Version classiqueVersion mobile

Pour une hybridation entre arts et sciences sociales

 | 
Boris Grésillon

Le chercheur comme passeur et « marginal sécant »

Texte intégral

« On cherche dans des marges des choses que l’on n’a pas forcément apprises, des schémas pas prédéfinis. Cette incertitude est excitante. Avec ce que je suis, j’invente ».
Isabelle Autissier, 2018

1Il ne s’agit pas d’en appeler à la formation d’une sorte de confrérie des géographes-artistes ou écrivains ni à une énième nouvelle école de pensée. J’ai trop pointé du doigt l’émiettement des sciences sociales pour vouloir le nourrir moi-même. Même si cet essai prend par moments la forme d’un manifeste, je n’ai aucune prétention à convertir qui que ce soit. En outre, j’ai parfaitement conscience que mon appel ne saurait concerner l’ensemble des chercheurs en sciences sociales, loin s’en faut. Il s’adresse plus modestement, d’une part, aux chercheurs qui possèdent en eux cette fibre artistique ou littéraire et d’autre part, à ceux qui travaillent de près ou de loin sur les arts et la culture, qu’ils soient historiens de l’art, ethnologues, sociologues de l’art, philosophes de l’esthétique, économistes de la culture, géographes de l’art ou encore urbanistes et architectes. Soyons réalistes, il s’agit d’une minorité de chercheurs et de praticiens.

2Par conséquent, nulle prétention hégémonique ni évangélisatrice dans mon propos, et ce d’autant moins que je ne plaide pas pour une conversion ferme et définitive des chercheurs en sciences sociales au tournant artistique. D’une part, ce dernier ne se prête qu’à certains objets d’étude et d’autre part, il n’est mobilisable que si les chercheurs ou les artistes-chercheurs le souhaitent. Autrement dit, c’est le projet qui implique le choix de la méthode et non l’inverse. Il ne s’agit donc évidemment pas de « plaquer » une approche artistique sur n’importe quel objet plus ou moins en rapport avec les arts ni de tenter de laisser parler son émotion et sa subjectivité lorsque cela ne s’impose pas. Les chercheurs, comme les créateurs, sont faits de mille idées. Ils effectuent sans cesse des allers-retours entre plusieurs projets, pour lesquels ils doivent pouvoir recourir à des compétences différentes. Ainsi, un chercheur en sciences sociales peut parfaitement mener à bien une recherche au long cours sur des collectifs artistes et adopter pour cela une approche « transversive », tout en retrouvant un ton plus neutre, plus académique lorsqu’il rédige un article scientifique ou une notice de dictionnaire. De même, il peut s’habituer, en fonction des situations d’écriture, à passer du « nous » de majesté au « je » plus assumé, du style universitaire à un style plus personnel. Il faut juste qu’il se persuade lui-même que, dans les deux cas, sa démarche reste scientifique et scientifiquement valide. Les chercheurs pourraient s’inspirer ici des plasticiens, habitués quant à eux à passer d’un projet personnel à des œuvres de commande. Ils doivent en tout cas se garder de se laisser enfermer dans un seul type de production scientifique jugé « rentable », à l’instar des articles calibrés et publiés dans des revues à « fort impact ». La liberté intellectuelle des chercheurs, menacée de toutes parts par l’imposition du prêt-à-penser et de normes de productivité, est à ce prix.

3L’important est de rester en mouvement, de ne pas hésiter à passer d’un genre à un autre, de publier des articles de recherche et des articles de vulgarisation en français et en anglais, d’écrire des livres et des papiers pour la presse, de rédiger des expertises et des carnets de terrain, de concevoir des cartes et des poèmes. À la plasticité de la pensée doit correspondre une grande souplesse dans le choix des médiums d’expression. Corsetée dans un mode d’expression unique et contraignant, la pensée souvent se raidit, s’affaiblit et, à terme, dépérit. L’économiste Jézabel Couppey-Soubeyran dresse le même constat à propos de sa discipline ; son propos peut être généralisé à l’ensemble des sciences sociales :

  • 1 Jézabel Couppey-Soubeyran, Le Monde, chronique, 18-19 août 2019.

« Les économistes devraient se transformer en “chercheurs passeurs”, avoir à cœur de diffuser leurs travaux de recherche à travers des livres, des rapports, des articles pédagogiques, des réseaux sociaux (sans s’y noyer), des plateaux télé ou radio, sans oublier de dialoguer avec ceux qui, par leurs œuvres culturelles (romans, cinéma, théâtre, spectacles, etc.), peuvent davantage encore donner à comprendre le monde pour le changer »1 (souligné par nous).

4Par la liberté qu’il s’accorde de passer d’une approche artistique « transversive » à une approche disciplinaire plus classique, le chercheur en sciences sociales remplit qui plus est sa fonction essentielle de passeur entre les mondes, figure bien connue et analysée entre autres par Alain Touraine (1980), et utilisée en littérature par les plus grands écrivains du XXe siècle, de John Dos Passos dans Manhattan Transfer à Michel Tournier dans Le Roi des aulnes, sans oublier le passeur par excellence, Walter Benjamin, à la fois romancier et philosophe, théoricien et essayiste, journaliste et traducteur de génie (un passeur des passages qui n’a pu passer la frontière : bouleversant !). À l’opposé du touche-à-tout, le passeur est celui qui approfondit en les pratiquant plusieurs genres (littéraires, scientifiques ou artistiques) – de même qu’il pratique également, souvent, plusieurs langues, ce qui lui permet d’être un passeur de langues, donc un passeur de mondes – et qui, par sa grande culture et sa plasticité intellectuelle, est capable de tisser des liens inédits entre ces genres et de les hybrider. Définie ainsi, la figure de passeur est voisine de celle du « marginal sécant » identifiée par les spécialistes de l’innovation dans les années 1970 et utilisée par Michel Crozier et Erhard Friedberg dans leur théorie dite de sociologie des organisations. Pour eux, le « marginal sécant » est « un acteur qui est partie prenante de plusieurs systèmes d’action en relation les uns avec les autres » (Crozier et Friedberg, 1977). À la manière de « l’entrepreneur de méthode », il est capable d’entendre et de comprendre des discours différents et de les mettre en lien ; à la manière du passeur, il est capable de s’appuyer sur d’autres disciplines que la sienne pour mettre en lumière ce qu’elles ont en partage. La position de marginalité dans son domaine l’oblige d’autant plus à tisser des liens vers d’autres domaines, ce qui permet, à terme, de faire émerger une nouvelle situation de carrefour créateur. Ou quand la marge devient centralité.

5Dans ce manifeste pour des sciences sociales « transversives », la figure du passeur, comme celle du « marginal sécant », est centrale ; et elle est inspirante. Même si elle est très exigeante intellectuellement et socialement, elle confère aux chercheurs contemporains un horizon, voire un idéal. Ma démarche, que cet essai illustre, s’inscrit clairement dans cette ligne qui est plus qu’une ligne scientifique : c’est une ligne de conduite intellectuelle. Ainsi, il s’agira de travailler non seulement sur les ponts qui existent entre les différents genres artistiques – ce point a bien sûr été déjà abordé par de nombreux artistes et écrivains depuis l’Antiquité –, mais aussi et surtout sur les fils, plus ténus, qui relient entre eux genres artistiques (danse, théâtre, musique, arts plastiques, arts visuels, etc.) et recherche scientifique – ce domaine est plus exploratoire.

6À ce titre, il serait intéressant de comparer l’acte créateur lui-même, dans différents domaines. Ayant eu l’occasion de m’entretenir à plusieurs reprises avec des musiciens (surtout des instrumentistes à corde) et avec des plasticiens, il m’est soudain apparu que le pinceau du peintre ressemblait fort à l’archet du violoncelliste et à la plume du chercheur (jusqu’à l’arrivée de l’ordinateur). Dans les trois cas, le pinceau, l’archet et le stylo donnent vie à l’œuvre. De même, les couleurs que le peintre tient dans sa palette pourraient évoquer les notes que produit le violoncelliste de sa main gauche : couleurs et notes sont la texture à partir de laquelle une esquisse ou une ligne mélodique vont pouvoir se dessiner. En outre, en musique comme en littérature, on parle de « phrasé », on parle de style et on parle de rythme – le rythme du pinceau sur la toile évoque celui de l’archet sur le violoncelle, voire celui des doigts du chercheur sur son clavier d’ordinateur : en phase de tâtonnements, le rythme est lent, puis soudain, comme le pouls, il s’accélère lorsque le créateur « tient » une idée. Il n’y a aucune raison qu’il en soit autrement en sciences humaines, puisque nous nous inscrivons tous, écrivains, artistes et chercheurs dans un acte créatif, c’est notre commun.

7Passerelle entre le monde des sciences et le monde de l’art, le chercheur ou l’artiste « transversif » s’inscrit ainsi dans une attitude dialogique et ouverte qu’il serait d’ailleurs urgent de restaurer. Les querelles de chapelles, les prétentions à détenir la vérité et les oppositions frontales auxquelles les sciences humaines et sociales nous ont habitués finissent par lasser. Si prétention globale il y a ici, c’est celle d’encourager, dans la recherche en sciences sociales, la liberté, l’intuition, la sérendipité, la subjectivité, la prise de risque et la créativité artistique à un moment où, sous l’influence grandissante du mainstream de la pensée globale et des algorithmes, cette recherche se veut objective, neutre et quantifiable – ce qui peut se comprendre puisqu’on ne cesse de l’évaluer, de lui imposer des normes et de lui demander des comptes.

8Attention danger ! Prétendre à la neutralité en sciences sociales est une ineptie. Il suffit de relire Marx, Simmel, Weber, Adorno, Becker et Bourdieu pour s’en convaincre. Vouloir quantifier et expliquer des phénomènes économiques et sociaux par des formules mathématiques savantes est une autre illusion de la pensée utilitariste. Ce « manifeste pour un tournant artistique en sciences sociales » peut ainsi être lu comme un manifeste politique pour la liberté de la pensée. Face au mainstream intellectuel, à la bien-pensance néolibérale, à la vague de fond de la recherche dite « sur projets » contre la recherche fondamentale, à l’intégration de normes toujours plus contraignantes et de réformes toujours plus absurdes, à la course aux publications en « globish » et à l’obsession de l’évaluation, la recherche en sciences sociales a plus que jamais besoin d’affirmer haut et fort son besoin de liberté et d’indépendance. Au lieu de faire le gros dos et d’accepter en maugréant des évolutions aussi rapides que préoccupantes, les chercheurs en sciences sociales seraient bien inspirés de riposter en rappelant leur attachement à l’indépendance de la recherche (certains l’ont fait, à l’instar du collectif « Sauvons la recherche ») ou en inventant de nouvelles façons « transversives » de faire de la recherche. C’est ce à quoi s’est employé cet essai.

Notes

1 Jézabel Couppey-Soubeyran, Le Monde, chronique, 18-19 août 2019.

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search