Version classiqueVersion mobile

Carnets. Tome III

 | 
Marcel Cachin

Année 1922

Carnets Marcel Cachin de février-mars 1922 : voyage et séjour à Moscou

Texte intégral

Février

Mercredi 8 février 1922

  • 1 Victor Serge né Victor Kibalchich, arrivé en 1919 en Provence, est un des responsable de la presse (...)
  • 2 Il s’agit certainement de August Guralsky, né Abraham Heifez en 1890, qui sous le pseudonyme de Kle (...)

1Départ gare de l’Est, arrivée à 2 h à Mayence, pas de train pour Francfort, on attend deux heures. Enfin un train se présente, on arrive à 5 h à Francfort, visite à Ehrmann, réception charmante. Jeudi 9 : départ à 7 h 40, voyage très long et assommant jusqu’à 8 h du soir. À l’arrivée du train à Anhalt, les trois délégués sont là. On dîne avec Serge1 et Petit2 au Leipzigerhof. Coucher au Minerva.

Vendredi 10 février 1922

  • 3 Depuis le mois de mai 1921 la Russie a signé avec l’Allemagne un accord commercial qui permet aux d (...)
  • 4 Cachin rend compte aux deux représentants de l’URSS et du Komintern de la démarche que Radek lui a (...)
  • 5 Michalsky ou Michalec sont les pseudonymes d’Adolf Warski-Warshawski, né en 1889, membre du PC polo (...)
  • 6 Karl Radek, né Karl Berngardovich à Lvov en 1885, membre du Présidium du Komintern depuis février 1 (...)
  • 7 Guéorgï Vassilievitch Tchitchérine, né en 1872, secrétaire du Bureau étranger du parti ouvrier soci (...)
  • 8 Fonctionnaire de l’OMS (organisme chargé des liaisons internationales créé au lendemain du IIIe Con (...)

2Journée à Berlin, visite à la Mission russe3. Compte rendu de ma mission4 à Michalsky5 et Radek6. Il faut rappeler à Tchitchérine7 et à Lénine que la tactique employée est la seule efficace, que la France n’en acceptera pas d’autre et qu’il ne faut pas s’obstiner à rechercher l’impossible. Départ le soir à 6 h en compagnie du fidèle Svilkine8, le modèle des convoyeurs.

Samedi 11 et dimanche 12 février 1922

3Voyage de Berlin à Riga sans incident à travers le couloir et les frontières.

Lundi 13 février 1922

  • 9 Cf. t. II, p. 407.
  • 10 Cf. t. II, p. 408. Signataire d’un appel contre la direction du parti, il est exclu du parti et rej (...)
  • 11 Cf. t. II, p. 539.
  • 12 Cf. t. II, p. 411. L’ancien secrétaire du parti dont l’exclusion a été ratifiée par le IIIe Congrès (...)
  • 13 Il s’agit du journal quotidien du parti communiste allemand.
  • 14 Hugo Stinnes, magnat de l’industrie, qui profita de la situation économique de l’après-guerre et de (...)

4Arrivée à Riga. 8 h matin, on se rend à la Mission russe. Établissement magnifique dans le quartier neuf de Riga. On y déjeune pour 35 F, on y fait viser le passeport, on y prend le billet, 122 F pour Moscou, visite dans le vieux Riga au marché qui a déjà un air d’Orient. Traîneau avec des petits chevaux vifs, lunch au Restaurant des Boulevards, et l’on va acheter des provisions pour la route, car dans le train aucun ravitaillement. La première manifestation qui nous apparaît de la nouvelle politique est que les délégués sont considérés comme des voyageurs ordinaires qui ont à régler leurs frais et dépenses. Notre guide nous conte que dans Riga la lutte fut vive contre les bolcheviks dont les Blancs tuèrent 4 000 au moment de la réaction. Le gouvernement letton est paysan et social-démocrate. Le parti communiste ne peut plus avoir en Lettonie qu’une existence souterraine. Ni organisations, ni journaux, ni manifestations d’aucune sorte. Les Anglais et les Américains ont créé une grande influence, de même qu’en Lituanie à Kovno où nous avons passé hier dans la petite gare toute blanche avec ses persiennes et ses gouttières vertes. Douaniers, policiers, soldats de ces petits pays ont des allures importante et se prennent très au sérieux. La ville de Riga est très belle et animée et riche, la vie y est très chère, la population qui atteignit 100 000 âmes est réduite aujourd’hui de beaucoup plus de la moitié. Le rouble letton est plus bas que le mark allemand, les denrées plus chères qu’en Allemagne. Lorsqu’il s’agit de changer la monnaie française et les marks allemands en roubles lettons les calculs sont compliqués et à la Mission commerciale, nous avons passé fort longtemps en attendant qu’on ait pris nos comptes. Ceux des Russes qui prennent des roubles soviétiques et ceux des Italiens qui changent des lires. J’interroge Clara Zetkin9 sur les communistes allemands. Elle affirme que les députés qui ont quitté le parti n’ont entraîné avec eux aucune troupe, si ce n’est quelques étudiants communistes. Däumig10 est très faible. Il n’y a pas lieu de le regretter. Stœker11 est plein de bonne volonté et sérieux. Clara vient d’achever une brochure contre le lévisme et elle est très sévère pour Levi12 dont la mauvaise foi et les mensonges l’ont très vivement irritée. Le mouvement communiste allemand n’a pas commis une seule faute lors de la dernière grève, il a gagné beaucoup dans l’opinion. Le tirage de la Rote Fahne13a doublé et un grand discrédit a atteint les chefs social-démocrates et les indépendants. Le mouvement léviste va se fondre dans le parti des indépendants malgré la résistance de nombreux éléments qui déclarent qu’il serait ridicule de se retrouver avec le parti qu’on avait quitté. Lors de la dernière grève le gouvernement allemand s’est montré dans toutes ses faiblesses. Stinnes14 le combat plus vigoureusement que jamais en lui rappelant qu’il avait fait opposition au rachat des chemins de fer par les capitalistes privés en disant qu’il éviterait ainsi les grèves. Clara ajoute que le parti hongrois tout entier à l’étranger est très divisé, ravagé de dissensions intestines et personnelles. Elle fait partie d’une commission de contrôle chargée de régler les différends, elle en dit toutes les difficultés insolubles. Le Russe qui nous pilote nous dit sa conception du Front unique : il faut continuer plus que jamais à accuser les chefs de droite, mais ce n’est pas un motif pour ne pas s’associer à eux en certaines occasions déterminées en vue d’actions possibles. En Russie il a fallu de longues discussions pour faire concevoir au parti communiste que la nouvelle politique était indispensable, que le commerce allait redevenir libre, que les capitalistes étrangers allaient recevoir des concessions. Mais les communistes russes ont tout accepté aujourd’hui, c’est une nécessité à laquelle il s’est soumis. Il faut avoir une tactique très souple en maintenant intacts les buts à atteindre. Nous lui objectons leur attitude en Russie contre...

  • 15 Cf. t. II, p. 590. Stoian Mineff (1891-1959), sous le pseudonyme principal de Stepanov, s’occupe au (...)
  • 16 Nicolas Krestinsky, né en 1883, membre du parti bolchevik depuis 1905, occupe des fonctions à la di (...)
  • 17 Cette représentation militaire dissimulée dans les locaux de la mission commerciale atteste des lie (...)

5Il répond aujourd’hui : tous les mencheviks sont libres, nous les avons laissés libres de quitter la Russie, ils sont partis avec 2 000 marks. La Tchéka est dissoute, elle fonctionnera sous un autre nom. Quant à la Géorgie, les mencheviks y ont fait contre les bolcheviks une politique de violence, les ont emprisonnés. Aujourd’hui les élections des Soviets ont été favorables aux bolcheviks, il est d’ailleurs impossible à la Russie d’abandonner la Géorgie en raison du pétrole. Stepanov15 attaché à Krestinsky16 à Berlin, chambre 20 m’explique qu’à Paris il y a un camarade chargé de s’occuper des affaires militaires françaises. Où fabrique-t-on les tanks, les aéroplanes ? Qu’en fait-on ? Ce n’est pas au parti officiellement à s’en occuper, c’est à quelques personnalités. Stepanov me conduit dans la partie de la Mission où se trouve la représentation militaire des Russes17. Cette partie de l’immeuble est séparée sévèrement du reste et verrouillée. Lorsque nous pressons Stepanov sur le Front unique, il nous avoue qu’il s’agit essentiellement de sauver la Révolution russe. La IIIe Internationale et le gouvernement des Soviets sont dans une solidarité si étroite que si l’on veut venir en aide à l’un il ne faut pas hésiter à se ranger près de l’autre et à faire le nécessaire pour lui permettre son développement. Ainsi pour Gênes : il importe que la conférence soit précédée d’une manifestation ouvrière mondiale, et comme les masses sont encore presque partout derrière la IIe et la IIe 1/2, il faut s’adresser aux chefs des deux Internationales pour s’adresser indirectement aux masses qu’ils ont avec eux. Il insiste d’ailleurs sur la nécessité d’avoir une tactique souple en toute occasion sans jamais abandonner le but final de vue. Il cite un grand nombre d’exemples empruntés à l’histoire du bolchevisme dans ses rapports avec les sociaux-révolutionnaires et les mencheviks. Il faut avouer que la considération de l’avenir du parti français ne le préoccupe que de très loin.

  • 18 Lucie Leiciague, née le 13 décembre 1880 à Saint-Palais (Basses-Pyrénées) ; morte le 21 mai 1962 à (...)
  • 19 Fernand Loriot (1870-1932), cf. t. II, p. 439.

6Clara me prie de ne pas oublier de la rappeler au souvenir de « l’exquise Forsan ? » : elle ajoute que Leiciague18 est une excellente tête politique meilleure que bien des hommes. « Le papa Loriot19 est un bon papa mais il n’a pas le sens politique ».

7Elle dit encore qu’après la grève des cheminots allemands, les sociaux démocrates et les indépendants allemands ne veulent plus entendre parler du Front unique dont ils sentent qu’ils ont tout à redouter.

8Elle est de la Souabe ; elle raconte qu’au moment où on y fait le cidre, les paysans ne vont plus aux réunions. L’acte est quasi religieux. On demandait à l’école à un enfant : pourquoi Dieu a-t-il puni Ève d’avoir mangé la pomme ? Parce que dit-il, la pomme a été faite par Dieu pour faire le cidre.

9Nous dînons à Riga, à la Mission russe, des crèpes faites avec de la farine, de la pomme de terre et de la crème.

Mardi 14 février 1922

  • 20 Nitti, homme d’État italien, président du Conseil.
  • 21 Il s’agit des socialistes du parti SPD désignés comme majoritaires depuis la scission qui leur avai (...)

10Le séjour à la frontière russo-lettonne. Les deux trains ne concordent pas. Celui de Moscou n’arrivera que demain. Durant ce temps nous séjournons dans le wagon à la gare-frontière. Neige haute et gelée, beau soleil, hommes emmitouflés de peaux, aux pieds, des chaussures énormes. Un camarade italien me dit qu’en ce moment en Italie le communisme grandit, le socialisme aussi, le parti populaire surtout, qui est le plus important de tout le pays. Le personnel politique bourgeois est discrédité, Nitti20 a été très atteint par la déconfiture de la Banca di Sconto. En Allemagne la dernière grève a éloigné les majoritaires21 de l’idée du Front unique. Ils voient trop que c’est une machine de guerre contre eux. Il est vraisemblable qu’ils n’accepteront pas de venir à une conférence générale avant Gênes. Car Gênes doit avoir un caractère d’opposition à la réunion des gouvernements. Et les majoritaires allemands sont trop liés au gouvernement de Berlin. Ce qu’il faut à Moscou, c’est décider qu’en même temps que se tiendra la réunion de Gênes, les ouvriers fassent une grève d’une demi-journée de travail. But : reconnaissance de la République des Soviets et défense de la journée de huit heures. Une caractéristique du capitalisme d’aujourd’hui c’est que les capitaux s’exportent internationalement en un chassé-croisé continu.

  • 22 Rathenau, dirigeant de l’industrie électrique (Siemens), et ministre des Affaires étrangères incarn (...)
  • 23 Frantz Mehring, (1846-1919) un des grands intellectuels marxistes de la social-démocratie allemande (...)

11Les Suisses ont investi de grandes sommes dans les industries allemandes : textiles, cuirs. Les Allemands ont investi dans les industries suisses. Ils ont leur or dans les banques suisses. Ce sont les Américains qui vont fournir une partie de l’argent pour électrifier l’Allemagne du Sud. Les Français, les Anglais ont de grandes participations dans les industries allemandes. Stinnes a en Allemagne une influence beaucoup plus étendue que Rathenau22. Il la mérite. Il est d’une intelligence beaucoup plus créatrice. Rathenau est financier plus que producteur. Son démocratisme est une façade hypocrite. Il a accepté à Cannes qu’on ne donne plus dans le budget allemand de quoi maintenir le pain à bon marché, il a été l’un des inspirateurs de la création des impôts indirects qui accablent les prolétaires. La dernière grève des cheminots allemands a eu trois causes : la défense de la journée de huit heures, augmentation de salaire, défense du droit de grève pour les fonctionnaires. Les majoritaires ont déclaré que les fonctionnaires pouvaient avoir le droit de coalition, non celui de grève. Leurs arguments sont ceux des bourgeois. Pendant la grève, la police de Berlin a fait une collecte qui a rapporté 120 000 marks en faveur de la grève. Les grévistes ont été battus, on en chassera plusieurs centaines. Leur retrait de l’ordonnance des [ill.] est un leurre puisqu’elle n’avait été prise que pour la grève. La grève finie, elle tombait d’elle-même. Ce sont les majoritaires allemands qui avaient intérêt à dire que la grève était un succès pour faire rentrer les ouvriers et employés au travail. Quand le vieux Frantz Mehring23, qui était un historien de la Prusse, plus qu’un propagandiste, voulait se faire une opinion sur la politique, il interrogeait Clara Zetkin et Rosa Luxemburg et quand elles étaient du même avis sur une action, Mehring disait : voilà mon opinion, vous êtes mes deux consciences. Deux des raisons qui menacent le capitalisme en ce moment : 1°) Les fonctionnaires ne peuvent plus recevoir des gouvernements les salaires suffisants, or ils sont l’armature même du régime ; 2°) les banques dégringolent et les variations des changes les ébranlent de plus en plus.

12Nous sortons vers 4 h dans la campagne russe qui nous entoure. La neige est haute de plusieurs mètres au plus loin de l’horizon. C’est admirablement blanc. C’est puissant. Que font les paysans pendant ce temps ? Ils vont en forêt préparer leurs outils, soigner le bétail. Ils passent sur les pistes, les traîneaux au galop des chevaux comme grisés par la vitesse.

Mercredi 15 février 1922

  • 24 Lilina Zinoviev, il s’agit de la femme de Grigori Zinoviev.

13En route pour Moscou. On part à 10 h du matin. Il neige. L’Italien qui nous accompagne est un féru de l’alchimie, des connaissances occultes, des origines des religions, de l’indianisme, de la magie. Il nous révèle que la croix des chrétiens est une combinaison du phallus intégral et du vaginal formel. Il s’étonne que nous ignorions ce détail important. Stepanov nous révèle que l’on a trouvé en Russie le moyen de disséquer la tourbe. Si l’on peut arriver à appliquer la découverte industriellement, ce sera une révolution économique importante : enlever à la tourbe la quantité d’eau qui l’emplit ce serait en faire un combustible très utilisable pour les machines. Et comme il y a de la tourbe en grandes quantités en Russie, leur charbon et leur pétrole se trouveraient doublés d’un produit utile. La production de charbon en Donetz s’est élevée à 50 % avant guerre. Mais on ne peut plus enlever le charbon du carreau faute de moyens de transport. De plus, il y a 110 000 mineurs qu’on ne peut ravitailler. D’où nécessité d’arrêter l’extraction. Pour lutter contre le mercantilisme et les nombreux petits spéculateurs qui pullulent, il faut produire beaucoup afin d’écraser le marché. Mais pour produire il faut du pain et des machines. Les Russes nous disent : « Ah si nous avions 10 millions de prolétaires ! » Ils espèrent qu’il en viendra beaucoup d’Europe. La camarade Lilina Zinoviev24 dit : « Il faut que d’ici cinq ou dix ans le prolétariat international ait fait sa révolution, car nous ne pourrons pas tenir plus longtemps contre les privations et contre l’invasion des capitalistes qui vont en Russie faire de gros efforts pour abattre le bolchevisme par leur infiltration économique ».

Jeudi 16 février 1922

  • 25 Il s’agit de l’hôtel où logeaient les représentants et les délégués du Komintern. Cf. Arkadi Vaksbe (...)
  • 26 Christian Rakowsky, né en 1873, fut un des fondateurs du parti socialiste roumain, préside le Conse (...)
  • 27 Boris Souvarine (1895-1984), cf. t. II, p. 493. Sorti de prison en mars 1921, il se rend à Moscou p (...)
  • 28 Albert Treint, né en 1889, instituteur, membre de la Fédération de la Seine du parti socialiste, il (...)
  • 29 Émile, Arthur Bestel, né en 1886, ouvrier tourneur dans une usine métallurgique de Saint-Denis, il (...)
  • 30 Léon Jouhaux, né en 1879, est alors secrétaire de la CGT et farouchement opposé au courant révoluti (...)

14Arrivée 9 h du soir. On se rend au Lux25. Bain. Dîner. Immédiatement Rakovsky26 demande à nous voir. Souvarine27 et Treint28. Il reproche au parti français d’avoir pris parti si nettement contre le Front unique. Pressé, il convient que c’est une tactique qui est dangereuse. Le communisme doit vivre au milieu des périls. Et c’est le fait d’un organisme sain d’être souple et capable de tous les exercices. Il défend l’Exécutif du reproche d’avoir inventé le Front unique pour défendre la Révolution russe. Il reproche à Bestel29 d’avoir mal traduit les idées de l’Exécutif en lui prêtant une pareille pensée. Le Front unique a été réclamé par les Tchécoslovaques et les Allemands. C’est pour eux qu’il est utile. Sans doute en France est-il moins indispensable, encore que nous ayons besoin de nous emparer des masses qui sont derrière Jouhaux30. La tactique du Front unique pourra d’ailleurs n’avoir plus de sens dans trois ou six mois, même peut-être la réunion préliminaire de Gênes n’aura-t-elle jamais lieu, car les gens de la IIe et de la IIe 1/2 refuseront peut-être de s’y rendre. En tout cas si elle a lieu ce ne sera pas comme dit Radek une parade toute préparée d’avance, il faudra s’expliquer à fond sur tous les sujets, et il n’y a pas de doute qu’en face des représentants de la IIIe Internationale les autres délégués ne fassent piètre figure.

  • 31 Pierre Renaudel, député socialiste du Var, incarnait la politique d’union sacrée suivie par la SFIO (...)
  • 32 Pierre Pascal (1890-1983), secrétaire du groupe communiste français à Moscou puis collaborateur du (...)
  • 33 Georges Tchitchérine (1872-1936), diplomate de carrière, adhérant à la social-démocratie à Berlin e (...)
  • 34 Il s’agit d’une grande avenue reliant la place Rouge et la place Pouchkine.

15Les bolcheviks ont maintes fois proposé jadis aux mencheviks de faire coalition. Jamais leurs propositions se réalisèrent. Mais aujourd’hui les masses réclament l’unité. Il ne faut pas que nous ayons l’air de nous y dérober. On nous reproche d’avoir jeté la division dans la classe ouvrière internationale. Prouvons au contraire que nous sommes pour l’unité et que ce sont les autres qui n’en veulent pas. En tout cas l’Exécutif ne demande pas aux communistes français de s’entendre avec les Renaudel31 et les autres. Je lui demande si l’Exécutif a l’intention de préparer une résolution dans laquelle le parti français pourrait trouver satisfaction au niveau au moins partiel. Il me répond que si la résolution démasquait nettement le véritable but de la manœuvre actuelle, elle avorterait. Il ne faut pas dire aux mencheviks et à leurs alliés que nous voulons seulement les déconsidérer et leur prendre leurs troupes, car tout l’effort serait par avance détruit. Quant au programme concret qu’on définirait en collaboration avec les IIe et IIe 1/2, il est des pays dans lesquels désormais toute réforme est impossible et dans lesquels toute exigence, même modeste de la classe ouvrière a un caractère révolutionnaire, étant donné l’impossibilité où se trouve la bourgeoisie de lui donner satisfaction. En ce qui concerne la Conférence préliminaire de Gênes, les Anglais réformistes hésiteront à accepter de s’y rendre car ils craindront de déplaire à Lloyd George. De même pour les majoritaires d’Allemagne. Elle n’aura donc peut-être jamais lieu. Mais il resterait le bénéfice de la proposition communiste. Quant à la Révolution russe elle-même, elle se sent parfaitement capable de se défendre contre les empiétements du capitalisme si celui-ci accepte la politique nouvelle. Pour le commerce, le commerce libre est beaucoup moins important que celui des coopératives dont le développement est de plus en plus important en Russie. Et il appartiendra au capitalisme d’État de s’installer assez fortement pour résister aux progrès des capitalistes en possession des concessions. Ces concessions elles-mêmes, il faudra en déterminer les modalités, de telle sorte que l’État russe pourra conserver en chacune d’elles sa part de contrôle et sa part de bénéfice. De nombreux communistes que nous voyons partagent cette confiance dans la force de résistance de la politique nouvelle à l’invasion du capitalisme. Vu Pascal32 qui me réserve pour demain une entrevue avec Tchitchérine33. Il prépare un résumé chronologique de la Révolution russe. Nous allons de 23 h à minuit faire le tour du Kremlin. Les boutiques de la Tverskaia34 sont ouvertes. Les traîneaux sont très nombreux, de nombreuses autos. Les gens circulent, bien vêtus et élégants. La bourgeoisie a attendu patiemment quatre ans et elle sort à nouveau. Un franc vaut 25 000 roubles. Le prix de la vie augmente chaque jour. La livre vaut 30 000 roubles. Sur ce, partout, au Kremlin, perchées dans les arbres, d’innombrables corneilles.

Vendredi 17 février 1922

16Ordre du jour de la conférence : 1°) rapports oraux sur la situation des partis et de l’Internationale ; 2°) unité de Front ; 3°) action contre les menaces de guerre impérialistes ; 4°) la nouvelle politique économique russe ; 5°) l’Internationale syndicale (Profintern), Internationale professionnelle. 6°) la question française ; 7°) la presse communiste ; 8°) l’organisation intérieure du Komintern ; 9°) élections du Présidium ; 10°) les mencheviks socialistes révolutionnaires et anarchistes emprisonnés.

17Nous trouvons Lebedev chauffeur qui nous explique qu’en ce moment en Russie tous les ouvriers sont payés aux pièces. Les salaires suivent l’élévation du prix de la vie, les ouvriers ne sont privés de rien d’essentiel, certaines usines se remettent à la production. On fabrique des charrues multisocs, que l’on expose dans la Tverskaïa. Mais dans la plupart d’entre elles si l’outillage est en bon état, les ouvriers professionnels font défaut. Le plus souvent d’ailleurs les machines-outils sont en très petit nombre.

  • 35 Bela Kun (1886-1939), leader du parti communiste hongrois créé en novembre 1918 puis ministre des A (...)
  • 36 Georges Safarov (1891-1942), membre du parti bolchevik dès 1908. Après 1917 il occupe divers postes (...)
  • 37 Otto Wilhelm Kuusinen (1881-1964), social-démocrate finlandais, directeur du journal du parti, dépu (...)
  • 38 Victor Méric (1876-1933), journaliste et écrivain. Socialiste anarchisant il devient militant du pa (...)
  • 39 André Morizet (1876-1942), maire socialiste de Boulogne-Billancourt, il suit, bien que reconstructe (...)
  • 40 Lors de ce congrès de l’Internationale socialiste celle-ci avait condamné le ministérialisme c’est- (...)
  • 41 Il s’agit certainement de Radek.
  • 42 Stephen Pichon, ancien député radical, sénateur de 1906 à 1924. Ministre des Affaires étrangères da (...)
  • 43 Le 12 janvier la Conférence de Cannes accueille Rathenau qui affirme la volonté de l’Allemagne de p (...)
  • 44 Cf. t. II, p. 598. Humbert-Droz est désigné comme envoyé du Komintern en France, le 27 septembre 19 (...)
  • 45 Friedrich Adler (1879-1960), secrétaire du parti social démocrate autrichien, pacifiste durant la g (...)
  • 46 On mesure bien par cette remarque que les dirigeants de l’IC conçoivent la réunion des différentes (...)

18Bela Kun35 demande à nous voir ; il vient au 290 avec Safarov36 et Kuusinen37. Ils sont aigris contre les articles de Méric38 et Morizet39, le premier les accusant de vouloir nous faire collaborer avec Briand, le deuxième de revenir sur les décisions d’Amsterdam en 190440. En outre ils font grief au parti français d’avoir mal interprété les discussions du comité exécutif. Bestel a présenté le Front unique comme une nécessité vitale pour la Révolution russe. La Révolution russe est menacée de mort. Pour la sauver, il faut faire le Front unique. Rien n’est plus inexact dit Safarov. La Révolution russe n’a nul besoin d’appui : le bolchevisme à l’intérieur de la Russie n’a nullement intention de céder quoi que ce soit aux mencheviks et aux social-révolutionnaires. Nous leur opposons nos objections et Bela Kun répond : « J’ai été très vivement intéressé par vos arguments. » Safarov est député au parlement russe il est membre de l’Exécutif panrusse, il est aussi membre de l’Exécutif de la IIIe Internationale. A fait à Nancy des études d’électrochimie, il fut ouvrier électricien à Saint-Nazaire pendant la guerre jusqu’au jour où il fut expulsé de France pour antimilitarisme. Cet ancien bolchevik parle toutes les langues, il répète avec obstination les arguments sur le Front unique. A 7 h visite à Tchitchérine. Il regrette que R.41 ne se soit pas contenté de l’action discrète exercée par Pichon42 mais qu’il ait cru devoir donner des interviews tapageurs. Le résultat c’est que la France a profité de cet éclat pour se rapprocher de l’Angleterre et qu’aujourd’hui l’Angleterre boude la Russie. Elle vient d’accepter l’idée de préparer une réunion préliminaire des experts interalliés, chargés de préparer la Conférence de Gênes. Or, dit Tchitchérine, que pouvons-nous attendre de la France ? En quoi son capitalisme peureux et routinier peut-il nous aider ? Il n’a pas de hardiesse et en outre il n’a pas besoin de nos matières premières. Nous avons partie liée avec Lloyd George et Stinnes qui respectent notre autonomie, notre souveraineté. Même l’accord Loucheur/Rathenau était pour nous beaucoup moins avantageux dans les termes qu’ils arrêtèrent à Cannes43. Après dîner, à 10 h, Safarov revient avec Humbert-Droz. On discute jusqu’à 1 h du matin sans faire avancer d’un pas la question du Front unique. Humbert-Droz toutefois se montre disposé à faire à la France une situation spéciale dans la résolution. Il nous annonce que l’Exécutif aurait fait pression sur Souvarine pour qu’il retourne en France avant le Congrès de la Seine et avant celui de Marseille, afin qu’il se défende devant le parti. Souvarine a refusé. Mais à l’heure actuelle, Souvarine retournera en France après la Conférence, Humbert-Droz44 reproche à Souvarine sa polémique injuste et reconnaît la part qui lui revient dans le malaise actuel du parti français. Il ajoute que le Comité exécutif n’a jamais chargé Radek de voir Adler45 à Berlin et de traiter avec lui des détails de la réunion préparatoire à la Conférence de Gênes46.

Samedi 18.février 1922

  • 47 Henri Waletski (1877-1937), né à Varsovie, diplômé de mathématique et de physique en Belgique, il a (...)

19Le fils de Clara Zetkin vient avec une camarade m’inviter à prendre la parole demain sur la place Rouge à une parade des jeunes officiers d’une école militaire de Moscou. Ces jeunes officiers font un stage de quatre ans dans cette école. Ils y reçoivent une éducation générale. Il en est des communistes très avertis, d’autres sont moins instruits de nos doctrines. Tous sont des hommes d’action qui ont déjà fait leurs preuves. Ils sont affectés à la garde du Kremlin. Sur le moment, la nouvelle politique les déconcerte quelque peu. Il y aura parade à 11 h, déjeuner à midi, auquel je suis prié de prendre part. Le soir meeting public pour l’école. Ces manifestations sont organisées à l’occasion du troisième anniversaire de la fondation de l’école. Visite de Waletski47 qui nous porte une lettre par lui adressée à Zinoviev, dans laquelle il fait la plus expresse réserve sur le Front unique. Et pour commenter sa lettre il nous entretient pendant deux heures de la nécessité d’adopter l’idée de principe du Front unique avec luxe dialectique impressionnant. Waletski est d’une logique serrée, il déclare qu’il reviendra et reprendra la conversation.

  • 48 Victor Taratouta (1881-1926), membre du Comité central du parti bolchevik dès 1907. À Paris, comme (...)

20Taratouta48 arrive : il nous parle de la nouvelle politique. L’État garde les grandes usines : il afferme celles qu’il ne peut faire marcher et qui sont les moyennes et les petites.

21Pour les concessions, ils pensent à donner aux capitalistes des actions dans les entreprises dans la proportion de 49 %, et à garder 51 % de participation pour l’État. Il y aura des conditions de travail et de salaire qui ont déjà écarté bien des concessionnaires. Dans les usines d’État, le travail se fait désormais aux pièces.

22De 5 h à 10 h, première réunion de la délégation française. Elle est mouvementée et nous inspire la conclusion qu’il sera inutile de refuser l’expérience. Nous décidons d’agir nous quatre, seuls.

Dimanche 19 février 1922

  • 49 Ersilio Ambrogi (1883-1964). Militant socialiste et maire de Cecina (en octobre 1920), il est ensui (...)
  • 50 Il s’agit du programme adopté par le Congrès des peuples d’Orient, réuni à Bakou, le 1er septembre  (...)

23Nous allons à 11 h à la revue de l’École des officiers sur la place Rouge. Ils sont bien habillés, ont bonne mine et fière allure. Ils font excellente impression. Par suite de malentendu, je ne sais où me rendre après la parade et nous rentrons au Lux. Le délégué italien Ambrogi49 nous déclare qu’il est avec nous contre les conceptions du Front unique de l’Exécutif. De notre conversation d’hier avec Souvarine il résulte que la rédaction de la partie de la résolution concernant la France sera rédigée par la délégation française. Il résulte en outre que le ton en sera catégorique contre le réformisme. Souvarine demande qu’on puisse s’adresser aux chefs, aux états-majors dissidents en certains cas déterminés pour les pousser à des actions communes, mais qu’en aucun cas nous ne répondions aux appels qu’ils pourraient nous adresser. Safarov vient nous expliquer la situation en Orient. Le Congrès de Bakou50 a élaboré un programme de propagande parmi les ouvriers et paysans musulmans très arriérés. Nous avons fait une expérience en Turkestan, au début de la Révolution russe, nous n’avions pas eu de vrai pouvoir soviétique, la majorité de la population ce sont des paysans nomades et demi-nomades très arriérés. Le Turkestan a été colonisé par l’aristocratie russe au moment où elle a essayé d’envoyer en Turkestan des paysans des départements les plus révolutionnaires, surtout de l’Ukraine. On leur a dit : Prenez la terre des Kirghiz, demi-nomades. Ils l’ont prise et ont fait une organisation féodale. Les Russes se sont installés le long des routes et prélèvent sur les bétails des nomades des bêtes. En 1916 le gouvernement russe a essayé d’envoyer des Kirghiz sur le front, il y a eu une révolte, elle a été réprimée violemment. En 1917 arrive la Révolution. Les intérêts des colons russes étaient opposés à ceux des indigènes. Les ouvriers des chemins de fer – il y a trois lignes – ont été liés aux colons. Ils ont pris nos pouvoirs ; en réalité ils ont fait leur dictature des colons russes sur le peuple indigène. La Révolution ainsi entendue a été seulement l’expropriation des terres kirghiz en faveur des paysans russes. Ce fut un vrai brigandage fait par des koulaks russes sous le couvert de la Révolution russe. Le Turkestan fut isolé de nous par les bandes blanches, par les Anglais et les Sipai, par les musulmans mollahs, les groupes antirévolutionnaires. Mais en 1919, en juillet, nous avons battu les gardes blancs. Nos armées rouges sont entrées en Turkestan, nous avons décrété que les nations opprimées seraient libérées. Les Koulaks nous ont déclaré la guerre, ils avaient fait des Soviets à l’imitation de tout ce que nous avions fait, ils se disaient même communistes, ils restaient religieux et sous le couvert des popes. Les koulaks avaient donc un État indépendant, une armée qu’ils appelaient l’Armée rouge. Lorsque nous sommes arrivés là nous avons dit à cette Armée rouge, que cette Armée rouge doit aller en Russie. Ils se sont alors révoltés. Nous avons alors réprimé la révolte. Les gardes blancs se réorganisèrent à la frontière du Turkestan chinois. Ils s’unirent aux Blancs et s’opposèrent aux Kirghiz qui ne comprenaient rien à ce soviétisme frelaté. 4 millions d’habitants sur un territoire très vaste et dévasté. Le pays est énorme et difficile. Alors nous avons appelé à un congrès les paysans pauvres et nous leur avons déclaré que cet ancien pouvoir soviétique n’avait rien de commun avec nous. Nous voulons vous redonner la terre que l’on vous a arrachée depuis 1916. Les Kirghiz nous ont répondu : « Nous allons voir ce que vous allez faire. Voulez-vous faire la vraie répartition ? »

  • 51 Mustapha Kemal dit Atatürk (1881-1938), fondateur et premier président de la République turque.

24Ils ont attendu trois mois. Nous avons réalisé la réforme. Les Kirghiz sont venus à nous ainsi que les colons pauvres. Maintenant nous avons un grand parti, comme en Turkestan nous avons plus de la moitié des indigènes. Il y a des ouvriers qui travaillent dans les villages et des petits paysans. Deuxième tâche : la lutte contre les exploiteurs indigènes musulmans. Nous avons organisé des unions de pauvres gens qui possèdent un peu de bétail et travaillent pour les autres. Ces unions sont très répandues mais une élite se forme. Ils ont rapproprié les indigènes. Ainsi nous n’avons que les Kirghiz, puis les ouvriers, des artisans, nous avons 90 000 musulmans du parti : il y a des ouvriers manœuvres dans les chemins de fer. Nous avons dû lutter contre les colonisateurs, nous avons installé là-bas une organisation du Comité central russe, nous avons dû aussi combattre les nationalismes musulmans, ils ont propagé le panturquisme. En Turquie nous avons essayé d’organiser un parti communiste anatolien. Kemal51 était appuyé par la petite bourgeoisie, qui est devenue maîtresse. Toutes nos tentatives ont échoué en Anatolie, 990 noyaux seulement. À Constantinople il y a une organisation communiste assez forte, elle est composée d’ouvriers turcs qui ont été envoyés en Allemagne, pendant la guerre, dans les usines. En 1918, ils retournèrent à Constantinople, ont fait un journal marxiste Clarté. En outre nous avons là-bas une Union des travailleurs internationaux qui comprend des Grecs, Bulgares, etc. De plus nous avons une Union des ouvriers d’État qui sont sous l’influence du groupe Clarté. Nous leur disons : soutenez le mouvement national local et combattez Kemal, battez-vous pour les huit heures, luttez contre les pseudo-socialistes turcs, des Turcs qui sont sous l’influence de la police anglaise, récemment les ouvriers dockers de Constantinople ont balayé ces pseudo-socialistes. Le gouvernement de Constantinople essaie de faire un ministère du Travail. En Perse, en 1909, première révolution perse, révolution populaire, mais elle avorte. Les Anglais soutiennent les libéraux perses, puis après ils ont conclu l’accord russe qui partage la Perse entre l’Angleterre et la Russie. Dès ce moment nous avons eu avec nous l’extrême-gauche de Perse. Une grande émigration persane ouvrière va en Azerbaïdjan russe autour de Bakou. Nous les avons organisés dans le parti de la Justice. En 1920, quelques Khans démocrates ont déclaré la guerre au Shah, ils ont déclaré qu’ils voulaient distribuer la terre aux paysans. C’était l’anarchie féodale, ce n’était pas la Révolution. Nous avons soutenu ces gens même par l’Armée rouge, mais ces tentatives échouèrent, ce fut une aventure. Maintenant nous avons un petit parti communiste en Perse, à Téhéran 25 syndicats ouvriers. Les communistes persans doivent soutenir le mouvement contre le Shah et contre les Anglais qui restent les maîtres par leur pression économique. En même temps il faut organiser la classe ouvrière révolutionnaire et répandre l’idée soviétique non comme organe de gouvernement, mais comme organe d’action et de propagande révolutionnaires. (Expropriation des grandes terres).

  • 52 Gandhi (1869-1948), après avoir été exilé en Afrique, il rentre en Inde en 1915 en prônant la désob (...)
  • 53 Manabendra Roy (1887-1954). C’est au Mexique, en 1919 que ce Bengali mathématicien rencontre Borodi (...)

25Aux Indes il y a un grand mouvement national, développé pendant la guerre. Il y a de grands fabricants indigènes qui ont gagné de l’argent pendant la guerre, Gandhi52 est un Tolstoï indien. Nous avons l’aile gauche du mouvement. Le chef de la CGT indienne, Tchaman Lal se déclare bolchevik mais il ne l’est pas encore. Il a de la bonne volonté. Il y a dans la gauche des éléments petits paysans très exploités par les Anglais, mais aussi les indigènes riches. Nous avons eu un congrès en décembre 1921, les chefs de l’extrême-gauche ont été tous arrêtés. Dans les Indes nous avons les Hindous, mais aussi les musulmans (70 millions) Tchelkat (?) et Mohammed Ali sont les chefs bourgeois et nationalistes. Nous n’y avons pas de parti communiste. Il y a bien Roy53. Nous y avons envoyé des camarades qui avaient étudié le communisme chez nous, nous attendons les rapports. Il y a un grand mouvement syndical hindou et musulman, il est trade-unioniste, mais il a une tendance au syndicalisme révolutionnaire à la française. Après les grèves il y a des bagarres et des morts. On peut organiser là-bas un parti ouvrier qui sera national, mais combattra pour son propre programme.

26Egypte. Il y a un parti socialiste égyptien. Il contient des éléments suspects. Les ouvriers égyptiens sont organisés syndicalement, il y a lutte dans les syndicats entre la gauche, qui veut une organisation de classe et la droite. Il y a des communistes égyptiens mais il n’y a pas de parti communiste.

27La religion. Parmi les peuples kirghiz peu de religion. Les femmes sont libres comme chez nous. Mais parmi les paysans musulmans sédentaires l’islam joue un rôle prépondérant. Si l’élite s’est débarrassée des préjugés, la masse ne l’est pas encore.

  • 54 Samuel Gompers, ouvrier cigarier à New-York, de famille immigrante juive venue d’Angleterre, généra (...)
  • 55 Bunzi Suzuki (1885-1946), diplômé de littérature de l’Université impériale de Tokyo, journaliste ch (...)

28Extrême-Orient. Le dernier congrès a servi à fonder le parti communiste japonais. Depuis mars 1920 des intellectuels, des paysans, quelques ouvriers, mais ils n’avaient pas jusqu’ici d’influence. Depuis, les ouvriers japonais se sont groupés en syndicats, liste anarcho-syndicale et une action directe contre la politique. Il y a un Gompers54 japonais, Susuki55. Son contact avec les industriels japonais, il a fait quelques syndicats où il était le maître et calmé les ouvriers. Le gouvernement japonais demi-féodal et demi-bourgeois, exerçait un protectorat sur la classe ouvrière. 50 % des ouvriers japonais sont des femmes qui vont trois ans à la fabrique et retournent dans les villages. Et pendant la guerre le capitalisme japonais s’est développé, le nombre des prolétaires a crû de 25 %. En 1918, la révolte du riz a été très forte. Le courant révolutionnaire se développe avec des noyaux dans tous les syndicats, ils sont pour la dictature du prolétariat des Soviets, ils ne sont pas encore éduqués. À Tokyo il y a un syndicat imprimeur. Il y a 6 millions d’ouvriers dont 200 000 vraiment révolutionnaires et 200 000 autres modérés. Après le congrès, tous ces gens ont déclaré qu’ils devenaient communistes. Il y a lutte au Japon contre l’organisation politique du Japon. 26 % seulement ont droit de vote. Mais la petite bourgeoisie demande la démocratie. Nous avons dit aux ouvriers japonais, il faut combattre la grande propriété terrienne et la haute finance. Le Japon est la force la plus réactionnaire de l’Extrême-Orient. 20 % des paysans ne possèdent que 2,5 acres de terre donc il faut réclamer la terre aux paysans. Pour lutter contre le mikado qui est le plus grand capitaliste du Japon – il a des hôtels à Tokyo, il a des actions dans les usines de guerre – la situation des ouvriers japonais est la pire de toutes, 30 % des ouvriers deviennent tuberculeux par an. Un asservissement ouvrier. De plus, ils demandent la libération des colonies japonaises. Il y avait 12 ouvriers japonais au congrès.

29Corée. Il y a 300 000 ouvriers.

30Chine. 1 500 000 ouvriers et 10 millions d’artisans. L’organisation communiste ne fait que commencer. Ils luttent pour la libération des peuples opprimés, renversement du régime étranger, droit de coalition des ouvriers, huit heures. Il y a des syndicats modérés qui deviennent des organes de classe. Le secrétaire du parti communiste chinois est au « Lux ».

  • 56 Umberto Terracini, né en 1895 à Gênes, entre au parti socialiste italien en 1916. Etudiant en droit (...)
  • 57 Roberto Riccardo (1879-1956), avocat socialiste élu député socialiste de Cunéo en 1919, membre de l (...)
  • 58 Ces incidents se sont passé lors du IIIe Congrès, voir supra.

31Les trois délégués italiens Ambrogi (Pise), Terracini56 (Turin), Roberto57 et trois avocats. Déjeuner chez Taratouta. Il revient sur des discussions avec Souvarine. On lui reprochait de vouloir desservir à Moscou la délégation française et il s’est élevé contre cette affirmation. Souvarine alla se plaindre à Trotsky, et pour éviter tout incident, Taratouta aima mieux se retirer58. Depuis il a été placé à la tête du trust du textile russe avec quatre autres camarades. Ce sont eux qui dirigent l’ensemble de la production. Les organismes anciens des premiers temps de la Révolution ont été modifiés. Le directeur de chaque usine est nommé désormais par l’État ainsi que le sous-directeur. L’un des deux est toujours un communiste. Pour leur nomination le syndicat de l’usine est interrogé. Le rôle du syndicat s’est modifié avec la politique nouvelle. Il continue à jouer dans l’usine un grand rôle, on règle avec lui le chiffre du salaire tous les quinze jours, il intervient dans la discipline de l’usine, il ne dirige plus. Le directeur sous sa responsabilité est chargé de la production, s’il ne réussit pas, on le remplace. La vie des ouvriers en ce moment en Russie est inférieure à celle des ouvriers d’Occident, mais elle est très supérieure à la situation qui leur a été faite sous l’ancien régime et à celle qui leur serait faite si les Blancs revenaient.

Lundi 20 février 1922

  • 59 Il s’agit d’Eugénie Roussakova, compagne de Pierre Pascal (voir infra), sœur cadette de Liouba, fem (...)

32La belle-sœur de Serge59 nous fournit quelques prix de denrée : lait, 1$ le demi-litre, pain, 1$ la livre, beurre 16$ la livre ; étoffes hors de prix. Dès lors, les salaires ouvriers sont très insuffisants : on ne donne presque plus de payoc, et c’est la sous-alimentation. Elle ajoute que dans l’hôtel où elle se trouve avec Pascal, les domestiques, mal nourris, anémiés ont très mauvaise mine et déclarent que la vie les dégoûte et leur est à charge.

33Demont, secrétaire de rédaction de l’IC (chambre 180) déclare que les difficultés de confection de la revue sont de plus en plus grands. C’est une grande coopérative d’imprimerie qui fait ce travail à Petrograd. Or cette coopérative a désormais du travail pour les particuliers, et comme les communistes et l’État payent moins bien, les typographes font d’abord les commandes de ville. Zinoviev lui-même est obligé d’attendre pour ses ordres.

  • 60 Louis Keim dit Ker (1886-1923), professeur de français à l’École supérieure du commerce à Munich de (...)

34Nous allons faire une promenade dans la Pétrovskaïa : c’est une rue jadis luxueuse, les boutiques se sont rouvertes, il y a des pâtisseries très bien fournies et pleines de monde. Des magasins de mode et de costumes de femmes. C’est encore très modeste. En face de ce commerce qui grandit chaque jour, se développent les coopératives : coopératives d’usines, coopératives libres, coopératives de corporation ; elles ont grandi ces temps derniers avec rapidité ; les marchandises de toutes sortes y sont vendues. Les prix, pour certains objets, aussi chers que dans le commerce privé, pour les fourrures, beaucoup moins chers. Ker60 nous dit qu’à l’Exécutif on a songé à éliminer Radek jugé dangereux dans ses initiatives et à cause de sa « clique ». De plus en plus le gouvernement soviétique tend à se séparer de la IIIe Internationale dans les grandes comme dans les petites choses. Dans le début, le ministère des Affaires étrangères était à la disposition du Comité exécutif ; maintenant c’est à peine si la valise diplomatique consent à recevoir les lettres de l’Exécutif et ses papiers pour l’Europe.

35A 7 h au Présidium à laquelle la délégation française est convoquée. On règle l’ordre du jour ; c’est long et fastidieux. Zinoviev est contre l’idée d’un Bâle nouveau. Le premier a montré son inutilité.

36En France, trois questions : 1°) Dans le parti, les luttes intestines sont-elles personnelles ou politiques ? 2°) La scission syndicale 3°) L’action du parti dans cette scission.

37L’organisation intérieure de l’IC doit être examinée. Y aura-t-il un IVe Congrès ?

38L’aide à la Russie : non seulement à la Russie affamée mais à la reconstruction de la Russie elle-même. Les Tchéquo-Slovaques et les Américains y travaillent déjà sérieusement.

39La Jeunesse demande d’étudier la paupérisation des jeunes ouvriers (la dégénérescence).

40Il y a une question hongroise.

41Un rapport du Présidium à la conférence.

  • 61 Lev B. Kamenev (1883-1936), t. II, p. 439.
  • 62 Grégoire Sokolnikov (1888-1939), docteur en droit, à Paris avant la guerre, il est, après la Révolu (...)
  • 63 Vasil Kolarov (1877-1950), membre du parti social-démocrate bulgare et de sa fraction « étroite » d (...)

42Kamenev61 ou Sokolnikov62 remplaceront Lénine malade pour le rapport sur la politique nouvelle en Russie. Kolarov63, Zetkin, Trotsky, Ambrogi, Humbert-Droz, Waletski, Zinoviev feront partie de la Commission française. 34 délégations sont présentes.

  • 64 Sima Markovitch (1888-1939), professeur d’Université, il devient l’un des dirigeants du parti commu (...)

43Markovitch64 est discuté par le parti yougoslave (comme Souvarine).

  • 65 August Thalheimer (1884-1948), membre de l’aile gauche du parti socialiste puis du mouvement Sparta (...)

44Roy est le représentant moral du communisme naissant aux Indes, mais il n’y a pas de parti communiste aux Indes. Roy est accusé de nationalisme indien, Thalheimer65 croit au contraire que Roy n’est pas nationaliste : il faut l’accepter à la conférence avec voix consultative.

  • 66 Joseph Pogany (1886-1937), professeur et journaliste, militant socialiste, devient en 1919 commissa (...)

45Il y a un Comité central hongrois d’où s’est retirée une minorité. La majorité a délégué Kun et Pogany66. Mais il faut que la minorité soit acceptée avec voix consultative. Il y a autres fractions dans le parti hongrois.

46Humbert-Droz dit : Clara est la figure la plus représentative du parti communiste allemand. Elle est l’agitatrice la meilleure. Nous manquons en général d’orateurs. Mais on lui reproche de ne pas avoir une direction politique sûre. Elle est restée jusqu’au dernier moment avec Levi, et si aujourd’hui elle l’a abandonné sans réserve, c’est qu’il l’a attaquée violemment et personnellement.

Mardi 21 février 1922

  • 67 Alexandra Kollontaï (1872-1952), intellectuelle, fille de général, membre du parti en 1899. Émigrée (...)
  • 68 C’est le terme qui sert à désigner ce qui va s’appeler bientôt le Présidium.

47Kollontaï67 est venue nous voir hier soir. Elle répète après quelques autres camarades russes que peut-être la Révolution à l’Occident affectera d’autres formes qu’en Russie. Le mouvement syndical développé, les grèves généralisées, entraîneront des événements d’ordre économique aussi importants que les faits politiques et qui imposeront au mouvement révolutionnaire des modalités spéciales, différentes de celles qui l’affectent en Russie. Ce qui nous a frappés hier à la séance du petit bureau68 du Comité exécutif c’est que toutes les sections nationales de l’IC sont ravagées de dissensions. Leur faiblesse est plus grande encore qu’il n’apparaissait de l’extérieur. Le nombre de leurs adhérents est restreint, mais en plus, elles se sectionnent elles-mêmes et il n’en est guère qui n’aient pas réclamé une commission d’enquête.

48Il y a quelques jours, on avait 25 000 roubles pour 1 franc, aujourd’hui 40 000. La banque officielle russe tend à arrêter la baisse du change mais la spéculation qui s’exerce à coté d’elle est beaucoup plus forte.

  • 69 Sen Katayama (1859-1933), dirigeant syndicaliste et socialiste japonais. Exilé en 1914 aux États-Un (...)
  • 70 Iouri Steklov (1873-1937), socialiste dès 1898, est après 1917 membre de l’Exécutif des Soviets et (...)
  • 71 Heinrich Brandler (1881-1967), socialiste de gauche et syndicaliste avant-guerre, il participe au m (...)

49Première séance de la conférence ! Enfin ! La séance s’ouvre à midi dans la salle où se tint le Ier Congrès de la IIIe Internationale. On a rangé les nationalités au prorata de leur force. 1er Tchécoslovaquie, 2e Allemagne, 3e France, 4e Italie. Les Russes par discrétion se placent à l’arrière. Je suis appelé à la présidence et prends place entre Katayama69 et Clara Zetkin. Au moment où je mets mes lunettes je m’excuse près de Clara, elle me répond : « Vous êtes toujours beau pour moi. » Stieklov70 me dit qu’il est opposé au Front unique. Il fait un article dans les Izvestia contre l’idée. Brandler71 est un petit trapu à l’épaule asymétrique, il a l’allure lourde de l’Allemand, une grosse figure brutale, il est très sérieux et très intelligent.

50Thalheimer. – Dès août et septembre, dépression économique en Allemagne. Depuis septembre, la dépréciation du mark a créé un essor considérable. Plus de chômage, travail de l’Allemagne, devenu plus riche ; mais c’était une prospérité apparente, c’était l’appauvrissement de l’Allemagne, mais pour les parties capitalistes c’était une période heureuse, mais pas pour l’ensemble du pays.

51Il y a exportation en masse et pas possibilité d’importation donc l’Allemagne se vidait de ses matières premières.

52L’essor économique fut court : il s’arrête. Il a eu des répercussion en Allemagne, augmentation des prix. Les employés, la petite bourgeoisie était dans une situation précaire ; le capitalisme se sentant fort a tenté de baisser des salaires mais une augmentation des heures de travail.

  • 72 Il s’agit d’un néologisme qui désigne le développement de la concentration capitaliste sous la form (...)

53L’attitude des gros industriels vis-à-vis de l’État. La stinnisation72 de l’Allemagne pour mettre en faillite l’État petit-bourgeois et faire tomber dans les mains du grand capitalisme les biens réels des villes, de l’État.

54Le communisme allemand s’est demandé : sommes-nous dans une période d’essor capitalisme. Nous sommes dans une période de ruine capitaliste mais avec des oscillations. Dans le parti, une tendance attibuait à cet essor une période permanente : elle voulait changer l’attitude du parti. Les sociaux-démocrates disaient : il faut aider le capitalisme à se relever et non accélérer sa chute.

  • 73 Lors de ce congrès du 21 au 26 août 1921, les décisions de l’IC sont adoptées et le thème du Front (...)

55C’est dans ces conditions qu’a eu lieu le Congrès de léna73. Là, le parti a adopté le programme du IIIe Congrès et expulsé quelques membres de la droite. Cependant nous n’avons pas marqué à Iéna une ligne de démarcation à droite. Pour les impôts, la centrale proposait des impôts directs et la saisie des valeurs réelles qui ne perdent pas leur valeur par la dépréciation du mark. Le congrès n’a pas voté ces propositions de la centrale. Il est resté intransigeant.

  • 74 Assassiné le 26 août 1921.

56Après Iéna, mouvements des masses à propos de l’assassinat d’Erzberger. Elles n’avaient rien dit pour l’assassinat des siens ? Elle a réagi violemment contre le meurtre d’Erzberger74. Les communistes ont marché au mot d’ordre dans les démonstrations populaires, les autres essayèrent d’isoler le PC de la masse. Mais malgré cela il s’est imposé en bien des endroits à côté des majoritaires et des indépendants.

  • 75 Il s’agit du parti populiste (DVP) fondé par Gustav Stresemann et Hugo Stinnes qui obtint 14 % des (...)

57Alors se produisit le Congrès de Görlitz. Le parti de Stinnes, jusque-là monarchiste, est devenu républicain75. Il a obliqué à gauche. Dans le projet d’impôt il voulait un compromis avec les sociaux-démocrates. Le parti social-démocrate a été très influencé par cette attitude de Stinnes. À Görlitz il a renié la lutte de classes ; et il a pris la décision qu’il était près de former une coalition avec Stinnes. Le parti social-démocrate fut très ému : on n’était pas prêt. Dans certaines grandes sections une opposition s’est formée. Le parti-social démocrate a fait en Prusse la coalition avec Stinnes.

58En Saxe et Thuringe, des gouvernements ouvriers social-démocrates et indépendants. Mais ils ont besoin de l’appui des communistes dans les parlements. La grande masse des ouvriers est avec ces gouvernements. Les communistes qui ne sont qu’un petit parti vont-ils faire tomber ces deux gouvernements et faire arriver les bourgeois ? Les communistes ont dit : nous sommes pour soutenir les gouvernements ouvriers mais exercerons la pression. Cette pression se fait par l’agitation des masses. On lui fait la concession, mais on fait pression sur le gouvernement par la masse.

59Le Comité central du parti en septembre a pris position dans la question des impôts : il décidait de prendre part, dans certaines conditions, à un gouvernement ouvrier si ce gouvernement ouvrier se levait contre la bourgeoisie pour saisir les valeurs-or et les valeurs réelles. Après le Comité central il y a eu un réveil ouvrier en faveur des prisonniers de mars qui faisaient la grève de la faim.

60Une réunion se tint pour obliger les syndicats majoritaires à réunir un Congrès des conseils d’usines. Il fut convoqué. La centrale syndicale, les partis social-démocrate, indépendant et communiste ont été invités par le Congrès des conseils d’usines à faire Front unique. Les sociaux-démocrates louvoient, les indépendants ont été obligés d’accepter, mais immédiatement le parti social-démocrate a fait la contre-offensive concernant les chefs communistes de mars. Mais ce mouvement ne dura pas : on vit la diversion contre le Front unique de la classe ouvrière pour la préparation de la liaison avec Stinnes.

  • 76 Il s’agit outre Friesland, de Brass, Malzahn, Däumig et Hoffmann qui avaient signé ou soutenu un ap (...)

61Le parti communiste a vu dès ce moment que le groupe Levi était derrière la campagne du Worwärts et le tuyautait ; Levi noyautait le PC. Jusque-là on ignorait le groupe Levi. Ce n’était pas une vue juste ; en septembre le groupe Levi a eu dix réunions : il fallait liquider la IIIe Internationale et faire un vaste parti ouvrier de masses en Allemagne en une seule organisation. Dans cette conférence il faisait un programme à lui de quelques mots d’ordre provisoire (gouvernement ouvrier, impôts réels, etc.). Dans le parti ceux qui défendaient la politique de Levi c’était Friesland et ses amis. La Centrale a d’abord discuté leurs vues dans les sections du parti. Au Comité central de janvier on a expulsé F. et son groupe par 41 voix contre 476. Il n’y a que quelques centaines de camarades qui ont suivi F. Déjà il y a plusieurs tendances dans ce groupe.

62Nous n’avons que 11 députés. Bien que le groupe Levi soit limité au parlement, on ne lui accorde aucune importance. Le parti est en lente augmentation, aujourd’hui 300 000 membres environ. Le travail syndical du parti est intense, 70 réunions auxquelles chaque jour le parti prend part. Financièrement cela va mieux : l’IC donne trois fois plus à son parti que les sociaux-démocrates. Le communisme a organisé les enfants : mouvement puissant de jeunesses. Pour les paysans, ce sont les districts paysans qui s’en chargent non le centre. Un parti petit paysan s’est formé contre les agrariens, il a le même programme que nous.

63Il travaille dans les coopératives. Il a prévu des cours. Il a abandonné toute l’organisation armée, enfantine.

64Le parti a 43 journaux, les sociaux-démocrates 130, les indépendants 30 à 40. Avant la grève des cheminots il y avait la dépression dans l’Allemagne ouvrière. Depuis, la classe ouvrière est réveillée.

65Clara Zetkin. – Le mouvement gréviste était inattendu mais pour ceux qui ont suivi la décomposition de l’État allemand, non ! Elle fut le fruit de la contradiction allemande. Les conditions de la révolution allemande sont mûres, plus que mûres ; mais la politique révolutionnaire du prolétariat n’existe pas.

  • 77 Concernant la grève des cheminots et l’attitude du président Ebert, cf. H. Neumann, « La grève des (...)

66La désorganisation économique et la banqueroute de l’État finissent par agir comme le fouet et créer l’état subjectif. Pendant cette grève les grandes organisations syndicales et les masses ouvrières n’ont pas marché. Les chefs ont dit : ce ne sont que des revendications économiques. Ce n’est pas vrai. La grève est devenue politique : le gouvernement l’a voulu. Avant que la grève éclate Ebert a lancé son ukase. Le préfet de police social-démocrate a saisi les caisses. L’État, en décrétant que les grévistes étaient en révolte contre l’État en a fait un affaire politique77.

67En réclamant la suppression de ces mesures, la classe ouvrière n’a pas compris qu’il fallait lutter contre le gouvernement lui-même. Après la déclaration de grève il y eut un réveil en Allemagne. Mais au lieu d’utiliser ce réveil pour appeler le prolétariat allemand à la lutte contre le gouvernement, on est intervenu pour prier le gouvernement de ne pas élargir la grève par des mesures brutales. Le parti social-démocrate s’adresse au gouvernement pour le prier de ne pas provoquer la lutte des grandes masses prolétariennes. On a décidé que le temps de travail des cheminots serait fixé par une loi générale à tous les ouvriers et non plus par les cheminots.

  • 78 Chancelier depuis juin 1921, membre du parti du centre catholique.

68Les chefs syndicaux et social-démocrates disent : la lutte des employés de l’État est une révolte contre le bien public et puisque l’État est démocratique, la grève des employés n’est pas une lutte de classes mais une révolte. C’est la conception gouvernementale de Wirth78 qui supprime le droit de grève aux employés. C’est l’abandon de tout le programme social-démocrate.

69Les indépendants ont pris d’abord parti contre la grève mais après la répression ils ont pris parti contre les mesures du gouvernement mais pas contre le gouvernement. Ils ont séparé les mesures gouvernementales du gouvernement lui-même. Levi n’a rien dit : il conseillera mais sans agir. Le PC a évité de donner au mouvement un caractère communiste. Il a démasqué le gouvernement démocrate et républicain et social-démocrate. On disait : il faut équilibrer le budget mais nous avons dit : ce n’est pas à nous d’équilibrer le budget. Saisissez les usines et les privilèges. Les communistes ont montré en même temps leur action pour l’unité de front ouvrier et contre le gouvernement allemand. Le communisme a fortifié son contact avec la masse : il a doublé le tirage des journaux, la confiance grandit dans la masse pour le PC des grévistes et d’autres ont déchiré leurs cartes de sociaux-démocrates. Il nous faut essayer d’en faire des communistes. On est sorti en masse des syndicats. Nous ferons tout pour faire cesser ce mouvement de recul. Mais nous nous rapprochons des travailleurs de l’État qui s’éveillent. La police de sûreté a versé de l’argent aux grévistes. Si on avait fait des démonstrations la police avait déclaré qu’elle ne tirerait pas et ne toucherait pas aux grévistes.

70On est en décomposition de l’État capitaliste. Même ceux qui sont l’armature de l’État l’abandonnent. Nôtre rôle est de démolir cet appareil et à le rendre moins oppressif possible pour les ouvriers, démolir le préjugé démocratique. Qui doit payer les réparations ? Les profiteurs, non les ouvriers. Nous sommes au début d’une période de luttes en Allemagne, il y aura une série de grève. La misère des prolétaires les oblige à reprendre la lutte. Un rien en Allemagne peut tout faire craquer : un incident peut mettre en mouvement les prolétaires. Alors notre mot d’ordre c’est l’unité de front, le groupement du prolétariat par la lutte. Pour les sociaux-démocrates cette question d’action unie c’est la mort. On les balayera : ils résistent, il faut briser la résistance d’en haut par le bas. Les chefs forment la forteresse du capital en Allemagne.

71Il faut entraîner les masses ; elles sont endormies mais elles se réveillent. Il ne faut pas partir en avant sans elles. Le jour où les masses se réveilleront, le communisme jouera son rôle historique.

  • 79 Voir, deuxième séance (21 février au soir), « Compte rendu de l’Exécutif élargi de l’Internationale (...)

72Puis, après Clara, j’expose la situation en France79. Ensuite vient le délégué tchéco-slovaque .

  • 80 Édmond Burian (1878-1935), directeur de journaux socialistes avant guerre, il est membre du comité (...)

73Burian80 (Tchéco-Slovaque). Il fallait fusionner avec les Allemands. C’est fait. Cependant les questions nationales très vives rendent la question délicate : il peut encore y avoir des troubles dans l’avenir. Smeral et Kreibich ont fait l’un et l’autre un pas vers l’autre.

74À propos du putsch de Charles de Hongrie, Charles à Budapest c’était Charles à Vienne, à Prague ; c’était la guerre. Il fallait prendre position contre la réaction hongroise. La classe ouvrière doit combattre sous la condition de l’armement du prolétariat. Nous avons pris position : contre le retour de la monarchie à Budapest. Au Parlement nos camarades ont dit : Nous soutiendrons la lutte contre la réaction mais nous nous opposerons à tout but impérialiste. Nous voulons l’armement du prolétariat tchèque et même de Vienne contre Charles.

75Le gouvernement refuserait d’armer le prolétariat et alors nous pouvions le démasquer comme un gouvernement impérialiste et nous prenions position contre lui. Nous avons fait des manifestations pour l’armement du peuple. À Brünn, nous avons hissé le drapeau rouge sur le palais du gouverneur. Nous avons, pour conquérir la direction syndicale en Tchécoslovaquie, 40 % des voix à son dernier congrès mais c’est 60 % en raison des truquages. Il y a dernièrement dans notre recrutement du chômage qui empêche de payer les cotisations. Dans les élections aux coopératives et syndicats nous emportons victoires sur victoires. Il devrait y avoir des élections générales, mais on les redoute parce que le PC est le plus grand parti politique. Notre parti est le plus important. La parole du Front unique n’a d’abord eu aucune répercussion. En Slovaquie nous sommes seuls. À Prague où il y a les centrales, il y a une telle lutte qu’on pensait ne jamais pouvoir s’asseoir à la même table. À Brünn les sociaux-démocrates sont une infime minorité mais les communistes qui ont beaucoup souffert après les grèves ont soutenu le Front unique. Le Comité central s’est réuni et l’a adopté mais l’opinion générale était pour le Front unique sans les chefs. Cependant au moment de la grève des mineurs nous avons senti la nécessité du Front unique pour une grève générale de soutien aux mineurs. Le parti est pour mais il y a encore des discussions sur les chefs.

76Économiquement et politiquement le facteur objectif de la révolution est moins suivi qu’en Allemagne mais le facteur subjectif est mûr.

  • 81 Karel Kreibich (1883-1966), militant et journaliste socialiste, il est élu député au Parlement. Ori (...)

77Kreibich81 expose la situation économique de la Tchécoslovaquie. L’Entente en a fait son enfant chéri, mais au moment de la guerre en Pologne elle est tombée en disgrâce. Mais dans la Petite Entente la Tchécoslovaquie est bien encore l’État le plus important. Elle a obtenu 70 %. de la production de l’ancienne Autriche. Elle a fait des concessions à la Pologne, à la Hongrie. La Petite Entente est dirigée contre la Russie. Ainsi elle s’est remise en grâce près de la France. La diplomatie tchécoslovaque veut former un État danubien.

78Il y a une offensive patronale et, par réaction, des grèves. Les oppositions de classe grandissent. L’État ne peut se maintenir que par l’appui des sociaux-démocrates. La bourgeoisie tchèque et l’Allemagne ne peuvent pas s’entendre. Les Tchèques oppriment les autres nationalités. Les communistes luttent contre ce nationalisme. Les ouvriers communistes des autres nationalités font seulement de la lutte des classes. La Slovaquie rattachée à la Bohême c’est artificiel. Les Slovaques sont contre Prague mais les communistes luttent contre ce nationalisme. Dans les syndicats le travail n’a commencé qu’en septembre. Les fonctionnaires communistes des syndicats ont été réunis ; nous avons réussi à mettre sous l’influence du parti le bois, le bâtiment. Il y a un travail intense chez les syndicats agricoles. Dans les coopératives, ils ont la majorité dans plusieurs grandes villes. Ils vont centraliser leur politique municipale. Ils ont liquidé le romantisme illégal militaire : ils canalisent la propagande vers les grèves. Il y a quatre quotidiens : slovaque, allemand, tchèque et hongrois.

  • 82 Arthur Mac Manus (1891-1927), ouvrier métallurgiste irlandais, membre du Socialist Labor Party. Arr (...)

79Mac Manus82. – La production en Angleterre est très précaire. Le chômage n’a fait que croître depuis l’armistice. Le textile a été atteint par le développement de l’industrie aux Indes. La métallurgie est aussi en difficulté. Il y a eu cinq millions de chômeurs et aujourd’hui deux millions. Il n’y a pas d’espoir pour le commerce et l’industrie : le crise s’aggrave de semaines en semaines. Le communisme anglais n’a qu’un an. Il a fait des progrès, il s’est consolidé. Va-t-il faire bloc avec le Labour aux élections de juin ? Il y a une réunion le 8 mars. Les délibérations des communistes avec le Labour se sont terminées par un questionnaire. Le PC anglais veut-il accepter la constitution du Labour ? Le PC pense-t-il que l’émancipation ouvrière peut être faite avec des moyens légaux et parlementaires. Si le PC fait bloc, ses candidats sont-ils prêts à se subordonner aux leaders parlementaires du Labour ? C’est là le problème tactique à résoudre. Le gouvernement n’est pas sûr de ce qu’il va faire. Si le Labour est prêt à collaborer avec le gouvernement, le gouvernement fera un pas à gauche. Mais si le Labour dit nous voulons avoir le gouvernement pour nous seuls, alors le gouvernement vire à droite. 19 sections du Labour ont accepté les communistes car c’étaient les anciens membres du British devenus communistes. Le PC décidera-t-il d’aller seul à la bataille ou bien de faire bloc avec le Labour ? La question n’est plus en ce moment celle de l’affiliation. L’affiliation est rendue très difficile par les quatre questions d’Henderson. Mais est-il possible de dire au Labour : si vous ne voulez pas notre affiliation. C’est la guerre. Nous nous présentons partout contre vous et en bien des endroits nous vous abattons. Le 8 mars le PC anglais se réunit : il doit répondre aux questions de Henderson. C’est là son principal devoir et non celui des élections. C’est à ces questions qu’il faut répondre et non à celles des élections. Or un grand nombre de communistes anglais déclarent que les conditions sont impossibles si l’affiliation est refusée. Certains leaders seront responsables car la masse du Labour serait prête à l’acceptation et alors se serait, non tout le Labour, mais les leaders qu’il faudrait frapper.

80Lorsque Lénine a recommandé la demande d’affiliation, il a déclaré qu’il ne fallait pas l’affiliation à tout prix ; il fallait que le parti n’abandonne pas sa liberté. La difficulté est de convaincre les membres du parti anglais qu’il faut faire des concessions or il y sont hostiles.

Mercredi 22 février 1922

  • 83 Mikhail Borodine, né Grusemberg, (1884-1949), membre du Bund puis du parti social démocrate russe e (...)
  • 84 Jacob Friis (1883-1956) journaliste socialiste norvégien, internationaliste et pacifiste pendant la (...)
  • 85 Marcel Cachin en fait également partie.

81Il fait froid, nos vêtements sont insuffisants. Il faut ici des fourrures et des peaux. Dans la commission anglaise : Humbert-Droz, Borodine83, Friis84,Terracini85. Réunion ch. 168.

82Mac Namus explique la situation de l’Angleterre. Il y a deux millions de chômeurs qui touchent par semaine environ deux livres quatre, de trois sources : État, syndicats, guardians. Il y a beaucoup d’actes de violence des grévistes. Lensbury est personnellement un communiste chrétien, sentimental, syndicaliste. Le Labour a acheté son journal.

83Le PC anglais existe depuis dix-huit mois. Avant la guerre il y avait de nombreux partis anglais. Jusqu’en 1917 la vie de la classe ouvrière n’a pas existé au point de vue politique. Toute la vie du prolétariat anglais s’occupait de l’industrie de guerre. L’organisation ouvrière s’est développée : on a fait les Shop Steward. En 1916, première révolte en Irlande qui fit un grand effet en Angleterre. Des groupes de tous les anciens partis se sont réunis. Le SLP (Socialist British Party), le BSP (British Socialist Party), la Fédération ouvrière du Sud de Galles se sont formés en groupes communistes. Après le IIe Congrès, les Shop Steward sont rentrés de Moscou très enthousisates sur la révolution russe. Ils ont entrainé dans le PC leurs troupes ouvrières. De nouvelles sections en Galles, Écosse se forment.

84La grande question pour eux est celle de l’affiliation au Labour. Au congrès du parti, en février 1921, 100 voix se prononcent pour l’affiliation, 85 contre. Après ce congrès, de nombreux petits groupes viennent au parti ; mais cependant l’affiliation a été demandée au Labour. Le PC a appuyé la grève des mineurs : il est devenu à ce moment là un parti politique. Le Call ne vendait que 3 000 exemplaires mais le Communiste vend 45 000 exemplaires hebdomadaires. Nous avons attaqué les chefs réformistes de la grève des mineurs. La plupart des industries anglaises sont en crise. Les dernières industries touchées par la crise sont le chemin de fer et les mines. Le gouvernement savait qu’en brisant les mineurs le reste suivrait. C’est pourquoi il y eut lock out. On proposa aux cheminots de marcher avec les mineurs. Le PC a essayé d’engager les autres organisations ouvrières à suivre les mineurs. Il voulait généraliser la lutte avec surveillance et opposition aux chefs, car nous savions qu’il y avait des pourparlers entre Lloyd George et eux. Nous savions que si la lutte se généralisait, c’était la loi martiale, la bureaucratie balayée. C’est parce qu’il y eut le vendredi noir, la trahison de Thomas. À 2 h il a télégraphié : c’est la lutte. deux heures après, il envoie un télégramme contraire. Ces deux heures furent fatales. Ce fut la répression sur tout le communisme : 150 membres du PC furent arrêtés : Mac Manus et l’Exécutif ont pris une voie illégale. En emprisonnant la direction le gouvernement peut supprimer le PC, mais les sections ont fait paraître le journal malgré l’interdiction du gouvernement. On a voulu frapper l’imprimeur : il refuse d’imprimer les communistes. Dans ce journal les communistes avaient traité Thomas de traître. Aussi il attaque d’accord avec le gouvernement : le Labour a été avec le gouvernement contre le communisme.

85Peu à peu les camarades sont sortis de prison, le Comité exécutif est revenu, cependant des communistes viennent d’être condamnés à six mois de prison. Le journal a dû payer 50 000 livres à Thomas. Or le Labour est seul en état de les payer : comme imprimeur c’est lui qui est poursuivi, car Mac Manus est sans le sou. Thomas est discrédité.

86Depuis le IIIe Congrès, 220 sections et 7 000 à 8 000 membres payants sur 10 000 inscrits. 320 propagandistes font 1 000 meetings par mois. Pendant la grève des mineurs il y avait cinq millions de chômeurs dont un million de mineurs. Aujourd’hui encore, deux millions de chômeurs. Le PC.a organisé les chômeurs. Ils ont une carte de chômeurs, ils payent un penny par semaine. Cette organisation est dirigée par les communistes. Ils ont un journal, le Sans travail rédigé par les communistes. Ils réclament des secours de chômage. Ils ont entre 2 et 4 livres par semaine : ces secours sont supérieurs aux salaires de beaucoup de pays de l’Europe. Le gouvernement veut supprimer ce secours mais c’est difficile. L’influence des chômeurs dans la vie ouvrière anglaise est importante pour le Labour. On pense à présenter des candidats chômeurs sous l’influence des communistes. C’est parce que les relations ont repris entre le Labour et les communistes. Une forte minorité est pour l’affiliation dans le Labour lui-même. Il y a deux millions de voix pour l’affiliation. L’Exécutif du Labour a refusé jusqu’ici parce que, dit-il, les communistes veulent rentrer chez nous pour nous détruire. De plus le Labour a dit : nous sommes à la IIe Internationale, nous ne pouvons accueillir la IIIe Internationale. Cependant le British Socialist Party appartenait au Labour et comme des membres du British Council sont communistes, il y a des sections communistes dans le Labour. Il y a 19 sections qu’on ne veut pas exclure. Londres et Glasgow sont pour l’affiliation. Ces deux sections demandent que les deux Exécutifs s’entendent : on a commencé à rediscuter. Le Labour a posé des conditions :

  1. Le PC sera-t-il loyal dans son adhésion, veut-il souscrire à la constitution du Labour ?
  2. L’émancipation du prolétariat ne peut être que légale et constitutionnelle d’après la constitution du Labour ;
  3. Le parlementarisme et la démocratie sont le seul moyen de parvenir contre les Soviets ;
  4. S’il y a des députés communistes, sont-ils prêts à se plier aux ordres du Labour ?

87Le congrès du 8 mars du communisme étudiera ces quatre questions. Il faut y répondre. Le PC a noyauté tous les syndicats, les chômeurs. Le Labour craint en ce moment les communistes car les communistes ont fait échouer Mac Donald. Quand on redoute les communistes, c’est parce que le Labour se rapproche : mais la droite ne veut pas de rapprochement. Quelle que soit la décision du Congrès, l’unité du PC sera sauvée. Les suggestions de l’Exécutif seront accueillies par la conférence du 8 mars.

88L’Angleterre cherche à remettre l’Europe en état économiquement pour se sauver. Mais les capitalistes anglais sont mécontents de Lloyd George car il n’a pas solutionné la crise. Mais à côté de Lloyd Georges il n’y a personne ; Asquith n’a aucune chance. Il n’y a en face de Lloyd George en Angleterre que le Labour. Le Labour, dans les prochaines élections peut devenir très décisif. Il ne faut comparer le communisme anglais à aucun autre parti européen car le Labour est une chose exclusivement anglaise. Il faut comparer notre parti aux autres partis anglais : nous avons 40 000 abonnés or l’ILP n’a que 24 000 membres et son journal n’a que 20 000 exemplaires. Le Labour avec ses 5 millions de membres n’a pas de journal. Les rédacteurs du Daily Herald sont communistes et Landsbury sert plus le communisme sans être affilié. Que le parti communiste soit affilié ou non, son rôle demain sera de plus en plus important.

  • 86 Conférence des organisations syndicales affiliées au Comité syndical communiste, Milan, le 7 septem (...)
  • 87 Costantino Lazzari (1857-1927) socialiste favorable à l’adhésion du PSI à l’IC mais reste en dehors (...)

89Terracini. – La crise économique italienne s’accroît. Les chômeurs augmentent, la situation de l’industrie et du commerce empirent. Krach de la Banca di Sconto ; 5 milliards de lires ont été perdus. La bourgeoisie croyait qu’avec l’offensive du capital et du fascisme elle était venue à bout du communisme, elle croyait que c’était l’esprit révolutionnaire des ouvriers qui créait la crise. Mais après avoir dispersé 1 500 Maisons du peuple et tué beaucoup de communistes et de syndicalistes, la crise n’a pas changé. L’Italie n’a pas de matière première, son organisation industrielle n’avait qu’un client : l’État et la guerre, d’où la déroute. Les espérances des autres pays qui ont des matières premières ne peuvent être celles de l’Italie. Le PC a trouvé dans la ruine générale, la possibilité de se fonder et de s’étendre. À côté du parti socialiste et des syndicats, nous donnons des programmes clairs d’action. Ainsi nous grandissons. Après le IIIe Congrès nous avons recruté, nous avons 50 000 membres, en outre nous avons 38 000 jeunes, nous supportons une réaction terrible, on cherche à leur imposer la responsabilité de tout ce qui se passe. Le gouvernement a pris parti contre le communisme. On a fermé toutes les sections communistes dans la province de Milan. Nous avons une organisation illégale. Cependant la même semaine les 90 sections se sont réunies à Milan malgré l’interdiction du gouvernement. La police a perquisitionné le Comité exécutif de Milan. Depuis nous avons illégalement réorganisé le Comité central. Nous sommes à Rome. Il n’y a pas d’adresse. Le gouvernement cherche le Comité central, il ne l’a pas encore trouvé. Nous avons un quotidien à Rome, à Trieste, à Turin, Il Comunista, Il Lavoratore, 90 000 exemplaires à eux trois. Il a une crise qui a fait baisser nos journaux, nous faisons payer quatre sous. Nous avons l’imprimerie, nous avons traduit Boukharine (20 000 exemplaires), nous avons une organisation très stricte, nous avons organisé une contre-offensive antifasciste. L’Internationale communiste avait ignoré jusqu’à ces temps-ci la presse bourgeoise, mais chaque jour aujourd’hui, on ne parle que de nous. Nous nous mêlons à la masse ouvrière, nos réunions de parti n’ont d’autre but que de donner à l’action pour l’extérieur. Les « Arditti del Popolo », est-ce une organisation ouvrière ? Par eux pouvons-nous arriver à la masse ? Nous avons expliqué que c’est inexact. Les « Arditti del Popolo » ont été organisés par Nitti contre qui avait avec lui les fascistes, il était avec d’Annunzio, ainsi avons-nous donné ordre à nos camarades donc de ne pas se mêler aux « Arditi ». Puis nous avons voulu organiser une force militaire communiste. Nous avons armé des ouvriers, beaucoup de fascistes ont été tués et blessés par nous, notre organisation militaire est forte. Quand Zetkin est venue à Milan, nos gardes ont entouré le théâtre et les rues voisines. Nous élargirons nos forces militaires chaque jour en Italie. De plus les « Arditti » avaient dit : Nous cesserons quand les fascistes auront fini. Nous n’avons pas confiance. Nous avons lutté contre les anarchistes et les syndicalistes qui avaient pris parti contre la Révolution russe. Tommi était au IIe Congrès, il avait promis de soutenir la Révolution russe. Or il l’a attaquée en public par meeting. Nous les avons combattus en public. Après le Congrès de Milan86, quel est notre rôle vis-à-vis de Lazzari87 ? Il avait promis de travailler pour la IIIe Internationale. La polémique a été acharnée contre les socialistes mais pas contre Lazzari. Nous voulons appuyer Lazzari et ses amis, nous lui donnons accès dans nos journaux.

  • 88 Congrès de la CGIL à Livourne, 26 février-3 mars 1921.

90Front unique. Nous avons invité le prolétariat italien à s’organiser pour repousser l’attaque de la bourgeoisie, nous avons donc demandé aux syndicalistes italiens de prendre un programme concret pour réunir les travailleurs contre les fascistes. Réunion de la CGT pour la liberté d’organisation contre le fascisme, pour les huit heures. Nos organisations syndicales ont proposé ce programme à la CGT. Ils n’ont pas répondu, alors nous avons commencé la lutte, nous avons obligé nos camarades à porter ces luttes dans leurs syndicats. Après trois mois nous avons réussi à faire que la moitié de la CGT est avec nous et la CGT a réuni son conseil général. Nous avons compté nos forces à Livourne88 nous avions un demi million pour nous derrière. Et encore la CGT a organisé son affaire de telle manière que c’est impossible d’avoir la majorité. Dans les organisations des métallurgistes nous avions un tiers, mais ces jours-ci nous avons eu la moitié. Chez les cheminots, nous n’en avions que 4 000, deux mois après nous en avons 16 000. Nous avons travaillé pour l’unité syndicale. Il y a aujourd’hui la CGT, les cheminots, les syndicats, les ouvriers des ports, nous avons des communistes dans chacun. Les communistes ont reçu ordre de travailler pour l’unité. Ça a fait du bruit, jusqu’à présent seule la rivalité des chefs l’a empêchée mais le communisme a grandi du fait de sa proposition.

  • 89 Nicolas Vecchi, syndicaliste de Vérone, favorable à l’adhésion de la CGL à l’ISR. CF. « Le Congrès (...)

91Vecchi89 fait un hebdomadaire à Vérone pour l’Internationale rouge et fait l’accord avec les communistes. Pour Sacco et Vanzetti l’agitation est très grande. Le Comité était à la Bourse du travail de Rome le secrétaire de cette bourse était communiste. Nous nous sommes unis aux autres organisations ouvrières et politiques pour les secours. Nous avons été avec les anarchistes et les socialistes. Nous avons demandé aux socialistes qui centralisaient de nous faire une place. Ils ont refusé deux fois, alors nous avons constitué un groupe spécial. Nous avons accepté l’union pour les secours à porter aux emprisonnés et aux victimes de la réaction italienne. Les ouvriers italiens sont persécutés. À Florence 1 500 prisonniers. 500 à Turin. 10 000 en Italie. Des années de réclusion par dizaines.

  • 90 Francesco Misiano (1884-1936) député socialiste de Calabre, il est un des fondateurs du PCI. Condam (...)
  • 91 Giacinto Menotti Serrati (1876-1926), cf. t. II p. 314. Après la guerre il plaide pour l’adhésion d (...)

92Or notre parti est pauvre : peu d’avocats et malgré cela nous faisons des secours. Il y a des comités composés d’anarchistes et de socialistes. Nous en sommes. Il n’y a qu’à Turin où les communistes sont à la Bourse du travail où on y a donné 1,5 million de lires pour nourrir les prisonniers sous-alimentés. Nous avons les plus grandes coopératives italiennes. Turin 150 000. De plus, quelques coopératives de production du bâtiment à Trieste. De plus des centaines de petites coopératives, les communistes sont allés au congrès et ils ont expliqué la question coopérative. Dans la vie politique italienne rien à faire pour les communistes. Nous n’avons que quelques députés au Parlement. Ils sont presque toujours dans le pays. En donnant l’ordre à Misiano90 d’aller au parlement plutôt que de lutter violemment avec ses quelques camarades, nous avons empêché le parlement de travailler. Chaque fois que Misiano entrait à la Chambre, c’étaient des violences. Lorsque Misiano a été chassé, le travail a été repris. Ils ont déclaré Misiano indésirable, mais à sa place Galiato, ouvrier métallurgiste à Turin, l’a remplacé à la Chambre. Or il était en prison pour avoir fait des mitrailleuses en faveur des ouvriers de Turin pendant la grève. La section socialiste de Milan où Serrati91 était le maître depuis longtemps l’a battu l’autre jour sur la question de la réunion immédiate de la CGT. Unité de front avec le syndicat seulement, disons-nous, mais pas avec les socialistes.

93Marshall, au nom des communistes américains. – En Europe, le capitalisme se désagrège : aux États-Unis il est plus fort que jamais. Le centre financier du monde a passé de Londres à New-York. L’évolution industrielle et technique a rendu mûre la révolution mais ni dans la désagrégation capitaliste ni dans l’esprit du prolétariat américain, elle n’est prête. Le prolétariat américain s’est enrichi en exploitant les grandes richesses naturelles du pays plus que les ouvriers. La situation ouvrière empire : cependant elle est la plus privilégiée du monde. Il y a des soupapes au capitalisme américain : les ouvriers allaient à la campagne, acquéraient des terres et colonisaient. La très rapide augmentation des villes – Chicago (3 millions) – a permis aux ouvriers de devenir commerçants. Il y a l’idée qu’il suffit d’être débrouillard pour faire fortune. On croit qu’on peut devenir Rockfeller. Ce n’est pas favorable à la constitution d’une conscience de classe. Cependant la guerre a modifié cela. L’idéologie du passé pèse encore sur le prolétariat. Il n’y a plus de démocratie en Amérique depuis la guerre. Le PS était petit bourgeois. Il reste pacifiste ; sur le terrain économique, il y a une Union sacrée de la masse ouvrière avec la bourgeoisie. L’État a organisé la production de guerre sur la base : il paye tout plus 10 % sur leur frais. Les capitalistes ont accordé des salaires énormes : plus ils payaient les ouvriers plus ils avaient de 10 % : les ouvriers gagnaient 100 dollars par semaine. Avec l’armistice, changement : on a voulu diminuer les salaires, organiser le travail, le taylorisme ; on a supprimé les conseils d’arbitrage entre patrons et ouvriers. De plus l’État est intervenu en faveur des patrons, alors les ouvriers ont compris le rôle de l’État capitaliste. L’attaque des capitalistes appelle l’unité ouvrière. Le syndicalisme est jusqu’ici réactionnaire. On tend à passer du syndicat de métiers aux syndicat d’industrie. Nous avons deux grands mouvements : mineurs et cheminots brisés par l’État. Deux problèmes aux États-Unis : la prochaine guerre avec le Japon. On développe la haine contre le Japon. Le problème nègre : la bourgeoisie développe la haine pour empêcher les prolétaires blancs de se joindre aux noirs. Si notre capitalisme est fort, il y a des oppositions. Il y a une crise de chômage : 6 à 7 millions.

94On interrompt le compte rendu pour envoyer à l’Armée rouge dont on fête demain le 4e anniversaire un salut cordial.

95Carr (États-Unis) vient compléter le compte rendu de Marshall. Il va parler du PC américain. Ensuite Kolarov pour les Balkans et le délégué polonais.

96Carr. – En octobre un nouveau parti ouvrier a été créé aux États-Unis. Le parti socialiste américain est la mère du communisme : une aile gauche s’y était constituée, en 1917 à Saint-Louis la gauche a pris influence après la révolution russe. Le parti arrive à 100 000 membres. Les fédérations de langues renforcent la gauche. En 1919 ils sont majoritaires, mais l’Exécutif du parti veut les expulser, refuse des revendications de constituer des fédérations. Alors la majorité fait venir la police et chasse la gauche. Cette gauche a constitué le communisme. 16 millions d’ouvriers ne parlent pas anglais : ils réagissent plus aux événements politiques de leurs pays, que de l’Amérique. Deux partis communistes se formèrent : un slave et un autre, la gauche de l’ancien parti. Les Slaves voulaient le fédéralisme, les autres voulaient le centralisme. On cherche l’entente. En mai 1920 congrès d’unification : une moitié des Slaves rentre dans l’autre parti ; mais l’autre moitié reste dehors. L’Exécutif a ordonné la fusion. On admit la centralisation bien qu’il y ait quelques latitudes ; l’Exécutif formé de cinq membres des deux partis. Ils s’entendent bien. Le parti avait été frappé par la police. Un adhérent au communisme, s’il est étranger est expulsé, s’il est américain, il est emprisonné. Comment sortir de cet état souterrain pour arriver à la masse ? L’Exécutif fit une proposition d’une légalisation sous d’autres noms. Sept contre trois ont adhéré dans l’Exécutif. Mais les trois n’ont pas voulu et ces trois sont partis avec 2 000 membres. Ils font appel à l’Exécutif. Ici, l’Exécutif a décidé d’appuyer les sept. Mais en ce moment nous ne savons pas si la minorité acceptera. Le parti leur a dit de rentrer : on vous rendra vos fonctions. Lors de la scission socialiste, 70 000 membres sont partis, puis 25 000 encore pour former une organisation à New York. C’est avec ces éléments que l’on a constitué le PO qui est l’organisation légale du communisme. Il y a aussi l’Alliance du travail qui y est rentrée. Dans ce PO 25 000 membres tandis que l’ancien PC n’a que 5 000 membres. 1 800 groupes de moins de dix membres sont à l’ancien parti communiste. Huit journaux quotidiens dont pas un n’est anglais. 17 journaux hebdomadaires, organe central Communist en six langues a 50 000 numéros. La machine illégale marche très bien : les 10 000 membres sont astreints tous à des tâches précises actives. Notre situation est bonne. Ils travaillent les paysans et surtout les petits paysans. Le parti illégal doit être gardé : il se fortifiera des recrues du parti qui auront fait leurs preuves. Tant que l’Amérique sera bourgeoise, il n’y aura pas de victoire prolétarienne en Europe.

97Antonovitch. – La Pologne. Après Versailles et Riga, 25 millions d’habitants agricoles. L’industrie polonaise a été détruite pendant l’occupation allemande. L’ancienne Pologne russe sauf l’industrie minière a vu détruire ses usines. Les industries métallurgiques ont été envoyées en Russie et l’Allemagne a ruiné les textiles. Le prolétariat a été dispersé. C’est aujourd’hui une masse inorganique. Depuis 1918 l’industrie polonaise a peu repris. La guerre a été prolongée pendant trois ans. L’industrie de guerre a aggloméré quelques ouvriers. Il y a eu prospérité factice qui vient de la baisse du mark polonais. Le passage de la guerre à la paix, la fin de la prospérité factice, ce sont les deux faits actuels après l’annexion de la Haute-Silésie. Hausse du mark. Conséquence directe, crise industrielle qui a éclaté d’un jour a l’autre. Chômage grandissant, masse de sans travail. Conflit plus aigu entre capitalistes et travailleurs. Pendant la guerre conflit atténué par des moyens artificiels, mais à la paix, changement.

  • 92 Pilsudski, Premier ministre polonais.
  • 93 Président de la République française.

98Dans le domaine politique depuis la fin de la guerre, renforcement de l’influence de la France, c’est-à-dire de la réaction intérieure et extérieure. La clique militariste de Pilsudski92 (Ebert, Millerand93). Pilsudski a voulu un impérialisme propre à la Pologne. Mais lorsque la France le sauva de l’Armée rouge, il dut se rendre aux conditions de la France. C’est la France qui en 1918 a contribué par sa force son ravitaillement, à ce que s’asseoit en Pologne le pouvoir bourgeois. Car en ce moment surgirent spontanément, naquirent les conseils d’ouvriers. À ce moment-là se décida la question des Soviets. Vont-ils courir vers l’Ouest ? Grâce à la France ces conseils d’ouvriers furent liquidés et la domination bourgeoise assise. Dans la grève des cheminots en février 1921 dirigée par le PC contre les syndicats et les partis réformistes où la masse ouvrière a forcé les réformistes à déclarer la grève générale. Alors l’intervention directe de Panafieu obligea Pilsudski à écraser le mouvement à tout prix. Double attitude : répression implacable du mouvement communiste, ménagement à l’égard du mouvement ouvrier professionnel. Le communisme est illégal. Il y a le parti socialiste polonais, celui de Pilsudski. Les autorités le soutiennent, il est réformiste, social-impérialiste, il a soutenu la guerre contre la Russie, il est policier, il nous combat par le moyen de polices politiques. Le parti ouvrier national. Il s’appuie sur les organisations syndicales en Poznanie et à Lodz. Il a le ministère du Travail avec ses appareils.

99Les syndicats attachés à ce parti l’entraînent parfois dans des grèves mais il est réactionnaire. Il y a des organisations juives, quartiers spéciaux dans les quartiers spéciaux des grandes villes, c’est la petite industrie. Très peu d’ouvriers juifs dans l’industrie. Il y a une organisation autonome juive – le Bund ; ils sont devenus illégaux, ils sont dans le Bund pour une grande partie communiste. Le parti communiste est illégal, il n’a pas d’organisation, ni presse. Néanmoins il n’est pas négligeable. Nous vivons dans la mémoire ouvrière. Tous les ouvriers savent ce qu’est le communisme. Nous avons notre appareil, le parti illégal, souterrain, soutenu par mille fils aux organisations ouvrières du pays et culturelles. C’est notre parti politique d’être dans la vie ouvrière. Nous nous légalisons là où nous sommes en grand nombre. Dans les usines, les syndicats où les communistes sont en nombre, les ouvriers savent celui-là est communiste. Dans les syndicats nous menons une lutte acharnée contre le parti socialiste et sa presse. Les communistes sont bien insérés dans les syndicats. Certaines fédérations sont, du haut en bas, sous notre influence. Dans les mines, cheminots, textile, nous ne pouvons pas mettre la main sur l’appareil. Nous avons la masse avec nous mais ces syndicats sont défendus par le PPS. Ils ont décidé de ne pas rendre ces syndicats. Ils feront la scission ou ils nous dénonceront ou utiliseront tout autre moyen. À Lodz, 30 000 ouvriers textiles syndiqués. Cette branche syndicale nous appartient. Alors la police le dissout et donne le local au PPS. On le réforme et nous y rentrons à nouveau. Dans le bassin minier Dombrowa, la bureaucratie syndicale est aux mains du PPS. Mais lors des élections de la Caisse d’assurance sociale, 25 000 votants, 16 000 pour nous et les autres 5 000. Mais la direction du syndicat reste aux autres. Nous les laissons quand du reste les ouvriers reçoivent quelques avantages ministériels. Pas de presse communiste légale. Nous fondons des journaux ouvriers, on nous saisit. Et les rédacteurs et les imprimeurs. Nous avons fait paraître vingt journaux en polonais, en juif, ukrainien, allemand, ils changent de titre, mais ces temps derniers nous renonçons à des tentatives, nous faisons paraître des non-périodiques. Les autorités ne laissent rien paraître. Alors nous faisons paraître des feuilles volantes. Nous tentons de gagner les universités populaires. Nous avons deux députés. Ce n’est pas nous qui les avons élus, nous avions boycotté les élections. Aujourd’hui cependant deux sont venus à nous, un paysan et un PPS. Un seul siège, l’autre est en prison. Nous prenons part aux élections sous le couvert syndical. Nous avons à Posen l’union des syndicats. Sous ce couvert nous avons fait élire cinq conseillers. La répression est continue. Après nos succès aux Caisses d’assurance, on a déposé deux projets de loi d’exception contre les communistes sur le modèle de la loi yougoslave. Ils ne sont pas encore votés mais tenus en réserve. Notre parti est né de la politique russe. Nous avançons en Galicie, Poznanie, arriérée et agricole, extension géographique. Il y a eu scission dans le PPS. Ils sont venus chez nous. Puis les groupes juifs sont coupés en deux, ils viennent chez nous. Extension à la campagne : un nombreux prolétariat agraire où nous avons des attaches : le paysan se radicalise car la réforme agraire ne réussit pas à la Chambre. Partage des terres. Jusqu’ici seuls les paysans riches ont profité des terres domaniales ; les petits paysans réclament la terre. Ce sera un mouvement de grande effervescence. Comment rentrer dans cette classe ? Front unique. Comment engager l’action commune contre le capitalisme. Le PPS et le PON ne peuvent pas défendre même les intérêts présents économiques des ouvriers. Aussitôt que le mouvement dépasse les faits économiques, la force des socialistes est de comprimer le mouvement. C’est une raison de plus pour nous pour jeter le mot d’ordre, et pour aviser le prolétariat qu’il sera trahi par les opportunistes. Blancs-russiens, Ukrainiens, Allemands, Juifs, que faire en face de ces nationalités réunies chez nous ? C’est un grand problème pour nous.

100Kolarov parle pour les Balkans. Ces pays forment une masse de 3 millions d’hommes. On se demande comment vit en ce moment Constantinople de prostitution, d’immoralité. Grèce, Roumanie, Albanie, Bulgarie, Yougoslavie, Constantinople. C’est chez nous que la guerre est née, elle dure encore entre Grecs et Turcs, en Albanie, sur la frontière russe. Il y a encore des territoires contestés : Thrace, Bessarabie, Albanie. Il y a de l’irrédentisme Macédoine, Bessarabie, Dobroudja, Thrace occidentale donnée à la Grèce. Dans les Balkans, grand intérêt capitaliste entrecroisé. Ils ont toujours été un pont pour le capitalisme occidental qui veut pénétrer en Asie mineure. À l’heure actuelle ils rivalisent dans les Balkans. L’influence anglaise sur la Grèce. L’influence française sur la Bulgarie, Yougoslavie, Roumanie. L’influence italienne sur l’Albanie. Les pays des Balkans sont un grand camp de l’armée contre-révolutionnaire, le reste de l’armée de Wrangel. En Yougoslavie 25 000 hommes, en Bulgarie 20 000, en Grèce dans les îles, sur les Dardanelles, Constantinople, Roumanie. Tout cela contre la Russie soviétique. Les Balkans sont donc importants pour le mouvement révolutionnaire international. Grand réservoir de conflits qui préparent une éruption générale. La situation économique. Il y a une question agraire. Ce sont des pays agraires. En Yougoslavie surtout. En Bosnie, Macédoine où il y avait des domaines féodaux. En Roumanie, également, en Grèce, dans d’autres territoires annexés. En Bulgarie la question agraire est moins aiguë. Les gouvernements capitalistes ont essayé de résoudre la question agraire. En Roumanie, une loi : on a voulu créer des paysans moyens, une bourgeoisie paysanne, mais la grande majorité du prolétariat paysan est restée sans terre. La question agraire en Roumanie n’est pas résolue. En Grèce on a fait la même tentative. En Yougoslavie, les paysans, après l’écroulement de l’Autriche, se sont emparés des terres qu’ils labouraient, mais leurs titres de propriété ne sont pas encore légalisés. Le gouvernement s’en sert pour les influencer. Le gouvernement yougoslave permet aux grands propriétaires les indemnités. En Bulgarie loi agraire pour exproprier la bourgeoisie citadine qui n’habite pas les villages. Cette loi n’est pas appliquée. Si elle l’est ce sera au profit de la bourgeoisie paysanne.

101L’industrie dans les Balkans est peu développée. En Roumanie le pétrole, en Bulgarie très peu d’industrie. Après la guerre l’industrie a passé une période de dépression qui continue (chômage). Mais le prolétariat n’en souffre pas, car les ouvriers retournent à la campagne passer les moments difficiles. L’industrie du bois était essentielle dans l’ancienne Autriche. Elle est paralysée.

102L’industrie du pétrole a une certaine extension en Roumanie, mais elle fléchit. En Bulgarie, l’industrie végète, 25 % de la production d’avant-guerre. Les transports sont dans un état lamentable, désorganisés, détruits, on manque de moteurs, de matériel roulant. Le grand chemin, le Danube, qui unit l’Orient à l’Occident, actuellement n’existe pas. Le capital a pris la flotte danubienne et il ne peut pas faire concurrence à la marine anglaise. Il n’y a pas depuis trois ans de navigation régulière sur le Danube. Le bilan commercial des Balkans est déficitaire. L’importation dépasse trois fois l’exportation. Chute des valeurs. Un franc français contre 12 levas bulgares, 5 dinars serbes, 11 leis roumains, 2 drachmes grecs. La monnaie grecque tient.

103Pendant la guerre, les richesses importées se sont concentrées entre les mains de banques. Les pays balkaniques sont gouvernés par le capital bancaire, avec surtout les banques de l’Europe occidentale et de l’Amérique.

104En Yougoslavie, deux tendances : le centralisme c’est la bourgeoisie serbe tenu par les cercles monarchistes et militaires, la bourgeoisie décentralisatrice a encore des relations avec l’Allemagne. Le gouvernement traite les provinces annexées comme des pays conquis : infériorité économique, impôts plus lourds. Croates et Slovènes paient quatre fois plus d’impôts que l’ancienne Serbie. Ils sont pires que du temps de l’Autriche. Pour appliquer cette politique il faut recourir à un régime exceptionnel. En Macédoine, état de siège. On fusille sans jugement, on brûle les villages, mais c’est contre les communistes que le gouvernement yougoslave s’est distingué. Le communisme est hors-la-loi. C’est un délit d’État puni de quinze et vingt ans de prison, et parfois la mort.

105En Roumanie à peu près même situation politique. En Bessarabie terreur, en Dobroudja, dans le Sud, régime exceptionnel de terreur. Le gouvernement roumain a entrepris une campagne seul contre les communistes. Mais les boyards n’ont pas légalisé leur acte de barbarie. Ils fusillent les communistes sans loi. On remarque ces derniers temps, en Roumanie comme en Yougoslavie, un certain relâchement de la terreur blanche. Deux procès sont jugés à Bucarest et Belgrade contre les communistes. On est sûr que l’issue de ces deux procès sera une gifle pour la bourgeoisie.

106En Grèce deux partis, Venizelos, serviteur de l’impérialisme anglais. Constantin a gagné les masses au nom de la paix. Mais au pouvoir il a continué la guerre. Il s’est compromis, il a ainsi donné au PC plus jeune la possibilité d’augmenter sa propagande. En ce moment critique où les masses prolétariennes grecques se soulèvent, le roi Constantin suit l’exemple de la terreur. Le PC grec a été déclaré hors-la-loi. En Bulgarie, les anciens partis bourgeois ont fait banqueroute. Leur politique de guerre a jeté le pays dans l’abîme. Après la guerre ils avaient perdu l’appui populaire. Ils ont cherché l’appui des socialistes larges et celui des agrariens. Après six mois de gouvernement les socialistes larges ont perdu tout crédit. Ils ont tiré sur les ouvriers manifestants. Actuellement ce parti est réduit à néant. Il n’y a plus qu’un petit groupe d’intellectuels petits-bourgeois. Le parti agrarien, bourgeoisie paysanne, mais deux ans de domination l’ont démasqué. Ce parti est un parti qui est au pouvoir, il vit ses derniers jours. Le PC peut prendre le pouvoir si la situation internationale était plus favorable pour un petit pays comme la Bulgarie. Mais dans la situation actuelle la bourgeoisie sent que son rôle n’est pas fini. Elle se réorganise, elle croit reconquérir le pouvoir. Là, une contre-offensive bourgeoise est en cours. La classe ouvrière bulgare bien disciplinée est réduite à la défense.

107Le mouvement ouvrier dans les Balkans. En Grèce un petit parti, 1 600 membres. Une confédération du travail sous influence du PC – 60 000 ouvriers. Un quotidien : le Radical – 6 000 exemplaires – plus deux ou trois hebdomadaires. Il y a des socialistes réformistes de la IIe 1/2 Internationale. Ils n’ont pas d’influence sur les masses. C’est le PC qui seul a action sur les masses – 800 membres. En Yougoslavie jusqu’à la terreur, nous avions un grand parti. Il s’est réorganisé lorsqu’il a été mis hors-la-loi. Même les syndicats – 250 000 membres – qui étaient en liaison avec le parti ont été dissous. Les réformistes ont profité de ce fait pour s’emparer des imprimeries et journaux, mais ils n’ont pas su conquérir les masses. Elles sont restées fidèles au communisme. En octobre le gouvernement a déclaré qu’il laisserait vivre les syndicats sous des conditions spéciales. Les communistes en ont profité. Fin octobre, la IIe et la IIe 1/2 ont formé un seul parti, mais l’union de ces deux partis n’a pas fait leur force. Après leur union ils ont encore perdu. Avant l’unification les centristes avaient un quotidien. En ce moment il ne paraît qu’une fois par semaine, [ill.] numéros pour toute la Yougoslavie. Les communistes ont des feuilles volantes. On pense qu’après le fiasco du gouvernement le communisme se développera.

108Roumanie. Il y avait un parti communiste lors du congrès. Les ouvriers qui avaient voté pour Moscou ont été emprisonnés. La CGT a été dissoute. Tous les militants communistes étaient incarcérés. Ce régime a duré six mois. Il s’est épuisé. En octobre, on a permis la reconstitution des organisations professionnelles. La première conférence syndicale s’est tenue en septembre. Les centristes ont pris le dessus. Les communistes ont boycotté la conférence syndicale légale. C’est une faute. Ils ont corrigé la faute mais leur propagande antisyndicale leur avait fait peur. Mais il y a de bons aspects. Pour les communistes après le changement ministériel depuis un mois, les communistes se sont reconstitués, ont repris leur activité. « Socialisme » est devenu quotidien, il y a un mois à Bucarest. Grand meeting public. Dans les centres industriels les ouvriers ont déclaré leur attachement au communisme. Pour le moment, grande anarchie dans le parti communiste mais après une période courte le parti communiste roumain sera reconstitué.

109Bulgarie. Parti communiste très ancien. Depuis vingt ans ils soutiennent le même programme. Grâce à sa netteté il a unifié tous les mouvements révolutionnaires dans le pays. On dit qu’il y a des KAP bulgares. Ce sont quelques intellectuels. Nous avons avec nous les syndicats, les coopératives, nous en avons une de 60 000 membres. Le parti a 40 000 membres. Jeunesse communiste, ARAC, organisation des femmes. Le journal central, 28 000 exemplaires, c’est le plus répandu de tous les journaux bulgares. Journal paysan, 16 000 exemplaires, journal turc, arménien, juif, féminin, arabe, plus de 100 000 lecteurs de la presse communiste. En outre une presse de province. Une revue scientifique depuis vingt-trois ans, 6 000 exemplaires, un journal satirique 8 000 exemplaires. 50 députés sur 228. 200 élus des réformistes. Ils font de la propagande. Ils sont disciplinés. Pas de désertion. Nous avons des communistes dans tous les conseils ruraux municipaux. Il y a des communes rouges dans toutes les grandes villes, sauf la capitale. Les conseillers défendent les intérêts ouvriers sans tenir compte de la légalité. Le pouvoir central ne confirme jamais nos budgets municipaux rouges : mais le conseil faisait appel aux masses. Le gouvernement a dissous les municipalités rouges. Nous, nous avons perdu nos municipalités parce que la bourgeoisie fait bloc et parce que le gouvernement a eu recours à toute sorte de machinations. Il a donné le droit de vote aux contre-révolutionnaires russes. Les socialistes larges se sont élevés contre l’envoi d’argent et denrées en Russie affamée. Ils ont fait une campagne indigne.

Jeudi 23 février 1922

110Quatrième anniversaire de l’Armée rouge. À midi parade sur la place Rouge, défilé avec Trotsky sur le front des troupes. L’armée est toute jeune, pleine d’enthousiasme, bien vêtue, communiste, il fait un froid intense, un beau soleil. 4 h réunion de la commission qui va examiner la question française. À 7 h réunion au Grand Théâtre, Plénum du Soviet de Moscou.

111Séance de la commission française à 4 h.

112Zinoviev. – Le Présidium a entendu un rapport de KER et de Treint sur la situation du parti. Il en fait un sur le même sujet. Quelle est notre attitude sur l’agitation contre l’IC par Fabre et Méric. Une même campagne a été menée par Serrati et Levi. Quelle est votre attitude à l’égard d’une nouvelle fraction qui se forme dans le parti ? Nous l’avons condamnée et nous vous demandons quelle est l’attitude en face de ce groupe. Comment le parti entend-il expliquer les décisions de l’Exécutif sur la presse ? Le contrôle n’est pas contre le Bulletin communiste mais contre le Journal du Peuple, pas de sanction.

113L’attitude du parti vis-à-vis des syndicats. La rupture est faite entre le parti et la CGT unitaire puisque ce sont les anarchistes qui mènent la lutte contre les communistes et la Révolution russe. Vous restez sans réponse contre eux. Nous regrettons que Frossard ne soit pas venu mais la délégation est assez représentative. Nous avons laissé le parti en paix en 1921 mais cela ne veut pas dire que nous nous désintéressons du parti français. Nous avons l’air de tenir le parti français pour une exception, mais nous voulons prendre parti dans les affaires du parti français.

  • 94 Daniel Renoult (1880-1958), correcteur d’imprimerie et journaliste, socialiste dès 1906, journalist (...)
  • 95 Texte de la motion, Bulletin communiste, n° 16-17, 22 avril 1922, p. 305- 307.

114Daniel Renoult94 lit notre motion95.

  • 96 Georges Pioch (1873-1953), journaliste et homme de lettres. Militant anarchiste, socialiste puis co (...)
  • 97 Edmond Soutif, socialiste dès 1909, employé à la Ville de Paris. Adhère au PC et devient responsabl (...)
  • 98 Raoul Verfeuil (1887-1927), employé des PTT puis journaliste ; militant socialiste, communiste et s (...)
  • 99 « Nous répondîmes, Sellier, Métayer, D. Renoult et moi, en mettant au point la véritable influence (...)

115Souvarine. – On a essayé de me déshonorer, de montrer mon ingratitude. Le Journal du Peuple a plus d’importance que l’Humanité lorsqu’il traite de questions, l’Humanité se tait. C’est le Journal du Peuple qui a été triomphateur du Congrès de Marseille. Pioch96, Soutif97, Méric, Verfeuil98 sont contre l’IC. Nous sommes exclus du comité directeur. Nous ne pouvons plus écrire. C’est la situation du parti avant Tours. Le parti est redevenu social-démocrate. Je réponds99.

116Waletski. – Il y a un front organisé contre la gauche du parti en France. Si cela continue, il y aura une fraction de gauche constituée dans le parti.

  • 100 Henri Fabre (1876-1969) t. II, p. 288. Journaliste socialiste, fondateur du Journal du Peuple qui, (...)
  • 101 Pierre Brizon (1878-1923) t. II, p. 288. Professeur, député socialiste, adversaire de la politique (...)

117Trotsky. – Il faut frapper Fabre100 et Brizon101. Il faut réaliser les décisions de l’IC. Il faut empêcher la propagande pacifiste tolstoïenne. La Révolution russe n’est pour rien dans la thèse du Front unique. Si nous modifions notre attitude, il faudrait nous pendre. Les quatre démissionnaires ont commis une faute grave.

118Treint. – Le Journal du Peuple est le journal de la Fédération de la Seine. Cependant ceux qui ont le droit de parler dans le parti c’est nous. Ceux qui ont le droit de se taire, ce sont les gens de l’opposition de droite et leurs complaisants. Depuis Marseille le parti a montré sa vraie figure. On nous retire notre tribune, le Bulletin communiste. L’article de Cachin a créé le délit de tendance. Le parti n’a jamais dirigé les masses. On décide de remettre la séance à samedi.

  • 102 Louis Sellier (1885-1978), conseiller municipal socialiste de Paris en 1914. Membre du premier Comi (...)

119La réunion du Grand Théâtre a été magnifique au Soviet de Moscou. Trotsky, Clara Zetkin, Marcel Cachin sur la scène. Il faisait un froid noir. Décidément ce climat est bien dur. Souvarine convoque Louis Sellier102 et l’entretient pendant trois heures. Roberto nous dit que les dangers sont les mêmes pour eux en Italie qu’en France si on applique le Front unique. Est-ce que les Russes en ont besoin pour leur tactique générale ? Si oui nous nous inclinons. Sinon, nous résistons avec les Français. La lettre de Waletski à Zinoviev est celle d’un fonctionnaire. C’est de l’habileté subalterne, méfions-nous de cette diplomatie.

Vendredi 24 février 1922

12075 délégués assistent à la conférence.

121Hier, après la réunion du Grand Théâtre, les Soviets ont chanté les quatre strophes de l’Internationale avec un ensemble parfait et une attitude vraiment religieuse. On se serait cru dans un temple. C’est que vraiment pour eux l’Internationale est une religion. 75 délégués assistent à la conférence. Après la réunion, représentation de la ville assiégée. C’est l’historique du siège de Tsaritsyne par l’Armée blanche. Mélange de scènes dramatiques et de vues cinématographiques. Théâtre neuf et original. Théâtre de propagande où sont signalées les trahisons des mencheviks, des socialistes révolutionnaires et leur entente avec les Blancs. On nous cite un régiment qui a adopté plusieurs enfants des régions affamées. Les enfants sont les fils du régiment. Les soldats prélèvent sur leur ration de quoi les nourrir et les vêtir. Ils leur ont installé des lits et des armoires dans la caserne. Ils les traitent comme des parents traiteraient leurs enfants. Chaque usine adopte un régiment. Les ouvrières vont mettre de l’ordre dans la caserne. Les ouvriers prélèvent sur leur salaire de quoi améliorer l’ordinaire. Jadis c’étaient les rois qui protégeaient les ouvriers, une fois par an ils leur donnaient de l’alcool. Aujourd’hui, c’est la classe ouvrière qui remplace le roi. La classe ouvrière a compris. La caserne fait des hommes complets. 44 % sont des paysans, c’est la meilleure école du communisme pour les paysans.

122En trois mois, tous les soldats savent écrire. Quand les paysans-soldats rentrent chez eux, ils y font du communisme. Les mencheviks disaient : il faut retourner au commerce aujourd’hui on y est revenu. Les mencheviks sont contre. Autrefois le syndicat était institution d’État.

123Les mencheviks disaient : il faut rendre aux syndicats leur liberté. On l’a fait aujourd’hui, les mencheviks sont contre. Toutes ces manœuvres les ouvriers les comprennent. Le Soviet de Moscou, un menchevik et un socialiste révolutionnaire, 20 % sans parti. Les bolcheviks ont eu l’idée géniale d’organiser les sans-parti. Comme propagandistes et organisateurs ils sont incomparables. Il est faux que le bolchevisme s’impose à la masse par la contrainte administrative. Dans le parti communiste c’est la discipline la plus sévère : mais on laisse la masse agir ; elle va faire des bêtises ; lorsqu’ils ont fait des sottises, les bolcheviks disent vous vous êtes trompés.

124On reçoit ici Le Populaire du début février contenant l’article de Blum contre les interviews de Radek. Trotsky répond : c’est notre devoir de profiter des antagonismes entre les impérialistes et nous n’y manquerons pas.

125Le discours de Zinoviev sur le rapport de l’Exécutif. On ne parlera plus du Front unique si ce n’est brièvement. Activités de l’Exécutif depuis le IIIe Congrès : pas une seule séance en six mois. Le Présidium ayant deux fois plus de séances que l’Exécutif. Tout le travail n’est pas fait par le Présidium, comme on l’a dit. On s’est plaint que le Présidium faisait tout. L’Exécutif a 38 membres, mais nous l’interrogeons. Le Présidium a un représentant allemand, français, hongrois, et d’autres camarades de passage qui sont dans le pays. Nous avons reçu 900 lettres des sections et expédié 1 085. Nous avons créé la correspondance internationale à Berlin. Elle fut d’abord faible, elle s’améliore. Nous avons créé une commission de contrôle international. Nous avons eu une conférence sur les réparations à Berlin, nous avons eu une conférence à Vienne. L’Exécutif a envoyé des représentants dans tous les congrès, il a créé une section pour l’Orient, une pour l’Extrême-Orient, l’Amérique du Sud. Les PC du Canada et d’Irlande sont venus. Les communistes irlandais sont faibles. Ils grandiront. En Tchécoslovaquie la fusion s’est faite entre nationalités. En Espagne fusion comme en Belgique, en Autriche et Afrique du Sud. Une section coopérative, une organisation sportive internationale. Dans plusieurs pays il y a tendance contre l’Internationale rouge. Nous réagissons. Le Profintern doit être plus une tendance dans le mouvement international syndical. Ce doit être un travail plus de propagande que d’organisation. Amsterdam, a été plus fort que nous le pensions, tout comme la bourgeoisie. Il faut préciser le Profintern non le liquider. Le Comité exécutif de la Jeunesse doit être non à Berlin mais à Moscou. On a dit que c’était mauvais d’avoir fait le transfert. Non, la jeunesse a bien travaillé à Moscou.

126Allemagne. Nous avons une liaison intime avec l’Allemagne. L’Allemagne envoie pour un temps réduit les membres influents du parti pour quelques semaines. Cela vaut mieux que vingt rapports. C’est une bonne méthode. Il faut l’imiter. Cette liaison personnelle a permis des décisions importantes. Il y a une difficulté dans l’application des décisions du IIIe Congrès, nous l’avons déjà résolue. Nous avons détaché de l’IC deux organisations : Levi et le KAPD. Nous savions que nous perdions les anarcho-syndicalistes à cause de la lenteur du mouvement révolutionnaire. Ces impatients étaient venus parce que l’action était, croyaient-ils, prochaine. Des groupes d’ouvriers et de syndicalistes qui nous suivent d’abord ont compris les difficultés de la Révolution russe. Il en est resté parmi nous. D’autres sont partis. En Allemagne et en France, les anarchistes mènent contre la Révolution russe une campagne d’ordre bourgeois. Certains intellectuels après la Révolution sont venus à nous puis comme la Révolution russe n’est pas venue tout de suite, ils s’en retournent vers la bourgeoisie. Les révélations de Levi et du Vorwärts ont troublé les autres sections comme celle de Suède. En réalité le scandale contre nous est permanent.

127Italie. Nous avons reçu Lazzari et ses amis. On nous a accusés de les avoir reçus. Nous avons envoyé des représentants au congrès socialiste italien. Il n’est pas mauvais qu’il y ait une fraction dans le parti socialiste italien qui soit avec nous pour chercher, quand le parti sera décomposé, à entraîner vers nous les ouvriers italiens. Lazzari a vu trois camarades, et les trois camarades ne nous ont pas combattus. Nous avons été battus au congrès socialiste italien, mais il fallait tout faire pour obliger les ouvriers italiens à abandonner Serrati. Serrati n’a pas encore osé prendre position contre la IIIe Internationale. Dans le numéro de janvier du Comunismo Serrati déclare encore qu’il est l’organe de la IIIe Internationale. Dans l’Avanti, un socialiste italien dit, notre cause est avec vous mais vous nous fermez la porte ; nous attendons que vous nous l’ouvriez. Serrati a réussi a faire une majorité contre nous mais il n’a pas le sommeil tranquille. Il y a dans le parti socialiste italien trois tendances. Les maîtres du parti sont à droite, ils viennent de faire voter par la CGT et des sections importantes pour la collaboration ministérielle. Les réformistes se sont servis de Serrati, le citron Serrati est bientôt sec. Le PSI s’affaiblit, se désagrège. Le communisme grandit : il y aura des temps difficiles, des centaines d’années sont en prison. Il sera peut-être un jour illégal. Il sort de son état sectaire ; il se rapproche des masses. Ce sont les événements qui ont décomposé le socialisme italien. Nous avons créé une aile gauche pour y faire venir les ouvriers. En France nous avons la masse des ouvriers, mais nous avons là des difficultés aussi. Nous pensons que nous avons eu raison de faire notre politique en France, l’avenir nous dira si notre attitude en France ou en Italie est la meilleure.

  • 103 Il s’agit de la lettre du 19 décembre 1921. Elle est publiée à l’automne 1922 dans le recueil : L’I (...)

128France. Pendant le IIIe Congrès, l’attitude de la délégation française n’était pas claire mais tendue. Nous savons l’importance de la classe ouvrière française mais nous voulons avoir les meilleures relations avec notre section. Ce n’est pas d’un jour à l’autre qu’un grand parti peut devenir communiste. Il y a une période d’éducation. Notre politique doit tendre à permettre cette formation du parti. Nous avons discuté de questions élémentaires déjà résolues ailleurs, comme des rédacteurs communistes dans la presse bourgeoise ou indépendante. Nous avons cherché à rendre nos résolutions assez calmes, nous n’avons pas publié notre grande lettre au parti français103. Malheureusement malgré une réserve, bien que nous ayons ménagé dans la forme, on n’a pas réalisé ces résolutions. Le Journal du Peuple continue et mène la campagne contre l’Internationale communiste comme Serrati et Levi. Nous réclamons que ces résolutions soient appliquées.

  • 104 Mandat. Le camarade Jules Humbert-Droz est envoyé en France par le Comité exécutif de l’Internation (...)

129Dès que Frossard a écrit qu’il y avait crise en France, nous avons envoyé Humbert-Droz104, mais on n’a rien accompli. Bestel est venu. On a à Marseille accepté nos thèses. Mais l’application des thèses continue à manquer. On se heurte aux vieilles traditions du parti qui avait une politique écrite et non appliquée.

130Lafont. – L’avant-garde où est-elle ?

131Le rapport du congrès parlait notamment de l’Humanité mais le parti a plus à faire qu’à faire un journal. Il faut que le parti ait une action politique plus importante dans la classe ouvrière. En France la crise est grave, en Allemagne elle est finie. La tendance qui désire ne pas voir l’intervention de l’Exécutif dans le communisme français, je l’espère, n’est pas grave. Mais il faut y mettre un terme. La politique de Paris est importante et il faut faire bien attention.

132Tchécoslovaquie. Nous ne travaillons pas assez dans le mouvement syndical. Nous avons été battus à la CGT bien que nous soyons majoritaires.

133Angleterre. L’affiliation c’est une question purement anglaise. Le Labour Party est peu centralisé. C’est une espèce spéciale. Il y a des conditions. Nous avons envoyé un télégramme à nos camarades : soutenez les gens du Labour Party. Ce n’est pas une tactique à recommander en France et en Allemagne.

134Amérique. L’organisation légale du parti communiste peut-elle être créée pour y faire une agitation communiste ?

135Finlande. Nous ne pouvons avoir une activité légale, alors nous devons nous créer un parti légal qui ne se dise pas nettement communiste mais parti du travail. Il faut que ce parti soit sous le contrôle du parti communiste. Impossible de parler des 42 sections.

  • 105 Ce Congrès des peuples de l’Extrême-Orient s’est tenu les 8-9 février à Moscou. Cf. CI, n° 13, 18 f (...)

136Extrême-Orient. Un grand mouvement national des peuples opprimés contre l’impérialisme. Plus les concessions anglaises grandissent partout, plus l’insurrection grandit. Nous avons eu une conférence des paysans de Chine et Corée, et ouvriers japonais105. Il y a un grand mouvement au Japon. Luxueuse édition, la cinquième de Marx, alors qu’on en est a la première en France et en Allemagne à la troisième. Lénine et Trotsky y sont tous associés. Les mouvements syndicalistes vont se lier avec le parti communiste japonais. Un demi million de syndiqués et de plus un grand mouvement embryonnaire.

137En Orient des centaines de milliers de paysans et d’ouvriers sont exploités directement par l’impérialisme européen qui peut grâce à cela corrompre. Il y a des concessions que la République soviétique doit faire. On nous dit que la Révolution est en recul. Bestel a dit : la Révolution russe est dans une situation critique, il faut l’aider par le Front unique. Cela est faux. Après l’offensive du capital, voici un réveil ouvrier. Les sections de l’IC ne deviendront communistes que par la politique de la classe ouvrière. Il y a à créer une tactique nouvelle. En Russie notre classe ouvrière vient de la paysannerie. Ailleurs, ils viennent des vieux partis, d’où les différences. Nous pensons qu’il y a deux ans on aurait pu vaincre la bourgeoisie. Mais les sociaux-démocrates n’ont pas marché. Nous avons maintenant un point d’appui pour toutes les sections communistes, c’est la Révolution russe. Elle a ses difficultés. Elle est une forteresse. De plus la bourgeoisie est perdue. Elle ne peut plus reconstituer la vie économique, il n’y a qu’à éduquer la classe ouvrière. Devant cette situation il faut aller aux masses et les entraîner. La parole de l’unité de front est la traduction arithmétique de cette formule. Nous nous sentons forts.

138Radek, rapporte sur les démarches avec Adler. – À l’Exécutif nous avons, en décembre, discuté la question de la conférence internationale avec les autres organisations internationales. Quand nous avons voté les thèses, lorsque la question est arrivée, le Présidium l’a considérée comme très importante. Il a pensé qu’au moment de Gênes qu’il serait intéressant et utile d’avoir une conférence. L’Exécutif était souverain d’après les statuts. Comme nous savons qu’il y avait des oppositions, le Présidium a décidé d’envoyer la question à l’Exécutif élargi. Le Présidium m’a demandé de sonder de manière personnelle et non officielle les gens de l’Internationale IIe 1/2 pour la convocation.

  • 106 Georg Ledebour (1850-1947), journaliste et député social-démocrate, dirigeant de l’USPD et un des l (...)
  • 107 Il s’agit de la conférence suscitée par la SFIO, début février, avec le soutien de l’Internationale (...)
  • 108 Ludovico D’Aragona (1876-1965), t. II, p. 475.

139Lorsque Radek est arrivé à Berlin, l’Internationale IIe 1/2 avait pris une initiative. Alors il s’agissait de savoir comment ils comprennent la chose. Radek a vu Ledebour106 puis Adler. Il a dit : nous ne pouvons pas vous répondre avant que l’Exécutif élargi ait pris position, mais j’ai ajouté que le Présidium a décidé de prendre part à cette conférence. Il dit aussi qu’il y a des oppositions dans certaines sections. Adler et Ledebour ont déclaré, qu’en prenant l’initiative de cette convocation, l’Internationale IIe 1/2 avait pensé faire une démonstration sur les réparations et sur la reconnaissance de la Révolution russe, chômage, huit heures et question ouvrière. Ne pas toucher les questions qui séparent les trois Internationales. Quelle est la position d’Amsterdam, demande Radek ? Ils répondirent : Amsterdam se refuse à siéger avec l’Internationale Syndicale Rouge. Radek dit que cette décision était grave, qu’elle aurait de l’importance sur notre décision. Au point de vue technique, quelles sont les prévisions ? Ils ont répondu : il faut les trois Exécutifs pour se mettre d’accord sur un minimum de thèses pour préparer le congrès. Ni l’Allemagne ni la Russie ne sont indiquées comme siège pour cette conférence, ni Paris n’est possible, Londres est trop loin. On propose Milan. Radek n’a rien engagé. La session de la SPD a déclaré : impossible de siéger avec les communistes. Le Labour Party a déclaré qu’il était d’accord. Si la IIe Internationale décide de prendre part, la social-démocratie allemande déclare qu’elle sera disciplinée. Radek a posé la question de la conférence des cinq pays à Paris107. Il a dit : c’est une conférence contre la IIIe Internationale. On lui a dit non puisque la IIe 1/2 avait décidé d’inviter des membres des trois Exécutifs à cette conférence occidentale de Francfort. Adler était très mécontent contre le parti français qui avait refusé de venir à la Conférence de Paris. Viendront-ils à cette autre conférence dont vous parlez ? Radek répond : l’Exécutif décidera, mais sans doute on ne peut obliger le parti français, mais quand l’Exécutif prend une décision, il pense que toutes les sections s’y soumettront. D’Aragona108 a fait la proposition qu’Amsterdam prenne part à la conférence de Gênes. Radek demande : comment réalisez-vous les résolutions qui sont votées à la conférence ? Que pensez-vous d’une grève démonstrative ? Les deux Internationales ont dit : je n’ai pas de mandat, mais pour les deux cette idée est sympathique mais nous ne pouvons pas répondre.

140Kollontaï. – Rapport sur l’action féminine. Depuis le IIIe Congrès, on travaille, il y a des sections de créées. On a des sections en Norvège, Suède, Allemagne, Danemark, France, Autriche, Hongrie, Tchécoslovaquie, Bulgarie, Italie, Finlande, Suisse, Corée, Japon, Chine, Mongolie, Amérique, Espagne, Pologne, Turquie. Ce travail chez les femmes socialistes va bien en Allemagne, en Suède et en France.

  • 109 Ketty Guttmann, « Une conférence internationale de militantes », Cl, n° 11, 11 février 1922.

141Il y a eu une conférence internationale à Berlin le 25 janvier et 18 sections représentées109. À Tiflis, réunion des femmes des Républiques soviétiques. Une conférence pendant la conférence des nations orientales. Les Finlandaises qui sont organisées légalement vont adhérer à la IIIe Internationale. Notre travail commence en Orient. Presque tous les partis ont créé un journal pour les ouvrières, ou donné des pages. Nous allons travailler pour l’aide contre la famine en Russie. Le 8 mars c’est le jour international de la Femme. Le parti communiste organise et prend sous sa protection chaque travailleuse, aide économique à la Russie, nous voulons travailler dans les colonies.

  • 110 Thèse sur « L’impérialisme, la lutte du prolétariat contre la guerre et les menaces de guerre », pa (...)

142Zinoviev. – Nous avons fait une unique campagne pour les affamés. Grand succès. Notre semaine de propagande a été ratée. Nous avons donné des thèses sur Washington110.

Séance 7 h.

143Le Front unique. Zinoviev vient rapporter au nom de l’Exécutif. Le Front unique n’a rien de commun avec la nouvelle politique. Il est sur que le Front unique est en rapport avec la Révolution russe.

144La première révolution ouvrière joue dans l’Internationale un rôle important. Quand nous pensons que le pays représentant 1/6e du monde est révolutionnaire, pas un pays ne peut échapper à l’influence de la Russie. Si l’Armée rouge avait pris Varsovie, la politique de la IIIe Internationale au IIIe Congrès eut été différente. Notre victoire aurait signifié un grand pas vers la Révolution. Ce moment-là n’a pas apporté une victoire ; la Révolution russe a dû faire des concessions aux pays capitalistes. Cela retarde la révolution internationale mais nous avons aussi la défaite du prolétariat allemand, la défaite de même en France, en Italie, en Angleterre. Tout cela a une répercussion sur la politique de la Révolution russe. Si nous avons modifié notre allure c’est dû à la situation des autres pays comme de la Russie.

145Dans ce sens historique, le Front unique est en liaison avec la Révolution russe et sa politique. Mais il ne s’agit pas ici d’un intérêt égoïste, étroit, qui emploierait une action diplomatique. Il n’y a pas de satisfaction égoïste nationale pour la Russie. Le Front unique est influencé par la situation en Russie, mais aussi en France, en Angleterre, en Allemagne. Celui qui pense que les Russes essaient de sauver la Révolution russe par la tactique nouvelle est sur le terrain de la IIe Internationale. Bien avant que nous ayons été sur votre terrain actuel, nous avons proposé le Front unique. Lénine l’a proposé dans une brochure La maladie infantile du communisme au IIe Congrès. Or ce n’était pas en faveur de la Russie. Zinoviev cite Lénine, il faut soutenir les opportunistes comme la corde soutient le pendu. On ne peut pas appliquer cette tactique partout mais le fond dans la tactique c’est de démasquer les chefs pour entraîner les masses derrière le front commun. Nous avons affaire à des adversaires qui ont accès près des ouvriers qu’ils trompent. Toute la tactique est de les démasquer, les ruiner politiquement. Il serait peut-être meilleur de ne pas le dire, mais publions ouvertement : si nous nous approchons des chefs ce n’est pas pour nous réconcilier mais pour les combattre et pour les abattre. Nous avons toujours mis l’intérêt du prolétariat au-dessus de la Révolution russe. Pourquoi l’unité de front en ce moment ? En 1919, nous avons cru que dans un avenir très rapproché nous serions vainqueurs. Les facteurs objectifs étaient mûrs : il manquait une organisation révolutionnaire du prolétariat. La social-démocratie a montré qu’elle était contre le prolétariat. Nous avons bataillé un an en pensant que la bataille serait vite gagnée, mais la social-démocratie trahit. Alors on a créé les partis communistes pour avoir dans chaque pays un organisme capable d’entraîner les masses. De plus la masse cherchait à être tranquille, à manger son morceau de pain, elle n’était pas prête à monter sur les barricades. À ce moment de dépression elle était dégoûtée de toute lutte, lassée de la guerre civile. Nous n’avions pas prévu cette tendance des masses. Cette masse a donné une base au réformisme. Non au réformisme de Bernstein. Ce moment, la bourgeoisie l’utilise pour calmer la classe ouvrière en lui donnant les huit heures et la tranquillité avec la complicité des sociaux-démocrates.

146La classe ouvrière s’est assoupie mais le capitalisme a repris l’offensive. Il recommence à contester ses gains à la classe ouvrière. Il utilise cet assoupissement des ouvriers pour lutter. Du coup une mentalité nouvelle naît dans le mouvement ouvrier. Les ouvriers sentent que la paix s’en va et le pain. D’où un réveil.

147Elle note que sa faiblesse vient des divisions. Elle veut s’unir dans la lutte de classes. Elle sent : si je veux vaincre, il faut l’unité. L’Internationale communiste ne peut pas ne pas tenir compte de ce fait sans devenir une secte. Le IIIe Congrès l’a senti. Aujourd’hui nous l’exprimons clairement. Nous faisons un pas de plus que le IIIe Congrès. Il y a une tendance dans la masse qui veut l’unité complète. Nous disons non. Pas un seul parti. Impossible. Il y a unité de masse mais le parti doit rester clair. Il ne faut pas mélanger les idées et les principes. Là, nettement, devant ce courant, nous devons dire : pas d’unité d’organisation. Mais un autre côté de la question, c’est le besoin d’unité pour la lutte des classes. Ce serait trahir la classe ouvrière que de ne pas faire l’unité de classe contre le capitalisme Il faut faire cette concession au prolétariat parce que c’est un [ill.] de classe. Il faut profiter pour entrer dans la masse. En 1919, nous n’avions pas de mouvement de masse, pas de parti. En 1920-1921, les PC ont été faits : maintenant il faut unir ces deux facteurs. D’où l’unité de front avec tous les ouvriers d’où qu’ils viennent. On dit même avec les chrétiens jaunes ? S’il s’agit d’entraîner les ouvriers chrétiens c’est une victoire. La bourgeoisie divise par l’Église, par la social-démocratie. Si nous réussissons à entraîner les ouvriers chrétiens dans un front commun c’est une grande victoire. En Allemagne, lors de la grève, les cheminots, ne voulaient pas donner un caractère politique à leur grève. Cependant ils n’ont pas fait une grève politique. Si les chrétiens viennent avec nous, l’important c’est qu’ils entrent en lutte. Il est nécessaire et bon qu’on en discute. Il y a danger de nouvelles guerres.

148Par 1914 il sait que plus il y a de conférences de paix, plus la guerre est proche. Nous ne voulons plus de Bâle, pas d’antichambre dans les ministères. Nous voulons dire à Amsterdam : puisque vous n’avez pas soutenu les mineurs anglais et les cheminots allemands, vous n’avez pas voulu aider la lutte journalière, oserez-vous faire la grève générale que vous affirmez ? Nous avons déjà gagné en partie la partie. Nous ne désirons pas l’unité de front avec les chefs mais on ne nous traite plus de scissionnistes professionnels.

149Nous avons fait des scissions, cela a fait une réaction contre nous. Nous l’avons fait cependant car il fallait faire des partis. Cela fait, il faut montrer que nous ne sommes pas des diviseurs mais que nous voulons l’unité ouvrière. Cette volonté d’unité du prolétariat est une force révolutionnaire de premier ordre. Il faut saisir ce mouvement pour montrer que nous ne voulons pas diviser le prolétariat. Nous sommes devant une nouvelle vague révolutionnaire. On a dit : c’est une parole de désespoir. Ça ne va pas. La Révolution russe est désespérée. Alors, il faut se recoller aux autres. Non ! ce n’est pas du tout cela. Une vague est là, un réveil. Alors notre tactique est non de désespoir mais non de lutte. Il y aurait à parler de ce que les partis ont fait dans cette question.

Les oppositions au Front unique

150Nous savons qu’il y a des dangers. Toute tactique a des dangers. Le parlementarisme nous ne l’abandonnerons pas cependant. Les grands partis forts, solides, éprouvés, seuls peuvent y aller sans crainte. C’est possible qu’ils se fassent mal mais il faut se jeter à l’eau. Il faut prouver qu’il n’y a pas réveil, tendance à l’union.

151Les Français. C’est agréable pour nous de voir que les Français, qui ne sont pas les plus à gauche de l’Internationale, s’opposent à nous par opposition à l’opportunisme. Mais les arguments employés sont opportunistes. Tout n’est pas malsain dans l’opposition du parti français. L’instinct révolutionnaire du mouvement ouvrier français et cette méfiance, sont sains et révolutionnaires. Il ne voit pas clairement et il y a quelque chose de juste dont il faut tenir compte. Mais il y a autre chose : 1°) l’idée que le parti est faible. C’est un argument vrai, fort ; 2°) un manque de clarté et d’information. On ne l’a pas bien exposé ; 3°) il y a une tentative de centrisme, de mobiliser contre l’Internationale communiste qu’on veut faire passer pour opportuniste.

152En Tchécoslovaquie lorsque le parti a lancé l’idée les ouvriers ont été contre. Ils ne voulaient pas se recoller avec les chefs opportunistes.

153En France, Méric a dénaturé notre volonté. Derrière Briand, il n’y a pas de masses. Citation de Frossard : notre parti est peu sûr. Çà, c’est un argument mais Frossard a donné d’importants arguments qui viennent de l’opposition. Ainsi l’exemple hongrois : en Hongrie le communisme s’est dissous pour se mêler au parti social-démocrate. C’est le contraire du Front unique, tel que nous le concevons. On parle d’un machiavélisme. Ceci n’est pas sérieux. Mais il s’agit d’une tactique très grave. Frossard dit : les ouvriers révolutionnaires seront contre nous. Ce n’est pas prouvé : qui veut trop prouver ne prouve rien ! Puis viennent Verfeuil et Fabre. Ils présentent le Front unique comme un acheminement vers l’unité d’organisation avec les dissidents. C’est faux. Frossard aurait dû protester mais il dit au contraire : nous ne voulons pas nous rapprocher des dissidents. Comme si nous voulions nous rapprocher des dissidents...

  • 111 Salomon Grumbach (1884-1952), Alsacien, militant socialiste, collaborateur de l’Humanité, adopte de (...)
  • 112 Hilferding, socialiste allemand, théoricien et économiste avant la guerre. Adhère à l’USPD dont il (...)

154Puis Morizet et son mariage avec les radicaux. C’est fausser notre tactique. Les 200 000 exemplaires de l’Humanité : nous sommes moins enthousiastes quand nous voyons les faits. Nous voulons dire : nous ne voulons pas nous marier avec Longuet, il faut l’enterrer politiquement non avec nos pistolets. Tout cela est dressé contre l’Internationale communiste. Il faut comprendre les difficultés des Français mais il faut protester contre la campagne faite contre le Front unique. On a cherché à donner l’idée que nous voulions trahir. Le comité directeur aurait dû protester contre nous avant de lancer une campagne légère contre l’Internationale communiste. Le parti était mal renseigné. Longuet a très bien compris qui résume : j’embrasse notre rival. Notre but c’est d’étouffer Longuet. Grumbach111 montre qu’il a compris la tactique qui est un danger pour eux. Hilferding112 aussi dit aux siens : ne prenez pas position contre le Front unique car il est populaire. Le Vorwärts dit : la campagne du parti français. On a dit Front unique mais pas avec les chefs. La formule ne tient pas : nous ne tenons pas à nous asseoir avec les chefs mais si c’est utile pourquoi pas avec les chefs ? Nous pouvons nous adresser aux chefs pour les étouffer. Il faut parler pratiquement. Dites aux chefs : êtes vous prêts à soutenir telle grève ? Nous savons qu’ils ne peuvent pas. Ebert fait les décrets. En les démasquant pratiquement, en marquant leur dérobade, en déposant vos revendications concrètes nous avons jeté la base de votre Front unique. Frossard a dit : vous allez rompre avec la CGT unitaire. Or la CGT unitaire fait du Front unique. Quand on veut faire une grève il faut inviter Jouhaux à marcher. S’il refuse, il se démasque. Vous avez la majorité et vous en concluez que vous n’avez pas besoin du Front unique. Or il faut que vous voyiez la chose intéressante. En France il faut aller vers les prolétaires inorganisés. Il y a en France une opposition saine dont il faut tenir compte. Il nous faut donner des garanties aux Français qui redoutent l’opportunisme de la tactique mais combattent les faux arguments.

155Italie. Les communistes ont été sectaires. Les Italiens disent : syndicalement Front unique mais politiquement non. Or nous disons : l’économie et la politique ne sont pas séparées. Les Italiens ont envoyé à leurs délégués : pas de réunion politique mais syndicalement représentation par force du parti. Dans les Internationales II et IIe 1/2 ce sont les adversaires de la classe ouvrière qui ont les masses. Il faut continuer à démasquer les centristes. La polémique s’intensifie contre eux. Nous n’avons pas à avoir de la loyauté avec les mencheviks. Nous voulons arracher les ouvriers à nos adversaires. Nous le disons. Nous devons mener la lutte au couteau intelligemment. Est-ce que la Conférence de Milan se réunira ? Nous n’en savons rien mais l’unité de front est autre chose. Quand vous aurez une unité de front, la Révolution sera proche car nous aurons la masse ouvrière.

  1. La reconnaissance de la Russie soviétique est dans l’intérêt du prolétariat mondial. Même les partis des Internationales II et IIe 1/2 s’en sont avisés. Les partis communistes mènent une lutte spéciale pour cette revendication.
  2. L’aide que j’ai demandée à M. Cachin ne pouvait qu’être utile au parti communiste de France. Le gouvernement a toujours prétendu que la Russie soviétique faisait une politique anti-française. En informant officiellement le Quai d’Orsay que les représentants de la Russie soviétique désiraient une conversation, Cachin a enlevé à Poincaré la possibilité d’affirmer que c’est la faute à la Russie si les rapports actuels entre Paris et Moscou persistent. Si Poincaré refusait la conversation avec la Russie, le parti communiste français gagnerait un puissant argument contre lui.
  3. La condition de conversations utiles avec le gouvernement français, est que le réseau de mensonges tissés par la presse bourgeoise contre la Russie des Soviets soit déchiré. La presse communiste est trop faible pour le faire. L’utilisation de la presse bourgeoise dans ce but par des interviews est un moyen nécessaire et parfaitement admissible.

156Le camarade Marcel Cachin a entendu mes arguments et a déclaré après explications qu’il acceptait cette tâche en dépit de la difficulté psychologique qui consiste à entrer en rapports même indirects avec un adversaire du prolétariat français tel que Poincaré. Il a accepté parce que cette mission devait faciliter la lutte contre l’impérialisme.

  • 113 Paul Louis (1872-1955), publiciste socialiste, membre de la CAP de la SFIO, puis membre du Comité d (...)

157Il l’a acceptée sur ma prière, dans l’intérêt de la République des Soviets, du prolétariat mondial et de la classe ouvrière française ; il l’a exécuté, avec Paul Louis113, d’une façon digne et loyale.

Samedi 25 février 1922

  • 114 Alexandre Chliapnikov (1183-1943) bolchevik dès 1903, émigré de 1908 à 1914, milite dans le mouveme (...)

158Clara Zetkin me dit que Lénine est nerveusement très malade, il ne viendra pas à la Conférence, il ne peut voir personne même pas Clara Zetkin. On l’autorise juste à lui envoyer un coup de téléphone. Lénine est épuisé par la longue campagne qu’il a faite auprès des paysans, ils n’ont confiance qu’en lui, il se rend à leurs réunions les plus modestes, et leur donne toutes les satisfactions possibles. Nous voyons, à 11 h, Chliapnikov114 et Kollontaï, ils nous disent leur amertume. La Révolution glisse à droite, elle n’a plus rien d’ouvrier, elle est paysanne et petite-bourgeoise. La nouvelle politique est une concession à la petite paysannerie.

159Lénine a dit aux ouvriers : vous n’avez pas su vous organiser, produire, reconstruire, Les paysans applaudissent. La moindre critique dans le PC est désormais réprimée. L’opposition ouvrière est réduite à l’impuissance. Il s’est formé un groupe hostile à la bureaucratie du régime : dans le parti 40 % seulement d’ouvriers, et 11 % d’ouvriers travaillant dans les usines. Désaffection ouvrière pour le régime et progrès du scepticisme. Le reste du parti doit employer des intellectuels, des petits-bourgeois qui n’ont pas de racines ouvrières. Ils dirigent le parti d’en haut, c’est la dictature non du prolétariat mais de quelques intellectuels. Il n’y a pas de délibération pour les membres du parti, s’il en est qui protestent, on les exclut. Chliapnikov lui-même redoute son expulsion. La gravité de cette situation n’est pas seulement russe, elle est internationale. Pourquoi ne nous a-t-on pas fait un exposé de la situation internationale en Russie du parti communiste russe ? Pourquoi ne fait-on pas le Front unique avec les ouvriers de Russie ? Chliapnikov est très amer, il prévoit le moment où la rupture se fera entre la classe ouvrière et la Révolution, entendue à la manière nouvelle, paysanne et petite-bourgeoise. Il déclare que peut-être il serait exclu lui-même. Des groupes le demandent comme orateur : on leur déconseille d’en haut de l’inviter. Il fait partie du Comité central mais il a failli en être exclu. Il n’a eu qu’une voix de plus que la moitié de l’assemblée. Cependant il reste encore délégué à Gênes.

160Daniel Renoult expose le point de vue des Français.

161Souvarine demande de faire une déclaration : à la fin de la réunion, dit le Président. Cette déclaration dit que Daniel Renoult n’a parlé qu’aux noms de quatre délégués seulement, que le reste de la délégation représente une fraction du parti qui à notre avis sera bientôt la majorité.

162Roberto a la parole : les thèses de l’Exécutif ne sont pas en opposition avec les Italiens mais il faut s’expliquer. L’esprit qui a fait marcher l’Exécutif dans ses thèses est notre esprit. Mais nous sommes en opposition sur les conséquences de ces thèses. Après le discours de Zinoviev je suis en opposition. Qu’a-t-on fait aux IIe et IIIe Congrès ? Quelle est la situation générale de la crise économique mondiale ? Il y a crise dans le monde capitaliste qu’il croit pouvoir résoudre contre le prolétariat avec l’effort contre les huit heures, les salaires et les efforts illégaux des gardes blanches et du fascisme. Il y a une différence entre notre point de vue et celui des sociaux-démocrates légalistes réformistes démocrates. Nous disons qu’il faut sortir de là, adopter la violence. Il y a la route bourgeoise qui conduit à des dictatures bourgeoises, il y a la route ouvrière qui conduit à des dictatures ouvrières. Nous sommes d’accord aussi qu’on a battu plus ou moins bien les réformistes et qu’il faut conduire les masses. En Italie nous avons combattu Turati et Serrati. Les masses ont la vue courte. Sans chef elles ne peuvent combattre. Il fallait faire une élite qui entraîne les masses. Il fallait détruire l’illusion légaliste, puis au IIIe Congrès on dit il fallait aller aux masses.

163Retour du IIIe Congrès, nos camarades ont commencé à aller aux masses. Nous avons constitué dans les syndicats des noyaux communistes et la conséquence a été le Congrès de Vérone. Si le mode de vote avait été honnête, nous aurions eu là la majorité. Il fallait aller aux masses faire le Front unique. Le discours de Zinoviev m’a bouleversé. Il a renversé tout ce qu’on avait décidé aux IIIe et IIe Congrès. Il a dit : il n’est plus question d’un moment politique passé, il faut prendre des décisions différentes de celles des IIe et IIIe Congrès. Zinoviev a dit : on a soupçonné l’Exécutif en raison du Front unique. On a dit qu’il était en faveur de la Russie. Il a ajouté : en effet, c’est par la Russie qu’il faut le faire. Quoi ? Zinoviev dit : la Révolution russe est une question internationale, la République socialiste est celle de toutes les Républiques possibles de tous les pays. Si la Révolution russe tombe, tombera aussi la Révolution dans les autres pays, nous sommes d’accord. Il faut combattre pour la Russie. Mais j’attendais du discours de Zinoviev tout autre chose. Nous avons un mandat impératif qu’il faut entendre avec bon sens : nous ne sommes pas des soldats de bois qu’on mène avec un fil. Quand Zinoviev est monté à la tribune, je me disais : il va m’apporter des arguments très forts qui m’obligeront à abandonner mon mandat. Or je n’ai pas été ébranlé. Il faut faire le Front unique mais non comme Zinoviev mais comme nous ; nous ne sommes pas des théoriciens, des platoniciens, nous regardons les hommes. Or, dit Zinoviev, il faut prendre l’institution parlementaire. C’est vrai, cette institution existe mais Zinoviev n’est pas plus clair, il ne démontre plus rien quand il dit la situation a changé, quand il dit il y a une grande différence entre aujourd’hui et avant Varsovie. Peut-être Zinoviev ! Mais ce n’est pas aujourd’hui qu’il faut le dire, mais au IIIe Congrès. Si vous ne dites pas que les conditions ouvrières sont bouleversées, il fallait le dire. À propos de l’internationalisme ouvrier unifié. Il n’est pas sorti de terre. C’est nous qui l’avons créé cet instrument de solidarité internationale. C’est nous qui l’avons fait, quand nous avons accusé de trahison les sociaux-démocrates. Zinoviev a dit : les Italiens ont admis le Front unique avec quelque demi-conscience. Ce n’est pas vrai, nous avons commencé la lutte quelques jours après le IIIe Congrès et selon les termes du IIIe Congrès, et laissez-nous la conscience. Zinoviev dit : que signifie votre proposition d’entente avec les syndicats et pas avec les partis politiques ? Faites-vous des distinctions entre la politique et l’économique ? Or Zinoviev pourrait épargner la leçon, nous avons fait des noyaux communistes, c’est mêler la politique et l’économique. Zinoviev a dit : nous avons un pied sur la terre et un autre dans les nuages, eh bien à moi vous faites une autre impression. Zinoviev : les deux pieds au ciel et peut-être au bout il y a la chute de la IIIe Internationale. Il y a un manque dans le discours de Zinoviev. Vous dites : il faut démasquer les adversaires par le Front unique, mais ce n’est pas assez car c’est faire le jeu de nos adversaires. Nos adversaires diront ils veulent nous chasser, nous balayer mais il faut faire plus, il faut déclarer « oui nous voulons démasquer les oppositions mais nous voulons aider le prolétariat à s’éduquer ». Croyez-vous que les sociaux-démocrates sont des imbéciles ; suffira-t-il que nous invitions les sociaux-démocrates à la lutte pour qu’ils soient abattus ? Zinoviev dit que nos adversaires sont furieux de la proposition du Front unique. Ce n’est pas exact. Serrati fait paraître l’appel de l’Internationale sur le Front unique, après il commente : est-ce qu’on veut sérieusement une action unique du prolétariat international contre la guerre, si c’est ainsi comme nous espérons, ils doivent travailler sans arrière-pensée pour la défense internationale. La IIe 1/2 accepte le Front unique, pourquoi ? Parce qu’ils espèrent se cacher là-dedans et vaincre la IIIe. Zinoviev dit qu’on ne fait pas l’unité avec les chefs, il dit à travers les chefs, c’est un jeu de mots. Avant de nous dénoncer et de nous traiter de ridicules depuis cette tribune, Zinoviev devrait nous demander des explications sur les télégrammes qui arrivent de Rome. Nos thèses disent qu’il ne faut pas se grouper avec d’autres partis politiques, comme Zinoviev nous a demandé d’aller à l’Alliance du travail où il y a des républicains et des opposants.

164En Allemagne, dit-on, il y a certaines conditions : oui. Mais quand on nous dit « il faut que le PC se mette à coté des sociaux-démocrates, faute de laisser la bourgeoisie reprendre son pouvoir entier », je réponds que nous pensons différemment. Nous avons une expérience. En Italie, après la guerre, nous avons eu Giolitti contre la guerre, contre les profiteurs, tout le monde l’a cru, nous non ! On fait des lois d’expropriation à 100 % de profit. Nous avons dit à ce moment-là la loi est un piège démocrate. Nous la votons mais l’expropriation n’est pas une vente. Etes-vous sûrs camarades allemands qu’en vous mettant de côté avec des sociaux-démocrates vous ne serez pas compromis, dupes de gens plus forts que vous ? On doit faire la lutte contre l’État mais du dehors avec les masses. C’est le seul moyen. Il n’y a que deux politiques, la bourgeoise, la communiste. Le risque de la dictature bourgeoise est certain. Les masses ont l’impression qu’il faut une digue contre. Plus on est dans les masses plus on fait le Front unique. En France c’est impossible : mais en Italie la liaison avec les masses existent. Il ne faut pas se mettre en liaison avec les chefs traîtres. Impossible avec les chefs, mais Front unique avec les organisations des masses : nous sommes dans les masses, dans les syndicats, nous avons augmenté nos groupes. À Turin il sera aisé de faire le Front unique à travers les syndicats. Les noyaux communistes parlementaires, les Français sont dans une impasse cruelle, ils veulent être disciplinés mais ils ne savent que faire. Zinoviev n’a pas dit comment on fera le Front unique, mais je leur dis : il faut faire les noyaux et aller aux masses. Si vous nous commandez, nous obéirons mais quand nous nous mettrons avec Turati et Serrati la masse ne comprendra plus rien.

165Terracini. – Nous avons apporté ici nos thèses. Le IIe Congrès a dit : pour préparer la Révolution il faut constituer de forts partis communistes. Le IIIe Congrès dit : le parti communiste a le devoir d’aller aux masses. Est-ce que pour avoir la masse il faut biffer la première condition ? Faut-il pour avoir la masse que nous détruisions nos principes ? Avec les moyens de l’Exécutif on en revient aux anciens partis sociaux-démocrates. Front unique c’est quelque chose de concret, de constitué. Il ne faut jamais parler de Front unique, il faut parler d’action générale du prolétariat. Dans le prolétariat il n’y a pas de désir d’unité avec les partis politiques, mais désir d’action contre la bourgeoisie. L’offensive capitaliste coordonnée, habile, c’est une seule Internationale. Dans chaque pays il y a attaque unique de toute la classe bourgeoise. L’institution des masses se trouve devant les syndicats des industriels. Stinnes a des imitateurs partout, il y a des organisations capitalistes partout. Les ouvriers ont bien vu que chaque fois qu’ils allaient contre la bourgeoisie ils étaient vaincus ces temps derniers, alors ils ont compris qu’il n’était plus possible de lutter pour des objectifs séparés mais par une lutte unique sur toutes les questions liées entre elles. Ou bien ce sera la victoire pour tout le prolétariat ou la défaite, il faudra un jour une lutte générale de tout le prolétariat. Les partis communistes ont compris cela, nous allons vérifier cet esprit nouveau des masses. En Italie quel mot d’ordre avons-nous donné ? Il faut donner un but général aux luttes des ouvriers. Le prolétariat italien est venu : d’abord des petits groupes puis de grands. Ils ont compris, ils ont pris nos mots d’ordre. Que seront ces mots d’ordre ? Nous les établirons. Les partis politiques ont des programmes définis, ils peuvent avoir des buts communs mais nous croyons que jamais le parti communiste et les sociaux-démocrates n’ont d’accord pour une lutte commune. Lorsque nous disons aux gens de la IIe et de la IIe 1/2, par quel moyen agissons-nous, nous disons il faut lutter par tous les moyens même illégaux il faut lutter contre l’État. Or ils ne peuvent pas nous suivre dans cette voie. Les socialistes d’Autriche et d’Allemagne diront que l’État conduit par les sociaux-démocrates, combattra la grève. On ne peut coordonner les partis politiques sans qu’ils renoncent à leur programme. Rien dans la situation présente ne nous fait croire que les partis sociaux-démocrates renoncent à leur programme. Voyez les réponses du Labour, des sociaux-démocrates allemands. Alors faut-il que nous renoncions, nous communistes, ou resterons-nous intransigeants ? Est-il vrai que les masses reçoivent seulement leurs mots d’ordre des partis politiques ? Non ! Les CGT ont plus d’influence, les syndicats ont plus de force, il faut comprendre cela. Scission dans les partis politiques, unité syndicale, ce sont des mots d’ordre qui ne sont pas contradictoires. En France vous n’avez pas fait de noyaux communistes. Ils sont liés au parti chez nous, du même coup nous sommes dans la classe ouvrière. Voilà par où il faut aller pour conquérir la masse ouvrière sans briser les partis communistes. Quels mots d’ordre à trouver ? Des mots d’ordre économiques, chômage, misère. Zinoviev ne nous a pas donné la forme pratique du Front unique. C’est une question tactique. Comment constituer le Front unique ? Quid des chefs ? Il nous faut parler d’une question tactique aussi transitoire qui dans quelques mois n’aura peut-être plus d’importance. Vous n’avez pas précisé. Il faut trouver des postulats sains. Il faut les faire appliquer par les syndicats. Il faut les faire appliquer par les comités communistes syndiqués créés par le parti. Le PC, n’étant pas engagé directement dans l’action, garde son libre-arbitre et sa liberté de critique. Nos amis des noyaux ont provoqué les partis politiques et les syndicats : les ont poussé. On pourra démasquer les chefs non selon une comédie passée dans les bureaux. Après trois ans d’expérience contre les opportunistes, nous devons penser que les partis sociaux-démocrates sont aussi responsables que les chefs ; les adhérents restent malgré les trahisons. Mais pour la Thuringe et la Saxe ! Là, la thèse allemande qui veut démasquer est périlleuse parce que les masses qui assistent à ce spectacle ne comprennent plus, elles perdront confiance, le trouble est grand. Lorsque nous aurons fait l’union avec les sociaux-démocrates les petits-bourgeois s’en écarteront. Vous aurez chassé les petits-bourgeois et combien d’hommes qui ont accepté la discipline, le jour où ils verront leur parti s’allier avec les traîtres, ils s’en iront. Je préfère les mille qui s’en iront, les communistes vrais, que les 100 000 qui peuvent peut-être venir. Le PC n’a rien à gagner à cette action de collaboration. Il est parti d’opposition aux partis bourgeois et gouvernementaux. Les travailleurs de Saxe et de Thuringe, après la grève des cheminots, ne verront rien venir que des coups du gouvernement, alors que font là les communistes ? Que retireront les communistes de Branting ? S’unir à Vienne et à la Deuxième ce serait une faute. Si vous votez le Front unique beaucoup de pays ne pourront pas l’appliquer, ni la France, ni l’Italie, ni la Suisse, ni la Pologne ni l’Angleterre. Le Front unique ne sera pas appliqué. Si vous allez à Gênes on dira les grandes organisations font l’accord, les sections non. La IIe 1/2 et la IIe représentent l’État bourgeois. Il y aura les grandes puissances qui vont se réunir pour se partager le monde. La IIe fera ce que fera l’Allemagne et la IIIe fera ce que voudra la Russie. Or le prolétariat mondial ne doit pas se prêter à cela. Nous avons autre chose à faire, les prolétaires attendent, ne parlez pas de Front unique à votre manière démagogique, soyez précis.

Commission française, à 6 h.

166Souvarine. – Le parti français est contre les 21 conditions, la Fédération de la Seine est fédéraliste, elle se croit à gauche elle est à l’extrême droite, il n’y a pas de discipline, il y a des pacifistes bourgeois, il y a divorce moral sur la question du Front unique avec l’Internationale ainsi que sur la question du Présidium. Le parti est divisé, le mal n’est pas grand à condition qu’on mette fin à ces campagnes qu’il y a contre l’Internationale, à condition qu’on frappe le Journal du Peuple, alors que nous n’avons plus de tribune. Il faut que la direction du parti choisisse entre ceux qui défendent la IIIe Internationale et ceux qui la combattent. Il faut un congrès extraordinaire pour examiner la situation et adopter un programme politique qui nous départagera.

167Trotsky. – Non, pas de congrès extraordinaire, il ne ferait en ce moment qu’aigrir les choses, ces tendances ne sont encore qu’un embryon. Un congrès leur donnerait force et consistance. Il ne faut pas de tendances dans le parti. Nous avons blâmé les quatre démissionnaires, ils ont accompli contre le congrès un acte blâmable, reprenez-les.

168Clara Zetkin. – Il ne faut rien opposer au parti. Il faut lui offrir des suggestions et lui accorder la latitude de prendre lui-même des résolutions.

169Daniel Renoult. – Déclare que nous sommes prêts à l’entente, il rappelle qu’il a été prononcé à la dernière réunion du parti des paroles insupportables. On a dit le parti français est devenu depuis la démission des quatre un parti social-démocrate comme avant Tours. Il s’élève violemment contre cette affirmation.

  • 115 Souvarine, non élu au Comité directeur, lors du Ier Congrès du PCF à Marseille, a été réélu comme r (...)

170Trotsky. – Pour nous le parti communiste français est un grand fait historique qui nous a rempli de joie. Il rend un hommage ému à l’œuvre de notre parti depuis Tours et il ajoute : vous faites de vifs reproches à Souvarine mais pourquoi l’avez-vous élu à Marseille ?115

  • 116 Roger Métayer (1898-1949), ouvrier métallurgiste, syndicaliste, proche de l’extrême-gauche du parti (...)

171Zinoviev dépose quatre conclusions : nous en prenons note, nous demandons à y réfléchir. Daniel Renoult, Métayer116, Sellier expliquent notre attitude, Treint répond, incidents. Rosmer.

172Ce soir Ker vient nous voir. Il me dit : ici à Moscou ils sont d’accord politiquement avec Souvarine mais ils ne veulent pas d’un représentant qui les brouillerait avec le parti français. Lola qui est présente ajoute : personne ne peut sentir Souvarine à Moscou. Il est autoritaire et brutal, antipathique, les secrétaires elles-mêmes !

173Le soir, après dîner, un tour dans Moscou entre 11 h et minuit. « L’Empire » est ouvert, lumières électriques partout. Qui peut fréquenter ce grand café où un thé et un gâteau coûtent 22,50 F ?

174Des mercantis, des gens des commissariats, des directeurs de coopératives qui font des affaires, quelques grues, actrices, etc. Un vieillard joue de la flûte au sortir du Grand Théâtre. Les gens qui passent lui glissent des roubles dans sa poche. Il y a des chants dans les rues, de la joie. C’est l’ouverture du Carnaval. On mange des crêpes. On rentre. Une secrétaire vient nous apporter le catalogue de la Galerie Morozov qui ressemble beaucoup à celle de Tchoukine, elle nous dit que la peinture russe est très vivante, très cubiste, elle n’est pas très satisfaite des résultats du Proletkult à Moscou qu’elle trouve peu artiste. Ce qui devrait y avoir à Moscou c’est une grande pièce avec billets pour Grand Théâtre. Il y a des rues entières où les maisons ont été dépouillées de leurs portes, fenêtres, boiseries, pendant les hivers de la guerre.

Dimanche 26 février 1922

175Dans son intervention, hier Rosmer a expliqué que la CGT unitaire ne peut rester longtemps unie. Elle est guettée par le gouvernement, par les amis de Jouhaux, par ses dissentiments internes, c’est donc le moment pour le parti communiste, dans la confusion extrême des idées du syndicalisme, de dire clairement les siennes et d’agir.

  • 117 Anatoly Lounatcharsky (1875-1933), cf. t. II, p. 474.

176Lunatcharsky117. – Terracini a fait un discours mauvais, Roberto a dit : le Front unique nous est dicté par la situation de la Russie, non ! Zinoviev a dit il y a des charlatans politiques qui affirment que le Front unique nous est dicté par des motifs diplomatiques et nationaux. Si même c’était cela serait-ce inadmissible ? Non, mais ajoute Zinoviev ce n’est pas vrai. Le Front unique découle de la situation mondiale. Nous constatons dans tous les pays la situation qui le rend obligatoire. Pourquoi en revenir à cette fable désagréable inventée par nos adversaires ? Est-ce un malentendu ? Zinoviev a dit : Varsovie a été la démarcation qui nous a amenés à un changement de tactique. Roberto a dit : pourquoi avez-vous attendu jusqu’ici pour dire vos conclusions. Or Zinoviev a dit : avant Varsovie nous avions l’illusion qu’on allait prendre le capitalisme d’assaut. Maintenant c’est une guerre de siège qu’il faut faire, c’est le IIIe Congrès qui a critiqué l’assaut mal préparé. Préparons nos masses pour faire la révolution a dit le IIIe Congrès. Roberto a dit : Zinoviev renverse les bases de l’Internationale. Comment cela ? Terracini dit : vous allez détruire les états-majors communistes. Où a-t-il pris cela ? Après le discours de Zinoviev, Terracini ose nous parler d’une tactique machiavélique entre les chefs et nous dit qu’il faut la faire publiquement. Or nous disons cela aussi. Il nous faut du minimalisme révolutionnaire, des mots d’ordre compréhensifs de tous, très populaires. Ce ne sera pas seulement une lutte de paroles mais vraie, efficace, qui deviendra assez révolutionnaire. Si ce mouvement est général les chefs seront entraînés ou bien ils resteront en trainards. L’échafaudage artificiel des Italiens est inefficace. Nos grands croyants russes croyaient que le pire mal est de manger avec des non croyants, or les socialistes dans votre combinaison seront représentés par les leurs. Vous ne pouvez pas rester en dehors, si vous agissez ainsi directement vous vous affaiblissez. Terracini émet des idées dangereuses : la généralisation de l’action ouvrière. N’employez pas le terme de Front unique, mais action unique. Nous ne voulons ni concession ni mélange d’organisations. Notre but c’est que nous sortions comme seuls chefs des masses en écartant tous les autres. Terracini plonge dans sa pensée et son action unique des développements dangereux. Il ne faut pas éparpiller nos forces dans des combats locaux, il faut ramasser nos forces pour le coup dernier, pour le jugement dernier. Mais en ce moment nous ne sommes pas en état de retenir l’action ouvrière avant le combat final. Il y aura des combats partiels et locaux : chaque jour être avec les ouvriers dans leur combat.

177Terracini. – Comment pouvez vous penser que les partis socialistes si différents puisse s’entendre ? Mais Terracini répond lui-même en limitant son programme à des buts immédiats. Dès lors les divergences seront grandes parce que les socialistes proposeront la légalité et non la violence. Or c’est faux nous disons aux masses, voulez-vous faire une campagne ? Les masses disent oui, alors vous vous tournez vers les chefs et vous leur dites : voulez-vous marcher, alors nous leur disons la route légale ne mènera à rien, nous n’arriverons pas à la victoire légalement. Voulez-vous la grève générale, si oui, vous les avez. Sinon vous dites aux masses voilà vos chefs ils ne veulent pas attaquer le gouvernement. Après quelques expériences de cette sorte la confiance des masses sera diminuée dans les chefs. Tout cela est clair, personne n’a dit on commence par des conciliabules avec des chefs. Pourquoi ne voulez-vous pas voir cela clairement ; avec un peu d’effort on peut nous comprendre sans nous reprocher une alliance avec les chefs. C’est aux sections de concrétiser l’action. Ici il faut seulement des directives générales.

178Après ce discours, Roberto dit : Nous devons vous lier à la Révolution russe, ils vont à un deuxième Brest-Litovsk, le premier a réussi, celui-ci réussira-t-il ? Lunatcharsky a insisté sur ce fait dans son discours à la fin : la concession est nécessaire.

  • 118 René Marchand, journaliste en Russie, rallié au bolchevisme et membre du Groupe communiste français (...)

179Au moment où Radek cause, Trotsky me prend à part et me dit : le Comité central du PC russe a décidé hier de vous autoriser à voir les documents Isvolzski. Il y a au commissariat des Affaires étrangères des camarades trop prudents qui avaient décidé de remettre à une autre date la production des documents, hier le Comité central a décidé le contraire. Je vais donc vous mettre en rapport avec Marchand118 qui est très au courant et vous fera connaître les documents. Le discours de Renoult et des Italiens donnent deux types d’attitude. Renoult parle de la situation internationale en France, le point de départ de son opposition c’est la situation nationale de la France : nous sommes en lutte violente contre les dissidents, nous ne pouvons pas nous remettre avec eux. Il semble qu’ils sont si peu différents des longuettistes qu’ils sont ensemble, on ne les différenciera pas. Quant aux Italiens, c’est la théorie de l’offensive. Le Front unique n’est pas une nouvelle tactique, nous avons à prendre part aux luttes partielles. Aujourd’hui, ce qu’il y a de nouveau c’est la question de la conférence internationale, la tactique de la lutte ouvrière permettait la conversation avec la IIe et la IIe 1/2. Une vague prolétarienne révolutionnaire grandit, dit Zinoviev. Pour moi ce n’est pas la question capitale. En 1919, comment avons-nous mobilisé les masses pour la prise du pouvoir ? Ça a été la lutte en Allemagne et en Autriche et cette vague a été battue.

180La reconnaissance de la Révolution n’est pas passée mais la première phase du mouvement révolutionnaire est passée, le premier assaut est battu mais la lutte n’aura plus les mêmes mots d’ordre. Ce seront des luttes partielles, huit heures, etc. Nous avons à montrer en quoi nous nous différencions des autres. Ce n’est pas dans les mots d’ordre que nous nous séparons d’eux : mais nous devons prouver notre différence parce que nous voulons conduire la lutte sur ces mots d’ordre. Eux ne veulent pas de la lutte. C’est la lutte que nous voulons. Les réformistes l’ont compris.

181Nous ne voulons pas nous unir avec les sociaux-démocrates. Ce n’est pas un argument digne. On a dit, masses, pas chefs, nous ne pouvons pas accepter cela. Nous pouvons nous rencontrer dans un jour avec des gens avec des chefs et le lendemain les combattre. Toute la dialectique marxiste est basée sur cette opposition. Si Terracini a dit à Serrati, voulez-vous la lutte et que Serrati refuse ; il pourra le démasquer : il pourra faire un pas mais il refuse d’en faire deux ou trois ; Liebknecht allait au Parlement, cependant rencontrait-il le roi de Prusse ? Là où nous sommes minorité nous avons intérêt, le parti italien est bon mais il est petit.

  • 119 Arthur Henderson (1863-1935), dirigeant du parti travailliste, leader de la IIe Internationale, il (...)
  • 120 Scheidemann, dirigeant de la SPD et de la IIe Internationale, ministre en 1918 et 1919, représentan (...)

182En France, nous sommes la majorité mais les Français font une erreur d’optique, le parti français a toujours été petit, il n’a pas de grande masse ouvrière, il a groupé l’ancien parti mais il n’a pas derrière lui les masses. Les Français disent nous avons bâti un programme pratique c’est un pas excellent, il faut aller dans la masse avec ce programme. Il est sûr que Longuet et Renaudel signeraient ce programme. Il s’agit, devant la masse, non pas de se séparer de la masse sur le programme, mais il faut dire : nous proposons la lutte sur ce programme. Eux ne s’engagent, si vous voulez engager une conversation avec eux dites-leur que nous voulons non un programme commun, mais une lutte commune. Voulez-vous la lutte ? Dans les masses il y a ce sentiment que l’assaut capitaliste nécessite l’unité de front. Il y a une question de la Conférence : si vous Français ne venez pas à cette conférence, vous favorisez Poincaré. Or, quel est votre ennemi essentiel ? Ce n’est pas Longuet, c’est Poincaré. Ce n’est point Poincaré qui doit vous empêcher de combattre la politique de Poincaré. La Conférence de Gênes et Versailles trois ans après, cette nouvelle lutte entre les groupes capitalistes autour du prolétariat allemand et de la Russie soviétique. Au moment où la bourgeoisie va se réunir pour se partager le monde il faut unir le prolétariat dans ce qu’il a d’accord minimum. Si Henderson119, Scheidemann120 ne luttent pas pour le programme qu’ils auront signé les ouvriers les jugeront. Si la Conférence de Gênes n’a pas lieu à cause de notre intransigeance, les prolétaires nous jugeront mal, les mencheviks viendront interpeller les Français. Mais nous avons dit déjà à Adler : si les mencheviks, les socialistes révolutionnaires, veulent déballer le problème russe, nous sommes prêts. Adler a dit nous empêcherons cette lutte car il la redoute. Nous ne redoutons pas les mencheviks, ils n’ont qu’à venir, nous leur dirons ce que nous avons à dire. Si Scheidemann doit rendre compte des meurtres de Rosa Luxemburg, nous n’avons pas peur d’aller devant eux.

  • 121 Tendance dite « large » du parti socialiste bulgare en opposition au courant étroit.

183Où et comment cette conférence aura-t-elle lieu ? Nous ne le savons pas. En face de cette proposition pratique il faut prendre parti ici. En Bulgarie les amis disent : les larges121 n’existent plus. Les Polonais disent : nous ne pouvons pas nous associer avec le PPS, c’est une raison de plus de chercher à les démasquer. Plus ils sont réactionnaires plus il est facile de les démasquer. Il faut des lettres ouvertes, des démarches publiques pour les démasquer. Les sections nationales auront étudié les modalités. En France, les camarades même s’ils n’ont pas l’application immédiate dans leur pays, qu’ils n’oublient pas qu’en 1919 notre mot d’ordre de lutte de rue et de violence ne pouvait être appliquée qu’en Autriche et Allemagne mais en France c’eût été impossible. Il en est de même de la question du Front unique. Là où on ne peut l’appliquer c’est une plate-forme. Nous devons dire aux partis, menez votre agitation sur des questions précises, partielles, quotidiennes ; l’application de tout cela, l’appel éventuel au parti est laissé aux sections nationales au moment qui leur paraîtra favorable à cette tache. L’Exécutif a le sens du courant des masses plus que les partis qui sont des propagandistes.

184Mac Manus. – La tactique du Front unique aura de grandes conséquences en Angleterre. Le Labour Party comprendra des Trade Unions et des partis politiques. La question d’humiliation personnelle ne se pose pas, il faut chercher les meilleurs moyens d’action, nous sommes prêts à marcher avec les leaders du Labour Party, de la IIe et de la IIe 1/2. Amsterdam refuse nettement nos positions d’action sur le Front unique, mais ce n’est pas l’avis d’Henderson. Henderson dit : je suis prêt à une action commune de toutes les Internationales, si le Labour Party accepte le Front unique, Amsterdam et la IIe sont entraînés. Quant à Mac Donald il est de l’ILP attaché à Vienne et lui est le secrétaire national de la IIe. L’Inde, l’Égypte, l’Afrique, l’Irlande, veulent être indépendantes politiquement et ils veulent s’isoler. La puissance impériale d’Angleterre est affaiblie. Si, en ce moment, le Labour Party prend le pouvoir il arrivera avec ses platitudes démocratiques. Sur ce point sa faillite sera manifeste et publique. L’unité est une excellente attitude pour nous. En France et en Italie je n’ai rien à dire mais en Angleterre nos leaders sont les plus discrédités, Henderson a comprimé la rébellion irlandaise, il a approuvé la déportation des camarades de Glasgow, mais nous sommes prêts malgré cela à approuver le Front unique car ce n’est pas l’union avec ces gens-là mais l’occasion de les démasquer.

185Mac Donald est de la IIe 1/2, les dirigeants de la Fédération internationale des transports ont déjà appliqué l’unité de front. Le Front unique est contre l’action légale : à la veille de l’agression polonaise une réunion à Londres a décidé, dans le Labour Party, que si la guerre était déclarée à la Russie, on ferait illégalement l’action. Là, Henderson et Thomas y étaient, ils n’ont pas osé refuser et si l’action avait été engagée et qu’ils n’eussent pas suivi ils eussent été discrédités.

186Trotsky m’entraîne dans le coin et me dit : Que dites-vous si je proposais la pratique du bloc des gauches pour les élections contre Poincaré et le bloc national ? Je lui dissuade vigoureusement d’une pareille proposition et lui dit d’ailleurs que nous avons la proportionnelle.

187Thalheimer. – Les dangers de la tactique sont grands, plus grands même que vous ne savez, mais il y a les premiers symptômes d’une lutte nouvelle. C’est dans les conseils ouvriers que la politique révolutionnaire a été menée en 1918 et 1919. Au milieu de 1919 la centrale syndicale a grandi chez les ouvriers, nous n’avions plus les conseils d’ouvriers pour nous adresser aux masses, il ne nous restait que les syndicats. Pendant le putsch Kapp nous avons fait le premier Front unique. Nous sommes entrés dans une union avec Scheidemann et Noske. Songez que c’est pire que Longuet et Renaudel, mais c’était le moment de la lutte, il fallait former le front de la lutte du prolétariat. Ou bien nous devions renoncer à la lutte ou mener la lutte en commun. C’est en tremblant que nous y sommes allés.

188En juillet 1920, deuxième Front unique lors de Varsovie : à ce moment-là nous avons lancé un appel avec les sociaux-démocrates pour cesser le transport des munitions pour la Pologne. Çà n’a pas duré longtemps, les réformistes nous ont chassés.

  • 122 En janvier 1921, le parti communiste allemand adresse une « Lettre ouverte » contenant un programme (...)

189Troisième occasion : automne 1920. Les syndicats métallurgistes de Stuttgart étaient en lutte, nous avons appuyé cette action, nous nous sommes associés avec des syndicats métallurgiques. En janvier 1921 nous employons la lettre ouverte : on m’a dit, c’est une manœuvre grossière, mais le parti KAPD a refusé pour les mêmes raisons que les Français, les Italiens. Les questions posées par les lettres ouvertes ont remué au fond des masses122.

190Dès la tactique de la lettre ouverte, Levi a traduit : organisation commune. Le parti a rejeté cette conclusion et rejeté Levi. En Saxe et Thuringe, les gouvernements ont agi contre les cheminots. Ce n’est pas un retour à la collaboration, les majoritaires voudront cette collaboration avec les bourgeois mais par le fait que nous les soutenons, ils ne le peuvent pas. Nous ne les combattons que près des masses non dans le Parlement car les ouvriers ne comprendraient pas que nous nous associons à la droite pour les renverser. Pour le Front unique deux conditions : il faut que des larges masses soient avec les réformistes, il faut être loin de la prise du pouvoir. Or en Italie, en France il y a une masse qui n’est pas avec le parti et la CGT : on n’y est pas à la veille de la Révolution. Or leur théorie conduit leur parti ou au putsch ou à l’inaction. En Allemagne nous avons tâtonné plus d’un an avant d’y voir clair. Cette conférence acceptera la tactique, la tâche sera d’expliquer la tactique et de faire comprendre. L’Exécutif lance l’idée à la tête des partis sans préparation mais l’idée est bonne.

  • 123 Alexandra Kollontaï (1872-1952), voir t. II, p. 190. Émigrée aux États-Unis pendant la guerre. Comm (...)

191Kollontaï123 vient nous dire qu’elle était inscrite au nom de la minorité du parti russe. Mais les membres de l’Exécutif lui interdisent de parler. Ses amis insistent.

  • 124 Edmond Burian, né à Brno en Moravie en 1878, membre du parti social-démocrate tchécoslovaque dès 18 (...)

192Bouriane124. – (Tchéco-Slovaquie) Nous avons fait une expérience de grève générale en décembre 1920, un grand mouvement de masse ne peut pas avoir pour mot d’ordre des généralités mais des données concrètes. Cette tactique du Front unique a trouvé écho à Brno, où nous sommes l’immense majorité et où le prolétariat a été brimé après la grève générale. Depuis décembre on a propagé le Front unique dans le parti, il y a eu une grève des mineurs, nous avons cherché à faire une lutte générale, tous les ouvriers ont été touchés par cette grève. Le Front unique doit aussi s’appliquer à des luttes politiques. Là nous sommes inquiets, comment le réaliser ? Les Français ont des craintes, nous le comprenons. Nous sommes prêts à les comprendre, nous avons beaucoup d’intérêt pour le communisme français qui s’est formé comme le nôtre. Nous sommes heureux d’y voir Cachin, Frossard, nous ne voudrions pas proposer une tactique qui ébranlerait le parti dans sa base mais il ne s’agit que de fixer des modalités d’application pour la France, ce n’est pas une tactique fixe, elle se développe dans des conditions nationales. Peut-être est-il possible qu’aujourd’hui ce ne soit pas possible, peut-être le pourront-ils plus tard ? Il ne faut pas dire : jamais ce ne sera possible. Étudions les conditions nationales, lorsque ce moment historique sera venu. Si le moment n’est pas venu les masses ne comprendront pas. Il faut répondre aux besoins des masses. En ce qui concerne la Conférence internationale des trois Internationales, il faut tous y aller, c’est la révolution mondiale qui le réclame, elle est utile à la Révolution russe, par là à la révolution mondiale. Il faut construire économiquement la Russie sur des bases communistes cela aidera la révolution mondiale. La condition est que le parti soit fort, que sa direction soit solide.

193Clara Zetkin me suggère : personne ici ne veut plus de Souvarine mais beaucoup d’amis pensent qu’en France il arrivera à désorganiser entièrement le parti, alors, proposez au terme du Congrès de Marseille, qu’il reste ici, envoyez-lui un co-délégué, faites rentrer tous les démissionnaires et l’unité pourra être rétablie.

  • 125 Ils représentaient tous les deux le Komintern au Ier Congrès du parti français à Marseille.

194Waletski. – Le parti polonais accepte le principe et dans sa pratique dans les conditions de la Pologne, la tactique du PS de Pologne ne restera pas en dehors de ce principe. La Pologne n’a pas été le berceau du Front unique mais il ne faut pas considérer nationalement. C’est sur le terrain économique qu’est né le Front unique. C’est la forme la plus élémentaire de la défense. Pour le domaine politique, difficultés, mais notre parti, chaque fois que le parti socialiste donne un mot d’ordre aux masses donne l’ordre de participer à ses actions. On a fait une agitation contre le Sénat, nous avons participé à la grève, aux meetings, et nous avons battu les parlementaires. Nous ne nous sommes pas adressés aux chefs jusqu’ici parce que les chefs ne nous donnent pas la réponse. Dans la campagne contre les lois scélérates le PS a dit : il est interdit à nos organisations de causer dans un meeting avec des communistes. Puis nous avons une aversion aussi grande contre les socialistes de Pologne que vous pour les vôtres. Nous ne voulons pas d’entente avec les chefs dit la résolution que notre parti a adopté et nous a chargé de défendre. Mais, dit Waletski, notre parti n’a pas dit son dernier mot. Quand j’entends des camarades parler d’obstacles, les uns les étudient pour les briser mais parfois on en parle pour excuser l’inaction. C’est çà en France. Mais nous avons eu tort de dire, c’est une tactique de rapprochement. L’émotion des Français n’était-elle pas organisée, voyez le discours de Frossard : il n’a pas fait dans ce discours le possible pour déprécier la pensée des autres et ensuite pour désarmer les adversaires. Si vous parlez de Front unique, c’est pour organiser un front de bataille pour des actions directes, puis chez les Français, les frontières n’ont pas été tracées avec les anarchistes. Le discours de Renoult est en grand progrès sur ce qu’on a écrit en France. Il a accepté le principe même de l’idée, il a demandé des précisions et des apaisements, c’est aux Français à les donner aux ouvriers de France. Ils sont les seuls qui peuvent apprécier les modalités et les détails. Pour les Italiens son activité est supérieure à ce qu’il a dit ici. Ils ont fait le Front unique, ils ont treize mois d’existence. Dans la CGT il y avait la dictature d’Aragona. Ce n’est qu’après la naissance du communisme italien qu’il y a eu courant révolutionnaire contre les dirigeants, contre les anarchistes, et ils ont pris parti dans les luttes économiques. Bordiga, lui, a défendu le Front unique à Marseille comme moi125. Les Italiens de Moscou ont une tendance à ériger en principes certains détails, ou certaines erreurs comme l’opposition entre le politique et l’économique : pratiquement et théoriquement votre proposition est inacceptable. Les cheminots convoquent à Gênes les ouvriers du port, la CGT, l’Union syndicale et l’Union du travail. Tout le monde est d’accord, à la veille de la réunion, les cheminots convoquent à Rome les organisations déléguées. Vous n’y allez pas. C’est une faute. Pour le principe du Front unique dans l’application il faut tenir compte de la situation dans chaque pays puis il y aura nécessité d’action internationale.

  • 126 Cf. Lénine, « Discours sur la question italienne, 28 juin 1921 », Œuvres, t. XXXII, p. 492-497.

195Trotsky. – Au IIIe Congrès nous étions devant des dangers que le parti italien nous fasse des actes nuisibles, maintenant il a l’air de vouloir s’abstenir d’actions profitables126. Le temps est un grand facteur, ne le laissez pas échapper. L’idée sommaire en faveur de la révolution, nous paru longtemps suffisante pour la révolution elle-même. Mais aujourd’hui la bourgeoisie se tient assez ferme pour nous obliger à conquérir la conscience de la masse. Nous sommes sur un niveau plus élevé, nous discutons sur les méthodes de conquête de la masse. Là, les partis qui sont au début ne peuvent encore jouer un grand rôle dans l’action des masses. Ils ne peuvent pas gêner l’action révolutionnaire des autres. Ces partis doivent lutter pour conquérir une possibilité d’influencer le prolétariat pendant son action. Dans cette situation est le parti anglais. En Bulgarie la révolution est prête mais les conditions internationales l’empêchent. En Belgique, en Angleterre, c’est une lutte pour conquérir une position pour influencer le prolétariat. Quelle est la tâche des partis ? Conquérir la majorité écrasante du prolétariat pour le mener à la révolution. Quand ce moment viendra-t-il ? Six mois, six années, nous ne savons pas. Cette période peut durer encore plus longtemps, alors que faire pendant cette époque ? Nous luttons pour obtenir la majorité. Si la lutte de classe cesse pour attendre aimablement le moment où le parti communiste donnera ses résultats, çà va. Mais la lutte ne cesse pas, les ouvriers demandent du pain, de la viande, c’est le commencement d’une lutte révolutionnaire, les ouvriers qui ne comprennent pas notre parti veulent tout de même lutter pour leur morceau de pain. Ils ne comprennent pas pourquoi le communisme est constitué, ils disent que ses sectes sont isolées, absorbées par sa vie. Dans cette mentalité, voyant en face de lui plus organisés, il est désorienté. Alors vient le communiste qui dit : nous sommes séparés, tu crois que c’est une faute, nous existons cependant comme organisation indépendante mais cependant nous proposons une action immédiate pour ton pain, à toi, à tes chefs. C’est dans la psychologie de la masse. Les camarades qui ont, avec passion, protestés, reflètent la pression douloureuse de leur séparation avec les opprimés plus que l’esprit de la masse. Au journaliste qui écrivait à Longuet regretter son départ on dit aujourd’hui qu’il faut revoir Longuet, c’est psychologiquement douloureux mais la masse se moque de cela. Si le parti communiste entreprend la bataille pour le morceau de pain de l’ouvrier, l’ouvrier ne protestera pas mais Méric dit : Briand. Mauvaise plaisanterie, ironie facile... Méric dit : La collaboration mais ce n’est pas l’action des masses, c’est un argument d’ordre international. Au moment où Briand reconnaît les Soviets, allez-vous nous imposer de soutenir Briand. Certains camarades cherchent dans notre vie d’homme d’État les déviations du communisme russe. Il faut sauver la Révolution russe qui fait la paix avec la bourgeoisie, il faut ajourner la révolution. Or je parle ici en communiste : l’intérêt de la Russie ne peut être que favorisé par la révolution prochaine en Occident. Je veux bien qu’on nous critique, quand nous aurons reçu du comité directeur du parti français une lettre disant : vous allez trop loin dans la nouvelle politique, ou bien vous avez copié les anciennes méthodes militaires, ou votre diplomatie est trop diplomatique pour nous. Si vous nous critiquez ouvertement cela serait bien mais il ne faut pas des arguments comme ceux-ci. Méric dit : Nous allons le 15 janvier fêter le meurtre de Rosa Luxemburg, nous n’irons pas le faire avec Scheidemann, cela est d’un sentiment élémentaire, mais les Allemands ne sont pas à la veille d’aller s’asseoir pour le 15 janvier avec Scheidemann.

196On présente le Front unique comme un retournement de Tours, Fabre dit à Zinoviev : pourquoi avoir démoli untel pour lui de demander de revenir ? Chez Frossard, homme politique d’une grande valeur il n’y a pas des arguments plus solides. C‘est toujours l’idée du rapprochement avec les dissidents et non avec la vraie unité du front. Dissident cela veut dire coupeur de l’unité ; CGT unitaire, c’est-à-dire unité. Donc vos actions sont supérieures à vos arguments. Le parti est plus fort que les dissidents, la CGT unitaire a 300 000 membres. Toutes les organisations françaises sont faibles, qu’est-ce que le parti français ? C’est le grand résidu du prolétariat sorti de la guerre, sentiment sommaire utilisé pour faire un parti communiste. Après cela, la révolution est en retard, la masse le voit puisqu’une partie des travailleurs quitte le syndicat. Il reste une élite, mais l’idéal révolutionnaire, même pour elle, est moins réalisable. Pendant ce temps les dissidents ont perdu l’autorité, mais si cette situation transitoire dure plusieurs années, comment on va retrouver les ouvriers français ? Entre les dissidents et les communistes, les rapports sont de 1 à 4 mais dans la masse le rapport des sentiments révolutionnaires vagues aux sentiments révolutionnaires conscients est de 9 à 1. Et voici les élections. Que dit l’ouvrier français ? Il dit le communisme est un bon parti mais maintenant ce n’est pas la révolution, c’est Poincaré. Il faut faire bloc. Les élections viennent alors les ouvriers se disent : le parlement du bloc de gauche est préférable au bloc Poincaré. C’est le moment pour les dissidents. Ils n’ont pas besoin d’une grande organisation et peuvent avoir une grande importance politique. Il faut donc compromettre l’idée du bloc des gauches, il faut que le prolétariat n’y participe pas.

197Il faut opposer le bloc prolétarien. Nous devons tenir le Front unique contre la bourgeoisie. Si vous provoquez cette agence bourgeoise des dissidents qui attend les grands événements, nous avons le plus grand intérêt de les appeler devant les masses et de les démasquer. Il ne s’agit pas de se rapprocher. Il y a dix-huit mois, nous vous avons dit chassez-les et aujourd’hui nous vous demandrions un rapprochement ! Mais non il ne s’agit pas de cela, il faut obliger les dissidents à préciser leur action. Il faut adapter la propagande à l’action ; nous avons un tiers ou un quart de la classe ouvrière, il faut avoir le reste, il faut d’autres méthodes pour gagner les autres, les méthodes doivent changer, nous devons prendre l’initiative des batailles d’aujourd’hui.

198Daniel Renoult. – Nous n’avons rien à faire avec le dirigeant Jouhaux. Or vous venez d’appliquer la théorie du Front unique dans les syndicats, continuez. Vous venez d’obliger Jouhaux à dire : je ne veux pas d’unité ouvrière. Il faut assurer d’ici, à la révolution, notre action : Jouhaux et Merrheim, tenteront de faire un pas en avant. C’est une tactique flexible mais énergique parce que la direction reste la même. Si les grands événements viennent on verra. Un des obstacles psychologiques pour le prolétariat c’est qu’il ne sait pas comment réaliser son action, nous proposons concrètement des actes parce qu’il y a plusieurs organisations syndicales. Si la CGTU méconnaît la CGT de Jouhaux ce sera une faute énorme parce que 300 000 ouvriers révolutionnaires, c’est un minimum. Où est le prolétariat français ? Il n’est pas avec Jouhaux mais les ouvriers désenchantés ou paresseux peuvent être entraînés dans un moment révolutionnaire. Mais dans un moment de paix, ils iront plus à Jouhaux qu’à vous car ils sont paresseux. Il faut donc obliger Jouhaux à se prononcer souvent pour le démasquer. Si la CGTU tourne le dos à Jouhaux elle ne fait que de la concurrence révolutionnaire, elle pourra commettre des fautes comme l’Union fédéraliste des cheminots. Les masses arriérées jouent un rôle énorme dans tout cela.

Conférence des trois Internationales

199On nous dit : nous ne sommes pas préparés à l’événement tellement inattendu. Oui cet événement est venu inopinément puisque Gênes a été inattendue. Si la conférence a lieu, c’est une conférence qui dirigera le destin du monde. Il doit y avoir pour le prolétariat la nécessité de faire quelque chose, propagande, meeting, démonstration afin d’orienter un peu les travaux de la conférence selon les intérêts du prolétariat. La IIe 1/2 prend l’initiative il faut dire oui ou non. Si nous disons vous êtes des traîtres, c’est toujours juste, mais les IIe 1/2 nous invitant nous n’y allons pas : notre auditoire communiste sera enchanté car il est déjà persuadé. Mais les autres existent-ils oui ou non ? Y a-t-il des ouvriers à la IIe et à la IIe 1/2 ? Ils sont plus nombreux que chez la IIIe. Voilà le fait d’importance. Adler nous invite à faire pression avec nous sur la bourgeoisie et la diplomatie, son invitation a un écho dans le monde. Lui répondrons-nous seulement vous êtes des traîtres, Scheidemann et Adler s’adresseront aux ouvriers en disant que nous sommes des traîtres au moment où nous les invitons à collaborer sur un terrain étroit et précis. Je réserve le mot traître et canaille pour après la Conférence même pendant, peut-être. La conférence aura-t-elle lieu ? Si elle avorte, si les Scheidemann la refusent, les ouvriers allemands seront furieux contre les chefs. Et alors nous pourrons les combattre sur un terrain élargi. Il faut préparer la mentalité ouvrière, on nous propose de répondre. S’il y a quelque résistance, elle sera passagère car on verra après que Renoult et Cachin resteront des révolutionnaires comme avant. Il faut dire que nous sommes prêts à répondre oui à la Conférence de Gênes pour ouvrir les yeux sur leur politique criminelle.

200Kollontaï. – N’insistez pas sur mon incident personnel, on m’a refusé la parole mais d’autres délégations auraient pu en faire autant. Mais voici la protestation ouvrière que le groupe me prie de déposer devant le Présidium et au sujet de laquelle il voudrait que fut nommée une commission. Veuillez la réclamer devant le Présidium.

  • 127 Jacques Mesnil (dit Jean-Jacques Dwelshauvers). Né le 9 juillet 1872 à Bruxelles (Belgique), mort l (...)

201Télégramme de Trotsky 303.40 et 302.98. Marchand, grande maison des Soviets, hôtel Métropole, chambre 553. C’est Jacques Mesnil127 qui a tous les documents Isvolzski, il prépare à leur sujet un grand livre.

  • 128 Gonzalès César Rodriguez, représentant du parti communiste espagnol à la réunion du Comité exécutif

202Gonzalès128 du PC espagnol signe avec les Italiens et nous nos thèses.

Lundi 27 février 1922

  • 129 Cf. sur ce point, J.-J. Panné, Souvarine, op. cit.

203Louis Sellier voit Souvarine qui lui dit : « Vous semblez ici comme des étrangers, vous n’avez pas la mentalité communiste. Le parti est comme vous, tandis que moi que vous accusez j’ai travaillé depuis que je suis à Moscou à acquérir cette mentalité communiste et j’ai donné pour cela tout mon temps et mon activité. »« Ce n’est pas exact, dit Humbert-Droz présent à la conversation. Vous n’avez pas beaucoup travaillé à Moscou. Vous vous êtes occupé des questions françaises mais quand vous avez été chargé du secrétariat des pays latins, vous n’avez pas su vous en occuper. Vous arrivez à l’Exécutif mais vous disparaissez aussitôt129 ». Et Souvarine ne répondit rien. Donc il n’a pas travaillé pour l’Exécutif qui s’en plaint. Il a traité son travail en amateur. Il a fait ses lettres personnelles et ses combinaisons.

  • 130 Losovsky est le premier intervenant de la 10e séance. Notice biographique, t. II, p. 452.

204Losovsky130. – Dans vos journaux vous avez critiqué le Front unique. Nous entendons abattre le capitalisme par ces moyens appropriés. Nous ne changeons pas d’attitude, il faut faire de la stratégie révolutionnaire. Il faut adapter de nouvelles luttes aux conditions nouvelles : avons proposé à Amsterdam le boycott de l’Espagne. Ils ont refusé. Nous avons proposé à Amsterdam de faire l’unité en France : ils ont refusé. Je vous demande si cette proposition aux chefs discrédite le Profintern ou au contraire n’avons-nous pas ainsi démasqué Amsterdam. Ce sont des questions pratiques de tactique. Il faut dans chaque pays faire le possible pour prouver aux ouvriers que nous sommes unitaires.

  • 131 Kosta Novakovic (1886-1938), membre du parti socialiste serbe dès 1907, participe à la fondation du (...)

205Novakovic131 (Yougoslavie). – La Terreur blanche signifie que toute propagande écrite ou orale communiste, toute liaison avec les organisations étrangères qui peuvent nuire à la Yougoslavie, sont punies de prison et de mort. Dès le début de l’application de cette loi le Comité exécutif du parti communiste avait reformé un tiers des groupes du parti et fait paraître trois journaux politiques et deux syndicaux. Le moral est intact, pas une défection ni dans les syndicats ni dans le parti communiste. Nous sommes maintenant illégaux.

206Le Front unique. Nous avons compris que la situation actuelle a créé le Front unique. La bourgeoisie veut écraser économiquement la Russie soviétique (je n’étais pas content de voir à Moscou la politique nouvelle) et elle veut écraser le prolétariat. Or que pouvons-nous lui opposer ? Une avant-garde. Il nous faut de grandes armées en un court délai. Il faut séparer les masses des chefs. Nous parlerons avec les chefs comme dans le Parlement. Nous appliquerons la tactique au travers des syndicats qui sont avec nous, nous avons une partie des paysans – pas encore assez – pour prendre le pouvoir.

  • 132 Cachin ne retranscrit qu’une faible part de l’intervention de Treint dont le texte sommaire a été p (...)

207Treint132. – Nous sommes en présence d’une tactique nouvelle. Thèse, scission, synthèse, Front unique. Nos dissidents sont maîtres en Loire-Inférieure et Haute-Vienne. On a dit : le processus de la scission n’est pas terminé en France. L’opposition de droite existe encore, alors, chassons-la. On dit : le parti ne comprend pas en France, ce sont les chefs qui ne comprennent pas. Dans l’état d’incompréhension où sont les gens chargés d’appliquer, c’est une tactique savante qui demande à être appliquée par des gens qui la comprennent. Partout dans les syndicats, il faut faire comprendre le Front unique aux syndicats ; à ces deux conditions le Front unique sera vite appliqué en France. Pour la conférence internationale on peut obtenir la participation du parti. Nous nous rapprochons des chefs comme la main du poulet.

  • 133 Karl Tomann, né en 1887, membre fondateur du PC autrichien, participe au IIe Congrès du Komintern, (...)
  • 134 Karl Renner (1870-1950), théoricien marxiste du droit et de l’économie politique, leader de l’aile (...)

208Tomann133 (Autriche). – Le Front unique signifie malheureusement discuter avec les chefs sociaux-démocrates. Nous avons un petit parti en face d’un grand parti socialiste, dans lequel IIe et IIe 1/2 sont mêlées. Lorsque ce parti traite avec la bourgeoisie, il envoie Renner134, mais pour s’adresser aux ouvriers c’est Adler qui vient. Il a 500 000 membres organisés, 600 000 coopérateurs, 1 000 000 de syndiqués sous son contrôle. Les communistes ont 15 000 membres. La vaste organisation autrichienne a des ramifications. Les sociaux-démocrates de Tchécoslovaquie, Hongrie, Roumanie, sont influencés par Vienne comme avant la disparition de l’Autriche. L’invitation de la IIe 1/2, disons oui, nous sommes obligés, mais que doit être cette conférence ? Adler a un plan qu’il applique aux comités ouvriers de Vienne. Quand les camarades parlent de la crainte des sociaux-démocrates devant l’unité de front par Vienne, ils se trompent. Après sa conversation avec Radek il a écrit qu’après avoir écrasé le communisme à Vienne, il veut l’écraser internationalement. La IIe Internationale voulait poser des questions à la IIIe, mais, dit-il, nous devons éviter tout ce qui peut permettre toute opposition. Nous poserons ces questions après. Il faut d’abord se rencontrer. C’est la réalisation de son plan international. Voilà le danger. À côté de ce que nous voulons il y a ce que nos adversaires veulent. Ce qu’ils veulent à cette conférence, c’est se rapprocher d’abord pour l’avenir. Pour démasquer les chefs il y a danger et difficulté. Nous avons les actions des chômeurs à Vienne. Les chômeurs se sont organisés sous l’impulsion des communistes, ils ont posé des revendications. Là étaient les sociaux-démocrates et les chefs syndicaux. Les chômeurs communistes ont posé leurs revendications et poussé à parler. On s’attendait à ce que les sociaux-démocrates fassent des réserves. Le ministre qui était là a admis les revendications. Les chômeurs nous ont délégués pour les soutenir. Nous ne pouvions pas dire aux chômeurs : ce sont des traîtres. Les chômeurs nous diraient : comment, mais nous commençons l’action, ne rompez pas le Front unique. Trois questions : il y a danger d’une organisation permanente. Où s’arrêtera le Front unique ? À la conférence internationale, que rien ne soit décidé pour entraver l’action des partis communistes dans les divers pays. Qu’on soit averti du plan d’Adler et qu’on prenne des assurances contre les ruses d’Adler.

  • 135 Mathias Rakosi (1892-1971), voir notice t. II, p. 523.

209Rakosi135. – La situation de la France est particulière, il faut en tenir compte. De même qu’il faut comprendre qu’ils n’aient pas pu là-bas appliquer les 21 conditions, mais qu’ils sont décidés à faire leur possible pour y parvenir. De même il faut comprendre leur situation présente. N’empêche qu’il leur faut faire l’effort pour faire appliquer chez eux le Front unique, c’est très possible.

  • 136 Hermann Bobst (1886-1961), ancien syndicaliste, dirigeant du PC de Suisse jusqu’en 1930, exclu en 1 (...)
  • 137 Le texte publié mentionne 8 000 membres !, op. cit., p. 148.

210Bobst136 (Suisse). – Il a peur de l’intransigeance verbale des Français et des Italiens. C’est la même que Serrati a formulée contre les thèses russes au IIe Congrès. En 1918 il y avait en Suisse 800 communistes137, on voulait unir le syndicat et la politique. On en discuta deux ans. Les syndicats votèrent contre. Le petit parti communiste suisse sentant le danger d’être loin des masses a accepté d’être de ce comité mixte. L’unité de front a, en 1921, écarté les opposants et les extrêmes-gauchistes. Nous n’avons pas fait appel aux chrétiens car la masse n’aurait pas compris et il faut tenir compte de l’opinion. Nous avons profité de la loi contre les communistes en Suisse. La loi est votée, il y a le réformisme qui va en discuter. Le parti social-démocrate et les syndicats sont intéressés. E. a fait appel au communisme suisse pour faire un comité commun. Les petits paysans sont précaires, ils sont hypothéqués, ce sera notre rôle de grouper avec les prolétaires les paysans : nous leur demanderons de lutter avec nous pour supprimer les hypothèques, nous appliquerons le Front unique selon des modalités.

  • 138 Anatoly V Lounatcharsky (1875-1933), t. II, p. 475.
  • 139 Jenö Landler (1875-1928), avocat et dirigeant du syndicat des chemins de fer avant 1914, commissair (...)

211Lounatcharsky138. – Rapport sur la Hongrie. Bela Kun est lavé entièrement de toutes les accusations d’ordres privé et public. S’il a été mêlé aux sociaux-démocrates au pouvoir c’était une nécessité. Bela Kun avait envoyé 2,5 kg d’or de l’Ambassade de Hongrie à Moscou à une fraction du parti, il est accusé d’avoir vécu mieux que ses camarades en Hongrie car il avait de l’argent. Or les communistes n’ont pas emporté d’argent de Hongrie. En prison ils mangeaient en commun. Les deux Ukrainiens mis à mort par Bela Kun et le gouvernement avaient essayé de faire une contre-révolution. Bela Kun ne s’est pas enfui, il est parti un des derniers. Un camion les a emmenés en Autriche. Landler139 est parti avec eux : c’est le chef de l’opposition.

212Rakovsky arrive de Prague. Il affirme que la conférence aura lieu. La grande question en ce moment ce n’est pas la reconnaissance des dettes par la Russie, c’est la remise de leurs biens aux capitalistes étrangers d’avant 1917 et les conditions de liberté commerciale et industrielle a leur accorder. Là-dessus les capitalistes font l’unité de front. Rakovsky ajoute que Loucheur vient de déclarer que la France était incapable de payer ses dettes à l’Amérique sous forme de marchandises ou sous forme or, aussi bien dans le présent que dans l’avenir, de sorte, dit Rakovski, que nous sommes, nous, Russes, en bonne compagnie.

213L’Opposition ouvrière. La plupart de ses chefs ne sont pas des ouvriers. Ils n’ont pas de programmes positif. Ils s’allient aux socialistes révolutionnaires et aux anarchistes. Ceux qui ont fait le soulèvement de Cronstadt s’abritaient sous leur drapeau. Kollontaï rôde autour des Italiens et des Français. Les communistes voient la manœuvre et nous font prévenir par Lola. Ils n’ont aucune action sur la masse. Dans le fond de leur opposition il y a quelque chose de sain et d’honnête. Elle exprime la protestation de l’instinct ouvrier contre les abandons du communisme, contre la déformation de l’idée syndicale, contre les excès du bureaucratisme bolchevique dont on a supprimé 50 % mais qui sont encore très nombreux.

Mardi 28 février 1922140

  • 140 12e séance.

214En Bulgarie l’Allemagne a recommencé à faire des affaires. Le change empêche le franc de lui faire la concurrence. Un franc vaut 12 leva en Bulgarie. Des capitaux français sont investis dans les banques, dans les minoteries, dans des fabriques d’exportation de tabac. Le gouvernement bulgare n’est pas emporté parce qu’il est appuyé par les Français.

215Hier, des ouvriers d’un quartier des plus attachés au communisme organisaient une réunion du parti. Cette section comprend 6 000 membres, 5 000 assistaient au meeting. Ordre du jour : la famine, pour y venir en aide, il faut saisir les parties or et pierre des églises. La religion est l’opium du peuple. Si elle a lieu à 6 h, nous arriverons à 11 h. Nous y sommes conviés Zinoviev, Rakovski, Kolarov et moi. Quand nous arrivons à 11 h, les auditeurs qui avaient attendu cinq heures étaient partis.

216On nous annonce que Tchitchérine vient d’envoyer une note, le gouvernement russe s’étonne que la conférence soit renvoyée. Il proteste. Le gouvernement russe a pris au sérieux la conférence. Est-il possible qu’une crise en France ait changé la politique en France et une autre en Italie retarde la conférence ? Le gouvernement russe s’étonne que les gouvernements alliés qui parlent tant des obligations internationales ne précisent pas et qu’ils ne tiennent pas leur parole donnée devant le monde entier. Les organes officieux augmentent la méfiance.

217Les trois sténos françaises sont malades.

  • 141 Karl B. Radek (1885-1939), notice, t. II, p. 438-439.

218Terracini. – C’est la faute à mon français et à ma défiance pour la conférence, on n’a pas compris ma thèse. Même les sténos n’avaient pas compris. Peut-être pour cela qu’aujourd’hui elles ne sont pas là. Il y a eu des interprétations nombreuses de nos dépêches. Je ne relève pas les paroles de Bobst, il n’a pas voulu nous offenser, mais il n’a rien compris. Il n’y a rien de commun entre nous et Serrati. Trotsky a dit : Nous trouvons dans vos thèses des préoccupations d’ordre moral, le désir de ne pas se réunir dans un même bureau avec les traîtres, mais Lounatcharsky affirme qu’il y a chez nous des théories. Donc ces interprétations sont contradictoires. Radek141 dit que nous sommes KAPD puis il ajoute que nous parlons comme des mencheviks. Il faut donc en face de nos critiques, rappeler nos thèses.

  • 142 Il s’agit de la participation des communistes à un gouvernement ouvrier notamment en Saxe et en Thu (...)
  • 143 « 1°) Le Comité exécutif élargi déclare par la présente que les thèses du IIIe Congrès se rapportan (...)

219Zinoviev a parlé deux heures, j’ai parlé une demi-heure. Et cependant on a parlé ici que de l’Italie. Il y a une recherche d’une matière concrète dans nos thèses. Dans la thèse du CE il n’y a que du vague. Au IIIe Congrès, qu’avions-nous dit : les Russes sont des dialecticiens admirables, ils nous ont dit que nous sommes un parti de putsch, Thalheimer a fait ici son confiteor à propos de l’affaire de mars, lorsque nous avons fait des thèses du IIIe Congrès contre le putsch. Mais nous n’avons pas changé. Nous ne sommes pas des anarchistes ni des menchevistes ni des négateurs qui s’éloignent de l’action ouvrière immédiate. Notre action se mêle chaque jour à la classe ouvrière, se jette avec elle, avec tous ses organes de lutte. N’est-ce pas un parti qui se réfugie dans les nuages ? Notre organisation même nous y oblige. Les organisations des Bourses du travail y contraignent, or, nous avons la direction de dizaines des plus grandes bourses. Là-bas nous travaillons dans les meetings, les bourses, les grèves, et ici nous serions des théoriciens négateurs ? La théorie que nous avons défendue, est-ce la lutte finale seulement ? Nous disons : Il faut l’action générale qui aboutira à la victoire ou à l’échec. La lutte contre le capitalisme n’est pas droite. Il y a des zigzags, il y a des dépressions et des actions. Sans doute chaque période a ses luttes ; nous sommes dans la période des offensives de la bourgeoisie, il faut sortir de cette période ou bien lorsque les ouvriers auront été vaincus ou bien vainqueurs (salaire, huit heures, etc.) mais le fait sera général dans le monde, c’est ce que nous avons dit. Alors dans cette conjoncture les communistes doivent dire : pas d’action partielle mais générale, il faut que nous entrions dans la masse et nous pourrons conquérir la classe ouvrière. Tous les partis ont ainsi travaillé, ils ont cherché à gagner les masses en généralisant la bataille. Alors, pourquoi nous revoir ici dans cette conférence ? La largeur de nos discussions et la passion, prouvent que nous sommes ici pour faire quelque chose de neuf : il faut poser les limites à cette série d’actions qui sont faites par les sections. Or le CE ne pose aucune limite ou donne la liberté à chaque parti de faire ce que chacun désire. La seule chose neuve qu’on veut ici c’est l’accord explicite avec les partis politiques ; c’est contre cela que nous nous opposons. Nous ne voulons qu’être communistes, mais il faut des raisons. Il n’y a aucune liaison entre ce que nous avons fait les uns et les autres et le fait nouveau qu’on veuille se lier aux autres partis politiques. Or une seule expérience a été faite et cela n’a pas été décisif. Un pays a pu faire une tactique mais nous ne croyons pas possible de la généraliser. C’est l’Allemagne qui fait cette tentative. Quels seront les développements d’un pareil mouvement, d’une pareille situation. Poser les conditions d’action immédiate ce n’est pas en accord avec les partis politiques. On veut donner à certains partis la possibilité de faire une expérience sur le terrain de la lutte politique parlementaire, nous avons vu le début de l’expérience, la lettre ouverte a été appliquée en Allemagne, c’est bien. Mais en fait on a demandé le gouvernement ouvrier et proposé la collaboration non seulement au parti ouvrier réformiste mais même aux chrétiens. Approuver les thèses de Front unique, c’est donner au parti la possibilité de refaire cette proposition. Mais çà, c’est biffer les principes de la tactique. Radek a déclaré que la participation du mouvement ouvrier est une question de principe plus qu’une question allemande142. C’est renier notre tactique. L’expérience social-démocrate est une bonne expérience car on démasquera les chefs de façon éclatante, mais l’expérience sera plus grande si les communistes ne s’y mêlent pas. Nous parlons de psychologie des masses, il faut penser à cela. Est-ce que les masses, quand nous aurons fait faillite ensemble ne nous critiqueront pas avec eux ? Le parti n’aura rien gagné, il aura à dissiper l’équivoque et le désespoir que nous lui aurons développés. Le Front unique, d’après l’Exécutif, c’est l’accord ferme entre les partis politiques, cela nuira à l’expression. Est-il vrai que l’expérience russe nous montre que la participation à un pouvoir ouvrier est heureuse ? En octobre 1917, les bolcheviks ont proposé aux mencheviks le pouvoir commun, mais Lénine au IIIe Congrès m’a dit : il faut se rappeler que l’expérience russe s’est développée en octobre dans des conditions très différentes de celles d’aujourd’hui : 1°) Les propositions des bolcheviks ont été refusées ; or, je crois que lorsque les communistes proposent aux sociaux-démocrates la collaboration, ils croient que ce sera accepté. S’ils sont sûrs d’un refus, ce serait risible d’espérer et de se baser sur le refus étemel. On ne pourra questionner avec la certitude que nous serons toujours en face d’un refus. 2°) La situation générale du temps des bolcheviks était très différente d’aujourd’hui, car c’était la guerre. Nous ne l’avons plus mais nous n’avons plus les cadres bourgeois détruits. Nous avons des parlements, des pouvoirs, et là nous avons à combattre, mais seuls. Quand nous parlons des actions communes, nous ne parlons plus de nous associer avec les chrétiens ouvriers ou les partis de la collaboration de classe de la IIe Internationale. Ainsi est-ce que le Labour Party n’est pas pour la collaboration des classes plus que les chrétiens, puisqu’il est contre les Conseils d’ouvriers et de paysans. C’est la preuve que nous ne songeons pas qu’aux Allemands qui veulent faire l’expérience de la collaboration avec les sociaux-démocrates. Notre crise même empêche la bourgeoisie de se gouverner. Dans cette situation le parti socialiste a appelé le Front unique à aller au pouvoir. Or nous, parti communiste, avons pensé : il faut que le PS aille au pouvoir, mais nous ne pouvons appuyer le PS au pouvoir, nous n’allons pas avec lui au pouvoir. Restons en dehors. Alors le PC n’a pas voulu aider les socialistes dans cette œuvre, c’est tout le sens de la réunion de Rome. Un jour après Rome nous avons recommencé notre bataille. Le dernier article de l’Ordine nuovo que nous avons ici reçu, les communistes sont clairs : les désirs de l’unité du front prolétarien non pour former des ministères mais pour grouper tous les ouvriers pour conférer à une action générale, la défense de la classe ouvrière qu’aucun ministère ne peut réaliser. Nous voulons avec les Français proposer une proposition commune, et avec les Espagnols. Terracini lit la déclaration commune143.

220Ambrogi nous explique : tant que le parti français n’aura pas de discipline ni une organisation centralisée, il peut y avoir de la cause communiste mais tant qu’il n’aura pas la discipline rigoureuse et la direction il ne sera pas communiste. Or Rosmer qui a entendu Ambrogi prononcer trois phrases (sans le contexte l’autre jour), s’étonne que les Italiens sont aujourd’hui avec nous après son appréciation contre le parti français.

221Renoult. – Après un débat aussi ample j’aurais mauvaise grâce à prononcer un long discours. D’ailleurs Terracini a posé le problème sous toutes ses faces. Il a précisé notre position en général. Les arguments nombreux et intéressants de nos camarades de l’Exécutif ne nous ont pas convaincus. Nous sommes avec eux pour les revendications immédiates, pour l’agitation générale ouvrière, on dit que nous sommes dans une période ascendante de la classe ouvrière, puis, on déclare au contraire que nous sommes dans une période d’agression bourgeoise et que la classe ouvrière n’agit pas contre cette offensive, qu’elle doit rechercher l’unité. Nous sommes convaincus de cette vérité, nous sommes avec les thèses du IIIe Congrès. Mais nous apportons des objections et des réserves. Nous disons : oui, appel aux masses pour des buts concrets, mais il faut prendre garde d’obscurcir le but final. Lounatcharsky a dit : il faut déclencher à travers le monde un mouvement général minimaliste, mais il ne faut pas que le programme minimum fasse tort à l’idée révolutionnaire. Nous savons bien que ceux qui ont élaboré les thèses ne le font pas une minute dans cette optique mais nous nous défions des interprétations comme celle de Treint. (Parfaitement, dit Losovsky). Nous sommes d’accord avec l’Exécutif sur le fond, sur la tactique : l’appel aux masses doit se faire sur le terrain économique mais nul besoin d’accord, de tractations avec les chefs des partis politiques ennemis. La IIIe Internationale risquerait de perdre le meilleur de son prestige près des masses. Ce sont les partis communistes de France, d’Italie, d’Espagne qui parlent : nous ne nous sommes pas donné le mot, c’est l’état d’esprit de nos pays respectifs. Il est puéril d’expliquer le mouvement d’anxiété de nos pays par quelques articles de quelques polémistes. Nous ne prenons pas ici la responsabilité de tel ou tel acte. Il y a une rectitude générale dans les couches les plus solides de notre prolétariat. Tous les textes sont ainsi, Losovsky a évoqué un article de Besnard : ce qu’il faut retenir c’est qu’en même temps que Monmousseau, un autre camarade de la CGTU se propose de protester. Trotsky m’a reproché de considérer les contingents de Jouhaux comme perdus pour la Révolution. Nous devons développer nos efforts pour arracher à la réaction réformiste les travaillistes. Il convient de s’occuper aussi des sans parti. Mais il faut garder à notre parti sa pureté révolutionnaire. Dès qu’une crise se produit les travailleurs se tournent vers nous. Après la chute de Briand, quand l’Humanité a commencé sa campagne, il a gagné des lecteurs, les dissidents, non. Le parti communiste est considéré comme le vrai représentant des ouvriers français. Le parti communiste allemand est apparu pendant la grande grève comme celui qui défendait les ouvriers. C’est dans ce sens qu’il faut grouper les travailleurs, c’est l’appel aux masses. Nous ne voyons aucunement qu’il soit besoin d’entrer en rapport avec les représentants des partis adverses. Il y a des périls. Ce n’est pas dans un esprit de négation et d’opposition. Encore à l’heure qu’il est nous sommes disposés à rechercher les moyens d’un accord définitif, mais la proposition de l’Exécutif ne peut nous donner satisfaction. Waletsky nous dit de hâter les démarches. Ces mots ne sont pas dans le texte. Il n’en reste pas moins que ce texte ne nous satisfait pas. Ce que nous voulons c’est l’assurance sur le terrain politique que nous ne serons pas obligés à nous allier avec les partis politiques que nous avons le désir de combattre...

222Si, dans cette direction, on veut faire des pourparlers d’union nous sommes prêts. Nous sommes des soldats disciplinés de l’Internationale, et quelle que soit votre décision, nous nous y soumettrons. Nous envisageons ainsi la Conférence internationale de Gênes. Dans la conjoncture actuelle, étant donné l’attitude de la IIe Internationale et celle d’Amsterdam, nous avons la position de nous dégager. Nous le souhaitons vivement. De cette démarche internationale il ne peut rien sortir de bon pour nous mais nous acceptons d’avance vos décisions et nous ne dirons pas une parole ni un geste qui ignoreraient l’Internationale et la République des soviets.

223On nous apprend que les Autrichiens sont avec nous pour la première partie, ils s’abstiendront sur la deuxième.

224Dans la partie de la thèse qui concerne la France, le Comité exécutif nous recommande l’unité avec les dissidents pour les empêcher d’aller au bloc de gauche. C’est ce que voulait dire Trotsky dans son discours, mais ce qu’il n’affirme point explicitement après notre conversation de dimanche.

  • 144 « Certains éléments, en réalité n’ont pas rompu avec l’idéologie et les méthodes de la IIe Internat (...)
  • 145 Karl Zeth Höglund (1884-1956), dirigeant et député du parti social démocrate suédois, signataire du (...)
  • 146 Branting, secrétaire du parti social-démocrate suédois.
  • 147 « En proposant le plan qui vient d’être ébauché, l’Exécutif de l’Internationale communiste signale (...)
  • 148 Gennari était le représentant du parti italien à Moscou. Il signe les textes du Comité exécutif mai (...)
  • 149 Amadeo Bordiga (1889-1970), notice, t. II, p. 457.
  • 150 Filipo Turati (1857-1932), représentant de l’aile réformiste du parti socialiste, voir t. II, p. 45 (...)
  • 151 « La constitution d’un front d’action unique du prolétariat ne peut se réaliser par des accords for (...)
  • 152 Le terme évoque la participation de socialistes au gouvernement qui avait suscité un débat dans la (...)

225Réponse de Zinoviev : Quelques mots de défense pro domo. On lui a reproché sa polémique vive. Le rapporteur officiel devrait être plus ennuyeux, nous n’avons pas l’habitude de faire des salamalecs. Nous parlons franchement. Dans nos thèses, paragraphe 22, il est dit que le Front unique clarifiera la vie du parti144. Cela démasquera les opportunistes partisans du front d’organisation ; ainsi nous l’avons vu en Allemagne, Levi voulait aller à l’unité des organisations. Levi est entré chez les indépendants. Enfin il y a Fabre, l’unité de front signifie Unité avec les dissidents, c’est l’opposition. En Suède Höglund145 se réveille de la même façon. Au 50e anniversaire de la social-démocratie, Branting146 a fait un discours avec Höglund, et Höglund a dit au camarade ; « Social-démocrate : tu étais pour l’Unité de Front puisque tu es allé de gauche à droite. » Nous avons signalé le danger au paragraphe 21147. Höglund le prouve puisqu’il comprend de travers l’unité de front. Ce n’est pas le bloc, nous serons dans cette situation. Ceux qui craignent d’appliquer le Front unique, il se peut que l’Exécutif, lorsqu’ils l’appliqueront les retiennent. C’est compréhensible. Si la position française est compréhensible – car les Français ont la majorité – celle des Italiens ne l’est pas. Les Italiens ne sont pas contents, eh bien ils sont parmi les premiers à appliquer le Front unique. En octobre Gennari148 vote les thèses au nom du parti italien. Le 7 octobre Bordiga149 défend le Front unique contre les Français. Il parle au Congrès. Il arrive maintenant un télégramme des Italiens et des thèses qui sont en opposition avec ces thèses. Nous ne comprenons pas. Maintenant ils sont avec les Français, ils désavouent Gennari. Il y a inconséquence. Les Italiens disent avec les chefs des syndicats oui, mais non pour le parti. C’est incompréhensible parce qu’ils sont plus pressés à se rencontrer avec d’Aragona qu’avec Turati150. Je ne comprends pas le télégramme de Bordiga. Qu’est-ce que le congrès du parti par l’intermédiaire des syndicats ? C’est de la casuistique. Si vos représentants syndicaux se réunissent avec les représentants syndicaux du parti socialiste italien, c’est le parti qui se réunit, alors vous revenez à la conception réformiste des syndicats. Si le syndicat est le parti devant lequel les partis confrontent leurs idées, vous ne pouvez faire cette cloison étanche entre la rencontre des chefs syndicaux et politiques. Vous dites qu’il y a une crise importante en Italie, depuis deux mois la situation est impossible. Or quel est le mot d’ordre des communistes italiens ? Il n’y a pas de politique dans cette crise italienne, çà devrait être le gouvernement ouvrier, votre mot d’ordre. Vous avez dit : les Italiens seront disciplinés, mais en août 1920 il y avait une formidable vague révolutionnaire. On dit, parce que le parti socialiste a trahi, la bourgeoisie est passée à l’offensive, Mussolini est dans l’impasse, impossible. Il y a effervescence dans la masse, la bourgeoisie voit qu’elle ne peut régner qu’avec la social-démocratie. Appui direct ou indirect. La bourgeoisie a besoin du socialisme, de la social-démocratie, il y a eu lutte dans le parti socialiste. Participation au gouvernement ou intransigeance. Leur dilemme est : ou unité de front avec la bourgeoisie ou unité de front avec la classe ouvrière. Il faut dénoncer l’union avec la bourgeoisie et dire au parti socialiste italien, faisons l’unité de front, le front prolétarien contre la bourgeoisie. Ce n’est pas l’unité de front avec la bourgeoisie, c’est séparer le parti socialiste de la bourgeoisie, ce n’est pas du millerandisme. Le parti socialiste italien n’acceptera pas cette idée, mais lorsque nous aurons fait cette proposition aux Italiens vous éloignerez de lui les prolétaires. Il ne s’agit pas de faire le gouvernement mais de le proposer. Toute la construction de Terracini est sans vie, abstraite. Dans les thèses de Terracini qu’il a lues six fois sans les comprendre, le paragraphe 5 est la quintessence. Il est faux en tout. Ce paragraphe 5151 , si on ne veut pas traiter avec un parti parce que ce parti a eu idée d’un programme tandis que les syndicats sont plongés dans la classe ouvrière, mais notre parti c’est celui de la classe ouvrière, son programme doit être sur terre et non dans les nuages. Et puis le parti social-démocrate n’a plus de théorie. Si la tactique de Front unique a montré qu’il y a des opportunistes, il y a des sectaires et leur construction abstraite. Regrettons que le parti communiste italien qui est bon, meilleur dans sa vie que dans ses thèses, soit dans cette situation inconséquente. Nous avons fait notre diagnostic. Dans l’état des Italiens, la recette c’est le gouvernement ouvrier en Italie. Vous dites : Thuringe et Saxe, c’est du millerandisme152. En Thuringe et Saxe, nos camarades ont pu prendre la responsabilité de mettre la bourgeoisie au pouvoir. La grosse question, c’est de gagner les masses. On peut légitimer devant les communistes le fait que les sociaux-démocrates au pouvoir sont pires que les bourgeois car ils ont l’influence sur les ouvriers. Mais pour le prouver aux autres ouvriers, il faut ne pas laisser dire aux ouvriers que les communistes mettent les bourgeois au pouvoir. Les masses ce n’est pas une personne qu’on trouve dans la rue : c’est dans les partis et les syndicats qu’on les trouve. Nous devons tendre à rendre adversaires des sociaux-démocrates les masses et non tendre à ce que les masses soient adversaires du communisme. Les Français ont des raisons différentes de celles des Italiens. En ce moment, ils sont avec les Italiens mais ce n’est pas clair car ils sont avec Méric et Morizet. Gonzalès a signé mais n’a pas fait tort à son parti en signant la déclaration [...] car le parti espagnol est au commencement, il est très jeune et n’a pas de masses. Zinoviev comprend les difficultés du communisme français et sa position et dit que c’est une tradition ici de critiquer le parti communiste français. Nous savons que les adversaires peuvent se servir de nos critiques contre nos camarades. Nous avons en France un grand parti qui a fait un bon en avant considérable, un parti qui lutte, nous connaissons ses mérites, ceux de Cachin pour sa propagande et ses interventions sur la Révolution russe : ce parti a fait un pas formidable. Nous reconnaissons ce qui est : nous luttions il y a deux ans pour savoir si on était pour ou contre la défense nationale. Depuis deux ans, un pas formidable est apparu dans la vie de la IIIe Internationale. Il fallait dire cela bien que nous n’aimions pas nous faire des compliments. Nous pensions que nos thèses apporteraient une grande confusion en France. Mais elle aurait pu être plus grande. Il y a la voix des ouvriers de gauche dans la protestation des Français, c’est vrai car les masses françaises ont été souvent trompées. Lorsqu’on vient leur dire qu’il faut parler à nouveau à des traîtres, ils se méfient, mais on ne peut fonder une tactique internationale sur l’émotion de la France. L’Humanité fait une campagne contre le Front unique, ce sont les campagnes de Morizet et Méric qui ont entretenu l’émotion. Après une campagne pareille, étant donné le tempérament français, nous pouvions attendre qu’une délégation française vienne nous casser les côtes. Quand on dit que la IIIe Internationale veut le bloc avec Briand, ils s’insurgent, mais si nous leur disons que c’est pour démasquer les traîtres, ils comprendront avec leur esprit vif. L’important c’est que nos camarades leur disent ce que veulent faire les camarades de Moscou. La CGT unitaire rompra avec nous dit Renoult or il faut faire la conquête de cette organisation. Cette organisation comprendra le Front unique puisque ses dirigeants font de la prose sans le savoir : Monmousseau est contre dans ses articles, mais Monmousseau est pour dans la vie. Ils comprennent la volonté des masses et qu’il faut rejeter sur Jouhaux la responsabilité de la scission. Dernièrement Frossard après avoir pris position contre le Front unique, le recommande dans un article sur les 8 heures : il faut réaliser le Front unique sur les 8 heures, j’applaudis, c’est cela qu’il faut. Mais après avoir écrit cela, il faut voir que cela découle d’une tactique globale du communisme. Cachin nous a dit avoir fait un programme concret de revendications. Confondez Jouhaux avec ce programme, démasquez-le. L’unité ouvrière, quand même, dit Frossard, voilà le bon Front unique. Il fait de la prose sans le savoir. Il fait des articles dans le sens de l’unité de front. Renoult a posé la question des chefs. Cet argument est d’une grande importance. Mais il y a une position de principe : il faut précisément détacher les masses des chefs, c’est pourquoi il sera nécessaire de parler aux chefs, la difficulté c’est de les séparer, comment ferez-vous ? Nous sommes obligés de faire la grimace pour les embrasser avant de les étouffer. Longuet l’a compris bien qu’il ne soit pas gêné. S’il est vrai que le parti de Longuet est sans troupes, si ce sont des chefs sans masses, nous n’avons rien à faire avec eux. Si nos camarades français le prouvent, nous ne dirons pas à nos amis français allez avec eux puisque nous voulons seulement atteindre les masses. Il est possible qu’en France il faille accepter cette idée qu’il n’y a pas à s’adresser aux longuettistes, mais au moins nous avons à nous marier avec la CGT de Jouhaux. Ce que nous voulons ce sont les masses.

226La Conférence

  • 153 Ce passage du discours de Zinoviev n’a pas été repris dans le compte rendu publié.

227C’est une question secondaire mais tout de même il faut répondre oui ou non. D’abord nous ne pensions pas aller aussi vite. Moi-même, lors du Présidium, j’ai demandé d’attendre, mais les faits politiques sont intervenus. La Conférence de Gênes, l’appel d’Amsterdam, l’appel à la IIe Internationale, l’appel de la IIe 1/2 qui est un progrès, nous ne pouvons ignorer cela. Ce n’est pas le sort de la Russie qui sera discuté à Gênes c’est le sort de la classe ouvrière internationale153. Il s’agit de grouper là tout le prolétariat pour exprimer sa politique. Nous vous disons qu’il ne s’agit pas de sauver la République, la Révolution soviétique mais de vous sauver vous-mêmes. Sans doute nous avons à souffrir chez nous de la faim plus que vous. Mais nous avons la victoire. La classe ouvrière sait qu’elle reprendra ses concessions quand elle le voudra. La République soviétique sait qu’elle doit beaucoup aux ouvriers de l’Europe mais nous ne pensons pas que le soutien de la révolution doive menacer le mouvement ouvrier des autres pays. En débloquant le mouvement révolutionnaire chez vous, vous aidez la Révolution russe, nous ne pouvons nous sauver que lorsque vous serez forts et victorieux. Nous avons une proposition devant nous : elle est venue de la volonté de la classe ouvrière ; nous avons à poser à cette conférence la même question à nos adversaires : unité de front avec la bourgeoisie ou unité de front avec nous ? En 1919 à Berne, nous avons dit non, mais la situation était très différente. La IIe Internationale avait perdu son crédit. Henderson dit que si les Russes étaient venus en 1919, nous n’aurions pas la division. Nous répondons qu’en 1919 il n’y avait pas de parti communiste. Aujourd’hui, c’est différent parce que la bourgeoisie est obligée de discuter avec nous. Elle voulait, avant cela, nous étouffer, puis les partis communistes qui se sont constitués doivent aller aux masses, par d’autres voies que celles de 1919. La classe ouvrière doit se défendre. Il faut dire oui à la convocation. Nous ne pouvons pas publiquement dévoiler notre stratégie à nos adversaires, mais nous devons dire ce que nous voulons : une démonstration contre la bourgeoisie, grouper la classe ouvrière sur un programme unique, ce qui nous unit en paroles à la IIe Internationale et à la IIe 1/2. Ils accepteront les 8 heures, etc. nous le savons mais ils ne pourront pas réaliser le droit de grève des fonctionnaires. Nous allons les prendre au mot, les démasquer dans chaque pays. Ils signeront tout mais ils agiront ensuite contre leurs engagements, nous chercherons à grouper les revendications qui réunissent tous les ouvriers. Pour la guerre future il s’agit de prendre à la gorge les impérialismes nationaux. Qu’allons-nous faire pour les empêcher d’agir ? On le dira clairement en le popularisant. Adler veut que cela se passe dans la tranquillité mais il n’y aura pas d’union sacrée avec eux jusqu’au bout. Il y a des difficultés, des dangers. Ils sont réconciliés avec Renaudel, mais si nous invitons Renaudel à parler à Paris, nous inviterons les ouvriers à le siffler, le huer, le jeter par la fenêtre. Il faut le mener devant le prolétariat pour que le prolétariat le hue. Sur la question des 8 heures, il faut créer l’atmosphère de lutte pour que ce mot d’ordre vienne dans une conférence internationale, les ouvriers, les sans-parti, pourront être entraînés par l’appel qui sera général. On pense que derrière tout cela il y a Tchitchérine. Je reviens encore à ce que Lénine a déjà publié il y a longtemps dans La Maladie infantile du communisme. Alors, nos camarades l’ont cru dans l’abstraction, maintenant ses thèses sont devenues une réalité politique, notre théorie n’est pas un dogme, c’est une méthode de lutte. De même que les bolcheviks ont manœuvré près des libéraux bourgeois puis des mencheviks, nous avons fait après Octobre des compromis avec les socialistes révolutionnaires de gauche, des compromis pour leur arracher les paysans, et cependant, aux yeux du monde, il n’y a pas d’animal plus féroce que les bolcheviks. Le parti communiste français n’a que la majorité de l’avant-garde, il ne suffit pas d’avoir l’avant-garde, vous ne pouvez engager une lutte avec elle, ce serait un crime. Ils s’élèvent contre ce qu’a dit Treint de la propagande : la propagande, c’est essentiel. Treint, a eu un mot malheureux. Les Français n’engageront pas de polémique à ce sujet. On a dit que les chefs de la IIe Internationale sont usés et qu’ils nous rouleront. Kerensky et les autres sont très intelligents mais ils sont bêtes dans l’action. Plekhanov a dit ce sont des demi-bolcheviks, ils se sont démasqués, ils sont traîtres à la classe ouvrière et ils sont traîtres à la bourgeoisie. En présentant des compromis avec elle ils jettent la classe ouvrière dans nos bras. La bourgeoisie a deux ailes : la bourgeoisie conséquente et la IIe et la IIe 1/2. Nous avons chassé Levi nous demandons aux Français d’expulser Fabre, agent de la bourgeoisie chez nous. Les chefs de la IIe et IIe 1/2 sont bêtes, ils croient à une réconciliation possible entre les classes, ce n’est pas une manœuvre, un machiavélisme de les dénoncer. Nous avons pour nous le développement historique. On ne peut contenter la bourgeoisie et l’ouvrier. Voilà notre arme, c’est avec cette arme que nous allons agir. Nous avons tout à faire pour que nos camarades de France et d’Italie fassent l’unité de front. Nos camarades ont dit : nous serons disciplinés, mais nous n’attendions pas moins d’eux. Il ne s’agit pas simplement d’une discipline, mais d’un acte politique de grande importance. Dans six mois vous nous donnerez raison. Nous avons des partis auxquels manquent les grandes masses, nous avons commencé à les gagner, continuons. Nous sommes dans une situation politique qui pousse les masses à se grouper, utilisez la situation selon les conjonctures où vous êtes. Avoir de grands partis en contact avec la masse, c’est déjà la moitié de la Révolution.

  • 154 « Un passage de mon discours d’hier sur l’unité de front, qui pourrait être mal interprété, m’amène (...)

228Treint lit une rectification de son papier sur la propagande154.

229Zinoviev demande une commission pour essayer d’unir la majorité de nos camarades italiens et français.

230Radek. – Nous voulons chercher le minimum de points sur lesquels nous ne sommes pas d’accord pour faciliter les moyens d’application, chercher sur les points précis qui inquiètent nos amis. Importance de l’accord. Le premier pas après le vote des thèses serait l’étude de la conférence. Pour l’application des thèses, ce sera laissé aux différentes délégations qui causeront avec l’Exécutif.

  • 155 Il s’agit d’une commission de 17 membres, avec notamment Métayer de la délégation française, pour m (...)

231Zinoviev. – Si vous voulez voter tout de suite, libre à vous, trouvez une formule acceptable, c’était le vœu de la minorité. Incident Métayer. La commission de 17 est nommé155.

232Les Russes de l’Opposition ouvrière déposent leur protestation sur le bureau élu devant la conférence. Il y a une réponse du Bureau politique du Comité central du PC russe. 22 camarades ont envoyé un texte à la conférence, un groupe de membres du parti a le droit de porter une plainte contre le Comité central à l’organisme supérieur de l’Internationale. Nous sommes prêts à présenter à la Conférence ou en commission spéciale, toutes les explications nécessaires sur le caractère de la lettre. En attendant, voici le texte du Xe Congrès (mars 1921) sur l’unité du parti et l’orientation anarcho-syndicaliste. L’un des camarades a été exclu pour indiscipline, les 21 autres sont du groupe condamnés pour tendance anarcho-syndicaliste par le Xe Congrès.

  • 156 Le texte de cette intervention a été publié dans le Bulletin communiste, 22 avril 1922, p. 317-318.

233À 8 h, commission française : Daniel Renoult présente notre réponse aux quatre questions de Zinoviev156. Ker réclame l’exclusion immédiate de Fabre par l’Exécutif qui doit faire jouer l’article 9 de ses statuts. On nous dit : le parti doit être le maître chez lui, alors, demande Ker, que faisons-nous ici ? L’Exécutif n’est pas assez intervenu dans nos affaires. Zinoviev trouve suffisante la déclaration de Renoult. Métayer déclare : Nous prenons l’engagement de soutenir la proposition de l’Exécutif, mais nous demandons que l’on tienne compte de la dignité du parti français et qu’on lui laisse le soin de l’exclusion. Selon Clara Zetkin, puisque les délégués ont pris leur engagement c’est suffisant, il ne faut pas que ce soit l’Exécutif qui prenne la décision, c’est au parti français d’agir. Nous demandons aux délégués présents d’inviter immédiatement les camarades à ne plus écrire au journal de Fabre puis faisons-leur confiance. Pour Treint c’est non, il faut qu’on puisse dire : c’est un ordre de Moscou car notre parti est trop malade pour agir énergiquement et frapper Fabre. Clara Zetkin répond que ce que vient de dire Treint est l’arrêt de mort du parti français. S’il est aussi malade qu’il le prétend, vous pourrez, vous, Exécutif, exclure Fabre, cela ne donnera pas de la vie au parti français.

234Treint. – En outre vous nous proposez notre réintégration mais en l’acceptant, nous faisons un grand sacrifice, nous voulions en appeler au parti lui-même et nous faire réintégrer par lui. On nous blâme dans la résolution de Renoult, il faudrait cependant connaître nos raisons, nous avons donné notre démission pour protester contre la politique de la majorité.

235Souvarine. – Pourquoi les délégués extraordinaires du comité directeur ne veulent-ils pas travailler avec nous qui faisons partie de la délégation française ?

236Métayer. – Parce que dès le premier contact nous nous sommes aperçus que ce n’était pas possible. Je demande la suppression des fractions, l’entente cordiale si on ne veut pas la mort brève du parti.

237Zinoviev. – En Tchécoslovaquie nous avons soutenu longtemps une fraction avant l’unification. Aujourd’hui c’est le parti dans son entier que nous soutenons sans aucune distinction. Si par extraordinaire le parti français prenait une attitude hostile à la IIIe Internationale, nous verrions ce que nous avons à faire. S’il ne frappe pas à droite qui existe au moins en embryon, s’il ne répond jamais aux lettres de l’Exécutif, alors nous agirons autrement. Mais après la déclaration de nos camarades, nous pensons qu’il faut étouffer les fractions dans leur germe. La délégation pourrait dès maintenant commencer à travailler avec Souvarine de manière plus unie.

238Trotsky. – Treint et Souvarine se plaignent que la résolution contient pour eux un blâme, mais la résolution est équilibrée, elle frappe Fabre, elle les blâme puisqu’ils ont commis une faute en démissionnant. Puis le blâme est compensé puisqu’on vous demande de rentrer au comité directeur. Quant à Fabre, nos camarades déclarent que ce n’est pas sérieux. Mais il y des symptômes de maladie qui sont inquiétants en eux-mêmes et qu’il faut faire l’opération chirurgicale à temps.

239Souvarine. – Sur la direction du Bulletin communiste et la question Dunois à l’Humanité : nous demandons des précisions avant de prendre des engagements. Je réponds : Nos camarades du comité directeur et du conseil d’administration de l’Humanité ont pris certaines décisions. Nous ne pouvons d’ici les retirer et les casser. Si, rentrés à Paris on obéit, des deux parts aux appels d’unité réelle et cordiale que nous ferons, il y aura entente sur les questions dont parle Souvarine. D’ici nous ne pouvons rien décider par dessus la tête des organes normaux du parti.

240Zinoviev estime que l’affaire du Bulletin communiste est un épisode de la guerre de tendances. On a enlevé le bastion Souvarine par une attaque du style Ludendorf. C’est un acte de guerre. Si vous faites la paix comme dit Cachin, la paix ne manquera pas d’avoir des conséquences. On nomme une sous-commission chargée de mettre au point les réponses de Renoult. L’argument employé par Wirth pour mettre fin à la grève des cheminots, il a fait venir les chefs. Si vous laissez les communistes maîtres du mouvement, c’est la guerre civile. Ou si ce n’est pas la guerre civile, ce sera la répression. Dans les deux cas, c’est la violence. La voulez-vous ? Ils ont compris.

241Kolarov me dit : Il y a des Bulgares qui émigrent en Amérique du Sud, il leur faut un visa français à Constantinople. Pour obtenir le visa, le consul français exige la preuve qu’on n’est pas communiste. Immixtion des autorités françaises dans les affaires bulgares. Le général de Fortou chef de la Mission militaire française a menacé le gouvernement bulgare qui critique la politique française, de prendre des mesures contre eux. Les journaux publient cela et pourraient le commenter.

242L’an dernier, 1 000 délégués ont passé en Russie et en sont retournés. C’est l’indice que la police laisse faire en Allemagne. A Stettin elle était achetée.

243Lénine ne dort plus à la suite de fatigue nerveuse.

244En ce moment il est hors Moscou et les médecins lui interdisent tout travail. Boukharine a donné un tel effort pour expliquer la politique nouvelle qu’il est aujourd’hui dans un sanatorium d’Allemagne où il est soigné.

245D’après Humbert-Droz la vie ouvrière est très sensiblement améliorée depuis la nouvelle politique : l’ouvrier reçoit un salaire, des objets en nature, et il se fournit pour le reste à sa coopérative qui reçoit de l’État tout ce que celui-ci peut lui donner. La monnaie : la valeur du rouble soviétique diminue chaque jour. Le gouvernement est satisfait de voir malgré la basse valeur de la devise, qu’elle est cotée sur le marché international. Un jour ou l’autre il supprimera quelques zéros sur ces roubles et rétablira ainsi la valeur de la monnaie. Comme le rouble sert surtout à l’intérieur du pays, les conséquences seront moins graves. Après le IVe Congrès, il y aura un Congrès paysan.

Mars

Mercredi 1er mars 1922

246La collection Morozov à Moscou possède 145 tableaux français parmi lesquels 5 Van Gogh, 11 Gauguin, 2 Degas, 5 Maurice Derain, 4 Matisse, 5 Claude Monet, 2 Pissaro, 17 Cézanne, 2 Signac, 4 Renoir, 5 Sisley, 6 Otton Fritz.

  • 157 Cette élection n’avait d’autre portée que symbolique puisque Marty restait incarcéré en France.

247Lénine est malade, il faut s’adresser à Gordounov, directeur des Affaires du Conseil des commissaires du peuple ou à Smolnikov ou à la secrétaire de garde du camarade Lénine ou à la secrétaire du Conseil des commissaires du peuple, la camarade Fetieva. L’usine qui a élu Marty au Soviet de Moscou, c’est l’usine Dynamo (1 000 ouvriers)157.

248Réunion de la commission française pour le Front unique

249À 11 h Zinoviev déclare que l’Exécutif approuve les thèses de décembre et donne mandat de discuter avec les sections les plus importantes des mesures immédiates pratiques qui devront être entreprises dans chaque pays pour la réalisation de la tactique qui doit être accommodée aux conditions de chaque pays. Terracini : Voulez-vous que nous fassions le gouvernement ouvrier en Italie ? C’est impossible.

250Renoult. – Pour nous le Front unique c’est l’appel aux masses. Pour vous le Front unique c’est le choix politique du gouvernement ouvrier. Nous sommes opposés à ce deuxième point de vue.

251Trotsky. – Après la discussion qui éliminait les malentendus sur le Front unique la thèse de l’Exécutif ne présente aucune atténuation contre les réformistes. C’est la continuité de notre pratique par les sections nationales de l’IC et le développement de la tactique des congrès précédents. Suit le texte de Zinoviev.

252Terracini. – Vous dites nous sommes contre la proposition mais la nouvelle politique est en contradiction avec toute la tactique de la IIIe Internationale.

253Trotsky. – On peut discuter si en ce moment il est nécessaire ou possible de s’allier à Renaudel, mais il est nécessaire d’établir que nous sommes en bataille plus que jamais contre eux. Tant mieux si le prolétariat français a d’abord protesté, mais il faut qu’il réfléchisse.

254Renoult. – Vous nous proposez de parler élections, d’accord avec les dissidents. Non. Vous proposez au parti italien un gouvernement ouvrier avec Serrati. Non. C’est là le différend. Nous ne pouvons accepter.

255Zinoviev. – Qu’allons-nous faire ? 36 délégations sont là, quatre sont opposées mais resteront disciplinées. Alors y aura-t-il majorité et minorité puis déclaration de discipline ou bien chercherons-nous une approche commune. C’est la deuxième hypothèse qui est la meilleure parce que si les partis s’opposent à nous dans l’application il y aura des difficultés. Il faut donc rechercher une unité ouvrière d’autant plus que les Italiens pratiquent le Front unique et les Français aussi. Si dans les mois qui suivent des divergences d’opinions suivent, il y aura lieu de rouvrir le débat. Il ne s’agit pas d’un acte isolé mais d’opérations variables selon les pays. Comme point de départ un vote unanime serait préférable.

256Terracini. – Pour répondre à l’offre d’entente de Zinoviev et de Trotsky, nous voulons donner l’impression de l’unanimité. Nous proposons : il ne faut pas que l’ordre du jour se fasse sur le Front unique. L’Exécutif prend acte de la discussion, des raisons de l’opposition des partis français, italiens et espagnols et de l’accord de toutes les autres délégations. Il déclare passer à la nomination d’une commission pour régler l’application dans chaque pays. Nous faisons ainsi un effort de conciliation.

257Trotsky. – Il vaut mieux voter si vous ne permettez pas à la Conférence de dire qu’elle est pour le Front unique, vous conserverez la liberté dans chaque nation.

258Zinoviev. – La proposition de Terracini est inacceptable. Il faut aller au vote. On ne peut accepter la proposition italienne, votre attitude est très regrettable. Nous répondons : il faut admettre que dans les discussions chaque nation garde son point de vue et le défende, c’est dans l’action qu’il faut de l’unité.

259La deuxième question : la Conférence accepte la proposition de l’Internationale IIe 1/2. Elle propose qu’Amsterdam y assiste ainsi que toutes les organisations ouvrières quelles qu’elles soient dans le monde. Tâche unique : attaque grandiose contre le capitalisme. Partout c’est l’agression du capitalisme. Profitant de la division ouvrière le capitalisme essaie d’accabler les ouvriers. Des traités secrets nouveaux s’élaborent, des guerres nous menacent : mêmes les chefs des syndicats des transports et de la métallurgie le déclarent. Dès lors il faut s’unir, celui qui refuse de faire front avec tous les ouvriers est avec la bourgeoisie. À la Conférence, l’IC proposera de soulever l’action simultanée et collective de tous les ouvriers. L’ordre du jour ne peut être que celui-là. L’unité peut être obtenue malgré les divergences. Les ouvriers qui savent ces divergences s’unissent pour la lutte en faveur de leurs revendications immédiates. Nous laissons les questions les plus discutées, nous comptons sur la victoire de notre point de vue. Nous disons : préparation de la lutte contre l’impérialisme, secours pour la reconstruction économique de la Russie, reconstruction des régions dévastées par la guerre, protestation contre la paix de Versailles et les autres. Nous sommes d’accord avec l’idée que cette conférence doit coïncider avec des grèves.

260Renault. – Nous ne pouvons accepter cela.

261Terracini. – Jamais nous ne pourrons inviter les organisations ouvrières, toutes, par exemple les chrétiens. C’est trop cher payer notre attitude d’intransigeance.

262En résumé lorsqu’on nous a proposé dans la commission de voter un texte commun, comme nous avions accepté la proposition conciliatrice de la commission, nous avons commencé par repousser le texte de l’Exécutif. Puis nous nous sommes concertés avec les Italiens et avec eux nous avons proposé de voter un texte unanime d’où seraient exclus les termes d’acceptation du Front unique. Naturellement Zinoviev et Trotsky ont refusé. Trotsky a quitté la salle, Zinoviev a manifesté son mécontentement. On a décidé par conséquent de passer au vote puis on a examiné la réponse de l’Exécutif à la proposition de l’Internationale IIe 1/2. Comme là aussi nous avons maintenu notre proposition, Zinoviev nous a demandé de formuler notre refus à la tribune avec motif. Entretemps l’Autrichien Vertheim a déclaré que l’amendement Trotsky lui donnait satisfaction et qu’il se ralliait à l’Exécutif.

263À 11 h 30, avec Trotsky et la délégation française : Trotsky demande si on a préparé des textes. Daniel Renoult va répondre.

264Souvarine a élaboré une résolution il la lit, Trotsky et Daniel Renoult la repoussent.

  • 158 Le texte intégral est publié dans le Bulletin communiste du 22 avril 1922, p. 308-309.

265Trotsky lit son propre travail qui, après des rectifications de forme, est adopté à l’unanimité158. Trotsky nous dit : demain vous serez dans une commission où sera discutée l’affaire russe, je vous prie d’être aussi franc et brutal avec nous que nous le sommes avec le parti français.

266Trotsky s’est défendu de suivre les indications de Souvarine : il ne l’a pas vu plus d’un quart d’heure depuis son arrivée en Russie. En réalité, c’est Rosmer qui le documente, classe les faits relatifs à la France communiste et joue près de Trotsky un rôle des plus importants.

267L’Internationale Syndicale Rouge. Séance plénière

  • 159 Salomon Losovsky (1878-1952), notice t. II, p. 452.
  • 160 Il s’agit de la Charte d’Amiens adoptée en 1906 par la CGT qui affirmait la vocation révolutionnair (...)

268Losovsky159. Les communistes français n’ont pas défendu le point de vue de l’Internationale Syndicale Rouge, ils n’ont rien fait dans l’Humanité, aucune campagne pour soutenir le point de vue de Moscou. Dans les derniers mois avant Marseille, le parti s’est donné le droit d’avoir une opinion sur les syndicats mais pendant sept mois il n’a rien fait. Dans le syndicalisme français il y a la croyance que c’est le syndicat qui fera la révolution. Cet esprit existe même dans les rangs du parti. On reste attaché à Amiens160 alors que depuis il y a eu la révolution. C’est spectaculaire qu’Amiens soit revendiquée par les syndicalistes, les anarchistes, les communistes, les réformistes. Donc il faut que les communistes apportent des éclaircissements dans cette situation.

269Dans la CGTU l’esprit de netteté manque, les libertaires l’ont imprégnée. C’est un grand danger pour le mouvement ouvrier, les métallurgistes pousseront la CGTU à la débâcle. Les réformistes sont intelligents, Merheim est un paysan madré et le dit lui-même. C’est aux syndicalistes communistes qu’il convient de donner la ligne de conduite pour que la CGTU ne tombe pas dans l’idéologie. Les syndicalistes français qui ont créé avec nous l’Internationale Rouge Syndicale, sont dans l’expectative. Les CSR participeront à notre deuxième congrès, c’est tout.

270En Italie, deux tendance : un bloc dans le travail pratique, deuxièmement les anarchisants de l’Union syndicale italienne adhèrent au principe de l’ISR. Ils demandent à convoquer un congrès hors de la Russie. Il y a des camarades italiens qui réclament l’adhésion individuelle.

271En Espagne, le conseil de la CGT a laissé son bureau au comité exécutif pour étudier les décisions du Ier Congrès. La majorité espagnole est pour l’adhésion, deux fédérations se réservent.

272En Argentine trois tendances : adhésion sans réserve, une pour l’adhésion avec réserve, une troisième pour créer une autre Internationale Syndicale Révolutionnaire.

273En Amérique, communistes, anarchistes, syndicalistes mais discussions sur l’adhésion immédiate. Les IWW : quelques éléments sont tombés dans le réformisme américain. Ils sont contre nos décisions à cause de la liaison organique. Chez eux s’est formée une fraction qui est pour l’adhésion immédiate.

274C’est le même tableau en Suède, en Hollande. En Hollande, congrès en mars, la moitié est pour et l’autre moitié est contre, de même en Suède. Le Congrès anarchiste de Berlin, en octobre, a décidé de créer une nouvelle Internationale syndicale. Les anarchistes français, allemands, italiens, espagnols l’ont résolu. Le congrès exige de tous les anarchistes travaillant dans les syndicats qu’ils aident à la création de l’Internationale Syndicaliste Révolutionnaire qui soit indépendante de toute influence extérieure. C’est ouvertement contre notre Internationale Syndicale Rouge. Dans le mouvement syndical révolutionnaire mondial il y a donc deux courants, un pour nous l’autre non. C’est pour nous une grande difficulté mais nous surmonterons ces différences parce que les ouvriers exigent une entente avec l’Internationale Syndicale Rouge car pour un militant l’idée de se refuser à toute entente avec nous ne peut être pratiquée. Nous aurons le IIe Congrès qui nous grandira. Il y a contre nous des entraves : comment conquérir les syndicalistes ? La question se pose selon chaque pays, nos minorités que nous avons : partout leur nombre grandit. En Angleterre le PC a une section syndicale mais peu forte contre le Labour. En Allemagne 9 millions de syndiqués. Nos communistes influencent 2,5 millions d’ouvriers. La CGT italienne, qui avait signé avec nous l’ISR, est allée à Amsterdam. Mais dans cette CGT il y a un tiers de bien organisé avec les communistes. C’est en Italie que le noyautage a trouvé les meilleures formes. Il n’y a pas un seul pays où nous n’ayons pas de minorité. En Espagne deux organisations dans la CGT réformiste ; il y a des fédérations pour nous.

275Il y a deux Internationales : Amsterdam et Moscou. Moscou est faible, Amsterdam est fort. La force d’Amsterdam est une force de conservatisme national ouvrier. Dans leur rapport de 1922, leur rapport dit : en France nous avons 1,5 million d’ouvriers. C’est faux. En Italie ils comptent 2 300 000 ouvriers syndiqués. C’est faux. Dans les 9 millions d’Allemands un tiers est contre eux. En Tchécoslovaquie ils comptent tout pour eux. C’est faux, la majorité est avec nous. Leurs statistiques sont inexactes.

276Cependant Amsterdam est une force du conservatisme ouvrier en Allemagne, en Angleterre, en Autriche et en Belgique mais chaque fois il faut faire une action internationale. Toutes les organisations syndicales nationales sont prêtes à leur défense propre mais incapables de faire un effort général. Il y a 24 ou 25 organisations internationales d’industrie. Faut-il conquérir ces fédérations du dedans ? Oui, nous avons créé des comités de propagande parmi les fédérations, dans l’industrie du bois nous avons la majorité. Dans le bâtiment nous avons beaucoup d’organisations qui restent dans les fédérations internationales. Dans les transports nous avons une fraction, etc. Dans les cuirs et peaux, la moitié, cela veut dire qu’ils ont quitté Amsterdam mais ne sont pas encore chez nous. On dit l’ISR, c’est trop tôt ou trop tard. On a tenté de la liquider en Allemagne. La crise du PC d’Allemagne a eu sa répercussion. Non ! Nous avons cherché à garder l’unité. Nos Tchécoslovaques pourraient avoir la majorité. Ils l’ont refusé de même qu’en Norvège. Les gens d’Amsterdam disent : si nous ne restons pas majoritaires nous cassons, en France, en Tchécoslovaquie, en Norvège. Dans les derniers mois les réformistes demandent la liquidation de l’ISR. Comment faire le Front unique avec Amsterdam ? Nous n’avons jamais fait acte de scission. Nous avons recommandé de rester dans les organes d’Amsterdam. Il faut faire tout pour gagner l’organisation et y rester. Cependant Amsterdam dit : ils veulent la scission. Or nous n’avons jamais chassé nos minorités mais nous ne faisons pas de sentiment. Nous nous adressons souvent à Amsterdam pour leur proposer des actions définies contre la scission en France. Dans tous ces pourparlers avec Amsterdam nous avons toujours exposé l’idée maîtresse : nous sommes prêts à rester dans la minorité mais lorsque nous avons la majorité nous ne pouvons vous la céder. Nos amis de Norvège nous proposent une conférence avec Amsterdam pour examiner toutes les questions du mouvement au moment de Gênes, nous sommes toujours prêts à agir avec Amsterdam. Ce n’est pas Amsterdam qui a la force. Oudeguest fait les manifestations réformistes et Fimmen, les révolutionnaires. Il y a dans la masse, plus ou moins partout, un courant pour l’unité et les éléments révolutionnaires prennent toujours de plus en plus le dessus. Nous ne sommes organisés que depuis six mois. Si nous travaillons encore un ou deux ans nous grandirons car les ouvriers révolutionnaires, car les communistes, avec leurs sous-tendances et leurs courants, veulent englober tous les éléments révolutionnaires du monde entier. Nos perspectives sont bonnes : l’ISR c’est la chair de la chair qui forme la base de l’IC.

277Brandler. – La tactique communiste a été fixée par les deux congrès derniers. Au dernier a été créé le Profintern. L’offensive patronale commande notre tâche. Nous n’avons pas à donner de nouvelles recettes au syndicalisme. Il y a des organisations historiques c’est là qu’il faut mener notre lutte. Il faut les faire sortir du réformisme pour les faire venir au plan révolutionnaire. La bourgeoisie n’est pas un bloc, de même pour le prolétariat. Notre but est d’utiliser les contradictions économiques de la bourgeoisie. En Allemagne nous savons que Stinnes et Rathenau n’ont pas de sympathie pour le communisme, mais ce sont deux bourgeois en lutte. Rathenau représente les produits fabriqués, Stinnes les matières premières, fer et charbon. Quand Rathenau s’est fait le défenseur de la socialisation des usines c’était dans la lutte de la bourgeoisie industrielle contre ceux des matières premières. Il faut que nous saisissions ces luttes pour mieux lutter contre elles.

278Est-ce que le Profintern doit être liquidé ? S’il ne sert qu’à réunir les communistes qui sont au syndicat ce n’est pas utile. Il doit grouper tout le prolétariat révolutionnaire qui voit l’inutilité de la tactique réformiste. Il y a des communistes mais il y a aussi des masses non communistes. Voilà la tâche, c’est d’éloigner les masses des chefs réformistes. Il doit grouper les prolétaires autour de l’élite révolutionnaire. Toute lutte économique se change en lutte politique. Les chefs cheminots répètent qu’elles sont économiques mais nous ne bataillons pas idéologiquement avec eux. Notre rôle c’est de voir qu’il y a une masse qui s’est mise en lutte pour des petits buts économiques et qui a fait un mouvement de caractère ample et vaste. Il faut maintenir élever là les groupes, avoir sur eux de l’influence. Dans les pays où les communistes sont faibles il n’y a que la propagande de possible. Mais là où nous sommes forts c’est l’action qui importe.

279Historique des formes d’organisation ouvrière

280En Angleterre, sous le chartisme, les Anglais étaient révolutionnaires, aujourd’hui ils sont réformistes. Leur histoire est celle du mouvement anglais. En France, le pays a été (dominé par le) capital financier plus qu’industriel, la classe ouvrière a connu les barricades. Il faut comprendre l’attitude antipolitique des syndicats. Il y a eu trahison des chefs politiques et syndicaux . C’est de là l’origine de l’action directe. Mais la grosse tâche est celle du parti à l’intérieur du syndicat. Nous avons observé de la réserve là-dessus : ce n’est pas un hasard que les Français soient contre le Front unique et que les syndiqués soient peu nombreux. Le travail est difficile mais il faut le faire. En France la CGT a groupé 2 millions, c’est énorme, mais les syndicats ont rapidement perdu leurs membres. Le prolétariat a été trompé. Il a cru qu’il réaliserait rapidement ses buts, comme il n’a pas réussi, il a abandonné les syndicats. Il faut adapter notre lutte aux conditions.

281Si le parti veut avoir une base prolétarienne il faut entreprendre ce travail dans l’organisation syndicale. Il faut préparer tout le parti, utiliser le parlement pour défendre le prolétariat dans toutes ses luttes économiques afin que le prolétariat sente que le PC est le reflet politique de ses luttes économiques. Il faut un travail patient méthodique dans cette voie. La tâche du Profintern est de dire : on ne peut avoir une section de l’Internationale Syndicale Rouge en France que si le PC nous aide. Il faut donc faire des cadres qui travailleront dans les syndicats. Les illusions du prolétariat français sur la démocratie sont plus faibles que dans les autres pays. Le prolétariat n’a plus ces illusions mais n’a pas l’expérience des luttes sociales modernes comme en Allemagne ou en Autriche. Il faut porter l’action du PC sur le mouvement syndical. En Allemagne il y a tous les jours plus de cent réunions où nos cadres travaillent dans les syndicats malgré les fautes de notre parti nous progressons. Levi veut liquider le mouvement syndical rouge, il ne connaît pas de mouvement syndical ailleurs. La parole du FU a été mal comprise : on a compris unité d’organisation. C’est faux, il faut des organisations indépendantes, bien opposées dans leur principe.

282On a parlé de grouper tous les ouvriers non d’après les usines mais nationalement pour la défense de leurs salaires. Pour les pays à change haut, les employeurs cherchent à abaisser les salaires. Là, il faut s’adresser à l’ensemble des ouvriers, les lier, lier la lutte des salaires des cheminots à celle des mineurs et autres. Mais dans les pays à change faible, on lutte pour un mark mais pendant la lutte le mark a eu tellement de soubresauts que l’augmentation est vaine. On ne peut grouper là les ouvriers que dans des mouvements temporaires au moment où les ouvriers sont frappés. Là on peut grouper les ouvriers sur des choses générales : impôts, cherté de vie, etc. mais pas sur les salaires. En Pologne et en Norvège, les camarades disent si nous avons la majorité nous restons à Amsterdam. Si on conçoit le Profintern comme ça il n’y a qu’à nous liquider. Il faut que nous formions un gros bloc en face d’Amsterdam. Nous devons tendre à opposer une force internationale révolutionnaire à Amsterdam. Les syndicalistes ont des préventions nous les avons invités au IIe Congrès. Aujourd’hui dans tous les pays à « allure syndicale » on clarifie les idées. Le rôle des communistes est de demander aux syndicalistes à formuler leur opinion, à parler de notre idéal et nos conceptions, nous serons obligés à la lutte. La tâche des fédérations est de faire un programme d’action. Il faut révolutionner les syndicats pour en faire, au lieu d’un paravant qui sert la bourgeoisie, une puissance révolutionnaire.

283La présidence du comité de l’usine Dynamo nous invite à aller demain à 6 h parler aux ouvriers. C’est l’usine qui a envoyé Marty comme délégué au Soviet de Moscou.

284La famine

  • 161 Willi Münzenberg (1889-1940). Militant puis responsable des organisations des jeunesses socialistes (...)

285Rapport de Münzenberg161. Il propose quelques résolutions au Présidium pour qu’il les juge. Lorsqu’en automne nous avons pris la décision de lancer une campagne pour les affamés on craignait que l’action politique des partis soit mise à l’arrière-plan au profit de la philanthropie. Ces craintes ont été fausses. La question de la famine est une des plus brûlantes. 30 millions d’hommes sont en danger de mort. Les gouvernements polonais, finlandais et voisins ont espéré que de la calamité, sortirait la révolution. Dans les pays occidentaux rien n’a été encore envoyé en Russie.

  • 162 Le texte imprimé mentionne 30 convois ! Compte rendu cité, p. 194.

286Même l’Amérique a jeté un filet sur la Russie qui peut être un danger. Amsterdam a utilisé la famine pour sa propagande politique, c’était donc une question politique. Cela a été une occasion de former le Front unique. Amsterdam s’y refusait mais ça a permis à nos sections de rapprocher les ouvriers de la Révolution et du communisme en Suisse en Hollande. C’est le plus beau mouvement de solidarité internationale. Il ne se ralentit pas depuis six mois. Nous avons des comités ouvriers dans le monde entier sous le contrôle des communistes, on a atteint des intellectuels, des artistes. Les résultats en janvier : 200 millions de marks allemands et 13 convois162. Amsterdam n’a ramassé que 60 millions plus un convoi. En Suisse, 300 000 sociaux-démocrates ont rassemblé 75 000 marks mais 7 000 communistes, 190 000 marks. En Hollande, les sociaux-démocrates et syndicats d’Amsterdam ont réuni 38 000 florins mais les communistes et syndicalistes 78 000 florins.

287Dans les gouvernements de Saratov, Samara, Tcheliabinsk, Tsaritsine nous avons des organisations, nous ravitaillons 70 000 hommes. Heureusement nous nous occupons que des enfants. L’action du Komintern a un impact politique à l’étranger, ici aussi. Tandis que les sociaux bourgeois employaient leur action philanthropique à un but politique et à la propagande contre-révolutionnaire, nous sommes là pour leur opposer la contre propagande révolutionnaire.

288Nous demandions si nous devions continuer. Il y a fatigue en Suisse, Hollande, il y a chômage mais Outre-mer et dans quelques pays il y a encore des efforts à faire. En Amérique nous ne sommes qu’au commencement, nous allons continuer, les socialistes bourgeois continueront. Nous allons même rechercher de nouvelles méthodes de propagande. Ici se greffe l’aide économique à la Russie. Nous avons ouvert une exposition d’art russe à Berlin pour récolter de l’argent. On discute pour envoyer des jouets de bois en Amérique pour les vendre pour les affamés. Les 9/10 de l’argent vont aux aliments. Le gouvernement soviétique a fait venir 20 millions de tonnes de blé qui sont dans les ports. Nous voulons soutenir les forces productives, remettre en état les pêcheries de la Volga. Des régions demandent l’aide pour la production et le ravitaillement. Les ouvriers bûcherons offrent le tiers de la production. Avec les accumulations des boîtes de conserve on les cède pour les retravailler, et faire des objets en fer blanc sous le contrôle des coopératives et de l’État. Alimentation des travailleurs. Utilisation des émigrés politiques. Aide à la reconstruction économique de la Russie dans les régions affamées. La grande Commission d’aide aux affamés aide le Komintern dans cette œuvre. Cette demande correspond à une pression de certaines sections occidentales qui veulent venir en Russie. 6 000 ouvriers vont venir en Russie au printemps, ils auront une concession dans les mines de Sibérie. Ils feront une coopérative d’État. Des syndicats du bois en Suisse vont reprendre des fabriques de meubles de Moscou et envoyer des ouvriers en Tchécoslovaquie, ils ont fait des emprunts pour l’aide. Les sociaux-démocrates disent c’est le retour du capitalisme en Russie nous voulons montrer qu’on peut faire des entreprises ouvrières qui seront appuyées par l’État. C’est de l’agitation utile. Des ouvriers viendront envoyés par les communistes des sections nationales. On nous envoie des habits pour les ballets Russes mais nous les avons vendus pour acheter des aliments. Il faut dire ce dont nous avons besoin. Il faut poursuivre notre campagne et charger le Présidium d’étudier plus en détail ce coté de l’aide.

28928 Hongrois sont arrivés hier à Moscou. Ce sont des communistes qui furent échangés contre des officiers blancs hongrois prisonniers en Russie. Il y a parmi eux d’anciens commissaires du peuple et l’ancien maire de Budapest pendant la Révolution, c’est un orateur remarquable Bocani. Ces hommes ont échappé à la mort par miracle, la plupart de leurs camarades ont été pendus, l’un d’eux a été fusillé mais dans la troupe de communistes qui furent exécutés avec lui il ne reçut que quelques balles. Il fut soigné, guéri, à nouveau condamné à mort lorsqu’est arrivé l’échange russe.

290Safarov me dit qu’il a demandé aux communistes anglais de s’occuper des Indes et de l’Égypte et de commencer une campagne dans leur presse et dans les parlements en faveur de la libération des indigènes coloniaux, les Anglais ont répondu pourquoi voulez-vous que nous nous en occupions plus que les autres nations ?

291La nouvelle politique

292Sokolnikov. – La nouvelle politique économique du PC et du gouvernement exprime un certain rapprochement des forces des classes qui existent chez nous. La classe ouvrière et la classe des petits paysans, dans un effort commun, ont renversé le régime semi-féodal, bourgeois et monarchiste. Après la victoire du bloc ouvrier et paysan la question est celle des rapports des deux classes victorieuses ?

293Ce bloc était uni dans la lutte contre les capitalistes et les propriétaires fonciers. Tant que cette lutte acharnée avait lieu la question ne se posait pas. Mais le lendemain, elle s’est posée. La nouvelle politique économique exprime la reconnaissance par le PC de la petite propriété agricole sur ses instruments de travail et le bétail. C’est une reconnaissance de la petite propriété. Il faut reconnaître que la politique du PC et du gouvernement des trois ans de la guerre civile n’était pas l’expression d’un principe de la confiscation de la petite propriété. Nous avions déclaré que le blé du paysan était à l’État et que l’État ouvrier pouvait disposer de ce que possèdait la classe paysanne. Cela nous mettait en contradiction avec nos principes parce que dans notre programme d’avant la révolution d’Octobre nous avions reconnu que la révolution n’est pas un rêve qui peut réaliser immédiatement le communisme mais que c’est une révolution qui ouvre une période transitoire du capitalisme au communisme pendant laquelle le régime de la propriété petite et de la petite économie gardera son importance. C’est par une révolution économique que le rôle du paysan et de l’artisan et du petit commerce sera réduit et non par une politique d’expropriation de la petite propriété et d’une communisation forcée du travail industriel. Pendant la guerre civile nous avons eu recours à des moyens de lutte en contradiction avec nos principes. C’est pourquoi la reconnaissance de la petite propriété paysanne et le refus de poursuivre le communisme agricole ne constituent pas une contradiction avec les principes communistes. Il était nécessaire pour les ouvriers de se mettre d’accord avec les paysans sur ces principes. Ainsi la classe paysanne pouvait reconnaître la révolution économique, la confiscation de la grande propriété industrielle, la nationalisation de la grande industrie bancaire, des transports, du commerce. Est-ce que la classe paysanne reconnaîtra ce programme économique de la classe ouvrière ou bien se mettra sur le terrain des bourgeois ? La classe paysanne, dans sa majorité, ne se met pas contre le prolétariat russe, elle ne combat pas le gouvernement soviétique, elle reconnaît le programme économique du prolétariat. La preuve c’est que la confiance des paysans grandit. Il n’y a plus d’émeutes contre le gouvernement. Comme le PC, pendant la guerre civile, est allé plus loin qu’il ne se proposait lui-même, certains camarades croient que nous accomplissons un mouvement en arrière. Cela prouve-t-il qu’il ne fallait pas faire ce que nous avons fait ? Je crois que la politique que nous avons suivie était inévitable, il était impossible de discerner entre les capitalismes, grand, petit et moyen. Il fallait combattre tout ce qui se mettait sur le terrain bourgeois. Il fallait combattre l’ennemi avec les armes les plus efficaces, terreur politique, terreur économique. Notre politique de guerre civile était dirigée contre nos ennemis. C’était une destruction. Nous avons employé les moyens les plus dangereux pour désorganiser économiquement nos ennemis pour les priver de toute influence politique et économique. Ce programme qui mettait à la disposition des ouvriers toutes les ressources du pays, bétail et blé, était justifié. Mais après la victoire, il était impossible de poursuivre la politique antérieure, il fallait passer à la politique économique actuelle. La différence entre les deux politiques ne s’explique pas par le seul changement de notre politique vis-à-vis des paysans mais aussi dans les villes, dans l’industrie. Ici le problème fondamental est : comment organiser la domination économique du prolétariat dans un pays où la classe ouvrière est la minorité de la population, où la grande industrie est faible dans un pays arriéré en techniques industrielles. Il n’est pas indispensable que la domination économique du prolétariat s’exprime par une organisation étatique de toute l’industrie grande, petite moyenne. Ce serait une façon de désorganiser le prolétariat.

294La vie économique ancienne était dominée par un groupe puissant de banquiers qui contrôlaient la vie du pays. Est-ce que les banques possédaient les entreprises industrielles, de commerce et de transport ? Non ils se contentaient d’une partie essentielle, la partie clé. En ayant cette clé ils dominaient la vie économique. Nous devons remercier, pour leur leçon, les capitalistes qui ont su organiser leur pouvoir. Il nous faut tirer profit de leur leçon. Il n’est pas nécessaire d’organiser par l’État tous les petits commerçants ni la petite industrie. Il nous faut conserver à la classe ouvrière des positions dominantes, nous devons le reconnaître nettement, ni le PC ni les ouvriers ici ne possèdent assez de force pour avoir leurs représentants dans toute l’industrie, le commerce, etc. Reconnaissons que la tentative d’organiser toutes les entreprises, petites y compris, a échoué. Parce qu’actuellement il ne s’agit plus de combattre la bourgeoisie vaincue, il faut savoir tirer profit de cette victoire et organiser rationnellement la domination économique du prolétariat. Une certaine résurrection du régime bourgeois résulte de la nouvelle politique économique, c’est inévitable. Nous avons nationalisé le petit commerce non pas parce que nous avions des forces suffisantes pour y recourir mais parce que pendant les années de famine, il était inévitable que les ouvriers prennent ce qu’il y a pour survivre, pour ne pas mourir et continuer la lutte. Mais cette période est passée : notre parti se rend compte des conditions économiques d’un pays arriéré, nous cédons ce terrain et nous concentrons nos forces sur les positions dominantes. Le deuxième problème est celui des rapports de la République soviétique avec les États capitalistes. Tant que nous étions bloqués sans contact, nous avions une tactique imposée. Maintenant qu’il n’y a plus de blocus, il n’y a que deux réponses :

2951°) La révolution doit rester isolée et la Russie ne doit rien y avoir de commun avec les États bourgeois. Elle doit se revigorer par ses seules ressources économiques. Il suffit de dire cela pour comprendre que c’est absurde ;

2962°) Il est inévitable que la révolution s’insère dans le milieu économique qui l’entoure même sous le régime de la propriété capitaliste où une certaine division du travail mondial se fait. Si dans un pays la révolution socialiste triomphe cela ne veut pas dire que la division du travail mondial est supprimée. Le rôle de la Russie dans l’économie européenne n’est pas supprimé par la révolution. Il doit se modifier mais c’est un processus qui demandera des années. Si la Russie agraire voulait l’ignorer, ce serait une politique de réaction économique. Quant à la classe ouvrière européenne, dans quelle situation internationale serait-elle mise par une politique révolutionnaire qui tendrait à l’isolement économique de la Russie. Nous devons montrer à la classe ouvrière de l’Europe les ressources inépuisables que possède la Russie socialiste. Ici il pourrait être produit assez de blé pour que la famine et le déficit de pain disparaissent en Europe. Notre point de vue doit être de reconnaître que c’est seulement par une nouvelle organisation initiale économique qu’il serait possible de sortir de la crise économique. Dans une certaine mesure cette communication économique entre la Russie et l’Europe se fait. Le PC russe a adopté une politique qui favorise les relations économiques. Mais tant que la révolution n’a pas triomphé en Europe (et ce n’est pas notre faute) ce sont les capitalistes que nous avons en face de nous. Donc le capital européen va pénétrer en Russie après la débâcle de l’intervention militaire. Cette nouvelle intervention économique est une menace grave pour la Révolution russe et européenne et cependant nous devons reconnaître que cela doit avoir lieu, c’est une certaine façon de lutter que nous ne pouvons éviter. Il est pernicieux pour nous mais l’histoire ne nous en a pas donné un autre. Nous devons lutter contre cette expansion. Quelles sont les garanties face au capitalisme qui pénètre en Russie, de ne pas être dévoré par lui. Ces garanties nous les avons dans cette salle. C’est seulement par la lutte croissante, par le renforcement des mouvements de prolétaires en Europe et en Amérique que cette menace peut être diminuée. Nous avons eu des moments plus grave : après Brest nous étions à la merci d’un impérialisme hostile et cependant grâce à la solidarité internationale nous avons été sauvés. Nous espérons que le mouvement révolutionnaire en Europe nous aidera à soutenir la lutte. Il y a un autre motif qui justifie notre politique. Quel système est préférable en Russie ? Ce point de vue est non exclusivement russe mais aussi celui des partis communistes européens. Est-ce un régime où le communisme serait réalisé à 99 % mais où les conditions objectives ne sont pas encore données ? Cela amènerait un affaiblissement politique et économique de la révolution. Ou bien est-ce un régime qui sauvegarde le pouvoir politique et qui donne à la Russie soviétique le pouvoir d’augmenter sa puissance, d’accélérer son développement économique pour pouvoir réaliser, dans la politique européenne, la puissance agrandie par un renforcement politique international économique. Je crois que, du point de vue de l’intérêt de l’Internationale, notre politique doit rendre à la Russie le plus tôt possible son rôle international.

297La Russie est paralysée par la misère, la famine, la guerre, elle est rendue presque impuissante par la misère. Elle doit s’organiser rapidement pour pouvoir jouer un rôle dans les crises politiques et économiques. Si le capitalisme vient nous fortifier, le renforcement de la Russie représente un renforcement de la révolution en Europe. C’est une lutte, il faut soutenir cette lutte. Dans la presse menchevik, on affirme que la nouvelle politique économique est une politique de la liquidation de la révolution, de Thermidor, ce sont les mencheviks russes qui l’ont dit. Mais il faut rappeler au camarade Martov qu’immédiatement après Octobre et depuis, il a affirmé que nous avons fait un coup d’État bonapartiste, quatre ans après 18 Brumaire nous avons Thermidor ! On nous a critiqués pendant quatre ans comme bonapartistes. Au contraire nous devons rappeler que ces gens là nous ont, déjà pendant Brest et la guerre civile, traités de traîtres, d’espions allemands, etc. Nous avons montré que nous sommes le parti du prolétariat qui tire sa force de sa capacité de manœuvre. Nous sommes les représentants d’une classe organisée. Nous avons l’unité et les possibilités de manœuvre, d’adapter la tactique aux nécessités du moment et de donner à la classe ouvrière les moyens de tirer profit de toute situation pour sa tactique actuelle. Que dit la classe ouvrière russe de notre nouvelle politique ? Celle-ci ne rencontre pas de résistance dans la classe ouvrière, au contraire elle qui avait beaucoup à souffrir est dans une situation meilleure actuellement. Tant que les ouvriers travaillent dans les usines chez les entreprises privées, le PC les soutient. Le gouvernement est dans les mains de la classe ouvrière quoique dans l’entreprise le patron a le pouvoir économique mais la classe ouvrière garde le pouvoir politique. Pas de mauvais traitements, pas de violences du pouvoir capitaliste : ici le pouvoir politique est dans la main des ouvriers. Un mouvement de jaunes, une organisation de briseurs de grève, en fait, est impossible en Russie. Tous les moyens de justice se tournent contre le propriétaire, les syndicats professionnels sont soutenus par le pouvoir politique, c’est pour cela qu’il serait illusoire de croire que la classe ouvrière sera en contradiction demain avec le pouvoir des Soviets. Ce qui peut arriver c’est que dans la période transitoire ces groupes ouvriers aient à souffrir. Par exemple les ouvriers des usines qui travaillent pour le gouvernement se trouveront parfois dans une situation moins favorable que ceux qui seront sur le marché libre. Quand la réorganisation économique sera terminée et que l’État ne gardera que le strict minimum, il pourra plus facilement éliminer les différences. La classe ouvrière en Russie se rend compte qu’elle est la première classe doiminante dans l’État. Nous n’en sommes pas encore à l’anéantissement des classes. Notre tâche, par la nouvelle politique économique, est de conserver le rôle dominant de la classe ouvrière. L’appréciation de notre nouvelle politique ne peut être distraite de la situation mondiale. La crise économique ne s’affaiblit nullement. Dans tous les pays elle rend de plus en plus instable l’économie bourgeoise. La guerre économique féroce continue en Europe et en Amérique. Les conflits politique aggravent les conflits économiques, des coalitions se forment, se décomposent de nouveau et se reforment. De petits États européens, sortis de Versailles mènent une vie fantôme et une politique aventurière. Les États vaincus sont menacés. La réaction mondiale s’organise et se prépare à la revanche. Partout les organisations du prolétariat révolutionnaire se fortifient et le prolétariat international se prépare pour la lutte. Cette époque transitoire du capitalisme au socialisme est déjà arrivée. Nous sommes en Europe dans cette situation transitoire. Nous sommes à la veille d’une nouvelle période de crises, de guerres et de révolutions. Notre tâche consiste ici en Russie à vaincre le plus tôt possible la misère, la famine, la faiblesse, la destruction économique pour devenir un facteur puissant et mettre dans la balance de l’histoire la force organisée du premier État socialiste.

  • 163 Heinz Neumann (1902-1937), étudiant en philologie à l’Université de Berlin, membre du KPD qui le dé (...)

298Commission russe : Cachin, Neumann163, Zetkin, Friis, Ker, Terracini, Kolarov.

299Trotsky nous raconte qu’au moment de la Révolution russe d’octobre tous les intellectuels français étaient à la tête de ceux qui nous critiquaient le plus violemment. Cela se comprend. Ils sont enveloppés dans l’atmosphère de la bourgeoisie de manière continue. Quelques-uns d’entre eux ont des sympathies intellectuelles ou morales pour la justice mais ils prennent la civilisation présente pour l’unique civilisation et lorsque nous voulons l’abattre ils se retirent violemment.

  • 164 C’est seulement après le IIIe Congrès que se structure le Présidium appelé jusqu’alors le petit bur (...)

300Le Présidium : trois Russes, un Français, un Allemand, un Italien, un Balkanique. On propose neuf au lieu de sept, et qu’à l’avenir on choisisse non selon les nationalités mais qu’on prenne les personnalités les plus qualitatives, les plus représentatives et les plus compétentes164.

301On fait objection qu’un congrès de 1 000 personnes c’est coûteux et de peu de résultats pratiques. Il vaut mieux ou des congrès restreints ou des conférences de l’Exécutif élargi comme celle-ci.

  • 165 Il s’agit des communistes anglais confrontés aux exigences du parti travailliste.

302Les Anglais165 répondront au Labour : nous ne pouvons renoncer à nos idées, nous voulons avoir dans le Labour la même liberté d’expression que toutes les autres organisations qui en font partie. Nous serons disciplinés dans l’action. Ainsi il faut une réponse générale, plus quatre réponses aux quatre questions.

Jeudi 2 mars 1922

303La presse communiste (rapport d’Humbert-Droz). Il faudrait une conférence spéciale ou, pendant le IVe Congrès, une réunion pour la presse. Les partis n’ont pas obéi aux suggestions de l’Exécutif, on n’a pas fait de journal prolétaire comme la Pravda ou à son imitation. Les journaux ont un type externe qui différencie selon les pays : mais ils ont l’allure des journaux bourgeois de l’endroit, cela provient de la nécessité d’accrocher les masses. Si on offrait à Paris un journal comme la Rote Fahne il ne serait pas lu : ils ne veulent plus avoir affaire à un type uniforme. C’est par le contenu que nos journaux doivent différer. Le contenu est souvent déterminé par les conditions nationales. Or il faut créer un journal qui permette de toucher les masses les plus profondes du prolétariat. Pour le répandre dans les couches des ouvriers qui sont seulement sympathisants, il faut leur donner les nouvelles, les incidents de toute la vie nationale et extérieure. Mais il faut faire l’éducation communiste du lecteur. Pas trop d’articles théoriques, les Italiens sont trop théoriques pas assez populaires, les journaux français sont faits par des journalistes de profession, pas assez par des ouvriers. Au moins qu’ils vivent dans les milieux ouvriers, ils n’ont pas de contacts avec la classe ouvrière, dans ses cercles, dans sa vie quotidienne, au travail, dans ses distractions, aussi faut-il la collaboration ouvrière elle-même avec des lettres d’ouvriers d’usine parlant de leur vie, des actes d’autorité, des salaires, etc. Il faut écrire le journal de la défense ouvrière, cela non seulement dans un article de fond mais dans tous les articles. Les enquêtes sur la vie des ouvriers ne remplacent pas ceux-là. C’est un voyage de touriste. Les ouvriers doivent écrire eux-mêmes. Il y a des difficultés, on recevra des manifestes généraux puis on satisfera les vengeances. Il y a donc un travail considérable pour éduquer nos correspondants à l’usine, pour mettre au point des lettres. Il suffit que les patrons sachent qu’on va les mettre sur le journal pour que beaucoup ne commettent pas d’injustices. Ainsi le journal est une arme dans la main d’un ouvrier. Puis il y a la collaboration verbale : le journaliste reçoit les doléances. Il fonde un comité d’ouvriers chargé de collaborer avec la rédaction de nos journaux, de dire l’écho du journal dans la classe ouvrière. Les comités doivent être des comités de propagande pour recruter des lecteurs, des abonnés, pour savoir les raisons des désabonnements.

304Hebdomadaire. Deux dangers :

  1. Localisme mais on peut y remédier par le bulletin de la presse communiste comme en France ;
  2. Lorsque les partis sont jeunes il font de la propagande théorique. On reproduit des articles étrangers qu’on ne touche pas, qui ne touchent pas les problèmes de politique ouvrière des pays mêmes. Il faut une agence télégraphique internationale communiste et ouvrière. Que vaut Rosta ? Rosta n’est pas un service de l’IC mais est utilisée par les rédacteurs des journaux communistes166. C’est une agence très imparfaite. Nos journaux doivent rayonner, ils doivent évoquer la vie publique entière, ils doivent être l’arme de la classe ouvrière et être un centre d’attraction comme d’affection pour les ouvriers.
  • 167 La revue a été créée en octobre 1921 conformément à des décisions du IIIe Congrès.

305Thalheimer. – La Correspondance Internationale de Berlin167. Il n’y a pas de correspondance en Angleterre ni en Amérique, Asie, Turquie. Que les correspondants de Russie s’occupent davantage de faire des articles sur la vie intérieure et sociale de la Russie. Il n’y a pas assez d’articles syndicaux. Un seul numéro par semaine a-t-on dit, mais nous pensons qu’il faut deux numéros.

306Zinoviev. – Il faut désigner deux camarades, un syndicaliste, un politique responsables pour la Correspondance. Il faut reproduire les articles.

  • 168 Joseph Stanislassovitch Unshlicht, (1879-1938), membre du Comité militaire révolutionnaire de Petro (...)

307La question des Éditions. La liaison Unshlicht168.

308Déjeuner chez Taratouta. Il nous dit que dans trois mois la tactique du Front unique n’aura peut-être plus sa raison d’être et qu’elle lui semble faite pour la réunion de Gênes.

309Le Ballet de Moscou reste le plus beau du monde, 600 exécutants, on y consacre encore une grande somme d’argent malgré la misère car l’école de danse russe est séculaire, fait vivre 2 000 personnes et que malgré tout les dépenses sont productives dans le budget général.

  • 169 Nestor Makhno, (1889-1935), paysan anarchiste libéré de prison par la révolution participe à la lut (...)

310Les prisons dans lesquelles sont les mencheviks sont confortables. Il nous cite l’exemple d’une jeune femme qu’on relâcherait volontiers à condition qu’elle promette de se tenir tranquille. Elle répond : non je recommencerai demain. Makhno169, n’a jamais été ici, il est maintenant en Roumanie où le gouvernement roumain le tient en réserve contre la Révolution russe. Il y a environ 150 personnes en prison à Moscou.

311Réunion publique à l’usine Dynamo, à 6 h. La réunion se fait dans l’usine au milieu des anarchistes. Rite ordinaire. Les questions suivent : quid des paysans français, que pensent les ouvriers français de la nouvelle politique russe ? Que font chez vous les mencheviks ? L’orateur de l’usine nous demande ce que je pense du Front unique. Les ouvriers du Dynamo restent jusqu’à présent maîtres de l’usine, l’ingénieur est un de leurs camarades. Ils possèdent un domaine à côté de l’usine qui est hors Moscou. Expédition en automobile pour aller à la réunion, on quitte vite le centre de Moscou et on arrive aux faubourgs, aux petites maisons en bois, à la mode grand-russe, aux larges rues mal entretenues avec des fondrières qui font bondir l’auto. L’ordre du jour envoie son salut aux ouvriers de Charonne et à Marty. Il me demande de prier Marty de venir à Moscou dès qu’il aura été libéré, il souhaite que ce soit le plus tôt possible.

312Au moment où les capitalistes vont entrer en Russie il sera impossible de garder les prisonniers politiques révolutionnaires mencheviks, anarchistes, les prisonniers politiques socialistes révolutionnaires, mencheviks anarchistes en prison, ce serait paradoxal.

313Taratouta nous dit : « Ici nous sommes tous malades, épuisés nerveux. »

  • 170 Cachin n’a pu assister à la séance de la commission où Trotsky prononce son intervention la plus gl (...)

314Concernant le discours de Trotsky sur les questions françaises pendant la réunion du Dynamo170, Daniel Renoult nous dit qu’il était mauvais ; il a attaqué des personnes, Pioch et Méric, à peu près à la mode de Souvarine. Sans doute ses critiques sont justes, indiscutables mais il reste entendu que dans la résolution il ne sera aucunement question des personnes, on s’en tiendra aux critiques générales. C’est lui qui a été chargé de la rédiger. La résolution sur la question française a été votée unanimement. C’est d’une grande importance politique car il fallait mettre fin à la crise actuelle. Le parti français traverse une période mouvementée, il s’adapte à une situation politique et économique trouble, spasmodique, c’est là la cause de la crise. Après tout le parti français ne s’est pas trouvé tel qu’il sera lorsqu’il viendra au pouvoir dans la révolution. La commission constate que le parti français ne manque ni de la volonté ni de la capacité nécessaires pour faire son progrès nécessaire. Le Congrès de Marseille a montré ses capacités révolutionnaires en votant des résolutions sur les syndicats et la question agraire. Néanmoins c’est dans ce congrès que la crise a surgi. Personnelle, politique ? Sans doute des questions personnelles jouent un grand rôle en politique mais il y a toujours dans les différences de gens une base idéologique, une certaine tendance menace de faire tache d’huile. Elle regrette l’ancienne unité, elle est pacifiste petite-bourgeoise. Elle est pour le bloc des gauches et critique le centralisme. La commission a décidé de surveiller ces tendances, une résolution commune a été votée. Dans l’intérêt de l’Internationale on prie les camarades, démissionnaires à tort, de rentrer au comité directeur. L’esprit de tous est de mettre fin aux discussions irritantes et de resserrer les liens entre tous les communistes français.

  • 171 Milioukov, (1859-1943) ancien dirigeant du parti KD et ministre des Affaires étrangères en 1917, ém (...)

315Zinoviev nous dit que nous allons nommer le Présidium. Les deux camarades auront une voix, nous gardons Souvarine qui vous ennuiera moins ici qu’à Paris. Envoyez-nous, après, Sellier. Ce que nous voulons, c’est un Français qui représente bien le parti et qui soit dans sa majorité. Zinoviev ajoute : dans le journal de Milioukov171 à Paris j’ai été attaqué injustement, on m’a accusé d’avoir fait une circulaire dont on donne le texte alors que je ne l’ai jamais écrite. Je vais faire un dossier et vous prierez Lafont de prendre l’affaire en cours et de faire un procès à Milioukov.

316Clara Zetkin intervient sur les menaces de guerre mais pendant son discours le Présidium se réunit puis rentre en séance.

317Kolarov fait des propositions relatives à la France, nous aurons deux représentants à l’Exécutif et pour que la section française réalise avec plus de liberté son unité morale, les deux représentants français à l’Exécutif seront au Présidium. S’ils ont des dissentiments et qu’ils ne puissent s’entendre ils n’auront aucune voix, leurs voix s’annuleront. Ils doivent en effet ne disposer que d’une voix comme les représentants des autres nations. Immédiatement après lecture du rapport, Souvarine monte à la tribune : « Je donne ma démission du Présidium. On dit qu’il n’y a pas de tendance en France. S’il n’y a pas de tendance, pourquoi deux représentants ? S’il n’y a que des tendances c’est celle de Sellier qui a la majorité et je n’ai qu’à m’effacer. »

318Kolarov lui répond : « Nous n’avons pas ici le temps de recevoir les démissions. On vote. À l’unanimité moins une voix, celle de Souvarine et une abstention, la proposition du Présidium est acceptée. Souvarine donne sa démission. Il n’a qu’à s’incliner en militant discipliné ». Clara Zetkin intervient et Zinoviev. Clara Zetkin dit que le Présidium obéit à un souci de pacification pour la France. Elle demande à Souvarine de retirer sa démission.

319Zinoviev insiste : C’est moi qui ai fait la proposition. Cachin nous a dit que le parti français avait réélu à une grande majorité Souvarine à la délégation à Moscou. Nous obéissons à Marseille puisque le parti français a déclaré qu’il redonnait sa confiance à Souvarine et puis nous voulons pacifier les esprits en France. Souvarine maintient sa démission. Il a le plus grand tort de ne pas s’incliner, il est un démissionnaire professionnel. Il est en lutte contre l’Internationale et le Présidium. On peut reprocher au Présidium sa solution mais sa manifestation faite, Souvarine devrait s’incliner, Ker dit, s’il s’obstine nous le lâcherons.

320Le Présidium a 7 membres et l’Exécutif 40 membres.

321Trois Russes, Italiens, Français, Allemands, Bela Kun.

  • 172 La composition du Présidium telle qu’elle est rendue publique est la suivante : Zinoviev, Boukharin (...)

322Au Présidium Radek, Boukharine, Zinoviev, Brandler, Souvarine, Sellier avec une voix, Ambrogi reste mais il n’a pas les qualités. Terracini reste à Moscou, qu’il soit du Présidium en attendant que Gennari revienne172. On propose Bela Kun mais il ne peut accepter pour des raisons d’ordre intérieur à son parti, il refuse. Les Tchèques proposent Kreibich, Carr pour les États-Unis. Au Présidium assistent les trois ou quatre secrétaires ; il y a eu 17 séances de l’Exécutif, 55 du Présidium dans les six derniers mois. Les suppléants sont proposé : Lenski, Kuusinen.

323On a autorisé certaines personnes à remettre les maisons en état et on les a laissé ensuite s’y installer. Ils peuvent y occuper, quatre, cinq ou six pièces. D’où, protestations des ouvriers qui opposent leurs misérables maisons à ces appartements. Quand une maison est ainsi restaurée on la laisse à la disposition des réparateurs, dans 80 % des cas. La commune ne la garde que dans 20 % des cas. À Moscou 45 % des maisons sont à refaire plus ou moins.

Vendredi 3 mars 1922

  • 173 Iosif Piatnitsky, (1882-1938), vieux bolchevik, membre de l’organisation de Moscou en octobre 1917. (...)

324Visite de Piatnitsky173, délégué à la Propagande illégale. Il y a 350 000 F à Paris chez F. pour l’IC. Ce seront les premiers fonds de roulement. Elle ne paraîtra que tous les deux ou trois mois, il faut que le camarade français qui sera à Berlin ait la confiance absolue du parti français, son rôle : assurer la liaison rapide et sûre.

325Le jeune Perrasson, mutin de l’armée française d’occupation, que j’ai vu en 1920 à Sormovo, demande à nous voir.

3262 h : commission russe, 4 h : commission anglaise, 5 h : commission coloniale, 6 h : commission sur la guerre.

327L’Opposition ouvrière en Russie

328Depuis que les 22 opposants ont envoyé leur lettre à la Conférence, ils se plaignent d’être l’objet d’attaques et de diffamations, on leur reproche d’avoir outragé la fierté nationale du parti. Quels sont les griefs contre le parti russe ? 1°) Ils disent que la politique actuelle du parti menace le parti de rupture avec le prolétariat ; 2°) ils redoutent la diminution de l’influence du prolétariat et l’affaiblissement de son rôle dans le parti et le gouvernement ; 3°) le parti communiste subira de ce fait une importante déformation ; 4°) les ouvriers qui quittent le parti, le rôle des éléments non prolétariens y augmente. Pour porter remède à cet état de chose ils proposent a) de donner aux prolétaires une influence plus directe dans le travail actif de l’État ; b) mettre en pratique les conclusions du Xe Congrès sur les principes de la démocratie ouvrière dans le parti et les syndicats ; c) permettre aux membres du parti de critiquer librement les abus. Ainsi le parti sera vivifié, l’unification des membres sera augmentée, leur discipline affermie ; d) bettre fin aux persécutions contre les membres du parti qui expriment ouvertement leurs opinion : cesser de discréditer les ouvriers qui n’ont pas la même opinion que celle des fonctionnaires du parti. Cesser de leur attribuer les épithètes d’oppositionnels ouvriers, d’anarchistes, de syndicalistes, etc.

329La réunion de la Commission russe

  • 174 Le VIIIe Congrès du parti bolchevik, (18-23 mars 1919). L’opposition ouvrière dénonce la militarisa (...)
  • 175 Le IXe Congrès du parti bolchevik, 29 mars-5 avril.

330Il n’y a pas de fait précis dans la lettre des 22. Chliapnikov dit : nos désaccords sont grands, ils viennent de la mise en pratique du programme du parti. L’oppression de l’appareil du parti est devenue si grande que nous n’avons plus de délégation, de groupe ou de syndicat. Nous demandons d’agir, c’est-à-dire d’ébranler les masses du parti et leur dire la vérité. Pour éviter la discussion dans le parti nous avons voulu nous appuyer sur vous. Il ne faut pas qu’on sache ailleurs nos discussions. Dès le VIIIe Congrès il y avait déjà une question de l’ouvriérisation du parti. Aujourd’hui la base économique est petite-bourgeoise il y a menace que le parti s’embourgeoise. Dès le VIIIe Congrès nous demandions que le parti mette dans les postes importants des ouvriers174. Durant le IXe Congrès il y eut aussi une lutte, on nous a répondu pourquoi ouvriériser ?175 C’est le parti qui commande, prenez dans le parti la place nécessaire. Mais les ouvriers du parti, dans le parti, sont en minorité. Voyez les chiffres de 1920. Depuis le nombre des ouvriers y a encore diminué. La discussion syndicale nous a divisé : d’un côté Lénine disait qu’il ne fallait aucun changement dans l’État tandis que pour Trotsky il était nécessaire de militariser les syndicats. Quant à l’Opposition ouvrière elle appela les ouvriers à monter partout à la tribune pour attaquer le gouvernement et les bureaucrates. Au Xe Congrès, nous avions 60 délégués représentant 60 000 membres : nos thèses ne sont ni syndicales ni anarchistes. J’ai milité chez les mécaniciens de la Seine et je ne suis pas anarchiste ni syndicaliste. Nous avons été attaqués de toutes parts, nous disions qu’il fallait mener la lutte politique, nous soulignions l’action politique du prolétariat, la nécessité de sa dictature mais nous demandons qu’on augmente la part de l’ouvrier dans le gouvernement. Cela n’est pas anarchiste. Vous avez vu des parades et des manifestations officielles, mais il y a des grèves. La rupture entre le prolétariat et le gouvernement est prochaine. La classe ouvrière vit une vie misérable, nous payons 20 % des salaires de famine d’avant-guerre. La base de la révolte est grande. Nous demandons que, les travailleurs participent à la vie économique et municipale et d’État. L’ouvrier dit : je suis en loques mais dans la Tverskaia, il y a des gens bien habillés. Tout le monde est bien habillé sauf le prolétariat dans les pays où le prolétariat est le maître. Le prolétariat ne joue plus qu’un rôle faible. Sur 35 secrétaires de départements, il y a trois ouvriers, 32 sont journalistes, anciens avocats (il y a 76 départements). Qui choisit ces secrétaires ? Le centre. La commission de nettoyage du parti.

  • 176 Mikhail Tomsky, (1880-1936), dirigeant du conseil central des syndicats soviétiques de 1919 à 1929. (...)
  • 177 Le KAPD, issu d’une scission du KPD, critiquait depuis 1921 le tournant du Komintern bien qu’il ait (...)

331Dans le gouvernement de Tsaritsine ni ouvriers, ni paysans, ou pêcheurs. Ceux qui sont membres du parti depuis quinze ou vingt ans, sont bafoués. L’organisation meurt. Dans les réunions on entend les rapports officiels, personne ne bronche. Du même coup le parti se déforme. Les ouvriers quittent le parti. Les rapports des organisations de Moscou indiquent que 306 membres ouvriers ont quitté le parti et 180 paysans, employés. Les ouvriers d’usines manifestent leur mécontentement en s’en allant. Il n’y a plus de recrutement. De toutes parts on demande d’agir contre les abus. Si on n’est pas d’accord avec tel secrétaire, on est poursuivi, tracassé : on a terrorisé le parti. Personne n’ose monter à la tribune pour parler. Je suis allé trois mois dans une région : j’ai fait des réunions, j’ai posé différentes thèses aux camarades. Pour savoir ce qu’ils font sur les faits généraux nous étions obligés de demander aux nôtres de nous présenter des critiques. Le régime établi ne répond pas à notre programme ou à notre idéal. La situation est si grave que même l’ouvrier russe ne peut plus se tenir ainsi, il veut vivre dans le parti pour agir afin que le parti ne meurt pas. Nous sommes poursuivis. Chaque camarade signataire de la protestation des 22 a reçu une invitation de passer à la Commission de contrôle. Nous sommes menacés de l’exclusion pour avoir osé poser une question devant vous. Dans le parti on lutte contre les opinions qui ne sont pas celles des fonctionnaires. On a dissous un comité régional parce qu’il n’est pas d’accord avec Moscou sur des points secondaires. Le Comité central fait pression sur les nominations des secrétaires des comités départementaux. Dans le mouvement syndical on doit être sensible parce que nous avons affaire aux masses. Il a fallu garder les ouvriers qui ont de l’influence sur les ouvriers. Mais maintenant on mène contre eux et nous une campagne jusqu’à diviser les syndicats. Au IVe Congrès panrusse, il y avait un conflit venant d’un complot pour nous provoquer. On voulait faire croire que nous sommes une fraction. Tomsky a été largement écarté pour cela176. Depuis, il est redevenu secrétaire de la CGT. Au Congrès des Métaux le Comité central avait pour but d’enlever quelques camarades de l’Opposition ouvrière : on n’a pas osé. Quand le choix des dirigeants est venu il y avait deux listes l’une de 136 noms, l’autre de 39. Le Comité central nous a ordonné de voter pour la liste des 39. Au point de vue international nous sommes provoqués par l’organisation de la IVe Internationale. Le KAPD a essayé : c’est un agent de la commission extraordinaire qui avait pour tâche de réunir les camarades177. Nous étions absents Kollontaï et moi, c’est après que j’ai su que c’était organisé par la commission extraordinaire. J’ai demandé des sanctions contre un pareil fait. Dans le Comité central je ne suis qu’un prisonnier. Les propositions de nettoyage du parti (nous avons chassé 104 000 membres du parti), c’est nous qui l’avons proposé. On a repoussé d’abord puis on y est venu. Nous voulons l’unité. La liste officielle du parti nous provoque comme un fait insupportable. Hier à la fraction du Congrès des Métaux, on a dit que vous alliez nous chasser du PC. La situation est si grave qu’on proteste contre les diffamations. Il m’arrive des lettres d’ouvriers qui nous demandent d’agir. Les camarades menacent de quitter le parti. Si on nous chasse, d’innombrables ouvriers se dresseront contre le gouvernement. Je vois chaque jour des lettres de camarades qui veulent quitter le parti mais nous ne voulons pas et nous espérons adoucir la situation, grâce à vous. Il faut que les ouvriers soient libres et maîtres de choisir leurs représentants. On m’a jugé parce que j’avais fait des critiques contre la nouvelle politique économique. Mais on ne met pas une grande hâte à aménager notre grande industrie qui est lamentable. Or nous avons une métallurgie assez développée. Nous pourrions chez nous produire des locomotives deux fois et demie meilleur marché qu’en Allemagne et Suède. Notre industrie pourrait faire meilleur marché et deux fois plus vite que l’étranger. Les locomotives : pourquoi les avoir achetées à prix d’or ?

  • 178 Miasnikov, vieux bolchevik, réclame, au lendemain du Xe Congrès du PC(b) la liberté de la presse et (...)

332Nous voulons rester unis dans le parti et mettre fin au malaise. Vous devez demander qu’aucun signataire des 22 ne soit poursuivi. Si notre majorité donne le coup contre nous ce sera catastrophique. Au dernier Congrès des Métaux nous avons obtenu 70 voix contre 85 voix à nos adversaires. 22 000 ont quitté le parti l’an dernier, combien d’ouvriers parmi eux ? Nous ne savons pas : 104 000 sont chassés. Il y avait au Xe Congrès, 700 000 membres du parti. Dans 47 départements nous avions 330 000 membres avant les nettoyages. On a chassé 73 500 (26 %). Parmi les expulsés 22 % d’ouvriers, 40 % de paysans, 26 % de professions libérales, 7 % d’autres. À Moscou 30 653 membres du parti, 15 300 ouvriers, 50 %. Tous les six mois conférence départementale qui élit le comité du département. Les camarades doivent élire un secrétaire mais en fait le Comité central recommande un homme. Si le Comité s’y oppose on les nomme d’office. Parmi les signataires, Kollontaï, 5 sont membres de l’Exécutif des Soviets, 1 des Coopératives centrales, un membre du Comité de contrôle du PC. Un camarade directeur adjoint des chemins de fer. Miasnikov178 n’appartient pas à l’Opposition ouvrière mais il vient d’être exclu après avoir signé l’appel. Notre parti a pris de très bonnes résolutions : il y a possibilité de critique dit-on, etc. C’est depuis mars 1921 surtout que toutes les décisions du Comité central nous ont réservé des surprises. La première fois qu’on a entendu parler des changements de la politique c’est quand Lénine a parlé et dit : c’est fait. On nous met toujours devant le fait. La première fois qu’on a parlé du Front unique pour prendre une résolution sans discuter, c’est en décembre dernier. La discussion a été brève et tout était prêt il n’y a plus qu’à s’incliner. On ne fait plus discuter les questions : tout vient du Comité central. Du même coup les camarades communistes dirigent, lorsqu’ils viennent pour une réunion. Les ouvriers disent : nous n’avons qu’à écouter : il n’y a rien à dire. Tout le monde nous dit les élections de Moscou sont brillantes, or on les a boycottées et puis les ouvriers ont dit : si nous choisissons quelqu’un que nous voulons on trouvera le moyen de nous annihiler puis nous serons punis. Alors ils disent votons pour les anciens. Beaucoup d’organisations ont beaucoup souffert. On expulse pour avoir exprimé des opinions différentes du gouvernement. On expulse du Présidium comme on expulse des personnes, on dissout des organisations lorsqu’il y a mécontentement exprimé. Puis les paysans vont jouer la grande influence en Russie. C’est le moment pour augmenter l’influence des ouvriers sur le gouvernement. Il faut leur donner l’influence dans le parti. Il nous faut la possibilité de critiquer dans le parti. Que les résolutions soient prises d’en bas non d’en haut car sans cela nous perdons la confiance des masses. Nous n’avons aucun groupe, aucune fraction, le danger est grand. On décachette nos lettres : la Tcheka a pris une lettre qui m’était adressée, critiquant la révolution : on l’a prise et renvoyée à la personne incriminée. Le Comité central a 800 employés, le comité départemental 55 et le Comité cantonal 30.

333On commande des locomotives à la Suède, or on y fabrique des usines pour faire ces locomotives.

334Résumé : le Comité central fait pression pour des élections de fonctionnaires. Il n’y a pas de liberté de critique. Le Comité central poursuit les camarades qui ne sont pas de son avis, il a des agents provocateurs comme Rouminov. Tous les signataires ont déjà été appelés depuis deux jours devant la Commission de contrôle. L’affaire Tomsky. On met toujours les membres du parti face au fait accompli. Dans les syndicats le Comité central a imposé au Congrès des Métallurgistes une décision après Cronstadt. Les ouvriers ont boycotté les élections de Moscou.

335Kolarov répond aux critiques en dix points :

  1. on met le PC russe devant les faits accomplis ;
  2. le Comité central fait pression sur les comités locaux pour nommer des secrétaires ;
  3. le haut du parti ignore les ouvriers, c’est la bureaucratie qui règne en maîtresse, les ouvriers s’éloignent du parti ;
  4. le comité syndical exerce une pression sur les syndicats par la fraction communiste ;
  5. on a voulu provoquer les hommes de l’Opposition ouvrière ;
  6. on a perquisitionné Chliapnikov, on a ouvert une de ses lettres à lui adressée par un ami de Reval ;
  7. les élections au Soviet de Moscou ;
  8. les locomotives ;
  9. le parti risque de voir les ouvriers s’éloigner de lui ;
  10. apres le dépôt de la déclaration des 22, les signataires ont reçu de la Commission de contrôle une lettre, ils craignent une poursuite.

3361°) C’est un mensonge. La question des impôts nouveaux a été discutée pendant un an avant le Xe Congrès. On l’a mûrement discutée au Xe, unanimité. La question du Front unique a été votée, il y a un an, par un congrès de toute la Russie. Sur cette conférence, on a admis même des camarades non délégués. Des camarades se sont élevés contre la nouvelle tactique.

3372°) Le Comité central est divisé en deux bureaucraties, une politique, une d’organisation. Le Bureau d’organisation a à sa disposition 300 ou 400 camarades éprouvés. Il a le devoir de distribuer cette élite aux postes de combat dans l’armée ou dans les Soviets. Dans les organismes locaux ou gouvernementaux les secrétaires sont élus par des membres du parti. Exceptionnellement le Comité les relève dans leur poste dans deux cas : parfois il est nécessaire que les camarades aillent dans des endroits plus importants ou bien parce que dans certains conflits certains camarades sont funestes à l’unité du parti alors on l’enlève et on le remplace par un camarade très éprouvé. Si un seul membre proteste contre la mesure, le Bureau politique décide, comme assemblée du Comité central.

3383°) Quant au danger bureaucratique, le parti s’en est toujours rendu compte, Zinoviev en a parlé dans un Congrès des Soviets de toute la Russie. La bureaucratie qui menace le parti est une suite de la situation de fait : il y a des analphabètes parmi les ouvriers et les paysans, le parti est d’avis qu’il faut combattre la bureaucratie par des éducateurs ouvriers et paysans, par l’éducation pratique et par un travail dans les institutions d’État. C’est une calomnie qu’ont repoussée les ouvriers. Il y a une statistique sur l’ouvrier dans le parti : on a prouvé par des chiffres que les ouvriers, les paysans, et les révolutionnaires professionnels forment 85 à 90 % des fonctionnaires dans le parti, de l’État dans les institutions locales. Le parti se rend compte qu’après la nouvelle politique les éléments petits-bourgeois prennent une certaine puissance. C’est inévitable dans notre pays, un seul remède, que notre parti fasse l’éducation de l’ouvrier et du paysan.

3394°) Le Comité des électeurs a annulé les élections au syndicat ; il ne s’agit pas des élections syndicales car le parti n’intervient pas mais il a annulé des résolutions décidées par le noyau communiste. Les communistes qui sont dans les syndicats restent dans le cadre du parti conformément à la volonté du Comité directeur, alors c’est compréhensible que le Comité directeur puisse opposer son véto. Un cas : une fraction communiste dit nous voulons proposer une liste de membres du Comité central. Le Comité directeur peut dire non parce que certains camarades peuvent être influencés par les influences locales. Le Comité directeur met l’intérêt de la classe ouvrière au-dessus de telles fractions. Puisqu’une fraction ouvrière s’est formée dans le parti, condamnée par un congrès, le parti ne peut pas supporter que cette fraction aille contre le parti.

3405°) Rouminov, camarade de la Tchéka s’est fait agent provocateur en leur proposant d’entrer dans le KAPD. Chliapnikov aurait dû se plaindre déjà, jamais il ne l’a fait. Il n’appartient pas à la IVe Internationale mais il y a entre eux des relations. Un discours de Loutovinov, prononcé à la conférence du parti, fut préparé. Il accepte de ne pas faire parvenir son discours au public. Il l’a publié à Berlin. Une brochure de Kollontaï a été publiée dans tous les pays, dans tous les journaux étrangers anticommunistes.

3416°) Il ne s’est jamais plaint au Comité directeur de sa perquisition. En fait il y a eu un délit, il n’y a qu’à frapper l’auteur, si on peut le reconnaître, le groupe de Chliapnikov use de procédés identiques.

3427°) Les ouvriers furent à ces élections plus favorables aux bolcheviks que jamais, même les typos. Les élections coïncident avec la fraternisation des usines et de l’Armée rouge, dans les élections il y eut de grands enthousiasmes, la situation est assez favorable au point de vue de la production (article du Temps). Il y a eu des critiques franchement formulées dans les réunions préparatoires contre certaines mesures du gouvernement. La participation de la masse fut très active, les ouvriers sans parti disent : ils faisaient la critique des courants mais quand les mencheviks leur ont offert leur liste ils ont dit non. Quant aux représailles comment les faire ; sur des centaines de milliers d’ouvriers à Moscou ?

3438°) Il est possible que dans certains endroits la bourgeoisie ne nous ait pas volés. Mais Chliapnikov a été au ministère des Achats à l’étranger : il a été commissaire du peuple pour ces achats. Or c’était le chaos dans son commissariat. Chliapnikov n’est pas supérieur à Krassine. Quand Chliapnikov était à la tête de la Fédération des Métaux, on a fait des achats de locomotives à l’étranger.

344La question fut discutée dans les usines. Chliapnikov le savait, jamais il ne s’est plaint devant la CGT. Il avait toute possibilité de mettre la question à l’ordre du jour, nous avons fait une grande propagande sur la réparation des locomotives. On a exclu Miasnikov. c’est un ouvrier actif, autoritaire et impulsif. Il a montré sa volonté de rompre la discipline en faisant une brochure reproduite dans le journal des cadets de droite par Tchernov. Le gouvernement polonais a répandu les informations sur la brochure par les radios officielles. Le parti l’a ménagé, Lénine lui a écrit, il a publié la lettre avec les commentaires, il a publié une deuxième édition de la brochure, après quelques rappels à l’ordre on l’a exclu pour un an. La bourgeoisie est aux aguets pour s’emparer de l’Opposition et d’en faire un levier contre-révolutionnaire.

34510°) Un membre de la Commission de contrôle est des 22, il n’y a aura pas de représailles. Un métallurgiste communiste du Comité central aurait dit au congrès : les 22 seront frappés par le congrès. Il s’agit de la fraction communiste au Congrès des Métaux. Tomsky aurait dit : il est à souhaiter que les 22 se soumettent à la décision de la conférence à propos des 9 voix. Il n’y avait pas de liste ni de Chliapnikov ni du comité directeur. Il s’agissait du bureau des fractions. Une autre élection a eu lieu dans la même fraction, 95 pour le Comité directeur et 68 pour Chliapnikov.

3469°) Les ouvriers quittent le parti : sur 30 000 membres du parti, 900 sont partis. Il y a eu des fluctuations. Les ouvriers nous quittent à cause de la nouvelle politique, ils sont de bonne foi mais au fond ils sont gênés par le parti. Il y a des diffférences générales causées par la nouvelle politique, Il faut les résoudre par des mesures appropriées, mais cette Opposition ouvrière a reconnu la nécessité de la politique économique et ne nous donne aucune règle pour nous tirer de cette situation difficile.

  • 179 Koutouzov, un des leaders de l’Opposition ouvrière. Voir P. Broué, Le parti bolchevique, op. cit., (...)

347Il y a trois mois que Lénine a fait la proposition d’une séance plénière du Comité central et du Comité de contrôle (ça se fait pour l’exclusion d’un membre du Comité central). Lénine a donc condamné la tendance anticommuniste de Chliapnikov, il n’a fait aucune exclusion, au contraire, on a introduit Chliapnikov et Koutouzov dans le Comité central à condition qu’il se soumette à la discipline. Koutouzov179 est resté tranquille, Chliapnikov est resté hostile : il fait des réunions ouvertes aux sans parti. Lénine a proposé l’exclusion, Trotsky a demandé de prononcer un avertissement, il n’a manqué qu’une voix pour l’exclusion de Chliapnikov. La fraction regroupe de plus en plus de mécontents. Les communistes sont obligés à des corvées pénibles, Chliapnikov profite du mécontentement national pour faire sa propagande. On a préparé le dernier Xe Congrès de la manière la plus démocratique, ce congrès a représenté la mentalité du parti. Il a condamné cette fraction par 500 voix contre 40. On a discuté dans toute la Russie, dans les meetings et la presse. Après le vote, la plupart des camarades marchent très bien il n’y a qu’un petit groupe qui reste, c’est insignifiant. Il y a dans le parti des mécontents de la situation actuelle, il y a des commissaires du peuple mécontents, des dignitaires soviétistes mécontents, Chliapnikov est désigné pour Gênes. Notre situation est difficile, chaque faute profite à nos ennemis. Il faut que nous nous prononcions : cette réponse sera décisive pour la masse des communistes russes.

348Il y a eu grève, c’est vrai : nous n’avons pas à leur donner, alors les ouvriers qui n’ont pas à manger sortent de l’usine. Mais y a-t-il des médicaments chez Chliapnikov pour changer cette situation ? Il faut améliorer la situation économique du pays, c’est le seul remède.

349La question anglaise. Il ne faut pas, disent les Anglais, soumettre nos réponses aux quatre questions du Labour Party. Dans la résolution publique on nous disait en Angleterre que nous recevons nos ordres de Moscou. Mais c’est avec le Présidium qu’il faudra en discuter pour recevoir les directives. La résolution décide que les communistes anglais vont donner leur appui au Labour Party pour les prochaines élections. C’est que le Labour n’est pas un parti, c’est le conglomérat de toute la classe ouvrière. La seule condition c’est que le communisme garde son entière indépendance. Quant à la réponse aux quatre conditions nous disons : le PC accepte la constitution du Labour mais il se réserve d’exprimer le droit de critique et de propagande pour les idées communistes.

350La question coloniale. En Perse, petits groupes communistes qui se sont disputés d’abord. Nous avons un Comité central à Téhéran qui travaille sous notre contrôle. En Anatolie pas de prolétaires, mais nous avons organisé Constantinople. Il y a une organisation grecque, arménienne, bulgare, puis une organisation turque née du travail fait par des Turcs qui avait été en Allemagne pour apprendre à travailler et ils ont été en rapport avec Spartakus. Ils avaient un petit journal qui a été supprimé. A Brousse, Smyrne, Angora, de petits groupes communistes en Égypte, quelques sociétés, quelques communistes. Les dockers de Port-Saïd adhèrent à la IIIe.

351Dans les pays musulmans arabes, il y a des mouvements révolutionnaires nationaux. En Égypte le mouvement national révolutionnaire est brisé en deux ailes : l’aile droite veut faire un accord avec les Anglais. L’aile gauche, 2 000 à 3 000 camarades veulent entrer dans le PC. Nous avons 35 000 ouvriers à Port-Saïd, dockers, et industries. Les Anglais doivent aider ces indigènes. Il faut créer des liaisons car nous n’en avons que de rares aujourd’hui. À Constantinople il y a 75 000 ouvriers industriels. Il y a 500 communistes. Les syndicats ont 25 000 ouvriers influencés par les communistes. Ils sont noyautés chez les cheminots, les matelots. Il y a un journal marxiste, Clarté, à Constantinople, les Anglais viennent de l’empêcher. En Anatolie, mouvement national révolutionnaire mais c’est un pays agricole : nous avons en Cilicie et Smyrne pays industriel, quelques noyaux. La tâche des Italiens de créer des liaisons régulières, de faire des brochures et livres pour l’Égypte et la Cyrénaïque. Nous avons une relation avec l’Afrique du Nord, nous n’avons rien en Syrie. En Mésopotamie nous avons quelques possibilités d’information par l’Anatolie. Si les Anglais pouvaient avoir une liaison à Bagdad. Les panarabes sont venus nous demander notre aide. En liaison avec l’Égypte c’est très important. Nous avons dû flatter le mouvement nationaliste parce que les Arabes sont très arriérés. Peut-on déclencher un mouvement petit paysan en Syrie et en Égypte ? Aujourd’hui il y a une tendance procentriste, d’autres panturcs sont plutôt russophiles mais ils sont oscillants. Dès le début nous avons tenté de grouper les petits paysans. Mais Kemal est un diplomate parfait. Les diplomates les plus remarquables sont ceux des gouvernements arriérés. Lorsque Kemal a vu se développer le communisme, il a déclaré qu’il était communiste, il a fauché le PC officiel. Le ministre de l’Intérieur a déclaré que seuls les communistes de Russie étaient les vrais et que tous les autres communistes étaient mauvais et qu’il fallait les coffrer. Depuis nos troupes ont été dispersées, on a tué les chefs de notre mouvement. Puis Kemal a dit je n’ai rien de commun avec les Soviets, bon pour les Russes mais pas pour les Turcs. Nous avons quelques petits groupes communistes en Turquie. Un mouvement révolutionnaire paysan n’est pas possible à Angora, les paysans paient 40 % d’impôts. Bureaucrates et usuriers, les achèvent, mais nous n’avons pas accès près d’eux. Aussi nous avons préféré transporter nos bases d’action à Constantinople. En Égypte les ouvriers sont très forts il nous faut créer un mouvement ouvrier puis après, nous pourrons attaquer la paysannerie. En Syrie, grandes propriétés mais les questions religieuses et nationales sont contre-révolutionnaires.

352Mac Manus. – Nous devons demander ici comment il faut caractériser le travail des Soviets et définir les directives.

353Safarov. – Ce n’est pas l’affaire de notre ministre des Affaires étrangères de diriger les communistes. Nous avons des contacts avec lui mais nous sommes distincts. Nous, communistes, l’utilisons pour nos buts. Le camarade Tchitchérine est soumis au Comité central du PC russe ; nous utilisons ses missions commerciales mais nous sommes libres.

354Le Maroc. Il faut que les communistes français et espagnols s’entendent. Aujourd’hui le Maroc est la seule espérance révolutionnaire en Espagne. L’opposition espagnole prolétarienne est très grande, c’est elle qui a mené la débâcle récente. Les communistes ont fait un petit putsch, grève générale. Il y a eu quelques tués. Tanger reste très important. Les Espagnols ne permettront jamais aux Français d’y aller. Sur ce point, Anglais, Français et Espagnols pourraient suivre l’affaire.

Samedi 4 mars 1922

355Le Présidium décide d’accepter la réunion préparatoire et la Conférence internationale. Pour représenter la IIIe Internationale il désigne Radek, Boukharine, Zetkin et un Français. On avait d’abord dit Radek et F. ou C. mais sur la proposition de Louis Sellier (qui assiste seul sans Souvarine) on étend la délégation. Il reste entendu que le nom du Français ne sera pas donné à la radio et qu’on attendra la désignation par le Comité directeur.

356Souvarine a envoyé une lettre à l’Exécutif pour lui dire qu’il parlerait aujourd’hui en séance publique pour renouveler sa démission. Zinoviev est très irrité.

357Le IVe Congrès, en automne (octobre) : si trois grandes sections le demandent avant on le convoquera avant. À la conférence, on s’expliquera sur la Géorgie, les prisonniers et on demandera des explications à la IIe et à la IIe 1/2 sur leurs actes.

358À la séance, on vote sur la résolution relative aux jeunes. Il y a détresse générale de la jeunesse. Il faut un salaire minimum, organisation de l’apprentissage, congé annuel, pas de travail de nuit, contrôle de l’apprentissage par les syndicats et les conseils d’usine. La résolution est naturellement pour le Front unique.

359Waletsky lit la résolution sur le Front unique de l’Exécutif.

  • 180 La première résolution concerne le principe du Front unique, la deuxième la participation de l’Inte (...)

360Nous demandons à la conférence internationale de discuter contre la guerre ; de la reconstruction des régions dévastées ; de l’appui économique à la Russie, alors que l’union de Vienne propose seulement la lutte contre l’offensive capitaliste et la lutte contre la réaction180.

361On va voter mais un délégué d’Allemagne dit : la lecture des résolutions a été faite rapidement, il faut nous expliquer. C’est impossible dit Waletski, on ne peut rapporter longuement, nous avons eu un débat profond et large. 22 délégations ont voté, 19 pour, 3 contre, soit en voix : pour, 46, et contre, 10.

  • 181 Le texte de la déclaration lue par Cachin, au nom des délégations espagnole, italienne et française (...)

362Je lis notre déclaration au nom des trois délégations181.

  • 182 Émile Vandervelde (1866-1938), avocat belge, dirigeant du parti ouvrier belge, ministre de la Justi (...)

363Zinoviev répond : au nom du nouveau Présidium la déclaration de la minorité est connue dans des termes amicaux et loyaux. Nos camarades de nos meilleures sections restent disciplinés et nous les en remercions. Lorsque nous en avons discuté avec la IIe et la IIe 1/2 nous avons accordé que les seules questions à discuter sont les luttes contre la bourgeoisie. Mais dès qu’il a été question de la conférence, plusieurs ouvriers nous ont demandé s’il n’est pas possible de poser à la conférence la question de la trahison des réformistes. Vandervelde182 était président de la IIe Internationale, il avait la responsabilité de la classe ouvrière contre la guerre. Les Russes pensaient lui demander compte de sa trahison à Petrograd, à Moscou. On a dit une telle trahison doit être punie, il faut un tribunal révolutionnaire, c’est-à-dire la Tchéka. D’autres camarades disent : il faut poser la question des mencheviks et des s. révolutionnaires. Depuis des jours, les socialistes révolutionnaires dévoilent les attentats qu’ils ont faits contre le régime bolchevique. Puisque nous avons une conférence internationale, on pose la question de ces révolutionnaires. Les amis de Géorgie demandent que soit posée la question : quel rôle Vandervelde et Henderson ont-ils joué quand ils ont demandé le désarmement des travailleurs géorgiens ? Et les sociaux démocrates yougoslaves qui ont participé avec la police et ont accepté du gouvernement les maisons du Peuple enlevées aux communistes. À Scheidemann il faut demander raison du meurtre de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht. Les Polonais seraient justifiés de nous demander pourquoi Pilsudski a travaillé pour la bourgeoisie polonaise ? Pourquoi Serrati a-t-il réalisé l’unité défensive avec les fascistes ? À Renner les Autrichiens peuvent demander des comptes sur les débuts de la Révolution autrichienne. Toutes ces revendications sont justifiées. Mais nous voulons réaliser l’unité de front de la classe ouvrière, derrière ces gens il y a des ouvriers. Nous ne devons pas être de ceux qui posent des questions qui divisent, mais nous voulons des questions qui unissent les ouvriers, nous ne voulons pas mettre ces questions à l’ordre du jour. Celles qui peuvent rassembler les prolétaires pour la lutte seules seront étudiées. Il faut ramasser le gros des prolétaires contre la bourgeoisie et ses laquais qui trompent encore une partie de la classe ouvrière. Nous remettons les questions évoquées plus haut à plus tard.

364Sur la résolution des syndicats, Daniel Renoult dit : la délégation française s’abstient. Brandler rapporte que dans les commissions Louis Sellier avait voté pour. Louis Sellier était absent au moment du vote.

365Rapport sur la presse communiste présenté par Humbert-Droz. Il faut créer un nouveau type de journal ouvrier, on n’est pas content de Rosta. Dans l’Imprekor il faut sur la Russie des faits et des développements économiques, il faut une tribune coloniale. Imprekor, deux fois par semaine, en français et anglais, trois fois par semaine en allemand. Il faut un annuaire de l’IC, il faut que tous les camarades fassent des articles. Pour l’IC c’est le Présidium qui sera la direction.

366Rapport sur la question russe

367La Conférence déclare, après avoir entendu le rapport, unanimement approuvé :

  • Pour les communistes ce n’est pas une surprise que la situation pénible de la Russie soviétique produise une situation difficile pour le prolétariat, il faut de la discipline plus que jamais pour assurer le pouvoir du prolétariat organisé par le parti vis-à-vis de l’extérieur.
  • La politique nouvelle de compromis, inévitable vis-à-vis du capitaliste et du paysan moyen, de la petite bourgeoisie amène le danger du progrès de la petite bourgeoisie dans l’État et le parti.
  • Nos discussions avec l’Opposition ouvrière et celles du Comité central ont démontré que la direction du PC a reconnu depuis longtemps le danger de cette situation et du bureaucratisme. Elle a engagé la lutte contre ces dangers et continue. La critique des signataires enfonce des portes ouvertes. Elle manque de clarté pour rechercher les causes des maux et les remèdes. La conduite des 22 n’a pas fortifié la lutte des PC contre les dangers qui croissent. Elle n’a pas donné de force à la révolution, elle a eu un résultat contraire. Elle a privé cette lutte de forces très appréciables, et a donné aux adversaires blancs et mencheviks des armes contre le prolétariat. Les cas particuliers que nous avons examinés ont été jugés peu sérieux. La conférence ne peut reconnaître comme légitime la plainte. Ils se mettent en contradiction avec les résolutions du Xe Congrès quant à l’unité. L’Exécutif avertit sérieusement les camarades et appelle leur attention sur ce fait que la continuation de la lutte va les mettre en opposition avec le PC et les intérêts du prolétariat russe et qu’elle amènera à les pousser hors de la IIIe Internationale.

368La Commission pense que la conscience des camarades de l’Opposition ouvrière les poussera à se soumettre à la discipline du parti et qu’ils combattront avec le parti les dangers communs. Dans tout dommage porté au PC russe, la conférence apprécie que c’est un dommage à la Russie soviétique et à toute l’Internationale. Nous pensons que dans la situation actuelle, sérieuse, le prolétariat russe s’associe étroitement autour du PC russe pour protéger et défendre la Révolution soviétique et la Révolution mondiale.

369Rapport de Kreibich sur le travail de la Commission

370Dans les critiques de l’Opposition, rien de neuf. Nous savons que la misère est générale. Il y a des grèves depuis la nouvelle politique économique. Mais que propose l’opposition ? Le PC a-t-il refusé une de leurs suggestions ? Non. Le danger de la bureaucratie, les dangers du pouvoir, ce sont les Russes bolcheviks eux-mêmes qui les ont signalés avec vigueur (les critiques contre les révolutionnaires sont prises dans leur jeu). Nul camarade n’a été poursuivi pour son attitude.

371Impôt en nature, unité de front. Bien que la minorité n’avait pas de mandat au congrès., contre le Front unique, on a donné la liberté de parole aux camarades. L’épuration du parti a été faite, la bureaucratie. L’Opposition n’a pas un programme pratique, elle critique stérilement. L’ordre du jour du prochain congrès sera les dangers de la nouvelle politique.

372Il ne peut y avoir de fraction dans le PC, surtout ici. Après Cronstadt, Milioukov a dit : ce qui menace la Révolution russe, c’est une fissure dans le PC. Or il ne peut y avoir de fissure ici.

373Chliapnikov. – En écrivant notre lettre nous ne nous attendions pas à ce qu’on fît notre procès. Il faut entendre les 22. Nous avons signalé les trois dangers qui menacent le PC. 1°) Menace de rupture entre le parti et le prolétariat. La misère est générale. Au Comité central nous sommes très mal vus ; 2°) le rôle du parti dans le gouvernement ; 3°) la déformation du parti parce que les ouvriers quittent le parti.

374Nous n’avons pas de fraction dans le parti, nous n’avons pas manqué de discipline. Nous demandons l’application du Xe Congrès. Nous voulons l’unité, nous voulons votre appui pour en finir avec notre malaise.

375Il ne faut pas voter la résolution mais il faut renvoyer l’affaire devant l’Exécutif.

376Kollontaï. – Kreibitch a mal compris ce que nous avons dit lorsqu’il a dit que nous avions mis l’Exécutif en difficulté du fait, que l’on mettait le parti en face de faits accomplis. C’est un système où on ne discute aucune question grave. Les deux exemples que j’ai cités ne sont pas seuls. Les fonctionnaires on les nomme d’en haut. C’est un système, contre les statuts. Si nous nous sommes adressés à l’Internationale, c’est que toutes les sections sont réunies. La grande question est que tous les exemples que nous avons dits montrent que l’application des décisions des congrès n’est pas faite. Si 22 camarades se sont adressés ici c’est la preuve que quelque chose ne marche pas dans le parti. Nous dira-t-on : adressez-vous à votre congrès ? Mais si même un congrès nous donne raison, nous n’avons aucune une garantie que les décisions seraient appliquées. Il faut influencer les membres du Comité central pour qu’ils ne pensent pas que nous ne faisons pas de critiques pour des critiques. Nous ne comprenons pas que la Commission n’ait pas eu le temps d’aller au fond. Si on veut juger il faut approfondir. Nous ne voulons pas la rupture. Si nous nous adressions aux masses elles viendraient à nous. Nous n’avons jamais brisé la discipline du parti, nous voulons avoir la liberté de critiquer. Il faut renvoyer les résolutions à l’Exécutif.

377Bopst. – Le sort du PC russe est lié au sort de la IIIe Internationale. La Commission n’a pu interroger ni les ouvriers des usines ni les 22. On m’a cité que dans une usine les ouvriers avaient nommé des communistes mais la tendance n’a pas plu au Comité central, on a refait les élections. Cela se fait souvent. On doit laisser une liberté entière de critique dans le PC. Il faut une opposition, surtout dans un parti gouvernemental. Renvoyer la résolution au Présidium.

378Radek. – La brochure qu’a faite Kollontaï contre le parti a été imprimée aux frais du gouvernement, c’est là l’oppression ! Je suis d’accord avec Kollontaï sur un point : la crise du parti russe est celle de la IIIe Internationale, c’est très important. La Commission a discuté. Elle a entendu certaines critiques mais elle aurait dû lui demander l’opinion sur la situation en Russie. La Commission ne s’est pas attachée aux détails. Quand les gens de l’Opposition ont posé leurs quelques questions ils ont rétréci le débat. La brochure de Kollontaï est très admirée par le KAPD et les blancs s’en serviront au moment de Gênes.

379Que veut l’Opposition ouvrière ? Est-ce que la politique du parti a été faite dans l’intérêt de la classe ouvrière ? Cette politique était juste. C’est là la question capitale. Les détails passent à l’arrière-plan. Lorsque Lénine a demandé l’exclusion de Chliapnikov, Radek l’a combattu : il a dit il faut les garder.

  • 183 Denikine, nommé en 1917 par Kerenski commandant du front du Sud-Ouest. Prend parti contre la révolu (...)

380Pour l’impôt en nature nous avons pris une mesure rapide, pourquoi ? Parce qu’il y avait Cronstadt, le mécontentement des paysans. C’était la vie de la République en jeu. En deux ou trois jours nous avons changé la politique économique paysanne, sauvé la République. Un ancien général blanc a déclaré que si notre gouvernement révolutionnaire pouvait changer sa politique aussi radicalement, voilà de vrais révolutionnaires. Le congrès du parti a ratifié. Eh bien, que dit Kollontaï ? Fallait-il discuter pendant un an dans le parti ? Pour le Front unique, l’Exécutif l’a discuté en décembre. Pourquoi ? Parce que les camarades d’Europe occidentale nous l’ont indiqué. Nous envoyons des thèses, le parti russe a discuté, tout le monde pouvait discuter. Kollontaï, Chliapnikov n’ont rien dit à ce moment. Bopst a soutenu l’Opposition, il a dit qu’il fallait une opposition. Au Comité national suisse, oui, pour réveiller les députés. Mais si vous croyez que nous n’avons pas d’opposition, que nous ne savons pas ce que c’est, qui est l’opposition, nous la combattons les armes à la main. Que demande Kollontaï ? des élections libres aux Soviets. C’est le mot d’ordre de Koltchak, de Milioukov. Le prolétariat est fatigué, il peut lâcher le drapeau, nous devons tout faire pour le tenir en éveil. Nous n’avons plus Dénikine183 mais nous avons toute la bourgeoisie. La lutte de demain sera plus rude qu’hier, il nous faut garder un régime révolutionnaire sévère. Sur le régime révolutionnaire que l’opposition dise si notre politique est bonne ou mauvaise dans ses grandes lignes. Derrière Chliapnikov et Kollontaï il y a de bons travailleurs, ils sont fatigués : ils croyaient à la Révolution internationale. Ils sont désenchantés. Nous devons tenir compte de cette situation. On dit nous sommes en paix mais l’ennemi est dans la place, il cherche à nous étrangler grâce à notre petite bourgeoisie. Chez nous la paix est sur les fractions mais ce n’est pas la vraie paix. Discutez dans le parti mais n’affaiblissez pas le moral de la classe ouvrière. Ne formez pas de fractions, luttons ensemble. Chliapnikov est au Comité central du parti ; propose-t-il un autre parti contre le nôtre ? Non. Vous êtes vingt-deux qui vous êtes concertés, il y a un coup de poignard dans le dos du parti au moment de Gênes. Radek a dit à Kollontaï : « Pourquoi avoir déclaré que le moment de la scission n’était pas encore venu ? Si vous aviez dit nous voulons causer à tous les camarades de l’Exécutif en conversation privée, oui. Mais vous envoyez une lettre où vous dites le PC n’a plus de rapports avec la classe ouvrière. Au moment de Gênes dire que le parti communiste n’a plus l’appui de la classe ouvrière, c’est un acte contre-révolutionnaire. Si du Comité central du parti partent des voix disant nous n’avons plus de contacts avec les ouvriers c’est un argument pour Poincaré et Lloyd George à Gênes. Nous sommes pour la proposition de la Commission. Un délégué n’est pas seulement un camarade qui mange au Lux. Il comprend la situation sévère où nous sommes, au moment où beaucoup d’ouvriers sont fatigués. Les ouvriers attendent votre décision. Ils seraient démoralisés si on leur disait qu’il y a des choses pas claires. Dites à ces ouvriers de faire confiance à notre parti. C’est pourquoi nous voulons le vote immédiat de la résolution. On ne peut pas discuter de notre régime sévère comme de la démocratie suisse. Ceux-là qui ont lutté comprennent la terreur. Vous verrez ce qu’est que de réprimer la bourgeoisie les armes à la main. Nous avons pris des milliers de décisions sans congrès et discussions.

381Il y a certaines minutes où il faut prendre des décisions importantes. Nous souhaitons que vous ne passiez pas par notre situation. Nous avons fait mille fautes, si l’Opposition ouvrière veut approcher nos fautes, c’est facile. Mais ce n’est pas l’heure, la lutte ne fait que commencer. Le prolétariat se groupe autour du parti communiste il faut arrêter la discussion que Chliapnikov et Kollontaï veulent éterniser dans nos masses alors qu’elles ont besoin de réconfort : c’est votre devoir de donner le mot d’ordre de ralliement autour du parti. »

382Clara Zetkin estime qu’il faut accepter la résolution Kreibich. Il y a des choses qu’il ne faut pas allonger : il faut prendre des décisions. Dans un pays en révolution on ne peut pas traîner en longueur des affaires comme celle-là. Nous n’avons pas voulu faire un procès contre les 22 dans la situation où nous sommes. Les 22 ont voulu faire le procès de la République russe, nous restons à côté d’elle. L’Opposition ouvrière ne prend pas la responsabilité de la brochure de Kollontaï. Elle a protesté contre l’impression de cette brochure dans les journaux adverses. Radek a dit : Kollontaï a déclaré ici même le temps de la scission n’est pas encore arrivé. Or si elle n’est pas aujourd’hui une ennemie du communisme russe, elle s’y prépare. Elle se trompe. Nous l’empêcherons de faire cette scission. Dans un journal de Milioukov, à Paris, on écrit : Zinoviev, Katayama et une camarade ont signé une instruction : il faut noyauter la flotte et l’armée de l’Entente. Il serait utile de réagir pour une fois en priant Lafont de citer Milioukov pour avoir répandu des faux et le faire condamner à l’amende qu’on verserait aux affamés.

383Le rapport sur la question anglaise

384Au vote Daniel Renoult s’abstient. Borodine me rappelle mon vote dans la Commission anglaise : « j’ai dit personnellement et au nom de mon parti je ne saurais approuver la résolution anglaise mais comme les amis d’Angleterre sont plus compétents que moi sur la question et connaissent mieux que moi les conditions locales de leur bataille, comme nous ne voulons pas gêner les communistes anglais nous retirons notre vote d’abstention. »

385Le IVe Congrès en octobre. L’Exécutif approchera la date si nécessaire. Il faut aviser les sections deux mois avant et leur envoyer l’ordre du jour.

386Il faut que Zinoviev vienne habiter Moscou.

Dimanche 5 mars 1922

387Une petite Parisienne mariée à un Russe vient nous voir pour remettre des lettres pour Paris. Elle nous dit : « Nous avons souffert jusqu’à présent de la faim, mais nous le faisons volontiers dans l’enthousiasme de la Révolution et du communisme. Mais maintenant que nous voyons revenir le mercantilisme nous nous disons : à quoi bon nos souffrances ! »

  • 184 Ambassadeur russe à Paris avant la révolution dont les archives permettaient de révéler que certain (...)

388Visite à Marchand. Il commence par me demander si j’ai reçu à l’Humanité les lettres et la brochure qu’il a rédigée sur la correspondance Isvolzski184 ? Il affirme que vers le début de décembre il a expédié le tout à Paris. Il ajoute que cette brochure contient l’essentiel de la correspondance que les bolcheviks ont trouvée au ministère des Affaires étrangères de Petrograd. Elle est écrasante pour Poincaré ; elle est très grave pour Millerand et pour Doumergue. Il s’étonne que lors de mon intervention à la Chambre je n’en ai pas fait état et que je ne me sois servi d’aucun des documents écrasants que contient la brochure. Je lui réponds que je n’ai absolument rien reçu, ni lettres ni brochure. Il me répond que c’est un fait bien étrange. Il a remis au citoyen Souvarine l’ensemble de ces paquets, et mon affirmation que reçu. Il croit devoir l’expliquer de la manière suivante. Je suis ici dans les termes les plus mauvais avec Souvarine. Souvarine s’est permis à plusieurs reprises d’aller lui réclamer impérativement communication de mon travail. Lorsque la brochure a été tirée – et seulement à deux ou trois exemplaires – il s’en fut remettre à Souvarine pour l’envoyer à l’Humanité. Un deuxième fut donné à Radek, un troisième à Trotsky. Souvarine se permit de faire, malgré la défense de Marchand, une préface à la brochure qu’il avait reçue exclusivement pour la transmettre à l’Humanité. Sans doute dit Marchand, comprend-il l’importance très grande de cette affaire politique, et tient-il lui-même à être en France, par-dessus la tête de Marchand qui a fait tout le travail et en dehors de l’Humanité le personnage politique qui lancerait l’affaire Poincaré. Marchand ne s’explique pas autrement tout ce mystère. Il insiste en me disant qu’il ne veut plus rien avoir de commun avec Souvarine qui l’a traité avec une brutalité et une insolence qu’il ne peut oublier malgré son tempérament patient et bien qu’il soit en dehors de toute dissension d’ordre politique. Je le rassure en lui disant que désormais les représentants de la France seront ici au nombre de deux à titre égal et qu’il pourra immédiatement s’adresser à Louis Sellier chambre 290 au Lux. Il me demande avec la plus grande insistance d’aller trouver Trotsky, de lui demander l’exemplaire de la brochure, que lui Marchand n’a plus entre ses mains, et la brochure une fois remise, de l’éditer en feuilleton dans l’Humanité ou sous telle autre forme que nous jugerions bonne. Il pense que la publication immédiate d’un tel document serait de nature à porter à Poincaré, en ce moment, le coup le plus rude. Il ajoute que devant Trotsky il estime indigne de lui que je parle à nouveau de l’incident Souvarine qu’il vient de me révéler et qu’il me l’a relaté que pour ma gouverne et celle de nos amis. Je lui demande si je peux, pour cela, m’adresser à Rosmer. Il me répond oui et il ajoute que Rosmer, il le sait, n’a aucune sympathie réelle pour Souvarine. La brochure de Marchand s’intitule « De la vanité maladive de Poincaré à la tuerie mondiale ». Marchand me dit : si vous éditez la brochure, je vous défends de la faire précéder de la préface de Souvarine. C’est moi qui ai fait le travail, c’est mon œuvre, j’ai le droit de choisir pour la présenter celui que je voudrai, ce n’est pas Souvarine, si la préface paraît, je protesterai. Il importe que la brochure paraisse en français le plus tôt possible car Radek veut la faire paraître en Allemagne et l’impression sera mauvaise, l’effet attenue : il faut qu’elle paraisse en France.

389Souvarine allait chez Marchand lui montrer des lettres insolentes qu’il envoyait en France pour que la brochure parût rapidement : ces lettres je ne les ai jamais reçues ni vues. Marchand termine en me disant : revenez à 10 h ce soir, faites la démarche immédiatement auprès de Trotsky.

390Je raconte l’incident à Ker : il se rappelle qu’il y a eu en effet des lettres de Souvarine demandant d’éditer la brochure. La brochure n’est pas arrivée à Paris avant notre départ, elle y est peut-être maintenant.

391Ker me dit : Marchand est atteint du délire de la persécution. Il a été perquisitionné par la Tchéka et il est déprimé, aigri, malade. La perquisition fut une erreur. Il a fait lui-même partie de la Commission extraordinaire, c’est pourquoi il lui est difficile de rentrer en France.

  • 185 Eugène Varga (1879-1964), après la chute de la République des Conseils de Hongrie, il se réfugie en (...)

392La Commission de l’Annuaire de Varga185

  • 186 Thomas pseudonyme de Y.-S. Reich, (1886-1956), émigré en Suisse jusqu’aux lendemains de la guerre, (...)

393Il faut qu’il y ait à Berlin, dès début avril, un camarade responsable, sachant l’allemand, capable de mettre au point l’édition française. Il devra rester deux ou trois mois et sera défrayé par le service de Varga. Thomas186 l’aidera. Il pourrait se présenter comme correspondant d’un ou deux journaux communistes. L’Annuaire comprendra un préambule, une étude sur chaque pays, la situation générale économique et politique. La copie devra être envoyée fin avril au plus tard. La partie russe sera très étendue. Varga est l’ancien commissaire du peuple de Bela Kun à l’Économie nationale.

394Perrasson vient à 2 h, il est désillusionné et amer. Il est ici à la Tchéka. Il me dit je me débrouille. Il m’offre un feuilleton, un roman avec des vers pour l’Humanité. Non ! Mais si vous voulez faire un récit de votre révolte et vos impressions sur la Russie révolutionnaire, soit. On vous les paiera un bon prix. Il me dit : le Russe est resté passif, inconsistant. Aujourd’hui encore il chante l’Internationale. J’ai l’impression que demain il reprendrait le joug bourgeois sans protester. Ici à Moscou on mange et on se débrouille car le gouvernement a intérêt à ce que les capitalistes soient tranquilles, mais dans le reste de la Russie on souffre encore beaucoup.

395Au Komintern réunion des 12, à 6 h.

396Trotsky. – Nous allons à Gênes non pour dire aux 39 nations qui feront bloc contre nous de réaliser chez elles le communisme, seule façon de rétablir l’ordre dans le monde, mais pour traiter empiriquement des problèmes concrets. Puis nous mettrons les nations bourgeoises en face du problème du pacifisme. Pour établir un équilibre de l’Europe il faut désarmer. Le voulez-vous ? Nous, nous sommes prêts. Si vous ne voulez que limiter les armements, nous sommes prêts. Et vous ?

397Rakovsky. – On parlera peu des dettes, beaucoup des restitutions de leurs propriétés aux étrangers. On sacrifie ainsi les petits rentiers aux requins.

398Radek. – La situation politique est pleine de contradictions. Il faut les agrandir. L’attitude de la presse communiste doit être celle de la grande défiance vis-à-vis des résultats de Gênes. Pour la Conférence des trois Internationales, il ne suffit pas de proposer des mesures de propagande mais d’action.

399Trotsky. – Il faut que l’on sache que nous n’allons pas à Gênes comme à une capitulation. Si on nous demande de dénationaliser les usines pour les rendre à leurs anciens propriétaires étrangers, nous dirons nettement : non. Nous pourrons leur faire des concessions avec garanties pour nous mais le principe des dénationalisations est exclu. Si Gênes avorte nous aurons d’autres solutions. Au lieu de traiter avec le groupe compact des nations bourgeoises ennemies nous traiterons plus tard avec des nations isolées à meilleur compte, mais nous sommes une Révolution victorieuse. Nous pouvons tenir longtemps encore dans la situation où nous sommes par des concessions aux paysans et au milieu des souffrances et de la misère. Nous ne permettons pas qu’on demande de nous renier. Nous quitterions plutôt la conférence en claquant les portes.

400Zinoviev. – la conférence de Gênes a pour but de reconstruire l’Europe. Notre solution est le communisme, disons-nous aux bourgeois. Vous la refusez, soit ! Causons. Les hommes d’État suggèrent un programme, lequel ? Le voici, et nous le reprenons textuellement chez les bourgeois eux-mêmes. Annulation des dettes. Répartition des réserves d’or. Limitation des armements au prorata de l’étendue des pays. Question ouvrière (il faut des ouvriers pour reconstruire). Eh bien appliquons ce programme, vous ne le pourrez pas. Parallèlement notre presse communiste dira que nous n’attendons rien de Gênes, que parlant à des adversaires bourgeois nous avons dû les suivre sur leur propre terrain. Nous l’avons fait pour leur prouver à eux-mêmes et aux travailleurs qu’ils ne sont pas capables de réaliser leur propre programme. Dans la Conférence ouvrière internationale, nous partirons en guerre contre le pacifisme. Oui mais, dit Radek, si les réformistes acceptent nos critiques générales ! Il faut que, pour les mettre au pied du mur [faire] la proposition d’action de grève de masse.

401Zinoviev répond : si un mouvement populaire se déclenche en Europe, tant mieux. Mais réplique Radek, il importe que nous soyons les initiateurs de cette action. Je vous réponds oui du bout des lèvres, dit Zinoviev, mais au fond je suis sceptique : je fais des réserves. On ne peut pas déclencher un mouvement révolutionnaire sur le programme de la limitation des armements ou de l’annulation des dettes.

402Rakovski. – Il faut que nous obtenions à Gênes la reconnaissance de jure, sans cela rien à faire avec le capitalisme. Nous avons vendu récemment du pétrole à des Français, Nobel a arrêté la marchandise à Marseille. Il est vrai que les Anglais ont avec nous un traité de commerce. Mais les autres nations ne l’ont pas. Aux yeux de la classe ouvrière la reconnaissance est un fait, une revendication essentielle.

403Nous ne craignons nullement une rupture à Gênes. Même si nous quittons la conférence dans certaines conditions, notre attitude après sera meilleure. Il a été entendu à Cannes que le principe de la souveraineté de chaque nation serait respecté et sa liberté de faire chez elle ce qu’elle voudrait. Pourvu que nous ayons une récolte moyenne, nous tiendrons bien et nous obtiendrons ensuite des conditions meilleures. N’oublions pas qu’on continue à préparer contre les Russes non la guerre mais des insurrections locales, des révoltes, des bandes. À Paris, en ce moment, les Géorgiens, Petlioura, en Yougoslavie, Wrangel, se démènent contre nous. Il faut entretenir l’agitation sur ce point.

Lundi 6 mars 1922

  • 187 Lev Mikhaïlovitch Karakhan, (1889-1937), membre du parti bolchevik en 1917. Commissaire du peuple a (...)

404Karakhan187 me prie de lui envoyer ce que je peux avoir sur la Syrie.

405Marchand. – Rosmer a dû recevoir de Marchand une brochure sur Brest-Litovsk. Quid ? Marchand me raconte que Souvarine lui a dit un jour : « Je ne sais pas quel poste je pourrais bien vous donner. » « Mais, répond Marchand, je ne vous demande rien ! » Et Marchand ajoute : il a fait cette proposition à tout le monde ici, c’est un procédé ordinaire. Cassant, autoritaire et protecteur. Prière à Michalski d’envoyer à Marchand du papier, des cahiers de bon papier pour qu’il puisse travailler. Marchand me demande s’il ne serait pas possible de lui envoyer des suppléments de L’Illustration qui contiennent les dernières pièces de théâtre parues à Paris.

406Brochure « De la vanité maladive de Poincaré à la Première Guerre mondiale ». Radek l’a donné à Scheffer du Berliner Tagelblat et la maison Moser de Berlin va l’éditer. Radek demande à Marchand d’en faire envoyer un exemplaire à l’Humanité par le canal de Souvarine. Souvarine le promet mais il a dû faire retarder l’envoi puisque la brochure n’était pas encore arrivée au moment de votre départ de Paris. Souvarine dit alors à Marchand, d’autorité : « Je fais une préface ! » Jamais il n’a montré sa préface à Marchand. Marchand demande que la brochure paraisse sans préface. Il me donne un pouvoir écrit à cet effet. Il ajoute qu’il m’avait envoyé une lettre à l’Humanité même, en même temps que la brochure, où il me priait de présenter l’ouvrage aux lecteurs français de l’Humanité. Au moment où la brochure allait paraître, Tchitchérine demanda que l’on apportât quelque retard à leur parution. C’est pourquoi vraisemblablement le Berliner Tagelblat ne l’a pas encore donné. Mais depuis le Comité central russe a décidé de demander à Tchitchérine de revenir sur sa décision. C’est entendu. Trotsky m’en a parlé. Il faut cependant que la brochure paraisse à Paris avant de paraître à Berlin. C’est indispensable. Il faut donc à Berlin exiger de Michalsky qu’il invite le Berliner Tagelblat à attendre quelques semaines.

407La première page : René Marchand « La condamnation d’un régime, de la vanité maladive de Poincaré à la Première Guerre mondiale ».

408Marchand termine : « Je vous avais écrit à vous-même pour vous demander de prendre les choses en main. J’ai la chance que vous soyez venu et que j’ai pu vous en causer personnellement. Ce vœu je n’osais pas espérer qu’il fût exaucé. Si vous n’étiez pas venu je me serais désintéressé de mon travail en présence de toutes les difficultés qu’on m’a suscitées ici, surtout de la part de Souvarine. »

  • 188 Charles Rappoport (1884-1941), membre du comité directeur, t. II, p. 470. Voir Une vie révolutionna (...)

409Pour les cinq exemplaires de Rappoport188 à Rakovsky, Madame Faveraux est la voisine de l’amie à laquelle ils sont adressés. Elles s’est chargée ce matin de les lui remettre et d’en obtenir un reçu. La jeune femme promet de revenir nous apporter le reçu ce soir ou demain matin. Si nous avons le reçu ce soir nous l’emportons. Sinon Métayer s’en chargera. La jeune française a vu Rappoport à Paris dans un dîner où il fut question de l’existence de Dieu. Dieu, dit Rappoport, est un grand seigneur qui voyage incognito, je ne l’ai jamais rencontré, je puis donc nier son existence.

410Que la Commission coloniale entre en rapport avec Safarov, Safarov renverra le matériel de travail dans quelques semaines. Envoyer à Safarov les journaux qui ont paru à Tunis. Prier Rappoport d’envoyer l’article sur la révolte des Indes.

  • 189 Jean Castel né en 1896 dans l’Ariège, paysan, participe à la préparation des thèses sur la question (...)
  • 190 Eugène Dondicol (1874-1933), imprimeur, militant socialiste, délégué de la Fédération de la Seine a (...)
  • 191 Jean Marie Clamamus (1879-1933), maire socialiste de Bobigny dès 1919, il suit la position majorita (...)

411Vladimir me remet 500 F pour Castel189 à Bobigny. Louis Sellier les prend, m’en donne reçu et me prie de demander à Dondicol190 de les donner à Castel par l’intermédiaire de Clamamus191.

Mardi 7 mars 1922

  • 192 Vojislav Vouiovitch, (1897-1936), membre du parti social-démocrate serbe puis du parti communiste y (...)

412Dix-neuf jours à Moscou. Hier avant le départ qui eut lieu à 9 h 30 au milieu d’un grand désordre à la gare envahie, nous avons été convoqués à la Conférence du Présidium. Souvarine y assistait, cela indique qu’il a retiré sa démission. Les membres de l’Exécutif avaient été émus des nouvelles apportées de Paris par Vouiovitch192, le concernant. Vouiovitch a vu Frossard qui lui a dit : l’émotion causée par la démarche près de Poincaré est énorme dans le parti, surtout à Paris. S’il était là, en cinq minutes, il détruirait toute cette fâcheuse impression mais dans trois semaines le mal peut être grand. Sa situation à l’Humanité est même compromise. L’Exécutif à son tour fut très frappé. Le groupe Souvarine déclare que l’incident était très grave et que c’était l’indice de la mauvaise santé du parti. Aussitôt que les militants sont partis, la campagne commence contre eux et personne ne les défend. On laisse répandre les calomnies. De plus la campagne est dirigée contre la Révolution russe, l’Exécutif et la IIIe Internationale. Radek déclare qu’il va me remettre une note, il rappelle les conditions de l’entrevue de Berlin. Il rappelle que je lui ai dit : « Puisque la Révolution russe réclame de moi une démarche je la ferai malgré ces difficultés de tout ordre : je ne verrai jamais Poincaré mais je trouverai un moyen de le faire voir. Je verrai Jouvenel. Mais parlementairement et dans le journal, nous mènerons contre Poincaré la campagne plus énergiquement que jamais. » Après avoir rappelé cette conversation Zinoviev déclare : Cachin a bien travaillé pour la Révolution russe. Pour confirmer sa campagne contre Poincaré, le Comité central du parti communiste russe a décidé de lui donner des armes nouvelles. La brochure de Marchand et les documents complémentaires à remettre à Jacques Mesnil. Il ajoute que tout le Comité central russe se solidarise avec Cachin et même le Comité exécutif.

413Métayer déclare qu’il m’autorise à dire qu’il était pleinement d’accord avec moi puisqu’il s’agissait d’aider la Révolution russe.

414Zetkin déclare que ce serait de singuliers communistes que ceux qui se refusent à approuver cet acte demandé par la IIIe Internationale à l’un de ses membres. D’ailleurs nationalement l’acte de Cachin n’est que la conclusion de notre campagne internationale pour la reconnaissance de la République des Soviets et de même, on en a accompli une identique en Allemagne auprès du gouvernement en faveur de la Révolution russe. Et de plus, le parti communiste en acquerra une grande force et autorité, il sait se servir intelligemment de l’incident.

415En Angleterre O’grady, Klines, Henderson ont fait des démarches analogues en faveur de la reconnaissance des Soviets.

416Vouiovitch m’a annoncé aussi la démission de Paul Louis ce qui aggrave la crise et prête chez les souvariniens les commentaires attendus. C’est Frossard qui, d’après eux, pour arriver à l’Humanité aurait épouvanté Paul Louis afin de rendre le malaise plus grand et rendre ma position impossible. Nous leur répondons qu’il ne faut pas échafauder des hypothèses sur les dires de Vouiovitch, qu’il faut voir les choses froidement et d’abord interroger Frossard.

417Dans le train nous commençons à nous trois, Ker, Renoult et moi, à nous partager le travail pour le compte rendu du mandat.

418Ker : La politique nouvelle de la Révolution. La situation du communisme international.

419Daniel Renoult : Le Front unique.

420Marcel Cachin : La question française, la préparation de Gênes.

  • 193 Sur cette réunion, voir le Bulletin communiste, n° 16-17, 22 avril 1922.

421Nous demandons à Frossard, dès Berlin, de réunir jeudi 16 et vendredi 17 le Comité directeur avec l’audition des camarades de province193.

422Le voyage c’est bien long : le train fait 15 km à l’heure, le dégel commence, il y a de la boue, par endroits la terre commence à réapparaître sous une mince couche de neige.

423Roberto a vu un ouvrier qui assistait au procès et à l’exécution du tsar et de sa famille. On les a fusillés puis brûlés et jeté leurs cendres au vent. En Allemagne, dans tous les cafés, portrait de l’empereur. À Vienne, les blancs de Russie viennent d’élire un grand-duc comme tsar.

424Pour la conférence préparatoire de la conférence avec la IIe et la IIe 1/2, le Présidium propose comme délégués de la IIIe : Radek, Frossard, on y ajoute Clara Zetkin et Boukharine s’il est valide.

Mercredi 8 mars 1922

425On arrive à Sebech. Arrêt prolongé. Visite à une isba où nous achetons des œuf : 5 œufs 150 000 roubles, à la gare buffet ! On achète 5 paires de petits pains blancs de 350 000 roubles). Le courrier. S. Kourka nous expose qu’à la frontière lettonne et lituanienne, l’achat des policiers égale 100 marks. Au couloir polonais 200 marks, en Allemagne 200 marks.

Jeudi 9 mars 1922

426On passe la frontière russe et on arrive à Saloupé en Lettonie. Changement à vue. Comparaison du petit buffet propre et ordonné de Saloupé avec celui de Sebech, sale et en désordre. Le long des voies, aux arrêts, des petits enfants sans bas viennent vendre des pommes aux voyageurs.

427Arrivée à Riga. Le fleuve est libéré des glaces en aval : le port est redevenu actif. La ville est superbe, mais la bourgeoisie est féroce contre les communistes dont elle a une peur sans limites, elle refuse de rouvrir les usines pour ne pas avoir à ses côtés un prolétariat qui avant la guerre comptait 100 000 ouvriers et ouvrières. Maintenant les hautes cheminées ne projettent aucun panache de fumée. À la Mission russe un superbe drapeau rouge. Le gouvernement soviétique possède à Riga une mission politique logée dans un des plus beaux immeubles de la ville : une mission économique également bien logée.

428Nous descendons au port et y trouvons Grifioul. Que faites-vous ? Je fais la navette, dit Grifioul, de Riga à Reval, attendant le moment où on va pouvoir négocier. Cela ne saurait tarder. On annonce ici qu’ils sont pressés et que les choses vont aller vite après Gênes. Il faut préparer le terrain. J’ai vu un homme d’affaires qui revient de Petrograd. La Bourse est à nouveau ouverte mais ce ne sont plus les mêmes maisons qu’avant la guerre et les transactions sont rares. Ici à Riga vie très chère, impôts exorbitants, pas de travail pour les ouvriers.

429Grand mécontentement général. Les Anglais et les Américains sont politiquement les maîtres du pays. Mais les produits manufacturés viennent tous d’Allemagne à cause du change. Le rouble letton vaut ce que veut le mark allemand. L’Allemagne ouvre ici des machines agricoles et des matériels perfectionnés de lanternes. Au restaurant le soir, nous voyons des indigènes qui absorbent de grands verres de vodka, plusieurs sont ivres et se tiennent mal, ils ont un air de goujats primitifs, mal éduqués, laids, ce sont des bourgeois assez cossus car le menu, quoique mauvais, est cher. Une bouteille de vin coûte 700 à 800 marks. C’est le dégel et plusieurs rues sont des bourbiers. On nettoie rapidement. Dans la ville le dégel a des effets comme en Russie, c’est un marécage plat.

Vendredi 10 mars 1922

430En route pour Berlin. On traverse la Lettonie et la Lituanie. À chaque gare des soldats vêtus de défroques anglaises, figures lourdes, petites maisons de paysans en chaume et en bois faisant pauvre impression ; terre noyée d’eau, marécages, champs rares, une terre noire, une forêt nombreuse avec deux essences uniques, pins et bouleaux. Les ivrognes pullulent en ce pays.

431On arrive à la frontière allemande, à Eykhunen. Visite sévère de douane et de police. M. Clavel de Neuchâtel passe sans encombre en raison de ses qualités de critique d’art ; mais Mac Manus est l’objet de brimades de la part de la police. On l’oblige à se mettre à nu, on fouille ses bagages à fond ; on le fait venir au bureau de police pour l’interroger. La police allemande est aussi d’accord avec la police anglaise contre les communistes. MacManus aperçoit les noms et photos de Kolarov, Kreibich, et les miens sur la table du commissaire. Mais M. Clavel n’est pas signalé et je passe librement.

Samedi 11 mars 1922

432Arrivée à Berlin à 2 h. Visite à la Mission russe. Tous les hôtels (nous en visitons douze) autour de la gare d’Anshalt sont pleins. Nous devons nous réfugier dans une petite maison meublée pour la nuit.

  • 194 Lénine, discours prononcé le 6 mars devant la fraction communiste du Congrès des métallurgistes de (...)

433À la mission. Les affaires se présentent assez bien pour les Russes à Gênes. Les Anglais tiennent bon. Tchitchérine voit mal les choses de France. La mission Radek a bien réussi. On sent en France déjà un certain changement à l’égard de la politique russe. Les Russes ne peuvent rien perdre à Gênes. Lénine vient de déclarer au Congrès des Métallurgistes à Moscou qu’il irait à Gênes, qu’il n’est pas disposé à la reculade économique, à la renonciation au communisme194. L’Angleterre a besoin de plus en plus de la reprise des affaires, et Lloyd George conserve la maîtrise sur Poincaré. Il reste entendu qu’Arentz viendra en France souvent et que nous nous rencontrerons parfois à Francfort ou Cologne. Le parti communiste allemand est en croissance, la Rote Fahne a gagné 5 000 numéros. La Freheit est en décroissance, elle ne paraît ce soir que sur sept pages. Elle renoncera à son édition du soir. Aujourd’hui, après la grève des cheminots allemands, la scission n’a aucun écho ni aucune conséquence. Stœker me fait promettre pour Dusseldorf, 22 avril.

Dimanche 22 mars 1922

434Voyage Berlin-Cologne, rencontre de Stocker qui va à Londres au Congrès communiste.

435(29 janvier 1922 à Berlin)

436Je me suis adressé au camarade Marcel Cachin en le priant de remplir la mission suivante près du gouvernement français : le gouvernement des Soviets a envoyé une communication au gouvernement français par l’intermédiaire de différents postes diplomatiques français, il n’a reçu aucune réponse, il doute que cette communication soit parvenue a son adresse. Marcel Cachin fut mandaté par Krestinsky et moi-même Radek d’informer le gouvernement français 1°) que Krestinsky est chargé d’entrer en relation avec le représentant officiel du Quai d’Orsay ; 2°) au cas où le gouvernement français préférerait des conversations demi-officieuses, Radek est autorisé à les entreprendre. Je priais en même temps Marcel Cachin d’informer le sénateur de Jouvenel que j’étais prêt à accorder à M. Sauerwein un entretien sur les rapports franco-russes. Comme le camarade M. Cachin n’a pas de rapports avec la grande presse d’information, rapports dont disposait le camarade Paul Louis, je le priai d’avoir recours à l’aide de ce dernier et de l’en informer pour que cela se fasse sur ma prière. J’ai fait ces deux propositions au camarade Marcel Cachin en partant des considérations suivantes que je lui ai exposées.

437La campagne est admirablement travaillée, ordonnée, soignée.

438Dans les villes et les villages, les jeunes gens jouent au football, partout de petits monuments aux morts de la guerre surmontés d’un aigle. Chez nous c’est un coq !

Lundi 13 mars 1922

439Paris.

Notes

1 Victor Serge né Victor Kibalchich, arrivé en 1919 en Provence, est un des responsable de la presse du Komintern. Lors de la création de la Correspondance Internationale, il est chargé de son édition française et se rend à Berlin pour assurer cette responsabilité en compagnie de Julius Alpari et de Petit. Cf. Victor Serge, Mémoires d’un révolutionnaire, Paris, 1957, p. 161-162.

2 Il s’agit certainement de August Guralsky, né Abraham Heifez en 1890, qui sous le pseudonyme de Kleine (Lepetit pour le PCF) est en Allemagne un des représentants du Komintern en ce début de 1922. Comme membre du Comité central du PCA il organise l’Octobre allemand. Après avoir participé aux discussions du CE de l’IC sur la question allemande il est envoyé en France comme délégué de l’IC pour contrer l’activité et l’influence de Boris Souvarine. Il reste durant deux ans représentant permanent de l’IC auprès du PCF. Victor Serge, op. cit, p. 158.

3 Depuis le mois de mai 1921 la Russie a signé avec l’Allemagne un accord commercial qui permet aux deux pays d’accorder aux représentants accrédités de leur partenaire des privilèges diplomatiques. De plus le gouvernement allemand reconnaît la mission soviétique comme seul représentation de la Russie en territoire allemand.

4 Cachin rend compte aux deux représentants de l’URSS et du Komintern de la démarche que Radek lui a demandé d’entreprendre auprès du gouvernement français afin de le sonder sur la possibilité d’engager des pourparlers diplomatiques (voir à la fin du carnet de 1922). Au même moment le journal le Temps des 7 et 8 février évoque ces contacts. Leurs résultats, en dépit de leur retentissement relatif (voir la séance de la Chambre des députés du 16 mars) ne furent pas considérables étant donnée l’intransigeance de Raymond Poincaré, nouveau président du Conseil.

5 Michalsky ou Michalec sont les pseudonymes d’Adolf Warski-Warshawski, né en 1889, membre du PC polonais et adjoint de Radek dans ses démarches unitaires. Dirigeant du parti polonais jusqu’en 1924, élu député en 1926, il se réfugie en URSS en 1929 où il meurt en 1937 victime des purges.

6 Karl Radek, né Karl Berngardovich à Lvov en 1885, membre du Présidium du Komintern depuis février 1921, retourne en Allemagne le 17 janvier 1922 où il se fait le héraut de l’orientation de Front unique et prend contact avec les représentants des Internationales socialistes mais aussi des milieux diplomatiques, industriels et militaires allemands. Critiqué en 1924 pour son soutien à Trotsky et l’échec allemand, il est écarté des postes de responsabilité puis exclu du parti en 1927. Réadmis dans le parti, après sa rupture avec Trotsky. Il est condamné à dix ans de prison en 1937. Déporté, il meurt en 1939.

7 Guéorgï Vassilievitch Tchitchérine, né en 1872, secrétaire du Bureau étranger du parti ouvrier socialiste de Russie (POSDR) avant la guerre est, depuis mai 1918, commissaire du peuple aux Affaires étrangères.

8 Fonctionnaire de l’OMS (organisme chargé des liaisons internationales créé au lendemain du IIIe Congrès de l’IC et dirigé par Piatnitsky).

9 Cf. t. II, p. 407.

10 Cf. t. II, p. 408. Signataire d’un appel contre la direction du parti, il est exclu du parti et rejoint l’organisation communiste dissidente créée par Paul Levi.

11 Cf. t. II, p. 539.

12 Cf. t. II, p. 411. L’ancien secrétaire du parti dont l’exclusion a été ratifiée par le IIIe Congrès du Komintern avait formé un mouvement politique la Communauté de travail communiste, qui fusionna au cours de l’année 1922 avec le parti socialiste indépendant (USPD).

13 Il s’agit du journal quotidien du parti communiste allemand.

14 Hugo Stinnes, magnat de l’industrie, qui profita de la situation économique de l’après-guerre et de la dépréciation du mark pour constituer un Konzern gigantesque et intervenir dans la vie politique allemande en finançant le parti national allemand.

15 Cf. t. II, p. 590. Stoian Mineff (1891-1959), sous le pseudonyme principal de Stepanov, s’occupe auprès du Komintern, dès cette époque, des partis communistes européens. Après avoir séjourné en Suisse, puis en Russie, il s’est rendu en France durant l’année 1920 avant de venir à Berlin travailler au Bureau Ouest Européen (WEB).

16 Nicolas Krestinsky, né en 1883, membre du parti bolchevik depuis 1905, occupe des fonctions à la direction du parti jusqu’en mars 1921. Parallèlement il a entamé une carrière gouvernementale en tant que commissaire du peuple aux Finances, d’août 1918 à octobre 1921, date à laquelle il est nommé représentant soviétique à Berlin où il travaille en relation avec le WEB du Komintern.

17 Cette représentation militaire dissimulée dans les locaux de la mission commerciale atteste des liens militaires entre les deux pays dès l’année 1921. Cf. Edward Hallet Carr, La Révolution bolchevique. La Russie soviétique et le monde, Paris, Éditions de Minuit, p. 314-347.

18 Lucie Leiciague, née le 13 décembre 1880 à Saint-Palais (Basses-Pyrénées) ; morte le 21 mai 1962 à Orsay (Seine-et-Oise) ; militante socialiste, puis communiste ; membre du Comité directeur du parti communiste (1920-1924). Elle est membre de la délégation du PCF au IIIe Congrès de l’IC, en 1921. Elle est désignée comme déléguée du PCF à Moscou de mai à novembre 1922. Elle est élue au CE de l’IC au lendemain du IIe Plénum, en juin 1922. Déléguée au Ve Congrès de l’IC. Elle n’est pas réélue en 1926 au Comité central du PCF qu’elle quitte en 1928.

19 Fernand Loriot (1870-1932), cf. t. II, p. 439.

20 Nitti, homme d’État italien, président du Conseil.

21 Il s’agit des socialistes du parti SPD désignés comme majoritaires depuis la scission qui leur avait permis, en 1916, de conserver la direction du parti socialiste.

22 Rathenau, dirigeant de l’industrie électrique (Siemens), et ministre des Affaires étrangères incarne le rapprochement entre l’Allemagne et la Russie. Il est assassiné en juin 1922 par des extrémistes de droite qui lui reprochent d’incarner une politique qui accepte le traité de Versailles.

23 Frantz Mehring, (1846-1919) un des grands intellectuels marxistes de la social-démocratie allemande, membre de la gauche, adhéra au mouvement spartakiste.

24 Lilina Zinoviev, il s’agit de la femme de Grigori Zinoviev.

25 Il s’agit de l’hôtel où logeaient les représentants et les délégués du Komintern. Cf. Arkadi Vaksberg, Hotel Lux, Paris, Fayard, 1993.

26 Christian Rakowsky, né en 1873, fut un des fondateurs du parti socialiste roumain, préside le Conseil des commissaires du peuple d’Ukraine de 1919 à 1923. Il est membre du Comité central du parti bolchevik jusqu’en 1925. Ayant pris fait et cause pour Trotsky il est écarté du pouvoir mais assume encore des fonctions diplomatiques importantes à Londres puis à Paris.

27 Boris Souvarine (1895-1984), cf. t. II, p. 493. Sorti de prison en mars 1921, il se rend à Moscou pour le IIIe Congrès de l’IC. Élu membre du Comité exécutif et du Présidium, il devient l’un des secrétaires du Komintern. Ayant à suivre notamment le PCF il demande à en être officiellement déchargé. Cf. Jean-Louis Panné, Boris Souvarine, Paris, Robert Laffont, 1993.

28 Albert Treint, né en 1889, instituteur, membre de la Fédération de la Seine du parti socialiste, il devient membre du comité directeur du PCF et de sa commission de propagande après le Congrès de Tours. Arrêté à Nevers pour provocation de militaires et condamné, il est révoqué de ses fonctions d’instituteur. Devenu permanent il est réélu membre du comité directeur lors du congrès directeur mais démissionne avec ses camarades de la « gauche » pour protester contre l’éviction de Souvarine. Il fait partie de la délégation qui se rend à Moscou pour la première session élargie du Comité exécutif du Komintern.

29 Émile, Arthur Bestel, né en 1886, ouvrier tourneur dans une usine métallurgique de Saint-Denis, il anime, comme délégué d’atelier et syndicaliste les grèves de mars 1918. Devenu responsable de la fédération métallurgique de la CGT, il est élu conseiller municipal socialiste et devient membre du comité directeur du PCF. Envoyé par le Comité directeur à Moscou en novembre 1921, où il représente le parti et donne des informations sur sa situation lors de la réunion du Présidium du 5 décembre. CRCEDHC 495-1-43. Face au parti, il défend les positions de l’Internationale lors du Congrès de Marseille.

30 Léon Jouhaux, né en 1879, est alors secrétaire de la CGT et farouchement opposé au courant révolutionnaire dans le mouvement syndical. Cf. aussi t. II, p. 456.

31 Pierre Renaudel, député socialiste du Var, incarnait la politique d’union sacrée suivie par la SFIO pendant la guerre et d’hostilité aux idées révolutionnaires.

32 Pierre Pascal (1890-1983), secrétaire du groupe communiste français à Moscou puis collaborateur du commissariat des Affaires étrangères, de la section de presse du Komintern puis de l’Institut Marx-Engels. Cf. ses carnets publiés sous le titre Mon Journal de Russie, 4 tomes, 1917-1927, Lausanne, L’Age d’homme, 1982.

33 Georges Tchitchérine (1872-1936), diplomate de carrière, adhérant à la social-démocratie à Berlin en 1904, il rallie les mencheviks puis milite ensuite en France et en Angleterre où il rejoint les bolcheviks en 1917. Il est commissaire aux Affaires étrangères de 1921 à 1930.

34 Il s’agit d’une grande avenue reliant la place Rouge et la place Pouchkine.

35 Bela Kun (1886-1939), leader du parti communiste hongrois créé en novembre 1918 puis ministre des Affaires étrangères de la République soviétique hongroise. Arrivé en Russie, il devient membre du Comité exécutif et du Présidium en février 1921. Envoyé en Allemagne, son action y est critiquée. Malgré tout, il est, après le IIIe Congrès de l’IC, réélu au Présidium et chargé de la propagande et de la presse du Komintern.

36 Georges Safarov (1891-1942), membre du parti bolchevik dès 1908. Après 1917 il occupe divers postes de responsabilités dans le parti et l’État. Il est désigné par le IIe Congrès de l’IC comme membre du bureau d’Extrême-Orient. Élu membre du Comité central du parti bolchevik lors du Xe Congrès en mars 1921. Le Présidium du Komintern, en novembre 1921, le charge d’organiser sa section orientale : à ce titre il participe aux réunions du Comité exécutif et du Présidium. Il est officiellement élu membre du Comité exécutif lors du IVe Congrès du Komintern en novembre 1922. Proche de Zinoviev et responsable, dès 1923, du journal la Pravda de Leningrad, il devient un des responsables de l’opposition et est exclu du parti en décembre 1927. Réintégré l’année suivante, il est de nouveau exclu fin 1934, arrêté et déporté, avant d’être condamné à mort.

37 Otto Wilhelm Kuusinen (1881-1964), social-démocrate finlandais, directeur du journal du parti, député et délégué au Congrès de Bâle, est commissaire du peuple à l’Éducation dans la République soviétique de Finlande, en janvier 1918. Après sa chute, il est, en Russie, l’un des fondateurs du parti communiste finlandais. Après être retourné clandestinement en Finlande, il participe à l’activité de la direction du Komintern. Après le IIIe Congrès il devient un de ses trois secrétaires et à ce titre participe à la préparation du Ier Plénum élargi du Comité exécutif. Désormais membre de ce Comité exécutif et du Présidium, il reste jusqu’à sa dissolution en 1943 un des principaux dirigeants du Komintern.

38 Victor Méric (1876-1933), journaliste et écrivain. Socialiste anarchisant il devient militant du parti communiste. Fondateur du journal la Guerre sociale, en 1907, il reste foncièrement pacifiste durant toute la guerre. Devenu membre du Comité pour la IIIe Internationale, il milite pour l’adhésion du parti socialiste à la nouvelle Internationale. A l’issue du Congrès de Tours il est élu membre du Comité directeur. S’opposant, dès l’été 1921, à Souvarine, il dénonce la centralisation des décisions, il réaffirme son pacifisme et prend position contre l’orientation de Front unique dans des articles de l’Internationale et de l’Humanité. Fortement critiqué par les dirigeants de l’IC, Trotsky notamment, il n’est pas réélu au Comité directeur en octobre 1922, puis quitte le PCF au début de 1923.

39 André Morizet (1876-1942), maire socialiste de Boulogne-Billancourt, il suit, bien que reconstructeur, la majorité au Congrès de Tours. Délégué au IIIe Congrès du Komintern, il publie un ouvrage sur son séjour, Chez Lénine et Trotsky, Moscou 1921, Préface de Léon Trotsky, Paris, Librairie de l’Humanité, 1922. À la fin de 1922, il critique les décisions du IVe Congrès du Komintern. Il quitte ensuite le parti communiste pour le parti socialiste-communiste puis la SFIO.

40 Lors de ce congrès de l’Internationale socialiste celle-ci avait condamné le ministérialisme c’est-à-dire la participation des socialistes à un gouvernement bourgeois.

41 Il s’agit certainement de Radek.

42 Stephen Pichon, ancien député radical, sénateur de 1906 à 1924. Ministre des Affaires étrangères dans le ministère Clemenceau de 1918 à 1920. Bien connu de Cachin qui l’a souvent rencontré en 1918. Cf. t. II, p. 232.

43 Le 12 janvier la Conférence de Cannes accueille Rathenau qui affirme la volonté de l’Allemagne de participer à la reconstruction de l’Europe. Après la démission de Briand, le nouveau gouvernement Poincaré fait part de ses réserves à l’égard des négociations envisagées avec les Soviétiques. Edward Hallet Carr, op. cit., p. 369.

44 Cf. t. II, p. 598. Humbert-Droz est désigné comme envoyé du Komintern en France, le 27 septembre 1921. Cf. Mémoires de Jules Humbert-Droz, De Lénine à Staline, 1921-1931, Neuchâtel, A. de Baconnière, 1971, p. 21.

45 Friedrich Adler (1879-1960), secrétaire du parti social démocrate autrichien, pacifiste durant la guerre ; il symbolise la gauche du parti. Après avoir tué le Premier ministre en 1916, condamné à mort, il est grâcié puis tiré de prison par l’effondrement de la monarchie autrichienne. Il reprend en 1919 son poste de secrétaire et est élu député. Il s’attache à l’organisation et à l’institutionnalisation des conseils ouvriers. Cependant l’essentiel de son activité se déploie sur le plan international. Il prend l’initiative de convoquer à Vienne, en février 1921, la conférence constitutive de l’internationale IIe 1/2 dont il devient secrétaire. À la fin de 1921 il espère réussir dans son ambition de reconstituer l’unité du socialisme international. Ce sont ses propositions qui sont à l’origine de la Conférence de Berlin où, en avril 1922, les dirigeants des trois Internationales se rencontrent.

46 On mesure bien par cette remarque que les dirigeants de l’IC conçoivent la réunion des différentes Internationales comme un moyen de pression sur une conférence diplomatique où, pour la première fois, la Russie doit être présente.

47 Henri Waletski (1877-1937), né à Varsovie, diplômé de mathématique et de physique en Belgique, il adhère à la social-démocratie dans ce pays avant de rentrer à Varsovie où il rejoint le parti socialiste polonais. Il y occupe des responsabilités importantes et le représente dans les congrès internationaux. Après avoir passé la guerre en Suisse il participe à la fondation du parti communiste polonais. Réfugié en Russie il devient un des représentants du Komintern. Après le IIIe Congrès il part en Italie où, à Milan, il participe au congrès du parti socialiste, ensuite, en décembre 1921, il est à Marseille, comme représentant du Komintern lors du Ier Congrès du parti communiste français. Désormais il joue un rôle dans le Comité exécutif dont il devient membre. Ensuite il effectue de nombreuses missions aux États-Unis, en Allemagne. Après avoir été écarté de la direction du parti polonais, en 1925, il prend en charge l’édition de la revue l’Internationale communiste et s’occupe du secrétariat des Balkans du Komintern. Arrêté en juin 1937, il meurt cette même année.

48 Victor Taratouta (1881-1926), membre du Comité central du parti bolchevik dès 1907. À Paris, comme Lénine, il reste durant la guerre et noue de nombreux contacts avec les socialistes minoritaires. De retour en Russie il s’occupe, pour le compte du Komintern, du PCF dont il accompagne la délégation lors du IIIe Congrès. Entré en conflit avec Souvarine, une commission d’enquête lui retira sa fonction de représentant auprès du PCF. Bien qu’il soit ensuite accaparé par d’autres activités dans le Komintern, il garda des contacts avec les militants français de passage à Moscou.

49 Ersilio Ambrogi (1883-1964). Militant socialiste et maire de Cecina (en octobre 1920), il est ensuite un des fondateurs du parti communiste en janvier 1921 puis un de ses députés au Parlement. Ultérieurement, en 1923, il représente le PCI à Moscou au Comité exécutif. Condamné par les fascistes à 21 ans de prison, il reste en Russie et participe avec la délégation italienne au VIe Congrès de 1928. En 1929 il est exclu du parti en raison de ses sympathies pour l’opposition Trotsky-Zinoviev. Il s’établit en Allemagne jusqu’à l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Après avoir vécu en URSS il s’établit en Belgique en 1936.

50 Il s’agit du programme adopté par le Congrès des peuples d’Orient, réuni à Bakou, le 1er septembre 1920.

51 Mustapha Kemal dit Atatürk (1881-1938), fondateur et premier président de la République turque.

52 Gandhi (1869-1948), après avoir été exilé en Afrique, il rentre en Inde en 1915 en prônant la désobéissance civile, la non-violence et la lutte contre les castes. Il se veut un « idéaliste pratique ».

53 Manabendra Roy (1887-1954). C’est au Mexique, en 1919 que ce Bengali mathématicien rencontre Borodine, le premier envoyé du Komintern en Amérique du Nord. Après avoir participé à la fondation du parti communiste mexicain il se rend à Moscou à l’occasion du IIe Congrès du Komintern. Représentant le parti mexicain, il est admis au congrès avec une voix consultative. Lénine fait rapidement appel à lui pour écrire les thèses sur les questions coloniales et nationales. Ultérieurement il part pour Tachkent où il est un des trois dirigeants du bureau d’Extrême-Orient du Komintern. Il revient pour les IIIe et IVe Congrès où il est élu membre du Comité exécutif. Bientôt élu au Présidium (en 1925), il remplace Borodin en Chine à la tête de la délégation du Komintern. À son retour en URSS il est critiqué – durant le VIe Congrès durant lequel il reste silencieux et où il perd ses responsabilités au CE de l’IC. Accusé de déviation droitière, il est, en 1929, exclu du Komintern. Installé à Berlin il dirige un petit groupe d’indiens exilés en relation avec le groupe de Brandler-Thalheimer. Retourné clandestinement en Inde, il est arrêté et condamné à six ans de prison, en juillet 1931. Libéré en 1936 il rejoint le parti du congrès et en 1940 il crée le parti radical démocratique.

54 Samuel Gompers, ouvrier cigarier à New-York, de famille immigrante juive venue d’Angleterre, généralise le modèle syndical issu du trade-unionisme anglais dans le cadre de la Fédération américaine du travail (AFL) créée en 1886. Jusqu’en 1924, il dirige la fédération en professant le syndicalisme « pur et simple » hors de tout lien avec un parti politique.

55 Bunzi Suzuki (1885-1946), diplômé de littérature de l’Université impériale de Tokyo, journaliste chrétien, fonde une amicale ouvrière, la Société de bienfaisance (Yuaikai), le 1er août 1912. Il contribue à sa transformation en un véritable Syndicat du travail (Nihon Sodo Sodomei) avec un programme de 20 revendications fondamentales.

56 Umberto Terracini, né en 1895 à Gênes, entre au parti socialiste italien en 1916. Etudiant en droit à Turin, il est condamné pour son action antimilitariste, incorporé et reste sous l’uniforme jusqu’en 1919. Il est un des éditeurs de l’hebdomadaire Ordine nuovo, fondé à Turin cette même année. Élu à la direction du parti socialiste, il devient un des principaux dirigeants du PCI après sa création en janvier 1921. Il participe quelques mois plus tard au IIIe Congrès où il défend la théorie de l’offensive. Élu au Comité exécutif il revient à Moscou en février 1922 pour participer aux débats du Ier Plénum élargi du Comité exécutif de l’IC. En 1923, 1924 et 1925 il assiste aux plénums et congrès puis retourne en Italie où il prend en charge la direction de l’Unità jusqu’à son arrestation en août 1926. Condamné à 22 ans de prison, il est amnistié en 1937 et déporté dans les îles jusqu’en 1943, date de la chute du fascisme.

57 Roberto Riccardo (1879-1956), avocat socialiste élu député socialiste de Cunéo en 1919, membre de l’extrême-gauche maximaliste participe à la scission de Livourne et adhère au PCI. Il dénonce cependant les luttes fratricides. Il collabore au journal l’Ordine nuovo et comme délégué du PCI au Plénum partage les positions de Terracini.

58 Ces incidents se sont passé lors du IIIe Congrès, voir supra.

59 Il s’agit d’Eugénie Roussakova, compagne de Pierre Pascal (voir infra), sœur cadette de Liouba, femme de Victor Serge. Cf. Pierre Pascal, Mon Journal de Russie, t. III, 1922-1926, Lausanne, L’Age d’homme, 1982, p. 19.

60 Louis Keim dit Ker (1886-1923), professeur de français à l’École supérieure du commerce à Munich de 1912 à 1914 puis à l’école commerciale de Lyon. Adhérent de la Fédération de la Seine du parti socialiste, il devient en 1920 l’un des membres du Comité directeur du parti communiste. Collaborateur de l’Humanité et de la Vie ouvrière, il est chargé de la liaison entre le parti français, le PC allemand et l’Internationale et joue le rôle de secrétaire pour les relations internationales. Après qu’il ait été arrêté, fin janvier 1921, il bénéficie d’un non-lieu le 22 mai. Il est pressenti par Souvarine pour s’occuper de la version française de l’Internationale communiste. Au Congrès de Marseille (25-30 décembre 1921) est réélu membre du Comité directeur. Ensuite, lors d’une conférence du Comité exécutif élargi à Moscou, il exprime son accord avec les thèses de l’IC. Lors du IIe Congrès du parti, tenu à Paris du 15 au 22 octobre 1922, il présente un projet d’entente centre-gauche. Membre du CC, il est désigné au Bureau politique. Il présente au CC français les décisions prises par le IVe Congrès de l’IC concernant le nécessaire abandon de la franc-maçonnerie et de la Ligue des droits de l’homme. Se conformant à ces conclusions, Ker démissionne de ces organisations et des organismes dirigeants du parti. Il est appréhendé le 13 janvier pour son action contre l’intervention militaire dans la Ruhr. Il meurt le 21 juillet d’une hémorragie cérébrale foudroyante : le IIIe Congrès du parti français, réuni à Lyon, lui rend hommage le 20 janvier 1924.

61 Lev B. Kamenev (1883-1936), t. II, p. 439.

62 Grégoire Sokolnikov (1888-1939), docteur en droit, à Paris avant la guerre, il est, après la Révolution, commissaire aux finances en 1918 puis de 1922 à 1926. Il opère la réforme financière. Ambassadeur à Londres de 1927 à 1933 puis vice-commissaire aux Affaires étrangères. Exclu et arrêté en 1936. Condamné à dix ans de prison au deuxième procès de Moscou, il meurt en 1939.

63 Vasil Kolarov (1877-1950), membre du parti social-démocrate bulgare et de sa fraction « étroite » dès 1903 il en devient un des dirigeants et est élu député au parlement bulgare en 1913. Il participe à la Conférence de Zimmerwald en 1915. Il devient secrétaire du Comité central du PC bulgare dès sa création en avril 1919. Dès lors il fait de nombreux voyages en Russie soviétique. Il assiste au IIIe Congrès de l’IC et y intervient au nom de son parti. Dès 1922, il assure de nombreuses responsabilités et est élu au CE, au Présidium et au Secrétariat lors du IVe Congrès, en novembre 1922. Il effectue de nombreuses missions à travers l’Europe, tout en dirigeant le secrétariat des Balkans et en présidant le Comité exécutif du Krestintern. Après la fin de l’Internationale communiste dont il signe l’acte de dissolution, il retourne en Bulgarie, en 1945, où il assure des responsabilités gouvernementales jusqu’à sa mort en 1950 alors qu’il est Premier ministre.

64 Sima Markovitch (1888-1939), professeur d’Université, il devient l’un des dirigeants du parti communiste yougoslave dès sa création en avril 1919. Devenu secrétaire général lors du IIe Congrès il est élu également député. En juin 1921 il dirige la délégation au IIIe Congrès de l’IC. Malgré son affrontement avec Zinoviev, il est élu au Comité exécutif. Il conserve, malgré les critiques dont il est l’objet, la direction du parti jusqu’à son retour en Yougoslavie, où, arrêté, il est condamné à deux ans de prison. En 1924, il revient en URSS et retrouve ses responsabilités à la tête du parti yougoslave jusqu’en 1928. Critiqué par l’IC, il est écarté de la direction puis exclu du parti l’année suivante. En Yougoslavie il se consacre à l’écriture d’ouvrages philosophiques et mathématiques. Arrêté en 1931, il revient en URSS en 1934 où il travaille à l’Institut de philosophie jusqu’en juillet 1939, date à laquelle il est arrêté et condamné comme « agent de l’impérialisme » à dix ans de travail forcé.

65 August Thalheimer (1884-1948), membre de l’aile gauche du parti socialiste puis du mouvement Spartakus. Il est membre du Comité central du parti communiste allemand de décembre 1918 à janvier 1923, mais n’est pas réélu lors du IXe Congrès en avril 1924. Depuis le printemps 1921 il est au côté de Brandler le leader idéologique du parti. En 1922, il présente la situation allemande puis travaille à l’élaboration du programme du Komintern. Il est un des trois rapporteurs sur ce sujet lors du IVe Congrès en novembre 1922. Après l’échec d’octobre 1923, il est écarté de la direction, travaille dans l’appareil du Komintern et à l’Institut Marx-Engels jusqu’en 1928. Il est à plusieurs reprises critiqué, lors des 5e et 6e réunions du CE élargi, en 1925 et 1926. En 1929, il est exclu du parti communiste allemand dans le cadre de l’offensive contre la « droite ». Il participe alors à l’organisation d’un groupe communiste d’opposition actif jusqu’à l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Réfugié en France jusqu’en 1940, il part ensuite pour Cuba où il meurt en 1948.

66 Joseph Pogany (1886-1937), professeur et journaliste, militant socialiste, devient en 1919 commissaire à la Défense nationale de la République soviétique hongroise, puis s’occupe des Affaires étrangères et de l’Instruction publique. Il occupe ensuite, pendant dix ans, des postes de responsabilité dans l’appareil du Komintern. Après avoir été envoyé en Allemagne en 1921, il part aux États-Unis, où, sous les pseudonymes de John Pepper, Lang et Strong, il devient le principal dirigeant du parti communsiste américain. Il joue un rôle actif dans les réunions du Comité exécutif jusqu’en 1928 où il devient le centre des attaques contre les droitiers. En 1929 il est écarté de toutes ses fonctions dans le Komintern. Il travaille ensuite dans l’administration du Gosplan avant d’être arrêté et exécuté en 1937.

67 Alexandra Kollontaï (1872-1952), intellectuelle, fille de général, membre du parti en 1899. Émigrée aux États-Unis pendant la guerre. Commissaire à la Santé en 1917, élue au CC en août. Théoricienne de l’« amour libre », porte-parole de l’Opposition ouvrière, se rallie ensuite et termine sa carrière comme diplomate ; ambassadrice à Oslo, Mexico, Stockholm.

68 C’est le terme qui sert à désigner ce qui va s’appeler bientôt le Présidium.

69 Sen Katayama (1859-1933), dirigeant syndicaliste et socialiste japonais. Exilé en 1914 aux États-Unis, il y fonde dès 1919 un groupe communiste japonais. En 1921, il rejoint à Mexico le bureau du Komintern puis arrive à Moscou en décembre 1921. Bientôt élu membre du Comité exécutif, dès le IVe Congrès de l’IC, il est dès lors une des grandes figures du Komintern intervenant dans les différents congrès et réunions du Comité exécutif jusqu’en septembre 1932 où il prononce son dernier discours.

70 Iouri Steklov (1873-1937), socialiste dès 1898, est après 1917 membre de l’Exécutif des Soviets et rédacteur en chef des Izvestia jusqu’en 1925. Auteur de plusieurs travaux historiques, notamment sur la Commune de Paris, et d’une biographie de Bakounine. Suspect de sympathies pour les condamnés des procès, il est arrêté et disparaît en 1937.

71 Heinrich Brandler (1881-1967), socialiste de gauche et syndicaliste avant-guerre, il participe au mouvement spartakiste. Adhérent du parti communiste allemand dès sa création. Devenu président du parti en février 1921, il est arrêté et condamné à des années de prison. Il est cependant libéré en novembre 1921 et part pour Moscou où il représente le parti communiste allemand. Il est immédiatement élu membre du Comité exécutif et du Présidium. Il retourne en Allemagne comme leader incontesté, en août 1922. Après avoir préparé, à Moscou, la révolution allemande, il est en Saxe ministre du gouvernement de coalition socialiste-communiste. Au lendemain de l’échec d’octobre, il est démis de ses fonctions et n’est pas réélu au Comité central lors du IXe congrès du parti en avril 1924. Jusqu’en 1927 il travaille dans l’appareil central du Komintern. Ensuite, de retour en Allemagne, il anime une revue critique. Associé à Thalheimer il est dénoncé par le Komintern et exclu, en janvier 1929, des deux partis allemand et russe dont il était membre. Il participe à la mise sur pied d’une organisation communiste d’opposition puis en 1933 s’exile en France qu’il quitte, en 1940, pour Cuba où il reste jusqu’en 1948 date à laquelle il revient en Allemagne de l’Ouest, à Hambourg, où il meurt en septembre 1967.

72 Il s’agit d’un néologisme qui désigne le développement de la concentration capitaliste sous la forme de Konzern dont Stinnes, industriel de la mine et de la métallurgie, devenu tout puissant à l’occasion de la guerre puis de l’inflation galopante, est le symbole. Cf. sur ce point, Adolph Mayer, « Stinnes, un roi d’industrie qui est le vrai maître de l’Allemagne républicaine, démocratique et social-démocratique », la Correspondance internationale, n° 13, 18 février 1922.

73 Lors de ce congrès du 21 au 26 août 1921, les décisions de l’IC sont adoptées et le thème du Front unique relancé. Cf. Flechtheim, Le Parti communiste allemand sous la République de Weimar, Paris, Maspéro, 1972, p. 104.

74 Assassiné le 26 août 1921.

75 Il s’agit du parti populiste (DVP) fondé par Gustav Stresemann et Hugo Stinnes qui obtint 14 % des voix en juin 1920.

76 Il s’agit outre Friesland, de Brass, Malzahn, Däumig et Hoffmann qui avaient signé ou soutenu un appel critiquant la politique du parti.

77 Concernant la grève des cheminots et l’attitude du président Ebert, cf. H. Neumann, « La grève des cheminots allemands et le Front uni », la Correspondance internationale, n° 11, 11 février 1922.

78 Chancelier depuis juin 1921, membre du parti du centre catholique.

79 Voir, deuxième séance (21 février au soir), « Compte rendu de l’Exécutif élargi de l’Internationale communiste », Paris, 1922, p. 26-28. Le texte intégral est reproduit dans le Bulletin communiste, 22 avril 1922, p. 304-305.

80 Édmond Burian (1878-1935), directeur de journaux socialistes avant guerre, il est membre du comité exécutif du parti communiste tchécoslovaque, de 1921 à 1929, en même temps qu’il est député à l’Assemblée nationale. Il est élu au Comité exécutif de l’IC et en juin 1922 il est nommé à la commission préparant le programme du Komintern. A la fin des années vingt il est accusé de déviation opportuniste de droite et exclu du parti en juin 1929.

81 Karel Kreibich (1883-1966), militant et journaliste socialiste, il est élu député au Parlement. Originaire des Sudètes, il fonde la section communiste de la région. C’est à ce titre qu’il participe au IIIe Congrès de l’IC. Lors du congrès d’unification, en septembre 1921, il est élu membre du Comité exécutif et vice-président du parti. Il le reste jusqu’à son départ pour Moscou en 1924. De retour, en 1927, il reprend sa place au Bureau politique jusqu’en 1929. Membre du Comité exécutif depuis le IIIe Congrès de l’IC, il est élu au Présidium en février 1922. En juin 1922 il rapporte à nouveau sur la situation tchèque. En 1924, il est élu membre de la Commission internationale de contrôle. Il reste à Moscou comme représentant du PCT. En 1929, il rejoint l’équipe éditoriale de l’Internationale communiste avec laquelle il travaille jusqu’en 1933. Écarté de la direction du parti depuis 1929, il est élu sénateur communiste en 1935 et s’exile en Angleterre à la fin de 1938. Après la guerre il est ambassadeur de la Tchécoslovaquie à Moscou, de 1950 à 1952.

82 Arthur Mac Manus (1891-1927), ouvrier métallurgiste irlandais, membre du Socialist Labor Party. Arrêté, en 1915, pour ses prises de position pacifistes et internationaliste. Il est élu, à Manchester, président des comités des Shop Stewards and Workers. Il devient l’éditeur du journal Socialist. En 1920 il préside le congrès fondateur et en devient le leader. Lors du IIe Congrès du parti il est réélu président du parti avant de se rendre à Moscou à la fin de 1921. Jusqu’en 1925 il est un membre actif de l’Internationale communiste dont il préside régulièrement les séances des congrès et des comités exécutifs en tant que membre du Présidium. En octobre 1925, il est arrêté en Grande-Bretagne et condamné à six mois de prison. Quand il meurt, en 1927, ses cendres sont enterrées sous les murs du Kremlin face à la place Rouge.

83 Mikhail Borodine, né Grusemberg, (1884-1949), membre du Bund puis du parti social démocrate russe en 1903 à Riga. Émigré aux États-Unis de 1907 à 1917, il rentre en Russie en juillet 1918 et travaille au commissariat des Affaires étrangères. Dès la création du Komintern, il en devient le premier envoyé en Amérique, sous le pseudonyme Brantwein. De Mexico, il se rend en Espagne puis se rend à Amsterdam, en 1919-1920. Il participe aux travaux du Komintern, dans le deuxième semestre de 1921 ; il s’occupe de la situation anglaise lors du Comité exécutif élargi de février et part en Grande-Bretagne sous le pseudonyme de George Brown. Arrêté en août 1922 à Glasgow, il est condamnné à six mois de prison. En 1923, il est envoyé en Chine auprès du parti communiste chinois et comme représentant soviétique auprès de Sun Yat-Sen. Il joue un rôle décisif dans la politique d’alliance entre communistes et nationalistes. En juillet 1927, rappelé à Moscou, il perd ses fonctions. Il travaille aux publications étrangères du gouvernement. Il est arrêté en février 1949 comme directeur du quotidien Les nouvelles de Moscou et meurt deux ans après en camp de concentration.

84 Jacob Friis (1883-1956) journaliste socialiste norvégien, internationaliste et pacifiste pendant la guerre. Le parti des travailleurs norvégiens, dont il est membre, rejoint le Komintern en 1919. Il vient en Russie travailleur au Comité exécutif et intervient au IIe Congrès. En 1921 il prend à nouveau la parole sur la situation norvégienne, lors du IIIe Congrès. Durant l’année 1922 il assiste aux diverses réunions du Komintern. Malgré tout, il soutient la décision de son parti de rompre avec l’IC. Il rejoint, en 1928, le parti communiste norvégien et retourne dans les années trente enseigner à l’école léniniste du Komintern. Il retrouve son ancien parti en 1936 au moment des purges staliniennes. Après la guerre, il défend des positions neutralistes et meurt en 1956.

85 Marcel Cachin en fait également partie.

86 Conférence des organisations syndicales affiliées au Comité syndical communiste, Milan, le 7 septembre 1921.

87 Costantino Lazzari (1857-1927) socialiste favorable à l’adhésion du PSI à l’IC mais reste en dehors du PCI créé lors du Congrès de Livourne. Invité à Moscou, lors du IIIe Congrès de l’IC, il y rencontre Lénine et défend de nouveau, lors du Congrès de Milan du PSI, en octobre 1921, la thèse de l’adhésion à l’IC. Après l’expulsion des réformistes il hésite devant la perspective de la fusion avec le PCI. Maltraité par les fascistes, il ne parvient pas à émigrer, est arrêté en 1926 et meurt l’année suivante.

88 Congrès de la CGIL à Livourne, 26 février-3 mars 1921.

89 Nicolas Vecchi, syndicaliste de Vérone, favorable à l’adhésion de la CGL à l’ISR. CF. « Le Congrès de l’Union syndicale italienne », la Correspondance internationale, n° 24, 29 mars 1922, p. 185-186.

90 Francesco Misiano (1884-1936) député socialiste de Calabre, il est un des fondateurs du PCI. Condamné à dix ans de prison en novembre 1921, il envoyé à Berlin où il s’occupe d’organiser le Secours Ouvrier International et l’aide économique à la Russie. Jusqu’à la fin de sa vie il conserve des reponsabilités de direction dans le SOI.

91 Giacinto Menotti Serrati (1876-1926), cf. t. II p. 314. Après la guerre il plaide pour l’adhésion du parti socialiste italien à la IIIe Internationale. Il conduit la délégation italienne au IIe Congrès où il est élu au Comité exécutif malgré l’affirmation de ses divergences. Resté membre chef du parti socialiste, après le Congrès de Livourne. En avril 1922 il représente à Berlin son parti à la conférence des trois Internationales tout en refusant une adhésion immédiate à l’une des internationales. En novembre 1922, il participe au IVe Congrès du Komintern, mais ce n’est qu’en 1924 qu’il rejoint le parti communiste italien dont il devient membre du Comité central.

92 Pilsudski, Premier ministre polonais.

93 Président de la République française.

94 Daniel Renoult (1880-1958), correcteur d’imprimerie et journaliste, socialiste dès 1906, journaliste à l’Humanité. Socialiste minoritaire pendant la guerre, élu à la CAP de la SFIO en février 1920. Se rallier à la motion en faveur d’adhésion à la IIIe Internationale, lors du Congrès de Tours. Élu membre du Comité directeur, il dirige l’Internationale, journal communiste du soir. Hostile à la politique de Front unique, en février 1922, il est blâmé par l’Internationale, en juin 1922, pour ne pas s’être soumis à ses décisions comme il s’y était engagé. Éliminé du Comité directeur, en octobre 1922, il est délégué au IVe Congrès de l’IC. Ensuite il est cantonné dans un poste de journaliste à l’Humanité et s’occupe du Secours rouge. Ensuite élu de Montreuil, en 1935, il est déchu de son mandat et arrêté en 1939. Devient maire de Montreuil en 1945 et membre du Comité central.

95 Texte de la motion, Bulletin communiste, n° 16-17, 22 avril 1922, p. 305- 307.

96 Georges Pioch (1873-1953), journaliste et homme de lettres. Militant anarchiste, socialiste puis communiste jusqu’en 1923, toujours pacifiste. Président de la Ligue internationale des combattants de la paix de 1931 à 1934.

97 Edmond Soutif, socialiste dès 1909, employé à la Ville de Paris. Adhère au PC et devient responsable à la propagande de la Fédération de la Seine, en mars 1921. Élu au Comité directeur lors du Congrès de Marseille. Proche de Frossard il est secrétaire administratif. Exclu du parti, le 26 décembre 1922.

98 Raoul Verfeuil (1887-1927), employé des PTT puis journaliste ; militant socialiste, communiste et socialiste-communiste. Écrit de nombreux articles dans le Journal du Peuple où il critique Souvarine et les commandements de l’IC.

99 « Nous répondîmes, Sellier, Métayer, D. Renoult et moi, en mettant au point la véritable influence du Journal du Peuple dans le communisme français et en rectifiant les assertions émises par Souvarine et Treint sur l’importance de la droite dans le parti et sur l’orientation rélle du nouveau Comité directeur ». Marcel Cachin, Bulletin communiste, cité.

100 Henri Fabre (1876-1969) t. II, p. 288. Journaliste socialiste, fondateur du Journal du Peuple qui, pendant la guerre servit de tribune aux pacifistes avant de devenir le Journal des partisans de l’adhésion à la IIIe Internationale. Après le Congrès de Tours, durant l’année 1921 il publie de nombreux articles qui critiquent les décisions du Komintern et de Souvarine. Dans sa lettre confidentielle au Comité directeur du PCF, du 19 décembre 1921, le Comité exécutif dénonce le journal et demande une condamnation ferme. L’Internationale Communiste et sa section française, op. cit., p. 27-31

101 Pierre Brizon (1878-1923) t. II, p. 288. Professeur, député socialiste, adversaire de la politique d’union sacrée, il lance en 1918 la journal hebdomadaire La Vague. Ayant adhéré au parti communiste, il publie dans son journal de nombreux articles sur la situation internationale, la politique du Komintern et celle de du PCF.

102 Louis Sellier (1885-1978), conseiller municipal socialiste de Paris en 1914. Membre du premier Comité directeur du parti communiste et de l’Humanité. Proche de Marcel Cachin, il est délégué avec lui à Moscou pour défendre les positions du Comité directeur sur le Front unique, il est élu au Comité exécutif et au Présidium. Il participe, en juin 1922, à la réunion suivante du Comité exécutif élargi. Après la démission de Frossard il devient secrétaire général intérimaire avec Treint. Élu seul secrétaire général en janvier 1924 mais cède cette responsabilité à Semard lors du Ve Congrès de l’IC où il est réélu au Comité exécutif. Il quitte le BP en 1928 puis le parti communiste en novembre 1929 avec les autres conseillers municipaux communistes de la Seine. Il est un des fondateur du parti ouvrier paysan.

103 Il s’agit de la lettre du 19 décembre 1921. Elle est publiée à l’automne 1922 dans le recueil : L’Internationale communiste et sa section française, Librairie de l’Humanité, 1922, p. 27-31.

104 Mandat. Le camarade Jules Humbert-Droz est envoyé en France par le Comité exécutif de l’Internationale communiste, dans le but de s’informer de la vue du parti communiste français et pour intervenir avec pleins pouvoirs dans le sens des décisions du Comité exécutif concernant la France. Président du Comité exécutif de l’Internationale communiste. G. Zinoviev. Moscou, 27 septembre 1921. Archives de Jules Humbert-Droz, t. I, op. cit., p. 91-92.

105 Ce Congrès des peuples de l’Extrême-Orient s’est tenu les 8-9 février à Moscou. Cf. CI, n° 13, 18 février 1922, p. 95-96.

106 Georg Ledebour (1850-1947), journaliste et député social-démocrate, dirigeant de l’USPD et un des leaders de l’Internationale socialiste IIe 1/2.

107 Il s’agit de la conférence suscitée par la SFIO, début février, avec le soutien de l’Internationale de Vienne en direction des partis dont les pays étaient directement concernés par les réparations : Angleterre, France, Allemagne, Belgique et Italie. CI, n° 7, 25 janvier 1922, p. 49-50.

108 Ludovico D’Aragona (1876-1965), t. II, p. 475.

109 Ketty Guttmann, « Une conférence internationale de militantes », Cl, n° 11, 11 février 1922.

110 Thèse sur « L’impérialisme, la lutte du prolétariat contre la guerre et les menaces de guerre », paragraphe 8, compte rendu, op. cit., p. 238-239. La Conférence de Washington se tient du 12 novembre 1921 au 6 février 1922 et rassemble autour du président Harding, Briand, Viviani, Hughes, Balfour et Kato.

111 Salomon Grumbach (1884-1952), Alsacien, militant socialiste, collaborateur de l’Humanité, adopte des positions pacifistes pendant la guerre, et suit Longuet lors du Congrès de Tours. Élu député de Mulhouse en 1928.

112 Hilferding, socialiste allemand, théoricien et économiste avant la guerre. Adhère à l’USPD dont il est le leader de l’aile droite hostile à la fusion avec le parti communiste allemand. Rejoint, ultérieurement le SPD.

113 Paul Louis (1872-1955), publiciste socialiste, membre de la CAP de la SFIO, puis membre du Comité directeur du parti communiste. Démissionne de l’Humanité dont il était l’un des rédacteurs à la fin de 1922. Puis accompagne Frossard dans la formation du parti communiste unitaire, puis devient leader du parti de l’unité prolétarienne.

114 Alexandre Chliapnikov (1183-1943) bolchevik dès 1903, émigré de 1908 à 1914, milite dans le mouvement ouvrier français. En octobre 1917, commisaire au Travail, favorable à un gouvernemennt de coalition. Élu au CC en 1918. Animateur, avec A. Kollontaï, de l’Opposition ouvrière, élu à ce titre au CC en 1921. Il est écarté des organes de direction du parti et est envoyé en 1924 à Paris comme fonctionnaire de l’ambassade soviétique. Bien qu’il ait rompu avec l’opposition il est exclu du parti en 1933. Il meurt en 1937, victime des purges staliniennes.

115 Souvarine, non élu au Comité directeur, lors du Ier Congrès du PCF à Marseille, a été réélu comme représentant du PCF auprès de l’Internationale communiste.

116 Roger Métayer (1898-1949), ouvrier métallurgiste, syndicaliste, proche de l’extrême-gauche du parti, hostile à la centralisation. Dirigeant de la fédération CGTU des métaux, exclu du parti en 1927.

117 Anatoly Lounatcharsky (1875-1933), cf. t. II, p. 474.

118 René Marchand, journaliste en Russie, rallié au bolchevisme et membre du Groupe communiste français. Collaborateur du commissariat soviétique des Affaires étrangères. Il explore les archives diplomatiques impériales. Il travaille à la publication des documents diplomatiques, dont le premier volume parut en 1922 sous le titre de Livre noir (1910-1912). Un deuxième volume (1912-1914) parut en 1923 à la Librairie du travail. En 1923, il fournit à l’Humanité des documents sur les financements de la presse française par le gouvernement impérial russe. Il rentre en France en 1926 et quitte le PCF.

119 Arthur Henderson (1863-1935), dirigeant du parti travailliste, leader de la IIe Internationale, il s’oppose à l’adhésion au Labour du jeune parti communiste.

120 Scheidemann, dirigeant de la SPD et de la IIe Internationale, ministre en 1918 et 1919, représentant du courant le plus hostile aux bolcheviks au sein de l’Internationale socialiste.

121 Tendance dite « large » du parti socialiste bulgare en opposition au courant étroit.

122 En janvier 1921, le parti communiste allemand adresse une « Lettre ouverte » contenant un programme minimum d’action aux syndicats, aux deux partis socialistes, SPD et USPD. Le programme demandait l’adaptation des salaires au coût de la vie, la création d’une autodéfense prolétarienne, l’établissement de relations avec la Russie et le contrôle de la production par les conseils d’entreprise. Cette politique lancée par Levi fut abandonnée dès février 1921 qui vit sa mise à l’écart de la direction, de même que Clara Zetkin, à l’instigation de Radek et de Rakosi, envoyé du Komintern.

123 Alexandra Kollontaï (1872-1952), voir t. II, p. 190. Émigrée aux États-Unis pendant la guerre. Commissaire à la Santé en 1917, élue au CC pendant la guerre. Participe aux deux premiers congrès du Komintern, assure le secrétariat de l’Organisation internationale des femmes. Elle est en 1921, le porte-parole de l’Opposition ouvrière. Après le Ier Plénum élargi du CE, elle abandonne ses responabilités dans le parti russe et le Komintern pour entrer dans le corps diplomatique. Elle est nommée ambassadrice de l’URSS en Norvège, en mai 1923. En 1930, elle est nommée en Suède et y demeure en poste jusqu’au lendemain de la guerre.

124 Edmond Burian, né à Brno en Moravie en 1878, membre du parti social-démocrate tchécoslovaque dès 1897. Directeur de différents journaux du parti. De 1921 à 1929, membre du Comité exécutif du parti communiste et député à l’Assemblée nationale. Membre du Comité exécutif de l’Internationale depuis le IIIe Congrès. Quelques mois après avoir présenté, lors de ce Ier Plénum, le rapport sur la situation de son parti, il est, à l’occasion du IIe Plénum, nommé à la commission préparatoire du programme du Komintern. Exclu du parti en juin 1929.

125 Ils représentaient tous les deux le Komintern au Ier Congrès du parti français à Marseille.

126 Cf. Lénine, « Discours sur la question italienne, 28 juin 1921 », Œuvres, t. XXXII, p. 492-497.

127 Jacques Mesnil (dit Jean-Jacques Dwelshauvers). Né le 9 juillet 1872 à Bruxelles (Belgique), mort le 14 novembre 1940 à Montmaur-en-Diois (Drôme). Journaliste, historien d’art ; militant libertaire, socialiste puis communiste. Collaborateur des Cahiers idéalistes, de l’Humanité, du Bulletin communiste, de Monde et de la Révolution prolétarienne.

128 Gonzalès César Rodriguez, représentant du parti communiste espagnol à la réunion du Comité exécutif.

129 Cf. sur ce point, J.-J. Panné, Souvarine, op. cit.

130 Losovsky est le premier intervenant de la 10e séance. Notice biographique, t. II, p. 452.

131 Kosta Novakovic (1886-1938), membre du parti socialiste serbe dès 1907, participe à la fondation du parti communiste yougoslave, en 1919 : il en est un des dirigeants et est élu député en 1920. Déchu de son mandat par la répression, il prend parti pour la gauche du parti et prend par à la réunion du Comité exécutif sous le pseudonyme de Stanic. Il fait ensuite partie de la délégation du Komintern à Berlin, en avril 1922, lors de la Conférence des trois Internationales, sous le nom de Stojanovic. Il est le porte-parole du PCY lors du IVe Congrès du Komintern. De retour en Yougoslavie, il est plusieurs fois arrêté et condamné à la prison, mais s’évade en 1927 et assiste au VIe Congrès du Komintern en 1928. Il est alors envoyé à Berlin comme représentant des communistes balkaniques. Arrêté et exécuté en juin 1938.

132 Cachin ne retranscrit qu’une faible part de l’intervention de Treint dont le texte sommaire a été publié dans le compte rendu de la Conférence, cité, p. 139-141. Il figure également, sous une forme plus complète dans le Bulletin communiste, n° 15, 13 avril 1922, p. 284-286. Les omissions montrent un désintérêt très net à l’égard de son argumentation et ignore l’incident qui l’oppose à Treint lorsque celui-ci met en cause la direction du parti en parlant de sa crise de recrutement : « Cette crise date d’il y a six mois. Elle est due surtout à l’inaction de notre parti, qui s’est borné à toucher toujours les mêmes auditoires de communistes et de sympathisants, s’isolant ainsi dans une propagande stérile ». Le compte rendu ajoute : (protestation de Cachin, Sellier, Renoult et Metayer), p. 141.

133 Karl Tomann, né en 1887, membre fondateur du PC autrichien, participe au IIe Congrès du Komintern, puis devient le porte-parole du parti en 1922. Après avoir été réélu à la direction du parti il la quitte et revient à l’activité syndicale. Impliqué dans les luttes internes, il quitte le parti communiste et rejoint le parti socialiste en 1931 mais le quitte en 1934. Devenu maire pendant la période nazie, il est arrêté en 1945 et exécuté par les troupes soviétiques.

134 Karl Renner (1870-1950), théoricien marxiste du droit et de l’économie politique, leader de l’aile droite du parti social-démocrate autrichien, premier chancelier de la République autrichienne jusqu’en juin 1920. Il est minoritaire dans le parti où il occupe une position réformiste qui le situe à droite, aux dires mêmes de son camarade Adler.

135 Mathias Rakosi (1892-1971), voir notice t. II, p. 523.

136 Hermann Bobst (1886-1961), ancien syndicaliste, dirigeant du PC de Suisse jusqu’en 1930, exclu en 1932, il rejoint le parti socialiste qu’il quitte en 1935.

137 Le texte publié mentionne 8 000 membres !, op. cit., p. 148.

138 Anatoly V Lounatcharsky (1875-1933), t. II, p. 475.

139 Jenö Landler (1875-1928), avocat et dirigeant du syndicat des chemins de fer avant 1914, commissaire à l’Intérieur puis chef de l’Armée rouge hongroise pendant la République hongroise des conseils. Réfugié à Vienne, il se rend à Moscou pour assister au IIIe Congrès où il est déjà le chef d’une fraction critique à l’égard de Bela Kun. Il intervient également lors du IVe Congrès du Komintern. Envoyé en Europe de l’Ouest au moment de la bolchevisation, il meurt en France en 1928.

140 12e séance.

141 Karl B. Radek (1885-1939), notice, t. II, p. 438-439.

142 Il s’agit de la participation des communistes à un gouvernement ouvrier notamment en Saxe et en Thuringe où les sociaux-démocrates avaient besoin de leur appui pour rester au gouvernement du lander.

143 « 1°) Le Comité exécutif élargi déclare par la présente que les thèses du IIIe Congrès se rapportant à l’appel aux masses et à l’union de tous les travailleurs en vue d’une action de classe pour l’obtention des revendications immédiates du prolétariat, doivent être scrupuleusement appliquées par toutes les sections de l’Internationale communiste, en prenant pour base et en exploitant la tendance qui se fait jour parmi la classe ouvrière vers une unification de la lutte. Elle affirme en outre que cette action nécessaire doit être menée sans aucun rapprochement avec les partis politiques, car ces derniers sont tous également incapables de servir même les revendications les plus pressantes de la classe laborieuse.
2°) En présence de l’invitation faite par l’organisation de Vienne à l’Internationale communiste de participer à une conférence commune avec les dirigeants de la IIe Internationale, de l’Internationale IIe 1/2 et de l’Internationale syndicale d’Amsterdam, le Comité exécutif élargi décide qu’il n’y a pas lieu d’accepter cette invitation », compte rendu, op. cit., p. 224.

144 « Certains éléments, en réalité n’ont pas rompu avec l’idéologie et les méthodes de la IIe Internationale, ne se sont pas libérés de la vénération de son ancienne puissance organisatrice et, inconsciemment ou semi-consciemment, cherchent des voies pour se mettre d’accord en tant qu’idées avec la IIe Internationale et, par conséquent, avec la société bourgeoise. D’autres éléments, luttant contre un radicalisme de forme, contre les erreurs d’où une tendance soi-disant de gauche, etc., tendent à donner plus de souplesse, plus de capacité de manœuvre à la tactique des jeunes partis communistes pour leur garantir la possibilité de pénétrer plus rapidement dans le tréfonds des masses ouvrières. », compte rendu, op. cit., p. 158.

145 Karl Zeth Höglund (1884-1956), dirigeant et député du parti social démocrate suédois, signataire du manifeste de Zimmerwald. À la tête de l’aile gauche socialiste, il est l’un des fondateurs du parti communiste suédois en 1921. Il conduit sa délégation au IIIe Congrès du Komintern. Élu en novembre 1922 au Comité exécutif. À partir de 1923 critique la politique du Komintern à l’égard des partis Scandinaves. En 1924 il refuse la bolchevisation et forme un parti socialiste indépendant avant de rejoindre en 1926 le parti social-démocrate.

146 Branting, secrétaire du parti social-démocrate suédois.

147 « En proposant le plan qui vient d’être ébauché, l’Exécutif de l’Internationale communiste signale aussi à tous les partis frères les dangers avec lesquels il peut être lié dans certaines conditions. Ils n’ont pas tous rompu avec l’idéologie centriste et semi-centriste. Des cas sont possibles où l’on exagère en sens contraire ; des tendances sont possibles qui, en réalité signifieraient la dissolution des partis et des groupes communistes dans un bloc unique informe. Pour exécuter avec succès pour l’œuvre du communisme la tactique qui vient d’être esquissée, il est nécessaire que les partis communistes eux-mêmes, réalisant cette tactique, soient puissants, compacts et que la direction se distingue par la netteté au point de vue des idées », op. cit., p. 158-159.

148 Gennari était le représentant du parti italien à Moscou. Il signe les textes du Comité exécutif mais il semble difficile que ce soit en octobre en ce qui concerne le Front unique puisque c’est seulement en décembre que le nouveau mot d’ordre fut adopté.

149 Amadeo Bordiga (1889-1970), notice, t. II, p. 457.

150 Filipo Turati (1857-1932), représentant de l’aile réformiste du parti socialiste, voir t. II, p. 457.

151 « La constitution d’un front d’action unique du prolétariat ne peut se réaliser par des accords formels entre les partis politiques. Ceux-ci possèdent un programme dont les principes déterminent à l’avance les directives tactiques. Et cela s’applique à la fois aux questions particulières et à celles, d’un ordre général, dont la solution dépend inévitablement des principes qui ont servi de bases à l’organisation du parti », op. cit., p. 160.

152 Le terme évoque la participation de socialistes au gouvernement qui avait suscité un débat dans la IIe Internationale au début du siècle. Ce débat, ouvert par la participation d’Alexandre Millerand au gouvernement de Waldek Rousseau, fut tranché par le Congrès international d’Amsterdam qui condamna le principe même de cette participation.

153 Ce passage du discours de Zinoviev n’a pas été repris dans le compte rendu publié.

154 « Un passage de mon discours d’hier sur l’unité de front, qui pourrait être mal interprété, m’amène à préciser le sens de mon intervention. Il n’est pas dans mon esprit de diminuer l’importance de la propagande à l’intérieur du parti. Mais je pense que la propagation des idées communistes et leur influence dans les masses prolétariennes ne touchent guère qu’un auditoire limité de communistes et de sympathisants. Quand cette limite est atteinte, la propagande pure n’élargit plus l’influence du parti sur de nouvelles masses. Dans ce sens, j’ai pu opposer, dans une formule sommaire, la relative stérilité de la propagande à la fécondité de la tactique du Front unique, qui est appelée à attirer de nouvelles masses prolétariennes sous l’influence communiste par la pratique d’actions de classe », compte rendu cité, p. 169.

155 Il s’agit d’une commission de 17 membres, avec notamment Métayer de la délégation française, pour mettre au point une résolution acceptable par les délégations réticentes devant le mot d’ordre de Front unique.

156 Le texte de cette intervention a été publié dans le Bulletin communiste, 22 avril 1922, p. 317-318.

157 Cette élection n’avait d’autre portée que symbolique puisque Marty restait incarcéré en France.

158 Le texte intégral est publié dans le Bulletin communiste du 22 avril 1922, p. 308-309.

159 Salomon Losovsky (1878-1952), notice t. II, p. 452.

160 Il s’agit de la Charte d’Amiens adoptée en 1906 par la CGT qui affirmait la vocation révolutionnaire du syndicalisme et sa séparation avec l’activité politique.

161 Willi Münzenberg (1889-1940). Militant puis responsable des organisations des jeunesses socialistes en Allemagne puis en Suisse. Il anime, à partir de 1914, l’action internationale des jeunesses socialistes contre la guerre. Membre de la direction du parti social-démocrate suisse, il soutient Lénine à Zimmerwald. Expulsé de Suisse en 1918, il participe à la fondation du parti communiste allemand. Il est, en novembre 1919, le personnage clé de la fondation de l’Internationale communiste des jeunes dont il est secrétaire jusqu’en 1921. Devenu membre du Comité exécutif lors du IIIe Congrès de l’IC il est chargé d’organiser la campagne de secours aux affamés en Russie. En septembre 1921, il organise à Moscou une conférence internationale à l’issue de laquelle est créé le Secours Ouvrier International.

162 Le texte imprimé mentionne 30 convois ! Compte rendu cité, p. 194.

163 Heinz Neumann (1902-1937), étudiant en philologie à l’Université de Berlin, membre du KPD qui le délègue au Congrès de Marseille du PCF, en décembre 1921. Il fait partie de la délégation allemande au Ier Plénum et joue le rôle d’interprète grâce à ses talents. Il participe ensuite au IVe et Ve Congrès du Komintern. Il est à ce moment le représentant du KPD auprès du CE et l’IC. Défenseur de la bolchevisation, il devient en 1927 membre du BP. Proche de Staline, il est envoyé en Chine, à la fin de 1927. Au VIe Congrès puis au Xe Plénum il défend les positions staliniennes. En 1931, il est élu membre suppléant du Présidium. Dès 1932, il est mis à l’écart de la direction du Komintern et du KPD. Après une autocritique il assure diverses missions pour le Komintern, en Espagne et en Suisse. Il y est arrêté en 1934 puis extradé vers l’Allemagne avant d’obtenir l’autorisation de retourner en URSS, en 1935. Il disparaît dans les purges, en 1937.

164 C’est seulement après le IIIe Congrès que se structure le Présidium appelé jusqu’alors le petit bureau, stabilisé et coiffé d’un secrétariat dont Souvarine fait partie.

165 Il s’agit des communistes anglais confrontés aux exigences du parti travailliste.

166 L’agence Rosta, agence télégraphique qui fournissait des informations et produisait du matériel de propagande avec le concours d’artistes tel que Maôakovski.

167 La revue a été créée en octobre 1921 conformément à des décisions du IIIe Congrès.

168 Joseph Stanislassovitch Unshlicht, (1879-1938), membre du Comité militaire révolutionnaire de Petrograd, en octobre 1917. Membre du collège du commissariat du peuple à l’Intérieur dès décembre 1917. En avril 1921 devient adjoint du président de l’OGPU.

169 Nestor Makhno, (1889-1935), paysan anarchiste libéré de prison par la révolution participe à la lutte des partisans contre les armées blanches de Dénikine et Wrangel, rendant ainsi des services importants aux bolcheviks qui signent avec lui un traité d’alliance en octobre 1920. Après la défaite des « blancs » l’Armée rouge entreprend la liquidation des partisans de Makhno. Réfugié en Roumanie puis en France, il meurt en 1935.

170 Cachin n’a pu assister à la séance de la commission où Trotsky prononce son intervention la plus globale sur le mouvement ouvrier français. Le texte intégral est reproduit dans le Bulletin communiste du 22 avril 1922, p. 319-323.

171 Milioukov, (1859-1943) ancien dirigeant du parti KD et ministre des Affaires étrangères en 1917, émigré en France il reste un leader de la fraction républicaine et démocrate de l’émigration russe.

172 La composition du Présidium telle qu’elle est rendue publique est la suivante : Zinoviev, Boukharine, Radek, Brandler, Souvarine, Sellier, Terracini, Kreibich & Carr, titulaires. Waletski et Kuusinen, suppléants. Compte rendu cité, p. 219.

173 Iosif Piatnitsky, (1882-1938), vieux bolchevik, membre de l’organisation de Moscou en octobre 1917. Dirige le syndicat des cheminots, de 1919 à 1920, puis devient secrétaire du comité du parti de Moscou. Au moment du IIIe Congrès il est nommé trésorier du Komintern et responsable de l’OMS (l’organisme des liaisons internationales). Après le IVe Congrès, novembre 1922, il devient membre aussi du Bureau d’organisation. L’année suivante devient un des quatre membres du secrétariat. Sa position s’affirme durant les années suivantes. Il est arrêté en 1937 et exécuté l’année suivante.

174 Le VIIIe Congrès du parti bolchevik, (18-23 mars 1919). L’opposition ouvrière dénonce la militarisation de l’économie et réclame l’instauration du « contrôle ouvrier » assuré par les syndicats. Elle demande également une amélioration immédiate. P. Broué, Le parti bolchevique, op. cit., p. 58-59.

175 Le IXe Congrès du parti bolchevik, 29 mars-5 avril.

176 Mikhail Tomsky, (1880-1936), dirigeant du conseil central des syndicats soviétiques de 1919 à 1929. Membre du Comité central du parti bolchevik depuis le VIIIe Congrès et du Bureau politique à partir du XIIe Congrès en 1922. Membre du Comité exécutif du Komintern dès le IIe Congrès, il prépare la fondation du Profintern en 1921. Il participe aux différents Congrès et Plénum jusqsu’en 1928. Opposé à Staline, il est écarté de ses plus hautes responsabilités en 1929. Il se suicide en 1936 alors qu’il était impliqué dans le premier grand procès.

177 Le KAPD, issu d’une scission du KPD, critiquait depuis 1921 le tournant du Komintern bien qu’il ait été encore invité comme observateur au IIIe Congrès, il avait ensuite tissé des liens internationaux, avec l’opposition ouvrière russe notamment.

178 Miasnikov, vieux bolchevik, réclame, au lendemain du Xe Congrès du PC(b) la liberté de la presse et polémique avec Lénine. Exclu du parti puis arrêté en 1923 pour son activité oppositionnelle, il émigre.

179 Koutouzov, un des leaders de l’Opposition ouvrière. Voir P. Broué, Le parti bolchevique, op. cit., p. 162.

180 La première résolution concerne le principe du Front unique, la deuxième la participation de l’Internationale communiste à la Conférence internationale de toutes les organisations ouvrières. Compte rendu cité, p. 220-221.

181 Le texte de la déclaration lue par Cachin, au nom des délégations espagnole, italienne et française est le suivant : « Nous avons rempli le mandat dont nous étions chargés. Nous avons dit nos raisons et défendu jusqu’au vote nos résolutions. Il nous apparaît que les réformistes de tous les pays s’éloignent chaque jour davantage de la classe ouvrière, qu’ils affirment une politique contraire à la défense quotidienne et au salut du prolétariat. Nous ne doutons pas qu’ils se rencontrent en toutes circonstances les adversaires et les saboteurs du véritable Front unique des masses laborieuses. L’Exécutif est d’accord avec nous à ce sujet, bien qu’il n’ait pas admis tout notre point de vue. Nous nous inclinons devant la majorité qui vient d’accepter la tactique proposée par lui. Nous vous demandons de considérer avec une grande attention la signification du vote. Trois pays se sont trouvés d’accord pour élever leurs réserves communes. Nous constatons d’ailleurs avec satisfaction que, par des déclarations réitérées, l’Exécutif élargi s’est engagé à tenir le plus grand compte de cette situation pour la mise en pratique de ses décisions. Quant à nous, camarades, vous pouvez être assurés que, dans cette occasion comme en toute autre, nous demeurerons disciplinés et fidèles aux résolutions de la IIIe Internationale. Les débats qui s’achèvent aujourd’hui ont montré qu’elle reste plus que jamais l’avant-garde du prolétariat révolutionnaire mondial », compte rendu cité, p. 224-225.

182 Émile Vandervelde (1866-1938), avocat belge, dirigeant du parti ouvrier belge, ministre de la Justice pendant la guerre et leader de la IIe Internationale. Voir t. II, p. 172.

183 Denikine, nommé en 1917 par Kerenski commandant du front du Sud-Ouest. Prend parti contre la révolution et organise en 1918 « l’armée des volontaires » qui remporte des succès mais dont il doit céder le commandement à Wrangel.

184 Ambassadeur russe à Paris avant la révolution dont les archives permettaient de révéler que certains journaux et hommes politiques français avaient pu émarger aux fonds de l’ambassade.

185 Eugène Varga (1879-1964), après la chute de la République des Conseils de Hongrie, il se réfugie en Autriche puis en Russie où il arrive en 1920. Il adhère au parti communiste russe et travaille dans le Komintern sur les questions économiques. Outre des rapports synthétiques et des ouvrages généraux, il s’intéresse aux analyses de conjonctures par pays, publiées dès 1923 par la Correspondance internationale.

186 Thomas pseudonyme de Y.-S. Reich, (1886-1956), émigré en Suisse jusqu’aux lendemains de la guerre, il en est expulsé en 1919 puis, à Moscou, prend part à la création du Komintern. Il est envoyé à Berlin pour s’occuper de l’organisation du bureau occidental (WES) sous le pseudonyme de Thomas. Il assure ces fonctions jusqu’en 1925.

187 Lev Mikhaïlovitch Karakhan, (1889-1937), membre du parti bolchevik en 1917. Commissaire du peuple adjoint aux Affaires étrangères en 1918-1920 et en 1927-1934. Ambassadeur en Pologne de 1921 à 1923, puis en Chine jusqu’en 1926.

188 Charles Rappoport (1884-1941), membre du comité directeur, t. II, p. 470. Voir Une vie révolutionnaire (1883-1940), Les mémoires de Charles Rappoport, édité et présenté par Marc Lagana, Paris, Ed. de la MSH, 1991.

189 Jean Castel né en 1896 dans l’Ariège, paysan, participe à la préparation des thèses sur la question agraire du Congrès de Marseille, puis devient secrétaire du journal La voix paysanne.

190 Eugène Dondicol (1874-1933), imprimeur, militant socialiste, délégué de la Fédération de la Seine au Congrès de Tours où il soutient la motion Cachin-Frossard. Entré au Comité directeur il est chargé de la fonction de trésorier. Réélu au comité directeur lors du Congrès de Marseille.

191 Jean Marie Clamamus (1879-1933), maire socialiste de Bobigny dès 1919, il suit la position majoritaire au Congrès de Tours.

192 Vojislav Vouiovitch, (1897-1936), membre du parti social-démocrate serbe puis du parti communiste yougoslave dès 1919, fondateur de l’Internationale communiste des Jeunes (KIM), secrétaire du Comité exécutif du KIM de 1921 à 1926.

193 Sur cette réunion, voir le Bulletin communiste, n° 16-17, 22 avril 1922.

194 Lénine, discours prononcé le 6 mars devant la fraction communiste du Congrès des métallurgistes de Russie. Œuvres, t. XXXIII, p. 214-229. Finalement, malgré l’insistance de Tchitchérine, Lénine ne se rendit pas à Gênes et laissa le diplomate conduire la délégation.

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search