Version classiqueVersion mobile

L’environnement dans les journaux télévisés

 | 
Suzanne de Cheveigné

Annexe 1 : méthodes

Texte intégral

1Cette annexe se propose de jeter sur le travail que je viens de décrire le regard – souvent inquiet et perplexe – de l’étudiant face à ses premiers travaux de recherche personnels, son mémoire de maîtrise puis de DEA, sa thèse ensuite. Il, ou elle, est sommé, à juste titre, de « définir sa problématique » ou, dit plus simplement, de savoir ce qu’il fait et pourquoi. C’est une étape inconfortable dans le cursus scolaire : jusque là, il suffisait de répondre à des questions, maintenant il faut les trouver soi-même, les poser correctement, choisir ses outils d’analyse, ... Alors seulement on peut tâcher d’y répondre. Il y a là en effet de quoi être saisi de vertige !

  • 1 Raymond Quivy et Luc Van Campenhoudt, Manuel de recherches en sciences sociales, Paris, Dunod, 1995 (...)

2Je vais donc essayer d’expliciter en détail la démarche que j’ai adoptée pour la présente étude et, plus amont, expliquer le choix de cette démarche. Je me coulerai dans un moule un peu scolaire mais qui sera, je l’espère, utile à ceux qui font leurs premier pas dans la recherche en choisissant d’étudier les discours médiatiques. Pour cela je me référerai à un classique des cours de méthodologie, le Manuel de recherches en sciences sociales de Raymond Quivy et Luc Van Campenhoudt1. Ce livre décrit de façon très claire une démarche de recherche. Comment et avec quelles adaptations s’applique-t-elle à un travail sur les médias ?

  • 2 Ibid., p 112.

3On le verra, si j’apprécie pleinement la rigueur dans la définition de la méthode qu’exigent ces auteurs, je la trouve mieux adaptée à une démarche déductive qu’à une démarche inductive – bien que les deux soient abordées dans le livre. Et le travail décrit ici relève plus de la seconde, pour des raisons que j’ai abordées dans le texte de ce livre et sur lesquelles je vais revenir dans cette annexe. La démarche inductive est en fait plus difficile à cadrer et à prescrire, d’où un besoin plus grand de réflexion et, il est vrai, un risque accru de dérive méthodologique. Très schématiquement, la méthode déductive part d’une proposition théorique, en déduit des hypothèses d’observations, puis descend sur le terrain voir si elles se réalisent ou non. Elle est « fondée sur une réflexion théorique et sur une connaissance préparatoire du phénomène étudié2 ». C’est en réalité une méthode importée des sciences physiques où un modèle théorique permet de faire des prédictions concernant le résultat d’une expérience, que l’on effectue ensuite pour confirmer ou infirmer ces prédictions. C’est une approche possible dans un domaine où l’on dispose d’un corps de savoir suffisant pour permettre l’élaboration de théories précises, aux prédictions mesurables.

  • 3 En réalité, la physique y a souvent recours aussi.
  • 4 Les anglo-saxons parlent de « grounded theory », de théories s’appuyant sur le terrain.
  • 5 Que les naturalistes me pardonnent le caractère quelque peu indigent de cet exemple !

4La démarche inductive est différente, plus proche d’une science de l’observation comme la zoologie par exemple3. Elle part du terrain, de l’observation, pour essayer de dégager des régularités, des lois qui, si elles se confirment, et se généralisent, acquièrent le statut de théorie4. Ce qui ne signifie absolument pas que l’on aborde le terrain avec des yeux innocents et que l’on y recueille des « faits purs ». Des théories déjà existantes guident l’observateur et dessinent le contour des « faits » qu’il va voir. C’est une théorie de ce qu’est un insecte qui fait que l’entomologiste en mission dans la forêt amazonienne trie parmi les petites bêtes qu’il rencontre, laissant de côté celles qui n’ont pas six pattes, les araignées par exemple. Certes, son modèle théorique de ce qu’est un insecte risque de le faire passer à côté de la découverte extraordinaire d’une nouvelle espèce à cinq pattes. D’un autre côté, il lui évite de revenir avec des boas, des paresseux et des jaguars en vrac dans sa besace à papillons5.

  • 6 Ibid., p 92.

5Dans l’analyse des discours médiatiques, nous sommes dans un position similaire : nous les observons, les décrivons, essayons de déduire des régularités, mais avec une théorie préalable qui nous dit quels sont les éléments pertinents de cette description. Comme le discutent d’ailleurs Quivy et Campenhoudt6, dans les analyses qualitatives, nous nous sommes placés dans une optique plus weberienne que durkheimienne. Nous ne cherchons pas à mettre en évidence la relation entre une cause et un effet, nous cherchons à interpréter des discours. Essayons-nous donc à une description rigoureuse de la méthode adoptée ici, en suivant les points indiqués par ces auteurs.

1° La question

6La première étape, nous disent-ils, consiste à définir sa question de départ. Mettons que la nôtre pouvait s’exprimer ainsi : « Comment les journaux télévisés construisent-ils la notion d’environnement ? » Elle contient toutes sortes de présupposés : que les médias sont un objet d’étude légitime, qu’une notion telle que l’environnement puisse s’y construire – d’ailleurs ce simple mot renvoie à un modèle de la dynamique sociale. On va le voir, l’énoncé d’une telle question suppose déjà un choix de problématique. Mais ne brûlons pas les étapes.

7La question posée demande à être précisée : quels journaux télévisés, de quels pays, à quelle période ? Il faut aussi se demander si on peut espérer y répondre. Avons-nous choisi un thème suffisamment large et présent dans l’espace public pour avoir un corpus conséquent ? Se demander comment on parle de la planète Neptune dans la presse quotidienne nationale est sûrement trop restrictif, alors que le thème de l’espace en général donnerait matière à étude.

8Où allons-nous en choisissant ce thème ? Une part de curiosité personnelle y entre certes, mais, au-delà, donne-t-il a voir quelque chose de la société en général ? C’est le cas du thème de l’environnement qui fait partie des préoccupations actuelles de nos concitoyens. Celui de l’espace est intéressant dans la mesure où il touche un aspect de la science lié aux grandes questions philosophiques. Encore faudrait-il aborder d’autres aspects des sciences aussi – l’explication concrète de notre cadre quotidien, à laquelle des médias populaires accorderont plus d’importance. On le voit, le choix de la question nous entraîne déjà loin dans l’étude de l’objet.

2° L’exploration

9La seconde étape est celle de l’exploration, qui comporte des lectures et des entretiens. Il existe un risque réel, que les auteurs soulignent, de rester « coincé » dans ses lectures. En effet, la liste des bons ouvrages est quasi infinie et il peut être très tentant d’en prendre excuse pour ne pas s’attaquer à sa propre recherche. Le conseil que donnent Quivy et Campenhoudt de lire par salves est très judicieux – alterner périodes de lecture et périodes de travail sur son propre objet. J’ajouterai même qu’il faut lire par salves concentriques, si l’on peut dire. J’entends par là qu’il est prudent de rester d’abord proche de son sujet, de sa question, pour voir comment d’autres auteurs l’ont approchée, puis de réfléchir à son propre travail, d’essayer d’y appliquer ce qu’on a lu, essayer d’en évaluer la pertinence. C’est ainsi que l’on s’approprie réellement ce que l’on lit – en le mettant en œuvre. Puis on repart lire.

10Une remarque : il est absolument essentiel de sortir du cadre franco-français. Les Anglo-Saxons, comme les Italiens, ont depuis longtemps développé une recherche sur les médias, et sur leur réception en particulier. On ne peut pas compter sur les traductions, ni penser que l’on trouvera des travaux français équivalents. La recherche est une activité internationale ; il n’y a aucun sens à se cantonner à la France.

11Pour le travail présenté ici, voici quelles auraient pu être les salves de lecture concentriques. Cette liste est loin d’être exhaustive, son but étant plutôt d’illustrer la démarche. Les références complètes des ouvrages se trouvent dans la bibliographie.

121) Commencer par des études concernant de très près notre sujet – la façon d’aborder le thème de l’environnement dans les médias – ce qui fournit à la fois des éléments d’information précis, des idées de questions à poser et des exemples d’approches méthodologiques. Parmi ces lectures possibles :

  • le rapport de P. Lascoumes sur la presse écrite réalisée à la demande du Ministère de l’Environnement : « L’environnement entre nature et Politique, un patchwork mal cousu. » Cette comparaison des quotidiens confirme bien l’existence de différentes visions de l’environnement selon le type de journal, comme la présente étude : par exemple que les journaux populaires accordent de l’importance au cadre de vie immédiat et à l’animalier, les « haut de gamme » se préoccupent davantage d’aspects politiques et économiques.
  • Construire l’événement, l’étude d’E. Véron sur l’accident de la centrale nucléaire de Three Mile Island tel qu’il a été rapporté dans la presse écrite, la télévision et la radio. Un examen exhaustif des discours médiatiques, mettant en évidence leurs sources, les liens entre eux et leur évolution au cours du temps de « l’incident ».
  • le numéro des Carnets du Cediscor intitulé « Un lieu d’inscription de la didactité : les catastrophes naturelles dans la presse quotidienne ». Plusieurs auteurs, sous la direction de Sophie Moirand, ont analysé avec les outils de la linguistique, des articles de presse sur le tremblement de terre de San Francisco de 1989. Le résultat est une analyse très fine des approches des différents quotidiens, en particulier en ce qui concerne les explications scientifiques données.
  • un article de Guillaume Sainteny, « Les Médias français face à l’écologisme », Réseaux 65 (1994) sur le traitement de l’écologisme politique mais qui aborde aussi des problèmes d’environnement plus techniques.
  • un ouvrage anglais centré sur la question : The Mass Media and Environmental Issues, coordonné par A. Hansen. Il contient, entre autres un article de Simon Cottle sur une étude très complète des différentes éditions des journal télévisé des chaînes de la BBC et de ITV, sur 2 semaines. Elle est très analogue à celle qui est décrite ici et je la commente largement dans le texte. Jacquelin Burgess et Carolyn M. Harrison décrivent un suivi quasi anthropologique, pendant plus de 2 ans, d’un projet d’implantation d’un centre de loisirs dans une zone protégée au sud de Londres. Les discours de la presse locale, régionale et nationale étaient analysés et en même temps, le public concerné était interrogé, pour suivre les interactions entre les médias et le public. Enfin John Corner et Kay Richardson y soulignent à quel point le thème de l’environnement est lié à l’idée de menace et de risque, d’où l’importance des résonances affectives des sujets télévisés (ressenties, rappellent-ils, différemment par différents publics), au delà des discours rationnels qui peuvent être tenus.
  • un numéro de la revue Media, Culture and Society consacré à l’environnement dans les média. Alison Anderson (« Sources strategies and the communication of environmental affairs ») y traite des sources des journalistes et Anders Hansen, (« The media and the social construction of the environment ») donne une bibliographie très détaillée des recherches dans le domaine.
  • la même Alison Anderson, dans un livre Media, Culture and the Environnement, développe une étude des conditions de production du discours médiatiques : sources, lobbies, pratiques journalistiques, abordés du point de vue des Cultural Studies britanniques. Le livre est plus faible dans son analyse des textes médiatiques.
  • le livre de John Corner et ses collaborateurs Nuclear Reactions, analyse des émissions de télévision sur les centrales nucléaire et leur réception par des téléspectateurs.
  • Geoffrey D. Gooch, (« A Case Study of the Effects of Newspaper Reporting, Personal Experience and Social Interaction on the Public’s Perception of Environmental Risks ») cherche à mesurer l’effet de définition d’agenda (agenda-setting) et l’influence des journaux suédois sur leurs lecteurs. Les auteurs ont procédé à une analyse de contenu parallèle des textes de presse et des réponses à un questionnaire distribué par voie de poste. Ils concluent à une corrélation relativement faible, par rapport à celle constatée avec l’expérience personnelle ou sociale.
  • Anders Hansen and Olga Linné dans leur article « Journalisme Practices and Télévision Coverage of the Environment : An International Comparison « décrivent une comparaison entre la Grande Bretagne et le Danemark. Durant la même période (en 1987), on traitait surtout du nucléaire en Grande Bretagne, du traitement des déchets et de la pollution au Danemark. Dans les deux pays, les auteurs constatent un faible rôle des associations écologistes dans le choix des sujets traités.

13Cette première salve de lectures nous indique déjà quelques pistes intéressantes : l’apport de la linguistique, la liaison avec la question de la réception, l’importance du choix d’un corpus large qui permette des comparaisons significatives et tout simplement des résultats de qui seront comparables aux nôtres.

142) Il faudrait maintenant en apprendre plus sur le journal télévisé, son histoire, son organisation, avec par exemple les ouvrages suivants :

  • Les Informations télévisées, de Marlène Coulomb-Gully ;
  • Les constructions référentielles dans les actualités télévisées, de Beate Münch ;
  • Le Journal télévisé, d’Arnaud Mercier ;
  • Journalism and Popular Culture, de Peter Dahlgren et Colin Sparks ;
  • Le Journal télévisé. Construction de l’information et compétences d’interprétation, de Thierry Lancien ;
  • le n° 10 du Bulletin du Certeic ;
  • le livre collectif coordonné par Bernard Miège, Le JT : mise en scène de l’actualité à la télévision.

15On commence maintenant à mieux connaître le média sur lequel on travaille, ainsi que les approches des chercheurs qui s’y sont intéressés.

163) Puis, en élargissant encore, il faut aborder la télévision en général, toujours parmi beaucoup d’autres ouvrages :

  • Jérôme Bourdon, Haute Fidélité, sur l’histoire des liens entre pouvoir et télévision ;
  • des livres tels que ceux de Dominique Mehl, La Fenêtre et le miroir, François Jost et Gérard Leblanc, La Télévision français au jour le jour et Guy Lochard Notre écran quotidien sur le fonctionnement de la télévision française ;
  • Roger Silverstone, Télévision and Everyday Life, pour une réflexion sur la place de la télévision dans la vie quotidienne ;
  • Dominique Wolton, Éloge du grand public et Peter. Dahlgren, Télévision and the Public Sphere, sur l’importance de la télévision généraliste dans la construction du lien social et de l’espace public, etc.

174) Les cercles vont s’élargissant en fonction des intérêts et des ignorances de chacun, pour en savoir plus sur les autres médias, sur l’écologie comme science, sur l’écologie politique, sur la sociologie en générale et celle des journalistes en particulier. C’est dans le choix de ces derniers cercles que s’exprime davantage l’orientation personnelle de chaque chercheur. Mais il était indispensable qu’il maîtrise au départ un objet limité, une méthode déterminée – j’y reviens tout de suite – et qu’en bâtissant progressivement sa propre compétence, il soit en position de bénéficier de lectures plus larges. De les critiquer, de les adapter, de s’en inspirer en connaissance de cause.

18Quant aux entretiens préalables préconisés par Quivy et Campenhoudt, toujours dans cette étape exploratoire, ils sont de trois sortes : entretiens de collègues, entretiens de témoins privilégiés, puis entretiens du public concerné par l’étude. Or, ces trois catégories d’interlocuteurs sont de nature très différente, leurs apports aussi. Les collègues chercheurs ou enseignants d’abord. Ce sont les ressources les plus immédiates pour l’étudiant, les plus utiles au départ de son travail pour aider à le définir, le cadrer, le limiter mais aussi indiquer des pistes. Mais ces entretiens préalables servent plus qu’à cerner le contenu du travail de recherche. Ils doivent servir aussi à en déterminer les conditions. L’initiation à la recherche ressemble beaucoup à l’apprentissage : et il est essentiel de bien choisir son maître. Jusqu’au DEA, cela signifie simplement choisir une formation de bonne qualité qui conduise bien dans la direction que l’on souhaite. Pour la thèse, le choix est plus délicat et plus important. Après tout, il faudra travailler avec son directeur de thèse pendant trois ou quatre ans. Cela mérite bien le temps de la réflexion ! Entrent en ligne de compte sa disponibilité, car on aura besoin de le consulter régulièrement, ses propres méthodes et ses positions théoriques qui doivent être au moins compatibles, sinon identiques, à celles que l’étudiant souhaite adopter. Son prestige intellectuel compte aussi, bien sûr. Il faut reconnaître que l’on passe ce temps de l’apprentissage dans une certaine dépendance intellectuelle, que l’on choisit un certain chemin au départ. Il ne faut certes pas s’interdire (ni se voir interdire) de regarder comment d’autres chercheurs s’y prennent mais il faut au départ maîtriser une démarche cohérente. Ce n’est qu’une fois qu’on la connaîtra bien qu’on sera en position de s’en écarter, de l’enrichir ou de la critiquer. D’où l’importance du choix de départ.

19Or, pour ce choix à la fois de sujet, de méthode et de directeur de recherche, rien ne remplace les discussions avec les enseignants, les chercheurs, les condisciples. C’est une capacité essentielle du chercheur que de savoir mobiliser les ressources humaines autour de lui, et ce dès le départ de son travail. C’en est une autre d’apprendre à les évaluer, d’apprendre à mettre en cause son propre savoir et celui des autres.

20Quant aux entretiens d’acteurs privilégiés – des journalistes en particulier dans le cas qui nous concerne – je suis beaucoup plus réticente. Justement parce que le premier travail du chercheur en herbe consiste à se donner le regard distancié de l’observateur. Plus tard, une fois qu’il connaîtra bien son corpus, qu’il verra émerger des régularités et qu’il aura créé dessus son propre savoir, alors oui, il sera très utile de parler avec des journalistes. L’erreur consisterait à penser que les journalistes en savent plus que les autres sur les médias. Leur logique est celle de praticiens, pas celle de chercheurs, d’observateurs. Il faut donc que l’étudiant ait bien consolidé sa position de chercheur avant de pouvoir entamer le dialogue. Il pourra alors, par ces entretiens, cerner mieux les conditions de production du corpus qu’il vient d’étudier. Mais ne jamais oublier qu’un témoignage n’est pas du même ordre qu’un travail de recherche. Pas du tout moins « bien », simplement pas du même ordre.

21Enfin, les entretiens du public concernent une étude plus proche d’une étude sociologique classique. Pour nous, le premier travail d’approche équivalent serait de regarder ces journaux télévisés librement, avant de transcrire, simplement pour se familiariser avec son corpus. Il est également utile de chercher à connaître les lecteurs des différents journaux de ce corpus – une première manifestation du souci de la réception.

3° La problématique

22Nous y voilà enfin, alors qu’en fait elle nous hante depuis le début ! Quivy et Campenhoudt définissent la problématique comme « l’approche ou la perpective théorique que l’on décide d’adopter pour traiter le problème posé par la question de départ ». Or, en fait, et les auteurs le disent eux-mêmes, la formulation même de la question est induite par la problématique.

23Les hypothèses de base qui sous-tendent le travail présenté ici sont exposées dans le premier chapitre : que l’analyse des médias relève à la fois de la sociologie et de la linguistique énonciative, ou encore que le sens d’un texte médiatique se construit lors de la rencontre d’un lecteur avec ce texte. D’où la nécessité de ne pas se contenter d’une seule des deux disciplines. Cela signifie aussi que l’analyse d’un texte ne peut être dissociée sinon d’une étude de sa réception, au moins d’une préoccupation permanente pour celle-ci. Enfin, puisque la relation entre le texte et son lecteur est au centre de la problématique, l’énonciation aura autant d’importance que l’énoncé, la « manière de parler » autant que ce qui est dit. Ce qui exclut de se contenter d’une approche en termes d’analyse de contenu, par exemple.

24Si l’on voulait encore résumer cette problématique, on pourrait le faire ainsi :

  1. Les médias sont le lieu de construction sociale de la notion d’environnement : celle ci n’apparaît pas seulement dans le discours des partis écologistes, elle n’est pas donnée simplement par les définitions des scientifiques. Les médias constituent l’espace public où sont débattues et modelées ces questions.
  2. Il existe un rapport entre un média et ses lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs – le « contrat de lecture » – tel que l’étude des textes médiatiques apporte une vision de différents secteurs de la société.

4° La construction du modèle d’analyse

25Dans cette démarche inductive, nous n’avons pas de relation à vérifier a priori. Il en va différemment dans une approche déductive. Quivy et Campenhoudt proposent l’exemple du travail de Durkheim qui faisait l’hypothèse d’une relation entre taux de suicide et cohésion sociale à travers l’Europe. L’étape consistait alors à bien cerner ces deux concepts, en trouver une mesure adéquate, puis déterminer la relation entre les deux. Qu’en est-il dans le cas d’une démarche inductive ? Il faut l’aborder avec une idée claire non pas du résultat mais des catégories de choses, des ensembles, que l’on cherche. L’erreur fatale, je l’ai déjà dit, serait de penser que dans une démarche inductive on cueille des faits « purs ».

26Quelles sont donc ces catégories ? La notion d’environnement, d’abord, telle qu’elle se dessine dans les journaux télévisés. Ne sachant pas a priori ce qu’elle est, je m’en suis donné une définition opératoire, une règle qui m’a permis de reconnaître les « faits » pertinents. De même que notre entomologiste qui souhaite connaître les insectes de l’Amazonie aura pour démarche de ramasser tout ce qui a six pattes, je vais retenir tout ce qui concerne le cadre physique de l’Homme, sa rencontre avec la Nature. Je ne considère pas un objet pré-défini, un taux de suicides, par exemple, je le construis à partir d’une règle : est insecte tout ce qui a six pattes, ou est une nouvelle concernant l’environnement tout ce qui parle du cadre physique – plus que social – de l’Homme. Je vais rencontrer des difficultés ainsi : des ailes qui sont peut-être en réalité des pattes, des cas limites comme ceux que j’ai discutés dans le texte. Mais ainsi je n’aurai pas imposé au départ les contours précis de mon objet.

27Autre concept mis en œuvre ici : celui du médiateur. Il était à ma disposition au départ, fourni par un modèle théorique provenant de la linguistique énonciative, que j’ai adopté. Ce médiateur, ou énonciateur, est l’être discursif construit dans le texte par toutes les traces ce ceux qui « parlent ». Ma théorie me dit qu’il est un élément essentiel du dispositif d’énonciation, et que celui-ci conditionne les liens entre médias et société. En revanche, je n’ai pas de modèle théorique prédisant les caractéristiques de ce médiateur – je vais donc les observer.

28Dans une démarche inductive, la théorie nous dit plutôt regarder que ce qu’on doit s’attendre à trouver. Et comme on regarde toujours sélectivement, qu’on est obligé de choisir parmi une multitude d’observations possibles, il est indispensable d’expliciter les soubassements théoriques de ces choix.

5° L’observation

29Cette étape concerne pour nous le recueil du corpus. Premier impératif : avoir plusieurs journaux télévisés à comparer dans des conditions comparables. Il faut prendre les mêmes éditions, autant que possible, car elles sont susceptibles d’attirer le même public. Le public de 20 heures n’est pas le même que celui de midi qui comprend plus de retraités et de femmes au foyer, ni que celui de 23 heures, qui comporte plus de cadres. Il faut aussi couvrir tout le spectre de l’offre. Nous avons ainsi retenu les 20 heures de TF1 et France 2 et le 19-20 de France 3. Nous y avions ajouté le 8 1/2 d’Arte, mais à cause de sa brièveté la comparaison avec les autres journaux n’a pas été extrêmement fructueuse. Il aurait été plus judicieux alors d’y adjoindre le journal « tout en images » de M6, court lui aussi. Pour une étude plus ambitieuse, on aurait pu introduire les éditions du matin et du midi. Ou encore d’autres chaînes européennes, mais toujours en veillant à la comparabilité. Pour les mêmes raisons, l’ensemble du corpus est recueilli aux mêmes dates.

  • 7 Le corpus est en fait trop étroit pour le 8 1/2 d’Arte qui n’a fait que 8 sujets pendant la période

30La taille du corpus est fonction des moyens du chercheur en temps, évidemment, et de l’importance de l’actualité concernant son sujet. Il faut se rappeler que l’on ne cherche pas de statistiques absolues dans un travail d’analyse qualitative du discours des médias. La notion d’échantillon représentatif n’a pas de sens ici. Il en est une autre plus pertinente pour des études qualitatives qu’on pourrait appeler « saturation des configurations les plus probables ». Elle consiste à poursuivre son analyse de journaux, ses entretiens ou toute autre observation du terrain jusqu’à ce que tout nouvelle occurrence paraisse semblable à une déjà recueillie. Lorsque chaque nouvel insecte que notre entomologiste attrape lui semble identique à l’un de ceux qu’il a déjà placé dans le formol, il décidera qu’il a bien exploré la population locale et il rentrera chez lui – sans cependant pouvoir dire qu’il a échantillonné tel pourcentage de la population amazonienne. Il en ira de même pour nous : lorsque nous aurons mis en évidence des règles répétitives de traitement des nouvelles, sur des sujets de nature différente, nous cesserons le recueil de données. Un mois a suffi dans notre cas, mais n’était guère de trop, vu le faible recouvrement des sujets traités par les différentes chaînes7.

31Pour résumer :

  • retenir les mêmes dates pour être face à la même actualité ;
  • couvrir la gamme offerte : les chaînes principales – ou les journaux principaux dans le cas de la presse écrite – en n’éliminant surtout pas les chaînes ou les journaux « populaires » sous prétexte qu’ils ne sont pas « bons » ;
  • retenir des éditions comparables, occupant le même espace de concurrence ;
  • prélever un corpus couvrant une période assez longue pour confirmer que les observations sont bien reproductibles.

32Reste enfin l’analyse : retour au texte principal du livre !

Notes

1 Raymond Quivy et Luc Van Campenhoudt, Manuel de recherches en sciences sociales, Paris, Dunod, 1995. On peut aussi consulter Alain Laramée et Bernard Vallée, La Recherche en communication. Éléments de méthodologie, Presses de l’Université du Québec, 1991.

2 Ibid., p 112.

3 En réalité, la physique y a souvent recours aussi.

4 Les anglo-saxons parlent de « grounded theory », de théories s’appuyant sur le terrain.

5 Que les naturalistes me pardonnent le caractère quelque peu indigent de cet exemple !

6 Ibid., p 92.

7 Le corpus est en fait trop étroit pour le 8 1/2 d’Arte qui n’a fait que 8 sujets pendant la période.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search