Version classiqueVersion mobile

Pour une hybridation entre arts et sciences sociales

 | 
Boris Grésillon

Introduction

Texte intégral

« Sans la poésie, notre science paraîtra incomplète »
Matthew Arnold, 1900

1Qu’est-ce que les sciences sociales et les arts ont en commun ? Leur capacité à dire le monde contemporain et à le rendre compréhensible, soit par l’analyse scientifique soit par le geste artistique. Or, depuis quelque temps, on parle de « crise des sciences sociales » comme on évoque une « crise de l’art ». Même si ces expressions ne sont pas nouvelles, force est de constater que les sciences sociales ne parviennent plus à décrire le monde dans sa globalité et dans sa complexité, ni dans sa rapidité, et encore moins dans sa simultanéité. Pour prendre deux exemples désormais connus, les deux coups de tonnerre politiques de l’année 2016, soit le vote en faveur du Brexit en Grande-Bretagne et l’élection de Donald Trump aux États-Unis, ont laissé les chercheurs dans le même état de sidération que les politiques. Non seulement ils n’avaient pas prévu ces événements car ils ne les avaient pas pensés, mais surtout, ils n’étaient et ne sont pas toujours outillés scientifiquement pour les analyser correctement. Politologues, économistes, historiens, sociologues, anthropologues, philosophes sont-ils condamnés à être à la remorque d’une Histoire qui s’accélère dangereusement ?

2Après l’ère des grands schémas d’explication idéologiques, fondés essentiellement sur les théories marxistes et structuralistes, est venue l’ère de la déconstruction postmoderne. Les chercheurs en sciences sociales se sont mis à déconstruire ce que leurs aînés avaient construit, qu’il s’agisse de théories, de schèmes idéologiques, de discours, de méthodes ou de représentations. Dans un premier temps, cette remise en question des postures et des postulats de la « modernité » fut bénéfique : elle permit l’émergence d’une myriade de courants qui jusque-là n’avaient pas émergé (gender studies, étude des minorités ethniques, microhistoire, Alltagsgeschichte ou « histoire du quotidien », géographie culturelle, ethnogéographie, interactionnisme symbolique, ethnométhodologie, etc.). Aujourd’hui, ces courants ont droit de cité et ils ont le vent en poupe dans les universités européennes et américaines. Par-delà leur extrême diversité, ils ont pour point commun de s’intéresser au « micro » et non plus au « macro », à l’individu ou au groupe et moins aux classes sociales ou à la société dans son ensemble, dans une démarche ethnographique plus que sociologique et politique. Excès de modestie ou méfiance intrinsèque à l’égard des grands schémas d’interprétation du monde contemporain ? Toujours est-il qu’à force de s’intéresser au « petit » et plus au « grand », aux contextes et pas aux structures, aux marges et pas au centre, à l’éphémère plutôt qu’au durable, au caché plutôt qu’au visible, les chercheurs en sciences sociales, dans leur grande majorité, ont négligé de se pencher sur les fondamentaux et les questions centrales des sciences sociales : dans une société, dans un espace, dans une séquence historique, qu’est-ce qui fait lien et qu’est-ce qui fait sens ? Sur quelles bases s’établit un projet social commun (Jean-Jacques Rousseau aurait parlé de « contrat social ») ? Avec quelles résistances, quels contre-pouvoirs, quelles formes de dissidence ?

3En négligeant ces questions, les chercheurs en sciences sociales se sont retrouvés, comme les politiques et les journalistes, « sidérés » devant les coups de tonnerre de 2016, forcés de constater qu’ils n’avaient plus les clés pour comprendre et faire comprendre les succès électoraux des populistes de part et d’autre de l’Atlantique, au-delà des explications superficielles livrées à chaud par quelques intellectuels médiatiques. Forcés de constater aussi, par exemple, qu’en ne nourrissant plus le projet européen d’idées nouvelles, d’apports scientifiques et de débats féconds, ce dernier devenait fragile et pouvait rapidement se déliter, perçu alors uniquement comme un projet technocratique, coûteux, sinon nuisible au « peuple ». Soyons honnêtes : dans un cas (l’élection de Donald Trump) comme dans l’autre (le vote en faveur du Brexit), mais aussi plus généralement, qu’il s’agisse de la guerre en Syrie ou des crises successives en Ukraine, chercheurs et intellectuels ont été à peu près absents du débat public. Soit qu’ils n’avaient pas grand-chose de neuf à avancer, soit que leurs voix ne portaient plus au-delà d’un monde académique confiné. De grands médias d’idées comme Le Monde ou Courrier international s’en sont émus, au point d’en appeler à un sursaut des intellectuels. Ce retrait des intellectuels du débat public est problématique car il laisse le champ libre à de prétendus experts livrant des analyses souvent simplistes, dont s’emparent les politiques avides de faits et de chiffres, mais nettement moins à l’aise dans le maniement d’une pensée complexe – celle-là même que les chercheurs sont enclins à produire.

4Il ne s’agit pas ici de faire le procès des intellectuels et des chercheurs, qui ne sont pas censés « coller » à l’actualité, mais plutôt d’émettre l’hypothèse selon laquelle ils ont de plus en plus de mal à être en phase avec l’évolution du monde contemporain. À leur décharge, le temps de la recherche n’est pas le temps géopolitique. Le monde tourne de plus en plus vite, notamment avec le numérique qui permet l’accès aux informations les plus diverses en temps réel. La question, cependant, est plus profonde : les chercheurs ont-ils les bons outils d’analyse ? Disposent-ils de clés de compréhension adaptées à nos sociétés mutantes ? Possèdent-ils la bonne focale, à la fois micro ET macro, pour étudier les phénomènes contemporains ?

5Qu’en est-il maintenant des artistes ? Ces derniers semblent avoir perdu leur rôle d’éveilleurs de conscience. Bien sûr, il existe là aussi des exceptions, comme le réalisateur Ken Loach, qui a opté pour un cinéma socialement engagé jetant un regard très critique sur l’évolution de la société britannique et, par-delà, sur celle des sociétés occidentales. Mais, globalement, la « crise de l’art contemporain » que constatait le philosophe Yves Michaud à la fin des années 1990 (Michaud, 1997) semble toujours d’actualité. Il en va de même pour le théâtre, qui paraît également être traversé par une « crise de sens » (Enjary, 2004). Finalement, c’est comme si les créateurs souffraient des mêmes maux que les chercheurs en sciences sociales : saisie de plus en plus difficile d’un monde complexe, émiettement en courants et sous-courants, refuge dans le geste apolitique. Le temps où l’art révolutionnait la société semble révolu. Si révolutions il y a, ce ne sont que des révolutions de palais qui ne percent pas au dehors des murs des écoles de pensée et des écoles d’art. Certes, dans les théâtres comme dans les ateliers, les artistes expérimentent tous azimuts. Mais expérimentation artistique ne signifie pas révolution, qu’elle soit esthétique, sociale ou politique. Comme la majorité des chercheurs, la plupart des artistes semblent se réfugier dans la production, la reproduction, voire la productivité, et délaisser la sphère politique, la chose publique, la res publica.

  • 1 On en veut pour preuve récente, parmi d’autres, l’action du collectif Theatrum Mundi fondé par le s (...)

6Mais la situation n’est pas désespérée. Au contraire, elle est porteuse de nouveaux horizons, pour peu que les protagonistes eux-mêmes (artistes et scientifiques, ou plus généralement créateurs, chercheurs et praticiens) acceptent de travailler autrement et de croiser leurs approches et leurs méthodes. Car loin de s’exclure l’un l’autre, les arts et la recherche scientifique ont tout à gagner dans une forme de fécondation réciproque et de refondation commune. Cet essai pose comme hypothèse que la démarche scientifique ne peut que s’enrichir de l’apport de la démarche artistique et inversement. En croisant leurs approches, leurs corpus et leurs méthodes, art et sciences sociales peuvent se renouveler en s’hybridant et inventer ensemble une nouvelle démarche, à la fois subjective et éclairée, et un langage commun, à la fois sensible et scientifique. Ce sont ces croisements multiples et d’un genre nouveau que cet essai entend mettre au jour et analyser. Le fait que de plus en plus de créateurs collaborent avec des scientifiques au sein de fab-labs ou de tiers-lieux et que de plus en plus de chercheurs en sciences sociales soient intéressés par les processus artistiques constitue le signe que cette réflexion, la première du genre sous forme de synthèse, est d’une grande actualité1. Cela suppose toutefois, dans un premier temps, une mise à plat des faiblesses actuelles des sciences sociales et des genres artistiques avant d’envisager, sur les plans théorique et pratique, divers types de collaborations qui permettent de déboucher sur la formulation d’un manifeste commun.

Notes

1 On en veut pour preuve récente, parmi d’autres, l’action du collectif Theatrum Mundi fondé par le sociologue américain Richard Sennett, qui rassemble des artistes et des chercheurs travaillant sur les cultures urbaines.

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search