Version classiqueVersion mobile

Carnets. Tome III

 | 
Marcel Cachin

Année 1922

Préface

Serge Wolikow

Texte intégral

1Quand Marcel Cachin prend le train pour Moscou, le 8 février 1922, afin de participer à la réunion du Comité exécutif du Komintern, la situation internationale a bien changé depuis son précédent voyage russe. Les espérances révolutionnaires qui montaient des discours des délégués du IIe Congrès se sont envolées depuis longtemps. Non seulement l’avancée militaire de l’Armée rouge a été stoppée mais la Russie soviétique, sortie exangue de la guerre civile, a dé opérer un tournant radical en matière économique. Le Komintern, lors de son IIIe Congrès, a pris acte également des revers révolutionnaires en Allemagne et mis l’accent sur le renforcement des organisations communistes. Celles-ci sont devenues des sections nationales constituant de véritables partis, bien différents des petits groupes qui se disputaient la reconnaissance moscovite deux ans auparavant. Les dirigeants russes, Zinoviev notamment, peuvent être satisfaits quand ils contemplent le nombre sans cesse croissant des partis communistes. Ils ont atteint au moins un de leurs objectifs : créer de nouveaux partis distincts des vieilles organisations social-démocrates. Cependant, si l’on scrute de plus prés la situation, le résultat est bien moins exaltant. Les partis socialistes, loin de s’étioler, ont consolidé leurs positions alors même que l’influence communiste stagnait au sein de la classe ouvrière. A preuve la situation syndicale européenne, marquée par les difficultés des communistes à mettre sur pied une Internationale syndicale rouge, créée difficilement en août 1921.

2La diplomatie de la Russie soviétique évolue en fonction du rapport des forces et des problèmes que le pays doit affronter. La famine ainsi que les divergences entre les puissances occidentales concernant le paiement des réparations prévues par le traité de Versailles conduisent les diplomates soviétiques à rechercher des accords commerciaux, premier étape d’une reconnaissance diplomatique qui apparaît désormais possible. Les structures du Komintern, encore très flottantes en 1920, se sont progressivement précisées en raison du nombre croissant des partis communistes et des problèmes suscités par leur propre activité. Celle-ci, dès lors que les perspectives révolutionnaires s’éloignent, est mise à l’épreuve : elle doit s’accommoder, souvent contradictoirement, des orientations internationales de la politique soviétique et des données politiques nationales. L’État soviétique affirme sa puissance face à un mouvement communiste international dont les succès se font attendre.

3 Les organismes centraux, permanents et situés à Moscou, prennent de l’importance grâce aux moyens fournis par l’État soviétique. Se spécialisant, ils interviennent fréquemment auprès des partis communistes selon des procédure qui restent cependant étonnantes. La méthode, encore la plus employée, est celle du voyage des délégués des différents partis ou groupes communistes à Moscou où ils sont entourés d’une prévenance fraternelle et conviés à des discussions lors desquelles ils doivent informer les dirigeants du Komintern mais aussi, et surtout, écouter leurs avis. Plus efficace, quand il s’agit d’obtenir que les partis prennent rapidement des décisions, est l’envoi d’émissaires investis du pouvoir d’orienter l’activité des partis communistes, qui semblent stratégiquement les plus importants, par exemple au moment d’un congrès ou d’un affrontement politique crucial. De ce point de vue la situation des partis communistes diffère : entre un Parti communiste allemand, objet de toutes les attentions et les interventions, et un Parti communiste français à l’égard duquel l’IC, après le congrès de Tours, prend des précautions, il y a plus que des nuances. Ce sont de véritables différences que l’on ressent lorsque les communistes de tous les pays se trouvent rassemblés à l’occasion d’un congrès ou d’une réunion du Comité exécutif comme celle qui est convoquée en ce mois de février 1922. La constitution des partis communistes est un processus qui s’est étalé sur plusieurs années et a pris des formes différentes. Si l’impulsion essentielle a été donnée par le IIe congrès, à l’issue de débats dont la vigueur s’était parfois exercée aux dépends de Cachin, la création des partis communistes a emprunté des chemins différents et n’est pas terminée au début de l’année 1922. Leur homogénéité, même quand elle est proclamée, est inexistante : ils sont traversés par de nombreux divergences qui tiennent autant à la diversité des courants qui les ont constitués qu’aux réactions variées des militants devant le déroulement imprévu et décevant du processus révolutionnaire.

Un nouveau mot d’ordre de l’IC : le Front unique

4Dans son intervention devant le Comité exécutif le 4 décembre 1921 Zinoviev avait pris soin d’inscrire ses propositions en faveur d’un Front unique prolétarien dans le prolongement des décisions du IIIe congrès de l’IC qui avait appelé tous les partis communistes à « aller aux masses », au terme d’une analyse de la situation dont Trotsky avait signalé qu’elle n’était plus révolutionnaire. Une nouvelle étape s’ouvrait pour tout le mouvement communiste puisque dans le même temps la Russie révolutionnaire s’engageait dans une nouvelle politique économique, la NEP.

  • 1 « Après la fin de la guerre mondiale, nous fûmes les témoins de l’effervescence révolutionnaire des (...)

5A l’automne 1921, la situation en Allemagne et l’évolution internationale confortaient cette ligne visant à relancer l’influence des organisations communistes face à des partis et syndicats sociaux démocrates et réformistes dont l’audience s’était globalement maintenue et stabilisée. Pour autant le nouveau mot d’ordre n’allait pas sans poser de nombreuses questions puisqu’il impliquait des modes d’activité qui prenaient le contre pied de ceux à l’honneur lors de la fondation des différents partis communistes. Dans son discours inaugural du 4 décembre Zinoviev insistait sur les conditions générales et les problèmes que posait la mise en oeuvre du mot d’ordre nouveau. Tout en convenant que la politique de l’IC était influencée par le cours des événements il en donnait une version optimiste puisqu’il discernait une remontée de la combativité ouvrière et assurait que jamais les organisations révolutionnaires de renonceraient à leur programme1.

6Lorsque, quelques semaines plus tard, le 28 décembre 1921, le Présidium se réunit, il adopta un document présentant une analyse et une argumentation générales qui justifiaient le nouveau mot d’ordre. Sous la forme de 25 thèses, ce texte, transmis aux différents partis et publié dans la Correspondance internationale, revenait sur le contexte international dont il soulignait à nouveau les aspects positifs avant d’examiner des situations nationales particulières et de conclure sur la manière dont les partis pouvaient envisager de concrétiser le Front unique prolétarien. Au moyen de ce document la direction de l’IC avait le souci de répondre aux interrogations suscitées par ce nouveau mot d’ordre et de présenter une analyse plus fouillée des tenants et des aboutissants de la politique proposée aux différents partis communistes. Par delà une analyse globale inchangée on peut relever l’accent mis sur l’enracinement du réformisme dans le monde ouvrier, à la fois unitaire, soucieux d’action commune mais également toujours attaché aux organisations réformistes.

  • 2 Thèses sur l’unité du front prolétarien et sur l’attitude à adopter envers les ouvriers adhérant au (...)

« Les fractions importantes des masses ouvrières adhérant aux vieux partis social-démocrates n’admettent plus sans résistance les campagnes de calomnies des social-démocrates et des centristes contre l’avant-garde communiste. Elles commencent, au contraire à revendiquer une entente avec elle. Ces travailleurs cependant ne sont pas complètement émancipés des croyances réformistes et nombreux sont ceux qui continuent leur appui aux Internationales socialistes et à celle d’Amsterdam. Sans doute leurs aspirations ne sont-elles pas toujours nettement formulées, mais il est certain qu’elles tendent aujourd’hui impérieusement à la formation d’un front prolétarien uni, et à la jonction des partis de la IIe Internationale et des syndicats d’Amsterdam aux communistes contre l’offensive patronale. Ces aspirations sont, dans la même mesure, conformes au progrès. »2

  • 3 Id.
  • 4 « Le Comité exécutif de l’Internationale communiste croit bien faire en rappelant à tous les partis (...)

7En conséquence il fallait bien convenir que « Le mouvement ouvrier international traverse une période de transition qui pose devant l’Internationale communiste et devant ses sections de nouveaux et importants problèmes tactiques »3. Sur ce point le document se voulait précis et explicite. En se référant à l’exemple bolchevik, d’avant la guerre, il s’agissait de montrer qu’il ne s’agissait en rien d’un renoncement aux objectifs révolutionnaires mais d’une démarche tactique familière aux bolcheviks qui surent allier l’efficacité tactique à l’intransigeance sur les questions fondamentales4.

  • 5 Id.

« A cette époque les bolcheviks ne se refusèrent pas au Front unique. Loin de là, pour contrebalancer la diplomatie des chefs mencheviks, ils adoptèrent le mot d’ordre de “l’unité par en bas”, c’est à dire l’unité des masses ouvrières formée dans l’action révolutionnaire pratique contre la bourgeoisie. L’expérience montra que c’était là la bonne réponse. Par cette tactique, modifiée selon les temps et les lieux, une bonne partie des éléments les meilleurs du mouvement ouvrier fut conquise au communisme »5.

  • 6 « Dès les premiers jours de son existence l’Internationale communiste, a toujours préconisé à l’éga (...)

8L’IC indiquait clairement la nécessité de proposer aux organisations socialistes, syndicales et anarchistes des actions communes. Tout en précisant que les partis communistes devaient à cette occasion s’aguerrir, le document soulignait la nécessité d’une attitude d’ouverture à l’égard « de tous les travailleurs animés de la volonté de combattre le capitalisme et, par conséquent, aussi de ceux qui suivent encore les anarchistes et les syndicalistes ». Refusant toute autocritique le texte n’hésitait pas à conclure que l’IC avait toujours eu cette attitude depuis sa naissance !6

  • 7 « Pour l’unité du front prolétarien contre la bourgeoisie ! Contre l’offensive patronale ! Pour le (...)

9Ces différents propos sont repris le 1er janvier 1922 dans un Manifeste signé conjointement par l’IC et l’ISR (l’Internationale syndicale rouge). Cet appel à l’unité du front prolétarien était lancé au nom de la riposte nécessaire au patronat, de la lutte contre la guerre, en faveur de la Russie affamée et pour la solidarité internationale.7 En somme, après quelques semaines d’expectatives, l’IC annonçait une mobilisation de ses sections nationales autour de cette perspective politique nouvelle. C’est dans ce contexte qu’il faut situer sa décision de réunir sans tarder les partis communistes.

  • 8 Humbert-Droz, dans une lettre du 26 décembre, indique : « l’Exécutif convoque pour la fin de janvie (...)
  • 9 Le 27 janvier, Zinoviev signale que le CE de l’IC est prêt à reporter le début de la réunion pour p (...)

10La décision de tenir une conférence spéciale à cet effet conclut logiquement la réunion du Présidium. Le souci d’efficacité imposait de ne pas utiliser la procédure du congrès tandis que la volonté de légitimer la nouvelle orientation appelait à réunir une assemblée avec une représentation élargie des différents partis. D’où l’idée d’un doublement des délégations pour cette réunion dont la forme exceptionnelle fit qu’on la présenta comme un Comité exécutif élargi. Le caractère encore indéterminé de la date lorsque la réunion fut annoncée accrédite la thèse de certaines qui veut qu’on hésitait dans la mise sur pied de cette procédure inhabituelle. La date, plusieurs fois repoussée avant qu’elle soit fixée au 21 février, témoignait tout autant d’une certaine impréparation que de difficultés liées à la nouveauté de cette session exceptionnelle dont l’ordre du jour primitivement limité à la question du Front unique fut ensuite alourdi par de nombreuses autres questions8. Si le calendrier précis de cette assemblée plénière était suspendu aux décisions du PCF c’est que la situation de celui-ci était devenue essentielle aux yeux des dirigeants de l’IC9.

Le parti communiste français contre le Front unique

11Or au lendemain du Congrès de Marseille, la crise qui a éclaté lors de l’élection du comité directeur prend une nouvelle ampleur. La démission des leaders de la gauche qui se réclament de l’Internationale contre le comité directeur conforte sa défiance.

12Durant le mois de janvier 1922, la nouvelle direction du PCF se met en place et légitime sa position en appelant les fédérations du parti à se prononcer sans attendre contre la politique de Front unique tandis qu’elle tarde à désigner ses délégués pour Moscou.

  • 10 Sous-commission de la politique générale : Frossard, secrétaire ; Marthe Bigot, Paul Louis et Renou (...)

13Au soir de son premier congrès le comité directeur élit son bureau exécutif de cinq membres conformément aux nouvelles dispositions qu’il venait d’adopter. Aux côtés de Frossard, secrétaire général, se trouvait Ker comme secrétaire international, Soutif comme secrétaire administratif, Marthe Bigot comme secrétaire du comité féminin et Dondicol en tant que trésorier. Cachin restait directeur de L’Humanité, Renoult celui de L’Internationale et Souvarine celui du Bulletin communiste. La semaine suivante des sous-commissions furent mises en place afin de coordonner la politique générale du parti, son activité internationale, sa propagande, ses finances et l’action des communistes dans le domaine syndical10. Les tenants de la gauche qui avaient démissionné du comité directeur étaient remplacés aux postes de responsabilités. La rédaction du Bulletin communiste qu’ils contrôlaient encore leur échappe quelques semaines plus tard puisque le 2 février son comité de direction est modifié de telle sorte que Souvarine en est évincé au profit d’un collectif où, à côté de Dunois et de Loriot, figurent désormais Frossard, Paul Louis et Rappoport.

14Le contentieux avec l’IC, déjà latent lors du congrès de Marseille, s’alourdit du fait de l’opposition résolue et affirmée du PCF à l’orientation de Front unique. Dès le début de janvier les documents de l’IC qui n’avaient pas été réellement abordés lors du congrès sont examinés. Le 10 janvier les thèses sur le Front unique et de nouvelles missives de l’IC sont discutées par le comité directeur qui décide de convoquer une conférence des secrétaires fédéraux afin de définir une position que les délégués du parti à la prochaine réunion à Moscou auraient à défendre. Avant même d’avoir discuté la question sur le fond la direction du PCF prend soin d’affirmer, par une résolution, sa fidélité à l’Internationale :

  • 11 Séance du Comité directeur (10 janvier), ibid.

« Le comité directeur déclare qu’on ne pourrait, sans manquer à la vérité, prétendre qu’il existe dans le Parti une tendance politique qui mérite d’être légitimement accusée d’un moindre dévouement à la cause communiste. Il affirme sa solidarité absolue avec l’Internationale de Moscou. Il revendique comme siens les principes révolutionnaires qu’elle a proclamés dans ses congrès »11.

  • 12 « Le Comité directeur estime que l’application de la tactique du Front unique est impossible dans n (...)
  • 13 Il ajoutait : « On parle d’une offensive générale de la bourgeoisie. Cette offensive générale, je l (...)
  • 14 « Sur 58 fédérations qui se sont prononcées de façon précise 46 sont hostiles à l’unité de front, 1 (...)
  • 15 « Le comité directeur estime l’application du Front unique, en tant qu’il signifie une entente avec (...)

15Après avoir discuté du Front unique, l’instance dirigeante du parti adopte un texte qui condamne sans ambiguïté le mot d’ordre de l’Internationale et mandate les délégués du parti en ce sens12. Quelques jours plus tard une conférence des secrétaires fédéraux approuve à une large majorité cette thèse. A cette occasion Cachin prend la parole pour y défendre avec vivacité les positions de la direction du parti contre les arguments de l’IC : « Il faut dire à l’Internationale qu’en France la tactique du Front unique ne peut produire de résultats... Il y a en France un beau et grand Parti. Il faut dire aux camarades de l’Internationale : ne risquez pas de briser l’arme excellente que l’Internationale possède en France »13. Frossard présenta une critique argumentée et systématique au terme de laquelle il insistait sur l’impossibilité d’un quelconque rapprochement avec les « dissidents », c’est-à-dire les dirigeants socialistes. 46 fédérations suivirent cet avis alors que 12 seulement se prononçaient en faveur du Front unique14. Le comité directeur, réuni quelques jours plus tard, confirma ce vote en mandatant ses délégués au près de l’IC pour qu’ils refusent la politique de Front unique15.

Cachin diplomate à Berlin

  • 16 « En ce qui concerne notamment le programme minimum qui accompagne la déclaration commune des parti (...)
  • 17 Interpellé le 31 mars, Cachin répond en présence du président du Conseil : « On a dit que je m’étai (...)

16Lorsque, fin janvier, se tint à Berlin, sous la houlette de l’IC, une conférence des partis communistes français et allemands qui déboucha sur un appel commun mentionnant le Front unique, la direction du PCF protesta vivement en réaffirmant qu’elle était seule habilitée à engager le parti sur un texte dont le contenu n’avait pas été encore discuté16. La présence de Cachin à Berlin, aux côtés de Ker, obéissait également à d’autres préoccupations puisqu’à cette occasion, le 29 janvier, il rencontra Radek qui lui confia la mission de sonder le gouvernement français sur la possibilité de contacts entre l’État français et le pouvoir soviétique. Cet épisode, mentionné par Cachin dans son carnet, fut divulgué deux mois plus tard par la presse de droite ce qui l’amena à s’expliquer devant la chambre des députés17. On mesure bien, dans ce cas, la position singulière de Cachin qui, malgré ses critiques à l’égard de l’IC, n’en est pas moins le dirigeant communiste français dont la notoriété parlementaire est telle qu’il est, aux yeux des dirigeants soviétiques, leur meilleur intermédiaire diplomatique.

  • 18 « Dans la conversation avec de Jouvenel, celui-ci m’a déclaré que déjà Krassine avait fait faire ic (...)
  • 19 Mercredi 1er février, « Revu M. Pichon qui nous rend compte à P. Louis et à moi, de sa visite à Poi (...)

17De retour à Paris, le 31 janvier, Cachin et Paul Louis se rendent auprès de Pichon, ancien chef de cabinet de Poincaré pour qu’il transmette au nouveau Président du Conseil le message de Radek. Le même jour Cachin rencontre le directeur du Matin, de Jouvenel, qui l’informe des contacts du gouvernement français engagés parallèlement avec Krassine, le représentant à Londres de la mission commerciale soviétique18. La réponse de Poincaré, transmise par Pichon le lendemain, est positive puisque le chef du gouvernement se déclarait favorable à la reprise de relations commerciales avec la Russie et à « des conversations d’ordre politique ». Il envisageait même la poursuite concrète des contacts exploratoires et se déclarait prés à encourager dans l’immédiat toutes les initiatives industrielles ou commerciales allant dans le sens d’un rapprochement entre les deux pays19.

  • 20 « L’Internationale de Vienne a invité le parti à se faire représenter à la Conférence international (...)

18Berlin était le centre névralgique de l’activité de l’Internationale communiste et de la diplomatie soviétique. Même si leurs initiatives entraient parfois en concurrence et n’étaient pas exactement coordonnées, comme en témoigne Cachin qui souligne les divergences entre Tchitchérine et Radek, il reste que depuis décembre 1921 les contacts entre sociaux-démocrates et communistes n’étaient pas rares. L’Internationale syndicale rouge s’était adressée à l’Internationale syndicale d’Amsterdam pour empêcher la scission syndicale en France, tandis que les dirigeants de l’Internationale socialiste de Vienne avaient renouvelé leur proposition d’une conférence des différentes internationales. A l’issue des négociations conduites par Radek il fut décidé qu’elle se tiendrait à Berlin. Sa date restait incertaine car il était envisagé de là coupler avec la conférences de Gênes où les représentants des États devaient discuter de la situation européenne avec, pour la première fois, la participation des Allemands et des Soviétiques. La direction de l’IC espérait encore que les Internationales pourraient se réunir parallèlement à la conférence diplomatique mais celle-ci, en raison de la chute du gouvernement Briand en France suivie du retour de Poincaré aux affaires, fut reportée. Le PCF manifesta à plusieurs reprises sa mauvaise humeur à l’égard de ces projets, en refusant notamment de participer à une rencontre préparatoire organisée à Paris sous l’égide de l’Internationale socialiste II 1/220. Son manque flagrant d’empressement à envoyer une délégation à Moscou indiquait une mauvaise volonté que les dirigeants de l’IC supportaient difficilement comme en témoignent leurs admonestations télégraphiques. Les différents télégrammes envoyés durant le mois de janvier révèlent les soucis de Zinoviev, Trotsky et Humbert-Droz.

Cachin appelé à Moscou

  • 21 Télégramme du 9 janvier. Signé, le Secrétariat du Komintern. Archives de Jules Humbert-Droz, op. ci (...)
  • 22 « Si Frossard et Cachin ou l’un de ces deux camarades ne viennent pas, cette abstention fera la plu (...)
  • 23 Voir Souvarine, Antoine Ker, « Notes et souvenirs personnels », Bulletin communiste, n° 32, 9 août  (...)
  • 24 « Le Présidium de l’Exécutif, après avoir entendu le rapport provisoire de votre délégué Ker, affir (...)

19Dans un premier temps, après les premières informations sur le Congrès de Marseille, ils demandent l’envoi d’une délégation représentative de la majorité et la minorité ainsi que la suspension des polémiques21. L’insistance s’affirme et se précise les semaines suivantes : désormais Frossard et Cachin sont nommément réclamés. La direction de l’IC, qui avait manifesté sa bonne volonté en condamnant l’attitude des démissionnaires lors du congrès de Marseille, s’impatiente et laisse entendre que la direction du PCF risque de perdre son appui. Cependant Zinoviev précise que la question française étant désormais inscrite à l’ordre du jour de la prochaine assemblée il convient que les délégués soient dûment mandatés pour que les discussions puissent s’engager22. C’était signifier que l’IC souhaitait dialoguer et tenir compte de l’avis des délégués français. En fait, se trouvaient déjà à Moscou des membres du PCF appartenant au courant minoritaire ; outre Rosmer qui y résidait, Treint puis Ker, le nouveau secrétaire international du parti, y arrivèrent au début du mois de février23. Les premiers comptes rendus qu’ils firent de la situation renforcèrent l’inquiétude de la direction de l’IC et la vigueur de ses requêtes24. Finalement quatre délégués, Cachin, Renoult, Métayer et Sellier, furent mandatés par le comité directeur pour défendre la position du PCF. Étant donnée l’absence de Frossard, Cachin et Renoult étaient les principales figures de la délégation française qui se rend à Moscou.

20Cachin voyagea seul selon un trajet qui témoignait de son rôle particulier puisqu’il repassa par Berlin, deux semaines après son précédent séjour, afin de rendre compte de ses démarches auprès du gouvernement français. Son entrevue avec Radek puis celle qu’il eut, quelques jours plus tard, avec Tchitchérine à Moscou, indiquent bien qu’il avait la confiance des dirigeants de l’IC et de la Russie. Il était pour eux bien davantage qu’un simple délégué du PCF. Comme dit Zinoviev : « Cachin a bien travaillé pour la révolution russe ». Zetkin constate que cette démarche n’est pas différente de la sienne en Allemagne : « l’acte de Cachin n’est que la conclusion de notre campagne internationale pour la reconnaissance de la République des Soviets ». Mais cet épisode a provoqué des incidents en France : révélé après le départ de Cachin il a suscité une certaine émotion dont Vouiovitch, arrivé à Moscou début mars, se fait l’écho. Radek, pour couper court à toute interprétation désobligeante concernant Cachin, décide de lui remettre une note résumant l’historique de l’affaire avec les conditions concrètes qui l’ont amené à le pressentir pour cette démarche au près de Poincaré. Il insiste dans ce document sur les réticences initiales de Cachin et les raisons qui l’ont convaincu. « Le camarade Marcel Cachin a entendu mes arguments et à déclaré après explications, qu’il acceptait en dépit de la difficulté psychologique qui consiste à entrer en rapports même indirects avec un adversaire du prolétariat français tel que Poincaré... Il a accepté, parce que cette mission devait faciliter la lutte contre l’impérialisme ; il a accepté sur ma prière, dans l’intérêt de la République des Soviets, du prolétariat mondial et de la classe ouvrière mondiale ».

21Les notations de Cachin confirment également les hésitations et les divergences qui traversaient les dirigeants de l’IC et ceux de l’État soviétique. Les propos du ministre des affaires étrangères russe confirment la défiance du diplomate à l’égard des initiatives publiques de Radek qui ont fait échouer les tentatives de rapprochement avec la France. Nous savons, par les indications de Cachin lui-même, que cette appréciation était exagérée. Quand Humbert-Droz surenchérit dans le même sens pour désapprouver la rencontre de l’envoyé de l’IC avec F. Adler il veut donner satisfaction à Cachin. Tout ceci nous pousse à prendre avec précaution les diverses confidences qui lui sont faites. Il reste que l’accueil attentionné dont Cachin est l’objet témoigne qu’il est une des personnalités de cette assemblée inédite du Comité exécutif de l’IC.

Un Comité exécutif exceptionnel

22Arrivé à Moscou, le 16 février, après huit jours de voyage, Cachin fait de nombreuses rencontres qui le plongent dans l’ambiance de l’Internationale communiste avant même que ne s’ouvre la conférence. Ses conversations avec Stepanov, Humbert-Droz puis Rakovsky lui permettent de ressentir autant certaines incertitudes que des différences de sensibilité et d’approche chez les dirigeants de l’IC. Stepanov qui, à Berlin, veut sans doute mettre Cachin en confiance pour qu’il lui fournisse à l’avenir des renseignements sur la situation militaire française, répond sans détour à ses questions pressantes sur le Front unique :

« il nous avoue qu’il s’agit essentiellement de sauver la Révolution russe. La IIIe Internationale et le gouvernement des Soviets sont dans une solidarité si étroite que si l’on veut venir en aide à l’un il ne faut pas hésiter à se ranger prés de l’autre et à faire le nécessaire pour lui permettre son développement ».

23Il envisage en conséquence une liaison étroite entre les initiatives de Front unique de l’IC et la politique étrangère soviétique.

« Ainsi pour Gênes : il importe que la Conférence soit précédée d’une manifestation ouvrière mondiale, et comme les masses sont encore presque partout derrière la IIe et la Ile 1/2, il faut s’adresser aux chefs des deux Internationales pour s’adresser indirectement aux masses qu’ils ont avec eux ».

24La rhétorique de Stepanov, qui cite à l’appui l’expérience des bolcheviks, n’emporte pas la conviction de Cachin qui retire de cet entretien la conviction que la situation du PCF intéresse peu les dirigeants de l’IC : « Il faut avouer que la considération de l’avenir du Parti français ne le préoccupe que de très loin ». A Moscou, Humbert-Droz et Rakovsky s’attachent à faire tomber ses préventions et à le rassurer. Ainsi Rakovsky « défend l’Exécutif du reproche d’avoir inventé le Front unique pour défendre la révolution russe ». Il relativise les propositions internationales de Front unique, en souligne leur intérêt tactique tout en indiquant qu’elles correspondent sans doute davantage aux attentes des allemands et des tchécoslovaques qu’à celles des français :

« On nous reproche d’avoir jeté la division dans la classe ouvrière internationale. Prouvons au contraire que nous sommes pour l’unité et que ce sont les autres qui n’en veulent pas. En tout cas l’Exécutif ne demande pas aux communistes français de s’entendre avec les Renaudel et les autres ».

25Cachin accueille avec d’autant plus d’intérêt ces considérations qu’elles recoupent des convictions renforcées par le récit que Clara Zetkin lui fait de la situation allemande. Lors de ses multiples discussions avec des responsables de l’IC, comme Waletski, ou du Parti communiste russe, comme Taratouta, tous s’efforcent plus ou moins habilement d’ébranler son opposition au Front unique. Cachin n’est d’ailleurs pas dupe des raisons qui les amènent à le rencontrer. Il évoque ainsi la « visite de Waletski qui nous porte une lettre par lui adressée à Zinoviev, dans laquelle il fait la plus expresse réserve sur le Front unique ». Non sans malice Cachin relève que :

« pour commenter sa lettre il nous entretient pendant deux heures de la nécessité d’adopter l’idée de principe du Front unique avec un luxe dialectique impressionnant ».

26L’ouverture de la conférence, le 21 février, le soulage. « Enfin ! » note-t-il tout en relevant l’abondance de l’ordre du jour. Dès la réunion préparatoire, à laquelle il est invité pour organiser les travaux de l’assemblée, il est frappé par la longueur des discussions et s’en plaint : « on règle l’ordre du jour ; c’est long et fastidieux ». De fait, la liste des questions inscrites au programme de cette réunion est impressionnante surtout si l’on songe qu’elle devait primitivement se borner à l’examen de la politique de Front unique.

  • 25 Il s’agissait « de l’ICJ, du Secrétariat international des femmes, de la section des coopératives e (...)
  • 26 L’ordre du jour officiel est ainsi présenté : Rapports des partis communistes (1) d’Allemagne, (2) (...)

27En remarquant que la réunion du Comité exécutif se tenait dans la même salle que le congrès fondateur de l’IC, Cachin en soulignait l’importance attestée par le grand nombre de délégués et la participation des leaders du Parti communiste russe, à l’exception de Lénine malade. Trente six délégations nationales, plus celles des organisations associées25, étaient présentes soit 105 délégués en tout. La consigne, transmise aux sections nationales, d’envoyer des délégations étoffées avait été respectée. Les travaux se prolongèrent jusqu’au 4 mars et donnèrent lieu à pas moins de 17 séances plénières. Mais en marge de celles-ci de nombreuses commissions se réunirent pour traiter des questions les plus épineuses. Il en allait ainsi de celles posées par les sections de France, d’Angleterre, de Hongrie, mais aussi par l’activité de l’ICJ, la politique syndicale et la presse des partis communistes. Cachin, membre de la « commission française » et de la « commission anglaise », nous rapporte comment s’y déroulent des débats, souvent plus animés que les travaux en assemblée plénière. La liste de l’ordre du jour, forte de 10 points d’après Cachin et de 21 selon le compte rendu officiel, est d’une ampleur analogue à celle d’un congrès26. La diversité des questions abordées, tant stratégiques et générales que pratiques ou nationales, exprime bien l’ampleur des problèmes qui n’avaient pas été abordés lors du IIIe Congrès, entièrement consacré au principe du tournant stratégique. Sans doute le mot d’ordre de Front unique était-il davantage qu’un simple complément à l’orientation définie l’année précédente : les remous qu’il soulevait en rencontraient d’autres, liés à l’activité des organisations communistes, difficilement contrôlées par la direction de l’IC, d’où sa tentation de les examiner en bloc. Outre le Front unique, principal enjeu de cette conférence, les délégués durent assister à l’évocation de questions diverses dont l’ensemble dessinait cependant assez bien la situation du mouvement communiste international trois ans après sa fondation.

28Comme il n’est pas question, dans le cadre de cette présentation, de procéder à une étude exhaustive on s’en tiendra à l’analyse des aspects les plus importants de ce qui fut la première assemblée élargie du Comité exécutif. On peut regrouper les multiples points mis à l’ordre du jour en trois grands domaines dont l’importance relative est en partie liée à notre intérêt pour la situation française. Le premier concerne la situation de l’IC et de ses sections à travers leur activité et leur implantation. Le deuxième est constitué par l’exposé puis le débat autour du mot d’ordre de Front unique et la politique qu’il implique. La discussion sur la situation du PCF et ses prises de position, essentielles pour l’ensemble de cette conférence, forment le troisième domaine au centre duquel se trouve Cachin comme acteur et témoin.

La situation du mouvement communiste

29La situation des sections nationales est examinée d’entrée puisque les deux premières journées leur sont consacrées avant même que l’activité générale de l’IC ne vienne en discussion. Jamais, lors des trois premiers congrès, une telle procédure n’avait été adoptée : il y avait toujours un rapport général, préalablement à l’étude des situations nationales. Cette différence dans le déroulement tient peut-être à la plus grande souplesse d’un type de réunion encore non codifié, car ultérieurement les plénum du CE de l’IC n’échapperont pas davantage à la règle du rapport général ! Il reste que cette méthode inhabituelle avait le mérite de conférer, dés le départ, aux travaux de la conférence un caractère concret. Elle traduisait également l’inquiétude des dirigeants de l’IC devant la faiblesse des sections nationales dés lors qu’ils envisageaient des contacts avec les organisations social-démocrates. Cachin qui avait assisté à la réunion du Présidium le 20 février, donne sur ce point une information précieuse :

« Ce qui nous a frappé hier à la séance du petit bureau du Comité exécutif c’est que toutes les sections nationales de l’IC sont ravagées de dissensions. Leur faiblesse est plus grande encore qu’il n’apparaissait de l’extérieur ».

30L’ordre des interventions, plaçant en tête les communistes allemands suivis des français des tchèques et des italiens avant d’aborder la situation des communistes dans les terres de mission d’Amérique ou des Balkans, illustrait la hiérarchie des préoccupations de l’IC. Cachin note de manière très précise la teneur des interventions prononcées lors de ces deux premiers jours. De ce point de vue il restitue avec justesse l’argumentation et la tonalité des exposés de Thalheimer et Zetkin sur la politique du Parti communiste allemand. Leur analyse circonstanciée de la vie politique allemande, marquée par des mouvements sociaux et l’existence d’un danger réactionnaire, leur permet d’éclairer la tactique suivie par le PC A depuis l’automne 1921. Tout en justifiant les exclusions passées et récentes de ceux qui avec Levi critiquaient l’aventurisme de l’action insurrectionnelle de mars 1921, les deux dirigeants allemands plaident pour la nouvelle politique de Front unique engagée par leur parti auprès des sociaux démocrates et des syndicats.

  • 27 « Si insuffisant que soit notre recrutement, 130 000 membres pour 1921, le parti communiste françai (...)
  • 28 « Outre qu’il vient d’organiser avec succès à travers la France entière des centaines de réunions c (...)

31Après ces exposés substantiels qui illustraient parfaitement la nouvelle ligne de l’IC, Cachin présenta succinctement la situation du PCF et sa politique sur un registre différent : traçant un bilan somme toute positif de son activité27, il en déduisait des perspectives d’action entièrement centrées sur l’action en direction des « sans-parti »28, ce qui ne correspondait pas aux nouveaux schémas de l’IC. En conclusion Cachin repoussait les critiques adressées au PCF en leur opposant son bilan :

  • 29 Ibid.

« quelle que puisse être l’appréciation sur certains détails de la vie du Parti français, nul ne peut nier le grand effort vers le Communisme qu’il a accompli depuis Tours et les résultats évidents et certains auxquels il est parvenu. »29

32Les exposés de l’Anglais Mac Manus ou des Tchécoslovaques Burian et Kreibich, bien différents par ailleurs, expliquent les difficultés d’organisation et d’activité des partis communistes en voie de constitution.

33La deuxième journée, les délégués américain, polonais ou bulgare insistèrent encore davantage sur les conditions spécifiques auxquelles les forces communistes naissantes étaient confrontées. Terracini présenta avec véhémence et optimisme l’activité du parti communiste italien dont il vanta les résultats obtenus notamment en direction des syndicats et rappela sa fermeté contre les socialistes dont il proclamait l’affaiblissement. Ce discours prenait clairement le contre-pied des appréciations de Zinoviev, le lendemain, dans son rapport d’activité.

34Dressant le bilan de l’action de la direction de l’IC depuis le IIIe Congrès, Zinoviev valorisa les progrès de son organisation mais pointa également les difficultés rencontrées dans de nombreux pays. Son discours est un plaidoyer pro domo qui se félicite de la meilleure activité de la direction, du Comité exécutif et surtout du Présidium, dénomination nouvelle du petit bureau créé lors du dernier congrès. Il souligne l’amélioration des relations avec les sections nationales comme en témoignent l’abondance de la correspondance échangée et avant tout la création de la Correspondance internationale, hebdomadaire d’information sur l’activité de toutes les sections de l’IC. Zinoviev inscrit également à l’actif de la direction de l’IC la formation de nouveaux partis communistes et leur consolidation notamment par des fusions entre nationalités diverses comme en Espagne ou en Tchécoslovaquie. Zinoviev relève pour les disqualifier les critiques émises en Allemagne par les courants oppositionnels du KAPD ou de ceux qui ont suivi Levi. De ces critiques dites bourgeoises dont il reconnaissait l’impact, il déclarait s’accommoder puisque l’éloignement des anarchistes ou de certains intellectuels était compensé par la confiance maintenue des ouvriers et des syndicalistes. Examinant ensuite la situation italienne puis française il revient sur la différence entre les deux partis communistes issus de deux scissions fort différentes puisque l’une (en France) était large tandis que l’autre (en Italie) était étroite. Cachin note aussi comment Zinoviev justifie la politique prudente de l’IC refusant de rompre les ponts avec tous les socialistes italiens après la scission afin de combattre le sectarisme du PCI :

« Le PSI s’affaiblit, se désagrège. Le communisme grandit : il y aura des temps difficiles, des centaines d’ouvriers sont en prison. Il sera peut-être un jour illégal. Il sort de son état sectaire ; il se rapproche des masses. Ce sont les événements qui ont décomposé le socialisme italien. Nous avons créé une aile gauche pour y faire venir les ouvriers ».

Zinoviev et le PCF

35Quant au PCF, Zinoviev affirmait une fois de plus que l’IC s’était gardée d’interventions directes dans ses affaires après la scission malgré laquelle beaucoup de réformistes étaient restés en son sein. Cachin relève aussi les propos de Zinoviev mesurés mais lourds de critiques à l’égard du PCF :

« En France la crise est grave, en Allemagne elle est finie. La tendance qui désire ne pas voir l’intervention de l’Exécutif dans le communisme français, je l’espère, n’est pas grave. Mais il faut y mettre un terme ».

  • 30 « Nous sommes obligés d’étudier la situation en France de beaucoup plus près ; il est probable que, (...)

36D’entrée, le président de l’IC signalait, à mots couverts, la question de fond posée par les désaccords avec le PCF. Au delà du Front unique, c’est la conception du fonctionnement de l’IC qui était en jeu. La place du PCF dans le dispositif de l’IC interdisait des solutions de force mais nourrissait l’inquiétude des dirigeants de l’IC. « La politique de Paris est importante et il faut faire bien attention », indiquait Zinoviev selon Cachin qui rapportait ainsi des propos édulcorés dans le compte rendu officiel30.

  • 31 Voir ci-dessus.

37Cachin se contente de notations rapides quand Zinoviev s’intéresse à l’Europe centrale ou à l’Extrême-Orient pour souligner les possibilités de mondialisation du communisme. Il relève seulement ses propos, assez brefs, sur la ligne générale de l’IC par lesquels Zinoviev convient qu’elle s’explique par le recul du processus révolutionnaire sans pour autant l’assimiler à la défense de la révolution russe. A nouveau les remarques retenues par Cachin ne figurent pas dans le compte rendu officiel qui conserve seulement les propos optimistes de Zinoviev sur le réveil de la combativité ouvrière : on ne s’en étonnera pas dans la mesure où le président de l’IC mettait en cause les propos du délégué français Bestel qui, au terme de son court séjour à Moscou avant de retourner en France, a donné au Comité directeur du PCF une information bienvenue pour alimenter la méfiance à l’égard du nouveau mot d’ordre !31 :

« Bestel a dit : la Révolution russe est dans une situation critique, il faut l’aider par le Front unique. Cela est faux. Après l’offensive du capital, voici le réveil ouvrier ».

38Ensuite, ce fut à Radek qu’il revint de présenter les contacts de l’IC avec les autres organisations ouvrières internationales. Sur ce point les indications de Cachin sont également plus précises et développées que le compte rendu officiel. Lorsque celui-ci évoque seulement les « quelques courtes informations sur les pourparlers qui ont eu lieu entre nous et les représentants de l’Internationale II 1/2 », Cachin note de manière détaillée les discussions dont Radek rapporte la teneur. En dépit de ses dénégations, les pourpalers ont été assez loin pour envisager concrètement la participation de la IIe Internationale et de celle d’Amsterdam, la tenue de diverses conférences et des actions communes.

39L’orientation qui sous-tendait les propositions dont Radek était porteur était celle du Front unique abordé ensuite comme un point spécial de l’ordre jour. Avant de lui consacrer toute l’attention requise par son caractère central il faut au moins évoquer différents domaines d’activité ayant fait, lors de cette conférence, l’objet de rapports spécifiques. La presse, les femmes, les syndicats, la lutte contre la guerre, la solidarité avec les affamés ainsi que la situation en Russie, l’action au Proche-Orient ne représentèrent pas tous des temps forts de la conférence mais s’ils furent abordés c’est qu’ils s’agissait, pour la direction de l’IC, de montrer que les engagements pris lors du IIIe Congrès étaient tenus. Il convenait de faire le bilan de l’activité de masse proposée aux communistes et en vue de laquelle des dispositions avaient été adoptées. Humbert-Droz pour la presse, Münzenberg pour le secours aux affamés de Russie ou encore Losovsky à propos des syndicats, insistèrent, dans leurs rapports, sur les progrès accomplis tout en convenant des difficultés persistantes. Leurs propos évitaient le triomphalisme mais s’efforcaient, dans les domaines qui illustraient le mieux la nouvelle ligne, de souligner les progrès accomplis.

40Cachin cite les remarques de Münzenberg, l’un des promoteurs de l’activité nouvelle de l’IC :

« Lorsqu’en automne nous avons pris la décision de lancer une campagne pour les affamés on craignait que l’action des partis soit mise à l’arrière-plan au profit de la philanthropie. Ces craintes ont été fausses ».

41Clara Zetkin, que Cachin n’a pu entendre en raison d’une réunion du bureau de la conférence, fait écho quand elle dit à ses camarades :

« Contre les dangers de guerre qui menacent, nous devons opposer l’unité de front compact du prolétariat pour la lutte contre l’impérialisme ».

42Les interventions d’Humbert-Droz sur la presse et surtout de Losovski sur les syndicats ont une tonalité différente. L’un et l’autre reviennent sur la défense de l’identité communiste dans deux domaines où l’IC éprouvait de la peine à s’organiser. Le dirigeant suisse exposa en effet les retards pris dans la transformation des journaux communistes en véritable organes de presse tournés vers l’action révolutionnaire à l’image de la Pravda. Il reconnaissait toutefois qu’ils ne pouvaient obéir au même modèle puisque les traditions politiques nationales n’étaient pas les mêmes :

« Les journaux ont un type externe qui se différencie selon les pays : s’ils ont l’allure des journaux bourgeois de l’endroit cela provient de la nécessité d’accrocher les masses ».

43L’Internationale syndicale rouge, huit mois après sa création, devait faire face à de multiples difficultés que Losovski, dans son exposé, reconnut. Les initatives unitaires d’un côté, les réticences des syndicalistes révolutionnaires dans de nombreux pays, dont notamment la France, d’un autre côté, rendaient aléatoire l’avenir de l’ISR. Il lui fallait beaucoup d’optimisme pour l’évoquer : « Nous ne sommes organisés que depuis six mois. Si nous travaillons encore un ou deux ans nous grandirons... » Les résultats de la nouvelle politique économique furent exposés en séance plénière par Sokolnikov qui souligna les progrès qu’elle avait permis, ce à quoi Cachin pouvait d’autant mieux souscrire qu’il ressentait l’amélioration économique dans la vie quotidienne. L’argumentation générale pour justifier cette politique auprès des militants communistes étrangers qui pouvaient l’interpréter comme un recul était celle que Lénine et Trotsky avaient employée lors du IIIe Congrès. Cependant, un an après la mise en route de la NEP, Sokolnikov valorisait ses premiers résultats dans le domaine agricole et alimentaire, justifiant ainsi les mesures de libéralisation prise à l’égard de la paysannerie :

« Pendant la guerre civile nous avons eu recourt à des moyens de lutte en contradiction avec nos principes. C’est pourquoi la reconnaissance de la petite propriété paysanne et le refus de poursuivre le communisme agricole ne constituent pas une contradiction avec les principes communistes... la confiance des paysans grandit. Il n’y a plus d’émeutes contre le gouvernement ».

La situation intérieure du parti communiste russe

44Mais c’est dans le cadre d’une commission restreinte que furent examinés les problèmes internes du parti bolchevik soulevés par une lettre de l’opposition ouvrière adressée au Comité exécutif. Cachin, membre de cette commission, participe à ses travaux et nous donne des informations inédites puisque le compte rendu officiel mentionne seulement le rapport final présenté en séance plénière. La tenue tardive de cette réunion, le 3 mars, confirme que la question n’avait pas été initialement inscrite à l’ordre du jour. Elle a été imposée par l’envoi d’une lettre de 22 dirigeants de l’Opposition ouvrière qui firent valoir leur point de vue auprès des délégués étrangers. Ainsi Cachin rencontra Kollontaï le 20 février, à la veille de l’ouverture de la Conférence. Il semble avoir une une certaine sympathie pour sa cause puisqu’il note :

« Dans le fond de leur opposition, il y a quelque chose de sain et d’honnête. Elle exprime la protestation de l’instinct ouvrier contre les abandons du communisme, contre la déformation de l’idée syndicale, contre les excès du bureaucratisme bolchevique... »

45La tonalité des débats en commission, comme celle des discussions en séance plénière après que la commission a présenté son rapport, fut très vive. Les critiques présentées par Chliapnikov mettaient en cause le fonctionnement du parti autant que son orientation. Sa dénonciation des méthodes autoritaires, son diagnostic sur le départ des adhérents étaient associés à la critique de la nouvelle politique économique jugée trop favorable aux paysans. Mais la charge la plus forte est certainement celle qui concernait les décisions prises par les directions, du parti communiste russe ou de l’IC. L’annonce de la NEP et celle du Front unique étaient rapprochées, ce que Cachin rapporte, avec une certaine satisfaction :

« On nous met toujours devant le fait. La première fois qu’on a parlé du Front unique pour prendre une résolution sans discuter, c’est en décembre dernier. On ne fait plus discuter les questions : tout vient du Comité central ».

46Les dix points soulevés par la lettre de l’Opposition ouvrière firent l’objet d’une réponse de Kolarov, membre du parti bulgare, qui repoussa toutes les critiques en dénonçant la lettre de l’Opposition comme une démarche fractionnelle. Le rapport de la commission présenté par Kreibich en séance plénière reprenait les mêmes arguments mais ajoutait que la direction du parti bolchevik n’avait pas attendu l’Opposition pour dénoncer le risque bureaucratique et que « nul camarade n’a été poursuvi pour son attitude ». En séance plénière, la discussion rebondit comme en témoigne Cachin. Kollontaï réaffirma ses critiques contre l’absence de discussion sur les questions d’importance (« c’est un système où on ne discute aucune question grave ») et la désignation des dirigeants (« les fonctionnaires on les nomme d’en haut »). Radek, en tant que dirigeant de l’IC, répondit, avec une habileté certaine, faisant référence à la période de la guerre civile, qu’il fallait parfois agir vite quand on était un dirigeant révolutionnaire :

« On ne peut pas discuter de notre régime sévère comme de la démocratie suisse. Ceux-là qui ont lutté comprennent la terreur. Vous verrez ce qu’est de réprimer la bourgeoisie les armes à la main. Nous avons pris des milliers de décisions sans congrès et discussions ».

47Par ailleurs, se voulant compréhensif, il reconnaissait une certaine représentativité à l’Opposition ouvrière :

« Derrière Chliapnikov et Kollontaï il y a de bons travailleurs, ils sont fatigués : ils croyaient à la Révolution internationale, ils sont désenchantés. Nous devons tenir compte de cette situation ».

48Il leur reconnaissait le droit à critiquer la politique du parti : « Discutez dans le parti mais n’affaiblissez pas le moral de la classe ouvrière ». Autrement dit, la publicité donnée à leurs prises de position était la faute pincipale. Ils avaient affaibli sa position au moment où le gouvernement soviétique se préparait à participer à la Conférence de Gênes :

« Vous êtes vingt-deux qui vous êtes concertés, il y a un coup de poignard dans le dos du parti au moment de la Conférence de Gênes... Vous envoyez une lettre où vous dîtes que le PC n’a plus de rapports avec la classe ouvrière. Au moment de Gênes dire que le parti communiste n’a plus l’appui de la classe ouvrière, c’est un acte contre-révolutionnaire ».

  • 32 Selon le compte rendu officiel, op. cit., p. 256.

49Au terme de la discussion, le rapport de la commission qui critiquait les arguments de l’Opposition et menaçait ses dirigeants d’exclusion, s’ils ne respectaient pas la discipline de parti, fut votée à l’unanimité moins quatre voix32.

Le débat autour du Front unique

50L’orientation de Front unique était la question centrale qui avait, initialement, justifié la réunion de cette conférence. Les remous suscités par une décision dont Kollontaï rappelait la soudaineté justifiait une assez large discussion d’autant qu’il fallait associer les partis communistes d’Europe occidentale à d’éventuelles rencontres avec les Internationales socialistes et réformistes. Elle occupa, trois jours durant, 6 des 17 séances de la conférence. En effet, après le rapport introductif de Zinoviev, un vaste débat s’engagea avec une vingtaine d’intervenants dont plusieurs français car le PCF était en première ligne. L’abondance des échanges est bien restituée par les notations de Cachin qui, à l’exception du discours de Renoult, les a retranscrit avec beaucoup de minutie. En même temps il les décrypte et leur donne une clarté supplémentaire par rapport au compte rendu officiel.

51Les temps forts du débat sont constitués par les interventions de Zinoviev et de Trotsky qui incarnent la direction révolutionnaire de l’IC et du PC russe. Celles de Radek et Lounatcharski viennent également étayer une argumentation mise à mal par quelques délégations dont la véhémence compense le faible nombre. De fait la plupart des délégués approuvent le mot d’ordre et interviennent pour illustrer sa mise en oeuvre dans leur pays, en Pologne ou en Tchécoslovaquie par exemple. Les Allemands sont pédagogues mais discrets. Thalheimer, au nom du PCA, admet les risques de la nouvelle orientation : « Les dangers de la tactique sont grands, plus grands même que vous ne savez ». Mais il insiste sur les efforts accomplis par son parti pour réaliser des actions de Front unique comme en Saxe ou en Thuringe où les gouvernements socialistes sont soutenus par les communistes : « En Allemagne, nous avons tâtonné plus d’un an avant d’y voir clair ». La confrontation avec les Français et les Italiens domine les débats au cours desquels la vivacité du ton tient lieu d’argument d’autant que la discussion en ce qui concerne les Italiens renoue avec celle encore récente du IIIe Congrès. La réunion d’une commission spéciale n’est pas de trop pour tenter l’établissement d’un document susceptible de faire l’unanimité. Finalement, fait exceptionnel dans l’histoire de l’IC, celle-ci n’est pas obtenue puisque les désaccords affirmés par les partis communistes français, italien et espagnol sont confirmés par leur vote négatif. Pour autant cette situation exceptionnelle ne débouche pas sur une crise ouverte. Bien plus, les différents partis et la direction de l’IC protestent de leur bonne volonté commune. Le poids du contexte est de ce point de vue essentiel. La perspective de la prochaine conférence diplomatique, à Gênes, où la Russie a été pour la première fois officiellement invitée domine les débats même si la question des conférences internationales n’est abordée qu’in fine.

  • 33 Voir ci-dessus, Présidium du 28 décembre 1921.

52Zinoviev se contente d’un discours de circonstance, bien moins étayé que ses rapports antérieurs présentés en décembre. Son argumentation est conjoncturelle, courte et pour tout dire défensive. De fait il répondait aux critiques de ceux qui depuis quelques semaines avaient manifesté leur opposition et tentait d’abord de les rassurer. Il ne s’agissait pas d’une transposition des intérêts de la diplomatie soviétique même si la défense de la révolution russe faisait partie des données de la situation internationale. Sur ce point son exposé n’était pas exempt de contradictions dans la mesure où il reconnaissait que la politique de l’IC aurait été tout autre si la révolution avait éclaté en Pologne au moment où l’Armée rouge était sous les murs de Varsovie. C’était une manière comme une autre de ne pas complètement effacer et critiquer les propos qu’il avait tenus lors du IIe Congrès de l’IC en présence de Cachin ! En se référant aux écrits de Lénine contre le gauchisme, Zinoviev souhaitait répondre à la critique de ceux qui comme les Français ou l’Opposition ouvrière considéraient que le mot d’ordre de Front unique avait été adopté en dehors des instances légitimes requises pour l’élaboration stratégique, c’est-à-dire les congrès. Pour Zinoviev, relier le nouveau mot d’ordre à des écrits de Lénine antérieurs au IIIe Congrès de l’IC permettait de l’inscrire dans une continuité qui validait la méthode choisie pour l’adopter. L’analyse conjoncturelle qu’en troisième lieu Zinoviev exposait pour fonder la pertinence du Front unique reprenait la thématique exposée dès la fin décembre33. Les masses étaient fatiguées, après les reculs de la révolution. Le reflux révolutionnaire avait favorisé l’offensive capitaliste contre les conditions de travail du prolétariat qui depuis l’automne 1921 avait retrouvé une certaine combativité mais conservait des aspirations unitaires trés importantes en faisant porter aux divisions la responsabilité des échecs antérieurs. Obligé de justifier les initiatives prises par l’IC et sa section allemande, Zinoviev n’évitait pas le schématisme et la simplification surtout lorsqu’il ne pouvait s’abriter comme il en avait l’habitude derrière de longues citations de Lénine. Il s’essaye ainsi à expliquer comment les syndiqués chrétiens en Allemagne, sollicités par les communistes pour participer à la grève des cheminots, les avaient approuvées sans le savoir en faisant la grève. L’éloge de la scission en 1920-1921 par Zinoviev n’avait pas disparu des mémoires alors qu’il se livrait à l’apologie du Front unique. Ne pouvant éviter le rapprochement, il s’en expliquait en justifiant l’un et l’autre par le changement de conjoncture imposant aux partis communistes qu’ils « changent de rôle » afin de ne plus apparaître comme des « scissionnistes professionnels ». A ceux qui interprétaient le Front unique comme une tactique du désespoir il leur opposait une vision optimiste :

« Nous sommes devant une nouvelle vague révolutionnaire. On a dit : c’est une parole de désespoir. Çà ne va pas. La Révolution russe est désespérée. Alors, il faut se recoller aux autres. Non ! Une vague est là, un réveil. Alors notre tactique est non de désespoir mais de lutte ».

53Dans la seconde partie de son discours Zinoviev réplique aux critiques du PCF et du PCI. Son argumentation, différenciée est en partie tactique, pour diviser les oppositions, et en partie le reflet des différences entre les deux partis.

54Selon lui les critiques des communistes français sont ambivalentes : elles traduisent une inquiétude de gauche considérée comme saine tandis que d’autres qui s’inquiètent d’une prochaine réunification sont jugées manœuvrières. Aux Italiens il reproche sectarisme et inconséquence puisqu’ils acceptent le Front unique syndical mais pas politique. Trotsky qui intervient le deuxième jour polémique également mais dans des termes plus élaborés d’autant qu’il réplique à Renoult qui avait pris la parole au nom de la délégation française. Il est beaucoup plus direct que Zinoviev dans ses critiques et refuse de croire aux arguments de gauche avancés contre le Front unique. Il distingue trois catégories de partis selon leur influence avant d’estimer que la grande majorité de ceux-ci n’ont pas de meilleur objectif que de conquérir la majorité de la classe ouvrière. Pour lui la question essentielle est celle des actions immédiates grâce auxquelles l’influence communiste peut s’étendre. Plus percutant que Zinoviev il n’hésite pas à critiquer avec véhémence les propos de Terracini auquel il s’oppose comme en juillet 1921 lors du IIIe Congrès. Il reproche avec véhémence à certains communistes français de regretter la scission. Il reste cependant très allusif à propos des formes d’alliances à gauche bien que l’IC soit interpellée à ce sujet. Ses confidences à Cachin éclairent cette discrétion :

« Trotsky m’entraine dans le coin et me dit : que dites-vous si je proposais la pratique du bloc des gauches pour les élections contre Poincaré et le bloc national ? Je le dissuade vigoureusement d’une pareille proposition et lui dit d’aileurs que nous avons la proportionnelle ».

55Cette remarque de Cachin est révélatrice de ce qui se jouait en marge des séances plénières. En dépit de la vigueur de leurs critiques les dirigeants de l’IC font preuve de compréhension à l’égard des partis communistes réticents. En témoigne la formation, à la fin des débats, d’une commission de 17 délégués représentative des différents points de vue afin d’élaborer un document acceptable par tous.

  • 34 Les propos de Zinoviev ne sont pas cités tels quels par Cachin qui note malgré tout une phrase symp (...)

56L’essentiel pour la direction de l’IC était la réussite des initatives internationales liées à la Conférence de Gênes. C’est Radek qui s’explique le plus largement sur le sens de ces réunions internationales proposées dès le mois de décembre par les dirigeants de la gauche socialiste et syndicale. Ces propositions reprises par les communistes doivent permettre de faire entendre la voix du monde ouvrier à côté de celle des États : « Au moment où la bourgeoisie va se réunir pour se partager le monde il faut unir le prolétariat dans ce qu’il a d’accord minimum ». L’argumentation ne suffit pas à ébranler la conviction des opposants qui maintinrent leurs critiques puisque la présentation des résolutions finales sur la question suscita un nouveau débat. Des textes contradictoires avaient été élaborés soit en faveur du Front unique et de la tenue de prochaines conférences internationales, soit contre des alliances avec les organisations socialistes et des réunions internationales avec elles. Cette position, minoritaire fut celles des délégations française, italienne et espagnole. Après le vote, Cachin, au nom de la minorité, lut une déclaration dans laquelle il précisait que les partis resteraient « disciplinés et fidèles aux résolutions de la IIIe Internationale ». Il se félicitait que le Comité exécutif ait admis une partie de leurs critiques à l’égard des réformistes. Cela dit, il ajoutait : « Nous nous inclinons devant la majorité qui vient d’accepter la tactique proposée par lui ». Zinoviev, en contrepartie, ne pouvait manquer d’affirmer qu’il tiendrait compte des préoccupations ainsi exprimées34 :

  • 35 Compte rendu, p. 225.

« Le nouveau Présidium considère que la déclaration des camarades français, italiens et espagnols peut être admise et semble tout à fait satisfaisante »35.

57Les dirigeants du PCF qui demandaient de surseoir à la mise en application du Front unique dans l’attente du prochain congrès prenaient acte des décisions de l’IC. En revanche celle-ci avait laissé la possibilité aux partis hostiles à la nouvelle orientation, non seulement de renouveler leurs critiques, mais aussi d’exprimer leur point de vue consigné dans un document soumis au vote des délégués à cette réunion du Comité exécutif. Le compromis évident était commandé par la conjoncture internationale et les objectifs de l’IC et de l’État soviétique qui souhaitaient avant tout réussir leurs grandes manœuvres diplomatiques engagées en Europe. Une certaine tolérance à l’égard de quelques sections nationales récalcitrantes était dès lors un inconvénient mineur.

Le PCF en question

  • 36 Rapport de Marcel Cachin au Comité directeur, 16 mars 1992, Bulletin communiste, n° 16-17, 22 avril (...)

58Les débats qui se déroulent parallèlement dans la commission dite française sont inséparables de ce contexte. Le conflit latent qui couvait entre la direction de l’IC et celle du PCF, loin d’éclater à cette occasion comme l’escomptaient Souvarine ou Treint, trouve une solution à l’issue de discussions qui, pour être laborieuses, n’en sont pas moins fructueuses. Cachin, directement mis en cause par ceux-ci, ne fait pas figure d’accusé aux yeux de Trotsky ou de Zinoviev qui, officiellement, lui accordent leur confiance. Le déroulement des travaux de cette commission, relatés par Cachin dans son carnet, est également évoqué par celui-ci dans le rapport qu’il présente, de retour à Paris, grâce à ses notes de voyage. Publié dans le Bulletin communiste36, ce rapport développe bien souvent les impressions consignées à chaud. Même si les jugements sont un peu édulcorés dans le texte public celui-ci ne contredit jamais les notations du carnet. On peut ainsi reconstituer les différents moments de la discussion sur la situation du PCF. Cette discussion constitue un maillon essentiel de l’histoire des rapports entre l’IC et le PCF. Elle représente une sorte de point d’équilibre dans une évolution qui, à la fin de l’année 1922, se clôt par la soumission du parti français. Les principaux protagonistes, à l’exception de Frossard, sont déjà réunis : Cachin et Souvarine, Humbert-Droz et Trotsky.

59Quand, au lendemain du Congrès de Marseille, les dirigeants de l’IC avaient appris la mise à l’écart de Souvarine puis la démission de ses camarades, ils y avaient trouvé la confirmation de leurs inquiétudes. Pour autant, leurs invitations pressantes pour que les dirigeants représentatifs du parti se rendent à Moscou témoignaient de leur réalisme face à une situation qui leur échappait en grande partie. La délégation française conduite par Cachin ne va donc pas à Canossa ! En dépit des tensions sous-jacentes, des reproches accumulés et nourris par les informations transmises par Souvarine, elle est accueillie avec tous les égards dûs aux dirigeants d’un parti appelé à tenir un rôle important dans le cadre de la nouvelle orientation de l’IC. Les travaux de la commission, qui se réunit dès le 23 février, sont l’occasion d’un véritable débat avec des points de vue diversifiés aussi bien chez les délégués de l’IC que chez les Français. En effet, à côté de la délégation officielle composée de Cachin, Renoult, Sellier et Métayer, désignés par le Comité directeur, Souvarine, Ker, Treint et Rosmer prirent également part à la discussion. Pour la direction de l’IC, outre Trotsky qui présidait la commission, il y avait aux côtés de Zinoviev et d’Humbert-Droz, des délégués de différents partis, comme Zetkin, Kolarov, Ambrogi ou Waletski dont les avis pouvaient diverger au long des nombreuses réunions tenues en marge des séances plénières.

60La réunion constitutive de la commission, le 23 février, fut marquée par l’intervention de la délégation française en réponse aux questions et remarques de Zinoviev dont Cachin nous révèle les accents critiques ou compréhensifs. D’un côté le président de l’IC marque son inquiétude en évoquant les informations communiquées par les minoritaires avant l’arrivée de la délégation :

« Le Présidium a entendu un rapport de Ker et de Treint sur la situation du parti. Il en fait un sur le même sujet. Quelle est votre attitude sur l’agitation contre l’IC par Fabre et Méric ? Une même campagne a été menée par Serrati et Levi. Quelle est votre attitude à l’égard d’une nouvelle fraction qui se forme dans le parti ? Nous l’avons condamnée et nous vous demandons quelle est l’attitude en face de ce groupe. Comment le parti entend-il expliquer les décisions de l’Exécutif sur la presse ? Le contrôle n’est pas contre le Bulletin communiste mais contre le Journal du Peuple, pas de sanction ».

61Mais Zinoviev indique également son désir de trouver avec les dirigeants du PCF un accord :

« Nous regrettons que Frossard ne soit pas venu mais la délégation est assez représentative. Nous avons laissé le parti en paix en 1921 mais cela ne veut pas dire que nous nous désintéressons du parti français. Nous avons l’air de tenir le parti français pour une exception, mais nous voulons prendre parti dans les affaires du parti français ».

62Ensuite, Renoult, dans un rapport très circonstancié, expose longuement la position du PCF sur les questions pendantes depuis le IIIe Congrès. Il attribue les difficultés de sa direction non à des divergences politiques mais à des affrontements personnels :

« La crise dont souffre le parti, et qui commence à nuire sérieusement à son recrutement en jetant le découragement dans les masses, est due exclusivement aux luttes personnelles qui viennent d’être sommairement retracées ».

63Dans l’ensemble Renoult défendait les journalistes ou cadres du parti soupçonnés de tiédeur à l’égard de l’IC. Il concédait qu’il y avait « quelques éléments de droite qui tendent à se grouper autour du Journal du Peuple » mais c’était aussitôt pour ajouter « que ces éléments n’ont aucune importance. Le Journal du Peuple lui-même ne compte ni pour sa vente, ni pour son autonomie politique ». En conclusion il affirmait le souci du Comité directeur du PCF qui

« a donné à sa délégation spéciale un mandat large en vue de réaliser le maximum d’accord et de réconciliation. Il est d’ailleurs résolu à agir avec la plus grande énergie, pour éviter que l’année qui commence soit viciée pour le communisme français par les déplorables querelles du dernier semestre de 1921 ».

64Cet exposé suscita une vive réaction de Souvarine, largement cité et impliqué dans les origines de cette crise. Conforté par Treint et Waletski, Souvarine prit le contre-pied de l’analyse de Renoult en dénonçant l’existence d’une tendance de droite incarnée par des militants dont il déplorait que leur influence ait finalement triomphé lors du congrès du parti. Son verdict était sans appel :

« C’est le Journal du Peuple qui a été le triomphateur du Congrès de Marseille. Pioch, Soutif, Méric, Verfeuil sont contre l’IC. Nous sommes exclus du Comité directeur. Nous ne pouvons plus écrire. C’est la situation du parti avant Tours. Le parti est redevenu social-démocrate ».

65Cachin répondit en critiquant ces exagérations sur l’importance de la droite et en déplorant le jugement porté sur le nouveau Comité directeur. Trotsky, malgré la brièveté de sa première intervention, distribua les critiques en approuvant d’abord les critiques à l’endroit du Journal du Peuple et la nécessité de sanctions contre des journalistes comme Brizon ou Fabre qui y mettaient en cause la politique de l’IC. Cependant il prit aussi très clairement ses distances avec Souvarine et Treint en estimant que « les quatre démisionnaires ont commis une faute grave ».

66Après ces premières escarmouches la discussion s’envenima, le 25 février, lors de la deuxième réunion de la commission. Souvarine attaqua frontalement en dénonçant ce qu’il estimait être le double jeu de dirigeants qui n’acceptaient pas les conditions fondatrices du parti communiste et qui masquaient sous un vocabulaire de gauche des positions d’hostilité à l’IC attaquée à travers sa personne :

« Le parti français est contre les 21 conditions, la Fédération de la Seine est fédéraliste, elle se croit à gauche elle est à l’extrême-droite, il n’y a pas de discipline, il y a des pacifistes bourgeois, il y a divorce moral sur la question du Front unique avec l’Internationale ainsi que sur la question du Présidium ».

67Refusant d’accepter les décisions du récent congrès il en appelait à l’IC pour qu’elle impose la tenue d’un congrès extraordinaire au terme duquel il pensait pouvoir retrouver les positions perdues par les démissionnaires :

« Il faut que la direction du parti choisisse entre ceux qui défendent la IIIe Internationale et ceux qui la combattent. Il faut un congrès extraordinaire pour examiner la situation et adopter un programme politique qui nous départagera ».

68Se démarquant de Souvarine, Trotsky repoussa l’idée d’un congrès extraordinaire qui aggraverait les tensions et encouragerait la formation des tendances. Renouvelant son blâme à l’égard des démissionnaires, il proposait, à Cachin notamment, de les réintégrer dans la direction sans tergiverser. Son « reprenez-les » était suffisamment comminatoire pour que Zetkin critique la méthode en expliquant : « Il ne faut rien opposer au parti. Il faut lui offrir des suggestions et lui accorder la latitude de prendre lui-même des résolutions ». Cachin, succédant à Renoult qui avait saisi la balle au bond pour rappeler la bonne volonté de la direction, riposta vigoureusement aux propos de Souvarine et de Treint tenus lors de la séance précédente en refusant ses jugements péremptoires sur la situation du parti. Sa réponse contre ces « paroles insupportables » est mentionnée brièvement dans ses notes mais développée dans son compte rendu postérieur :

« Le parti n’est pas un parti opportuniste : ce n’est pas un parti de droite. Je rappelai notre travail commun depuis Tours et je protestai contre ceux qui émettent la prétention de diminuer le rôle et l’action de notre Comité directeur et des militants de la majorité. J’ajoutai que je demandais aux camarades qui le critiquaient si amèrement si leur intention était de le détruire. Quant à nous, nous ne sommes pas disposés à le laisser ainsi attaquer devant la Commission ».

69Assumant ce qu’avait été l’évolution du parti et son activité depuis sa naissance, Cachin, en l’absence de Frossard, n’hésitait pas à assumer le rôle du principal dirigeant du PCF, ferme contre les critiques des opposants, fussent-ils soutenus par l’IC. Zinoviev, au terme de cette vive altercation, adressa à la délégation quatre questions révélatrices du caractère avant tout tactique de ses préoccupations :

« 1°) Que comptez-vous faire pour mettre un terme aux progrès de la droite représentée par le Journal du Peuple et son directeur ? 2°) Que comptez-vous faire à l’égard des quatre démissionnaires ? 3°) Quelle sera votre attitude vis-à-vis des syndicats ? 4°) Que pensez-vous du régime des fractions dans le parti ? »

70Lorsque deux jours plus tard, au cours de la troisième réunion de la commission, Renoult donne lecture de la réponse, celle-ci provoque de nouvelles réactions qui révèlent des différences notables dans la conception du rapport entre les partis communistes et l’Internationale. En effet, aux quatre questions posées par Zinoviev, Renoult, répondait en affirmant que la délégation avait la volonté de demander au Comité directeur qu’il défère Fabre devant la Commission des conflits à fin d’exclusion, qu’il envisage positivement la réintégration des démissionnaires, qu’il s’attache à une application stricte des décisions prises à Marseille concernant l’activité syndicale des communistes et qu’il refuse les systèmes de fraction au profit « de l’union étroite de tous les communistes pour l’action ». Ker, comme Treint et Souvarine, se déclara insatisfait par ces engagements auxquels il opposait la possibilité qu’avait la direction de l’IC de demander à une section nationale d’exclure un de ses membres : « Ker réclame l’exclusion immédiate de Fabre par l’Exécutif qui doit faire jouer l’article 9 de ses statuts ». Zetkin vint à la rescousse de Métayer qui réclamait qu’on respecte l’indépendance du PCF : « Nous demandons que l’on tienne compte de la dignité du parti français et qu’on lui laisse le soin de l’exclusion. » La dirigeante allemande l’appuya sans ambiguïté :

« Puisque les délégués ont pris leur engagement c’est suffisant, il ne faut pas que ce soit l’Exécutif qui prenne la décision, c’est au parti français d’agir ».

71Zinoviev et Trotsky accueillirent favorablement les déclarations de Cachin et de ses amis en appelant Treint et Souvarine à composer. Cachin, qui n’ignorait pas que ses détracteurs exprimaient des opinions politiques ayant l’aval des dirigeants de l’IC, note avec plaisir que ceux-ci étaient soucieux de ne pas braquer le PCF d’autant qu’ils n’appréciaient pas nécessairement certaines initiatives de leurs plus chauds partisans. Cachin, de ce point de vue, accueillait avec plaisir les confidences de Ker et de sa femme sur les relations de Souvarine avec Trotsky :

« Ce soir Ker vient nous voir. Il me dit : ici à Moscou ils sont d’accord politiquement avec Souvarine mais ils ne veulent pas d’un représentant qui les brouillerait avec le parti français. Lola qui est présente ajoute : personne ne peut sentir Souvarine à Moscou. Il est autoritaire et brutal, antipathique, les secrétaires elles-mêmes ».

72Le 2 mars, en séance plénière, Trotsky présenta, au nom de la commission, une résolution sur la situation du PCF qu’il avait préalablement soumise, le 1er mars, à une sous-commission où Renoult et Souvarine avaient présenté des textes contradictoires. Cachin note que le texte de Trotsky est adopté à l’unanimité, moyennant quelques remarques de détail. Cachin, qui ne dissimule pas sa satisfaction, est séduit par les attentions que Trotsky lui a prodiguées tout au long du Plénum et surtout son refus d’épouser toutes les critiques formulées par Souvarine.

« Trotsky s’est défendu de suivre les indications de Souvarine : il ne l’a pas vu plus d’un quart d’heure depuis son arrivée en Russie. En réalité, c’est Rosmer qui le documente, classe les faits relatifs à la France communiste et joue près de Trotsky un rôle des plus importants. »

73Dans son texte Trotsky rassemble les propos et les préoccupations qu’il n’a cessé d’avancer depuis le IIIe Congrès. Ce qui retient positivement l’attention de Cachin c’est l’importance qu’il accorde au communisme français dont il reconnait l’influence. De même son blâme renouvelé à l’encontre des démissionnaires. Le geste de Souvarine, qui a démissionné après avoir appris la nomination à ses côtés de Sellier comme deuxième représentant français, justifie d’une certaine manière les reproches dont Cachin s’est fait l’écho.

74Il est certain que les attentions dont il est l’objet ainsi que le reste de la délégation n’étaient pas dénuées de calculs. Au terme du Plénum, Zinoviev comme Trotsky espéraient bien faire reculer l’hostilité du PCF à l’égard de la politique du Front unique et escomptaient de sa part une participation aux prochaines initiatives internationales. Au bout du compte leur attente ne fut pas complètement déçue, même si la délégation française maintint ses critiques contre le Front unique. Mais quelques semaines plus tard le Comité directeur accepta de participer à la Conférence de Berlin. Ainsi, le 23 mars, après avoir entendu les rapports des délégués et en particulier le compte rendu de Cachin, le Comité directeur se félicita de l’hommage rendu par le Comité exécutif à l’activité du PCF. Ayant approuvé les engagements et les positions pris par sa délégation à Moscou, il affirma son sens de la discipline de manière à honorer le compromis passé par Cachin quelques semaines plus tôt. Le Comité directeur

  • 37 Bulletin communiste, 22 avril 1922, p. 330.

« se déclare disposé pour des raisons de discipline à se faire représenter à la Conférence générale projetée. Il autorise le citoyen Frossard à prendre part à la réunion de Berlin des Exécutifs des trois Internationales. Il le fait par déférence pour l’Exécutif, mais il tient à signaler que la délégation donnée à Frossard ne saurait en aucune façon être interprétée comme un désavœu de son opposition à la tactique du Front unique »37.

C’était, entre l’IC et le PCF, la fin provisoire d’affrontements qui allaient reprendre dès le mois suivant et se prolonger jusqu’à la fin de l’année 1922 à travers des péripéties au centre desquelles on ne cesse de retrouver la figure de Cachin.

Notes

1 « Après la fin de la guerre mondiale, nous fûmes les témoins de l’effervescence révolutionnaire des masses ouvrières. Puis, vers 1920, le réformisme reprit des forces. La fatigue des masses ouvrières, épuisée par de longues luttes détermina cette recrudescence indéniable de réformisme. Les travailleurs voulurent croire à la possibilité de résoudre la question sociale par des mesures pacifiques et de se soustraire par conséquent à des luttes pénibles.
On peut aujourd’hui résumer les faits de la manière suivante : au moment du IIIe Congrès de Moscou et peut-être encore dans les premiers mois qui le suivirent, la vague révolutionnaire retomba, les masses ouvrières traversèrent une période d’indifférence, d’affermissement. On peut dire qu’elles s’orientèrent un moment à droite. Mais la vague remonte. Un revirement s’observe dans les esprits. Les causes en sont économiques : il faut surtout les rechercher dans l’offensive patronale pour l’avilissement des salaires”.

2 Thèses sur l’unité du front prolétarien et sur l’attitude à adopter envers les ouvriers adhérant aux Internationales socialistes II et II 1/2, à celle d’Amsterdam et aux organisations anarchistes-syndicalistes, (adoptées à l’unanimité par l’Exécutif de l’Internationale communiste le 28 décembre 1921), la Correspondance Internationale, n° 4, janvier 1922, p. 25-27.

3 Id.

4 « Le Comité exécutif de l’Internationale communiste croit bien faire en rappelant à tous les partis frères les expériences des bolcheviks russes, dont le parti est le seul qui ait jusqu’à présent réussi à vaincre la bourgeoisie et à prendre le pouvoir. Pendant les quinze années qui s’étendent entre la naissance du bolchevisme et sa victoire (1903-1917) celui-ci n’a jamais cessé de combattre le réformisme ou, ce qui revient au même, le menchevisme », id.

5 Id.

6 « Dès les premiers jours de son existence l’Internationale communiste, a toujours préconisé à l’égard de ces éléments ouvriers, appelés à surmonter peu à peu leurs préjugés pour adhérer au communisme, une attitude amicale. Les communistes devront dorénavant leur accorder d’autant plus d’attention que le Front unique contre le capitalisme est en voie de réalisation », id.

7 « Pour l’unité du front prolétarien contre la bourgeoisie ! Contre l’offensive patronale ! Pour le contrôle de la production ! Contre les armements et les complots capitalistes ! Contre l’asservissement des travailleurs d’Allemagne ! Bas les mains devant la Russie des Soviets ! Du pain et des machines pour le prolétariat russe ! Vive la solidarité prolétarienne dans chaque pays et dans le monde entier », le Bulletin communiste, janvier 1922, p. 48

8 Humbert-Droz, dans une lettre du 26 décembre, indique : « l’Exécutif convoque pour la fin de janvier une conférence des partis communistes à Moscou », in Archives de Jules Humbert-Droz. Origines et débuts des partis communistes des pays latins (1919-1923), textes établis et annotés par S. Bahne, Dordrecht, Reidel, 1970, p. 102.

9 Le 27 janvier, Zinoviev signale que le CE de l’IC est prêt à reporter le début de la réunion pour permettre aux délégués français d’y participer. Archives Jules Humbert-Droz, op. cit., p. 106.

10 Sous-commission de la politique générale : Frossard, secrétaire ; Marthe Bigot, Paul Louis et Renoult. Sous-commission des Relations internationales : Ker, secrétaire ; Lucie Leiciague et Rappoport. Sous-commission d’Administration et de propagande : Soutif, secrétaire ; Garchery et Pioch. Sous-commission des Finances : Dondicol, secrétaire ; Gourdeaux. Sous-commission chargée de l’examen des questions d’ordre syndical : Tommasi, secrétaire ; Dondicol, Gourdeaux, Bestel, Lucie Colliard et Servantier, Bulletin communiste, janvier 1922, p. 77.

11 Séance du Comité directeur (10 janvier), ibid.

12 « Le Comité directeur estime que l’application de la tactique du Front unique est impossible dans notre pays, en ce qui touche l’accord avec les états-majors dissidents et majoritaires confédéraux. Il estime qu’elle présente pour l’Internationale des dangers certains contre lesquels des garanties devront être prises. Il donne mandat en ce sens à ses délégués à la Conférence internationale de février. Il les charge en outre de demander l’inscription de cette question à l’ordre du jour du IVe Congrès mondial », Bulletin communiste, janvier 1922, p. 78.

13 Il ajoutait : « On parle d’une offensive générale de la bourgeoisie. Cette offensive générale, je l’ai toujours connue ! Ce que je vois c’est une reculade de cette bourgeoisie qui est marquée par la nécessité où la bourgeoisie est de reconnaître les Soviets... Non ! si nous quittons notre voie droite nous y perdrons tout ! », l’Humanité, 23 janvier 1922.

14 « Sur 58 fédérations qui se sont prononcées de façon précise 46 sont hostiles à l’unité de front, 12 au contraire se montrent disposées à accepter le Front unique », l’Humanité, 24 janvier 1922.

15 « Le comité directeur estime l’application du Front unique, en tant qu’il signifie une entente avec les chefs dissidents et les chefs de la CGT réformiste comme irréalisable dans notre pays. Il est d’avis que le Front unique présente pour l’Internationale des dangers certains, contre lesquels des garanties doivent être assurées. Il donne à ses délégués le mandat de représenter ce point de vue à la Conférence internationale de Gênes. Il leur donne en outre pour mission d’exiger que cette question soit mise à l’ordre du jour du IVe Congrès mondial. Cette résolution est absolument conforme aux décisions du Congrès de Marseille, qui furent votées à la majorité moins une voix et à celle de la Conférence des secrétaires de Fédérations tenue à Paris le 22 janvier 1922 », Bulletin communiste, janvier 1922, p. 306.

16 « En ce qui concerne notamment le programme minimum qui accompagne la déclaration commune des partis français et allemand sur les réparations, le Comité directeur estime que ce programme ne pourra être considéré comme définitif avant d’avoir reçu la sanction d’une assemblée nationale du parti », Bulletin communiste, février 1922, p. 138.

17 Interpellé le 31 mars, Cachin répond en présence du président du Conseil : « On a dit que je m’étais transformé en ambassadeur des Soviets, que j’avais conversé secrètement avec le président du Conseil, voire avec le président de la République, que j’avais fait des visites suspectes, que j’avais porté des documents compromettants, que j’offrais, paraît-il, l’indépendance de notre parti communiste, en échange de je ne sais quelle reconnaissance des Soviets de Russie. La réalité est infiniment plus simple. J’ai vu, à Berlin, à la fin de janvier, le représentant des Soviets, Karl Radek, je ne vous dissimulerai rien de toutes les tractations qui n’ont rien de secret. Je me suis empressé, d’ailleurs, de m’en ouvrir à tous ceux de mes camarades que j’ai pu rencontrer. Radek m’a dit : nous sommes à la veille de Gênes, le gouvernement des Soviets traite directement avec tous les gouvernements de l’Europe... », JO, Débats parlementaires, p. 1546.

18 « Dans la conversation avec de Jouvenel, celui-ci m’a déclaré que déjà Krassine avait fait faire ici par un certain M. Maréchal, une démarche près de Poincaré. Poincaré avait, pour plus ample informé, prié Franklin Bouillon, d’aller à Londres voir Krassine et qu’on attendait à Paris, le retour de Franklin Bouillon », Carnets Cachin, mardi 31 janvier 1922.

19 Mercredi 1er février, « Revu M. Pichon qui nous rend compte à P. Louis et à moi, de sa visite à Poincaré. 1°) le président a déclaré d’abord qu’il était reconnaissant à P. Louis et à moi de notre démarche ; qu’il était d’accord, qu’il fallait renouer les relations commerciales avec la Russie et qu’il allait entretenir de nos propositions le prochain Conseil des ministres. 2°) Il pense qu’en l’état actuel des choses, politique et parlementaire, il n’est pas possible de s’engager dans des conversations d’ordre politique. 3°) Il préfère que ce soient des industriels et des commerçants qui entament des négociations immédiates. Non seulement, il les favorisera, mais il donnera ordre au Quai d’Orsay, pour que tous ceux qui passent par la maison, soient aiguillés vers ces négociations. 4°) Pichon s’offre à continuer d’être l’intermédiaire. Il en a reçu mission de Poincaré lui-même », Carnets Cachin, id.

20 « L’Internationale de Vienne a invité le parti à se faire représenter à la Conférence internationale qu’elle a convoquée à Paris pour le 3 février. A l’unanimité, et sans discussion, le CD décide que cette invitation ne comporte aucune réponse », Séance du 2 février, Bulletin communiste, février 1922, p. 138.

21 Télégramme du 9 janvier. Signé, le Secrétariat du Komintern. Archives de Jules Humbert-Droz, op. cit., p. 104.

22 « Si Frossard et Cachin ou l’un de ces deux camarades ne viennent pas, cette abstention fera la plus mauvaise impression sur tout l’Exécutif de l’Internationale. Si Frossard et Cachin ne viennent pas et si les délégués du parti français viennent sans mandat suffisant, cela provoquera une impression indésirable sur les intentions de la majorité actuelle du Comité directeur du parti. La question de la situation en France est posée par nous comme un point spécial à l’ordre du jour de l’Exécutif élargi. Trotsky est désigné comme rapporteur. Encore une fois, nous insistons pour le départ immédiat de Frossard et Cachin ou tout au moins de Cachin. Attendons réponse télégraphique », Moscou, 24 janvier, Archives de Jules Humbert-Droz, op. cit., p. 105-106.

23 Voir Souvarine, Antoine Ker, « Notes et souvenirs personnels », Bulletin communiste, n° 32, 9 août 1923, p. 465.

24 « Le Présidium de l’Exécutif, après avoir entendu le rapport provisoire de votre délégué Ker, affirme de nouveau qu’étant donné la situation générale du parti français, il est absolument nécessaire que Frossard et un représentant du groupe des quatre démissionnaires viennent à Moscou. La séance de l’Exécutif élargi sera retardée de quelques jours pour attendre l’arrivée de la délégation. L’absence de Frossard ferait la plus mauvaise impression sur tout l’Exécutif », Moscou, 27 janvier, Archives de Jules Humbert-Droz, op. cit., p. 106.

25 Il s’agissait « de l’ICJ, du Secrétariat international des femmes, de la section des coopératives et des sociétés sportives rouges », Compte rendu de la Conférence de l’Exécutif élargi de l’internationale communiste, Paris, 1922, p. 14.

26 L’ordre du jour officiel est ainsi présenté : Rapports des partis communistes (1) d’Allemagne, (2) de France, (3) de Tchéco-Slovaquie, (4) d’Italie, (5) d’Angleterre, (6) d’Amérique, (7) de Pologne, (8) des Balkans ; (9) Rapport de l’Exécutif et du Bureau ; (10) Front unique ; (11) Lutte contre les nouvelles guerres impérialistes ; (12) Mouvement syndical ; (13) La nouvelle politique économique de la Russie des Soviets ; (14) Question du secours aux affamés et de l’aide économique à la Russie des Soviets ; (15) Mouvement ouvrier en France ; (16) Presse communiste ; (17) Revendications économiques des jeunes ; (18) Question hongroise ; (19) Questions intérieures du Comité exécutif de l’IC ; (20) Préparation du IVe Congrès mondial ; (21) Élections du Bureau et du Secrétariat », Compte rendu..., op. cit., p. 14.

27 « Si insuffisant que soit notre recrutement, 130 000 membres pour 1921, le parti communiste français est de tous les organismes politiques nationaux celui qui compte de beaucoup le plus grand nombre d’adhérents », Bulletin communiste, 22 avril 1922, n° 16-17, p. 304.

28 « Outre qu’il vient d’organiser avec succès à travers la France entière des centaines de réunions contre la politique de Poincaré, il a dressé une liste de revendications concrètes et immédiates intéressant directement la vie de tous les prolétaires sans parti », ibid.

29 Ibid.

30 « Nous sommes obligés d’étudier la situation en France de beaucoup plus près ; il est probable que, dans le plus proche avenir, c’est la France qui attirera tout particulièrement notre attention », op. cit., p. 56.

31 Voir ci-dessus.

32 Selon le compte rendu officiel, op. cit., p. 256.

33 Voir ci-dessus, Présidium du 28 décembre 1921.

34 Les propos de Zinoviev ne sont pas cités tels quels par Cachin qui note malgré tout une phrase sympathique : « nos camarades de nos meilleures sections restent disciplinés et nous les en remercions ». Ils figurent seulement dans le compte rendu officiel.

35 Compte rendu, p. 225.

36 Rapport de Marcel Cachin au Comité directeur, 16 mars 1992, Bulletin communiste, n° 16-17, 22 avril 1922, p. 304-309.

37 Bulletin communiste, 22 avril 1922, p. 330.

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search