Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des mathématiciens et des guerres

 | 
Antonin Durand
, 
Laurent Mazliak
, 
Rossana Tazzioli

Paul Painlevé et la guerre (1908-1933). Science poliade et défense nationale

Anne-Laure Anizan

Texte intégral

Introduction

  • 2 Gispert H., « Painlevé mathématicien, abstraction versus réalité ? », in Fontanon C. et Frank R., P (...)
  • 3 « Sur les lignes singulières des fonctions analytiques », dirigée par Émile Picard, soutenue en 188 (...)

1Chronologiquement, Paul Painlevé a d’abord été un mathématicien2. Cet élève de l’École normale supérieure soutient en 1887 une thèse de mathématiques3. Dès ses premières années de recherche, il reçoit des prix décernés par l’Académie des sciences où il est admis très jeune, à 37 ans, en 1900. Painlevé est un chercheur renommé et un professeur : dès l’obtention de son doctorat, il enseigne, d’abord à la faculté des sciences de Lille, puis à la faculté des sciences de Paris, à l’École normale supérieure, à l’École polytechnique et à l’École supérieure d’aéronautique (cf. annexe 1).

  • 4 Anizan A.-L, Paul Painlevé. Science et politique de la Belle Époque aux années Trente, Rennes, Pres (...)

2En 1910, à 47 ans, il débute une seconde carrière, politique cette fois4. Député sans interruption de 1910 à sa mort en 1933, il est quatorze fois ministre et trois fois président du Conseil. Dès son élection à la Chambre, le mathématicien se spécialise dans les questions militaires. Il est nommé dans des commissions parlementaires traitant des questions de défense et, douze fois sur quatorze, il est ministre de la Guerre ou de l’Air à commencer en 1917 et pour finir en 1932 (cf. annexe 2).

3Quel rôle le fait d’être un mathématicien a-t-il joué dans cette spécialisation militaire de l’homme politique ?

La Belle Epoque : la défense de la République, un moteur de l’engagement civique et politique

Les convictions du jeune mathématicien, une sensibilité humaniste et pacifiste

4Personnellement, Painlevé n’a aucune expérience de l’armée. Lorsqu’il est reçu au concours de l’École normale supérieure en 1883, il est dispensé du service militaire et ce comme tous les ulmiens jusqu’en 1889. Par ailleurs, il est issu d’une famille profondément républicaine se méfiant du nationalisme et plus encore du militarisme. En 1886-1887, lorsqu’il séjourne en Allemagne pour préparer sa thèse, à l’université de Göttingen, à l’époque de l’affaire Schnæbelé, il est outré de la vague antifrançaise qui déferle sur l’Empire, inquiet aussi par les démonstrations de force de l’armée allemande. Peu de temps après, revenu en France à l’époque du boulangisme, le jeune adulte se dit choqué par l’air martial qui règne cette fois en France.

5Pour autant, Painlevé ne s’engage pas dans le camp de ceux qui se disent internationalistes et pacifistes, autrement dit les socialistes. L’affaire Dreyfus marque un tournant, une première confrontation avec l’armée et le début de l’engagement.

L’affaire Dreyfus, une première confrontation avec l’armée, le début de l’engagement

  • 5 Duclert V., « Paul Painlevé et l’Affaire Dreyfus. L’engagement singulier d’un savant », in Fontanon(...)

6Painlevé n’a pas été un dreyfusard de la première heure5. C’est uniquement lorsqu’il se trouve bien involontairement impliqué dans la procédure judicaire qu’il adopte le parti de Dreyfus. Il avait été chargé d’expliquer à son ami le mathématicien Jacques Hadamard, petit-cousin par alliance de Dreyfus, qu’en raison de cette parenté il n’avait aucune chance d’obtenir le poste de répétiteur à l’École polytechnique qu’il convoitait. Hadamard lui avait rétorqué qu’il connaissait bien peu Dreyfus, qu’il ne lui était pas sympathique, mais qu’au demeurant il ne le croyait pas coupable. Comme cette conversation avait été falsifiée pour être utilisée par les accusateurs de Dreyfus, Painlevé avait pris conscience des faiblesses de l’acte d’accusation. Il devenait dreyfusard. Il rejoint alors d’autres savants également engagés en faveur de Dreyfus, notamment ses amis les mathématiciens Paul Appell et Jacques Hadamard ou les physiciens Paul Langevin et Jean Perrin. Painlevé dépose devant le Conseil de guerre de Rennes en 1899. D’une part, il met les membres de l’état-major qui ont falsifié ses déclarations face à leurs contradictions. D’autre part, il dénonce l’imposture scientifique que représente le système Bertillon de pseudo-analyse de l’écriture.

7Après sa déposition au conseil de guerre de Rennes, Painlevé n’aura de cesse de soutenir Dreyfus jusqu’à sa grâce en 1906. Au-delà, c’est une conception de la nation et de la République que défend Painlevé : pour lui, la France c’est la République, un pays démocratique où les libertés sont respectées, où les hommes sont égaux en droit et dont il n’est pas question d’exclure l’un des membres pour des motifs raciaux ou religieux.

Les débuts de l’aviation, les premières prises de position sur la stratégie militaire

  • 6 Fontanon C., « Paul Painlevé et l’aviation. Aux origines de l’étatisation de la recherche scientifi (...)

8Le soutien à l’aviation naissante le conduit en 1908 à prendre publiquement position cette fois sur la nécessité d’assurer la défense de l’Hexagone6.

9Comme le physicien Lucien Marchis ou le polytechnicien Rodolphe Soreau, Painlevé s’intéresse depuis quelques années à la mécanique des fluides, aux questions de portance de l’air. Il ne lui suffit pas d’être spectateur des premiers vols motorisés. Il choisit de monter à bord de deux appareils en compétition, le biplan construit et piloté par les Américains Wright et celui construit par Gabriel Voisin piloté par Henri Farman. La présence de ce « grand savant » est médiatisée par la presse qui entretient l’aéromania.

  • 7 Estournelles de Constant P. (dir.), Pour l’aviation, Paris, Librairie aéronautique, 1909. Estournel (...)
  • 8 Borel É. et Painlevé Paul, L’aviation, Paris, Alcan, 1910.
  • 9 . Conférences au Sénat les 4 décembre 1908, 10 novembre et 3 décembre 1909 ; à la Chambre des déput (...)

10Painlevé peut alors publier dans la presse grand public des articles destinés à populariser l’aviation, pas moins de six par exemple dans le quotidien Le Matin qui tire à un million d’exemplaires. Il participe à la rédaction d’ouvrages militants, dont Pour l’aviation, L’aviation triomphante et L’aéroplane pour tous7. Avec le mathématicien Émile Borel, il écrit à quatre mains L’aviation8, succès de librairie traduit en plusieurs langues, mis à jour et réédité jusque dans l’entre-deux-guerres. Il est membre de l’Aéro-Club de France et vice-président de La Ligue nationale aérienne. Avec d’autres mathématiciens tel Paul Appell, il fonde l’École supérieure d’aéronautique, l’ancêtre de Sup’Aéro, et lance une revue spécialisée La technique aéronautique. Revue des sciences appliquées à la locomotion aérienne. Enfin, il réalise plusieurs conférences devant les députés et les sénateurs auxquels ils demandent de créer un Laboratoire national d’aviation permettant de mobiliser des financements publics afin d’accélérer la recherche aéronautique9.

11Quels sont les arguments de Painlevé pour persuader les élus d’engager financièrement le pays en faveur de l’aviation ? Ses arguments sont d’ordre économique : l’aviation deviendra rapidement un irremplaçable moyen de transport. Ses arguments sont aussi d’ordre patriotique : la France ne peut se laisser distancer par l’Allemagne parce que la maîtrise du ciel donnera très rapidement un avantage considérable en cas de guerre. Comme l’avait avant lui pronostiqué Clément Ader, Painlevé est persuadé que l’aviation jouera rapidement un rôle militaire essentiel aussi bien pour l’observation, la chasse, le bombardement et le transport de troupes. Ses arguments enfin sont d’ordre scientifique : pour lui, le développement du secteur aéronautique français ne peut reposer uniquement sur des ateliers disposant de moyens humains et matériels limités.

Au Parlement, une précoce spécialisation sur les questions de Défense

  • 10 Pour des synthèses sur le positionnement politique de Painlevé, cf. Anizan A.-L., « Paul Painlevé o (...)

12Avec son combat en faveur de l’aviation, Painlevé s’est encore mieux fait connaître du grand public, mais aussi du monde parlementaire. En 1910, fort de cette réputation, il se lance dans une carrière politique au centre gauche, à mi-chemin entre les radicaux et les socialistes10. Bien qu’il n’ait jamais exercé de responsabilités locales, mais parce qu’il bénéficie de l’aura propre aux savants dans cette époque encore imprégnée de scientisme, Painlevé est élu député de Paris en 1910. Painlevé dès lors se consacre surtout à sa carrière politique.

13Son intérêt pour les questions techniques, ses prises de position quant au rôle futur de l’aviation, le conduisent à une rapide spécialisation sur les questions de défense. Comme rapporteur du budget de la Marine, il appelle à une modernisation de la flotte française : équipement en cuirassés armés de canons à plus forte portée, développement des sous-marins et de l’aviation embarquée. Comme plusieurs accidents très graves avaient eu lieu à bord de navires dont les poudres avaient explosé, Painlevé demande aussi à ce que disparaisse le monopole public de fabrication des poudres et des explosifs en France.

14Dès la législature 1910-1914, Painlevé est considéré comme un député technicien spécialiste des questions militaires. Il porte aussi une seconde casquette, celle du parlementaire émergent capable de prendre position sur les grands débats de la législature. Son intervention dans le débat sur la loi des trois ans résume ce statut. En 1913, il s’oppose avec vigueur au projet gouvernemental. Son opposition est constructive puisqu’il propose un projet alternatif prévoyant d’abaisser à vingt ans l’âge de la conscription, de recruter plus de soldats dans les colonies, et de moderniser l’équipement de l’armée notamment d’accélérer le déploiement de l’aviation. Sa première proposition est retenue dans la loi votée.

Le Premier conflit mondial : la guerre scientifique, un tremplin politique

Les commissions

  • 11 Cf. le chapitre 5 « La science et la guerre, acte 1, le député » de la version publiée de notre thè (...)

15Lorsque la guerre est déclarée, Painlevé, âgé de 51 ans, n’est pas mobilisé. Il demeure à Paris et se partage entre deux types d’activités11.

  • 12 Pour le travail au sein des commissions parlementaires, cf. également Bock F., Un parlementarisme d (...)

16D’une part, il travaille pour deux des plus importantes commissions de la Chambre, la commission de la Guerre et la commission de la Marine de Guerre chargées de contrôler l’exécutif et de lui faire des propositions12. Dans ces commissions parlementaires, Painlevé s’empare de dossiers où il peut mettre à profit ses compétences scientifiques. Il intervient notamment sur les poudres et les explosifs, sur les sous-marins ou sur l’aviation.

  • 13 Pour le travail au sein de la commission supérieure des inventions intéressant la défense nationale (...)

17D’autre part, Painlevé dirige la commission supérieure des inventions intéressant la Défense nationale13. Cette commission, créée dans les premiers jours du conflit, en août 1914, et rattachée au ministère de la Guerre, est présidée initialement par le mathématicien Paul Appell, choisit parce qu’il était alors président de l’Académie des sciences. Le président de la commission est assisté de trois vice-présidents, présidant chacune des trois sections (cf. annexe 3). Painlevé préside la 3e section consacrée aux Arts mécaniques, à l’Aéronautique, aux Moteurs et à la Balistique. Paul Appell préfère s’investir dans la présidence du Comité de secours national venant en aide aux victimes civiles de la guerre. Il laisse à son ami Painlevé le soin de présider la commission supérieure des inventions. Président de fait, à défaut de l’être en titre, Painlevé s’investit pleinement dans cette fonction en 1914 et en 1915.

18Initialement, la commission était chargée de sélectionner les propositions d’inventions adressées à l’État – 10 000 reçues entre 1914 et 1915. Bien vite, sous l’impulsion de Painlevé, la commission réalise des expérimentations et lance des programmes de recherche appliquée. Painlevé n’effectue pas lui-même d’expérimentations ou de recherches, en revanche il joue un rôle très actif d’animateur de la recherche, de gestion des travaux effectués par les autres scientifiques travaillant pour la commission. Il dialogue avec le ministre et les militaires pour obtenir l’affectation de techniciens, de laborantins, d’ingénieurs ou de savants mobilisés, ou encore pour que soient mis à disposition du matériel militaire ou des terrains pour réaliser expériences ou essais.

19Forte de ces nouveaux moyens humains et matériels la commission accroit considérablement son champ d’action. Les programmes de recherche visent à rénover les tables de tir, écouter les bruits souterrains pour réagir à la guerre de mines, construire des engins d’assaut motorisés, équiper les avions en viseurs, en mitrailleuses et en bombes, améliorer les sous-marins, créer des systèmes de filtration pour parer aux gaz, etc.

20Compte tenu de l’enlisement du conflit et de la nature nouvelle de la guerre totale, la commission paraît vite incontournable. Mais les espoirs de Painlevé sont déçus, non seulement parce que les moyens réclamés n’ont pas tous été obtenus, mais encore parce que les rivalités avec les militaires freinent à ses yeux l’avancée des recherches. Fort de son poids politique acquis par son travail dans les commissions parlementaires, Painlevé appelle à une réforme de la politique des inventions.

Le ministère de l’Instruction Publique, des Beaux-Arts et des Inventions intéressant la Défense nationale

  • 14 Cf. Anizan A.-L., Paul Painlevé..., op. cit., chapitre 6 « La science et la guerre, acte 2, le mini (...)
  • 15 Titre de la une de l’Excelsior, no 1817, 6 novembre 1915, sur laquelle figure en pleine page le por (...)

21À l’automne 1915, Painlevé qui était depuis plusieurs semaines considéré comme ministrable, négocie un portefeuille sur mesure dans le cabinet Briand : le ministère de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et des Inventions intéressant la défense nationale14. À la tête de ce ministère entre l’automne 1915 et l’automne 1916, Painlevé met toute son énergie à valoriser la politique des inventions. Aux yeux de l’opinion, il incarne désormais officiellement « la guerre scientifique15 ». Painlevé institue immédiatement au sein de son ministère une direction des inventions. Son organisation est beaucoup plus complexe que ne l’était celle de la commission des inventions (Annexe 4).

22À la tête de la direction, Painlevé place un cabinet technique constitué de proches universitaires : mathématiciens comme Émile Borel, physiciens comme Jean Perrin, Charles Maurin et André Debierne, physiologiste comme Louis Lapicque. Ces personnalités, qui ont participé depuis 1914 à des opérations de recherche appliquée, sont chargées de superviser la politique des inventions. Exerçant aussi une fonction de veille technologique, ils doivent étudier rapidement les inventions jugées les plus intéressantes pour l’État en guerre. La commission des brevets est là pour trier les brevets déposés. Elle transmet au cabinet technique ceux qu’elle juge les plus intéressants. Le cabinet dispose d’un droit de préemption sur toutes les inventions proposées à la direction et d’un droit de regard sur l’ensemble des travaux menés par les autres structures, notamment par la commission supérieure. Une fois le tri effectué par le cabinet technique, ses membres transmettent les inventions les plus intéressantes aux sections techniques. Les domaines de compétences des trois sections spécialisées de la commission supérieure originelle ont été repensés et huit sections techniques ont vu le jour mieux adaptées à la nature nouvelle de la guerre. Painlevé négocie avec les Alliés pour qu’une coopération interalliée soit désormais instituée sur le dossier des inventions, d’où la création d’un comité interallié. La direction étend son champ d’action et recrute de nouveaux collaborateurs.

  • 16 Pour une mise en perspective de la politique des inventions, cf. le numéro spécial de 14/18 Aujourd (...)

23Painlevé a réussi à donner à la science de guerre de nouveaux moyens, mais il n’est pas satisfait de la manière dont la guerre est dirigée, avec les options stratégiques choisies par le haut commandement. À l’automne 1916, il quitte le pouvoir ; la politique des inventions se poursuit sans lui16.

Le ministre de la Guerre

24Au printemps 1917, avec le nouveau remaniement ministériel, Painlevé pense désormais possible de peser sur les choix stratégiques. Il accepte d’être ministre de la Guerre dans le gouvernement Ribot. Cette fonction est éminemment politique. La mue est train de s’achever, Painlevé s’éloigne de ses racines scientifiques pour endosser l’unique habit de l’homme politique.

  • 17 Cf. les chapitres 7 « 1917, la direction de la guerre » et 8 « Une éphémère présidence du Conseil » (...)
  • 18 Pedroncini G., Pétain général en chef (1917-1918), Paris, PUF, 1977.

25Comme ministre de la Guerre, Painlevé est confronté à une situation particulièrement compliquée17. Il s’oppose à l’offensive du 16 avril, dite offensive du Chemin des Dames, mais, par manque de poids politique et parce que beaucoup d’espoirs ont été mis dans cette attaque, l’offensive est maintenue. C’est un désastre humain qui permet à Painlevé d’avoir désormais plus de poids au sein de l’exécutif. Painlevé réussit alors à imposer la nomination de Pétain au commandement en chef en remplacement de Nivelle. Plus qu’un changement d’homme, c’est un changement de stratégie et de tactique qui est alors initié. Après avoir réprimé les mutineries qui sévissaient sur le front français, Painlevé et Pétain entament une politique de guérison permettant d’améliorer la vie des soldats au front et leur moral : plus d’attaques inutiles, des offensives tactiques bien préparées pour limiter les pertes et obtenir un résultat, de meilleurs cantonnements, des permissions plus longues18. Painlevé et Pétain initient un programme de réarmements devant permettre de disposer en 1918 notamment d’une flotte d’avions performants. Ils préparent pour 1918 une grande offensive stratégique conçue pour être décisive lorsque les soldats américains auront débarqués sur le sol français.

26À l’automne 1917, Painlevé est nommé président du Conseil. Son premier ministère ne dure que quelques semaines. Il chute sur un vote de défiance mettant en cause non pas sa gestion à proprement militaire, mais celle des affaires de pacifisme et de trahison. Jusqu’à l’armistice Painlevé se tient en réserve de la République. Après-guerre, deux voies s’offrent à lui. Renoncer à la politique et se consacrer à son métier de professeur et de chercheur ou bien continuer sa carrière politique.

L’entre-deux-guerres : les ambiguïtés de la paix, pacifisme aléatoire et limites du scientisme

L’engagement pacifiste du député et du ministre

27Painlevé choisit de ne pas abandonner la politique. Bien au contraire, jusqu’à son décès en 1933, il occupe une place de premier plan dans le monde politique français où il demeure un spécialiste des questions de défense. Au diapason avec la majorité de l’opinion publique, Painlevé se présente alors comme un pacifiste.

  • 19 Cf. le chapitre 10 « Au temps du Cartel » de la version publiée de notre thèse. Cf. également Guieu(...)

28Il se montre partisan du pacifisme juridique. Il encourage l’action de la SDN qui met en place des processus permettant de résoudre les différents entre États par la discussion. Ses présidences du Conseil en 1925 sont ainsi marquées par la signature des Accords de Locarno qui garantissent les frontières entre la France et l’Allemagne et l’admission de l’Allemagne à la SDN comme membre permanent de son conseil19. Il est en outre nommé pour présider l’Institut de coopération intellectuelle de la SDN chargé de rapprocher notamment les élites.

  • 20 Painlevé vient juste de quitter le pouvoir quand le projet est soumis aux députés ; André Maginot q (...)

29Painlevé n’est pour autant, mais pas plus qu’avant-guerre, un défenseur du pacifisme intégral qui le conduirait à appeler à un désarmement total. La France ne doit pas être l’agresseur, mais en cas d’agression elle doit pouvoir se défendre. Ainsi, comme ministre de la Guerre, il fait voter la réduction de la durée du service militaire à un an (1928). À la même époque, il fait aboutir les discussions quant au tracé et au type de fortifications permettant de protéger les frontières de l’hexagone, système qui sera bientôt appelé ligne Maginot20.

La répression des révoltes coloniales

30Parallèlement à ces avancées pour garantir la paix en Europe, Painlevé est aussi le ministre de la Guerre qui dirige en 1925 et 1926 la répression des révoltes coloniales, au Maroc, en Syrie et au Liban. Pour lui, comme pour la majorité de l’opinion et des hommes politiques, les révoltes sont une agression contre la France. À ce titre, l’hexagone doit se défendre. Painlevé décide d’intensifier la répression au Maroc. Nommé par Painlevé commandant en chef des troupes au Maroc, Pétain décide d’employer dans le Rif les moyens les plus modernes, notamment d’effectuer des bombardements par avion. La même politique répressive est menée en Syrie et au Liban par le général Sarrail.

  • 21 À partir de 1925, caricatures de Sennep régulièrement parues dans l’Écho de Paris.
  • 22 Diverses caricatures parues dans L’Humanité.

31Les années 1925-1926 sont donc celles du paradoxe. D’une part, Painlevé ne cesse d’affirmer son pacifisme et d’applaudir à l’apaisement des tensions en Europe, au rapprochement avec l’Allemagne. D’autre part, il engage la répression dans les territoires coloniaux. La presse d’opposition d’extrême droite et d’extrême gauche souligne ce qui lui apparaît comme une contradiction. À l’extrême droite, on dénonce un incompétent, souvent caricaturé en boy scout ou en enfant jouant à la guerre, mais en tout état de cause en train de dépouiller la France de son potentiel militaire21. À l’extrême gauche au contraire : c’est « Painlevé la guerre », « Painlevé le Rif » qui est critiqué22.

Une science plus puissante et plus dangereuse

32Au même moment, Painlevé qui n’a pas rompu avec le monde de la science et qui continue d’agir en coulisses en faveur d’un soutien public à la recherche met en garde contre les dangers de sa manipulation à des fins militaires.

33D’une part, il continue de soutenir la coopération intellectuelle internationale menée sous l’égide de la SDN pour faire dialoguer les élites européennes. Il est toujours persuadé que le désarmement des esprits est une condition indispensable à l’enracinement de la paix en Europe. D’autre part, au début des années 1930, alors que le contexte européen est en train de basculer, Painlevé n’a de cesse de mettre en garde contre le risque de manipulation des chercheurs par des puissants mal intentionnés. Dans plusieurs articles ou discours, Painlevé prophétise avec horreur cette utilisation des scientifiques. Il écrit par exemple à propos des chimistes :

  • 23 Discours prononcé au banquet de clôture du 12e congrès de chimie industrielle, à Prague, le 29 sept (...)

« En accroissant démesurément la puissance de l’homme pour le bien, la chimie l’accroît aussi pour le mal. L’engrais qui fertilisera le sol le plus avare se transforme aisément en produit meurtrier. Le même explosif qui creuse un tunnel ou ouvre une mine peut déchiqueter des corps de femmes et d’enfants ; la même main qui ajuste minutieusement les molécules chimiques en un médicament salutaire peut engendrer des poisons mortels et des gaz toxiques. Une des plus vieilles religions d’Asie imagine que le monde est le théâtre d’un duel éternel entre deux divinités adverses, l’une céleste, l’autre infernale. Veillons à ce que la chimie soit toujours au service de la première23. »

34Pour Painlevé, le poids de la formation scientifique dans la spécialisation militaire de l’homme politique est évident. Très clairement, ses compétences scientifiques, son goût pour la science appliquée et la technique, l’ont conduit, avant d’être député, à s’engager en faveur de l’aviation et, de là, à se prononcer sur la stratégie militaire. Une fois élu, comme les compétences scientifiques et techniques sont rares au Parlement, Painlevé est, dans le prolongement de son engagement civique en faveur de l’aviation, tout naturellement chargé de dossiers militaro-techniques.

35Pour autant, il est évident que la formation, l’origine professionnelle, n’expliquent pas les choix idéologiques ou politiques, le fait d’être dreyfusard et de s’engager à gauche. D’ailleurs, un proche ami de Painlevé, le physicien Pierre Duhem, également formé à l’ENS, est lui un conservateur traditionnaliste profondément antidreyfusard. Les deux hommes rompent à l’époque de l’Affaire.

  • 24 Guieu J.-M, Le rameau et le glaive. Les militants français pour la Société des Nations, Paris, Pres (...)

36Il n’en reste pas moins qu’autour de l’ENS se forment un groupe bientôt très soudé notamment par leur rapport à la nation, à la guerre et à la paix. Painlevé s’avère ainsi très représentatif d’une nébuleuse constituée de plusieurs générations. Comme lui, d’autres mathématiciens, Paul Appell, Émile Borel, ou physiciens, Jean Perrin et Paul Langevin, prennent le parti de Dreyfus qui est pour eux celui de la République. Les mêmes espèrent à la Belle Époque que la science sera utilisée d’abord et avant tout pour mettre les hommes à l’abri de bien des maux. Les mêmes choisissent pendant la Première Guerre mondiale de mettre la science au service de la défense de la République. Les mêmes, dans l’entre-deux-guerres combattent en faveur du pacifisme juridique, pour un monde pacifié par le droit grâce à l’action de la SDN24. Les mêmes ont cependant désormais une conscience aiguë des risques d’utilisation de la recherche à des fins militaires et s’investissent avec Marie Curie ou Albert Einstein dans la coopération intellectuelle internationale. Les mêmes enfin combattent précocement contre la montée des dangers en Europe tout particulièrement contre le nazisme.

Annexe 1. Le mathématicien – Chronologie

Annexe 2. L’homme politique – Chronologie

Notes

2 Gispert H., « Painlevé mathématicien, abstraction versus réalité ? », in Fontanon C. et Frank R., Paul Painlevé (1863-1933). Un savant en politique, Rennes, PUR, 2005, p. 19-25.

3 « Sur les lignes singulières des fonctions analytiques », dirigée par Émile Picard, soutenue en 1886.

4 Anizan A.-L, Paul Painlevé. Science et politique de la Belle Époque aux années Trente, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, ouvrage tiré d’une thèse sous la direction de Serge Berstein.

5 Duclert V., « Paul Painlevé et l’Affaire Dreyfus. L’engagement singulier d’un savant », in Fontanon C. et Frank R. (dir.), Paul Painlevé…, op. cit., p. 25-40 et Anizan A.-L., « Paul Painlevé, la posture du mathématicien devant la vérité », in Manceron G. et Naquet E. (dir.), Être dreyfusard hier et aujourd’hui, Rennes, PUR, 2009, p. 155-157.

6 Fontanon C., « Paul Painlevé et l’aviation. Aux origines de l’étatisation de la recherche scientifique », in Fontanon C. et Frank R., Paul Painlevé (1863-1933). Un savant en politique, Rennes, PUR, 2005, p. 41-56 ; Anizan A.-L., « Mathématiciens et physiciens français promoteurs de l’aviation », in Lucbert F. et Tison S. (dir.), La conquête de l’air. Naissance d’un nouvel imaginaire (1900-1920), Rennes, PUR, à paraître 2012.

7 Estournelles de Constant P. (dir.), Pour l’aviation, Paris, Librairie aéronautique, 1909. Estournelles De Constant P. et Painlevé P. (dir.), L’aviation triomphante, Paris, Delagrave, 1909. Lelasseux L. et Marque R., L’aéroplane pour tous, Paris, Librairie aéronautique, 1909.

8 Borel É. et Painlevé Paul, L’aviation, Paris, Alcan, 1910.

9 . Conférences au Sénat les 4 décembre 1908, 10 novembre et 3 décembre 1909 ; à la Chambre des députés le 17 février 1909. Édité, le texte de la troisième allocution du savant est remis au président du Conseil, aux ministres de la Guerre, de la Marine, des Travaux publics, cf. L’organisation de la locomotion arienne, observations présentées par M. Paul Painlevé, Paris, Librairie aéronautique, 1910.

10 Pour des synthèses sur le positionnement politique de Painlevé, cf. Anizan A.-L., « Paul Painlevé ou comment faire carrière à la marge des grands partis de gauche », in Baudouï R., Garrigues J., Musiedlak D. et Piketty G. (dir)., Un professeur en République. Mélanges en l’honneur de Serge Berstein, Paris, Fayard, 2006, p. 17-26 ; « Paul Painlevé parlementaire et leader politique », in Fontanon C. et Frank R., Paul Painlevé (1863-1933)…, op. cit., p. 57-70 ; « Paul Painlevé, le savant et le politique », Parlement(s), no 10, décembre 2008, p. 138-151.

11 Cf. le chapitre 5 « La science et la guerre, acte 1, le député » de la version publiée de notre thèse.

12 Pour le travail au sein des commissions parlementaires, cf. également Bock F., Un parlementarisme de guerre 1914-1919, Paris, Belin, 2002, et Roussellier N., « Le Parlement français et la Première Guerre mondiale », Parlement(s), no 10, 2008, p. 10-30.

13 Pour le travail au sein de la commission supérieure des inventions intéressant la défense nationale, cf. également Roussel Y., « L’histoire d’une politique des inventions 1887-1918 », Cahiers pour l’histoire du CNRS, 3, 1989, p. 19-57.

14 Cf. Anizan A.-L., Paul Painlevé..., op. cit., chapitre 6 « La science et la guerre, acte 2, le ministre des Inventions intéressant la défense nationale », p. 149-178.

15 Titre de la une de l’Excelsior, no 1817, 6 novembre 1915, sur laquelle figure en pleine page le portrait du nouveau ministre. La photo est légendée « […] Le Journal Officiel va publier très prochainement des décrets instituant le ministère des Inventions, auquel présidera M. Painlevé, membre de l’Académie des sciences, une des plus belles et des plus nobles figures parmi les savants qui honorent notre patrie. […] »

16 Pour une mise en perspective de la politique des inventions, cf. le numéro spécial de 14/18 Aujourd’hui, Today, Heute, 6, mars 2003, « Le sabre et l’éprouvette. L’invention d’une science de guerre 1914/1939 » ; Galvez-Behar G., La République des inventeurs. Propriété et organisation de l’innovation en France (1791-1922), Rennes, PUR, 2008, p. 247-272 ; du même auteur, « Le savant, l’inventeur et le politique. Le rôle du sous-secrétariat d’État aux inventions durant la Première Guerre mondiale », Vingtième Siècle, Revue d’histoire, no 85, janvier-mars 2005, p. 103-118 ; enfin la biographie Jules-Louis Breton (1878-1940). Un savant parlementaire, Rennes, PUR, 2010.

17 Cf. les chapitres 7 « 1917, la direction de la guerre » et 8 « Une éphémère présidence du Conseil » de la version publiée de notre thèse. Pour une mise en perspective, cf. Becker J.-J., 1917 en Europe, l’année impossible ?, Bruxelles, Complexe, 1997.

18 Pedroncini G., Pétain général en chef (1917-1918), Paris, PUF, 1977.

19 Cf. le chapitre 10 « Au temps du Cartel » de la version publiée de notre thèse. Cf. également Guieu J.-M, « Painlevé et la Paix (1919-1933) », in Fontanon C. et Frank R., Paul Painlevé (1863-1933)…, op. cit., Rennes, PUR, 2005, p. 119-132.

20 Painlevé vient juste de quitter le pouvoir quand le projet est soumis aux députés ; André Maginot qui lui succède au ministère de la Guerre le présente au Parlement.

21 À partir de 1925, caricatures de Sennep régulièrement parues dans l’Écho de Paris.

22 Diverses caricatures parues dans L’Humanité.

23 Discours prononcé au banquet de clôture du 12e congrès de chimie industrielle, à Prague, le 29 septembre 1932, AN 313 AP 8.

24 Guieu J.-M, Le rameau et le glaive. Les militants français pour la Société des Nations, Paris, Presses de Sciences Po, 2008, et Schroeder-Gudehus B., Les scientifiques et la paix. La communauté scientifique internationale au cours des années 20, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 1978.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540