Version classiqueVersion mobile

Sociologie et connaissance

 | 
Anni Borzeix
, 
Patrick Pharo
, 
Alban Bouvier

Deuxième partie. Sociologie des catégories et sémantique cognitive

Pragmatiques de la connaissance

Laurent Thévenot

Texte intégral

Introduction : explorer les relations entre cognitif, collectif et pratique

1La sociologie, en accordant de longue date une place importante aux connaissances des acteurs sociaux, aux représentations, au sens et aux croyances, a-t-elle précédé le mouvement cognitiviste qui se dessine aujourd’hui ? On imagine que la réponse à cette question ne peut être simplement positive, connaissant l’ardeur des sociologues à construire leurs catégories par écart, voire en opposition, avec celles de la discipline rivale, la psychologie. Lorsque les sociologues s’intéressent aux connaissances, ce ne peut être qu’en rapport avec la question que travaille en propre leur discipline, celle des liens sociaux. C’est d’ailleurs en cela que l’exploration d’une « cognition sociale » peut être considérée comme bénéfique à une approche cognitiviste par trop centrée sur des processus cognitifs individuels. À l’inverse, on peut ne trouver dans les sociologies cognitives qu’un habillage élégant recouvrant les déterminations collectives des comportements que les sociologues tendent à privilégier, sans réelle accroche sur une compréhension de la cognition. Pour prendre en considération ce risque, il nous faut examiner conjointement le traitement des connaissances et les figures du social, ou du collectif, auxquelles il est associé.

  • 1 Selon le partage des philosophies de l’esprit examiné par Vincent Descombes, ces sociologues se sit (...)

2La rivalité avec les psychologues conduit les sociologues à débusquer des connaissances dans des lieux différents de la demeure habituelle des pensées : dans des corps habitués, dans des pratiques souvent alignées au sein d’institutions, voire plus récemment dans des dispositifs matériels supportant ces connaissances1. Ce n’est donc pas seulement à des figures du collectif que se trouve liée la cognition qu’appréhende le sociologue, mais aussi à des configurations de l’action. L’engagement actif est l’occasion d’éprouver des résistances qui procurent autant d’impressions de réalité et confèrent une objectivité au monde par la mise en rapport d’expériences. Reste que le type d’« action » qui intéresse par prédilection le sociologue ne se détache pas toujours assez nettement du « social » pour faire ressortir l’inattendu de l’expérience et la mise à l’épreuve des connaissances à laquelle conduit l’engagement de l’action.

3L’examen critique de sociologies cognitives réclame donc une exploration conjointe des catégories utilisées pour traiter des connaissances, du social et de l’action. Pour me guider dans ce parcours, je me servirai de l’expérience acquise dans un programme de recherche ayant placé les opérations de connaissance et d’évaluation au cœur d’une analyse de la coordination, et entraîné une recomposition des catégories destinées à traiter du collectif et de l’engagement pratique. Dans une première partie, j’envisagerai l’articulation qui se trouve au centre de la sociologie d’inspiration durkheimienne et, partant, du constructivisme social, entre objectif, social et pratique, ainsi que certaines transitions avec la phénoménologie que permet l’attention accordée par Mauss au corps habitué. À partir du constat des limites rencontrées par une telle constitution de la chose sociale seront envisagées, dans une deuxième partie, les ouvertures possibles sur des opérations de représentation d’ordre cognitif, politique et pratique. Dans le sens de ces ouvertures, la troisième partie traite des relations entre formes de saisie du monde, dynamiques de coordination et modalités d’engagement, et présente les développements récents d’un programme de recherche sur les régimes pragmatiques.

L’objectivité sociale des pratiques : l’articulation durkheimienne et ses prolongements

  • 2 Sur les catégories de la connaissance en sociologie, on examinera avec profit L’enquête sur les cat (...)

4Il est normal d’aller chercher dans l’œuvre de Durkheim les fondations d’une sociologie cognitive. Dans Les formes élémentaires de la vie religieuse, il manifeste clairement l’ambition d’explorer l’assise sociale de catégories aussi élémentaires de la connaissance humaine que celles de temps, d’espace ou de cause. Il entend ainsi construire un programme concurrent à la fois de l’empirisme et de l’apriorisme kantien2. La solidité de ces catégories constitutives de l’objectivité et non ordinairement questionnées tiennent, selon lui, à leur origine collective.

5Elles s’opposent à des formes de connaissance qui sont à la fois individuelles et donc dotées d’une validité limitée à la personne dont elles résument l’expérience, et dépendantes des sensations. Ainsi, dans le cas de la catégorie « temps », Durkheim oppose le temps personnel appréhendé dans une « expérience individuelle », « complexus de sensations et d’images » qui sert à nous orienter dans la durée, au « temps social », « temps commun au groupe » qui fait figure de véritable « institution sociale » (1960, p. 15).

6Dans l’imbrication très étroite entre cognitif, collectif et objectif, qui servira ultérieurement de fonds au constructivisme social, quelle est précisément la nature de ce qui est objectif ? La première réponse tient à la relation, caractéristique de l’œuvre de Durkheim, entre le social et le factuel. Les faits sociaux sont d’autant plus objectivement représentables qu’ils sont plus complètement dégagés des faits individuels qui les manifestent, selon la formule posée dans Les règles de la méthode sociologique (1983, p. 44). Cette relation est consolidée par la façon dont Durkheim traite des activités humaines en termes d’« habitudes collectives » qui constituent « un objet fixe, un étalon constant ». Cependant, si la choséité est principalement celle de la chose sociale, Durkheim mentionne également des « signes objectifs ». Cette indication pourrait orienter la recherche dans une direction différente de celle suivie par le constructivisme social, vers l’étude du prolongement des opérations cognitives dans des dispositifs matériels. Durkheim esquisse dans ce sens une métrologie du temps en soulignant combien notre représentation de la notion du temps dépend « des procédés par lesquels nous le divisons, le mesurons, l’exprimons au moyen de signes objectifs » (1960, p. 14). Mais des objets et procédures, véritables « points de repère indispensables », il passe rapidement à ce qu’il reconnaît en amont de « vie sociale ». Le calendrier « exprime l’activité collective » et Durkheim traite de cette activité dans la catégorie du rituel ou de la cérémonie. Le court-circuit par dessus les objets et les instruments de connaissance évite la charge de réalisme qu’ils devraient contribuer à introduire et conduit à un conventionnalisme classique que l’on retrouvera jusque dans le tournant pragmatique des actes de langage.

La relation entre objectif et collectif

7La notion d’institution, dont Durkheim se sert pour résumer cette confection sociale du temps, tend à sceller l’assemblage de l’objectif et du collectif. Durkheim (1983, p. XXII) propose en effet de désigner par ce terme toutes les « croyances et tous les modes de conduite » institués par la collectivité, faisant référence à la façon dont Fauconnet et Mauss exposent la notion dans l’article « Sociologie » de la grande Encyclopédie (réédité dans Mauss, 1971, pp. 6-41). Réfléchissant sur l’éducation par laquelle « l’être social est surajouté en chacun de nous à l’être individuel », ces auteurs entendent par le mot institution tout ce que les individus « trouvent devant eux et qui s’imposent plus ou moins à eux », aussi bien les usages que les modes, les préjugés et les superstitions, que les constitutions politiques ou les « organisations juridiques essentielles » (Mauss, 1971, p. 16). C’est au moyen de la notion de « capital intellectuel » que Durkheim rapproche les trois notions d’outil, de catégorie et d’institution en leur reconnaissant une « étroite parenté » ; les catégories apparaissent alors comme des « instruments de pensée » que les groupes humains ont laborieusement forgés au cours des siècles, de même qu’ils ont accumulé dans l’outil du « capital matériel » (Durkheim, 1960, p. 27).

  • 3 Habermas va même plus loin en considérant que la position de Durkheim est proche du pragmatisme de (...)

8Durkheim esquisse ici un transfert de la notion de capital au-delà des frontières de l’économie, transport appelé à une large postérité en sociologie. Reste à préciser, par-delà l’usage métaphorique de la notion, la nature de cette parenté. L’analogie risque en effet d’arrêter en chemin l’analyse de l’articulation entre connaissances, coordination collective des activités et instruments d’objectivation. La texture d’institutions ramenées à des pratiques sociales (Mauss dans « Divisions et proportions des divisions de la sociologie », 1971, p. 45) est-elle identique à celle des outils, hypothèse que certaines voies du constructivisme social, notamment en sociologie des sciences et des techniques, tendront à accréditer ? L’objectivité se réduit-elle à une convention sociale ? Certaines formulations de Durkheim orientent nettement vers la négative. Elles préviennent par avance la dérive relativiste postérieure, qui accentuera encore le rapprochement du collectif et de l’objectif pour en arriver à une superposition complète des deux termes. Dans Les règles de la méthode sociologique, il met en garde contre le risque de présumer le « caractère conventionnel » d’une pratique ou d’une institution (1983, p. 28) et dans Les formes élémentaires de la vie religieuse, il va plus loin en avançant, en tant que « postulat essentiel de la sociologie », qu’une institution humaine « ne saurait reposer sur l’erreur et sur le mensonge » : « si elle n’était pas fondée dans la nature des choses, elle aurait rencontré dans les choses des résistances dont elle n’aurait pu triompher » (1960, p. 2). Par cette formulation, Durkheim indique clairement que l’ordre institutionnel n’est pas le fondement de l’objectivité, mais qu’à l’inverse il doit s’éprouver à la résistance des choses. Habermas insiste sur cette différence dont il a lui-même besoin pour séparer, dans l’architectonique ternaire qui fonde l’agir communicationnel, la prétention à vérité de la demande de validité conformément à des normes : l’impersonnalité ne peut suffire pour confondre les deux exigences (Habermas, 1987, p. 83)3.

9On peut donc trouver chez Durkheim une façon d’épreuve de réalité. Celle-ci se déroule sur le long terme, dans une certaine congruence entre les institutions humaines et la nature des choses. La spécification de l’épreuve est cohérente avec les formes d’activité que privilégie Durkheim : des pratiques sociales relativement stables et généralisées, et non l’expérience de l’action qui intéresse davantage les pragmatistes. Michèle Lamont et Robert Wuthnow font remarquer pertinemment que l’approche américaine des cadres collectifs que sont les codes culturels diffère de son homologue européenne en raison de l’héritage du pragmatisme et de l’accent mis sur l’expérience génératrice de connaissances (Lamont et Wuthnow, 1990, p. 289). La mise en pratique est une question qui intéresse notamment Ann Swidler dans son approche de la culture en termes de « boîte à outils » de symboles, histoires, rituels et visions du monde (Swidler, 1986, p. 273). Le contraste avec une approche européenne (en l’occurrence française) est d’autant plus fort que l’on vise les travaux structuralistes sur les codes, ce que font ces auteurs en parlant de « focalisation cognitive européenne » sur les systèmes de classification (Lamont et Wuthnow, 1990, pp. 289- 290). En revanche, dans l’héritage durkheimien, l’articulation est déjà faite avec une forme de pratique. Le courant néo-durkheimien américain consacré à l’étude des « frontières symboliques » (Lamont et Fournier, 1992 ; Lamont, 1995) propose une mise en relation entre code, pouvoir et inégalité qui, bien qu’également influencée par une littérature sociologique française portant sur les classifications sociales, prolonge l’héritage de Durkheim et Mauss par d’autres apports (Lamont, 1995).

Des formes primitives de classification aux luttes de classement

10La partie du programme de sociologie cognitive ouvert par Durkheim et Mauss qui a été à la fois la plus achevée et la plus influente concerne non les catégories élémentaires de l’entendement, mais les classifications sociales. L’homologie entre la morphologie des groupes sociaux et les formes des classifications est posée dans les formules célèbres avançant que « la classification des choses reproduit la classification des hommes » et que les relations sociales des hommes ont en réalité servi de « prototype » aux « relations logiques des choses », parce que « les premières classes de choses ont été des classes d’hommes dans lesquelles ces choses ont été intégrées » (Durkheim et Mauss, 1971 ; Mauss, 1971, pp. 169, 224). Les classifications ne sont dépendantes ni d’un monde sensible ni d’une logique scientifique (p. 166) mais d’une hiérarchie sociale, de sorte que le rapprochement de choses dans une même classe suppose qu’elles sont « parentes [...] de “la même chair”, de “la même famille” et que “les relations logiques sont alors, en un sens, des relations domestiques” » (p. 226). Dans cette phrase les auteurs caractérisent le collectif à partir de liens domestiques, selon une figure qui s’écarte nettement de la commune appartenance à un même groupe social. On pourrait trouver ici l’esquisse d’un développement qui s’écarterait de la confusion entre classification et groupe social : à différentes figures du collectif, la figure domestique n’étant qu’une parmi d’autres, correspondraient différentes formes de rapprochement entre les choses. Durkheim et Mauss ne s’avancent cependant pas jusque-là.

  • 4 Sur le constructivisme social et la construction sociale des catégories, cf. Corcuff (1991 et 1995)

11Par rapport à l’homologie posée par Durkheim et Mauss, l’approche des classifications sociales proposée par Bourdieu et Boltanski (1974) ajoute une orientation agonistique d’inspiration marxiste : d’une lutte de classes entre groupes sociaux, on peut passer à une « lutte de classement ». Prises dans des rapports conflictuels entre groupes rivaux, les classifications sont considérées comme l’enjeu d’intérêts stratégiques de manipulation selon des mécanismes éventuellement inconscients4.

Connaissance irréfléchie et savoir incorporé

12Sans que Durkheim ait accordé le même statut, post-freudien, à des instances inconscientes, il a opposé néanmoins deux « formes très différentes de la vie psychologique collective ». L’une « reste dans la pénombre du subconscient » alors que l’autre est le résultat d’une réflexion à laquelle est favorable la délibération des individus dans les assemblées ou les conseils des organes de gouvernement (Durkheim, 1950, p. 113). Durkheim associe également ces motifs inconscients à des routines qui se reproduisent, attribuant ces « préjugés collectifs » appris dans l’enfance à des « esprits routiniers » : les idées collectives et les sentiments collectifs « obscurs, inconscients [...] restent immuablement les mêmes » (Durkheim, 1950, p. 121). Cet inconscient est donc plus proche du règne de l’opinion tel que l’a dénoncé Rousseau. L’État démocratique chez Durkheim, telle la volonté générale chez Rousseau, doit contribuer à repousser des « sentiments inconscients » qui, même s’ils sont collectifs, restent de l’ordre du préjugé. Il assure la place d’un individu conscient de lui-même et réfléchi.

  • 5 Jeffrey Alexander a souligné l’influence sur Durkheim (cf. Alexander, 1982, p. 484) des travaux de (...)
  • 6 Sur l’ambiguïté, entre ethnologie et éthologie, de la notion de « rituel » utilisée dans l’interact (...)

13S’il oppose la routine à la conscience collective dans le rapport du préjugé au jugé par réflexion, Durkheim ouvre par ailleurs, dans Les formes élémentaires de la vie religieuse, une perspective différente sur le rituel avec lequel ces conduites répétitives sont souvent confondues. Il voit dans le rituel une origine aux catégories de connaissance, le rattachant à une expérience religieuse de l’« effervescence collective » et transformant ainsi sensiblement la théorie présentée dans l’homologie des « Formes primitives de classification »5. Le fait que Durkheim reconnaisse une activité à l’origine de connaissances incite à rapprocher Durkheim du mouvement pragmatiste, ce qu’avait déjà fait Parsons (Parsons, 1968, p. 440, note 1). Hans Joas commente ce rapprochement en notant que Parsons en eut l’intuition alors même qu’il ne pouvait connaître le contenu des leçons de Durkheim sur le pragmatisme qui furent publiées à partir de notes, dix-huit années plus tard (Joas, 1984, p. 561). Joas indique que la théorie de la connaissance de Durkheim offre, tout comme le pragmatisme, une approche des relations entre connaissance et activité pratique qui s’écarte radicalement du modèle de l’action instrumentale. Mais il souligne que Durkheim s’est éloigné, par le type d’activité considéré (la pratique collective du rituel), de l’approche pragmatiste des connaissances fondée sur la résolution de problèmes dans les pratiques de la vie quotidienne (Joas, 1993, pp. 128, 132)6. Mark Cladis (1992, chap. 4) range également Durkheim parmi les « pragmatistes tempérés » (mild-mannered) aux côtés du Goodman des Ways of Worldmaking (1978). Ce que Durkheim refuse du pragmatisme, comme on le voit clairement dans ses leçons où il bataille contre James (Durkheim, 1955), c’est la version subjectiviste de la vérité fréquemment exprimée par ce dernier. Durkheim se soucie de rendre compte de la résistance de la réalité, de cette impression que quelque chose dépasse l’individu, qui tient pour lui au caractère collectif des représentations, un caractère que négligent en général les pragmatistes.

Connaissance pratique : l’hybridation de l’habitus de Mauss et de la phénoménologie de l’habitude

  • 7 De fait, Harold Garfinkel présente ses Studies in Ethnomethodology en indiquant que l’ouvrage trait (...)

14Dans l’approche sociologique des connaissances, l’opposition à la cognition du psychologue ne s’est pas seulement manifestée par l’étude de représentations collectives. Elle s’est également exprimée par l’attention à des savoirs incorporés dans des savoir-faire. Est alors privilégiée une conception de l’activité pratique s’opposant à l’action téléologique qui mûrit, elle, dans une délibération réfléchie, une intention formée a priori et des connaissances représentées. Ici encore, l’approche sociologique de la cognition conduit à une prise en considération des théories de l’activité. Caractérisant par un « tournant cognitif » le renouveau des théories sociales des vingt dernières années, tournant aussi radical que le rejet de l’utilitarisme au début du siècle, William Powell et Paul DiMaggio y voient « un déplacement depuis la théorie de l’action de Parsons, ancrée dans une psychologie freudienne de l’ego, jusqu’à une théorie de l’action pratique fondée sur l’ethnométhodologie7 et la “révolution cognitive” de la psychologie » (Powell et DiMaggio, 1991, p. 15). Et ils précisent que, par « cognition », ils entendent à la fois le raisonnement et les fondements préconscients de la raison : classifications, représentations, scénarios, schémas, etc.

  • 8 François Héran souligne que Bourdieu, pour exposer sa théorie de l’habitus, recourt bien au schème (...)
  • 9 Pour une différenciation des approches de la pratique chez Mauss, voir Thévenot (1994b et 1997b).
  • 10 Héran oppose à la manière qu’a Merleau-Ponty de réélaborer et d’étendre la notion d’habitude, la st (...)

15L’attention des sociologues aux savoirs pratiques et préconscients est principalement le résultat d’un apport extérieur à la tradition durkheimienne, d’une chaîne de transformations de la phénoménologie de Husserl. Toutefois, l’intérêt manifesté par Mauss pour le corps et à ses techniques, et l’utilisation qu’il fait ainsi que Durkheim de la notion d’habitus, contribuent à mêler les deux traditions, avant même que Pierre Bourdieu ait proposé délibérément, sinon toujours ouvertement (Héran, 1987)8, leur articulation. Le détour par le corps est cependant plus court chez Bourdieu que chez Mauss pour qui les techniques du corps sont autant « écologiques » que sociales9. En dépit de ses premiers travaux d’ethnologie kabyle (1972), Bourdieu opère avec son habitus un court-circuit très rapide entre l’habitude corporelle et le collectif du groupe social. La contribution de Merleau-Ponty, chez qui l’emploi rare du terme habitus pointe plutôt vers le social par la culture (« la conscience se projette dans un monde physique et a un corps, comme elle se projette dans un monde culturel et a des habitus » : Merleau-Ponty, 1945, p. 160), met en avant un corps personnel. Si ce corps est reconnu comme un opérateur de généralisation, cette généralisation n’est pas de l’ordre du groupe social. Le corps est considéré comme un « intermédiaire de la conscience » et un « médiateur du monde », par sa motricité qui est une forme d’intentionnalité, de visée des choses (p. 161). La prise en compte du corps en mouvement permet de donner « un nouveau sens du mot « sens »» (p. 171) parce que « l’acquisition de l’habitude est bien la saisie d’une signification, mais c’est la saisie motrice d’une signification motrice » (p. 167). En tant que « premier modèle des transpositions, des équivalences, des identifications qui font de l’espace un système objectif », le corps est ce qui donne à notre vie la « forme de la généralité » par le prolongement dans des « dispositions stables » de nos « actes personnels » (pp. 166, 171)10. Pour Merleau-Ponty, la généralisation de niveau supérieur d’objectivité passe par la prise en compte du corps d’autrui qui « me propose la tâche d’une communication vraie, et confère à mes objets la dimension nouvelle de l’être intersubjectif ou de l’objectivité » (Merleau-Ponty, 1989, p. 53).

16Le corps ne fait pas seulement ressortir un rapport à l’entourage qui est plus personnel, moins immédiatement collectif. Sa prise en considération oriente l’enquête sur des dépendances sensori-motrices à un milieu qui ne sont pas d’emblée culturelles. L’intégration des dépendances culturelles et naturelles a été rendue très problématique par la constitution de l’opposition entre culture et nature, particulièrement tranchée dans les sciences sociales européennes. Mauss et son élève Haudricourt envisagent encore conjointement les deux modalités d’ajustement au monde (Thévenot, 1994b, 1997b), culturelle et écologique, sans que l’intégration du « traditionnel » et de « l’efficace » ne soit véritablement assurée. Augustin Berque, reprenant à son compte le projet d’une « mésologie humaine », se réfère au créateur du terme, le médecin, statisticien et démographe Adolphe Bertillon, l’un des fondateurs de l’école d’anthropologie de Paris qui prend en considération conjointement les influences physiques et culturelles du milieu (Berque, 1986, p. 134).

Objectivation et légitimité dans la construction sociale de la réalité

17À la différence de l’objectivité de Durkheim, la phénoménologie de Husserl dessine des degrés d’objectivation, parce qu’elle s’élabore sur un rapport de familiarité. Schütz reprendra ces degrés en termes de degrés de familiarité (que Héran rapproche de degrés de standardisation et de bureaucratisation chez Weber). Si la phénoménologie rend remarquablement compte des rapports entre une connaissance préconsciente et une connaissance consciente, l’approche subjective de Husserl se prête difficilement à une saisie de tous les degrés d’objectivations jusqu’au statut des représentations les plus collectives et instituées.

  • 11 Isambert a mis en lumière les points de convergence avec la sociologie de Weber (la visée d’une soc (...)
  • 12 Une coordination faisant référence à ce jugement admissible par un tiers sera tantôt distinguée (ce (...)
  • 13 Parsons remarque que Weber réserve le terme « convention » aux usages (Brauch) intégrés dans un ord (...)

18Tirant à la fois profit de l’héritage durkheimien et de la lignée pragmatiste dont l’interactionnisme est issu, le constructivisme social de Berger et Luckmann reconnaît « différents degrés de proximité et d’éloignement » sans réduire « la réalité de la vie quotidienne » à des « présences immédiates » (Berger et Luckmann, 1986, p. 35). Ces auteurs empruntent la différenciation de Schütz par « degré d’anonymité », qui visait à prolonger la phénoménologie de Husserl dans une intersubjectivité (Schütz, 1987), et déploient un continuum de typifications depuis la routine non problématique jusqu’à l’anonyme et au détaché11. Un niveau supérieur, proprement institutionnel, est spécifié par le fait « que des classes d’acteurs effectuent une typification réciproque d’actions habituelles » ; le résultat est exprimé sous la forme de rôles (Berger et Luckmann, 1986, pp. 78, 81). Toutefois cette typification réciproque ne peut être située dans un continuum avec les typifications plus locales puisqu’elle requiert l’apparition d’un tiers qui « change le caractère de l’interaction sociale » (p. 83). Pour traiter de ce tiers, Berger et Luckmann s’inspirent de l’analyse qu’a proposée Simmel du passage de la dyade à la triade, mais se situent également dans la continuité de la conception durkheimienne de l’objectivité sociale12. Cependant, ni la sociologie cognitive de l’objectivation construite par Durkheim, ni la tradition phénoménologique ne permettent de caractériser le niveau encore supérieur, le « second ordre d’objectivation des significations » des institutions, qui ne requiert pas seulement l’évidence des typifications mais des « explications » et des « justifications » (pp. 88, 127). Pour aborder cette légitimation qui doit produire de « nouvelles significations » propres à « intégrer les significations déjà existantes attachées aux processus institutionnels disparates », Berger et Luckmann recourent naturellement aux analyses de Weber (p. 127). Ils soulignent que la légitimation « justifie l’ordre institutionnel en offrant une dignité normative à ses impératifs pratiques ». Elle est donc « à la fois cognitive et normative », impliquant de la « connaissance » et non pas seulement des « valeurs »13.

19Cette articulation entre cognition et norme ouvre un chantier nouveau. Berger et Luckmann rendent compte d’une « autonomie possible » des légitimations par rapport à des contraintes de réalité, ce que visent les concepts d’« idéologie » chez Marx ou de « dérivation » chez Pareto (p. 132). Mais ils n’en restent pas à cette vision critique de la légitimation qui se trouve au cœur d’une tradition de sociologie critique. Max Weber, l’un des inspirateurs de cette tradition, n’est d’ailleurs pas lui-même tout entier du côté du soupçon. Il fait la différence entre la légitimité vue de l’extérieur, et donc mise en question, et celle qui est soutenue de l’intérieur d’un ordre. Dans son commentaire, Parsons souligne d’ailleurs cette différence entre la classification que Weber fait des « types d’ordres légitimes » en vertu des motivations pour les maintenir, parmi lesquelles peut être rangé un intérêt égoïste, et la classification qu’il propose des fondements de ces ordres et donc des bonnes raisons de reconnaître leur légitimité. Parsons illustre sa remarque par la différence entre, d’une part, des personnes athées soutenant la doctrine de la royauté sacrée de peur des conséquences indésirables qu’entraînerait l’effondrement d’un ordre que cette doctrine supportait et, d’autre part, des personnes qui ont un sens de l’obligation morale à se conformer à cet ordre (Weber, 1978, p. 33). Selon Weber, le sociologue ajouterait une troisième perspective sur ces ordres légitimes : quelle est sa validité (Geltung, cf. p. 31), c’est-à-dire la probabilité pour qu’il gouverne l’action sociale ? Enfin Weber observe également que, dans le même groupe social, une pluralité de systèmes contradictoires d’ordres peut être admise et qu’il est possible qu’un individu oriente son action selon ces systèmes contradictoires, parfois au même moment : un homme se battra en duel en suivant un code d’honneur mais prendra en compte la loi en gardant le duel secret ou en se livrant à la police (p. 32).

20Finalement, Berger et Luckmann retrouvent la sociologie cognitive de Durkheim, dans ses relations avec une religion éventuellement sécularisée, au niveau ultime qu’ils désignent par « univers symbolique » et dans lequel la « sphère d’application pragmatique est transcendée une fois pour toutes » (Berger et Luckmann, 1986, p. 132).

Les limites de l’articulation objectif-collectif-pratique et les ouvertures problématiques

21Le triple rapprochement entre objectif, collectif et pratique opéré par Durkheim et Mauss fut à l’origine d’une sociologie cognitive avant la lettre qui a conduit à placer au cœur de l’analyse les catégories et les instruments de connaissance utilisés par les acteurs sociaux. On peut aujourd’hui prendre toute la mesure de cet acquis et ses avantages comparatifs par rapport à d’autres courants sociologiques qui ne disposaient pas de cette orientation cognitive, ou encore par rapport à une économie orthodoxe qui, jusqu’à Simon, fut sous-développée quant à l’appréciation des opérations cognitives et des instruments dont disposent les agents en dehors des prix et d’une rationalité optimisatrice. L’influence directe de Durkheim et Mauss sur les travaux français consacrés aux classifications sociales, comme sur ceux de Mary Douglas, s’est trouvée conjuguée, dans un constructivisme social généralisé, avec celle de courants d’inspiration phénoménologique, via les transferts et les traductions opérés par Schütz puis par les ethnométhodologues. Le détour par Durkheim était donc nécessaire, en raison de l’influence qu’a eu le traitement durkheimien de l’objectif et de l’institué sur le mouvement du constructivisme social, en sociologie tout autant que dans l’institutionnalisme dont se réclament certains courants d’économie et de socio-économie. C’est sur fonds des acquis de ces mouvements, mais également pour dépasser leurs limites, que s’est constituée l’orientation de recherche qui me servira ici de guide. Quelles sont donc les limites rencontrées qui ont suscité des écarts ? Je relèverai trois types d’insatisfactions laissées par l’héritage durkheimien et par sa vulgate plus ou moins déformée. Chacune tient à une tension qui risque d’être ignorée lorsque l’on se donne des ressorts du collectif trop puissants et qui, problématisée, ouvre de nouvelles voies de recherche.

Le problème du partage des connaissances

22La première tension tient au rapport entre le caractère partagé des connaissances qui intéressent le sociologue étudiant des représentations sociales, et des pensées individuelles qui resteraient réservées au domaine du psychologue. Si l’on refuse ce partage constitué sur la frontière de disciplines, on doit admettre à la fois que rien ne garantit le caractère absolument partagé de connaissances et que, néanmoins, certaines sont formées et utilisées dans cette visée de partage. On doit défaire l’évidence du collectif, dans un mouvement auquel a contribué l’approche contextualiste de l’ethnométhodologie américaine. Mais on cherchera aussi à rendre compte de la consistance des formes collectives auxquelles se réfèrent les membres de nos sociétés. Dans la rencontre entre ces deux exigences s’ouvre un large programme d’investigation concernant les modalités de passage du particulier au général, de l’individuel au collectif, du singulier au commun. Sortant de l’opposition entre les connaissances communes durkheimiennes et le dévoilement de leur inépuisable ancrage local par les ethnométhodologues, nous devons rendre compte de différences dans le format des connaissances et notamment dans les opérations visant à leur conférer la qualité de références communes.

Le problème de l’alignement collectif des pratiques

23La deuxième tension réside dans le caractère collectif des pratiques qui consolident les connaissances sociales. Le collectif tend à être traduit dans une similarité et une stabilité de conduites qui doivent être alignées et régulières pour supporter l’objectivité sociale des connaissances. L’écart devient alors très mince entre une notion de connaissance partagée et une notion d’activité commune. Comme nous l’avons vu, le déplacement de l’attention du chercheur vers le corps, porteur manifeste de différences personnelles en même temps que d’écart à des représentations mentales, n’est pas mis à profit pour reconnaître cette tension lorsque les engagements corporels et les savoirs incorporés sont supposés eux-mêmes alignés.

24Dans sa critique des usages du concept de « pratique sociale » et des notions connexes, Stephen Turner désigne par « problème de Mauss » le fait que l’alignement de façons de faire sous une description similaire renvoyant à une même « pratique » soit le résultat d’une mise en perspective culturelle et donc d’un regard extérieur sur des différences (Turner, 1994, pp. 23-24). Pour expliquer que les pratiques soient partagées, il faut élucider le « problème de la transmission » autrement qu’en le désignant par les notions d’« intériorisation » ou de « reproduction » (pp. 50, 62).

Le problème de la mise à l’épreuve pratique des connaissances

25Les questions soulevées sur la dynamique d’alignement des pratiques sociales nous amènent au dernier point qui concerne la mise à l’épreuve des représentations ou des autres formes de connaissances sociales. C’est précisément la notion de pratique qui prend généralement en charge l’épreuve de réalité dans l’explication sociologique, et qui confère du réalisme aux connaissances. Mais si les pratiques sociales sont si près de se confondre avec des représentations sociales, ce que suggère l’image du code utilisée en profusion dans les sciences sociales (code symbolique, code culturel, code émotionnel, etc.), alors l’épreuve risque d’être repoussée à l’infini. La tentation est grande, même si Durkheim comme nous l’avons vu n’y succombe pas, de rabattre l’objectif sur le collectif et de refermer ainsi au plus serré la boucle du constructivisme social. Pour échapper au défaut de réalisme qui en est la conséquence, il faudrait donc porter attention à la mise à l’épreuve de ces représentations et à la dynamique de leur révision au fil d’épreuves de réalité.

Modes de constitution de la chose sociale : le démontage des opérations de représentation

26Plus que la représentation établie, dont le caractère à la fois collectif et objectif apparaît problématique, c’est donc l’opération de représentation qui a retenu notre attention. Par ce déplacement, nous avons cherché à éviter de tenir pour acquises des formes collectives et à laisser place à la tension qu’elles suscitent avec des différenciations personnelles ou situationnelles. En outre, nous avons pu envisager cette opération autrement que selon le modèle cognitiviste mentaliste, en préservant les acquis d’une articulation aux formes du collectif et de l’engagement pratique dans le monde. Cette orientation doit permettre d’échapper aux deux acceptions polaires du terme représentation, selon que la représentation est référée à une réalité donnée ou que, à l’inverse, c’est sa construction sociale qui se donne à voir.

Le social-statistique

La première alliance nomologique des sciences sociales et des sciences de la nature

  • 14 Desrosières a montré que Durkheim avait ultérieurement défait ce lien à l’homme moyen de Quételet ( (...)

27Il était logique de commencer par étudier des représentations sociales particulièrement propices à une diffusion générale, celles produites par la statistique. En s’intéressant à un équipement majeur de ces représentations, les classifications, nous nous trouvions d’abord au plus près de l’héritage de Durkheim et Mauss dont j’ai précédemment rappelé les grandes lignes. Mais notre investigation, s’armant progressivement d’outils d’analyse qui n’appartenaient pas à cette tradition, a porté en propre sur les opérations et les formes d’équivalence qui soutiennent tout à la fois les constructions scientifiques, sociales et politiques. Ce cheminement conduisait à faire retour sur cette tradition, grâce à de nouvelles perspectives offertes sur ses fondements (Thévenot, 1987). L’articulation étroite entre objectif et collectif résulte d’une première alliance durable entre sciences sociales et sciences de la nature autour de la construction d’un social-statistique. On comprend bien l’origine d’une équation entre objectif et collectif (Thévenot, 1995a) dans le programme proposé par John Stuart Mill pour les sciences sociales (en l’occurrence, « morales »). Ce programme suppose de prendre appui sur des grandes masses parce que de telles entités sont les seules à suivre des lois. Comme dans la « science des marées », le chercheur ne peut espérer avoir accès aux « causes mineures ». On peut savoir comment « la grande majorité de la race humaine, ou d’une nation ou d’une classe de personnes pense, ressent et agit ». Ce qui n’est que « probable » pour un individu devient « certain pour ce qui est du caractère de la conduite collective des masses ». Or l’étude de cette conduite collective doit s’avérer suffisante pour les sciences politiques et sociales (Mill, 1988, pp. 32, 34). Cependant Durkheim ajoute des articulations (Thévenot, 1994a) à cette délimitation de l’objet des sciences sociales à partir de « masses collectives ». C’est ici qu’entrent en jeu les opérateurs de connaissance et d’évaluation qui nous intéressent. La pièce centrale de l’articulation est la norme dans son rapport à la moyenne. Durkheim s’inspire tout d’abord14 de Quételet. Ce dernier se réfère à Laplace proposant d’« appliquer aux sciences politiques et morales » la méthode « qui nous a si bien servi dans les sciences naturelles » (Laplace, 1921, p. 2) et, dans une formulation proche de celle de Mill, Quételet avance que « plus le nombre des individus que l’on observe est grand, plus la volonté individuelle s’efface et laisse prédominer la série des faits généraux qui dépendent des causes en vertu desquelles la société existe et se conserve » (Quételet, 1835, p. 12). La moyenne peut être envisagée dans la perspective d’une économie cognitive de la représentation, ainsi que le fait Adolphe Bertillon lorsqu’il déclare que « la moyenne subjective résume des impressions multiples que font naître les variations individuelles, en se rapportant à une abstraction imaginaire créée par notre esprit pour synthétiser ces impressions et décharger d’autant notre mémoire, notre attention et nos investigations » (Bertillon, 1876, cité dans Desrosières, 1985). Mais la moyenne peut aussi supporter une représentation politique ou morale comportant une évaluation. L’apport propre de Quételet réside dans l’articulation entre la moyenne statistique et le bon représentant, qu’il soit l’homme normal du médecin (p. 267) ou le grand homme hégélien de Victor Cousin qui porte en lui l’esprit des masses (p. 278). Mais le représentant du général n’est pas nécessairement incarné dans un grand homme, il peut se trouver en chaque individu comme représentation de la volonté générale selon la construction politique de Rousseau ou, selon la transformation qu’en propose Durkheim, dans un « être social » qui est « d’une autre nature que les particuliers » (1966, p. 160).

Le travail sur les catégories sociales et statistiques et les trois ouvertures de la notion de représentation

28Les recherches sur les catégorisations sociales et statistiques menées avec Boltanski (Boltanski, 1982 ; Boltanski et Thévenot, 1983), et avec Desrosières à l’INSEE (Desrosières, 1977, 1985 ; Thévenot, 1979, 1983c, 1983d ; Desrosières et Thévenot, 1983, 1988 ; Desrosières, 1993), ont permis d’ouvrir la notion de représentation et d’en étudier les implications dans les trois directions suivantes qui correspondent à des compréhensions diverses de l’opération de représentation. J’en ferai ici une présentation sommaire en prolongeant le débat critique engagé récemment sur ces recherches par Bernard Conein, dans un travail très stimulant sur les classifications qui vise à tirer profit des approches cognitivistes (Conein, 1994).

Représenter comme opération cognitive de rapprochement

29La représentation peut être envisagée comme une opération cognitive, au sens strict, qui contribue à rapprocher des cas particuliers – en l’occurrence des personnes – pour les mettre en rapport. Les opérations de rapprochement peuvent procéder selon des modalités différentes, depuis le repérage de ressemblances corporelles jusqu’à la référence à des qualités d’état civil, en passant par la prise en compte de biographies personnelles. La vaste fresque des épistémés, brossée par Michel Foucault dans Les mots et les choses, plaçait dans un arrière-plan historique de longue durée des façons différentes de tenir pour semblable, esquissant ainsi une « histoire de la ressemblance » (Foucault, 1966, p. 15).

Façons de rapprocher : normalité et typicité
  • 15 L’attention à ces différences dans les façons de classer et de généraliser est la conséquence de no (...)

30Dans un premier travail sur les différentes façons de qualifier les gens à partir de leur occupation professionnelle, selon un métier, une profession ou un emploi, j’avais montré que les différences ne tenaient pas seulement à des « rôles sociaux » distincts et à des contrôles inégaux du titre et du poste, mais qu’elles renvoyaient aussi à des formes diverses d’information pertinente pour qualifier : tantôt à des traits personnalisés et consolidés sur des cas exemplaires, tantôt à des critères constituant des classes d’équivalences (Thévenot, 1983c). Il s’agissait de distinguer des modes de rapprochement correspondant à des perspectives d’usage elles-mêmes distinctes. La mise en rapport d’un certain format d’information avec un certain mode d’usage, prémisse d’une pragmatique de l’information et de l’identification développée ultérieurement, concernait à la fois les « membres » des occupations professionnelles ou leurs représentants informant des tiers, et les personnes extérieures cherchant à les identifier (Desrosières et Thévenot, 1988). Des travaux sur les façons dont procédaient les différents agents impliqués dans la chaîne statistique et sur leurs conséquences en matière de classement (Thévenot, 1983b), ainsi que des expériences sur des non professionnels (Boltanski et Thévenot, 1983), ont permis d’explorer ces différentes façons de rapprocher. Dans la confection même de la nouvelle nomenclature des PCS, nous avons été soucieux de reconnaître diverses façons d’identifier, plutôt que de maintenir l’illusion formelle d’un ensemble de classes d’équivalence de même nature (Desrosières et Thévenot, 1979). S’opposait en particulier au « moyennage » caractéristique du traitement statistique qui construit l’identité formelle des items classés dans la même catégorie, le rapprochement par proximité à un type ; nous avons cherché à rendre compte de cette assimilation par type dans la structure des catégories (Desrosières, Goy et Thévenot, 1983)15. On trouve d’ailleurs déjà sous la plume de Coumot une critique adressée aux « statisticiens modernes » pour la façon dont le « système des valeurs moyennes détermine la forme, l’eidos du type spécifique » (Coumot, 1851, p. 374). Contestant le rabattement de l’exemplaire sur la moyenne, Coumot offre l’exemple d’une moyenne de triangles rectangles qui « ne possédera pas le caractère essentiel de l’espèce ». Il généralise cette exemple et déclare que l’on ne peut pas, « sans restriction ou convention arbitraire, définir par un tableau de mesures moyennes la forme ou la structure du type spécifique, pour un système aussi complexe que l’ensemble des organes d’une plante ou d’un animal ». Opposant la moyenne au type, il cite l’exemple du lion comme « type du genre Felis », espèce « où se trouvent réunis, plus excellemment que dans aucune autre, les caractères distinctifs du genre, et que pour cette raison, clairement saisie ou confusément perçue, on trouvera belle entre toutes les autres, sans qu’il entre rien d’arbitraire dans un pareil jugement » (p. 379). À la fin des années 1970, les travaux de la psychologue Eleanor Rosch (Rosch, 1977) mettent l’accent sur la catégorisation par prototype, sans doute en relation, comme le note Danièle Dubois (Dubois, 1990, p. 11), avec le développement de modèles de mémoires sémantiques. Nous avons montré, dans des recherches expérimentales, la place que tenait dans les classements sociaux ce mode de rapprochement opérant par typicalité et non par équivalence critérielle (Boltanski et Thévenot, 1983). Cette modalité d’identification peut être mise en relation avec la stylisation de certaines catégories sociales opérée par leurs membres et leurs représentants, telle que Boltanski l’avait observée pour les cadres (Boltanski, 1982).

31Conein critique l’extension que donne Eleanor Rosch à son modèle pour couvrir aussi bien des oiseaux que des meubles, élargissement qui ne reconnaît pas les différences de « domaines conceptuels » qu’a identifiés Scott Atran comme déterminant des « attentes de sens commun » différentes : identification essentielle et taxinomique propre au domaine biologique, catégorisation des objets fonctionnels (artefact) et catégorisation des êtres intentionnels (personnes) ; meuble n’est pas une partie de la définition de chaise, alors qu’animal est une partie de la définition de chat. La catégorisation taxinomique s’éloignerait d’une définition purement recognitionnelle, ancrée perceptuellement, et empêcherait d’envisager une typicalité perceptuelle (Conein, 1994, pp. 7, 15). Cependant, ainsi que l’indique Conein, Atran reconnaît que l’entrée de certaines formes vivantes dans le régime de l’usage et des emplois humains de l’ordre de l’alimentation, du jardinage et de l’agriculture, modifie le statut cognitif de certains spécimens. C’est précisément (cf. infra, la partie intitulée, Cognition en pratique : des régions pragmatiques) la question qui m’a retenu en m’incitant à distinguer des « régimes pragmatiques » de traitement des êtres sans pour autant attacher rigidement les êtres à des domaines : un être naturel peut être saisi fonctionnellement ou un artefact traité raisonnablement dans un régime intentionnel (Thévenot, 1994b). La notion de régime déborde la définition classique de l’action puisqu’elle met l’accent sur le type de propriété attribuée aux agents de l’environnement aussi bien qu’à l’« acteur » engagé, et sur le format de l’« information » pertinente pour saisir ces propriétés (Thévenot, 1990, 1993a).

Jugements sur le probable

32Je voudrais réinterpréter dans ce sens les célèbres expériences menées par Kahneman et Tversky, qui ont mis en évidence une série de points sur lesquels certaines hypothèses de rationalité et de révision bayésienne des probabilités n’étaient pas vérifiées. Comme l’exprime la notion de « biais », qui y tient une place centrale (Kahneman, Slovic et Tversky, 1982), l’orientation normative de ces recherches est assise sur les axiomes formalisant le raisonnement dans la théorie du choix rationnel utilisée notamment en économie. Cette référence normative suppose d’ailleurs une théorie unifiée des statistiques et des probabilités. Elle ignore les controverses sur la notion de probabilité, et notamment l’affrontement des positions Fisher et Neyman-Pearson sur la logique de l’inférence statistique (Gigerenzer, 1988). Les expériences sont destinées à mettre en évidence des biais et des erreurs dans des raisonnements considérés comme irrationnels parce qu’ils ignorent le poids de probabilités a priori inscrites dans la composition de l’urne, ou encore une loi aussi élémentaire que la loi de Bayes.

33Les sujets soumis à l’une des expériences reçoivent l’information suivante :

Linda a 31 ans, elle est célibataire, très brillante et ne mâche pas ses mots. Elle a fait des études de philosophie. Étudiante, elle était très préoccupée par les discriminations et les questions de justice sociale, et elle a participé à des manifestations antinucléaires (Kahneman et Tversky, 1982, p. 92).

34Les sujets doivent classer par probabilité une série de propositions dont les deux suivantes :

Linda est caissière de banque ; Linda est caissière de banque et militante féministe.

35Comme on peut s’y attendre, la seconde est jugée plus probable. Même des étudiants de la Stanford Business School ayant suivi un enseignement solide en statistique et probabilité considèrent, pour 85 % d’entre eux, que la seconde est strictement plus probable que la première alors que la probabilité de l’événement conjugué (A et B) est, selon la loi de Bayes, inférieure ou égale à celle de la probabilité de A comme de celle de B. Kahneman et Tversky désignent du terme de « conjunction fallacy » ce type d’erreur. Bruner interprète les résultats des expériences de Kahneman et Tversky à partir d’une analogie avec les mondes de fiction qu’il analyse en référence à Goodman (1978) et Pavel (1986) notamment. Pour lui, les réponses non bayésiennes ne sont pas « illusoires » par rapport à une réalité mais « réalistes » dans une autre réalité, « dans le sens où les littéraires construisent une « réalité » à partir d’un poème ou d’un roman » (Bruner, 1986, p. 90). Si l’expérimentateur offre aux sujets des raisons d’« inscrire (embed) leur jugement dans une histoire, dans un monde de narration, ces derniers vont ignorer les probabilités bayésiennes » (p. 89).

  • 16 Sur la différence entre jugement statistique et jugement clinique dans le cas des médecins du trava (...)
  • 17 C’est aussi le changement de cadre expérimental qui fait tantôt « découvrir », dans les années 1960 (...)

36Bruner utilise, en renfort à son interprétation, les expériences complémentaires de Zukier et Pepitone qui montrent que les réponses des sujets dépendent du « contexte évocatif » qui leur est fourni. Les instructions peuvent favoriser un raisonnement bayésien, si elles ont une orientation que les auteurs nomment « scientifique » parce qu’elle repose sur des formulations générales concernant des populations. Elles empêchent en revanche un tel raisonnement bayésien si elles adoptent une orientation qu’ils disent « clinique » en ce qu’elle vise la compréhension d’une situation individuelle par la construction d’un récit cohérent faisant un cas de la personne16. De même, un changement du questionnement orientant vers un jugement fréquentiste (« parmi 100 cas correspondant à la description de Linda, combien d’entre eux sont : caissière de banque ; caissière de banque et militante féministe ») fait baisser le taux de « conjunction fallacy » de 77 % à 27 % (Fiedler, 1988, cité dans Gigerenzer, 1991, p. 262)17.

  • 18 Une étudiante d’économie subissant l’expérience précédente tente, par le raisonnement suivant, de r (...)

37L’accent sur la narration trouve bien sa place dans une tradition de critique littéraire et de mondes fictionnels. Sa portée a été élargie par le rapprochement que Ricœur a construit dans son œuvre entre action et narration. Plutôt que de se focaliser uniquement sur le langage et la forme narrative, on cherchera à reconnaître des régimes pragmatiques qui supposent des formats différents de saisie des êtres et des comptes rendus différant également par leur forme. La narration dont il est question ici est en l’occurrence un compte rendu dans une forme appropriée à la saisie des êtres humains en caractère18. Ce traitement va de pair avec un horizon large et de longue durée par rapport auquel l’observateur s’attend à des congruences entre des conduites très diverses produites par le même caractère. Que le caractère soit envisagé en termes psychologiques ou sociologiques importe moins ici que la façon de saisir l’être humain par des dispositions stables. Le compte rendu narratif rassemble dans des histoires dont la généralité s’exprime en termes d’exemplarité des traits de comportement qui, dans d’autres régimes, apparaîtraient anecdotiques et insignifiants. La multiplication des traits conforte le jugement à la recherche de redondance, dès lors qu’ils sont cohérents avec le principe qu’est en l’occurrence le caractère. Toute information incongrue fragilise le tableau d’ensemble. De fait, Kahneman et Tversky avaient vu, dans ces biais systématiques, plus que des défauts de rationalité : un « paradigme de représentativité » avec une logique propre s’écartant systématiquement de la logique des probabilités (Kahneman et Tversky, 1982, p. 88). Plus qu’une forme typique rapidement reconnue, il y a là un mode de quête d’information.

38Ces dernières expériences rejoignent celles que nous avons réalisées avec Boltanski (Boltanski et Thévenot, 1983). Dans l’exercice du portrait, nous avions délibérément laissé aux joueurs le choix de se procurer, sur la personne dont ils devaient découvrir le milieu social, des informations de natures différentes : certaines, indirectes voire apparemment anecdotiques, portaient sur la vie quotidienne et la façon de vivre ; d’autres, formelles, étaient plus étroitement articulées à l’exercice de l’activité professionnelle. Les premières incitaient à un traitement en caractère voisin de celui dont il vient d’être question, les secondes à une exploration plus statistique à partir de variables « lourdes » fortement corrélées. Soulignons que les informations du premier type s’ancrent dans des traits perceptuels au point que les joueurs se forment, lorsqu’ils les utilisent, une image de la personne à identifier qu’ils en viennent parfois à « reconnaître », telle une connaissance (ainsi que le font également des codeurs/euses professionnelles). Certes le jeu ne peut prétendre véritablement analyser la « connaissance sociale de sens commun », comme le souligne Conein, faute de simuler une catégorisation pratique dans une mise en présence directe impliquant le recours à des informations perceptuelles (1994, p. 165). Toutefois, il serait excessif de penser que le jeu ne fait que tester l’expertise des sujets en matière de classifications officielles et que le matériel et les instructions se réfèrent exclusivement à une « expertise administrative » (Conein, 1994, p. 140). Nous les avions délibérément construits afin de favoriser un mode de traitement des cas qui prenne appui sur des images ancrées à des perceptions de personnes, de comportements et de lieux, et non pas seulement un mode de traitement par croisement de critères et application de règles ou définitions administratives. De fait, nous avons pu observer des joueurs opérant selon l’une ou l’autre modalité, le résultat de chacune des façons de faire n’étant pas de même nature : un personnage dans un cas, une classe d’équivalence dans l’autre.

Formes du probable

39Au-delà de l’étude de l’opération de catégorisation, il était intéressant pour des sociologues de mettre en relation les différences dans les façons de rapprocher pour identifier, avec les différences que nous avions pu observer dans les modes de qualification ayant rapport à l’activité professionnelle, soit de la part des personnes exerçant ces activités, soit de la part de ceux qui les représentent. Ainsi, parmi les psychologues, des syndicats représentant des formes d’exercice différentes s’opposaient selon des façons de rendre probantes leurs qualités, et donc aussi selon les façons de se rapprocher sous une même identité, soit par une équivalence générale fondée sur des critères de diplôme et d’institution d’exercice, soit par une caractérisation personnalisée s’étendant à des garanties mutuelles (Desrosières et Thévenot, 1988, p. 48). La différence se retrouvait également dans la façon d’envisager les relations au patient. Au lieu d’une heuristique, d’un côté, et d’une identité professionnelle, de l’autre, apparaît un nouvel objet de recherche : l’analyse des façons communes de rendre probant et de juger du probable, autour desquelles les gens peuvent s’accorder et se coordonner. L’objectif était d’identifier une pluralité de ces « formes du probable » (Thévenot, 1983a), chacune étant caractérisée par un type de preuve et d’information pertinente. L’opération de jugement devenait un objet de recherche central, appelant des comparaisons avec des jugements de droit et des jugements d’experts (Thévenot, 1992a, 1992b).

40Par rapport aux travaux soucieux de rendre compte d’une diversité de « styles de raisonnement » (Hacking, 1982), il s’agissait de prolonger l’enquête au-delà des opérations cognitives au sens strict, en s’intéressant à la nature des informations et à la forme des objets sur lesquels prennent appui les raisonnements. Ce programme sur des ordres de probabilité peut aussi trouver une inspiration dans le Traité des probabilités de Keynes (1921), dans la mesure où Keynes cherche à rendre compte, en s’écartant des probabilités numériques, d’« ordres de probabilité » comme il est des ordres de similarité entre lesquels on ne peut établir des comparaisons de degré (p. 39). On peut aussi se référer aux formalisations en termes de mondes possibles avec lesquelles Olivier Favereau a subtilement mis en relation les intuitions de Keynes. Il a ainsi rapproché son idée d’« incommensurabilité entre les relations de probabilité » avec la notion modale de « relation d’accessibilité entre mondes possibles » (Favereau, 1988) que Lewis interprète comme similarité relative entre mondes. La notion de monde possible peut d’ailleurs recevoir des interprétations diverses : linguistiques (Hintikka), conceptuelles (Kripke, Plantinga, Stalnaker) ou réalistes lorsque tous les mondes possibles sont vus, avec leur équipement d’objets, comme aussi réels que notre monde (Lewis).

  • 19 Salais et Storper (1993) ont également dessiné une pluralité de mondes de production qui s’inspire (...)

41Dans l’analyse effectuée avec Boltanski sur les ordres de grandeur qui encadrent les critiques et les justifications (Boltanski et Thévenot, 1991), nous avons spécifié les différentes épreuves qui gouvernent la preuve dans chacun des mondes identifiés19. Notre étude des différents types d’arguments, qui renouait avec une tradition rhétorique dévaluée au sein des sciences sociales par la critique des idéologies, s’est donc prolongée par un examen des types de preuves qui peuvent être apportées à l’appui de l’un ou l’autre mode d’argumentation, et qui doivent être congruentes avec lui.

Mondes sociaux

42La notion de « monde » sert bien évidemment à des usages plus divers, notamment en sociologie où elle a connu une large diffusion. Elle est utilisée, avec plus ou moins d’opiniâtreté, pour rendre compte d’effets de réalité que n’assument pas au même degré les notions de représentation collective, de croyance, voire de culture. La notion de monde peut également, mieux que celle d’appartenance à un groupe social, laisser du jeu dans l’articulation entre les agissements des personnes qui en relèvent et l’interactionnisme de Strauss dépeint des mondes sociaux comme ordres « négociés » (Strauss, 1982, 1992 ; Fujimura, 1991). C’est aussi le cas de Becker qui nous montre un monde de l’art créé par « des réseaux de personnes qui agissent ensemble » selon différents « modes d’action collective qui passent par des conventions » impliquant le partage de croyances et permettant d’économiser du temps, des efforts et des ressources (Becker, 1988, p. 364). La variété des usages du terme, depuis les mondes sociaux jusqu’aux mondes subjectifs, n’est d’ailleurs pas sans susciter des malentendus. Antoine Hennion ironise ainsi sur l’hommage rendu par Becker au philosophe Danto pour son analyse de l’« artworld » alors que ce dernier, bien loin de reconnaître des mécanismes collectifs de labélisation de l’objet d’art, attribue au sujet et à une « structure intentionnelle » qui s’empare de l’objet toute la capacité à en faire un objet d’art (Hennion, 1993, p. 234). La délimitation de mondes suscite des investigations intéressantes sur leurs rapports, sur les êtres intermédiaires, médiateurs humains ou hybrides (Callon et Law, 1989 ; Hennion, 1993), ou encore sur des « objets-frontières » (Star et Griesemer, 1989 ; Fujimura, 1992 ; Heinich, 1992). Le statut de ces médiateurs change bien évidemment selon l’interprétation que l’on fait des mondes. Goffman se situe également par rapport à la notion de monde, dans Les cadres de l’expérience. Il affirme perpétuer la tradition inaugurée par James dans « La perception de la réalité » (1950) et visant à distinguer différents « « mondes » auxquels notre attention et notre intérêt peuvent accorder tel ou tel statut de réalité, différents « sous-univers possibles » dont chacun possède « un style d’existence » qui lui est propre » (Goffman, 1991, p. 10). Mais il se garde de l’astuce de James consistant à jouer sur l’ambiguïté du mot « monde » et il préfère abandonner une notion qui aurait ouvert une porte où « le vent s’est engouffré en même temps que la lumière ». On distingue bien à propos de cette notion de monde les ouvertures mais aussi certaines limites de courants interactionnistes. Par rapport à un alignement des représentations et des conduites au sein de groupes sociaux, l’ouverture porte sur des dynamiques d’ajustement entre les acteurs, traitée dans le vocabulaire de la négociation. Cependant, le problème de la coordination de l’action reste souvent secondaire, ainsi que Louis Quéré en fait la remarque lorsqu’il s’intéresse à cette question. Il cite à l’appui la critique adressée par Schegloff à Goffman à propos de la notion de « face » qui aurait à peu près le même statut que l’intérêt dans la théorie utilitariste de l’action et qui se prêterait mal à l’étude de la coordination dans l’interaction (Quéré, 1990, p. 258).

Représenter comme opération politique de mise en ordre

43Dans le prolongement de ce que nous avons dit des professions et de leurs représentants, nous pouvons également envisager la représentation en tant qu’opération politique. Nous avons vu apparaître la question à plusieurs reprises dans la section précédente, à propos des statistiques sociales, de l’homme moyen et du grand homme, ou encore de l’homologie établie entre classifications sociales et hiérarchies sociales par Durkheim et Mauss. Le travail de Boltanski dans son ouvrage sur les cadres (Boltanski, 1982) portait entièrement sur les façons dont un groupe social est représenté et doté d’une existence politique. Le travail expérimental mené avec lui sur les catégorisations sociales ordinaires et savantes (Boltanski et Thévenot, 1983) a contribué à mettre en relief le passage entre un simple rapprochement catégoriel et une mise en ordre qui inscrit le classement dans une mise en valeur. Les statuts, rôles, ou autres identités sociales sont appréhendés par le jugement d’attribution et les opérations qu’il impose. S’ouvre alors un problème plus large qui nous a retenu par la suite, Boltanski et moi-même, et qui tient à la nécessité, pour les membres de nos sociétés, de construire des grandeurs légitimes.

Les constructions du représentant politique

44Le suivi historique très éclairant qu’a fait Bernard Manin des principes de représentation politique au sens strict (Manin, 1995) fait ressortir une pluralité de modalités selon lesquelles le représentant représente le représenté, pluralité qui se manifeste notamment dans la diversité des dispositifs de sélection. La combinaison de la rotation et de la stochastique du tirage au sort construit le plus radical détachement du représentant à l’égard de traits spécifiques de sa personne et, via ses traits, au représenté en particulier. À l’inverse, pour Aristote, certains caractères habilitent à gouverner en vertu de leur excellence et ils peuvent être attachés de naissance. Contre cette construction, les théoriciens du droit naturel avancent que les multiples inégalités de force, de talent, de vertu ou de richesse ne peuvent conférer le droit de gouverner, un droit qui doit être conféré par le consentement des gouvernés. Au-delà de cette distinction de principe, les débats sur la représentation font apparaître d’autres constructions du représentant. Les Anti-Fédéralistes, nous montre Manin, font valoir que les élections désigneraient des individus plus en vue ou plus visibles (conspicuous) que d’autres, plus éminents ou ayant plus de relief (prominent) (p. 173). Manin note que les adjectifs conspicuous et prominent ont en anglais un sens à la fois qualitatif et cognitif et désignent ce qui est qualitativement éminent mais aussi ce qui fait saillie et attire le regard. À côté d’une caractérisation générale en terme d’« aristocratie », on voit poindre une qualification de représentant fondée sur des signes de visibilité et de renom dans l’opinion, qui prendra toute son ampleur avec les dispositifs médiatiques contemporains. Les « images », les dispositifs de communication avec l’opinion et de recueil des opinions par les sondages, constituent des « représentations politiques simplifiées et schématiques ». Toutefois, dans ce qu’il nomme « démocratie du public », Manin ne reconnaît pas seulement les traits de ce que nous avons identifié comme « grandeur du renom dans l’opinion » (Boltanski et Thévenot, 1991), mais également un rapport du représenté au représentant fondé sur la confiance personnelle (Manin, 1995, p. 283). Enfin, il est une construction de la représentation aujourd’hui largement diffusée dans les sciences politiques qui prend appui sur un rapport de concurrence directement inspiré du marché. On doit l’exposé systématique de cette figure à Schumpeter qui campe des représentants acquérant leur position à l’issue d’une lutte concurrentielle portant sur les votes du peuple (Schumpeter, 1990). Manin dénonce la confusion par laquelle ce modèle concurrentiel, « libéral au sens le plus étroit de l’attachement au marché », est appliqué jusqu’à la discussion au sein d’assemblées. Ainsi Cari Schmitt écrit : « C’est exactement la même chose que la vérité procède du libre conflit des opinions ou que l’harmonie surgisse d’elle-même de la compétition économique » (Schmitt, 1988, p. 45, cité dans Manin, 1995, p. 236).

Les ordres de grandeur légitimes dans les disputes

45La science politique s’intéresse particulièrement à la capacité politique reconnue en propre aux personnes à l’état de gouvernant, qu’elle aborde dans le langage de la légitimité ou dans un langage (du pouvoir, des intérêts et appétits, de la culture de gouvernement, etc.) offrant un levier pour critiquer le précédent ou le tenir à distance. Cependant l’appareil politique au sens strict n’est pas le seul lieu où se pose la question des qualités reconnues aux personnes, et où les inégalités de qualité rencontrent la question du juste. Au-delà même de la sphère juridique, les disputes ordinaires sont, à l’occasion de montées en généralité des désaccords, des moments où des qualifications publiques sont utilisées pour critiquer et justifier. Dans ces occasions, le désaccord porte sur des ordres qui, sans relever du gouvernement politique des affaires publiques au sens strict, sont également articulés à des constructions du bien commun et, en cela, politiques et moraux. Le travail entrepris avec Boltanski a permis d’étudier les ordres de grandeur légitimes (Boltanski et Thévenot, 1989, 1991) et de proposer une analyse de leur légitimité à partir d’une grammaire du sens du juste commune à tous les ordres de grandeur. Le modèle proposé de ces ordres s’éloigne à la fois des formes élémentaires de la vie religieuse et de l’homologie entre formes de connaissance et structurations des groupes sociaux, pour proposer une relation entre ordres de grandeur et formes du probable. Les topiques d’une rhétorique de la justification se prolongent dans des modalités de preuves qualifiées. Ceci nous amène à un troisième aspect du programme de recherche portant sur l’analyse des épreuves de réalité, et à une troisième compréhension de l’opération de représentation saisie par ses prolongements dans des objets probants.

Représenter comme opération instrumentale de mise en forme

  • 20 Conein va jusqu’à en déduire que « la construction de représentations taxinomiques sociales est don (...)

46La représentation peut être envisagée en effet comme une opération pratique, équipée d’instruments. Si Durkheim a souligné, comme nous l’avons vu, la parenté entre les trois notions d’outil, de catégorie et d’institution, l’étude de la chaîne d’objectivation statistique incline plutôt à examiner, en sens inverse, la façon dont des catégories se prolongent dans des objets matériels et des règles, autant d’équipements supportant et maintenant des repères communs. Encore faut-il que ces objets soient mis dans des formes appropriées se prêtant à la généralisation. Conein a rapproché la place que nous avons reconnue à l’équipement des représentations dans les travaux sur les classifications, et que j’ai appréhendée par la notion d’investissement de forme, du concept d’« artefact cognitif » construit par Donald Norman pour rendre compte des instruments destinés à exposer et à traiter l’information (1993)20.

47Pour saisir les prolongements des connaissances dans des objets externes offrant des repères communs, il était utile d’envisager la question des connaissances communes et des représentations dans la perspective d’une coordination problématique entre des acteurs sociaux. Par rapport aux recherches pionnières d’ethnométhodologie des pratiques de codage, et de la sociologie cognitive de Cicourel qui a mis en évidence la façon dont l’acteur perçoit et interprète son environnement et reconnaît ce qui est « familier » et « acceptable » (1974), je me suis écarté dans deux directions : a) être attentif au rôle des objets dans les procédures de construction de similarités entre les êtres humains ; b) reconnaître les différences entre formes de similarité et d’équivalence quant à leur domaine de validité, leur caractère collectif, leur durabilité. Ces orientations ont conduit à un programme de recherche sur les méthodes et instruments contribuant à forger des ressemblances et à mettre en équivalence. Les « investissements de formes » soutiennent des coordinations de large portée en permettant des traitements généraux des personnes et des choses (Thévenot, 1986 ; Eymard-Duvernay, 1986). Ces investissements impliquent de coûteuses opérations de négociation qui sont à mettre en rapport avec des retours tenant à la généralité des formes établies, en termes de domaine de validité et de stabilité temporelle. Ces mises en forme portent autant sur des personnes que sur des choses qui s’en trouvent les unes comme les autres qualifiées.

Types de réalisme et de commerce avec les choses

48Notre approche des moments critiques de désaccord (Boltanski et Thévenot, 1991) a également reconnu une place importante au type d’épreuves auxquelles sont soumises les justifications. Les épreuves ne sauraient reposer sur une seule forme de mise en équivalence, serait-ce un calcul de forces relatives. Aux différents ordres de qualification correspondent différentes natures d’épreuves de réalité : inspiration et créativité, ancrage d’une confiance, renom dans l’opinion, manifestation de volonté générale, concurrence sur un marché, mesure de performance technique. Les qualifications ne sont pas seulement des catégorisations ou des typifications ; elles dépendent des capacités qui sont attribuées aux choses et de la façon dont ces choses sont intégrées dans des liens collectifs légitimes.

49Les travaux de sociologie des sciences et des techniques ont ouvert la voie à des investigations approfondies sur les relations entre êtres humains et non humains. La sociologie de l’innovation et des controverses scientifiques développée par Latour et Callon (Latour, 1989) a porté attention non à l’acteur humain mais à des forces d’association dans des réseaux dont les actants sont aussi bien des êtres humains que des objets techniques ou des hybrides (Callon et Latour, 1981 ; Callon et Law, 1989). Prolongeant son travail sur la « confection de la science » (1981), les recherches de Knorr-Cetina sur les « ontologies d’organismes et de machines » dans des arènes expérimentales (1993) identifient des modalités différentes de « pratiques épistémiques » qui contribuent à découvrir des réalités selon des modalités différant d’un domaine de recherche à l’autre (1995). La littérature récente sur les objets dans l’action (Conein, Dodier et Thévenot, 1993) établit des ponts avec une anthropologie cognitive soucieuse des relations avec les objets (Lave, 1988 ; Norman, 1989, 1993).

50Ces travaux peuvent contribuer à modifier sensiblement le programme des sciences sociales et à développer une sociologie attentive aux modalités du commerce avec les êtres engagés, aux côtés des êtres humains, dans des figures du collectif. Le programme que j’ai développé sur les modes de coordination vise à accorder autant d’attention au traitement de l’environnement non humain qu’au traitement de l’environnement humain. Plutôt que de fonder la coordination sur une idée de compréhension commune, il s’agit de faire ressortir les modalités d’accès à la réalité et de prendre en compte des exigences de réalisme que, à l’inverse, le constructivisme social risque de repousser. Les modalités d’engagement dans un environnement, le type d’épreuve ou de retour de réalité gouvernant cet engagement, sont des questions centrales dans l’approche que je vais esquisser maintenant.

Cognition en pratique : des régimes pragmatiques

La notion de régime pragmatique et sa caractérisation

51L’entrée par la coordination a plusieurs conséquences sur notre programme de recherche. Soulignons tout d’abord que j’entends le terme « coordination » dans une extension qui dépasse largement les notions de règle, de hiérarchie ou de discipline telles qu’on les voit déployées dans des institutions ou des organisations formelles. Il couvre aussi bien des rapports ajustés sur des formes conventionnelles de jugement propres à la critique publique, que des accommodements localisés et personnalisés impliquant d’autres sortes de convenances. La coordination qui m’intéresse n’est pas seulement un rapport avec d’autres acteurs, selon l’idée d’interaction, mais un rapport avec un environnement non humain et avec soi-même, d’une situation à l’autre ; la personne peut être alors envisagée comme le résultat plus que le principe de cette coordination (Thévenot, 1990). Ce que l’on désigne d’ordinaire par action, serait-elle solitaire, relève d’une coordination. Le changement de vocabulaire marque un changement de perspective qui fait voir, non principalement l’acteur, mais la modalité dynamique d’ajustement avec un environnement. Pour relativiser la pertinence du vocabulaire de l’action et de l’acteur, nous avons besoin d’un cadre d’analyse qui s’en déprenne et embrasse une variété d’engagements dans le monde. C’est pourquoi, nous nous intéressons aussi à des engagements corporels de plus bas niveau, désignés comme gestes, mouvements, émotions, qui donnent également lieu à ajustement et à coordination.

52Toutefois, ces différents modes d’engagement nous concernent pour autant qu’ils sont collectivement reconnus et qu’ils ouvrent sur des dynamiques collectives. Le type d’ajustement au monde désigné comme une « action » débouche ainsi sur des possibilités de coordination collective par interprétation, réaction, aide, etc. qui prennent appui sur des délimitations d’actions normales, sur des imputations d’intentions et de fonction. De même, les accommodements en familiarité nous intéressent non seulement parce qu’ils relativisent la généralité du vocabulaire de l’action et de l’acteur mais aussi parce qu’ils supportent d’autres traitements communs de l’être humain et des relations à l’entourage. En cela, ils sont également pris dans des coordinations collectives.

  • 21 Ce renversement de perspective a quelque analogie avec la démarche de Simon auquel on doit non seul (...)

53Au cœur de notre démarche se trouve l’idée que nous disposons dans nos sociétés d’une variété de façons de saisir les êtres avec lesquels nous nous engageons. Le travail propre du chercheur consistant à mettre à distance ces « formats de saisie » et à les rapporter aux possibilités de coordination qu’ils offrent dans le cadre de différents « régimes pragmatiques ». De cette entrée par la coordination résulte donc un changement de perspective profond sur des notions usuelles telles que intention, individu, fonction, propriété, appartenance, caractère, habitude, etc. Elles ne sont plus prises comme catégories de base mais rapportées à des modes de traitement dont le chercheur étudie les conditions de performance dans des dynamiques de coordination21.

54Quels sont les traits permettant d’identifier et de différencier une variété de régimes pragmatiques ? Comment saisir des différences dans les façons dont les gens s’engagent dans leur environnement, coordonnent et ajustent ces engagements ?

Les différentes façons dont les agents s’engagent dans leur environnement

55J’insisterai d’abord sur le processus d’ajustement qui occupe une place centrale dans l’identification du régime. Cette focalisation sur l’ajustement et sur sa dynamique rend attentif aux modalités d’engagement et aux processus temporels de correction et de création que cet engagement requiert. Le terme « ajustement » ne doit donc pas suggérer une réaction passive à des contraintes mais couvrir un processus créatif que met notamment en relief le pragmatisme de Mead (Joas, 1993). Nous nous intéressons à la variété des façons dont l’agent s’ajuste au comportement d’êtres humains et non humains présents dans son environnement. La notion d’ajustement couvre alors des erreurs, des adaptations circonstancielles, des corrections, aussi bien que des critiques et des mises en cause réclamant le redressement de torts.

Les formats divers de saisie de l’environnement

56Afin de caractériser la dynamique d’engagement, nous porterons attention aux repères, aux qualités, dont l’agent se sert pour saisir son environnement et évaluer le succès de son engagement au cours d’un processus de révision et de création. L’analyse des différents régimes demande que le chercheur prenne garde à la façon dont l’agent accorde de l’importance à son environnement et recourt à différents formats pour saisir aussi bien l’environnement d’objets (par des fonctions, des propriétés, des indices, etc. : Thévenot, 1993a) que l’environnement humain (par des humeurs, des caractères, des qualifications, etc.). L’étude des formes conventionnelles qui nous a intéressé de prime abord, et des investissements qui les constituent, doit se prolonger par l’examen des modes de repérage de l’environnement qui n’obéissent pas aux mêmes exigences pragmatiques de publicité.

57Le format de saisie gouverne la pertinence des repères auxquels l’agent accorde de l’importance et qui l’attachent à la situation. Ce format détermine la nature de l’accès à la réalité et de l’épreuve qu’implique ce réalisme de l’engagement.

La fermeture de l’évaluation et les délimitations d’un bien

58Nous arrivons ici à un point clé de la caractérisation des régimes pragmatiques : la clôture de l’évaluation. Une évaluation prend appui sur des repères extraits de l’environnement en les intégrant. Mais où s’arrête cette collecte, quelles en sont les limites ? La réponse à cette question fait ressortir la relation entre la saisie de repères pertinents et la délimitation d’un certain bien qui gouverne l’évaluation. Ce bien diffère selon l’engagement. Lorsque l’évaluation doit satisfaire les exigences d’une justification publique, le bien est commun et repose sur une exigence de commune humanité. Mais le bien commun peut se clore plus localement sur les bienfaits attendus par une communauté plus restreinte. Le bien peut être plus étroit encore et ne résider que dans l’accomplissement d’une action courante. Cette dernière clôture offre une large tolérance quant à la réalisation pratique de l’action et à l’évaluation de son accomplissement heureux. Le bien peut être encore plus personnalisé et localisé lorsque la félicité de l’engagement est évaluée sur la base d’un commerce familier avec des personnes ou des choses.

Les « agences » des entités humaines et non humaines

59C’est seulement après avoir distingué la dynamique d’ajustement et le format pertinent de saisie de l’environnement que nous pouvons considérer la capacité des agents qui est impliquée dans chacun des régimes. Nous nous écartons alors des théories et du vocabulaire de l’action, qui focalisent l’attention sur l’acteur humain et sur ses capacités d’action. Dans un mouvement inverse, nous partons du mode d’engagement pour distinguer les capacités, ou « agences », qui sont consistantes avec tel mode d’engagement. La notion de régime pragmatique permet ainsi de situer des modèles d’activité comme l’action intentionnelle, ou encore la routine, dans une perspective plus largement ouverte à une variété de modes d’engagement. L’élargissement ne provient pas seulement de la diversité des types d’activité pris en considération, mais également d’une vue moins centrée sur l’agent humain et plus ouverte aux dynamiques d’engagement entre cet être et un environnement. En outre, le vocabulaire de l’action est activiste. Il dresse l’agir contre le pâtir, même si les voies suivies par certaines sociologies de la pratique et tracées par des phénoménologies du rapport au monde moins tributaires de l’action, ménagent des activations du passif et des mises en passion de l’actif, comme nous l’avons vu avec la notion d’habitus. Mon objectif ne sera pas tant de confondre des mouvements divers dans une même catégorie que de les rapporter aux régimes pragmatiques dont ils relèvent. C’est pourquoi je solliciterai une extension du terme « agence » en désignant ainsi une façon de se prêter à un certain mode d’« agencement », une façon de s’engager ou d’être engagé.

Une architecture de régimes pragmatiques

60J’esquisserai ici une architecture de trois régimes pour faire ressortir les conséquences qui peuvent en être tirées en matière de cognition sociale.

Le régime d’action téléologique : l’intégration des agences intentionnelle et fonctionnelle

  • 22 Le travail de Peter Meyers sur la notion de volonté éclaire les limites de cette conception volonta (...)
  • 23 Pour une discussion de la place du plan dans l’action, de l’action située et de la cognition située (...)

61Je dirai peu du régime de l’action téléologique, parce qu’il repose sur une notion d’action intentionnelle qui a été abondamment explorée par la philosophie de l’action. De fait, l’extension de ce modèle d’intervention volontaire22 et délibérée fait obstacle au développement du présent programme, soit qu’il en vienne à caractériser toute activité humaine, soit qu’il serve de repoussoir à des traditions sociologiques de la pratique qui se sont construites contre lui23. Je n’indiquerai que quelques transformations nécessaires pour inscrire ce modèle d’action dans le cadre d’un régime pragmatique.

62Tout d’abord, nous ne visons pas le bon modèle de l’activité humaine, ni même un modèle parmi d’autres, mais une des façons dont les gens s’entendent au sujet de leur mode d’engagement dans le monde et de l’engagement d’autres « acteurs » éventuellement non humains. Ce déplacement a quelque rapport avec celui proposé par Dennett lorsqu’il suggère que nous traitions l’intentionnalité comme une « posture interprétative » adoptée par l’être humain pour faire face à certains événements et comportements (Dennett, 1990).

  • 24 Comme nous l’avons dit précédemment, le terme d’« agence » caractérise le mode d’engagement et ne d (...)

63Un second changement significatif consiste à inscrire le modèle classique de l’action dans un cadre élargi qui permette une vue plus équilibrée des capacités présumées des différentes entités engagées, plutôt que de concentrer toute l’attention sur la capacité intentionnelle ou volontaire de l’être humain. Les capacités impliquées par une « agence » intentionnelle ne peuvent en effet s’éprouver sans l’attribution conjointe d’une agence instrumentale-fonctionnelle à des éléments significatifs de l’environnement qui sont saisis en tant que moyens d’action24. Soulignons que les êtres non vivants sont loin d’être uniquement traités dans cette agence fonctionnelle ; ils sont couramment saisis selon des propriétés essentielles, ou personnalisés par des repères familiers (Thévenot, 1993a, 1994b). Les différences d’« agence » ne recoupent pas une distinction entre humains et non humains. Dans une exploration du commerce avec les choses, j’ai pu observer des exemples d’attribution raisonnable d’une agence intentionnelle à certains objets complexes dotés de capacités cognitives (Thévenot, 1994b).

Pragmatique du public et régime de justification

64La perspective ouverte par une gamme de régimes pragmatiques permet en retour de mieux situer les caractères propres au régime de justification que nous avions abordé avec Boltanski en termes d’ordres de grandeur. Je voudrais suggérer maintenant que ce régime apporte une réponse aux limitations rencontrées par l’extension collective du régime de l’action téléologique. Lorsque est requise une coordination de grande échelle nécessitant des ajustements réciproques à distance, avec des acteurs anonymes, un présupposé de position symétrique peut être pragmatiquement approprié et inciter à l’engagement public dans un régime de justification. L’extension du format de l’action téléologique n’est pas aisé en raison de l’inquiétude que suscite l’imputation d’intentions aux autres acteurs en l’absence de relations de proximité (Livet, 1994 ; Livet et Thévenot, 1994). L’ajustement mutuel attendu réclame une posture réflexive et un type de jugement qui s’inscrit dans l’horizon d’un tiers (Meyers, 1991). Cet horizon se retrouve dans les constructions du spectateur impartial par Adam Smith (Boltanski et Thévenot, 1991 ; Boltanski, 1993), la théorie de l’interaction sociale développée par Mead autour de la notion d’« autrui généralisé » (Mead, 1963), ou celle de Habermas (Habermas, 1984). Dans le modèle commun aux différents ordres de grandeur, nous avons spécifié les opérations de jugement et d’évaluation selon ces grandeurs et ainsi précisé les implications du détour par un tiers. L’horizon public de l’évaluation contraint les qualifications des personnes et des choses tenues pour légitimes. Les qualifications constituent des repères conventionnels qui ne garantissent nullement l’accord, contrairement à ce que laisse entendre l’approche conventionnaliste courante, mais qui offrent des points de repli dans l’acceptation des limites du format intentionnel et de l’attribution d’intention.

Le régime de familiarité : des capacités et une personnalité distribuées

65Afin de relativiser le régime de l’action téléologique et de situer l’agence intentionnelle parmi une gamme plus étendue d’agences, un détour est nécessaire par le commerce de proximité avec l’entourage. Il y a lieu d’étudier un régime de familiarité dans lequel l’être humain recourt à des repères locaux pour régler son engagement dans un environnement de proximité. La dynamique d’ajustement dans un tel régime ne repose pas sur les formes d’évaluation requises pour un jugement généralisable. Elle ne passe pas non plus par l’attribution d’intentions ou de fonctionnalités normales nettement distinguées et attribuées en propre à des entités différentes. La dynamique d’ajustement repose sur des repères perceptifs localisés et personnalisés qui sont déposés au cours d’une familiarisation progressive de l’être humain avec un entourage. Les choses sont elles-mêmes partiellement façonnées et usées par cet usage.

  • 25 Pour une revue de la littérature sur l’« intelligence distribuée », qui insiste à juste titre sur l (...)
  • 26 Sur la familiarisation avec les choses, cf. Thévenot (1990) et dans l’analyse du travail et des org (...)

66Dans ce régime, les capacités sont distribuées dans un sens fort. Des repères très fragmentaires, parce qu’ils se situent en deçà de l’identification d’objets et qu’ils n’en saisissent que quelques clés d’accès, sont déposés dans un réseau de relations d’usage entre le corps humain familiarisé et son entourage humain ou non. Une telle notion de distribution est plus stricte que celle utilisée dans la littérature sur l’« intelligence distribuée », qui tend à couvrir de ce terme toute forme de capacité de réseau25. Les traits spécifiques d’un régime où les capacités sont distribuées et non attribuées sont particulièrement visibles dans le cas d’interactions homme-machine qui ne supposent pas l’affectation de propriétés fonctionnelles à la machine en toute indépendance de l’utilisateur26.

  • 27 Dans l’organisation de la navigation qu’il a étudiée, Hutchins insiste sur le fait qu’il n’a rencon (...)
  • 28 Comme Varela, Thompson et Rosch (1991), Bessy et Chateauraynaud (1993, 1995) rapprochent pertinemme (...)

67La littérature néo-connexionniste propose des modèles pour formaliser une telle capacité distribuée au sens fort : ils simulent le fonctionnement de réseaux qui se comportent comme s’ils disposaient de représentations alors qu’aucune entité élémentaire mise en réseau ne jouit de ce savoir représenté27. À l’appui de ces capacités sans représentations explicites peuvent être mobilisés des modèles d’activités fortement ancrées dans un contexte : modèle d’une congruence entre les besoins élémentaires d’un être vivant et les « affordances » offertes par la morphologie de l’environnement qui invite aux gestes élémentaires tels que brandir, lancer, marcher (Gibson, 1979), modèle de « mobot » réglant sa conduite sur l’environnement à partir d’ajustements très locaux, de perceptions fragmentaires et de conduites élémentaires d’évitement ou d’exploration (Brooks, 1991), modèle d’activité improvisée en situation (Kirsh, 1990), construction écologique de l’activité (Gerson et Star, 1986 ; Norman et Draper, 1986 ; Hutchins, 1991)28.

L’articulation des régimes

68Les travaux d’origines diverses qui convergent vers des modèles d’ajustement de proche en proche rencontrent leurs limites lorsqu’il s’agit d’en étendre les conclusions à toute espèce d’ajustement au monde. Les modèles connexionnistes peuvent produire des succédanés de représentation et de catégorie opérant par discrimination, sans offrir les possibilités d’un calcul par composition. Ces modèles rendent bien compte de la connaissance par familiarité et de la forme du probable opérant par typicité, que nous avons mentionnée précédemment et mise en rapport avec le paradigme de représentativité chez Kahneman et Tversky. La recherche de congruence s’oppose alors au souci de décomposer en variables indépendantes. Comme le note Pierre Livet, il y a antinomie entre la nécessité que les « patterns » mémorisés ne soient pas redondants (pour permettre un calcul sur des représentations) et la sensibilité à la structure de l’information qui se traduit, en l’occurrence, par une redondance (dans des rapprochements par typicité) : le réseau connexionniste est « un « généralisateur », ou mieux un inducteur impénitent » (Livet, 1992, pp. 120, 122). Ces associations de proche en proche relèvent d’un certain régime du probable mais apparaissent, au regard d’un autre régime du probable qui suppose le calcul sur des variables indépendantes, excessives et indésirables, et le psychologue de la rationalité y voit « conservatisme » ou résistance aux « dissonances cognitives ».

  • 29 Conein et Jacopin font exception dans leur analyse de la préparation de l’espace de travail, étudia (...)
  • 30 De Fomel est ainsi amené à distinguer des affordances selon les cadres d’activité et à s’éloigner d (...)

69De même, plusieurs des modèles précédemment mentionnés ont été développés contre le modèle du plan qui fait appel à des représentations et à des disjonctions propices aux décisions dans des bifurcations. Ils réagissaient ainsi à une orientation dominante en intelligence artificielle (Varela, Thompson et Rosch, 1991). Mais ils présentent alors le risque de sous-estimer le rôle des représentations explicites (Kirsh, 1991a, 1991b)29. C’est le cas de Gibson lorsqu’il étend sa notion d’affordance en repoussant toute séparation entre l’environnement culturel et naturel (Gibson, 1979, p. 78). Le problème qui en résulte est patent dans l’illustration de la boîte aux lettres : Gibson entend prendre ses distances à l’égard de l’influence de Koffka pour qui une boîte aux lettres phénoménale, et non physique, inviterait au geste, et il préfère dire que « la boîte aux lettres réelle [seule] invite [affords] à poster la lettre pour un être humain écrivant des lettres dans une communauté dotée d’un système postal ». L’illustration implique clairement une qualification conventionnelle qui ne prolonge pas le caractère approprié de la boîte au geste d’y glisser une lettre. Ici Gibson diffère également de Mead qui distinguera des objets sociaux, et Noble établit fort justement un parallèle avec la monnaie, archétype d’objet conventionnalisé, dont Mead souligne qu’elle continue à circuler même lorsque la réserve d’or a été volée (Mead, 1938, p. 151, cité dans Noble, 1981, p. 81). Reste à préciser ce qu’est un « objet social », ce qui est précisément une des visées de notre investigation30.

  • 31 Cette attitude se rencontre dans les travaux cités, parmi les plus intéressants, ceux de Kirsh, de (...)

70Une autre limite de certains des travaux qui nous éclairent sur des régimes du proche résulte d’une stratégie inverse de la précédente. Plus prudent, le chercheur ne prétend pas alors étendre le modèle proposé. Il reconnaît ses limites avec le passage à des phénomènes d’un autre ordre, dit social ou culturel, qui pourrait être l’affaire du sociologue ou de l’ethnologue31. L’explication change alors brutalement de registre. Dans une telle stratégie de recherche, on perd les bénéfices possibles d’une exploration d’engagements de proximité, notamment corporels, pour une réélaboration des catégories utilisées dans le traitement du social ou du culturel. C’est précisément ces bénéfices que nous cherchons à tirer en construisant un cadre d’analyse propre à soumettre au même questionnement, et à inscrire dans les mêmes catégories, des ajustements « écologiques » et des relations sociales impliquant d’autres modes de coordination. Une différenciation de régimes pragmatiques permet alors de situer la pertinence de la notion de plan dans certains régimes en rendant justice à l’articulation que le plan opère entre projet et objet, entre cognition, activité et forme matérielle (Thévenot, 1995b), ou encore de préciser ce qu’est un objet « social ».

Ouvertures d’un programme de recherche

71L’esquisse présentée ici des trois régimes pragmatiques ne prétend pas clore l’enquête. La caractérisation que j’ai proposée de la notion, dans la ligne d’une recherche sur les modes de coordination et d’ajustement (Thévenot, 1990, 1993b), conduit cependant à être relativement restrictif dans l’identification de régimes. Le choix d’envisager d’abord ces trois régimes, et les « convenances » respectives qui en spécifient les dynamiques, avait trois motifs principaux. Il visait d’abord à déplacer l’opposition collectif/individuel dont nous avions déjà montré la pluralité des figures supportées par différents ordres de grandeur. L’exploration d’un accommodement au monde qui se trouve en deçà de la figure de l’individu autonome permet d’en comprendre la relativité et les conditions de constitution, sans pour autant recourir au « social » comme figure première et unique du collectif. L’exploration de ces trois régimes permettait en outre de situer les limites d’un régime de l’action téléologique, avec ses spécificités dues à la place qu’y tiennent une agence intentionnelle de l’acteur et un format fonctionnel de l’environnement engagé comme moyen d’exécution. Cette exploration visait enfin à dessiner une architecture, et non pas seulement une typologie, rendant compte des performances et limites de chaque régime et de la façon dont l’un s’élabore sur les limites d’un autre.

72D’autres travaux menés sur les régimes d’action ont contribué à préciser les exigences d’une pragmatique sociologique et à différencier des formes de coordination en soulignant notamment l’importance des horizons temporels (Dodier, 1991, 1993c), dans la lignée de Schütz et de Kosseleck, ou en dessinant les contours de différents régimes. Luc Boltanski a tout d’abord campé un régime d’agapè, en opposition aux exigences de justification et à la mise en équivalence que requiert le jugement, et esquissé un tableau d’ensemble qui comprendrait en outre un régime de violence et un régime de paix dans l’ordre des choses (Boltanski, 1990). Philippe Corcuff et Nathalie Depraz ont exploré un régime d’interpellation éthique dans le face à face à partir de travaux empiriques sur les relations entre infirmières et malades et entre agents de l’ANPE et chômeurs (Corcuff et Depraz, 1993). Corcuff a également délimité un régime machiavélien qui suppose à la fois un horizon lointain de justification publique et la mise à profit tactique et de court terme d’opportunités (Corcuff, 1994). La discussion sur ce régime s’inscrit dans une réflexion plus générale sur des séquences temporelles longues (Lafaye, 1994), des enchaînements de régimes différents (Corcuff et Sanier, 1995) et notamment les articulations entre stratégies et justifications (Thévenot, 1996b). Les modalités d’expression en public d’opinion personnelle et non d’argumentation soumise à justification, ou encore d’engagement émotif par rapport à une souffrance (Boltanski, 1993 ; Boltanski et Godet, 1995) ont été aussi caractérisées en termes de « régime d’opinion » et « régime de partage » (Cardon, Heurtin et Lemieux, 1995). On notera à ce propos que le programme d’investigation de ces régimes, en explorant le rôle joué par les émotions dans la réaction à la souffrance ou dans les moments de critique et d’épreuve, dessine des articulations entre émotion, cognition et évaluation (Livet et Thévenot, 1996 ; Thévenot, 1995c).

Éclairages sur les agences possibles de l’être humain

L’individualité en question

73La notion de régime pragmatique ne fait pas seulement ressortir les différentes façons, sur lesquelles il y a accord et coordination, dont les êtres humains connaissent le monde environnant et s’en saisissent. Elle permet de revenir sur les états dans lesquels les êtres sont reconnus et dotés de capacités attendues, qu’ils soient êtres d’humanité, de nature ou d’artifice. On peut notamment en escompter un éclairage nouveau sur la question de l’individualité, qui se trouve aujourd’hui à la charnière de tant de clivages, et à sortir de l’opposition consolidée entre collectif et individuel.

  • 32 Alexander considère que l’analyse par Durkheim de la représentation et de la nomination d’objets ex (...)

74Les auteurs ne sont inscrits dans cette opposition qu’au prix de sérieuses réductions. Aussi n’est-il pas inutile de rappeler outre-Atlantique, où Durkheim est utilisé comme un représentant phare du holisme, que cet auteur a lié sa conception des représentations collectives à une prise en compte de l’intention et de la signification individuelles (Alexander, 1982, p. 247)32. Loin de ne reconnaître que des êtres humains fondus dans des groupes sociaux, Durkheim s’est soucié de comprendre ce qu’est un individu en société (Cladis, 1992). Il voit l’individualité soutenue par la société et par l’État, refusant d’opposer l’une à l’autre :

« l’État n’est pas par lui-même un antagoniste de l’individu. L’individualisme n’est possible que par lui, quoiqu’il ne puisse servir à sa réalisation que dans des conditions déterminées. [...] C’est lui qui a soustrait l’enfant à la dépendance patriarcale, à la tyrannie domestique, c’est lui qui a affranchi le citoyen des groupes féodaux, plus tard communaux, c’est lui qui a affranchi l’ouvrier et le patron de la tyrannie corporative » (Durkheim, 1950, p. 99).

75Forte de ce soutien, l’individualité ne se réduit donc pas à une autonomie absolue : elle s’inscrit dans une dépendance à l’État qui libère de dépendances antérieures, d’ordre domestique. L’individualisme qui intéresse Durkheim est un individualisme moral et, parmi les trois « dualismes de la nature humaine et des conditions sociales » (sensations privées/concepts publics, activité privée/activité morale, profane/sacré), c’est le deuxième qui suscite les propos les plus vifs à l’égard d’un individualisme égoïste et intéressé (Cladis, 1992, p. 134).

76On a encore aujourd’hui toute raison d’adopter sur l’individualité une perspective qui l’inscrive en société, ainsi que nous y invitait Durkheim. Encore faut-il reconsidérer les modalités selon lesquelles des individualités sont « socialement » identifiées. Pas plus qu’à la figure du membre appartenant à un groupe, nous ne nous restreindrons à celle d’un individu moral dépendant de l’État. Plus généralement, nous pouvons déjà distinguer trois agences humaines à partir des régimes précédemment identifiés.

L’autonomie relative du sujet d’un projet

77Le traitement comme auteur intentionnel d’une action téléologique, sans être moral dans le sens de Durkheim, sert d’assise à une opération majeure du jugement moral : l’imputation de responsabilité et la constitution de l’acteur comme auteur souverain de ses actes. Ce format de l’individu trouve place dans un régime dont la clôture ne s’étend pas à un bien commun mais se limite à l’accomplissement heureux d’une action téléologique. Le régime pragmatique de l’action téléologique permet de situer la validité d’un format d’acteur individuel au sens strict. Le sujet intentionnel n’est jamais aussi nettement détaché d’un monde, sur fonds duquel il réalise une intention, que lors de l’exécution d’un projet au moyen d’objets dont la fonctionnalité confère toute sa consistance et sa visibilité à l’intention. L’appréhension par la notion de régime fait ressortir la complémentarité entre l’agence intentionnelle d’un sujet individué, sur laquelle l’attention du chercheur est trop souvent concentrée, et l’agence fonctionnelle d’un objet. La complémentarité laisse apparaître une figure de dépendance qui contrevient à l’idée d’autonomie absolue du sujet.

L’humanité composée dans des qualifications justifiables

78Je voudrais envisager la construction qu’offre Durkheim de l’individualisme moral, qui recèle une tension forte entre autonomie et société, en me situant dans une perspective différente de celle qu’il propose. Je verrai dans l’individu en société à la Durkheim l’une des façons dont l’impératif moderne d’individuation s’accommode des attaches diverses de l’être humain, en les transformant en qualifications publiques. Durkheim dessine un individu collectivement qualifié qui s’inspire de la construction civique du public, tout en déplaçant la volonté générale de Rousseau dans un être social. Or d’autres qualifications ont été élaborées pour traiter en justice des attaches et dépendances. Les constructions du juste ou du bien se réfèrent le plus souvent à des rapports entre des êtres humains dotés en propre d’une forte autonomie, et un environnement extérieur constitué de ressources dont on apprécie la juste distribution. Je voudrais proposer un renversement de la problématique et partir de la multiplicité d’attaches entre l’être humain et son environnement, non d’un détachement d’individus dont on examinerait les rapports entre eux et avec des ressources extérieures (Thévenot, 1996a, 1997b). À partir de ces attaches, les êtres humains ont confectionné des modalités très diverses de généralisation et d’intégration. Les grandeurs sont des façons de gérer des asymétries qui résultent non pas seulement de l’inégale force physique des corps mais aussi des multiples attaches à un environnement engagé dans le rapport aux autres.

La personnalité distribuée sur un entourage familier

  • 33 On distingue ici les limites du rapprochement avec les affordances de Gibson qui gisent dans le mon (...)
  • 34 Dans les lieux de travail, on observe a contrario un équipement favorable à ce détachement qui faci (...)

79Dans le régime de familiarité, les agences des êtres humains et des êtres non humains se rapprochent : on pourrait dire aussi bien que les choses sont personnalisées ou que la personne est consolidée et chosifiée par son entourage. La pragmatique de ce régime configure une personne distribuée sur ses entours. Cette configuration en « personnalité », couramment utilisée pour saisir des êtres humains, est très différente de celle d’agent intentionnel dans un régime d’action téléologique. Les attaches familières avec l’entourage ne sont pas séparables de la personnalité qui se les est appropriées33. Elles élargissent sa surface et assurent son maintien par une appropriation des attaches à un milieu, qui ne correspond pas à l’appropriation privative constituant une propriété privée. Par rapport à l’agence humaine, le réseau des liens de familiarité avec un milieu constitue une extension de la personne ; dans le rapport dual à ce réseau, l’être humain qui supporte un nœud d’attaches familières est un médiateur crucial, à l’image des « magiciens » (wizards) qui « se rendent indispensables à l’organisation [...] en raison de leur savoir tacite » (Gerson et Star, 1986). Pour l’organisation, l’absence de repères conventionnels et de qualifications fait cependant obstacle aux formes d’évaluation générales qui sont requises dans la critique et la justification publiques. Une capacité distribuée s’oppose même au processus d’attribution de responsabilité. Elle ne permet pas le détachement d’êtres dotés de capacités qui est requis pour l’imputation34.

Variété historique et culturelle des formules pragmatiques

  • 35 Descombes propose de traduire « environment » par « milieu » plutôt que par « environnement », te m (...)

80Le programme esquissé ici conduit à déployer des pragmatiques de l’identité et à situer, en en relativisant les domaines respectifs de pertinence, des figures par trop généralisées ou opposées les unes aux autres, telles que celles d’individu autonome opposé à membre d’un collectif. On rejoint le souci d’auteurs contemporains d’inscrire les catégories anthropologiques fondamentales dans des cadres d’analyse propres à assurer un recul nécessaire. Le travail de relativisation opéré sur la base d’enquêtes ethnographiques tend à démontrer que la conception de la personne comme une unité limitée, unique et intégrée, centre des émotions, de la conscience, du jugement et de l’action, n’est qu’une figure relative à un monde culturel occidental (Geertz, 1983). Le parcours d’une histoire de la philosophie mené par Charles Taylor pour remonter aux sources de la notion de « soi » et éclairer la confection de l’identité moderne (Taylor, 1989b) contribue également à relativiser des constructions de l’identité du sujet, en offrant des variations mais aussi en soulignant les articulations avec d’autres catégories utilisées pour traiter de l’action ou du jugement. Plus proches encore de notre projet, des recherches mènent une confrontation avec des vocabulaires, élaborés dans des cultures non occidentales, pour formuler l’engagement dans le monde au-delà de l’identification du sujet. Nous avons déjà cité le travail stimulant d’Augustin Berque, qui ne vise pas seulement à caractériser le rapport au milieu dans la culture japonaise, et le décentrement du sujet qu’il suppose, mais aussi procède à une confrontation avec des constructions philosophiques occidentales d’une phénoménologie du proche, notamment celle de Heidegger, élaborant une « mésologie » qui relativise d’autant les figures holistes ou individualistes (Berque, 1986)35. La recherche de Jullien sur la pensée chinoise est aussi précieuse pour notre tâche, puisqu’elle décompose l’agence des choses (la propension) aussi bien que celle des êtres humains, opposant les constructions de la situation et des dispositions qui en découlent aux catégories qui fondent le face à face du sujet à l’objet dans la pensée occidentale (Jullien, 1992). Soulignons que, dans notre perspective, la question n’est pas tant de relativiser des catégories en les rattachant à des cultures différentes, que d’examiner la façon dont elles mettent en relief et socialisent inégalement les possibilités de s’ajuster au monde selon des régimes pragmatiques divers.

Conclusion

81La différenciation des agences humaines à laquelle nous sommes arrivés dans les derniers paragraphes permet de préciser en retour les relations entre cognition et coordination. A chaque agence correspond un certain mode de saisie de l’environnement, de prise de connaissance et de format d’information. Loin d’être circonscrite par le modèle du code, l’information diffère profondément dans son format d’un régime à l’autre. La rencontre conflictuelle de trois formats peut être illustrée par l’examen des procédures de normalisation en matière de sécurité, lorsqu’elles s’appliquent à des artefacts d’utilisation courante (Thévenot, 1993a). Cette normalisation est en premier lieu une politique au sens strict, une modalité de gouvernement qui régit le rapport entre les êtres humains par le truchement d’une standardisation des produits, et qui tend à se substituer de plus en plus souvent à l’édiction de réglementations par un État souverain. Les repères à construire sont donc nécessairement conventionnels et les qualifications impliquées compatibles avec des ordres de justification. Cependant, les produits visés sont des produits utilitaires et leur comportement est nécessairement appréhendé selon un régime d’action téléologique dans lequel se déploie leur fonctionnalité normale ou défectueuse. L’information pertinente dans ce régime a donc trait à la fonctionnalité des artefacts qui est éprouvée selon des méthodes et des équipements destinés à simuler l’action de l’utilisateur. Mais la saisie des objets ne peut se limiter aux deux régimes précédents dès lors qu’il s’agit de sécurité et non pas seulement de fonctionnalité (les normalisateurs opposent souvent à la sécurité des exigences de « qualité »). L’accident oblige à prendre en considération des usages qui s’écartent de l’utilisation normale, et notamment les accommodements personnels qu’implique l’usage familier. La fixation de repères de normalisation et la conception des tests doivent donc aussi prendre en compte ces usages non conformes à une fonctionnalité normale.

82À l’issue de notre parcours, nous pouvons faire le constat que différentes traditions sociologiques tendent à privilégier des formats cognitifs divers. J’ai pris appui sur la sociologie de Durkheim en raison de son programme ambitieux d’analyse des catégories de la connaissance. L’approche sociologique de la cognition inspirée de l’héritage durkheimien tend à rabattre les formes de connaissance sur le deuxième des formats que j’ai considérés précédemment, sans pour autant reconnaître ce qu’implique son caractère conventionnel. Par contraste, la sociologie de l’intérêt – conscient ou inconscient – tend à privilégier un régime de l’action téléologique et les modes de connaissance qui vont avec le premier des formats envisagés. En revanche, l’approche d’inspiration phénoménologique qui a marqué certains courants de sociologie met en avant un rapport familier posé au fondement de tout processus d’élaboration de connaissance. Les extensions sociologiques de cette démarche risquent d’exploiter la typicité comme schème général de connaissance, et donc de privilégier le troisième format, en rencontrant des difficultés pour traiter des formats de connaissance congruents avec des figures du collectif conventionnalisé.

83Avec le développement du programme présenté ici, l’information apparaît comme une réduction du rapport à l’environnement. L’apport de la sociologie pourrait être, selon un mouvement inverse à cette réduction, de situer la notion d’information et plus généralement la cognition dans les dynamiques de coordination avec l’environnement. On s’éloignerait alors d’une orientation cognitiviste qui conduit à privilégier des états et des événements mentaux. La prise en compte de l’environnement ne peut cependant se confondre avec une écologie de la cognition qui, soucieuse avant tout de situer localement la production et l’utilisation de connaissances, ne rendrait pas compte de la variété des modes de coordination et de la diversité des formats d’information dont la pertinence est relative à un régime pragmatique.

84On conclura donc en déplaçant la question offerte à notre discussion qui portait sur les apports des sciences cognitives à la sociologie. Nous avons suggéré qu’une approche sociologique informée par ces apports pouvait enrichir et renouveler l’appréhension de la cognition. Mais ce renouvellement ne va pas sans transformations significatives des catégories de l’analyse sociologique.

Notes

1 Selon le partage des philosophies de l’esprit examiné par Vincent Descombes, ces sociologues se situent, non dans la lignée mentaliste issue de Descartes, Locke, Hume et Maine de Biran, mais du côté des philosophes qui placent l’esprit en dehors, dans l’esprit objectif et l’usage public des signes, comme l’ont soutenu par exemple Peirce et Wittgenstein. C’est dans cette dernière voie que Descombes inscrit ses propres recherches (cf. Descombes, 1995, p. 10).

2 Sur les catégories de la connaissance en sociologie, on examinera avec profit L’enquête sur les catégories. De Durkheim à Sacks publiée sous la direction de Bernard Fradin, Louis Quéré et Jean Widmer (1994).

3 Habermas va même plus loin en considérant que la position de Durkheim est proche du pragmatisme de Peirce, même si elle s’éloigne de celui de James : son concept de vérité lierait l’objectivité à la « valeur intersubjective revendiquée pour une énonciation descriptive », la correspondance entre des propositions et des faits reposant sur la notion d’un « consensus idéalisé ». Hans Joas souligne qu’il y a, dans la polémique de Durkheim contre les dangers relativistes que recèle le pragmatisme, des raisons de repousser certaines des accusations de relativisme qui lui ont été portées à propos de sa théorie de la vérité (cf. Joas, 1984, p. 563).

4 Sur le constructivisme social et la construction sociale des catégories, cf. Corcuff (1991 et 1995).

5 Jeffrey Alexander a souligné l’influence sur Durkheim (cf. Alexander, 1982, p. 484) des travaux de Robertson Smith qui insistaient sur le caractère public ou quasi public des moments de commune émotion lors de célébrations religieuses, et sur la mise en commun d’intérêts sociaux qui a lieu en cette occasion.

6 Sur l’ambiguïté, entre ethnologie et éthologie, de la notion de « rituel » utilisée dans l’interactionnisme, chez Goffman en particulier, cf. Conein (1990). La notion, comme celle de « mythe » ou de « cérémonie », sert souvent en sociologie à relativiser l’efficacité immédiate de l’action en opérant un déplacement vers une efficacité symbolique (cf. par exemple Meyer et Rowan, 1977). Notre approche par la coordination et l’épreuve maintient cependant, par-delà le déplacement, la question quant à la nature de l’épreuve à laquelle est soumise la cérémonie ou le rituel, épreuve qui ne peut être dissoute dans une simple notion de répétition.

7 De fait, Harold Garfinkel présente ses Studies in Ethnomethodology en indiquant que l’ouvrage traite « d’activités pratiques, de circonstances pratiques et de raisonnement sociologique pratique » (Garfinkel, 1967, p. 1).

8 François Héran souligne que Bourdieu, pour exposer sa théorie de l’habitus, recourt bien au schème de commutation cher à la phénoménologie, à savoir le double rejet du mécanisme et de l’intellectualisme. Mais c’est pour rabattre aussitôt la phénoménologie sur l’un des termes de l’alternative et mieux installer, dans la position du troisième terme, sa théorie de la pratique, en faisant très peu de références à la dette à l’égard de Merleau-Ponty (Héran, 1987, p. 403). J’ajouterai que c’est le dernier rejeton de la lignée phénoménologique qui est particulièrement visé en la personne de Sartre, dont l’orientation est plus individualiste que celle de Merleau-Ponty. On voit apparaître clairement la cible dans un texte de Bourdieu et Passeron des années 1960 qui avance : « lorsqu’il pose que cette “unité de responsabilité [...] doit être unité personnelle”, Sartre retrouve la lettre et l’esprit du personnalisme » (Bourdieu et Passeron, 1966).

9 Pour une différenciation des approches de la pratique chez Mauss, voir Thévenot (1994b et 1997b).

10 Héran oppose à la manière qu’a Merleau-Ponty de réélaborer et d’étendre la notion d’habitude, la stratégie de Bourdieu qui réduit l’habitude au mécanique pour mieux promouvoir l’extension proposée sous le doublon latin. Soulignons cependant que l’habitude de Merleau-Ponty n’est pas collectivement alignée comme l’habitus de Bourdieu. L’intérêt de l’article de Héran n’est pas seulement de démêler patiemment les fils de l’écheveau sémantique entourant la notion d’habitude. Par une astucieuse mise en abîme, il applique, dans son travail même sur l’outil conceptuel, une méthodologie centrée sur les usages incorporés et non représentés qu’en font les auteurs examinés. Or le contenu de la notion porte précisément sur ce genre d’usage.

11 Isambert a mis en lumière les points de convergence avec la sociologie de Weber (la visée d’une sociologie compréhensive, l’intérêt pour le type) qui proviennent du rôle d’intermédiaire joué par Schütz (Isambert, 1989).

12 Une coordination faisant référence à ce jugement admissible par un tiers sera tantôt distinguée (ce qui sera notre démarche), tantôt confondue avec un alignement collectif des pratiques sous l’empire de déterminations communes. Ces deux positions peuvent être adoptées alternativement par les mêmes auteurs. Dans son travail sur la typicalité et la perspective phénoménologique (1994), Daniel Cefaï souligne que la « tension entre déterminité et réflexivité » se rencontre aussi bien dans la caractérisation des schèmes d’expérience que des institutions (Cefai, 1994).

13 Parsons remarque que Weber réserve le terme « convention » aux usages (Brauch) intégrés dans un ordre légitime, et il établit un parallèle avec la distinction que fait Sumner entre mores et folkways (Weber, 1978, p. 32).

14 Desrosières a montré que Durkheim avait ultérieurement défait ce lien à l’homme moyen de Quételet (cf. Desrosières, 1993).

15 L’attention à ces différences dans les façons de classer et de généraliser est la conséquence de notre commerce simultané avec la statistique et la sociologie, et notamment de la confrontation entre enquête statistique et enquête monographique. Jean-Claude Passeron a analysé la « force probatoire de l’exemplification » dans le raisonnement sociologique, le « statut logique de « semi-nom propre », de noms communs imparfaits » des termes sociologiques, et l’« indexation mobile sur une série de cas singuliers » (Passeron, 1991, pp. 61, 65).

16 Sur la différence entre jugement statistique et jugement clinique dans le cas des médecins du travail et des médecins soignants, cf. Dodier (1993a).

17 C’est aussi le changement de cadre expérimental qui fait tantôt « découvrir », dans les années 1960 autour d’Edwards et Savage, que les sujets sont « conservateurs », c’est-à-dire qu’ils ne révisent pas leurs croyances devant des événements nouveaux conformément à la loi de révision bayésienne et qu’ils surestiment le poids des probabilités a priori, ou, dans les années 1970 avec Kahneman et Tversky, qu’ils ne le sont pas assez et sous-estiment ce poids (cf. Gigerenzer, 1988).

18 Une étudiante d’économie subissant l’expérience précédente tente, par le raisonnement suivant, de réconcilier a posteriori sa réponse non bayésienne à sa parfaite connaissance de la loi. Elle m’explique que le bon modèle de référence pour répondre à la question posée n’est pas celui de la probabilité d’événements conjugués mais de l’utilité d’un panier de biens. Elle a pensé que l’utilité de Linda, au demeurant faiblement accrue par son emploi de caissière de banque sinon par la rémunération qu’il offre, serait à l’évidence augmentée par son engagement militant. Quelles que soient les réserves que l’on peut émettre sur cette proposition ingénieuse pour rester dans un cadre de raisonnement orthodoxe, on notera que la référence à la fonction d’utilité du personnage, plutôt qu’à la cooccurrence d’événements, oriente bien vers une forme de jugement dont la cohérence est déterminée par les dispositions d’un agent humain principal.

19 Salais et Storper (1993) ont également dessiné une pluralité de mondes de production qui s’inspire de notre différenciation de mondes et de leurs épreuves respectives, ainsi que de la notion de monde possible, tout en développant des aspects nouveaux liés notamment à l’intégration de la production et de l’accès au marché dans les entreprises.

20 Conein va jusqu’à en déduire que « la construction de représentations taxinomiques sociales est donc totalement extérieure aux procédures de compréhension des relations sociales » (cf. Conein, 1994, p. 142), thèse à laquelle je ne souscrirai pas pour les raisons indiquées précédemment.

21 Ce renversement de perspective a quelque analogie avec la démarche de Simon auquel on doit non seulement un souci de l’environnement, qui s’inscrit au demeurant dans une longue lignée de recherches préoccupées par l’adaptation, mais aussi l’intelligence des avantages, pour « prédire le comportement », d’attribuer un but à une entité en la séparant d’un environnement externe (cf. Simon, 1981, p. 9). Il éclaire ainsi les conditions dans lesquelles un réductionniste peut être amené à devenir un « holiste pragmatique » (p. 195) et traite de la rationalité économique comme d’un « artifice adaptatif ». Dans son panorama critique du cognitivisme, Descombes souligne cette habilité de Simon qui n’oppose pas l’artificiel au naturel « comme un royaume à un autre, mais comme un point de vue à un autre » (cf. Descombes, 1995, p. 200).

22 Le travail de Peter Meyers sur la notion de volonté éclaire les limites de cette conception volontaire de l’activité et l’histoire de sa construction (cf. Meyers, 1991).

23 Pour une discussion de la place du plan dans l’action, de l’action située et de la cognition située, cf. Conein et Jacopin (1993, 1994).

24 Comme nous l’avons dit précédemment, le terme d’« agence » caractérise le mode d’engagement et ne doit pas couvrir uniquement les modes d’engagement les plus « actifs » mais aussi ceux qui ne se laissent pas saisir dans l’opposition actif/passif. Voir Pickering (1995), pour des propositions stimulantes sur les « agences matérielles » et une large discussion du traitement des non-humains, y compris de la controverse suscitée par Collins et Yearley (1992) autour de la position de Latour et Callon sur ce sujet.

25 Pour une revue de la littérature sur l’« intelligence distribuée », qui insiste à juste titre sur la tension entre un savoir « situé » et une « habileté à généraliser d’une situation à l’autre », cf. Gasser (1991). On trouvera des acceptions différentes de la notion de distribution, appliquée au savoir, à l’activité ou à l’attention, dans le numéro spécial de Sociologie du travail publié sous la direction de Conein (1994, vol. XXXVI-n° 4). Les recherches de Hutchins (1991) offrent une approche très stimulante de la cognition distribuée et de l’écologie cognitive.

26 Sur la familiarisation avec les choses, cf. Thévenot (1990) et dans l’analyse du travail et des organisations (1992c, 1997a). Karin Knorr-Cetina rapporte des observations convergentes : en raison de la « familiarité avec la chose [en l’occurrence un détecteur de particules] provenant d’une biographie conjointe, [ses réponses] peuvent être “comprises” » (cf. Knorr-Cetina, 1993, chap. 5). Dodier a étudié la mise en valeur publique de ces capacités, dans des arènes d’habileté où sont magnifiées des aptitudes qui dépassent des fonctionnalités (cf. Dodier, 1993b).

27 Dans l’organisation de la navigation qu’il a étudiée, Hutchins insiste sur le fait qu’il n’a rencontré aucune personne impliquée qui soit capable de représenter l’ensemble du processus (cf. Hutchins, 1991, p. 36).

28 Comme Varela, Thompson et Rosch (1991), Bessy et Chateauraynaud (1993, 1995) rapprochent pertinemment des modèles d’intelligence artificielle économes en représentations la critique qu’adresse Merleau-Ponty aux représentations et fonctions symboliques ; ils développent dans le sens de cette critique sa thématique du corps comme « système de prises sur le monde » (cf. Merleau-Ponty, 1989, p. 53) et emploient le vocabulaire de la « prise » pour traiter des repères d’ajustement au monde. Comme les auteurs précédents, ils mettent également en rapport avec Merleau-Ponty l’écologie de la perception de Gibson. Augustin Berque avait d’ailleurs traduit par « prises » les affordances de Gibson, prises écologiques qui, pour le psychologue, restent des invariants inhérents à l’objet (cf. Berque, 1986, p. 144) et s’éloignent en cela de la phénoménologie de la perception de Merleau-Ponty.

29 Conein et Jacopin font exception dans leur analyse de la préparation de l’espace de travail, étudiant l’articulation entre plan et localisation en montrant la façon dont plans et recettes sont déposés dans les lieux où se situe l’activité (cf. Conein et Jacopin, 1993, 1994).

30 De Fomel est ainsi amené à distinguer des affordances selon les cadres d’activité et à s’éloigner de Gibson (cf. de Fornel, 1993).

31 Cette attitude se rencontre dans les travaux cités, parmi les plus intéressants, ceux de Kirsh, de Norman ou encore ceux de Bril et Roux distinguant des groupes sociaux de tailleurs selon leur adresse (cf. Bril et Roux, 1993).

32 Alexander considère que l’analyse par Durkheim de la représentation et de la nomination d’objets externes, idéaux ou matériels, sur la base d’attentes et de traditions, suggère des rapprochements avec la lignée phénoménologique de Husserl (cf. Alexander, 1988, p. 236).

33 On distingue ici les limites du rapprochement avec les affordances de Gibson qui gisent dans le monde indépendamment de l’appropriation par une personne, et du chemin de la familiarisation qui a conduit à déposer des repères pour l’usage dans l’entour de la personne.

34 Dans les lieux de travail, on observe a contrario un équipement favorable à ce détachement qui facilite l’imputation de responsabilité (cf. Thévenot, 1986d).

35 Descombes propose de traduire « environment » par « milieu » plutôt que par « environnement », te mot anglais « environment » ayant pris son sens technique contemporain justement pour rendre le mot français « milieu » (cf. Descombes, 1995, p. 195).

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search