Version classiqueVersion mobile

L’environnement dans les journaux télévisés

 | 
Suzanne de Cheveigné

L’environnement dans les journaux télévisés

Texte intégral

  • 1 Ces choix sont discutés dans l’introduction.

1C’est le discours du journal télévisé sur l’environnement – notion qu’à dessein je n’ai pas encore précisément définie – que je désire cerner dans cette étude. Le corpus, je le rappelle, était composé des éditions de début de soirée de TF1 (20 heures), France 2 (20 heures), France 3 (l’édition nationale de 19 heures) et d’Arte (le « 8 1/2 » de 20 h 30, disparu depuis), enregistrées durant un mois entre le 7 novembre et le 7 décembre 19941. Que pouvais-je attendre de l’analyse d’un tel échantillon ? Certes pas une description quantitative absolue – la place accordée aux inondations en cet automne pluvieux, par exemple, n’était sûrement pas représentative d’une année entière – mais tel n’était pas le but recherché. Ce que je souhaitais faire, c’était comparer la manière dont les différentes chaînes parlaient de l’environnement, la place qu’elles y accordaient, les choix qu’elles faisaient face aux mêmes événements qui se sont déroulés dans le monde. Or, il y a eu 95 présentations de nouvelles durant ce mois – une masse importante à analyser fournissant largement matière à comparaison.

2Les nouvelles retenues ont donc été transcrites et « mises à plat » comme je l’ai expliqué dans le chapitre précédent. Dans ce chapitre, je présenterai le travail quantitatif qui a permis de faire une première approche de la notion d’environnement telle qu’elle se dessine dans les différents journaux, simplement en comptant les nouvelles, en les triant, en déterminant les types de présentations, les sources annoncées, etc. On verra qu’en fait ces comptages et ces classifications ne vont pas sans poser quelques problèmes – encore la fausse simplicité des chiffres ! – que je ne manquerai pas de discuter. Puis, dans le chapitre suivant, j’aborderai l’analyse qualitative de cinq de ces nouvelles.

Combien de nouvelles consacrées à l’environnement ?

3Je n’ai pas jusqu’ici défini le mot « environnement », puisque il s’agissait justement de déterminer la manière dont le concept est construit dans les différents journaux télévisés. En imposant un critère trop étroit, par exemple en exigeant que le mot environnement (ou un synonyme) soit prononcé au cours de la séquence, je risquais de passer à côté de stratégies particulières. C’est d’ailleurs ce que nous allons mettre en évidence.

  • 2 Philippe Descola et Gisli Palsson (SOUS la dir.), Nature end Society. Anthropological Perspectives (...)

4J’ai donc admis au départ une définition large – et assez floue – des sujets à retenir : grosso modo, tout ce qui concerne le cadre physique de l’Homme, l’eau, l’air, la terre, les sources d’énergie, les animaux, la forêt, la pollution, l’urbanisme, etc. Il faut garder présent à l’esprit le fait que cette distinction qui peut nous paraître « évidente » est en réalité sous-tendue par un modèle dualiste, qui oppose l’Homme à la Nature. Or notre idée de la Nature est une construction sociale, dont on peut faire l’historique et dont on sait qu’elle n’est pas partagée par toutes les cultures2. Nous allons toutefois retenir cette opposition fortement structurante pour le moment, quitte à l’interroger de nouveau plus loin.

5Dans cette sélection de nouvelles, j’ai laissé de côté la vie interne des partis politiques écologistes qui me semblait plus culturelle que naturelle ! Il m’est arrivé, bien sûr, d’hésiter devant quelques informations. En voici quelques unes qui n’ont pas été retenues :

  • le Salon de l’emballage où le commentaire nous explique que « la tendance simplicité, c’est le rustique, le goût du terroir... » ;

  • la cigarette sans fumée ;

  • une manifestation de péniches dont on menace d’interdire l’amarrage permanent à Paris ;

  • la Lyonnaise des Eaux et le financement des partis politiques. Le commentaire qui est prononcé ne concerne que la politique mais à l’image on montre de l’eau : une rivière, un robinet qui coule, une femme qui boit… Ce type de rapprochement ne sera peut-être pas sans influence sur la manière dont le public réagira à une augmentation future du prix de l’eau !

6Une précision de terminologie : une nouvelle, c’est-à-dire la relation d’un événement, – par exemple une fuite de pétrole en Sibérie – peut être reprise plusieurs fois par une même chaîne, avec plusieurs reportages dans le même journal ou dans les journaux des jours suivants. Je dirai alors que la nouvelle a donné lieu à plusieurs présentations, dont le nombre est, bien sûr, une indication de l’importance accordée à la nouvelle par la chaîne. (Il existe d’autres critères, que je discuterai plus loin.) C’est pourquoi, dans la liste des nouvelles traitées par chaque chaîne donnée dans le tableau 1, je précise le nombre de présentations faites de la nouvelle par la chaîne (en gras) et, pour pouvoir comparer, le nombre de présentations que ses concurrentes ont pu en faire.

7Pour analyser le spectre des nouvelles traitées, pour pouvoir effectuer des comparaisons entre chaînes ou encore avec les résultats d’autres auteurs, il est intéressant de les répartir. J’ai retenu les catégories suivantes – mais leur choix ne va pas de soi, j’y reviendrai dans la section suivante :

  • les sujets animaliers (A) ;

  • les annonces d’événements naturels, qui sont le plus souvent d’origine météorologique (cyclones, inondations, etc.) ou géologiques (volcans, tremblements de terre, etc.) (M) ;

  • les nouvelles concernant le nucléaire (N) ;

  • les sujets sur la pollution autre que nucléaire (P) ;

  • des sujets divers, relevant plus généralement de la politique environnementale, tels une initiative des pouvoirs publics en faveur de la voiture électrique, de ses aspects juridiques ou économiques (E).

Tableau 1 Les nouvelles traitées par chaque chaîne

Tableau 1 Les nouvelles traitées par chaque chaîne

8Pour comparer les journaux entre eux, il faut garder à l’esprit les différences entre leurs durées : ceux de TF1 et France 2 sont comparables, durant environ 35 à 40 minutes, mais celui de France 3 ne dure qu’une vingtaine de minutes et celui d’Arte, moins de 10 minutes. Il faut aussi remarquer que l’échantillon venant d’Arte, avec seulement 8 sujets, est trop faible pour donner des statistiques significatives. Pour les autres, sur la base de 20 à 40 présentations, il ne faudra pas essayer d’interpréter des différences d’un point dans les pourcentages ! Mais encore une fois, tel n’est pas le but.

  • 3 Je rappelle qu’une nouvelle peut donner lieu à plusieurs présentations dans le même journal. Ce fut (...)
  • 4 Suzanne de Cheveigné et Naïma Cheddadi, « Les informations scientifiques, techniques, médicales et (...)
  • 5 Pour la France, Télérama publie régulièrement ce type de données. Voir par exemple le numéro 2 349  (...)
  • 6 Maintenant que les écarts d’audience entre TF1 et France 2 se sont creusés, on assiste des répartit (...)

9Une première constatation saute aux yeux au vu du tableau 1 : pendant la période étudiée, TF1 a diffusé plus du double de présentations3 relevant de l’environnement que France 2, 46 contre 21. C’est une différence caractéristique souvent relevée entre des chaînes généralistes privées et des chaînes de service public. La même tendance s’observe dans d’autres pays européens : en Belgique entre la RTL, privée, et la RTBF, publique, en Allemagne entre la RTL et la SDFF, publique4. Or, les chaînes commerciales ont en général une audience plus populaire que les chaînes publiques5. Les journaux télévisés n’ont certes pas un public aussi ciblé que les journaux de presse écrite – les lectorats du Monde et de France Soir se différencient bien plus nettement, par exemple, que les publics de TF1 et de France 2. Dire que TF1 a un public plus populaire que France 2 signifie seulement que la distribution des catégories socioprofessionnelles de ses téléspectateurs est un peu déportée vers le bas6. Je reviendrai sur cette différenciation des public, élément essentiel pour comprendre le fonctionnement des médias.

  • 7 Le Monde du 7-8 juin 1998.

10À France 3, qui a un journal nettement plus court que celui de TF1 ou de France 2, on y trouve tout de même 20 présentations. En d’autres termes, au prorata des durées, la chaîne régionaliste – mais dans son édition nationale, rappelons-le – accorde sensiblement la même place à l’environnement que TF1. Or, le journal national de France 3 est étroitement imbriqué dans ses journaux régionaux, le tout formant une entité appelée le « 19-20 ». Ses titres sont annoncés avant le décrochage régional, et développés après. La partie régionale du journal a connu de très fortes audiences : 42 % de parts de marché chez les personnes âgées de 4 ans et plus, en octobre 1997, pour retomber à 32,5 % en mai 1998 – contre 28,3 % pour l’ensemble du journal. Le journal régional a sans doute un fort effet d’entraînement sur celui du national7. Une bonne part de son public accorde donc de l’importance aux événements qui se déroulent à l’échelle locale et le discours sur l’environnement entre dans la constitution de ce lien de proximité, il fait partie de la construction du paysage local.

  • 8 Simon Cottle, « Mediating the environment : modalities of TV news », in A. Hansen (éd.), The Mass M (...)

11Il existe une étude fort intéressante, menée en Grande-Bretagne par Simon Cottle, sur les différentes éditions (matin, midi et soir, nationales et régionales) des journaux télévisés des chaînes de la BBC et de ITV, prélevés sur 2 semaines. La comparaison est d’autant plus intéressante que l’échantillon de journaux télévisés a été pris approximativement à la même période de l’année que le nôtre, en début d’hiver (quoique 3 ans plus tôt : 25 novembre-1er décembre 1991 et 13-19 janvier 1992). J’aurai l’occasion de m’y référer souvent8. Cottle confirme ce caractère de proximité des nouvelles sur l’environnement, en trouvant que 81 % des nouvelles traitées concernant l’environnement passent soit dans les éditions du matin soit dans les éditions régionales.

12Je reviendrai sur ces premiers résultats mais pour l’heure, j’aimerais m’interroger davantage sur l’outil de mesure que j’ai utilisé jusqu’ici. Quel est la validité des chiffres obtenus ici ? Le comptage des présentations n’était en effet pas la seule mesure possible de l’importance accordée au thème de l’environnement. N’aurait-il pas fallu distinguer les différents types de présentation, les annonces brèves et les longs reportages, mesurer leurs durées ? Nous voilà devant un problème de métrique dont j’ai discuté précédemment, de choix de la façon de mesurer. De telles questions se rapportent en fait à la réception du journal télévisé. Nous nous interrogeons sur ce qui a plus d’importance, de visibilité, d’impact sur le téléspectateur : trois présentations de 30 secondes ou une seule d’une minute et demi ? Un reportage en images ou une nouvelle annoncée oralement par le présentateur, qui nous regarde dans les yeux ? On ne peut répondre à cette question sans mener une étude de la réception du journal par ses différents publics. En revanche, de tels éléments peuvent avoir de l’importance pour la réception, et ce d’autant plus qu’ils diffèrent d’un journal à l’autre et c’est pour cette raison qu’il faut tenter de les cerner au mieux.

13Dans ce corpus, je distinguerai différents types de présentation :

  • la « brève », c’est-à-dire une nouvelle annoncée par le présentateur visible à l’antenne ;

    • 9 C’est-à-dire qu’on entend parler le présentateur mais qu’on ne le voit pas.
    • 10 Marlène Coulomb-Gully, Les Informations télévisées, PUF, coll. « Que sais-je ? », Paris, 1995.

    des images commentées en voix-off par le présentateur9, que Marlène Coulomb-Gully appelle des « brèves imagées »10. Le présentateur peut être visible au tout début ou encore à la fin de la brève imagée. Ces deux formes sont très courtes, de l’ordre d’une vingtaine de secondes.

    • 11 Voir plus loin l’analyse de la nouvelle concernant la fuite dans un oléoduc russe : dans un des suj (...)

    des reportages (ou « sujets » dans le jargon du métier) lancés par le présentateur. À la télévision française – ce n’est pas une pratique universelle – le présentateur nomme le journaliste qui a préparé le sujet. Ces sujets peuvent être montés avec des images tournées sur place, avec des images d’archives, avec des images achetées à une agence, ou encore un mélange des trois ! De même, le commentaire peut avoir été enregistré sur le lieu de tournage ou être fait dans les studios parisiens. Il est rare que ces conditions de production soient clairement précisées à l’antenne. Quelquefois, cependant, on indique qu’il s’agit d’un commentaire d’images EVN (des images fournies par l’Eurovision News Exchange). En d’autres occasions on voit le journaliste à l’écran – c’est ce que l’on appelle un plateau de situation – plus ou moins près du lieu de l’événement11. Il existe un moyen de se repérer : un sujet tourné sur place a en général quatre signatures (le journaliste, le cameraman, le preneur de son et le monteur) alors qu’un commentaire sur des images achetées à une agence n’en a que deux (le journaliste et le monteur). On ne peut pas dire qu’il s’agisse d’un élément d’information vraiment mis à la disposition du public moyen ! La durée d’un sujet (hors lancement par le présentateur) est de l’ordre d’une minute et demi actuellement.

  • un échange sur le plateau (ou en duplex), entre le présentateur et un invité ou un journaliste spécialisé. Il n’y en a eu qu’un exemple d’invité dans notre corpus : à TF1, Patrick Poivre d’Arvor recevait Éric Tabarly pour présenter une nouvelle charte de la mer. Cet échange a duré deux minutes un quart. Il n’a été fait appel à aucun journaliste spécialisé.

14Le 8 1/2 d’Arte constituait un cas particulier puisqu’il n’y avait pas de présentateur, ni de journaliste visible. Il était formé d’un enchaînement de sujets de longueur variable. Le tableau suivant reprend les listes de nouvelles pour les trois chaînes à journal « classique », en distinguant des brèves (B), des brèves imagées (B’), des sujets (S) qui sont tous lancés par le présentateur sauf dans le cas d’Arte, et enfin le plateau (P) avec Éric Tabarly.

15On constate que France 2 n’a pas fait de brèves, TF1 et France 3 ont fait environ 20 % de leurs présentations sous cette forme, toutes les brèves de France 3 étant imagées, ce qui n’est pas le cas de TF1. On voit déjà que le rôle du présentateur n’est pas le même dans les trois journaux, sa présence en tant que locuteur visible étant plus importante à TF1. C’est un premier signe de la construction d’un énonciateur qui sera un médiateur fort, une stratégie d’énonciation que nous verrons apparaître très clairement dans l’analyse qualitative qui suit.

Tableau 2 Les types de présentations des nouvelles

TF1

catégorie

type

manif. WWF

A

1S

manif./défenseurs des animaux

A

1S

le loup des Vosges

A

1S

suicide de cachalots

A

1S

tramway à Strasbourg

E

1B’ 1S

permis de construire Leroy Merlin

E

1S

journal Fourmi Verte

E

1B

secteurs à risque d’incendies

E

1S

autoroutes souterraines

E

1S

trafic tunnel Mont Blanc

E

1S

plateau Éric Tabarly

E

1P

voiture électrique

E

IB’

qualité de vie à la campagne

E

2S

inondations/France

M

6S

inondations/Italie

M

3S

cyclone Gordon

M

1B 1B’ 2S

neige dans les stations

M

2S

inondations/rapport parlementaire

M

1S

météo trop douce pour la saison

M

1S

cyclone Inde + Australie

M

IB’

tremblement de terre/Philippines

M

IB’

volcan/Indonésie

M

IB’

Superphénix

N

1S

simulation accident nucléaire

N

1S

wagon de chlorure de vinyle

P

1B 1S

pollution oléoduc/Russie

P

2S

Bhopal il y a 10 ans

P

1S

la qualité de l’eau en Bretagne

P

1S

déchets industriels en Suisse

P

1S

matelas ignifugés/antimoine

P

1S

transformateur pyralène

P

1S

rejets d’huile de moteur

P

1S

total

7B’ 3B 36S

FR2

catégorie

type

Nancy/invasion de grenouilles

A

1S

permis de construire Leroy Merlin

E

1S

ferroutage

E

1S

luminothérapie

E

1S

inondations/France

M

3S

inondations/Italie

M

3S

cyclone Gordon

M

2S

neige dans les stations

M

2S

inondations/rapport parlementaire

M

1S

météo trop douce pour la saison

M

1S

transfert nucléaire/Kazakhstan

N

1S

wagon de chlorure de vinyle

P

2S

pollution oléoduc/Russie

P

1S

la qualité de l’eau en Bretagne

P

1S

total

21S

FR3

catégorie

type

permis de construire Leroy Merlin

E

1S

le ferroutage

E

2S

tramway/Strasbourg

E

IB’

colloque sur l’eau

E

1S

les problèmes de Venise

E

1S

arbres/Très Grande Bibliothèque

E

1S

roche de Roquefort en péril

E

1S

divers qualité de vie à la campagne

E

1S

inondations/France

M

2S

inondations/Italie

M

2S

cyclone Gordon

M

1B’ 1S

neige dans les stations

M

1S

transfert nucléaire/Kazakhstan

N

1S

wagon de chlorure de vinyle

P

1B’ 1S

Bhopal il y a 10 ans

P

IB’

total

4B’ 16S

  • 12 Plus précisément, les durées moyennes mesurées pour les sujets du corpus (hors lancements) sont de  (...)

16La durée moyenne des sujets (sans compter leur lancement) était sensiblement la même sur les trois chaînes principales : environ 100 secondes12. Quant à Arte, toutes ses nouvelles sont présentées sous forme de courts sujets, mais sans lancement par un présentateur. Deux sujets ont été un peu plus longs que la moyenne : les inondations en Italie et le dixième anniversaire de l’accident de Bhopal. Le plus long, sur l’inauguration du tramway de Strasbourg, a duré près de 2 minutes. La rédaction du 8 1/2 d’Arte est installée à Strasbourg, mais peut-être est-ce sans rapport.

17Une troisième façon enfin d’évaluer le « volume » d’environnement dans les différents journaux, ce sont les longueurs des transcriptions. Elles confirment les autres mesures : ainsi le texte retenu pour TF1 comporte environ 91 000 caractères, celui de France 2, 45 000 (y compris les indications de date, de locuteurs, etc. que nous avons insérées). Quelle que soit la façon de mesurer, on trouve donc deux fois plus d’environnement au « 20 heures » de TF1 et – au prorata de sa durée – au journal national du « 19-20 » de France 3 qu’à celui de France 2. Une mise en garde, cependant : nous trouverons plus loin des différences qualitatives très grandes entre ces deux journaux de TF1 et de France 2. Pas de conclusions hâtives, donc, sur qui traite « mieux » de l’environnement.

De quoi a-t-on parlé ?

18Regardons de plus près les nouvelles qui ont été traitées. Première constatation surprenante : il n’y a pas eu de consensus dans les choix des nouvelles. En un mois, trois seulement ont été traitées par l’ensemble des quatre journaux télévisés étudiés. Ce sont :

  • de graves inondations dans le sud de la France et en Italie ;

  • le passage du cyclone Gordon en Haïti et en Floride ;

  • l’annulation du permis de construire d’un magasin de matériel de bricolage Leroy Merlin bâti en zone protégée dans la banlieue de Toulouse et qui entraîne le licenciement d’une centaine d’employés.

  • 13 Du titre de l’ouvrage déjà cité d’Eliséo Véron, Construire l’événement, qui a démontré le phénomène (...)
  • 14 Simon Cottle, « Mediating the environment : modalities of TV news », in The Mass Media and Environm (...)

19Cela signifie qu’il n’y a pas eu de contrainte forte, ce que l’on appelle un « agenda » imposé, hormis pour quelques nouvelles. Les chaînes puisent dans un ensemble d’informations bien plus nombreuses que celles qu’elles retiennent, et elles n’y choisissent pas souvent les mêmes. Elles ne reflètent donc pas une « réalité » qui s’imposerait simplement à elles, elles doivent forcément opérer des choix au sein d’une actualité surabondante. Or, seules les nouvelles retenues auront une existence sociale au-delà des personnes directement impliquées dans leur déroulement. Cela a souvent été dit mais on l’oublie facilement, les médias « construisent l’événement13 ». Ici encore, les résultats de Cottle sur les journaux télévisés britanniques vont dans le même sens : les 3/4 des événements ne sont cités que dans un seul journal télévisé14.

20L’étendue et la gravité des inondations, ainsi que le fait qu’elles se déroulaient pour partie sur le territoire national, les imposaient de façon assez évidente – elles ont d’ailleurs été en général traitées plusieurs fois. Par contre, on peut s’interroger sur les raisons du choix commun du Cyclone Gordon ou de l’annulation du permis de construire du magasin de matériel de bricolage. Peut-être était-ce les images spectaculaires pour l’un, le conflit canonique de l’environnement et de l’emploi pour l’autre. J’y reviendrai plus loin, car ces nouvelles qui se sont imposées à toute les chaînes font bien sûr partie de celles qui seront analysées en détail dans le chapitre suivant.

21Revenons sur la catégorisation des nouvelles, présentée rapidement dans la section précédente. Dans un premier temps, si l’on considère les sujets traités par au moins deux des journaux télévisés, on peut voir comment se remplissent les catégories. Aucun sujet animalier n’est traité par plus d’une chaîne. Les autres catégories suscitent un peu plus de consensus :

  • Les événements d’origine naturelle sont le plus souvent météorologiques (M), comme :

    • le cyclone Gordon (toutes les chaînes) ;

    • les inondations dans le sud de la France ou en Italie (toutes les chaînes) ;

    • le manque de neige dans les stations de sports d’hiver (TF1, France 2) ;

    • le temps anormalement doux pour la saison (TF1, France 2).

  • La rubrique pollution (P) comporte :

    • le déraillement d’un wagon contenant un produit toxique, du chlorure de vinyle, en gare d’Avignon (TF1, France 2, France 3) ;

    • la fuite dans un oléoduc en Russie, d’ailleurs connue depuis un certain temps et déjà rapportée le mois précédent (TF1, France 2) ;

    • la qualité de l’eau en Bretagne (TF1, France 2) ;

    • le dixième anniversaire de l’accident de Bhopal, en Inde, (TF1, France 3, Arte).

22On a vu que la catégorie voisine, celle du nucléaire était peu fournie.

  • La catégorie « politique de l’environnement » (E) recouvre, par exemple :

    • l’annulation du permis de construire d’un magasin de matériel de bricolage construit en zone protégée (toutes les chaînes) ;

    • l’inauguration du tramway de Strasbourg (TF1, France 3, Arte) ;

    • le ferroutage, ou transport de camions par train (France 2, France 3) ;

    • divers sujets autour du dépeuplement rural ou de la vie à la campagne (TF1, France 3).

23Le tableau et les graphiques ci-dessous indiquent, pour chaque chaîne, les proportions de présentations (donc « brèves » et « sujets » confondus) par catégorie de nouvelle : les événements naturels, la pollution – en y incluant, sur le graphique, le thème du nucléaire puisqu’il était peu fourni – la politique de l’environnement, ainsi que les sujets animaliers. Comme pour tous les chiffres que je donne ici, ce sont les comparaisons entre chaînes qui sont intéressantes. Les valeurs absolues sont celles d’un mois de novembre marqué par des inondations graves et ne coïncident pas forcément avec des moyennes annuelles. Ce que je souhaite mettre en évidence, ce sont les différences entre les choix stratégiques faits par les journaux télévisés, dans les mêmes conditions et face aux mêmes événements.

Tableau 3 Répartition des présentations par catégorie

Catégorie

TF1

France 2

France 3

Arte

Animaliers (A)

9 %

5 %

0 %

0 %

Polit. environnement (E)

24 %

14 %

45 %

38 %

Météorologiques (M)

41 %

57 %

35 %

38 %

Nucléaire (N)

4 %

5 %

5 %

0 %

Pollution (P)

22 %

19 %

15 %

25 %

  • 15 On peut voir dans cette différence entre les deux chaînes l’effet de l’importance accordée aux inon (...)

24Si on examine ces graphiques, on voit au premier abord qu’il y a deux types de profils bien différents : ceux de TF1 et France 2 d’un côté, où les événements naturels prédominent nettement, ceux de France 3 et Arte, plus uniformément répartis, de l’autre. Pour France 2, ces événements naturels (le plus souvent des catastrophes telles que des inondations ou des éruptions de volcan) sont le thème de 57 % des présentations et 41 % à TF115. Les sujets animaliers et les sujets de politique de l’environnement sont plus présents sur TF1 que sur France 2. La pollution représente près du quart des présentations de toutes les chaînes.

  • 16 Il ne faut pas perdre de vue le fait que l’on travaille avec peu d’éléments dans le cas d’Arte.

25France 3 et Arte ont accordé davantage de place aux problèmes d’environnement généraux, au moins à égalité avec les événements naturels. La pollution revêt à peu près la même importance que chez les deux « grandes » mais les animaux ne sont pas apparus à France 3 ni à Arte (pas plus que le nucléaire)16.

26La catégorisation mise en œuvre ici repose, comme je l’ai dit, sur une opposition entre l’Homme et la Nature, le thème de l’environnement étant justement celui de la gestion de leur rencontre et des problèmes qu’elle peut poser. Certaines des catégories retenues se rangent plutôt du coté de la Nature :

  • ce qui concerne le règne animal, ce que j’ai appelé les sujets animaliers ;

  • on aurait pu trouver des nouvelles concernant le règne végétal (les algues qui prolifèrent en Méditerranée par exemple) ;

  • le règne minéral, la Nature inanimée, regroupe les phénomènes météorologiques ou géologiques.

27Viennent ensuite des catégories plus centrées sur l’Homme :

  • ses méfaits d’abord, essentiellement la pollution. J’avais réservé une catégorie particulière au thème sensible du nucléaire, mais il s’est révélé peu présent dans le corpus. Les deux sujets qui relèvent de cette catégorie traités par TF1 – Superphénix et une simulation d’accident nucléaire – n’ont pas retenu l’attention des autres chaînes. France 2 et France 3 ont, en revanche, traité d’un transfert de déchets nucléaires au Kazakhstan ;

  • les actes plus positifs de l’Homme sont regroupés dans la catégorie, un peu disparate à vrai dire, de la politique de l’environnement. On y trouve en particulier les aspects juridiques de la question.

28Notons que ce sont des catégories extrinsèques, que l’opposition Homme/Nature, la division de la sphère naturelle en règnes animal, végétal et minéral ne sont en général pas explicitées dans le texte des nouvelles. Ce sont des catégories construites par le chercheur en faisant référence à d’autres savoirs, à d’autres domaines – un premier essai d’organisation, donc d’explication de ce qu’il observe. Mais ce travail repose sur un modèle théorique, voire philosophique dans le cas présent, qu’il convient d’expliciter.

  • 17 Pierre Lascoumes, Catherine Boulegue, Catherine Fournier, « L’environnement entre nature et politiq (...)

29Ce n’est pas la seule manière possible de définir des catégories de nouvelles concernant l’environnement, bien que dans la littérature on retrouve en général la même opposition Homme/Nature, profondément ancrée dans notre culture. Par exemple, dans leur rapport au ministère de l’Environnement concernant le traitement du sujet par la presse écrite, Pierre Lascoumes et ses collaborateurs17 distinguent, à un premier niveau d’analyse :

  • la thématique naturaliste,

  • les pollutions et nuisances,

  • les politiques d’environnement,

  • les problèmes d’énergie (ces derniers sont peu présents dans notre corpus, hormis un sujet sur la voiture électrique),

  • l’aménagement du territoire.

  • 18 Op. cit., p. 36.

30D’après les auteurs, ces catégories sont intrinsèques, « celles à partir desquelles les médias pensent et réagissent aux questions environnementales18 ». Pourtant, distinguer les politiques de l’environnement des problèmes d’énergie relève d’une distinction introduite par le chercheur, pas d’une catégorie explicitement construite par les médias – sauf par exemple à suivre strictement les rubriques des journaux. Or celles-ci varient d’un titre à un autre, elles sont plus présentes dans les journaux d’élite que dans les journaux populaires, bref, c’est bien en faisant appel à des cadres de référence extérieurs que l’on réalise une telle catégorisation. Un tel recours n’a rien de répréhensible, bien au contraire, mais il est préférable d’en prendre clairement conscience.

31Pour comparer les résultats de Lascoumes et ses collaborateurs aux miens, j’ai regroupé leurs trois dernières catégories dans la rubrique « politique de l’environnement », pour obtenir, tous journaux confondus, 39,5 % des articles. J’ai en revanche divisé la première en distinguant les sujets animaliers des manifestations de la Nature inanimée. Tous journaux confondus, Lascoumes et ses collaborateurs trouvent 39,5 % des articles dans cette catégorie agrégée que j’appelle « politique de l’environnement », 26,6 % en pollution et 34,5 % sous la thématique naturaliste.

  • 19 Simon Cottle, « Mediating the environment : modalities of TV news », in The Mass Media and Environm (...)

32Simon Cottle19, dans son étude de l’environnement dans les journaux télévisés britanniques, subdivise davantage ses catégories, mais, grosso modo selon le même principe et la comparaison reste possible, en les regroupant, comme indiqué entre parenthèses, pour retrouver les miennes. Il a retenu les suivantes :

  • la pollution, en distinguant celle de l’air, de l’eau et de la terre (P) ;

  • l’animal, en distinguant son habitat naturel et son exploitation (A) ;

  • la conservation de l’espace naturel (E) ;

  • la conservation du patrimoine culturel (nouvelles, peu nombreuses, que je n’aurais pas retenues) ;

  • les problèmes urbains et l’aménagement du territoire (E) ;

  • les désastres naturels (M) ;

  • la vie des partis politiques écologistes (nouvelles que j’ai écartées) ;

  • le nucléaire (P) ;

  • les aliments (A ou plantes) ;

  • l’exploitation minière (E).

33Cottle affirme lui aussi catégoriser à partir du contenu des nouvelles, de façon intrinsèque. Pourtant, distinguer la conservation des espaces naturels de celle du patrimoine culturel suppose bien un modèle qui différencie les productions de l’Homme de celles de la Nature ! Il est intéressant de comparer la répartition qu’il trouve des types de nouvelles, tous journaux télévisés confondus, à celle des journaux français du soir, mais il faut cependant se rappeler que cette répartition peut dépendre de la nature de l’actualité du moment :

  • 27,9 % pour la pollution, et davantage encore si l’on ne considère que les journaux du soir. Notons que cette proportion est proche des nôtres.

  • 20,5 % sur les animaux, davantage dans les journaux régionaux et du matin. Ici, nous n’en trouvons que quelque pour-cent.

  • 7,7 % de catastrophes naturelles contre près de la moitié en France, certes au moment de fortes inondations.

  • 44,8 % de politique de l’environnement en général, proche des valeurs trouvées dans nos journaux à profil plus institutionnel, à France 3 et sur Arte.

  • 20 Pierre Lascoumes, Catherine Boulegue, Catherine Fournier, op. cit.
  • 21 Simon Cottle, « Mediating the environment : modalities of TV news », in The Mass Media and Environm (...)

34Il est plus intéressant – et plus fondé – vu la manière dont la répartition des nouvelles est susceptible de dépendre de la période examinée, d’effectuer des comparaisons à l’intérieur d’un même corpus entre types de journaux, en les regroupant selon leur type de lectorat, « cultivé » ou populaire. Comme ici pour le journal télévisé, Pierre Lascoumes20 et ses collaborateurs ont trouvé, pour la presse écrite, des répartitions de sujets différents selon les journaux, les plus populaires accordant plus d’importance au cadre de vie immédiat et à l’animalier, les « journaux d’élite » se préoccupent davantage des aspects politiques et économiques de la question. Par exemple, Le Monde, Libération et Le Figaro, comparés à France Soir, accordent plus d’importance à la politique de l’environnement et moins aux sujets naturels. Il en va de même lorsqu’il compare Le Point à Paris Match. Cette même différence entre médias destinés à un public plus cultivé et médias à un public plus populaire se retrouve donc dans les journaux télévisés entre France 3 et Arte d’un côté, TF1 et France 2 de l’autre. Simon Cottle21 fait le même type de constatation en comparant différents journaux télévisés britanniques. On peut donc conclure que TF1 et France 2, en ce qui concerne la répartition des sujets traités, sont assez proches, toutes deux étant moins institutionnelles et plus « populaires » que France 3 ou Arte.

Pourquoi ces événements ?

35On peut se demander ce qui a apparemment motivé le choix de ces nouvelles, choix différent selon les chaînes. Je prends le mot « apparemment » dans son sens littéral : la justification qui apparaît à l’écran ou dans le texte, donc que voit ou entend le téléspectateur. D’abord, la grande majorité des présentations concernent des événements qui semblent avoir été choisis pour leur actualité – ils viennent de se produire. Il peut s’agir d’accidents ou de catastrophes, comme les inondations ou le déraillement d’un wagon de matière toxique en gare d’Avignon (ou, indirectement, le dixième anniversaire de l’accident de Bhopal). Toute une catégorie d’événements sont également d’actualité sans être aussi dramatiques : ce sont tous les rapports, les manifestations, les jugements des tribunaux, etc. Ces événements d’actualité ayant eu lieu le jour même ou la veille, il n’y aurait guère de sens à les annoncer à un autre moment. Deux des trois nouvelles traitées par les quatre chaînes sont de ce type, le cyclone Gordon et le retrait du permis de construire. La troisième, la fuite de pétrole en Russie, est en fait connue depuis le mois précédent, mais cela n’est pas mentionné (voir les transcriptions en annexe).

36Quelques nouvelles traitent d’un état de fait qui dure, dont l’actualité est moins pressante, l’absence de neige dans les stations de sport d’hiver, par exemple. Enfin, certains sujets n’ont pas de facteur déclenchant évident et ne renvoient pas à une actualité immédiate. Ils font partie de ce que l’on appelle les « marbres » dans les rédactions, que l’on diffuse quand on a le temps :

  • le loup des Vosges, qui errait, apparaissant régulièrement au journal télévisé, depuis des mois (TF1) ;

  • Venise qui s’enfonce (France 3) ;

  • la repopulation d’un village (France 3) ;

  • le rocher de Roquefort qui s’effrite (France 3) ;

  • la luminothérapie (France 3).

37On peut aussi classer les nouvelles, non plus par degré d’actualité, mais selon le ou les agents qui – toujours d’après ce qui est indiqué au téléspectateur – les ont déclenchées. Certes, on trouve beaucoup d’accidents et de catastrophes, mais aussi certains sujets qui résultent d’une initiative humaine provenant soit de la société civile – d’associations ou d’industriels, par exemple – soit des pouvoirs législatifs, exécutifs ou juridiques. Quelques exemples :

  • des actions de mouvements écologistes :

    • la fuite dans un oléoduc du nord de la Russie dénoncée par l’association internationale écologiste Greenpeace, dès le mois précédent. Le sujet est traité deux fois à TF1 (Greenpeace étant citée comme origine à chaque fois), une fois à France 2 (Greenpeace n’est pas citée) ;

    • les trafics d’animaux : une manifestation de protestation de la World Wildlife Fund (TF1) ;

    • les déchets industriels en Suisse dont s’inquiètent des association écologistes (TF1) ;

    • le tunnel du Mont-Blanc : une manifestation locale contre la circulation des camions (TF1) ;

    • une manifestation des associations de défense des animaux à fourrure (TF1).

  • • des initiatives du secteur commercial ou industriel :

    • des points de collecte ont été ouverts par « les professionnels de l’automobile » pour recueillir l’huile de moteur usagée (TF1) ;

    • une simulation d’accident nucléaire faite par le Commissariat à l’énergie atomique (TF1) ;

    • le lancement du journal « La Fourmi verte » (TF1).

  • • l’action des pouvoirs publics exécutifs... :

    • l’établissement d’un plan des zones de risque pour les incendies de forêt (TF1) ;

    • des crédits accordés pour développer le ferroutage (France 2, France 3) ;

    • le ministre de l’industrie arrive au Conseil des ministres au volant d’une voiture électrique (TF1) ;

    • un rapport de la DASS – la Direction des affaires sanitaires et sociales – sur la qualité de l’eau en Bretagne (à TF1 qui ne précise pas l’origine du rapport, à France 2 qui n’explicite pas le sigle de l’organisme) ;

    • après un commentaire d’un rapport de l’INSEE, un reportage enchaîne sur les jeunes et la qualité de la vie dans le midi de la France (TF1) ;

    • le dépeuplement rural, suite à la même étude (TF1).

  • ... législatifs, … :

    • le rapport parlementaire sur la prévention des inondations (TF1, France 2) ;

    • les autoroutes souterraines : il s’agit d’un amendement adopté « la semaine dernière » par le Sénat (TF1).

  • ... ou juridiques :

    • les transformateurs au pyralène : un procès (TF1) ;

    • l’annulation du permis de construire du magasin de matériel de bri colage Leroy Merlin (les quatre journaux télévisés).

38Enfin, TF1 a réalisé un plateau dont l’invité était Éric Tabarly, « parrain d’une charte de la mer », mais sans préciser qui était à l’origine de l’initiative.

39Si on revient à l’ensemble des nouvelles, il faut reconnaître qu’elles sont en majorité de « mauvaises nouvelles », soit qu’il s’agisse de catastrophes, comme les inondations, soit qu’il s’agisse de problèmes moins spectaculaires, comme la mauvaise qualité de l’eau en Bretagne, ou le manque de neige dans les stations de sports d’hiver. Une initiative positive liée à l’environnement – telle le développement de la voiture électrique, ou les crédits accordés pour le ferroutage – ne donne pas très souvent lieu à un traitement médiatique. Il est vrai que pour ce type de comptage, l’échantillon retenu est trop faible pour nous permettre de faire des généralisations. Cependant, pour prendre l’exemple de TF1, sur 46 présentations, plus de 30 étaient plutôt négatives ou aux mieux neutres, et de celles-ci neuf concernaient les inondations dans le sud de la France et en Italie. Même si la météo avait été plus clémente, il est probable que les problèmes l’auraient quand même emporté. On peut noter aussi la faible influence des associations écologistes qui ne sont à l’origine que d’une demi-douzaine de sujets.

  • 22 Ou annonce de la rubrique – international, économie... ou environnement – sur le modèle de la press (...)

40Une remarque, enfin : il n’y a plus de rubriquage22 particulier dans le cadre des journaux télévisés français, ni d’ordre strict : nouvelles internationales, politique nationale, faits divers, etc. arrivent en ordre dispersé, les plus importants – selon des critères pas toujours très évidents – étant placés plutôt au début. L’environnement peut donc se retrouver n’importe où dans le cours du journal.

41Certaines nouvelles sont marquées par un pictogramme incrusté sur l’image du présentateur lors du lancement du sujet. Dans aucun cas ils ne définissent une catégorie « environnement ». Ceux de TF1 proposent des sous-rubriques, par exemple :

  • « POLLUTION » sous une carte de la Sibérie ;

  • « INONDATION » avec une image extraite du reportage ;

  • « INTEMPÉRIES » également avec une image.

42Ils peuvent être moins génériques, plus proches de l’événement, comme

  • « BERLUSCONI », sous sa photo, pour annoncer un reportage sur les inondations en Italie. Son gouvernement venait de déclarer l’état d’urgence.

  • « STRASBOURG » sous une image de la cathédrale de la ville pour annoncer l’inauguration du tramway.

43Les pictogrammes de France 2 sont différents. Ils annoncent presque toujours le lieu de l’événement et non sa catégorie. Vient ensuite une caractérisation partielle de la nouvelle. Tous sont illustrés par une image du reportage.

  • « SIBÉRIE – LA NEIGE EN DEUIL »

  • « SUD-EST – ÉVACUATIONS »

  • « ITALIE – DÉSASTRE »

  • « NICE – LA VIE REPREND »

  • « AVIGNON – WAGON À RISQUES »

44Une exception a concerné un sujet sur un rapport parlementaire, qui était donc sans ancrage géographique :

45• « INONDATION – ANALYSE DES CRUES »

46Les titres de TF1 catégorisent le plus souvent la nouvelle, ceux de France 2 la situent géographiquement puis en soulignent un aspect. Les premiers sont plus informatifs. Imaginons que le son soit coupé : les pictogrammes de TF1 nous précisent le type d’événement présenté, pollution ou inondations. À voir ceux de France 2, nous savons qu’il s’est passé quelque chose à Nice ou en Sibérie, et qui fait que la neige est en deuil ou que la vie reprend – mais nous ne savons pas quoi. Les pictogrammes – pas toujours présents – de TF1 organisent davantage le journal, sans toutefois revenir aux rubriques classiques, ceux de France 2 situent les nouvelles sur le mappemonde.

Les mots employés

  • 23 Nous les avons donc recherchés systématiquement dans les transcriptions des nouvelles retenues en m (...)

47Une autre manière de se demander ce qu’est l’environnement dans le journal télévisé, c’est de chercher tout simplement où et comment on prononce le mot, ou des mots de sens voisin23. Le tableau 3 donne le contexte où les mots apparaissent pour en préciser le sens.

  • 24 En comparant les fréquences, il faut toujours garder à l’esprit les longueurs relatives des textes (...)

48Le mot environnement (ou des mots apparentés) est prononcé douze fois sur TF1 et pas une seule fois sur France 2, deux fois sur France 3, une fois sur Arte24. Le plus souvent, le mot environnement a été associé aux adjectifs « protégé » ou « respecté » (voir le tableau).

49Le terme écologie est utilisé douze fois par TF1, deux fois par France 2, une fois par France 3, et jamais utilisé par Arte. On le trouve dans des expressions comme « catastrophe écologique » ou pour désigner les « écologistes » qui sont le plus souvent décrits comme inquiets ou combatifs. Une constatation étonnante : France 2 avait quasiment éliminé les deux termes d’environnement et d’écologie de son vocabulaire.

50Le mot nature est un peu mieux réparti entre les chaînes : douze occurrences pour TF1, quatre pour France 2, deux pour France 3, aucune pour Arte. Sur TF1, le mot est lié quatre fois à celui de « catastrophe », jamais pour les autres chaînes. France 2 a personnifié la nature deux fois, ce que les autres journaux n’ont pas fait : « La Nature est un peu à l’étroit dans ses nouveaux habits » et, à propos du passage du cyclone Gordon en Haïti, « Pour la Nature, cruauté rime avec pauvreté ».

51Le terme catastrophe apparaît bien plus souvent à TF1 (quinze fois) que sur France 2 (deux fois) ou sur France 3 (deux fois). En revanche, Arte utilise le terme quatre fois. Vue la courte durée du bulletin, c’est une fréquence relative plus grande qu’à TF1 !

52On voit encore se dessiner quelques éléments de différence entre les deux chaînes principales : une plus grande dramatisation à TF1 comme l’indique la fréquence du mot « catastrophe », une plus grande distanciation à France 2 où on peut parler d’environnement sans le nommer, où on personnifie la Nature.

Tableau 4 Emploi du mot « environnement »

date

chaîne

nouvelle

émetteur

phrase

7 nov.

TF1

oléoduc Russie

env. spécial

protection de l’environnement

7 nov.

TF1

manif WWF

P. Poivre d’Arvor lance off

Environnement toujours, ...

11 nov.

TF1

déchets indust. Suisse

C. Chazal lance

Environnement maintenant, …

11 nov.

TF1

déchets indust. Suisse

sous-titre d’identification

Association « médecins en faveur de l’environnement »

11 nov.

TF1

déchets indust. Suisse

off (dernier mot)

associations françaises de protection de l’environnement

20 nov.

TF1

simulation accident nucl.

sous-titre d’identification

Service Études et Recherche environnement IPSN Cadarache

20 nov.

TF1

simulation accident nucl.

expert

conséquences en termes d’environnement

22 nov.

TF1

loup des Vosges

éleveur nommé

aucune indemnisation prévue par le ministère de l’environnement ou de l’agriculture

25 nov.

TF1

qualité eau Bretagne

sous-titre d’identification

ministre de l’environnement

25 nov.

TF1

Leroy Merlin

off reporter

respect de l’environnement

28 nov.

TF1

autoroutes souterraines

P. Poivre d’Arvor lance

une solution qui favorise bien sûr l’environnement mais qui coûte…

28 nov.

TF1

autoroutes souterraines

off

respect de l’environnement oblige

25 nov.

FR3

Leroy Merlin

E. Cachart lance

une grande page consacrée à l’environnement

25 nov.

FR3

Leroy Merlin

off

l’association de protection de l’environnement

7 nov.

Arte

inondation Italie

présentateur off

destruction systématique de l’environnement

Tableau 5 Emploi du mot « écologie »

date

chaîne

nouvelle

émetteur

phrase

7 nov.

TF1

oléoduc Russie

env. spécial off

les écologistes consternés

7 nov.

TF1

oléoduc Russie

interview non identifié

une catastrophe écologique

7 nov.

TF1

oléoduc Russie

env. spécial

des catastrophes écologiques

11 nov.

TF1

déchets indust. Suisse

C. Chazal lance

inquiétude de plusieurs associations écologistes

11 nov.

TF1

déchets indust. Suisse

journaliste off

les craintes des militants écologistes

14 nov.

TF1

oléoduc Russie

env. spécial

cette catastrophe écologique

14 nov.

TF1

oléoduc Russie

env. spécial off

pas d’écologistes indépendants

14 nov.

TF1

oléoduc Russie

env. spécial off

les catastrophes écologiques

20 nov.

TF1

simulation accident nucl.

C Chazal lance

inquiète souvent les écologistes

25 nov.

TF1

Leroy Merlin

C. Chazal lance

combat mené par les écologistes

25 nov.

TF1

Leroy Merlin

C. Chazal lance

les écologistes qui avaient porté plainte

25 nov.

TF1

Leroy Merlin

B. Mazure lance

une plainte déposée par les écologistes locaux

8 nov.

FR2

inondation France

titre d’identification

conseiller régional écologiste

23 nov.

FR2

oléoduc Russie

B. Mazure lance

une catastrophe écologique majeure

25 nov.

FR3

Leroy Merlin

E. Cachart lance

les écologistes ont obtenu du tribunal administratif

Tableau 6 Emploi du mot « nature »

date

chaîne

nouvelle

émetteur

phrase

7 nov.

TF1

inondations Corse

journaliste off

autre catastrophe, mais celle-là non naturelle

7 nov.

TF1

oléoduc Russie

P. Poivre d’Arvor lance off

catastrophe naturelle

7 nov.

TF1

manif WWF

P. Poivre d’Arvor lance

WWF, le fonds mondial pour la nature

10 nov.

TF1

rapport parlementaire

P. Poivre d’Arvor lance

l’assurance catastrophe naturelle

11 nov.

TF1

déchets indust. Suisse

sous-titre d’identification

Office de l’eau et de la protection de la nature du Jura

11 nov.

TF1

déchets indust. Suisse

sous-titre d’identification

Ligue de protection de la nature du Jura

15 nov.

TF1

trembl. terre Philippines

P. Poivre d’Arvor lance

autre catastrophe naturelle

18 nov.

TF1

suicide cachalots

sous-titre d’identification

Institut des sciences naturelles de Bruxelles

20 nov.

TF1

simulation accident nucl.

journaliste off

connaître les comportements de la nature en cas d’accident nucléaire

22 nov.

TF1

loup des Vosges

journaliste off

relâché par son propriétaire dans la nature

25 nov.

TF1

qualité eau Bretagne

expert SEPNB

rôle […] que le milieu naturel tient pour l’eau et pour les hommes

1er déc.

TF1

huile de moteur

P. Poivre d’Arvor lance

100 000 tonnes d’huile de moteur sont déversées chaque année dans la nature

8 nov.

FR2

inondations France

D. Bilalian lance

la nature est un peu à l’étroit dans ses nouveaux habits

8 nov.

FR2

inondations France

journaliste off

le Var a tout simplement repris son lit naturel

15 nov.

FR2

Cyclone Gordon

journaliste off

pour la nature, cruauté rime avec pauvreté (Haïti)

25 nov.

FR2

qualité eau Bretagne

journaliste off

l’eau ne dispose plus de ses éléments filtrants naturels

25 nov.

FR3

arbres biblio. nationale

journaliste off

recréer un havre naturel de paix au milieu des formes pures et rectilignes

27 nov.

FR3

roche de Roquefort

journaliste off

la catastrophe que représenterait l’effondrement de ce miracle naturel

Tableau 7 Emploi du mot « catastrophe »

date

chaîne

nouvelle

émetteur

phrase

7 nov.

TF1

oléoduc Russie

P. Poivre d’Arvor lance off

catastrophe naturelle

7 nov.

TF1

oléoduc Russie

interview non identifié

une catastrophe écologique

7 nov.

TF1

oléoduc Russie

env. spécial

des catastrophes écologiques

7 nov.

TF1

inondations Corse

C. Chazal lance

on parle déjà de miracle dans la catastrophe

7 nov.

TF1

inondations Corse

journaliste off

autre catastrophe, mais celle là non naturelle

7 nov.

TF1

inondations Corse

journaliste off

l’icône est miraculeusement sortie indemne de la catastrophe

8 nov.

TF1

inondations Italie

journaliste off

la seule analyse de ces images catastrophe suffit à dissiper la fatalité

10 nov.

TF1

rapport parlementaire

P. Poivre lance

l’assurance catastrophe naturelle

14 nov.

TF1

oléoduc Russie

env. spécial

cette catastrophe écologique qui est aussi une catastrophe économique

14 nov.

TF1

oléoduc Russie

directeur Comineft

il ne faut pas classer cela comme une catastrophe

14 nov.

TF1

oléoduc Russie

env. spécial off

les catastrophes écologiques

15 nov.

TF1

trembl. terre Philippines

P. Poivre d’Arvor lance

autre catastrophe naturelle

25 nov.

TF1

qualité eau Bretagne

P. Boyer (ass. eaux et rivières)

on peut parler de situation catastrophique

3 déc.

TF1

Bhopal

C. Chazal lance

il y a 10 ans la plus grosse catastrophe

3 déc.

TF1

Bhopal

journaliste off

une catastrophe, faible mot pour des milliers de vies fauchées

23 nov.

FR2

oléoduc Russie

B. Mazure lance

une catastrophe écologique majeure

27 nov.

FR3

roche de Roquefort

journaliste off

la catastrophe que représenterait l’effondrement de ce miracle naturel

6 déc.

FR3

ferroutage

L. Bignolas lance

ces accidents sont d’autant plus catastrophiques que des camions interviennent

7 nov.

Arte

inondations Italie

journaliste off

une catastrophe qui ne vient pas uniquement du ciel

7 nov.

Arte

inondations Italie

journaliste off

les crues catastrophiques de ces dernier jours

2 déc.

Arte

Bhopal

journaliste off

10 ans après la catastrophe chimique de Bhopal

2 déc.

Arte

Bhopal

journaliste off

la catastrophe aurait fait au total 7 000 morts

Qui est interrogé ?

53Différentes personnes parlent, filment, ou montent des images au cours du journal télévisé, construisant ainsi cet énonciateur collectif que j’ai appelé médiateur. Il est intéressant de voir comment il se compose, comment la parole et les images sont partagées. En studio, il y a le présentateur, bien sûr, méta-énonciateur qui distribue la parole à tous les autres. Il peut éventuellement être accompagné de journalistes spécialisés, il n’y en a eu aucun sur le plateau durant le mois que nous avons étudié – ou d’invités – Éric Tabarly a été reçu à TF1. Leurs interventions peuvent être en voix-off, pendant que des images sont montrées. Pendant les reportages, on entend le commentaire du journaliste qui les a réalisés et on le voit quelquefois sur le lieu du tournage : c’est ce qu’on appelle un plateau de situation. Enfin des interviews de personnes extérieures à l’institution télévision sont souvent utilisés.

  • 25 Thierry Lancien, Le Journal télévisé. Construction de l’information et compétences d’interprétation(...)

54Dans ce corpus, le présentateur a prononcé environ 20 % du texte total (mesuré en caractères) sur les 3 chaînes à journal « classique », ce qui semble représenter nettement moins que la moyenne sur tout le journal, habituellement de l’ordre de 30 à 40 %25. Tel qu’il est construit, comme un ensemble d’événements participant à une actualité plutôt mouvementée, le thème de l’environnement appelle plus de reportages et moins de commentaires sur plateau que d’autres sujets, tels que la politique ou l’économie.

55Quant aux journalistes spécialistes de l’environnement, on ne les a jamais vus en plateau et seuls quatre sujets ont été traités par eux ! Dominique Dumas, sur France 3, a réalisé un sujet sur les arbres de la nouvelle Bibliothèque de France et Florence Schaal sur TF1 a traité du trafic d’animaux, de la récupération des huiles de moteur et de l’anniversaire de l’accident de Bhopal. Josée Blanc-Lapierre n’en a réalisé aucun sur France 2 pendant la période étudiée. Les sujets d’environnement que nous avons relevés dans notre corpus ont presque tous été traités par des journalistes des services « informations générales » ou « société » des rédactions. Il pourrait bien entendu y avoir des raisons conjoncturelles à cet état de fait, que les spécialistes aient tous été en vacances, par exemple, mais elles sont peu probables. En revanche, l’organisation que nous observons correspond bien au fait que la plus grande partie des nouvelles sont des sujets « d’actualité », et bien souvent des catastrophes. Elles sont donc prises en charge, comme des faits divers quelconques du même type, par les services « infogéné » (informations générales) des rédactions. Cet exemple illustre d’ailleurs, s’il en était besoin, l’intérêt de l’étude des conditions de production des journaux télévisés.

56Les interviews ont un statut particulier dans les reportages. Ils sont choisis par des membres de l’institution télévision et la façon dont ils sont utilisés, découpés et montés, est bien entendu un aspect de la construction du médiateur. À l’intérieur des reportages, les interviews constituent environ le quart du texte des extraits, et ce pour les quatre journaux. Les personnes citées sont souvent identifiées par un texte incrusté – mais ce n’est pas toujours le cas – et je les classe selon ce qui y est indiqué. Je distinguerai quatre grandes catégories d’intervenants :

  • les personnalités politiques. Ils produisent environ 10 % (en nombre) des citations sur TF1 et France 2, un peu plus sur France 3 (15 %), 40 % sur Arte.

  • les experts, au sens large, c’est-à-dire des personnes tenant un discours de savoir dans le domaine traité. Ils sont présentés soit comme des autorités techniques en haut d’une hiérarchie (directeur, responsable, président, etc.) soit comme de simples techniciens (un agent des remontées mécaniques, un pilote d’hélicoptère, etc.). Les experts sont à l’origine d’entre un quart et un tiers des citations sur TF1 et France 2, 40-45 % sur France 3 et Arte. Seules des autorités techniques sont citées sur Arte, alors que les autres chaînes font un partage à peu près équitable entre experts présentés comme des autorités et les experts “ du bas de l’échelle ”.

    • 26 Anders Hansen et Olga Linné, « Joumalistic Pracices and Television Coverage of the Environment : An (...)

    les représentants d’associations sont peu présents. Ils fournissent 13 % des citations de TF1, 5-6 % de celles de France 2 et France 3, et ils sont absents d’Arte. De la même façon, dans une comparaison entre la Grande-Bretagne et le Danemark, où ils constataient, (durant la même période, en 1987), que l’on traitait surtout du nucléaire en Grande-Bretagne, du traitement des déchets et de la pollution au Danemark, Anders Hansen et Olga Linné26 avaient également noté le faible rôle joué par les associations écologistes dans le choix des sujets traités. La politique médiatique de Greenpeace, pourtant à l’origine des reportages sur une fuite de pétrole en Russie que nous allons analyser dans le chapitre suivant, n’a qu’une portée limitée.

  • les gens ordinaires peuvent être nommés seulement, nommés et affublés d’un titre (habitant de tel village, boulanger, etc.) mais peuvent également rester anonymes, sort qui n’est jamais réservé aux autres catégories d’interviewés. Ils fournissent la moitié des citations de TF1 et de France 2, le tiers de celles de France 3 et une des cinq d’Arte.

  • en voix in on entend quelquefois des paroles en son naturel, par exemple un employé d’aéroport appelant des passagers.

57Le tableau 8 donne la répartition de ces interviews, en nombre et en pourcentage du nombre total d’interviews pour la chaîne.

Tableau 8 : Répartition des interviews, en nombre et en pourcentage.

Tableau 8 : Répartition des interviews, en nombre et en pourcentage.
  • 27 Dominique Mehl, La Télévision de l’intimité, Le Seuil, Paris, 1995.
  • 28 On constate également ce mouvement dans le domaine politique. Voir Éric Neveu, « Télévision et poli (...)

58Comme toujours, ce sont les comparaisons entre chaînes qui sont plus significatives que les valeurs absolues. C’est ainsi que l’on peut voir un mouvement de bascule progressif sur le graphique, de TF1 à France 2, puis à France 3 et enfin à Arte (toujours avec prudence en ce qui concerne cette dernière à cause du faible nombre de citations). Les témoignages de « gens ordinaires » cèdent progressivement la place à la parole experte, voire institutionnelle, puisque ce sont les autorités techniques qui prennent la parole. Ces différences sont à inscrire dans tout un contexte de modification du poids respectif de l’expert et du profane, au détriment du premier, que l’on peut observer à la télévision. Dominique Mehl le souligne, par exemple, dans son livre : La télévision de l’intimité 27. Elle y montre comment les reality-shows, lieux par excellence de parole des « gens ordinaires », se sont inscrits dans une évolution qui tend à réduire la légitimité accordée au savoir des experts pour donner davantage à entendre l’expérience vécue des profanes. Un problème de société qui aurait donné lieu à un débat entre des médecins ou des scientifiques il y a dix ou quinze ans, est maintenant traité par des témoignages individuels. Ce mouvement illustre le déplacement des limites entre ce qui relève du domaine privé des individus ou des familles et ce qui est public28. Dans le corpus de journaux télévisés analysé ici, on reste davantage ancré dans la sphère publique dans les journaux télévisés d’Arte et de France 3, alors que l’on donne plus de place à la sphère privée, à l’expérience personnelle, à France 2 et TF1. Nous avons là un autre exemple de la manière dont France 2 a tenté de s’aligner sur sa principale concurrente.

  • 29 Simon Cottle, « Mediating the environment : modalities of TV news », in The Mass Media and Environm (...)

59La comparaison avec la Grande-Bretagne et les travaux de Cottle29 est toujours intéressante. Son décompte des interviews réalisés dans les journaux télévisés britanniques produit un profil plus proche de celui, institutionnel, d’Arte :

  • 38 % de politiques ;

  • 25,7 % d’experts ;

  • 15 % d’associations ;

  • 13 % de « gens ordinaires » (avec plus de « gens ordinaires » dans les éditions régionales, plus d’associations écologistes le matin et plus d’hommes d’affaires le soir). La sphère privée déborde donc moins que chez nous !

60Qui sont, plus précisément, les personnes que l’on retrouve derrière ces catégories et quel est leur discours ? Les personnages politiques les plus présents sont des maires : dans sept cas sur huit à TF1, le huitième étant une figure nationale, le ministre de l’Environnement. De même, France 3 ne cite que des maires. En revanche, France 2 en cite trois sur ses cinq personnes politiques et Arte une sur deux, les autres étant des représentants régionaux ou internationaux – encore un signe de la plus grande importance accordée à la proximité par TF1 et par France 3.

61Quant aux experts, sources, en principe, d’un discours de savoir, nous en avons repéré deux catégories, selon leur position hiérarchique affichée dans les reportages. Il peut s’agir d’autorités techniques – on indique leur qualité de responsable haut placé dans leur hiérarchie : le capitaine des sapeurs-pompiers, le directeur de l’aéroport, etc. – qui interviennent le plus souvent pour décrire une situation sous contrôle. À l’inverse, on peut citer de simples techniciens – un pilote, un opérateur de remontées mécaniques – qui apportent un complément d’information.

62Les associations expriment l’inquiétude devant une situation problématique. On a déjà vu qu’elles étaient à l’origine de bien peu de nouvelles, on ne les interroge pas beaucoup non plus. C’est encore TF1 qui leur a accordé le plus de place, en relatif comme en absolu. Les « gens ordinaires » apportent quant à elles des témoignages, témoignages de malheur en grande majorité, ce qui est cohérent étant donné que ce sont le plus souvent de mauvaises nouvelles qu’ils sont appelés à commenter ! C’est à travers eux que le combat contre la fatalité des éléments et ses répercussions sur les constructions humaines s’exprime le plus facilement. Près de deux fois sur trois, on ne les nomme même pas.

63Il faut noter l’absence quasi systématique de chercheurs scientifiques, exception faite d’un géologue et d’un malheureux biologiste sommé de dire si oui ou non des baleines échouées sur une plage en Belgique s’étaient réellement suicidées. Apparemment, l’environnement ne relève pas de la science ! D’ailleurs, de façon générale, même les experts expliquent très peu de choses sur les événements en cours. Leur intervention est essentiellement orientée sur le déroulement de l’événement et sur ses conséquences immédiates pour l’homme. Les causes techniques, historiques, scientifiques, etc., ou le contexte dans lequel ces phénomènes s’inscrivent sont rarement spécifiés. Il en va de même pour les conséquences à grande échelle ou à long terme, telles que les modifications de l’écosystème.

64La distribution des interviewés selon leur sexe est intéressante à observer : on trouve une seule femme politique, Catherine Trautman, maire de Strasbourg à l’époque, pour 17 hommes. Cette proportion reflète bien leur taux de présence – ou plutôt d’absence – dans la vie politique française puisqu’il y avait alors 6,4 % de parlementaires femmes (mais deux fois plus depuis les élections de mai-juin 1997). Dans notre corpus, aucune des 26 « autorités techniques » n’est une femme, mais deux des 26 « experts du bas de l’échelle » le sont, enfin deux des 16 représentants d’associations sont des femmes. Il faut chercher parmi les gens ordinaires pour les trouver avec une fréquence qui se rapproche davantage de la normale : 34 femmes parmi les 80 interviewés.

Quelles images ?

  • 30 Pour des exemples d’images-prétextes on peut voir l’analyse d’un reportage sur la crise de la sidér (...)
  • 31 Charles Sanders Peirce, Textes fondamentaux de sémiotique, Méridiens Klincksieck, Paris, 1987. Jean (...)

65Les nouvelles qui dessinent les contours de la notion d’environnement renvoient le plus souvent, nous l’avons vu, à des événements concrets et souvent spectaculaires : tempêtes, marées noires ou manifestations. Elles sont en général riches en images et, de ce fait, on a relativement peu recours à ce que l’on appelle des images-prétextes. Ce sont ces images qui illustrent un sujet abstrait sans y être réellement liées, comme par exemple les images de billets de banque en cours d’impression qui servent à illustrer un sujet sur la politique monétaire30. Les images-prétextes sont des images métaphoriques, mises à la place de ce dont on parle et non métonymiques, qui proviennent de ce dont on parle. Ce sont des icônes et non des indices dans la terminologie de Peirce31, et la distinction me semble utile. Pour Peirce :

  • 32 Charles Sanders Peirce, Écrits sur le signe, Le Seuil, Paris, 1978, (CSP 2.304).

« Une icône est un signe qui posséderait le caractère qui le rend signifiant, même si son objet n’existait pas. Exemple : un trait au crayon représentant une ligne géométrique. Un indice est un signe qui perdrait immédiatement le caractère qui en fait un signe si son objet était supprimé, mais ne perdrait pas ce caractère s’il n’y avait pas d’interprétant. Exemple : un moulage avec un trou de balle dedans comme signe d’un coup de feu ; car sans le coupe de feu, il n’y aurait pas eu de trou ; mais il y a un trou là, que quelqu’un ait l’idée de l’attribuer à un coup de feu ou non32. »

66Les images indicielles, images de fleuves débordant ou images de ministres roulant en voiture électrique, ont un caractère de témoignage propre au discours journalistique canonique. Les images iconiques semblent ne servir qu’à ancrer un texte prononcé, à la limite à meubler l’écran. Peut-être structurent-elles l’information pour certains téléspectateurs : la politique monétaire est quelque chose de bien abstrait, les billets de banque montrent plus concrètement ce qui est en cause. Distinguer les deux sortes d’image me semble nécessaire préalablement à toute étude de ces textes ou de leur réception.

67Que conclure de cet ensemble de données comparatives sur la manière dont se dessine la notion d’environnement dans les journaux télévisés, avant d’en aborder l’étude qualitative ? D’abord, que cette notion est fortement marquée par une actualité de catastrophes, de mauvaises nouvelles aux conséquences négatives, traitées comme des faits divers par les services des « informations générales », les journalistes spécialistes de l’environnement étant ici très peu présents. En quantité, et au prorata de la longueur de leurs journaux, TF1 et France 3 accordent plus de place à la question que France 2. Les types de sujets traités par TF1 et France 2 sont proches, ainsi que le profil des personnes interviewées. On remarque au passage la faible présence d’associations écologistes. Quelques traits caractéristiques des différentes chaînes apparaissent : TF1 construit un médiateur plus présent, et qui dramatise davantage. Le médiateur de France 2 prend une position plus distante, au point de ne même pas prononcer le mot « environnement ». Ceux de France 3 et d’Arte sont apparus comme plus institutionnels. Nous allons pouvoir examiner plus en détail ces éléments qui s’esquissent déjà, en analysant finement le traitement de cinq nouvelles.

Notes

1 Ces choix sont discutés dans l’introduction.

2 Philippe Descola et Gisli Palsson (SOUS la dir.), Nature end Society. Anthropological Perspectives Routledge, Londres, 1996. Albert Ducros, Jacqueline Ducros et Frédéric Joulian (sous la dir.), La Culture est elle naturelle ? Histoire, Épistémologie et Applications récentes du Concept de Culture, Errance, Paris, 1998.

3 Je rappelle qu’une nouvelle peut donner lieu à plusieurs présentations dans le même journal. Ce fut le cas pour les inondations, par exemple.

4 Suzanne de Cheveigné et Naïma Cheddadi, « Les informations scientifiques, techniques, médicales et environnementales dans 8 pays européens », rapport à la DGXII de la Commission européenne, mai 1998.

5 Pour la France, Télérama publie régulièrement ce type de données. Voir par exemple le numéro 2 349 de janvier 1995.

6 Maintenant que les écarts d’audience entre TF1 et France 2 se sont creusés, on assiste des répartitions « paradoxales ». Par exemple, la part des individus de catégories socio-professionnelles supérieures (CSP +) est toujours plus grande dans l’audience de France 2 que dans celle de TF1, mais dans l’absolu, TF1 en touche plus – une faible proportion de son audience représente plus de gens qu’une proportion plus forte de celle de France 2 !

7 Le Monde du 7-8 juin 1998.

8 Simon Cottle, « Mediating the environment : modalities of TV news », in A. Hansen (éd.), The Mass Media and Environmental Issues, Leicester, Leicester University Press, 1993.

9 C’est-à-dire qu’on entend parler le présentateur mais qu’on ne le voit pas.

10 Marlène Coulomb-Gully, Les Informations télévisées, PUF, coll. « Que sais-je ? », Paris, 1995.

11 Voir plus loin l’analyse de la nouvelle concernant la fuite dans un oléoduc russe : dans un des sujets, le journaliste réalise un plateau de situation à Moscou, après avoir commenté des images fournies par l’association écologiste Greenpeace et provenant du nord de la Russie.

12 Plus précisément, les durées moyennes mesurées pour les sujets du corpus (hors lancements) sont de 103 secondes à TF1,93 secondes à France 2 et 94 secondes à France 3. Les différences entre ces chiffres (d’environ 10 %) ne sont guère significatives au vu des tailles d’échantillon.

13 Du titre de l’ouvrage déjà cité d’Eliséo Véron, Construire l’événement, qui a démontré le phénomène en ce qui concerne l’accident de la centrale nucléaire de Three Mile Island en 1979. Voir aussi l’étude de Gaye Tuchman sur le journal télévisé Making News : A Study in the Construction of Reality, New York, Free Press, 1978 et les numéros 75 et 76 de la revue Réseaux (1996). Ces différents auteurs insistent sur ce qui fait qu’un évènement a, par définition (voir note 49), « quelque importance pour l’homme », sur tout ce qui lui donne une existence sociale.

14 Simon Cottle, « Mediating the environment : modalities of TV news », in The Mass Media and Environmental Issues, A. Hansen (éd.), Leicester University Press, Leicester, 1993.

15 On peut voir dans cette différence entre les deux chaînes l’effet de l’importance accordée aux inondations en France et en Italie : celles-ci représentent à elles seules 28 % des sujets de France 2 contre 17 % de ceux de TF1.

16 Il ne faut pas perdre de vue le fait que l’on travaille avec peu d’éléments dans le cas d’Arte.

17 Pierre Lascoumes, Catherine Boulegue, Catherine Fournier, « L’environnement entre nature et politique, un patchwork mal cousu », Rapport au ministère de l’Environnement, 1993.

18 Op. cit., p. 36.

19 Simon Cottle, « Mediating the environment : modalities of TV news », in The Mass Media and Environmental Issues, op. cit.

20 Pierre Lascoumes, Catherine Boulegue, Catherine Fournier, op. cit.

21 Simon Cottle, « Mediating the environment : modalities of TV news », in The Mass Media and Environmental Issues, op. cit.

22 Ou annonce de la rubrique – international, économie... ou environnement – sur le modèle de la presse écrite.

23 Nous les avons donc recherchés systématiquement dans les transcriptions des nouvelles retenues en mettant simplement à profit la fonction « recherche » du logiciel de traitement de texte.

24 En comparant les fréquences, il faut toujours garder à l’esprit les longueurs relatives des textes analysés : par rapport à celui de TF1, les textes de France 2 et France 3 représentent environ la moitié, celui d’Arte, moins de 10 %, mesurés en nombre de caractères dans le texte transcrit.

25 Thierry Lancien, Le Journal télévisé. Construction de l’information et compétences d’interprétation, Didier, 1995, p. 34, cite la thèse de Jean-Claude Soulages (université de Paris-Nanterre, 1994) avec les proportions suivantes : TF1, 45 % de plateau, France 2, 42 %, France 3, 38 %. Pour sa part F. Heinderyckx (European Journal of Communication 8, 425-450, 1993) trouve respectivement, pour ces chaînes, fin 1991, 29 %, 31 % et 36 %, en durée. L’écart entre les valeurs et surtout l’inversion des proportions incitent à une certaine circonspection.

26 Anders Hansen et Olga Linné, « Joumalistic Pracices and Television Coverage of the Environment : An International Comparison », in Mass Communication Research : on Problems and Policies. The Art of Asking the Right Questions, Ablex, Norwood, 1994.

27 Dominique Mehl, La Télévision de l’intimité, Le Seuil, Paris, 1995.

28 On constate également ce mouvement dans le domaine politique. Voir Éric Neveu, « Télévision et politique », Politix, 1997, p. 25-56.

29 Simon Cottle, « Mediating the environment : modalities of TV news », in The Mass Media and Environmental Issues, op. cit.

30 Pour des exemples d’images-prétextes on peut voir l’analyse d’un reportage sur la crise de la sidérurgie dans Beat Münch, Les Constructions référentielles dans les actualités télévisées, Peter Lang, Berne, 1992.

31 Charles Sanders Peirce, Textes fondamentaux de sémiotique, Méridiens Klincksieck, Paris, 1987. Jean Mottet discute la nature des images dans le journal télévisé, dans sa contribution « Le reportage : des images en situation », à l’ouvrage édité par Bernard Miège, Le JT. Mise en scène de l’actualité à la télévision, La Documentation française, Paris, 1986.

32 Charles Sanders Peirce, Écrits sur le signe, Le Seuil, Paris, 1978, (CSP 2.304).

Table des illustrations

Titre Tableau 1 Les nouvelles traitées par chaque chaîne
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30506/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30506/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30506/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30506/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Tableau 8 : Répartition des interviews, en nombre et en pourcentage.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30506/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30506/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search