Version classiqueVersion mobile

La signature scientifique

 | 
David Pontille

Préface. De l’art de signer propre aux scientifiques : la signature scientifique comme texte

Béatrice Fraenkel

Texte intégral

1L’ouvrage de David Pontille affirme dès son titre l’existence d’un phénomène, celui de la signature scientifique. Pour se convaincre de l’intérêt d’un tel sujet, point n’est besoin de lire immédiatement ce texte solide et original, il faut commencer par regarder à quoi ressemble l’article publié en 1995 de la célèbre revue Physics Letters présentant des résultats d’observations effectuées avec le détecteur Delphi, très importants en physique des particules (cf. ill. p. 7). C’est après avoir vu cet article que l’on commencera la lecture. Car le spectacle de ces quelque 555 noms propres, rassemblés en une liste digne d’une pétition, nous fait découvrir en un clin d’œil, l’étrangeté du phénomène. L’article contient 10 pages, dont 4 pour les signatures. D’autres exemples, tirés de revues de physique ou de biologie, nous permettent de confirmer ce fait : les scientifiques ont bien des pratiques de signature spécifiques qui pourraient apparaître comme saugrenues. Revenons à notre article : À quoi rime cette longue liste de noms propres ? Faut-il la lire ? et comment la lire ? et surtout quel est le sens de cette extraordinaire signature ?

2On pressent la pertinence de l’objet choisi. Nul doute que la signature scientifique soit, comme toute signature, revêtue d’une triple fonction : celle de valider un document, d’identifier des auteurs et de clore un texte. Nul doute que la signature banale que nous pratiquons tous ait droit de cité dans les laboratoires et les bureaux des chercheurs : le travail des scientifiques s’il se nourrit d’interactions diverses, produit son lot d’inscriptions routinières. Les cahiers de laboratoire sont signés individuellement, les comptes rendus d’expérience aussi. Mais la profusion des noms propres que nous venons d’observer nous introduit dans une autre sphère du commerce savant et nous écarte des repères communs : nous sommes bien loin de l’œuvre littéraire qui n’admet la plupart du temps qu’une seule signature et nous sommes également à bonne distance de l’acte juridique qui, tout en s’ornant de plusieurs marques et paraphes, n’atteint jamais cet encombrement d’auteurs.

3C’est en observant de près un certain genre d’écrit, l’article de revue, et surtout l’article dans les plus grandes revues internationales, que D. Pontille a construit son objet. Or, cet écrit-là est celui qui est censé couronner tout l’effort des chercheurs, c’est le plus décisif, le plus gratifiant, l’écrit qui peut marquer l’histoire d’une discipline. Un article aussi vers lequel tend tout le dispositif de travail, qui remplit une fonction d’annonce officielle des résultats et clôture brillamment un programme.

4De ce point de vue, la longue liste des noms propres qui forme la signature scientifique évoque le modèle du générique de film. Pontille nous rappelle que le travail scientifique est divisé comme tout autre en diverses activités et hiérarchisé. La science depuis la deuxième guerre mondiale s’organise autour de programmes coûteux, elle demande des investissements humains et matériels considérables. Un laboratoire est un collectif subdivisé en interne en équipes et connecté, en externe, à d’autres unités. Les signatures illustrent d’abord cela. De plus, l’énumération babélienne des noms laisse apparaître des formes linguistiques propres à des systèmes anthroponymiques fort divers. Elles témoignent de la diversité des origines des chercheurs et de la mondialisation de la science.

5Dès lors, on comprend mieux l’abondance des noms qui semble rendre justice aux petits comme aux grands, n’oublier personne et mettre en valeur, plus qu’un collectif, l’action en collectif.

6Mais contrairement aux génériques de films, la participation de chacun est rarement explicitée, les signataires forment une masse compacte comme si ces 555 personnes étaient quasi équivalentes.

7Pourtant tout scientifique sait lire ce genre de liste. C’est bien au crédit de l’auteur qu’il faut porter l’idée forte qui chemine en nous de chapitre en chapitre, que ces signatures scientifiques construisent une sorte de texte. Ce texte est pourvu, comme tous les textes, d’un sens premier, le sens littéral et d’un sens second plus allégorique ; il ouvre, selon les interprétants, des espaces de légende et de calcul, et il se prête aux mouvements d’inscription et de réinscription qui balisent la vie des écrits. La signature scientifique n’est pas un texte banal.

8En effet, l’ouvrage de D. Pontille nous transmet des clefs de lecture successives grâce à la mise en perspective de plusieurs sources : travaux historiques, enquêtes sociologiques et ethnographiques, analyses documentaires. L’ouvrage mobilise aussi des données originales, issues d’observation et d’entretiens menés auprès de chercheurs de différentes disciplines. Le discours des praticiens sur ces questions est d’une qualité exceptionnelle, le mérite du chercheur n’en est que plus grand d’avoir su construire avec eux, le temps d’un entretien, une situation d’analyse inédite, aiguë, où des savoir-faire souvent informels et routiniers – lire une signature – se transforment en savoirs verbalisés, réfléchis, questionnés.

9Appelons « sens littéral » le premier niveau de lecture du texte de la signature scientifique. Les chercheurs interrogés par D. Pontille possèdent des repères immédiats qui leur donnent accès à une signification élémentaire : les noms propres évoquent des personnes connues et des pairs, des individus réels. La succession des noms est, elle aussi, significative : s’y trouve affirmée la réalité des collaborations, des associations, des partenariats. Mais encore, la liste est un énoncé pourvu d’une syntaxe, car l’ordre des noms est porteur de sens. En biologie par exemple, le lecteur initié regarde tout de suite le premier et le dernier nom de la liste, il sait alors qui a fait la recherche (premier(s) nom(s)) et qui est le patron du laboratoire (dernier nom) : bref il connaît les auteurs principaux.

Première page d’un article de physique, Physics Letters B 1995, n° 345, p. 598.
Avec l’aimable autorisation de la revue.

10Il peut également évaluer le degré de participation des uns et des autres, et sait aussi identifier le type de travail des premiers rôles, des seconds rôles et leurs fonctions. Mais cette capacité à interpréter plus finement l’énoncé proposé par la signature scientifique dépend du degré d’implication du chercheur dans le domaine, de son expérience du travail réel, de sa maîtrise du contexte institutionnel. C’est pourquoi, sur certains détails, diverses interprétations sont possibles, et que toute lecture révèle, ici comme ailleurs, son lecteur.

11Comprendre l’économie de ce texte paradoxal qu’est la signature scientifique, tel est le premier acquis de l’ouvrage de Pontifie : économie syntaxique, les places de chaque nom renvoient à des fonctions, les noms se lisent du premier au dernier, et économie paradigmatique qui distingue les présents des absents, qui établit la relation entre la personne nommée et celle qui ne l’est pas. L’aspect rationnel et équitable de cet ordre est patent : l’article publié dans une grande revue internationale présente des résultats validés et met chacun à sa place, il clôt une étape, attribue les responsabilités. L’extraordinaire signature qui le coiffe est le produit d’une situation historique et épistémologique précise. Beau résultat mais résultat insuffisant car l’économie du texte ne repose pas seulement sur un code graphique, linguistique et une éthique idéale. Il se trouve que le peuple des scientifiques a détourné la signature pour en faire un instrument de gestion globale de la recherche et de gestion individuelle de la vie de chacun. Si bien que le texte de la signature scientifique est pourvu d’une autonomie remarquable.

12C’est en abordant ce versant méconnu de la signature scientifique que la réflexion de D. Pontifie prend une ampleur nouvelle, lorsque, prenant appui sur les propos tenus par les scientifiques au sujet de leurs propres pratiques de signatures, il met en évidence d’autres dimensions textuelles. Les expériences relatées dans le livre nous démontrent que toute signature collective est le résultat de discussions, de négociations, de disputes, parfois de conflits. On voit que la signature se pense, se justifie, se décide, qu’à son sujet des anecdotes circulent, que l’absence de certains noms est parfois pleine de sens. Comme tout texte, la signature scientifique peut être lue dans le « blanc » de la page, à partir de ce qui n’est pas dit.

13Une logique complexe et floue anime le texte de la signature : il arrive que certains chercheurs ne signent pas, mais aussi que certains signent alors qu’ils n’ont rien fait, et encore que certains refusent de signer. L’ordre graphique ne vient pas simplement sanctionner le travail accompli et en présenter les héros ; d’autres enjeux, plus cachés, sont à l’œuvre. Certes, ceux qui comptent signent et confèrent aux résultats exposés autorité et légitimité. Mais la signature, en tant que texte, pointe vers l’avenir. L’existence de signataires « invités » ou fantômes illustre parfaitement cette réalité : les chercheurs racontent comment on invite telle personne à signer parce qu’on anticipe sur une future collaboration, comment on accepte de faire une place à quelqu’un pour remercier un partenaire qui le demande. Bref, la cosignature peut être un cadeau, un don, en vue d’un contre don. Elle peut être aussi une aide que l’on apporte à un proche collègue pour l’aider à trouver un poste alors que la recherche s’est faite sans lui.

14Ces pratiques de cosignature appuient la thèse de Pontille que l’espace graphique défini par la liste des noms propres est un espace de valeur, c’est-à-dire un espace où la valeur des uns et des autres se construit, s’amplifie selon des logiques de distribution diverses. La signature scientifique modifie les signataires eux-mêmes, être présent sur la liste qualifie le chercheur pour des actions futures, pèse sur son avenir.

15La liste des noms est donc pensée en fonction de l’usage secondaire qui en est fait. Car si en science, comme partout, ceux qui comptent signent, il faut aussi signer pour compter. L’économie des signatures a sa comptabilité dont le nom propre est l’unité. En effet tout nom propre est l’objet d’un calcul et d’une pesée : non seulement le nombre de fois qu’il apparaît signé est décompté, mais aussi chaque apparition vaut plus ou moins, selon la revue où l’article est publié, selon la place occupée par le nom. On attribue aux noms des points, des coefficients, on établit des indices et le tout est rassemblé et publié par une officine internationale, l’ISI (Institute for Scientific Information) qui pèse de tout son poids sur l’évaluation des chercheurs. Si bien que les textes que nous proposent les signatures scientifiques sont définitivement détachés des articles qu’elles validaient et subissent une ultime interprétation : ils sont transformés en chiffres.

16La signature scientifique nous apparaît désormais dans toutes ses dimensions textuelles : graphiques, linguistiques, pragmatiques et sociales. Ainsi l’espace graphique tout en construisant le spectacle d’un collectif de travail, est animé par l’antique figure de la roue du destin.

17Ce phénomène est unique et exceptionnel. La méditation de D. Pontille vient à point nommé répondre aux questions que suscite la découverte que nous avons faite grâce à lui.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search