Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une hybridation entre arts et sciences sociales

 | 
Boris Grésillon

Avis aux lecteurs

À la mémoire d’Élisée Reclus (1830-1905), merveilleux géographe, étonnant voyageur, honnête homme, esprit libre et « marginal sécant », dont l’engagement et les écrits, qu’ils soient d’ordres géographiques, humanistes, politiques (anarchistes), pédagogiques, écologistes ou féministes demeurent d’une surprenante actualité et m’ont inspiré.

Texte intégral

« On met longtemps à devenir jeune. »
Pablo Picasso

« Quand on crée, tout nous nourrit. »
Tatiana Trouvé

« Écrire, pour moi, c’est me repositionner,
savoir où je suis, ma latitude, ma longitude,
et ça me permet de continuer de vivre. »
Julos Beaucarne

1Attention, ce livre n’est pas « scientifiquement correct » (comme on dit de quelqu’un qu’il n’est pas politiquement correct – ce qui, en général, le rend intéressant). Non pas qu’il repose sur des informations erronées ou sur des thèses non étayées, au contraire. Mais il ne respecte aucun critère habituel de scientificité. Il a été écrit à partir d’une simple intuition, devenue ensuite idée maîtresse voire idée fixe. Il a été rédigé au fil de l’eau, sans plan préconçu et sans autre ambition que d’explorer une voie inconnue, au gré de la curiosité et du hasard. Ce qui ne devait être qu’un brouillon, de simples notes de travail, au mieux un article, s’est progressivement transformé en un bref essai puis en livre, à mon grand étonnement.

2C’est que l’exploration s’est avérée très riche, nourrie d’innombrables lectures, rencontres et questionnements. Je me suis mis à lire de tout – des romans, des essais, des biographies, des articles scientifiques, des articles de journaux, des livres de sciences sociales, des livres d’art, des catalogues d’exposition, des bande-dessinées – et à lire dans tous les sens – par bribes, par bouts, par ricochets d’un livre à l’autre, par la fin, in extenso, avec ou sans les notes de bas de page. J’ai également fait vrombir quelques moteurs de recherche, pour trouver une référence, télécharger un article, lire un extrait d’ouvrage. Lire encore et toujours, dans toutes les directions, en français essentiellement, mais aussi en allemand et en anglais jusqu’à ce que je trouve une pensée en résonnance (ou en contradiction) avec la mienne. Une véritable soif de savoir m’a saisi et, comme pour compenser des années de sevrage et de frustration, j’ai redécouvert avec joie le plaisir de lire des livres de A à Z et pas de simples extraits d’ouvrages ou des bouts d’articles savants « récupérés » à la va-vite, comme après un naufrage, sur Internet.

3Ce faisant, j’ai éprouvé de véritables bonheurs de lecture auprès d’Élisée Reclus, de Victor Hugo ou, plus près de nous, d’Edgar Morin, Bruno Latour, Yves Michaux, Peter Sloterdijk, Barbara Cassin ou Ivan Jablonka. Auprès d’eux et de quelques autres encore, je me sentais moins seul, comme épaulé par ces grandes figures intellectuelles. Grâce à eux, je ne me sentais plus hors champ. J’ai écumé nombre de librairies et de bibliothèques, non pas à la recherche d’un ouvrage précis mais pour découvrir le livre sur lequel mon regard par hasard s’arrêterait, celui qui me tomberait littéralement entre les mains, celui qui m’attendrait. Joie retrouvée de la sérendipité. Je me suis ainsi créé, spécialement pour cet essai, ma petite bibliothèque sur mesure, sans prétention à l’exhaustivité ni à la représentativité.

4En outre, cet « objet intellectuel non identifié », comme l’a qualifié un éditeur critique, ne saurait prétendre à une quelconque scientificité puisqu’il mêle et entremêle allègrement divers champs disciplinaires, courants artistiques et intellectuels, corpus et références, approches, méthodes et pratiques. À titre d’exemple, dans le cours du livre, je fais un parallèle, qui paraîtra iconoclaste aux yeux des spécialistes, entre le philosophe américain John Dewey et le dramaturge allemand Bertolt Brecht. De même, il m’arrivera de comparer un geste artistique avec une intention scientifique sans me soucier de la légitimité de la comparaison. Ce faisant, je sais parfaitement à quoi je m’expose. Je cours le risque que la parole légitime et scientifique, qu’elle émane des historiens, des philosophes, des historiens de l’art ou des artistes, dans le pire des cas s’abatte sur cet essai qui, à leurs yeux, « ne [ferait] pas une impression assez sérieuse », pour reprendre le mot cruel de Madame de Staël à propos du Berlin du début du XIXe siècle. J’entends déjà les critiques : « Quelle crédibilité accorder à un géographe lorsqu’il prétend parler de philosophie à la place des philosophes, d’art à la place des critiques d’art, de chocs esthétiques à la place des historiens de l’art ? » L’univers de la recherche, comme le monde de l’art, est un monde feutré et conservateur qui n’aime pas être bousculé. J’entends donc les critiques, je les devance et même, je les appelle. En tout cas, j’en accepte l’augure. Le risque, si vraiment il existe, est assumé.

5Enfin, pour ne rien arranger, je suis beaucoup sorti, au théâtre, au concert, dans des musées, des galeries, et j’ai discuté à bâtons rompus avec des artistes, des comédiens, des danseurs, des plasticiens, des responsables de lieux culturels au cours d’entretiens non enregistrés et qui n’avaient rien de directifs. Là aussi, certaines œuvres, certains artistes m’ont touché plus que d’autres, qu’il s’agisse de la troupe Rimini Protokoll et de son « théâtre documentaire », de la compagnie de danse de Sasha Waltz que je suis depuis ses débuts, de la plasticienne Nadia Kaabi-Linke, du violoncelliste Jean-Guihen Queyras ou de la pianiste et romancière Hélène Grimaud. Tous m’ont non seulement inspiré mais ils m’ont aussi porté. En accédant à leur univers artistique, j’ai accédé à un monde qui n’était pas le mien mais que j’ai essayé de faire mien et d’intégrer dans ma pratique de chercheur. Forcément, j’en suis sorti changé et d’une certaine manière, cet essai en est le témoignage.

6De tout cela, des lectures savantes et profanes, des discussions, des émotions artistiques, des spectacles, j’ai fait mon miel. Autant dire que j’assume complètement la part de subjectivité de ce livre. Mieux : je la revendique comme une approche scientifique – je m’en expliquerai. Au moment de passer à l’écriture, je ne me fixais aucune « feuille de route », aucun principe si ce n’est celui de ne jamais déformer la pensée d’un auteur ou d’un interlocuteur et de ne céder à aucune mode, ni celle de l’écriture inclusive (parce qu’elle entrave la lecture) ni celle de certains mots savants du moment qui peuplent les revues de sciences sociales et les articles de presse et qui seront probablement passés de mode dans quelques années.

7Mû par l’intuition de « tenir » une idée et guidé par le plaisir de lire, de converser et d’écrire, j’eus bien sûr, de temps en temps, quelque doute : est-ce bien raisonnable d’entreprendre un essai à visée à la fois théorique, méthodologique, opérationnelle, pédagogique ? Observer, analyser voire provoquer la rencontre entre les arts et les sciences sociales, est-ce matière à produire un livre « sérieux » ? Mais je me rassurais en me disant que mon joyeux braconnage s’apparentait à une forme de « gai savoir » que Nietzsche lui-même n’aurait peut-être pas renié.

8Enfin, quand vint l’épreuve de trouver un éditeur potentiellement intéressé par un tel objet non identifié, j’achevais de battre en brèche tous les codes en usage et j’écrivis ceci :

  • « Ce livre traite de sciences sociales, et pourtant je ne suis ni sociologue, ni anthropologue, ni politiste, ni historien, ni philosophe et encore moins économiste ;

  • ce livre traite d’art et il s’intéresse aux artistes, et pourtant je ne suis ni critique d’art, ni historien d’art, ni artiste-chercheur, ni sociologue de l’art, ni artiste ;

  • je ne suis pas un journaliste ni un imposteur ;

  • alors qui suis-je ? »

9Cette apostrophe en forme d’énigme, destinée à attirer avec humour et autodérision l’attention d’un éditeur, ne connût guère de succès et je dus attendre un temps certain avant qu’une maison d’édition s’intéresse d’un peu plus près à ce qui pouvait s’apparenter à un canular ou une blague. La liberté a un coût.

10Enfin, au « learning by running » qui était mon lot quotidien à l’université française s’est substitué un temps suspendu bienvenu, propice à la réflexion et à la recherche : un « learning by reading and thinking » qui devrait être la devise et la réalité de tout chercheur. Si j’avais dû continuer à m’acquitter des multiples tâches qui incombent aujourd’hui à un universitaire et que je tiens à rappeler – préparation des cours, correction des copies, encadrement des étudiants et des doctorants, secrétariat, bureaucratie envahissante, mise en œuvre chronophage de réformes non voulues, gestion en urgence de réformes non pensées (type parcoursup), réponse aux enquêtes et évaluations des tutelles, contacts avec les lycées, réunions diverses et variées, en tout cas toujours trop nombreuses, mémoires de master à corriger, thèses à lire, jurys à organiser, articles à évaluer, rapports à rédiger, expertises à fournir, « financements tiers » à trouver, contrats de recherche à décrocher, projets de recherche « bétons » à déposer à l’Agence nationale de la recherche (ANR) ou à l’agence européenne de la recherche (ERC), conférences par-ci, communications par-là, organisation de colloques et de journées d’études, participation à la vie du laboratoire ; et, à mes heures perdues (sic), rédaction d’articles scientifiques pour des revues (de préférence « de rang A »), de chapitres d’ouvrages, d’articles de vulgarisation et autres notices de dictionnaire, peu importe pourvu que ce soit publié (et si possible en anglais) car, c’est bien connu, désormais il s’agit de « publier ou mourir » (« publish or perish ») – si j’avais dû, donc, continuer à m’acquitter de ces nombreuses tâches, jamais je n’aurais pu écrire ce livre, ou alors je serai mort avant.

11Même si j’ai dressé tout au long de cet essai une sorte de liste de ce qu’il ne faut pas faire lorsqu’on souhaite écrire et publier un livre, je ne saurais trop conseiller aux jeunes enseignants-chercheurs de tout entreprendre pour qu’ils se ménagent contre vents et marées une bulle de liberté et de créativité, qui seule leur permettra de se régénérer et d’éviter le trop-plein, l’épuisement ou la sortie de route.

12Ce livre leur est dédié ainsi qu’à tous les jeunes créateurs, artistes, architectes, urbanistes dont l’entrée souvent difficile dans la carrière ne s’avère guère propice à l’expression de leur créativité.

13En espérant que la frilosité des éditeurs n’aura d’égale que la curiosité des lecteurs.

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter