Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des mathématiciens et des guerres

 | 
Antonin Durand
, 
Laurent Mazliak
, 
Rossana Tazzioli

Laurent Schwartz, un mathématicien face aux guerres

Anne-Sandrine Paumier

Texte intégral

1La figure de Laurent Schwartz apparaît comme celle d’un bon témoin pour étudier la vie collective des mathématiques dans la seconde moitié du xxe siècle, c’est-à-dire les différentes manifestations du collectif qui permettent notamment de caractériser la communauté mathématique. Il peut paraître étrange de s’intéresser spécifiquement à un mathématicien pour étudier toute la communauté des mathématiques. Il y a deux raisons à cela. Laurent Schwartz a tout d’abord participé à de nombreux collectifs : il s’est beaucoup investi dans la vie collective des mathématiques en organisant des séminaires ou en créant des comités dont il était un acteur important. Étant un mathématicien reconnu, il a aussi laissé un grand nombre de traces de cette vie collective : les sources sont nombreuses, ainsi que les personnes qui ont parlé de son action, ce qui rend possible une étude de ce point de vue.

De l’engagement d’un mathématicien…

  • 2 Schwartz L., Un mathématicien aux prises avec le siècle, Paris, Odile Jacob, 1997, p. 9. On trouve (...)

2En ouverture de ses mémoires, Laurent Schwartz écrit2 : « Je suis mathématicien, les mathématiques ont rempli ma vie ». Quelques dates permettront de mieux situer son itinéraire. Né en 1915, il a fait ses études à l’École normale supérieure de 1934 à 1939. Il est membre actif du collectif Bourbaki après la guerre. Il obtient la médaille Fields en 1950 pour sa théorie des distributions. Il devient professeur à l’École polytechnique en 1959. Si on le prend au mot, il devient alors intéressant de se concentrer sur son engagement dans les guerres en tant que mathématicien.

  • 3 Schwartz L., Un mathématicien aux prises avec le siècle, op. cit., p. 9.

3Laurent Schwartz écrit aussi : « J’ai passé une grande partie de mon temps à lutter pour les opprimés, pour les droits de l’homme et les droits des peuples3. » À travers ses différents engagements, nous allons donc nous intéresser à l’engagement d’un mathématicien face aux guerres (Algérie ou Vietnam) dans un contexte de guerre froide ou face à des régimes totalitaires ne respectant pas les libertés individuelles.

à l’engagement mathématicien

4Cette question de l’engagement mathématicien peut être précisée : Quelles sont les armes du mathématicien ? Nous regarderons les spécificités éventuelles d’un tel engagement, ses motivations, et les formes qu’il peut prendre.

  • 4 Ibid., p. 35.
  • 5 Pour connaître les détails de l’histoire de Leonid Pliouchtch, de ses engagements et de ses procès (...)
  • 6 Ibid., p. 502.

5On peut constater une évolution d’un engagement à l’intérieur d’un parti, puis proche de partis, ou dans des comités engagés, vers un engagement où la spécificité du mathématicien prend plus de place. C’est en ce sens que nous comprendrons l’engagement mathématicien. Précisons cependant dans quel cadre cela s’insère pour Laurent Schwartz. Ce dernier se place dans un cadre moral tout d’abord, fixé par cette citation de son père : « “Si, dans une circonstance déterminée, tu te trouves seul de ton avis contre tous les autres, essaie de les écouter, car peut-être ils ont raison et tu as tort. Mais si, après avoir réfléchi, tu conserves ton avis tout en restant seul, il faut le dire et le crier très fort.” Cette parole est restée gravée en moi et m’a guidé dans toutes mes activités politiques à l’âge adulte4. » Cette phrase est révélatrice des engagements politiques de Laurent Schwartz. Il a d’abord été proche de certains partis politiques, notamment de la mouvance trotskyste, dont il s’est ensuite détaché. On pourrait parler ensuite de son engagement comme de celui d’un universitaire, mais qui très souvent est spécifiquement celui d’un mathématicien, qui s’exprime au nom d’une communauté mathématique. Voici comment Laurent Schwartz introduit un plaidoyer en faveur de Leonid Pliouchtch, un dissident soviétique qui avait été interné dans un hôpital psychiatrique et dont Laurent Schwartz demandait avec d’autres mathématiciens la libération, ou du moins la possibilité d’avoir un procès juste5 : « Faites attention, les mathématiciens sont très puissants dans le monde. Je vous préviens que, d’ici peu de temps, on parlera de Leonid Pliouchtch dans toutes les capitales du monde6. » L’appel à la puissance des mathématiciens dans le monde montre que Schwartz se réfère à la communauté mathématique dans son ensemble pour essayer d’agir en faveur de Leonid Pliouchtch. Nous allons ici rechercher les traces de l’engagement mathématicien, à travers plusieurs exemples issus de la vie de Schwartz. Ces exemples seront loin de relater toutes ses implications, mais permettront, en les plaçant dans une perspective et un cadre plus général, de dégager quelques aspects de cet engagement mathématicien.

Les sources

  • 7 Seuls deux types de sources – archives et témoignage oral – sont citées ici. Dans le cas de notre (...)

6De nombreuses sources peuvent être exploitées pour parler de cet engagement mathématicien de Schwartz. Tout d’abord, les archives. Schwartz a légué un fonds très riche d’archives à l’École polytechnique, dont un très grand nombre témoignent de son engagement en faveur des droits de l’homme dans une trentaine de pays ; et plus particulièrement au Vietnam et en URSS. Les documents sont des manuscrits mathématiques (cours, exposés), des correspondances, des récits de voyage, ou encore des dossiers constitués de renseignement sur une personne en particulier. À cela s’ajoutent des rencontres avec d’anciens collègues, amis ou élèves de Laurent Schwartz comme Michel Broué qui, outre le témoignage oral qu’il m’a confié, m’a donné accès aux archives du Comité des Mathématiciens, ou encore Alain Guichardet qui m’a livré quelques récits de ses engagements auprès de Laurent Schwartz. De telles rencontres permettent parfois de donner une consistance aux documents écrits7.

Le Comité Audin dans la guerre d’Algérie

  • 8 Il sera réimprimé en 1989, dans une version augmentée d’une première partie proposant un scénario (...)
  • 9 L’Affaire Audin, Préface, p. 54.
  • 10 L’Affaire Audin, p. 31.
  • 11 Ibid., p. 34.

7Le premier exemple est le Comité Audin, qui correspond à un fort engagement de Schwartz pendant la guerre d’Algérie, en son nom de mathématicien. En plein coeur de la guerre d’Algérie, le 11 juin 1957, Maurice Audin, militant du parti communiste algérien et mathématicien de la faculté des sciences d’Alger est arrêté à son domicile. On n’a plus dès lors de nouvelles de lui et il est déclaré disparu le 21 juin 1957. Rapidement, l’opinion française est alertée par sa femme, Josette Audin. On apprendra ensuite qu’il a été torturé, et assassiné par l’un de ses tortionnaires. Un Comité Audin est créé en novembre 1957, notamment autour de Laurent Schwartz et Pierre Vidal-Naquet, qui fait paraître L’Affaire Audin en 1958 aux Editions de Minuit8. On y trouve la trace de l’engagement des universitaires en faveur de leur collègue. Voici ce qu’écrit Laurent Schwartz lorsqu’il en signe la préface : « Dans son discours à la séance de rentrée solennelle de l’Université, le recteur Sarrailh a expliqué que l’Université avait le devoir, non seulement de former des techniciens, mais aussi de former des consciences, et qu’elle était elle-même une conscience. La “révolte” des universitaires à propos d’Audin est l’expression de cette conscience9 ». Pierre Vidal-Naquet précise ensuite comment s’est organisée cette solidarité universitaire en faveur de Maurice Audin. Audin a été érigé en symbole de la lutte contre la torture, même si son statut d’universitaire en faisait un cas assez particulier, tout en permettant une mobilisation particulièrement forte de la communauté enseignante. Pierre Vidal-Naquet l’écrit ainsi : « Il était, enfin, un universitaire, un mathématicien de niveau honorable, dont la thèse venait d’être achevée, sous la direction de Laurent Schwartz, très jeune de surcroît – il avait vingt-cinq ans –, ce qui provoquait des solidarités corporatives, et d’abord celle de ses collègues assistants, dont j’étais10. » Il précise même : « Les mathématiciens, en tout cas, firent preuve d’une belle solidarité et d’une activité qui ne devait pas se démentir pendant et depuis la guerre d’Algérie11. » Les mathématiciens se sont en effet mobilisés, en organisant une soutenance de thèse in abstentia de Maurice Audin. Comme Maurice Audin n’avait pas été déclaré mort par le gouvernement français, il avait le droit de soutenir sa thèse légitimement. Une soutenance de thèse à la Sorbonne fut donc organisée, dont Laurent Schwartz était l’un des rapporteurs, avec Jacques Dixmier. La thèse, intitulée « Sur les équations linéaires dans un espace vectoriel » n’étant pas tout à fait terminée, Schwartz écrivit quelques corrections à cette thèse, et son directeur de thèse, René de Possel, la soutint. L’événement, inédit semble-t-il, a fait venir des mathématiciens, mais aussi beaucoup de monde : journalistes, personnalités… ce qui a permis de faire connaître l’affaire de manière très large. Laurent Schwartz insiste lui aussi sur le rôle spécifique des mathématiciens :

  • 12 Laurent Schwartz, « Commémoration de la thèse de Maurice Audin assassiné pendant la guerre d’Algér (...)

« Les mathématiciens ont été en tête dans la résistance à la guerre d’Algérie. Je crois que cela tient en partie à l’état d’esprit très “pur” des mathématiciens au milieu de tous les autres intellectuels, mais la thèse d’Audin, un acte qui leur revient entièrement, les a complètement lancés dans la bataille12. »

8Au-delà de la réflexion sur les débuts de l’engagement de la communauté mathématique, on remarque que Schwartz situe dans les mathématiques elles-mêmes les origines de l’engagement mathématicien.

9Le rôle de Schwartz dans le Comité Audin permet ainsi de comprendre un peu mieux ce que peut signifier un engagement mathématicien dans une guerre. Cette action et ce Comité inspireront surtout, une vingtaine d’années plus tard, la création du Comité des Mathématiciens, qui fait l’objet d’une partie ultérieure.

Et le Vietnam13 ?

  • 13 On trouvera un exposé plus détaillé sur le Vietnam dans la contribution de Pierre Journoud dans ce (...)
  • 14 On peut trouver de nombreux exemples de ces cours dans les archives Schwartz conservées à l’École (...)

10La lecture des archives et des récits de Laurent Schwartz permet d’observer une continuité dans la relation qu’il entretient avec le Vietnam. On ressent dans les correspondances et récits de voyage son amour pour ce pays. Laurent Schwartz a séjourné à quatre reprises au Vietnam. Seul son premier voyage en 1968 avait un but politique, puisqu’il était invité en tant que membre du Tribunal Russell. Dès ce premier séjour, il a rencontré la communauté mathématique vietnamienne, et est allé voir les écoles, ainsi qu’en témoignent les photos conservées aux archives. Et toutes les autres fois, il a donné des cours14, il est allé à plusieurs reprises à la rencontre des mathématiciens vietnamiens et il en a beaucoup aidé, soit en entretenant avec eux une correspondance mathématique, soit en essayant d’agir pour le respect des droits de l’homme. Tout ceci forme un tout dans les archives, qui mérite d’être étudié comme tel.

Le Comité des Mathématiciens (1973-1985)

  • 15 Un ouvrage très riche : Rheaume C., Sakharov. Science, morale, politique, Laval, Presses de l’Univ (...)

11Tout commence, semble-t-il, par un appel à l’aide lancé par le physicien russe Andrei Sakharov en 1973 pour le mathématicien Chikhanovitch15. Il contacte Laurent Schwartz et Michel Broué, ainsi que Lipman Bers et Henri Cartan. À la suite d’une pétition signée par plus de cinq cents mathématiciens, ces quatre collègues décident en 1974 de créer un Comité international des mathématiciens pour la défense de Chikhanovitch et Pliouchtch. Parmi la liste des mathématiciens dont s’est occupé le Comité au cours de son existence, on se limitera ici à quelques exemples, organisés de manière non chronologique afin d’illustrer cet engagement mathématicien, et revendiqué comme tel.

  • 16 Entretien avec Michel Broué, 12 janvier 2012, ainsi que plusieurs numéros du Bulletin du Comité. S (...)
  • 17 Même si le Comité des mathématiciens s’est beaucoup intéressé à des mathématiciens soviétiques, on (...)
  • 18 Entretien avec Michel Broué, 12 janvier 2012.

12Le Comité des Mathématiciens est créé comme un comité international, mais sa dimension internationale relève surtout de la transmission et de l’échange d’informations. Nous en verrons quelques aspects, mais ferons surtout une description du fonctionnement français du Comité. Les trois fondateurs français, même s’ils sont à l’origine d’une très grande partie de l’action du Comité, ont toujours souhaité représenter la communauté mathématique dans son ensemble, qui s’implique pourtant à un niveau bien moindre. Les assemblées générales ont lieu le samedi après-midi, à l’Institut Henri Poincaré, à la suite du dernier exposé de la première journée du séminaire Bourbaki16. Ce séminaire qui réunit quelquefois dans l’année les mathématiciens à Paris autour d’exposés donnés par des orateurs renommés est un des plus anciens qui existent encore aujourd’hui, alors qu’il avait été créé après-guerre par les membres fondateurs du collectif Bourbaki. Dans les souvenirs de Michel Broué, ces assemblées générales du Comité ne réunissaient pas nécessairement beaucoup de monde, mais quelques membres étaient systématiquement présents – Broué cite notamment Pierre Deligne. Surtout, tous les mathématiciens avaient la possibilité de donner leur avis et d’être régulièrement informés des actions qui étaient faites en leur nom. C’est très certainement une caractéristique importante du Comité des Mathématiciens, qui accorde une grande importance à la diffusion large et régulière d’informations. Le Comité ne s’est pas intéressé uniquement à Chikhanovitch et Pliouchtch ; ainsi que l’on peut le voir dans les archives, d’autres mathématiciens sont venus s’ajouter à la liste17. Et le Comité publie régulièrement un Bulletin, pour donner des informations sur les mathématiciens emprisonnés, sur d’éventuelles améliorations ou au contraire pour insister sur l’urgence de la situation. On y apprend aussi la libération de certains d’entre eux – le témoignage passionné de Michel Broué le conduit même à affirmer que tous été libérés18. On peut aussi lire des revues de presse, comportant des coupures d’articles sélectionnés. Le Bulletin est largement diffusé lors des séminaires Bourbaki. Il est envoyé par la poste à tous ceux qui ont demandé à faire partie du Comité, notamment à ceux qui ont envoyé une souscription, nécessaire aux frais de fonctionnement. Le Bulletin est aussi diffusé à l’étranger, mais de moins en moins largement pour réduire les coûts : rapidement, il n’est plus envoyé qu’à quelques correspondants, qui se chargent de le reproduire. Les premiers numéros sont rédigés en français et en anglais, puis le Bulletin devient plus spécifiquement français.

13Cette double vocation de représenter l’ensemble de la communauté mathématique et de relayer l’information en son sein peut être illustrée par une de ses actions internationales : en 1974, à Vancouver lors du Congrès international des mathématiciens, Lipman Bers et Henri Cartan – avec l’aide logistique et matérielle de Michel Broué, qui est venu au Congrès surtout pour cela – organisent une réunion d’information à laquelle assistent un grand nombre de mathématiciens. Une pétition qui circule pendant le congrès sera signée par plus de neuf cents mathématiciens. Encore une fois, le lieu choisi n’est pas anodin : il se situe en plein cœur de la vie mathématique. Les mathématiciens sont amenés à se prononcer sur la nécessité et leur volonté de continuer et développer le Comité plus largement.

14Deux modes d’action sont privilégiés par le Comité des Mathématiciens : les pétitions et les meetings. De multiples pétitions, dont les premiers mots « nous mathématiciens » désignent les signataires concernés, sont envoyées aux mathématiciens et très suivies. Il y a eu deux grands meetings organisés, l’un pour Leonid Pliouchtch, le 23 octobre 1975, et l’autre appelé « le meeting de libération des Six », le 21 octobre 1976, tous les deux très médiatisés. On touche là la limite de l’action non partisane. On peut ainsi lire dans le Bulletin que les réactions de certains mathématiciens n’étaient pas très enthousiastes à l’idée d’organiser un meeting si politisé. Le Comité s’engagea à être plus attentif à ne pas mêler la politique à son action. Michel Broué ne se souvient pas avoir jamais subi la moindre critique, mais le numéro du Bulletin de décembre 1976 suivant ce meeting le contredit :

  • 19 Il s’agit de la libération de Boukovski, Enriquez, Glouzman, Lopez, Massera et Müller. Il est nota (...)
  • 20 Bulletin no 9 de décembre 1976, p. 5. Archives Michel Broué.

« Le meeting du 21 octobre 1976, sa conception et ses conséquences, ont été très diversement appréciés, au sein du comité des mathématiciens, et parmi les organisations qui l’ont soutenu. Au cours de l’assemblée générale de notre comité, qui s’est tenue – comme de coutume – à l’issue de la première journée du Séminaire Bourbaki, la conclusion a été tirée : le Comité des mathématiciens doit continuer son combat, pour les mathématiciens emprisonnés, et pour les six personnes dont les cas ont été mis en avant19 le 21 octobre. Mais il doit être très attentif à ce que son action ne dévie pas de ses buts, précis, concrets, et délimités : la libération des emprisonnés. Il est regrettable que, par certains côtés, le meeting du 21 octobre ait pu apparaître plus comme un événement politique que comme un meeting de combat pour libérer six hommes, et il faut veiller à ce que ces faiblesses ne se reproduisent pas20. »

15On voit ici une première limite à un engagement purement mathématicien.

Fonctionnement interne du Comité

16Cartan, Schwartz et Broué se réunissaient très souvent, jusqu’à une fois par semaine, à propos du Comité. On voit dans les archives la trace de leur activité : il y a beaucoup de correspondances, et d’échanges d’information à propos des mathématiciens emprisonnés. Le principe de s’occuper d’une seule personne, que Schwartz dit avoir hérité de son expérience du Comité Audin, est aussi celui d’Amnesty, avec qui le Comité aura de nombreux contacts : il est plus facile d’obtenir des renseignements précis si l’on se concentre sur une seule personne. Et l’action symbolique que l’on est capable de réaliser profitera à toutes les autres victimes qui sont dans le même cas. On a souvent reproché au Comité des mathématiciens de ne s’occuper que des mathématiciens, alors que d’autres hommes étaient dans la même situation. Cette objection était pourtant réfutée par l’efficacité du Comité, et par sa légitimité à agir en faveur d’un mathématicien en mobilisant toute la communauté mathématique. On pourrait aussi parler des voyages réalisés, des visites dans les ambassades… autant de moyens pour faire connaître son action, afin d’aboutir à un résultat. Le résultat de ces actions a en tout cas été la libération de la plupart des mathématiciens concernés. Le Comité des Mathématiciens n’a certes pas été le seul à agir, mais sa contribution à cette dynamique est indéniable.

Le Congrès international des mathématiciens, Varsovie 1982 (1983)

17Au sein de ce Comité des Mathématiciens s’est posée la question en 1981-1982 du déroulement du Congrès international des mathématiciens qui devait normalement avoir lieu à Varsovie, en Pologne, alors en état de guerre.

  • 21 Lehto O., Mathematics without borders. A history of the International mathematical union, Springer (...)

18Les débats se focalisent autour de la question des conditions de possibilité d’une communauté mathématique internationale, et plus précisément, d’une rencontre internationale entre mathématiciens. Les opinions individuelles occupent une place très importante sur ces questions, malgré les décisions et textes officiels collectifs. Les différentes réponses apportées traduisent des opinions différentes sur la tenue ou non du congrès, ainsi que par les différents types d’actions qui sont proposés et/ou réalisés. Au fur et à mesure du récit, on voit se dessiner des positions et opinions diverses voire inverses. C’est parce que cela apporte une réponse à la possibilité d’une communauté mathématique internationale qu’il convient de parler d’un engagement mathématicien, davantage que de « politic interferes », ainsi que l’écrit Olli Lehto dans son livre sur l’histoire de l’Union mathématique internationale (UMI)21.

  • 22 Voir par exemple le récit donné dans Smale S., « On the steps of Moscow University », The Mathemat (...)
  • 23 Alexandre Grothendieck s’en explique très longuement dans les numéros de Survivre, revue fondée en (...)
  • 24 Un récapitulatif de ces dates est proposé dans l’ouvrage International Mathematical Congresses, An (...)

19Cette question est d’autant plus importante que les Congrès internationaux des mathématiciens ont été, depuis 1966 au moins, un lieu où des mathématiciens exprimaient leurs opinions politiques ; certains s’en sont servis un peu comme d’une tribune. En 1966, à l’occasion du Congrès de Moscou, on peut voir Steven Smale, Laurent Schwartz et Chandler Davis s’exprimer sur la guerre du Vietnam22 et Alexandre Grothendieck, qui devait y recevoir la médaille Fields, a refusé de venir. En 1970 à Nice, c’est d’ailleurs ce dernier qui a pris la parole pour dénoncer l’interférence des financements militaires dans le financement d’un organisme mathématique23. On peut considérer que la situation, a changé en 1974 à Vancouver. Lipman Bers organise une réunion publique pour parler de ce comité international des mathématiciens. Cette fois ci, il ne se contentait pas de donner une opinion, il voulait savoir s’il y avait une opinion collective, et si l’on pouvait agir au nom des mathématiciens. En 1978, à Helskinki, il y eut aussi des pétitions qui furent signées par beaucoup de mathématiciens. Cette même année, il a été décidé que le prochain congrès devait avoir lieu à Varsovie en Pologne. Mais entre temps, le congrès a été annoncé, les invitations lancées, jusqu’à ce que l’état de guerre soit déclaré en Pologne en décembre 198124.

  • 25 Il est intéressant de comparer la situation à celle du boycott massif des Jeux olympiques de Mosco (...)

20Dès janvier 1982, le gouvernement américain bloque les fonds pour tous les scientifiques qui veulent se rendre en Pologne. Cette première réaction, très rapide, remet en cause la tenue du congrès25. L’UMI, qui décide de la tenue de ce congrès, dépêche trois représentants à Varsovie dès mars 1982 pour évaluer les possibilités d’organisation du congrès. Les Français envoient aussi une délégation en avril 1982 pour juger par eux-mêmes de la situation. Il y a eu d’autres réactions, peut-être plus anecdotiques, comme par exemple un mathématicien qui a proposé, au nom de la Belgique, d’organiser le congrès chez eux. Cette réflexion connaît un énorme retentissement parce qu’elle posait en réalité la question des conditions de possibilité de la tenue d’un congrès mathématique. Finalement, le congrès fut repoussé d’un an et il eut quand même lieu à Varsovie. Les problèmes constatés sont de deux types différents. Tout d’abord, matériels. L’état de guerre, qui nécessite notamment un couvre-feu, paraît incompatible avec la tenue d’un congrès rassemblant autant de personnes. Ce point fait l’unanimité, tous demandent la levée du couvre-feu. Mais il y a aussi un problème de désaccord d’opinion, très souvent mis en avant. Parmi les nombreux Polonais emprisonnés se trouvaient un certain nombre de mathématiciens. Beaucoup de mathématiciens demandent aussi la libération de ces mathématiciens pour que le congrès ait lieu. Face aux incertitudes régnant sur l’évolution de la situation politique du pays, l’UMI décide en avril 1982 de repousser le Congrès en tenant compte notamment des conseils du Comité des mathématiciens, appuyé par la Société mathématique de France.

21Beaucoup de solutions sont proposées, les mathématiciens étant assez divisés ; malgré leur envie quasi-unanime de voir le congrès se tenir, ils n’y sont pas prêts à n’importe quelle condition. Certains proposent l’annulation du Congrès ; d’autres se disent prêts à venir, mais proposent différents types d’action sur place : visite aux mathématiciens emprisonnés, en leur apportant des articles de mathématiques, dédicaces de leurs exposés à ces mêmes mathématiciens, boycott des manifestations officielles pour montrer un désaccord avec le régime.

  • 26 Récit du séjour de la délégation française en avril 1982, archives Michel Broué.

22Les opinions sont donc variées. Les membres de l’UMI qui se sont rendus à Varsovie en avril 1982 rapportent que les organisateurs polonais sont très favorables à la tenue du Congrès. Le régime politique est certes un obstacle, mais ils demandent aux mathématiciens de ne pas pénaliser encore plus les mathématiciens polonais, dont les contacts avec le reste de la communauté mathématique internationale sont difficiles. Selon la délégation française, dont faisaient notamment partie Laurent Schwartz et Alain Guichardet, les autres mathématiciens polonais ont un avis plus mitigé. Ils veulent un vrai Congrès, mais préfèrent que celui-ci n’ait pas lieu s’il doit se transformer en une tribune politique qui le détourne de son sens premier parce qu’« […] il sera difficile de recevoir plusieurs mathématiciens à Varsovie, que beaucoup de mathématiciens risquent de boycotter le Congrès, que d’autres viendront au Congrès avec l’idée d’en faire un instrument politique plus qu’un véritable Congrès. Ces collègues pensent qu’alors un congrès, qui ne serait pas un vrai congrès scientifique regroupant une large partie de la communauté mathématique mondiale et restant à un haut niveau mathématique, risquerait d’être plus dangereux que pas de congrès du tout26 ». Certains mathématiciens proposent, avec des arguments un peu similaires, d’annuler ce Congrès. D’autres enfin, et c’est la position d’Olli Lehto, désirent que le Congrès ait lieu à tout prix, ainsi qu’il le dira à l’occasion du Congrès décalé, qui aura finalement lieu l’été suivant, en 1983 :

  • 27 « As individuals, we may of course have whatever political views we choose, but when it amounts to (...)

« En tant qu’individus, nous pouvons naturellement avoir les opinions politiques de notre choix, mais dès lors qu’il s’agit d’organiser la coopération internationale des mathématiques, alors les aspects politiques devraient être laissés complètement de côté. Notre belle science se doit d’être un lien unificateur entre nous et faire de nous véritablement une grande famille mathématique27. »

23Finalement, la décision de venir ou de ne pas venir a été largement individuelle. La plupart des mathématiciens, quand le congrès a finalement eu lieu l’année suivante, sont venus. La chose s’est révélée plus problématiques dans le cas des Américains qui avaient été privés de financement, ce qui n’avait pas empêché plusieurs d’entre eux de venir, même s’ils étaient moins nombreux que les autres années.

Limites ?

24On observe une limite à cet engagement mathématicien en faveur des droits de l’homme, et donc à une action politique non partisane. Il s’agit précisément du moment où la frontière entre les droits de l’homme et la politique se transforme en une frontière science/opinion, beaucoup plus controversée. La représentativité de toute la communauté mathématique devient alors problématique, comme l’illustre le cas du brillant mathématicien Igor Chafarevitch. Dissident soviétique, proche de Sakharov, et donc de ceux pour qui a œuvré le Comité des Mathématiciens dans les années 1970, Chafarevitch avait publié un livre en 1989, intitulé Russophobia dont les propos avaient été très largement critiqués pour antisémitisme, ce qui lui valut une demande de démission de la National Academy of Science en 1992. Laurent Schwartz fit part de son soutien à la National Academy of Science, de la manière suivante :

  • 28 « It is true that the aims of the Academy are purely scientific and that political problems are ou (...)

« Il est vrai que les objectifs de l’Académie sont purement scientifiques et que les problèmes politiques sont extérieurs à la science. D’une manière générale, presque absolue, on ne doit pas s’aventurer hors de la science dans une académie. Mais l’antisémitisme n’est pas simplement une opinion personnelle : c’est une action, et cette action est l’opposé absolu de toutes les lois morales de l’humanité28. »

25Schwartz va surtout publier une lettre ouverte, signée par de nombreux mathématiciens, regrettant les propos tenus par son collègue. Les mathématiciens Henri Cartan et Jean-Pierre Serre vont très violemment critiquer ces deux actions, en écrivant notamment à la National Academy of Science une lettre dont voici un court extrait :

  • 29 « You are in effect telling him : ‘Here is a moral rule that we stand for. Do you agree with it ? (...)

« Vous lui dites en effet : “voici la règle morale pour laquelle nous luttons. Est-ce que vous y adhérez ? Sinon, nous vous suggérons de démissionner.” C’est un genre de lettre tout à fait nouveau, surtout de la part d’une Académie à un de ses membres. On pourrait la généraliser. Par exemple, on pourrait écrire aux suspects d’athéisme : “Nous nous fions à Dieu, et vous ? Sinon, nous vous suggérons de démissionner.” Aux mauvais mathématiciens : “Les théorèmes faux doivent être corrigés. Êtes-vous d’accord ? Sinon, démissionnez29.” »

  • 30 Archives BCX, Fonds Laurent Schwartz, B.IV.2.3.10.

26Une courte lettre de Jean-Pierre Serre à Laurent Schwartz dénonce l’interférence publique sur des opinions personnelles : « Tu te permets de donner publiquement une leçon de morale à un autre mathématicien. Je trouve cela choquant, et je tenais à te le dire30. » On peut voir ici que les mathématiciens sont plus divisés sur la frontière entre opinion, politique et mathématiques.

Conclusion

27On a pu observer ici quelques aspects de l’engagement mathématicien. Tout d’abord le rapport de cet engagement avec les mathématiques. Il est « pur » comme les mathématiques que font les acteurs sont « pures » : recherche de vérité comme on cherche à mener sa démonstration jusqu’à son terme, volonté de résoudre les problèmes des droits de l’homme parce que tout ce qui n’est pas droit dérange. Ces arguments sont-ils construits ? Les acteurs eux-mêmes semblent n’être pas sûrs d’y croire vraiment… mais trouvent nécessaire de le mentionner néanmoins. Un deuxième point assez récurrent est celui de l’engagement des mathématiciens spécifiquement en faveur d’autres mathématiciens. Des arguments de solidarité plus marquée sont avancés ; cette spécificité est surtout justifiée par les résultats positifs que les actions ont eues. On peut remarquer aussi que les mathématiques semblent assez absentes en tant que telles. C’est peut-être la troisième caractéristique que l’on peut noter. Il est très important de s’intéresser au cas des mathématiciens ; parfois on cherche à présenter leurs mathématiques, mais là n’est pas l’important : les travaux de mathématiques ne sont pas jugés et analysés, ou alors uniquement de manière artificielle. Il faut les mentionner, mais le contenu en lui-même n’est pas si important. La liberté propre aux scientifiques et donc aux mathématiciens permet une décision finale qui est toujours individuelle. Cette tension entre individu et collectif est le quatrième aspect qui est mis en avant ici. C’est principalement de là que proviennent les critiques et limites de l’engagement décrit.

Notes

2 Schwartz L., Un mathématicien aux prises avec le siècle, Paris, Odile Jacob, 1997, p. 9. On trouvera de nombreux autres renseignements sur la vie et l’œuvre de Laurent Schwartz dans ce livre autobiographique, ou bien encore dans le numéro spécial de la Gazette des Mathématiciens qui lui est consacré (« Laurent Schwartz (1915-2002) », Supplément au no 98 de la Gazette des Mathématiciens, Paris, SMF, 2003). Pour ceux qui s’intéressent plus particulièrement à ses publications mathématiques, ses œuvres complètes viennent de paraître (Œuvres scientifiques de Laurent Schwartz, SMF, 2011, en 3 volumes et un cd-rom).

3 Schwartz L., Un mathématicien aux prises avec le siècle, op. cit., p. 9.

4 Ibid., p. 35.

5 Pour connaître les détails de l’histoire de Leonid Pliouchtch, de ses engagements et de ses procès, on pourra consulter notamment L’affaire Pliouchtch, dossier réuni par Mathon T. et Marie J.-J., Paris, Seuil, collection Combats, Paris, 1976. La préface est signée de Michel Broué, Henri Cartan et Laurent Schwartz. Pliouchtch a aussi écrit ses mémoires, Dans le carnaval de l’histoire, Paris, Seuil, 1977.

6 Ibid., p. 502.

7 Seuls deux types de sources – archives et témoignage oral – sont citées ici. Dans le cas de notre étude, elles semblent être les plus riches et les plus pertinentes.

8 Il sera réimprimé en 1989, dans une version augmentée d’une première partie proposant un scénario de la disparition de Maurice Audin, ainsi que d’une troisième partie relatant la suite de l’affaire. Il existe une littérature très abondante autour de « l’affaire Audin ». Nous nous appuyons surtout ici sur le livre de Pierre Vidal-Naquet, qui est lui-même écrit à partir d’articles de presse et de documents de l’époque, ainsi que d’archives du ministère de la justice. Un livre paru en même temps en 1958, La question, d’Henri Alleg, Editions de Minuit, parle plus généralement de la torture pendant la guerre d’Algérie. Pour un panorama plus général de l’engagement des intellectuels en France dans la guerre d’Algérie, on pourra lire La guerre d’Algérie et les intellectuels français de J.-P. Rioux et J.-F. Sirinelli, Bruxelles, Complexe, 1988.

9 L’Affaire Audin, Préface, p. 54.

10 L’Affaire Audin, p. 31.

11 Ibid., p. 34.

12 Laurent Schwartz, « Commémoration de la thèse de Maurice Audin assassiné pendant la guerre d’Algérie », in Gazette des mathématiciens, no 75, janvier 1998, Société Mathématique de France. Schwartz y évoque notamment le contenu mathématique de la thèse d’Audin, démontrant ainsi que l’engagement mathématicien prend également en compte le contenu des recherches mathématiques. Il montre ainsi comment les mathématiques écrites par Audin peuvent l’intéresser dans ses propres recherches.

13 On trouvera un exposé plus détaillé sur le Vietnam dans la contribution de Pierre Journoud dans ce même volume.

14 On peut trouver de nombreux exemples de ces cours dans les archives Schwartz conservées à l’École polytechnique.

15 Un ouvrage très riche : Rheaume C., Sakharov. Science, morale, politique, Laval, Presses de l’Université de Laval, 2004 propose, en étudiant Sakharov, une analyse fine de l’interprétation individuelle de l’engagement d’un scientifique. On y trouve exposé les opinions de Sakharov, scientifique très engagé pour la défense de droits de l’homme en URSS, mais aussi la mise en place, à l’Ouest, de Comités aux États-Unis, en France et au Royaume-Uni, en réponse notamment à ses appels à l’aide concernant les dissidents soviétiques.

16 Entretien avec Michel Broué, 12 janvier 2012, ainsi que plusieurs numéros du Bulletin du Comité. Sur le séminaire Bourbaki, on pourra consulter par exemple la thèse de Liliane Beaulieu, Bourbaki : une histoire du groupe de mathématiciens français et de ses travaux (1934-1944), Université de Montréal, 1989. Les exposés donnés au séminaire ont été numérisés, et se trouvent sur le site Numdam (http://www.numdam.org/).

17 Même si le Comité des mathématiciens s’est beaucoup intéressé à des mathématiciens soviétiques, on retrouve aussi notamment une forte mobilisation en faveur de José Luis Masséra, mathématicien uruguayen ou Sion Assidon, mathématicien marocain, pour n’en citer que quelques-uns.

18 Entretien avec Michel Broué, 12 janvier 2012.

19 Il s’agit de la libération de Boukovski, Enriquez, Glouzman, Lopez, Massera et Müller. Il est notamment mentionné sur le tract de publicité pour ce meeting que Massera est un « mathématicien renommé », ce qui n’est pas le cas des autres.

20 Bulletin no 9 de décembre 1976, p. 5. Archives Michel Broué.

21 Lehto O., Mathematics without borders. A history of the International mathematical union, Springer, 1998.

22 Voir par exemple le récit donné dans Smale S., « On the steps of Moscow University », The Mathematical Intelligencer, vol 6, n° 2, New-York, Springer-Verlag, 1984.

23 Alexandre Grothendieck s’en explique très longuement dans les numéros de Survivre, revue fondée en 1970 et issue du mouvement du même nom. Pour une analyse complète de ce mouvement, on se rapporte au mémoire : Pessis C., « Les années 1968 et la science. Survivre… et Vivre, des mathématiciens critiques à l’origine de l’écologisme », mémoire en sciences sociales, Paris, EHESS, 2008-2009.

24 Un récapitulatif de ces dates est proposé dans l’ouvrage International Mathematical Congresses, An Illustrated History 1893-1986, Springer-Verlag, 1986. Le récit proposé est critiqué par le responsable du Comité organisateur polonais, C. Olech, dans un article « International Mathematical Congresses », The Mathematical Intelligencer, vol. 9, no 2, 1987.

25 Il est intéressant de comparer la situation à celle du boycott massif des Jeux olympiques de Moscou en 1980, suite à l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS.

26 Récit du séjour de la délégation française en avril 1982, archives Michel Broué.

27 « As individuals, we may of course have whatever political views we choose, but when it amounts to organized international cooperation in mathematics, then political aspects should be put aside entirely. Our fine science should be uniting link between us and make us in a true sense one big mathematical family. » Albers D. J., Alexanderson G. L., Reid C., International Mathematical Congresses, An Illustrated History 1893-1986, Springer-Verlag, 1987, p. 43.

28 « It is true that the aims of the Academy are purely scientific and that political problems are outside sciences. As a general rule, almost absolute, one must not go outside science in an academy. But antisemitism is not just a personal opinion : it is an action, and this action is absolutely opposite to all the moral laws of humanity. » Archives BCX, Fonds Laurent Schwartz, B. IV. 2.3.14.

29 « You are in effect telling him : ‘Here is a moral rule that we stand for. Do you agree with it ? If not, we suggest you resign. This is a very new type of letter, especially from an Academy to one of its member. It could be generalized. For instance you could write : to suspected atheists – ‘In God we trust. Do you ? If not, we suggest you resign’ ; to careless mathematicians : ‘Wrong theorems should be corrected. Do you agree ? If not… resign’ ».

30 Archives BCX, Fonds Laurent Schwartz, B.IV.2.3.10.

Auteur

Université Pierre et Marie Curie, Institut de Mathématiques de Jussieu (paumier@math.jussieu.fr). Michel Broué a accepté de me rencontrer, de me livrer ses souvenirs passionnés, et de me confier pour un temps les archives du Comité des mathématiciens. Je l’en remercie, ainsi qu’Alain Guichardet, pour ses conseils et souvenirs, et Olivier Azzola, archiviste de la Bibliothèque de l’École polytechnique. Je remercie enfin David Aubin pour les discussions que nous avons eues sur ce texte, ainsi que ses relectures attentives. Sa thèse porte sur Laurent Schwartz et la vie collective des mathématiques de son temps.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540