Version classiqueVersion mobile

Années 70 : la télévision en jeu

 | 
François Jost

Deuxième partie. La société en débats

Chapitre 6. Débats, procès télévisés : même(s) combat(s)

Sébastien Rouquette

Texte intégral

1Décrire la télévision d’une époque, c’est d’abord décrire la façon dont elle s’y prend pour traiter les faits de son époque. Notamment les faits juridiques ou sociaux, faits dont traitent en priorité débats télévisés et émissions juridiques.

2Dans les débats comme dans les magazines juridiques, il y a discussion, parfois sanction, et toujours jugement du comportement d’autrui (témoin ou inculpé), même si chaque genre a sa spécificité. Seule, dans les procès, la décision clôt la discussion. L’inculpé est innocent ou coupable ; les avocats et les juges dominent. Des règles de procédure organisent le déroulement des discussions. Mais, dans un cas comme dans l’autre, il y a retraduction télévisée de problèmes juridiques ou sociaux, de questions de loisirs ou d’affaires d’homicide. Qu’est-ce qui d’un débat sur la jalousie ou d’un procès pour meurtre de conjoint mérite d’être gardé, expliqué, éventuellement démesurément développé ou au contraire occulté des caméras ? L’explication ou le jugement ? Les faits ou les idées ? Les témoignages ou les contre-témoignages ? Les dossiers familiaux ou les sujets plutôt politiques ? Les grands procès du pénal ou les affaires civiles ? Parallèlement, la priorité est-elle donnée au consensus ou au conflit ? Appuie-t-on sur les causes ou sur les conséquences ? sur le déroulement de l’affaire ou sa conclusion ?

3Plus encore, derrière cela se profile aussi en filigrane la ou les visions des téléspectateurs dessinés par les programmateurs de l’époque, de ses centres d’intérêt présumés, via les temps forts des programmes choisis. De l’autre, ce réagencement – même symbolique – des affaires communes comme des affaires de cour ne manque pas d’avoir des effets multiples sur les représentations des espaces publics et juridiques.

Une stratégie de confrontation

4Dans l’histoire des débats et des prétoires télévisés, les années 70 commencent en 1967, avec le début des Dossiers de l’écran (sur A2, film à 20 h 30 + débat ensuite ; plus de 900 débats jusqu’en 1991). Elles se terminent en 1981, date de transformation de la conversation ordinaire d’Aujourd’hui madame en Aujourd’hui la vie (Aujourd’hui madame, 1970-1981, A2, 14 h – 15 h, 850 débats recensés).

5D’emblée, une indéniable originalité caractérise les débats comme les émissions juridiques archétypiques de la décennie 70. Tous tablent sur un intérêt de la confrontation, de la franchise des discussions, de l’opposition, du jugement de valeur, de l’opinion ouvertement affichée et âprement défendue. On ne cherche alors pas à étayer autant que possible les informations, à décrire les lieux ou les motivations des acteurs du crime, à se procurer ou éventuellement inventer des révélations nouvelles (1990, Témoin n° 1). On ne se propose pas d’apprendre et de comprendre les gestes, les raisons, les difficultés, les avantages des témoins du fait de société du jour (comme c’est le cas dans les années 90, par exemple dans Ça se discute). Pour les uns, il s’agit de convaincre l’autre de la sûreté, de l’intelligence, de la justesse de son jugement sur la bombe atomique (Les Dossiers de l’écran, 23.11.1973), sur la mode masculine (Aujourd’hui madame, 27.02.1978) ou l’astrologie (L’Huile sur le feu, 28.02.1977). Pour les autres, on juge de la gravité des actes commis. On oppose des versions contradictoires des faits (Messieurs les jurés, reconstitution de procès, 1974-1986, A2, 20 h 30-22 h 30, 45 numéros).

6C’est lorsqu’on fait cet effort de généralisation presque abstraite pour s’intéresser aux caractéristiques communes à ces programmes – formes d’organisation, objectifs affichés et même principes idéologiques sous-jacents – qu’apparaît aussi nettement une stratégie équivalente dans les années 70 : privilégier l’affrontement à la compartimentation, l’opinion à l’échange d’information, le face-à-face au côte-à-côte, l’éclaircissement par opposition à l’éclaircissement par addition. Et même si cette première impression s’affine et se nuance à mesure que l’on s’aperçoit des divers degrés de cette sorte d’application à en découdre, elle transcende beaucoup des autres différences formelles liées aux différents types de débats et de reconstitutions de procès. Sans être systématique, cette stratégie de production caractérise largement cette première période de la télévision française.

Le pari des affrontements idéologiques et sociaux

7D’un côté, quasiment tous les débats des années 70 constituent une variante du dispositif minimum. Tous les débatteurs des Dossiers de l’écran ou d’Aujourd’hui madame se retrouvent proches les uns des autres, en arc de cercle autour d’une table basse (dans un décor de salon parfois égayé de bibelots ou d’images du sujet – du type la photo d’un billet dans un débat sur l’économie – pour les plus riches comme Les Dossiers de l’écran). Ce dispositif simple, voire simpliste pour un téléspectateur contemporain, est quasi invariable.

Aujourd’hui madame, A2, 1979.

Aujourd’hui madame, A2, 1979.

Les Dossiers de l’écran, A2, 1979.

Les Dossiers de l’écran, A2, 1979.

8Comme souvent, c’est alors le décor, le modèle et la matière des meubles, la géométrie des tables, les couleurs chaudes ou froides, volontairement neutres ou plus volontairement dynamiques encore, qui sont chargés de « donner le ton ». Autant d’éléments plus aisément maîtrisables et maîtrisés par les producteurs qu’ils leur permettent de différencier au premier regard leur émission de la concurrence (regard peut-être le plus superficiel !). Ainsi, les quatre auteurs-experts de De vive voix (1975-1976, 22 h 30 – 23 h 30, TF1, dix-huit numéros) se font face, certes, mais accoudés à une grande table carrée dans une pièce éclaircie par des vitraux. Le signe grec signifiant « philosophie » ϕ est accroché au mur d’Interrogations (TF1, 1975-1976, 21 h 45 – 22 h 45, onze numéros). Mais tous s’affrontent directement, sans la protection d’une table. Or, suivant des règles établies par la psychologie sociale, plus les gens s’assoient près les uns des autres, plus le corps des autres s’impose dans notre champ de vision et de perception et plus la conversation est soutenue. Autrement dit, mettre des gens face à face autour d’une table comme cela se fait alors quasi systématiquement ne peut que favoriser le dialogue. Car depuis les progrès des sciences du langage, on sait que les humains communiquent beaucoup avec leur corps (Sciences humaines, 1995).

De vive voix, A2, 1975.

De vive voix, A2, 1975.

Interrogations, A2, 1975.

Interrogations, A2, 1975.

9Les choix de réalisation appliquent cette ambition en images. A priori, le réalisateur peut imposer son point de vue : il lui suffit de cadrer de manière originale. Il peut imposer sa présence en accumulant les cadrages originaux, les plans perchés, les angles rares ou les travellings. Il peut filmer seulement le corps et les jambes des femmes alors ramenées, par l’image, à leur place, c’est-à-dire à l’espace privé (cadrage utilisé dans le sujet sur « les femmes et la politique », Liberté de l’esprit, 16.10.1958). Ou, à l’inverse, s’effacer le plus possible en juxtaposant les cadrages conventionnels, la durée de plan rythmée par l’habitude. Il peut surtout insister sur tel ou tel aspect de la discussion, sur les interventions successives, sur la place de l’animateur (en l’intégrant dans tous les plans), sur les réactions du public, celles des autres participants, sur l’expression des sentiments qu’il traque sur les visages ou limiter au contraire l’émotion par des plans plus larges, plus éloignés en quelque sorte. Or, les réalisateurs de ces débats engagés des années 70 choisissent autant de plans d’ensemble ou de plans en pied que de plans rapprochés et de gros plans. L’échange collectif compte plus que la prestation individuelle.

10On ne peut totalement rendre raison de cette priorité alors donnée à la discussion franche sur toute autre logique sans dessiner à grands traits quelques-unes des raisons ou des intérêts attendus par les animateurs de ce mode de discussion public d’affaires autrefois privées (multiplication quasi infinie de témoignages, dévoilement d’expériences intimes, abondance de témoignages extrêmes, confrontation artificiellement mise en épingle de modes de vie, etc.). Filmer une manifestation quelconque – en l’occurrence un débat – de l’extérieur, sans réellement la transformer en une manifestation conçue pour et par la télévision est la chose la plus facile à imaginer et à organiser en premier.

  • 1 Ainsi, en 1981, 33 % des personnes interrogées par la Sofres considèrent que « les notions de gauch (...)

11Mais surtout, pourquoi modifier quoi que ce soit quand on se propose d’offrir la parole au téléspectateur (« les téléspectatrices ont pris l’émission en main », affirme même une des responsables d’Aujourd’hui madame. « Elles nous suggèrent, nous imposent même parfois, par leur volonté, les sujets qui leur tiennent à cœur » [Télé 7 jours, 1980]) ? Et surtout, quand on est convaincu que le débat offre en soit un attrait suffisant pour attirer le chaland télévisé ? Tout faire pour favoriser l’échange d’idées, avec les risques inhérents à l’improvisation que cette coconstruction du débat entraîne, c’est donc parier sur l’intérêt d’un nombre suffisant de téléspectateurs pour l’expression d’opinions individuelles d’autres téléspectateurs ordinaires, ou éventuellement de professionnels lambda (Rouquette, 2002, p. 21- 81). Mais, au-delà de raisons internes au média télévision, cette primauté donnée à la défense d’opinions, à la recherche d’une vérité par opposition, n’est-elle pas aussi le reflet d’une société politiquement plus conflictuelle qu’aujourd’hui (Perrineau, 1994)1 ? Sans doute est-il plus facile d’assumer, voire d’engager, l’organisation hebdomadaire de débats d’opinion, y compris entre téléspectateurs inconnus non représentatifs (Aujourd’hui madame), quand la société se voit et même s’admet plus conflictuelle, plus segmentée qu’aujourd’hui. C’est sans doute aussi pourquoi l’évolution des magazines télévisés entre 1970 et le tout début des années 2000 en marque elle aussi la trace.

Le choix de la reconstitution de procès

12Un problème judiciaire, comme un problème de société, est suffisamment malléable pour supporter différents traitements télévisés. Quel moment sélectionner ? On peut se pencher sur l’instant du délit ou du crime, l’enquête, le dénouement ou les effets du méfait (dans l’entourage de la victime, dans la population). Quels acteurs convoquer ? L’auteur du crime pour comprendre les motifs de son geste ? L’entourage de la famille pour tenter de remonter le fil de l’acte ? Le voisinage, les amis pour relancer l’enquête ? Les magistrats et jurés populaires pour se concentrer sur le jugement des méfaits ? Selon le rapport du moment établi entre justice et télévision, selon la partie du traitement judiciaire des délits jugée la plus importante ou captivante par les professionnels des médias, le fait judiciaire ne sera pas traité de la même façon devant les caméras. Le but alloué à ces émissions et la fidélité accordée au rituel judiciaire ne seront pas les mêmes.

13Or l’histoire des magazines juridiques s’inspire, initialement, directement de l’institution à laquelle la télévision emprunte ses thématiques, problématiques, scénarios, « mystères » et rebondissements : l’institution judiciaire. D’où l’importance accordée dès 1956 et tout au long de la décennie 70 à la scénographie du procès (1956-1969, En votre âme et conscience). Comme souvent dans l’histoire de la télévision, les producteurs ont pour premier réflexe d’emprunter quasiment tel quel un modèle de spectacle. C’est vrai de ses fictions (télévisées), dont les formes ont été empruntées aux spectacles vivants (cabarets, cirque, théâtre...) comme du cinéma avant de se lancer dans des productions spécifiques (Nel, 1995, p. 67). Manifestement, jusqu’à l’arrêt de Messieurs les jurés (1974-1986), filmer une reconstitution de procès dans les conditions du direct sort déjà de l’ordinaire. L’usage de cette possibilité de divertissement et d’information à distance est encore trop neuf pour être émoussé. L’idée de sophistiquer les reconstitutions passe alors plus facilement comme superflue. D’autant que, l’histoire du petit écran étant courte, le premier réflexe des journalistes est de filmer une réalité, en l’occurrence filmer des procès reconstitués, avec un regard extérieur, avant de penser progressivement à retoucher la mise en forme de cette réalité. Tout le reste (reportages, plateaux dotés de plusieurs scènes, enquêtes dans les villages du crime, reconstitutions, appels à témoins en direct), sortes d’accessoires d’un produit particulier – l’organisation d’un procès – ne pourra aisément être imaginé, conçu, puis greffé que plus tard (surtout à partir de 1986).

En votre âme et conscience
Une fois prise la décision de limiter le traitement des faits judiciaires tirés de l’actualité au seul procès (et non à l’enquête judiciaire, aux victimes), le principe de la reconstitution des procès s’impose, faute de pouvoir filmer légalement des procès d’assises. Autant alors reconstituer des procès retentissants (En votre âme et conscience, RTF, première chaîne). Autant surtout insister sur la minutie de la reconstitution des débats, le respect des témoignages ou des plaidoiries, comme le font les deux scénaristes de cette première série, les journalistes Pierre Desgraupes et Pierre Dumayet. C’est à la fois une garantie du sérieux de leur travail d’écriture et un argument d’intérêt supplémentaire pour le public. Ils valorisent une sorte de « procès vrai », comme d’autres parlent d’une histoire « vraie », et en ce sens directement instructif sur les motivations des criminels. Des comédiens reconstituent en 90 minutes de grands procès historiques (« L’affaire Prado », « L’affaire Lacoste »), de l’entrée de l’accusé au verdict de la cour. « Pour être sûr de ne rien oublier, confie Desgraupes, je fais un inventaire de tous les arguments pour et contre l’accusé – il y en a en général une centaine – puis je fais une liste des personnages clés »). Leur souci de rester fidèle au déroulement d’une audience est tel que le réalisateur, Claude Barma, a « toujours essayé d’éviter des visages trop connus pour qu’on puisse y croire » (Télé 7 jours, 10.06.1961, p. 52-55).

Messieurs les jurés
En prenant la suite d’En votre âme et conscience pour une longue période, Messieurs les jurés (1974-1986, A2) va indéniablement dans le même sens en ajoutant au spectacle de l’audience celui de la délibération des jurés. La part laissée au jugement de la peine et à sa justification constitue le point d’orgue des débats (« J’arrive à comprendre son geste », affirme un des jurés / téléspectateurs chargés de juger un père ayant tué sous l’emprise de la colère le médecin responsable de la mort de son fils. « N’a-t-il pas reconnu son acte ? ajoute-t-il. Ce n’était pas un assassin. N’a-t-il pas lui aussi payé ? ». Oui, mais, « on n’est pas ici pour juger la médecine, mais le crime d’un praticien... », Messieurs les jurés : 2.12.1976).

14En votre âme et conscience valorise une sorte de programme/procès directement instructif sur les motivations des criminels. Dans un prétoire, télévisé ou non, le spectacle c’est l’attaque directe, les contradictions du témoin, les révélations, les retournements de situation. Ce sont les accusations du père de l’enfant mort en raison du mauvais diagnostic de son médecin traitant (Messieurs les jurés, 2.12.1976). Les plaidoiries, les effets de manche, les suspicions, les démonstrations cohérentes, les tentatives de séduction des avocats de la défense ajoutent à la tragicomédie en acte (Grenier, 1949, p. 44-45). Il faut que les gens se demandent : l’accusé est-il coupable ? Ce qui, dit par les responsables de l’émission des années 60 d’En votre âme et conscience, devient : « Les téléspectateurs devaient se trouver dans le même état d’esprit que les jurés [...]. En entendant l’accusé, ils devaient se demander : est-ce qu’il ment ou est-ce qu’il dit la vérité ? »

15Dans cette utilisation relativement fidèle du dispositif judiciaire, l’une des manières les plus sûres de rendre efficace cette stratégie consiste à accentuer les retournements de situation, l’indécision du résultat, la passion des oppositions, le caractère irrémédiablement humain des affaires traitées. Comme En votre âme et conscience, Messieurs les jurés reconstitue des procès d’assises exemplaires avec des comédiens professionnels (à la différence notable qu’il s’agit de procès contemporains et non historiques). Ils font d’une utilisation stricte du dispositif du procès, due au départ pour beaucoup à un manque de moyens, une stratégie revendiquée. Lors de véritables cours d’assises, surtout celles bénéficiant de comptes rendus dans la presse, il n’est pas rare que de nombreuses personnes tentent d’assister aux débats. Peut-être sont-elles attirées par la possibilité de découvrir une autre facette des affaires humaines, par l’envie d’en savoir plus sur les motivations, les actes d’auteurs de crimes ou de délits ou par le désir de savoir qui gagnera le procès et qui sera débouté, qui n’est pas crédible et qui est au contraire le plus convaincant. Les producteurs de Messieurs les jurés comptent sur des ressorts comparables pour séduire les téléspectateurs.

16Mais ils ajoutent au spectacle de l’audience celui de la délibération, de la clôture du procès. Des jurés choisis parmi les téléspectateurs délibèrent devant des caméras de manière aussi proche que possible de la situation réelle. Dans la mouvante relation entre réalité et fiction, on n’est alors plus vraiment ici dans la « reconstitution » d’un procès s’étant effectivement déroulé (ou « feintise fictionnalisée » pour reprendre la typologie de François Jost (2001, p. 104-105). On est dans le registre totalement assumé de la fiction, puisque la fin donnée au fait judiciaire initial est ici délibérément et clairement inventée. L’incertitude du résultat, ressort habituel des spectacles sportifs, est utilisée ici de la manière la plus efficace possible. Les plaidoiries finales durent un quart d’heure, un plan zoomant sur les visages des jurés pour mesurer l’impact des arguments du procureur comme des avocats de la défense sur ceux qui vont fictivement décider de la peine de mort ou de l’acquittement de l’accusé.

Messieurs les jurés, 1970.

Messieurs les jurés, 1970.

17Contrairement aux véritables procès, où la délibération est secrète, l’émission expose longuement l’affrontement entre citoyens lambda. Ils s’opposent des arguments et des réactions ordinaires compréhensibles par tous et acceptés par beaucoup. Des citoyens auxquels peuvent de surcroît s’identifier les téléspectateurs. Tout est fait pour renforcer l’intensité et l’intérêt de la délibération, de la sélection des acteurs au rappel d’anecdotes complaisamment racontées. Pour prouver que « bien qu’il sache qu’il s’agit d’une fiction, les jurés délibèrent avec autant de sérieux qu’au cours d’un vrai procès », il est ainsi systématiquement rappelé que cette partie de la fiction est improvisée, le « président » ne sachant pas par avance les questions que les jurés vont poser. Autre effet de réalité vanté : tous les comédiens et techniciens ont assisté à des audiences d’assises pour s’imprégner de l’atmosphère. Tous les jurés sont sélectionnés de manière comparable à la procédure régulière – différence d’âge, de sexe, de profession –, comme si l’on voulait impliquer tous les publics. Preuve ultime de l’investissement personnel de tous, l’un des acteurs ayant le rôle de l’accusé s’est tellement « pris au jeu » du procès qu’il s’est réellement effondré au moment du verdict. Une autre a été surprise en train de pleurer dans le couloir en attendant le retour des jurés (Ullmann, 1974, p. 90-91). On retrouve là le constat fait ailleurs par François Jost : « Placées sous le signe de la réalité/fiction, les années 70 flirtent avec la frontière au point d’en faire un jeu » (Jost, 2001, p. 163).

18En insistant sur le verdict, cette partie essentielle d’un procès, partie souvent oubliée depuis, ce programme met du même coup l’accent sur l’acte même de juger, qui consiste à se déterminer en fonction des règles du droit, mais aussi à réfléchir sur la gravité de l’acte des crimes commis au regard de principes moraux explicitement justifiés, à donner son opinion, à juger quelqu’un, à justifier moralement les actes commis.

19Jusqu’à la disparition de Messieurs les jurés (1986), cette adaptation de la mise en scène judiciaire domine sans partage. Le changement des équipes de direction au début de la présidence giscardienne (voir encadré infra, p. 141) et la volonté consécutive d’offrir aux téléspectateurs des programmes plus attrayants ne modifient en rien l’offre proposée en ce domaine (volonté pourtant perceptible ailleurs par l’augmentation de films et de programmes de divertissement aux heures de prime time dès 1975, par une concurrence directe dans le quart d’heure précédant le journal de 20 h entre les deux premières chaînes, par la relégation des œuvres culturelles en deuxième partie de soirée [Bourdon, 1994, p. 182-184]). La plupart des programmes créés à l’occasion de l’apparition de nouveaux créneaux horaires disparaissent assez rapidement, notamment Vivre au présent (1973, TF1) et Procès (1970-1972, TF1). Seul Messieurs les jurés (créé en 1974), fidèle au principe de la reconstitution des procès, perdure. S’il fallait étayer la réticence encore vive d’une partie des professionnels de télévision des années 70 à ouvrir leurs programmes aux « Français moyens », ces deux émissions en sont l’exemple accompli. Dans les programmes « sérieux » construits entre « gens sérieux », soit le téléspectateur standard assiste à une bataille entre professionnels, avocats et assureurs, par exemple à propos de la responsabilité civile (Vivre au présent, 24.09.1973). Soit il voit un témoin essuyer interrogatoire puis contre-interrogatoire, la prestation des avocats comptant plus que celle des « chauffards » incriminés (Procès, 27.06.1972) Ces deux programmes ont-ils disparu en raison d’une attention trop centrée sur les préoccupations des professionnels (des coureurs automobiles, des gendarmes, des avocats pour parler de la vitesse sur la route par exemple) ?

20Quoi qu’il en soit, ce sont les deux seules et rares exceptions à la stratégie fictionnelle simple des magazines judiciaires. Exceptions qui tranchent singulièrement avec l’hétérogénéité des débats programmés pendant cette période. Autant la volonté de laisser les gens en découdre, la primauté donnée aux divergences en général et au mode de désaccord en particulier comme méthode de résolution des problèmes publics et des stratégies médiatiques sont dans l’ensemble des principes idéologiques communs à ces deux parcelles de la grille des programmes, autant les applications de ces stratégies et principes communs sont différentes.

21Elles sont diverses dans un cas, celui tout nouveau et encore fluctuant des débats télévisés (les années 60). Elles sont presque homogènes dans l’autre, celui de la transposition télévisée d’un mode de fonctionnement réglementé et ancien, le fonctionnement des tribunaux judiciaires. Cette hétérogénéité entre débats quasiment politiques et assurément polémiques (L’Huile sur le feu, A2, 1976-1977, 22 h – 22 h 40, 40 numéros), débats pédagogiques (Les Dossiers de l’écran), débats entre spécialistes (De vive voix, Interrogations) ou conversations ordinaires (Aujourd’hui madame) a de quoi surprendre. Elle combine une réelle diversité dans la composition, le genre, l’objectif du plateau et une réelle unité dans la forme de la discussion. Il est a priori difficile de prendre conscience de cette unicité formelle fondamentale, à savoir une construction des problèmes publics fondée sur la confrontation franche et ouverte.

22Mais, plus encore, on ne peut réellement expliquer ce paradoxe, et par là même expliquer les raisons du succès d’une telle stratégie largement servie par son caractère adaptable, sans en dénouer les facteurs essentiels de ceux qui sont secondaires.

L’uniforme hétérogénéité

23D’un côté, favoriser l’engagement des débats suppose non seulement que chacun ait une légitimité individuelle à défendre publiquement son opinion (sans obligation de représentativité partisane ou de témoignage significatif), mais encore qu’il existe une égale légitimité entre débatteurs. Pour que la conversation soit engagée, personne ne doit avoir d’hésitation, de réticence ou une plus faible légitimité à critiquer quelqu’un d’autre. Aucune règle implicite ne doit donner une priorité aux uns plus qu’aux autres dans la confrontation (tout au moins, dans les cas où il n’y a pas de relation inégale du type ministre/électeur dans un problème étiqueté politique ou de type patient/cancérologue sur un sujet strictement médical).

24Mais accepter de placer chacun sur un pied d’égalité ne signifie pas, et même n’encourage paradoxalement pas, un égal droit médiatique à la parole publique. Même après les effets au long cours de Mai 68 sur le contenu des programmes du Parc audiovisuel français, tout citoyen/téléspectateur ne se transforme pas immédiatement et irrémédiablement en débatteur jugé intéressant. En fait, la mise sur rail de débats engagés peut s’accommoder de l’inverse. L’espace composé de l’ensemble des débats de société des années 70 en est l’exemple parfait. Si la notion parfois malheureuse de paléotélévision doit ici avoir une part de fondement, c’est d’abord dans la très voyante réticence qu’ont quelques animateurs à ouvrir en grand les portes de leurs plateaux. Même en 1975, au moment de l’éclatement de l’ORTF et de la création de nouveaux programmes, cela ne va pas de soi pour tous. Philippe Bouvard dirige exclusivement son débat polémique L’Huile sur le feu entre experts, responsables, leaders politiques et professionnels, entre voyants/astrologues et chercheurs/astronomes, entre ministre de l’Économie et représentant d’une association de consommateurs (L’Huile sur le feu, 15.11.1976, 28.02.1977, 20.06.1977). Aujourd’hui, tout animateur voulant faire appel à la société civile n’hésite pas à élargir et à démocratiser le cercle des invités. Preuve, en tout cas, que cette place du citoyen social ne va pas de soi, sans doute parce qu’à l’époque c’est tout ou rien. Le débat entre auteurs, De vive voix, ou la conversation philosophique entre universitaires, Interrogations, qui relèguent explicitement le téléspectateur au rang de profane, appliquent plus restrictivement encore un inégal principe de compétence. Bref, tous n’appliquent évidemment pas un égal principe d’ouverture.

25Ce principe se module en fonction du degré d’exigence que les animateurs allouent à leur débat, degré d’exigence qui se traduit invariablement par la place et le rôle qu’ils confient aux citoyens sociaux comme aux responsables politiques, associatifs, ou à eux-mêmes. Le régime d’opinion ne gomme pas toutes les contraintes culturelles et sociales qui font que tout le monde n’est pas autorisé à parler de tout de la même façon. Ces contraintes rendent le débat de société entre savants ou hommes politiques avec le reste de la société impossible lorsque seuls les modes de parole politique ou scientifique sont autorisés et mis en exergue jusqu’au monopole.

26De fait, l’espace social télévisé des années 70 fait cohabiter deux modèles apparemment proches. L’un qui applique pleinement le principe de la représentativité individuelle, c’est-à-dire d’une légitimité à parler reconnue à tout téléspectateur dès lors qu’il a une opinion : c’est Aujourd’hui madame. L’autre qui applique une version atténuée de ce droit individuel à l’expression médiatique d’une opinion (Les Dossiers de l’écran, L’Huile sur le feu, De vive voix et Interrogations). Au fond, si la stratégie « francs débats » est aussi malléable, c’est qu’elle peut être appliquée à différentes échelles. Comme pour n’importe quelle activité collective (jeu, négociation, etc.), on peut se donner les mêmes règles, fonctionner de la même façon, mais appliquer un niveau de sélection à l’entrée différent.

  • i Interview d’Armand Jammot, « Les Dossiers de l’écran ont fait en dix ans un tour du monde de l’hist (...)

Les Dossiers de l’écran (1967-1991)
La formule est singulière : un film sert d’« accroche à la discussion ». L’autre aspect obnubilant les commentaires concerne SVP. La rhétorique de la participation du public, de l’interactivité, d’une télévision dans laquelle les citoyens peuvent intervenir en direct est ancienne. C’est un des credo de l’équipe des Dossiers, qui n’a pas attendu la « révolution » supposée de la néotélévision pour parler de son rapport au public. Les invités, pour la plupart institutionnels (hommes politiques, p-dg, professionnels connus et reconnus) ou spécialistes (universitaires, auteurs), au milieu desquels se glissent quelques témoins, se trouvent en position de répondre et d’expliquer des sujets évidemment sérieux à l’époque. « On ne peut pas uniquement demander au public de faire la fête avec les présentateurs gourous de la télévision. Il faut savoir retirer son masque à temps et arrêter de souffler dans les mirlitons, pour redevenir un citoyen qui s’intéresse à la vie du pays, et à l’éducation de ses enfantsi. » Quand l’interactivité vantée ou le film décrié obnubilent les commentaires, le fond de la discussion passe alors plus facilement ([Télérama, mars 1974, p. 12-14, Télé 7 jours, 2.04.1977, p. 112-113, Le Monde, 6.07.1987, p. 9, Télérama, 3.07.1991, p. 36-37). Quitte à ce qu’une question de préférence sexuelle (l’« homosexualité ») soit technicisée par les experts présents au point de cautionner « scientifiquement » un tabou social (l’« homosexualité comme problème médical », analysé par Bernard Papin supra, Les Dossiers de l’écran, 21.01.1975).
L’autre grand débat des années 70-80, Aujourd’hui madame, remplit lui aussi un créneau horaire jusque-là indisponible. Pour la première fois, le 19 mai 1970, une chaîne de télévision française (la deuxième) diffuse un programme à 14 h 30. Comme pour beaucoup d’innovations de cette arène télévisée, la concrétisation d’un changement latent est rendue possible par un facteur extérieur au champ journalistique. Un facteur qui autorise la production d’essais, de nouveautés. Parmi tous les essais engagés, seuls les plus réussis ou les plus appréciés du public disponible restent. Sans doute captent-ils plus que les autres des évolutions sociales en cours ? Quoi qu’il en soit, ils sont plus significatifs de l’évolution de l’espace social télévisé et, le cas échéant, plus révélateurs de la retraduction télévisée donnée à ces évolutions sociales. C’est parfois un facteur technique : l’ouverture de canaux (Les Dossiers de l’écran en 1967) ou de nouveaux horaires de diffusion à remplir (1970, A2). C’est parfois un changement de direction et donc de grille de programme, ce qui donne à des animateurs l’occasion d’essayer de percer avec un nouveau « concept ». La fin de l’ORTF, au début de la présidence giscardienne en 1974, le changement des équipes de direction (l’universitaire Jean Cazeneuve est nommé président de TF1, le p-dg de maison d’édition et scénariste Marcel Jullian d’A2 [Bourdon, 1994, p. 114, 182-184]), la création de FR3 et la volonté consécutive d’offrir aux téléspectateurs des programmes plus attrayants incitent chacune des trois chaînes (TF1, A2, FR3) à essayer de nouvelles choses pendant la rentrée 1975 tout en assurant la continuité des programmes et en épongeant les stocks de leurs prédécesseurs.
Le succès prolongé d’Aujourd’hui madame comme les lettres diffusées dans le courrier de Télé 7 jours de mai 1970 suggèrent que ce magazine télévisé, au départ féminin, comble, au pire, un vide et répond, au mieux, à une attente. « Beaucoup de femmes demandaient une émission distrayante l’après-midi ». « Bravo, grâce à vous, les journées me semblent moins longues, votre émission adoucit ma solitude. » Que la principale explication avancée par Armand Jammot soit vraie, fausse ou insuffisante, elle met en tout cas l’accent sur l’incontestable originalité de cette émission. « Ce sont les téléspectateurs qui font le menu. »« N’est-ce pas, comme l’écrit ensuite le journaliste, la meilleure façon de connaître ce que voulait ce public qui aujourd’hui atteint [...] deux millions de téléspectateurs ? » Peut-être. C’est sans nul doute l’un des moyens les plus efficaces.
Plus significatif encore, les femmes ont la possibilité, contrairement aux Dossiers de l’écran du même Armand Jammot, de venir défendre leurs idées en direct. Après quoi il est difficile de critiquer le choix, la présentation ou le déroulement de ces débats, y compris pour les journalistes, du moment qu’on parle d’un lieu extérieur à ce lien public/producteur. C’est une raison supplémentaire qui rend finalement facile et payant de « vendre » un « débat fait par le public » (Télé 7 jours, 26.06.1971, p. 78 ; Télé 7 jours, 20.12.1980, p. 72-73).

27Sur le plan des principes, Aujourd’hui madame applique jusqu’au bout l’idée de la représentation individuelle du citoyen/téléspectateur. On demande aux téléspectatrices de se manifester par courrier, d’y développer leur opinion pour participer à l’émission. Sans doute leurs idées doivent-elles être jugées intéressantes ou passionnées, mais elles n’ont pas à rentrer dans un cadre prédéfini, à répondre aux critères explicites d’une « bonne opinion », au sens d’opinion jugée médiatiquement représentative. On est loin des présélections actuelles de témoins représentatifs ou emblématiques via annonces publiées dans la presse ou appels à témoin intégrés aux génériques. Ce changement, si l’on veut, qualitatif s’accompagne d’un changement statistique. Cette conversation ordinaire intègre à la fois un plus grand nombre de citoyens inconnus autorisés à prendre la parole et la reconnaissance d’une plus grande légitimité à le faire.

28D’une certaine façon, l’ouverture limitée des plateaux de De vive voix et Interrogations donnent plus de poids encore au changement opéré par Aujourd’hui madame, de même que la mise sous contrôle, ailleurs, d’un droit individuel à la parole tout au long des années 70 et 80 (Droit de réponse : 1981-1987, TF1 ; Stars à la barre : 1988-1989, Antenne 2 ; De quoi j’me mêle : Arte, depuis 1995, etc.). Ailleurs donc, le droit d’entrée s’appelle au choix : intérêt médiatique supposé, proximité avec le sujet (un ex-prisonnier pour parler de la vie en cellule), investissement personnel (visiteur de prison), associatif (membre d’une association pour le droit des prisonniers) ou professionnel (gardien de prison, avocat, magistrat). Tous cherchent par cet investissement obligatoire à se prémunir de débats jugés peu informés, encore moins engagés, sans aucune authenticité, voire inaudibles faute d’intérêt direct quelconque.

29Mais, dans un cas comme dans l’autre, tous appliquent à leurs propres intervenants des critères de sélection comparables. Tous appliquent dans leurs espaces respectifs de recrutement les mêmes règles de résolution publique de problèmes sociaux. Et cette homogénéité et l’une des seules conditions nécessaires à l’ouverture réelle des échanges, cette ultime caractéristique étant à la fois un incontestable atout pour s’assurer de la réalité des discussions doublée d’une certitude donnée à chacun de garder sa spécificité. Tel débat entre institutionnels (Les Dossiers de l’écran) se démarque ainsi sans contestation possible de tel autre qui donne la parole à des Françaises moyennes (Aujourd’hui madame).

30Ce jusqu’au-boutisme du recrutement d’Aujourd’hui madame est donc conforme à l’application jusqu’au-boutiste du principe de discussion tout en renforçant l’appartenance à un modèle précis de débat (sérieux et pédagogique, sérieux et politique, sans prétention, etc.). Le respect de l’un est donc parfaitement compatible avec un étalement des divergences sur le ton, le fond et les objectifs de l’autre. C’est ce qui explique que, d’un point de vue formel, les débats des années 1967-1981 (début des Dossiers de l’écran / fin d’Aujourd’hui madame) sont plus diversifiés qu’aujourd’hui et en même temps qu’ils permettent davantage, et conjointement, l’expression de divergences, de problématiques ou de solutions qu’aujourd’hui.

La confrontation franche comme mode de résolution des problèmes collectifs

31Toute stratégie médiatique a nécessairement des applications et des conséquences variées. Débats et magazines juridiques n’échappent pas à la règle. C’est d’un côté une vision de la société française, de la manière dont elle gère et règle ses problèmes sociaux, médicaux, etc., qui est engagée par cette stratégie. C’est, de l’autre, une reconstruction télévisée de la façon dont la justice peut ou doit régler petits litiges et crimes extraordinaires. C’est pourquoi il n’est pas totalement possible de décrire les enjeux inhérents à tout ce pan de la télévision hexagonale et, au fond, d’en spécifier réellement les caractéristiques sans définir les principes sous-jacents et surtout les conséquences multiples de cette construction par opposition.

Une reconstruction procédurale des affaires judiciaires

32Reprendre, sur un mode fictionnel, le cadre, la trame et la procédure des cours d’assises plutôt que se faire succéder – sous l’appellation « enquête »– de multiples interviews de témoins plus ou moins directs des affaires traitées, suppose de reprendre à son compte le principe de la construction contradictoire de la vérité dans le cadre et les normes définies par l’institution judiciaire. En reprenant pour cadre un tribunal avec pour principe minimal l’opposition entre victimes et coupables, ces fictions conservent le sens de la procédure judiciaire.

33Or une telle construction procédurale des affaires judiciaires met fictionnellement en pratique l’un des principes fondamentaux des procès rappelé par Antoine Garapon (1997, p. 286-287) : la construction contradictoire de « la vérité ». Les faits ne sont plus racontés que par les victimes ou leur avocat (que la personne ait été l’agressé ou l’agresseur lui-même jugé victime). Là où les interrogatoires non complaisants, les formules consacrées prononcées dans les fictions fidèles aux rituels des procès rappellent que la description des faits ne va pas de soi (la phrase « Vous jurez de dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité, de parler sans haine et sans crainte. Dites : “je le jure” » servait pratiquement d’introduction à En votre âme et conscience), l’accumulation de témoignages similaires (du type : remords insondables d’auteurs de crimes passionnels, Le Glaive et la Balance, 1993) assurerait presque du contraire. C’est rappeler ici l’un des principaux postulats judiciaires : on ne peut croire quelqu’un sur parole (Garapon, 1997, p. 278).

34Plus largement encore, c’est le fonctionnement même du procès que ces fictions judiciaires des années 70 mettent en scène. C’est, même fictionnellement, « obliger les parties à aller sur le territoire de la justice, [acte] qui signifie la renonciation à utiliser n’importe quelle arme sur n’importe quel terrain » (Garapon, 1997, p. 271). Un terrain sur lequel, de surcroît, tous les jurés accèdent à la même information, celle que les deux parties leur ont contradictoirement donnée. Le principe de la réparation du délit ou du crime est lié à celui de la peine prononcée. Comment décider de la fin d’un conflit si le conflit n’est pas mis en scène ?

35Plus généralement, la place laissée aux professionnels de Injustice et notamment aux grands avocats de la défense dans Messieurs les jurés est significative. Les acteurs de ces procès reconstitués figurent leur compétence, leur savoir-faire en matière de requalification des faits et de détermination des preuves. C’est à la fois le rôle de professionnel de la contradiction et l’utilisation du langage, des concepts, des définitions et des modes d’argumentation judiciaire qui se voient ici indirectement repris et légitimés. Ce qui n’est plus le cas dans les documents futurs construits comme des enquêtes policières. Lorsque la figure de la victime, la démarche d’instruction et de compréhension des crimes sont privilégiées, c’est au prix de l’abandon de la logique du procès.

Les années 70 en débat

36Parce que chaque débat peut accentuer sa particularité tout en exploitant la même formule, chacun dans son genre en quelque sorte (polémique, pédagogique, universitaire), les modes de légitimité des citoyens standard des années 70 sont, selon les types de débats, à la fois comparables et extrêmement divers, voire divergents. Tous ne sont – en général – que succinctement présentés. Suffisamment pour présenter l’émission et expliquer aux téléspectateurs les raisons de rester (c’est l’un des versants de l’axiome de proximité), mais pas au point de les enfermer dans un rôle. En revanche, les motifs de cette légitimité individuelle – et donc les contraintes qui s’ensuivent – sont loin d’être identiques pour chacun. Certains doivent l’application de cette légitimité simplement au pari de l’intérêt suffisant d’un débat ouvert, les présentateurs n’encadrant alors pas la réponse de leurs invités (Les Dossiers de l’écran, De vive voix, Interrogations et même Aujourd’hui madame). Ils les laissent prendre la parole d’un hochement de tête ou d’une phrase (« Vous vouliez intervenir ? »), les incitent à réagir ou même à commenter leurs propres expériences, simplement pour installer le débat entre leurs invités (« Vous faites votre propre autocritique. Vous vous êtes surprise vous-même à prononcer cette fameuse phrase : “je ne suis pas raciste, mais...” Alors, comment l’expliquez-vous ? », Aujourd’hui la vie, 10.12.1982).

37Mais, de fait, se voir reconnaître un droit à l’expression publique d’une opinion n’implique pas nécessairement que rien n’est attendu des citoyens standard invités. Un débatteur peut parfaitement se voir engoncé, peu ou prou, dans un personnage et demeurer libre, pour peu que la composition de ce personnage exige justement que l’acteur soit libre pour que le rôle soit bien joué. Plutôt que de reprendre les anathèmes communs, et même savants, sur la spectacularisation des débats comme enfermement inéluctable des idées, il faut constater que le spectacle ne s’oppose pas toujours au débat. Dans les discussions polémiques comme L’Huile sur le feu, le second est, en un sens, la condition du premier. Il n’y a pas de contradiction entre la juxtaposition de propos sans cesse contredits et, en même temps, une liberté absolue pour les invités de dire ce qu’ils veulent, avec la mauvaise foi qu’ils veulent. Il ne faut pas s’étonner de trouver une quantité de plans traquant toutes les réactions exprimées – haine, colère, dépit, incompréhension, indifférence, gêne manifeste, satisfaction, approbation –, une caméra étant dirigée le plus souvent possible sur le visage de leurs adversaires, mais aussi une quantité peu commune de commentaires agréables ou hostiles de l’animateur, de sous-entendus qui placent tel ou tel dans la catégorie des victimes ou dans celle des coupables. Et de l’autre côté, un plateau sur lequel les uns et les autres se répondent, se contestent ou s’entraident sans que l’intervention d’un animateur/médiateur soit nécessaire. Dans ce cas, l’animateur n’impose pas aux uns et aux autres de traiter de telle ou telle facette du sujet, puisque le but est de permettre au téléspectateur de façonner sa propre version des faits, quitte à ne pas être complet sur le thème. Chacun peut prendre l’initiative de parler, sans réelle contrainte, des aspects de l’affaire qui l’avantagent.

38Ce type de liberté de parole n’est évidemment pas toujours confortable. Le tribut à payer sous forme de suggestions tortueuses, d’exagérations ou même de réinterprétations forcées de ses propos par l’animateur est loin d’être négligeable (ainsi, Philippe Bouvard peut, sans la reprendre à son compte, poser une question critique à son invitée ministre : « c’est jamais sous forme de reproche, mais vous vous y entendez, madame [...] selon les associations, vous n’avez rien fait sur le secret » [L’Huile sur le feu, 4.07.1977]). Mais cette contradiction rappelle en quelque sorte que cette liberté de parole, qui est une liberté de principe de tout débat public supposé démocratique, prend des formes différentes et des soutiens multiples, voire opposés : de l’application stricte du droit de parler en son nom à la recherche de solutions, en passant par la recherche radicale d’effets spectaculaires.

39Et puisque cette légitimité a plusieurs modalités, elle a aussi des contreparties immédiates. Certaines valables pour tous, d’autres non. Là plus qu’ailleurs, la prestation des citoyens sociaux repose nécessairement en grande partie sur leurs qualités individuelles, leurs dires mais aussi leur savoir-dire. Elle repose aussi sur la force de conviction à défendre ses propos, à intervenir de sa propre initiative, à s’autoriser la contradiction. Comment alors s’étonner que l’un des effets de ce laissez-faire programmé soit, sinon la réactivation de barrières sociales (Gaxie, 1978), tout au moins de barrières entre citoyens selon leur inégale confiance à prendre la parole en public, à contredire responsables politiques ou encore médicaux ? Le comportement gêné et extrêmement timide de nombreux citoyens standard du début des années 70 traduit physiquement leur sentiment d’incompétence. Non seulement ils ne prennent aucune initiative pour commenter leur propre histoire, mais il faut encore beaucoup de ténacité pour que l’animateur obtienne d’eux des explications détaillées. Réticences qui montrent combien ces témoins n’envisagent pas un seul instant avoir quelque chose d’intéressant à exposer. « Si la question vous est posée [...] », demande ainsi Alain Jérôme à des témoins miraculés. Il doit insister : « On peut se poser la question de savoir si l’on peut se sentir dans la peau d’un ou d’une miraculée », pour n’obtenir finalement qu’une réponse brève, donnée du bout des lèvres « Non, on n’est pas différent » (Les Dossiers de l’écran, 11.08.1971 et 07.10.1980).

40Manifestement, les choses évoluent en ce domaine plus rapidement qu’ailleurs. Dix ans plus tard, un adolescent de quatorze ans ne se contente pas de figurer de manière emblématique la situation d’« enfant de divorcés » (« Mon cas est un cas personnel et je crois que cela n’intéresse pas beaucoup de gens »). Il ne se satisfait pas des questions de l’animateur, questions pourtant relativement ouvertes (« Est-ce que vous pensez qu’il faut laisser le choix aux enfants d’aller vivre chez l’un ou chez l’autre ? ») Il s’autoproclame défenseur de la cause des enfants divorcés et, à ce titre, n’hésite pas à interrompre et contredire une avocate favorable à la médiation des professionnels de la justice. Pas plus qu’il n’hésite à répondre de sa propre initiative aux propos d’une juge. Encore qu’un tel comportement surprend les téléspectateurs, parce qu’il s’agit avant tout d’une conduite extrême : tous les adolescents n’ont pas ce culot et cette assurance. Assurance excessive pour une grande part des téléspectateurs ayant appelé SVP, puisque le journaliste chargé de recueillir les réactions en direct se sent obligé de longuement justifier l’adolescent (« Avant toute chose, je crois qu’il faut donner une précision à plusieurs téléspectateurs [...] pour dire que Bruno n’est pas seulement venu à titre personnel, mais que l’expérience [...] dans un certain nombre d’organismes comme SOS-enfants lui a donné – malgré son jeune âge – une vue un peu plus large du problème [...]. Voilà, je dis cela parce qu’un certain nombre de téléspectateurs s’étonnaient de le voir discourir comme un spécialiste » [Stéphane Rozès, Les Dossiers de l’écran, 7.10.1980]). De telles réticences, même ponctuelles et quasi invisibles, rappellent qu’aussi favorable le climat soit-il, on ne peut effacer d’un trait toutes les raisons personnelles (la confiance en soi) et collectives (habitudes professionnelles, associatives, syndicales de faire des discours : Bruno est lui-même membre actif d’associations) qui poussent dans les années 70 et sans doute encore aujourd’hui des citoyens/téléspectateurs à s’autocensurer.

41Plus largement encore, si les positions se trouvent moins assurées individuellement, c’est surtout collectivement que les répercussions de cette politique télévisée du « laissez-dire » sont significatives. Accepter de débattre publiquement, c’est accepter d’afficher, voire d’accentuer ou de figer des différences ou même des clivages sociaux, économiques, moraux, religieux ou idéologiques qui traversent l’Hexagone. C’est en faire un moteur d’audience, mais c’est d’abord en accepter ou même, au fond, en revendiquer la réalité. Comment débattre s’il n’y a pas divergence d’intérêts ou matière à conflit ? Cela devient même impossible en cas d’unanimité postulée. Au-delà des histoires d’anesthésie plus ou moins douloureuse de chacun, un débat sur les techniques d’anesthésie et de réanimation (Aujourd’hui madame, 10.11.1978) vise à se demander et à demander aux invitées quels sont, selon elles, les conditions d’une anesthésie sans histoire et les causes d’un échec. Selon que leur expérience personnelle a été douloureuse (coma puis réanimation) ou réussie (de multiples anesthésies sans séquelles), les patientes/téléspectatrices invitées n’accordent pas le même crédit aux affirmations rassurantes des spécialistes convoqués. Le sujet les touchant très directement, les désaccords se font tranchés. Personne n’est intégralement protégé de toute remise en cause ultérieure.

42Cet engagement se produit sur tous les fronts, à commencer par les choix des thématiques effectivement débattues jusqu’aux conclusions proposées. Quitte à développer son opinion, comme c’est le cas des citoyens/téléspectateurs des années 70, autant le faire sur les terrains qui leur tiennent le plus à cœur ou qui leur sont le plus favorables. Plus ces luttes multiples sont menées de manière intensive, plus le pouvoir des animateurs de sélectionner l’angle d’attaque privilégié s’amenuise (lesquels font partie des problèmes collectifs, lesquels en sont exclus). Comment s’étonner que ce soit dans les conversations « ordinaires », c’est-à-dire celles au recrutement le plus ouvert (par courrier et non via les associations ou les professions), que, dès lors, percent le plus les problèmes quotidiens (cas d’Aujourd’hui madame) ? Les questions portent alors plus facilement sur le prix de tel ou tel service que sur la signification de celui-ci, sur le prix des conseils ou de l’accès au fichier des assurances plutôt que sur la signification à donner à la recherche d’une couverture maximum (Aujourd’hui madame, 23.11.1975).

43Bien sûr, ces questions font partie du quotidien. Mais elles sont aussi celles que maîtrisent le plus les Français moyens. Bien sûr, le fait de favoriser la mesure concrète d’une action ou d’un phénomène sans toujours se préoccuper du contexte ou des significations de ce phénomène est limitatif. Comme l’est d’ailleurs la position inverse (Interrogations). Mais, précisément, chaque fois que cette logique est systématiquement appliquée, le principal but n’est pas de comprendre les raisons des actions mises en lumière. Pas plus qu’il est de les justifier abstraitement. Cette forme de débat veut avant tout, soit tenter de régler concrètement le problème (comment pragmatiquement faire face à la drogue : Aujourd’hui madame, 03/1977), soit se faire une opinion à partir de faits tangibles. L’avantage de cette priorité donnée aux faits (combien de francs...? Combien de rendez-vous garantis...?) est incontestablement d’être plus efficace, plus facile à cerner et à utiliser que des principes généraux. Quitte à ne pas être toujours réfléchi dans tous les domaines, ce qui est vrai à la fois de ceux dont on juge les actions (parce qu’on ne sait pas vraiment ce qui les incite à faire telle ou telle chose) et de ceux qui jugent ces actions (selon quel critère tel membre du public exploite tel fait – quelle couverture maladie promet cette assurance ? – et décide de l’intérêt de la question ?). Mais du point de vue de ces acteurs sociaux et des débats qui s’en font les relais, est-ce forcément un désavantage ?

44Cette relative autonomie laissée aux acteurs sociaux dans la formulation des questions ou dans la possibilité de se remettre mutuellement en cause permet de mettre en lumière un nouvel enjeu, celui du droit à fournir une réponse. C’est donc un élément supplémentaire corrélatif à ce pari du « parler-franc ». Tous les désaccords émaillant ces discussions sont un indice palpable de la peine consécutive à conclure. Quel que soit le type de débat, la volonté d’en découdre est commune. La difficulté aussi. Comment s’entendre en moins d’une heure ou d’une demi-heure ? C’est-à-dire en très peu de temps compte tenu des enjeux inhérents au caractère télévisé des débats, de la possibilité donnée de convaincre plusieurs centaines de milliers de téléspectateurs. Cette ouverture initiale est donc loin de garantir une conclusion. Que les professionnels de la télévision et les téléspectateurs attribuent ou non une signification positive à ce résultat, cette difficulté ne répond en tout cas pas à un besoin de simplification (preuve de modestie, manque d’ambition – accepter de ne fournir que des idées, le débat restant irrésolu – ou, au contraire, signe de la « lucidité » et de « l’honnêteté intellectuelle » des journalistes (comment vouloir régler des problèmes aussi compliqués en une heure sans faire preuve d’un manichéisme débridé ?). Vouloir une discussion télévisée ouverte et fournir des solutions simples ou uniques à un problème compliqué sont incompatibles.

45Qui plus est, cette difficulté à s’entendre sur une conclusion ou une solution commune est en même temps une caractéristique déterminante de la conception commune aux débats des années 70 et l’un des facteurs traçant le plus de différences entre tous ces débats, selon leur mode de recrutement, c’est-à-dire leur genre d’appartenance. Car au fond, seule la confiance en soi des participants est inégale. D’où les différences qui ne sont finalement ici que des applications variables d’une volonté similaire de trouver un accord sur un sujet passionné. Sur ces sujets-là et devant les caméras, la confiance en soi de spécialistes (De vive voix, Interrogations) ou d’intellectuels (Liberté de l’esprit) est plus forte que celles des citoyens standards des conversations télévisées ordinaires (Aujourd’hui madame). Étant plus habitués à ce genre d’exercices et portant une conviction presque professionnelle sur les sujets débattus, ils se font moins facilement conciliants (les invités politiques défendent les idées d’un courant politique, les spécialistes les résultats des travaux à l’origine de leur réputation personnelle).

46Y a-t-il, au final, un traitement des faits de société ou des faits judiciaires propre aux années 70 ? Prétoires ou débats télévisés, tous partent d’un principe commun : l’intérêt du débat suffit aux débats télévisés, celui du procès aux procès télévisés. Comme toute stratégie télévisée, celui de la confrontation ouverte comme mode d’organisation des programmes sous-tend ou, pour le moins, implique des principes idéologiques particuliers : loin d’aller de soi, les normes, règles, principes collectifs ne peuvent être que l’aboutissement d’une recherche d’accord ou de conclusion contradictoire. Mais cette stratégie aboutit de surcroît dans le cas des débats à des applications diverses, voire opposées. Tous les citoyens sélectionnés sont tenus de défendre aussi ouvertement que possible leur opinion, mais tous n’accèdent pas encore aux lumières des projecteurs. Trois applications en ressortent, de la mise en œuvre quasi militante (Aujourd’hui madame), en passant par une application encadrée (Les Dossiers de l’écran), jusqu’à une application encadrée et sélective (De vive voix, Interrogations). C’est pourquoi il n’est pas surprenant que ce qui ressort en apparence des discussions télévisées des années 70 c’est leur diversité, alors même qu’elles reposent avant tout sur une même conception de l’espace public. Et c’est au fond parce que vision de la société (quels acteurs sont-ils légitimes à parler publiquement de problèmes publics ?) et vision de l’espace collectif de discussion de la société sur elle-même sont deux décisions distinctes (comment traiter ces sujets communs ?) qu’une telle hétérogène unité est possible.

Bibliographie

Références bibliographiques

Débats, procès télévisés

Corval Pierre, Liberté de l’esprit, « Les femmes et la politique », 1re chaîne de la RTF, 16 octobre 1958.

Mougeotte Étienne, Procès, « Le conducteur, victime ou assassin ? », TF1, 27 juin 1972. Jérôme Alain, Les Dossiers de l’écran, « Les miracles de Lourdes », A2, 11 août 1971.

– , Les Dossiers de l’écran, « Pour ou contre la bombe atomique française ? », A2, 23 novembre 1973.

– , Les Dossiers de l’écran, « Les enfants : otages du divorce » A2, 7 octobre 1980.

Vivre au présent, « La responsabilité civile », 1re chaîne, 24 septembre 1973.

Messieurs les jurés, « L’affaire Graznek », 1re chaîne, 2 décembre 1976.

Bouvard Philippe, L’Huile sur le feu, « Les prix Concourt / les maisons d’édition », A2, 15 novembre 1976.

– , L’Huile sur le feu, « L’astrologie », A2, 28 février 1977.

– , L’Huile sur le feu, « L’alcoolisme », A2, 20 juin 1977.

– , L’Huile sur le feu, « La consommation », A2, 4 juillet 1977.

Aujourd’hui madame, « Les assurances », A2, 23 novembre 1975.

Aujourd’hui madame, « Face à la drogue », A2, mars 1977.

Aujourd’hui madame, « Les hommes savent-ils s’habiller ? », A2, 27 février 1978.

Aujourd’hui madame, « Anesthésie et réanimation », 10 novembre 1978.

Aujourd’hui la vie, « Ces étrangers bien intégrés », A2, 10 décembre 1982.

Villeneuve Charles, Le Glaive et la Balance, « Crimes passionnels », M6, Rediffusion en juin 1993.

Presse

Interview de Pierre Desgraupes, « En direct de : En vôtre âme et conscience », Télé 7 jours, 10 juin 1961, p. 52-55.

« Un réseau national de correspondant pour Aujourd’hui madame en 1971-1972 », Télé 7 jours, 26 juin 1971, p. 78.

Interview de Jean Ullmann, « Le magistrat qui supervise Messieurs les jurés », Télé 7 jours, 29 mai 1974, p. 90-91.

« Les Dossiers de l’écran ont fait, en dix ans, un tour du monde de l’histoire », Télé 7 jours, 2 avril 1977, p. 112-113.

« Les émissions consacrées aux femmes ont évolué en même temps que la condition féminine », Télé 7 jours, 20 décembre 1980, p. 72-73.

« Le refrain du temps qui passe », Le Monde, 6 juillet 1987, p. 9.

« Faut-il classer Les Dossiers de l’écran ? », Télérama, mars 1974, p. 12-14.

« Dossiers classés », Télérama, 3 juillet 1991, p. 36-37.

Ouvrages et articles

Bourdon Jérôme, Haute fidélité. Pouvoir et télévision 1935-1994, Paris, Seuil, 1994, 393 p.

Garapon Antoine, « Justice et médias : une alchimie douteuse », in MédiasPouvoirs, 4e trimestre 1997, p. 61-67.

– , Bien juger, Essai sur le rituel judiciaire, Paris, Odile Jacob, Collection Opus, 1997, 255 p.

Gaxie Daniel, Le Cens caché. Inégalités culturelles et ségrégation politique, Paris, Seuil, collection « Sociologie politique », 1978, p. 269

Grenier Roger, Le Rôle d’accusé, Paris, Gallimard, 1949.

Jost François, La télévision du quotidien. Entre réalité et fiction, Bruxelles, De Boeck-INA, 2001, 212 p.

Nel Noël, « Le téléspectateur mis en scène », in La Télévision et ses téléspectateurs, sous la direction de Esquenazi Jean-Pierre, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 65-79.

Perrineau Pascal, L’Engagement politique. Déclin ou mutation ?, Paris, Presses de sciences po, 1994, 444 p.

Rouquette Sébastien, Vie et mort des débats télévisés, Bruxelles, De Boeck-INA, 2002, 251 p.

– , « Les prétoires télévisés », in Cahiers de l’histoire de la télévision, 2003, p. 83-124.

Sciences humaines, « Le langage sert-il à communiquer ? », n° 51, 1995.

Notes

1 Ainsi, en 1981, 33 % des personnes interrogées par la Sofres considèrent que « les notions de gauche et de droite sont dépassées pour juger des prises de position des partis et des hommes politiques ». En 1999, doublement significatif, ils sont 62 %.

Notes de fin

i Interview d’Armand Jammot, « Les Dossiers de l’écran ont fait en dix ans un tour du monde de l’histoire » Télé 7 jours, 9 avril 1977, p. 112-113, c’est nous qui soulignons.

Table des illustrations

Titre Aujourd’hui madame, A2, 1979.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/31128/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Les Dossiers de l’écran, A2, 1979.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/31128/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre De vive voix, A2, 1975.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/31128/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Interrogations, A2, 1975.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/31128/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Messieurs les jurés, 1970.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/31128/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

Auteur

Maître de conférences à l’IUT de Vichy-Clermont-Ferrand II, où il enseigne dans le cursus Services et Réseaux de Communication. Il est spécialiste de la socio-histoire des débats télévisés, sur laquelle il a notamment publié deux livres : Vie et mort des débats télévisés (De Boeck-Ina, 2002) et L’impopulaire télévision populaire (L’Harmattan, 2001). Membre du CEISME.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search