Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des mathématiciens et des guerres

 | 
Antonin Durand
, 
Laurent Mazliak
, 
Rossana Tazzioli

Mesurer le coût de la guerre : statistique, expertise et politique en Italie (1915-1925)

Jean-Guy Prevost

Texte intégral

Introduction

1Les années séparant l’entrée en guerre de l’Italie de la stabilisation du régime fasciste en 1925-1926 constituent la décennie la plus mouvementée de l’histoire italienne depuis l’unification du pays. Le soutien à l’intervention italienne et les tâches d’organisation et de planification qu’elle impliquait, le redressement de l’économie et le règlement des dettes de guerre, l’intense activité diplomatique des années 1919-1925, le mouvement de grève et d’occupation des usines de 1919-1921 (le biennio rosso – les « années rouges ») offrirent toutefois à plusieurs statisticiens italiens nombre d’occasions de mettre leurs compétences spécifiques au service de l’État et de s’imposer ainsi à titre d’experts. Ces statisticiens, dont l’étoile montante était Corrado Gini, créateur en 1914 du désormais célèbre coefficient éponyme, avaient publié leurs premiers travaux et commencé à conquérir des positions au sein de l’université italienne au cours de la décennie 1905-1914. À cette période initiale d’accumulation de capital scientifique succède donc une période d’« accumulation primitive » du capital bureaucratique, au cours de laquelle les réalisations ad hoc des statisticiens de la nouvelle génération les amène à se mouvoir dans les milieux politiques et de l’administration publique et à s’y distinguer d’une manière qui ne pouvait leur être que favorable. Le tableau qui suit résume les affectations de ces statisticiens au cours de la guerre (on y notera la présence d’Alberto De Stefani, mieux connu à titre d’économiste et premier ministre des Finances de Mussolini, mais qui avait travaillé aux côtés de Gini au début des années 1910).

Bureau

Statisticiens

Matières

Sous-secrétariat Armes et munitions (Bureau de statistique)

Corrado Gini (chef) Luigi Galvani

Mobilisation industrielle

Bureau historiographique de la mobilisation (section statistico-économique)

Corrado Gini (chef) Alberto De Stefani
Gaetano Zingali Livio Livi/Marcello Boldrini

Bétail Législation économique/financière Services logistiques Mortalité

Comité interministériel pour la restructuration des industries de guerre

Luigi Galvani

Démobilisation industrielle

Ministère de la Guerre (Direction générale de la santé militaire – Bureau de statistique sanitaire)

Corrado Gini

Normes pour les enquêtes de statistique sanitaire

Provital (Bureau de distribution des céréales, Bureau d’études et de statistique)

Gaetano Pietra

Approvisionnements alimentaires et commerciaux

Comité scientifique interallié pour le ravitaillement

Corrado Gini, Felice Vinci, Gaetano Pietra, Livio Livi, Marcello Boldrini

Besoins alimentaires

Commandement suprême de l’armée

Giorgio Mortara

Crimes et justice militaire État psychologique des soldats Pertes militaires

Tableau 1 : Les statisticiens italiens et l’effort de guerre.

2Cette participation des statisticiens aux débats qui secouent l’Italie se poursuit dans les années d’après-guerre, comme on peut le voir dans le tableau 2. La situation particulière dans laquelle se trouve l’Italie au sortir de la guerre, celle d’une « puissance victorieuse » dont les prétentions territoriales n’étaient pas satisfaites et dont la situation économique était désastreuse, donne par ailleurs à l’ensemble de ces travaux « scientifico-bureaucratiques » une dimension politique marquée par les préférences « nationalistes » des intéressés. Pour obtenir son intervention militaire, la Grande-Bretagne, la France et la Russie, dans un traité secret signé à Londres le 26 avril 1915, avaient en effet promis à l’Italie divers territoires, notamment le Trentin, le Haut-Adige, des portions de la côte dalmate et l’Istrie. Le refus des puissances victorieuses (parmi lesquelles il fallait maintenant compter les États-Unis favorables au principe des nationalités) de donner suite aux revendications territoriales concernant la côte dalmate et notamment la ville de Fiume allaient placer le gouvernement italien dans une situation particulièrement délicate et peser lourdement sur la suite des choses. Pour les Gini, Mortara, Pietra ou Savorgnan, l’intervention militaire, la défense des revendications territoriales et, plus généralement, des positions patriotiques italiennes constituaient des choix logiques et les travaux produits par eux dans ce contexte illustrent clairement la fusion accélérée qui s’opère alors entre un savoir technique et scientifique dont ils ont eux-mêmes contribué à définir les normes, une pratique politico-administrative qui permet de transformer ce savoir en argument visant à soutenir une action et leurs propres convictions politiques.

Commission/conférence, etc.

Statisticiens

Commission sur les problèmes de l’après-guerre (1918-1919)

Corrado Gini
Rodolfo Benini
Lanfranco Maroi

Commission sur l’impôt extraordinaire
sur le patrimoine (1919)

Rodolfo Benini
Corrado Gini

Commission sur la réforme fiscale (1920-1921)

Corrado Gini Rodolfo Benini

Délégation technique italienne
sur le traité de paix (1919)

Costantino Bresciani-Turroni

Délégation italienne auprès de la Commission des réparations (1920)

Costantino Bresciani-Turroni

Commission pour le règlement de la dette publique autrichienne (1921)

Franco Savorgnan

Commission d’enquête sur l’industrie (1922)

Corrado Gini
Giorgio Mortara
Alberto Beneduce

Commission d’enquête sur la débâcle des grandes banques (ca. 1922)

Giorgio Mortara

Délégations à des conférences internationales :
Atlantic City (commerciale/financière [1919])
Parigi (paix [1919])
Bruxelles (financière [1920])
Ginevra (travail [1921])
Genova (économique [1922])

Gaetano Pietra
Riccardo Bachi
Alberto Beneduce
Rodolfo Benini
Corrado Gini

Délégation italienne pour le règlement des dettes envers l’Amérique (1925)

Corrado Gini (chef des experts) Gaetano Pietra, Giorgio Mortara, Livio Livi, Rodolfo Benini, Lanfranco Maroi, Marcello Boldrini, Gaetano Zingali, Francesco Coppola d’Anna, Franco Savorgnan

Tableau 2 : Les statisticiens italiens et l’après-guerre

3On peut commodément résumer l’ensemble de ces interventions sous la catégorie générale de « débat sur le coût de la guerre ». Nombreuses furent en effet les contributions des statisticiens italiens, mais aussi de leurs collègues économistes, sur ce thème. Mais il importe de prendre la mesure de cet ensemble complexe et diffus de rapports, d’enquêtes, d’articles scientifiques, de pamphlets, de polémiques, de participation à des commissions ou délégations, qui accompagne les soubresauts politiques et économiques de la décennie, qui leur fait écho en même temps qu’il en offre une rationalisation. À ce que l’on désignera comme le débat sur le coût de la guerre proprement dit, c’est-à-dire la tentative d’établir une comptabilité raisonnée visant à faire émerger un chiffre global, on doit ajouter en effet le tableau beaucoup plus large des coûts de la guerre, par quoi l’on désignera l’évaluation de l’importance et des effets des pertes humaines, civiles et militaires, celle de la position relative de l’Italie, au sortir de la guerre, en matière de gains territoriaux et d’accès aux matières premières, celle de la situation économique interne en matières de revenus et de salaires industriels. Sur le plan pratique, ces travaux et débats culmineront dans les négociations pour le règlement des dettes de guerre, pour la préparation desquelles les statisticiens italiens se mobiliseront de manière exemplaire, scellant du coup leur ralliement à la dictature qui se met en place.

Comment mesurer le coût de la guerre ?

4Le débat sur le coût de la guerre en Italie commença pour ainsi dire avec l’entrée en guerre, portant notamment sur la manière de financer celle-ci. L’une des premières interventions sur ce sujet est due au statisticien Filippo Virgilii, alors professeur à Sienne. Selon lui, cinq éléments devaient être pris en compte dans le calcul du coût de la guerre, soient :

  • les coûts directs de l’armée et de ses équipements ;

  • la stagnation de la production induite par l’état de guerre ;

  • la paralysie du commerce international en résultant ;

  • la perte des navires militaires et marchands ;

    • 2 Virgilii F., Il costo della guerra : spese e perdite e mezzi per fronteggiarle, Milan, Fratelli Tre (...)

    et la valeur du parc immobilier détruit ou endommagé, des pertes en récoltes et en capital humain2.

5Une variante de cette approche fut mise de l’avant par le juriste Angelo Mariotti en 1916. Pour ce dernier, la décomposition du coût de la guerre devait plutôt s’établir comme suit :

  • les pertes résultant de la destruction du capital humain et matériel ;

  • les pertes ou changements dans la distribution du revenu, dont :

  1. la restriction de la production ;

  2. la croissance des dépenses publiques et la perte d’épargnes ;

  3. les pertes dues à la croissance des taux d’intérêt ;

  4. les dépenses militaires supplémentaires par rapport à l’état de paix ;

    • 3 Mariotti A., « Gli elementi di valutazione economica del costo della guerra », Diritto e Giurisprud (...)

    la paralysie du commerce international et la désorganisation du crédit en résultant3.

6On voit déjà s’esquisser ici la distinction entre « coût financier » et « coût économique », qui sera formalisée peu après par Federico Chessa, un économiste-statisticien de Sassari. Selon lui, on doit en effet distinguer entre le premier, au sein duquel il classe :

  • les dépenses militaires et extramilitaires ;

  • les services médicaux aux blessés ;

  • les pensions aux invalides et aux familles des soldats morts ; et le second, qui se décompose entre :

  • la richesse préexistante détruite par la guerre ;

  • le capital humain partiellement ou complètement détruit ;

  • la richesse qui aurait été produite par les militaires s’ils étaient demeurés dans leur occupation antérieure ;

    • 4 Chessa F., Costo economico e costo finanziario della guerra, Rome, Athenaeum, 1920, p. 104.

    la richesse qui n’a pas été produite par les capitaux échangés contre des fournitures militaires4.

7Mais les termes dans lesquels est discuté le problème sont radicalement changés lorsque Corrado Gini intervient à son tour. Pour ce dernier, le coût de la guerre se décompose plutôt en :

  • dommages subis par l’État (qui correspondent au coût financier) ;

  • dommages subis par les individus (qui correspondent au coût économique) ;

  • et dommages subis par la Nation (qui représentent le coût « démographique », i.e. l’effet des pertes humaines sur la structure par sexe et par âge de la population).

  • 5 Gini C., « Il costo della guerra », in Problemi sociologici della guerra, Bologne, Zanichelli, 1921 (...)

8Surtout, Gini définit ce que n’est pas le coût total de la guerre. Selon lui, il est faux de prétendre que le coût total de la guerre correspond à la différence entre la richesse nationale théorique (ce qu’elle aurait été en l’absence de guerre) et la richesse nationale existante (telle qu’elle existe une fois la guerre conclue). Le coût total de la guerre correspond plutôt à la différence entre le montant de la richesse nationale existant avant la guerre et celui de la richesse nationale tel qu’il s’établit après la guerre. En d’autres termes, le coût total de la guerre résulte non pas de la comparaison entre un état réel (la richesse nationale avant la guerre) et un état purement hypothétique (la richesse nationale résultant d’une hypothèse de croissance en l’absence de guerre), mais bien d’une comparaison entre deux états réels5.

9Cette façon de poser le problème a trois conséquences :

  • d’abord, le problème est redéfini en termes statistiques plutôt qu’économiques (il s’agit d’établir un inventaire plutôt que d’évaluer le « coût d’opportunité ») ;

  • ainsi mesuré, le coût total de la guerre sera nettement moins élevé que s’il l’avait été dans les termes des économistes ;

  • elle renvoie à une explication plus globale dans laquelle la guerre apparaît comme un phénomène inévitable.

10Surtout, tandis que la définition du coût de la guerre dans les termes des économistes (coûts d’opportunité ou de renonciation) conduit à voir dans celle-ci un énorme gaspillage de ressources et cautionne a posteriori le refus d’intervenir, la définition mise de l’avant par Gini, qui a pour a priori le caractère inéluctable de la guerre, convient bien à ceux qui ont fait au contraire le choix d’y participer.

  • 6 Gini C., A Comparison of Wealth and National Income of Several Important Nations (Italy, France, Be (...)

11Les deux graphiques suivants, préparés à l’occasion des négociations sur le règlement de la dette de guerre à l’endroit des États-Unis, illustrent cette méthode et conduisent à estimer le coût total de la guerre à un peu plus de 7 milliards de dollars. Comme on le voit, suivant les calculs de Gini, la guerre fut particulièrement coûteuse pour l’Italie et la France, mais fut payante pour la Grande-Bretagne et les États-Unis6.

Graphique 1 : La richesse nationale de certains pays en 1914 et en 1925.

Graphique 2 : Revenu per capita moyen pour divers belligérants avant et après la guerre.

Chiffrer la guerre et ses morts

  • 7 Mortara G., « Dati comparativi sullo sforzo militare dell’Italia, della Francia e del Regno Unito » (...)
  • 8 Livi L., The Effects of War on the Population of Italy, Rome, Provviderato generale dello Stato, 19 (...)

12Un problème apparemment plus simple que celui d’établir le coût total de la guerre, soit l’évaluation de pertes humaines, civiles et militaires, dues à la guerre, se heurtait lui-même à un certain nombre de difficultés. Parmi celles-ci, mentionnons le problème de la compilation des pertes militaires au front et dans les camps de prisonniers, auquel s’attaqua le statisticien Giorgio Mortara, attaché à l’état-major de l’armée. La détermination de la surmortalité des civils pendant la guerre (par rapport à la situation d’avant-guerre) était par ailleurs un problème particulièrement délicat, qu’il fallait tenir compte de deux événements mortifères contemporains de grande ampleur, soit le séisme de 1915 dans les Abruzzes et l’épidémie de grippe espagnole de 1918. Dans le mémoire élaboré par Mortara dans le cadre de ses fonctions auprès du commandement suprême, puis présenté lors d’une réunion interalliée à Versailles fin 1918, celui-ci cherchait toutefois à évaluer, chiffres à l’appui, l’importance de l’effort militaire italien en regard de celui des autres pays alliés. Ce travail, dont la dimension proprement politique est évidente, peut être décrit comme la mise en forme statistique de l’argument qui se retrouvera bientôt au cœur du discours nationaliste sur la « victoire mutilée ». Confrontant les effectifs et pertes militaires à la composition par âge et par sexe et à la proportion des personnes économiquement inactives pour chacune des populations respectives, Mortara concluait à une supériorité indiscutable de la contribution italienne, compte tenu du poids de cette dernière variable (pour 1 000 adultes mâles, le taux d’enfants de moins de 15 ans était de 331 pour l’Italie contre 238 pour la France et 175 pour le Royaume-Uni), auquel s’ajoutaient la pauvreté et l’absence de colonies (d’où les deux derniers pays avaient pu tirer une « armée » de travailleurs)7. Le graphique suivant, tiré d’une monographie préparée par Livio Livi, en vue, également, des discussions sur le règlement de la dette, offre une image particulièrement parlante des données portant sur les morts civiles8.

Graphique 3 : Surmortalité de la population civile durant la Grande Guerre.

La question des terres irrédentes et des gains coloniaux

  • 9 Giusti U., Annuario statistico delle Città italiane : Anno VI, 1915-1916, Florence, Alfani e Ventur (...)
  • 10 Savorgnan F., « La question yougo-slave », Scientia, 21, 1917 et Savorgnan F., Demografia di guerra (...)
  • 11 Coletti F., I Nostri Irredenti, Milan, Unione generale degli insegnanti italiani, 1918.
  • 12 Livi L., « L’economia della regione giulia nel 1925 », Bollettino dell’Istituto statistico-economic (...)

13L’insatisfaction des nationalistes italiens quant au règlement territorial intervenu au lendemain de la guerre donna également lieu à plusieurs travaux visant à affirmer l’« italianité » des terres demeurées sous contrôle autrichien ou slave. Parmi ces travaux cherchant à mesurer la proportion de population « italienne » dans les territoires revendiqués, l’importance de l’italianisation des populations slaves (considéré comme indice de « supériorité civilisationnelle » et donc argument favorable à l’annexion), mentionnons ceux d’Ugo Giusti9, de Franco Savorgnan10, de Francesco Coletti11 et de Livio Livi12. La question de la « pauvreté » économique des territoires obtenus à la suite du Traité de Versailles et celle de l’absence de gains coloniaux pour y compenser furent pour leur part examinées par Savorgnan dans The Territorial Results of Peace and Italy, monographie également préparée en vue de la conférence sur le règlement de la dette.

Le débat sur les matières premières

  • 13 Gini C., « L’Enquête de la Société des Nations sur la question des matières premières et des denrée (...)

14Une enquête sur les matières premières, menée pour le compte de la Société des nations, fut réalisée sous la direction de Gini, à la demande des pays dépourvus de matières premières et contre l’avis initial des pays anglo-saxons. Son rapport offrait un examen d’ensemble des problèmes reliés à la répartition des matières premières et des denrées alimentaires, ainsi qu’aux obstacles de natures diverses (restrictions commerciales, monopoles, instabilité des changes) touchant à leur distribution. Le problème central que soulevait le rapport de Gini était celui de la difficulté d’assurer des échanges économiques libres et pacifiques – notamment en ce qui concerne les matières premières dont le caractère stratégique tient à la position qu’elles occupent dans le processus de production – en l’absence d’une autorité internationale dotée de pouvoirs coercitifs. Bien que son auteur invoquât « l’exclusion de toute préoccupation politique » en même temps que « cette liberté de pensée qui est indispensable à tout expert dans l’accomplissement de sa tâche »13, le contenu même du rapport présentait une analyse de la situation qui confortait les revendications italiennes et, recourant à la distinction courante entre « pays pauvres » et « pays riches », offrait une traduction euphémique de la dichotomie « nations prolétaires/nations ploutocratiques », alors popularisée par les nationalistes et les fascistes italiens.

  • 14 D’Einaudi, voir « L’incubo delle materie prime », Corriere della Sera, 12 août 1919 ; « Materie pri (...)

15En marge du rapport se déroula dans les journaux italiens un débat illustrant l’écart, sinon l’opposition entre économistes et statisticiens dans l’examen d’un tel problème. Tandis que Gini offrait une définition relativement précise du concept de matière première (elle est « un bien entièrement consommé dans l’acte de production »), l’économiste Luigi Einaudi, alors l’une des figures dominantes de sa discipline et commentateur très lu, refusait cette définition, arguant que n’importe quoi, à commencer par la beauté des paysages italiens, pouvait être considéré comme une matière première. Tandis que Gini posait l’existence d’un problème aigu de distribution des matières premières au lendemain de la guerre, Einaudi et le marginaliste Alfonso de Pietri Tonelli n’y voyaient qu’une « obsession », lui opposant un « problème de production », dont tout le reste dépendait14. En termes nettement plus politiques – et étrangement actuels en regard de la globalisation récente des échanges économiques, Gini insistait pour sa part sur la contradiction entre l’interdépendance économique des nations et leur indépendance politique.

Graphique 4 : Le désavantage comparatif de l’Italie en matières premières : nombre moyen per capita de kilos de charbon en 1924.

Le débat sur l’évolution des salaires industriels

  • 15 Gini C., « Sul livello dei salari reali nel dopo-guerra in Italia in confronto al loro livello preb (...)

16Un autre sujet sur lequel se sont penchés certains statisticiens italiens au lendemain de la guerre est celui de l’évolution des salaires industriels. Les travaux les plus importants à cet égard furent réalisés par Giorgio Mortara et Corrado Gini15. Sans entrer ici dans le détail des controverses, mentionnons, parmi les problèmes qui firent l’objet d’une attention particulière de la part des statisticiens :

  • la mesure du revenu réel, compte tenu des différences entre les salaires calculés sur une base annuelle et les taux des salaires horaires ;

  • l’évaluation des effets des grèves et de l’octroi de la journée de 8 heures sur les salaires annuels ;

  • la question de la distinction entre salaires nominaux et salaires réels, en raison de la hausse du coût de la vie ;

  • en l’absence de données suffisantes, la validité de l’équivalence entre la hausse du prix des aliments et celle du coût de la vie ;

  • le problème du choix des dates marquant le début et surtout la fin de période à prendre en considération.

Le règlement des dettes de guerre

17Une autre question économique majeure de cette période était celle des dettes de guerre. Les documents préparés, à la demande du ministère des Finances et à l’intention de la délégation technique dirigée par Gini et chargée de défendre les intérêts italiens devant la World War Foreign Debt Funding Commission constituent à cet égard une sorte d’effort collectif auquel participèrent la plupart des membres éminents du champ. Comme l’indiquent les titres des monographies préparées à cette occasion, le terrain couvert est passablement plus large que celui des dettes proprement dites, allant des pertes humaines et matérielles subies durant la guerre au fardeau fiscal en passant par le commerce extérieur et l’émigration. S’appuyant à plusieurs reprises sur les travaux produits par les auteurs dans la décennie précédente, l’ensemble des monographies offre une image extrêmement cohérente du milieu statistique. Sur le plan de la forme, la langue utilisée est simple, la dimension technique réduite au minimum, l’argumentation constamment illustrée par des tableaux et surtout des graphiques particulièrement frappants : on en trouve plus d’une quarantaine, iconographie étant sans doute le terme à employer ici, comme on peut le voir dans les deux représentations suivantes, portant respectivement sur les pertes militaires et le rapport entre l’impôt et le revenu après déduction d’un minimum de subsistance. En fait, la confiance dans la vertu persuasive de cette iconographie semble avoir commandé leur réunion et leur publication dans une brochure séparée (destinée, on imagine, à ceux des « décideurs » qui n’auraient ni l’envie ni le temps de supputer les monographies), intitulée Graphics showing several aspects of Italian conditions and of the international economic situation.

  • 16 Une synthèse des documents a été publiée sous le titre : Italy’s capacity to pay : a recapitulation (...)

18Sur le fond, les arguments visant à démontrer la situation extrêmement difficile de l’Italie ainsi que l’injustice dont, en dépit de sa contribution plus que proportionnelle à l’effort allié, elle a été victime dans le règlement de l’après-guerre convergent de manière compacte, comme l’illustre le résumé final16. Le graphique ci-dessous illustre par exemple la situation de dépendance dans laquelle s’est trouvée placée l’Italie de 1914 à 1925, en raison de son déficit en matières premières. Les professeurs de statistique en bonne et due forme dominent nettement parmi les auteurs : dix des brochures leur sont redevables, contre huit dues à des fonctionnaires et seulement deux écrites par un auteur identifié à une autre discipline (Gino Borgatta, spécialiste de finances publiques).

Graphique 5 : Valeur réelle et prix du charbon acheté par l’Italie de 1914 à 1915.

Conclusion

19La décennie 1915-1925 fut marquée en Italie par la guerre, suivie du chaos des « années rouges », puis de la marche sur Rome par les fascistes en 1922 et la consolidation de la dictature à partir de 1925. Sur le plan économique, ce fut une période d’inflation, puis de restauration financière, suivie par une crise de la devise et enfin un rétablissement consécutif au règlement de la dette. Au cours de cette décennie, les statisticiens italiens commencèrent par mettre leur expertise au service de la reconstruction pour éventuellement se rallier à la dictature et contribuer à son premier grand succès diplomatique (le règlement de la dette). Plus généralement, la participation des statisticiens à l’organisation de l’économie de guerre et aux diverses commissions et délégations liées à la reconstruction confirmait tout à la fois leur préférence pour une intervention étatique vigoureuse dans l’économie et le rôle que pouvait jouer la statistique dans la prise de décision à cet égard. Il est parfois malaisé, dans le contexte chaotique de la première moitié des années 1920, de distinguer entre statisticiens plutôt « nationalistes » et économistes plutôt « libéristes », tant les uns et les autres partagent leur déception devant le sort qui échoit à l’Italie au lendemain de la guerre, leur pessimisme quant à la possibilité d’établir un commerce international à l’abri des cartels et des monopoles, leur hostilité à l’endroit de tout ce qui pouvait évoquer le socialisme et leur satisfaction devant le rétablissement de l’ordre opéré par le fascisme en 1922. Il n’en demeure pas moins que, même durant cette période, on observe une nette différence entre deux « états d’esprits ». L’un, d’orientation technocratique et disposé à mettre ses compétences au service de l’autorité politique, l’autre généralement suspicieux à l’endroit de l’intervention administrative dans la vie économique et par là disponible pour certaines formes de dissidence, ou du moins de restriction mentale.

Notes

2 Virgilii F., Il costo della guerra : spese e perdite e mezzi per fronteggiarle, Milan, Fratelli Treves, 1916, cité in Ballela G., « Rassegne bibliografiche della guerra. IV. Il costo economico della guerra », Archivio storico italiano, 46/2 : 3-4 (1918), p. 206.

3 Mariotti A., « Gli elementi di valutazione economica del costo della guerra », Diritto e Giurisprudenza, Part I, 31 (1916), p. 315-316.

4 Chessa F., Costo economico e costo finanziario della guerra, Rome, Athenaeum, 1920, p. 104.

5 Gini C., « Il costo della guerra », in Problemi sociologici della guerra, Bologne, Zanichelli, 1921, p. 175-231.

6 Gini C., A Comparison of Wealth and National Income of Several Important Nations (Italy, France, Belgium, United Kingdom and the United States, Rome, Provviderato generale dello Stato, 1925.

7 Mortara G., « Dati comparativi sullo sforzo militare dell’Italia, della Francia e del Regno Unito », publié en appendice à Prospettive economiche, 1921, puis à nouveau dans La salute pubblica in Italia durante e dopo la guerra, Bari-New Haven, Gius, Laterza & Figli-Yale University Press, 1925.

8 Livi L., The Effects of War on the Population of Italy, Rome, Provviderato generale dello Stato, 1925.

9 Giusti U., Annuario statistico delle Città italiane : Anno VI, 1915-1916, Florence, Alfani e Venturi, 1916.

10 Savorgnan F., « La question yougo-slave », Scientia, 21, 1917 et Savorgnan F., Demografia di guerra e altri saggi, Bologna, Zanichelli, 1921.

11 Coletti F., I Nostri Irredenti, Milan, Unione generale degli insegnanti italiani, 1918.

12 Livi L., « L’economia della regione giulia nel 1925 », Bollettino dell’Istituto statistico-economico, 1 :1-2, p. 3-29, et 1 :3-4, 1925, p. 39-86.

13 Gini C., « L’Enquête de la Société des Nations sur la question des matières premières et des denrées alimentaires », Metron, vol. II, n ° 1-2, 1922, p. 12.

14 D’Einaudi, voir « L’incubo delle materie prime », Corriere della Sera, 12 août 1919 ; « Materie prime e cambi », 22 avril 1922 ; « Il problema delle materie prime », 4 mai 1922, reproduits in Cronache economiche e politiche di un trentennio, 1983-1925, vol. 5 et 6, Turin, Einaudi, 1964. Voir également Tonelli A., « Esiste una questione delle materie prime ? », Il Sole, 30 septembre 1921.

15 Gini C., « Sul livello dei salari reali nel dopo-guerra in Italia in confronto al loro livello prebellico », Rivista di politica economica, 13 (1923), p. 357-84 ; Mortara G., « Sulle variazioni dei salari nell’industria italiana dal 1913 al 1922 », Rassegna della Previdenza Sociale, 10, 1923.

16 Une synthèse des documents a été publiée sous le titre : Italy’s capacity to pay : a recapitulation of statistical documents submitted by the Italian delegation to the World War Foreign Debt Funding Commission, Rome, Provveditorato generale dello Stato, 1925.

Table des illustrations

Légende Graphique 1 : La richesse nationale de certains pays en 1914 et en 1925.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30181/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Graphique 2 : Revenu per capita moyen pour divers belligérants avant et après la guerre.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30181/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Graphique 3 : Surmortalité de la population civile durant la Grande Guerre.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30181/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Graphique 4 : Le désavantage comparatif de l’Italie en matières premières : nombre moyen per capita de kilos de charbon en 1924.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30181/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Graphique 5 : Valeur réelle et prix du charbon acheté par l’Italie de 1914 à 1915.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30181/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

Auteur

Professeur au département de sciences politiques de l’Université du Québec à Montréal. Il est spécialiste d’histoire des idées politiques et de socio-politique des sciences, notamment dans l’Italie libérale et fasciste.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540