Version classiqueVersion mobile

La crise de la substance et de la causalité

 | 
Véronique Le Ru

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Nous reprenons ici la figure allégorique de la déesse Occasio que l’on représente sous la forme d’u (...)
  • 2 Œuvres de Descartes, publiées par Adam et Tannery en 11 tomes, Paris, 1897-1909, rééd. par les édit (...)
  • 3 Voir G. G. Granger, Essai d’une philosophie du style, Paris, Odile Jacob, 1988, p. 20 : « Le style (...)

1La philosophie cartésienne, si elle a généralement été lue et abordée comme un système, peut aussi prêter le flanc, par les petits écarts conceptuels qu’elle comporte, à une lecture différente, attentive à des détails ou à des points parfois gros d’un monde. Ceux-ci constituent pourtant des motifs cartésiens même s’ils se présentent plutôt comme des hésitations conceptuelles que comme des concepts fondamentaux. Tels des meubles ou des tableaux déplacés, ils ont laissé fortement leur empreinte d’ombre à la fois dans la philosophie cartésienne et dans sa réception notamment en France. C’est par l’étude de certains de ces écarts que nous voudrions attraper la tresse de la philosophie cartésienne et nous donner occasion1 de philosopher en suivant la méthode de Descartes : quand il présente, dans le Discours de la méthode, son traité du Monde, il explique par la métaphore du tableau que le biais qu’il a choisi pour exposer la nature même des choses matérielles est celui de la lumière2. Or ce qui vaut, aux yeux de Descartes, pour l’invention scientifique, à savoir choisir comme biais le concept qui explique génétiquement le monde, le rend visible et lui donne sens, vaut aussi pour la pratique de l’explication de texte. Il s’agira pour nous de tenter d’expliquer génétiquement la configuration des concepts dans une œuvre, configuration qui la rend visible et lui donne sens. En d’autres termes, il s’agira de mettre au jour ce que G.G. Granger appelle un style de réflexion3. La prise en compte de la manière d’introduire les concepts dans une œuvre impose en effet à l’histoire de la philosophie un souci nouveau du texte, qui n’est du reste pas étranger à la mention de ses entrecroisements avec l’histoire des sciences. Ce renouvellement des lectures de textes achève de nous persuader de l’inanité de toute grille de lecture a priori ne cherchant dans les textes que la confirmation de son bien-fondé.

  • 4 Nous pensons par exemple aux travaux de Michel Fichant sur Leibniz ou à ceux de Michel Blay sur la (...)
  • 5 Voir Leroi-Gourhan, Les Chasseurs de la préhistoire, Paris, A.-M. Métailié, 1983, p. 24 : « Quand o (...)
  • 6 Voir AT, VI, 19 : « Ces longues chaînes de raisons, toutes simples et faciles, dont les géomètres o (...)
  • 7 Voir AT, VI, 41 : « Je serais bien aise de poursuivre, et de faire voir ici toute la chaîne des aut (...)
  • 8 Jean-Marie Beyssade, éd., trad. et annotation de L’Entretien avec Burman suivi d’une étude sur RSP (...)

2De fait, la lecture des travaux récents en histoire de la philosophie et en histoire des sciences aux XVIIe et XVIIIe siècles4 montre que, pour étudier le détail des textes, il faut les aborder empiriquement et tenter d’en faire émerger la logique et les articulations immanentes, à la façon dont un préhistorien sait lire aujourd’hui un site comme un manuscrit, page par page, couche par couche5. C’est seulement dans un deuxième temps, hystéron, après-coup, que le chercheur peut tenter d’expliciter les chaînes de raisons du texte, chaînes qui furent elles-mêmes constituées sur le tard. Ainsi Descartes explique dans le Discours de la méthode que la méthode des géomètres lui a « donné occasion » d’imaginer que l’on pouvait ordonner la connaissance des choses selon de longues chaînes de raisons6 mais diffère l’exposé des principes de sa philosophie jusqu’en 16447. Comme le souligne Jean-Marie Beyssade dans Le monogramme de Descartes8, on ne commence pas par l’évident mais par l’évidence. La mens des Principia philosophiae doit venir après l’ingenium des Regulae ad directionem ingenii. L’ordre d’exposition du vrai vient toujours après l’ordre d’invention du vrai et l’on pourrait lire dans cette succession de la synthèse à l’analyse l’illustration du mécanisme rétrospectif par lequel le sens vient aux œuvres : leur déchiffrement s’enchaîne à la saisie la plus exhaustive possible de leurs indices. C’est en effet en écrivant que l’on découvre ce qu’on voulait écrire, c’est au terme d’un travail qu’on en ressaisit le sens, pour constater qu’il ne coïncide pas exactement avec l’objectif qu’on s’était fixé au départ. Ces écarts expriment le risque que comporte toute recherche, ils lui sont en quelque sorte inhérents tout comme la dérive est inhérente au bateau, fidèle pourtant à sa route.

  • 9 Marc Parmentier dans son introduction à la traduction des articles de Leibniz relatifs au calcul di (...)

3C’est donc en premier lieu l’explicitation d’une démarche commencée à tâtons que nous devons entreprendre. C’est en effet dans le noir ou du moins dans la profonde pénombre liée à certains écarts conceptuels de Descartes que nous avons voulu pénétrer dans sa philosophie, à rebours, en quelque sorte, de la clarté de l’évidence. Nous espérons que les quelques « résultats » obtenus apportent une vue nouvelle sur les textes de Descartes et sur ceux des premiers cartésiens français et fassent mieux concevoir l’héritage que fait le XVIIIe siècle du mécanisme cartésien. Si, comme le souligne Leibniz, les occasions, dans les domaines intellectuel et sensible, sont toujours indispensables à l’actualisation des virtualités9, notre parcours risque cependant de faire apparaître plus d’occasions manquées (ou encore à saisir) que de réalisations effectives.

Notes

1 Nous reprenons ici la figure allégorique de la déesse Occasio que l’on représente sous la forme d’une femme nue, chauve par derrière, avec une longue tresse de cheveux par devant, un pied en l’air, l’autre sur une roue, tenant un rasoir de la main droite et de l’autre un voile tendu au vent.

2 Œuvres de Descartes, publiées par Adam et Tannery en 11 tomes, Paris, 1897-1909, rééd. par les éditions du CNRS et Vrin 1964-1974 ; 1996, t. VI, p. 42 : AT, VI, 42 : « craignant de ne pouvoir mettre en mon discours tout ce que j’avais en la pensée, j’entrepris seulement d’y exposer bien amplement ce que je concevais de la lumière ; puis, à son occasion, d’y ajouter quelque chose du Soleil et des étoiles fixes, à cause qu’elle en procède presque toute ; des cieux, à cause qu’ils la transmettent ; des planètes, des comètes, et de la Terre, à cause qu’elles la font réfléchir ; et en particulier de tous les corps qui sont sur la terre, à cause qu’ils sont ou colorés, ou transparents, ou lumineux ; et enfin de l’Homme, à cause qu’il en est le spectateur », (nous soulignons l’expression). Cette référence aux Œuvres est abrégée par la suite en AT suivi du tome en chiffres romains et de la page en chiffres arabes.

3 Voir G. G. Granger, Essai d’une philosophie du style, Paris, Odile Jacob, 1988, p. 20 : « Le style nous apparaît ici, d’une part comme une certaine manière d’introduire les concepts d’une théorie, de les enchaîner, de les unifier ; d’autre part, comme une certaine manière de délimiter l’apport intuitif dans la détermination de ces concepts ».

4 Nous pensons par exemple aux travaux de Michel Fichant sur Leibniz ou à ceux de Michel Blay sur la naissance de la mécanique analytique.

5 Voir Leroi-Gourhan, Les Chasseurs de la préhistoire, Paris, A.-M. Métailié, 1983, p. 24 : « Quand on a étalé devant soi cette grande page de terre avec tout ce qui est placé dessus, il faut noter, photographier, dessiner, essayer de comprendre tout ce qu’on voit. Chaque grain de terre, chaque parcelle de charbon, chaque morceau de pierre informe, compte autant que les plus belles pointes de silex taillé. Gratter la terre et en sortir au fur et à mesure les objets qui vous frappent et qui vous plaisent, ce serait la même chose que copier un texte en ne prenant que les noms et en abandonnant les articles, les pronoms, les verbes, tous les accessoires de la syntaxe. Autrement dit, ce serait se condamner à ne rien comprendre du tout ».

6 Voir AT, VI, 19 : « Ces longues chaînes de raisons, toutes simples et faciles, dont les géomètres ont coutume de se servir, pour parvenir à leurs plus difficiles démonstrations, m’avaient donné occasion de m’imaginer que toutes les choses, qui peuvent tomber sous la connaissance des hommes, s’entresuivent en même façon ».

7 Voir AT, VI, 41 : « Je serais bien aise de poursuivre, et de faire voir ici toute la chaîne des autres vérités que j’ai déduites de ces premières. Mais, à cause que, pour cet effet, il serait maintenant besoin que je parlasse de plusieurs questions, qui sont en controverse avec les doctes, avec lesquels je ne désire point me brouiller, je crois qu’il sera mieux que je m’abstienne [...] ». Nous parlons seulement ici des textes dont Descartes a décidé l’ordre de publication.

8 Jean-Marie Beyssade, éd., trad. et annotation de L’Entretien avec Burman suivi d’une étude sur RSP ou Le Monogramme de Descartes, Paris, PUF, 1981, p. 206 : « On ne commence pas par réfléchir mais par penser. On ne commence pas par l’évident, déployé dans la prolixité de ses prémisses rationnelles. On commence par l’évidence, dans le raccourci du plus court chemin démonstratif. La démonstration se faisant trace le chemin. La réflexion sur la science faite relève ces traces ».

9 Marc Parmentier dans son introduction à la traduction des articles de Leibniz relatifs au calcul différentiel (Marc parmentier, Naissance du calcul différentiel, Paris, Vrin, 1989), a montré que le concept d’occasion permet à Leibniz de penser l’analogie entre le mouvement de l’histoire des sciences et celui des découvertes individuelles. Dans le domaine intellectuel, les marques sensibles que constituent les caractères algébriques sont les occasions indispensables aux découvertes mathématiques tout comme, dans le domaine sensible, l’admonestation et l’avertissement sont les occasions de prendre garde à quelques-unes de nos perceptions présentes (cf. Préface aux Nouveaux Essais, p. 38). De manière générale, Leibniz, dans la préface des Nouveaux Essais sur l’entendement humain, parle de l’Essai sur l’entendement humain de Locke comme d’une « bonne occasion » de faire des remarques sur le même sujet.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search