Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une hybridation entre arts et sciences sociales

 | 
Boris Grésillon

Première partie. Les sciences sociales et les arts en question

Première partie. Les sciences sociales et les arts en question

Introduction

Texte intégral

1Que l’on examine le cas de la philosophie, de l’histoire, de la géographie, de la sociologie ou de l’économie, le constat est le même : malgré l’extrême (et heureuse) vivacité de ces disciplines, qui se marque notamment par un nombre croissant de publications, elles peinent de plus en plus à appréhender le monde contemporain dans sa globalité et dans sa complexité. Les frontières entre sciences sociales et sciences humaines étant restées étrangement floues, il n’est pas possible d’établir une liste définitive des disciplines relevant des unes ou des autres. Dans le cadre imparti à cet essai, et notamment dans la première partie, il ne sera pas possible de traiter de l’ensemble des disciplines relevant des sciences sociales et/ou humaines. Nous examinerons donc successivement le cas de la philosophie, de l’histoire, de la géographie, de la sociologie et de l’économie, ce qui nous permettra in fine d’obtenir un état des lieux synthétique. Nos analyses rapides de l’anthropologie, de la science politique et de la psychologie attestent une évolution similaire à celle des cinq disciplines étudiées plus en détail ici.

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter