktop versionMobile version

Carnets. Tome III

 | 
Marcel Cachin

Année 1925

Préface

Serge Wolikow

Full text

Cachin, d’un congrès l’autre

1Depuis le IVe Congrès de l’IC, en décembre 1922, au cours duquel Cachin avait joué un rôle essentiel dans la réorganisation de la direction du PCF sous la houlette de Trotsky, il n’était pas venu à Moscou. L’année 1923 avait été celle des épreuves ; avec la prison et la comparution devant la haute cour de justice, le directeur de l’Humanité, devenu un symbole de l’engagement internationaliste et antimilitariste du communisme français restait le personnage le plus connu du PCF. Sans doute après que le secrétaire général, Frossard, eut démissionné de son poste, celui-ci était occupé par de nouveaux dirigeants, mais aucun n’approchait la notoriété de Cachin. Pour autant son rôle dans la direction du parti et dans l’IC connaît alors une éclipse. En 1924, face au lancement de la bolchevisation puis face à la crise qui agite la direction du parti et débouche sur les exclusions ou les démissions de Souvarine, Rossmer et Monatte, Cachin a perdu la position prééminente qu’il occupait dans le groupe dirigeant depuis la fondation du parti. Son activité parlementaire et son rôle à l’Humanité lui permettent cependant de conserver une position de premier plan. Lors du Congrès du PCF, en janvier 1925, il est en retrait dans les débats sur la réorganisation et oriente toute son activité sur le terrain parlementaire et au journal. Il prend en charge la préparation des élections municipales pour lesquelles il réclame des décisions du BP à propos des investitures et de la prochaine campagne électorale. C’est à ces titres qu’il fait partie de la délégation qui se rend à Moscou à l’occasion de la Ve réunion plénière (Plénum) du Comité exécutif de l’IC. Son voyage de près de quatre jours se passe sans encombre. Il profite de son arrêt à Berlin où il règle ses problèmes de passeport pour rendre visite à ses collègues et camarades du Reichstag dont il admire les conditions de travail car ils bénéficient, comme tous les groupes parlementaires, de locaux spécifiques. Il voyage en compagnie de la secrétaire du PCA, Ruth Fischer, dont il note le pessimisme mais aussi la résignation devant la victoire attendue de la droite lors des prochaines élections présidentielles. Sa référence à l’histoire russe est sans ambiguïté : « en Allemagne l’échec de 1923 est comparable à celui de 1905 ». En fait, en vue de celles-ci les dirigeants du PCA étaient très réticents devant un désistement des socialistes. On sait qu’il fallut l’insistance de l’Internationale pour qu’ils s’y résignassent au lendemain du premier tour. Le retrait du candidat socialiste en faveur du candidat du centre, opéré pour faire face à la candidature inopinée du maréchal Hindenburg devenu le porte drapeau de toute la droite allemande, amena les communistes allemands à présenter malgré tout leur candidat, Thälmann, au second tour ce qui permit, en avril, la courte victoire de Hindenburg.

2Cachin retrouve parmi ses compagnons de voyage, Monmousseau et Dudilleux, syndicalistes de la CGTU qui se rendent à Moscou pour participer à une grande explication sur la stratégie syndicale du PCF. Le reste de la délégation est déjà à pied d’œuvre pour participer à une conférence sur l’organisation des partis qui se tient juste avant le plénum. Paul Vaillant-Couturier a également précédé le directeur de l’Humanité afin de préparer des articles et un ouvrage sur la révolution russe. Arrivé à Moscou le jeudi 12 mars, Marcel Cachin loge, comme à l’habitude, à l’hôtel Lux en compagnie des autres délégués et de la plupart des cadres de l’Internationale communiste. Arrivé bien avant l’ouverture du plénum, Cachin multiplie les contacts et les visites. Dans certains cas il s’agit de rencontres protocolaires, visites d’usines ou discours de circonstances, comme celui qu’il prononce le jour anniversaire du début de la Commune de Paris. Mais le plus souvent ces rencontres sont l’occasion de discussions grâce auxquelles Cachin s’informe sur le climat et la situation réelle de l’Internationale communiste. Il en profite également, au passage, pour noter les évolutions significatives survenues dans la vie quotidienne des moscovites.

3Grâce aux notations abondantes prises par Cachin avant même l’ouverture du plénum on discerne les contradictions d’une situation qui s’exprime en partie durant les travaux d’un plénum auxquels il n’assiste qu’en partie puisqu’il quitte Moscou le 30 mars alors que l’assemblée du Comité exécutif continue de siéger. Cependant nombre des informations qu’il a récoltées au fur et à mesure de ses rencontres recoupent ce qui fut dit en séance plénière en son absence.

4Le Ve Plénum qui s’ouvre le 21 mars après une séance préparatoire du Présidium, à laquelle Cachin a été convié, tient sa dernière séance le 6 avril. Le précédent plénum s’était réuni en juillet 1924, au lendemain du congrès de l’IC. Cette fois-ci la réunion n’était pas associée à celle d’un congrès, elle en tenait lieu. Neuf mois après le Ve Congrès qui avait marqué un tournant dans la politique de l’IC, son Comité exécutif se réunissait pour faire un premier bilan de la bolchevisation des partis communistes annoncée en 1924. Ce premier point de l’ordre du jour était complété par l’examen de la politique syndicale internationale, par l’analyse des questions agraires et une information sur la situation dans le parti communiste russe. Des commissions étaient constituées pour discuter parallèlement de ces questions tandis que d’autres étaient réunies spécialement pour statuer sur la situation des partis tchèque, yougoslave ou italien.

5Parmi les 35 sections nationales représentées la section française était l’une des plus fournies. Ses membres jouaient un rôle notable dans les différentes instances du plénum. Cachin en compagnie de Semard, le secrétaire général, faisait partie du Présidium, signe d’une notoriété reconnue. Il siégeait également dans la commission paysanne avec Doriot. Semard et Suzanne Giraut figuraient, eux, dans la commission politique alors que Treint, en dépit de ses responsabilités à la direction de l’IC, participait seulement à la commission tchèque, en compagnie de Thorez.

Les nouveaux rapports de forces au sein de l’appareil soviétique

6La situation internationale, au printemps 1925, était rien moins que favorable aux différents partis communistes. Zinoviev dans son rapport consacré en premier lieu « aux perspectives internationales » dut convenir que la situation n’était plus révolutionnaire en Allemagne et qu’en Europe un certain équilibre des forces s’était établi. Pour autant Cachin relève un souci auto-justificatif manifesté fréquemment par Zinoviev qui, en dépit des événements, s’attache à illustrer le bien-fondé des thèses du dernier congrès :

« aujourd’hui la situation internationale est claire. Est-ce que nos perspectives du Ve Congrès sont justes ? Dans toutes nos décisions du Ve Congrès nous avons eu raison ».

  • 1 Pierre Broué, Trotsky, Paris, Fayard, 1988, p. 458.

7Malgré ces affirmations, il estime que les perspectives révolutionnaires se trouvent désormais en Orient et valorise l’amélioration de la situation en URSS. « Le rayonnement de la Russie grandit. Nous baissions lors de la famine, mais depuis que l’essor économique a repris, l’influence russe a augmenté ». En fait l’appréciation de Zinoviev sur la situation internationale restait très ambiguë dans ce rapport qui composait avec des opinions différentes au sein de la direction du parti et de l’État soviétique. Zinoviev polémiquait seulement avec Trotsky dont il critiquait les analyses sur le rôle des États-Unis puisqu’il assimilait ses remarques sur l’hégémonie américaine aux thèses sur le « surimpérialisme » des sociaux-démocrates allemands. Il lui reprochait également ses prises de position sur la situation en URSS. La mise en cause publique de Trotsky avait agité le parti communiste russe depuis le début de l’année 1925, après la publication de son ouvrage « Les leçons d’octobre ». Dans la campagne qui désormais opposait le trotskisme au léninisme, Zinoviev était sans doute le plus véhément et avait plaidé pour l’exclusion du Bureau politique. Staline s’y était opposé ! Il reste que Trotsky, en dépit d’une lettre dans laquelle il réaffirmait, en janvier 1925, son respect de la discipline du parti et de ses décisions, perdit alors ses responsabilités principales dans l’État soviétique. Il avait d’ailleurs donné sa démission en tant que commissaire du peuple à la Guerre1. A la fin janvier 1925, il fut remplacé à ce poste par Frounzé que Cachin et la délégation française rencontrèrent au cours du Plénum. Il s’agissait bien évidemment de prouver aux communistes français, pour lesquels Trotsky était non seulement une figure centrale de la révolution russe mais surtout celui qui avait joué le rôle principal dans les années de formation de leur parti, que son influence avait définitivement baissé. Dès l’arrivée de Cachin, Kolarov lui avait fait part de ce point de vue :

« en 1924 toute l’armée était avec lui. C’est fini mais ce fut un moment dangereux. Une véritable tempête a emporté le trotskisme ; personne n’en parle plus ».

8Un des enjeux du Plénum était de faire entériner la mise à l’écart de Trotsky par les différents partis communistes sans employer les même moyens qu’en 1924. La disqualification du trotskisme permettait de minimiser les remous qu’avaient pu provoquer la mise à l’écart de l’ancien commissaire du peuple à la Guerre. Pour la première fois la situation russe n’était plus directement mise en discussion devant les instances de l’IC même si des informations étaient présentées aux délégués.

9Les jugements souvent contradictoires de Zinoviev sur la situation internationale ne résumaient pas la position des dirigeants soviétiques. L’écart entre les préoccupations idéologiques de l’Internationale et les orientations diplomatiques de l’État soviétique apparaissent au vu des notes de Cachin prises à l’issue de ses discussions avec ceux qui avaient en charge la politique étrangère de l’URSS.

  • 2 Pierre Broué, Rakowsky, Paris, Fayard, 1996, p. 238.

10Il connaissait bien Rakovsky. Le diplomate qui, en tant qu’ambassadeur soviétique à Londres, a négocié les accords commerciaux entre les deux pays l’année précédente, rêve, depuis la victoire des conservateurs aux derniers élections de novembre 1924, de venir à Paris remplacer Krassine qui a inauguré le poste d’ambassadeur après l’établissement des relations diplomatiques entre la France et l’URSS au lendemain de la victoire du Cartel des gauches2. Il a été le principal artisan du côté soviétique de l’établissement de ces relations diplomatiques. Lors de ses voyages nombreux à Paris, Cachin a l’occasion de rencontrer Rakowsky qu’il a beaucoup fréquenté lors de son voyage à Moscou en 1920. Il obtient ainsi des informations sur la situation en Géorgie qui viennent nuancer le discours officiel affirmant la stabilisation durable de la situation. De son entrevue avec Tchitchérine, le responsable de la diplomatie soviétique, il retire des informations d’autant plus précieuses qu’il est, comme parlementaire communiste français, amené à prendre régulièrement position en matière de politique internationale lors des séances de la Chambre des députés. Le commissaire du peuple aux Affaires étrangères lui tient un discours beaucoup plus nuancé que les propos de Zinoviev. La politique étrangère de l’Angleterre conduite par le gouvernement conservateur issu des récentes élections préoccupe bien plus fortement le diplomate soviétique que celle de la France dont la politique étrangère, indépendamment des difficultés du Cartel des gauches, est jugée bonne mais immobiliste. Les rapports avec l’ambassadeur français, Herbette, témoignent de bonnes relations entre les deux pays mais les Soviétiques, dubitatifs sur l’attitude du corps diplomatique français, regrettent que l’influence française n’ait pas infléchi la diplomatie de leurs alliés en Europe centrale, comme la Pologne ou la Roumanie !

« Herbette entretient avec nous des relations trop bonnes. Il est toujours de notre avis et déclare qu’il est vraiment notre avocat en France. Ce qui est possible mais nous n’apercevons pas les résultats de cette action. Herriot n’a pas imaginé la politique franco-polonaise mais il applique la politique Millerand-Poincaré ».

11La diplomatie anglaise est jugée beaucoup plus dangereuse dès lors que son objectif principal est, en Europe, de détacher l’Allemagne de la Russie. L’hostilité contre le régime soviétique n’est pas, pour Tchitchérine, ce qui détermine fondamentalement la diplomatie britannique guidée bien davantage par des soucis d’équilibre international :

« L’Angleterre mène en Europe la lutte contre les Soviets. Elle a opéré son rapprochement avec l’Allemagne dans le but de détacher l’Allemagne de la Russie. Elle croit toujours, si on ne suit pas une politique de rapprochement avec l’Allemagne, qu’elle s’unira militairement à la Russie... »

12Cette analyse tranchait avec celle qui sous-tendait le débat engagé alors dans l’IC autour des antagonismes entre l’Angleterre et les États-Unis.

La question paysanne

  • 3 Stephen Cohen, Nicolas Boukharine, La vie d’un bolchevik, Paris, Maspéro, 1979, p. 212.

13La question paysanne, inscrite comme IIIe point de l’ordre du jour, renvoyait également aux débats qui agitaient la direction du parti communiste russe. Ces problèmes abordés en séance plénière, les 3 et 4 avril, donc après le départ de Cachin, sont pourtant évoqués dans ses carnets à l’occasion des réunions que la délégation française a eu avec Staline et Boukharine. En cette occasion les deux dirigeants soviétiques présentent des analyses qui éclairent de façon intéressante leurs propos officiels beaucoup plus mesurés et équilibrés. Depuis 1923 la politique à l’égard de la paysannerie suscitait des polémiques dont la dimension économique était inséparable des enjeux de pouvoir au sein de la direction du parti communiste russe et de l’État soviétique. Boukharine a élaboré les thèses sur la question paysanne et présente le rapport qui lui est consacré. Il mène l’offensive dans le parti et dans l’IC contre ceux qui, autour de Trotsky mais aussi de Zinoviev, critiquent les trop grandes concessions faites aux paysans et réclament des mesures en faveur d’un prolétariat industriel qui ferait les frais de la hausse des prix alimentaires et des avantages concédés aux paysans propriétaires. Que Boukharine présente également le rapport sur « La discussion dans le parti russe » indique combien les deux questions sont liées. Quelques jours avant de prendre la parole devant le Plénum, Boukharine rencontra la délégation française et lui annonça la teneur de ses prochains propos. Cachin, chez qui, à l’hôtel Lux, la réunion se tint, relève l’affirmation provocante du dirigeant bolchevik qui s’adressait à des communistes français peu soucieux en général des questions paysannes, en ces temps de bolchevisation. « Nos partis communistes ne s’occupent pas de la question paysanne. Ils la traitent comme un accessoire. Je vais jeter une bombe au milieu du congrès ». Propos péremptoire mais très révélateur d’une détermination illustrée par son discours, quelques semaines plus tard, au terme duquel il appelle les paysans à s’enrichir : « Il nous faut répéter à toutes les couches de la paysannerie : enrichissez-vous, accumulez, développez votre économie »3. Aussi bien dans les thèses du Plénum que dans son discours il envisage l’ensemble de la question. D’un point de vue théorique il revient sur la pensée de Marx. Sur le terrain économique il évalue le poids de la paysannerie dans l’économie mondiale, avant et après la guerre. Il note les évolutions, les phénomènes de différenciation interne mais insiste sur l’importance quantitative de la paysannerie dans la plupart des pays et donc à l’échelle internationale. Dans leur action pour la prise du pouvoir les différents partis communistes ne peuvent ignorer les paysans, ce qui suppose une politique paysanne qui permette d’associer la majeure partie du monde paysan à la lutte des ouvriers. Mais l’essentiel du propos de Boukharine est ailleurs comme les notes prises par Cachin le montrent bien. Ce qui le préoccupe ce sont les rapports, entre prolétariat et paysannerie, après la prise du pouvoir. Comment réaliser cette alliance décisive ? « L’allié ce ne peut être l’intellectuel. Il est sans valeur sociale. C’est le paysan, masse immense ». Outre son nombre, il est propriétaire où aspire à le devenir. Boukharine évoque à ce propos les contradictions et les tâtonnements de la politique des bolcheviks. Bien sûr il évoque la permanence des objectifs : « le but reste pour nous une économie agraire collective ». Mais pour l’heure il s’agit d’encourager les paysans à s’équiper et à développer leurs exploitations. A ceux qu’une telle politique inquiète il répond par avance en affirmant la capacité du régime à canaliser à son profit le développement de l’économie paysanne :

« Nous ne voulons rien brusquer parce que nous avons besoin de la NEP. Toute notre politique consiste à laisser se développer l’initiative dans la mesure où elle sert au régime communiste... »,

14Staline qui appuie cette position, tout en restant à l’arrière-plan sur ce point fait un diagnostic plus dur que Boukharine quand il évoque la situation dans les campagnes. Il dit sans détour à Cachin, qui lui rend visite au siège du Comité central, que le communisme de guerre, c’est-à-dire la pression administrative et les réquisitions, n’ont pas disparu dans les campagnes. « Industriellement on a supprimé les survivances du communisme de guerre. À la campagne ce n’est pas fait ». Il justifie aussi sans détour la nouvelle politique fiscale qui consiste à diminuer les impôts directs et à augmenter les taxes sur la vodka dont la production et la consommation sont facilitées, ce qui n’était pas sans susciter, en France notamment, des remarques sur le caractère immoral des réformes économiques. Staline reconnaît cyniquement :

« Les femmes redoutent la vodka, elles craignent que leurs maris les battent et boivent. L’élite comprend. Aujourd’hui on boit la vodka la pire : il faut lutter contre cette vodka... Les paysans disent : un gouvernement qui donne la vodka c’est un bon gouvernement ».

Les partis communistes face à la stratégie de l’IC

15Un an après le lancement de la bolchevisation par la direction de l’IC, il s’agissait d’examiner les résultats de cette orientation politique présentée par Zinoviev au moment du Ve Congrès comme le moyen de préparer les partis communistes aux prochaines échéances révolutionnaires. Le rapport d’ouverture et les thèses soumises aux délégués réaffirmaient le bien-fondé des mots d’ordre lancés l’année précédente. L’argumentation en terme de bilan était d’autant plus acrobatique que les principaux partis communistes avaient subi des revers électoraux sérieux et des pertes d’adhérents en Allemagne principalement, mais aussi en Tchécoslovaquie ou en France. La réorganisation engagée à l’automne n’était pas terminée mais autorisait un premier bilan. La Conférence d’organisation, réunie à la veille du Plénum, avait été chargée de faire l’examen détaillé de la situation et de mettre au point des statuts-types que chaque parti aurait ensuite à adopter. Durant le plénum les discours de Zinoviev comme ceux des dirigeants des partis communistes dénoncèrent les droitiers qui, tels Brandler, Thalheimer ou Radek, avaient critiqué la manière et les justifications de la bolchevisation. « Radek a dit : la social-démocratie n’est pas à terre elle est passée à la bourgeoisie gauche. La social-démocratie n’a pas été attaquée. Elle a cédé ». La dénonciation de la droite, constante depuis 18 mois et reprise par Zinoviev, est développée par Treint et Ruth Fischer. Le bilan du PCA est cependant en demi-teinte comme sa secrétaire générale doit en convenir. Elle reconnaît que « la situation n’est pas révolutionnaire » et qu’avec l’adoption du Plan Dawes, sur les réparations, « il y a des illusions chez les travailleurs qui espèrent le soulagement ». Elle reconnaît les difficultés de l’organisation, même si elle affirme avoir surmonté ses insuffisances dans le domaine syndical :

« Il y a des milliers de cellules et de journaux d’usines, mais elles n’ont pas de vie politique... La centrale décide des campagnes mais les ouvriers des usines n’en sont pas avisés ».

16Les Français, en revanche, apparaissent beaucoup plus sûrs d’eux-mêmes. Cachin relève ainsi que Treint met au compte du PCF les prochaines difficultés économiques qui donne des raisons d’espérer !

« Grâce à notre propagande, la France a plus de difficultés aux colonies et cela aide à aggraver la crise économique qui vient. Nous allons avoir du chômage, des grèves, des crises ouvrières . Zinoviev reconnaît que la baisse d’influence des partis communistes n’est pas sans rapport avec leur oubli de la lutte pour les revendications ».

17Soucieux, malgré tout, de défendre le bien-fondé de la ligne qu’il a initiée, il réaffirme au prix d’une dialectique imparable que cela ne justifie en rien les critiques de la « droite » mais conforte la bolchevisation :

« Parce qu’il y a ralentissement révolutionnaire, nous devons profiter pour bolcheviser nos partis afin que lorsque la situation changera nous soyons prêts ».

Le parti communiste tchécoslovaque

  • 4 E.– H. Carr, Socialism in one country, 1924-1926, volume 3-1, London, Mac Millan, 1978, p. 178.

18Abondamment évoquée par Cachin dans son carnet, la situation du parti communiste tchécoslovaque fut au centre des travaux de ce Plénum consacré au bilan de la bolchevisation. De tous les partis communistes importants il était certainement celui qui causait le plus de soucis à la direction de l’IC. Le PCT, à la différence du PCA et du PCF, n’avait pas été, en 1924, aux avant-postes de la bolchevisation. Ce parti de masse, qui comportait une majorité d’adhérents de l’ancien parti socialiste, était resté circonspect face aux débats qui secouaient la direction du parti russe. Lors du Ve Congrès son refus de condamner Trotsky avait été vivement condamné par Zinoviev qui avait dénoncé les positions de Smeral et de Zapotocky, les dirigeants du PCT, assimilés à Brandler et Radek4. Il avait pour cela fait écho aux critiques de la gauche qui dénonçait l’absence de bolchevisation. Au cours du IIe Congrès du parti, fin octobre 1924, l’intervention de l’IC en la personne de Manouilsky avait modifié le rapport de forces dans la direction du parti en faveur de la gauche puisque celle-ci comptait désormais 18 membres au Comité central contre 14 à la droite. Si quelques mois plus tard, lors de la tenue du Ve Plénum, la question du PCT rebondit c’est que le parti était déstabilisée par une crise interne mettant en cause la politique initiée par l’IC et la gauche du parti. Les principales sections du PCT étaient en effet secouées par une opposition qui dénonçait l’aventurisme des mots d’ordre de la direction qui avait appelé à des manifestations violentes conte la hausse des prix. La section de Brno, comme celle de Kladno, s’étaient solidarisées avec les critiques de nombreux députés et de certains cadres, le plus véhément étant Bubnik. Lorsque celui-ci fut mis en cause devant les instances du parti, certains des dirigeants les plus anciens, tel Smeral l’un de ses fondateurs, avaient protesté contre ces méthodes jugées précipitées. Dès lors les querelles reprirent de plus belle dans le parti et sa direction. La situation dans le parti tchécoslovaque fut abordée par le Plénum à deux reprises. Le 30 mars lors de la 6e séance, Kreibich pour la droite, la minorité, et Neurath au nom de la gauche intervinrent sur un ton polémique. Le 6 avril, lors de la séance de clôture, Manouilsky présenta une résolution au nom de la commission réunie durant les travaux du Plénum pour examiner la situation du PCT. Ayant quitté Moscou le 30 au matin, Cachin ne pouvait mentionner ces séances. Les renseignements qu’il donne sur la question sont pourtant de premier ordre car ils reflètent les différentes prises de position adoptées au sein de la commission aux travaux de laquelle Cachin s’est trouvé associé. Il note ainsi la teneur de ses conversations avec le représentant des jeunesses communistes, Michalec. Il est intéressant de noter les appels du pied à l’adresse des français cités en exemple ainsi que les critiques adressées à Neurath, pourtant l’un des leaders de la gauche du PCT. En fait la JC forte de ses soutiens dans l’IC récusait les compromis et préconisait une élimination de tous ceux qui freinaient la bolchevisation, Smeral notamment dont l’influence persistait : « Smeral apparaît encore à la masse comme l’homme de l’IC ». Le discours de Staline devant la commission fut un moment essentiel que Cachin nous relate avec précision. Il apprécie la sobriété de son expression mise au compte d’un souci conciliateur :

« Il parle sans éclat, d’une voix blanche, avec des gestes sobres, sur le ton de la conversation avec quelques notes. Teint jaune d’oriental, la figure barrée d’une moustache noire et drue. Les Russes veulent faire l’effort maximum pour éduquer, persuader et retenir les Tchèques ».

19Son argumentation, en forme de diagnostic, insistait sur la gravité du danger de droite :

« Smeral n’a pas vu que le danger de droite est le plus sérieux. Pourquoi ? Parce qu’on passe d’une période d’exaltation à une accalmie ».

20Il soulignait l’importance des anciens adhérents socialistes désormais membres du PCT : l’explication, simpliste et caricaturale, était typique des arguments employés depuis un an pour dénigrer ceux qui contestaient tel ou tel aspect de la bolchevisation, notamment la réorganisation du parti. Évoquant le caractère multinational du PCT il interprétait les divergences dans le parti en fonction des oppositions entre les minorités nationales et les tchèques. Staline disait ainsi, sans ambages : « les minorités nationales sont à gauche. La ligne juste vient des minorités ». Les communistes magyars, ruthènes, slovaques et allemands soutenus pas l’IC constituaient les éléments les plus actifs d’une gauche qui contestait l’existence même de l’entité tchécoslovaque. Pour l’heure elles étaient un levier efficace pour l’intervention de l’IC. Staline justifiait ainsi la politique que Manouilsky avait mise en œuvre depuis l’automne 1924 en intervenant dans la composition de la direction. Cachin était bien placé, depuis 1922, pour connaître la méthode, même si à l’époque Trotsky en était le maître d’œuvre ! La dialectique stalinienne, prudente et lourde, reconnaissant l’existence d’un danger de gauche le jugeait secondaire ; tout en critiquant Smeral, assimilé à Kautsky, elle refusait de le caractériser comme social-démocrate ! L’incohérence apparente de ces propos traduisait le souci d’affaiblir durablement les opposants à la politique de l’IC tout en évitant une scission majeure. C’est ce que Manouilsky, dans son intervention lors de la séance de clôture, devait rappeler en rapprochant une fois de plus le cas français et le cas tchèque à travers les rôles comparables de Cachin et de Smeral lors de la création des partis communistes. La résolution finale mettait en garde contre une politique systématique d’exclusions et imposait un contrôle préalable du Présidium. Cette prudence relative à l’égard de certains excès gauchistes se retrouva également dans le refus du Plénum de satisfaire à la demande du PCA d’exclure du parti communiste russe, Brandler, Thalheimer, Radek.

21Publiquement félicité pour son rôle historique et son appui aux décisions de PIC, Cachin conservait un contact privilégié avec certains de ceux qui étaient pourtant la cible des critiques pour avoir manifesté des réserves à l’égard de la bolchevisation et de la politique conduite par Zinoviev depuis le début de 1924. Les échanges de Cachin avec Clara Zetkin et Smeral, aussi concis qu’ils aient été, n’en sont pas moins éclairants sur la pertinence de critiques auxquelles Cachin, en dépit de sa grande prudence, prêtait une oreille attentive. Clara Zetkin était marginalisée dans le PCA depuis la mise à l’écart de ses amis et elle était indignée par la mise en cause du Luxembourgisme. Elle le dit sans ambages en séance plénière à l’attention de Ruth Fischer :

« Je proteste résolument contre la tendance qu’il y a dans le parti allemand à déclarer tous les anciens spartakistes « droitiers » et je reproche à la Centrale de ne pas s’y opposer assez fortement ».

22Ces propos, venant de toute autre qu’elle, auraient été fortement critiqués par les instances dirigeantes de l’IC, mais l’ancienne dirigeante spartakiste faisait des concessions indispensables à l’égard de la bolchevisation :

  • 5 Sixième séance (30 mars 1925), Compte rendu analytique, p. 105.

« Je crois que les thèses sur la bolchevisation sont susceptibles de faire des partis communistes, des partis de masses bolchevistes, de donner à nos sections les qualités dans lesquelles excelle jusqu’ici le seul parti russe et qui lui donne une certitude invincible de victoire »5.

23Ses confidences à Cachin n’en prennent que plus de relief. Attestant d’un profond scepticisme, elles illustrent également l’impossibilité d’exprimer au plus haut niveau des désaccords :

« Clara Zetkin est très amère. Elle déclare que la IIIe Internationale est de plus en plus faible, qu’elle ne contient que les déchets de la IIe. La politique de l’Exécutif qui se substitue aux sections nationales et ne leur laisse pas le développement plus libre affaiblit tous les partis ».

24Ce jugement était confortée par son analyse de la situation présente des partis communistes européens dont elle méprisait les dirigeants :

« En France, Tr (eint) n’est qu’un imbécile et S. G(irault) une dinde et cependant c’est par eux que se dirige l’Exécutif... En Allemagne, nul ouvrier ne peut avoir confiance en R. F(isher) et M(aslow) ».

25Elle en imputait la responsabilité aux conceptions stratégiques de l’Exécutif de l’IC :

« Trop souvent à l’Exécutif on veut violenter les conditions historiques ; ce n’est pas un parti petit et pauvre faisant un putsch qui peut compter. C’est un grand parti ouvrier bien dirigé par des hommes clairvoyants, de sens politique ».

26A ces remarques, Cachin n’ajoute aucun commentaire mais il ne pouvait ignorer leur validité dans le cas français.

Un PCF bien traité

27Le PCF ne fait pas l’objet d’une attention particulière lors de ce Plénum ; il n’a l’honneur ni d’une commission ni d’une résolution spéciale comme en d’autres circonstances. Ses représentants, en grand nombre, figurent en bonne place dans le cérémonial de l’assemblée. C’est le cas de Semard qui préside une séance, lit plusieurs appels et prononce les mots de conclusion lors de la dernière séance. Sans doute y a-t-il là une volonté de valoriser son rôle aux dépens de Treint qui présente le rapport sur la bolchevisation du PCF tandis que Semard traite de la question syndicale. Les méthodes autoritaires et les généralisations théoriques de Treint suscitaient l’inquiétude des dirigeants de l’IC, même si tous n’avaient pas un jugement aussi expéditif que Clara Zetkin. Au-delà de certaines nuances liées à ces considérations de personnes, le PCF était ostensiblement bien traité comme en témoigne le jugement positif de Manouilsky qui, dans son rapport sur la situation du PCT, donna le PCF en exemple.

« Maintenant que nous considérons le passé et que nous faisons le bilan de ces six années d’existence de l’Internationale communiste, nous devons graver l’exemple du parti français dans la conscience des communistes de tous les pays ».

28Dans la délégation française, Cachin occupait une situation particulière. Son voyage comme son séjour témoignaient de sa position singulière à l’égard d’une délégation à laquelle il ne se joignait qu’épisodiquement. N’étant pas investi d’une responsabilité officielle il ne prononça aucun discours ni ne présida de séance. De ce point de vue, on mesure le changement avec le déroulement du Ier Plénum, lorsqu’en février 1922 Cachin dirigeait la délégation française qui était au centre des débats. Entre temps il avait cessé d’occuper une position centrale au sein de la direction du PCF. Marginalisé au cours des années 1923 et 1924, Cachin s’était progressivement consacré à ses activités éditoriales et surtout parlementaires. Peu impliqué par définition dans la bolchevisation du parti et resté en retrait en 1924, lors des affrontements internes qui avaient secoué le Bureau politique, Cachin avait retrouvé, après le Congrès de Paris, une place plus importante en son sein. Aux yeux des dirigeants de l’IC il conservait une place éminente qu’ils saluaient d’autant plus que Cachin demeurait publiquement sur la réserve à la différence d’une Clara Zetkin qui ne manquait pas une occasion de faire valoir son opinion. Cachin n’était pas insensible aux attentions dont il pouvait être l’objet comme l’atteste son intérêt pour l’hommage que lui rend Manouilsky « salu[ant] en moi le père de tous ces jeunes d’aujourd’hui ». Le long rapport de Treint consacré au bilan de la bolchevisation du PCF ne retint pas l’attention de Cachin qui note seulement son catastrophisme et le schématisme de ses analyses : « Grâce à notre propagande, la France a plus de difficultés aux colonies et cela aide à aggraver la crise économique qui vient... La social-démocratie est devenue fasciste ». Il relève, sans commentaire, l’appréciation positive de Treint sur le quotidien du parti : « La rédaction de l’Humanité est dans la ligne, ce qui est un grand progrès ». Cachin est beaucoup plus disert sur la question syndicale abordée en séance plénière par Semard, le 1er avril. Mais s’il ne peut en rendre compte puisqu’à ce moment il est déjà sur le chemin du retour, il nous livre cependant des informations très intéressantes sur les discussions qui, en coulisse, concernaient les relations entre la CGTU et le PCF. Sur cette question alors centrale Cachin nous apporte des éclairages d’autant plus intéressants qu’il n’est pas directement impliqué dans ce débat.

29Dès son arrivée, Cachin rencontra inopinément à l’hôtel Lux les dirigeants de la CGTU choisis par le Bureau confédéral pour discuter des rapports avec le PCF sous l’autorité de l’Internationale. Les ayant surpris conversant avec Humbert-Droz, qui à cette date n’avait plus en charge les affaires du parti français, Cachin porte sur eux un jugement dénué de chaleur :

« Les conjurés étaient en train de se réconforter. Mais il semble que leurs points de vue soient à Moscou et même dans la CGT française fortement combattus ».

30La direction du PCF, Semard notamment, se trouvait en première ligne dans l’affrontement qui comportait également, entre deux anciens protagonistes des grèves de 1920, une dimension personnelle dont le secrétaire général entretient Cachin qui note :

« L’aventure Semard Monmousseau ressemblait à l’aventure Monatte Monmousseau de la Vie Ouvrière. Bref, lutte sans merci entre les deux hommes ».

31Le problème politique était pendant depuis au moins une année mais il avait pris une tournure aiguë à la fin de 1924 lorsqu’à la veille du congrès du PCF celui-ci avait pris plusieurs initiatives très mal accueillies par la direction de la CGTU pourtant acquise au principe de liens organiques étroits avec le parti. Était notamment en cause la direction effective de l’action pour l’unité syndicale ou contre la politique gouvernementale. La création par le parti de Comités d’unité prolétarienne et la mise en avant de mots d’ordre contre la bolchevisation avaient entre autres suscité de vives réactions de Monmousseau. Au lendemain du congrès, en février 1925, un Comité des huit, rassemblant, à parité, les membres du BP et du BC avait été mis sur pied pour assurer une certaine coordination. En fait le contentieux était suffisamment lourd pour qu’il soit soumis à l’Internationale. Dans un long mémorandum envoyé fin février au Présidium de l’IC les dirigeants de la CGTU avaient longuement développé leurs griefs contre toute précipitation en matière d’unité syndicale jugée « liquidationniste » et déraisonnable. De son côté Semard avait également envoyé un mémorandum au terme duquel il insistait sur la mauvaise volonté des dirigeants syndicaux à accepter la bolchevisation et l’activité du parti dans les entreprises. Le conflit avait une dimension internationale, russe notamment, car il impliquait Chliapnikov, ambassadeur en France, Losovsky, le secrétaire de l’ISR, et Tomsky, celui des syndicats soviétiques. L’entrée des syndicats soviétiques dans la fédération syndicale d’Amsterdam, envisagée à l’automne 1924, pouvait avoir des conséquences sur la survie de l’ISR et des syndicats qui lui étaient affiliés. Les notations de Cachin révèlent le travail de conciliation et de compromis qui aboutit finalement à une solution acceptable par tous. Sans doute, les espoirs de Monmousseau qui souhaitait un désaveu de la direction du PCF furent-ils déçus : la position de Semard fut publiquement confortée puisqu’il fut l’intervenant principal, après Losovsky, sur la question de l’unité syndicale internationale. Pour autant Tomsky, au nom des syndicats soviétiques, rassura les syndicalistes français en approuvant leur souci de défendre le rôle propre du syndicat. Losovsky confirma que la perspective de l’unité syndicale internationale et nationale supposait une longue bataille. Des assurances furent données aux dirigeants de la CGTU qui obtinrent que le PCF l’« aide » sans se substituer à l’action syndicale. En contrepartie les dirigeants syndicaux étaient conviés à entrer sans tarder au Bureau politique du PCF afin de réaliser la direction unique du mouvement révolutionnaire. Finalement l’accord se réalisa à la satisfaction de Cachin : « L’unité syndicale à la délégation française : l’entente est complète ». Même si cet optimisme semble avoir été un peu forcé, il reste que le pire avait été évité. De retour en France, les dirigeants de la CGTU allaient, non sans réticence, rendre publique leur adhésion et leur participation au Bureau politique. Même si l’unification avec la CGT restait à l’ordre du jour il n’était plus question d’y entrer en bloc et sans condition. Plus personne ne pouvait croire, comme cela avait été proclamé au début de l’année, que la réunification syndicale serait chose faîte le 1er janvier 1926 !

32Cachin quitta le Ve Plénum, trois jours après le début de ses travaux, en relation avec les événements politiques français. Une crise gouvernementale s’annonçait, le ministère Herriot était menacé, ce qui réclamait la présence du principal parlementaire communiste. La préparation des élections municipales, à laquelle Cachin avait pris part, avant son voyage, requerrait également sa présence, car il s’agissait d’impulser une campagne électorale léthargique. Après les mauvais résultats électoraux du PC A, les dirigeants de l’IC qui abordèrent la question deux jours avant son départ, s’inquiétaient de la prochaine échéance en France. Ayant laissé à Moscou le reste de la délégation française, Cachin allait durant quelques jours se retrouver aux postes de commandes du parti face à la chute du gouvernement Herriot.

Notes

1 Pierre Broué, Trotsky, Paris, Fayard, 1988, p. 458.

2 Pierre Broué, Rakowsky, Paris, Fayard, 1996, p. 238.

3 Stephen Cohen, Nicolas Boukharine, La vie d’un bolchevik, Paris, Maspéro, 1979, p. 212.

4 E.– H. Carr, Socialism in one country, 1924-1926, volume 3-1, London, Mac Millan, 1978, p. 178.

5 Sixième séance (30 mars 1925), Compte rendu analytique, p. 105.

© CNRS Éditions, 1998

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search