Version classiqueVersion mobile

Naturaliser la phénoménologie

 | 
Jean Petitot
, 
Jean-Michel Roy
, 
Bernard Pachoud
, 
et al.

Intentionnalité

Chapitre 3. Leibhaftigkeit et théories représentationnelles de la perception

Élisabeth Pacherie

Texte intégral

1Je voudrais examiner dans cet essai un problème particulier, récemment soulevé par Jacques Bouveresse (1995), que semblent rencontrer les théories de la perception qui s’inscrivent dans le cadre d’une approche naturaliste et représentationnaliste du mental. Ce problème concerne la capacité de ces théories à rendre compte d’une caractéristique que Husserl considérait comme constitutive de la perception et qu’il appelait la Leibhaftigkeit de l’objet dans la perception. Ce terme renvoie au fait que l’objet dans la perception apparaît comme donné en personne ou encore comme donné en chair et en os. Je commencerai par donner un bref aperçu des motivations qui sont à l’origine de l’intérêt actuellement suscité dans les sciences cognitives par l’intentionnalité perceptive. Nous serons ainsi mieux à même d’apprécier les enjeux généraux liés au problème de la Leibhaftigkeit. Dans un deuxième temps, j ’ aborderai plus en détail le problème de la Leibhaftigkeit de l’objet dans la perception et j’examinerai les raisons pour lesquelles celle-ci peut paraître constituer une difficulté pour une approche représentationnelle de la perception. J’essaierai ensuite de montrer que la difficulté n’est insurmontable que pour une conception étroite, ponctuelle et statique, des représentations mais que la tension peut disparaître si l’on se donne une conception plus dynamique de la notion de représentation et de la perception visuelle. Je suggérerai en outre que les analyses de Husserl dans Chose et espace nous fournissent des indications intéressantes sur le type de capacités représentationnelles qui interviennent dans la perception.

Réalisme intentionnel, naturalisation et perception

  • 1 À cette approche réaliste s’oppose une approche de type interprétatif qui vise à montrer que l’exis (...)

2Une majorité des philosophes favorables à l’entreprise de naturalisation du mental défendent une forme de réalisme intentionnel1. Le réalisme intentionnel tient l’intentionnalité pour un fait objectif, il admet l’existence d’états dont l’intentionnalité est intrinsèque ou originelle au sens où elle est indépendante de toute attitude interprétative. En outre, ces états sont supposés jouer un rôle causal dans la production du comportement, rôle qui est fonction de leurs propriétés intentionnelles ou de leur contenu. Un philosophe qui adhère à la fois au réalisme intentionnel et au programme de naturalisation du mental se donne pour tâche d’essayer de montrer comment des systèmes purement matériels peuvent avoir de tels états intentionnels.

3En philosophie analytique de l’esprit, les tentatives de mise en œuvre de ce programme de naturalisation ont été dans une large mesure de type représentationnel. En d’autres termes, la question de savoir comment un système matériel peut être doté d’intentionnalité a été peu ou prou ramenée à la question de savoir comment un tel système peut avoir des représentations du monde ou comment des états de ce système peuvent être des états représentationnels. On a pu toutefois constater ces dernières années une évolution de cette approche représentationnaliste, marquée par un intérêt beaucoup plus vif que précédemment pour le niveau perceptif et par la prise de conscience de l’importance du jalon perceptif dans l’entreprise de naturalisation du mental. Cette réorientation est due en partie aux difficultés rencontrées face au problème de la naturalisation de la relation intentionnelle entre sujet et monde.

  • 2 Parmi les principaux promoteurs de cette approche, voir Fodor, 1981a ; Pylyshyn, 1984.

4Le réalisme intentionnel s’est développé principalement dans le cadre du paradigme cognitiviste, caractérisé par son adhésion aux thèses fonctionnalistes et computationnelles et par une conception des représentations mentales comme représentations symboliques2. Autrement dit, les représentations mentales sont considérées comme des suites de symboles manipulées selon des règles purement formelles. L’avantage d’une telle approche est qu’elle autorise à tirer parti des développements de la théorie des systèmes formels et de la théorie de la calculabilité pour décrire les rapports entre niveau de description sémantique et niveau de description matériel. L’articulation entre ces deux niveaux sémantique et matériel y opère par la médiation d’un niveau intermédiaire syntaxique. Toutefois, le paradigme cognitiviste dans sa forme classique se trouve fort démuni lorsqu’il s’agit d’expliquer comment le sens advient aux symboles et comment s’institue la relation intentionnelle sujet-monde.

  • 3 On peut, dans une optique solipsiste, reformuler le problème de l’intentionnalité comme problème de (...)
  • 4 Voir notamment Dretske, 1981, 1988 ; Fodor, 1987a, 1990, pour une défense de cette approche.

5En bref, s’il offre une solution possible au problème des rapports du corps et de l’esprit, le paradigme cognitiviste ne lève nullement le mystère qui pèse sur le problème de l’intentionnalité, conçu comme problème des rapports entre l’esprit et le monde3. Cette faiblesse majeure du cognitivisme classique a conduit un certain nombre de philosophes à exploiter les ressources de la théorie de l’information dans leurs tentatives de naturalisation de l’intentionnalité4. L’idée fondamentale qui guide ce type d’approche est que l’information est une ressource objective que l’on peut définir en termes purement physiques. Par conséquent, si l’on parvient à définir la relation intentionnelle comme étant un type spécifique de relation informationnelle – ce qui implique que l’on énonce en termes non intentionnels les contraintes particulières qu’elle doit satisfaire –, on aura fait un grand pas en avant vers la naturalisation de l’intentionnalité.

  • 5 On peut distinguer, comme le fait Dretske, 1981, trois ordres d’intensionnalité, correspondant, res (...)

6La théorie de l’information fait dépendre l’existence de relations informationnelles de celle de corrélations réglées entre les états de structures ou de systèmes. Ces corrélations réglées sont généralement, quoique non nécessairement, de type causal. De manière très schématique, on peut donc dire que les idées centrales exploitées par les théories informationnelles de l’intentionnalité sont (1) qu’une relation informationnelle est la converse d’une relation causale réglée et (2) qu’une relation intentionnelle est (ou se fonde sur) un type spécifique de relation informationnelle. Comme les philosophes impliqués dans ce projet l’ont appris à leurs dépens, la principale difficulté à surmonter consiste à caractériser précisément et en évitant toute circularité la relation de dépendance du contenu intentionnel vis-à-vis du contenu informationnel. Il est en particulier nécessaire de rendre compte du fait que les contenus intentionnels, à la différence des contenus simplement informationnels, manifestent des propriétés fortes d’intensionnalité et de robustesse. Un contenu intentionnel est aussi intentionnel en ce que ce qu’il représente, il le représente d’une certaine manière, sous un certain aspect ou mode. Deux représentations qui renvoient à la même chose peuvent néanmoins différer par leur mode de présentation5. Le contenu intentionnel est robuste au sens où il peut rester constant, alors même que les circonstances où cette pensée est évoquée varient considérablement. La possibilité de l’erreur, la possibilité de penser à une chose en son absence ou de penser à une chose qui n’existe pas sont autant de manifestations de cette robustesse, qui n’a pas d’équivalent au niveau purement informationnel. On voit donc, comme l’a souligné Fodor (1990, p. 90), toute la difficulté d’un programme qui vise à définir l’intentionnalité en termes d’information, et ainsi en termes d’étiologie, tout en expliquant comment le contenu intentionnel peut être unique, constant et déterminé, alors que même l’étiologie et l’information peuvent varier considérablement.

  • 6 Pour un examen plus détaillé de ces difficultés, cf. McgInn, 1989, p. 71 sq.

7C’est dans la mise en œuvre de ce programme que se révèle le primat de l’intentionnalité perceptive. Ces théories informationnelles soutiennent que le contenu que possède un type d’expérience lui est conféré par sa cause distale typique ; autrement dit, la propriété de l’environnement qui est la cause typique d’expériences de ce type est la propriété que l’expérience représente. Mais, comme l’a fait remarquer Colin McGinn (1989), dans la mesure où diverses propriétés sont instanciées le long de la chaîne causale qui relie le monde à l’esprit, une théorie informationnelle se doit de préciser quel type de connexion causale elle tient pour pertinente. Dans le cas de propriétés sémantiques conceptuelles, il est loisible de répondre que la relation de référence se fonde sur la relation de perception. Nous pouvons dire, par exemple, que nos pensées de contenu « F » sont typiquement produites par perceptions d’objets instanciant la propriété F et que c’est ce qui explique pourquoi « F » fait référence à F. La théorie informationnelle peut donc expliquer une relation, la référence, en termes d’une autre, la perception ; autrement dit, elle peut fixer le contenu sémantique par référence au contenu perceptif. L’explication qu’elle donne n’est pas circulaire dans la mesure où la relation de perception est plus primitive que la relation sémantique ainsi expliquée. Mais on aurait tort de croire que l’on a par là même donné une explication naturaliste des contenus mentaux. Comme le souligne McGinn, une expérience ne vaut comme perception de quelque chose que pour autant qu’elle a un contenu représentationnel approprié. Mais si la capacité à percevoir présuppose la capacité de représentation perceptive, nous ne pouvons nous servir de la relation de perception pour expliquer comment une expérience peut avoir un contenu6. Pour que le cercle intentionnel soit effectivement brisé, il faut encore que la notion d’intentionnalité perceptive soit naturalisée. Ainsi, le développement d’une théorie naturaliste de l’intentionnalité perceptive apparaît comme un impératif essentiel pour qui veut s’engager dans le programme de naturalisation du mental.

Leibhaftigkeit de la perception et représentation

  • 7 Dans le phénomène du blindsight, des sujets qui nient fermement (et sincèrement) avoir la moindre e (...)

8Le regain d’intérêt que connaît depuis quelques années la question de la perception en philosophie de l’esprit est donc lié à la prise de conscience du rôle clef joué par celle-ci dans la relation entre esprit et monde – prise de conscience sans doute retardée, comme le souligne Bouveresse (1995, p. 27), par la priorité accordée pendant longtemps à la philosophie du langage. En reconnaissant le primat de l’intentionnalité perceptive et son rôle fondationnel vis-à-vis de formes supérieures d’intentionnalité, des philosophes de l’esprit rejoignent les analyses husserliennes sur la relation de fondation des perceptions en tant qu’objectivations primaires vis-à-vis des formes supérieures d’objectivation. Ce renouveau d’intérêt pour la perception s’accompagne également d’un souci plus marqué des questions soulevées par les dimensions qualitatives de la vie mentale. Celles-ci ont été pendant longtemps largement négligées par les sciences cognitives au profit des aspects purement cognitifs du mental, avec, chez certains, l’espoir vain qu’elles se dissoudraient d’elles-mêmes avec l’avancée des recherches. Or, il est apparu que ces dimensions qualitatives ne se laissaient ni éliminer, ni traiter en épiphénomènes. Des phénomènes comme le blindsight suggèrent par exemple que la conscience perceptive joue un rôle important dans notre vie cognitive7. La perception se trouve ainsi à la croisée des chemins, puisque d’une part, c’est sur le traitement de l’intentionnalité perceptive que repose en fin de compte le programme de naturalisation de l’intentionnalité et que, d’autre part, l’expérience perceptive constitue une manifestation paradigmatique de l’importance des dimensions phénoménales et qualitatives de la vie mentale. Une théorie de la perception semble donc être le lieu où le divorce entre traitement des aspects cognitifs et traitement des aspects qualitatifs et phénoménaux du mental est le moins admissible. Il importe par conséquent de se demander si le maintien d’une approche informationnelle et représentationnelle de l’intentionnalité perceptive ne contribue pas à prolonger ce scandaleux divorce. J’examinerai ici un aspect unique mais essentiel de cette question, récemment discuté par Bouveresse.

9Bouveresse (1995) relève que Husserl a exprimé un fait premier de la perception à travers ce qu’il appelle la Leibhaftigkeit. Husserl utilise ce terme pour désigner la forme très spécifique de rapport à l’objet qui s’établit dans la perception. Il en donne la description suivante :

  • 8 Ding und Raum (DR), Chose et espace, §4, tr. fr. p. 36.

L’objet se tient là dans la perception comme présent en chair et en os, il se tient là, à parler plus exactement encore, comme actuellement présent, comme donné en personne dans le Maintenant actuel. Dans l’imagination, l’objet ne se tient pas là sur le mode de la présence-en-chair-et-en-os [Leibhaftigkeit], de l’effectivité, de la présence actuelle. Il se tient certes devant nos yeux, mais non comme un donné en acte maintenant ; éventuellement, il peut être pensé comme un Maintenant ou comme simultané par rapport au Maintenant actuel, mais ce Maintenant est un Maintenant pensé et non ce Maintenant-là qui appartient à la présence-en-chair-et-en-os, à la présence de perception8.

10Bouveresse se demande si ce contraste mis en évidence par Husserl entre la situation dans laquelle un objet est perçu et celle dans laquelle il est simplement représenté (y compris représenté comme donné ici et maintenant) n’est pas de nature à jeter le doute sur le bien-fondé d’approches représentationnelles de la perception. De telles théories sauraient difficilement rendre compte de la Leibhaftigkeit de l’objet de la perception, suggère Bouveresse, qui exprime ainsi son inquiétude : « Si, comme on peut le supposer, notre idée de la représentation mentale est inspirée de celle de l’image matérielle dans laquelle l’objet représenté ne nous est pas donné en personne et ce qui nous est donné en personne n’est pas l’objet lui-même, il est peu probable que nous puissions arriver de cette façon à une théorie satisfaisante de ce que c’est que percevoir un objet » (1995, p. 54). On notera tout d’abord, avec Bouveresse, que le fait que la perception semble immédiate ne signifie pas qu’elle le soit. Ceci a pour corollaire immédiat qu’expliquer ce qui fait que la perception nous semble immédiate ne revient pas à montrer qu’elle l’est effectivement.

  • 9 Quoique ce passage de Chose et espace, ibid., et plusieurs autres suggèrent que Husserl défendait u (...)

11Corrélativement, comme Husserl lui-même le souligne, la caractéristique que constitue la Leibhaftigkeit ne doit pas être comprise comme impliquant l’existence et la présence effective de l’objet perçu, sans quoi la notion même de perception illusoire serait contradictoire. La Leibhaftigkeit est une propriété du phénomène de la perception : « Le caractère essentiel de la perception est d’être “conscience” de la présence en chair et en os de l’objet [des Objekfes], c’est-à-dire d’en être phénomène9. »

12On peut dire par conséquent qu’une théorie de la perception ne saurait être adéquate si elle n’explique pas comment la perception peut nous sembler immédiate, comment l’objet dans la perception peut sembler être donné en chair et en os, autrement dit comment elle peut avoir cette propriété phénoménale d’immédiateté et de Leibhaftigkeit. Mais on ne saurait reprocher à une telle théorie de ne pas expliquer comment la perception peut être immédiate et nous donner effectivement l’objet en chair et en os. L’inquiétude de Bouveresse concerne donc la capacité d’une théorie représentationnelle de la perception à rendre compte de cette apparence subjective d’immédiateté et de Leibhaftigkeit. Elle a, me semble-t-il, des motivations plus profondes que le simple fait qu’une théorie de ce genre fasse intervenir des médiations : c’est la nature représentationnelle des médiations postulées qui fait difficulté.

13Il faut, à mon sens, distinguer ici trois problèmes. Les deux premiers concernent la pertinence de l’analogie entre représentation mentale et image matérielle. En premier lieu, cette analogie a le défaut d’évoquer immédiatement l’idée d’un œil interne contemplant la représentation produite et produisant à son tour une nouvelle représentation, ce qui conduit à la régression à l’infini bien connue. Pour éviter la régression à l’infini ou ce que l’on appelle parfois le sophisme de l’homoncule, il est nécessaire de définir clairement une notion de représentation mentale qui se démarque de l’analogie avec l’image matérielle en mettant fin à la dualité qu’elle implique entre la représentation et le spectateur. Ce n’est toutefois pas sur ce problème que je voudrais me concentrer. Les théoriciens des représentations mentales, y compris des représentations perceptives, sont conscients de son importance et sont – je l’espère – suffisamment prévenus des dangers du sophisme de l’homoncule pour tenter au mieux de s’en garder. Les systèmes computationnels qui inspirent leurs modèles ont au moins pour mérite de nous montrer comment on peut faire l’économie de tels homoncules.

14En second lieu, cette analogie avec l’image matérielle semble être l’une des principales raisons qui font paraître naturel et quasi irrésistible le passage de l’idée que la perception suppose la construction de représentations à la thèse selon laquelle ces représentations sont ce dont, à proprement parler, nous avons conscience. Autrement dit, cette analogie semble rendre irrésistible le passage d’une thèse simplement représentationnelle à une thèse représentationnaliste. Accepter l’idée que la perception fait intervenir la construction de représentation reviendrait à accepter que la perception est indirecte, que nous sommes conscients d’une représentation et inférons sur cette base l’existence de l’objet public dont c’est une représentation. Se contenter de dire, pour contrer le représentationnalisme, qu’il faut certes, pour percevoir, construire des représentations, mais qu’une fois celles-ci construites, on les a et l’on n’a pas à les percevoir, serait, selon Bouveresse, un tour de passe-passe suspect, consistant à régler le problème au prix, modeste, d’une réforme linguistique. Une telle solution peut effectivement sembler purement verbale, aussi longtemps que l’on pense les représentations mentales sur le modèle de représentations matérielles. Du fait de la « déperdition » informationnelle qui intervient dans l’image et du fait du caractère externe de la relation entre une représentation de ce genre et son objet, il est nécessaire de faire intervenir des inférences pour parvenir à l’objet. Si nous voulons dissiper l’impression que l’on a affaire à un tour de passe-passe suspect, nous devons définir une notion informationnellement beaucoup plus riche de représentation mentale.

  • 10 La question de la nature de ces représentations figurale fait l’objet de vigoureux débats et s’est (...)

15Le troisième problème, plus général, que rencontre une approche représentationnelle de la perception est que les représentations en général ne présentent pas le caractère d’immédiateté associé à la perception. On notera que l’absence de cette caractéristique est la règle commune et est indépendante de l’analogie avec une image matérielle. Les représentations mentales symboliques qui, dans les modèles cognitivistes classiques, sont le support des contenus de croyances et de désirs, sont d’inspiration linguistique plutôt qu’iconique ou figurale et sont parfaitement étrangères à l’idée d’immédiateté. Il est certes possible, en opérant précisément une distinction entre représentations de format iconique ou figurai et représentations de format quasi linguistique, ou encore en distinguant représentations sensorielles et représentations conceptuelles, de marquer une distinction entre des attitudes cognitives telles que désirs, croyances, ou intentions – les attitudes propositionnelles ou phrastiques – et des attitudes telles que la perception, l’imagination ou certaines formes imagées de souvenirs10. Mais, en revanche, ce type de distinctions ne permet pas de rendre compte de la différence entre les perceptions, les productions de l’imagination ou souvenirs imagés qui semblent avoir en commun un caractère iconique. La question la plus pressante qui se pose par conséquent à une théorie représentationnelle de la perception est de savoir s’il est possible, alors même que les représentations en général ne nous donnent pas leur objet comme immédiatement présent, d’énoncer un ensemble de contraintes spécifiques telles que les représentations qui les satisfont se trouvent par là même avoir la capacité de présenter leur objet sur le mode du donné en chair et en os.

Leibhaft1gkeit et dynamique représentationnelle

  • 11 C’est principalement à Gibson, 1966, 1979, que l’on doit d’avoir mis en évidence l’importance de ce (...)

16Je voudrais suggérer que, vis-à-vis du problème de la Leibhaftigkeit, la position d’une théorie représentationnelle de la perception n’est peut-être pas désespérée, pour autant qu’est prise en compte la dimension temporelle de la perception et qu’on ne procède pas à l’abstraction réductrice consistant à considérer une perception comme quelque chose de statique, réduction à laquelle conduit précisément l’analogie avec l’image matérielle11. L’idée qu’il me semble intéressant d’exploiter est donc que la perception se caractérise à la fois par une structure simultanée statique et une structure temporelle dynamique, qu’il existe un lien étroit entre la Leihhaftigkeit de l’objet dans la perception et la dynamique temporelle de celle-ci, et que la nature quasi chamelle de notre lien perceptif à l’objet se manifeste principalement, dans le flux de la perception, au travers des enchaînements perceptifs.

  • 12 Pour une présentation beaucoup plus exhaustive et plus approfondie de la théorie husserlienne de la (...)

17Avant d’entrer plus avant dans le détail de cette proposition, je voudrais rappeler succinctement quelques éléments des analyses développées par Husserl dans Chose et espace 12. L’objectif de Husserl dans ses Leçons de 1907 ou, en tout cas, l’un de ses objectifs est de parvenir à une élucidation des conditions sous lesquelles le vécu perceptif peut donner lieu à une conscience d’espace et de choses spatiales, en d’autres termes il s’agit pour Husserl de donner une analyse de la constitution de la spatialité et de la choséité. Cette analyse procède selon la méthode de la réduction phénoménologique, méthode qu’il avait découverte pendant l’été 1905 et qui consiste dans la mise entre parenthèses ou suspension de toute croyance ou présupposition d’un existant transcendant. Le premier point des analyses husserliennes que je voudrais mettre en relief est la thèse bien connue selon laquelle toute perception d’un objet est perception par esquisses. Autrement dit, il est constitutif du mode de donation de l’objet dans la perception que de ne se présenter que sous une face. Ainsi, lorsque je vois une maison, seule la face qui est devant moi m’apparaît en propre. En revanche, la conscience que j’ai des autres faces de la maison est impropre ou inauthentique pour autant qu’elle ne se fonde sur aucune sensation. Cette unilatéralité de la perception externe est, selon Husserl (DR, p. 75), une incomplétude radicale. Cette incomplétude est nécessaire et appartient à l’essence des perceptions externes. Cette inadéquation essentielle de toute perception externe isolée est d’une part une conséquence de la nécessaire transcendance de la choséité dont le mode de donation exclut ce que Husserl appelle l’« auto-position ». Mais d’autre part, elle implique la nécessité, pour que ce qui se donne ainsi ne reste pas fondamentalement indéterminé, de prendre en considération non des perceptions isolées mais des enchaînements perceptifs, permettant un accroissement de la complétude de l’exposition et ainsi quelque chose qui s’apparente à un substitut d’autoposition.

18Ceci nous conduit à un deuxième aspect des analyses de Husserl qui me paraît capital : il s’agit de l’accent qu’il met sur la dimension temporelle de la perception et sur son rôle dans la détermination des objets perçus. Ainsi que le souligne Husserl, la perception possède intrinsèquement une dimension temporelle : « une sorte d’enchaînement perceptif appartient à l’essence de toute perception ; c’est-à-dire qu’à son essence appartient une certaine extension [temporelle] » (DR, tr. fr. p. 86) Dans cet enchaînement perceptif, des faces accèdent nouvellement à l’apparition ou d’anciennes faces apparaissent d’une nouvelle manière. La synthèse perceptive opérant sur cette suite d’apparitions permet une détermination plus précise et une détermination multilatérale de l’objet. Dans la perception dynamique, nous n’avons pas seulement une expérience perceptive des faces de l’objet, nous avons une expérience perceptive de l’objet. Mais qu’est-ce qui rend possible que dans cette synthèse soient ressaisies l’unité et l’identité d’un objet ? En premier lieu, le changement d’apparition est, au moins généralement, un changement continu. Comme le souligne Husserl : « l’ordre des esquisses est ordre dans une continuité, donc ordre effectif, non l’ensemble permutable à volonté d’une simple collection » (DR, tr. fr. p. 131). Ceci ne signifie pas qu’il n’y ait pas de discontinuités ou de variations dans les contenus présentationnels ou que celles-ci n’aient pas un rôle particulièrement important à jouer, mais la valeur des discontinuités et variations dépend précisément de la présence d’un fond de continuité. La présence de cette continuité dans la multiplicité des esquisses est condition nécessaire pour que se dégage la conscience d’une unité de l’objet : « Ce n’est que lorsque, dans l’unité de l’expérience, le passage continu d’une perception à l’autre est garanti, que nous pouvons parler de l’évidence selon laquelle l’identité est donnée. L’unité de l’objet ne se légitime que dans l’unité de la synthèse qui rattache continûment les multiples perceptions [...] » (DR, tr. fr. p. 190).

19L’objet ne doit toutefois pas être identifié comme unité d’une série continue donnée, mais parce qu’il peut en principe se donner à voir de multiples façons, il doit être identifié comme unité englobante de toutes les séries d’apparitions à travers lesquelles il pourrait se donner. Ainsi, prenant pour exemple la perception d’un carré, Husserl écrit : « Toutes ces séries englobantes entretiennent les unes avec les autres une relation d’essence conforme à une loi, elles sont elles-mêmes reliées entre elles continûment, et ce n’est que dans l’unité englobante de ces séries que le carré accède intégralement, de façon effectivement “omnilatérale” à la donnée. Il n’est ce qu’il est qu’en tant que l’identique dans l’unité systématique de ces esquisses ou possibilités d’esquisses » (DR, tr. fr. p. 133).

20Il y a enfin un troisième élément que je voudrais retenir des analyses de Husserl. Le caractère réglé des enchaînements temporels n’est pas encore par lui-même condition suffisante de la constitution phénoménale de l’espace et des choses dans l’espace. Pour rendre compte de la constitution de la spatialité et de la choséité, il faut encore prendre en considération le rôle joué par la kinesthèse. Selon Husserl, « toute spatialité se constitue, accède à la donation, dans le mouvement, dans le mouvement de l’objet lui-même et dans le mouvement du Je, avec le changement d’orientation qui en résulte » (DR, tr. fr. p. 189).

21Quoique nous ayons normalement l’expérience d’un espace tridimensionnel contenant des objets tridimensionnels, les contenus visuels ne peuvent à eux seuls rendre compte de ce que c’est là la forme que prend normalement notre expérience. Ceci pour deux raisons principales. Premièrement, quoique l’unité simultanée des sensations visuelles dans un champ visuel soit ce qui, selon Husserl, les rend aptes à l’exposition de l’espace et des objets dans l’espace, l’unité de l’objet nous est donnée dans une série temporelle. Il n’est légitime de poser l’existence de cette unité que pour autant qu’est garanti le passage continu d’une perception à une autre dans l’unité de la synthèse. Or les changements dans le champ visuel ne déterminent pas une unique synthèse possible. Pour déterminer si une série d’apparitions doit être rapportée à un objet en mouvement ou à un objet immobile considéré d’un point de vue changeant, il est nécessaire de prendre en considération les décours kinesthésiques. En bref, la garantie d’unité de la chose n’est pas donnée dans l’ordre purement visuel, elle est donnée dans la corrélation – la dépendance fonctionnelle – entre décours visuels et décours kinesthétiques. Pour paraphraser le titre de l’un des chapitres de Husserl (DR, §54), la chose se donne en tant qu’unité dans une multiplicité d’apparitions kinesthésiquement motivée. La deuxième raison pour laquelle les contenus visuels ne suffisent pas par eux-mêmes à expliquer pourquoi notre expérience se présente comme expérience d’un espace tridimensionnel est que les corps qui s’exposent dans les contenus simplement visuels ne sont que des « êtres de surfaces » Selon Husserl, certains types de mouvements sont nécessaires à la constitution de l’espace tridimensionnel. Plus précisément, seules les corrélations entre séries ordonnées d’apparitions visuelles et séries kinesthésiques, lorsque l’on s’approche ou s’éloigne d’un objet ou que l’on tourne autour de lui, rendent possible « une nouvelle dimension, qui crée à partir de l’image la chose et à partir du champ oculomoteur l’espace » (DR, tr. fr. p. 280).

22Ces quelques thèses, que j’ai présentées très succinctement, sont très loin d’épuiser la richesse des analyses de Husserl dans Chose et espace. La raison pour laquelle je me suis concentrée sur elles est que les caractéristiques de la donation de l’objet dans la perception mises ainsi en relief par Husserl me semblent étroitement liées au phénomène de la Leibhaftigkeit. Je les rappelle brièvement : 1) il est de l’essence du mode de donation de l’objet dans la perception de se donner comme une série d’esquisses ou d’apparitions ; 2) en conséquence, la perception comporte de manière essentielle une dimension temporelle ou, pour le dire autrement, la perception est essentiellement dynamique et le contenu statique n’est qu’une abstraction du contenu dynamique ; et 3) seules les créatures capables de se mouvoir peuvent avoir l’expérience perceptive d’un monde objectif tridimensionnel et cette expérience perceptive est rendue possible par la dépendance fonctionnelle entre série d’apparitions visuelles et décours kinesthésiques.

23Je vais maintenant abandonner le vocabulaire husserlien pour le vocabulaire, pour moi plus familier, de la philosophie analytique de l’esprit. Retombant du même coup dans mes errances naturalistes, je vais renoncer de surcroît aux restrictions qu’imposent l’épochè et l’enquête proprement phénoménologique pour m’intéresser aux possibilités d’explication naturaliste ou « génétique-causale » des phénomènes considérés. Je reviens donc à mon problème initial qui était de déterminer si la Leibhaftigkeit de l’objet dans la perception constitue une difficulté fondamentale pour une théorie représentationnaliste naturaliste de la perception.

  • 13 Par « activité perceptivo-motrice », j’entends ici l’activité motrice en tant qu’elle vise à obteni (...)

24Guidée par les analyses husserliennes, je voudrais suggérer que ce qui caractérise la perception et la distingue d’autres modes cognitifs est qu’elle manifeste cette structure temporelle d’enchaînements dont la dynamique est sous la double dépendance de l’objet et de l’activité d’exploration perceptive. L’objet semble donné « en chair et en os » dans la perception précisément parce que le flux réglé des transformations perceptives constitue une mise à l’épreuve de sa présence. En bref, ce fait résulterait de la conjonction, propre à la perception, des trois caractères suivants : 1) la dynamique temporelle des enchaînements de moments perceptifs n’est pas entièrement sous la dépendance de celui qui perçoit, 2) ce qui est sous sa dépendance est corrélé à son activité perceptivo-motrice13, autre – ment dit à une exploration perceptive active de la scène perceptive, et 3) ce qui dans cette dynamique n’est pas sous son contrôle présente néanmoins un caractère réglé. Je soutiens que dans les autres modes cognitifs ces trois conditions prises ne sont pas simultanément satisfaites. En particulier, dans ces autres modes, des corrélations systématiques avec l’activité motrice sont absentes. Je peux, par exemple, fermer les yeux, m’imaginer un cube, je peux même m’imaginer faisant le tour de cube ; je peux, pendant cet exercice, tourner la tête et me mouvoir de diverses façons, mais mes mouvements ne seront pas, sauf coïncidence ou volonté délibérée, corrélés avec la série des images du cube dont je m’imagine faire le tour.

25Il semble donc à première vue possible de rendre compte de la Leibhaftigkeit de l’objet de la perception dans le cadre d’une théorie représentationnelle de l’expérience perceptive, à condition de faire intervenir une notion plus riche de représentation. Autrement dit, cela semble possible à condition, tout d’abord, que la notion de représentation utilisée recouvre à la fois les propriétés sensorielles prises dans les termes statiques dans lesquels on les considère traditionnellement et les propriétés sensorielles prises en un sens dynamique. On notera qu’il faut entendre par « représentation sensorielle dynamique » non pas simplement une succession de représentations sensorielles statiques, mais une représentation des relations entre moments représentationnels successifs. Les représentations dynamiques ont un ordre de complexité supérieur aux représentations sensorielles statiques. Elles supposent donc l’existence de mécanismes représentationnels plus élaborés, capables d’extraire les relations entre moments représentationnels dans une séquence perceptive. Mais si cette condition est nécessaire, elle n’est pas encore suffisante. Si l’esquisse d’analyse de la Leibhaftigkeit proposée plus haut est juste, il faut encore que l’organisme considéré soit en mesure de discriminer parmi ces relations celles qui sont sous sa dépendance et celles qui ne le sont pas. Il faut donc qu’intervienne un mécanisme supplémentaire, susceptible d’opérer cette discrimination, en extrayant les corrélations entre propriétés dynamiques de l’expérience perceptive et activité motrice de l’organisme. En termes husserliens, il faut un mécanisme qui puisse exploiter le caractère kinesthésiquement motivé des décours d’apparitions.

  • 14 Il semble que ce soit Helmholtz qui ait le premier formulé cette hypothèse. Elle a ensuite été déve (...)

26Je ferai trois remarques sur le lien entre perception et action. Premièrement, les recherches menées en neurophysiologie de l’action semblent indiquer que, outre la kinesthèse conçue comme mécanisme sensoriel périphérique nous informant en retour des conséquences de nos actes moteurs, des corollaires d’origine centrale des commandes motrices jouent un rôle important dans la modulation des informations afférentes. De nombreuses données appuient l’hypothèse selon laquelle, lorsque le cerveau envoie des commandes motrices, il envoie également des signaux correspondants aux régions cérébrales de manière à permettre un ajustement de l’analyse des stimuli sensoriels14. Deuxièmement, il n’est nullement nécessaire que l’information motrice dont nous avons besoin soit consciemment appréhendée. Il est en fait vraisemblable que ce soient principalement des mécanismes subpersonnels qui interviennent. Troisièmement, le fait que la perception d’un espace tridimensionnel peuplé d’objets physiques dépende de corrélations entre l’information d’ordre visuel et l’information motrice n’implique pas que ces corrélations doivent avoir lieu dans chaque acte particulier de perception. Cette nécessité d’une corrélation est ontogénétique. Autrement dit, il est parfaitement possible qu’en diverses circonstances une information d’ordre visuel, non accompagnée d’informations motrices, donne lieu à la perception d’un objet. Mais cela suppose toutefois que dans l’expérience passée du sujet aient pu s’établir des corrélations entre ordre visuel et ordre moteur.

27Retournons maintenant à la discrimination entre les relations entre moments perceptifs qui sont sous la dépendance du sujet et celles qui ne le sont pas. Cette discrimination permettra aussi de distinguer les différents modes perceptifs de donation de l’objet. L’objet se donne en chair et en os, à travers ces relations entre moments perceptifs dont le caractère systématique n’est pas imputable aux activités motrices de l’observateur. Mais, simultanément, ce qui distingue les différentes modalités perceptives est le type de corrélations qu’elles manifestent entre les propriétés dynamiques des enchaînements perceptifs et l’activité perceptivo-motrice de l’organisme. En d’autres termes, les enchaînements perceptifs possibles dans une expérience sont soumis à des contraintes liées à la fois à la nature de l’objet dont nous avons l’expérience et à la nature de la modalité par laquelle nous sommes reliés à l’objet et ainsi à la nature des activités motrices liées à cette modalité. Chaque modalité perceptive a ses propres modes exploratoires qui conditionnent la nature des enchaînements perceptifs possibles ou typiques dans cette modalité.

28À supposer que l’esquisse d’explication de la Leibhaftigkeit de la perception que je viens d’avancer aille en gros dans la bonne direction, cette propriété ne constitue peut-être pas un obstacle insurmontable pour une théorie représentationnelle de l’expérience perceptive. On notera que l’explication que je propose, loin de minorer le rôle joué par les capacités représentationnelles dans l’explication de la Leibhaftigkeit, demande au contraire l’intervention de mécanismes représentationnels d’ordre supérieur. Ceci a pour corollaire que la Leibhaftigkeit n’est sans doute pas le fait premier de toute perception, mais au contraire la marque distinctive de formes très évoluées de perception. Des organismes dotés de capacités perceptives relativement primitives, directement couplées à des réponses comportementales, ont une expérience (ou absence d’expérience) sans doute plus proche de celle des sujets atteints de blindsight que de l’expérience consistant à éprouver la Leibhaftigkeit de l’objet perçu. Ce serait donc sans doute céder à une illusion que de croire qu’il faut, pour rendre compte de la Leibhaftigkeit de l’objet dans la perception, resserrer les liens entre perception et action au détriment d’intermédiaires représentationnels.

Notes

1 À cette approche réaliste s’oppose une approche de type interprétatif qui vise à montrer que l’existence d’états intrinsèquement intentionnels est un mythe. L’intentionnalité ne serait pas un fait mais une norme qui guiderait notre interprétation des comportements interpersonnels. L’intentionnalité n’existerait alors que dans un lien constitutif avec une attitude interprétative.

2 Parmi les principaux promoteurs de cette approche, voir Fodor, 1981a ; Pylyshyn, 1984.

3 On peut, dans une optique solipsiste, reformuler le problème de l’intentionnalité comme problème des rapports esprit-esprit plutôt que problème des rapports esprit-monde. Mais, outre le fait que le solipsisme n’est pas l’option philosophiquement la plus satisfaisante, la mise en œuvre de ces approches solipsistes rencontre de sérieuses difficultés. Voir, par exemple, Fodor, 1987a, 1990 ; Pacherie, 1993, pour un exposé de celles-ci.

4 Voir notamment Dretske, 1981, 1988 ; Fodor, 1987a, 1990, pour une défense de cette approche.

5 On peut distinguer, comme le fait Dretske, 1981, trois ordres d’intensionnalité, correspondant, respectivement, à la capacité à signifier que F sans signifier que G, alors même que F et G sont extensionnellement équivalents, alors même que tous les F sont G en vertu d’une loi de nature, alors même qu’il est analytiquement nécessaire que tous les F soient G.

6 Pour un examen plus détaillé de ces difficultés, cf. McgInn, 1989, p. 71 sq.

7 Dans le phénomène du blindsight, des sujets qui nient fermement (et sincèrement) avoir la moindre expérience visuelle consciente sont néanmoins capables, sous certaines conditions, de comportements qui indiquent qu’ils ont traité une partie de l’information visuelle présentée. Ces sujets sont toutefois extrêmement handicapés dans la vie courante, puisque, ne sachant pas qu’ils possèdent des informations visuelles, ils ne produisent pas spontanément de comportements qui suppposent l’exploitation de ces informations. Pour plus de précisions sur ce phénomène, voir Weizkrantz, 1986.

8 Ding und Raum (DR), Chose et espace, §4, tr. fr. p. 36.

9 Quoique ce passage de Chose et espace, ibid., et plusieurs autres suggèrent que Husserl défendait une conception conjonctiviste du contenu perceptif, sa position n’est peut-être pas aussi évidemment conjonctiviste qu’il n’y paraît. Pour une discussion de cette question, voir Mulligan, 1995, p. 210 sq.

10 La question de la nature de ces représentations figurale fait l’objet de vigoureux débats et s’est cristallisée notamment dans le débat sur l’imagerie mentale (Tye, 1991). Pour rendre compte du caractère particulier des représentations perceptives, le philosophe Christopher Peacocke, 1992, a récemment introduit les notions de contenuscénario et de contenu proto-propositionnel.

11 C’est principalement à Gibson, 1966, 1979, que l’on doit d’avoir mis en évidence l’importance de cette dimension dynamique de la perception. Cette idée est également très présente chez certains des continuateurs des travaux de Marr sur la vision computationnelle, voir Petitot, 1990, pour plus de précisions.

12 Pour une présentation beaucoup plus exhaustive et plus approfondie de la théorie husserlienne de la perception, cf. Mulligan, 1995.

13 Par « activité perceptivo-motrice », j’entends ici l’activité motrice en tant qu’elle vise à obtenir de l’information perceptive sur le monde en modifiant le flux des informations sensorielles. Les effets de cette activité sur la perception peuvent être plus ou moins marqués. Ainsi, généralement, tourner la tête a un effet marqué sur le flux des informations visuelles, ce qui n’est pas le cas, par exemple, du fait de plier les doigts. En outre, le changement du flux informationnel peut être un effet secondaire d’une activité motrice dirigée vers un autre but ou être au contraire l’effet recherché pour lui-même de l’activité motrice, correspondant alors à que Gibson, 1966, appelle l’« exploration perceptivo-motrice ».

14 Il semble que ce soit Helmholtz qui ait le premier formulé cette hypothèse. Elle a ensuite été développée par Holst et Mittelstaedt, 1950, avec la notion de copie différence et par Sperry, 1950, avec le concept de décharge corollaire afin d’expliquer les données psychophysiologiques dans le domaine de l’oculomotricité. Cette hypothèse a également joué un rôle important dans les recherches sur les sensations d’innervation et leurs corrélats physiologiques. Pour des revues de travaux plus récents, voir, par exemple, Scheerer, 1987, Jeannerod, 1994, etGandevla et Burke, 1993.

Auteur

Chargée de recherches au CNRS (Institut Jean Nicod). Elle est l’auteur de Naturaliser l’intentionnalité (Paris, PUF, 1993) et de plusieurs articles sur la théorie de l’action et la philosophie de l’esprit.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search