Version classiqueVersion mobile

Communication et connaissance

 | 
Jean-Gabriel Ganascia

Préface

Catherine Bréchignac

Texte intégral

1Les Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication (STIC) occupent une part de plus en plus grande dans la vie et dans l’économie contemporaine. Les applications d’aujourd’hui ont été engendrées par les inventions et découvertes de la première moitié du xxe siècle. Le développement des recherches fondamentales en physique, en mathématique et en informatique prépare celles de demain.

2L’évolution récente montre que les STIC constituent un domaine entier de recherche. Elles prennent leurs racines en Europe. L’Europe et la France y possèdent des atouts majeurs. Faut-il rappeler que la toile a été inventée par un anglais, Tim Berners-Lee, dans un laboratoire européen, le CERN ? Faut-il rappeler aussi que des sociétés américaines, comme XEROX, et japonaises, comme Sony, installent des laboratoires de recherche dans notre pays ! Sans nul doute, la physique des solides, l’électronique, les statistiques, la théorie des probabilités, la logique et l’informatique contribuent à son essor, mais l’économie, les sciences de la communication, l’ergonomie et la sociologie des usages aussi. Car, on ne saurait se contenter d’envisager le développement technologique dans une perspective purement instrumentale qui ignorerait les conditions et les conséquences humaines et sociales de leur utilisation.

3Pour qualifier les interactions requises par des domaines aussi complexes, on parle souvent d’interdisciplinarité. Et, personne n’en disconvient. Par essence même, l’interdisciplinarité est multiple.

4Le CNRS, par les compétences qu’il déploie dans ses laboratoires, contribue naturellement au développement des STIC et structure ce secteur. Il n’est pas le seul organisme qui y concourt, mais il réunit la plupart des secteurs qui y participent, en particulier, la physique, les mathématiques, la biologie, l’informatique, le droit, la linguistique, les sciences sociales. Il est naturel qu’en son sein se développent des interfaces entre champs disciplinaires. Ainsi, en a-t-il été avec la création du département SPI, il y a plus de vingt-cinq ans, puis avec la constitution du département STIC, il y a cinq ans, avec la création de programmes interdisciplinaires tel que le PIRTTEM relatif au travail, ou IMABIO, qui traite de la bioinformatique, ou encore le programme « Société de l’information ». Cet effort sera poursuivi.

5On ne saurait se satisfaire de la contemplation de l’acquis. Cependant poursuivre indéfiniment la course à l’innovation et à l’invention sans s’imposer un temps de réflexion est dangereux. Une telle réflexion aide à anticiper les évolutions en cours. Elle est aussi nécessaire aux gestionnaires de la science, pour les aider à comprendre les difficultés organisationnelles des chercheurs ; elle est nécessaire aux industriels et aux utilisateurs, pour comprendre la part exacte que prend la recherche fondamentale dans le développement technologique.

6La réflexion conduite dans le cadre de l’atelier « Information, communication et connaissance » par le professeur Jean-Gabriel Ganascia donne aujourd’hui naissance à cet ouvrage riche d’enseignements. De notre point de vue d’opérateur de la recherche, elle atteste des besoins de coordination des équipes, au plan national, et d’infrastructures d’évaluation des logiciels. Mais, elle met aussi en lumière les grandes évolutions de la recherche contemporaine autour de la fouille de données, du web sémantique, de l’étude des usages et des ontologies. Je remercie tous ceux qui y ont participé, soit de près, en rédigeant des contributions, soit de loin, comme le comité scientifique du département STIC, qui fut à l’origine de cet atelier, car c’est là un travail de prospective nécessaire à l’orientation de la recherche et complémentaire de celui qui est réalisé quotidiennement dans les laboratoires.

© CNRS Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search