Version classiqueVersion mobile

L’environnement dans les journaux télévisés

 | 
Suzanne de Cheveigné

Les journaux télévisés et leurs spectateurs

Texte intégral

  • 1 Entre-temps, au début de 1996, Arte avait créé un journal d’une demi-heure, le 7 1/2, diffusé à 19  (...)

1Le journal télévisé, en particulier celui de 20 heures, est un élément clé des programmes des chaînes généralistes françaises. C’est le créneau horaire où l’audience est maximale, celui dit du « prime-time ». Les 2 chaînes principales, TF1 et France 2, se concurrencent âprement par l’intermédiaire de leurs journaux (comme le faisait aussi la défunte Cinq, chaîne généraliste privée qui a occupé le canal partagé actuellement par Arte et la Cinquième, de 1987 à sa faillite en 1992). Seules les chaînes de moins grande audience s’en dispensent : France 3 propose deux journaux à des horaires décalés (19 heures et environ 22 heures 30) dont le premier commence d’ailleurs à concurrencer sérieusement les deux « 20 heures ». M6 y substitue un court bulletin en images. Arte faisait de même avec le 8 1/2 que nous analysons ici. Depuis septembre 1998, la chaîne s’est davantage alignée sur le modèle canonique avec « Arte Info » qui démarre à 19 h 50 pour durer 25 minutes1. Si le moindre doute subsistait concernant l’importance stratégique des journaux télévisés pour les chaînes, il suffirait de chronométrer la longueur des « tunnels » de publicité qui les précèdent et les suivent ! Mais comment les chaînes font-elles pour se différencier – et donc emporter des parts de marché – quand il leur faut, en principe, raconter les mêmes nouvelles en même temps ?

  • 2 Marlène Coulomb-Gully, Les Informations télévisées, PUF, coll. « Que sais-je ? », Paris, 1995.
  • 3 Olivier Perez (« L’audience des journaux télévisé : fidélité et duplication », in La Télévision : d (...)
  • 4 Dominique Mehl, La Fenêtre et le Miroir, Payot, 1992, p. 184. Ce livre dresse un excellent portrait (...)
  • 5 François jost et Gérard Leblanc, La Télévision français au jour le jour, Paris, Anthropos/INA, 1994
  • 6 Marlène Coulomb-Gully, op. cit.

2On insiste souvent sur la similitude des grands journaux télévisés en France, et particulièrement les « 20 heures » de TF1 et de France 2. Et il est tout à fait exact qu’ils ont des traits communs : leur contenu général (encore qu’il faille affiner, mais on y reviendra), leurs sources que sont les agences de presse internationales, leur forme globale avec un présentateur qui assure une fonction de continuité2. Mais comment expliquer alors leurs taux d’écoute si différents et la relative fidélité de leurs spectateurs3 ? On a évoqué l’effet « locomotive » de l’émission ou du feuilleton qui est diffusé juste avant le journal ou bien la différence entre les moyens financiers des chaînes, plus importants à TF1 qu’à France Télévision. Cependant, il y a autre chose, mais cet « autre chose » est bien flou, à en juger par les termes utilisés pour le décrire. Les professionnels de la télévision que cite Dominique Mehl dans son livre La fenêtre et le miroir4 parlent de « sensibilités », de « personnalité de la rédaction » différentes. François Jost et Gérard Leblanc dans La télévision française au jour le jour5 évoquent un « ton » différent, enfin Marlène Coulomb-Gully6 parle de « style ». Il y a bien là quelque chose, plutôt de l’ordre de l’affectif, mais il semble que l’on manque d’outils conceptuels pour l’analyser.

  • 7 François jost et Gérard Leblanc, op. cit.
  • 8 Supplément Télévision du Monde, 7 juillet 1997.

3François Jost et Gérard Leblanc7 donnent quelques illustrations des effets de cette subtile différence entre chaînes. Elle ne se situe pas au niveau des personnes, même quand ce sont des vedettes : un exemple – pris hors journal télévisé – en a été l’échec des animateurs à succès que la Cinq avait réussi à arracher aux autres chaînes mais dont les taux d’audience s’effondraient dans leur nouveau cadre. Dans un article sur les feuilletons télévisés, le quotidien Le Monde 8 confirme de même la spécificité de chaque chaîne. La différence n’est pas non plus au niveau des contenus : même quand, exceptionnellement, TF1 et France 2 émettent à la place du journal un programme identique, une intervention du président de la République, par exemple, les deux chaînes gardent à peu de chose près leurs taux d’audience usuels.

Vers une théorie des médias

  • 9 Parmi ceux-ci : David Morley, Television, Audiences and Cultural Studies, Routledge, Londres, 1992  (...)

4Depuis fort longtemps les chercheurs s’interrogent sur les relations entre les médias et leurs lecteurs, auditeurs ou spectateurs. On trouvera d’excellentes présentations de l’histoire de ces travaux dans un certain nombres d’ouvrages9 – des présentations étonnament peu convergentes sur toute une série de points. Voilà un beau terrain d’étude pour un historien des sciences ! Je ne retracerai ici que quelques grandes étapes de l’évolution de ces théories, qui dans l’ensemble est allée vers une reconnaissance à la fois d’une plus grande activité du récepteur et d’une plus grande complexité des phénomènes en jeu.

  • 10 Harold Lasswell, Propaganda techniques in the World War, Knopf, New York, 1927.
  • 11 Comme l’illustre le titre de l’ouvrage de Serge Tchakhotine, Le Viol des foules par la propagande p (...)

5Dans un premier temps, on a pensé la relation entre médias et leurs récepteurs en termes d’effets forts des premiers sur les seconds, en particulier sur les esprits « faibles »– enfants et femmes ! On a recherché ces effets successivement pour le cinéma, la télévision, les bandes dessinées, les jeux vidéos, etc. Le modèle sous-tendant ces recherches est celui de la propagande, développé en particulier par Harold Lasswell10 après la Première Guerre mondiale. Il introduisit l’image d’une « aiguille hypodermique », alors dans un sens positif, celui d’un instrument thérapeutique, car, à cette époque, la propagande était considérée plutôt comme une technique légitime au service des gouvernants. Elle ne portait pas encore les associations négatives que lui laisseront l’époque d’Hitler et de Staline11.

  • 12 Theodor W. Adorno, conférence de 1962, publiée dans Communications 3, 1963 et reprise dans Textes e (...)

6L’école de Francfort, formée de chercheurs ayant dû fuir le nazisme dans les années 30, comme Max Horkenheimer, Herbert Marcuse ou Théodore Adorno, s’inscrit dans cette lignée d’analyse en termes d’effets puissants des médias. D’après les membres de cette école, les médias injectent une idéologie répressive dans une société totalement atomisée et aliénée. Adorno le dira ainsi dans une conférence en 1962 : « Non seulement les hommes tombent, comme on dit, dans le panneau pourvu que cela leur apporte une satisfaction si fugace soit-elle, mais ils souhaitent même cette imposture, tout conscients qu’ils sont ; s’efforcent de fermer les yeux et approuvent dans une sorte de mépris de soi qu’ils subissent et dont ils savent pourquoi on la fabrique. Sans se l’avouer, ils pressentent que leur vie devient tout à fait intolérable sitôt qu’ils cessent de s’accrocher à des satisfactions qui, à proprement parler, n’en sont pas12. » Modèle d’un spectateur impuissant et sans ressources qui continue d’ailleurs d’alimenter le sens commun actuel sur les « médias qui nous manipulent » ! Il avait pourtant été mis en question dès 1933 par le rapport de la Payne Fund sur les effets du cinéma sur la violence et la délinquance, qui montrait que ces effets variaient avec l’âge, le sexe, l’environnement et l’histoire personnelle des spectateurs. Mais ce n’est que peu à peu que vont se développer des théories qui, sans ignorer la puissance – en particulier économique – des médias, prêtent davantage d’intelligence et de capacités de résistance aux récepteurs.

  • 13 Paul F. lazarsfeld « Remarks on Administrative and Critical Communications Research », Studies in P (...)
  • 14 Paul Lazarsfeld, B. Berelson et H. Gaudet, The People’s Choice, Columbia University Press, New York (...)

7Parallèlement à cette théorie pessimiste de la société de masse que développe l’école de Francfort – formée, il faut le rappeler, de chercheurs ayant dû fuir l’Allemagne d’Hitler – se crée, également aux États-Unis, le courant positiviste de la « Mass Communications Research ». Un de ses principaux artisans, Paul Lazarsfeld, parlera d’une « recherche administrative »13, opposée à une recherche « critique », et qui sera quantitative et « neutre ». Elle s’oppose donc au pessimisme de l’École de Francfort mais aussi à la tradition de l’École de Chicago, formée de sociologues aux approches plus ethnographiques, qualitatives et théoriques. Les travaux de Lazarsfeld, qui développe des méthodes relevant de la psychologie expérimentale béhavioriste, vont cependant montrer les limites des « effets forts » des médias. En particulier, un travail mené avec Berelson sur les effets des campagnes électorales sur les comportements de vote des Américains montre le rôle d’écran protecteur entre l’individu et les médias joué par le groupe social14.

  • 15 Ehliu Katz et Paul Lazarsfeld, Personal Influence : The Part Played by People in the Flow of Mass C (...)
  • 16 Cette expression pose un problème de traduction en français. Il est souvent traduit par « le double (...)
  • 17 Dominique Boullier, « Savez-vous parler télé ? », MédiasPouvoirs, 21, p. 173- 186, 1991.

8En 1950, Ehliu Katz et Paul Lazarsfeld15 introduiront la notion de « Two step flow », d’un flux de communication en deux étapes16, pour rendre compte des effets indirects des médias, écoutés par un nombre restreint de personnes qui en répercutent ensuite le message à leur entourage. Un tel modèle n’est peut-être plus adapté à une époque où, en France, par exemple, 95 % des foyers sont équipés de téléviseurs. Chacun, ou presque, a un accès direct au média. Il n’en reste pas moins que l’idée qu’il se faisait un travail collectif sur les discours médiatiques, une sorte de ré-élaboration sociale, des « conversations télévision » pour reprendre le terme de Dominique Boullier17, a été très féconde.

  • 18 J. Halloran, Démonstrations and Communications, Harmondsworth-Penguin, Londres, 1970
  • 19 Ehliu Katz, « Mass Communication Research and Popular Culture », Studies in Public Communication, 2 (...)
  • 20 David Morley, Télévision, Audiences and Cultural Studies, Routledge, Londres, 1992, p. 53.

9D’autres courants de recherche renforceront l’idée ainsi introduite d’une certaine autonomie du récepteur. Le courant dit des « usages et gratifications », selon la formule bien connue de James Halloran, se posera désormais la question de savoir « ce que font les gens des médias » au lieu de « ce que font les médias aux gens »18. Ce courant débute aux États-Unis avec Ehliu Katz, qui écrira en 1959 : « Même les plus puissants des médias de masse ne peuvent pas, en temps normal, influencer un individu qui n’en a aucun “usage” (use) dans le contexte social et psychologique où il vit. L’approche des “usages” suppose que les valeurs des gens, leurs intérêts, leurs rôles sociaux sont prédominants et que les gens forment de façon sélective ce qu’ils voient et entendent19. » Ce courant, important puisqu’il ré-émergera en Grande Bretagne dans les années 1970-1980, considère donc que le public est plus actif, et cherche à connaître les « satisfactions » que lui procurent les médias. Il s’agit d’une approche plutôt individuelle de la question, en termes psychologiques plus que sociaux, ce que lui reproche d’ailleurs David Morley : « Nous devons nous écarter résolument de l’approche des usages et gratifications, avec sa problématique psychologiste et son insistance sur les différences individuelles d’interprétation. Bien sûr, il y aura toujours des lectures individuelles et privées, mais il nous faut examiner la manière dont ces lectures individuelles s’organisent dans des structure et groupements culturels20. »

  • 21 B. Berlson Content Analysis in Mass Communication Research », Free Press, New York, 1952.

10Sur cette critique de Morley, laissons là pour le moment ce courant de théories des médias qui se concentrent sur le récepteur, accordant relativement peu d’attention au texte. Pendant ce temps-là, il s’est élaboré d’autres théories qui ont adopté une approche inverse. Tout d’abord, l’analyse de contenu développée par Berelson, qui se donnait pour but de réaliser une « description objective, systématique et quantitative du contenu manifeste des messages21 » ; Malgré l’apparente simplicité de ce projet éminemment positiviste, la notion de contenu « manifeste » comme d’ailleurs celle de description « objective » posent d’énormes problèmes auxquels j’aurai l’occasion de revenir.

  • 22 Umberto Eco, Lector in fabula, Livre de Poche, Paris, 1993, (édition originale 1979), p. 72 et p. 7 (...)

11L’analyse littéraire, avec sa tradition d’exégèse des textes, aura une part importante à jouer dans l’histoire des théories des médias. Un certain nombre de chercheurs s’étaient en effet posé la question de la réception de ces textes, sans toutefois se transformer en sociologues et aller l’étudier sur le terrain. Umberto Eco s’est intéressé ainsi à celui qu’il a appelé le « Lecteur Modèle », défini par ses compétences ou la performance à accomplir dans sa lecture : « Le Lecteur Modèle de Finnegan’s Wake, c’est cet opérateur capable de mettre en acte, dans le temps, le plus grand nombre de lectures croisées. […] Naturellement le lecteur empirique, pour se réaliser comme Lecteur Modèle, a des devoirs “philologiques” : il se doit de récupérer, avec la plus grande approximation possible, les codes de l’émetteur22. »

  • 23 Wolfgang Iser, The Act of Reading, A Theory of Aesthetic Response, Johns Hopkins University Press, (...)

12Wolfgang Iser adopte lui aussi un point de vue normatif pour décrire ce que l’on exige de son « lecteur impliqué » : « The implied reader […] embodies ail those prédispositions necessary for a literary work to exercise its effect – predispositions laid down, not by an empirical outside reality, but by the text itself. [...] Thus the concept of the implied reader designates a network of response-inviting structures, which impel the reader to grasp the text23. »

  • 24 Robert Merton, Mass Persuasion, Free Press, New York, 1946, (traduction S.d. C.).
  • 25 David Morley, Télévision, Audiences and Cultural Studies, Routledge, Londres, 1992, p. 47.

13Nous voilà donc confrontés à deux traditions de recherche, l’une centrée plus sur le récepteur des médias, prêtant peu d’attention aux textes, l’autre se concentrant sur ceux-ci au détriment des lecteurs réels, sans réel contact entre les deux. Pourtant, dès 1946, Robert Merton, analysant les phénomènes de propagande dans son livre Mass persuasion mettait en garde contre cette séparation excessivement marquée. Il faut, écrivait-il, « analyser aussi bien le contenu de la propagande que les réponses du public. L’analyse de contenu nous donne des indices de ce qui pourrait y être efficace. L’analyse des réponses qu’elle suscite nous permet de vérifier ces indices. […] Le message ne peut être interprété de façon adéquate s’il est coupé du contexte cultuel dans lequel il intervient24 ». Cette mise en garde, quasi oubliée pendant des décennies, sera entendue au début des années 1970, à Birmingham, par Stuart Hall et ses collègues. Ils vont développer ce que David Morley a appelé le paradigme interprétatif, affirmant essentiellement que le sens d’un texte n’y est pas contenu, qu’il ne suffit donc pas d’un « bon » analyste pour le repérer, mais qu’il s’élabore au cours de la lecture. Cette approche exige que l’on s’intéresse à la fois au texte et au lecteur, mais au lecteur en tant qu’être social. Pour Morley – un des principaux acteurs de ce tournant interprétatif – il s’agit d’une tentative de « saisir la communication ni en termes de fonctions sociétales, ni d’effets comportementaux, mais en termes de significations sociales25 ».

  • 26 L’ethnométhodologue Aaron V. Cicourel avait dès les années 1960 dressé une critique féroce et fort (...)
  • 27 C’est ainsi qu’on a pu parler d’un « axe Birmingham-Paris », mettant également en œuvre les théorie (...)
  • 28 Stuard hall, « Encoding/Decoding in Télévision Discourse 7, 1973. Cet article a circulé sous forme (...)
  • 29 David Morley, The Nationwide Audience, British Film Institute, Londres, 1980.

14Stuart Hall combinera, de façon remarquable, les apports les différents courants que je viens d’esquisser pour fonder les cultural studies. Celles-ci héritent de l’École de Chicago et de l’ethno-methodologie26 un intérêt pour les objets de la culture « ordinaire » – la télévision donc au même titre que le film ou le livre. Elles en gardent aussi l’approche ethnographique, en opposition aux grandes enquêtes sociographiques de la Mass Communications Research. Une attention pour les textes leur viendra des études littéraires et de la sémiotique française et italienne : en 1972, dans un article sur la photo de presse, Stuart Hall citera abondamment Eco, Barthes, Véron – ainsi qu’Althusser et Gramsci27. L’auteur y prédit différentes lectures possibles des photographies de presse : une lecture « conforme », qui, bien que dominante, n’est pas obligatoire, une lecture « négociée », enfin une lecture « résistante ». Il reprend ces notions l’année suivante dans un article, bien plus connu, à propos de la télévision : « Encoding/Decoding »28. David Morley, à l’issue d’un travail empirique sur le programme d’actualité anglais Nationwide affinera ces propositions tout en en confirmant le fond : un texte donné admet plusieurs lectures possibles29, son sens n’y est pas inscrit mais il est produit lors de sa rencontre avec un lecteur. Les catégories de Hall sont mieux adaptés à une émission à caractère politique qu’à une émission scientifique, par exemple. Reste que l’idée que la lecture dépend du texte et du lecteur est fondamentale.

  • 30 Eric Fouquier et Eliséo Véron, Les Spectacles scientifiques télévisés. Figures de la production et (...)
  • 31 Dominique Boullier, « Savez-vous parler télé », Médiaspouvoirs, 21, pp. 173-186, 1991.
  • 32 Dominique Pasquier, La Culture des Sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris, Éd (...)
  • 33 Eric Maigret, « Strange grandit avec moi. Sentimentalité et masculinité chez les lecteurs de bandes (...)

15Si les études en réception ont été nombreuses dans le monde anglo-saxon, elle se sont malheureusement peu développées en France, où l’on est davantage restée dans la tradition sémiotique d’analyse de textes, sauf dans la sphère très intéressante mais peu accessible des études appliquées. Les travaux d’Éric Fouquier et d’Eliséo Véron30 sur la réception d’émissions scientifiques, de Dominique Boullier31 sur les conversations à propos de la télévision, de Dominique Pasquier32 sur la réception de la série « Hélène et les garçons » ou d’Éric Maigret33 sur celle des bandes dessinées font heureusement exception. Je décrirai un peu plus loin les résultats d’une étude en réception d’émissions scientifiques à la télévision française que j’ai menée avec Eliséo Véron. Toutes ces études empiriques le confirment, le sens n’est pas contenu tout entier dans le texte, un texte peut avoir des sens différents pour différents lecteurs ou téléspectateurs. On trouve plusieurs lectures possibles – pas une infinité – et ces lectures s’expliquent par l’histoire sociale et culturelle des lecteurs, et bien sûr, par les caractéristiques du texte.

  • 34 Par exemple John Fiske, Télévision Culture, Methuen, Londres, 1987. Mais Fiske n’est pas le seul ca (...)
  • 35 David Morley, Télévision, Audiences and Cultural Studies, op. cit., p. 21. Le même type de préoccup (...)

16Cette proposition a donné lieu à un certain nombre de dérives : pour certains34, elle a pu déboucher sur un relativisme absolu, dans lequel on affirme que tout texte est infiniment polysémique, qu’il peut donc donner lieu à une infinité de lectures – on perd de nouveau à la fois le texte et l’ancrage social des lecteurs ! Polysémie signifie que plusieurs sens sont possibles, et non que n’importe qui reçoit n’importe quoi ! David Morley, comme d’autres, s’en est inquiété, estimant que cela revient à « sous-estimer la force de la détermination textuelle dans la construction de sens à partir de produits médiatiques, à non seulement romantiser le rôle du lecteur de façon impropre mais à négliger toutes les preuves du niveau d’ambiguïté relativement bas, à certains niveaux de sens, de systèmes très largement répandus de signification, tels que ceux que nous apportent les médias35 ». Il arrive cependant trop souvent que l’on prenne prétexte de cette prétendue « polysémie » anarchique pour renoncer à étudier la réception et pour se rabattre encore un fois sur sa propre lecture personnelle. Au moins le fait de garder présent à l’esprit les résultats de recherches sur la réception permet d’éviter cet écueil.

Le contrat de lecture

  • 36 Eliséo Véron, « Quand lire c’est faire : l’énonciation dans le discours de la presse écrite », Sémi (...)

17Le modèle théorique de « contrat de lecture » développé par Eliséo Véron, et que je mets en œuvre ici, s’inscrit dans le même courant conceptuel que les travaux de l’École de Birmingham, cet auteur les a d’ailleurs influencés, comme on vient de le voir. Au début des années 1980, Véron cherchait à comprendre ce qui distingue entre eux des magazines féminins dont le contenu – mode, cuisine, conseils de bronzage, etc. – est quasiment identique, et ce, tout au long de l’année. Comme Stuart Hall, il a tenu à convoquer aussi bien la sociologie que la linguistique : penser à la fois les raisons d’être de la relation proposée par un journal à ses lecteurs et en repérer ses traces dans les textes36.

18Pourquoi, d’abord, cette relation forte entre un journal et son lectorat ? Parce que tout journal de presse écrite doit être acheté pour exister. Il est même en quelque sorte acheté deux fois. Le journal-papier est acheté par ses lecteurs mais auparavant ses espaces publicitaires ont été achetés par des annonceurs, attirés par le nombre mais aussi par la nature de ses lecteurs. De jeunes cadres dynamiques ou des pêcheurs à la ligne ont une valeur différente pour les différents annonceurs, selon qu’ils cherchent à vendre des attachés-cases ou des hameçons. Pour survivre, un journal ou un magazine doit conserver son lectorat, en nombre et en nature. Il doit donc le satisfaire dans la durée. Cette satisfaction dépendra bien entendu du contenu du journal, mais aussi de la manière qu’il a de s’adresser au lecteur, et ce d’autant plus que les différences de contenu entre lui et ses concurrents seront faibles. C’est ce que cherche à expliquer la théorie du contrat de lecture.

  • 37 Pour la télévision, on devrait alors logiquement parler plutôt de contrat d’audience. Je préfère ce (...)

19Il s’agit d’une théorie développée pour la presse écrite – d’où son nom – mais elle peut se transposer au journal télévisé37 à condition, tout de même, d’affronter quelques difficultés supplémentaires. D’une part, les publics de la télévision sont plus larges et moins homogènes que ceux de la presse écrite. Une bonne quinzaine de grands quotidiens nationaux ou régionaux et infiniment plus de magazines divers se partagent le lectorat français, dans un pays où dominent les journaux télévisés de seulement trois chaînes. On peut s’attendre à trouver des contrats de lecture (télévisuelle) définis de façon moins fine, moins ciblée que pour la presse écrite, mais on les trouvera quand même. Autre différence, en ce qui concerne la télévision généraliste : les téléspectateurs n’achètent pas un journal télévisé comme un journal de presse écrite. En revanche, les annonceurs achètent bel et bien les téléspectateurs qui le regardent ! Il se peut, d’ailleurs, que l’apparition massive de chaînes thématiques payantes nous rapproche, à terme, de la situation actuelle de la presse écrite.

20L’existence de ce « contrat de lecture », de cette adéquation nécessaire entre le discours du média et les attentes de son public – obligatoire pour la survie du média – justifie l’étude que je présente ici. Il implique que le discours de chaque média reçoive une certaine adhésion de son public, qu’il reflète ses opinions en même temps qu’il les influence. Ce sont donc autant de miroirs que nous examinerons pour voir comment se dessine dans la société la notion d’environnement.

  • 38 Antoine Culioli, Pour une linguistique de l’énonciation, Ophrys, Paris, 1990.
    Sophie Fisher et Jean (...)
  • 39 Je retiens, comme Véron, le terme plus habituel et surtout plus mnémonique de destinataire, alors q (...)

21Mais d’abord, par où passe donc ce contrat de lecture entre le média et son public ? Il y a certes des contractants en chair et en os : les téléspectateurs d’un côté, la « Télévision » de l’autre, c’est à dire une institution avec ses règles de fonctionnement, un être collectif, un ensemble de personnes qui prennent part à la production du journal télévisé – présentateurs, journalistes, cameramen, monteurs, réalisateurs, etc. Or, à quelques exceptions près, les contractants ne se rencontrent jamais. La proposition de contrat se trouve dans le texte – images et paroles – qui est produit par l’institution télévision. Pour la cerner, Véron s’est appuyé sur la théorie de l’énonciation qu’a développé le linguiste Antoine Culioli38. Celui-ci a pris en compte non seulement les éléments qui, dans le texte, caractérisent la situation dans laquelle il est produit – définition classique de l’énonciation – mais aussi ceux qui évoquent ses conditions de réception. Ses travaux ont ainsi fourni les outils linguistiques nécessaires pour repérer, dans le texte, la proposition de relation faite par le média à ses lecteurs ou spectateurs. Elle se trouve concrètement dans la relation construite entre les deux êtres discursifs esquissés dans le texte : l’énonciateur et le destinataire39. Le texte contient en effet une image de celui qui parle ou qui montre, de même qu’une image de celui qui écoute ou qui regarde et, partant, dessine une relation entre eux deux. Et il est essentiel de distinguer ces images, faites d’un ensemble de marques dans le texte, de l’émetteur et du récepteur, êtres réels, éventuellement collectifs, qui produisent ou qui reçoivent le texte. Le schéma suivant illustre la position des uns et des autres.

22Reprenons un à un tous ces personnages, réels ou virtuels. L’émetteur, l’être réel qui parle, ici, c’est « la télévision », c’est à dire toute une institution. Dans le cas du journal télévisé, c’est un présentateur principal, des journalistes spécialisés invités sur le plateau, des correspondants ou des envoyés spéciaux dans divers points du monde qui renvoient des sujets enregistrés ou apparaissent en direct, des cameramen, des monteurs, un régisseur qui choisit les plans qui passent à l’antenne – des gens, avec des normes partagées, des statuts divers, et une certaine organisation de leur travail. La situation s’est compliquée en passant de la presse écrite à la télévision – pourtant un journal écrit comporte lui aussi des articles signés de différentes personnes, journalistes ou personnalités extérieures, un courrier des lecteurs, des photos ou des dessins, une mise en page, etc.

23Un mot des personnes extérieures à l’institution télévision que l’on fait parler dans le journal : témoins, victimes, experts, etc. Dans la mesure où leur parole et leur image est choisie, encadrée, montée, instrumentalisée par ceux qui fabriquent le journal, je ne considère pas qu’elles font partie de cet être collectif qu’est l’émetteur. Je réserve donc le terme pour les membres de l’institution télévision.

24Quand au récepteur, il s’agit de l’être réel qui choisit de regarder ou non un journal télévisé donné. Il en existe de toutes sortes, bien sûr : les uns veulent un journal concis, les autres aiment les témoignages vécus, ou bien les commentaires, etc. Ces caractéristiques, qu’une étude de la réception du journal télévisé permet de mieux cerner, ne sont pas aléatoires, mais dépendent de l’histoire personnelle, culturelle et sociale de chacun. Le fait que nous partagions souvent une histoire culturelle ou sociale commune est un des facteurs qui restreignent la polysémie des textes médiatiques – leurs lecteurs ont souvent des regards semblables.

25Autour du journal télévisé évoluent donc de nombreux acteurs en chair et en os, aussi bien du côté de la production que de la réception, créant donc une situation fort complexe auquel s’affronte l’analyste des médias. Dans la présente étude, je m’en tiendrai à l’analyse du texte (oral et visuel) du journal télévisé, sans étudier ses conditions de production ou de réception. Le téléspectateur n’a accès ni aux unes, ni aux autre, et j’ai pris le parti d’analyser ici le produit qu’il reçoit, de caractériser des discours sociaux tels qu’ils circulent. Il est néanmoins indispensable de tenir compte d’autres approches pour éclairer cette démarche.

  • 40 Arnaud Mercier, « L’institutionalisation de la profession de journaliste », Hermès 13-14, CNRS Édit (...)
  • 41 Denis Ruellan, Le Professionalisme du flou. Identité et savoir faire des journalistes français, Pre (...)
  • 42 Rémy Rieffel, L’Élite des journalistes, PUF, 1984.
    Rémy Rieffel, « Les journalistes français : imag (...)
  • 43 Jean-Marie Charon, « Journalisme : l’éclatement », Réseaux, n° 52, p. 99, 1992.
  • 44 Françoise Tristani-Potteaux, Les Journalistes scientifiques : médiateurs des savoirs, Economica, 19 (...)
  • 45 Philip Schlesinger, Putting « reality » together, Methuen, Londres, 1987 (1re éd. 1978).
  • 46 Gay Tuchman, Making News – A study in the Construction of Reality, Free Press, New York, 1978.
  • 47 Knuth Helland, Public Service and Commercial News, Report n° 18, Department of Media Studies, Unive (...)
  • 48 Alison Anderson, « Sources strategies and the communication of environmental affairs », Media, Cult (...)

26On peut, en amont, s’intéresser aux conditions de production des journaux, faire, par exemple, de la sociologie des journalistes, chercher à savoir quelle est la formation des spécialistes de l’environnement, identifier leurs sources, etc. Dans cette voie, je pourrais indiquer, de façon non exhaustive, les travaux d’Arnaud Mercier40, ou ceux de Denis Ruellan41 sur l’histoire de la profession de journaliste et la manière dont elle a évolué. Rémy Rieffel42 ou Jean Marie Charon43 ont exploré la sociologie du journaliste actuel, cherchant a cerner les différents rôles qui lui sont dévolus dans différents pays, Françoise Tristani-Potteaux44 ayant étudié plus spécifiquement le cas des journalistes scientifiques. Mettant en œuvre une démarche plus ethnographique d’observation « sur le terrain », Philip Schlesinger45 a analysé la façon dont se fabriquaient des journaux (radio et télévision) de la BBC et Gay Tuchman46, des journaux télévisés américains. Knuth Helland47 a combiné, de façon très intéressante, une observation participante dans des salles de rédaction des journaux télévisés norvégiens avec une analyse détaillée des textes produits. Dans le domaine de l’environnement, je citerai le travail de Alison Anderson48, une étude des conditions de production du discours médiatiques (sources, lobbies, pratiques journalistiques) abordée du point de vue des Cultural Studies britanniques.

  • 49 Klaus Bruhn Jensen, « When is meaning ? Communication Theory, Pragmatism and Mass Media Reception » (...)
  • 50 Inguun Hagen, « The Ambivalences of TV News Viewing : Between Ideals and Everyday Practices », Euro (...)
  • 51 Jacquelin Burgess et Carolyn M. Harrison, « The circulation of daims in the cultural politics of en (...)
  • 52 John Corner et Kay Richardson, « Environmental communication and the contingency of meaning : a res (...)

27On peut aussi étudier la réception du journal télévisé par ses téléspectateurs. C’est une part essentielle de l’étude du « contrat de lecture » dont le terme même souligne l’adéquation qu’il doit y avoir entre l’objet produit et sa réception : on ne lit ni regarde un journal que l’on n’apprécie pas. Lorsqu’on se propose d’analyser des textes médiatiques, il est essentiel d’avoir présent à l’esprit les facteurs qui gouvernent sa réception – l’idéal étant, quand cela est possible bien sûr, de mener l’étude correspondante. Hélas, peu de recherches en réception ont été menées spécifiquement sur les journaux télévisés. On peut citer ceux de Klaus Bruhn Jensen49 qui a dirigé un programme international d’études comparatives dans différents pays, ou ceux d’Inguun Hagen50 qui a mené une étude en réception de journaux télévisés norvégiens. Plus spécifiquement sur le thème de l’environnement, mais moins précisément sur le journal télévisé, Jacquelin Burgess et Carolyn M. Harrison51 ont réalisé un suivi quasi anthropologique, pendant plus de deux ans, des discours de la presse locale, régionale et nationale, lors de la discussion d’un projet d’implantation d’un centre de loisirs dans une zone protégée au sud de Londres. Pendant ce temps, le public concerné était régulièrement interrogé afin de suivre les interactions entre les nouvelles et les discours du public. John Corner et Kay Richardson52, étudiant la réception de documentaires sur le nucléaire, soulignent à quel point le thème de l’environnement est lié à l’idée de menace et de risque, d’où l’importance des résonances affectives des sujets télévisés (ressenties, rappellent-ils, différemment par différents publics), au-delà des discours rationnels qui peuvent être tenus. Ces exemples d’études en réception sont bien moins nombreux, toutefois, que pour les études sur les conditions de la production.

  • 53 Les images EVN (de l’Eurovision News Exchange qui est une bourse d’échange d’images à l’echelle eur (...)
  • 54 Ferdinand de Saussure, Cours de Linguistique générale, (4e édition), Payot, Paris, 1949. Les cours (...)
  • 55 Roland Barthes, Mythologies, Le Seuil, Paris, 1957.

28Pour en revenir à la recherche empirique décrite ici, et au modèle théorique qui la sous-tend, j’ai procédé à une analyse sémiologique de textes médiatiques, pour repérer les stratégies discursives qui s’y déploient. Pour le dire autrement : je me suis limitée à l’examen de ce qui est proposé au téléspectateur. En effet, celui-ci ne reçoit pas d’autres informations sur les conditions de production ou de réception que celles qui sont données dans le texte, par des indications telles que : « Vous êtes des millions à nous regarder ce soir » ou bien « En voici les images EVN53 que nous commente notre correspondant... » C’est à ce texte – audiovisuel – que je m’intéresserai ici. Un mot d’abord pour préciser ce que j’entends par « analyse sémiologique », car le terme n’a pas une acception bien fixe. Au début du siècle, Ferdinand de Saussure54 a introduit le mot sémiologie pour désigner la science qui a pour objet la vie des signes dans la société. Or Saussure a proposé un modèle dualiste du signe, associant signifiant et signifié. Cette tradition a débouché, en France en tout cas, sur une linguistique dont les locuteurs en tant qu’acteurs sociaux se trouvaient quasiment exclus. Roland Barthes, qui est à l’origine de l’analyse sémiologique dans ce pays, avait tenu à garder un ancrage dans la vie quotidienne55, mais malgré cela, la sémiologie a évolué vers une analyse littéraire des textes de plus en plus raffinée et de plus en plus coupée de la réception que pouvait leur réserver tout un chacun. C’est l’origine d’une voie théorique qui considère que le sens d’un texte est entièrement contenu dans ce texte et qu’il suffit alors d’un « bon » analyste pour le mettre à jour.

  • 56 Charles S. Peirce, Textes fondamentaux de sémiotique, Méridiens Klinckseick, Paris 1987, et Écrits (...)

29Une autre voie d’approche prend plutôt ses racines dans les travaux du logicien américain Charles Sanders Peirce56, qui a proposé un modèle triadique du signe : fondement, objet, et interprétant, ce qui laisse une place à la personne qui fait le lien entre le signifiant et le signifié de Saussure.

  • 57 Charles S. Peirce, Collectedpapers 2.228, cité en français par U. Eco, in « Peirce et la sémantique (...)

« Un signe, ou representamen, est quelque chose qui tient lieu pour quelqu’un de quelque chose sous quelque rapport ou à quelque titre. Il s’adresse à quelqu’un, c’est à dire crée dans l’esprit de cette personne un signe équivalent ou peut-être un signe plus développé. Ce signe qu’il crée, je l’appelle l’“interprêtant” du premier signe. Ce signe tient lieu de quelque chose : de son objet. Il tient lieu de cet objet, non sous tous rapports mais par référence à une sorte d’idée que j’ai appelée le “fondement du representamen”57. »

  • 58 Umberto Eco « Peirce and comtemporary semantics », Versus, n° 15, 1976.
  • 59 Eliséo Véron, La Sémiosis sociale, Presses universitaires de Vincennes, 1987.
  • 60 J’évoque rapidement cette distinction entre ces deux traditions théoriques, mais elle est fondament (...)

30Cette pensée qui introduit tout naturellement la réception en tant que processus de production de sens, a inspiré les travaux sur la littérature d’Umberto Eco58 et ceux sur les médias d’Eliséo Véron59. Il ne s’agit plus pour le récepteur de décoder un message préalablement encodé, c’est à dire d’apparier (plus ou moins correctement) signifiants et signifiés. Il s’agit pour lui de prendre part au processus de production de sens – de sémiosis – qui a lieu lors de sa rencontre avec un texte. Le sens n’est plus seulement dans le texte, il est produit lors de sa réception, lors de la rencontre entre texte et récepteur. Ce sens produit dépendra évidement du texte, mais il dépendra aussi du récepteur, de son histoire personnelle, de son savoir, de sa culture, de sa place dans la société60.

31Peirce a plutôt parlé de sémiotique là ou Saussure a utilisé le mot de sémiologie. L’usage des deux termes n’est pas bien fixé, et il diffère dans le monde anglophone. Le terme d’analyse sémiologique est tout de même consacré pour le type d’analyse que je présente ici, bien que celui-ci s’ancre dans la tradition peircienne. Ce travail sur le texte devra être enrichi en tenant compte de ce que nous savons par ailleurs des conditions de production ou de réception de journaux télévisés, ou de celles de textes analogues, et il faudra toujours veiller à ne pas confondre les différentes positions d’observation – analyse des conditions de production, des conditions de réception, ou, comme ici, analyse sémiotique des textes. Si le sens d’un texte est produit lors de la réception, il n’est pas inscrit dans ce texte. En l’analysant, je chercherai à mettre en évidence des stratégies d’énonciation, je soulignerai des éléments susceptibles d’être pertinents pour la production de sens, mais je devrai veiller surtout à ne pas prendre ma propre réception pour « la bonne ».

32Revenons donc aux mécanismes du « contrat de lecture » élargi au journal télévisé, revenons a l’énonciateur et au destinataire, êtres que l’on peut qualifier de discursifs, puisqu’ils sont faits de traces inscrites dans les discours. Ce sont les images de celui ou ceux qui parlent et qui montrent, d’une part, de celui qui écoute et qui regarde de l’autre, tels qu’elles se dessinent dans le texte. Au lieu de garder le terme linguistique d’énonciateur, je parlerai ici plutôt de médiateur, non pour imposer gratuitement un changement de vocabulaire mais pour insister sur le rôle social qui est le sien. Il s’agit toujours de cet être discursif formé de l’ensemble des traces dans le texte laissés par ceux qui nous parlent : de l’envoyé spécial qui se montre sur le terrain, du journaliste spécialiste qui se construit comme compétent dans son domaine, du présentateur qui souligne les conditions de réalisation particulièrement difficiles d’un reportage, etc. L’utilisation d’interviews fait partie de la construction de ce médiateur : on pourra se demander s’ils servent à apporter des informations nouvelles ou à confirmer les dires du journaliste. Dans le premier cas, ils participent plutôt à la construction de ce que j’appellerai un médiateur effacé qui laisse parler un témoin de façon autonome, dans le second d’un médiateur fort, qui savait déjà et qui nous avait déjà dit ce que le témoin avait à dire.

33Un exemple de la construction du médiateur : imaginons un journaliste sportif qui rend compte d’un match de rugby et qui emploie un vocabulaire très technique, qu’il n’explique pas. Il construit ainsi un médiateur compétent en matière de rugby et un destinataire tout aussi compétent, puisqu’il est supposé comprendre tous ces mots. Rien ne nous dit, à l’examen de ce texte, ce qu’il en est de l’émetteur, du vrai journaliste « en chair et en os » : peut être joue-t-il au rugby tous les dimanches, ou peut-être n’y connaît-il rien, lit-il simplement un texte écrit pour lui par sa rédaction. Il en est de même du récepteur « réel » : il coïncide peut être avec ce portrait virtuel qui a été esquissé de lui – passionné de rugby, et qui n’imagine pas qu’on puisse en parler en d’autres termes. Mais lui aussi peut ne rien y connaître. Ou bien s’y connaître mais ne pas apprécier la relation de complicité qui lui est ainsi proposée – alors il « zappera ».

  • 61 Suzanne de Cheveigné et Eliséo Véron, « La science sous la plume des journalistes », La Recherche 2 (...)

34Car c’est en effet une relation de complicité qui est proposée dans cet exemple : énonciateur et destinataire tous deux férus de rugby, aussi compétents l’un que l’autre. Il aurait pu en être autrement. Pour l’illustrer, prenons cette fois un exemple réel. Le prix Nobel de physique a été décerné deux années de suite a des chercheurs français : à Pierre Gilles de Gennes en 1991 et à Georges Charpak en 1992. En collaboration avec Eliséo Véron, j’ai procédé à une analyse précise de la façon dont la presse quotidienne en a rendu compte61. J’y ai trouvé un premier choix stratégique, fait par chaque journal, dans la construction du médiateur (portrait, donc, de celui qui écrit, tel qu’il est esquissé par ses traces dans le texte). Il pouvait être construit comme compétent en matière de science et parler du monde scientifique comme s’il en était familier. Ou bien il pouvait parler du monde scientifique avec distance – et plus ou moins d’émerveillement – se construisant comme incompétent dans le domaine. Cette construction du médiateur pouvait n’avoir rien à voir avec les compétences réelles des journalistes en chair et en os qui écrivaient les articles, compétences dont le lecteur moyen ne savait rien au demeurant.

35Quant au destinataire (l’autre être discursif esquissé dans le texte, image de celui pour qui il est écrit), il avait aussi deux variantes dans ces articles sur les prix Nobel : il pouvait être désireux de recevoir des explications ou non. Deux types de médiateur et deux types de destinataires possibles : en les combinant on trouvait quatre relations proposées. Elles peuvent s’exprimer schématiquement ainsi, le médiateur s’adressant au destinataire :

36• « Moi, je sais de quoi il s’agit et toi, tu voudrais que je t’explique » ;

37• « Je sais et toi aussi, donc je ne t’explique pas » ;

38• « Je ne sais pas et toi non plus, mais nous voudrions savoir. J’interroge donc le professeur Untel... » ;

39• « Je ne sais pas, toi non plus, et cela nous est bien égal ».

40La première relation est très différente des trois autres parce qu’elle n’est pas symétrique : énonciateur et destinataire ne sont pas sur le même plan par rapport au savoir, alors qu’ils le sont dans les trois autres, tous deux savants dans la seconde, tous deux ignorants dans la troisième et la quatrième. Cette notion de symétrie ou de complémentarité dans les échanges est empruntée aux travaux sur les relations interpersonnelles de l’anthropologue Gregory Bateson :

  • 62 Gregory Bateson, Vers une écologie de l’esprit, Le Seuil, 1977, t. 1, p. 239.

Si dans une relation binaire, A et B considèrent que leurs comportements sont similaires et liés de telle sorte qu’un renforcement du comportement de A stimule un renforcement du comportement de B et vice versa, alors la relation est « symétrique ». Si, par contre, les comportements de A et B sont dissemblables, mais s’accordent mutuellement (comme, par exemple, voyeurisme et exhibitionnisme), et que leur rapport est tel qu’un renforcement du comportement de A stimule un renforcement du comportement « accordé » de B, la relation est alors « complémentaire »62.

41Avec les médias, il n’y a certes pas à proprement parler d’échange puisque le lecteur ou le téléspectateur ne répond pas à ceux qui s’adressent à lui. Mais, comme le suggère Véron, le premier locuteur d’un échange propose une relation d’un certain type. Construire un énonciateur en position de professeur et donc un destinataire en position d’élève – « Moi, je sais et toi, tu voudrais que je t’explique »– revient à proposer une relation complémentaire, où le destinataire occupe la position complémentaire inférieure, dans les termes de Bateson. Au lecteur ou au téléspectateur réel d’accepter ou non cette position et la relation qu’on lui propose – telle qu’il l’interprète.

  • 63 Suzanne de Cheveigné et Eliséo Véron, Science on TV : Forms and Reception of Science Programmes on (...)

42En effet, on remarquera dans la première phrase de Bateson qu’il précise bien que la condition est que A et B considèrent que leurs comportements sont similaires – pas qu’ils le soient « objectivement ». La nuance est de taille. Eliséo Veron et moi-même l’avions confirmé dans une étude portant sur la réception d’émissions scientifiques63. Lors de cette enquête, nous avons choisi des séquences courtes d’émissions effectivement diffusées, illustrant différentes propositions de relation. Elles ont été montrées à des téléspectateurs à qui nous demandions de les commenter longuement. Entre autres résultats, nous avons trouvé un fort clivage entre, d’une part des personnes qui ne supportaient pas ce qu’elles interprétaient comme des situations de type scolaire, et d’autres, qui non seulement ne rejetaient pas ces situations, mais ne les interprétaient même pas en ces termes. Les premières supportaient mal d’avoir l’impression d’être traitées comme des élèves car cela réveillait en elles des souvenirs douloureux de l’école. Elles préféraient de loin une proposition de relation symétrique, qu’elles décrivaient comme quasi-amicale, avec les scientifiques.

43Cet exemple montre ce que peuvent apporter des études en réception : une meilleure compréhension des mécanismes de production de sens. Elles nous guident dans l’analyse des textes médiatiques, dans la mise en évidence des stratégies énonciatives. Nous devrons être particulièrement attentifs à de telles propositions de relations dans le corpus analysé ici, propositions relevant souvent moins de ce qui est dit que de la manière de le dire.

  • 64 Eliséo Véron, « Quand lire c’est faire : l’énonciation dans le discours de la presse écrite », Sémi (...)
  • 65 Eliséo Véron, « Les médias en réception : les enjeux de la complexité », Média-Pouvoirs, 21, 1991.

44Revenons, pour finir, sur la notion de contrat. A-t-elle un sens, appliquée à la relation entre un média et ses récepteurs ? Par définition, un contrat est un lien interpersonnel, soit juridique, soit moral, souscrit volontairement et qui créé une obligation. Vis à vis de la loi, il en est trois sortes : le don, l’échange et l’association. Le premier cas montre bien que la notion de contrat n’implique pas forcément de symétrie dans la relation : une donation donne lieu à un contrat même si elle est sans contrepartie. Dans sa notion de « contrat de lecture », Véron en fait évidemment un usage métaphorique, une extension de sens courante que l’on trouve dès le « contrat social » de Jean-Jacques Rousseau. Pour lui, « Le discours d’un support, d’un côté, ses lecteurs de l’autre, sont les deux parties entre lesquelles se noue, comme dans tout contrat, un lien, ici la lecture. Dans le cas de communications de masse, bien entendu, c’est le média qui propose le contrat64. » Véron précisera plus tard : « La notion de contrat met l’accent sur le lien qui unit dans le temps un média à ses consommateurs. […] L’objectif de ce contrat est de construire et de préserver l’habitus de consommation65. » En effet, ce contrat métaphorique est soumis à sanction : le média qui le rompt voit chuter ses ventes, l’histoire de la presse en est remplie d’exemples.

  • 66 R. C. Allen, « Audience oriented criticism and television », in R. C. Allen (éd.) Channels of Disco (...)
  • 67 Dominique Pasquier, « Télévision et apprentissages sociaux : les séries pour adolescents », Sociolo (...)

45D’autres auteurs utilisent la métaphore du contrat, souvent dans des sens différents. Robert C. Allen, à propos de la télévision, l’introduit ainsi : « Toute narration – toute communication interpersonnelle même – implique un échange sur la base d’un contrat présumé : l’émetteur nous propose de nous dire quelque chose que nous n’avons pas déjà entendu66. » Cette acceptation réduit l’acte de communication au niveau d’une transmission d’information, fait porter le contrat uniquement sur le contenu des messages et n’explique pas la dynamique de la concurrence entre des journaux dont le contenu est quasiment identique. En fait, le média nous propose de nous dire quelque chose, mais en s’adressant à nous sous un mode qui nous convient, en contextualisant l’information comme nous pensons qu’elle doit l’être. La proposition de contrat comporte des commentaires sur la situation de communication, elle est un méta-discours sur le rôle du média, sur la construction de collectifs partagés, sur des visions du monde. Cette différence entre l’approche de Véron et celle d’Allen, dont les travaux sont issus de la tradition de critique littéraire, viennent de l’ancrage sociologique et ethno-méthodologique du premier, préoccupé qu’il est de textes « ordinaires », d’expériences partagées et de lien social – éléments moins centraux à l’expérience intime qu’a le lecteur d’une œuvre littéraire. Comme l’exprime Dominique Pasquier, « Ce serait donc une des caractéristiques fondamentales du petit écran : il fonctionne de façon indissociable sur le mode de l’expérience individuelle et de l’expérience collective67. »

  • 68 Patrick Charaudeau, Le Discours d’information médiatique, Nathan, Paris, 1997, p. 68.

46Patrick Charaudeau utilise, quant à lui, la notion de « contrat le communication » : « un contrat de reconnaissance des conditions de réalisation du type d’échange langagier dans lequel [les partenaires] sont engagés68 ». Il se compose de données externes concernant la situation d’échange et de données internes, discursives. Ce sont plutôt les secondes qui participent à la proposition de contrat de lecture telle que l’entend Véron, proposition qui concerne davantage une relation entre partenaires plutôt qu’une reconnaissance d’un ensemble de contraintes.

  • 69 Dominique Mehl, La Télévision de l’intimité, Paris, Le Seuil, 1996, p. 194.
  • 70 Ces notions ont donné lieu à des discussions mémorables – et fort intéressantes – à Cerisy, en 1997 (...)

47D’autres métaphores sont possibles, bien entendu. Dominique Mehl préfère le terme de pacte : « Tout acte de communication de masse met en œuvre un pacte qui, au cœur même du contenu et par la forme du programme, lie le producteur et le récepteur69. » François Jost va plus loin et récuse la réciprocité connotée par le contrat ou le pacte, pour retenir la notion de promesse, perdant ainsi, à mon sens, l’aspect d’obligation sanctionnée – économiquement pour les médias – que comporte la notion de contrat70. Il reste que toutes ces approches soulignent à quel point le lien entre un média et ses récepteurs est de l’ordre de la relation, qu’il ne se réduit en rien à une simple question de transmission d’information.

Analyser le journal télévisé

48Comment s’y prendre concrètement pour travailler sur le journal télévisé ? Comment essayer de l’analyser, de le comprendre, alors que, en tant que téléspectateurs, nous y sommes tellement habitués que nous ne le « voyons » plus ? Comment prendre du recul pour nous construire une position d’observateur ? Surtout, comment faire en sorte que les observations soient partageables – ce sans quoi il n’y a pas de démarche scientifique ? Dans cette section, j’analyserai les principes méthodologiques que j’ai mis en œuvre, mais je renverrai aussi les lecteurs étudiants à l’annexe qui suit de plus près une analyse méthodologique telle que les proposent les manuels.

49Tout d’abord, dans le travail que je décris ici, je me suis imposé une démarche empirique : aller « sur le terrain » des journaux télévisés voir ce qui s’y trouve. Or, étrangement, le mot « empirique » est ambigu : il peut être synonyme d’expérimental – c’est plutôt ainsi que je l’entends – mais il peut aussi se référer à une démarche « qui reste au niveau de l’expérience spontanée ou commune, n’a rien de rationnel ni de systématique ». L’exact contraire d’une expérience scientifique bien menée ! Bien entendu, certaines expériences se préparent artificiellement – c’est souvent le cas dans les sciences justement dites « expérimentales », comme la physique ou la chimie. Il peut aussi s’agir d’une observation systématique et raisonnée : la démarche de l’entomologiste observant des papillons ou de l’astrophysicien scrutant les étoiles.

50On oppose quelquefois cette démarche expérimentale ou empirique – dans le bon sens du terme, bien sûr – à la démarche théorique. Or, en fait, elles ne s’opposent pas, elles se complètent. D’abord parce qu’on ne décrit jamais des « faits bruts », on les choisit et on les construit dans un cadre théorique qu’il faut s’efforcer d’expliciter. « L’évidence », « le bon sens » sont simplement des cadres théoriques qui s’ignorent. Celui qui affirme observer sans a priori n’a, en réalité, pas suffisamment réfléchi à ses propres présupposés ! À l’inverse, s’il n’y a pas d’expérience sans théorie, il ne peut y avoir de théorie utile sans expérience. Je ne prétends pas que le travail empirique donne des résultats évidents, qu’il ne puisse pas être truffé de pièges et d’artefacts. Mais il est un garde-fou indispensable pour ancrer des constructions théoriques. Constructions qui peuvent être fécondes, bien entendu – à condition de les mettre à l’épreuve de l’expérience.

51L’opposition entre approches empirique et théorique est également stérile. C’est justement le jeu, l’aller-retour, l’échange entre les deux, qui constitue une partie essentielle de la démarche scientifique. C’est ainsi que peuvent se combiner théories déductives et théories inductives, théories « descendantes » qui prédisent des résultats expérimentaux, théories « ascendantes » qui, à partir de régularités dans les observations, proposent de nouvelles manières de les penser – les anglo-saxons parlent à ce sujet de « grounded theory ». Il y a un réel risque pour les sciences sociales, risque que je discute plus longuement dans l’annexe méthodologique, de tenter d’aligner leur démarche sur le modèle fortement déductif des sciences physiques. Or, nous ne sommes pas ici devant des objets suffisamment simples et prédictibles pour pouvoir élaborer une théorie préalable à soumettre à l’expérience, comme on a pu souvent – pas toujours – le faire en physique. Il nous faudra plutôt mettre en œuvre une observation raisonnée.

52Une autre opposition apparaît souvent, cette fois à l’intérieur du domaine empirique, entre méthodes quantitatives (celles qui donnent des résultats chiffrés) et méthodes qualitatives (qui produisent du discours, des descriptions et des interprétations). Ici encore, il me paraît que ces méthodes sont complémentaires et non exclusives. Ceci dit, une vraie question sous-tend cette opposition entre les tenants des unes et des autres : celle de l’objectivité. Qu’est-ce qui fait que mes découvertes ont un quelconque degré d’universalité, qu’elles valent pour quelqu’un d’autre que moi ? Car ce n’est qu’à cette condition qu’elles pourront participer à la construction collective d’un savoir scientifique.

  • 71 Parmi les critiques classiques : Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Éditions de Minuit, Pari (...)

53Or, trop souvent, devant l’exigence d’objectivité, on répond « il faut et il suffit que la description soit chiffrée ». Pourtant, ce n’est pas parce qu’on utilise des chiffres que l’on est forcément dans la précision et l’exactitude. Certes, les chiffres permettent des classements ordonnés et des calculs rigoureux. Mais ces chiffres ne sont jamais que des résultats de mesures dont la précision et la fiabilité doivent toujours être interrogées. Pour des distances ou des temps, le problème est grosso modo résolu, bien qu’il ait fallu bien du travail pour arriver au mètre étalon ou à l’horloge atomique. Les dimensions que l’on mobilise en sciences sociales posent autrement plus de difficultés, et les chiffrer suppose que l’on ait pu définir une métrique ou une façon de mesurer les objets à caractériser. Les sondages d’opinion fournissent un exemple classique. Une fois obtenues des réponses à ses questions, et bien sûr en supposant l’échantillon établi dans les règles de l’art, le sociologue peut travailler sur les « données », établir des pourcentages, des corrélations, etc. Mais la précision des résultats ne doit pas masquer les problèmes qu’a pu poser la mesure de départ. Plusieurs auteurs les ont soulignées71 : les questions du sondage ont elles été comprises comme l’imagine le sondeur, peut-on poser aux gens des questions qu’ils ne se posent pas eux-mêmes, l’addition d’opinions diverses a-t-elle un sens, etc.? Les sciences sociales, et les autres, posent souvent de tels problèmes de mesure, qu’il ne faut pas chercher à se masquer.

  • 72 Le Nouveau Petit Robert, 1996.
  • 73 Voir par exemple Alan Chalmers, La Fabrication de la science, La Découverte, Paris, 1991 ou Bruno L(...)
  • 74 Gaston Bachelard, Le Nouvel Esprit scientifique, Paris, PUF, 1960, p. 16.

54La préoccupation d’objectivité est pourtant plus que légitime. Revenons encore une fois au dictionnaire pour partir du sens courant du mot : objectif « se dit d’une description de la réalité (ou d’un jugement sur elle) indépendante des intérêts, des goûts, des préjugés de la personne qui la fait72. » Vaste programme dont les sociologues des sciences ont montré que, même dans les sciences les plus pures et dures, il n’est pas réalisé73. Il reste que, même si l’activité des scientifiques n’est jamais indépendante de contingences diverses et en particulier d’enjeux de pouvoir, ils construisent progressivement un corps de savoir. Cela impose que les résultats d’un chercheur puissent avoir une « valeur d’échange », un sens pour ses collègues, qu’on puisse considérer son travail comme acquis au moins provisoirement. Si l’apparente précision des chiffres ne l’assure pas, il faut à tout instant réfléchir à sa démarche, l’expliciter, l’expliquer et la justifier pour pouvoir la partager. C’est ce que je cherche à faire ici. Comme l’a écrit Gaston Bachelard, « l’objectivité ne peut se détacher des caractères sociaux de la preuve. On ne peut arriver à l’objectivité qu’en exposant d’une manière discursive et détaillée une méthode d’objectivation »74.

  • 75 Groupe de Saint-Cloud, Présidentielle. Regards sur les discours télévisés, Nathan, Paris, 1995.

55Dans le cas d’une analyse des discours médiatiques on peut mettre à profit aussi bien des méthodes quantitatives que qualitatives. Du côté des méthodes quantitatives, il y a différents niveaux de complexité, et d’objectivité. On peut compter les occurrences des mots, de façon à déterminer un vocabulaire spécifique, une utilisation particulière de pronoms, etc. : par exemple, Maurice Tournier et ses collaborateurs en ont montré l’intérêt dans leur analyse des discours des candidats à l’élection présidentielle75. Ce type d’analyse est bien sûr grandement facilité par l’informatique. On peut de la même manière caractériser d’autres aspects des séquences télévisuelles : le nombre et la nature des citations, les durées des plans télévisuels, etc. Nous nous trouvons là face à des méthodes dont les résultats, sauf erreur grossière de comptage, sont peu discutables.

  • 76 Il s’agit d’une approche où la linguistique française a particulièrement brillé, avec les travaux d (...)
  • 77 Anne Berthomier, (thèse doctorale en cours, sous ma direction, École Normale de Fontenay-Saint-Clou (...)
  • 78 Antoine Prost, Vocabulaire des proclamations électorales de 1881, 1885, et 1889, PUF, Paris, 1974.

56À un second niveau de complexité, on peut déterminer les co-occurrences, trouver quels mots se trouvent régulièrement associés dans un discours. Cela demande un traitement statistique du texte, à base d’analyse factorielle de correspondances, qui se fait par ordinateur76. Il faut donc un corpus relativement important et homogène, il ne suffit pas d’une ou deux nouvelles77. Moyennant des vérifications soigneuses de la stabilité des résultats par rapport aux paramètres de l’analyse, tels que la manière de découper le texte en unités élémentaires, on peut considérer qu’ils sont bien indépendants de l’observateur. Leur interprétation n’est pas forcément simple pour autant. Comme l’a dit l’historien Antoine Prost, l’un des premier à mettre en œuvre ces méthodes, sur des textes électoraux des années 1880, il ne s’agit que d’une « sorte de microscope obligeant à une lecture plus rigoureuse des textes d’une part, et de l’autre contribuant à valider les interprétations qu’une lecture suggère78 ».

  • 79 Bernard Berlson, Content Analysis in Mass Communication Research », Free Press, New York, 1952.

57On peut quitter le niveau des mots pour ce que l’on appelle une analyse de contenu, introduite, nous l’avons vu, par Berelson qui y voyait une « description objective, systématique et quantitative du contenu manifeste des messages79 ». Le problème que pose cette démarche, c’est la détermination du contenu soi-disant « manifeste ». Cette approche est basée sur l’idée que le sens est contenu dans le message, là où d’innombrables travaux, en particulier ceux que j’ai décrits sur la réception, ont montré qu’il n’en est rien, que le sens se construit à la rencontre d’un texte et d’un lecteur. Trop souvent, l’analyse de contenu consiste à prendre la lecture de l’analyste pour ce fameux contenu manifeste. Mieux vaut encore s’en tenir à la matérialité des textes comme le font les analyses lexicologiques.

58Au-delà de ces approches quantitatives, l’analyse qualitative demeure essentielle, en particulier pour cerner tout ce qui est de l’ordre de l’énonciation plus que de l’énoncé, de la manière de dire plus que de ce qui est dit. Par qui les nouvelles sont-elles dites, dans quel contexte sont-elles situées, comment sont utilisées les citations, comment l’image est-elle liée au texte, quelle gestuelle apparaît, etc. – toutes ces questions et bien d’autres surgiront. Nous verrons qu’en fait, les deux démarches, quantitative et qualitative, s’alimenteront l’une l’autre.

59Dernier commentaire mais non le moindre : ma démarche sera toujours comparative. Car seules des différences à l’intérieur d’un univers de discours donné sont perceptibles et susceptibles d’avoir un sens. Dans le cas présent, il faut explorer le « champ des possibles » qui s’offre au journal télévisé actuel, avec des comparaisons internationales quand cela est possible. On pourra ainsi repérer les choix stratégiques d’une chaîne par différence : elle pouvait faire autrement, puisque d’autres chaînes l’ont fait et son choix devient ainsi significatif. Toute perception se fait par différence. Encore une fois, si on ne précise pas les termes de la comparaison, c’est qu’on est en train d’en faire une implicitement, par rapport à une vague norme considérée comme commune ou habituelle. Il faut opérer cette comparaison entre objets de la classe que l’on souhaite explorer : différents journaux télévisés, même de pays différents, pour connaître les formes qu’ils peuvent prendre, différents médias d’information – radio, presse, télévision – pour comprendre ce que peut être un média d’information, etc. Alors seulement on pourra préciser les termes de la comparaison.

60Deux facteurs contribuent cependant à rendre l’analyse de la télévision plus difficile que celle de la presse écrite. L’image mobile, bien sûr, mais aussi le caractère éphémère des journaux produits, qu’ils partagent d’ailleurs avec ceux de la radio. On ne peut pas étaler son objet devant soi et réfléchir tranquillement comme on peut le faire avec un quotidien. Il faut essayer de palier à cet inconvénient, ruser pour tenter d’arrêter le cours du journal sans en perdre la vue d’ensemble. Partant toujours d’un enregistrement vidéo, on doit le regarder d’abord à plusieurs reprises, normalement, puis en coupant le son, ou, à l’inverse, en l’écoutant sans regarder l’image. Il faut en transcrire fidèlement le texte prononcé, reproduire des images fixes, essayer de relier les deux. Ce long travail à la fois de familiarisation et de mise à distance est indispensable pour pouvoir quitter sa posture de téléspectateur pour prendre celle de l’observateur.

  • 80 L’ouvrage de Thierry Lancien, Le Journal télévisé. Construction de l’information et compétences d’i (...)

61Le journal télévisé est un objet complexe qui se prête à de nombreux niveaux de description80. Il faudra bien prendre le temps de choisir ceux qui sont pertinents pour le problème que l’on se pose, ne pas se précipiter trop vite sur une analyse détaillée avant d’avoir saisi à grands traits l’ensemble. Dans le cas présent, il a fallu d’abord décider quelles nouvelles retenir comme traitant de l’environnement, et parmi celles-ci recenser celles qui étaient communes à plusieurs chaînes. Une fois le corpus de nouvelles défini, on peut aborder les niveaux d’analyse les plus évidents, et ce ne sera déjà pas simple. Il y a d’abord un texte prononcé que nous transcrivons à partir de l’enregistrement avec autant de fidélité que possible. Ce qui veut dire qu’on y laisse intactes les maladresses de style, les fautes de grammaire, les répétitions, etc. Elles font partie du journal, de ce que le téléspectateur entend. Il peut aussi y avoir des paroles ou des bruits particuliers, en son naturel, lors de reportages. Il faut bien sûr référencer tout ce que l’on transcrit : la date, la chaîne, l’édition. Il faut également préciser qui parle et comment : présentateur, journaliste spécialiste, invité, reporter – visibles ou non à l’écran – interviewés souvent identifiés par une incrustation dont il faut noter le texte exact.

62Cette transcription étant faite, un bon logiciel de traitement de texte suffit déjà pour travailler sur le texte obtenu. Il permet de rechercher rapidement des mots, regrouper les interviews selon le type de locuteur, rapprocher toutes les lancements, etc. Attention seulement, au moment d’effectuer ces manipulations, de bien indiquer d’où viennent les extraits ou les citations – on a vite fait de tout mélanger ! Des logiciels spécifiques d’analyse qualitative de texte, tels que NUD*IST ou Atlas/ti se développent dans le monde anglo-saxon mais sont encore peu répandus en France. Ils devraient aider à mieux gérer ces manipulations de la transcription.

63Que faire maintenant de l’image, partie évidement essentielle du texte audiovisuel ? Comment garder sous les yeux et dans sa mémoire toutes les images qui se succèdent ? C’est quasiment impossible, et pourtant tout à fait nécessaire si l’on veut comparer des séquences entre elles. Ce que l’on peut faire, c’est prélever un certain nombre d’images fixes, à tous les changement de plans si possible. Les panoramiques et les zooms échapperont encore, on peut en prélever quelques étapes. Enfin, il ne faut surtout pas manquer les incrustations. Par rapport au flot d’images, c’est peu, mais cela fournit un support précieux pour la mémoire. Disposer d’images fixes qu’on peut poser côte à côte sur une table change tout : on compare les contenus, les cadrages, les angles de prise de vue, les montages. Pour obtenir ces images fixes, on peut utiliser une imprimante vidéo, qui reproduit l’écran de télévision sur papier thermique, en couleur pour les chercheurs fortunés, ou en noir et blanc pour les autres. Une autre solution consiste à numériser le signal vidéo grâce à une carte de numérisation dont sont munis certains micro-ordinateurs. C’est une solution pratique pour inclure les images dans un texte ultérieur, mais elle est moins souple d’utilisation, pour un travail individuel, que l’image sur support papier et surtout elle est très gourmande en mémoire d’ordinateur. Cette solution a été adoptée et mise à la disposition des chercheurs par l’Inathèque, (avec son logiciel Vidéo Scribe) qui dispose des moyens informatiques nécessaires.

64Quelle que soit la méthode retenue, il faut bien sûr relier les images au texte, par exemple en les numérotant et en notant dans le texte le moment où le plan apparaît. Cela doit être fait avec précision, car la manière dont les changements de plans rythment les phrases du texte oral est un élément important du « style » d’un journal. Pour cela, il faut un magnétoscope équipé de la fonction dite jog-shuttle qui permet un réglage continu du ralenti tout en gardant le son. Celui-ci est bien sûr déformé, mais on repère bien la position dans le texte des changements de plan.

65Connaître la structure du journal télévisé peut également être important : savoir où se situe dans le conducteur, ou séquence des sujets, la nouvelle qui nous intéresse. Repérer des annonces de rubriques bien définies, déterminer les sujets traités avant ou après, mesurer les durées des différents éléments. Maintenant que le journal télévisé est mis à plat, le seul risque – et il n’est pas négligeable – c’est de perdre la vue d’ensemble du flot du journal ou simplement de l’enchaînement des extraits retenus. Il ne faudra pas oublier de retourner le visionner en entier de temps en temps !

66Voici donc la panoplie des outils que je mettrai en œuvre, d’abord pour caractériser de manière quantitative les nouvelles qui nous parlent d’environnement, ensuite pour mener une analyse qualitative sur la manière dont certaines de ces nouvelles s’y prennent.

Notes

1 Entre-temps, au début de 1996, Arte avait créé un journal d’une demi-heure, le 7 1/2, diffusé à 19 h 30. Ces hésitations découlent du fait que la soirée télévisuelle ne commence pas à la même heure en France et en Allemagne. Quand les Français choisissent leur programme, vers 20 h 45, les Allemands sont déjà installés depuis trois quarts d’heure. La chaîne franco-allemande a un perpétuel problème de décalage.

2 Marlène Coulomb-Gully, Les Informations télévisées, PUF, coll. « Que sais-je ? », Paris, 1995.

3 Olivier Perez (« L’audience des journaux télévisé : fidélité et duplication », in La Télévision : de l’audience à l’efficacité de la publicité, IREP, 1991) montre qu’au moins 75 % des personnes restent fidèles à un journal. Ces chiffres ont pu diminuer depuis, l’offre augmentant. Il faut préciser que la Cinq et Nulle Part Ailleurs sur Canal + existaient déjà.

4 Dominique Mehl, La Fenêtre et le Miroir, Payot, 1992, p. 184. Ce livre dresse un excellent portrait de la télévision française et fournit les éléments d’une comparaison détaillée.

5 François jost et Gérard Leblanc, La Télévision français au jour le jour, Paris, Anthropos/INA, 1994.

6 Marlène Coulomb-Gully, op. cit.

7 François jost et Gérard Leblanc, op. cit.

8 Supplément Télévision du Monde, 7 juillet 1997.

9 Parmi ceux-ci : David Morley, Television, Audiences and Cultural Studies, Routledge, Londres, 1992 ; le numéro 11-12 de la revue Hermès, « À la recherche du public », CNRS Éditions, Paris, 1993 ; Armand et Michèle Mattelart, Histoire des théories de la communication, La Découverte, Paris, 1995 ; Jérôme Bourdon, Introduction aux médias, Monchrétien, Paris, 1997 ; Grégory Derville, Le Pouvoir des médias. Mythes et Réalités, Presses universitaires de Grenoble, 1997.

10 Harold Lasswell, Propaganda techniques in the World War, Knopf, New York, 1927.

11 Comme l’illustre le titre de l’ouvrage de Serge Tchakhotine, Le Viol des foules par la propagande politique, Gallimard, Paris, 1952 (édition originale 1939).

12 Theodor W. Adorno, conférence de 1962, publiée dans Communications 3, 1963 et reprise dans Textes essentiels des sciences de l’information et de la communication, réunis par Daniel Bougnoux, Larousse, Paris, 1993.

13 Paul F. lazarsfeld « Remarks on Administrative and Critical Communications Research », Studies in Philosophy and Social Sciences, 9, 1941.

14 Paul Lazarsfeld, B. Berelson et H. Gaudet, The People’s Choice, Columbia University Press, New York, 1944.

15 Ehliu Katz et Paul Lazarsfeld, Personal Influence : The Part Played by People in the Flow of Mass Communication, Free Press, New York, 1955.

16 Cette expression pose un problème de traduction en français. Il est souvent traduit par « le double flux de communication » qui correspondrait à l’anglais « double flow », et non « two-step flow ». Il s’agit bien dans le terme de Katz et Lazarsfeld d’un processus comportant deux étapes successives et de nature différente.

17 Dominique Boullier, « Savez-vous parler télé ? », MédiasPouvoirs, 21, p. 173- 186, 1991.

18 J. Halloran, Démonstrations and Communications, Harmondsworth-Penguin, Londres, 1970

19 Ehliu Katz, « Mass Communication Research and Popular Culture », Studies in Public Communication, 2, 1959 (traduction S.d. C.).

20 David Morley, Télévision, Audiences and Cultural Studies, Routledge, Londres, 1992, p. 53.

21 B. Berlson Content Analysis in Mass Communication Research », Free Press, New York, 1952.

22 Umberto Eco, Lector in fabula, Livre de Poche, Paris, 1993, (édition originale 1979), p. 72 et p. 78.

23 Wolfgang Iser, The Act of Reading, A Theory of Aesthetic Response, Johns Hopkins University Press, Baltimore, 1978, p. 34.

24 Robert Merton, Mass Persuasion, Free Press, New York, 1946, (traduction S.d. C.).

25 David Morley, Télévision, Audiences and Cultural Studies, Routledge, Londres, 1992, p. 47.

26 L’ethnométhodologue Aaron V. Cicourel avait dès les années 1960 dressé une critique féroce et fort intéressante de la « Mass Communications Research » ainsi que de l’anlyse de contenu. Aaron V. Cicourel, Method and Measurement in Sociology, The Free Press of Glencoe, New York, 1964.

27 C’est ainsi qu’on a pu parler d’un « axe Birmingham-Paris », mettant également en œuvre les théories sociales et psychanalytiques françaises. Stuart Hall, « The Déterminations of News Photographs », Working papers in Cultural Studies 3, p. 53-88, 1972. Étrangement, Véron est cité dans cet article sans la référence Semiotica III, i, p. 59, 1971.

28 Stuard hall, « Encoding/Decoding in Télévision Discourse 7, 1973. Cet article a circulé sous forme de polycopié avant d’être publié dans Culture, Media, Language, sous la direction de Stuart Mills, Dorothy Hobson, Andrew Lowe et Paul Willis, Hutchinson, Londres, 1981. Version française (remaniée) dans Sociologie de la Communication, sous la dir. de Paul Béaud, Patrice Flichy, Dominique Pasquier et Louis Quéré, Réseaux – CNET, Paris, 1997.

29 David Morley, The Nationwide Audience, British Film Institute, Londres, 1980.

30 Eric Fouquier et Eliséo Véron, Les Spectacles scientifiques télévisés. Figures de la production et de la réception, Paris, La Documentation Française, 1985.

31 Dominique Boullier, « Savez-vous parler télé », Médiaspouvoirs, 21, pp. 173-186, 1991.

32 Dominique Pasquier, La Culture des Sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999.

33 Eric Maigret, « Strange grandit avec moi. Sentimentalité et masculinité chez les lecteurs de bandes dessinées de super-héros », Réseaux, 70, 1995, p. 79-103.

34 Par exemple John Fiske, Télévision Culture, Methuen, Londres, 1987. Mais Fiske n’est pas le seul car il a été suivi par tout un courant américain nommé également « Cultural Studies » mais dont les prémices sont maintenant bien loins de ceux des fondateurs britanniques. Voir à ce sujet le numéro 80 de la revue Réseaux.

35 David Morley, Télévision, Audiences and Cultural Studies, op. cit., p. 21. Le même type de préoccupation est exprimé par Jostein Gripsrud, « High Culture Revisited », Cultural Studies, 3 (2), 1989 ou par John Corner, « Meaning, gender and Context : the problematics if “public knowledge” in the new audience studies », in Mass Media and Society, sous la dir. de James Curran et Michael Gurevitch, Edward Arnold, Londres, 1991. Voir aussi la contribution de David Morley dans le numéro 11-12 de la revue Hermès, « À la recherche du public », CNRS Éditions, Paris, 1993.

36 Eliséo Véron, « Quand lire c’est faire : l’énonciation dans le discours de la presse écrite », Sémiotique II, Paris, IREP, 1984, pp. 33-56, « L’analyse du contrat de lecture : une nouvelle méthode pour les études de positionnements de supports presse », Les Médias. Expériences, recherches actuelles, applications, Paris, IREP, 1985, pp. 203-230 et « Presse écrite et théorie des discours sociaux : production, réception, régulation », in P. Charaudeau (dir.) La Presse : produit, production, réception, Paris, Didier, 1988.

37 Pour la télévision, on devrait alors logiquement parler plutôt de contrat d’audience. Je préfère cependant garder le terme d’origine de contrat de lecture.

38 Antoine Culioli, Pour une linguistique de l’énonciation, Ophrys, Paris, 1990.
Sophie Fisher et Jean-Jacques Frankel, (eds), Linguistique, énonciation : Aspects et détermination, Paris, Éditions de l’EHESS, 1983.
Sophie Fisher et Eliséo Véron, Théorie de l’énonciation et discours sociaux, Études de Lettres, 1986, p. 71-92, repris dans Sophie Fisher, Énonciation. Manières et Territoires, Paris, Ophrys, 1999.

39 Je retiens, comme Véron, le terme plus habituel et surtout plus mnémonique de destinataire, alors que Culioli emploie celui de co-énonciateur, soulignant par là sa symétrie avec l’énonciateur.

40 Arnaud Mercier, « L’institutionalisation de la profession de journaliste », Hermès 13-14, CNRS Éditions, 1994, p 219.

41 Denis Ruellan, Le Professionalisme du flou. Identité et savoir faire des journalistes français, Presses Universitaires de Grenoble, 1993.

42 Rémy Rieffel, L’Élite des journalistes, PUF, 1984.
Rémy Rieffel, « Les journalistes français : image et présentation de soi », Mediascope, n° 1, p. 168, 1992.

43 Jean-Marie Charon, « Journalisme : l’éclatement », Réseaux, n° 52, p. 99, 1992.

44 Françoise Tristani-Potteaux, Les Journalistes scientifiques : médiateurs des savoirs, Economica, 1997.

45 Philip Schlesinger, Putting « reality » together, Methuen, Londres, 1987 (1re éd. 1978).

46 Gay Tuchman, Making News – A study in the Construction of Reality, Free Press, New York, 1978.

47 Knuth Helland, Public Service and Commercial News, Report n° 18, Department of Media Studies, University of Bergen, Norway, 1995.

48 Alison Anderson, « Sources strategies and the communication of environmental affairs », Media, Culture and Society 13, 1991.

49 Klaus Bruhn Jensen, « When is meaning ? Communication Theory, Pragmatism and Mass Media Reception » in J. Anderson (éd.), Communication Yearbook, vol. 14, Sage, 1991, pp. 3-32.

50 Inguun Hagen, « The Ambivalences of TV News Viewing : Between Ideals and Everyday Practices », European Journal of Communication 9 (1994), pp. 193-220.

51 Jacquelin Burgess et Carolyn M. Harrison, « The circulation of daims in the cultural politics of environmental change », in A. Hansen (éd.), The Mass Media and Environmental Issues, Leicester University Press, Leicester, 1993

52 John Corner et Kay Richardson, « Environmental communication and the contingency of meaning : a research note » in A. Hansen (éd.), op. cit.

53 Les images EVN (de l’Eurovision News Exchange qui est une bourse d’échange d’images à l’echelle européenne) sont diffusées internationalement. Cette origine est parfois annoncée, pas toujours, et généralement sans explication.

54 Ferdinand de Saussure, Cours de Linguistique générale, (4e édition), Payot, Paris, 1949. Les cours furent donnés à l’université de Genève entre 1906 et 1911, et c’est seulement à partir des notes d’auditeurs que le texte de l’ouvrage a été établi.

55 Roland Barthes, Mythologies, Le Seuil, Paris, 1957.

56 Charles S. Peirce, Textes fondamentaux de sémiotique, Méridiens Klinckseick, Paris 1987, et Écrits sur le signe, Le Seuil, Paris, 1978.

57 Charles S. Peirce, Collectedpapers 2.228, cité en français par U. Eco, in « Peirce et la sémantique contemporaine », Langages 58, (1980) p. 75 (mes italiques). Le texte original est le suivant : « A sign or representamen, is something which stands to somebody for something in some respect or capacity. It addresses somebody, that is, créâtes in the mind of that person an équivalent sign which I call the interprétant of the first sign. The sign stands for something, its abject. It stands for that object, not in all respects but in reference to a sort of idea, which I have sometimes called the ground of the representamen. »

58 Umberto Eco « Peirce and comtemporary semantics », Versus, n° 15, 1976.

59 Eliséo Véron, La Sémiosis sociale, Presses universitaires de Vincennes, 1987.

60 J’évoque rapidement cette distinction entre ces deux traditions théoriques, mais elle est fondamentale. Pour mieux la situer dans l’histoire des théories de la communicatiuon, on peut se référer au livre d’Armand et de Michèle Mattelard, Histoire des théories de la communication, La Découverte, Paris 1995. Pour une discussion plus approfondie de ces deux traditions, voir Eliséo Véron, La Sémiosis sociale, op. cit.

61 Suzanne de Cheveigné et Eliséo Véron, « La science sous la plume des journalistes », La Recherche 263, 1994, 322, et « The Nobel on First Page : The Nobel Physics Prizes in French Newspapers », Public Understanding of Science, 3, 1994, 135.

62 Gregory Bateson, Vers une écologie de l’esprit, Le Seuil, 1977, t. 1, p. 239.

63 Suzanne de Cheveigné et Eliséo Véron, Science on TV : Forms and Reception of Science Programmes on French Télévision, Public Understanding of Science, 5, pp. 231-253, 1996 ; Suzanne de Cheveigné, « La science médiatisée : Le discours des publics » et « La science médiatisée : Les contradictions des scientifiques », Hermès 21, CNRS Editions, pp. 95-106 et pp. 121-134, 1997.

64 Eliséo Véron, « Quand lire c’est faire : l’énonciation dans le discours de la presse écrite », Sémiotique II, Paris, IREP, 1984, pp. 33-56.

65 Eliséo Véron, « Les médias en réception : les enjeux de la complexité », Média-Pouvoirs, 21, 1991.

66 R. C. Allen, « Audience oriented criticism and television », in R. C. Allen (éd.) Channels of Discourse, reassembled : Télévision and contemporary Criticism, Routledge, London, 1992, p. 118.

67 Dominique Pasquier, « Télévision et apprentissages sociaux : les séries pour adolescents », Sociologie de la Communication, CNET, Paris, 1997, p. 815.

68 Patrick Charaudeau, Le Discours d’information médiatique, Nathan, Paris, 1997, p. 68.

69 Dominique Mehl, La Télévision de l’intimité, Paris, Le Seuil, 1996, p. 194.

70 Ces notions ont donné lieu à des discussions mémorables – et fort intéressantes – à Cerisy, en 1997 : Jérome Bourdon et François Jost (sous la dir. de), Penser la télévision, Actes du Colloque de Cerisy, Paris INA-Nathan, 1998.

71 Parmi les critiques classiques : Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Éditions de Minuit, Paris, 1980. Pour une approche plus historique : Loïc Blondiaux, La Fabrique de l’Opinion, Paris, Le Seuil, 1998 et Dominique Reynié, Le Triomphe de l’Opinion, Paris, Odile Jacob, 1998.

72 Le Nouveau Petit Robert, 1996.

73 Voir par exemple Alan Chalmers, La Fabrication de la science, La Découverte, Paris, 1991 ou Bruno Latour, La Science en action, La Découverte, Paris, 1989.

74 Gaston Bachelard, Le Nouvel Esprit scientifique, Paris, PUF, 1960, p. 16.

75 Groupe de Saint-Cloud, Présidentielle. Regards sur les discours télévisés, Nathan, Paris, 1995.

76 Il s’agit d’une approche où la linguistique française a particulièrement brillé, avec les travaux de Jean-Pierre Benzecri, voir Dominique Maingueneau, L’analyse de discours, Hachette, Paris, 1991. Le logiciel Alceste, développé par un chercheur du CNRS, Max Reinhart, et commercialisé par la société Image, est un des plus performants dans ce domaine.

77 Anne Berthomier, (thèse doctorale en cours, sous ma direction, École Normale de Fontenay-Saint-Cloud) a par exemple appliqué la méthode aux articles de la presse quotidienne française qui ont rendu compte du clonage de la brebis Dolly en février 1997.

78 Antoine Prost, Vocabulaire des proclamations électorales de 1881, 1885, et 1889, PUF, Paris, 1974.

79 Bernard Berlson, Content Analysis in Mass Communication Research », Free Press, New York, 1952.

80 L’ouvrage de Thierry Lancien, Le Journal télévisé. Construction de l’information et compétences d’interprétation, Didier, 1995, esquisse un panorama particulièrement riche des questions que l’on peut se poser devant un journal télévisé.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30501/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 11k

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search