Version classiqueVersion mobile

Carnets. Tome III

 | 
Marcel Cachin

Introduction. Un dirigeant à part dans le mouvement communiste international

Texte intégral

1Les années vingt sont, pour Marcel Cachin, celles de la maturité et d’une activité politique diversifiée d’ampleur nationale et internationale. Orateur, journaliste, propagandiste ou encore parlementaire il l’était depuis longtemps ! Il avait acquis son expérience du militantisme local comme sa connaissance internationale au sein du parti socialiste guesdiste puis de la SFIO. Sa notoriété change cependant avec le rôle de premier plan qu’il tient désormais dans la vie politique française. Il devient en effet un homme politique de premier plan parmi les mieux identifiés par tous les Français. Pour autant son parcours politique connaît une inflexion majeure car il n’est pas seulement l’un des principaux protagonistes de la fondation du PCF mais il en est bientôt le dirigeant le plus populaire et le plus représentatif. Il le demeure juqu’à l’époque du Front populaire. Entouré de jeunes militants qui forment l’essentiel des cadres du nouveau parti, sa figure prend d’autant plus de relief qu’il n’incarne pas seulement une certaine continuité du socialisme au communisme mais aussi sa conversion à une conception révolutionnaire de l’activité politique que la plupart de ses anciens amis de la SFIO n’acceptent pas. Son rôle durant toute la période dépasse largement celui d’un dépositaire d’une tradition socialiste positive dans lequel on le cantonne parfois. Cachin n’a pas seulement accompagné l’évolution de l’ancien parti socialiste, il a été l’un des acteurs de sa transformation au début des années vingt. Son engagement sans réserve au sein du communisme n’exclue pas un attachement maintenu à une culture politique républicaine. Il incarne ainsi l’une des figures possibles du communisme français. Mais les déboires et les difficultés qu’il connaît au sein même du parti communiste comme de l’Internationale communiste démentent l’hagiographie dont Cachin a été ultérieurement l’objet. Durant ces premières années Cachin est au centre des débats qui jalonnent le processus de formation du PCF. Ils touchent à la conception du parti et se déroulent en grande partie dans le cadre de l’Internationale communiste dont Cachin devient l’une des personnalités marquantes, même si jamais il n’y jouera de rôle dirigeant. Il y représente très fréquemment le PCF comme ses multiples voyages en Russie puis en URSS en témoignent. Ses visites, même si leurs motifs précis peuvent varier, ont toujours une signification politique générale. Outre sa participation aux réunions des instances de la direction de l’IC, il est invité comme témoin des premiers grands procès, en 1930, ou encore simplement convié à se reposer lors de son séjour caucasien, en 1933. En fait, chacun de ces voyages fait l’objet d’une publicité, d’une organisation qui leur confèrent une portée politique aussi bien à destination de la population soviétique que de l’opinion publique française et occidentale. Parlementaire, sans interruption jusqu’en 1932, Cachin joue un rôle unique pour le PCF, l’IC et l’URSS. Par ses interventions publiques à la tribune de la Chambre des députés comme par ses contacts avec les milieux parlementaires et gouvernementaux, il peut servir d’intermédiaire entre les milieux dirigeants français et les diplomates soviétiques. Ses multiples et fréquents discours parlementaires illustrent et défendent la politique communiste dont bientôt il devient le porte-parole le plus connu. Orateur populaire et infatigable, il mobilise des foules importantes lors de ses déplacements à travers la France pour y porter les mots d’ordre du PCF. C’est un homme d’écriture comme l’attestent ses éditoriaux presque quotidiens.

  • 1 Par ailleurs, comme annoncé dans la Préface générale du tome 1, nous n’avons retenu pour l’essentie (...)

2Ce goût de l’écriture se retrouve dans ses carnets consacrés à ces voyages. Sans doute tous n’ont pas, de sa part, fait l’objet d’un récit détaillé : par exemple ses voyages de novembre 1922, lors du IVe Congrès de l’IC ou celui de septembre 1923, à l’occasion de la réunion du Présidium sur l’hypothétique révolution allemande. Si la majeure partie des carnets publiés dans ce volume traitent de ses voyages en Russie et en URSS c’est qu’ils sont les plus détaillés et ceux dont l’écriture est la plus développée. Les différents usages de ses carnets éclairent les différences écritures. Certains carnets sont seulement des mémentos succincts où sont mentionner les lieux de rendez-vous, des noms de personnes rencontrées sans être accompagnés de commentaires étendus. En revanche les carnets consacrés aux voyages à Moscou sont beaucoup plus riches et contiennent un texte rédigé. Cachin rassemble bien souvent dans ses notes très fournies, la matière à ses discours et à ses interventions orales ou écrites à destination du PCF, après son retour. Nombreux sont les récits écrits et publiés par tous les voyageurs qui se risquaient en URSS. Ceux de Cachin, outre qu’ils sacrifient rarement au pittoresque ou aux descriptions portent essentiellement sur l’univers bien particulier du communisme. Ses voyages, presque exclusivement politiques, le conduisent à observer l’intérieur d’un mouvement communiste russe et international dont très peu de voyageurs ou d’observateurs peuvent véritablement rendre compte. La fréquence de ses voyages et sa connaissance d’un grand nombre de dirigeants communistes russes ou de l’IC lui permettent en outre de repérer les changements importants qui se produisent au sein du monde communiste. L’absence de carnets couvrant les congrès de Tours et celui de Marseille du PCF ou les débats qui agitent alors l’Internationale communiste nous amène à accorder une part importante de notre préface à ces années cruciales pour le mouvement communiste international1.

La naissance des partis communistes

3L’Internationale communiste, après le IIe Congrès auquel Marcel Cachin avait participé, connaît une évolution contrastée. Les attentes et les espérances révolutionnaires sur lesquelles toute sa stratégie était fondée s’effritent sous le coup des événements qui viennent démentir les pronostics optimistes de l’été 1920. Après avoir envahi la Pologne jusqu’à Varsovie, l’Armée rouge connaît les revers et la retraite. La Russie soviétique doit négocier le traité de Riga qui consacre les gains territoriaux de la Pologne dont les forces militaires ont été efficacement soutenues par les puissances occidentales, la France notamment.

4Malgré tout, les dirigeants de l’IC continuent de miser sur la création de partis révolutionnaires seuls capables, à leurs yeux, d’organiser et de diriger le soulèvement prolétarien. En Allemagne, le parti communiste allemand, issu de la ligue spartakiste, n’avait qu’une influence limitée comparée à celle du parti socialiste indépendant, USPD. Lors du Congrès de Halle, en octobre 1920, la question de la fusion des deux partis sur un programme révolutionnaire et sur l’adhésion à l’IC est au centre des débats. Les dirigeants soviétiques, Zinoviev en tête, s’étaient déplacés pour plaider en faveur de l’adhésion. Répondant au dirigeant bolchevik qui assurait que la situation était révolutionnaire dans de nombreux pays européens, en Italie comme dans les Balkans, Hilferding critiqua le volontarisme de ces prédictions et les tourna en dérision. À l’issue de discussions passionnées une forte majorité se dégagea pour la jonction avec le parti communiste allemand par 237 voix contre 156. En décembre 1920, le parti communiste et la majorité des socialistes indépendants se réunirent en congrès à Berlin pour constituer un parti communiste allemand unifié. Ce nouveau parti, fort d’environ 350 000 adhérents, avait désormais un caractère de masse et la perspective de jouer un rôle dans la vie politique allemande. Cet exemple allemand fut décisif pour la création des partis communistes, en France et en Italie, dans la mesure où il conforta la ligne définie par Zinoviev à l’égard de Frossard et Cachin lors du IIe Congrès de l’IC.

La scission de Tours

  • 2 Sur le Congrès de Tours et le rôle de Cachin on se reportera à l’édition critique des actes du Cong (...)
  • 3 Jean-Louis Panné, Souvarine. Paris, Robert Laffont, 1993.

5En France, après plusieurs mois de discussions et une active campagne en faveur de l’adhésion menée conjointement par la gauche du parti et les centristes, représentés par Cachin et Frossard, le parti se réunit à Tours, en congrès, pour décider de son adhésion à la IIIe Internationale2. Marcel Cachin joua un rôle essentiel dans des débats marqués par la convergence entre la gauche et le centre. Depuis des mois il avait, avec Frossard, multiplié les assemblées dans les fédérations, raconté son voyage en Russie et plaidé en faveur de cette adhésion. Son rôle fut d’autant plus marquant que les leaders de la gauche, notamment Souvarine, étaient emprisonnés sous l’accusation de complot. Envoyé au moment du congrès, par l’IC avec la signature de Zinoviev, le télégramme rappela le caractère impératif des 21 conditions et la nécessité de repousser hors du parti tous ceux qui, comme Longuet, voulaient leur aménagement. La motion en faveur de l’adhésion sans restriction recueillit une large majorité puisqu’elle fut approuvée par 3 247 mandats contre 1 398 et 143 abstentions. La transformation du parti en une Section française de l’Internationale communiste (SFIC) de 110 000 membres conduisit les minoritaires à reconstituer le parti socialiste. Ils furent qualifiés de dissidents dans la mesure où ils avaient refusé de suivre l’avis de la majorité. Le parti communiste, dont la direction était assurée par Frossard, fut représenté à Moscou par Souvarine, après sa libération de prison3. Le caractère majoritaire de l’adhésion à la IIIe Internationale est à mettre au compte d’une situation française originale, marquée par la séparation assez nette entre parti et syndicat. L’échec des grèves de mai-juin 1920 et la répression qui s’en suivit à l’automne n’avaient fait qu’aviver, au sein de la CGT, les divisions entre réformistes et révolutionnaires. Dans cette situation bloquée, après les résultats électoraux décevants de la SFIO en 1919, les adhérents, souvent nouveaux et marqués par l’expérience de la guerre, affirmèrent leur volonté de défendre des traditions révolutionnaires revivifiées par l’exemple russe et confortées par l’échec des politiques réformistes. Pour autant, nombre des cadres nationaux ou fédéraux du parti, et pas seulement les intellectuels, journalistes ou avocats, étaient loin de partager la conception bolchévique du Komintern, dont seule la gauche du parti, avec à sa tête Souvarine, se réclamait. Dès lors, les rapports entre le PCF et le Komintern ne pouvaient manquer d’être plus ou moins conflictuels, ce qu’ils furent au long de l’année 1921.

Le Congrès de Livourne

  • 4 Paolo Spriano, Storia del Partito communista italiano, Torino, Einaudi, 1967, p. 78-107.

6Dès 1919, le parti socialiste italien avait adhéré dans son entier au Komintern, mais ses structures et son mode de fonctionnement n’avaient pas changé. Demeurait en son sein une fraction minoritaire ouvertement réformiste, organisée derrière Turati, Trêves et le dirigeant syndical d’Aragona. Dès le IIe Congrès de l’IC Serrati, le leader du parti, marqua ses réserves et fut critiqué pour ses réticences à épurer le parti. Au début de 1921 se tint le Congrès de Livourne du parti socialiste italien qui examina les 21 conditions. Le Komintern y était représenté par Rakosi et Kabatchiev qui défendirent la thèse de la rupture nécessaire avec la droite du parti groupée autour de Turati. À gauche, les courants dirigés par Gramsci et Bordiga acceptaient sans réserves les recommandations de l’IC. En revanche, le courant majoritaire, centriste, derrière Serrati, refusait l’exclusion des réformistes, mais affirmait son allégeance au programme du Komintern tout en se prononçant pour le maintien temporaire du nom de parti socialiste. Lors du vote demandé par la gauche, la majorité des délégués suivit le courant centriste avec 98 028 voix pour la motion Serrati, 58 173 à celle de Bordiga-Gramsci et 14 695 à celle de Turati. Le parti communiste italien, minoritaire, fut fondé le 21 janvier à l’issue du congrès4. C’était un échec pour l’IC qui, tout en reconnaissant le nouveau parti, invita cependant le parti socialiste italien à assister à son IIIe Congrès.

L’action de mars du PCA

7Le Congrès de Livourne eut des prolongements dans le parti communiste allemand dont le secrétaire Levi, présent en Italie, avait pris position en faveur de Serrati et critiqué les envoyés du Komintern. De retour d’Italie, ses prises de position furent critiquées et catalysèrent la crise qui couvait dans la direction du nouveau parti communiste allemand. Son Comité central, réuni le 23 février 1921, approuva la politique de l’IC à Livourne, désavouant ainsi Levi. Celui-ci démissionna alors de la « Centrale » – le Bureau politique – en compagnie de quatre de ses camarades, Clara Zetkin, Deumig, Adolf Hoffmann et Brass. Une nouvelle direction, proche de Radek, le représentant de l’IC, constituée de Brandler, Thalheimer, Frölich et Stœcker, prit la direction du parti. Quelques semaines plus tard cette nouvelle direction du PCA, désireuse de prouver sa capacité offensive, décida de lancer un mot d’ordre de grève générale et de résistance armée en riposte à la décision du gouvernement social-démocrate de la Saxe prussienne d’envoyer la police pour désarmer les milices des mineurs. Cet appel fut lancé en accord avec les trois envoyés du Komintern, à savoir Bêla Kun, Pogany et Gouralsky qui, du fait des difficultés de mobilisation, encouragèrent des actions violentes. Malgré tout, le mouvement ouvrier, mal organisé, fut écrasé région par région par l’armée qui intervint à la demande du gouvernement. Le 31 mars, le parti communiste allemand donna l’ordre de la reprise du travail. Cet épisode affaiblit considérablement le parti communiste allemand qui perdit de nombreux militants tués ou arrêtés et fut secoué par une grave crise interne. L’ancien dirigeant du parti, Levi, fit rapidement la critique en règle de cette aventure qu’il qualifia de putschiste. Ayant publié son point de vue dans une brochure qui mettait également en cause le Komintern, il fut, dès avril 1921, exclu par le Comité central du parti communiste allemand qui approuva, en cette occasion, les décisions prises en mars, jugées globalement positives pour avoir, malgré la défaite, montré la capacité du parti à mener une action d’ampleur nationale. Le Comité exécutif de l’Internationale communiste avait, dans un premier temps, également approuvé ce « premier assaut du prolétariat allemand » puis nuança son approbation tout en désavouant Levi. C’était l’amorce d’un revirement qui s’exprima en juin lors des travaux du IIIe Congrès. Si les déboires du Komintern en Allemagne prirent de l’importance c’est qu’ils entraient en résonance avec les difficultés intérieures de la Russie soviétique et avec le tournant politique opéré par le parti bolchevik pour les surmonter.

La situation russe, le tournant et l’évolution du parti communiste : la NEP

8De l’automne 1920 au début de 1922 les données de la situation politique et sociale russe évoluèrent considérablement. Confronté à des problèmes qui démentaient ses pronostics le parti communiste russe dut infléchir sa politique tout en affirmant définitivement sa prééminence : ce contexte russe, marqué tout à la fois par des difficultés intérieures imprévues et l’autorité renforcée du parti communiste russe, pesa sur l’activité de l’IC. Il constitue le motif essentiel de ses changements stratégiques en 1921 même si, officiellement, seuls les facteurs internationaux les justifient. Un an plus tard, lors du Ier Plénum, l’écho du choc provoqué alors est relevé par Cachin qui note avec pertinence la confidence de Radek disant qu’en « deux ou trois jours nous avons changé la politique économique paysanne, sauvé la République ».

9La politique du communisme de guerre célébrée en juillet 1920 par les dirigeants russes devant les délégués du IIe Congrès de l’IC se heurta, dès l’automne, à des difficultés diverses liées à la stabilisation de la situation militaire caractérisée aussi bien par le recul devant les troupes polonaises que par la victoire sur les débris de la dernière armée blanche, celle de Wrangel : la guerre n’était plus là pour légimiter les sacrifices et entretenir l’espoir révolutionnaire. Les tensions et la misère devenaient insupportables aux ouvriers, soldats et paysans qui avaient jusque-là soutenu les bolcheviks. Les révoltes paysannes renaissaient sans cesse contre des réquisitions frappant indistinctement les villages. L’effondrement de la production agricole déboucha sur une famine touchant des millions de paysans. Les dirigeants bolcheviks, incapables dans l’immédiat de la conjurer acceptèrent l’aide internationale : ils signèrent des accords avec des organisations américaines mais préparèrent également la solidarité des organisations ouvrières. Avec le ravitaillement des villes qui se détériorait la condition ouvrière s’aggrava, des grèves éclatèrent dans les centres industriels, à Petrograd notamment, dans les derniers jours de février 1921. Les soldats et les marins de Cronstadt protestèrent à leur tour et réclamèrent des changements politiques profonds : leurs revendications visaient les bolcheviks qu’ils accusaient d’avoir étouffé les libertés démocratiques et contre lesquels ils réclamaient la restauration du pouvoir des soviets, le renforcement du rôle des syndicats et le pluralisme de la presse. Après quelques hésitations la riposte militaire fut mise en œuvre au moment même où se tenait le Xe Congrès du parti. L’écrasement de cette révolte fut politiquement lourd de conséquences : le pouvoir soviétique sortit ébranlé d’une épreuve qui témoignait que le mécontentement atteignait ceux qui avaient été jusqu’alors ses plus fermes soutiens. Il rompait définitivement avec tous ceux qui, des socialistes-révolutionnaires aux anarchistes, le concurrençaient sur le terrain du socialisme et des idéaux révolutionnaires. Désormais, le parti communiste, unique force politique légitime, était le seul lieu où pouvait être élaborés et confrontés les choix politiques en réponse aux difficultés du pays. L’organisation de la direction et le mode de fonctionnement du parti devenaient des enjeux essentiels dès lors que celui-ci s’identifiait durablement à l’État.

10Le Xe Congrès du parti bolchevik, en mars 1921, peut être lu comme celui qui atténua la stratégie révolutionnaire, avec l’adoption de la NEP, mais aussi comme celui qui mit en place les principes et les modalités du monolithisme idéologique. Ces deux aspects, souvent envisagés séparément, sont imbriqués et difficilement séparables. Ils constituent le nouveau visage du communisme russe qui marqua rapidement toute l’activité de l’IC.

11La préparation du congrès avait été dominée par le débat autour de la question syndicale qui, depuis la fin de 1920, avait secoué les rangs du parti. Face à Trotsky qui défendait la poursuite d’une militarisation et d’une étatisation des syndicats au nom de la reconstruction du pays, l’Opposition ouvrière, derrière Chliapnikov et Kollontaï, revendiquait l’autonomie pour les syndicats et le pluralisme des points de vue dans les instances du parti, tandis qu’une plate-forme défendue par Lénine et Boukharine préconisait, comme les dirigeants syndicaux le demandaient, une autonomie relative des syndicats tout en affirmant le rôle dirigeant du parti. À la veille du congrès parut une brochure dans laquelle Kollontaï présentait les idées de l’Opposition ouvrière ; la divulgation de ce programme entrait en résonance avec le mécontentement social et politique et mit donc la direction du parti, Lénine en premier lieu, devant l’obligation de réagir. La riposte, violente dans les termes et ferme par les mesures adoptées, entraîna une modification des statuts qui permirent désormais de limiter l’expression des divergences, même dans les phases de préparation des congrès. Des procédures disciplinaires, comprenant blâme et exclusion, étaient désormais prévues pour ceux qui manifesteraient publiquement leurs divergences et tenteraient de faire valoir leur point de vue dans le parti. Les leaders de l’Opposition ouvrière, directement visés par ces décisions, furent les premiers à subir des sanctions qui témoignèrent, dès l’été 1921, de la pérennité de dispositions que la conjoncture avait officiellement justifiées mais qui ne furent jamais rapportées. Elles constituèrent en 1922, alors que l’Opposition ouvrière en appelait à l’Internationale lors du Ier Plénum du Comité exécutif, la référence invoquée pour discréditer a priori toute activité critique structurée contre la ligne du parti. Il reste que les critiques de l’Opposition ouvrière avaient favorisé, dès le printemps 1921, un changement d’attitude à l’égard de la question syndicale puisqu’à l’issue du Xe Congrès du parti communiste russe l’activité spécifique des syndicats fut désormais reconnue. Cependant le rôle dirigeant du parti demeurait intangible, le syndicat étant considéré comme sa courroie de transmission.

12Les modifications d’ordre interne introduites par le Xe Congrès furent éclipsées par l’infléchissement stratégique que Lénine annonça, à la surprise générale car il n’avait pas fait l’objet de débats préparatoires. Les propos confidentiels de Radek, tenus un an plus tard devant Cachin, confirment qu’il s’agissait d’une décision mûrie depuis quelques semaines mais que les événements de Cronstadt précipitèrent.

  • 5 N. Boukharine, L’Économie de la période de transition, Paris, EDI, 1976.

13La nouvelle politique économique, dont les premières mesures sont annoncées par Lénine lors du Xe Congrès du PCR, souleva dans l’Internationale communiste une émotion considérable parce qu’à la différence des autres décisions pourtant très importantes concernant la vie du parti, elle prenait à contre-pied ce qui avait été la pratique communiste depuis l’été 1918. Cette nouvelle politique économique, qui rétablissait les relations marchandes dans les campagnes, signifiait clairement que l’instauration d’une société communiste ne pouvait plus être une perspective proche. Sans doute la guerre civile avait accentué le processus d’étatisation et de centralisation économique. L’économie de guerre, en tendant toutes les énergies, s’était appuyée sur la terreur rouge et la perspective révolutionnaire. L’égalitarisme, dans le plus extrême dénuement, avait été présenté comme la phase initiale de la construction du communisme. La disparition des échanges, remplacés par les réquisitions et les distributions de biens, ne créait-elle pas les conditions favorables à l’émergence d’une société débarrassée du pouvoir de l’argent ? L’économie paraissait définitivement soumise aux objectifs politiques révolutionnaires. Le communisme de guerre était, selon Boukharine, une phase économique transitoire nécessaire à la construction de la nouvelle société5. Pour les communistes étrangers, qui ne vivaient pas l’expérience de la Russie soviétique, la politique bolchevique ainsi présentée semblait cohérente, dans ses objectifs et ses moyens, également révolutionnaires puisqu’en rupture radicale avec la société marchande. Pour le plus grand nombre, l’annonce de la NEP fut une surprise même si, depuis la fin de 1920, les dirigeants bolchéviques prenaient conscience de la détérioration de la situation économique. Ils constataient que la victoire politico-militaire acquise à l’issue de la guerre civile risquait d’être mise en cause par un effondrement économique d’autant plus insupportable que le régime ne semblait plus en danger. Les révoltes paysannes et les mouvements de grève traduisaient la généralisation d’un mécontentement qui englobait villes et campagnes. Mais le choc fut d’autant plus fort que la discussion qui, durant plusieurs mois, avait agité le parti, concernait les syndicats et leur rôle dans la reconstruction de l’industrie.

  • 6 Cf. E.-H. Carr, The Bolshevik Revolution, vol. 2, Londres, Macmilean, 1978, p. 272-273.

14Lénine avait soumis aux instances dirigeantes du parti, en février 1921, une série de mesures destinées à modifier d’abord la politique économique suivie dans les campagnes6. La disposition principale prévoyait le remplacement de la réquisition par l’impôt nature qui devait permettre aux paysans l’ayant acquitté de disposer librement de leurs surplus et de les vendre sur le marché local. Cette proposition, ratifiée par le Xe Congrès, fut complétée, au printemps 1921 par d’autres mesures qui libéralisaient le commerce intérieur, dénationalisaient les petites entreprises ou prévoyaient, dans le cadre de concessions, la coopération avec des capitalistes étrangers. La restauration de rapports économiques marchands sinon capitalistes signifiait que la priorité était désormais donnée à la reconstruction et au relèvement de l’économie. Au delà des justifications théoriques sur la nécessité d’une pause dans la construction du socialisme, la détérioration de la situation économique avait d’autant plus imposé ce virage de la politique intérieure que le climat international avait lui-même changé.

La politique étrangère de la Russie soviétique

15La politique étrangère de la Russie soviétique connut une évolution parallèle à celle qui affectait la politique économique. Alors qu’à l’été 1920, la politique étrangère de la Russie soviétique était dominée par la perspective de l’expansion révolutionnaire, elle fut, au début de 1922, centrée sur l’établissement de relations avec des États capitalistes dans le cadre d’un statu quo diplomatique. Cette évolution, amorcée en mars 1921 et amplifiée à la fin de l’année, résultait d’une modification du jeu diplomatique. La situation de la Russie semblait stabilisée au moment où les puissances occidentales devaient affronter les contre coups économiques de la paix. La diplomatie soviétique réussit ainsi une triple percée : après avoir échoué dans ses précédentes tentatives la Russie signa plusieurs traités diplomatiques. Le premier, et certainement le plus emblématique, fut le traité anglo-russe par lequel, le 16 mars 1921, les deux pays définissaient leurs relations commerciales et diplomatiques. La Russie et la Grande-Bretagne s’engageaient à ne pas développer de propagande hostile dans les zones d’influence de chaque pays : en Asie, aux confins de l’Empire britannique et dans les pays qui faisaient partie de l’ancien empire russe. Cet accord, dont la portée pratique restait limitée, représentait cependant un tournant de la politique étrangère soviétique qui, pour engager le pays dans la voie de la reconstruction économique, était prête à sacrifier certains principes révolutionnaires. La signature, au même moment, d’un accord russo-turc sanctionna une amélioration des relations entre les deux pays jusque-là divisés par les événements du Caucase et l’expansion révolutionnaire. La Turquie de Kemal, soucieuse de défendre son intégrité face aux puissances occidentales, reconnaissait la nouvelle situation dans le Caucase où les républiques d’Azerbaïdjan, d’Arménie et tout récemment de Géorgie venaient de basculer dans la sphère d’influence soviétique. La Russie soviétique reconnaissait à la Turquie des droits sur les Détroits, renonçait à toutes les anciennes prétentions de la Russie impériale et ne s’offusquait pas de la répression anticommuniste conduite par le gouvernement turc.

  • 7 Lénine, « Rapport sur l’activité du Conseil des commissaires du peuple », VIIIe Congrès des soviets (...)

16La diplomatie soviétique jouait également des divisions entre les puissances occidentales pour obtenir la signature d’un traité avec l’Allemagne. Entre les deux États les rapports étaient restés jusqu’alors très médiocres : longtemps la Russie soviétique avait été aux yeux des dirigeants allemands, des sociaux démocrates comme des conservateurs, le foyer révolutionnaire qu’il convenait de réduire. Pour les bolcheviks, la révolution allemande portait leurs espérances d’internationalisation de la révolution. Ce schéma rendait fort improbable un rapprochement diplomatique. Mais durant l’été 1920 le putsch Kapp et la guerre polono-russe vinrent modifier l’état d’esprit d’une partie de l’opinion allemande à l’égard de la Russie soviétique. Les corps francs animés par la croisade antibolchevique furent écartés de la vie politique, tandis que la Reichswehr, soucieuse avant tout de reconstituer son potentiel militaire, n’avait pas d’hostilité à un rapprochement avec les Russes. Les avancées de l’Armée rouge en Pologne conduisirent les diplomates allemands, soucieux de réviser leurs frontières de l’Est, à prendre des contacts avec les Soviétiques et à freiner l’aide occidentale à l’armée polonaise. À l’automne 1920 l’effondrement militaire de l’Armée rouge stoppa ce rapprochement d’autant que l’Allemagne espérait encore limiter les conséquences du traité de Versailles et que les difficultés financières semblaient surmontées. Ainsi des visas furent accordés à Zinoviev et Losovsky, en septembre 1921, pour participer au Congrès de Halle de l’USPD mais le gouvernement prit ensuite prétexte des discours politiques qu’ils prononcèrent pour les obliger à quitter l’Allemagne sans délai. Cependant, dès la fin de l’année 1920, Lénine, traçant le tableau de la situation internationale, envisageait une alliance entre la Russie et l’Allemagne7. Elle était, selon lui, nécessaire pour la Russie qui devait absolument jouer sur les dissensions entre les grandes puissances capitalistes. Elle était réalisable car les dirigeants allemands, bien que farouchement anti bolcheviks, ne pouvaient s’accommoder du traité de Versailles. Cette conception était loin d’être celle de tout le Komintern : les consignes de Zinoviev à Bela Kun concernant l’Allemagne tablaient sur une relance du mouvement révolutionnaire. L’action de mars, avec les combats et la répression qui s’abattit sur les communistes, semblait hypothéquer pour longtemps un rapprochement entre l’Allemagne et la Russie. Mais le désastre communiste, joint aux difficultés diplomatiques de l’Allemagne, l’accéléra. En effet la République de Weimar subissait une pression directe des pays de l’Entente pour qu’elle applique les clauses du traité de Versailles dans le domaine du désarmement et des réparations. L’accord commercial, signé le 6 mai 1921, outre qu’il facilitait les échanges entre les firmes privées allemandes et le monopole commercial d’État soviétique, jetait les bases d’une représentation diplomatique. Les deux pays accordaient aux représentants accrédités de leur partenaire des privilèges diplomatiques et le gouvernement allemand s’engageait à reconnaître la mission soviétique comme seul représentant de la Russie en territoire allemand. C’est auprés de celle-ci que Cachin se rendit quand il vint à Berlin en janvier, puis en février et mars 1922. En définitive le gouvernement allemand renonçait officiellement à la croisade antibolchevique.

  • 8 Chambre des députés, séance du 1er avril 1922, JO Documents parlementaires, p. 1346-1347. « Je juge (...)

17Durant le second semestre de 1921 la Russie soviétique signa une série d’accords commerciaux du même type avec des pays Scandinaves et d’Europe centrale mais les principales puissances du moment, la France, au plan militaire, et les États-Unis, au plan économique, restaient hostiles et refusaient tous contacts officiels. À la fin de 1921 les initiatives diplomatiques soviétiques n’avaient pas donné de grands résultats. La diplomatie conduite par Tchitchérine se trouvait attaquée par ceux qui, tel Staline, insistaient sur la persistance des projets belliqueux de tous les États, comme la Pologne, la Roumanie, les pays Baltes, qui formaient la petite Entente dépendante de la France. Le point de vue défendu par Lénine était plus positif car il continuait de tabler sur la persistance des dissensions entre puissances capitalistes. Les industriels français étaient soucieux de ne pas être évincés du marché soviétique tandis que le gouvernement se préoccupait d’obtenir le paiement effectif des réparations allemandes. Les Anglais manifestèrent leur approbation d’une conférence qui aborderait la question des relations entre la Russie soviétique et le monde capitaliste. Lors de la réunion du Conseil suprême des alliés à Cannes, le 6 janvier 1922, Lloyd George proposa, avec le soutien de Briand, président du Conseil, la tenue d’une grande conférence économique internationale à laquelle tous les pays seraient conviés, donc la Russie comme l’Allemagne. Le ministre des Affaires étrangères allemand, Rathenau, insista à cette occasion sur la nécessité d’une reconstruction européenne et la volonté allemande de participer aux échanges avec les pays de l’Est malgré son manque de moyens financiers. La démission de Briand, annoncée au moment de cette Conférence de Cannes, sembla compromettre l’ouverture diplomatique conduite par Lloyd George. La formation en France d’un gouvernement présidé par Poincaré dont l’intransigeance à l’égard de la Russie comme de l’Allemagne constituait l’essentiel de son programme laissait mal augurer de la Conférence de Gênes. La diplomatie soviétique, active en Allemagne, s’appuyait sur l’action de Radek qui, à Berlin, multipliait les contacts officieux. La démarche de Cachin auprès du gouvernement français, signalée par Frossard postérieurement, mais restée mal connue, apparaît, au vu des Carnets, procéder d’une initiative de Radek et non de Tchitchérine. Il s’agissait sans doute de contourner les réticences de Poincaré en utilisant la notoriété parlementaire de Cachin pour faire passer un message de bonne volonté et indiquer au Quai d’Orsay que les Soviétiques souhaitaient nouer des contacts. L’entrevue de Cachin avec Tchitchérine le 17 février 1922 confirma les réticences de ce dernier à l’égard des initiatives de Radek dont les déclarations en faveur d’un rapprochement avec l’Allemagne suscitaient l’inquiétude de l’Angleterre et pouvait la rapprocher de la France à propos de laquelle il était sans illusion. En fait il semble bien que Radek, en Allemagne, au nom du Comité exécutif de l’IC ait outrepassé son mandat en intervenant sur le plan diplomatique et en essayant d’y impliquer des leaders socialistes tel que Fritz Adler, ce que critiqua vertement Humbert-Droz. Cachin, impliqué dans les grandes manœuvres diplomatiques de l’IC et de l’État Russe, prit soin de noter la mission dont il était chargé afin de pouvoir s’en expliquer auprès des dirigeants de l’IC comme de l’État qu’il rencontra en marge du plénum. Il reste que la mission qu’on lui avait confié témoignait de la considération dans laquelle certains dirigeants de l’IC et les milieux diplomatiques le tenaient alors même qu’il ne cachait pas ses réticences à l’égard des orientations de la direction de l’IC telles que Souvarine les transmettait. Divulguée à son retour de Russie cette mission, sur laquelle l’Humanité était restée muette, fut admise par Cachin lors du débat que la Chambre des députés consacra à la politique étrangère de la France à la veille de la Conférence de Gênes8.

Le IIIe Congrès de l’IC et la situation des partis communistes

18Du 22 juin au 12 juillet 1921, le IIIe Congrès de l’IC marqua un infléchissement politique qui modifia durablement l’orientation des partis communistes. L’échec des révolutions en Europe, la nouvelle politique de la Russie, la faiblesse des partis communistes induisirent une rectification tant des analyses que des mots d’ordre. Mais cette modification s’opéra difficilement car les résistances étaient nombreuses parmi ceux qui, depuis deux ans, avaient été les héraults de la révolution prochaine et les pourfendeurs de tous les militants qui, dans le mouvement ouvrier, en doutaient. Les travaux du IIIe Congrès, dominés par la question allemande, furent donc marqués par des affrontements qui aboutirent à des compromis. Les résolutions adoptées constatèrent que la perspective s’était éloignée, que l’heure était aux luttes défensives et que les partis devaient avant tout se renforcer. Mais ces propos restaient encore marqués par l’optimisme révolutionnaire de la période précédente tandis que les analyses qui justifiaient la nouvelle orientation n’étaient pas poussées jusqu’à leur terme. Comment « Aller aux masses », nouveau mot d’ordre de l’IC, sans poser la question du rapport avec les autres forces du mouvement ouvrier ? La plupart des partis communistes étaient d’autant plus mal préparés à affronter cette question que les déchirements liés à leur fondation étaient proches. Quant aux dirigeants de l’IC, Zinoviev le premier, ils n’étaient pas prêts à tirer toutes les conséquences d’une réorientation que Lénine et Trotsky avaient eu du mal à faire accepter. Il fallut, à l’automne 1921, l’aggravation de la famine en Russie, les appels et les démarches auprès d’organisations internationales très diverses, bien au-delà du mouvement ouvrier, et d’autre part l’évolution de la situation politique allemande pour que l’IC, à la fin de l’année 1921, lançât le mot d’ordre de Front unique.

19Quand la réunion du Comité exécutif de l’IC se tint, au début de 1922, cette évolution politique était loin d’être achevée et acceptée unanimement. Pour comprendre les débats dont Marcel Cachin rendit compte dans ses Carnets, il faut revenir sur les principaux jalons du changement politique opéré en 1921 car ses divers protagonistes y firent sans cesse référence durant la réunion à laquelle le directeur de l’Humanité participa.

  • 9 E.-H. Carr, La Révolution bolchevique, t. 3, Paris, Éditions de Minuit, 1974, p. 392-393.
  • 10 Cf. Léon Trotsky, La Nouvelle étape, Paris, 1922. Des extraits substantiels sont publiés dans le re (...)

20Lors du IIIe Congrès de l’IC le climat n’était plus à l’exaltation révolutionnaire dans lequel baignait le précédent congrès. Le tournant de la politique intérieure russe, l’échec subi par le parti communiste allemand alimentaient les débats. En fait la direction de l’Internationale comme celle du parti russe s’étaient divisées9. Si Lénine, Trotsky et Kamenev souhaitaient tirer les leçons stratégiques des derniers événements, Zinoviev, Boukharine ou Bela Kun voulaient, malgré tout, continuer l’orientation mise en œuvre depuis un an. Lénine obtint que la délégation russe se présenta unie, non sans compromis, à propos de la situation allemande. Zinoviev restait en retrait. Le rôle de Trotsky, jusqu’alors effacé dans l’IC, s’affirma durant ce congrès puisqu’il présenta un volumineux rapport sur la situation économique internationale10. Il analysait longuement la politique économique des principaux pays capitalistes et la stratégie de leur classe dirigeante. Soulignant le déclin des puissances européennes par rapport aux États-Unis il insistait sur les contradictions nouvelles qui opposaient les différents pays et les problèmes économiques qu’ils devaient affronter, après la fin de l’économie de guerre. Le paysage international qu’il brossait ainsi mettait en valeur les possibilités d’action de la politique étrangère russe, mais aussi la reprise en main opérée par les différentes bourgeoisies dans chaque pays. Dans ce contexte la priorité devait être accordée aux luttes économiques défensives qui seules correspondaient au nouveau rapport des forces. Cette analyse réaliste de la situation internationale caractérisée par l’éloignement des perspectives révolutionnaires fut reprise par Lénine dans ses interventions sur les questions tactiques abordées dans un rapport général présenté par Radek. Les deux dirigeants russes polémiquèrent avec les tenants de la théorie dite de l’offensive.

  • 11 Lénine, « Discours sur la question italienne », 28 juin 1921, Oeuvres, t. 32, Paris, Ed. de Minuit, (...)

21Ce débat s’engagea à propos de la politique de l’IC en Italie et en Allemagne. La question italienne était dominée par les conséquences de la scission de Livourne puisque la majorité des socialistes italiens, derrière Serrati, se trouvait, de fait, mise en dehors de l’IC alors qu’ils y avaient adhéré dès sa fondation11. Le problème fut aggravé par la politique de la direction du parti communiste italien qui n’accepta pas le changement tactique proposé par l’IC : le délégué italien, Terracini, réfuta la thèse selon laquelle la conquête de la majorité de la classe ouvrière devait être un principe fondamental de l’action des partis communistes. Continuant d’insister sur la nécessité de pourfendre le centrisme, il récusa également l’idée du parti de masse. Cette position rencontrait le soutien explicite ou tacite de nombreux délégués, notamment ceux du parti communiste ouvrier allemand invité comme observateur. Ce débat recoupait celui concernant l’action de mars en Allemagne. L’exclusion de Paul Levi, qui avait dénoncé le putschisme du parti, ne pouvait être désavouée d’autant que la direction de l’IC était impliquée dans l’orientation aventureuse et désastreuse suivie par le parti communiste allemand. Finalement le congrès approuva une résolution qui ménageait les apparences en ne condamnant pas explicitement la politique du parti communiste allemand et en célébrant l’héroïsme de ses militants tombés sous les balles de l’armée. Mais, sur le fond, le texte présentait une nouvelle orientation centrée sur les luttes revendicatives et les actions de masse. Les thèses sur la tactique qui insistaient sur le travail de masse furent adoptées à l’unanimité des votes en dépit de convictions profondes restées différentes. En définitive seul l’engagement de Lénine et de Trotsky avait pu obtenir ce vote qui masquait mal la persistance des divergences notamment parmi les délégations des partis allemands, italiens, tchèques ou polonais. Ce repli stratégique et tactique, opéré non sans difficulté par l’IC concernant la politique des partis communistes européens, trouvait son pendant dans le domaine de la politique coloniale et orientale. Les accents révolutionnaires du Congrès de Bakou furent absents d’un congrès qui passa brièvement en revue les forces encore faibles des partis communistes d’Asie. La nouvelle politique étrangère russe qui venait d’aboutir à la signature des traités avec la Turquie, la Perse, l’Afghanistan et l’Angleterre affectait l’activité communiste au Moyen-Orient ou en Asie centrale. Explicitement ou tacitement les dirigeants russes s’étaient engagés auprès de leurs partenaires diplomatiques à ne pas encourager une activité communiste qui pourrait gêner ceux-ci. Cette contradiction entre les intérêts de la diplomatie soviétique et l’activité de l’IC allait dominer durablement le développement des partis communistes dans tous les pays coloniaux : la description de la situation des communistes aux Indes et en Turquie telle que Cachin la nota dans ses Carnets de février 1922 traduisait fondamentalement cette contradiction que lui-même ne relevait pas mais qui paralysait en partie l’activité communiste dans nombre de pays où la question nationale constituait l’enjeu politique essentiel.

Le Front unique et les PC d’Europe

  • 12 Milos Hajek, Storia dell’Internazionale communista, 1921-1935, Roma, Ed. Riuniti, 1972, p. 26-32.

22La nouvelle tactique adoptée par le IIIe Congrès impliquait un tournant dans l’activité des partis communistes que bien peu étaient prêts à accepter. Le revirement stratégique élaboré par une partie de la direction du Komintern et du parti russe avait pris en compte la situation politique dans les pays européens et les expériences souvent décevantes des jeunes partis communistes. Bien que le débat avec le parti communiste italien ait été vif c’est autour de la question allemande que toute la réflexion stratégique des dirigeants de l’IC se structura lors du IIIe Congrès et qu’elle évolua les mois suivants. La politique du KPD devint le ban d’essai de la nouvelle orientation : ses initiatives et sa pratique politique furent suivies de près sinon encouragées par Radek. Parallèlement le Comité exécutif s’efforça de susciter, directement ou non, la solidarité autour de la Russie, dans le cadre de la campagne contre la famine à l’occasion de laquelle des liens furent noués avec des organisations non communistes. C’est dans ce contexte qu’il faut replacer la décision prise par le Présidium, en décembre 1921, d’appeler les différents partis communistes à lutter pour le front unique12.

  • 13 Ossip k. Flechtheim, Le parti communiste allemand sous la République de Weimar, Paris, Maspéro, 197 (...)

23Le Congrès du KPD à Iéna en août 1921 fut, pour les dirigeants communistes allemands jusqu’alors majoritairement réticents devant la nouvelle tactique, l’occasion de modifier leur point de vue. Sans doute une fraction d’extrême-gauche, représentée par Maslow, Fischer ou Thälmann, réaffirma le bien-fondé de l’action de mars et critiqua l’analyse de Trotsky. Cependant les dirigeants les plus en vue, tels Heckert, Thalheimer, Eberlein qui, en juillet à Moscou, avaient critiqué la nouvelle tactique firent adopter par le congrès les décisions de l’IC et, sans le dire encore explicitement, revinrent à la politique définie, en janvier 1921, par la « Lettre ouverte » que Levi et Radek avaient adressée aux organisations socialistes et syndicales allemandes. Les mots d’ordre du parti traduisaient des objectifs revendicatifs précis et limités : rejet de la charge des réparations sur les fortunes capitalistes, confiscation des domaines fonciers, mainmise sur les valeurs réelles et contrôle de la production par les conseils d’entreprise, collaboration étroite de l’Allemagne avec la Russie soviétique13. Les événements politiques survenus au moment même de la clôture du congrès favorisèrent cette évolution. En effet le 26 août 1921, Erzberger, dirigeant du parti catholique, ancien ministre, l’une des figures emblématiques de la République, fut victime d’un attentat perpétré par des organisations d’extrême-droite favorables au retour de la monarchie. La réaction populaire, les manifestations antimonarchiques relancèrent des actions unitaires de la part des organisations ouvrières. À la faveur de la crise gouvernementale, en octobre, le KPD mit en avant son programme et lança le mot d’ordre de gouvernement ouvrier. Il noua des contacts en novembre avec le parti socialiste USPD dans le cadre d’une action pour la libération des prisonniers politiques. Enfin, il appuya le programme des syndicats qui prévoyaient des nationalisations, des participations de l’État dans le capital des entreprises et une réforme fiscale. Le KPD dut cependant affronter une grave crise de direction : le journal du parti socialiste SPD, Vorwärts, ayant publié le 25 novembre 1921 des documents sur l’action de Mars, des dirigeants importants du parti et de la commission syndicale, notamment Reuter (Friesland) et Malzahn, démissionnèrent un mois plus tard et rejoignirent l’organisation de Paul Levi, la Communauté de travail communiste (KAG) qui regroupait surtout des parlementaires et des élus municipaux. Il est certain que cette évolution de certains des défenseurs de la politique de front unique nourrissait les critiques des courants de gauche qui demeuraient hostiles à cette politique. Ils restèrent pourtant minoritaires parce que la majeure partie des militants et des cadres du parti se rallièrent à une orientation qui permettait au KPD de reconstituer ses forces avec le soutien de Radek qui se trouvait à Berlin.

  • 14 Cf. « Willi Münzenberg, Un homme contre », actes du colloque international, 26-29 mars 1992, Aix-en (...)

24La capitale allemande était devenue la plaque tournante des contacts internationaux de l’IC aussi bien avec les milieux gouvernementaux allemands qu’avec les organisations social-démocrates et les associations humanitaires. Plusieurs réunions se tinrent à l’automne 1921 pour organiser le secours aux victimes de la famine en Russie. Willy Münzenberg, qui avait, depuis le IIIe Congrès, la responsabilité de ce domaine, réussit à multiplier les rencontres et obtenir des engagements importants de la part de la Croix rouge, d’associations américaines, etc.14. Parallèlement aux relations que le KPD avait noué, des rencontres eurent lieu avec les dirigeants socialistes de l’Internationale de Vienne, dite 2-et-1/2, Adler et Ledebour. Sur le plan syndical, la direction de l’Internationale communiste cherchait, après la création de l’ISR en juillet 1921, un moyen de donner vie à cette organisation qui était loin de répondre aux espérances caressées début 1921 quand la décision avait été prise de fonder une Internationale syndicale révolutionnaire. Constituée au moment même où le mouvement ouvrier européen était en plein reflux, cette organisation se heurtait non seulement à la puissance des syndicats réformistes des pays anglo-saxons mais aussi aux réticences des syndicalistes révolutionnaires qui, en France ou en Tchécoslovaquie, étaient nombreux et proches des communistes mais refusaient la subordination des syndicats au parti ce qui avait été affirmé dans la charte fondatrice de l’ISR directement inspirée des choix opérés en cette matière par le Xe Congrès du parti russe. Le Présidium et le Comité exécutif du Komintern lancèrent le 4 décembre un appel au Front unique destiné à galvaniser l’activité des communistes au plan international en lui donnant une perspective politique proche. À la veille de son premier anniversaire et de son congrès, le PCF fut directement concerné par cette décision parce qu’il était, de fait, l’une des pièces importantes du dispositif communiste en Europe dès lors que les perspectives révolutionnaires avaient laissé la place aux initiatives diplomatiques.

Les rapports de l’IC avec le PCF en 1921

  • 15 CRCEDHC, 495-2- 33.

25Le congrès fondateur qui, à Tours, dessina les contours du nouveau parti fut, à plusieurs titres, original. La France fut le seul pays où, à l’issue d’un long processus politique interne, la scission ait pris un caractère majoritaire. Pourtant la situation politique française était rien moins que révolutionnaire. Dès 1919 les élections législatives avaient confirmé la stabilité institutionnelle et sanctionné le prestige renforcé des couches dirigeantes regroupées derrière le drapeau du Bloc national. Contre le patronat et l’État, les luttes ouvrières allèrent à l’échec d’autant que les divisions entre réformistes et révolutionnaires traversaient la CGT. Ces divisions, qui ne correspondaient pas exactement à celles qui touchaient le parti socialiste, recoupaient cependant le débat qui, à l’automne 1920, le parcourut à propos de l’adhésion à l’Internationale communiste. Les militants les plus actifs en faveur de celle-ci étaient regroupés depuis longtemps dans le Comité pour la IIIe Internationale. Mais les plus notables, Souvarine et Loriot notamment, arrêtés sous le prétexte de comploter contre la sûreté de l’État, ne purent être les artisans directs de la campagne en faveur de cette adhésion. Au lendemain de leur voyage en Russie, Frossard et Cachin avaient fait la tournée des fédérations où ils avaient présenté des comptes rendus qui défendaient ce point de vue. Ils apparurent ainsi comme les véritables protagonistes d’un mouvement déjà majoritaire au moment où le congrès du parti se réunit à Tours du 25 au 30 décembre 1920. La gauche, incarnée durant le congrès par Vaillant-Couturier, apporta son appui aux deux leaders centristes. La direction de l’Internationale dut donc composer comme Loriot le rappela, le 16 juin 1921, lors de la première réunion du Comité exécutif15. Elle s’efforça toutefois d’empêcher le maintien dans le parti de ceux qui, derrière Longuet, s’affirmaient pour le retour à l’unité socialiste internationale. Ce fut le sens de l’intervention de Clara Zetkin dénonçant, à la tribune du Congrès, la faillite des réformistes et la tonalité du texte de Zinoviev qui mit nommément en cause Longuet. Au terme de débats longs et animés auxquels Cachin participa activement, une majorité des deux tiers se dégagea en faveur de l’adhésion à l’Internationale communiste. Les minoritaires qui formaient une opposition hétérogène derrière Longuet, Blum et Renaudel, refusèrent d’accepter ce vote et quittèrent le parti en estimant qu’ils allaient le maintenir. Ils furent dès lors considérés comme des « dissidents » par un parti qui conserva la dénomination de socialiste jusqu’à l’été 1921. La responsabilité dans la rupture de l’unité socialiste fut donc rejetée sur ceux qui avaient refusé de se plier à la volonté majoritaire du parti.

26Le parti issu du Congrès de Tours ne fut donc pas présenté par ses principaux dirigeants comme un parti nouveau mais comme celui de Jaurès et de Guesde. Son activité politique, au début de 1921, fut d’ailleurs principalement tournée vers les débats et les polémiques avec les « dissidents » à propos du contrôle des différents organismes du parti. Si l’Humanité, dont Cachin restait le directeur, ainsi que la plupart des fédérations demeuraient sous son contrôle, la majorité des députés et nombre d’élus locaux lui échappèrent. Les structures anciennes du parti restèrent en place d’autant que la direction effective du parti était assurée par des hommes pour lesquels l’approbation des 21 conditions demeurait avant tout une formule politique générale. L’activité du parti, outre celle de ses 13 parlementaires, s’exprimait surtout par sa presse. Cachin qui occupait de ce point de vue une position centrale semblait infatigable puisqu’il écrivait presque quotidiennement un article et qu’il était un député assidu et actif. La presse du parti s’enrichit d’un nouveau journal du soir, l’Internationale, lancé en avril 1921 et dirigé par Daniel Renoult. Les communistes d’autre part intervenaient également dans le Journal du peuple d’Henri Fabre. Les tensions internes, à l’arrière-plan du débat avec les « dissidents » durant les premiers mois, resurgirent au printemps 1921 avec la sortie de prison des leaders de la gauche et à l’occasion d’un affrontement avec les Jeunesses communistes dont les responsables, notamment Laporte, souhaitaient qu’elles lancent un mot d’ordre incitant les jeunes appelés à refuser la conscription militaire.

  • 16 Lors de la réunion du comité exécutif, le 10 janvier 1921, Rosmer avait présenté une information sa (...)
  • 17 L’Humanité, 5 mai 1921.
  • 18 L’Humanité, 15 juillet 1921.

27C’est dans ce contexte que l’Internationale invita une délégation des communistes français à se rendre à Moscou pour examiner la situation de leur parti. Le Comité exécutif qui se réunit à la veille du IIIe Congrès, du 16 au 18 juin, outre les Français, entendit de nombreux orateurs qui exprimèrent leurs intérêts mais aussi leurs critiques. De fait, l’IC s’était jusque-là contentée de saluer par un télégramme, publié par l’Humanité du 10 janvier 1921, le vote du Congrès de Tours16. Ses dirigeants, entièrement absorbés par la scission du parti socialiste italien, la crise et les échecs du KPD, étaient également ébranlés par le tournant de la politique économique russe. C’est seulement, au mois de juin, dans le cadre de la préparation du IIIe Congrès, qu’ils se penchèrent sur le cas français. Les discussions amorcées dans le cadre du Comité exécutif se poursuivirent pendant et après le congrès. C’est dire qu’elles n’échappèrent pas aux débats qui l’agitaient à propos de la tactique des partis et de la situation internationale. Les communistes français furent ainsi l’objet de nombreuses critiques : certaines, minoritaires, vinrent de militants français, tel Laporte qui au nom des Jeunesses communistes dénonça le réformisme et le légalisme du parti. Il avait, selon lui, laissé échapper une occasion révolutionnaire, en n’appelant pas à refuser la mobilisation de la classe 19 par le gouvernement. De nombreux membres du CE de l’IC n’hésitèrent pas à fustiger le réformisme de l’équipe dirigeante. Si Frossard fut nommément mis en cause par Thalheimer par exemple, Cachin ne fut pas épargné par Bela Kun qui s’en prit aux carences et aux erreurs commises par l’Humanité. Le dirigeant hongrois dénonça l’opportunisme de son directeur en considérant que le journal n’avait pas assumé ses devoirs internationalistes puisqu’il n’avait pas lancé de campagne contre la politique d’intervention militaire française aussi bien en Allemagne qu’au Luxembourg. Reilands, du parti luxembourgeois, critiqua vivement l’article de Frossard titré « Sang-froid et discipline »17 dans lequel le secrétaire du parti français appelait ses militants à refuser les initiatives aventureuses, s’interrogeait sur sa qualité de communiste et envisageait son exclusion. Dans une lettre envoyée à Frossard relatant ces critiques, Souvarine notait que « la défense nous a été grandement facilitée par les interventions de Trotsky et de Lénine qui sont venus spécialement à l’exécutif pour combattre ce que Lénine appelle “les bêtises de gauche” de Bela Kun et pour préserver le parti français d’injonctions prématurées ou simplement absurdes »18.

  • 19 « Je suis arrivé à un moment très heureux, puisque Bela Kun parle. Et c’est pour combattre les opin (...)
  • 20 « D’après le sténogramme du discours du camarade Trotsky, il dit que si les camarades qui sont les (...)
  • 21 « Comment pouvez-vous demander que la révolution soit faite, non par la classe ouvrière dans son en (...)
  • 22 P. Broué, Trotsky, Paris, Fayard, 1988, p. 349.
  • 23 « Après le Congrès de Tours, nous nous demandâmes quelle attitude observer ultérieurement à l’égard (...)
  • 24 Alfred Rosmer, « Le Mouvement syndicaliste français », Bulletin Communiste, n° 39, 15 septembre 192 (...)

28De fait les interventions des deux dirigeants furent dépourvues d’ambiguïté. Lénine attaqua avec vivacité Bela Kun pour les propos gauchistes qu’il avait tenu à l’endroit du parti français19. Sa critique, de portée générale, dépassait le cas précis de la France. Il avait choisi d’intervenir dans cette discussion, à la veille du congrès, pour bien marquer les enjeux de celui-ci. Il apporta son soutien à Trotsky qui, avant lui, avait critiqué des thèses gauchistes jugées inadaptées à la nouvelle situation politique internationale20. L’intervention de Trotsky contre les tenants d’analyses qui célébraient l’action de Mars en Allemagne et défendaient la théorie dite de l’offensive révolutionnaire préfigurait le débat qui traversa les jours suivants les travaux du IIIe Congrès. Après avoir été l’un de ses inspirateurs en mars, Bela Kun n’était-il pas l’un des plus fervents soutiens de la tactique suivie en Allemagne par le KPD ? Quant à Laporte, le représentant des Jeunesses communistes de France il avait défendu, comme d’autres délégués, l’idée d’un antimilitarisme révolutionnaire particulièrement aventuriste et irresponsable qui aurait pu conduire le mouvement ouvrier français dans une impasse sanglante21. La véhémence de Trotsky était inséparable de son jugement sur la situation politique française qu’il estimait en définitive plus favorable au courant révolutionnaire que celle des autres pays européens, l’Allemagne comprise. Bon connaisseur du mouvement ouvrier français il défendait à son égard un point de vue optimiste qui tranchait avec celui des autres dirigeants de l’Internationale. Son discours du 16 juin 1921 au soir, lors de la réunion du Comité exécutif, fut la première manifestation publique du rôle qu’il jouait désormais dans les affaires du PCF. Trotsky, la figure la plus populaire de la révolution russe après Lénine, se trouvait, en dépit des responsabilités qu’il continuait d’avoir à la tête de l’armée, moins impliqué dans la conduite des affaires de l’État et du parti. Au lendemain du Xe Congrès, après le débat sur les syndicats et le soulèvement de Cronstadt il s’investit davantage dans les affaires de l’Internationale communiste et prit en charge le PCF dont il devint le mentor22. De 1921 à 1923 il s’occupa régulièrement de l’activité et de l’organisation communiste en France à l’égard desquelles la direction de l’IC était restée dans l’expectative au lendemain du Congrès de Tours, comme le reconnût Zinoviev23. La mansuétude relative dont le PCF bénéficiait de la part des dirigeants de l’IC n’empêcha pas leurs critiques. Trotsky, informé par Rosmer et marqué par son expérience française, tança les délégués en insistant sur le caractère stratégique de la question syndicale. Selon lui, les syndicalistes révolutionnaires gagnés aux idées communistes pouvaient seuls assurer la transformation du parti en un véritable parti communiste. Complémentairement, expliquait Trotsky, celui-ci devait, sans tarder, s’intéresser à l’activité des syndicats en y organisant l’intervention des communistes afin de rallier à leur cause ces organisations dont la vocation était de rassembler la masse des ouvriers alors que le parti n’en regroupait que l’avant-garde. Ce travail d’organisation était, pour Trotsky, d’autant plus important que l’audience des idées révolutionnaires était très grande, en France. Or l’influence du communisme restait limitée parce que les dirigeants français continuaient d’accepter l’idée, jugée anti-révolutionnaire par Trotsky, de l’indépendance syndicale à l’égard du parti. La critique de cette séparation théorisée par le Congrès d’Amiens fut développée par Losovsky auquel Loriot ne manquait pas de rappeler qu’il était, dans ce domaine, animé d’un zèle de néophyte. Bien que ces remarques fussent restées sans effet dans l’immédiat sur la situation française, les dirigeants de l’Internationale communiste, au moment où ils fondaient l’Internationale syndicale rouge24, mettaient en place une argumentation qu’ils ne cessèrent ensuite de rappeler de l’automne 1921 à la fin de 1922.

L’Internationale communiste et le PCF : les premières tensions

29Les relations entre l’IC et le PCF, abordées une première fois devant le Comité exécutif à la veille du IIIe Congrès, ne furent pas discutées durant les séances plénières consacrées à la tactique générale, au cas allemand et à la question italienne. En revanche, une commission spéciale fut mise en place afin de consigner dans un texte les orientations de travail du parti communiste. Présidée par Trotsky, qui en dirigeait les travaux et tint la plume, elle rassemblait des délégués français, allemands, hongrois, tchèques et russes. Après une réunion du Comité exécutif, le 17 juillet, qui se prononça sur les remarques adressées au PCF, la commission élabora la lettre qui, en 11 points, énumérait les différents problèmes d’organisation et d’activité que le « parti français » était censé résoudre rapidement. Ce texte équilibré dans la forme, même s’il était nettement critique, ne suscita aucune réaction directe. Au débat qu’il aurait dû provoquer se substitua un conflit entre le Comité directeur et Souvarine. Celui-ci, élu lors du IIIe Congrès membre du Comité exécutif, du Présidium et du secrétariat de l’IC, se heurta à la direction du parti qu’il était censé représenter. Humbert-Droz, nommé représentant de l’IC auprès du PCF, et Rosmer, l’un des fondateurs de l’Internationale syndicale rouge, se rendirent en France pour y analyser la situation et défendre les thèses du dernier congrès de l’IC alors que Souvarine fit seulement le voyage de Berlin. Finalement le conflit envenimé, en octobre et novembre, aboutit à l’envoi d’un deuxième délégué français, Bestel, qui participa à une réunion du Présidium, le 5 décembre, à l’issue de laquelle furent élaborées deux lettres adressées au PCF au moment où celui-ci préparait son congrès.

  • 25 Décision du CE de l’IC du 17 juillet 1921, CRCDEHC 495-1-37.

30Au centre de ces tensions, par ses responsabilités à la direction de l’Humanité, ses interventions dans le Comité directeur, sa correspondance avec la direction de l’IC, Marcel Cachin continuait d’apparaître comme le deuxième dirigeant du parti, après Frossard, au moment où les dirigeants de la gauche, Loriot ou Souvarine, anciens responsables du comité de la IIIe Internationale maintenant dissout25, ne pouvaient prétendre représenter une alternative dirigeante crédible.

31La lettre du CE de l’IC envoyée au PCF à la fin de juillet 1921 était dominée par deux grandes préoccupations qui participaient également du souci de transformer le parti pour en faire un véritable parti communiste. Il s’agissait, conformément à la ligne du IIIe Congrès, d’éviter une nouvelle scission, tout en modifiant aussi bien l’équilibre des forces à l’intérieur du parti que le fonctionnement de celui-ci. La direction de l’IC réclamait du PCF une meilleure information, plus détaillée et plus régulière, sur son activité, lui demandant en particulier des rapports périodiques, une documentation imprimée, des articles pour les revues de l’IC. Cela s’inscrivait dans une demande générale de l’IC soucieuse d’une connaissance plus précise des situations nationales pour mieux diriger les différents partis : Souvarine, au sein du secrétariat, en avait plus particulièrement la responsabilité.

  • 26 Séances du 15 mars, Chambre des députés, JO, p. 1242 et du 20 mai, JO, p. 2337.
  • 27 Voir ci-dessous.

32Les recommandations concernant la fraction parlementaire visaient Cachin à un double titre. En tant que directeur de l’Humanité il était concerné par la critique portée contre des comptes rendus des débats parlementaires jugés trop peu incisifs. Il l’était encore bien plus par les remarques acerbes dirigées contre le manque de fermeté des députés communistes. L’allusion, transparente, faisait référence aux interventions de Cachin dans les débats de la Chambre des députés sur les réparations et le désarmement allemand à l’occasion desquels il avait justifié le désarmement de l’extrême-droite allemande et appuyé les thèses anglaises sur la nécessité de réduire les réparations26. La lettre évoquait également la réorganisation du parti français, ce qui ne saurait surprendre au moment où le IIIe Congrès adoptait un projet de nouveaux statuts. En ce qui concerne le PCF, il ne s’agissait pas de préconiser une réorganisation globale mais de réaliser, pour l’heure, un nouveau recrutement de cadres politiques permanents : les militants « professionnels » devant représenter le tiers des effectifs dirigeants, un autre tiers étant constitué de syndicalistes ce qui aboutirait à modifier radicalement la physionomie socio-politique du Comité directeur ! La constitution de comités locaux était requise comme un moyen de relayer les décisions centrales jugées inefficaces mais sur ce point la direction de l’IC, prudente, restait dans le vague. La conception d’une direction resserrée et d’un fonctionnement centralisé n’était pas explicitée bien qu’elle figurât dans les documents généraux du IIIe Congrès. C’est seulement dans la lettre du 19 décembre 1921 qu’elle fut, pour la première fois, exposée27.

33Les remarques et les directives concernant la presse communiste constituaient le dernier volet des critiques touchant à l’organisation. Parmi toutes, elles étaient certainement les plus précises et les plus conséquentes. Elles avaient fait l’objet d’une résolution du Comité exécutif et synthétisaient les discussions qui avaient eu lieu à Moscou en juin et juillet 1921. La nécessité d’un contrôle du parti sur toute la presse communiste était vigoureusement affirmée. Il concernait les différents journaux, financièrement ou politiquement liés à lui, l’Humanité, l’Internationale (le nouveau journal du soir lancé en avril 1921, dirigé par Renoult), les journaux régionaux, les revues comme le Bulletin communiste, la Revue communiste. Mais étaient également visés les journaux où écrivaient des communistes, comme par exemple le Journal du Peuple, dirigé par Henri Fabre. La direction de l’Internationale communiste, dès cette époque, réclamait un contrôle des rédacteurs, des journalistes appelés à rendre des comptes au parti. La multiplication d’articles critiques à l’endroit de l’IC, durant l’automne 1921, renforça encore l’opinion de l’IC sur ce point. En second lieu la lettre de l’IC réclamait une transformation de l’Humanité, jugée trop loin des masses ouvrières par les thèmes de ses articles et leur style. D’où la proposition de constituer, sur le modèle de la Pravda, un réseau de correspondants ouvriers qui nourriraient les colonnes du journal d’informations débarrassées du vernis intellectuel petit-bourgeois. Cachin était bien sûr directement concerné par ces propositions critiques !

34L’activité communiste en direction des syndicats constituait le deuxième thème de cette lettre qui se contentait de reprendre les remarques de Trotsky et de Rosmer en préconisant initiatives et interventions des communistes sur le terrain syndical. Afin de gagner au parti les syndicalistes révolutionnaires, la lettre préconisait la formation d’une commission spéciale chargée de coordonner l’action syndicale des communistes et de créer des noyaux dans les différents syndicats. Il était enfin recommandé au PCF de promouvoir systématiquement des syndicalistes aux postes dirigeants du parti.

  • 28 Rapport sur le travail du comité exécutif, Moscou, 28 septembre 1921, publié dans Archives de Jules (...)
  • 29 L’Internationale communiste et sa section française, Recueil de documents, Librairie de l’Humanité, (...)

35Cette lettre argumentée, premier document de ce genre envoyé au parti communiste français, appelait, du fait même de sa forme épistolaire, une réponse qui non seulement tarda à venir mais qui ne parvint jamais comme telle. Bien vite, Souvarine le déplora avec vivacité : « l’Exécutif avait pris, au sujet du parti français, plusieurs résolutions dont le moins qu’on en puisse dire est qu’elles sont toutes amicales et d’application facile. Pour ne pas gêner le parti français dans ses mouvements, nous n’avons pas publié ces résolutions, comptant sur vous pour que vous le fassiez dans de bonnes conditions... Or, il faut constater aujourd’hui que l’on ne perçoit pas le moindre écho à ces résolutions, trois mois après leur adoption. Vous conviendrez qu’il faut à l’Exécutif une forte dose de patience pour qu’une polémique ouverte ne soit pas engagée avec la direction du parti »28. Malgré ses admonestations la situation, n’évolua pas sensiblement les mois suivants à telle enseigne que le Comité exécutif devait, dans une lettre ouverte adressée, le 19 décembre 1921, au congrès du parti, s’émouvoir de l’attitude du Comité directeur qui ne s’était ni prononcé ni décidé au sujet des problèmes que l’IC lui avait soumis dès le mois de juillet, notamment ceux qui concernaient la presse du parti : « C’est en accord avec l’unanimité de la délégation française, alors à Moscou, que l’Exécutif a voté à ce sujet une résolution qu’il a envoyée au Comité directeur du parti communiste. Jusqu’à ce jour, l’Exécutif n’a reçu aucune réponse officielle de la direction du parti à ce sujet. Il demande au Congrès de Marseille de lui donner une réponse du parti à cette question qu’il considère comme une des plus élémentaires qui se posent à la discipline communiste et que la direction du parti aurait pu et dû trancher »29.

  • 30 « Nous considérons comme la plus essentielle condition de succès l’établissement d’une parfaite com (...)
  • 31 CRCEDHC 517-1-26.
  • 32 Lettre du 18 novembre 1921. Le 16, dans une lettre à Zinoviev signée avec Frossard, ils écrivent : (...)

36Cette question, toujours non résolue, était au cœur des débats auxquels Cachin se trouva mêlé à Moscou, en février 1922, puis durant l’été jusqu’au IIe Congrès du PCF en octobre. Lui qui, après Frossard, faisait figure de principal dirigeant du parti français était directement impliqué dans la polémique qui se développa avec l’IC. Il ne s’agissait pas d’un débat théorique et idéologique impliquant la confrontation de thèses différentes mais d’un contentieux qui se cristallisa autour de la personnalité de Souvarine et du voyage des dirigeants communistes français à Moscou. Dès juillet 1921, les secrétaires de l’IC réclamèrent la venue de Frossard et de Cachin, ils ne cesseront pas les mois suivants, signe qu’ils voulaient rencontrer et discuter sans intermédiaire avec les véritables dirigeants du parti30. Ceux-ci, Cachin notamment, se dérobèrent en faisant valoir les tâches multiples qui les accablaient et les empêchaient même de répondre rapidement. Le 7 septembre, Cachin écrivit à Souvarine : « Vous savez combien mon temps est pris et à quel surmenage incessant m’oblige la pauvreté de notre personnel. Je passe ma vie dans des trains, et encore, je suis très loin de suffire à toutes les demandes qui nous parviennent. Ajoutons à cela le travail de Paris et du journal, c’est la seule excuse, mais elle est suffisante, du retard que j’ai pu mettre à vous écrire, ainsi qu’à nos camarades de l’Exécutif »31. Quelques temps après il invoqua la difficulté d’établir des liaisons sûres : « Nous n’étions pas assurés ici que les correspondances dirigées sur Moscou arrivaient à leur destinataire. Depuis quelques temps seulement, les relations sont établies avec sécurité... »32. Même si, à la fin de l’année, une correspondance plus fournie s’engagea, elle ne permit pas de régler au fond les problèmes soulevés par l’IC. En fait, l’échange épistolaire était inégal car peu de lettres partaient de Paris alors qu’elles y parvenaient nombreuses en provenance de Moscou.

  • 33 Il ajoute : « En vérité, dans la mesure de nos moyens, avec notre compréhension et de toute notre v (...)
  • 34 Lettre du 18 novembre 1921, CRCDEHC 495-1-26.

37La direction de l’IC était soucieuse de suivre désormais de près les affaires françaises au même titre que celles du parti allemand. Lors du IIIe Congrès elle avait manifesté son intérêt pour la France non seulement en nommant Souvarine au Présidium mais en le désignant également comme l’un de ses secrétaires aux côtés de Zinoviev, Kuusinen, Rakosi et Humbert-Droz. Souvarine, chargé plus particulièrement des questions idéologiques et du système éditorial de l’IC, représentait aussi le PCF au Comité exécutif. Membre actif du comité de la IIIe Internationale, dissout au lendemain du congrès, il incarnait le courant le plus ancien en faveur de l’adhésion à l’IC et de la rupture avec le réformisme. Sorti de prison en mars 1921 puis parti à Moscou, il avait peu de contacts avec l’activité du parti sur le terrain. Ses relations avec Frossard et Cachin, déjà mauvaises, se détériorèrent car, investi désormais de l’autorité de l’IC, il multipliait les missives critiques par lesquelles il les admonestait. Cachin justifia, dès le 7 septembre, nous l’avons déjà indiqué, son retard à lui répondre, en laissant entendre clairement qu’il n’acceptait pas les reproches dont Souvarine le gratifiait : « Vous voyez qu’il ne s’agit en aucune façon ni de nationalisme, ni de manquement à nos devoirs vis-à-vis de l’Internationale »33. Cet attachement à l’Internationale et cette bonne foi, Cachin ne cessa, bien plus que Frossard, de la réitérer : « Ce que je veux répéter d’abord, c’est que le parti français est désormais attaché à la IIIe Internationale de la manière la plus solide »34. Cachin se voulait régulièrement rassurant dans sa correspondance pour calmer les appréhensions et l’anxiété d’une direction de l’IC qui s’inquiétait d’un double jeu possible des dirigeants français, d’autant moins liés par les décisions du dernier congrès qu’ils n’y avaient pas participé.

  • 35 Le Conseil national se tient le 2 octobre 1921 à Puteaux. Ordre du jour : 1°) Rapport du parti et d (...)
  • 36 Un peu de clarté, l’Humanité, 20 décembre 1921.
  • 37 Cette lettre de Cachin est adressée « au camarade Boris Souvarine, secrétaire du comité éxécutif de (...)

38Leurs préoccupations, consignées dans la lettre de juillet 1921, furent avivées par de nouveaux épisodes. Les comités syndicalistes révolutionnaires, qui regroupaient le courant révolutionnaire dans la CGT, étaient en voie d’exclusion après son congrès à Lille, mais restaient hostiles à la nouvelle Internationale syndicale rouge et à tout lien organique avec le parti communiste. D’autre part, la presse communiste ouvrait ses colonnes à de nombreux articles critiques contre l’IC tandis que la propagande pour défendre ses propositions restait faible. Les articles de Méric, Verfeuil ou Fabre, dans le Journal du Peuple, présentaient les résolutions du Comité exécutif comme autant de décisions imposées qualifiées d’oukases. C’est seulement au début du mois d’octobre qu’un Conseil national du parti se tint pour entendre le compte rendu des travaux du IIIe Congrès et de la discussion dont le parti français avait fait l’objet35. Lucie Leiciague se proposa, à la une de l’Humanité, de clarifier le débat sur le rôle des décisions de l’IC en les présentant comme des suggestions et des propositions que chaque section nationale doit savoir interpréter et adapter. « Quand l’Internationale vote des résolutions, quand l’Exécutif envoie des suggestions, il reste aux partis chargés de les appliquer, à leur donner une forme appropriée au milieu, à les populariser et les familiariser dans les esprits avant de les faire adopter quand elles heurtent les préjugés »36. La détérioration des rapports entre le Comité directeur et Souvarine masquait de façon opportune des divergences avec l’IC sur des questions essentielles mais elle puisait sa vigueur dans de vieilles rancœurs réciproques à l’intérieur d’un parti où les anciens clivages, d’avant Tours, pouvaient rejouer, au moins partiellement. Souvarine exprimait, à sa manière qui n’est pas indifférente, la frustration de ceux qui, ayant été les meilleurs soutiens de l’IC en 1920, n’avaient pas réussi à diriger effectivement le parti. Du côté de Cachin, Frossard ou Rappoport on supportait d’autant plus mal les remontrances de Souvarine qu’elles risquaient de démolir le compromis passé avec la direction de l’IC inquiète d’une évolution à l’italienne par laquelle le parti perdrait le gros de ses cadres expérimentés. De septembre à décembre, l’agacement le disputa à l’irritation chez des dirigeants français qui estimaient injustifiée la manière dont les critiques transmises par Souvarine leur étaient adressées. Le 19 octobre, Cachin le lui fit clairement sentir en conclusion d’une lettre assez sèche qu’il lui adressa. « Nous ne voulons pas retenir les termes très vifs de certains passages de votre lettre. Nous pensons que vous ne les retiendriez pas vous-mêmes après nos explications »37.

  • 38 « Le camarade Jules Humbert-Droz est envoyé en France par le comité exécutif de l’Internationale co (...)
  • 39 « Un danger apparaissait déjà clairement. La gauche, fascinée par la scission du parti socialiste i (...)

39Cette irritation ne pouvait être ignorée de la direction de l’IC qui investit Humbert-Droz d’une mission en France38. Celui-ci, muni des pleins pouvoirs, devait, étant sur place, s’employer à mettre en œuvre les recommandations restées lettre morte. En rencontrant les syndicalistes comme Sémard ou Midol, les militants de la gauche comme Vaillant-Couturier, Dunois et Loriot, mais aussi Cachin, il s’attacha à les convaincre de transformer le fonctionnement du parti tout en travaillant ensemble39. Mais, en raison des poursuites policières, l’ancien pasteur suisse dut écourter son séjour sans avoir pu mener à bien sa mission. D’autres voyages brefs, tels que celui de Rosmer à Paris, de Souvarine à Berlin, ne parvinrent pas à résorber le contentieux entre Souvarine et le Comité directeur du PCF. Les critiques vigoureuses adressées de Moscou furent d’autant plus mal accueillies que la situation politique en France semblait favorable aux communistes. Cachin insistait tout particulièrement sur les résultats du journal l’Humanité dont il défendait le bilan avec vivacité. Comparant son tirage en progression avec celui du Populaire, soulignant sa prospérité financière qui avait permis de lancer le journal du soir, l’Internationale, il y voyait une preuve de santé du parti. Il repoussait, avec habileté, les conseils toujours répétés pour augmenter la place des sujets sociaux, pour donner une tribune aux correspondants ouvriers, sur le modèle de la Pravda. :

  • 40 Il ajoute : « Quoique paradoxale puisse paraître notre affirmation, nous avons observé souvent que (...)

« Nous songeons aussi à vos suggestions relatives à notre presse. Là encore nous avons affaire à des habitudes de paresse intellectuelle de notre classe ouvrière qui se refuse au travail de pensée que nous lui demandons. Le milieu bourgeois l’a imprégné à fond : ce qu’elle cherche dans sa presse, c’est le fait du jour même le plus banal et le plus scandaleux ; et nous pouvons suivre dans nos graphiques quotidiens de vente quelle est encore l’emprise de toute cette ambiance pourrie sur la classe ouvrière. Ces jours-ci, nous avons décidé de ne donner sur cette misérable affaire Landru que le minimum de détails cependant que les grands quotidiens sont pleins dans 4, 5, 6 colonnes des niaiseries de ce procès. Et bien ! Notre tirage a baissé pour ce motif »40.

  • 41 « Lorsque nous insérons dans le journal des articles inactuels ou d’ordre historique ou de propagan (...)

40Toujours avec prudence, il répondait aux conseils prodigués par Bela Kun et répercutés par Souvarine qui réclamaient la création d’une rubrique théorique et des sujets touchant à la vie ouvrière41. Se défendant de vouloir ignorer les suggestions de Souvarine il utilisait l’argument d’autorité que son expérience lui conférait ainsi que l’importance du journal qu’il dirigeait.

  • 42 Ibid.

« Je vous dis ces choses pour vous fixer sur l’état d’esprit de ceux auxquels nous avons à nous adresser, non pour esquiver les suggestions que vous avez bien voulu nous soumettre, il y a quelques mois »42.

  • 43 Notamment celles des 11, 17 et 25 octobre 1921.
  • 44 « Le Comité directeur décide que son délégué à Moscou a pour tâche principale, en ce qui concerne l (...)
  • 45 « Le Comité directeur, en présence des différentes polémiques, estime que les polémiques personnell (...)
  • 46 « Cher camarade Zinoviev [...] Vous avez bien voulu nous demander d’assurer la liaison avec Moscou (...)

41La correspondance de Souvarine suscita une réaction du Comité directeur qui y consacra plusieurs réunions43. Une première réponse, provoquée par Rappoport, mit en cause l’activité de Souvarine dont les critiques furent estimées systématiques et injustifiées. Son action auprès de l’IC fut également décriée comme tendancieuse. Les remarques critiques du Présidium de l’IC à l’égard du PCF lui étaient ainsi imputées. D’où la proposition d’un contrôle plus serré exercé par le parti sur son représentant44. Ensuite, en écho à la réaction virulente de Souvarine qui alerta Zinoviev, le Comité directeur du PCF protesta de sa fidélité à l’IC, exprima des critiques contre des articles parus dans le Journal du Peuple et envoya à Moscou un membre du Comité directeur chargé d’informer les dirigeants de l’IC sur la situation du PCF et d’expliquer sa politique45. Bestel, catalogué par Souvarine comme un tenant du courant Cachin-Frossard, dut rentrer rapidement à Paris afin de transmettre au PCF les décisions de l’IC46. Il fut enfin entendu que Cachin et Frossard se rendraient à Moscou après le congrès du parti.

  • 47 Sur ce point voir sa lettre du 26 novembre 1921 à Zinoviev, CRCDEHC 517- 1-26, p. 48-50 et ses inte (...)
  • 48 La lettre précise : « Trop facilement, ses correspondances personnelles pouvaient être considérées (...)

42À Moscou, Souvarine qui s’estimait mis en cause personnellement mais qui hésitait à affronter le Comité directeur demanda à ne pas retourner en France à l’occasion du Congrès en présentant cette proposition comme un moyen d’apaiser les tensions47. La direction de l’IC, après la réunion du Présidium consacrée à la question française, était partagée, au moment où elle avançait le mot d’ordre de Front unique, entre le désir d’imposer au PCF le respect de ses décisions et le souci de ne pas se couper du groupe dirigeant le PCF. Les documents adoptés par le Présidium traduisaient ces préoccupations contradictoires. Deux lettres du secrétariat de l’IC traitaient du cas Souvarine et des attributions du représentant du PCF à Moscou. Elles répondaient aux critiques du Comité directeur mais aussi à la campagne de presse contre l’IC suscitée par les lettres de Souvarine. Désormais celui-ci était clairement déchargé, au sein du secrétariat de l’IC, de ses responsabilités concernant le parti français : « Le secrétariat de l’Internationale communiste, pour éviter tout malentendu, a pris la décision de principe qu’aucun secrétaire ne peut fonctionner pour les rapports officiels avec le pays dont il est le représentant à l’Exécutif »48. Souvarine ne pouvait plus se prévaloir de ses fonctions de secrétaire de l’IC quand il s’adressait au PCF. Cette concession faite au Comité directeur et à ses deux leaders, Frossard et Cachin, la direction de l’IC rappela au PCF que le représentant de chaque parti devait bénéficier de la confiance de son organisation, ce qui venait d’être officiellement affirmé par Bestel devant le Présidium. L’instance suprême de l’IC n’avait pas suivi Souvarine puisqu’elle s’était explicitement refusée à prendre son parti dans le débat épistolaire des mois précédents, signifiant ainsi qu’elle ne saurait être tenue pour responsable de toutes les critiques émises en son nom :

  • 49 Lettre au Comité directeur du PCF, le Secrétariat du Komintern, J. Humbert-Droz, Moscou, le 11 déce (...)

« L’Exécutif n’a pas connaissance de toutes les circonstances qui ont créé un certain conflit entre Souvarine et son parti. L’Exécutif n’a pas lu les lettres que Souvarine a écrites au parti français en sa qualité de représentant de ce parti »49.

43Le représentant devait cependant pouvoir participer aux activités des instances dirigeantes de l’IC sans avoir à en référer à son parti tant qu’il bénéficiait de sa confiance :

  • 50 Ibidem, p 19.

« Si tous les partis limitaient les droits de leur représentant à l’Exécutif comme tendait à le faire la résolution du Comité directeur, le travail de l’Exécutif, en tant que direction de l’Internationale, serait absolument impossible. Le Comité directeur l’a sans doute compris déjà puisqu’il a décidé d’interpréter la résolution votée par lui »50.

  • 51 « L’Exécutif est d’avis que chaque représentant, doit être en contact continu avec son parti et exp (...)

44C’était repousser toute tentative de mandat impératif et de contrôle a priori exercé par le PC ce que la motion initiale du Comité directeur prévoyait. Pour les dirigeants de l’IC, quelle qu’ait été la justesse des reproches du PCF à l’égard de son représentant, il s’agissait d’une question de principe touchant au fonctionnement de l’Internationale dont la prééminence pouvait ainsi se trouver mise en cause. Ils convenaient des prérogatives du parti sur son représentant mais voulaient en limiter les effets sur l’IC elle-même51.

  • 52 « La passivité du Comité directeur, le silence de la délégation devant la campagne du Journal du Pe (...)
  • 53 « Le parti a souffert de la faiblesse de sa direction. Le Comité directeur a été absorbé par une qu (...)
  • 54 « Il est nécessaire qu’à partir de Marseille, la direction du parti soit beaucoup plus ferme et dev (...)
  • 55 Pour la réorganisation du Comité directeur : entre les trois projets de Loriot, Ker et Frossard, c’ (...)

45En adressant au PCF une lettre ouverte et une lettre confidentielle, le Comité exécutif de l’IC refusait de s’en remettre aussi bien au délégué français qu’à ses envoyés, Bordiga et Waletsky, chargés de parler en son nom au congrès du PCF mais peu au fait des affaires françaises. Puisque, ni Souvarine, ni Humbert-Droz, les seuls à bien les connaître, ne pouvaient transmettre les préoccupations de la direction de l’IC, celle-ci les rappelait avec une certaine solennité dans ces deux lettres dont la rédaction semble pour l’essentiel être due à Trotsky. On peut y lire sans peine la permanence de ses préoccupations et la manière dont elles sont hiérarchisées. La lettre publique débutait par un bilan plutôt positif par lequel l’IC reconnaissait, à la suite de Frossard et Cachin, le bien-fondé de la scission, la force et l’influence du parti. Les remarques critiques, présentées avec modération, concernaient d’abord le mauvais fonctionnement du Comité directeur, jugé peu efficace, ensuite la question syndicale à propos de laquelle le parti n’avait pas réussi à se constituer une position claire et enfin le contrôle de la presse communiste. Ce dernier point était beaucoup plus longuement abordé dans la lettre confidentielle. La direction de l’IC mettait explicitement en cause le Comité directeur qui n’avait ni répondu aux demandes formulées dès le mois de juillet 1921 ni pris de dispositions efficaces, laissant ainsi se développer sans réponse les critiques contre l’IC52. Cette lettre confidentielle déplorait également avec force le maintien d’un Comité directeur inchangé dans sa forme et ses principes de fonctionnement53. Son insistance à réclamer la création d’un secrétariat responsable de l’activité du parti54 était à la mesure de l’attitude dilatoire des principaux dirigeants du parti qui, dans ce domaine, réussirent, lors des réunions préparatoires du congrès, à marginaliser les défenseurs, comme Loriot, d’une réforme de la direction du parti55.

A Marseille, le Ier Congrès du PCF

46La préparation et la tenue du Ier Congrès du PCF à Marseille, en décembre 1921, illustrèrent bien la situation du parti caractérisée par des tensions sous-jacentes masquées derrière un accord politique général affirmé dans les textes d’orientation tandis que les débats sur l’organisation ou le fonctionnement ainsi que l’élection des dirigeants trahissaient l’existence d’oppositions fortes.

  • 56 « Le Congrès de Marseille a marqué la puissance grandissante du parti. Il resta d’un bout à l’autre (...)
  • 57 « Le parti communiste français a tenu à Marseille, pendant les fêtes de Noël, ses premières assises (...)

47Le congrès, symboliquement situé dans la ville où, quarante ans avant, s’étaient tenues les assises fondatrices du Parti ouvrier français sous la houlette de Jules Guesde, se déroula du 25 au 29 décembre. Au delà des salutations de circonstance par les articles de Marcel Cachin56 ou de Neumann57 qui, dans la presse communiste, se félicitèrent des progrès du parti communiste à l’occasion de son premier anniversaire, les 11 séances mouvementées du congrès méritent l’attention. Les discussions, sinon les controverses qui les parsemèrent, témoignaient autant de la vitalité du parti que des différences de point de vue qui coexistaient en son sein. L’ordre du jour, élaboré par le Comité directeur, tenait compte des indications envoyées par la direction de l’IC. Mais les deux lettres élaborées par Trotsky furent loin d’être au centre des débats puisque leur existence fut révélée aux délégués seulement au détour d’une polémique : « Il y a ceci que j’appellerai un fait nouveau. L’Exécutif de Moscou nous a fait parvenir deux documents adressés au Comité directeur du parti, que je vous demande la permission de vous lire », déclara Méric. Loriot prit ensuite la parole pour préciser qu’il en ignorait non seulement la teneur mais également l’existence :

  • 58 Cote BMP, Paris, série 13, 2e séance, p. 159 et p. 162 ; cote CRDEHC, 517- 1-38.

« Je demande au congrès de considérer que ces lettres dont Méric vient de donner connaissance, ont été absolument inconnues du secrétariat international auquel doit parvenir la correspondance »58.

48De toutes les objurgations transmises par l’IC depuis le IIIe Congrès, seules certaines furent vraiment prises en compte. La question syndicale, la situation de la paysannerie, les problèmes de la défense nationale et la tactique électorale font l’objet de thèses soumises aux congressistes. Si ces deux premiers points suscitèrent des discussions passionnées les autres furent examinés et votés dans la précipitation en raison du manque de temps. Les trois premières journées furent occupées par un débat très vif sur la politique générale du parti tandis que la dernière séance du congrès, dans la nuit du 29 décembre, était marquée par l’éclatement de la direction nouvellement élue.

49Le contentieux accumulé les mois précédents entre le Comité directeur et son représentant à Moscou, Souvarine, rebondit et affecta l’ensemble des débats. Bien qu’absent, son activité et sa personnalité suscitèrent de nombreuses interventions. Celles de ceux qui, comme Méric, attendaient sa venue pour répondre de vive voix aux critiques qu’il leur avait adressé dans ses articles, mais également celles de ceux qui comme Loriot, Treint ou Vaillant-Couturier le défendaient parce qu’ils estimaient qu’au delà de sa personne était posée la question des rapports avec l’Internationale communiste. Le bilan d’activité du Comité directeur fut présenté par Frossard dans le cadre d’une discussion houleuse à laquelle vinrent se mêler les affrontements avec la Fédération de la Seine qui multiplia les critiques contre la passivité de la direction mais aussi contre les projets de réorganisation inspirés par l’Internationale. Les représentants de celle-ci, Tasca, Neumann ou Bordiga n’intervinrent pas dans les débats les plus aigus. Ce dernier, bien que parlant au nom du Comité exécutif, se refusa à commenter les lettres envoyées au PCF se contentant d’intervenir sur sa politique agraire et syndicale. Cette attitude paradoxale des représentants de l’Internationale témoignaient d’une hésitation au plus haut niveau. Ils ne reprenaient pas à leur compte les critiques et les réflexions inscrites dans les plus récents documents du Présidium en raison sans doute de difficultés de fonctionnement qu’il ne faut pas sous-estimer mais aussi parce qu’ils n’avaient pas été investi d’un mandat clair. Trotsky et Zinoviev hésitaient devant les risques d’un conflit frontal, étant donné les problèmes posés par l’attitude de Souvarine. Sa décision de ne pas participer au congrès présentait l’avantage de ne pas étaler au grand jour les rapports difficiles de l’IC et du PCF mais elle facilitait les critiques auxquelles Bestel, envoyé en Russie pour un bref séjour au cours duquel il avait participé à une réunion du Présidium, répondit de manière laborieuse.

50De tous les points à l’ordre du jour celui consacré à la paysannerie retint le plus l’attention des congressistes. Le rapport de Renaud Jean sur le programme du parti en direction de la paysannerie lança en effet un grand débat et obtint un large soutien. Elaboré et publié dans l’hebdomadaire la Voix paysanne il prenait en compte ce qu’était la paysannerie française, son état d’esprit et sa situation matérielle pour présenter un programme transitoire fondé sur l’expropriation de la grande propriété et la répartition des terres aux petits exploitants qui auraient la garantie d’une jouissance perpétuelle. Le réalisme des propositions explicitement affirmé était conforté par la référence à la nouvelle politique économique russe. L’accueil très favorable des congressistes des fédérations rurales, parfois surpris mais rapidement convaincus, ne manqua pas de frapper les dirigeants de l’Internationale malgré leur méfiance à l’égard de certaines analyses de Renaud Jean.

51Les thèses syndicales élaborées par le Comité directeur après consultation de nombreux syndicalistes, furent présentées par Amédée Dunois qui insista sur la nécessité de l’engagement des communistes dans l’activité syndicale. Il faisait écho aux demandes de l’IC tout en affirmant son refus du noyautage organisationnel et son souci de conserver l’autonomie syndicale. Cette position, bien que suscitant de vives discussions parmi les congressistes, leur offrait le moyen d’intervenir concrètement sur le terrain syndical. Au moment où la scission syndicale s’opérait, les communistes pouvaient espérer élargir leur influence parmi les syndicalistes révolutionnaires et obtenir leur adhésion à l’Internationale syndicale rouge de Moscou. Le PC français avait ainsi adopté une prise de position claire qui tranchait avec la conception traditionnelle du socialisme français même si ce n’était qu’un premier pas, encore insuffisant du point de vue de l’IC. Le débat à propos de la défense nationale, lancé par un document que présenta Rappoport avait comme objectif de liquider les ambiguïtés pacifistes de l’antimilitarisme. Il s’agissait d’affiner la position du PC à l’égard de l’armée en combinant la dénonciation de celle-ci comme instrument de la domination bourgeoise et l’apologie de la violence révolutionnaire supposant un nécessaire recours aux armes. Contre le pacifisme absolu de Pioch ou de Verfeuil, Rappoport et Cachin évoquèrent l’exemple des bolcheviks et plaidèrent pour une mobilisation ouvrière contre une nouvelle guerre. L’activité du groupe parlementaire et la situation de la presse firent également l’objet de rapports mais Lafont et Clamamus qui les présentaient se contentèrent de bilans superficiels évitant d’aborder le difficile problème du contrôle de ces activités par la direction du parti.

52Le débat sur la politique générale, en revanche, prit une tournure beaucoup plus vigoureuse. Les contentieux accumulés depuis un an transparurent dans une discussion dont le caractère désordonné ne manque pas d’intérêt pour l’historien qui aujourd’hui trouve beaucoup d’informations dans les interventions réellement contradictoires. Pendant deux jours la tribune fut ainsi occupée par des orateurs, ceux du Comité directeur, ceux de la Fédération de la Seine mais aussi ceux de certaines fédérations provinciales qui, tour à tour, évoquèrent contradictoirement l’activité de la direction du parti et ses rapports avec l’IC. Certains critiquèrent la passivité du Comité directeur, d’autres déplorèrent les initiatives intempestives de Souvarine et la réorganisation de la direction envisagée par Loriot. Ainsi, la Fédération de la Seine, critiquant le projet d’un bureau restreint, un Présidium, qui dirigerait le parti évoqua le risque du centralisme oligarchique. Les échanges épistolaires entre l’IC et le Comité directeur donnèrent matière à polémiques contre le comportement de Souvarine fréquemment mis en cause. L’intervention du secrétaire général, Frossard, fut avant tout un appel à l’unité, un plaidoyer pour une évolution prudente des structures et une défense de la politique suivie depuis la scission. Il mit l’accent sur les résultats obtenus en terme d’effectifs et d’activité du parti face aux dissidents. Cachin, intervint brièvement sur l’Humanité, défendit son bilan et signala l’évolution positive de sa diffusion. Bestel, de retour de Russie, relata l’opinion des dirigeants de l’IC sur les nouvelles orientations tactiques et la situation du PCF. Ses propos, bien que dénués de nuances, soulignaient les préoccupations diplomatiques des dirigeants russes et indiquaient leur bonne volonté à l’égard du PCF puisqu’ils ne suivaient pas toujours l’avis de Souvarine. Mais son intervention fut loin d’apaiser le débat. Jugeant sans doute qu’il n’avait pas défendu convenablement les positions de l’Internationale certains membres du Comité directeur prirent leur distance avec ses propos. Vaillant-Couturier s’inquiéta du retour des idées nationalistes. Quant à Loriot il répondit vivement à Frossard en mettant en cause la mauvaise volonté du Comité directeur face aux recommandations de l’IC. Tout en convenant qu’il n’avait pas toujours eu une connaissance parfaite de la situation du parti notamment lorsqu’au sortir de prison, en 1921, il s’était retrouvé à Moscou, il n’en critiqua pas moins les attitudes dilatoires de ceux qui repoussaient sans cesse la réorganisation de la direction et les sanctions contre d’autres qui mettaient publiquement en cause la politique de l’IC. Si dans le premier cas le secrétaire général était explicitement visé, dans le second c’étaient Fabre ainsi que Méric pour leurs articles dans le Journal du Peuple mais aussi dans l’Internationale, le quotidien communiste du soir dirigé par Renoult. En regard sa défense de Souvarine prenait d’autant plus de relief. Rappelant que personne n’avait souhaité aller à Moscou comme délégué du parti, Loriot dénonça le caractère personnel de critiques qui, en fait traduisait un désaccord politique.

53Treint, encore plus véhément, fit un éloge de la nécessaire discipline à instaurer dans le parti et traça un bilan négatif de l’année écoulée depuis la scission de Tours jugeant que “l’opportunisme relève la tête”.

54Lors de la dernière séance, dans la nuit du jeudi 29 décembre, la crise de la direction éclata avec le vote pour l’élection des membres du Comité directeur. Souvarine n’étant pas élu, Dunois, Vaillant-Couturier, Loriot et Treint décidèrent de démissionner par solidarité. En dépit des objurgations de certains de leurs amis, tel Soutif, un des secrétaires du parti, ils se refusèrent à revenir sur une décision qui, selon eux, avait le mérite de clarifier la situation. Le congrès se terminait plus mal qu’il n’avait commencé. Le PCF, malgré ses efforts pour clarifier sa politique dans des domaines essentiels, sortait ébranlé d’un congrès qui avait vu la majorité affirmer sa méfiance à l’égard de ceux qui plaidaient sans nuance pour renforcer la prééminence de l’IC. L’épisode Souvarine avait posé la question des relations avec l’IC dont celui-ci, ainsi que ses amis démissionnaires, pensait qu’elle devait être l’état-major de la révolution alors que les autres, comme Cachin notamment, jugeaient que l’IC ne pouvait imposer son point de vue à un parti communiste sans tenir compte de sa situation spécifique et du point de vue de ses dirigeants. La nouvelle orientation, dite de Front unique allait contribuer, au lendemain du congrès, à l’exacerbation de ces conceptions opposées.

De la résistance au ralliement

55Deux voyages à Moscou encadrent l’activité de Marcel Cachin en 1922. À la tête de la délégation qui s’était rendue au Ier Plénum en février, il était encore de celle qui participa en novembre au IVe Congrès de l’IC. Dans les deux cas le secrétaire général Frossard avait décliné l’invitation des dirigeants de l’IC. Cachin occupait ainsi fréquemment le devant de la scène bien qu’il cultivât la discrétion et la réserve. Son rôle à l’Humanité lui conférait un pouvoir important qui suscitait des mises en cause de plus en plus explicites. De retour de Moscou, en mars 1922, Cachin avait, devant le Comité directeur puis le conseil national, fait un compte rendu détaillé des débats du Ier Plénum sans rien retirer des remarques critiques dont il avait été l’un des porte-parole. La réintégration des dirigeants de la gauche, démissionnaires au moment du congrès de Marseille, fut ratifiée par un conseil national qui se contenta de renvoyer à la commission des conflits le cas de Fabre dont la direction de l’IC avait réclamé l’exclusion. À Moscou, les responsables de l’IC s’impatientaient devant l’attitude jugée dilatoire des dirigeants du PCF. Sans doute Frossard avait-il participé, fin avril, à la conférence des trois Internationales à Berlin. Mais cette réunion, malgré les concessions de Radek que Lénine avait jugées excessives, n’avait rien donné. La politique de Front unique était loin de produire les résultats escomptés et le prestige de l’IC était entamé. Le contentieux avec la direction du PCF se trouva relancé. Lors d’une réunion du Comité exécutif, le 8 mai, Trotsky lança contre le PCF et son journal des critiques d’une grande vigueur :

  • 59 Bulletin communiste, n° 33, 10 août 1922, p. 624.

« Il s’agit de chasser Fabre, de le chasser comme une canaille... et non pas de le mettre hors du contrôle du parti... Est-ce que l’Humanité a publié un article contre lui, pour le dénoncer à la masse, pour expliquer ce que c’est que Fabre ? Non, jamais. Parce qu’elle était très occupée à dénoncer l’opportunisme de la IIIe Internationale »59.

  • 60 « Je ne vous cache pas que j’ai trouvé ici à mon arrivée au Comité directeur une atmosphère d’hosti (...)
  • 61 L’Humanité, 3 juillet 1922.

56Ces critiques, largement inspirées par les remarques de Souvarine, furent élargies par Zinoviev et Trotsky quelques semaines plus tard lors du IIe Plénum. Frossard qui avait enfin accepté de venir à Moscou à la tête de la délégation française en cette occasion dut entendre de lourdes critiques contre son parti. Les responsables de l’IC, considérant qu’ils avaient été trop patients, préconisaient un changement d’attitude radical de la direction du parti et de sa presse à l’égard de l’IC. Le jugement d’Humbert-Droz, revenu en France à la même date, confortait ces appréciations négatives en n’épargnant pas Cachin dénoncé pour ses piques contre le Comité exécutif de l’IC60. À l’issue de la réunion du IIe Plénum une commission française adopta une résolution qui préconisait une réorganisation de la direction du parti par la création d’un Bureau politique, la constitution d’un Comité directeur homogène et l’entrée d’ouvriers en son sein. Cachin se trouvait directement impliqué dans la préparation du prochain congrès du parti, prévu pour le mois d’octobre, puisqu’il faisait partie de la commission chargée par l’IC d’élaborer le prochain programme du parti. Les remous provoqués par les critiques et les blâmes de l’IC contre le journal du soir du PCF, l’Internationale, dirigée par Renoult, l’amenèrent à prendre position et à exprimer ses réserves devant ce qu’il estimait être une politique injustifiée. Il vota ainsi une résolution du Comité directeur qui protestait contre le blâme de F IC61.

57Zinoviev dans une lettre à Humbert-Droz confiait sa détermination à peser sur l’orientation du groupe centriste dont Cachin, par le biais du journal, était l’un des principaux protagoniste :

  • 62 Lettre du 4 juillet 1922.

« Il faut que le groupe Frossard, Cachin, Ker se sépare brusquement de la droite, qu’il exclut une douzaine de scélérats et qu’il fasse de l’Humanité un organe militant contre la droite »62.

58Humbert-Droz s’attache à rapprocher les points de vue tout en essayant de transférer les principales responsabilités en faveur de la gauche. Cachin était directement visé mais, à l’opposé d’un homme comme Souvarine dont l’autorité dans le parti dépendait du soutien de l’IC, il possédait une véritable popularité que lui conféraient ses articles quotidiens, son activité parlementaire et ses multiples interventions dans les réunions publiques du parti. Humbert-Droz note sans plaisir :

  • 63 Lettre à Zinoviev et Trotsky, 17 septembre 1922.

« La plus grave question reste l’Humanité. Le débarquement de Cachin est désirable à tous égards, mais l’opération sera difficile à cause de sa grosse popularité dans le parti »63.

59Manouilsky, venu en renfort pour faire valoir le point de vue de l’IC dans la préparation du congrès se heurta à un Cachin véhément dont les arguments frappèrent Manouilsky qui releva l’attachement du directeur de l’Humanité aux traditions politiques françaises : “

  • 64 Lettre de Manouilsky à Humbert-Droz, 21 septembre 1922, in L’Œil de Moscou, p. 142.

« Le tempérament français ne pourra admettre qu’aux yeux de F Exécutif subsiste une inégalité d’appréciation de la droite et de la gauche »64.

60En fait Cachin devait, au moins autant que Frossard, faire face à l’offensive de Souvarine et Treint, les leaders de la gauche soutenue par l’IC, qui réclamaient son éviction de la direction du parti. Les envoyés de l’IC s’étant rendus compte de l’impossibilité d’une telle opération proposèrent une transaction qui aboutissait à partager, à l’Humanité comme ailleurs, les postes de responsabilités entre la gauche et le centre. Ils préconisèrent ainsi, à l’ouverture du IIe Congrès du PCF, le 15 octobre, que Cachin ait à ses côtés Rosmer pour diriger l’Humanité ! Cette solution de distribution paritaire des postes était appuyée par la présentation d’une motion Souvarine-Frossard qui, sur l’orientation générale du parti, devait sceller l’alliance des deux courants contre la droite dont l’IC réclamait la mise à l’écart sinon l’exclusion en raison de son indiscipline à l’égard de l’Internationale. Cachin présida la première séance du congrès avant de se trouver au centre des débats du fait de l’intervention de Ker qui attaqua les procédés de la gauche et souleva notamment “l’affaire” Cachin en prenant sa défense :

  • 65 L’Humanité, 17 octobre 1922.

« On peut formuler des critiques sur la façon dont Cachin dirige l’Humanité, mais il incarne au parlement et dans le pays le communisme. Allons-nous ajouter nos coups à ceux que Cachin a reçus des pires adversaires du communisme ? »65.

61Souvarine le mit par la suite vigoureusement en cause :

  • 66 Idem.

« La gauche a toujours critiqué Cachin, elle n’est pas d’accord avec lui sur les questions fondamentales de la transformation du parti. Elle continuera »66.

62Les jours suivants les débats s’apaisèrent partiellement et la solution de conciliation défendue par Manouilsky semblait être acceptée. Mais au moment où la commission des conflits annonça les exclusions de plusieurs personnalités sanctionnées pour leurs critiques contre l’IC, le débat rebondit à l’évocation de Jaurès dont l’héritage avait été mis en cause par la commission. Cachin fut de ceux qui s’élevèrent contre la motion tout en s’efforçant de calmer ses camarades.

63Les élections au Comité directeur provoquèrent la rupture, car la motion du centre l’emporta de peu sur celle de la gauche. Cachin qui avait défendu ce texte demanda au congrès de l’approuver et annonça : « Nous prendrons seuls la direction du parti ». Parmi les 24 membres du Comité directeur, Cachin fut désigné comme seul directeur de l’Humanité pendant que Paul Louis remplaçait Souvarine à la tête du Bulletin communiste. En dépit des protestations et des démissions de nombreux militants de la gauche Cachin protesta de sa bonne foi, de son attachement à l’IC dans un long éditorial de l’Humanité où il précisait à nouveau dans quel état d’esprit il envisageait de se rendre au IVe Congrès de l’Internationale communiste :

  • 67 Marcel Cachin, « À propos de la crise », L’Humanité, 22 octobre 1922.

« Demeurer le grand parti politique de la classe ouvrière, telle est la mission du communisme français. Au IVe Congrès nos délégués exposeront notre point de vue sur ce sujet central : ils le défendront en tenant compte des réalités de la psychologie française que l’on ne saurait méconnaître sans danger pour l’avenir même du parti »67.

64Il situait le débat sur un terrain qui lui était cher : celui du parti de masse dans le contexte politique français.

  • 68 L’Humanité, 31 décembre 1922.

65En définitive, au terme de plusieurs mois de débats avec l’IC, Cachin avait réussi à déjouer l’offensive de la gauche soutenue par la direction de l’IC et ses envoyés en France. Au lieu de la marginalisation que la gauche avait envisagée pour Cachin et ses amis, c’est l’inverse qui était advenu à l’issue d’un congrès qui avait tourné à la confusion de Souvarine et de la gauche. Le IVe Congrès de l’IC, quelques semaines plus tard, allait renverser à nouveau la situation. Frossard ayant décliné l’invitation, Cachin conduisit la délégation française qui se rendit à Petrograd où, début novembre, s’ouvrit le dernier congrès de l’IC auquel Lénine assista. Une commission spéciale fut constituée pour statuer sur la situation du PCF. Sa mise au pas était l’objectif de l’IC qui n’avait pas accepté les décisions du récent congrès du parti français. Les interventions de Trotsky et de Zinoviev convergèrent dans les critiques à l’égard du centre et de Frossard. Les dirigeants de l’IC annonçaient une réorganisation de la direction du PCF conformément aux principes de la parité qu’ils avaient préconisé. Les ménagements dont Cachin fut l’objet sont d’autant plus remarquables que Frossard fut violemment mis en cause. Dans le nouvel organigramme, il conserva seul la direction de l’Humanité, même si le secrétaire général du journal, Dunois, pouvait en cas de désaccord en appeler au bureau politique. Le 2 décembre 1922, Cachin approuva au nom du centre la résolution de l’IC qui exposait la nouvelle organisation de la direction du parti et annonçait l’obligation faite aux communistes français de rompre avec tout engagement dans la franc-maçonnerie. Il ajouta qu’il appliquerait sans réserve cette résolution qui prévoyait la fin des fractions dans le parti68. L’attitude de Cachin, eu égard à ses prises de position antérieures, ne manque pas d’intriguer. Humbert-Droz donne sur son ralliement à la politique de l’IC des informations essentielles puisqu’il révèle comment il mena des tractations au terme desquelles Cachin obtenant l’assurance qu’il conserverait la direction de l’Humanité aurait donné son soutien aux décisions de l’IC :

  • 69 Jules Humbert-Droz, De Lénine à Staline, 1971, p. 123.

« Fort peu sûr de la loyauté de Cachin, je proposai à Trotsky d’obtenir de lui l’engagement personnel qu’il soutiendrait à Paris les décisions prises. De cette garantie dépendrait son maintien à la direction de l’Humanité à laquelle il tenait par-dessus tout »69.

66Trotsky s’y employa ostensiblement en s’adressant publiquement à lui lors du banquet offert à la délégation française. L’engagement pris alors par Cachin semble avoir été déterminant pour l’IC qui avait désormais un point d’appui parmi les leaders historiques du parti :

  • 70 Idem.

« Ce n’est qu’une fois cette promesse arrachée que la décision prévue par la Commission française fut soumise à l’approbation du congrès »70.

67De retour en France, Cachin défendit sans réserve les décisions de l’IC, au cours de ses conversations avec Frossard et devant le Comité directeur. Dans l’Humanité il expliqua sa position en faveur du respect des engagements pris à Moscou lors du congrès de l’IC :

« Les délégués de toutes tendances... ont donné là-bas l’assurance qu’ils les défendraient loyalement. Ils demandent à tous les membres du parti d’accepter, comme ils le font eux-mêmes, la discipline de l’Internationale et de demeurer fidèles à la seule grande force révolutionnaire qui se dresse dans le monde ».

  • 71 « Cachin se cachait. Il n’était pas fier de son rôle à Moscou. Je dus aller le relancer à son domic (...)

68Cependant le trouble parmi les cadres du parti et ses journaux était grand : certains démissionnaient refusant de renier leur appartenance à la franc-maçonnerie ou à la Ligue des droits de l’homme tandis que d’autres comme Soutif, secrétaire administratif du parti, étaient exclus. Cachin fut appelé à siéger dans une commission d’épuration organisée par Humbert-Droz. Il accepta d’y figurer sans empressement et tenta de limiter les exclusions comme les départs particulièrement nombreux parmi les journalistes de l’Humanité71. Bien vite il fut accaparé par son activité contre la politique de force engagée par le gouvernement français à l’égard de l’Allemagne.

L’action contre l’occupation de la Ruhr et la comparution devant la Haute-Cour de justice

69La constitution d’un comité d’action, rassemblant la CGTU et le PCF mais aussi l’ARAC, contre la guerre et l’impérialisme, le 22 décembre, marqua le début de l’action contre l’intervention annoncée de l’armée française en Allemagne pour imposer le paiement des réparations. Cachin, l’un des membre fondateurs de ce comité d’action au titre du parti communiste participa sans tarder à sa campagne de propagande en faveur du prolétariat allemand. Afin de frapper l’opinion il fut décidé d’organiser avec les autres partis communistes européens une conférence internationale qui se tint à Essen du 6 au 9 janvier 1923. Le rôle de Cachin, la personnalité française la plus connue, fut bientôt dénoncé par le ministre de l’Intérieur :

  • 72 AN F7 12901, lettre citée par Frédéric Monier, L’apparition du complot communiste en France (1920-1 (...)

« Au cours de ces conférences Cachin exhorta les masses ouvrières à se montrer courageuses et à livrer le bon combat, c’est-à-dire le combat contre les troupes d’occupation par tous les moyens possibles »72.

  • 73 « J’ai affirmé la nécesssité de la solidarité entre les deux prolétariats, et il n’y a là aucun app (...)

70Dès le 10 janvier, veille de l’intervention militaire française dans la Ruhr, les responsables du comité d’action furent arrêtés et inculpés d’attentat et de complot contre la sûreté intérieure et extérieure de l’État. Cachin, du fait de son statut de parlementaire ne pouvait être arrêté sans que son immunité fût levée. Le gouvernement fut donc conduit à demander aux députés qu’ils se prononçassent en ce sens. Une commission parlementaire ayant été constituée, après que le ministre de la Justice fut entendu, ce fut au tour de Cachin de s’expliquer, le 15 janvier. Accusé d’avoir porté atteinte à la sûreté de l’État par ses discours il choisit de défendre le comité d’action tout en récusant les propos d’incitation à la résistance armée qui lui étaient imputés73. La droite parlementaire se rallia aux propositions gouvernementales d’engager des poursuites contre le parti communisme, en inculpant notamment Cachin. À l’issue d’une séance houleuse, l’Assemblée nationale vota à une large majorité la levée de l’immunité parlementaire de Cachin. Son inculpation fut dès lors inscrite dans la dénonciation du complot communiste qu’aurait fomenté l’Internationale communiste.

  • 74 « Aux camarades Cachin, Monmousseau, Treint et aux autres camarades emprisonnés
    Chers amis, Nous sou (...)

71Cette campagne anticommuniste dont Cachin, emprisonné à la Santé, fut la victime la plus célèbre eut paradoxalement comme premier résultat de sauver le PCF d’une grave crise interne. La démission du secrétaire général du parti, Frossard, accompagnée du départ de nombreux élus, rédacteurs de l’Humanité et responsables fédéraux, aurait pu engager un processus de désagrégation du parti d’autant que les partants affichaient leur ambition de constituer un nouveau parti communiste fidèle aux traditions françaises du socialisme démocratique. Le conseil national du PCF, le 21 janvier 1923, ratifia les modifications opérées par le IVe Congrès de l’Internationale dans la direction du parti et affirma l’unité du parti face à l’action dissidente de Frossard dont le départ continuait d’inquiéter. Cachin, fidèle à la politique de l’IC, emprisonné après avoir défendu la politique du parti, devint le symbole de la nouvelle orientation du communisme français. Zinoviev, au nom de la direction de l’IC, lui adressa une lettre d’encouragements et de félicitations en plus du salut transmis à tous les dirigeants emprisonnés74 :

  • 75 Idem.

« Au camarade Marcel Cachin. Cher ami, Ainsi donc, vous êtes au repos à la Santé beaucoup plus tôt qu’on ne pouvait s’y attendre. Vous et les autres camarades emprisonnés avec vous avez sauvé l’honneur du prolétariat français. Votre courageuse conduite a été hautement appréciée des communistes de tous les pays. Maintenant chacun de vos actes attirera l’attention des ouvriers avancés du monde entier »75.

  • 76 « Le camarade Boukharine et moi nous voudrions bien être avec vous au banc des accusés, car tout l’ (...)
  • 77 « Lorsque viendra le procès, nous ne manquerons pas de vous citer, Boukharine et vous, comme témoin (...)

72Les dirigeants de l’IC, mis en cause par le biais d’un discours de Boukharine lors du dernier congrès, ripostèrent en souhaitant que Cachin réclame leur présence au tribunal !76 Il s’employa à le faire, par l’entremise de ses avocats, mais sans succès77. L’événement, par son caractère sensationnel, aurait pu se retourner contre le gouvernement. Finalement l’instruction contre Cachin et ses camarades tourna court : les pièces versées au dossier de l’accusation pour attester de directives militaires secrètes contre l’armée française ne résistèrent pas à la critique de la défense et à l’examen des experts qui jetèrent le doute sur les preuves apportées par les services de renseignement français en Allemagne.

73Cachin et ses camarades furent, à la demande d’un pouvoir judiciaire mal à l’aise, déférés devant le Sénat institué en Haute-Cour de Justice. Remis en liberté provisoire le 11 mai, Cachin comparut le 24 mai devant les sénateurs. Il était accusé par le procureur général du Parquet d’attentat contre la sûreté de l’État. L’accusation, à défaut de pouvoir produire des preuves tangibles d’un complot, imputait au PCF, section de l’Internationale communiste, une action au service de l’étranger dans un but conspiratif. L’enjeu de cette comparution était essentiellement politique puisque le Sénat se voyait inviter à se prononcer sur une accusation politique permettant de pénaliser toute organisation communiste. Cachin réagit vigoureusement en plaçant le débat sur le terrain politique :

  • 78 Mémoire manuscrit, Archives du Sénat, cité par F. Monier, « L’apparition du complot communiste en F (...)

« Le réquisitoire tend uniquement à instaurer devant la Cour de justice le procès de la IIIe Internationale et de l’Internationale syndicale rouge, et vise à mettre hors-la-loi de ce pays les organisations politiques et syndicales se rattachant à l’une ou l’autre de ces internationales auxquelles les inculpés se font honneur d’appartenir »78.

  • 79 Lors d’un premier scrutin les sénateurs se prononcèrent par 121 voix pour les poursuites mais par 1 (...)
  • 80 C’est ainsi le cas le 17 avril, lorsque le BP évoque la « liaison Humanité-Santé » et décide que «  (...)
  • 81 Bureau politique du 26 mars, CRCEDHC 517-1-122, p. 22.

74Délibérant à huis-clos la majorité des sénateurs refusa finalement d’engager des poursuites contre Cachin et désavoua le gouvernement79. Durant son emprisonnement à la Santé, Cachin n’avait pas cessé d’exercer ses responsabilités de directeur de l’Humanité. Des réunions du bureau politique se tinrent dans la prison afin de lui permettre de travailler80. Il écrivit non seulement des articles de politique générale mais également des billets pour soutenir la promotion du journal. Il fut ainsi décidé, le 26 mars 1923, de « charger Cachin de rédiger un tract et de soutenir quotidiennement la campagne par des filets dans le journal »81. Pour autant le directeur de l’Humanité ne put assurer la direction effective contrôlée par Rosmer et Souvarine. Ses relations avec ce dernier restaient médiocres : lorsqu’un de ses articles n’était pas publié Souvarine expliquait qu’il avait été perdu.

  • 82 Bureau politique du 10 septembre, CRCEDHC 517-1-122, p. 32.

75Dès sa sortie de prison Cachin participa à des meetings où son action et sa défense contre la politique gouvernementale furent célébrées, comme à Lyon, le 19 mai, en ouverture du Congrès des jeunesses communistes. Au Parlement, il multiplia les interpellations à l’adresse du gouvernement. En quelques mois la figure de Cachin, déjà populaire dans le parti, prit une nouvelle dimension. En revanche son rôle à l’Humanité était limité par le contrôle serré que Souvarine et ses anciens amis de la gauche exerçaient sur le journal. Lorsque la direction de l’IC décida de convoquer à Moscou une réunion extraordinaire du Présidium pour préparer concrètement l’action révolutionnaire en Allemagne, Cachin fut désigné, aux côtés des deux secrétaires du parti, Sellier et Treint82. Arrivé à Moscou, le 17 septembre au soir, il fut, dès le lendemain, mis dans le bain des travaux du Présidium qui envisagea la prochaine mise en œuvre de la révolution allemande. Cachin participa à des rencontres avec Brandler et Eberlein dans le but notamment de coordonner l’action des partis de France et d’Allemagne. La Conférence, ouverte par Zinoviev, envisagea les différentes étapes du processus révolutionnaire. Dans son carnet ne figurent que de brèves mentions sur les séances et les différentes personnalités qu’il rencontre. Visiblement il n’était pas impliqué dans les discussions qui envisagèrent les modalités organisationnelles de la prise du pouvoir. Mais même Souvarine, pourtant membre du Présidium, était à l’écart. Après avoir visité quelques expositions, fait un tour à la campagne, rencontré Trotsky, avec lequel il déjeuna, retrouvé Zetkin au Kremlin, puis donné un interview à l’agence Rosta et un article à la Pravda, il prit l’avion de Moscou à Kœnigsberg, avant d’emprunter le chemin de fer pour rallier Paris par Berlin. Dès le 8 octobre, devant le BP, il compléta le rapport présenté par Treint en insistant sur les liaisons à renforcer avec le PCA. Dans un premier temps Humbert-Droz se réjouit :

  • 83 Lettre à Zinoviev, 15 octobre 1923, Archives de Jules Humbert-Droz, 1923- 1927, 1983, p. 59.

« Cachin est très bien depuis son retour. Il a compris la situation et travaille activement à la faire comprendre par les militants »83.

76Cachin, dont la position était confortée par sa délégation à Moscou où les dirigeants de l’IC l’avaient félicité pour son activité, marqua bientôt ses réticences à l’égard de Treint comme de Souvarine, pourtant en conflit ouvert. Il affirma ainsi son opposition aux directives excluant comme candidats les membres de l’appareil du parti et de son quotidien. Proposées par Treint, devant le conseil national, le 15 octobre, ces mesures lui apparaissent irréalistes et dangereuses. À la suite des critiques véhémentes de Rappoport il intervint pour dire qu’il ne se considérait pas engagé par une décision attribuée au nom du Comité directeur :

« Quand on me dit que le Comité directeur a adopté la proposition de notre camarade Treint, c’est vrai puisque notre camarade Treint, secrétaire du parti, nous l’affirme. J’avoue que les nécessités de la propagande m’appellent très souvent en province et ne me permettent pas d’assister à toutes les réunions du Comité directeur ; je dis très franchement que c’est la première fois que j’apprends que cette décision a été prise par le Comité directeur, et elle m’a un peu étonné ».

77Il fit la suggestion d’ajourner le vote et de transmettre la proposition à l’Internationale :

  • 84 Conseil national du 14 et 15 octobre.

« D’ici quelques semaines, nous pouvons demander à l’Internationale d’accepter la proposition qui nous est faite et nous aurons au prochain congrès à examiner à la fois notre suggestion et les avis de l’Exécutif »84.

  • 85 « Dans l’état actuel du parti, de telles propositions surgissant sans discussion préalable entre mi (...)
  • 86 Bureau politique, séance du 18 février.

78Soutenu par Suzanne Girault, Treint repoussa vigoureusement cette suggestion et fit voter sa proposition dont le caractère démagogique flattait certains jeunes militants mais inquiétait Humbert-Droz85. De fait cette disposition visait directement Cachin. Elle était en fait inapplicable et ne pouvait recevoir l’aval de l’IC. Elle fut rapportée et la candidature de Cachin dans la Seine fut finalement retenue au début de l’année 192486.

79Les déchirements qui secouèrent la direction du PCF durant cette année eurent des effets paradoxaux sur la situation de Cachin. Tout en ne pouvant prétendre au rôle principal, sa position fut consolidée au sein de la direction en raison de la désagrégation de la gauche qui l’avait combattu en 1922. Prenant soin de se démarquer autant de Souvarine que de Treint, Cachin, à l’issue du IIIe Congrès du PCF à Lyon, se retrouvait encore flanqué de Rosmer, co-directeur de l’Humanité tandis que la commission chargée de préparer les élections était confiée à Garchery. Cependant la démission de Rosmer, solidaire de Souvarine, puis le départ de Treint pour Moscou comme la proximité des élections ainsi que les difficultés du gouvernement Poincaré avant la victoire électorale du Cartel des gauches, donnèrent à Cachin de nouvelles marges de manœuvre, lui permettant notamment de déployer son activité parlementaire tout en reconquérant un plus grand pouvoir sur le quotidien du parti.

Cachin comme ténor parlementaire

80L’activité parlementaire de Cachin redevint essentielle à partir de 1924 : en dehors du journal l’Humanité c’est au Palais Bourbon qu’il consacra le plus de temps. Réélu en 1924 et 1928 il fut omniprésent aux séances de la Chambre des députés et joua un rôle central dans le groupe parlementaire. Battu aux élections législatives de 1932 il fut élu sénateur en 1935 après avoir été à plusieurs reprises, et sans succès, le candidat des communistes aux élections sénatoriales. Au total, au moment où Cachin, au sein du groupe dirigeant, perdait sa position de premier plan qu’il occupait depuis 1920, il l’augmentait dans l’espace politique français et devenait le communiste dont la notoriété indiscutée s’imposait jusqu’au moment où, lors du Front populaire, il la partagea avec Thorez. L’expérience de Cachin autant que la qualité de ses interventions en firent le chef de file des députés communistes même s’il ne dirigea pas le groupe parlementaire.

81Quand on examine, à travers les débats parlementaires, publiés au Journal officiel, l’ensemble de ses interventions on est frappé par leur ampleur et par la diversité des questions qu’elles abordent. Une rapide analyse fait apparaître que son niveau d’activité évolue. Il augmente sensiblement à partir de 1924 puis fléchit légèrement à partir de 1928 tout en restant très élevé. Le champ couvert est vaste puisqu’il comprend aussi bien la question des loyers, la lutte des pêcheurs de Douarnenez que la politique étrangère comprenant notamment les rapports entre la France et l’URSS et la politique coloniale de la France. Sont également touchés par Cachin les problèmes monétaires ou fiscaux avec l’ensemble de la situation économique ainsi que la politique générale des gouvernements successifs et leur action à l’égard des communistes. Cette énumération réductrice donne une idée de l’activité foisonnante de Cachin qui apparaît publiquement comme l’interlocuteur communiste inévitable. Son registre d’intervention, à cet égard, surpasse par son étendue et sa qualité, celui de ses camarades parlementaires qui restent cantonnés dans un ou deux domaines. Quant aux dirigeants du parti, préoccupés qu’ils sont par les problèmes d’organisation et les relations avec l’Internationale, ils ne sont pas disponibles pour intervenir en fonction du rythme de la vie politique française, toujours largement dominée par le déroulement des travaux parlementaires. Faute de pouvoir, dans cette présentation générale, étudier en détail l’activité parlementaire de Cachin on relèvera seulement ses aspects les plus caractéristiques.

  • 87 En tête des candidats communistes il obtint 48 524 voix alors que la moyenne des candidats communis (...)
  • 88 Dans la 3e circonscription du 18e arrondissement, au second tour il obtient 8 119 voix contre 5 619 (...)

82L’implantation électorale de Cachin n’est pas la moindre des données significatives de sa situation. Réélu en 1919 et 1924 dans le cadre du système proportionnel, il le fut encore en 1928 alors que le scrutin majoritaire par arrondissement était devenu la nouvelle règle. À l’occasion de ces différentes élections, son score témoignait de son audience spécifique : en tête de la liste des candidats communistes de la Seine en 192487, il affirma une certaine capacité à rassembler des voix de gauche au second tour en 192888. Mais en 1932 il n’échappa point à la dépression générale de l’influence communiste. L’isolement politique du PCF et ses relations conflictuelles avec le parti socialiste résultaient pour une large part de la politique classe-contre-classe suivie depuis 1928. Le refus du désistement réciproque lors du 2e tour, traduction électorale de cette politique, atteignit également Cachin. Personnage emblématique du parti communiste, il subit, en 1932, la dégradation de son influence. À travers son attitude publique, dans la presse et au parlement, il n’avait que rarement laissé transparaître ses réserves à l’égard de la politique « classe contre classe » ou évoqué sa mise à l’écart du groupe dirigeant.

83Cachin devait son image de porte-parole du PCF à son activité parlementaire dans un temps où la Chambre des députés restait le cœur de la vie politique française. Il était de toute les grandes interpellations lancées par le groupe communiste à l’adresse des différents gouvernements. En 1924, au lendemain des élections qui virent la victoire du Cartel des gauches, Cachin réclama, au nom de son groupe, la démission de Millerand, le président de la République, qui s’était engagé pendant la campagne électorale aux côtés de la droite puis avait, malgré sa défaite, pressenti un président du Conseil issu de ses rangs. Ainsi, le 7 juin, Cachin demanda que la Chambre inscrive à son ordre du jour

  • 89 Journal officiel, Débats parlementaires, 8 juin 1928, p. 2277.

« la question présidentielle. Nous proposons que la Chambre émette un vote clair pour affirmer sa volonté de voir le chef de l’Exécutif se démettre immédiatement de ses fonctions »89.

84À l’égard du gouvernement Herriot il prononça un réquisitoire de principe qui affirmait le refus communiste de faire la différence entre les partis politiques de la bourgeoisie :

  • 90 Idem, séance du 17 juin, p. 2308.

« Nous nous opposons avec la même vigueur à la politique que M. le président du Conseil vient de formuler ici, au seuil de cette législature. Les partis conservateurs et radicaux de ce pays se succèdent au pouvoir avec une alternance rythmée, depuis quarante années. Ils opposent leurs formules les unes aux autres »90.

85Cachin se présentait régulièrement comme le député des ouvriers et des paysans dont les luttes seules pourraient changer l’état des choses :

  • 91 Idem.

« Nous savons bien que ce n’est pas au Parlement, mais dans l’usine et dans le champ, que s’élabore la société de demain »91.

86Au lendemain de la manifestation communiste qui avait accompagné la cérémonie officielle du transfert de Jaurès au Panthéon Cachin polémiqua avec la droite :

« Je dis par conséquent à M. Taittinger que, s’il lui plaît d’organiser demain des légions fascistes, il trouvera en face de lui des organisations prolétariennes décidées à ne pas se laisser faire ».

87À l’attention du gouvernement de gauche il revendiqua l’héritage de Jaurès : « C’est lui qui nous a montré la nécessité d’organiser la classe ouvrière sur son terrain propre ». Fort de la présence communiste dans la rue, il réclama l’extension du droit de manifester :

  • 92 Idem, 2e séance du 25 novembre 1924, p. 3833.

« Jusqu’à présent, la démocratie de la bourgeoisie française nous a refusé la rue. Elle avait peur que nous y donnions le spectacle que nous avons montré dimanche »92.

88Contre les banquiers et la finance Cachin reprit régulièrement les arguments des gouvernants cartellistes tout en stigmatisant leur faiblesse :

  • 93 Idem, séance du 27 mai 1926, p. 2238.

« Ce qui ressort de la crise présente, ce qui apparaît avec une force lumineuse, c’est que, de plus en plus, ce sont ces puissances d’argent qui sont souveraines ; et, demain, plus encore qu’hier, elles disposeront de notre nation »93.

89Lorsque la majorité cartelliste se fissura et que l’instabilité gouvernementale s’aggrava Cachin se fit le défenseur éloquent d’une politique nouvelle du PCF qui désormais envisageait la possibilité de soutenir un gouvernement prenant des dispositions contre la spéculation bancaire. Il le laissa clairement entendre au plus fort de la crise monétaire, en juillet 1926, en s’adressant à Herriot :

  • 94 Idem, séance du 21 juillet 1926, p. 3015.

« Monsieur le président du Conseil, si vous proposiez des mesures énergiques, décisives et efficaces contre ces menées, ce ne sont pas les communistes qui se mettraient en travers de leur adoption »94.

  • 95 « Contre le Plan Dawes et la trahison socialiste, Pour la reconnaissance des soviets », (Discours p (...)

90À côté des questions financières et de politique générale, la politique étrangère constituait un domaine où Cachin excellait. Sa connaissance des dossiers et son expérience internationale trouvaient à s’employer lorsqu’il interpellait les ministres des Affaires étrangères sur la politique française concernant les réparations allemandes lors de l’adoption du Plan Dawes. Les négociations internationales bilatérales, franco-allemandes par exemple, ou multilatérales, dans le cadre de la SDN, lui donnèrent l’occasion de grands discours dont l’ampleur de vue suscitait le respect de ses adversaires. Plusieurs de ses interventions furent publiées en brochures de propagandes qui connurent une grande diffusion95. Parmi les thèmes de prédilection de Cachin l’apologie de l’URSS suscitait ses interventions les plus enflammées souvent en réponse aux critiques socialistes. Ainsi, en 1925, il polémiqua violemment avec Spinasse qui pronostiquait la dégénérescence de la révolution :

  • 96 Idem, séance du 3 février 1925, p. 541.

« Ceux qui s’efforcent de prouver qu’elle est épuisée, qu’elle est prête à tous les renoncements, à vendre sa révolution au capitalisme, ce sont les mêmes qui abdiquent ici chaque jour et, chaque jour, font plier leur drapeau... Nous disons, au contraire, que la révolution russe est plus forte que jamais, qu’elle a passé ses premières difficultés, que son avenir est sauf. À l’intérieur, son économie est stabilisée, ordonnée. Elle a travaillée »96.

  • 97 « Pour la défense de l’Union soviétique », Discours de Marcel Cachin à la Chambre des députés, séan (...)

91Que ce soit à propos de sa reconnaissance diplomatique, en 1924, ou de sa sécurité, lors des accords de Locarno, puis de sa situation économique lorsque la discussion sur les pétroles ou sur le commerce s’engagea à la fin de la décennie, Cachin, apparaissait comme le défenseur informé de l’URSS97. À la veille du 13e anniversaire de la révolution russe il la salua publiquement :

  • 98 Idem.

« Pour nous fraction communiste de cette Assemblée, nous nous associons ici à cette célébration et nous saluons, du haut de cette tribune, la révolution russe préface de la révolution soviétique du monde entier »98.

92À chacun de ses voyages, en 1925, 1928 et 1930 et 1931 les dirigeants soviétiques lui manifestaient une gratitude à laquelle les notes de ses carnets montrent qu’il était loin d’être insensible. Sa vision de la réalité soviétique, même si elle n’était pas dépourvue de remarques critiques, restait délibérément confiante. Durant ses séjours Cachin était à l’affût des progrès économiques et sociaux accomplis. Son invitation à Moscou, en novembre 1930, pour assister au procès intenté aux soi-disant membres du « parti industriel », témoignait de la confiance des dirigeants soviétiques mais aussi de leur souci d’emporter la conviction agissante du parlementaire communiste français qui n’avait cessé de vanter les réalisations soviétiques et que les troubles accompagnant la collectivisation et l’industrialisation pouvaient ébranler. Cachin – son carnet de 1933 l’atteste – n’ignorait pas certains aspects dramatiques de la situation agricole mais cherchait des arguments pour les minorer. En tout cas, face à ses adversaires parlementaires, Cachin resta le défenseur indéfectible de l’URSS. Une analyse fine de ses interventions permet de voir qu’il relayait la diplomatie soviétique dont il épousait les inflexions. Ses propos modérés des années 1924 et 1925 contre la politique française en Europe centrale laissèrent place à des critiques de plus en plus virulentes contre l’impérialisme français érigé en fer de lance de l’antisoviétisme. Devant la Chambre des députés, en novembre 1930, juste avant son départ pour Moscou, Cachin prononça une diatribe vigoureuse contre la politique étrangère du gouvernement français accusé de fomenter l’encerclement et l’agression de l’URSS.

« Ce ne sont plus seulement des campagnes de presse inspirées et d’une extrême brutalité qui visent à égarer l’opinion et à l’exciter contre la Russie soviétique. Mais l’inspiration générale de la politique du gouvernement est tout à fait et délibérément antirusse ».

93Deux ans plus tard, à la fin de la législature dans son dernier discours de député, Cachin dénonça le gouvernement français et renouvela son appel à la défense de l’URSS :

  • 99 Discours prononcé à la séance du 8 mars 1932. « Le capitalisme en déclin veut se sauver par la guer (...)

« La menace contre l’URSS n’est que trop réelle. Et le capitalisme français, par l’action de sa presse, par celle de sa diplomatie, par ses alliances militaires, par sa propagande multiforme et incessante, par son appui matériel et moral aux émigrés contre-révolutionnaires, se range au premier rang de ses agresseurs »99.

94Même s’il était régulièrement attaqué pour son prosoviétisme ce furent ses propos anticolonialistes qui valurent à Cachin ses plus violentes altercations, des poursuites et à nouveau la prison. Au printemps 1925, il dénonça au nom du PCF la politique du gouvernement au Maroc et affirma la solidarité de la fraction parlementaire communiste avec Abd El-Krim. Marcel Cachin mena ce combat avec une fougue qu’il revendiquait :

  • 100 JO, séance du 29 mai 1925, p. 2514.

« Permettez-moi d’apporter dans ce débat toute ma passion ; je ne puis faire autrement, c’est mon tempérament, et je n’ai pas à m’en excuser »100.

95Se référant au combat et aux positions de Jaurès, il comparait les insultes qu’il avait subi pour sa dénonciation du colonialisme avec celles dont les communistes étaient l’objet :

« Pendant dix ans, Jaurès, sur les bancs socialistes, n’a cessé d’affirmer cette vérité historique, sous les outrages, sous les huées, sous les insultes de tous les patriotes de cette Chambre... Des bancs du gouvernement et du fauteuil de la présidence, ces outrages tombaient sur lui et sur son parti, comme ils tombent aujourd’hui sur la tête des communistes, qui ont repris sa doctrine ».

96Cachin, saluant la lutte pour l’indépendance des Marocains, évoquant les principes de Wilson, appelait le gouvernement français à la négociation plaidant pour une paix fondée sur la reconnaissance du droit des peuples :

  • 101 JO, séance du 29 mai 1925, p. 2515.

« Il serait pour vous honorable, il serait favorable, il serait utile à notre pays que vous mettiez immédiatement un terme à cette expédition sanglante et coûteuse, que vous engagiez immédiatement des conversations avec Abd El-Krim, qu’au lieu de l’injurier, vous le preniez comme un ennemi qu’il est, c’est entendu, et qui se défend, que vous envoyiez vers lui la commission que nous vous demandons d’instituer et qui serait composée de qui vous voudriez »101.

97Cette modération dans l’argumentation n’empêcha qu’il soit inculpé pour avoir apporté son soutien à la lutte des Marocains contre l’armée française en signant l’« Appel du Comité central d’action contre la guerre du Maroc ». Après la publication de ce texte dans l’Humanité, le 20 juillet 1925, il fut inculpé de provocation de militaires à la désobéissance. Condamné dès la fin de l’année 1925, sa peine, alourdie, fut portée à plus d’un an de prison au printemps 1927.

98C’était le moment où Cachin croisait le fer avec le ministre de l’Intérieur, Albert Sarraut. Après qu’il eut fortement dénoncé l’activité communiste dans les colonies lors d’un voyage en Algérie au cours duquel celui-ci avait adapté le slogan de Gambetta en déclarant : « le communisme voilà l’ennemi », il s’employait à le réprimer, ce qui lui valut une interpellation de Cachin. Durant tout le mois de juin il mena avec brio la polémique contre le gouvernement, revendiquant les idéaux du communisme et valorisant l’action communiste contre le colonialisme ou la guerre. Mettant les différents ministres au défi de jeter en prison tous les dirigeants communistes il souligna l’opération pré-électorale de cette campagne :

  • 102 JO, 2e séance du 10 juin 1927, p. 1839.

« Encore une fois, vous allez nous frapper. Frappez dur ! L’idée des élections prochaines hante ici tous les partis. Et bien ! Envoyez un nombre important de députés communistes à la Santé »102.

99Malgré son insistance le gouvernement n’obtint pas un vote favorable à la levée de l’immunité de Cachin. Celui-ci, après s’être rendu à la Santé en vertu de sa condamnation, en ressortit libre. Après la clôture de la session parlementaire il dût y retourner et y resta près d’un an puisqu’après une libération en novembre, il retrouva sa cellule en janvier 1928 et y fut confiné jusqu’en juin de cette année. Loin d’implorer la clémence du président du Conseil, Cachin l’avait de nouveau défié tandis qu’il interpellait ses collègues socialistes conviés de nouveau à voter la levée de son immunité parlementaire :

  • 103 JO, séance du 12 janvier 1928, p. 34.

« Mettez-nous en prison et laissez-nous y. Quant à vous obéir désormais, vous entendez, n’y comptez plus ! Réprimez-nous, frappez-nous, cela nous est parfaitement indifférent. Nous avons trop la foi en notre idée, nous l’avons trop attachée au cœur, nous l’avons prouvé par toute une vie sans défaillance »103.

Cachin à l’Humanité

100De toute évidence le journal dont Cachin assurait la direction depuis 1918 continua d’occuper une partie importante de son temps. Il ne se passait pas une semaine sans qu’un ou plusieurs de ses éditoriaux n’occupât la une. Le tirage et la diffusion de l’Humanité ne cessaient de préoccuper Cachin comme l’attestent les comptes qu’il tenait dans chacun de ses carnets. En revanche son rôle de directeur est difficile à saisir car il ne le mentionne jamais de manière détaillée dans ses notes. Faute d’archives spécifiques on doit recourir aux informations fournies par les documents de la direction du parti pour esquisser ce qu’a été son rôle.

101Bien qu’il ait été sans discontinuité directeur du journal son contrôle politique tant sur la rédaction que sur l’orientation générale du quotidien n’a pas été le même durant toute la période. Son autorité, nous l’avons vu, avait été mise en question par Souvarine et les dirigeants de l’IC en 1922. Ensuite, bien qu’il ait réussi à conserver lors du IVe Congrès de l’Internationale son autorité nominale sur le journal, il avait du concéder la présence à ses côtés de dirigeants représentant la gauche du parti. Ainsi Rosmer et Dunois en 1923 et 1924 assumèrent la co-responsabilité du journal. Souvarine, à son retour, à l’automne 1923, avait exigé qu’une place lui soit faite au sein de la direction. Il obtint la responsabilité des campagnes exceptionnelles et se lança au journal dans une série d’articles révélant la vénalité de la grande presse à la veille de la guerre en utilisant les archives tsaristes ouvertes par le gouvernement soviétique. Après l’élimination de Souvarine, en juillet 1924 lors du Ve Congrès de l’IC, auquel Cachin ne semble pas avoir participé, le contrôle de la direction du parti s’exerça d’une manière différente et encore plus directe. Girault, Treint et Sémard, n’hésitaient pas à faire passer leurs articles en se rendant au journal et en imposant leur parution à la rédaction. Il fallut attendre l’année 1926 et l’adoption de la nouvelle formule, que nous évoquons ci-dessous, pour que la direction du journal et la rédaction retrouvent une plus grande latitude d’action. Flanqué de Vaillant-Couturier, Cachin dirigea alors vraiment l’Humanité pendant trois années malgré ses différents séjours en prison. En revanche, dès l’automne 1929, il fut réellement et durablement mis sur la touche comme directeur et même comme rédacteur, pendant quelques mois puisque Marty allait jusqu’à signer certains articles de son nom durant l’hiver 1929-1930. Cachin note laconiquement dans son carnet de 1930, le 21 janvier, qu’il fait désormais partie d’un collège de direction comprenant Berlioz, Bonte, H.B. et Varagnat. Il ne retrouva pas dans cette période sa pleine autorité sur le journal qui fut désormais placé sous le contrôle politique d’un autre membre de la direction, Ferrat en 1932 puis Marty au début de 1934. Pour autant Cachin continua de se consacrer au journal et de s’en préoccuper comme son suivi régulier du tirage l’atteste. Il participe à la campagne de défense du journal en 1930 et 1931 quand son existence parait mise en jeu par la répression. Il lance ainsi de nombreux appels à la création et à l’action des CDH (les comités de défense de l’Humanité) pour développer la diffusion militante.

  • 104 Ventes de l’Humanité

102Les chiffres mentionnés par Cachin dans ses carnets et les données d’archives que nous possédons montrent bien que la diffusion de l’Humanité a connu de fortes fluctuations durant toute la période. Les discours mobilisateurs en faveur de l’Humanité doivent être relativisés car bien souvent ils correspondent à des moments de difficultés et ne témoignent pas d’un essor réel du journal. En revanche il apparaît, au vu des chiffres, que l’Humanité a connu au cours des années vingt des moments de progression correspondant tout à la fois à des phases de mobilisation de la gauche et de plus grande liberté du journal. L’apogée des ventes en 1928 ne fut pas dépassée avant le Front populaire104. Elle marquait la réussite de la nouvelle formule du journal lancée deux ans avant. Celle-ci avait été préparée par de nombreuses études préliminaires conduites sous l’autorité de Cachin en relation avec Sémard le secrétaire général.

  • 105 La direction du parti envisage alors la création d’une Humanité du Nord, dont la direction politiqu (...)
  • 106 Un projet de réorganisation de l’Humanité est présenté par Pierre Semard en novembre 1925, qui, dès (...)
  • 107 L’Humanité, 21 avril 1926.
  • 108 « La réorganisation de l’Humanité sur les bases d’un grand journal communiste d’information, adapté (...)

103Mise à l’ordre du jour, dès l’automne de 1925, elle est continuellement reportée et finalement adoptée en avril puis lancée le 2 mai 1926105. Elle suscita de vifs débats qui touchent aux orientations politiques nouvelles et à l’activité du parti106. Le 21 avril 1926, la nouvelle formule fut annoncée : « C’est fait, l’Humanité va devenir, à partir du 2 mai le grand journal quotidien d’information que la classe ouvrière attendait »107. Les changements s’effectuèrent avec une certaine précipitation à la fin d’avril 1926108.

104L’Humanité, avec six pages au lieu de quatre, comportait des rubriques nouvelles. Celle de la vie intellectuelle, notamment, ouverte aux informations sur la science, la radio, le cinéma et la littérature. Une page était consacrée à l’URSS, une autre accueillait des articles sur l’histoire et le marxisme. De grandes enquêtes et des reportages traitant des questions d’actualités françaises ou internationales furent lancées. Ainsi, dans le cadre d’une enquête sur la stabilisation monétaire, furent publiés pendant trois semaines des entretiens avec les personnalités les plus diverses du monde politique et financier, sur les solutions pour stopper l’inflation. De même furent présentés des reportages sur la grève générale en Grande-Bretagne ou le référendum en Allemagne. Une place accrue fut accordée au sport. Toutes les activités sportives étaient désormais prises en considération et plus seulement celles organisées par les Associations ouvrières. Pour la première fois l’Humanité suivit le Tour de France. Enfin, la une du journal comportait des informations d’actualités, politiques ou non, soulignées davantage qu’avant par des titres et des photos. Les modifications de maquette réalisées avec des moyens techniques réduits et une augmentation limitée du prix du journal, puisqu’il passa de 20 à 25 centimes, visaient bien sûr à accroître l’audience populaire du journal.

  • 109 « Lors d’un événement politique important, le tirage de l’Humanité augmente de quelques milliers d’ (...)

105À l’occasion d’événements politique importants, le tirage et les ventes de l’Humanité augmentèrent considérablement, plus que ceux des autres journaux, mais ces gains ne sont jamais durables109. Sans doute, le tirage de l’Humanité depuis 1921 n’avait pas diminué sensiblement, mais l’augmentation annoncée en 1924, au moment de la victoire du Cartel des gauches, n’avait été que passagère. La nouvelle formule s’expliquait par le souci de suivre l’évolution générale de la presse. La période du Cartel, celle de sa victoire électorale, comme celle de ses difficultés avait été marquée par un essor sensible de la presse de gauche. Un journal lancé au début de la période, le Quotidien, avait rapidement conquis un public populaire en se présentant comme le journal de la gauche, tout en accordant une place grandissante aux informations. L’Humanité ne devait-il pas s’inspirer de cet exemple, de sorte qu’il devienne lui aussi un journal d’information, tout en conservant son contenu politique ?

« Il faut d’abord prouver – expliqua Sémard reprenant les idées de Cachin – que l’Humanité est un journal aussi bien informé que les autres, et qu’en plus, il est le journal de défense des intérêts de la grande masse laborieuse ».

106Fournir les informations attendues par le public populaire était un moyen de le gagner à la lecture de l’Humanité et de lui faire connaître les idées révolutionnaires, ajoute le secrétaire général.

  • 110 Rapport cité.

« L’information attire un grand nombre de lecteurs et de lectrices qui, peu à peu, s’intéressent à notre vie politique, aux luttes que nous menons pour les larges masses de la population et qui deviendront de fidèles lecteurs de notre journal »110.

107Après avoir assuré de fait la direction politique de l’Humanité durant l’année 1925, Semard avait, dès le mois de décembre, demandé à en être dessaisi, puisqu’il devait désormais assurer pleinement les tâches de secrétaire général. La liaison et le contrôle politique du journal furent confiés à un membre du Comité central, Bernard, mais la responsabilité effective du journal revenait désormais à Marcel Cachin, directeur politique du journal et à Paul Vaillant-Couturier, rédacteur en chef.

108Si elle suscita de la méfiance de certains cadres du parti et de l’inquiétude dans l’IC, la nouvelle formule rencontra un bon écho parmi les lecteurs et la masse des adhérents. Le nouveau visage de l’Humanité correspondait bien aux orientations politiques du PCF depuis la fin de 1925. Le quotidien mieux qu’avant, pouvait prétendre être réellement le journal populaire d’un parti se donnant désormais comme priorité l’activité de masse. Les réticences devant la nouvelle formule n’exprimaient pas seulement des craintes à l’égard du journal mais surtout en vers l’évolution du parti car l’Humanité était le principal, sinon le seul vecteur de la propagande du parti. Durant trois ans les reproches adressés au journal jugé par certains, tel Marty, insuffisamment combatif, signifièrent en réalité une opposition plus fondamentale à une orientation politique dont Cachin était pleinement partie prenante.

Cachin un dirigeant à part

109Durant les cinq premières années du PCF Cachin avait connu, nous l’avons indiqué, des fortunes politiques diverses. Après avoir été un dirigeant de premier plan dans la phase fondatrice, il avait perdu, à partir de 1923, une partie de son influence dans la direction du parti. De tous les dirigeants du centre il était cependant le seul à avoir conservé un rôle de premier plan. Sans doute avait-il donné des gages et fait de nombreuses concessions. Se repliant sur l’activité parlementaire et le travail journalistique il avait consolidé sa popularité auprès des adhérents et des électeurs : connu, respecté même par ses adversaires, il avait ainsi conquis une audience politique qui gênait des dirigeants du parti comme Treint ou Girault. Lorsque Manouilsky vint à Paris pour dénouer la crise qui secouait l’équipe dirigeante il constata que Cachin, comme d’autres anciens, ne participait plus à la direction effective du parti. Sa dénonciation du fractionnisme comme une pratique dépassée s’adressait aux dirigeants issus de la gauche et concernait directement Cachin, longtemps la cible préférée de leurs critiques :

  • 111 Conférence nationale du PCF, 2 décembre 1925, CRCEDHC, 517-1-236.

« Nous avons mené une lutte de fraction. J’étais avec vous pour faire la scission, mais il y a maintenant quelque chose de changé... Cassez la politique de fraction. Il faut que le parti pense, qu’il ait des possibilités et de parler et de discuter sur tous les problèmes... On a vite fait de dire d’un camarade qu’il est droitier. C’est une erreur... Il faut changer nos méthodes vis-à-vis des masses, vis-à-vis des syndicats, vis-à-vis du parti »111.

  • 112 Documents du Comité central, 6 avril 1926, CRCEDHC, 517-1-360.

110Dans la réorganisation de la direction qui s’en suivit, la position de Cachin fut renforcée même s’il ne faisait pas partie du premier cercle des dirigeants sur lesquels comptait l’IC. Au cours du VIe Plenum de l’IC, en mars 1926, à l’issue d’une discussion sur ce point, la résolution adoptée précisait que la nouvelle direction du PCF devait s’assurer obligatoirement « la collaboration la plus intime et la participation la plus étroite à la direction des camarades Monmousseau, Doriot et Cachin »112. Après le lancement de la nouvelle formule de l’Humanité le rôle de Cachin prit une nouvelle dimension dont sa participation au VIe Congrès du parti devait témoigner. Sa localisation à Lille et sa cérémonie d’ouverture dominée par un grand discours de Cachin signalaient la volonté du PCF de se présenter comme l’héritier du guesdisme. Cachin était le mieux placé pour évoquer les sources du communisme français lorsque 26 ans plus tôt Jaurès et Guesde avaient débattu précisément à Lille de leurs conceptions respectives du socialisme. Il pouvait se présenter au nom du PCF comme le dépositaire légitime d’une tradition socialiste de lutte des classes abandonnée par la SFIO.

111Dès lors l’action de Cachin au sein de la direction du parti n’allait pas se démentir. Après le retour de Poincaré sanctionnant l’échec du Cartel des gauches, Cachin fut non seulement l’orateur de multiples meetings organisés par le parti dans toute la France afin de recruter de nouveaux membres mais il en fut aussi l’un des instigateurs. Préconisant une préparation minutieuse des prises de parole il proposait

« de préparer les discours de nos orateurs sans laisser à chacun d’eux le soin de dire ce qu’il voudra. Il doit y avoir un exposé type sur chaque question ».

112Au delà des aspects organisationnels il concevait cette campagne comme un moyen de modifier l’image du PCF dans la population française :

  • 113 Comité central du 1er septembre 1926, CRCEDHC, 517-1-351.

« Nous sommes un parti attendu, mais un parti dont on se défie, un parti tout jeune dont on dit principalement en province : ‘les communistes sont de bons gars, mais ils vont trop loin’. Il faut dissiper cette légende et donner le sentiment que nous ne sommes pas des utopistes lointains, mais que nous voyons très clair dans la situation et que nous apportons des solutions. Il faut qu’on nous prenne au sérieux »113.

113Devant des milliers de personnes Cachin devait montrer l’exemple en appelant ses auditeurs déçus par le Cartel des gauches à se tourner vers le PCF :

  • 114 “La parole aux ouvriers lyonnais”, l’Humanité, 1er octobre 1926.

« Le communisme vous a prédit les déceptions qui vous attendaient. Il vous convie maintenant à tirer les leçons des tristes événements de ces deux dernières années »114.

114En dépit de son activité débordante Cachin se trouva au centre des dissensions avec l’IC puis la cible de ses dirigeants dès le printemps 1927. Étant un des plus fermes défenseurs de l’orientation mise en œuvre depuis le printemps 1926, il fut critiqué pour son parlementarisme, son légalisme et son manque de fermeté à l’égard des socialistes. Critiqué à plusieurs reprises par Humbert-Droz il refusa d’accepter les reproches de trop grande modération de l’Humanité à l’égard des socialistes.

Le contentieux avec l’IC et la mise à l’écart

115Au printemps 1927 Cachin était devenu le porte-parole et le symbole de la politique du PCF qui se déployait sur le terrain parlementaire et dans le pays en s’adressant à l’électorat de gauche profondément déçu par l’expérience du Cartel. Cette orientation, acceptée par l’IC afin de consolider le PCF, ne pouvait apporter les résultats spectaculaires réclamés également par l’IC au moment où la révolution en Chine tournait à la catastrophe et surtout où la nouvelle opposition unifiée critiquait vertement l’opportunisme de la direction de l’IC. Pour celle-ci Cachin représentait le dirigeant type symbolisant l’héritage social-démocrate avec lequel il fallait rompre. Il fut particulièrement critiqué pour la manière dont il avait conçu sa bataille parlementaire contre la répression avec son acceptation de l’emprisonnement. Son attitude, jugée étroitement légaliste, servit d’argument pour préconiser le changement de la ligne du parti. Les écrits de Togliatti et de Humbert-Droz en témoignent. Cachin était en prison, en septembre 1927, quand la politique « classe contre classe » préconisée par l’IC et défendue par Thorez fut mise en discussion dans la direction du parti. Cachin fut parmi ceux qui marquèrent leur réserve quand la nouvelle ligne fut imposée. Cependant, dans le débat qui agita alors le groupe dirigeant, il resta en retrait. Face à Thorez il adopta une position voisine de celle de Semard, le secrétaire général, qui s’inquiéta des dérives « gauchistes » de la nouvelle ligne. Les dirigeants des jeunesses communistes ne se privèrent pas de mettre en cause le vieillissement de la direction et son manque de combativité face à la répression. Bien que directement visé Cachin, libéré en raison de l’ouverture de la session d’automne de la Chambre et accaparé par les débats parlementaires, ne participa pas activement aux débats qui traversèrent le Comité central. Ayant, en prison, participé à un texte critique à l’égard de la nouvelle politique défendue par Thorez, il se rallia ensuite à l’idée d’une lettre ouverte aux adhérents afin de généraliser la discussion. Après la publication de celle-ci, fin novembre, l’Humanité publia des éditoriaux qui proposaient bien souvent une interprétation minimisant la nouveauté du nouveau mot d’ordre. Cachin le premier, loin de l’interpréter comme l’indication d’une rupture avec le parti socialiste, le présentait comme le retour à la tradition guesdiste :

  • 115 Cachin, « Une politique claire : la notre », l’Humanité, 20 décembre 1927.

« Les travailleurs ne doivent compter que sur eux-mêmes, sur leur force, sur leur nombre, sur leur clairvoyance et leur courage. C’est ce que signifie la claire politique : classe contre classe. Elle n’est pas neuve : elle fut jadis celle de tous les socialistes du parti ouvrier, et il y a plus de trente années que Guesde la propageait chez les travailleurs de ce pays. Aujourd’hui, elle s’impose bien plus impérieusement encore que dans ces temps déjà lointains, car les conditions économiques de la lutte des classes se sont singulièrement précisées »115.

116Avant de retourner en prison, au début de janvier 1928, il écrivit ainsi plusieurs éditoriaux qui ne trompaient pas sur son appréciation.

  • 116 Voir sur ce point l’introduction aux carnets de 1928.

117Cependant la prison le tint éloigné de la Conférence de Berlin où la tactique électorale, en janvier 1928, fut rediscutée avec les dirigeants de l’IC. Il ne put, de même, être du IXe Plénum à Moscou en février, au cours duquel la politique suivie par le PCF fut mise en cause. Pour autant, malgré sa prudence et sa popularité, Cachin ne pouvait éviter de tomber sous le coup des critiques majeures adressées par l’IC au PCF ; sauf à se renier, ce qu’il ne fit pas plus en cette occasion qu’à d’autres reprises. Comme il était très représentatif de la politique d’ouverture suivie par le parti en 1926 et 1927 il fut, lors du VIe Congrès de l’IC de 1928, l’une des cibles principales des critiques et le ressentit durement. Loin d’accepter passivement des remarques qu’il estimait injustifiées il maintint sa conception d’un parti riche de sa diversité et menant une action politique adaptée à la situation française. Alors même que sa mise à l’écart politique était réclamée par ceux qui insistaient, comme Barbé, sur la régénération du parti, les dirigeants de l’IC obtinrent qu’il soit maintenu dans le BP et se voulurent rassurants à son égard. Le double jeu de Manouilsky qui, d’un côté, encourageait les jeunes communistes à instruire le procès de la direction du parti et, de l’autre, ménageait Cachin, indiquait sa nouvelle situation116. Mais si celle-ci se décida dès cette époque, elle ne se concrétisa que l’année suivante.

  • 117 L’Humanité, 11 août 1929.
  • 118 Bureau politique, séance du 5 août 1929, CRCEDHC, 517-1-812.
  • 119 « La façon dont réagit la rédaction de l’Humanité devant les événements quotidiens, montre que cell (...)
  • 120 Bureau politique, séance du 18 août 1929, CERCEDHC, 517-1-812.
  • 121 Bureau politique, séance du 15 mai 1929, CERCEDHC, 517-1-811.

118De retour en France, Cachin se trouva progressivement en porte-à-faux avec la politique générale du parti dominée par un activisme grandissant qui n’obtenait pas sa traduction fidèle dans l’Humanité toujours réservé à l’égard des nouveaux mots d’ordre de grève politique de masse ou de dénonciation de la fascisation de la République. Au mois d’aôut 1929 Cachin laissait son journal titrer : « La comédie du complot policier continue » avant d’ajouter qu’il s’agissait d’une vieille recette de la droite : « Un ‘complot’vieux de quatre-vingt ans »117. Au même moment la direction du parti estimait que la répression anticommuniste indiquait « l’entrée du mouvement ouvrier révolutionnaire français dans une période de régime exceptionnel »118. Après le VIe Congrès du PCF qui avait dénoncé les erreurs opportunistes auxquelles Cachin était associé, l’Humanité, comme la direction du parti, fut confronté à une répression systématique. En dépit des perquisitions et des mesures gouvernementales contre le journal sa rédaction fut accusée de ne pas avoir été suffisamment aux côtés du parti et d’avoir oublié la dénonciation de la social-démocratie119. De nombreux journalistes, en désaccord avec la nouvelle politique du parti furent renvoyés à l’issue d’interventions de la direction conseillée par Stepanov, l’envoyé de l’Internationale communiste. Directement visé, Cachin fut entièrement tenu à l’écart de ces mesures contre lesquelles il se révéla impuissant. Devant le BP, Barbé n’avait pas dissimulé ce qu’il pensait de Cachin : « Pour l’Humanité, ni Cachin, ni Vaillant à la direction, mettre Bonte » avant de préciser : « Il faut épurer et éliminer Vaillant, Cachin ne peut faire cela »120. L’affaiblissement de sa position politique fut désormais patent même si publiquement son image n’était pas contestée. Dès le printemps 1929, Cachin avait signalé l’écart entre les bons résultats électoraux obtenus lors des élections municipales et l’affaiblissement des effectifs du parti121. À l’automne, les élus municipaux de la région parisienne, en prenant leurs distances avec la direction du parti, cristallisèrent un contentieux accumulé depuis plusieurs mois. Ayant refusé de participer aux initiatives du parti, ils furent accusés d’avoir en revanche pris part à des manifestations et délégations officielles. Cachin, face à leur exclusion, se déclara solidaire de la direction du parti tout en faisant part de ses inquiétudes :

  • 122 Bureau politique, séance du 30 novembre 1929, CERCEDHC, 517-1-812.

« Il est nécessaire d’expliquer clairement les fautes commises aux ouvriers car ceux-ci ne comprennent pas la gravité de ces fautes et par conséquent ne comprennent pas les exclusions »122.

119Cette position ne pouvait échapper aux épurateurs les plus vigilants qui tel Barbé jugeaient possible de remettre désormais en cause la présence de Cachin dans la direction du parti :

  • 123 Idem.

« Je voudrais qu’on n’oublie pas que dans la fraction parlementaire nous n’avons pas que des camarades pourris, on a aussi des camarades du BP qui n’ont pas pris des responsabilités très nettes dans les événements de la dernière période. Je veux parler en particulier de Cachin. Qu’est ce que le BP va faire vis-à-vis de Cachin ? »123.

Cachin inévitable : la stature internationale et le symbole

120Désormais écarté de la direction effective du parti et même du journal, Cachin, dont la santé s’était dégradée, se consacra surtout à ses activités parlementaires et prit un peu de champ. Ses carnets portent témoignage de ses soucis de santé qu’il accueille avec une anxiété que certaines remarques ironiques ne parviennent pas à masquer :

  • 124 Carnets, 5 janvier 1930.

« Il y a deux sortes de gens : les hypotendus et les hypertendus. Les hypertendus claquent au cabinet ou comme F. Faure. Les hypotendus ne meurent pas tout d’un coup. Ils traînent lamentablement »124.

  • 125 Carnets 1933.

121La nécessité de prendre du repos le conduisit à augmenter ses séjours en Bretagne, durant l’été, et en Provence l’hiver. Pour autant, même dans les cas où le repos était le motif essentiel, il ne savait pas dire non aux sollicitations des organisations locales du parti qui le réclamaient pour assister à une manifestation ou prononcer un discours. Quand, à la fin de 1932, ses médecins lui prescrivent à lui comme à sa femme de prendre, pendant l’hiver, du repos en allant dans une station balnéaire du Caucase, près de Sotchi, il en profita pour s’informer et discuter de la situation dans cette région de l’URSS qui le passionnait125. Si Cachin, en partie contraint et forcé, limita son activité politique, celle-ci le conduisit vers les questions internationales les plus brûlantes. Comme membre de la commission parlementaire de « l’énergie, des forces motrices et des combustibles liquides », il resta en 1930 et 1931 au centre des négociations portant sur le pétrole russe. Pour faire aboutir les projets d’accord entre des sociétés pétrolières françaises et les organismes soviétiques il obtint le concours de divers députés, radicaux et socialistes, comme Margaine ou Baron. Ses carnets de 1930 et 1931 sont remplis de remarques préparatoires à ses articles ou discours sur la question.

  • 126 25 janvier 1930.

« Voulez-vous du brut pour échapper aux trust, alors il faut les mieux traiter ; leur accorder un emprunt ; leur donner des avantages commerciaux »126.

  • 127 Briand aurait dit à Herbette : « Tâchez de pousser la collaboration industrielle de la France et de (...)
  • 128 Discours des 6 juin et 19 décembre 1930 puis du 9 mai 1931.

122Il espère de Briand un infléchissement de la politique étrangère de la France à l’égard de l’URSS et croit savoir qu’il aurait donné des indications à l’ambassadeur de France à Moscou allant dans ce sens127. Ces préoccupations internationales se retrouvent, de manière très diverse, dans ses interventions parlementaires consacrées à la SDN et à l’arbitrage international, à la crise économique mondiale, ou aux accords commerciaux franco-allemands128.

  • 129 Voir Carnets 1931.
  • 130 Voir Carnets 1933.

123Pour les dirigeants soviétiques, il ne fait pas de doute qu’en dépit des attaques dont Cachin avait été l’objet de la part des jeunes dirigeants communistes français et de certains représentants de l’IC, celui-ci restait une personnalité dont ils appréciaient le rôle. Dès l’automne 1930, après les premières critiques lancées contre les exagérations gauchistes de la direction du PCF, Cachin était invité à venir assister au procès dit du parti industriel. Lors de son séjour, en novembre et décembre 1930, il fut entouré des plus grands égards. De retour en France, après avoir été présent à la plupart des audiences, il loua l’attitude des autorités soviétiques pour leur clémence. Quelques mois plus tard, il présenta, devant le Comité exécutif élargi de l’IC, le rapport sur la situation politique internationale. Lui qui, en 1928, avait été l’objet de tant de critiques, se retrouvait ainsi placé au premier plan au moment même où les jeunes dirigeants qui avaient demandé sa mise à l’écart, tel Barbé, connaissaient des temps difficiles129. Au moment où il perdait son mandat parlementaire et alors qu’il ne jouait toujours pas de rôle essentiel dans la direction du parti recomposée autour de Thorez après le XIIe Plénum de l’IC, Cachin jouissait toujours d’une image internationale intacte et d’une notoriété importante dans les milieux politiques. Lorsqu’il s’agit, à l’automne 1932, de prolonger l’activité du Comité mondial contre la guerre et le fascisme lancé par le PCF sous l’égide de Barbusse et Romain Rolland, Cachin fut naturellement désigné comme l’un des responsables du PCF pour accomplir une tâche qui lui correspondait bien130. Au cours de l’année 1933 la montée du nazisme en Allemagne, les initiatives des communistes pour rompre leur isolement et impulser des rassemblements circonstanciels permirent à Cachin, le propagandiste et l’orateur, de retrouver un rôle public et de réintégrer l’activité politique nationale du PCF en attendant qu’il devienne, avec le Front populaire, la figure emblématique de la filiation républicaine et socialiste du communisme français.

Notes

1 Par ailleurs, comme annoncé dans la Préface générale du tome 1, nous n’avons retenu pour l’essentiel des années 1920-1933 que les carnets relatant ses voyages en Russie et URSS. Nous nous permettons de renvoyer les chercheurs intéressés par les carnets « français » de la période, par ailleurs lapidaires à l’exception de celui que nous éditons dans ce volume, aux originaux déposés aux Archives nationales sous la cote 447AP.

2 Sur le Congrès de Tours et le rôle de Cachin on se reportera à l’édition critique des actes du Congrès : Le Congrès de Tours présenté par J. Charles et alii, Paris, Éditions sociales, 1980.

3 Jean-Louis Panné, Souvarine. Paris, Robert Laffont, 1993.

4 Paolo Spriano, Storia del Partito communista italiano, Torino, Einaudi, 1967, p. 78-107.

5 N. Boukharine, L’Économie de la période de transition, Paris, EDI, 1976.

6 Cf. E.-H. Carr, The Bolshevik Revolution, vol. 2, Londres, Macmilean, 1978, p. 272-273.

7 Lénine, « Rapport sur l’activité du Conseil des commissaires du peuple », VIIIe Congrès des soviets de Russie, Oeuvres complètes, 1961, t. 31, p. 506-510.

8 Chambre des députés, séance du 1er avril 1922, JO Documents parlementaires, p. 1346-1347. « Je jugeais la démarche utile à la fois à la France et à la Révolution russe à laquelle je me suis dévoué corps et âme. C’est donc sans hésitation que j’ai rempli la mission dont j’avais été chargé ».

9 E.-H. Carr, La Révolution bolchevique, t. 3, Paris, Éditions de Minuit, 1974, p. 392-393.

10 Cf. Léon Trotsky, La Nouvelle étape, Paris, 1922. Des extraits substantiels sont publiés dans le recueil de textes présenté par P. Broué, Trotsky, Le Mouvement communiste en France (1919-1939), Paris, Librairie de l’Humanité, 1967, p. 105- 112.

11 Lénine, « Discours sur la question italienne », 28 juin 1921, Oeuvres, t. 32, Paris, Ed. de Minuit, p. 492-497.

12 Milos Hajek, Storia dell’Internazionale communista, 1921-1935, Roma, Ed. Riuniti, 1972, p. 26-32.

13 Ossip k. Flechtheim, Le parti communiste allemand sous la République de Weimar, Paris, Maspéro, 1972, p. 104.

14 Cf. « Willi Münzenberg, Un homme contre », actes du colloque international, 26-29 mars 1992, Aix-en-Provence, Marseille, 1993.

15 CRCEDHC, 495-2- 33.

16 Lors de la réunion du comité exécutif, le 10 janvier 1921, Rosmer avait présenté une information sans avoir la documentation. CRCEDHC 495-1-20.

17 L’Humanité, 5 mai 1921.

18 L’Humanité, 15 juillet 1921.

19 « Je suis arrivé à un moment très heureux, puisque Bela Kun parle. Et c’est pour combattre les opinions du camarade Bela Kun que je suis venu parce que je sais, avec une parfaite sûreté que si Bela Kun ouvre la bouche, c’est pour défendre les gauches. Et je voulais comprendre ce qui a été défendu par lui. Le camarade Bela Kun croit que le communisme veut dire défendre les gauches. Il se trompe. Il faut protester tout à fait sérieusement contre cette erreur. Il faut dire ouvertement que s’il y a encore des opportunistes dans le parti français – et je suis sûr qu’il y en a – et s’ils ne sont pas des marxistes ce qui est absolument vrai, que c’est aussi une erreur des gauches de vouloir être des gauches à la manière de mon ami, du camarade Bela Kun et de quelques autres camarades français. Le camarade Bela Kun croit qu’il n’y a que des erreurs opportunistes, il y a aussi des erreurs gauches », CRCEDHC, 495-2-20.

20 « D’après le sténogramme du discours du camarade Trotsky, il dit que si les camarades qui sont les gauches de cette manière veulent continuer de la sorte, ils tueront le mouvement communiste et le mouvement ouvrier en France (applaudissements). C’est ma conviction la plus profonde. Et c’est pourquoi je suis venu pour protester contre le discours du camarade Bela Kun qui a parlé contre le camarade Trotsky au lieu de le défendre ce qu’il devrait faire s’il était vraiment marxiste. Le marxisme cela consiste à dire quelle politique on doit faire dans telles et telles circonstances », id.

21 « Comment pouvez-vous demander que la révolution soit faite, non par la classe ouvrière dans son ensemble, mais seulement par la classe 19 ? Si le parti communiste, admettons-le un instant, avait donné un tel ordre, cela aurait équivalu à faire un beau cadeau à Millerand, à Briand, à Barthou, à tous ces candidats au rôle d’étrangleurs de l’insurrection prolétarienne. Car il est tout à fait évident que, la partie la plus ardente de la jeunesse ayant été anéantie, la partie la plus arriérée de la classe ouvrière aurait été terrorisée, le parti isolé et son influence détruite pour des mois, sinon pour des années », CRCEDHC 495-2-6.

22 P. Broué, Trotsky, Paris, Fayard, 1988, p. 349.

23 « Après le Congrès de Tours, nous nous demandâmes quelle attitude observer ultérieurement à l’égard du Parti français... Nous avons conclu avec les camarades du groupe communiste français agissant au sein du Parti français un accord tacite : nous leur donnons quelques mois pour opérer le regroupement du parti et pour leur tâche d’organisation », Zinoviev, discours à la séance du comité exécutif du 17 juin 1921, Bulletin Communiste, n° 41, 29 septembre 1921, p. 644.

24 Alfred Rosmer, « Le Mouvement syndicaliste français », Bulletin Communiste, n° 39, 15 septembre 1921, p. 646-648.

25 Décision du CE de l’IC du 17 juillet 1921, CRCDEHC 495-1-37.

26 Séances du 15 mars, Chambre des députés, JO, p. 1242 et du 20 mai, JO, p. 2337.

27 Voir ci-dessous.

28 Rapport sur le travail du comité exécutif, Moscou, 28 septembre 1921, publié dans Archives de Jules Humbert-Droz, I . Origines et débuts des partis communistes des pays latins (1919-1923), textes établis et annotés par Siegfried Bahne, Dordrecht-Holland, O. Reidel Publishing company, 1970, p. 86.

29 L’Internationale communiste et sa section française, Recueil de documents, Librairie de l’Humanité, 1922, p. 25.

30 « Nous considérons comme la plus essentielle condition de succès l’établissement d’une parfaite compréhension mutuelle et d’une liaison étroite entre le nouveau comité exécutif et le Comité central du parti communiste français. C’est pourquoi nous prions instamment le camarade Frossard, en qualité de secrétaire du parti, et le camarade Cachin, en qualité de président de la fraction parlementaire, de se rendre le plus rapidement possible, tous deux ensemble ou, si cela est difficile, l’un après l’autre, à Moscou, pour examiner de nombreuses questions liées de façon la plus étroite au prochain congrès du parti communiste français », lettre du comité exécutif, le 26 juillet 1921. « Nous prions le parti frère de France d’envoyer le plus rapidement possible ici son secrétaire, le camarade Frossard et un autre membre du Comité directeur, dans le but de discuter avec l’Exécutif ». Télégramme de Zinoviev, le 1er octobre 1921. « Présidium Internationale a décidé inscrire question mouvement ouvrier français à l’ordre du jour séance Exécutif élargi. La présence de Cachin et Frossard est absolument nécessaire », Humbert-Droz, télégramme du 23 janvier 1922.

31 CRCEDHC 517-1-26.

32 Lettre du 18 novembre 1921. Le 16, dans une lettre à Zinoviev signée avec Frossard, ils écrivent : « nous vous devons des excuses pour n’avoir pas répondu plus tôt à votre bonne lettre du 1er août. Veuillez n’en accuser que la difficulté de nos communications avec Moscou », CRCEDHC 517-1-26.

33 Il ajoute : « En vérité, dans la mesure de nos moyens, avec notre compréhension et de toute notre volonté, nous prouvons notre absolue solidarité avec la IIIe Internationale. Ceci chaque jour, en tous nos actes, sans une variation. Nous avons le sentiment fort, exclusif que notre sort et celui du prolétariat est lié à celui de la révolution russe. Il ne se passe pas de jours où, en tous lieux, nous ne l’affirmions et nous pensons agir sous cette directive unique. Le comité de la IIIe Internationale ne doit pas conserver à ce sujet un seul doute sur notre état d’esprit. Toute la section française est sans réserves attachée à son devoir international », lettre citée.

34 Lettre du 18 novembre 1921, CRCDEHC 495-1-26.

35 Le Conseil national se tient le 2 octobre 1921 à Puteaux. Ordre du jour : 1°) Rapport du parti et débat à l’Exécutif sur la situation du parti français (Loriot, rapporteur) ; 2°) le Congrès de l’Internationale (Lucie Leiciague, rapporteur) ; 3°) la situation de la Russie et la nouvelle politique des Soviets (René Naegelen, rapporteur) ; 4°) l’organisation des femmes communistes (Lucie Colliard, rapporteur). Communiqué du Comité directeur, l’Humanité, 30 septembre 1921. Le compte rendu des travaux est publié dans les numéros des 3, 4 et 5 octobre.

36 Un peu de clarté, l’Humanité, 20 décembre 1921.

37 Cette lettre de Cachin est adressée « au camarade Boris Souvarine, secrétaire du comité éxécutif de la IIIe Internationale », CRCEDHC 517-1-26.

38 « Le camarade Jules Humbert-Droz est envoyé en France par le comité exécutif de l’Internationale communiste, dans le but de s’informer de la vie du parti communiste français et pour intervenir avec pleins pouvoirs dans le sens des décisions du comité exécutif concernant la France », président du comité exécutif de l’Internationale communiste, G. Zinoviev. Moscou, 27 septembre 1921. Archives de Jules Humbert-Droz, op. cit., p. 91-92.

39 « Un danger apparaissait déjà clairement. La gauche, fascinée par la scission du parti socialiste italien à Livourne, parlait de la nécessité d’un Livourne français et les uns le préparaient par leur attitude arrogante envers le Comité directeur. Je m’opposai à ces tendances qui eussent isolé la gauche et réduit le parti communistre français à une secte. La solution m’apparaissait dans une collaboration loyale de la gauche avec le centre louvoyant et indécis, une collaboration qui permettrait d’éliminer progressivement les éléments hostiles à l’Internationale et inassimilables, et de rassurer les autres », J. Humbert-Droz, De Lénine à Staline, Neuchâtel, 1971, p. 27.

40 Il ajoute : « Quoique paradoxale puisse paraître notre affirmation, nous avons observé souvent que ce qui intéresse le moins les travailleurs dans le journal qu’ils lisent, ce sont précisément les enquêtes proprement ouvrières. Ils aiment mieux la bataille que l’analyse, la bataille encore verbale, hélas ! », lettre du 18 novembre 1921, CRCDEHC, 517-1- 26.

41 « Lorsque nous insérons dans le journal des articles inactuels ou d’ordre historique ou de propagande, ou de polémique prolongée, nous nous apercevons aussi que le public se détache de nous », ibid.

42 Ibid.

43 Notamment celles des 11, 17 et 25 octobre 1921.

44 « Le Comité directeur décide que son délégué à Moscou a pour tâche principale, en ce qui concerne la France, d’informer le comité éxécutif de la marche du mouvement en France, en se basant sur des renseignements obligatoirement et régulièrement fournis par le bureau du Comité directeur. Il ne peut faire de proposition ayant trait à la gestion des affaires de notre parti, qu’après s’être préalablement entendu avec l’organe central du parti. Il doit également fournir au parti des renseignements sur la situation internationale ». Cet ordre du jour est approuvé à l’unanimité. L’Humanité, 25 octobre 1921.

45 « Le Comité directeur, en présence des différentes polémiques, estime que les polémiques personnelles entre communistes, n’ont pas leur place dans les organes du parti. Elles ne pourront être davantage tolérées dans les journaux soumis au contrôle du parti. Le comité rappelle également que la liberté de discussion, qui n’est aucunement en question, ne saurait être confondue avec le fait d’enfreindre les règles élémentaires de la discipline communiste ». Ordre du jour adopté à l’unanimité, séance du 8 novembre 1921. L’Humanité, 11 novembre 1921.

46 « Cher camarade Zinoviev [...] Vous avez bien voulu nous demander d’assurer la liaison avec Moscou par de courtes délégations qui, à intervalles réguliers, serait confiée successivement à des membres de notre Comité directeur. Le comité s’empresse de répondre à votre demande. Son délégué, le citoyen Bestel, porteur de cette lettre, en même temps qu’un militant actif de notre parti, occupe dans le mouvement syndical, en particulier dans la fédération des métaux, une situation importante. Il vous donnera sur l’ensemble du mouvement français des informations exactes et précises. Nous le recommandons très chaudement auprès de vous. Il devra être de retour en France pour participer aux délibérations de notre Congrès de Marseille ». lettre du 15 novembre, signée Frossard et Cachin, CRCDEHC 517-1-26, p. 26-29.

47 Sur ce point voir sa lettre du 26 novembre 1921 à Zinoviev, CRCDEHC 517- 1-26, p. 48-50 et ses interventions à la réunion du Présidium du 5 décembre 1921, CRCDEHC 495-1-43 p. 169-175.

48 La lettre précise : « Trop facilement, ses correspondances personnelles pouvaient être considérées comme des correspondances officielles de l’Exécutif. En conséquence de cette décision, les relations officielles avec le parti communiste français ont été remises au secrétariat de J. Humbert-Droz. Les lettres officielles de l’Exécutif au parti français seront donc signées à l’avenir par : J. Humbert-Droz et Kuusinen, comme la présente. Les lettres signées de Boris Souvarine ne présenteront donc plus le caractère de l’Exécutif et ne seront que les lettres du représentant de la France à son parti ». Il est précisé en note, postérieurement, au moment de l’édition de cette lettre, fin 1922, que « cette décision a été prise sur la proposition du camarade Souvarine ». Lettre du 8 décembre 1921, signée du secrétariat de l’IC, L’Internationale communiste et sa section française. Recueil de documents, p. 17-18.

49 Lettre au Comité directeur du PCF, le Secrétariat du Komintern, J. Humbert-Droz, Moscou, le 11 décembre 1921, Recueil de documents, op. cit., p. 18-19.

50 Ibidem, p 19.

51 « L’Exécutif est d’avis que chaque représentant, doit être en contact continu avec son parti et exprimer les pensées de son parti à l’Exécutif... Si le représentant en question n’exprime pas la pensée de son parti dans les questions importantes, le parti peut et doit rappeler ce représentant. Mais tant que cela ne se produit pas, le représentant doit avoir un plein droit à présenter librement ses propositions à l’Exécutif », ibid.

52 « La passivité du Comité directeur, le silence de la délégation devant la campagne du Journal du Peuple nous paraissent d’autant plus déplorables que nous venions d’attirer fraternellement l’attention du parti sur le retard apporté par lui à établir son contrôle sur la presse non officielle et sur le manque de fermeté de sa Direction. Encouragé par ce silence du Comité directeur, le Jounal du Peuple a engagé la lutte contre d’autres propositions, en particulier contre la création d’une direction plus ferme et mieux organisée. Il propage dese idées de plus en plus nettement hostiles à l’Exécutif et aux principes essentiels du communisme. Nous demandons au Comité directeur qu’il sorte de cet incompréhensible silence et qu’il fasse front contre la tendance qui se constitue autour du Journal du Peuple », Lettre confidentielle, 19 décembre 1921, Comité exécutif, Recueil cité, p. 28-29.

53 « Le parti a souffert de la faiblesse de sa direction. Le Comité directeur a été absorbé par une quantité de besognes administratives courantes, mais il n’a pas doté le parti d’une direction politique ferme, il n’a pas, jour après jour, guidé la pensée, l’activité multiple du parti, il ne lui a pas créé une conscience collective », Lettre au Congrès de Marseille, CE de l’IC. Recueil cité, p. 22.

54 « Il est nécessaire qu’à partir de Marseille, la direction du parti soit beaucoup plus ferme et devienne une réelle direction politique, contrôlant la presse et l’inspirant, dirigeant le travail parlementaire, prenant position jour par jour dans toutes les questions politiques nationales et internationales. Il nous paraît utile de remettre les petites besognes administratives à un secrétariat administratif et de nommer, au sein du Comité directeur, une direction de cinq membres au moins, dont la tâche essentiel sera cette direction quotidienne de l’activité de la pensée du parti », ibid, p. 22-23.

55 Pour la réorganisation du Comité directeur : entre les trois projets de Loriot, Ker et Frossard, c’est celui de ce dernier qui est adopté par le Comité directeur. Il précise notamment que les préoccupations de l’IC peuvent être prises en compte « par un aménagement rationnel des services de gestion du parti, sans procéder pour cela à une révision immédiate du règlement général adopté par le Congrès administratif de mai 1921... », L’Humanité, 12 décembre 1921.

56 « Le Congrès de Marseille a marqué la puissance grandissante du parti. Il resta d’un bout à l’autre de fort belle tenue, et les mouvements de tension dont il fut, à certaines heures, traversé ne sauraient affaiblir l’impression générale de force qu’il donna durant cinq journées pleines », Marcel Cachin, « Les résultats de Marseille », l’Humanité, 1e janvier 1922.

57 « Le parti communiste français a tenu à Marseille, pendant les fêtes de Noël, ses premières assises. Pendant douze mois, depuis la scission de Tours, le parti rénové a poursuivi son œuvre d’édification et acquis les premiers résultats », Heinz Neumann, « Le Congrès de Marseille », La Correspondance Internationale, n° 2, 1922, p. 13-14.

58 Cote BMP, Paris, série 13, 2e séance, p. 159 et p. 162 ; cote CRDEHC, 517- 1-38.

59 Bulletin communiste, n° 33, 10 août 1922, p. 624.

60 « Je ne vous cache pas que j’ai trouvé ici à mon arrivée au Comité directeur une atmosphère d’hostilité très nette à l’égard de l’Exécutif. Aux deux premières séances du Comité directeur auxquelles j’ai assisté et où on a discuté du départ de Frossard et de son mandat, Cachin a fait de violents discours contre les interventions continuelles de l’Exécutif, contre le discrédit qu’elles jettent sur le parti, réclamant la confiance, etc. ».

61 L’Humanité, 3 juillet 1922.

62 Lettre du 4 juillet 1922.

63 Lettre à Zinoviev et Trotsky, 17 septembre 1922.

64 Lettre de Manouilsky à Humbert-Droz, 21 septembre 1922, in L’Œil de Moscou, p. 142.

65 L’Humanité, 17 octobre 1922.

66 Idem.

67 Marcel Cachin, « À propos de la crise », L’Humanité, 22 octobre 1922.

68 L’Humanité, 31 décembre 1922.

69 Jules Humbert-Droz, De Lénine à Staline, 1971, p. 123.

70 Idem.

71 « Cachin se cachait. Il n’était pas fier de son rôle à Moscou. Je dus aller le relancer à son domicile pour qu’il prenne sa fonction de représentant du centre à la Commission spéciale d’épuration que je présidais et dans laquelle Rosmer représentait la gauche », op. cit., p. 130.

72 AN F7 12901, lettre citée par Frédéric Monier, L’apparition du complot communiste en France (1920-1932), thèse de doctorat, Université Paris X, 1995, p. 180.

73 « J’ai affirmé la nécesssité de la solidarité entre les deux prolétariats, et il n’y a là aucun appel à une excitation quelconque contre les soldats (...). Aucune de nos paroles ne porte ni de près ni de loin un appel à la rébellion armée des ouvriers allemands contre les soldats qui allaient venir dans la Ruhr », déclararation du 15 janvier. Cité par F. Monier, op. cit.

74 « Aux camarades Cachin, Monmousseau, Treint et aux autres camarades emprisonnés
Chers amis, Nous soussignés, vous adressons nos salutations fraternelles les plus chaleureuses et l’expression de notre profonde reconnaissance pour votre courageuse conduite. Le Parti communiste français et la CGTU, en vos personnes, ont sauvé l’honneur du prolétariat français. Partout où votre action est connue, vos noms sont entourés de la vénération de l’élite du prolétariat. Nous sommes persuadés que vous saurez transformer le procès qui vous est intenté en procès contre la bourgeoisie impérialiste et ses agents de la IIe Internationale et de l’Internationale d’Amsterdam ».
Zinoviev, plus la signature manuscrite sur l’exemplaire russe, Radek, Trotsky, Kuusinen, Boukharine. CRCDEHC, 517-1-115.

75 Idem.

76 « Le camarade Boukharine et moi nous voudrions bien être avec vous au banc des accusés, car tout l’acte d’accusation dressé contre vous est basé sur les documents de l’Internationale communiste, les discours prononcés au Congrès, etc. Mais il est bien peu probable que nous puissions être à vos côtés devant le tribunal. Peut-être pourtant, jugerez-vous utile d’exiger publiquement que l’on nous appelle officiellement en qualité de témoins à votre procès. En effet, du moment que l’on parle tant du fameux discours de Boukharine, pourquoi ne pas convoquer ce dernier comme témoin afin d’avoir l’interprétation authentique de ce qu’il a dit et de qu’il n’a pas dit ? », id.

77 « Lorsque viendra le procès, nous ne manquerons pas de vous citer, Boukharine et vous, comme témoins devant le tribunal. Nous recherchons avec nos avocats, les moyens de contraindre les magistrats à nous accorder satisfaction. Nous nous réjouissons à l’idée que par ce moyen vous pourriez tous les deux venir en France où votre présence et votre déposition auraient certainement une répercussion très puissante », lettre du 26 février 1923, id.

78 Mémoire manuscrit, Archives du Sénat, cité par F. Monier, « L’apparition du complot communiste en France », op. cit.

79 Lors d’un premier scrutin les sénateurs se prononcèrent par 121 voix pour les poursuites mais par 143 voix contre.

80 C’est ainsi le cas le 17 avril, lorsque le BP évoque la « liaison Humanité-Santé » et décide que « Dunois devra se mettre en rapport immédiatement avec le camarade Cachin ». CRCEDHC 517-1-122, p. 29.

81 Bureau politique du 26 mars, CRCEDHC 517-1-122, p. 22.

82 Bureau politique du 10 septembre, CRCEDHC 517-1-122, p. 32.

83 Lettre à Zinoviev, 15 octobre 1923, Archives de Jules Humbert-Droz, 1923- 1927, 1983, p. 59.

84 Conseil national du 14 et 15 octobre.

85 « Dans l’état actuel du parti, de telles propositions surgissant sans discussion préalable entre militants de la direction du parti, peuvent avoir des conséquences graves. Cette proposition ne me parait du reste pas opportune. Elle est une bien maigre garantie contre l’arrivisme et devant la pauvreté du parti en hommes, elle aura pour conséquence de diminuer beaucoup la valeur du groupe parlementaire », lettre à Zinoviev, 22 octobre 1923, p. 62, id.

86 Bureau politique, séance du 18 février.

87 En tête des candidats communistes il obtint 48 524 voix alors que la moyenne des candidats communistes se situait à 41 120 voix.

88 Dans la 3e circonscription du 18e arrondissement, au second tour il obtient 8 119 voix contre 5 619 à celui de la droite.

89 Journal officiel, Débats parlementaires, 8 juin 1928, p. 2277.

90 Idem, séance du 17 juin, p. 2308.

91 Idem.

92 Idem, 2e séance du 25 novembre 1924, p. 3833.

93 Idem, séance du 27 mai 1926, p. 2238.

94 Idem, séance du 21 juillet 1926, p. 3015.

95 « Contre le Plan Dawes et la trahison socialiste, Pour la reconnaissance des soviets », (Discours prononcés par M. Cachin et J. Doriot à la Chambre des députés, les 22 et 23 août 1924), Les Cahiers du Militant, n° 5, septembre 1924, 32 p.

96 Idem, séance du 3 février 1925, p. 541.

97 « Pour la défense de l’Union soviétique », Discours de Marcel Cachin à la Chambre des députés, séance du 6 novembre 1930. Bureau d’éditions.

98 Idem.

99 Discours prononcé à la séance du 8 mars 1932. « Le capitalisme en déclin veut se sauver par la guerre contre l’URSS », Bureau d’éditions, 20 p.

100 JO, séance du 29 mai 1925, p. 2514.

101 JO, séance du 29 mai 1925, p. 2515.

102 JO, 2e séance du 10 juin 1927, p. 1839.

103 JO, séance du 12 janvier 1928, p. 34.

104 Ventes de l’Humanité
Image 10000000000001570000017EB53A1E37BAA853BE.jpg

105 La direction du parti envisage alors la création d’une Humanité du Nord, dont la direction politique serait assurée par Rappoport et la rédaction en chef par Bonte. Bureau politique, le 13 avril 1926.

106 Un projet de réorganisation de l’Humanité est présenté par Pierre Semard en novembre 1925, qui, dès ce moment, déplore le retard pris indiquant même : “Nous avons donc le devoir de vous répéter que deux ou trois mois perdus peuvent avoir une répercussion énorme pour le lancement de l’Humanité Si le 1er janvier prochain, nous ne paraissons pas sur six pages, c’est une faillite politique en perspective” AIRM 179.

107 L’Humanité, 21 avril 1926.

108 « La réorganisation de l’Humanité sur les bases d’un grand journal communiste d’information, adapté aux besoins du prolétariat français a été élaborée en quinze jours... », rapport du secrétariat de l’Humanité. CRCEDHC 517-1-417.

109 « Lors d’un événement politique important, le tirage de l’Humanité augmente de quelques milliers d’exemplaires pour toute la France, mais pour redescendre à son point de départ lorsque l’émotion est passée. Nous ne gardons pas un seul lecteur de cette augmentation provisoire », Semard, rapport de novembre 1925, CRCEDHC 517-1-417.

110 Rapport cité.

111 Conférence nationale du PCF, 2 décembre 1925, CRCEDHC, 517-1-236.

112 Documents du Comité central, 6 avril 1926, CRCEDHC, 517-1-360.

113 Comité central du 1er septembre 1926, CRCEDHC, 517-1-351.

114 “La parole aux ouvriers lyonnais”, l’Humanité, 1er octobre 1926.

115 Cachin, « Une politique claire : la notre », l’Humanité, 20 décembre 1927.

116 Voir sur ce point l’introduction aux carnets de 1928.

117 L’Humanité, 11 août 1929.

118 Bureau politique, séance du 5 août 1929, CRCEDHC, 517-1-812.

119 « La façon dont réagit la rédaction de l’Humanité devant les événements quotidiens, montre que celle-ci se préoccupe fort peu de défendre la politique officielle du parti, mais se borne à réagir au jour le jour de façon particulière et séparée à chaque coup que la bourgeoisie porte au parti », CRCEDHC, 517-1-862.

120 Bureau politique, séance du 18 août 1929, CERCEDHC, 517-1-812.

121 Bureau politique, séance du 15 mai 1929, CERCEDHC, 517-1-811.

122 Bureau politique, séance du 30 novembre 1929, CERCEDHC, 517-1-812.

123 Idem.

124 Carnets, 5 janvier 1930.

125 Carnets 1933.

126 25 janvier 1930.

127 Briand aurait dit à Herbette : « Tâchez de pousser la collaboration industrielle de la France et de la Russie des Soviets », 2 juin 1930.

128 Discours des 6 juin et 19 décembre 1930 puis du 9 mai 1931.

129 Voir Carnets 1931.

130 Voir Carnets 1933.

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search