Version classiqueVersion mobile

L’environnement dans les journaux télévisés

 | 
Suzanne de Cheveigné

Annexe 2 : les transcriptions

Texte intégral

1Voici les textes intégraux des présentations des cinq nouvelles analysées dans ce livre. Le texte en italique est présenté en voix in, c’est-à-dire qu’on voit à l’écran la personne qui est en train de parler. Le reste est en voix off. L’identification des interviewés, entre parenthèses, est celle qui est donnée en incrustation sur l’image. Les chiffres entre parenthèses indiquent les changements de plan-image.

Inondations1

7 novembre : TF1

2Lancement Patrick Poivre d’Arvor

Bilan très lourd pour le nord de l’Italie, déjà 45 victimes, la presse évoque même le chiffre de 100 morts, et les sauveteurs parlent de situation apocalyptique, il n’est qu’à voir ces images (1) que viennent de nous envoyer Christine Chapel et Henri Heiderscheid. (2) C’est la région de Cunéo qui a été le plus touchée, 15 000 personnes ont dû être évacuées, et les sauveteurs sont toujours en train de fouiller le fleuve de boue.

3Sujet Christine Chapel 1’23”

4Le Tanaro, adorable petite rivière piémontaise (1) s’est transformée hier en langue de boue visqueuse dévastant tout sur son passage (2). Gonflés par les eaux de pluie, tous les cours d’eau ont débordé, détruisant routes, voies ferrées, habitations, et emportant dans leurs flots des dizaines de personnes. (3) Les secours (4) ont eu énormément de mal à arriver sur place. Dans ce petit village, près de Ceva, notre hélicoptère est le premier signe extérieur que voient les habitants. (5)

5Interview d’un homme du village : (6)

6Est-ce que vous avez déjà vu des secours, des policiers ?

Non, rien. (J’ai) vu des hélicoptères qui sont passés, mais des secours, pas vu…

7(7) Plus de 60 cm d’eau en 60 heures, c’est ce qui est tombé sur cette région du nord de l’Italie. Des milliers de personnes sont sans abris, (8) l’eau, le gaz et le téléphone ne fonctionnent plus.

8Interview d’une femme du village : (9)

C’est affreux. C’était une expérience très brutale. On a tout vu. Je n’ai pas de mots pour décrire ça.

9(10) Comme souvent, un début de polémique s’installe déjà. Les gens protestent contre les autorités locales qui n’auraient pas entretenu les digues, (11) contre les secours qui n’arrivent pas assez vite.

10Plateau de situation – Christine Chapel : (12)

Le nombre des victimes est encore très difficile à chiffrer. Dans la seule province de Cunéo, on a réussi à identifier une vingtaine de corps, et une dizaine de personnes sont portées disparues. Le bilan risque de s’alourdir. Dans la presse italienne, on parle déjà d’une centaine de morts.

11Inondations/Nice – Lancement Patrick Poivre d’Arvor :

(1) En France, dans le sud-est, la décrue se poursuit, le plan Orsec a été levé tout à l’heure dans les Alpes maritimes, l’aéroport de Nice va rouvrir demain après avoir réparé les dégâts estimés à plus de 35 millions de francs. Air France, Air Inter, AOM, et Air Littoral sont prêts, mais les vrais difficultés se concentrent maintenant dans l’arrière-pays niçois, où certains villages comme Aurons et St Étienne de Tinné, sont privés de téléphone. Reportage de Gabriel Natta, Christophe Espenan et C. Bazille.

12Sujet : Gabriel Natta 1’21”

13(2) L’arrière-pays niçois panse quelques fois des plaies béantes, comme par exemple à Aurons ou à St Étienne de Tinée. (3) Ici, les villages sont isolés, les seules routes qui y conduisent sont coupées, et surtout, 3 500 personnes ont été privées de téléphone, coupées du monde.

14Interview d’une femme d’un village : (4)

C’est vrai qu’on est coupés du monde, on peut communiquer avec personne, ça, c’est sûr.

15(5) Pour rejoindre Nice, il a fallu parfois mettre en place un mini pont aérien. (6) Les hélicoptères faisant la navette plusieurs fois par jour pour ravitailler les habitants et rétablir (7) les liaisons téléphoniques.

16Interview de Bruno Erpelding (dir. adjoint France Télécom) (8)

Demain, on pourra dire que tout le monde aura le téléphone. Subsisteront encore quelques petits problèmes individuels ici ou là… (9) On peut dire que 48 heures après le sinistre, il n’y aura plus de village interrompu.

17(10) Si les installations électriques ont été rétablies presque partout dans les Alpes Maritimes, le point noir, (11) c’est toujours l’aéroport Nice-Côte d’Azur, fermé sans électricité ni ordinateur depuis 2 jours (12). Situé à l’embouchure du Var, (13) le débordement exceptionnel et intempestif du fleuve fait naître des inquiétudes.

18Interview de Gilbert Stellardo (Pdt de la Chambre de commerce et d’industrie de Nice, pdt des aéroports de France) :

Il faut absolument réaménager les digues du Var, et faire en sorte que ce fleuve soit totalement canalisé dans de bonnes conditions et proprement fait.

19(15) L’aéroport rouvrira demain à 6 h du matin. On prévoit une reprise normale du trafic. Mais les opérations d’embarquement s’effectueront parfois manuellement, et (16) les parkings de stationnement sont toujours inutilisables.

20Inondations/Corse – Lancement Patrick Poivre d’Arvor :

(1) Il n’y a pas eu de victimes dans les Alpes Maritimes, en revanche, le bilan est lourd en Lozère où les deux dernières jeunes filles disparues dans le Tarpon ont été retrouvées mortes. Un disparu également dans l’Aveyron, près de Talafé (?), et un mort en Corse, où la situation redevient progressivement normale. Antoine Ghélaud s’est rendu dans le petit village de Canavaggia, où l’on parle déjà de miracle dans la catastrophe.

21Sujet Antoine Guélaud 1’41”

22(2) Scènes de la vie quotidienne en Corse du nord. Depuis 72 heures, sapeurs pompiers et habitants sont sur le pied de guerre (3) pour libérer les grands axes de circulation. (4) Ce matin, la route menant au village de Canavaggia, à une centaine de kilomètres de Bastia, (5) a été dégagée. Le plus vieux (6) village de haute montagne de l’île a été particulièrement touché par la catastrophe (7) naturelle. (8) Plusieurs maisons ont été totalement détruites. Depuis deux jours, c’est la psychose.

23Interview d’une femme du village : (9)

Hier soir, nous nous sommes regroupés, nous avons veillé jusqu’à 1 heure du matin, nous sommes restés dehors, pour attendre... pour voir s’il n’y avait pas une nouvelle crue.

24(10) Aujourd’hui, un tel risque était définitivement écarté. En effet, le beau temps est revenu dans la région accordant un certain répit aux habitants. (11) Ils en ont profité pour tenter de déblayer les rues du village jonchées de pierres, (12) mais un sentiment d’impuissance était perceptible.

25Interview de Geneviève Agostini (habitante du village) : (13)

Savoir un petit peu... comment on va faire pour dégager tout ça, hein ! c’est très difficile à vivre, et puis, nous sommes pour l’instant encore un petit peu déboussolés, un petit peu... pantois, allez, je ne sais pas comment vous dire, on a un peu les bras qui nous tombent.

26Sous le choc ?

Oui, sous le choc, certainement, le choc…

27(14) Pour mener à bout ce travail de titan, il faudrait bien évidemment une aide extérieure. Seuls, (15) les villageois ne pourront pas s’en sortir. Le maire de cette petite commune se sent aujourd’hui complètement abandonné par les pouvoirs publics.

28Interview Nicolas Ricci (maire de Canavaggia) (16)

Il n’y a plus rien, je suis seul, seul… . face à une montagne qui s’est écroulée, c’est tout.

29(17) Dans son malheur, Canavaggia a eu de la chance, tous les habitants ont survécu au déluge. (18) Depuis deux jours, ils vouent un culte particulier à St Antoine, dont l’icône est miraculeusement sortie indemne de la catastrophe.

7 novembre : France 2

30Lancement Bruno Mazure :

(1) Après les inondations du week-end, l’Italie compte ses morts. Chaque heure, le bilan s’alourdit, le dernier fait état de 43 victimes, mais aussi de dizaines de disparus, alors que les dégâts matériels sont considérables. Tout de suite le point avec notre correspondant Alain de Chalvron.

31Sujet Alain de Chalvron 1’36”

32(2) Tout le nord de l’Italie offre un spectacle de désolation totale. Des régions entières du Piémont, (3) de Lombardie, d’Émilie Romagne, et de la côte Ligure (4), envahies par un torrent d’eau et de boue. (5) Le Pô, le grand fleuve qui traverse tout le nord de l’Italie est sorti de son lit, sur une grande partie de son cours (6). Jamais vu dit-on, mais le pire (7) dans cette vallée du Pô, est encore à venir. (8) Des dizaines d’agglomérations sont sous les eaux. (9) Asti : 75000 habitants, Alessandria : 100 000, (10) Pavie : 80000 habitants, autant de villes transformées en autant de Venise improvisées (11) avec des gondoliers amateurs. (12) Partout, mais surtout en Lombardie, on ne compte plus les maisons effondrées, emportées par le flux de l’eau torrentielle, (13) chargée de boue et de troncs d’arbre. (14) C’est dans les décombres de ces maisons que l’on dénombre le plus de victimes, (15) qu’il y a encore ce soir le plus de disparus. (16) (17) Aussitôt, comme le veut la tradition en Italie, la polémique a éclaté sur la lenteur des secours et l’imprévision de la météo. (18) Mais en fait, c’est surtout l’ampleur des précipitations inégalées depuis 1913, (19) et des difficultés de circulation qui sont en cause.

33(probablement images EVN que l’on retrouve dans le off TF1)

34Inondations/Nice/bilan – Lancement Bruno Mazure :

(1) En France, la situation s’améliore lentement, la décrue est générale même si la pluie a recommencé de tomber cet après midi. Le plan Orsec a été levé vers 16 h dans les Alpes-Maritimes. C’est maintenant l’heure du bilan. Les intempéries ont entraîné de fortes perturbations sur les routes et dans les airs, mais aussi de très très gros dégâts matériels estimés par exemple à plus de 35 millions de francs pour le seul aéroport de Nice/Côte d’Azur. Reportage Sandra Smit, Didier Baumont.

35Sujet Sandra Smit 1’36”

36(2) Sans aéroport, Nice, c’est un peu le bout du monde, mais la direction l’a promis, après pompage et réparations, (3) les pistes et les cardinaux rouvriront demain à 6 h. Un redécollage dans les meilleures conditions possibles, (4) mais avec un confort limité, surtout dû (5) à des problèmes informatiques.

37Interview Hervé de Place (dir. aéroport de Nice Côte d’Azur) (6)

Je ne dis pas qu’on aura toute la qualité de service à laquelle ont droit les passagers. On sera en mode dégradé pendant encore quelques jours, mais demain, l’aéroport est rouvert pour tous les vols.

38(7) L’enregistrement restera par exemple manuel pour les vols internationaux. (8) Dans cette crise, l’aéroport a perdu 50 000 passagers, le coût des dégâts va se chiffrer entre 30 et 40 millions de francs. L’isolement par la voie des airs reste inédit à Nice, (9) mais c’est surtout la situation dans l’arrière-pays qui demeure préoccupante. (10) Problèmes d’électricité ou de téléphone, toute la journée, (11) les services techniques ont dû intervenir.

39Interview de René Moretti (technicien de France Télécom) (12)

Nous sommes en train de réparer un câble PTT qui a été arraché par l’eau qui est partie en torrent... Tout a été arraché.

40(13) Et puis, il y a les routes effondrées, ces routes comme la nationale 202 entre Nice et Digne, coupée en huit endroits différents. (14) Les services de la direction de l’équipement ont repéré tous les points critiques, mais impossible de dire exactement quand ces voies de communication seront à nouveau praticables. (15) Il ne s’agit plus de réparations, mais de reconstructions. (16) Le conseil régional va débloquer 15 millions de francs, ainsi que le conseil général, des sommes qui vont servir en priorité (17) à la remise en état des routes. (18) Quant au train des Pignes, son avenir est menacé, (19) la voie ferrée entre Nice et Digne est dévastée, elle risque de le rester longtemps.

41Village isolé – Lancement Bruno Mazure :

(1) Le bilan humain s’établit à trois morts et toujours que quatre disparus. Pour éviter de recenser de nouvelles victimes, toutes les précautions sont prises, par exemple l’évacuation à titre préventif d’une partie de la population de la bourgade de Saint Étienne de Tinée, dans l’arrière-pays niçois. Reportage Alban Mikoczy.

42Sujet Alban Mikoczy : 1’36”

43(2) Le terrain de football transformé en héliport provisoire, (2) un lieutenant de l’armée de l’air en guise d’hôtesse. Pour leur baptême de l’air, 180 personnes âgées (3) ont eu droit à une évacuation forcée de la petite ville de St Étienne de Tinée. (4) À bord de deux hélicoptères Puma (5) de l’armée de l’air, réquisitionnés. (6) En fait, seuls vont rester désormais les 1200 habitants réguliers de la commune complètement isolée, les deux routes d’accès coupées.

44Interview de Jean Marc Borelli (maire de St-Étienne de Tinée) (7)

St-Étienne de Tinée est actuellement coupée à la fois de communication terrestre pour les véhicules, et coupée de communications téléphoniques. Nous avons de fortes inquiétudes pour l’alimentation électrique pour lequel nous avons entamé des démarches pour dérouler des câbles particuliers.

45(8) La petite ville est en quelque sorte en état de siège, (9) les habitants ne paniquent pas pour autant, les vivres ne manquent pas pour le moment, (10) mais il ne faudrait pas que (11) la situation s’éternise.

46Interview de Denis Patoche (commerçant) (12)

J’ai vu que le marché gare de Nice était noyé, et je sais pas si on va pas avoir une pénurie, une rupture de stock, ça parait bien problématique pour l’instant.

47Vous avez du stock jusqu’à quand ?

Deux trois jours, et encore... pas plus.

48(13) Deux ou trois jours d’autonomie, la course contre la montre a commencé, les travaux de la remise en état de la voirie avancent à grands pas, (14) mais les dégâts sont très importants.

49Plateau se situation : Alban Mikoczy (15)

On le voit, la vallée de la Tinée est encore très isolée, et même si les habitants gardent pour l’instant le moral, tout va dépendre d’éventuelles chutes de pluie qui pourraient survenir. La nuit prochaine risque d’être décisive.

7 novembre : 8 1/2

50Banc titre : « Après le déluge » (1)

51(2) Le Piémont et la Ligurie sous les eaux. Le nord de l’Italie a connu à son tour les plus graves inondations depuis 1913. (3) Elles auraient fait une centaine de victimes. Les automobilistes, piégés dans leurs voitures, (4) d’autres ensevelis dans l’écroulement de leur maison. (5) l’approvisionnement en eau potable et en électricité (6) est interrompu dans de nombreux endroits. Une catastrophe qui ne vient pas uniquement du ciel, mais aussi de la destruction systématique de l’environnement.

52[…]

53(7) Six millions d’hectares de forêt et de pâturages ont été bétonnés (8) depuis 1945, la plupart des cours d’eau canalisés. La presse italienne est unanime aujourd’hui, (9) les crues catastrophiques de ces derniers jours peuvent se reproduire à tout moment.

8 novembre : TF1

54Titres du journal :

[…] Et puis nous parlerons des conséquences des inondations en Italie, avec une soixantaine de morts, 27 disparus et un début de polémique.[...]

55Inondations/Italie : off Patrick Poivre d’Arvor (2) + lancement sujet inondations/Italie I

56L’Italie n’en finit pas de panser ses plaies après les terribles (3) inondations de ces derniers jours, vous voyez encore sur ces images l’état d’alerte maximum dans les villages du bord du Pô, mais aussi autour du fleuve Ticino, (4) que nous voyons ici sur ces vues d’hélicoptère dans la région de Pavie. On en est déjà à 60 morts, (5) ce sont les derniers bilans officiels avec une organisation des secours qui laisse beaucoup à désirer, il n’est qu’à voir ce reportage de Christine Chapel et Henri Heiderscheid.

57Sujet Christine Chapel : 1’16”

58Interview Sabrina, jeune femme du village de Lesegno : (elle pleure)

(1) En tous cas, y’a de l’eau dans la maison... tout est en train de couler… ils ont mis la feuille… on peut plus entrer dans la maison… y’a même pas ma grand mère qui sait si on est en vie ou non... on savait pas si ma mère était encore en vie, si mon frère était encore en vie... on savait plus rien...

59(2) La famille de Sabrina s’était installée à Lesegno il y a 4 ans (3) pour ouvrir un élevage de bergers belges. (4) Aujourd’hui, la plupart des chiens sont morts, (5) la maison est inhabitable, et ils ont tout perdu. (6) La mère de Sabrina était dimanche à Gênes pour une foire lorsque son fils lui a téléphoné pour lui dire que l’eau montait.

60Interview de la mère de Sabrina (7)

Il m’a appelée à midi, j’ai cru qu’il blaguait... il a dit : Maman, il y a beaucoup d’eau, comme on habite à 200 mètres du fleuve… j’ai cru qu’il blaguait… Alors, à 4 heures, il m’a dit : maman, on sait plus quoi faire, il faut sauver les chiens...

61(8) La mère de Sabrina est traumatisée. Elle ne parle que de ses chiens, persuadée qu’ils sont encore vivants quelque part. (9) L’intérieur de la maison est dévasté. (10) Un arrêt municipal déclare (11) la maison dangereuse, la famille ne peut plus rester là (12). Hébergés pour l’instant chez des amis, (13) Sabrina ne sait pas pour l’instant où aller, la mort des chiens les laisse sans travail. (14) Personne au niveau local ne semble pour l’instant s’être préoccupé du relogement des sinistrés.

62Inondations Italie II – Lancement Patrick Poivre d’Arvor : (1)

Silvio Berlusconi a annoncé que son gouvernement décréterait l’état d’urgence dans le Piémont et en Lombardie, 10 milliards de francs auront déjà été débloqués à titre d’urgence pour les sinistrés, mais les autorités ont elles-mêmes reconnu les lacunes de la protection civile. Maurice Olivari.

63Sujet Maurice Olivari 1’43”

64(2) Depuis trois ans les mêmes causes produisent les mêmes effets, (3) avec le rythme d’un métronome. Cinq morts, 12 morts, puis 60 morts. « C’est la faute à personne » que l’on pourrait traduire par (4) « c’est la faute à tout le monde », a bon dos. Mais la seule analyse détaillée de ces images catastrophe suffit à dissiper la fatalité, (5) et à dénicher quelques responsabilités. (6) (7) Prenez cette voiture balayée, puis transformée en aquarium avec trois cadavres à son bord. (8) Avec une alerte générale efficace, cette famille se serait-elle aventurée (9) dans cette ballade mortelle ? (10) (11) Au quartier général de la protection civile à Rome, on ne sait plus si l’on regarde « Goofy » de préférence aux cartes météo. (12) On affiche une (13) conscience tranquille.

65Interview de Luigi Rojatti (ministre de la Protection civile) (14)

Nous avons prévenu les préfectures qui ont pris certainement les mesures qui s’imposaient.

66(15) Les préfets ont été prévenus, mais pas la population. (16) Autre gros plan sur ces piles de pont encombrées de branchages. Non pas de troncs bien droits et bien robustes, (17) vendus depuis longtemps, mais de ces détritus abandonnés sur les pentes (18) des deux millions d’hectares de forêt abattus depuis 10 ans. (19) Mêmes causes, mêmes effets. (20) Gros plan encore sur ces centaines de chaussées construites le long des berges, (21) ou en travers de lits de ruisseaux qui se transforment soudain en grandes rivières, (22) de ce béton et de cet asphalte, (23) qui s’étalent, sans aucun plan d’ensemble, le plus souvent sans autorisation.

67Interview de Giuseppe Onufrio (Greenpeace Italie) (24)

Il y a une mauvaise gestion de la forêt et de la montagne en général, il n’y a pas d’autorité unique en matière de gestion de l’eau et des sols...

68(25) Bref, l’État, encore lui cet éternel fantôme italien, (26) est montré du doigt. (27) Mais qu’on se rassure, en matière de football, le préavis a bien fonctionné. Cette vision apocalyptique a suffit à suspendre le championnat.

8 novembre : France 2

69Lancement Bilalian : (1)

Les inondations en Italie et dans le sud est de la France. Commençons par le nord de l’Italie, où le dernier bilan fait état de 55 morts et plusieurs dizaines de disparus encore. La météo n’est pas vraiment redevenue favorable, et les images qui nous parviennent nous montrent l’étendue réelle des dégâts, notamment vues du ciel. Patrice Romedenne

70Inondations/Italie II Sujet Patrice Romedenne 45”

71(2) Vu du ciel, le nord de l’Italie figure un océan, ces toitures seraient des îlots, et la boue aurait remplacé l’écume. Dans le Piémont, la région la plus dévastée, la moitié des récoltes sont détruites, (3) la plupart des usines gardent portes closes. L’économie locale est à genou, comme après la seconde guerre mondiale, (4) affirme un industriel. (5) Comme toujours, les inondations entraînent leur cortège de malheurs : 59 morts, 27 disparus, (6) 8 000 sans abris, en attendant des nouvelles des villages isolés, privés de gaz et d’électricité. (7) Inorganisation, lenteur des secours, de la boue, émerge déjà une polémique que Silvio Berlusconi tente d’enrayer en débloquant 400 milliards de lires. Les élus locaux, eux, réclament près de 20 fois plus. (8)

72Inondations/Italie II – Lancement Daniel Bilalian :

Dans cette région du Piémont, le nord de l’Italie, que nous venons de voir à l’instant, de survoler, arrêtons-nous dans le ville d’Alessandria, à 100 km environ de Turin. Nos reporters, Christophe Tortora, Alain Poirier, ont visité l’hôpital, ce qui fut l’hôpital de la ville, regardez :

73Sujet Tortora :

74(1) La salle de radiographie est recouverte par 20 cm. de boue, (2) totalement et définitivement hors d’usage, comme la plupart du matériel de cet hôpital pour enfants. (3) Le Tanaro, la rivière qui passe à Alessandria, une ville à 100 km de Turin, est sorti de son lit.

75Interview d’une femme : (4)

C’est un désastre, oui, un désastre.

76(5) Par chance, les 200 jeunes patients étaient tous logés (6) dans les étages, ils ont donc pu être évacués (7) vers les autres hôpitaux de la région. Tout le personnel, sans exception, peut se consacrer à cette (8) tâche immense, commencer à nettoyer.

77Interview du Dr Flevia Milano (9)

Nous sommes les médecins. Nous travaillons pour chercher de réhabiliter l’hôpital.

78Interview de Franco Allegransa (pédiatre) (10)

Il manque le matériel médical, mais aussi l’eau potable et l’électricité.

79(11) À l’hôpital, la polémique gronde. (12) Certains médecins affirment qu’ils avaient (13) prévenu la direction sur le risque (14) de ces installations en sous-sol.

80Interview du Dr Alexandre Rey (15)

Cela fait des années que le docteur Berganti et moi-même avions averti le directeur pour ne pas qu’il installe la salle de réanimation ici, mais évidemment, il ne nous a pas écoutés.

81(16) Dans la ville d’Alessandria, les inondations ont provoqué la mort de onze personnes, (17) et des dégâts considérables.

82Plateau de situation : Tortora (18)

Il faudra plusieurs semaines, et plusieurs dizaines de millions de lires avant que l’hôpital puisse de nouveau accueillir des enfants malades.

83Inondations/ France : – Lancement Daniel Bilalian : (1)

De l’autre côté de la frontière, en France, la météo n’est pas très fameuse pour demain, mais dans le sud-est, tout de même, c’est un retour à la normale. L’aéroport de Nice a rouvert ce matin après trois jours d’interruption du trafic aérien, et le moment est venu de s’interroger sur les causes des inondations. En fait, les précipitations importantes n’ont pas été si exceptionnelles que ça. En revanche, à force de vouloir bétonner, construire, goudronner, trop construire, on s’aperçoit que la nature est un peu à l’étroit dans ses nouveaux habits. Enquête Alban Mikoczy.

84Sujet Alban Mikozcy 1’31”

85(2) Grand retour des avions sur le tarmac. Douze mille passagers sont attendus.

86Un employé en uniforme : (3)

Passagers British Airways !

87(4) Faute d’électricité, l’enregistrement est fait à la main, et (5) les panneaux d’information sont un peu rudimentaires, (6) mais à quelques détails près, la situation est normale.

88Interview passager : (7)

C’est amusant la façon dont tout se passe parce que tout est fait à la main, c’est un peu un retour nostalgique en arrière, les premiers temps de l’aviation que j’ai connus quand j’étais enfant.

89(8) Bien sûr, dehors, on a un peu l’impression qu’un passager sur deux (9) est un pompier, et (10) la boutique duty-free est peu engageante, (11) mais dans l’ensemble tout va presque bien. (12) S’il faut chercher une polémique, c’est plutôt dans les causes de l’inondation de samedi (13) 19 h 40 qu’il faut chercher. (14) A ce moment, les eaux boueuses du Var ont envahi tout l’ouest de Nice. On n’a jamais vu une crue pareille. Alors question : (15) l’homme a-t-il aggravé l’effet des pluies ?

90Interview de Patrice Miran (conseiller régional écologiste) (16)

À Nice, qu’est-ce que nous faisons depuis des années ? Nous comblons les vallons. C’est-à-dire que l’eau du Var qui s’épandait à travers plusieurs sorties vers la mer est concentrée de plus en plus sur un seul chenal, ce qui fait qu’évidemment, chaque fois que nous avons des pluies torrentielles très importantes comme c’est fréquent sous nos climats, le débit de nos fleuves méditerranéens atteint des proportions tout à fait considérables.

91(17) En fait, les géologues expliquent que le Var a tout simplement repris son lit naturel. (18) À la lumière de ces images, la ville de Nice qui a longtemps considéré ses plaines comme des terres constructibles (19) à l’avenir va sans doute (20) devoir corriger ses projets.

9 novembre : TF1

92Lancement Patrick Poivre d’Arvor (1)

Parmi les endroits dévastés par les inondations, certains villages sont encore totalement coupés du monde, notamment dans le Haut Verdon où le situation a été particulièrement critique, comme nous le montrent ces images impressionnantes, un document amateur commenté par Denis Brunetti.

93Sujet Denis Brunetti

94(2) C’est un geyser, c’est l’image même de la puissance phénoménale de l’eau, c’est le Verdon en furie au barrage de la Chaudane qui déleste alors 600 mètres cube d’eau à la seconde. (3) Nous sommes le 5 novembre au matin, (4) un habitant de Castelane filme alors la crue brutale, (5) la rivière sortant de son lit, les tourbillons impétueux, la route bientôt envahie, devenant dangereuse pour (6) le cameraman amateur lui-même. (7) Depuis, certes, le Verdon s’est dégonflé, mais routes et ponts sont coupés, isolant depuis quatre jours et quatre nuits (8) le village de Colmars-les-Alpes et ses 2 000 âmes. Seul moyen de transport, l’hélicoptère. (9) Terrible ironie, c’est le centre des pompiers qui a été le premier touché par l’inondation (10) qui a stupéfié même les plus anciens.

95Interview d’une femme du village (11)

J’ai 83 ans, mais j’avais jamais vu une chose pareille. En 1916, ça avait été comme ça, mais pas... y avait moins de dégâts tout de même.
Ça vous fait mal de voir votre village comme ça ?
Ha !… et le cimetière, et tout...

96(12) Et tandis que le village nettoie inlassablement la boue et (13) les dégâts, l’aide, les secours restent la principale angoisse de tous ceux qui pensent (14) à la saison touristique et à la vie économique.

97Interview d’un homme village (15)

Si les moyens ne sont pas mis en oeuvre très rapidement, eh bien, c’est la fin de toute la vallée.

98(16) Le désastre marquera pour longtemps la montagne autant que les mémoires.

14 novembre : TF1

99Lancement Patrick Poivre d’Arvor (1)

Le plan Orsec a été levé la nuit dernière dans les Alpes de Haute Provence, les prévisions météo sont jugées satisfaisantes pour les prochains jours. Un peu plus d’une semaine après les inondations qui ont touché la région, les travaux ont bien avancé. Pourtant deux villages restent encore coupés du monde. Le reportage de L. Purdom.

100Sujet L. Purdom 1’58”

101(2) Le Verdon en furie, c’était il y a dix jours. (3) Aujourd’hui, la Haute Provence panse ses plaies (4) mais le bilan est lourd. Voies ferrées arrachées, (5) routes défoncées, (6) ponts emportés. La départementale 908, véritable (7) épine dorsale de la région (8), est coupée sur 15 kilomètres, (9) de Beauvezer à Allos, la vallée est en péril, la 908 est la seule (10) route qui mène aux stations de ski du Val d’Allos. (11) (12) À Colmars, cette entreprise construite sur le Verdon a été pratiquement rasée.

102Interview de Francis Blanc (Entrepreneur à Colmars) (13)

On a perdu 80 % de notre entreprise, sensiblement, donc notre entreprise de dix employés se trouve obligée de faire un licenciement économique de sept personnes.

103(14) Un peu plus bas, le hameau de Villars-Heyssier est toujours coupé du reste du monde (15) après l’effondrement de son pont. (16) Seul moyen de communication avec l’extérieur : cette tyrolienne de fortune empruntée uniquement par les pompiers. (17) Après avoir passé la tyrolienne, nous atteignons le hameau, (18) deux kilomètres plus loin, (19) le moral des trente deux habitants n’est pas très bon, on dit que le pont ne sera rétabli que dans 15 jours.

104Interview d’une habitante (20)

105Qu’est-ce que vous faites depuis huit jours ?

Ben, je fais rien, je languis de mes petits vieux parce que je vais travailler chez les petits vieux.

106Vous êtes obligée d’arrêter de travailler ?

Je suis obligée d’arrêter de travailler, oui, on est tous malheureux dans ce pays, on est coupés du monde, et personne s’intéresse à nous (21).

107(22) Six brèches ont été ouvertes sur la (23) départementale 908, voici la (24) plus importante. Sur 50 mètres, la route est défoncée, (25) le village d’Allos, situé sept kilomètres plus loin est coupé de la vallée. Cette famille par exemple a dû se réfugier plus bas. (26) Plus grave, sans cette route, le tourisme lié au ski au val d’Allos est menacé.

108Interview de Pierre Lestas (directeur du Val d’Allos) (27)

Il faut savoir qu’environ 500 familles dépendent vitalement de cette activité de ski.

109Interview de Patrick Barre (employé aux remontées mécaniques) (28)

110Si la station n’est pas ouverte, qu’est-ce que vous ferez cet hiver ?

(29) Ben je crois qu’on fera comme beaucoup d’autres personnes, on ira chercher du travail ailleurs.

111(30) Le pari est simple. La 908, poumon de la vallée (31) doit être rouverte d’ici la date butoir du 15 décembre. Sans elle, la vallée est en danger de mort.

Rupture d’Oléoduc en Russie

7 novembre : TF1

112Lancement Patrick Poivre d’Arvor :

Autre catastrophe, mais celle-là n’est pas naturelle, c’est une nouvelle rupture dans un oléoduc qui traverse l’Arctique russe. Greenpeace parle d’une fuite de 13 000 tonnes en quelques heures, les autorités russes démentent et continuent de pomper, en dépit de tous les risques encourus. Patrick Bourrat à Moscou.

113Sujet Patrick Bourrat 1’27” : (Banc titre « Images : Greenpeace Grand Nord Russie »)

114(1) Voilà le résultat de la tentative de la réouverture de l’oléoduc qui fuit comme une passoire depuis 6 mois (2). Des rivières de feu, (3) des lacs de feu, parce que le pétrole forme dans les marécages du Grand Nord des rivières et des lacs. (4) Du pétrole qui bout avant de s’enflammer. Il est très chargé (5) en soufre et produit des nuages toxiques depuis trois jours. (6) La faune et la flore qui ont échappé à la marée visqueuse de ces dernières semaines sont irrémédiablement brûlées par les résidus. (7) À partir de combien de centaines de milliers de tonnes de pétrole, la compagnie Kominieft considérera qu’il faut (8) arrêter le pompage, se demandent (9) aujourd’hui les écologistes consternés.

115Interview (10)

Pour la République, il n’y a pas de doute, c’est une catastrophe écologique, la toundra est très fragile, et maintenant, elle est complètement détruite.

116(11) La crainte des experts, c’est que la marée noire figée par le gel – il fait moins 25 dans cette région – ne se déplace au printemps vers l’océan Arctique. (12) Les marécages sont très difficiles d’accès, pompages et nettoyages sont pratiquement impossibles. (13) L’oléoduc de 60 kilomètres de long présenterait 23 fuites. L’oléoduc de remplacement ne sera pas achevé avant la fin de l’année.

117Plateau de situation : Patrick Bourrat (14)

Le laxisme des autorité russes en matière de protection de l’environnement, ce n’est pas nouveau. Des catastrophes écologiques en Sibérie, il y en a déjà eu, il y en aura malheureusement encore. Deux explications : l’irresponsabilité héritée de l’époque communiste, et à cela s’ajoute aujourd’hui l’obsession du profit.

14 novembre : TF1

118Lancement Patrick Poivre d’Arvor (1)

Autre paysage bouleversé, le grand nord Russe après la fuite d’un oléoduc, selon l’organisation Greenpeace, 300 000 tonnes de pétrole sont déversées depuis plusieurs mois dans la toundra. Patrick Bourrât s’est rendu sur place avec son équipe, et vous montre l’étendue des dégâts.

119Sujet P. Bourrat

120(1) Dans ce désert blanc, les fuites de l’oléoduc de la Kominieft sont immanquables, (2) les deux panaches de fumée noire s’élèvent depuis 24 heures au dessus de la toundra. (3) Les équipes d’urgence interviendront peut-être (4) si la baisse de pression est trop forte. (5) D’après les spécialistes, 10 % des 10 000 tonnes pompées quotidiennement partent ainsi en fumée, ou s’étalent sous la glace. (6) Le pétrole de la Cariaga corrode rapidement des tubes (7) qui n’ont pas été changés depuis 10 ans faute d’investissement.

121Plateau de situation : Patrick Bourrat (8)

De telles fuites, de tels incendies sont fréquents ici, tout au long de l’oléoduc de la République des Comices dans le Grand Nord. Parce qu’il n’y a pas d’entretien, le personnel n’est pas du tout payé, et enfin, l’oléoduc n’est pas remplacé aussi souvent qu’il le faudrait. Voilà les raisons de cette catastrophe écologique qui est aussi une catastrophe économique.

122(9) Mais pas pour le directeur de la Kominieft, (10) autrefois fonctionnaire, aujourd’hui actionnaire. (11) La grande fuite de l’automne a été pour lui très exagérée.

123Interview de Serguei Kouznetsov (dir. de la Kominieft) (12)

Il ne faut pas classer cela comme une catastrophe, surtout comme la troisième au monde après Tchernobyl. Le chiffre de 300 000 tonnes est faux, il y a eu 14 000 tonnes de perdus, pas plus.

124(13) Les dégâts irréparables (14) se révéleront au printemps, à la fonte des neiges. Les grands fleuves qui se jettent dans (15) l’océan Arctique charrieront alors le pétrole (16) aujourd’hui figé par le froid dans les marais. (17) La Russie ne pourra pas dépenser comme Exxon en Alaska, (18) 17 millions de dollars par jour pour nettoyer sa toundra. (19) Il n’y a pas d’opinion publique à Ousinsk, (20) tête de réseau de l’oléoduc, (21) pas d’écologistes indépendants non plus, (22) ceux de la mairie ont peur de parler. (23) Toute la ville est sous la coupe de la compagnie de pétrole (24) Kominieft qui verse de maigres salaires (25) avec trois mois de retard. (26) Comment vérifier si les dirigeants actionnaires de Kominieft, hier fonctionnaires d’état, (27) n’ont pas de comptes en dollars à Chypre (28) ou aux îles Caïman. Dans le village de Ouazey, (29) on ne se pose même pas la question. (30) 200 familles, ouvriers du pétrole survivent ici, (31) sans salaire depuis des mois. Tolia, Liouba et leur deux (32) enfants habitent depuis 13 ans (33) cette baraque provisoire et délabrée. (34) Les fils électriques dénudés provoquent parfois des courts-circuits et des incendies dramatiques. (35) Une petite fille est morte (36) brûlée la semaine dernière.

125Interview Liouba (37) (Mère de famille)

Parfois le chauffage tombe en panne. L’année dernière, quand il a fait moins 41, il a fallu 2 semaines pour réparer. (38) Il faisait moins 26 degrés à l’intérieur des baraquements, nos enfants ont (39) eu les joues gelées, personne ne nous propose de nous reloger.

126(40) L’industrie pétrolière russe est à bout de souffle, (41) les catastrophes écologiques sont loin d’être terminées dans le Grand Nord.

23 novembre : France 2

127Lancement Bruno Mazure

(1) Toujours dans l’ex URSS, ces images tout à fait saisissantes tournées par nos envoyés spéciaux Dominique Derda et Jean François Bernigaud près du cercle polaire au fin fond de la Russie, suite à des fuites dans un oléoduc. Environ 60 000 tonnes de pétrole brut se sont répandus dans la toundra. Une catastrophe écologique majeure qui désespère, vous allez le voir, les habitants de cette région qui se sentent totalement abandonnés.

128Sujet Dominique Derda 2’24”

129(2) Le pétrole a disparu sous la glace, mais il est toujours là dans la rivière. (3) Par moins 20°, sous le cercle polaire, le petit village de Kolva semble vivre comme si rien ne s’était passé. (4) Certes, l’eau du puits a bien un goût étrange (5) mais ce n’est ni la première ni sans doute la dernière fois. Depuis 20 ans que l’on exploite le pétrole dans le région, les fuites se succèdent, plus ou moins importantes d’une année à l’autre. (6) À des années lumière de Moscou, Kolva, près de 500 habitants, est un village de nomades, chasseurs et pêcheurs sédentarisés il y a près de deux siècles. (7) La sonnerie annonce l’ouverture de l’unique magasin, (8) on y trouve de tout, c’est à dire pas grand chose, l’essentiel, et encore. (9) Jadis, la fierté de la patronne, c’était son poisson pêché dans les environs. Celui qu’elle vend désormais semble avoir mis des (10) mois à venir d’Archangel’sk qui est à 800 km (11) plus à l’ouest.

130Interview de la patronne (12)

Le poisson qu’on a pêché au début de l’automne, il puait le pétrole et l’essence, vraiment, c’était immangeable.

131Interview d’un pêcheur (13)

Quand tu attrapes un poisson, dit ce pêcheur, quand tu le sors de l’eau, il est complètement noir.

132(14) Les équipes de nettoyage ont dû attendre le froid et la glace pour s’aventurer dans les marécages alentours. (15) Il n’y a ni route ni chemin praticable, le pétrole a donc eu (16) tout le temps de s’infiltrer dans le sol. La tâche est immense, les moyens dérisoires. (17) À Kolva, chaque famille subsiste grâce à une ou deux vaches. (18) L’été, c’est ici qu’elles viennent paître au bord de la rivière.

133Interview homme (19)

Bien sûr que ça m’inquiète, parce que le bétail va mourir

134Mourir ? pourquoi ?

Parce que dans les pâturages, partout il y a du pétrole.

135(20) À la ferme collective, on a déjà divisé par deux les rations de fourrage. (21) Les réserves sont minces et nul ne sait encore combien d’hectares sont recouverts par la marée noire. (22) Alors, mieux vaut faire des économies, d’autant que les bêtes ne quitteront l’étable qu’en juin, (23) à la fonte des neiges. (24) Certains ont bien écrit de timides lettres de protestation, (25) rédigé de modestes demandes de dédommagement, mais comme toujours, ils se sont heurtés à l’indifférence de la toute puissante compagnie pétrolière.

136Interview femme (26)

Les habitants se sont déjà plaints des dizaines de fois, mais personne ne les a écoutés, alors, ils ont perdu tout espoir, et ils n’attendent plus rien.

137(27) Plus rien que le dégel et les crues à venir. La nuit tombe tôt dans le Grand Nord, et l’hiver dure si longtemps (28) qu’il semble avoir façonné le caractère des hommes (29) fait de fatalisme et de résignation.

Retrait permis de construire

25 novembre : TF1

138Lancement Claire Chazal

Un combat mené par les écologistes contre la présence d’un supermarché à Toulouse. Le tribunal administratif a décidé d’annuler le permis de construire du magasin incriminé. C’est une première en France, les écologistes qui avaient porté plainte avaient estimé que le bâtiment n’était pas conforme au projet d’urbanisme, prévoyant notamment l’installation d’une coulée verte à cet endroit. Philippe Morand.

139Sujet Philippe Morand 1’21”

140(1) D’un côté l’association Aspect qui a pour credo le respect de l’environnement, (2) de l’autre, Leroy Merlin, (3) spécialiste du bricolage qui pense (4) emploi et commerce. (5) Au centre de la bataille juridique qui les oppose, un magasin Leroy Merlin (6) de 14 000 m2, (7) installé à Balma, près de Toulouse, (8) et qui n’a jamais ouvert ses portes. (9) Le magasin a été construit sur une zone verte, (10) donc protégée, (11) et pourtant, Leroy Merlin avait obtenu un permis de construire.

141Interview de Eugène Bonnet (maire de Balma) (12)

Tout a été fait en toute légalité avec l’aval de mon conseil municipal au grand complet. (13) Je défends l’intérêt de ceux qui sont dans le peine, qui cherchent des emplois.

142(14) La bataille juridique s’est maintenant déplacée sur (15) le terrain de l’emploi, (16) Leroy Merlin avait préalablement embauché (17) une centaine de personnes, (18) la moitié d’entre elles se trouve ce soir sans travail.

143Interview de Jean François Ferrier (directeur de Leroy Merlin Balma) (19)

On va s’occuper de chaque personne. Je vais les rencontrer, je vais étudier chaque cas pour faire des reclassements, ça ne sera pas facile, il faut trouver des solutions pour chaque cas.

144Interview de Alain Pecastaing (ass. Aspect) (20)

Je crois qu’on ne peut pas accepter le raisonnement qui conduit à dire : parce que je vais créer des emplois, je suis au-dessus des lois et je peux faire n’importe quoi, construire n’importe où et n’importe comment. C’est intolérable, ce serait la loi de la jungle dans notre société.

145(21) La société de bricolage a fait appel de la décision du tribunal administratif, (22) dans l’immédiat, le magasin qui a coûté 50 millions de francs ne sera pas démoli. (23) Il pourrait bien ouvrir un jour.

25 novembre : France 2

146Lancement Bruno Mazure

Autre contestation autour d’un plan d’occupation des sols, mais cette fois à Toulouse où le tribunal administratif a annulé le permis de construire d’une grande surface qui a été construite sur une coulée verte, d’où une plainte déposée par les écologistes locaux. Reportage Sandrine Morch.

147Sujet Sandrine Morch 1’49”

148(1) (2) [In : on assiste en son naturel à une altercation entre deux groupes de personnes sur le thème : « vous n’avez pas le droit de construire à cet endroit », et « vous n’avez pas le droit de supprimer des emplois... »]

149(3) Ils brandissent leur emploi menacé, lui défend la zone verte, et cette fois, il a le droit pour lui. (4) Le tribunal administratif vient d’annuler le permis de construire de la grande surface. (5)

150Interview Bernard Durand (ass. Aspect) (6)

C’est une première en France, puisque, même si, ailleurs, Leroy Merlin a souvent essayé de s’implanter en marge de la légalité, c’est la première fois qu’il rencontre un grain de sable qui fait capoter un projet qui était totalement illégal. Ce qui est important à signaler, c’est que ce projet était illégal depuis le début, que nous l’avons signalé à toutes les autorités compétentes, et que malgré cela, sur un coup de poker, la société Leroy Merlin a investi quelques millions dans la construction d’un bâtiment qui devra être détruit. Elle a également utilisé un chantage odieux qui est un chantage à l’emploi qui ne repose sur aucune réalité...

151(7) Mais les juges ont fait abstraction du contexte (8) économique et social pour s’en tenir au droit.

152Interview de Christine Fastrez (employée Leroy Merlin) (9)

Je ne comprends vraiment pas la décision de ce jugement parce que, elle est vraiment très douloureuse pour nous. Cent cinquante emplois ! Nous sommes de retour dans notre pays, nous sommes 150 et pour un petit bout de gazon, on se retrouve sans rien, sans rien.

153(10) Les juges semblent avoir voulu donner un coup d’arrêt au détournement des règles d’urbanisme d’intérêt général souvent sacrifié au profit (11) d’une rentabilité économique immédiate, (12) sérieux revers pour le maire de Bama.

154Interview de Eugène Bonnet (maire de Bama) (13)

N’ayant reçu aucune objection de la part des services préfectoraux, Leroy Merlin a construit !

155(14) Le géant du bricolage qui a coûté 50 millions de francs perd (15) chaque jour non ouvert (16) 100 000 francs. Il a décidé de faire appel. (17) Dans la balance de la justice, un énorme enjeu financier, mais aussi la crédibilité des schémas d’urbanisme de nombreuses communes. (18)

25 novembre : France 3

156Lancement Éric Cachart

(1) Nous ouvrons maintenant une grande page consacrée à l’environnement, une première à Toulouse où les écologistes ont obtenu du tribunal administratif l’annulation du permis de construire d’une grande surface érigée en pleine campagne. Sur place, reportage de Michel Pech.

157Sujet Michel Pech 1’47”

158(2) Ce matin, le magasin Leroy Merlin était (3) désert, totalement désert. (4) Les 50 salariés déjà embauchés étaient (5) tous réunis à proximité dans une villa. (6) Ils s’y attendaient, mais la décision du tribunal d’annuler le permis de construire de la grande surface les a laissés désespérés et révoltés.

159Interview de Jean François Ferrier (directeur de Leroy Merlin Balma) (7)

Qu’est-ce qui va se passer... on va s’occuper de chaque personne, je vais les rencontrer, je vais étudier chaque cas pour faire des reclassements, ça sera pas facile...

160(8) Poussés par un directeur transformé en chef d’état-major, les employés ont élaboré un plan de bataille. Aujourd’hui, manif dans la commune, direction l’hôtel de ville (9) pour savoir si le maire (10) les soutient toujours. (11) Un maire qui a signé le permis de construire en s’appuyant sur (12) un plan d’occupation des sols (13) contesté par le tribunal. (14) Le maire se défausse sur (15) l’administration.

161Interview du maire (16)

On a mis Auchan et Leroy Merlin, pas d’objection, y’a rien à arrêter, j’ai pas à bouger, j’attends le préfet. Ne s’étant pas manifesté dans les deux mois, la société qui a déposé le permis s’est cru en toute légalité de construire, maintenant, j’attends la suite !

162(17) Pour sa part, l’association de protection de l’environnement (18) qui a révélé toutes les irrégularités du dossier réfute l’argumentation sur l’emploi.

163Interview de Alain Pécastaing (ass. Aspect) (19)

Ils ont sciemment embauché du personnel pour créer la possibilité de faire un chantage à l’emploi, et pour faire pression sur le tribunal et sur tout le monde. Donc ça, c’est inacceptable, et c’est même indigne. Je crois qu’on ne peut pas accepter un raisonnement qui conduit à dire : parce que je vais créer des emplois, je suis au-dessus des lois, je peux faire n’importe quoi, construire n’importe où et n’importe comment, c’est intolérable, ce serait la loi de la jungle dans notre société.

164(20) Pour les employés déjà embauchés, (21) une seule certitude, le magasin ne sera pas rasé tout de suite, (22) Leroy Merlin a décidé de faire appel de la décision du tribunal.

25 novembre : 8 1/2

165Banc titre : « Toulouse » (1)

166À peine construit et déjà menacé de destruction. Le tout nouveau magasin Leroy Merlin, dans la banlieue de Toulouse voit son permis de construire (2) annulé par le tribunal de commerce de la ville. (3) En cause, son implantation dans une zone censée rester verte. (4) La grande surface qui a dû débaucher la centaine d’employés qu’elle venait de recruter (5) a décidé de faire appel du jugement.

Cyclone Gordon

14 novembre : TF1

167Brève Patrick Poivre d’Arvor

168Nous évoquions la dépression tropicale Gordon qui a empêché le retour de la navette à Cap Canaveral, sachez qu’elle a fait au moins 55 morts en Haïti.

15 novembre : TF1

169Lancement Patrick Poivre d’Arvor

Nous en parlions hier, Haïti touchée par une tempête tropicale. Des pluies torrentielles ont fait pendant ces deux derniers jours plus de 200 morts, et le bilan risque de s’alourdir. L’état d’urgence a été décrété la nuit dernière. Sylvie Cenci.

170Sujet Sylvie Cenci

171(1) Gordon a finalement quitté Haïti, laissant derrière lui au moins une centaine de morts. (2) Cette terrible dépression tropicale est toujours accompagnée de pluies et de vent soufflant (3) à plus de 100 km/heure. Alors, depuis lundi soir, l’état d’urgence est décrété à Port-au-Prince, et l’armée a été (4) appelée pour venir en aide aux sinistrés. Ce sont malheureusement les quartiers les plus pauvres de la capitale qui sont principalement touchés. (5) La tempête se déplace donc depuis plusieurs jours à plus de 20 km/h. (6) Les dégâts sont considérables dans les îles Caraïbes, et après avoir (7) balayé la Jamaïque et Cuba, (8) Gordon frappe désormais le sud de la Floride. (9) Ses effets commencent déjà à se faire sentir, (10) plus de 180 000 foyers sont privés ce soir d’électricité. (11) Aux alentours de Miami, les écoles et (12) les universités ont été fermées, et ce, (13) à la demande expresse des autorités. (14) Selon le directeur du centre national (15) des ouragans, la tempête (16) devrait se renforcer dans les heures qui viennent. Gordon (17) est loin d’avoir fini sa route.

15 novembre : France 2

172Lancement Etienne Leenhardt

L’actualité à l’étranger maintenant avec le terrible bilan du cyclone qui traverse les Caraïbes et qui ravage tout sur son passage. Gordon, c’est son nom, a fait au moins 200 morts en Haïti, et il se déplace actuellement vers la Floride. Patrice Romedenne.

173Sujet Patrice Romedenne

174(1) Il n’a pas fallu 24 heures pour transformer Port-au-Prince (2) en un champ de boue, et pourtant, Gordon n’a fait que passer. (3) Le gouvernement déclare l’état d’urgence, il en appelle aux bons services aux ONG pour qu’elles prêtent main forte aux soldats américains (4) présents dans la capitale (5) haïtienne. (6) Pour la nature, cruauté rime avec pauvreté dans ce quartier déshérité, (7) des maisonnettes se sont écroulées sur leurs occupants. (8) (9) Trois enfants, trois morts sur (10) les 200 que la tempête laisse dans son sillage, poursuivant sa route, comme étrangère au désastre. (11) Après la Jamaïque, après Cuba, après Haïti, elle menace les côtes américaines. (12) En Floride, 60 000 foyers sont privés d’électricité, (13) et la seule victime pour l’heure s’appelle (14) Atlantis. (15) La navette devait atterrir à Cap Canaveral, (16) la NASA l’a détournée sur la Californie. (17) Mais l’Américain est optimiste, pendant que l’océan lèche ses premières maisons, il sort son (18) surf. Il est vrai que l’œil du cyclone n’est encore qu’à 200 kilomètres de là.

15 novembre : 8 1/2

175Banc titre : « Gordon » (1)

176Des dégâts considérables (2) après le passage du cyclone Gordon dans les Caraïbes. Rien qu’en Haïti, on dénombre (3) plus de 100 victimes, et des milliers de sans-abri. (4) Des dizaines de victimes également à la Jamaïque et à Cuba. En Floride, (5) le cyclone a privé d’électricité plus de 200 000 foyers. (6)

16 novembre : France 3

177Off Élise Lucet

178Le bilan de la tempête tropicale Gordon. Il (1) atteint ce soir près de 450 morts et 50 disparus. (2) C’est en Haïti que la totalité des victimes a été dénombrée. (3) Une cellule d’urgence a été installée au ministère des Affaires étrangères en France, et du matériel devrait être envoyé sur place dans les heures à venir. (4) La tempête touche maintenant la Floride, (5) mais beaucoup moins violemment. (6) (7)

18 novembre : TF1

179Lancement Claire Chazal

Restons précisément à l’étranger pour commencer ce journal avec l’arrivée de la tempête tropicale Gordon sur la côte est des États-Unis. Le cyclone avait déjà fait des ravages sur les îles caraïbes et sur le sud de la Floride, L’ouragan a frappé aujourd’hui les côtes de Caroline du Nord. Tous les spécialistes ont été surpris par sa soudaine montée en puissance. Les images sont commentées par Antoine Guélaud.

180Sujet Antoine Guélaud 1’06”

181(1) (2) (3) En une poignée de secondes, le cyclone baptisé Gordon a tout détruit sur son passage éclair, (4) le long des plages de la Caroline du Nord. (5) Des dizaines de maisons se sont effondrées comme des châteaux de cartes sous la pression d’un vent d’une violence rare, soufflant à plus (6) de 150 km/h. La troisième tempête tropicale de l’année dans cette région des États-Unis (7) a causé 6 morts, 40 blessés, et des dégâts matériels (8) considérables, estimés (9) à 200 millions de dollars. (10) Gordon est né il y a une semaine au Nicaragua sous la forme d’un cyclone, il a ensuite (11) zigzagué entre Cuba et Haïti, (12) où le dernier bilan faisait état de 750 morts. Il s’est enfin métamorphosé en ouragan dans la côte est des États Unis. (13) Les nombreux sauveteurs dépêchés sur place (14) ont réussi à sauver un bébé âgé de quelques mois (15) et sa mère, en perdition sur un voilier surpris par la tempête. (16) L’œil de l’ouragan, autrement dit son (17) centre nerveux est toujours en ce moment (18) sous très haute surveillance. (19) Une alerte rouge (20) a été déclenchée sur (21) 200 kilomètres de côte.

18 novembre : France 2

182Lancement Etienne Leenhardt

Les terribles caprices de la tempête Gordon. Elle a fait plus de 500 morts en Haïti. On pensait qu’elle s’était affaiblie en entrant aux USA, mais Gordon a repris du souffle et menace maintenant l’État de Caroline du Nord. Patrice Romedenne.

183Sujet Patrice Romedenne 1’24”

184(1) Et pourtant l’œil de l’ouragan se trouve à 150 kilomètres au large (silence pendant qu’à l’image, une maison s’écroule). Mais déjà le long (2) des côtes de la Caroline du Nord, ces maisons que (3) gifle l’océan titubent, s’affaissent, disparaissent, (4) ivres de rafales, ivres d’un vent qui souffle à 140 km/h.

185Interview d’un homme (5)

Hier soir, quand on est allés se coucher, il y avait encore 5 maisons là, et ce matin il n’y en a plus qu’une, et personne ne veut y mettre les pieds.

186(6) Car nul ne connaît les intentions de Gordon. Par ses facéties, l’ouragan surprend les spécialistes, il change de direction, revient en arrière, il redouble de (7) violence sans crier gare. (7 bis) En passant par les Caraïbes, Gordon a tué 550 personnes. Aux États Unis, le bilan est pour l’heure de 6 morts et d’une quarantaine de blessés (8) sans oublier les dégâts, facture : 200 millions de dollars. (9) Mais dans l’océan de malheur, émerge toujours un îlot de bonheur. À bord de ce bateau qui fait cap sur la Colombie, trois adultes surpris (10) par Gordon, le père, la mère, la fille (11) héli-treuillés un à un. (12) Trois adultes disions-nous, et un enfant. Il est né à bord, il n’est pas sûr que ses parents (13) le baptise Gordon.

18 novembre : France 3

187Off Gilles Leclerc

188Avant de retrouver la météo de Michel Touret, regardez encore ces images impressionnantes. Elles viennent des États-Unis, de la côte est très exactement. Le cyclone Gordon fait encore des ravages. Le bilan de son passage sur les Caraïbes avait déjà fait 750 morts et cette fois, après avoir traversé le sud de la Floride, il frappe la Caroline du Nord. Un véritable ouragan, vous le voyez. L’alerte a été déclenchée sur plus de 200 km, jusqu’à l’État de Virginie. Des dizaines d’habitations et des milliers d’hectares de cultures maraîchères sont endommagées dans le sud de la Floride.

Déraillement wagon citerne

3 décembre TF1

189Off Claire Chazal 25”

190Retour en France, avec cet accident qui a eu lieu hier à la gare de triage d’Avignon. (1) Un wagon contenant (2) 60 tonnes de chlorure de vinyle (3) a basculé sur la voie ferrée. (4) Les pensionnaires d’une maison de retraite (5) proche ont du être évacués, (6) et demain matin, (7) des techniciens (8) doivent transvaser ce produit inflammable. (9) Ils ont donc demandé aux 3 000 riverains (10) de quitter leur quartier pendant l’opération, une opération qui doit durer une douzaine d’heures.

3 décembre : France 2

191Lancement Etienne Leenhardt

(1) Dans le Vaucluse, maintenant, la sécurité civile s’apprête demain à évacuer une partie de habitants de la ville d’Avignon. Les pompiers vont essayer de dégager un wagon de produits toxiques qui s’est renversé dans la gare, hier soir. Valérie Fournioux.

192Sujet Valérie Fournioux 53”

193(2) Un mélange explosif dangereux. À l’intérieur de ce wagon, (3) 59 tonnes de chlorure de vinyle (4) inflammable au contact de l’air. L’accident s’est produit (5) hier, lors d’une manœuvre de changement de voie. (6) L’engin de levage qui déplaçait le wagon (7) s’est brisé, l’entraînant (8) dans sa chute. Pour l’instant, les employés de la SNCF (9) le consolident dans sa position avant (10) l’arrivée demain matin des spécialistes. (11) L’opération délicate devrait durer entre 10 et 12 heures, (12) et consiste à transvaser le produit toxique (13) dans un autre container. Lors de cette manipulation (14), tout le quartier Champfleuri d’Avignon, où vivent près de (15) 4 000 personnes, sera évacué. (16) La circulation ferroviaire sera fermée (17) en gare d’Avignon, et les trains Paris-Nice, détournés sur l’autre rive du Rhône, (18) entraînant un retard de près d’une heure.

3 décembre : France 3

194Lancement Catherine Mataush

Une opération extrêmement délicate doit avoir lieu demain matin à Avignon. Environ 4 000 personnes devront évacuer leur logement, la circulation sera également interdite. Bref, toutes les mesures de prévention ont été prises, après l’accident d’un wagon citerne. Le reportage d’Henry Girard.

195Sujet Henry Girard 1’25”

196(1) Toute la crise part de ce wagon à l’intérieur duquel il y a 60 tonnes de chlorure de vinyle. (2) C’est un gaz qui peut s’enflammer au contact de l’air (3) en dégageant des fumées très toxiques. L’accident est arrivé (4) au moment où la SNCF le soulevait pour changer un essieu défectueux. (5) L’engin de levage (6) s’est cassé, le wagon est retombé. (7) Il faut maintenant transvaser son contenu, (8) opération très dangereuse qui nécessitera une dizaine d’heures si tout va bien. (9) Pour éviter tout risque d’accident supplémentaire, (10) la SNCF, les pompiers, la préfecture et la mairie d’Avignon ont défini un périmètre de sécurité de (11) 600 mètres de rayon autour du wagon. (12) Concrètement, cela va se traduire par l’évacuation (13) à partir de demain matin (14) 6 heures et demi, de 4 000 personnes, (15) par l’interdiction de circuler dans le périmètre de sécurité (16) qui sera bien sûr gardienné par une centaine (17) de policiers. Pour les habitants évacués, tout a été prévu.

197Interview de Guy Ravier (maire d’Avignon) (18)

Pour ceux, bien entendu qui n’auraient pas de lieu où aller, nous mettrons à disposition, soit le centre aéré de « la Bartelasse », soit le parc des expositions.

198(19) Autre conséquence de l’opération (20) de transvasement qui aura lieu demain matin, donc, (21) toute la circulation ferroviaire sera supprimée (22) en gare d’Avignon, jusqu’à ce que l’opération soit finie. Cela se traduira par une bonne heure de retard sur cet axe. (23) Pas question bien sûr de prendre le train, (24) ou de descendre à Avignon, les autobus achemineront ou amèneront les voyageurs dans la gare de Sorgue. (25) Tout cela va évidemment coûter très cher, plusieurs millions de francs, qui en principe seront pris en charge par la SNCF.

199(Ce sont les mêmes images pour toutes les chaînes. Elles proviennent sans doute de France 3 Marseille)

4 décembre : TF1

200Lancement Claire Chazal

En France, les pompiers et les spécialistes des matières dangereuses se sont activés hier et aujourd’hui autour de la gare de triage d’Avignon. Un wagon contenant 50 tonnes de chlorure de vinyle qui s’était renversé a pu être relevé dans la journée. Les sauveteurs avaient pris d’infinies précautions, ils avaient évacué plusieurs milliers de personnes. Ce soir, tous les habitants ont pu rentrer chez eux. Sur place, Alex Panzani.

201Sujet Alex Panzani 1’42”

202(1) Un décor de guerre chimique, ce matin à l’aube en gare de triage d’Avignon. (2) C’est l’heure H pour la cellule d’intervention spécialisée, équipée de combinaisons étanches pour intervenir sur le wagon « bombe » accidenté, (3) contenant toujours ses (4) 59 tonnes de chlorure de vinyle. (5) Après 48 heures de réflexion, (6) les conditions de sécurité maximum sont enfin réunies (7), mais la tension est grande. (8) Lorsque commence la première phase de l’opération, (9) une opération très délicate, le risque majeur, c’est bien sûr (10) la fuite suivie d’une explosion et d’un incendie avec des émanations (11) très toxiques. Première phase, (12) il faut donc transvaser le chlorure de vinyle dans une autre citerne (13) en injectant de l’azote (14) dans le wagon accidenté. Mais ce n’est pourtant pas suffisant.

203Interview du Lt colonel R. Vignon (pompiers d’Avignon) (15)

Lorsque le liquide va arriver en-dessous les vannes, il ne sera plus possible de continuer l’opération de transvasement. On aura réduit de moitié, il restera 35 000 litres de produit, et les résistances mécaniques de la citerne permettront les opérations de relevage.

204(16) Une opération très délicate (17) qui a nécessité une évacuation massive dans un rayon de 600 mètres (18) autour du wagon. Opération (19) parfaitement planifiée par la municipalité. (20) Quatre mille personnes informées depuis la veille étaient réveillées à l’aube, (21) et celles qui le désiraient conduites (22) dans deux centres d’accueil où elles pouvaient se restaurer.

205(23) Le levage puis la fin du dépotage du wagon (24) s’achevaient à 18 h 30 sans incident. (25) Certains habitants étaient autorisés alors à regagner leur domicile. Le périmètre de sécurité se réduisait (26) considérablement, la menace la plus grave était écartée au terme d’une opération exemplaire menée avec succès. Mais on a quand même frôlé le pire, (27) en gare de triage d’Avignon.

4 décembre : France 2

206Lancement E. Leenhardt

La frayeur dominicale des habitants d’Avignon touche donc à sa fin grâce aux énormes moyens mis en œuvre. Le wagon citerne bourré de chlorure de vinyle qui s’était renversé dans la gare a été vidé, puis relevé, un travail dangereux et très minutieux. Reportage sur place de Yves Arousi.

207Sujet/Arousi 2’04”

208(1) Ils peuvent enfin rentrer chez eux, 18 h 30, quartier Champfleuri à Avignon, (2) les 4 000 habitants sont de retour, il n’y a plus de danger.

209Interview d’une femme (3)

Je me languissais de rentrer chez moi, parce quand vous vous retrouvez sans appartement, quand on vous interdit de rentrer chez soi, c’est très dur.

210Interview d’un homme (4)

Ça s’est passé mal et bien et mal, qu’est-ce tu veux faire !

211(5) (« In » du haut parleur des pompiers qui annoncent l’évacuation.)

212Cette journée a commencé à 6 h du matin avec le début de l’évacuation. (6) Réveil en fanfare, (7) patrouille dans les immeubles pour s’assurer que personne ne reste.

213Interview d’un homme qui organise l’évacuation (inaudible) (8)

214(9) Après le réveil, autobus ou voiture pour des destinations diverses. (10) Le parc des expositions d’Avignon a accueilli environ (11) 300 personnes. (12) L’objectif était de s’éloigner de (13) ce wagon citerne. À l’intérieur (14) 59 tonnes de chlorure de vinyle, (15) gaz dangereux qu’il faut transvaser dans d’autres wagons, (16) opération délicate menée par une soixantaine d’hommes.

215Interview (inaudible) (17)

216(18) Opération en trois phases. (19) D’abord, vider la moitié de la citerne. (20) (21) Ensuite la partie la plus risquée, relever le wagon, (22) le remettre sur ses roues, pour pouvoir extraire (23) le gaz restant, dernière phase qui se poursuit en ce moment et (24) qui nécessite un périmètre de sécurité réduit. (25) Le plan rouge peut donc être partiellement levé.

217Interview du Lt Colonel R. Vignon (26)

La citerne est sur voie, donc remise normalement. Donc, c’est une opération qui présente des risques encore, c’est vrai, mais qui sont tout à fait minimes par rapport à ce que l’on a connu, et le périmètre de 50 mètres est suffisant.

218(27) D’ici une heure ou deux, le wagon devrait être complètement vidé de son contenu. (28) Avignon retrouvera alors une vie normale, les circulations fluviales, aériennes et bien sûr ferroviaires ont été interdites tout au long de la journée.

4 décembre : France 3

219Lancement Catherine Mataush

C’était une opération à haut risque, toutes les mesures de sécurité avaient donc été prises, nécessitant l’évacuation de 4 000 personnes, à Avignon. Tout danger est désormais écarté, le wagon citerne a été remis sur les rails. D. Boudaout.

220Sujet Boudaout 1’11”

221(1) L’opération la plus délicate, la plus risquée selon les spécialistes s’est parfaitement déroulée. (2) Ce soir, le wagon citerne accidenté est sur les rails. Reste donc à transvaser environ (3) 30 tonnes de chlorure de vinyle dans (4) une autre cuve. Tout s’est déroulé comme prévu. À l’heure qu’il est, les habitants évacués (5) ont pu rejoindre leur domicile. Peu avant 6 h ce matin, 250 habitants des quartiers nord d’Avignon ont été tirés de leur lit. (6) (7) (in, le haut parleur du camion pompier). En tout, 4 000 personnes ont trouvé refuge dans un centre d’accueil. En attendant la fin des opérations de relevage, (8) une zone d’exclusion totale a été délimitée autour de la gare de triage d’Avignon.

222Interview d’un homme (9)

C’est comme ça, il vaut mieux prendre des sécurités que de risquer quelque chose...

223Interview d’une femme (10)

Ils auraient pu le faire quand même le samedi, hein, que nous faire lever à 6 h du matin le dimanche.

224(11) Une mesure de sécurité imposée par la toxicité du (12) chlorure de vinyle, un gaz excessivement inflammable. (13) Experts et sapeurs pompiers redoutaient une explosion. (14) Ce soir, tout risque semble (15) désormais écarté.

Notes

1 Les inondations ont donné lieu en tout à 19 présentations. Je donne ici la transcription intégrale de celles qui sont analysées dans le texte de ce livre.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search