Version classiqueVersion mobile

Années 70 : la télévision en jeu

 | 
François Jost

Introduction

François Jost

Texte intégral

  • 1 Article repris dans La Guerre du faux, Livre de Poche, 1985.

1Si certaines périodes de la télévision française ont bénéficié d’un intérêt particulier (la télévision sous de Gaulle, les années 50), l’histoire des programmes a souffert jusqu’à présent d’un manque de réflexion sur la périodisation ou, plutôt, d’une absence de parti pris sur les critères à retenir pour opérer une telle périodisation. Il faut dire que le succès inattendu de la distinction avancée par Umberto Eco, dans un article de quotidien1, entre paléo- et néotélévision, a fini par constituer un obstacle épistémologique majeur à toute tentative de penser les transformations des dispositifs télévisuels. La ligne de partage entre deux moments de la télévision, l’un où le téléspectateur aurait été soumis à un pouvoir venu d’en haut, l’autre où la convivialité serait devenue un mode de communication privilégié, sans doute utile en 1983, à un moment où l’étude des programmes n’en était qu’à ses balbutiements, est devenue un dogme, totalement figé, au point que, plus de vingt ans après la parution de ce texte, elle constitue encore, aux yeux de certains, un paradigme efficace pour l’analyse de la télévision d’aujourd’hui (néotélévision), caricaturalement opposée à la télévision d’hier (paléotélévision).

2On ne s’étonne guère, dans ces conditions, que, coincée entre la « télévision des maîtres d’école » et la néotélévision, la télévision des années 70 ait bénéficié de peu d’intérêt de la part des chercheurs. Pourtant cette décennie est le théâtre de nombreuses transformations : la création d’une nouvelle chaîne, fondée sur l’idée de régionalisation, l’introduction de la publicité de marques, qui conditionne le paysage de la télévision d’aujourd’hui, alors qu’elle était inexistante dans les années 50-60, du moins en France, l’éclatement de l’ORTF. Si chacun de ces événements a parfois retenu l’intérêt des historiens, on s’est moins préoccupé d’étudier leurs incidences sur le quotidien du téléspectateur, qui s’incarne finalement dans le seul espace qui soit pour lui visible, celui des programmes et de la programmation. Si l’on prend au sérieux cette lapalissade, que les années 70 commencent dans l’après-68, d’autres raisons d’étudier cette décennie s’imposent : quel a été l’impact de cette révolution des esprits, si ce n’est des institutions, sur le ton de la télévision ? Y a-t-on parlé autrement après cette période qui a libéré la parole ? Les femmes y ont-elles joué un rôle différent ou leur a-t-on accordé une autre place, au moment où le féminisme agissait sur la scène sociale ?

  • 2 Je remercie le conseil scientifique de la Sorbonne Nouvelle-Paris III qui a soutenu financièrement (...)

3Voilà quelques arguments qui ont décidé les chercheurs du Centre d’études des images et des sons médiatiques (CEISME) à prendre les années 70 comme terrain de recherche2. Choisir un terrain ne signifie pas, bien sûr, qu’on soit capable d’en dresser immédiatement une cartographie à l’échelle la plus précise, encore moins qu’on en épuise la restitution (pour parodier Perec). Cela signifie, plus modestement, circonscrire une époque par des questions qu’on lui adresse d’un point de vue privilégié.

4Quel est ce point de vue ? Si le CEISME s’inscrit dans le champ des sciences de l’information et de la communication, les chercheurs qu’il regroupe s’accordent tous sur l’idée que l’étude de la télévision ne peut se faire sans recours au contexte, au sens le plus large, que l’on désigne par là l’histoire, l’économie ou la politique. Aussi, bien que nul d’entre nous ne soit historien de profession, il nous a semblé nécessaire d’aller chercher dans les archives (Fonds ORTF au Centre des archives contemporaines à Fontainebleau, Centre d’étude et de recherche Pierre-Schaeffer [CERPS] à Montreuil, l’Inathèque de France, bien sûr) les réponses à ces questions.

5Mais, d’abord, de quelle télévision parle-t-on ? Peut-on, comme on l’a fait pour les années 50-60, regrouper l’ensemble des programmes et des programmations sous une seule étiquette ? Sans doute pas. De toutes ces recherches il ressort, en effet, que le propre de la décennie 70 est de mettre la télévision en jeu. Est d’abord mise en cause l’idée d’un média transparent, cette fameuse fenêtre sur le monde qu’il aurait été à ses débuts. Quelques producteurs, dont Jean Frapat à l’INA, mettent au centre de leurs préoccupations la question suivante : qu’est-ce que représenter le monde par la télévision ? Qu’est-ce que communiquer par des images ? Qu’est-ce que regarder ? En ce sens, les émissions produites à cette époque par ces hommes de recherches sont une véritable « École du regard » : le téléspectateur ne peut se contenter d’une position passive, il doit regarder la télévision et s’interroger sur la relation au monde qu’elle nous propose (F. Jost). Parallèlement, ce singulier, la télévision, perd de son évidence. Si les années 50-60 sont celles de la promotion du média auprès d’un public qui devra l’apprivoiser, les années 70 sont celles de l’émergence des chaînes. Ce qui implique, à la fois, des choix politiques, comme celui de la régionalisation de l’un des canaux (ce que montre ici Y. Lebtahi), mais aussi des choix économiques, qui vont bouleverser à terme la logique de la programmation et des programmes. Au cours de cette décennie, on va passer d’une télévision culturelle à une télévision de promotion culturelle, d’une télévision marquée par l’empreinte du cinéma à une télévision de plateau, encline au bavardage. Ce qui se joue dans ces transformations, ce n’est donc pas seulement une modification des institutions, mais, plus profondément, une redistribution symbolique de la place accordée aux diffuseurs et aux téléspectateurs. Les chaînes comprennent, d’une part, qu’elles doivent communiquer une identité ; d’autre part, que la communauté des téléspectateurs n’est pas un agrégat de personnes attirées par la novelty qu’a pu représenter la télévision, mais des partenaires qui construisent aussi leur identité en regardant telle ou telle chaîne (M.-F. Chambat-Houillon). Dans le même mouvement, la télévision commence à mettre en scène son histoire, comme le montre V. Spies.

6Faire de la télévision un objet de réflexion, comme le font les années 70, c’est aussi se demander quelle place elle doit occuper dans la société. À sa manière, le Service de la recherche de l’ORTF contribue à cette réflexion : si les chaînes basculent sans qu’on y prenne garde vers le bavardage, qui deviendra un trait dominant de la télévision commerciale, les expérimentations menées sous la houlette de Pierre Schaeffer contribuent « à proposer par avance une forme de “contre-modèle” vis-à-vis des conceptions de la parole qui se mettent en place après Mai 68 dans le reste de la télévision » (G. Soulez). L’un des traits dominants de cette décennie est, en effet, l’importance que prend la parole à la télévision : si Les Dossiers de l’écran ne sont pas loin de représenter l’émission phare des années 70, le débat qui les accompagne est, à coup sûr, la forme privilégiée de la communication des idées, qu’il s’agisse d’en faire un genre – le débat de société –, dont S. Rouquette montre les affinités avec la parole judiciaire, ou, plus généralement, de mettre la société en débats.

7Parmi les questions que nous voulions poser à cette période, figuraient évidemment celles des retombées de 68. Après les incidences directes des événements du mois de mai sur l’information, notamment, pouvait-on déceler dans les programmes des changements de ton, des remodelages des limites du représentable et du dicible à la télévision en matière de sexualité ? Dans quelle mesure la télévision accompagna-t-elle, par exemple, les révolutions de l’année 74, qui vit la sexualité s’affranchir par la loi (contraception, avortement...) des contraintes de la seule reproduction et qui fut au cinéma l’année de l’explosion pornographique ? (B. Papin) La même question vaut, évidemment, pour les femmes : les émissions renforcent-elles l’idée de leur émancipation ou, au contraire, renforcent-elles des stéréotypes ? Quels sont les thématiques et les problèmes publics sur lesquels le femmes s’expriment ? (I. Vovou).

8Les années 70 voient s’étendre considérablement les heures de diffusion. Alors que, au début de la décennie, les programmes sont essentiellement concentrés sur le soir, ils étendent leur empire progressivement sur l’ensemble de la journée. Cette évolution s’accompagne d’une autre transformation profonde : peu à peu la télévision de recherche, impulsée notamment par le Service de la recherche de l’ORTF, puis par l’INA, cède la place aux « forces de la joie » qu’Arthur Conte prétend libérer à son arrivée, en 1972, à la tête de l’ORTF. Entamée sous le signe de l’interrogation sur la nature de la télévision, cette décennie va se terminer dans la télévision de jeu. Les années 70 voient exploser leur programmation : l’on passe ainsi d’une soixantaine de collections créées entre 1951 et 1969 à quatre-vingt-onze collections au cours de ces dix ans (L. Leveneur). Cette évolution vers le divertissement s’accompagne évidemment de la naissance d’un autre phénomène, qui nous est aujourd’hui familier, l’implantation de la publicité de marques, qui va venir scander la grille et agir en profondeur sur le format des émissions (Ch. Duchet).

9Tout comme le bois joue, la télévision des années 70 joue à sa manière : autant dire qu’elle ne se laisse pas réduire à un qualificatif unique, si rassurant soit-il. Ces nouvelles chaînes qui accèdent à leur autonomie sont traversées par deux forces antagoniques : l’une, qui relève encore de l’enthousiasme d’hommes de télévision cherchant à doter ce média de toutes ses possibilités expressives ; l’autre, qu’incarnent ceux qui ont compris que la logique économique de la concurrence impose de penser les programmes dans une grille où ce qui se passe à la même heure est plus important que l’idée abstraite que l’on peut avoir de la télévision. Cette relation au temps est peut-être la mutation la plus profonde qui s’accomplit alors devant les téléspectateurs des seventies : de la valorisation intemporelle du patrimoine qui guidait la télévision des années 60, on passe à l’ère de l’information culturelle, bientôt à celle de la promotion. De plus en plus ancrée dans l’actualité, la télévision abandonnera peu à peu tout ce qui pouvait encore appartenir à l’aléa de l’expérimentation pour se conformer à des formats internationaux dictés par les industries culturelles.

Notes

1 Article repris dans La Guerre du faux, Livre de Poche, 1985.

2 Je remercie le conseil scientifique de la Sorbonne Nouvelle-Paris III qui a soutenu financièrement ces recherches comme « projet innovant ».

Auteur

Professeur à l’UFR Communication de la Sorbonne Nouvelle-Paris III, où il dirige le CEISME et où il enseigne l’analyse de la télévision et la sémiologie audiovisuelle. Il est Professeur invité dans de nombreuses universités à travers le monde. Spécialiste de l’image, il a écrit une centaine d’articles et de nombreux ouvrages sur le cinéma et la télévision. Derniers parus : Introduction à l’analyse de la télévision (Ellipses, 1999), La télévision du quotidien (De Boeck, 2001), L’Empire du loft (éd. La Dispute, 2002), Realtà/Finzione (Milan, Castoro, 2003), Seis licões sobre televisão (Porte Alegre, ed. Sulina, 2004).

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search