Version classiqueVersion mobile

Communication et connaissance

 | 
Jean-Gabriel Ganascia

La communication médiatisée par les TIC

Interfaces Homme-Machine

Jean Caelen, Michel Beaudouin-Lafon, Francesco Cara, Jean-Michel Hoc, Isabelle Bazet et Gilbert de Terssac

Texte intégral

2.1. Interaction(s) multimodale(s) (Jean Caelen)

2.1.1. Historique

1L’interaction multimodale s’est développée en France au début des années 1990 au confluent de plusieurs communautés : (a) la communauté IHM (Interaction Homme-Machine) en recherche de nouvelles interfaces homme-machine et (b) la communauté Parole en recherche de nouvelles applications de dialogue oral homme-machine. Dans le même temps la communauté internationale commençait à se structurer notamment aux USA. La France n’était donc pas en retard.

2Le paradigme fondateur de l’interaction multimodale est le fameux « put that there » de Bolt (1963) qui implique une double modalité synergique, orale et gestuelle de désignation. Depuis ces débuts, de nouveaux paradigmes ont été explorés alors que ce « fameux » paradigme fondateur s’est trouvé remis en question. En effet, les études d’usage sur les premiers démonstrateurs réalisés, ont montré une très faible fréquence d’utilisation de la voix et du geste de manière synergique. Ainsi, devant cette résistance à l’usage, le domaine s’est petit à petit recomposé puis diversifié et étendu. La pleine expansion de la communauté interaction multimodale en France a été atteinte dans les années 1993-1997. Depuis elle s’est quelque peu morcelée et distribuée entre des disciplines de base (ergonomie et psychologie cognitive, intelligence artificielle, IHM). Elle occupe en Europe une bonne place, deux réseaux européens ont été bâtis avec des chefs de file français.

2.1.2. Les développements de la multimodalité

3Le concept de multimodalité s’est enrichi au cours des années sur différentes dimensions :

  • Sur la dimension perceptive : la vision est venue de plus en plus compléter les autres modes et dispositifs d’interaction, l’œil occupant, on le sait, une place prépondérante dans les dispositifs de communication dans nos sociétés ;

  • Sur la dimension tâche : la multimodalité ne s’est plus restreinte aux aspects perceptifs, elle a gagné le domaine de l’action (agir de multiples façons sur un même objet, par exemple à distance, mener deux tâches sur deux fils d’activité chacun avec une modalité distincte) et elle a gagné le domaine des connaissances multimodales (points de vue selon les ressources locales disponibles, accès à des mondes différents, etc.) ;

  • Sur la dimension transmodale : la multimodalité s’est posée en solution alternative pour résoudre les problèmes d’insertion des handicapés (la transmodalité tente de substituer un mode à un autre, par exemple la synthèse vocale de textes écrits pour les malvoyants) ;

  • Sur la dimension environnement/contexte : la multimodalité a trouvé des complémentarités ou des parentés avec la réalité augmentée ou la réalité virtuelle (communication augmentée pour le chirurgien qui opère en ayant devant les yeux, sur un casque semi-transparent, des informations de nature physiologique ou biologique qui se superposent à son champ de vision normal).

4Aujourd’hui on peut donc classer les recherches en interaction multimodale selon les dispositifs d’entrée-sortie utilisés, mais plus utilement peut-être par rapport aux problèmes scientifiques qu’elle pose en analyse ou en génération de messages multimodaux (fusion/fission des informations), en compréhension et interprétation pragmatique (relation langage-monde) ou au niveau des interactions multimodales proprement dites (modèles de dialogue, modèles d’interaction et de contrôle).

2.1.3. Quelques pistes de recherche autour de domaines d’application

5Les problèmes de la multimodalité se sont posés par le passé et se posent encore aujourd’hui au fur et à mesure des développements et de l’expérimentation des systèmes en situation d’usage : en effet qui pouvait prévoir que le paradigme « put that there » pourtant très séduisant théoriquement ne serait pas productif ? C’est la raison pour laquelle la multimodalité doit être étudiée en considérant la situation d’usage, situation qui se décline sous différents facteurs tels que l’action située, la cognition située, la perception contextuelle, etc., c’est-à-dire qui dépend fortement du contexte et des acteurs. C’est pourquoi nous proposons ci-après quelques pistes de recherche dans lesquelles l’approche dite anthropocentrée est mise en avant ; les recherches théoriques seules ou en laboratoire ne suffisent pas, il y a lieu de les accompagner de réalisations (démonstrateurs, plates-formes, maquettes) et de campagnes d’évaluation autour de protocoles expérimentaux rigoureux, puis de les déployer dans des cadres d’usage réels. Cette démarche devrait être systématisée comme méthodologie de recherche, bien connue par exemple en conception participative.

Le multilinguisme/le dialogue

6Le multilinguisme est une forme multimodale d’accès à l’information : c’est un domaine qui met en jeu les problèmes de reconnaissance et de synthèse de la parole mais aussi de compréhension du dialogue et de traduction dans ses aspects encodage et décodage. Les techniques de traitement de la parole et du langage naturel ont beaucoup progressé et permettent maintenant l’intégration de systèmes complets qu’il s’agit de valider dans des situations réalistes. Il manque cependant à l’heure actuelle des plates-formes sur lesquelles trouver tous les outils de base et des ressources linguistiques nécessaires, de manière à faire du prototypage rapide de systèmes de communication médiatisée par la machine. Le dialogue homme-machine connaît également actuellement un certain ralentissement, pourtant les derniers modèles développés sont extrêmement sophistiqués. Comme pour la traduction automatique, ceci montre bien l’urgence qu’il y a maintenant à passer à des systèmes véritablement déployés pour progresser. Les études d’usage ont montré que les systèmes basés sur la langue naturelle sont très attendus par les utilisateurs (ils sont souvent demandeurs de ces systèmes en situation de mobilité dans laquelle le téléphone mobile reste le moyen de communication et d’accès à l’information le plus pratique).

La recherche d’information multimédia (RIM)

7C’est un domaine en forte émergence en raison du besoin qu’elle suscite d’accéder rapidement à des informations de plus en plus massives et distribuées sur le réseau mondial. La recherche d’information prend les dimensions d’un problème très complexe : les informations sont ou non structurées, dispersées, inhomogènes, multimédia, etc. C’est dire la multiplicité d’accès, de contenu, de forme qu’elles peuvent prendre. Elles ne concernent plus seulement des experts qui connaissent à la fois les outils ou les sites d’accès et le sens de ces informations. La RIM pose des problèmes d’indexation, de traitement de contenu, d’accès individuel ou collaboratif, d’archivage, etc. Un problème type, étudié à l’heure actuelle, est la recherche simultanée d’une information par l’image et la description d’une partie de l’image en langage naturel, ce qui là aussi est une forme de multimodalité. Le son, la parole, entrent de plus en plus dans le champ des recherches quand il s’agit par exemple de trouver la séquence sonore radiodiffusée par un média : « trouver la déclaration de monsieur X disant Y ». Ces exemples montrent que non seulement la requête peut être multimodale mais également l’information et le processus de recherche eux-mêmes.

L’ingénierie de l’enseignement

8C’est un domaine qui intéresse de très nombreux acteurs de l’éducation et de la formation, surtout dans une perspective de formation pendant toute la durée de la vie, troisième âge inclus. L’enseignement à distance commence à utiliser des technologies interactives originales : tableau magique, présentiel, simulation et coopération à distance, c’est-à-dire toute la panoplie de moyens et de ressources multimodaux. Il est cependant fondamental de considérer que ce domaine n’est pas seulement un secteur d’application des STIC (Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication) mais un problème en soi (incluant la formation, l’apprentissage de connaissances, la didactique, etc.) pour lequel l’informatique doit développer des outils adaptés. La modélisation d’une « classe virtuelle » ou du « travail après la classe » est une question qui se pose au-delà de la technologie et des outils informatiques. Il est évident que la multimodalité prend tout son sens ici, à la fois au niveau des connaissances manipulées et des moyens d’accès.

Les espaces perceptifs

9La notion d’espace perceptif contribue à la prise en compte de l’environnement dans l’interaction. Dans beaucoup de situations la machine ne deviendra « intelligente » que si on la dote de capacités de perception de son environnement : ainsi elle pourra interagir en fonction de l’évolution de la situation, en fonction de la position spatiale des personnes ou des objets, en fonction de l’évolution des caractéristiques physiques de l’espace, de l’identité des personnes ou des objets, etc. Des recherches originales sont à lancer dans ce secteur plein de potentialités.

2.1.4. Moyens à mettre en œuvre : méthodes et plates-formes

10La recherche sur la multimodalité doit adopter deux démarches complémentaires :

  • une démarche empirique fondée sur l’expérimentation et l’observation de situations réelles,

  • une démarche théorique et interdisciplinaire pour trouver des modèles génériques avec d’une part les sciences humaines et sociales et d’autre part les sciences de la vie ainsi que l’ensemble des disciplines des STIC.

11Une méthode possible pour structurer une telle recherche est de concentrer des équipes pluridisciplinaires autour de plates-formes de développement et de plateaux d’expérimentation. Ces équipes travailleraient de manière participative. La conception participative est un domaine jeune, fortement interdisciplinaire, qui ne dispose pas de modèles formels ni de théories générales en communication homme-machine. En même temps elle est de plus en plus sollicitée par le secteur industriel pour des besoins variés. On pourrait donc en profiter pour développer des méthodes, par une triple approche : sociologique, économique et industrielle. Pour cela on peut imaginer que certains laboratoires devraient disposer de plates-formes d’expérimentation et d’acquisition des données (linguistiques, comportementales, etc.) et les mettre à disposition de l’ensemble de la communauté. De telles plates-formes réunies en réseau pourraient être organisées autour de centres d’expertise et d’expérimentation autour desquels pourraient se grouper ces équipes pluridisciplinaires.

2.1.5. Références

Références générales

12Caelen J. (dir.), 2004, Le Consommateur au cœur de l’innovation, Paris, CNRS Éditions.

13Gaussier E. (dir.), 2003, Assistance intelligente à la recherche d’informations, Paris, Hermès.

14Kolski C. (dir.), 2001, Environnements évolués et évaluation de l’IHM, Paris, Hermès, tomes I et II.

15Miège B. (dir.), 2003, Communication homme-systèmes informationnels, Paris, Hermès.

Références spécialisées

16Dix A., Finlay J., Abowd G., Beale R., 1998, Human-Computer Interaction (second édition), London, UK, Prentice Hall Europe.

17Norman D.A., 1990, The Design of Everyday Things, New York (NY), USA : Currency/Doubleday (reissue édition).

18Shneiderman B., 1998, Designing the User Interface, Addison Wesley.

2.2. Vers des interfaces situées (Michel Beaudouin-Lafon)

2.2.1. L’interaction homme-machine

19Depuis le système SketchPad développé par Ivan Sutherland en 1963 qui permettait l’édition graphique, avec un stylo optique, de diagrammes électroniques, mécaniques et architecturaux, les interfaces homme-machine ont été un vecteur majeur de l’évolution de l’informatique et de sa diffusion dans les milieux professionnels comme dans le grand public. Ainsi, la révolution de l’ordinateur individuel au début des années 1980 n’aurait pas été possible sans l’avènement des interfaces graphiques, issues notamment des travaux du centre de recherche Xerox PARC.

20La problématique fondamentale de l’interaction homme-machine (IHM) est la recherche d’une médiation entre les capacités de communication, d’action, de perception et de cognition d’un utilisateur humain et les capacités des systèmes informatiques. Elle se traduit par le développement de nouvelles techniques d’interaction, par des méthodes de conception et d’évaluation des systèmes interactifs, et par le concept d’utilisabilité, qui traduit la facilité d’usage d’un système.

21Les recherches en IHM ont donné lieu à deux grands paradigmes pour aborder ces questions : la communication homme-machine et l’interaction directe. La communication homme-machine procède d’une approche anthropomorphique en utilisant les modes et modalités de la communication humaine (parole, langage naturel, agents, avatars, etc.) pour interagir avec un système informatique. Elle considère l’ordinateur comme un partenaire avec lequel l’utilisateur coopère pour résoudre un problème. En se donnant les capacités humaines de communication comme référence, cette approche se fixe des objectifs très ambitieux. Aussi, bien que les progrès aient été considérables dans des domaines comme la reconnaissance de la parole, les imperfections restantes limitent encore son adoption par un large public. L’interaction directe, quant à elle, considère le système comme un outil, un instrument qui, à l’instar d’un marteau, d’une voiture ou d’un piano, « augmente » les capacités de ses utilisateurs pour leur permettre d’accomplir des tâches ou des activités qu’ils ne pourraient pas effectuer autrement de manière aussi efficace. L’interaction directe tire parti du fait que l’homme est l’une des rares espèces capables de forger leurs propres outils, et qu’il dispose des capacités d’apprentissage et d’adaptation nécessaires. Les interfaces graphiques de nos postes de travail sont l’exemple le plus répandu de ce type d’interaction. Il faut cependant reconnaître que l’utilisabilité de ces systèmes laisse parfois à désirer, l’une des raisons étant que ces interfaces n’ont pas été conçues pour répondre à l’accroissement de la complexité des applications, de la masse des données traitées, et de la variété des usages et des utilisateurs.

22Bien que ces deux paradigmes semblent opposés, ils ne sont pas incompatibles. De la même façon que l’on peut avoir envie, selon le cas, de chercher un livre soi-même dans une bibliothèque (approche directe) ou de demander à une documentaliste (approche communication), on peut imaginer des systèmes hybrides qui combinent les deux approches.

2.2.2. De l’ordinateur de bureau à l’interaction située

23La diffusion de l’informatique et des systèmes interactifs dans des domaines et vers des publics de plus en plus vastes renouvelle constamment les enjeux et les défis de l’interaction homme-machine. Avec l’avènement de l’ordinateur individuel, on a assisté à une première mutation profonde. L’ordinateur ne sert plus seulement à calculer ou à effectuer des tâches répétitives, opératoires, conformes à des modèles de tâches prédéfinis, il sert de plus en plus comme support à des tâches créatives, exploratoires, opportunistes : création de textes, d’images fixes et animées, exploration des paramètres dans des simulations complexes, etc.

24Une seconde mutation profonde s’est produite avec le développement des réseaux, notamment Internet, et la convergence entre informatique et télécommunications. La mise en réseau permet la communication médiatisée – messageries, forums en ligne, messageries instantanées, visioconférences, etc. – et, plus généralement, les activités collaboratives à distance : édition collaborative de documents, partage et échange de photos et de musique, jeux en réseau, etc. Cette seconde mutation, dont l’enjeu technologique et sociétal n’échappe à personne, est loin d’être achevée. Sur le plan de l’interaction homme-machine, après une première phase qui a exploité les techniques d’interaction classiques, notamment l’interaction graphique sur poste individuel, on assiste depuis quelques années au développement de nombreux travaux visant à fabriquer de véritables environnements interactifs intégrés. Nous évoquons les plus saillants d’entre eux :

  • L’interaction distribuée multi-dispositifs, multi-surfaces consiste à combiner les capacités de divers supports – ordinateur de bureau, ordinateur portable, « tablet PC », assistant numérique personnel (PDA), téléphone mobile – plutôt que d’interagir avec chacun d’eux séparément. Le pionnier de cette approche, Mark Weiser, l’a appelée « Ubicomp » pour « ubiquitous computing », que l’on peut traduire par ubiquité numérique. Ce terme a ensuite été décliné en « Pervasive computing », « Ambient computing » voire « Ambient Intelligence » (l’un des mots clés du 6e programme cadre européen).

  • L’intégration des objets physiques au monde informatique et vice-versa : en réaction à la réalité virtuelle, qui isole par l’immersion sensorielle l’utilisateur de son environnement physique, la réalité augmentée a pour objet d’ajouter des capacités computationnelles aux objets physiques courants comme le papier. Par exemple, le Digital Desk de Pierre Wellner permet de mélanger sur son bureau des objets physiques et des objets informatiques projetés, et d’interagir avec eux de façon naturelle. Cette approche est aujourd’hui plutôt appelée réalité mixte ou réalité hybride.

  • Le nomadisme et la mobilité sont devenus possibles grâce à la miniaturisation des composants électroniques et aux réseaux sans fil. Au-delà des ordinateurs de bureau en réduction que sont les tablet PCs, les assistants numériques personnels (PDAs), voire certains téléphones, de véritables ordinateurs portables ou vestimentaires ont été développés. Des chercheurs de renom comme Steve Mann ou Thad Starner utilisent quotidiennement, depuis des années, des systèmes qui superposent à leur vision normale du monde physique l’affichage d’un écran informatique. Leur apparence les fait souvent surnommer « cyborgs ». Sans aller aussi loin, de nombreux travaux étudient les possibilités offertes par des dispositifs portables géolocalisés pour fournir des services exploitant la connaissance de la position géographique de l’utilisateur.

  • La prise en compte du contexte de la tâche et de l’activité devient un enjeu majeur dans la plupart de ces approches : si l’ordinateur devient partie intégrante de notre vie quotidienne, il se doit d’être adapté au mieux à nos besoins ne serait-ce que pour ne pas être trop intrusif. On parle alors d’interfaces adaptables, adaptatives, de plasticité de l’interaction, et plus généralement de « context-aware computing ». Cette prise en compte du contexte repose généralement sur l’ajout de capteurs qui sont souvent eux-mêmes intrusifs : suivi du regard par un oculomètre, capture du mouvement ou de la position par caméra, etc. Un enjeu de cette approche est donc de trouver un équilibre entre les inconvénients liés à la capture du contexte et la pertinence des informations que l’on peut inférer à partir des capteurs.

25L’ensemble de ces travaux procèdent d’un même objectif, qui est de mieux intégrer les systèmes interactifs à leur contexte d’usage, ce que nous désignons par le terme d’interaction située. Les deux paradigmes d’interaction que nous avons décrits plus haut se déclinent de façon distincte dans ces approches. L’approche de la communication homme-machine conduit à des systèmes de nature adaptative, partenaires attentifs, qui détectent ou infèrent les caractéristiques de la situation courante et prennent des décisions en conséquence. Par exemple, mon téléphone portable ne sonne pas lorsque je suis en réunion si l’appel n’est pas jugé urgent par le système. L’approche de l’interaction directe conduit à des systèmes de nature adaptable, où l’utilisateur garde le contrôle. Par exemple, le téléphone vibre mais indique l’origine de l’appel, me laissant le choix de décrocher ou non. Ces deux approches ne sont pas incompatibles, et l’on peut aisément imaginer différentes façons de les combiner.

26Un élément particulièrement important à prendre en compte pour le succès de tels systèmes est l’adaptabilité de l’utilisateur, qui le conduit souvent à détourner les technologies de leur usage anticipé. Comme dans une niche écologique, l’évolution conduit à un équilibre qui se fait souvent au détriment d’une espèce. Dans la coadaptation entre utilisateurs et technologies, on assiste souvent à un rejet de la technologie ou à une adoption massive. On a ainsi vu l’échec des livres électroniques (e-books) ou de l’accès au Web par téléphone portable (WAP), tandis que le succès des messages textuels envoyés par téléphone (SMS) a dépassé toutes les attentes. De tels phénomènes sont difficiles à anticiper, cependant on observe que les technologies de communication médiatisée sont souvent celles qui sont le plus détournées et le plus largement adoptées : SMS, messageries instantanées, échanges de fichiers, etc.

27Sur le plan de la recherche, les travaux en cours vont évoluer de démonstrateurs de laboratoire vers des déploiements expérimentaux en milieu réel, afin de tester les idées en grandeur nature aussi bien sur le plan technologique que de l’acceptabilité et des usages. Des travaux de ce type existent déjà en Grande-Bretagne (projet EQUATOR), et sont indispensables pour mettre en évidence les vrais problèmes. Cette évolution va conduire d’une part au développement d’outils et de plates-formes facilitant la création de ces systèmes, ce qui constitue une étape importante vers leur diffusion à plus grande échelle, d’autre part à une phase de réflexion et de conceptualisation indispensable à la poursuite de ces travaux.

28Cependant, on peut craindre que ce domaine de recherche continue de courir après les avancées technologiques (WiMax, PDAs, etc.) plutôt que les précéder et les stimuler. Ce « technology push » se manifeste par exemple par la standardisation trop précoce de protocoles qui brident l’innovation par leurs limitations et, comme dans le cas des messageries instantanées, par leur aspect propriétaire. Ce problème est aiguisé par la réduction importante de l’effort de recherche industrielle, notamment aux États-Unis ces dernières années, qui limite les opportunités de collaboration entre la recherche académique et le monde industriel.

2.2.3. Problématiques fondamentales

29L’interaction homme-machine est un domaine fondamentalement interdisciplinaire. La conception d’objects interactifs et communicants n’est pas seulement un problème technique, c’est d’abord un problème humain qui doit associer la créativité du designer, l’analyse du psychologue ou du sociologue et les outils de l’informaticien. Seules des équipes pluridisciplinaires seront capables de relever les défis scientifiques, techniques et humains qui nous séparent d’une nouvelle génération de systèmes interactifs et communicants.

30Comprendre la nature profonde de l’interaction homme-machine et de la communication médiatisée, définir de nouvelles approches pour l’interaction située, avoir une compréhension globale des systèmes homme-machine, maîtriser la conception de systèmes interactifs complexes et évolutifs : ce programme de recherche est aujourd’hui à peine effleuré, même par les équipes les plus avancées. L’informatique s’est fondée essentiellement sur la notion d’algorithme et donc d’automatisation d’une tâche. Or les systèmes actuels sont essentiellement non algorithmiques, à la fois par leur complexité qui empêche de les considérer dans leur globalité, et par la présence d’agents humains qui interagissent avec eux. Ce sont des systèmes hybrides, constamment réinterprétés et détournés par leurs usagers, qui nécessitent de mener ces recherches dans un cadre interdisciplinaire :

  • à l’intérieur de l’informatique : réseaux, systèmes distribués, génie logiciel, apprentissage, fouille de données, bases de données, etc. ;

  • dans les sciences humaines : psychologie cognitive et de la perception, sociologie, ethnographie, éthique, voire philosophie (qu’est-on prêt à sacrifier, notamment de notre vie privée, à la numérisation galopante du monde ?) ;

  • dans les sciences pour l’ingénieur : électronique, optique, nouveaux matériaux, micro- et nanotechnologies ;

  • dans les domaines du design et des beaux-arts : design industriel, arts plastiques, architecture, etc.

31La communauté française a de vraies forces par ses compétences de pointe dans divers domaines clés concernant notamment les aspects techniques de l’interaction située : réseaux, système, génie logiciel, apprentissage, parole, langage naturel, etc. Elle a aussi une longue tradition de collaborations avec les sciences humaines, notamment les linguistes et les ergonomes. Cependant ces collaborations devraient être élargies en particulier vers d’autres branches de la psychologie, vers la sociologie et vers l’éthique. Le domaine de l’interaction homme-machine tarde à se faire reconnaître comme domaine académique à part entière, alors que dans d’autres pays européens et en Amérique du Nord elle existe en tant que discipline à travers des départements d’IHM. Enfin, les liens avec la communauté du design et des beaux-arts sont quasi inexistants en France sur ces problématiques. Il est donc urgent de se doter de réelles structures interdisciplinaires, ce qui nécessite de briser quelques barrières institutionnelles, mais aussi culturelles.

2.2.4. Conclusion

32L’évolution des technologies informatiques et celle des usages procèdent d’une dynamique complexe. Si certaines avancées technologiques sont dirigées par les usages, à l’instar de l’évolution des cartes graphiques, conséquence directe du marché des jeux vidéo, c’est actuellement surtout l’inverse qui se produit. Les approches présentées dans cette section visent à mettre l’utilisateur et le contexte d’usage au centre de la conception de nouveaux systèmes interactifs. Ceci nécessite des travaux de nature fondamentale et pluridisciplinaire et une meilleure synergie entre recherche en amont, développements technologiques et déploiement industriel.

2.2.5. Références

Références générales

33Dourish P., 2001, Where the Action Is, MIT Press.

34Weiser M., 1991, « The Computer for the 21st Century », Scientific American, vol. 265 (3), p. 94-104.

Références spécialisées

35Beaudouin-Lafon M., 2005, « Designing Interaction, not Interfaces », in Proc. ACM Conférence on Advanced Visual Interface (AVI’04), Gallipoli (Italy), May 2005, ACM Press, p. 15-22.

36Moran T. P, Dourish P. (eds), 2001, Human-Computer Interaction, spécial issue on Context-Aware Computing, vol 16, Lawrence Erlbaum Associates.

37Streitz N., Nixon P. (eds), 2005, Communications of the ACM, spécial issue on The Disappearing Computer, vol. 48 (3), ACM.

38Wellner P., Mackay W.E., Gold R. (eds), 1993, Communications of the ACM, spécial issue on Computer-Augmented Environments, vol. 36 (7), ACM.

39Zhai S., Bellotti V. (eds), 2005, ACM Transactions on Computer-Human Interaction (TOCHI), spécial issue on Sensing-based Interaction, vol. 11 (4), ACM.

2.3. Les usages des TIC (Francesco Cara)

2.3.1. Le contexte

40Au cours des dix dernières années, nous avons vécu une formidable période d’innovation technologique, avec la généralisation d’un ensemble de nouvelles infrastructures d’échange, d’élaboration et d’archivage de l’information, et d’un grand nombre d’applications et de services qui s’appuient sur ces infrastructures.

41La diffusion de ces innovations à travers la société a cependant été très dishomogène. Pour certaines, elle a été extrêmement large et rapide – on estime aujourd’hui à un milliard le nombre d’utilisateurs de téléphones mobiles dans le monde – alors que d’autres stagnent, c’est le cas notamment de l’accès à l’Internet après une diffusion initiale forte ; et d’autres encore ont tout simplement échoué, tel l’Internet Mobile que son environnement soit WAP ou GPRS, et probablement même UMTS.

42Surtout la diffusion manquée de cette dernière innovation a mis en évidence le décalage très important qui existe aujourd’hui entre les représentations des usages qui participent aux processus de décision politique et stratégique et la réelle dynamique des usages à travers la société, et notamment les processus d’influence et d’appropriation des innovations, l’évolution des compétences, des attentes, des besoins réels et des motivations des utilisateurs.

43De façon tout à fait symétrique, la diffusion inattendue d’autres innovations, telle la communication par SMS, indépendamment des stratégies politiques et industrielles, renforce ce sentiment d’incompréhension profonde des dynamiques sociales vis-à-vis des TIC. Rappelons brièvement le cas « SMS ». En tant que technologie, le SMS avait le statut de composant très périphérique du standard GSM, et cela parce que, à l’époque, on avait considéré rédhibitoire pour le développement d’usages : la taille limitée des messages (160 caractères), l’impossibilité d’échanger du contenu multimédia, la difficulté à saisir du texte sur un clavier de téléphone. À son introduction commerciale en 1994, le SMS ne fut donc l’objet d’aucune campagne promotionnelle. Et quand il le fut, environ deux ans plus tard, la cible visée fut le marché professionnel. Entre-temps, le grand public, et en particulier les jeunes, s’échangeaient des centaines de milliers de SMS. Il faudra attendre 1999 pour voir les SMS devenir l’un des éléments centraux de l’offre de service des opérateurs de télécommunications et pour que les fabricants de téléphones mobiles, à l’exception de Nokia, valorisent et soutiennent pleinement cette fonctionnalité.

44C’est dans ce contexte social, politique et industriel que nous assistons aujourd’hui à un fort intérêt pour l’étude des usages des TIC, et, en particulier en France, au lancement de nombreuses initiatives pour développer la connaissance de la dynamique des usages des TIC. Il est important de noter que ces initiatives traversent les champs disciplinaires traditionnels, associent recherche publique et privée, et ouvrent vers les politiques publiques, lorsqu’il s’agit par exemple d’accompagner le déploiement de TIC pour s’attaquer aux inégalités et pour développer la dynamique locale.

2.3.2. La situation

45Domaine fédérateur et multidisciplinaire à part entière, à l’intersection des sciences de l’ingénieur et des sciences humaines et sociales, la recherche sur les usages des TIC se caractérise toutefois par une très grande fragmentation. La connaissance des usages des TIC est élaborée et diffusée principalement à travers des communautés de pratique, telles que celles qui se sont constituées autour de la conception par les usages, du Computer Supported Cooperative Work (CSCW) ou de la gestion de la connaissance ; des communautés disciplinaires, telles que la sociologie des usages ou l’économie de la connaissance ; des institutions comme les nouveaux Laboratoires des Usages TIC ; de l’industrie des TIC, et en particulier de leurs services marketing. Les communications scientifiques sur les usages se retrouvent éparpillées parmi des dizaines de revues, de colloques et de sites web.

46Des initiatives fédératrices, créant des contextes d’échange intercommunautés, interdisciplines et interentreprises extrêmement féconds, existent tels le Colloque sur les « Mesures de l’Internet » et son prédécesseur « Les Usages de l’Internet » ; iCUST, le Colloque International sur les usages et services des télécommunications ; les Appels à Propositions qui incitent l’intégration innovation technologique – usages et surtout les Laboratoire des Usages, mais il est aujourd’hui difficile de se faire une idée d’ensemble de l’état de la connaissance sur les usages.

47En 2000, Josiane Jouet dans son article « Retour critique sur la sociologie des usages » citant Chambat (1994), qui écrivait : « La situation de la recherche offre le tableau d’une mosaïque où les controverses l’emportent d’autant plus sur le caractère comparatif et cumulatif des travaux qu’est fort le souci légitime de se démarquer d’une demande sociale trop pesante. La diversité des références théoriques et des méthodologies a un effet centrifuge qui ne contrebalance pas l’inscription, souvent assez floue, dans le champ de la communication », conclut que : « six ans plus tard, malgré la vitalité de ce courant et l’accumulation de nouveaux savoirs, cette analyse reste largement valide ». Et en 2005, le sentiment dominant reste toujours celui d’un domaine à l’intersection d’une demande sociale forte, d’un objet d’étude fuyant, et d’une multidisciplinarité nécessaire qui a du mal à constituer un cadre de réflexion et de discussion commun (par analogie au rôle que la métaphore computationnelle a joué dans la structuration du champ des sciences cognitives).

48Compte tenu du rythme avec lequel des nouvelles solutions techniques sont introduites sur le marché, de leur diversité et de leur évolution technique, de la variété des publics visés et des fonctions proposées, des étapes et des décalages dans le processus d’adoption d’une nouvelle solution, la fragmentation de la recherche sur les usages n’est pas surprenante. On a le sentiment que très peu d’effet cumulatif, de superposition de couches de connaissances, a été créé, et ce malgré une vingtaine d’années de recherche importante. Ce qui fait que les connaissances disponibles sont finalement « étendues et minces », couvrant un grand nombre de phénomènes dont seul un petit nombre est analysé en profondeur.

49Le développement encore insuffisant d’instruments de mesure et d’analyse des usages ne facilite pas la tâche, car un objet d’étude si complexe nécessite le recueil et le traitement de données importantes en volume et hétérogènes, la réalisation d’analyses multiples et l’intégration d’expérimentations en laboratoire avec des campagnes d’observation in vivo. Un très bel exemple d’étude compréhensive et instrumentée des usages a été réalisé par France Telecom R & D et la Bibliothèque nationale de France avec le soutien du Réseau national de recherche en télécommunications : Usages des bibliothèques électroniques en ligne (Assadi et al., 2003).

2.3.3. Les perspectives

50Le champ des usages des TIC a un urgent besoin de trouver une collocation claire dans le domaine des STIC, en particulier en relation avec le champ des services innovants, des méthodologies de conception, de la recherche sur l’interface, de l’économie de la connaissance et des réseaux. Les clés de ce positionnement me semblent être :

  • la définition précise du champ d’étude ;

  • la mise en place de bases documentaires communes pour valoriser la dimension cumulative de la connaissance des usages ;

  • le développement d’instruments de recherche dédiés.

2.3.4. Références

51Assadi H., Beauvisage T., DE Charentenay F., Cloarec T., Lupovici C., Toutut H., 2003, Usages des bibliothèques électroniques en ligne, rapport RP/FTR & D/8205

52Chambat P., 1994, « Usages des technologies de l’information et de la communication : évolution des problématiques », Technologies de l’information et société, 6 (3).

53Jouet J., 2000, « Retour critique sur la sociologie des usages », Réseaux n° 100, Hermès.

2.4. Ergonomie de l’interaction homme-machine (Jean-Michel Hoc)

2.4.1. Interfaces homme-machine

54L’ergonomie cognitive et, plus particulièrement, la psychologie cognitive ergonomique continuent de construire des connaissances sur l’interaction homme-machine sous l’angle des propriétés des interfaces homme-machine, en relation avec le développement des théories de psychologie cognitive, en particulier la théorie des affordances (invites à l’action) qui a conduit au concept d’interface « écologique ». Mais de nouvelles orientations s’affirment. D’abord enfermées dans le traitement de l’information symbolique (au niveau de l’interprétation des informations perceptives), les recherches et les pratiques en matière d’interfaces se sont enrichies d’approches plus subsymboliques (ex. : perception et sensorialité fondant notamment les coordinations sensori-motrices). Cette évolution est sensible, par exemple, dans les travaux sur les interfaces haptiques (ex. : avertissement par des vibrations sur les commandes dans la conduite automobile). Ensuite, des aspects autres que cognitifs sont pris en compte dans la conception et l’évaluation des interfaces, notamment les émotions. Certains travaux s’attachent à montrer que les réactions (souvent déclenchées à un niveau subsymbolique) précèdent et accompagnent l’analyse cognitive de niveau symbolique quand survient un problème. L’étude des usages des nouvelles technologies s’élargit au-delà du strict cadre de leur conception, notamment en prenant en compte le contexte de l’interaction. Une attention toute particulière est accordée aux hypermédias et aux multimédias tels que ceux disponibles sur le Web, tant en ce qui concerne le soutien aux stratégies de recherche d’information qu’aux processus d’apprentissage qui s’appuient sur des documents informatisés, textuels ou non (ex. : multimédia, simulation, réalité virtuelle, etc.). Il s’agit aussi de mieux comprendre comment une même tâche peut faire appel à des dispositifs différents (ex. : accès multisupport à de grandes bases de données). Des méthodes de conception centrées sur l’utilisateur, voire participatives, se développent et sont articulées avec les méthodes du génie logiciel, avec des progrès corrélatifs dans la mise au point de méthodes d’évaluation (inspection, tests utilisateurs, etc.). Enfin, l’étude des interfaces prend de plus en plus en compte les phénomènes liés tant à l’acquisition d’expertise qu’au vieillissement dans l’évolution de la vie professionnelle.

2.4.2. Coopération homme-machine

55Notamment dans les grands systèmes automatisés à risques, les dispositifs automatiques et informatiques se sont multipliés. Ils présentent désormais des capacités d’adaptation indéniables qui en font des agents doués d’une autonomie non négligeable. Dans le contexte des situations dynamiques, sur lesquelles l’opérateur humain ne peut exercer qu’un contrôle partiel, la conception de l’opérateur humain comme « utilisateur » de machines doit être élargie au cadre d’une coopération homme-machine. Ce cadre, qui suppose l’action collective d’agents humains et artificiels dans le même champ, s’inspire largement des travaux sur les activités collectives entre humains et permet d’orienter la conception de machines réellement coopératives avec les humains. Ces travaux s’inscrivent dans un courant de recherche européen sur les approches cognitives du contrôle de processus et dans un autre courant américain travaillant sur la prise de décision en situation naturelle (NDM : Naturalistic Decision Making). Elles présentent des enjeux importants pour l’avenir en enrichissant les points de vue antérieurs sur les systèmes homme-machine. Elles couvrent des domaines aussi variés que le pilotage ou le contrôle de trafic aérien, l’anticollision en mer, les dispositifs automatiques d’assistance à la conduite automobile. Par ailleurs, elles ont des implications directes sur la gestion des risques et de ses soutiens. Elles introduisent le point de vue des objets communicants et soulignent le fait que les dispositifs ont un comportement de moins en moins prédictible, ce qui justifie une révision des méthodes de formation.

2.4.3. Soutien à la coopération entre humains

56La complexification des systèmes homme-machine conduit à renforcer non seulement les nécessités de coopération homme-machine, mais aussi les exigences de coopération entre humains. Ces formes de coopération nécessitent des soutiens, dans des domaines aussi variés que le travail de conception (séquentiel ou concourant), l’hospitalisation à domicile, le partage d’autorité entre sol et bord dans le contrôle aérien, etc. Ces travaux s’insèrent dans un courant européen de recherche sur le travail coopératif assisté par ordinateur (CSCW : Computer Supported Cooperative Work). Ils amènent notamment à déterminer les objets et les espaces communs de référence (ou référentiel commun) nécessaires dans le travail coopératif et qui peuvent être mis en œuvre par l’informatique.

2.4.4. Activités sensori-motrices et nouvelles technologies

57Le récent développement des nouvelles technologies a mis à disposition des acteurs industriels toute une panoplie de nouveaux outils d’interaction avec les machines qui vont bien au-delà des communications symboliques. Ces nouveaux outils sont susceptibles d’interagir avec les activités sensori-motrices de l’humain, par exemple dans la télérobotique, dans la réalité virtuelle, dans l’assistance à la conduite automobile, etc. Jusqu’alors négligées, les importations des connaissances en psychologie de la sensori-motricité dans ce nouveau domaine d’interaction homme-machine commencent à se densifier et font apparaître des enjeux considérables (ex. : téléchirurgie, télérobotique sous-marine, etc.). En retour, ces situations sont des sources appréciables de création de nouvelles connaissances sur l’humain. Le domaine de la réalité virtuelle se développe rapidement. Il a donné lieu à quelques avancées sur les troubles liés à l’exposition, les dispositifs d’interaction et l’introduction d’une démarche centrée sur l’utilisateur. Mais elle pose de nombreuses questions encore peu explorées, telles que l’apprentissage et la multimodalité sensori-motrice en réalité virtuelle ou la transférabilité hors de la réalité virtuelle.

2.4.5. Références

Références générales

58Boy G. (dir.), 2003, Ingénierie cognitive : Ihm et cognition, Paris, Hermès. Falzon P. (dir.), 2004, Ergonomie, Paris, Presses Universitaires de France.

Références spécialisées

59Hoc J.-M., Darses F. (dir.), 2004, Psychologie ergonomique : tendances actuelles, Paris, Presses Universitaires de France.

2.5. Coopération Homme-Machine (Isabelle Bazet et Gilbert de Terssac)

2.5.1. Les TIC : un problème au cœur des sciences sociales

60« La diffusion des technologies de l’information et de la communication (TIC) au sein de la société est devenue un objet central d’analyse pour les sciences sociales. D’une part, ces technologies accompagnent et sont porteuses de changements sociétaux. D’autre part, autour d’elles s’organisent des phénomènes d’apprentissage, de coordination, de réorganisation, d’innovation, qui réinterrogent certains des fondements des sciences sociales » (Brousseau, Moatty, 2003). Ce constat ne peut être que partagé au vu des publications du domaine, que ce soit le dossier spécial de la revue Sociologie du Travail (2001) portant sur « Les nouvelles technologies de l’information et de la communication » ou les numéros de la revue Sciences de la Société (2003) sur les « Technologies de l’information et de la communication : approches croisées » ou bien celui interrogeant l’acquisition massive par les entreprises de progiciels de gestion intégrée « Le mythe de l’organisation intégrée : les progiciels de gestion », publié en 2004.

61De plus, la structuration des communautés savantes autour de ces questions est importante : en témoignent la mise en place d’un programme prioritaire au CNRS sur la « Société de l’Information » piloté par Jean-Louis Lebrave et l’émergence d’un GDR-TICS autour d’Éric Brousseau et Alain Rallet. Ces initiatives permettent de mettre en lien des chercheurs issus de sciences sociales, mais favorisent aussi l’interdisciplinarité avec les chercheurs issus des STIC. Ainsi, et quelle que soit la discipline, les TIC deviennent à l’évidence une question sociale, un problème partagé au-delà des simples découpages disciplinaires.

2.5.2. TIC et organisations productives

62Le contexte économique marqué par la mondialisation des marchés, l’accroissement de la concurrence, la diversification des produits et la réduction de leur durée de vie, etc., ainsi que l’évolution des technologies de l’information et de la communication, conduisent à une nouvelle organisation des systèmes de production de biens et de services autour de l’acquisition de systèmes d’information intégrés (ERP...). La caractéristique de ces outils est de rassembler dans un seul dispositif tout le spectre de l’activité productive sur une seule et même base de données. Le maillage informationnel interne et externe semble renforcé. Ces éléments modifient les rapports entre individus et société et des besoins de connaissances apparaissent pour comprendre non seulement ce que les TIC font aux individus, mais réciproquement pour comprendre ce que ceux-ci en font. Trois entrées nous semblent devoir être privilégiées : la première, liée au fonctionnement en réseau des entreprises et aux liens qui se mettent en place, la seconde s’intéressant à la codification des informations et à ses incidences sur la coopération interne, et enfin l’investigation du couple coopération-contrôle.

Fonctionnement en réseau et élargissement de la coopération : de l’organisation à la « réorganisation permanente » ?

63Premièrement, la clarification du fonctionnement des entreprises en réseau est nécessaire. Tout d’abord parce que les frontières de l’entreprise se trouvent bousculées par les relations à l’environnement qui transforment l’activité productive en une activité en réseau impliquant une réactivité accrue face aux attentes des clients ou des actionnaires. Cela nécessite d’analyser le réseau au sein duquel fonctionne l’entreprise, les liens qu’elle tisse avec ses partenaires (contrat, partenariat, convention...) et les formes de coopération qui se développent pour faire fonctionner ce réseau. Les acteurs et leurs relations se trouvent modifiés du fait de la multiplicité des intervenants dans l’entreprise et des régulations complexes qui s’installent entre eux. L’intervention du client et des actionnaires rend difficile la définition d’un schéma d’organisation stable et oblige les décideurs à reconfigurer en permanence l’organisation pour s’adapter aux externalités : cette organisation « centrée client » s’écarte des caractéristiques de l’organisation « centrée production ». Cela exige d’analyser les pratiques de reconfiguration de l’organisation (le e-business, le e-management), les processus qui les guident, les modèles et les méthodes employés pour expliciter ce qui constitue ce « maillage » aux interstices.

64Ainsi la thématique des chaînes logistiques impliquant donneurs d’ordres et fournisseurs pose d’emblée la question du partage d’information et des arbitrages qui s’opèrent entre coopération et concurrence. Ne passe-t-on pas de la notion d’« organisation » à celle de « réorganisation » permanente ? Dans ce cas, le système d’information doit être conçu pour faciliter cette réorganisation en évitant des rigidités induites par la formalisation : il s’agit en fait de développer une informatisation flexible. Or, une telle orientation n’est pas nécessairement en phase avec les logiques antérieures de modélisation, et les représentations sous-jacentes des organisations.

Codification et coopération interne : quels acteurs, quels savoirs pour quelle rationalisation ?

65Deuxièmement, les pratiques de rationalisation empruntent une voie différente : organiser, ce n’est pas simplement définir un ordre préalable aux actions qui devra être mis en œuvre par les destinataires, mais c’est aussi développer une activité réflexive sur les pratiques courantes, assurer un retour d’expérience et mettre en place une traçabilité des actions pour pouvoir piloter le système et corriger son fonctionnement. Les pratiques d’organisation sont fondées sur une codification plus poussée des activités professionnelles et sur une définition de règles pratiques qui doivent être sans cesse réajustées à leur contexte. Jusqu’à présent, les informations et les connaissances pour concevoir ou gérer ces organisations étaient dispersées dans l’entreprise et peu codifiées (ex. : en conception, dans le domaine commercial...). Il nous semble que la rationalisation remonte d’un cran, vers le management, et l’invite à une formalisation et une informatisation croissantes de ces connaissances. Il s’agit dès lors de mettre en évidence le système d’information et les outils de communication susceptibles de prendre en compte cette dispersion et cette formalisation limitée, et de préciser les orientations que retiennent les entreprises pour évoluer vers une formalisation accrue.

66Comment peut-on caractériser les usages des technologies d’information et de communication introduites pour favoriser les échanges et les coopérations dans l’entreprise ? Les systèmes intranet de communication électronique posent la question du filtrage de l’information, de l’arbitrage, de la sécurité de ce qui est transporté par les moyens électroniques ; ils renouvellent la question des interactions hommes-systèmes.

67Il nous semble opportun d’interroger la manière dont l’entreprise crée un système d’information en mettant à plat les processus pour créer un dispositif cognitif commun qui sert à faire partager une représentation et à coordonner les individus entre eux : comment l’entreprise codifie-t-elle ses processus (physiques, financiers, techniques, administratifs, décisionnels) ? Quelles conceptions de l’organisation et du travail peuvent être identifiées dans les outils et démarches de modélisation existants ? Dans quelle mesure les modes d’élaboration des standards et procédures types font-ils une place accrue à la participation des opérationnels, à la négociation entre logiques diverses, compte tenu des exigences de responsabilisation et d’autonomie renouvelées des opérationnels ? Dans quelle mesure des transformations peuvent-elles être identifiées dans les caractéristiques mêmes des standards, pour répondre à une prise en compte accrue des contextes, des savoirs d’expérience, de la variabilité associée à l’adaptabilité des produits-services ?

Coopération et contrôle : une relation médiatisée

68Troisièmement, la formalisation et la modélisation des processus coopératifs deviennent un préalable pour définir des organisations flexibles. L’analyse de la relation, pour introduire de la flexibilité, entre les aspects dynamiques et statiques de l’organisation, entre le temps réel et le temps différé, entre le prescriptif et le négocié : il nous semble que s’opèrent des glissements remettant en cause, au moins partiellement, nos schémas pour surveiller ou superviser un système, et les modèles dont on dispose pour le piloter. Le contrôle d’opportunisme précédemment dominant laisse progressivement une place accrue à des formes d’autocontrôle, en même temps que s’opèrent une rationalisation et une automatisation partielle des procédures de contrôle comme en atteste, par exemple, la mise en place d’indicateurs de contrôle des communications intranet dans certaines entreprises. Les fonctions d’encadrement évoluent indéniablement, et avec elles le contenu même de la notion d’autorité : dans un réseau sans cesse élargi, la question du pouvoir et de son exercice devient cruciale. Ces changements invitent à investiguer de près le réseau de centres de décision en œuvre et les liens qui s’établissent entre chacun de ces centres. Ce travail de reconstitution permettrait de contribuer à la définition et au développement des méthodes et des outils nécessaires pour organiser et instrumenter l’aide à la décision et à la coopération qu’imposent les nouvelles organisations, pour situer l’entreprise dans une logique de réseau et de partenariat. Ces méthodes et outils doivent permettre un apprentissage organisationnel par un bouclage entre coopération et élaboration de règles et de procédures de fonctionnement.

2.5.3. Synthèse

69Au final, il nous semble que les recherches conduites sur le thème de la coopération homme-machine devraient contribuer à une meilleure maîtrise des transformations engendrées par la société de l’information et d’autre part, apporter des connaissances par une analyse du fonctionnement des individus en situation d’échanges d’informations et de communications, de façon à élaborer des modèles et des outils d’aide à la décision et à la coopération adaptés à leurs vraies attentes. Ces recherches reposeront sur l’articulation entre le recueil de données en situations concrètes et les approches théoriques développées en sciences sociales.

70Trois axes méritent particulièrement d’être investis :

  • sur l’approfondissement des théories de l’organisation et des concepts sous-jacents d’information, connaissance, cognition, décision, coopération, concurrence, autonomie, cohérence, et entreprise étendue. Concernant l’entreprise étendue, les diverses rencontres que nous avons pu nouer avec des partenaires industriels nous ont montré l’acuité de cette question tant l’interdépendance entre donneur d’ordres et fournisseur, le partage de l’information, le calcul des cycles de production constituent de véritables enjeux pour « garder » sa place sur le marché. La question qui est alors posée est celle de l’ambivalence dans ce partage de l’information et de sa codification entre coopération et concurrence ;

  • sur l’analyse des formes d’usages d’information en quantité et en diversité croissante, réparties dans une multitude de bases, accessibles par des outils de plus en plus puissants et que l’individu doit s’approprier et coordonner ;

  • sur l’analyse des transformations des rapports d’autorité et de contrôle, et des incidences en termes de compétences requises du management et des personnels.

2.5.4. Références

Références spécialisées

71Brousseau E., Moatty E., 2003, « Perspectives de recherche sur les TIC en sciences sociales. Les passerelles interdisciplinaires d’Avignon », Sciences de la Société, n° 59, mai 2003, Toulouse.

72Courpasson D., 2000, L’Action contrainte. Organisations libérales et domination, Paris, PUF, coll. « Sciences sociales et sociétés ».

73Scardigli V., 2001, Un anthropologue chez les automates. De l’avion informatisé à la société numérisée, Paris, PUF, coll. « Sociologie d’aujourd’hui ».

74Neuville J.-Ph., Musselin C. (dir.), 2001, « Les nouvelles technologies de l’information et de la communication », Sociologie du Travail, vol. 43, n° 3.

75Segrestin D., Darréon J.L., Trompette P. (dir), 2004, « Le mythe de l’organisation intégrée. Les progiciels de gestion », Sciences de la Société, n° 61, Toulouse, PUM.

76Terssac De G., Friedberg E., 1996, Coopération et Conception, Toulouse, Éditions Octarès.

Auteurs

Directeur de recherche CNRS, Laboratoire CLIPS/IMAG – Communication Langagière et Interaction Personne-Système/Institut d’informatique et de Mathématique Appliquée de Grenoble, 385 rue de la Bibliothèque, Domaine universitaire, BP 53, 38041 Grenoble cedex 9

Professeur, Université Paris Sud (Paris XI), LRI – Laboratoire de Recherche en Informatique, Bâtiment 490, 91405 Orsay cedex

Directeur de département, Nokia, User Expérience Insight & Innovation, Nokia Design, Stämerenkabu 11-13, 00180, Helsinki, Finlande

Directeur de recherche CNRS, IRCCyN – Institut de recherche en communications et cybernétique de Nantes UMR CNRS 6597 Campus de l’École Centrale de Nantes, 1, rue de la Noë, BP 92101, F-44321 Nantes cedex 03

Maître de conférences, IUT Nice Côte d’Azur – Université de Nice – Sophia Antipolis, CERTOP CNRS – Centre d’Étude et de Recherche Travail, Organisation, Pouvoir Université de Toulouse Le Mirail, Maison de la Recherche, 5 allée Antonio Machado, 31058 Toulouse cedex 9

Directeur de recherche, CNRS, CERTOP CNRS – Centre d’Étude et de Recherche Travail, Organisation, Pouvoir Université de Toulouse-Le Mirail, Maison de la Recherche, 5 allée Antonio Machado, 31058 Toulouse cedex 9

© CNRS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search