Version classiqueVersion mobile

L’environnement dans les journaux télévisés

 | 
Suzanne de Cheveigné

Introduction

Texte intégral

1« C’est vrai, je l’ai vu à la télé ! » Argument définitif, asséné dans les cours de récréation, et qui a certes sa part de vérité : les médias en général, et la télévision en particulier, façonnent notre vision du monde en même temps qu’ils la reflètent. On peut même dire qu’une bonne partie des grands événements n’existent que parce qu’on en a parlé dans les médias. Il en va de même de notions générales comme celle de l’environnement : elles sont socialement construites, et on en voit le reflet dans les médias. Avec ce livre, nous allons suivre un moment de cette construction dans le média d’information le plus suivi : le journal télévisé. J’exposerai les résultats d’un travail d’analyse réalisé à la demande du Ministère de l’environnement, mais ce sera surtout l’occasion de présenter une méthode d’approche des médias d’information et une réflexion sur leur rôle dans notre société. Je le souhaite utile pour tout chercheur qui s’attelle à une semblable analyse, mais plus encore j’aimerais apporter des éléments de réflexion qui permettront à tout un chacun de penser les médias. Car nous tous, en tant que téléspectateurs, avons le nez sur notre téléviseur et il n’est pas si facile de prendre un peu de recul pour enfin le voir !

2Ce livre comporte donc une partie empirique, une analyse précise de cas – ici celui d’un ensemble de nouvelles relevant du thème de l’environnement dans le journal télévisé. Il se poursuit par une réflexion sur la méthode d’analyse utilisée, aussi bien ses fondements théoriques que sa mise en œuvre pratique. Puis, à l’issue de ce travail empirique et au vu du paysage médiatique découvert, il aborde une réflexion sur le rôle de médiation qu’offre le journal, sur la « vision du monde » qu’il véhicule, et sur ses conséquences sur le fonctionnement d’une société démocratique.

  • 1 du 7 novembre au 7 décembre 1994.

3Plus précisément, c’est des journaux télévisés qu’il faut parler, puisqu’il y a plusieurs chaînes en France, qui émettent plusieurs éditions, et ce, tous les jours. Un choix s’imposait immédiatement. J’ai retenu ceux qui ont la plus grande audience, les éditions de début de soirée de TF1, de France 2 et de France 3 auxquels j’ai ajouté un journal « tout en images », le « 8 1/2 » d’Arte, pour une durée d’un mois1.

  • 2 Le Monde du 7 décembre 1999.

4 En réalité, aucun élément de ces choix ne va de soi. D’abord, pourquoi s’intéresser au journal télévisé ? Pour commencer, à cause du poids des chiffres : un journal télévisé de 20 heures de TF1 était regardé à ce moment là par près de 7 millions et demi de personnes, celui de France 2 par près de 6 millions et demi. Depuis, l’audience du journal de la première chaîne s’est consolidé, passant à plus de 8 millions de personnes alors que l’écart avec celui de France 2 s’est spectaculairement creusé : entre septembre et mi-novembre 1999, en parts d’audience, TF1 atteint 38,6 % contre seulement 23,5 % pour le 20 heures de France 22. Je reviendrai sur ces évolutions et leurs causes, mais quoi qu’il en soit, ces audiences restent bien supérieures à celles de la presse écrite. Au même moment, le quotidien Le Monde tirait à 450 000 exemplaires environ, Libération à un peu plus de 200 000. Seule la radio concurrence la télévision comme source d’informations sur les événements d’actualité pour nos concitoyens.

5Il ne faudrait cependant pas croire que seules des motivations quantitatives étaient en jeu dans ce choix. Les médias ne sont pas de simples tuyaux qui transportent des faits. Il n’y a pas un journaliste à un bout avec un entonnoir et un téléspectateur sous la douche à l’autre ! Ce modèle linéaire donne lieu à des variantes : un journaliste manipulateur qui verse de « faux » faits, un téléspectateur résistant qui ouvre son parapluie. En réalité, la relation entre un média et ses lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs, est infiniment plus complexe, non-linéaire au possible. C’est elle que nous allons tenter d’explorer ici.

6Demandez donc autour de vous : vos proches ont bien un journal télévisé préféré, un quotidien habituel. La radio de leur salle de bains reste réglée sur France Inter, RTL ou bien Europe 1. Et pourquoi donc, alors que les nouvelles semblent être les mêmes partout ? On vous expliquera que le journal Le Monde est trop ennuyeux, ou que les jeux de mots douteux qu’affectionnent Libération tout comme ceux pratiqués par l’ancien présentateur du journal télévisé de France 2, Bruno Masure, sont insupportables. Ce n’est pas seulement du contenu qu’il s’agit, de la qualité des informations, c’est aussi de la forme, de la manière dont le média s’adresse à son public, de la relation qu’il propose d’établir avec lui.

7La manière de raconter les nouvelles a autant d’importance justement parce que les mêmes nouvelles, à peu de choses près, sont proposées partout. Alors pourquoi préfère-t-on un quotidien ou un journal télévisé à ses concurrents ? Pourquoi choisit-on un magazine féminin plutôt qu’un autre, alors qu’ils parlent tous sensiblement de la même chose : de mode, de cuisine et de beauté – et de plus en plus de sexe ? Certes, la qualité et la fiabilité de l’information fournie ont leur part, mais, à cause de cette similitude dans les contenus, nous choisissons un titre en grande partie parce que nous apprécions la manière dont le média s’adresse à nous, parce que la vision du monde qui s’y dessine est en accord avec la nôtre.

8 Or, le choix que nous ferons d’un journal, écrit ou télévisé, aura une conséquence essentielle : nous verrons la publicité qui l’accompagne. Ne perdons jamais de vue le moteur économique sous-jacent : un annonceur qui achète de l’espace publicitaire achète en fait tous les regards du public spécifique de ce support. Il faut donc que ce public lui reste aussi fidèle que possible, qu’il soit durablement satisfait par ce titre plutôt qu’un autre.

9Pour toutes ces raisons, dans le cadre de cette étude, il ne suffisait pas de retenir un journal télévisé d’une seule chaîne, jugé a priori représentatif du genre, ni de traiter les différents journaux globalement pour tirer une conclusion générale à la fin de cette analyse, du type : « l’environnement dans le journal télévisé, c’est… ». Il était indispensable au contraire d’en retenir plusieurs pour les comparer entre eux, trouver sans doute des points communs mais surtout ne pas perdre de vue leurs différences. Des différences pouvant résider dans les choix des nouvelles, les façons de les traiter, dans les manières de s’adresser au téléspectateur, ou enfin dans les visions du monde présentées.

  • 3 Celui de 22 h 30 s’adresse à un public de catégories socioprofessionnelles supérieures – des cadres (...)
  • 4 Depuis le moment où l’étude s’est déroulée, Arte a créé un journal plus long, à 19 h 45, qu’il aura (...)

10J’ai donc retenu pour cette comparaison des journaux télévisés occupant sensiblement le même créneau horaire, le plus regardé, celui du début de la soirée. D’abord, les deux « grands » s’imposaient, ceux de TF1 et de France 2, diffusés en même temps, à 20 heures, et d’une durée similaire, 35 à 40 minutes. La chaîne régionale France 3 posait plus de problèmes avec deux journaux nationaux (en plus des éditions régionales), l’un vers 19 h 30, l’autre vers 22 h 30, différents aussi bien par leur forme que par leurs publics3. Celui de 19 h 30 a été choisi parce que son heure de diffusion est plus proche de celle des deux « grands ». Enfin, j’ai retenu, toujours en début de soirée, un journal court « tout en images », le « 8 1/2 » de la chaîne franco-allemande Arte4. Il était diffusé à 20 h 30 et durait environ huit minutes.

11Cela signifie donc que j’ai écarté les journaux télévisés d’autres chaînes, et surtout que je n’ai pas considéré les autres éditions, celles du matin, de midi, de fin de soirée, ou encore les éditions régionales. Ce choix a été fait uniquement pour limiter la taille du corpus, tout en retenant des objets comparables entre eux. Il serait certainement intéressant d’explorer d’autres journaux télévisés : l’environnement « de proximité » tel qu’il se construit dans les journaux régionaux ou les éditions de midi a certainement des caractéristiques propres.

12Reste enfin le choix de la période analysée – du 7 novembre au 7 décembre 1994 – retenue tout simplement parce que c’est à ce moment-là que l’étude a été lancée. Mais pourquoi « seulement » un mois – qui représente tout de même une soixantaine d’heures d’enregistrements vidéo ? Il faut se rappeler le but de cette recherche empirique : savoir comment la notion d’environnement se construit dans les journaux télévisés, et ce de façon a priori différente selon les chaînes. Durant ce mois – qui a fourni près d’une centaine de séquences à analyser – j’ai pu comparer les stratégies des différentes chaînes face à un même ensemble d’événements, leurs stratégies de sélection des nouvelles traitées comme leurs stratégies de présentation de ces nouvelles. En examinant la production d’un mois, on ne peut certes pas faire d’extrapolations quantitatives sur la répartition des sujets – ce mois de novembre pluvieux était peut-être exceptionnellement riche en inondations, par exemple. Mais les chiffres absolus ne sont pas si intéressants en eux-mêmes. Ce sont les variations entre des chaînes qui observent pourtant le même monde, qui reçoivent les mêmes dépêches d’agences, ce sont ces différences qui nous renseignent sur la façon dont elles construisent l’actualité. Pour cela, un mois et la centaine de séquences produites suffisaient.

13Il faudra, bien entendu, commencer par s’interroger sur cet objet qu’est le journal télévisé. Avec quel appareillage théorique l’approcher ? Un certain nombre de chercheurs s’y sont intéressés, en France et ailleurs, et je ferai appel, tout au long du livre, à leurs travaux. Il y aura des comparaisons utiles à faire, des hypothèses que je pourrai tenter d’infirmer ou de confirmer. Quelle méthodologie mettre en œuvre ? J’ai choisi de mener une étude empirique conséquente et je concilie, on le verra, des méthodes quantitatives et qualitatives. J’aborderai toutes ces questions dans le corps de ce livre, mais également dans une annexe méthodologique destinée à répondre plus en détail aux questions que se posent les étudiants qui souhaitent entamer un premier travail de recherche de ce type et à qui les enseignants demandent, avec raison, de réfléchir à la méthodologie qu’ils adoptent.

14Une fois ma démarche explicitée, il faudra enfin répondre à la question initiale : comment est construite la notion d’environnement dans ces journaux télévisés ? Quel type de nouvelles relevant du thème trouve-t-on dans les différents journaux, qui en parle, comment et avec quels mots, avec quelles images ? J’examinerai dans un premier temps l’ensemble des nouvelles présentées dans les quatre journaux télévisés. Puis j’en retiendrai cinq. D’abord celles qui ont été traitées par l’ensemble de ces journaux – mais, résultat déjà intéressant, il n’y en eut que trois ! – plus deux autres abordées par trois des quatre journaux télévisés. C’est en les examinant de façon très détaillée que je pourrai dégager progressivement les stratégies d’énonciation des différents journaux télévisés – ce qui les différencie moins au niveau du contenu que de la manière de dire. On le verra, des visions radicalement opposées du rôle des médias et du monde social vont s’y dessiner.

15Je me demanderai alors quelles sont les raisons de ces stratégies discursives différentes, ce questionnement menant au-delà du cas particulier de l’environnement. Son analyse permet-elle de mieux comprendre le rôle que jouent les médias dans notre relation à un monde vaste et complexe ? Quelle est alors la portée de ces différentes visions du monde social dans le jeu démocratique ? L’environnement, comme beaucoup d’autres domaines de l’actualité, pose des problèmes dont l’analyse exige un savoir complexe. Que penser du trou dans la couche d’ozone, du réchauffement climatique, de la biodiversité, de la création de parcs nationaux ? La liste peut s’allonger à l’infini. Mais au-delà du savoir se pose la question plus politique des responsabilités face à ces questions, responsabilités individuelles ou collectives et des possibilités d’action. Des médiateurs qui nous aident à faire face à la complexité, des visions du monde qui nous parlent de nos possibilités d’agir- les médias sont au centre de la construction sociale, culturelle, politique de notre futur. L’objectif de ce livre est double : analyser la construction sociale de la notion d’environnement dans l’espace public mais aussi prendre appui sur cet exemple précis pour mieux comprendre le rôle des médias d’information dans notre vie individuelle et collective.

Notes

1 du 7 novembre au 7 décembre 1994.

2 Le Monde du 7 décembre 1999.

3 Celui de 22 h 30 s’adresse à un public de catégories socioprofessionnelles supérieures – des cadres qui ne sont pas encore rentrés du travail à 20 heures. La place accordée aux informations économiques ou l’énorme plage de publicité « haut de gamme » qui le précède le confirment.

4 Depuis le moment où l’étude s’est déroulée, Arte a créé un journal plus long, à 19 h 45, qu’il aurait été plus intéressant de comparer aux autres, car son format est plus proche.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search