Version classiqueVersion mobile

L’encyclopédie ou la création des disciplines

 | 
Martine Groult

Préface

Texte intégral

1N’en déplaise à Panckoucke, le but de l’Encyclopédie a été de rassembler les sciences. Parmi les dangers que redoutaient les éditeurs il y avait celui de la séparation des sciences. Il convient en effet de faire une différence entre la division des sciences pour permettre la visibilité de leurs rapports et la parcellarisation des sciences pour fixer des spécialisations. Malheureusement et très certainement à l’insu de leur entrepreneur Panckoucke, les Encyclopédies méthodiques en inscrivant la dichotomie dans les sciences ont détruit le fondement même de l’Encyclopédie en ôtant la possibilité de lier les sciences entre elles. Comment dans ces conditions avoir l’esprit géométrique qui, contrairement à l’esprit de géomètre, sait appliquer son talent à d’autres matières que celle de sa spécialité (art. Géomètre, p. 628a ; DPchampion, p. 273) ? Puisque « toutes les sciences empiètent les unes sur les autres », que ce sont « des rameaux continus partant d’un même tronc » (art. Encyclopédie, p. 643b), Diderot mettait en garde contre l’esprit de corps – petit, jaloux, concentré (p. 648Ab) – qui aurait fait perdre l’effet de la diversité (p. 647Aa) et d’Alembert a voulu défendre le statut du savant par l’exposition de la rigueur du génie inventeur et non par le formalisme pointilleux du spécialiste sectaire. Cet aspect spéculatif de l’interdisciplinarité, cher aux éditeurs, comportait dans le cadre épistémologique de la classification du savoir des enjeux réels pour la métaphysique. Pour célébrer l’anniversaire de l’Encyclopédie nous avons proposé d’identifier ces enjeux à travers la « création des disciplines » parce que la naissance de nouvelles disciplines au siècle des Lumières relève du processus des rapports des sciences entre elles. Et ce processus convoque la création.

  • 1 Pour la grammaire, on peut citer Jean-Claude Chevalier, Histoire de la syntaxe : naissance de la no (...)

2La célébration du 250e anniversaire de l’Encyclopédie a commencé le 28 juin 2001 dans la mesure où c’est exactement le 28 juin 1751 que d’Alembert et Diderot voyaient sortir de chez le Libraire Briasson le premier volume de l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. Il s’agissait pour les deux éditeurs du résultat de plusieurs années de travail. On peut comptabiliser cinq années de préparation pour Diderot qui avait signé le 17 juin 1746 le contrat avec le Libraire. Le 16 octobre 1747 d’Alembert le rejoint et c’est, pour le géomètre, l’ouverture au monde des lettres. Les éditeurs vont ensemble discuter Bacon, expliquer Descartes et les physiciens hollandais, enfin intégrer Galilée et Newton dans une nouvelle présentation du savoir. Diderot et d’Alembert vont ensemble construire les fondements de la première – et peut-être de la seule – grande entreprise intellectuelle collective. Si toutes les précédentes encyclopédies étaient l’œuvre d’un seul auteur, l’Encyclopédie quant à elle a suivi la définition du nom même de collectif établi par Du Marsais à l’article de ce mot en grammaire, à savoir celle de donner « l’idée d’unité par une pluralité assemblée ». Comme le souligne judicieusement Marie Leca-Tsiomis dans sa contribution, cet ouvrage regroupe à la fois une encyclopédie et un dictionnaire. Ce qui revient à dire que la grammaire a autant d’importance que la physique. Nous savons que les disciplines comme l’esthétique, la grammaire générale1, la biologie, l’histoire des sciences etc. émergeront nommément soit dans le Supplément soit dans les Méthodiques. L’encyclopédie donne naissance à l’épistémologie et du dictionnaire émerge le vocabulaire des sciences. À ce titre, l’histoire des sciences au xixe siècle et l’histoire du vocabulaire scientifique envisagée au XXe siècle par Jacques Roger (GRECO N° 16 du CNRS), peuvent être considérées comme des successeurs. Auparavant, cette réorganisation des connaissances constitue un véritable séisme aussi bien pour l’humanisme de la Renaissance que pour toute la philosophie.

  • 2 Michel Foucault, 1976, p. 161-162. Dans l’exposé fait à l’ouverture de la célébration, j’ai lu inté (...)

3Pour essayer de rendre compte de ce qu’il convient d’appeler la création d’une philosophie qui inscrit pour fondements le système du monde et l’homme, la célébration s’est proposé de mener une réflexion sur ce que M. Foucault (1976) a identifié par la notion de disciplinarisation2 et sur ce que Jacques Proust (1962) a identifié comme la sociabilité. Il faut noter dès à présent que la répartition des connaissances en disciplines a deux conséquences : l’une est la première apparition de l’expression « science de l’homme » dans le Système figuré des connaissances humaines (SF) et l’autre consiste dans la démarche d’une philosophie analytique dont le Discours Préliminaire (DP) constitue le creuset. Voyons ces points en explicitant sans plus tarder le titre même de cette célébration, à savoir : L’Encyclopédie ou la création des disciplines.

4Les disciplines ne constituent pas une invention des éditeurs. En revanche, les éditeurs ont inventé une structure dont le but était non pas de dire que telle discipline était la première mais de faire en sorte que chaque discipline soit représentée par les éléments qui la constituent et soit définie par le procédé de la liaison de ces éléments entre eux. La structure est celle de l’entendement humain et le processus gère la saisie de la métaphysique par l’entendement. En raison de cette « mise en discipline » il était désormais possible de prendre plusieurs éléments de disciplines différentes et de créer une nouvelle discipline. On assiste dans l’Encyclopédie au phénomène de création sans que toujours la discipline ait été forcément créée, mais la voie de sa création a été ouverte. L’enjeu de la classification se laisse ici pressentir : à identifier ce qui met les éléments en rapport. Pour lEncyclopédie, c’est l’homme à l’aide de ses capacités ou, pour quitter le vocabulaire diderotien et adopter un langage kantien, à l’aide de ses facultés.

5Dans la mise en discipline du savoir, l’ordre est prioritaire sur la matière. Et c’est bien ainsi que d’Alembert aborde la décomposition du savoir dans le DP en spécifiant qu’il y a un ordre d’apparition et un ordre de compréhension des matières. Ce dernier se définit par la marche de l’esprit humain, ou dans une expression plus convenue, par le travail des facultés de l’entendement pendant le parcours qui le conduit à une découverte et qui ne peut être retracé que par une méthode spéculative. L’exposition du DP transforme le savoir en savoir discipliné d’une part, car il doit suivre une classification, et en savoir disciplinarisé d’autre part car à partir du moment où il y a compréhension, tout ce qui est créé relève d’une démonstration logique. Ce déplacement du point d’application sur les disciplines pour faire du savoir une construction conduit non pas à la spécialisation du xixe siècle, mais à la création des disciplines et d’une métaphysique des corps. En résumé, on peut dire que dans la création des disciplines, il y a l’affirmation selon laquelle la classification introduit une méthode qui place les matières selon un ordre dont l’homme produit la démonstration du sens. La production suit le processus de l’expérience qui pose pour hypothèse que la vérité est un résultat d’opérations effectuées dans la cohérence entre l’idée et son application. De cette logique naît, répétons-le car c’est ici le modèle de l’invention de la géométrie analytique par Descartes, la possibilité de créer une autre discipline jusqu’alors inconnue et qui est le résultat de la rencontre d’un élément d’une discipline avec un élément d’une autre discipline. La création d’une discipline convoque la recherche d’un principe commun renfermé ou resté inaperçu, et que la liaison des éléments dévoile. C’est pourquoi l’Encyclopédie fonde sa philosophie sur la voie de la découverte des principes communs à plusieurs disciplines, c’est-à-dire applicables à chacune d’elles. Cette voie de la découverte des principes est décrite par d’Alembert dans la métaphysique des propositions (art. Élémens DES sciences (ES), p. 492b, DPchampion, p. 238-239). Lorsque le travail des facultés de l’entendement réussit à découvrir un principe directeur du système du monde, l’homme est un savant que d’Alembert nomme un génie inventeur.

6Mais ce n’est pas cette marche de l’esprit humain qui constitue le point déterminant. Ce qui, avec juste raison, a effrayé les Jésuites et ce qui ne peut être accepté par la philosophie traditionnelle, c’est l’absence totale de l’intervention de la métaphysique ontologique. La saisie de la métaphysique par l’entendement humain établie dans le SF entraîne la naissance d’une nouvelle métaphysique, autre que la métaphysique traditionnelle. Or, il ne peut y avoir qu’une seule métaphysique, dit-on encore de nos jours. La création de la métaphysique des corps constitue une hérésie que la philosophie n’a toujours pas pardonnée à d’Alembert. La révolution de l’Encyclopédie est dans la création de cette métaphysique qui offre une possibilité de philosopher en dehors de la religion. Le travail de chercheur des éditeurs de l’Encyclopédie a moins consisté à intégrer toutes les disciplines dans un même ordre qu’à exposer la recherche de la place juste pour chaque élément selon le déroulement logique de l’expérience. Le processus de transmission de la compréhension consiste dans une logique. Ce qu’il nous importait de montrer c’est que l’Encyclopédie propose une nouvelle philosophie, c’est-à-dire une méthode de création qui prend pour fondement l’entendement humain – dans la découverte ou l’explication d’un concept – au lieu de prendre pour fondement le concept.

  • 3 Georges Gusdorf, Les Sciences humaines et la pensée occidentale, t. IV, « Les principes de la pensé (...)

7Gusdorf a souvent fait la remarque que si on ne comprenait pas le xviiie siècle français – et donc si on le considérait philosophiquement comme une traversée du désert – c’était tout simplement parce que les historiographes ne possédaient pas la culture encyclopédique des savants qui ont été les acteurs de ce qu’il qualifie « l’espace mental interdisciplinaire et international de l’age des Lumières »3. L’Encyclopédie a créé cet espace spéculatif en plaçant parmi ses exigences incontournables la maxime de la grammaire établie par Du Marsais, à savoir que « c’est le sens qui est la principale règle de la construction ».

8Et l’Encyclopédie est une construction de l’entendement humain qui fait valoir que le sens est fourni par l’homme et que, subséquemment, le sens est une représentation de l’homme. Dans cette perspective sont posées au xviiie siècle toutes les questions sur la « nature », c’est dire qu’elles sont posées à partir de l’homme qui l’observe. La théorie des perspectives, identifiée à l’époque sous la notion de « point de vue », a posé un doute sur le fondement de « la » vérité en démontrant la nécessité de tous les points de vue. Ainsi, l’homme qui, connaissant le travail technique de l’ouvrier, va au-delà parce qu’il comprend la pratique qu’il a vue dans l’atelier, apporte un autre point de vue que le point de vue de l’ouvrier. Le philosophe et le technicien ont des points de vue différents, mais dans le système des connaissances la valeur de leurs points de vue a la même importance. On constate que de la théorie des perspectives se déduit, pour l’entreprise encyclopédique, la pluralité des ordres. Au dictionnaire revient l’ordre alphabétique. L’encyclopédie, pour sa part, détermine trois ordres qui sont : métaphysique, généalogique et encyclopédique. L’ordre métaphysique correspond aux opérations de l’entendement (mémoire, raison, imagination), l’ordre généalogique à l’histoire (du génie des découvertes) des sciences et l’ordre encyclopédique au savoir. Quelques mots sur l’article Érudition éclairciront ce dernier aspect. Cet article constitue l’équivalent dalembertien d’ÉCLECTISME de Diderot (ces deux articles se complètent comme Dictionnaire et Encyclopédie). La division présentée par d’Alembert dans l’article Érudition est la suivante : le savoir correspond à la connaissance des faits, résultat d’une grande lecture. Lorsque le raisonnement et la réflexion interviennent immédiatement, il s’agit de la science ; lorsque c’est l’imagination, il s’agit des belles-lettres. En conséquence, l’érudition renferme trois branches principales qui sont « la connaissance de l’Histoire, celle des Langues & celle des Livres » (p. 914a). Personne ne peut posséder à lui seul l’exhaustivité dans tous les domaines c’est pourquoi il suffit pour être érudit « de posséder seulement à un certain point de perfection chacune de ces parties » (p. 914a).

9L’érudition pose un des points du problème qui nous occupe, à savoir celui de la différence entre division et spécialisation. En effet, située dans notre problématique, la possibilité de connaître un peu de tout s’associe à la division plutôt qu’à l’indifférence de la spécialisation. Il faut entendre ici que pour ne pas rester superficielle, la connaissance de chaque partie doit être applicable c’est-à-dire utile à chacune des parties. La petitesse de la capacité humaine est contrebalancée par l’étendue de l’application et la faculté de cohérence. On le sait, c’est dans cette étendue assignée à la création que d’Alembert situe le génie inventeur (voir art. Application). L’exemple toujours cité est celui de Descartes dont les expériences sont fausses mais le raisonnement conséquent, pendant que Newton a (peut-être) fourni un résultat juste mais sans démontrer son raisonnement ; c’est pourquoi une seule expérience fausse peut détruire toute sa découverte. La méthode de Descartes possède l’utilité de l’universel. Elle n’est pas un système. Elle est une méthode. Ainsi, perspective et application fondent conjointement la notion de rapport à laquelle Diderot subordonne l’Encyclopédie.

10Enfin, étudier la création des disciplines constitue aussi un exercice pour différencier l’Encyclopédie de ses satellites. L’exemple du terme même de discipline peut illustrer ce que je veux faire remarquer. Vous voulez avoir le sens du mot discipline. Si vous consultez l’Encyclopédie comme un Larousse, vous allez directement à la lettre D et au mot « discipline », sans vous soucier si ce dictionnaire s’appelle aussi Encyclopédie, s’il y a eu un projet philosophique ou encore s’il y a une structure qui se rapporte à l’histoire des idées. Donc vous lisez Discipline. VOUS avez une entrée en grammaire qui définit en trois lignes que la discipline signifie instruction et gouvernement et qui introduit ainsi quatre sous-articles qui définissent la discipline ecclésiastique, la discipline en tant que châtiment, la discipline en tant que flagellation et la discipline militaire. On peut conclure que l’on n’a pas trouvé le sens de discipline tel que cette célébration le pose.

11En revanche, si vous « lisez » l’Encyclopédie et si vous commencez par lire le Discours Préliminaire des Éditeurs puis le volume 1, vous arrivez très vite à l’article art de Diderot. Vous allez être alors interpellé, entre autres, par l’interdisciplinarité. Vous retenez que la construction de règles tendant à un même but constitue le fondement de l’entreprise. Vous êtes devant la définition philosophique du mot discipline par Diderot qui est la suivante :

12« … (le) point de réunion auquel on a rapporté les observations qu’on avait faites, pour en former un système de règles ou d’instruments, et de règles tendant à un même but ; (…) voilà ce que c’est que discipline en général » (t. I, p. 713b).

13Cela ne veut pas dire que les éditeurs cachaient le sens dans un système, cela veut dire que lorsque la recherche est en train de se faire, les choses apparaissent au fur et à mesure et que le sens ne peut être que dans leur construction. Ensuite, il revient au dictionnaire de remplir son rôle qui consiste à fixer le sens des mots, c’est-à-dire à décrire la construction dans les définitions. Il est intéressant de remarquer à cet égard que la définition procure le sens du mot, mais pas celui de la proposition. Il revient à la métaphysique des propositions (ES) de prendre en compte ce que les définitions ne peuvent retenir, à savoir la description des liaisons identifiée par Diderot dans « un système de règles ou d’instruments ». Les éditeurs ont commencé par l’idée de l’Encyclopédie exposée par le DP et le SF parce que l’horizon du dictionnaire reste l’encyclopédie. En posant ensemble la voie des principes qui caractérise une encyclopédie et la fixation des termes qui caractérise un dictionnaire, l’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné allait au-delà de la logique de Port-Royal, abordée ci-après dans la troisième partie, et ouvrait la voie à la philosophie analytique. Les Encyclopédistes ont construit, pour reprendre un mot de Condorcet que Foucault retiendra, par « énigmes », c’est-à-dire par éléments de recherche mis en œuvre selon des méthodes dans un horizon théorique.

  • 4 D. Lecourt, L’Ordre et les Jeux. Le positivisme logique en question, Paris, Grasset, 1981, p. 246 n (...)
  • 5 Citons, entre autres, Wilhem Dilthey, L’Édification du monde historique dans les sciences de l’espr (...)
  • 6 Luc Ferry, Homo aestheticus : l’invention du goût à l’age démocratique, Paris, Grasset, 1990, p. 86 (...)

14Qu’il nous soit permis de souligner que la philosophie comporte une voie autre que traditionnelle. La querelle Popper-Wittgenstein a encore prouvé la difficulté de changer la façon de penser demandé par Diderot et, comme le note Dominique Lecourt, lorsque Neurath a mis en place un projet d’Encyclopédie internationale de la science unifiée, il faisait appel « à la grande tradition rationaliste des philosophes du xviiie siècle, et tout particulièrement bien sûr à d’Alembert »4. Toutefois, il n’est pas question de cibler la reproduction d’une pensée encyclopédiste dans une autre pensée, mais bien plutôt de chercher les racines des courants tels que le déterminisme, le positivisme, l’empirisme, le phénoménisme et la systématique. Ces deux derniers ont été, selon notre interprétation, les courants philosophiques spécifiques de l’Encyclopédie. Dilthey les prendra au sérieux et s’attachera à définir le champ épistémologique des sciences de l’esprit qui provient de l’émergence des disciplines nées à la fin du xviiie siècle5. Quand on sait que Diderot et d’Alembert ont voulu unifier les sciences et construire une société de gens de lettres sur l’idée que toute union ne se réalise par un assemblage d’éléments divers seulement, et seulement s’il est dirigé par une méthode, unique garant de l’accord entre l’étant et nos structures logiques, on se doit de ne pas résumer trop hâtivement leur pensée par un substantif réducteur destiné à cacher les fondations. Ces dernières ont d’ailleurs été parfaitement ciblées par Kant, et très récemment perçues par des philosophes kantiens contemporains. En effet, il ne semble pas exagéré de voir dans notre expression de création des disciplines – qui veut mettre en évidence le fait que les récentes disciplines que nous pratiquons de nos jours résultent de la saisie de la métaphysique par l’entendement sur laquelle repose le processus de leur naissance – la mutation dans l’ordre de la pensée avancée à propos des deux disciplines nées entre 1750 et 1764, à savoir l’esthétique et la phénoménologie6.

15Au terme de ces quelques remarques liminaires, on peut dire que dans la mesure où la philosophie de l’Encyclopédie a séparé la métaphysique en une métaphysique générale (traditionnelle) qui relève de l’ontologie et une métaphysique des corps qui relève de l’anthropologie, la notion de création des disciplines convoque un champ logique que la métaphysique des corps développe. Un des buts de la célébration était d’exposer cette démarche logique de l’entendement dans le plus grand nombre de disciplines possibles. Nous espérons nous être approchés de cet objectif. Trois parties sont présentées dans cet ouvrage. La première partie expose les bases sur lesquelles les éditeurs ont construit leur projet. Il s’agit de Bacon désigné par Henri Durel comme « père » de l’Encyclopédie et de Chambers, dont la demande de différence exigée par les éditeurs soulignait, entre autres, l’importance de la notion de collectif. Ellen Moerman apporte le point de vue anglais nécessaire à la compréhension de leurs rapports. Puis ce sont les systèmes, la mise en tableau par Michel Malherbe, l’histoire de la philosophie par Mariafranca Spallanzani, la raison, bref les enjeux du DP qui occupent (et occuperont pour longtemps) tous les esprits. J’en veux pour preuve les répercussions espagnoles exposées par Encarnaciôn Médina Arjona ainsi que la postérité consacrée par un manuscrit découvert par Françoise Bléchet.

16La deuxième partie propose le traitement des arts avant celui de la nature puisque, comme nous venons de le rappeler, prendre pour fondement la marche de l’entendement vers le concept constitue l’effet de l’inversion entre la science de la nature et la science de l’homme. Cette partie est consacrée à la mise en évidence des corps qui, dans les sciences et dans les arts, génère le renversement du sens de l’humanisme en celui d’humanité. Jacques Proust ouvre cet aspect de l’inversion qui valorise la position de l’homme avec l’étude du beau et du joli dans les métiers d’art. S’il insiste sur le rôle des choix concrets de matière ou autres par l’ouvrier pour arriver à une beauté de l’œuvre, Madeleine Pinault-Sorensen poursuit cette démonstration en expliquant tout ce que Diderot doit à son travail sur l’image pour la fabrication pratique des Planches. En avançant concrètement dans cette fabrication, non seulement il acquiert une culture artistique, mais il attribue à l’image le même rôle qu’à l’écrit : faire comprendre. On perçoit le passage du concret dans l’étant lorsque le corps est sollicité. C’est l’entreprise à laquelle se livre Marie-Joëlle Louison Lassablière à travers un art qui est en train de naître : l’art de la danse, lequel n’a pour ainsi dire jamais été abordé dans les études sur l’Encyclopédie. La confrontation de la théorie et de la pratique se dévoile dans les manières de traiter du corps de l’homme et du statut de l’artiste. Histoire et sociologie rencontrent l’art. Quant à l’art de la chimie abordé par Eliane Martin-Haag il traite des corps naturels. La métaphysique des corps de d’Alembert trouve dans ces articles d’excellents modèles puisque la transformation de l’alchimie en art de la chimie aboutit à la nécessité de la pluralité des méthodes tant scientifiques qu’artistiques. Pluralité oui, mais surtout nécessité de méthodes. Le criticisme est ensuite développé par Paolo Quintili qui aborde la valeur cognitive de la description des arts. Opérations techniques et raison opérationnelle jalonnent l’histoire naturelle du vivant. Il revient à Daniel Teysseire de conclure cette histoire des corps et du vivant par la naissance de l’hygiène. Fondements théoriques et préceptes pratiques sont présents tout au long du corpus étudié pour montrer comment ce qui n’est plus utile passe à l’état de préjugé, quand bien même il avait eu le statut de système théorique, simplement parce qu’il faut laisser la place à ce qui va être utile à l’humanité, à savoir ici, la santé publique.

17Enfin une troisième partie aborde un sujet plus fréquemment traité, celui de la langue et de la grammaire. Marie Leca-Tsiomis nous invite à porter sur Diderot un regard entre lexicographe et poète. Et si l’exemple qu’elle nous livre de l’article Fraîcheur était simplement une leçon de définition de la philosophie ? Je laisse le lecteur Juge et poursuivre avec Sylvain Auroux le trajet philosophique des termes. C’est avec eux que l’on passe aux idées, que s’effectuent des opérations logiques de quantification, bref que naissent des notions grammaticales. On en retient une démarche, celle de la grammaire générale qui s’apparente à celle des théories linguistiques à venir. En dénonçant les incohérences dues dans l’Encyclopédie à la division des articles, Sylviane Léoni identifie dans l’absence de conceptualisation le but des éditeurs qui consiste dans la diffusion du savoir plutôt que dans l’élaboration d’un système théorique. Enfin, David Diop cerne le sujet difficile qu’est la science politique née de l’histoire. C’est avec elle que Nicolas Veysman, au travers des ambiguïtés sous-tendues par la forme et les visées de l’histoire des opinions, discerne les enjeux des Lumières face à la tradition et inscrit dans la transformation de l’idée même de vérité le passage de l’idée à la conscience. Nous avons laissé à Jean-Claude Beaune le dernier mot sur cette Encyclopédie avec laquelle, comme bon nombre d’entre nous, il a commencé ses travaux de recherches et pour laquelle il nous offre une conclusion symphonique.

18La discipline, et je terminerai sur ce point, est là aussi pour poser l’Encyclopédie à l’intérieur des limites présentées par le SF, c’est-à-dire les limites de l’entendement humain. Le lecteur trouvera donc les reproductions des deux SF, celui du Prospectus et celui du DP au début de l’ouvrage. Le premier SF de novembre 1750 est de Diderot, le second de juin 1751 appartient aux deux éditeurs. C’est celui qui ajoute la création par d’Alembert de la métaphysique des corps. Le lecteur peut ainsi voir que si l’ontologie ou métaphysique générale domine toute la philosophie, cette dernière renferme deux sciences qui sont la science de l’homme dirigée par la pneumatologie, renommée psychisme au xixe siècle, et la science de la nature dirigée par la métaphysique des corps que l’épistémologie s’appropriera.

19 Nous regrettons de n’avoir pas pu, pour des raisons pratiques, intégrer à la suite de chaque article la discussion qui a suivi son exposé public. Nous avons néanmoins reporté dans des « Notes » (ici p. 269) dont l’appel est situé à la fin des articles, quelques passages qui éclairent des points spéculatifs précis ou qui intéressent l’histoire des idées. J’en veux pour preuve la courte introduction de séance par Jacques Proust que voici, alors que je le remerciais pour sa participation à la célébration :

20« C’est moi qui vous remercie de m’avoir invité ici. Je n’ai pas participé encore à quelque manifestation que ce soit pour le 250e anniversaire de l’Encyclopédie parce que j’ai changé de discipline depuis quelques années, mais j’y reviens volontiers parce que j’ai cru comprendre que votre projet était principalement philosophique. Or j’appartiens à une génération dans laquelle la philosophie et l’Encyclopédie ne faisaient pas bon ménage. Je me rappelle à l’Université de Montpellier, il y a une trentaine d’années, on avait mis – pour la première fois, je crois – au programme de l’agrégation de philosophie Le Rêve de d’Alembert d’un certain Denis Diderot. Et le chef de la section de philosophie avait interdit à tous les membres de la section, assistants compris, de faire quoi que ce soit sur Le Rêve de d’Alembert qui n’était pas un texte philosophique. Alors c’est une des raisons pour lesquelles j’accepte de participer à une célébration sur le 250e anniversaire de l’Encyclopédie : la revanche de la philosophie avec l’Encyclopédie et non pas contre l’Encyclopédie.

  • 7 Jacques Proust fait référence aux pages 161-162 de Michel Foucault 1976. Voir ci-dessus note 2.

21Quant à Foucault qui fut mon ami autrefois et avec qui j’ai eu le temps de beaucoup discuter, la page que vous avez lue est fort belle7, mais la première fois que nous avons étudié en séminaire à Montpellier Les Mots et les Choses, nous avons été frappés quand même par l’énorme tâche noire qu’était l’Encyclopédie précisément. Il fait comme s’il en parlait, mais pratiquement aucun des exemples qu’il donne dans son livre ne concerne les mots et les choses. »

22Que Jacques Proust trouve ici à nouveau l’expression de mon très chaleureux remerciement. En dehors des intervenants, je veux également exprimer toute ma sympathie aux autres présidents de séances que furent Sylvain Auroux, Sylviane Albertan-Coppola, Michel Malherbe, Antony McKenna, Daniel Teysseire et tout particulièrement au vice-Président de l’Université de Bologne, Walter Tega.

23Pour finir, j’exprime ma gratitude envers le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), la Région Rhône-Alpes, le Conseil Général du Rhône, le ministère des Affaires étrangères, le ministère de la Recherche et de la Technologie et l’ENS Lettres et Sciences Humaines qui nous a ouvert ses portes. Que tous soient ici vivement remerciés pour leur soutien qui a permis cette manifestation dont l’organisation a été menée par Marie-Claire Menguy avec dévouement et compétence. C’est intentionnellement que je réserve la dernière phrase de cette préface au premier événement qui a marqué tous les esprits qui ont participé à cette célébration, à savoir les affiches et les programmes : ma reconnaissance accompagne l’admiration de tous pour les réalisations artistiques et techniques de Benjamin Trampoglieri, mon fils ingénieur ETP, qui a gracieusement offert ses talents de créateur à la célébration de l’Encyclopédie.

Notes

1 Pour la grammaire, on peut citer Jean-Claude Chevalier, Histoire de la syntaxe : naissance de la notion de complément dans la grammaire française, 1530-1750, Genève, Droz, 1968.

2 Michel Foucault, 1976, p. 161-162. Dans l’exposé fait à l’ouverture de la célébration, j’ai lu intégralement le texte de ces pages.

3 Georges Gusdorf, Les Sciences humaines et la pensée occidentale, t. IV, « Les principes de la pensée au siècle des Lumières », Paris, Payot, 1971, p. 31.

4 D. Lecourt, L’Ordre et les Jeux. Le positivisme logique en question, Paris, Grasset, 1981, p. 246 note 31.

5 Citons, entre autres, Wilhem Dilthey, L’Édification du monde historique dans les sciences de l’esprit, traduction, présentation et notes par Sylvie Mesure, Paris, éd. du Cerf, 1988.

6 Luc Ferry, Homo aestheticus : l’invention du goût à l’age démocratique, Paris, Grasset, 1990, p. 86. Cet ouvrage comporte une traduction d’extraits des Lettres cosmologiques de J.H. Lambert écrites en 1749 et publiées en 1763. Sur les rapports entre Kant et Lambert, on se reportera à Claude Debru, Analyse et représentation. De la méthodologie à la théorie de l’espace : Kant et Lambert, Paris, Vrin, 1977.

7 Jacques Proust fait référence aux pages 161-162 de Michel Foucault 1976. Voir ci-dessus note 2.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search