Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Des mathématiciens et des guerres

 | 
Antonin Durand
, 
Laurent Mazliak
, 
Rossana Tazzioli

Les mathématiciens italiens face à l’interventionnisme dans la Première Guerre mondiale

Rossana Tazzioli

Full text

Introduction

1Cette contribution concerne une période assez courte qui va du début de la Première Guerre mondiale (juillet 1914) jusqu’à la déclaration de guerre de l’Italie contre l’Autriche-Hongrie en mai 1915. Pour mieux en comprendre les enjeux nous donnons quelques points de repère sur l’histoire de l’Italie après son unification nationale (1861). En 1882, l’Italie signe la Triple-Alliance avec l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie malgré la question non résolue des « terres irrédentes », c’est-à-dire les territoires du nord-est de l’Italie (Trieste, Istrie et régions du Trentin) qui appartiennent encore à l’Autriche-Hongrie et sur lesquels l’Italie revendique son droit. L’Italie entre dans la Triple-Alliance pour se garantir une défense contre la France et entreprendre une politique coloniale comme les autres pays européens. En effet l’Italie commence ses guerres coloniales dès 1882 avec la prise de possession de l’Érythrée, à laquelle succède la guerre en Éthiopie (1885) et la conquête de quelques régions de la Lybie et des îles du Dodécanèse (1912). En 1914 quand la Première Guerre mondiale éclate, l’Italie proclame sa neutralité.

2L’Italie avait en effet signé un traité secret avec la France qui garantissait sa neutralité en cas d’agression allemande contre la France. De plus, la Triple-Alliance n’obligeait l’Italie à intervenir qu’en cas d’agression d’un ou plusieurs pays contre l’Allemagne ou l’Autriche-Hongrie. Donc au début de la Grande Guerre l’Italie se trouvait dans une situation politique assez complexe à laquelle s’ajoutaient les tensions italo-autrichiennes.

3Finalement l’Italie déclare la guerre à l’Autriche-Hongrie en mai 1915 et à l’Allemagne en août 1916. Que s’est-il passé entre juillet 1914 et mai 1915 ? Pourquoi l’Italie a-t-elle décidé d’intervenir ? Qui était contre et qui était favorable à l’intervention de l’Italie ? Et, surtout, quelle était la position des intellectuels et, en particulier, des mathématiciens italiens ?

  • 2 Voir par exemple le livre de Isnenghi M., Il mito della Grande Guerra, Bologne, Il Mulino, 1989.
  • 3 Sur ce sujet voir le livre : Mazliak L. et Tazzioli R., Mathematicians at War ; Volterra and his F (...)

4Le rôle et les idées des intellectuels italiens par rapport à l’interventionnisme ont fait l’objet d’un certain nombre de publications2, mais l’attitude des mathématiciens face à la Première Guerre mondiale a été très peu étudiée3. Pour cette recherche nous utilisons donc des documents inédits, en particulier des lettres et manuscrits conservés à la Bibliothèque des Lincei à Rome, notamment dans les Archives Volterra et Levi-Civita.

Les interventionnistes : Volterra et les autres

5Une grande partie des intellectuels était de tendance nationaliste et favorable à l’intervention de l’Italie dans la Première Guerre mondiale au côté des alliés. Les raisons en étaient diverses : l’interventionnisme était perçu comme une attitude « laïque » contre l’Église qui soutenait la neutralité ; une victoire contre l’Autriche-Hongrie aurait réglé la question des « terres irrédentes » ; si l’Italie restait neutre elle aurait perdu le statut de grande puissance à la fin de la guerre et ne pourrait rien revendiquer ; les intellectuels futuristes, comme Marinetti, Papini, Prezzolini, Corradini et d’autres considéraient la guerre comme « l’hygiène du monde », une sorte de modernité, de nouveau opposé à l’ancien.

6Mais une partie des intellectuels italiens n’était pas du côté des interventionnistes. Par exemple Benedetto Croce (1866-1952), considéré comme le père avec Giovanni Gentile de l’idéalisme italien, avait pris position contre l’entrée de l’Italie en guerre. Ainsi écrivait-il dans le quotidien Corriere della Sera du 13 octobre 1914 :

« Je crois que, la guerre finie, on trouvera que le sol européen, non seulement a tremblé pendant des mois ou des années sous le poids des armes, mais aussi sous celui des bêtises. Et les Français, les Anglais, les Allemands et les Italiens auront honte et demanderont pardon pour les jugements qu’ils auront prononcés. Et nous aussi les neutres rougirons, qui avons souvent parlé comme d’un fait évident de la “barbarie allemande”. Entre toutes les stupidités, produites en ce temps, celle-là obtiendra la primauté parce qu’elle est à coup sûr la plus grandiose. »

7Nous verrons que le thème de la « barbarie allemande » sera récurrent dans les documents et les lettres que nous allons présenter.

8Parmi les scientifiques, Giacomo Ciamician (1857-1922), professeur de chimie à l’Université de Bologne et chercheur bien connu en Italie et à l’étranger, écrit à Volterra le 6 août 1914 :

« Quelle erreur cette guerre générale : c’est un événement qui ne permet de penser à rien d’autre. Qui sait à quoi cela pourra conduire : c’est un désastre absolu, un crime contre la civilisation. »

9Ciamician poursuit en demandant à Volterra de prendre position en faveur de la neutralité de l’Italie :

  • 4 Lettre de Giacomo Ciamician à Volterra, 9 août 1914, Rome, Académie des Lincei, Archives Volterra.

« Toi qui, outre la grande autorité de ton nom illustre, es aussi tellement bien connu à l’étranger, tu ne crois pas qu’il serait utile d’entendre à ce sujet l’opinion des principaux scientifiques de tous les pays ? Espérons au moins que l’Italie pourra rester neutre4. »

  • 5 Sur les actions de Volterra pour améliorer les relations franco-italiennes voir le Chapitre 10 du (...)

10Ciamician a raison d’évoquer le « nom illustre » de Volterra. Vito Volterra (1860-1940), professeur à l’Université de Rome, était un des plus grands mathématiciens italiens de son époque, et avait reçu le surnom à l’étranger de « Mr Italian Science ». En 1914 il était déjà sénateur du royaume d’Italie depuis 1905, avait fondé plusieurs institutions comme la Société Italienne de Physique (SIF) en 1897, la Société italienne pour le progrès des sciences (SIPS) en 1907 et le Comité thalassographique italien en 1910. En outre il avait développé les rapports intellectuels et institutionnels avec la France depuis le début du siècle : il avait encouragé les échanges d’enseignants et étudiants entre les universités françaises et italiennes, participé à la fondation du comité France-Italie à Paris en 1912 et d’une association équivalente à Rome, le Comitato Italia-Francia quelques années plus tard, des associations qui avaient pour but d’améliorer les relations économiques et culturelles entre France et Italie5. Quand la guerre éclate, la position de Volterra du côté des Alliés semble tout à fait naturelle.

  • 6 Cette lettre est publiée in Mazliak L. et Tazzioli R., Mathematicians at War ; Volterra and his fr (...)

11Plusieurs lettres et documents de ses archives en témoignent. Par exemple, Volterra adresse à son collègue français Emile Borel le 24 octobre 1914 : « [sa] plus vive sympathie pour votre noble pays qui lutte pour la justice et la liberté et pour la cause de la civilisation contre la violence du plus brutal et odieux impérialisme. Je vous disais que le rôle de l’Italie est, à mon avis, celui de s’unir à la triple entente. » Il ajoutait aussi être « parmi ceux chez-nous, qui sont les plus impatients de sortir de la neutralité6. »

12En effet dès le 5 septembre Volterra avait exprimé des idées favorables à la France, comme son collègue Emile Picard en témoigne dans une lettre du 25 septembre :

  • 7 Ibid., p. 38-39.

« J’ai été déprimé tous ces temps-ci que je n’ai pas répondu encore à votre très aimable lettre du 5 sept. Je vous remercie bien vivement de vos vœux chaleureux pour le triomphe de la France sur des barbares, dont la conduite rappelle les invasions d’autrefois. L’Allemand, je l’ai toujours pensé, n’est civilisé qu’en apparence ; dans les plus petites choses il est grossier et sans tact, et le plus souvent un compliment d’Allemand est une gaffe énorme. Amplifiez cette grossièreté native, et vous avez les horreurs que nous voyons7. »

13Volterra appartient donc à la majorité des intellectuels italiens qui s’étaient déclarés interventionnistes à l’instar de nombreux autres mathématiciens qui prirent position en faveur de la France, perçue par nombre d’Italiens comme une « sœur latine ». Voici par exemple ce qu’écrivait Federigo Enriques à son ami Xavier Léon, directeur de la Revue de métaphysique et de morale le 25 août 1914 :

« J’ai passé des heures d’angoisse avant qu’on eut proclamé la neutralité italienne ; en rentrant en Italie j’ai compris que toute autre décision du gouvernement aurait été impossible, puisque les sentiments de tous les Italiens, de toutes les classes et de tous les partis, est unanime contre les agresseurs. »

14Cette unanimité revendiquée par plusieurs interventionnistes est une fiction. Le peuple italien dans sa majorité était hostile à la guerre ; seuls les intellectuels, et encore pas tous, soutenaient une politique interventionniste qui, rappelons-le, n’était pas majoritaire parmi les politiques.

15Au-delà de Volterra, un autre chantre de l’interventionnisme parmi les mathématiciens fut Mauro Picone (1865-1977). Picone devait jouer un rôle de premier plan dans la politique institutionnelle de l’immédiat après-guerre avec la fondation de l’Institut pour les applications du calcul (Istituto per le Applicazioni del Calcolo, IAC). Pour lui comme pour Volterra qui fonda en 1923 le Conseil national des recherches (Consiglio Nazionale delle Ricerche, CNR), l’expérience de la guerre fut cruciale. Voici comment Picone raconte sa rencontre mémorable avec Volterra pendant les années de guerre :

  • 8 Picone M., « Commemorazione di Vito Volterra pronunciata a Palermo il 15 settembre 1956, cinquante (...)

« Pendant la Première Guerre mondiale, alors que je me rendais pour une mission secrète auprès du Commandement suprême de notre armée, vers la fin 1916, je vis arriver, dans l’antichambre d’un officier à attendre patiemment d’être reçu, pas moins que le sénateur Volterra, en uniforme de capitaine du génie. Chacun peut deviner quelle fut ma joie de rencontrer mon maître aimé, là où je m’y attendais le moins, mais aussi quelle fut ma surprise de le trouver dans une condition si humble8. »

16Volterra entretenait bien avant la guerre des relations privilégiées avec la France, en particulier du point de vue mathématique. Néanmoins, de nombreux mathématiciens italiens avaient aussi passé de longs séjours d’étude en Allemagne, et faisaient montre de fortes affinités avec leurs collègues allemands y compris du point de vue intellectuel, comme par exemple Luigi Bianchi, Corrado Segre, Guido Castelnuovo et d’autres encore qui avaient trouvé dans les travaux de Felix Klein leur principale source d’inspiration. On peut donc se demander si ces rapports personnels et intellectuels ont plus ou moins influencé leurs idées par rapport à la politique interventionniste anti-allemande. Analysons donc quelques cas particuliers.

  • 9 Les lettres entre Hurwith et Bianchi sont publiées dans Bianchi L., Opere, vol. 11, Corrispondenza (...)

17Luigi Bianchi (1859-1928), spécialiste de géométrie différentielle à l’Université de Pise, homme politique et directeur pendant plusieurs années de la Scuola normale superiore de Pise, avait passé à Munich la période 1879-1881 pour travailler avec Klein. Pendant cette période, il était devenu intime d’Adolf Hurwitz avec qui il resta en contact épistolaire pendant de nombreuses années. Hurwitz, dans une lettre à Bianchi du 23 janvier 1883 définissait ces années passées à Munich comme « la plus belle période » de sa vie9. Malgré tout, en dépit de son affection et de son estime pour Hurwitz, voilà ce que le même Bianchi écrivait à Volterra le 3 mars 1915, soit quelques mois avant la déclaration de guerre de l’Italie à l’Autriche :

  • 10 Lettre de Bianchi à Volterra, Rome, Académie des Lincei, Archives Volterra.

« À propos des allemands, mon sentiment est toujours le même ; même si, s’il est pensable, je les hais encore plus qu’au début, à cause des méfaits accumulés pendant cette horrible guerre. Qu’ils finiront par le payer cher est ma ferme espérance, et aussi ma conviction10. »

  • 11 Cette attitude est évidente dans des lettres de Bianchi à Volterra, en particulier dans celle du 3 (...)

18À ce stade, il convient néanmoins de rappeler que tout de suite après la guerre, Bianchi afficha son attachement envers les Allemands alors que Volterra et de nombreux autres mathématiciens italiens et surtout français demeuraient favorables à un dur ostracisme antiallemand11.

  • 12 Sur Klein et l’appel des intellectuels allemands voir par exemple : Schubring G., Felix Klein. The (...)

19Un cas encore plus étonnant nous est donné par Guido Castelnuovo (1865-1952) qui, avec Enriques et Francesco Severi, était un des principaux représentants de la soi-disant école italienne de géométrie algébrique. L’anecdote qui suit concerne l’International Commission on Mathematical Instruction (ICMI) dont Felix Klein était président, et Castelnuovo un des vice-présidents cooptés en 1913. En octobre 1914, Klein signa l’appel nationaliste An die Kulturwelt, une pétition de quatre-vingt-treize intellectuels allemands qui suscita l’indignation dans toute l’Europe12. Le Suisse Henri Fehr, secrétaire général de l’ICMI, réagit avec force en exigeant la démission immédiate de Klein, qui lui semblait trop impliqué, comme signataire du manifeste allemand, dans les graves événements dont l’Allemagne était responsable. Voilà ce que Klein écrivait à Castelnuovo le 4 mars 1915, après avoir déclaré que s’il devait être contraint à démissioner, il aurait voulu que l’Américain David Eugene Smith lui succédât à la présidence de l’ICMI :

  • 13 Cette lettre (Klein à Castelnuovo, 4 mars 1915) et la suivante (Castelnuovo à Klein, 10 mars 1915) (...)

« Avant tout, cherchons […] à faire survivre nos entreprises scientifiques, et en particulier parmi elle le travail sur l’Encyklopädie mathématique. Je suis heureux d’apprendre par Mohrmann que vos travaux et ceux d’Enriques sur les courbes algébriques sont sur le point d’être achevés. […] J’espère que vous vous portez bien en cette période cruciale. Nous sommes tous impliqués dans les événements immenses, pas toujours personnellement, mais au moins par le biais de quelques membres de nos familles ; mais ce n’est pas le lieu de faire des commentaires là-dessus13. »

20Et voici quelle fut la réponse de Castelnuovo le 10 mars 1915 dans laquelle il l’encourageait à conserver sa charge :

« Tous mes collègues de la Commission, j’en suis certain, reconnaissent l’œuvre admirable d’organisation que vous avez accomplie et l’impulsion que vous avez donnée à nos travaux ; ils savent bien que personne, sous ce rapport, ne saurait vous remplacer. D’ailleurs le moment grave que traversent toutes les institutions internationales conseille de n’introduire aucun changement dans leur organisation de crainte que ces faibles organismes ne doivent succomber. Il faut au contraire s’efforcer de les faire survivre jusqu’à la conclusion de la paix, afin qu’elles puissent faciliter la reprise des relations normales entre les peuples, dès que la guerre sera terminée. »

21En dépit de ces paroles qui semblent aller dans la direction d’une fraternité souhaitée entre les peuples, Castelnuovo écrivait à Volterra le 3 juillet 1915, quelques mois après la déclaration de guerre de l’Italie contre l’Autriche :

  • 14 Lettre de Guido Castelnuovo à Volterra du 3 juillet 1915, Rome, Académie des Lincei, Archives Volt (...)

« Cependant l’équivoque de nos rapports avec l’Allemagne persiste. La censure, évidemment inspirée d’en haut, supprime dans les journaux les phrases trop âpres envers les allemands ; il y a en fait là beaucoup de symptômes qui montrent que nous ne voulons pas irriter l’Allemagne. Est-ce qu’il ne serait pas souhaitable que cette partie des intellectuels italiens qui pense de façon plus libre puisse mettre en relief les hauts idéaux de notre lutte en rapport avec la civilisation qui doit prévaloir dans le monde, idéaux certes non inférieurs à ceux auxquels la propagande gouvernementale s’est presque exclusivement restreinte14 ? »

22Castelnuovo semble ainsi se ranger du côté des alliés, et surtout parmi les adversaires de l’Allemagne.

23Les attitudes de Bianchi et de Castelnuovo envers les Allemands, qui changent de manière radicale dans un intervalle de quelques mois en fonction des événements politiques et militaires, peuvent nous sembler étonnantes, mais elles s’inscrivent dans un contexte où le nationalisme était une véritable valeur à laquelle les intellectuels eux-mêmes ne pouvaient se soustraire.

Les Neutres

24On a déjà rappelé que plusieurs intellectuels, comme Croce parmi les littéraires et Ciamician parmi les scientifiques, avaient un positionnement anti-interventionnistes, et plus que tout, refusaient l’idée d’une guerre quelle qu’elle soit. Parmi les mathématiciens, rappelons l’action de Tullio Levi-Civita (1873-1941) qui fut socialiste et internationaliste convaincu et qui le demeura avant, pendant et après la guerre. En 1920, alors que la politique d’ostracisme contre les pays de l’Alliance trouvait son point culminant avec le Congrès international des mathématiciens à Strasbourg, Levi-Civita écrivait à son collègue allemand Arnold Sommerfeld, le 9 décembre 1920 :

  • 15 La lettre de Levi-Civita à Sommerfeld est conservée aux archives du Deutsches Museum, Munich.

« Je suis sans cesse demeuré, et pas seulement en science, un internationaliste convaincu et, sur la base de cet idéal, je me considère au-dessus de la mêlée de tous les nationalismes. Cependant sur un point essentiel, et je m’en réjouis très vivement, nous nous trouvons en plein accord : sur la conviction que les rapports scientifiques en général et ceux personnels entre les savants de tous les pays, et entre nous deux en particulier, ne devraient pas être troublés par des contingences ou des souvenirs de divergences nationales ou d’états15. »

  • 16 Les lettres de Birkhoff à Levi-Civita sont publiées dans le livre : Nastasi P. et Tazzioli R., Asp (...)

25Jusque pendant la guerre, Levi-Civita avait plusieurs fois affirmé à son collègue et ami américain son rejet de toute forme de guerre et d’impérialisme d’où qu’elle provienne16. Entre autres, cette attitude l’aurait opposé à Volterra qui, comme l’affirme Tommaso Boggio dans une lettre à Roberto Marcolongo du 26 novembre 1918, fit obstacle au transfert de Levi-Civita de Padoue à Rome précisément à cause de ses idées pacifistes :

  • 17 Les lettres de Boggio à Marcolongo sont conservées aux archives Marcolongo, Rome, Université « La (...)

« J’ai su, par des personnes qui sont dans l’entourage de Volterra à Rome, pourquoi ceux-là ne voulaient pas entendre parler de Levi-Civita. Parce que Levi-Civita passe pour un défaitiste ! Maintenant cependant que la guerre est finie victorieusement, il semble que la nomination de Levi-Civita à Rome soit sûre17. »

26Un interventionniste et nationaliste aussi vigoureux que Volterra ne pouvait certes pas approuver l’attitude internationaliste de Levi-Civita qui se changeait en effet, selon ses mots, en « défaitisme ». Pour ce qu’on en sait, Levi-Civita fut le seul, parmi les mathématiciens, à avoir une attitude ouvertement pacifiste comme on dirait aujourd’hui. Dans les exemples qui suivent, on voit que d’autres mathématiciens se sont exprimés contre l’intervention avant mai 1915, ou dans les années 20 contre l’ostracisme antiallemand. Cependant, leurs attitudes ont tendance à changer au cours du temps et selon les événements.

27Corrado Segre (1863-1924), le mathématicien turinois considéré par beaucoup comme le chef de file de la géométrie algébrique italienne, ne prit jamais publiquement position ni pour ni contre l’intervention. Cependant, d’après le témoignage de Carlo Somigliana, spécialiste de physique mathématique et collègue de Segre à Turin, le climat universitaire turinois, s’il ne fut pas à proprement parler hostile à la guerre, se tint tout de même loin des politiques interventionnistes et de la propagande :

  • 18 Lettre de Somigliana à Volterra du 15 mai 1916, Rome, Académie des Lincei, Archives Volterra.

« En fait l’ambiance dans notre faculté est la suivante ; et Segre la rend plus intense pour son compte. Le concept prédominant est qu’on doit vivre comme dans les limbes décrits par les Pères de l’Église, ignorant la guerre, refusant une quelconque antipathie ou sympathie pour qui que ce soit, et en accordant aux allemands le respect qui leur est dû18. »

28Quand le grand mathématicien Jacques Hadamard vint à Rome en 1916 pour une série de conférences, Somigliana fut sollicité par Volterra qui aurait voulu faire inviter son collègue français également à Turin. « L’idée est excellente et je t’en remercie. Mais il y a quelques difficultés », écrit Somigliana à Volterra dans une lettre du 15 mai 1916 et il explique comment Segre, président de la Faculté, avait soulevé quelques doutes :

« D’abord il veut savoir combien de temps Hadamard pourra rester à Turin ; puis sous quelle forme l’invitation devra être faite. Pour conclure, mon impression est qu’il est préoccupé à l’idée de devoir faire une quelconque démonstration qui ne se milite pas à un accueil correct du mathématicien Hadamard. »

29Derrière l’expression « sous quelle forme » ce qui préoccupe Segre semble évident : il craint en réalité que l’invitation d’Hadamard puisse être interprétée par ses collègues comme une propagande en faveur des alliés, et d’abord comme une action (évidemment culturelle et politique) antiallemande.

30Un cas particulièrement emblématique est celui de Francesco Severi (1879-1961). Adhérent du parti socialiste, Severi est d’abord opposé à la guerre, selon les recommandations du parti, avant de changer bien vite d’opinion et de devenir un fervent interventionniste. Le 9 mars 1915, il écrit une longue lettre au journal l’Adriatico dans laquelle il explique les raisons de ce changement. Entre autres choses, il écrit :

  • 19 La lettre de Severi à l’Adriatico est publiée in Guerraggio A. et Nastasi P., Matematica in camici (...)

« Une attitude moins absolue de la direction de notre parti serait très importante du point de vue politique en cela qu’il laisserait à tout adhérent la liberté de peser les éléments réels de la situation, selon sa propre conscience de citoyen italien, et en même temps consentirait à chacun de nous de continuer la propagande socialiste entre les masses, en leur montrant du doigt les désastres absolus apportés par le fonctionnement capitaliste de la société. […]
Bien que les causes de la guerre soient justement capitalistes, on ne peut méconnaître qu’aussi bien par la brutale violation du droit naturel des peuples faite par l’Allemagne que par l’existence de nombreuses questions sans réponse ou que par l’intérêt de plusieurs belligérants, et d’abord de l’Angleterre, afin que soient respectées les petites nationalités […], la guerre a progressivement acquis, de manière prédominante, le caractère d’un conflit entre deux conceptions opposées des droits et des forces qui doivent dominer le monde moderne19. »

31Severi ressent donc avant tout la nécessité de se libérer de la barbarie qui viole « brutalement » le « droit naturel des peuples » pour pouvoir ensuite passer à la guerre anticapitaliste dans un second temps. Il sera exclu du parti à cause de ces opinions. Après la guerre, Severi deviendra un fervent fasciste, et le seul mathématicien à appartenir à l’Académie d’Italie, l’institution fondée par Mussolini et réunissant la fine fleur de la culture de l’Italie fasciste.

32Nous avons montré comment, en dépit des difficultés politiques et militaires de la période et des liens intellectuels forts qui subsistaient dans certains cas entre les mathématiciens italiens et allemands, les attitudes anti-interventionnistes ou pacifistes, lorsqu’ils y en avaient, étaient nuancées et avec des caractéristiques souvent diverses.

Conclusions

33– Une longue tradition de coopération scientifique entre Italie et Allemagne rend difficile à plusieurs mathématiciens de s’engager du côté des Alliés.

34Pendant la deuxième partie du xixe siècle, plusieurs mathématiciens italiens allaient étudier à l’étranger et spécialement en Allemagne – à Munich, à Leipzig, à Berlin et à Göttingen. Cette habitude a créé des relations privilégiées avec les collègues allemands qui parfois ont empêché les mathématiciens italiens de prendre une position claire et nette en faveur des Alliés.

35– Les mathématiciens présentent des idées différentes et variées sur l’interventionnisme et plusieurs d’entre eux changent d’attitude par rapport à l’Allemagne après l’entrée en guerre de l’Italie.

36Le cas de Castelnuovo est emblématique. Avant la déclaration de guerre de l’Italie à l’Autriche il soutient Klein comme président de l’ICMI quoiqu’il soit signataire de l’appel des intellectuels allemands. Il se déclare partisan de la paix et de la fraternité parmi les savants de tous les pays. Cependant, dès juillet 1915, Castelnuovo semble devenir antiallemand et critique les quotidiens italiens qui, selon lui, maintiennent une attitude de compromis tandis qu’ils devraient s’opposer de manière nette aux positions allemandes.

37– Les interventionnistes s’engagent de manière assez variée.

  • 20 Sur sujet voir l’article de Nastasi P. et Tazzioli R., « Italian Mathematicians and the First Worl (...)

38S’il est vrai que la plupart des mathématiciens sont interventionnistes, cependant ils participent à la guerre d’une façon très différente. Volterra et Picone sont les seuls à s’engager pleinement pendant les années de la guerre aux points de vue militaire et institutionnel. Ils seront capables d’appliquer leur expérience de guerre pendant l’entre-deux-guerres. En particulier, Volterra se base sur l’Ufficio Invenzioni e Ricerche, l’institution qu’il a fondée en 1917, pour créer le Consiglio Nazionale delle Ricerche (CNR) au début des années 20. Picone, lui aussi, fonde l’Istituto per le Applicazioni del Calcolo (IAC) en 1927 sur le modèle du Bureau de balistique, qu’il a fondé dix ans auparavant juste après la défaite de Caporetto quand il combattait dans la VIe Armée20.

39– Les mathématiques pures sont mises de côté par plusieurs mathématiciens pendant la période 1914-1918, leur but étant plutôt d’aider la nation, un sacrifice qu’ils offrent à leur pays.

  • 21 Cette lettre est publiée in Mazliak L. et Tazzioli R., Mathematicians at War ; Volterra and his Fr (...)

40Voilà ce qu’écrit Hadamard à Volterra dans une lettre du 1er juillet 1915 : « Quant à moi, je me rends utile comme je peux – ce n’est pas grand-chose – en aidant à un certain nombre de recherches techniques21. » Volterra lui-même en réponse à une lettre de Gösta Mittag-Leffler du 24 mai 1916, écrit :

  • 22 Cette lettre est conservée à l’Académie royale des sciences de Suède.

« Vous me parlez d’un congrès de mathématiques en Suède cette année et d’un voyage en Suisse pendant le printemps. Je vois que vous ne vous faites pas une idée de l’état d’âme en Italie. Ce n’est pas le moment de voyager. Toutes nos pensées sont tournées à la guerre que nous combattons avec le plus grand enthousiasme à côté de nos alliés et nous ne pensons qu’à rapprocher l’instant de la victoire définitive contre nos ennemis…
Je suis engagé dans l’armée et je suis officier du génie. Mes occupations militaires et techniques dans le corps d’aéronautique absorbent maintenant toute mon activité. Mes connaissances de mathématiques et de physique me sont utiles dans ce moment22. »

41– Les mathématiques changent de statut. Pendant les années de la guerre les mathématiques commencent à se voir attribuer des propriétés d’utilité et d’applicabilité à la science militaire et à la technique.

42Assez étonnant et prophétique paraît ainsi le discours que Picone prononce à Catane en 1923 sur le rapport entre science et société :

  • 23 Picone M., « L’Artiglieria italiana nella guerra mondiale », Esercitazioni di Matematica del Circo (...)

« Il faut penser à l’avenir ! Je pense que mes cris d’alarme, même émis de si bas, pourraient arriver en haut. Dans une future guerre vaincront les armées qui seront techniquement mieux préparées ; les futures guerres seront des guerres entre scientifiques23. »

Notes

2 Voir par exemple le livre de Isnenghi M., Il mito della Grande Guerra, Bologne, Il Mulino, 1989.

3 Sur ce sujet voir le livre : Mazliak L. et Tazzioli R., Mathematicians at War ; Volterra and his French Colleagues in World War I, Berlin-New-York, Springer, 2009. Cf. aussi Nastasi P., Tazzioli R., « Italian Mathematicians and the First World War : Intellectual Debates and Institutional Innovations », à paraître.

4 Lettre de Giacomo Ciamician à Volterra, 9 août 1914, Rome, Académie des Lincei, Archives Volterra.

5 Sur les actions de Volterra pour améliorer les relations franco-italiennes voir le Chapitre 10 du livre Mazliak L. et Tazzioli R., Mathematicians at War ; Volterra and his french colleagues in World War I, cit.

6 Cette lettre est publiée in Mazliak L. et Tazzioli R., Mathematicians at War ; Volterra and his french colleagues in World War I, op. cit., p. 41-42.

7 Ibid., p. 38-39.

8 Picone M., « Commemorazione di Vito Volterra pronunciata a Palermo il 15 settembre 1956, cinquantesimo anniversario della Società Italiana per il Progresso delle Scienze », Ricerca Scientifica vol. 26 (1956), p. 3277-3289 ; la citation est à la page 3285.

9 Les lettres entre Hurwith et Bianchi sont publiées dans Bianchi L., Opere, vol. 11, Corrispondenza, Rome, UMI/CNR, Edizioni Cremonese, 1959, p. 74-110. Elles arrivent jusqu’à l’année 1906.

10 Lettre de Bianchi à Volterra, Rome, Académie des Lincei, Archives Volterra.

11 Cette attitude est évidente dans des lettres de Bianchi à Volterra, en particulier dans celle du 3 mars 1915, Rome, Académie des Lincei, Archives Volterra.

12 Sur Klein et l’appel des intellectuels allemands voir par exemple : Schubring G., Felix Klein. The Work for ICMI, mis en ligne par Furinghetti F. et Giacardi L. sur le site http://www.icmihistory.unito.it/portrait/klein.php (dernière consultation : 17 octobre 2012).

13 Cette lettre (Klein à Castelnuovo, 4 mars 1915) et la suivante (Castelnuovo à Klein, 10 mars 1915) sont publiées dans l’article : Luciano E. et Roero S., « From Turin to Göttingen : Dialogues and correspondence (1879-1923) », Bollettino di Storia delle Scienze Matematiche, XXXII, 2012, p. 7-232.

14 Lettre de Guido Castelnuovo à Volterra du 3 juillet 1915, Rome, Académie des Lincei, Archives Volterra.

15 La lettre de Levi-Civita à Sommerfeld est conservée aux archives du Deutsches Museum, Munich.

16 Les lettres de Birkhoff à Levi-Civita sont publiées dans le livre : Nastasi P. et Tazzioli R., Aspetti scientifici e umani nella corrispondenza di Tullio Levi-Civita (1873-1941), Quaderni Pristem N. 12, Palerme, 2000, p. 199-220 ; les lettres de Levi-Civita à Birkhoff sont conservées aux archives de la Harvard University, Papers of G. D. Birkhoff.

17 Les lettres de Boggio à Marcolongo sont conservées aux archives Marcolongo, Rome, Université « La Sapienza ».

18 Lettre de Somigliana à Volterra du 15 mai 1916, Rome, Académie des Lincei, Archives Volterra.

19 La lettre de Severi à l’Adriatico est publiée in Guerraggio A. et Nastasi P., Matematica in camicia nera, Milan, Bruno Mondadori, 2005, p. 36-37.

20 Sur sujet voir l’article de Nastasi P. et Tazzioli R., « Italian Mathematicians and the First World War : Intellectual Debates and Institutional Innovations », op. cit.

21 Cette lettre est publiée in Mazliak L. et Tazzioli R., Mathematicians at War ; Volterra and his French Colleagues in World War I, op. cit., p. 57-58.

22 Cette lettre est conservée à l’Académie royale des sciences de Suède.

23 Picone M., « L’Artiglieria italiana nella guerra mondiale », Esercitazioni di Matematica del Circolo Matematico di Catania, vol. 3, 1923, p. 29.

Author

Professeur au Laboratoire Paul Painlevé à l’Université de Lille 1. Elle est spécialiste d’histoire de l’analyse mathématique et des rapports entre sciences et politique en Italie à la fin du xixe et au début du xxe siècle.

© CNRS Éditions, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Read

Freemium

open access

Provided by L’éditeur de ce site