Version classiqueVersion mobile

Années 70 : la télévision en jeu

 | 
François Jost

Deuxième partie. La société en débats

Chapitre 8. La condition féminine : images de la femme dans les journaux télévisés

Ioanna Vovou

Texte intégral

  • 1 Parmi les documents disponibles au dépôt légal de l’audiovisuel (Inathèque de France).

1Les années 70 ont été cruciales pour l’évolution du statut des femmes et pour leur passage de la sphère privée à la sphère publique, sans pour autant que ces évolutions constituent un chemin progressif linéaire. Se penchant sur le discours télévisuel sur la question, notre étude fait état des représentations des femmes dans les journaux télévisés de l’époque. Quels sont les thématiques et les problèmes publics sur lesquels les femmes s’expriment dans les journaux télévisés ? Comment semblent-elles se positionner face aux thèmes publics ? Quelle est l’image de la femme politique et publique de l’époque à la télévision ? Quelles sont les mises en scène et les modes de l’énonciation télévisuelle ? Le traitement des sujets concernant les femmes apporte-t-il à l’idée de leur émancipation ou, au contraire, renforce-t-il des stéréotypes ? À travers l’analyse des documents télévisuels de l’époque1 nous essaierons d’apporter quelques éléments de réponse concernant la représentation de la femme à l’écran et ce qu’on appelle la « condition féminine ».

  • 2 En ce qui concerne l’approche historique du discours télévisuel, voir aussi Chambat-Houillon et Spi (...)

2Avant de commencer, deux observations d’ordre méthodologique s’imposent. Premièrement, le sujet de notre recherche portant sur une période relativement lointaine, il faudrait préciser que nous n’entendons pas éclairer tel ou tel aspect des événements de la période étudiée, concernant l’évolution de la « condition féminine ». Notre analyse porte sur le discours informatif télévisuel impliquant les femmes. Ce dernier ne peut être considéré indépendamment du contexte sociopolitique dans lequel il se développe ; néanmoins, il ne doit pas être perçu, rétrospectivement, comme un miroir transparent de la société2.

3 Deuxièmement, nous ne nous attarderons pas sur l’analyse du dispositif scénographique, technique ou structurel du journal télévisé et les évolutions qu’il a subies dans le courant des années 70, parce que cela n’est pas l’objet premier de notre recherche. Nos références à ces aspects seront ponctuelles et serviront à mieux éclairer notre analyse.

  • 3 Françoise Picq note que, même avant, dans les années 60, la « condition féminine » devient un objet (...)

4Il est vrai que l’objet d’étude choisi peut difficilement être isolé des évolutions notables et nombreuses de l’époque. Les retombées de Mai 68, les années Giscard et la création du secrétariat d’État à la condition féminine sous son septennat, la loi sur l’interruption volontaire de grossesse, la contraception et le planning familial, la place de la femme sur le marché du travail et dans le paysage politique français dessinent une société en pleine mutation politique et sociale3. A ce sujet, les propos de Françoise Giroud, dans l’introduction de son projet « Cent mesures pour les femmes » en 1976 sont intéressants. Les femmes sont qualifiées en tant que « la moitié des Français » et le texte parle de « la remise en question radicale du rôle féminin traditionnel » qui « touche au fond des choses » en précisant qu’il s’agit d’un « bouleversement profond dont les causes ne doivent rien à quelques esprits féminins contestateurs de la domination masculine ». De cette façon, l’action du gouvernement se différencie des revendications féministes et écarte, du moins du discours politique officiel, leur apport en tant qu’acteurs de l’évolution des mœurs et de celle de la société.

  • 4 Les limites de notre analyse étant posées par la disponibilité des archives, car un nombre relative (...)
  • 5 Les travaux inclus dans cet ouvrage mettent en évidence des éléments intéressants quant aux évoluti (...)
  • 6 Au sujet de la soumission du personnel journalistique de la radiotélévision au pouvoir politique du (...)

5Dans ces propos est entrevue une volonté politique d’accompagner, d’encadrer et de favoriser l’évolution du statut de la femme dans la société, tout en institutionnalisant le contexte de l’action en la matière. Notre hypothèse concernant le traitement des sujets portant sur les femmes dans les journaux télévisés est que le même ton, celui d’une information « institutionnalisée » domine la plupart des reportages4. Cette hypothèse est loin de valoir pour l’ensemble de la télévision de l’époque5 et elle est liée au genre d’émissions étudiées, le journal télévisé ayant longtemps été considéré comme un programme sur lequel pesaient davantage les contraintes du pouvoir politique6.

Trouver sa place sur le marché du travail

  • 7 En ce qui concerne la féminisation de la population active depuis les années 60 voir, entre autres, (...)

6Un des sujets récurrents dans les reportages des journaux télévisés de cette décennie concerne le travail des femmes7. Leur formation professionnelle, leur demande d’emploi, les salaires, les inégalités rencontrées, les mesures à prendre, les initiatives du gouvernement sont des sujets qui font à plusieurs reprises leur apparition dans les journaux télévisés. Ainsi, Jean-Pierre Elkabach annonce une enquête lancée par (’Agence nationale pour l’emploi dans son journal de 20 heures du 11 novembre 1973 :

C’est une évidence. À Paris et en ce moment plus encore en province, les femmes veulent travailler pour toutes sortes de raisons. Et elles ont souvent des difficultés à trouver un emploi. Comment les aider, comment se mettre à l’écoute de leurs problèmes ? Une vaste enquête nationale inspirée par le comité du travail féminin commence demain. Je crois qu’on peut les aider.

7Par cette dernière phrase, comme par l’ensemble de son propos, le présentateur du journal traduit une volonté politique et, en même temps, soutient une action du gouvernement envers ce groupe de la population que représentent les femmes. Malgré ces propos, le sujet occupe la septième place dans la hiérarchie de l’information du journal télévisé (les premiers sujets portant sur l’accord signé entre Israël et l’Égypte, la lutte du gouvernement contre l’inflation, le sommet franco-britannique...), venant juste après un reportage sur la restauration des moulins à vent dans le Nord de la France, sujet construit sur un ton nostalgique à l’égard d’un passé en train de disparaître. Ce dernier reportage a, par ailleurs, une durée d’environ trois minutes contre une minute cinquante secondes pour le reportage sur la situation des femmes face à l’emploi.

8Le souci de maintenir les équilibres et de gérer, d’une part, les valeurs, conventions et traditions qui existent encore dans l’esprit de la société et, d’autre part, la reconnaissance des nouvelles réalités sociales sans pour autant heurter les consciences est aussi entrevu dans les propos de Mme du Grandrut, qui fait partie du comité féminin au ministère du Travail. Après avoir souligné que le travail des femmes n’est pas marginal mais un phénomène important, elle annonce les objectifs de l’enquête. Il s’agit de dresser un bilan de la situation réelle afin de réorienter les jeunes filles et les femmes qui ont élevé leurs enfants, dans le cadre des centres de formation professionnelle. Le respect implicite d’une situation dominante semble être nécessaire pour aborder certains sujets, du moins dans certains lieux d’expression publique. Dans cet exemple, il est bien suggéré que le travail des femmes est acceptable avant leur mariage et une fois que leurs enfants ont grandi (l’âge à partir duquel un enfant n’est pas pénalisé par l’activité professionnelle de sa mère n’étant pas précisé). Dans le même souci de ne pas transgresser la hiérarchie des choses, Mme du Grandrut n’oublie pas de mentionner dans son interview que l’enquête à mener a obtenu l’accord du ministre.

Une énonciation sexuée ?

9Le travail des femmes est-il approché de façon différente selon que le présentateur du journal ou le journaliste est une femme ? Ne pouvant donner une réponse définitive à cette question, il semble, néanmoins, que le genre du présentateur peut intervenir dans le traitement des sujets. Par exemple, lors du journal télévisé de 20 h sur Antenne 2, le 23 août 1977, le présentateur Gérard Holtz annonce la visite de Raymond Barre à Colmar où il parle du problème du chômage, disant qu’il faut aller vers les emplois disponibles et non vers les emplois souhaités. Il ajoute qu’il est, bien sûr, possible de refuser un travail mais qu’il ne faut pas, alors, se considérer comme un demandeur d’emploi. Le journal de la nuit (« Les nouvelles ») sur la même chaîne et le même jour, présenté par Hélène Vida, donne une autre dimension au sujet. Lors de son commentaire, la présentatrice affirme : « ... Mais il faudrait remarquer deux choses : que les deux tiers des offres d’emploi concernent des hommes alors que les deux tiers des demandeurs d’emploi sont des femmes. Il y a là un déséquilibre à corriger... » Nous ne savons pas si cet aspect des choses a été évoqué par Raymond Barre dans son discours. En tout cas, cette dimension n’est pas présente dans le discours du présentateur ni dans le reportage du journal de 20 h qui préfère informer ses téléspectateurs de l’intervention de Simone Veil au Conseil des ministres le lendemain sur la situation des mères de famille isolées et celle des veuves. Cette information est suivie de l’interview de Mme Massenet, veuve d’un conseiller d’État, auteur du livre Mme Veuve, évoquant la douleur et la solitude qu’on éprouve à la suite de la perte de son compagnon, mais aussi les problèmes administratifs que l’on doit affronter (blocage des comptes bancaires, Sécurité sociale...) en parlant d’une « machine à écraser les veuves ».

  • 8 Comme le note Marie-Joseph Bertini, « [...] si les femmes sont rattachées indirectement à la vie pu (...)
  • 9 Marie-Joseph Bertini affirme encore qu’« un monde sexué n’est pas un monde où les femmes ont rang d (...)

10Il apparaît, alors, que dans le journal principal de la chaîne (présenté, de surcroît, par un homme), la définition du statut des femmes découle d’un lien avec un individu de sexe masculin (épouses-de, veuves-de...). La situation des femmes est ici indirectement rattachée à la sphère publique et par contiguïté aux hommes8. À l’opposé, dans le journal de la nuit, diffusé à une heure plus tardive par une présentatrice, les femmes semblent être considérées comme des personnes autonomes et autosuffisantes9 (d’où le besoin d’une « correction du déséquilibre » en matière d’offre d’emploi). Par ailleurs, le fait d’avoir un présentateur homme au journal télévisé central des chaînes et de réserver aux femmes présentatrices celui de la nuit ou du week-end est, souvent, une habitude qui s’est conservée jusqu’à nos jours dans le paysage télévisuel français.

Quels domaines de compétences pour les femmes ? Entre sphère privée et sphère publique

  • 10 En ce qui concerne la naturalisation de la division du travail et des activités entre les deux sexe (...)

11La présence des femmes dans les thèmes traités par les journaux télévisés ne se limite pas uniquement aux sujets touchant explicitement la condition féminine. Le recours à l’interview des femmes et leur parole essentiellement testimoniale sont constatés lors de sujets variables allant des réalités économiques diverses aux problèmes de logement, etc. Voyons, cependant, la forme que prend la sollicitation de leur parole. À titre d’exemple, dans le journal du soir de TF1 24 heures sur la Une, le 1er octobre 1974, Léon Zitrone annonce un reportage sur « le bilan de l’opération baisse de 5 % des prix » sur les produits d’alimentation, les vêtements et les produits pour la maison, pour le mois de septembre. Les premiers acteurs identifiés (voire les seuls), à la fois par le discours verbal du commentateur et visuellement dans le reportage qui suit, sont les femmes : « [...] l’accueil des ménagères a d’abord été très favorable, mais aujourd’hui les réactions sont souvent mitigées. » Le reportage se déroule pour la plus grande part dans des supermarchés ou l’on voit aussi quelques hommes faisant leurs courses. Mais seules les femmes sont interrogées sur « l’opération 5 % sur les prix », considérées qu’elles sont, probablement, comme responsables de la gestion du budget familial et des achats quotidiens. Ainsi, « dans l’ordre des choses » les décisions du ménage familial quotidien correspondent aux domaines de compétence de la mère de famille10.

  • 11 Cf. Goffman (2002) p. 59.

12Toutefois, cette expérience empirique dont les femmes sont considérées comme maîtresses affronte très souvent une parole issue d’un savoir scientifique ou théorique faisant autorité. Dans la plupart des cas, cette dernière s’accompagne d’un statut public qui contraste avec le statut privé des femmes (ici, mères de famille). Ainsi, après les témoignages personnels de trois femmes dans le supermarché, d’une caissière et d’une mère de famille devant sa maison, le reportage conclut par l’avis d’un expert (homme). On nous indique qu’il s’agit du directeur général des prix qui commente les résultats statistiques de l’opération en affirmant que « la première question est qu’il faut savoir analyser les sondages... » dans une tentative de relativiser le scepticisme des Français à l’égard de l’opération du gouvernement. De cette façon, un « rapport de complémentarité11 » est ritualisé entre une parole empirique et une parole scientifique, l’une appartenant à la sphère privée, l’autre à la sphère publique, bref, entre les femmes du reportage et le directeur/expert.

La survie de la france : une mission pour les femmes ?

13Une construction similaire (l’avis d’un expert homme intercalé dans des témoignages de femmes et des commentaires journalistiques) est constatée lors du dossier consacré à la chute de la natalité en France et diffusé lors du journal télévisé de 13 heures sur la première chaîne, le 25 novembre 1978. Le sujet est annoncé dans les titres du journal de la façon suivante : « Pour enrayer la chute démographique il faudrait trois enfants par famille, un dossier de Jacquine Collins. » Vers la fin du journal (le sujet apparaît en dixième place dans la hiérarchie des informations transmises), le présentateur nous informe de l’installation d’un Haut Comité à la population pour examiner la situation démographique française jugée critique : « La chute de la natalité met sérieusement en péril l’avenir du pays. Il faudrait trois enfants par famille pour redresser la situation alors qu’il y a moins de deux enfants en moyenne... » Le commentaire de la journaliste ouvrant le reportage va dans le même sens : « Il faut se rendre à l’évidence. La France comme d’ailleurs la majorité des pays développés voient nombre de ses berceaux diminuer de plus en plus [...] Les causes sont complexes, difficiles à cerner et en tous cas multiples. »

14Le reportage a recours aux témoignages de deux femmes. La première évoque les difficultés liées à l’éducation de l’enfant, tâche lourde, difficilement conciliable avec une vie professionnelle, étant donné l’implication insuffisante des hommes. La deuxième reste assez évasive, invoquant des hésitations à amener un enfant dans le monde actuel. Une grande partie de ce dossier est occupée par l’analyse d’un historien qui insiste sur l’importance de la révolution amenée par la contraception. Son discours prend souvent des allures apocalyptiques sous le ton affirmatif et catégorique de ses propos : « Avant, la fécondité était normale [...] On a mis en place un système qui dit l’inverse. Il ne faut pas simplement accepter l’enfant et se réjouir de sa venue. Il faut le programmer, il faut faire un effort terrible. Eh bien, cet effort on n’est pas près de le faire. »

15Les conséquences de la baisse de la natalité, qui iraient jusqu’en 2045 et causeraient de nombreux déséquilibres, suivent les propos de l’historien. Ainsi, ce phénomène serait responsable de la baisse de l’activité économique et de la baisse des effectifs dans les écoles, du blocage du recrutement des professeurs et de l’impossibilité à terme de payer les pensions des retraités. Ces conséquences sont illustrées d’images analogues. Pour ce qui est des personnes en retraite, on a choisi de faire figurer des hommes âgés. La mission de la femme sur terre serait, peut-être, de donner vie, de servir, de soutenir et de nourrir (dans tous les sens du terme) l’espèce humaine ? En tout cas, le souci de la reproduction de la nation et celui de ne pas heurter des valeurs sociales existantes est, par ailleurs, présent dans l’argumentation de Simone Veil quand elle défend le projet de loi sur l’interruption de grossesse devant le Sénat, le 13 décembre 1974. La ministre de la Santé de l’époque insiste sur le fait que l’avortement doit être une solution d’ultime recours et non pas une substitution à la contraception. Elle ajoute que le texte gouvernemental proposé a été conçu comme une solution raisonnable, de telle façon qu’il n’y ait ni désordre dans les mœurs, ni conséquences démographiques notables (extrait du journal télévisé de 13 heures sur la première chaîne, le 13 décembre 1974).

16Le discours de l’ historien dans le dossier de Jacquine Collins en 1978 continue sur un ton apocalyptique en affirmant : « Vous avez en ce moment entre le quart et le tiers de la planète qui est en train de se suicider. » Le choix des mots et des expressions employés est assez étonnant : « ... espérons que ça s’arrêtera là. C’est-à-dire que le mal ne se répandra pas sur les autres continents [...] à l’heure actuelle c’est véritablement l’anéantissement de tout le monde industriel auquel nous assistons. »

17Ces propos d’une violence implicite et symbolique considérable sont suivis des interrogations de la journaliste quant aux possibilités de renversement de cette situation, sur des images d’une femme qui allaite. La réponse est encore donnée par la bouche de l’historien. Selon lui il faudrait « créer un vouloir énorme puisqu’on a créé un système qui permet seulement les enfants prodigieusement désirés ». Après l’interview d’une troisième femme qui demande l’aménagement des horaires de travail, l’extrait suivant présentant l’avis de l’historien rattrape l’impression première de ses propos. Son discours se montre plus conciliant, lucide et moins catégorique qu’auparavant. Il admet que l’égalité des sexes implique que la charge de la parenté, qui est plus lourde pour la femme, soit reconnue par la société.

18Mais cette voie à suivre proposée vers la fin du reportage pour remédier à ce qui est posé comme un problème majeur semble être, en quelque sorte, minimisée par la conclusion de la journaliste : « Des mesures économiques utiles certes, mais qui ne sont certainement pas tout. En fait, personne ne sait encore ce qu’il faudrait pour convaincre les Français d’avoir ce troisième enfant qui assurerait la survie de la France. »

  • 12 La situation démographique des pays et la baisse de la natalité semblent être un sujet faisant part (...)

19Mis à part l’expert sollicité pour enrichir le dossier préparé par la journaliste, aucun homme n’est interviewé dans le reportage. Parallèlement, les images accompagnant les discours sont des images de femmes avec leurs enfants (sauf une ou deux où le père fait, momentanément, partie du tableau familial). De cette façon, le lourd fardeau de la sortie de la « crise démographique » et de la survie du pays semble devoir être porté par les femmes. Le rôle qui est réservé à ces dernières est promu à une responsabilité de haute importance, celle d’un devoir patriotique12. Toutefois, paradoxalement, cette responsabilité qui pèse sur les femmes semble être allégée. À la fin de ce journal télévisé on consacre quelque temps au prix hors concours du Film médico-chirurgical, attribué au documentaire de Pierre Bourget, journaliste de TF1, qui porte sur le traitement de la douleur à travers les siècles. L’extrait choisi assure une unité tonale au journal car il est question des avancées contre les douleurs de l’enfantement et des « méthodes analgésiques qui éloignent la douleur de la table d’accouchement ».

La présence féminine dans le gouvernement Giscard

20À l’occasion de la déclaration de l’année 1975 comme « année internationale de la Femme » par l’ONU, le journal télévisé de 13 heures sur la première chaîne accueille l’interview de Françoise Giroud, secrétaire d’État à la Condition féminine, par Jacquine Collins. La journaliste ouvre l’interview sur le ton de l’incrédulité journalistique : « L’ONU a décidé que cette année serait l’année internationale de la Femme. Pourquoi cette année, à votre avis ? Est-ce que c’est parce que tout d’un coup tout le monde a pris conscience des problèmes de la situation des femmes ? » À cette première question Françoise Giroud répond négativement – non, elle ne croit pas que le monde ait soudainement réalisé les problèmes existant – en ajoutant que « ... c’est [peut-être] un peu la mode mais pas dans le sens péjoratif du terme. C’est aussi positif que ça soit la mode ».

21Après une discussion sur la situation des femmes dans le monde, sur les femmes dans le monde rural et sur la prise de conscience de la ministre, depuis qu’elle occupe cette position, des injustices un peu plus importantes à travers les textes juridiques qu’elle n’aurait imaginées, l’interview se concentre sur la participation des femmes à la vie politique. Françoise Giroud se montre optimiste pour l’avenir des femmes en politique malgré les difficultés : « Elles finiront par être [acceptées en politique], c’est une question de temps. » Selon la ministre, les milieux politiques ne sont pas particulièrement favorables aux femmes, tout en ajoutant que « les choses là aussi [ont] l’air de changer », se référant aux quatre femmes membres du gouvernement. Elle souligne encore que les femmes ne votent pas depuis longtemps et que cela prend « une génération ou deux pour se mettre à s’intéresser au problème politique ». Elle continue ensuite : « Elles [les femmes] ne voient pas très bien le rapport entre ce qu’on appelle “la politique” et leurs problèmes concrets, quotidiens. Mais elles commencent à le voir... »

22À la question de la journaliste concernant la capacité des femmes à changer la façon de faire de la politique, la réponse de la ministre est assez intéressante : « On peut penser que ça changerait quelque chose si elles étaient en nombre suffisant pour n’avoir pas à copier les attitudes masculines, c’est-à-dire si elles pouvaient introduire quelque chose de spécifiquement féminin. Qu’est-ce qui est spécifiquement féminin ? ça, c’est une autre histoire. Je pense, néanmoins, que les femmes entrant en grand nombre dans les centres de décision changeraient quelque chose et j’espère pour le meilleur. » De surcroît, en réponse à une question portant sur la redéfinition du rôle de la femme dans la société, Françoise Giroud reconnaît ce besoin en précisant qu’il est nécessaire de changer « pas parce que les habitudes sont forcément mauvaises ou parce que notre culture est mauvaise, mais parce que ça n’est plus adapté à une situation nouvelle ».

  • 13 Dans le domaine de l’intégration des femmes dans les milieux de la politique, Sylvie Pionchon et Gr (...)
  • 14 Cf. Bonnafous 2003, citant Delphine Dulong et Frédérique Mantoni (2003), « L’indépassable féminité. (...)
  • 15 Nous rappelons que notre étude prend en compte seulement le discours – en l’occurrence télévisuel – (...)
  • 16 D’après les résultats d’une étude du discours et de la communication de huit ministres du gouvernem (...)

23Nous pouvons faire l’hypothèse que les précautions que l’on prend pour parler de l’évolution du rôle de la femme dans l’espace public et de son émancipation suggèrent, pour la période en question, un climat mitigé en ce qui concerne les avancées dans le cadre institutionnel, politique et social. La timidité, presque, dans le discours de Françoise Giroud quand elle évoque la capacité des femmes à apporter quelque chose de « spécifiquement féminin », tout en s’interrogeant sur ce que cela peut signifier, est indicative de cette ambiance qui s’inscrit dans son temps, relevant aussi d’un double bind. L’exigence contradictoire qui est implicitement mise en évidence est celle de prouver la capacité des femmes à agir politiquement et à renouveler l’espace public sans pour autant heurter le système des règles du jeu politique établi ou transgresser brutalement les équilibres du système social13. De la recherche d’une spécificité féminine en politique dans les années 70 jusqu’à l’hypothèse du retournement du stigmate14 et l’utilisation de l’argumentation par le genre (Bonnafous, 2002 et 2003) pour mettre en avant des qualités considérées positives chez les femmes politiques à la fin des années 90, serions-nous en mesure de constater une évolution au moins dans les discours15 ? Sans raccourcir les évolutions de leur statut, il semble qu’aujourd’hui on aurait des éléments de réponse plus concrets quant à ce qui est considéré comme une spécificité féminine16 en politique.

24La télévision des années 70 est traversée par de nombreux bouleversements dans son propre statut (éclatement de l’ORTF, naissance de la deuxième chaîne) tout en s’inscrivant dans un contexte sociopolitique en constante mutation. Dans cette étude nous avons essayé de mettre en évidence la façon selon laquelle les évolutions dans le statut social de la femme ont été présentées dans le cadre précis du journal télévisé. Ce qui en ressort est un discours d’information relativement résistant aux changements susceptibles de heurter des sentiments partagés par la société ou par une partie de la société. Ces remarques sont à replacer dans un contexte extra-télévisuel précis, celui du paysage politique qui, avec les contraintes d’un genre télévisuel considérablement « institutionnalisé », dresse les limites de ce qui est acceptable de dire dans un programme et un mode d’énonciation donné.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bertini Marie-Joseph, Femmes. Le pouvoir impossible, Paris, Pauvert, 2002.

Blöss Thierry et Frickey, Alain, La Femme dans la société française, Paris, PUF, 1994.

Bonnafous Simone, « La question de l’ethos et du genre en communication politique », Actes du premier colloque franco-mexicain de Sciences de la communication (Mexico, 2002), Rennes, SFSIC, 2002.

– , « “Femme politique” : une question de genre ? », Réseaux n° 120, Une communication sexuée ? dossier coordonné par S. Bonnafous, J. Jouët, R. Rieffel, Paris, Hermès Science Publications, 2003.

Bourdieu Pierre, Le Sens pratique, Paris, éd. de Minuit, 1980.

– , La Domination masculine, Paris, éd. du Seuil, 1998.

Bourdon Jérôme, Haute fidélité. Pouvoir et télévision. 1935-1994, Paris, éd. du Seuil, 1994.

Chambat-Houillon Marie-France et Spies Virginie, « Télévision et temporalités. Les liaisons nécessaires de la théorie et de l’histoire ». Actes du Congrès de la SFSIC (octobre 2002), Paris, SFSIC, 2002.

Esquenazi Jean-Pierre, Télévision et démocratie. La politique à la télévision française, 1958-1990, Paris, PUF, 1999.

Goffman Erving, Stigmate : les usages sociaux des handicaps (1963), Paris, éd. de Minuit, 1975.

– , L’Arrangement des sexes (1977), Paris, La Dispute, 2002.

Halkias Alexandra, « Reproducing Greece : Nation and Gender in the News Coverage of the Greek Press », Mésogeios, n° 16, Les Médias en Grèce, dossier coordonné par Ioanna Vovou, Paris, Hêrodotos, 2002.

Jost François, La Télévision du quotidien. Entre réalité et fiction, Bruxelles, De Boeck-INA, 2001.

Projet « Cent mesures pour les femmes », secrétariat à la Condition féminine, 1976.

Picq Françoise, Libération des femmes. Les années-mouvement, Paris, éd. du Seuil, 1993.

Pionchon Sylvie et Derville Grégory, Les Femmes et la politique, Grenoble, PUG, 2004.

Notes

1 Parmi les documents disponibles au dépôt légal de l’audiovisuel (Inathèque de France).

2 En ce qui concerne l’approche historique du discours télévisuel, voir aussi Chambat-Houillon et Spies (2002).

3 Françoise Picq note que, même avant, dans les années 60, la « condition féminine » devient un objet d’étude et de débat en littérature, en histoire, en sociologie et dans des revues telles que Esprit, La Nef, etc. (Picq, 1993, p. 26).

4 Les limites de notre analyse étant posées par la disponibilité des archives, car un nombre relativement limité de documents télévisuels est consultable.

5 Les travaux inclus dans cet ouvrage mettent en évidence des éléments intéressants quant aux évolutions de la télévision, tout en signalant les contraintes, limites et complexités des mutations qui ne sont pas indépendantes des genres télévisuels étudiés. Par exemple, François Jost note l’installation de la télévision de la conversation ; Guillaume Soulez parle d’un modèle agonistique de la parole et des interrogations sur les codes de représentation télévisuelle et les dispositifs ; Sébastien Rouquette analyse le modèle du procès et celui de l’affrontement dans les débats ; Bernard Papin souligne l’existence d’adaptations littéraires « audacieuses », etc.

6 Au sujet de la soumission du personnel journalistique de la radiotélévision au pouvoir politique durant cette période voir, entre autres, Bourdon (1994) et Esquenazi (1999).

7 En ce qui concerne la féminisation de la population active depuis les années 60 voir, entre autres, Blöss et Frickey (1994) et Pionchon et Derville (2004).

8 Comme le note Marie-Joseph Bertini, « [...] si les femmes sont rattachées indirectement à la vie publique [...] c’est parce qu’elles reçoivent le pouvoir de manière indirecte : il leur vient des hommes et de leur absence. Femmes-de, filles-de, sœurs-de, mères-de, le pouvoir des femmes relève du “génitif”, c’est-à-dire de la dépendance aux hommes » (Bertini, 2002, p. 196).

9 Marie-Joseph Bertini affirme encore qu’« un monde sexué n’est pas un monde où les femmes ont rang d’opposées, c’est-à-dire d’adversaires, mais un monde où elles ne peuvent être pensées comme telles par les hommes. Entre elles et eux, pas de compétition possible par conséquent » (Bertini, 2002, p. 142).

10 En ce qui concerne la naturalisation de la division du travail et des activités entre les deux sexes, voir Bourdieu, 1980 et 1998.

11 Cf. Goffman (2002) p. 59.

12 La situation démographique des pays et la baisse de la natalité semblent être un sujet faisant partie d’une rhétorique récurrente impliquant le rôle, voir la « vocation » ou les « devoirs » des femmes, parfois non sans consonances nationalistes latentes. Alexandra Halkias, dans les résultats d’une étude concernant le traitement par la presse grecque du problème démographique en 1994, met en évidence un discours qui désigne indirectement les femmes comme responsables de la survie de la Grèce. Un des besoins principaux de cette reproduction de la nation invoqué dans la presse étant la défense du pays (face à une Turquie ayant une population grandissante), nous pouvons déduire, en outre, que les enfants de sexe masculin sont les plus souhaités (Halkias, 2002).

13 Dans le domaine de l’intégration des femmes dans les milieux de la politique, Sylvie Pionchon et Grégory Derville notent aussi le difficile équilibre à trouver entre le charme et la rigueur, dû aux exigences contradictoires d’une soumission à un regard masculin (Pionchon et Derville, 2004, p. 89).

14 Cf. Bonnafous 2003, citant Delphine Dulong et Frédérique Mantoni (2003), « L’indépassable féminité. La mise en récit des femmes en campagne", in P. Lehingue, F. Sawicki (dir.), Mobilisations électorales. À propos des élections municipales de 2001, Paris, PUF, CURAPP/Craps. Pierre Bourdieu parle aussi d’une inversion du « signe du stigmate pour en faire un emblème » à propos du mouvement gay et lesbien (Bourdieu, 1998, p. 164).

15 Nous rappelons que notre étude prend en compte seulement le discours – en l’occurrence télévisuel – concernant les femmes, notre but n’étant pas de rapporter ou d’analyser les évolutions effectives de leur statut. Par ailleurs, Pionchon et Derville émettent, de leur côté, des réserves quant à la croyance selon laquelle les femmes auraient un comportement politique spécifique (Pionchon et Derville, 2004, p. 204-206). Les écarts entre les discours sur un phénomène et l’évolution du phénomène sont toujours possibles, d’où la complexité de son analyse.

16 D’après les résultats d’une étude du discours et de la communication de huit ministres du gouvernement Jospin mené par le Céditec (Équipe d’accueil Paris-XII), il existerait un ethos féminin en politique marqué par des caractéristiques telles qu’une certaine sensibilité, le pragmatisme, le franc-parler, l’esprit d’équipe, l’absence d’ambition (cf. Bonnafous, 2003).

Auteur

Maître de Conférences à l’IUT de Bobigny-Paris XIII. Elle a dirigé un numéro spécial de la revue scientifique française Mésogeios, consacrée aux médias en Grèce, et publié des articles sur les représentations médiatiques des femmes et les débats politiques à la télévision. Membre du CEISME.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search