Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des mathématiciens et des guerres

 | 
Antonin Durand
, 
Laurent Mazliak
, 
Rossana Tazzioli

Mathématiciens en armes. La participation des mathématiciens aux guerres d’indépendance italiennes

Antonin Durand

Texte intégral

Introduction

  • 2 « La mattina della battaglia io mi trovavo con la mia compagnia alle Grazie di guardia ad un posto (...)

« Le matin de la bataille, je me trouvais avec la compagnie aux Grazie, de garde à un poste avancé. Nous avions passé la nuit précédente à dormir dans une petite maison avec une seule chambre, et dans un même lit avec le professeur Ranzi, Toscani, et moi. Le temps que nous prenions notre tour de garde, on commençait à entendre des fusillades et quelques rares coups de canon, et les soldats de ma compagnie voulaient rejoindre le reste du bataillon qui était déjà sur la route qui va des Grazie à Curtatone. On vint nous donner notre uniforme et nous prîmes la direction du pont de l’Osone. Le bataillon tint bon un moment sous le feu ennemi ; une balle frappa le pauvre Vincenti qui était dans le peloton à côté du mien. Je le vis tomber, la tête fracassée2. »

1Cinquante ans après, Fabio Sbragia fait ce récit de son expérience militaire au cours de la bataille de Curtatone e Montanara, le 29 mai 1848, au cours de laquelle un bataillon d’étudiants toscans était venu prêter main forte à l’armée piémontaise pour tenter de chasser les troupes autrichiennes de Lombardie. Ce type de témoignage d’un mathématicien en campagne militaire est d’autant plus précieux qu’il est particulièrement rare. Les noms de mathématiciens impliqués dans les guerres d’indépendance italienne sont relativement nombreux – et d’abord Luigi Cremona, Enrico Betti, Eugenio Bertini, Luigi Federico Menabrea – mais rares sont ceux qui ont directement témoigné de leur expérience en armes. Fabio Sbragia, alors professeur suppléant de géométrie et trigonométrie à l’Université de Pise, et lieutenant dans le bataillon universitaire pisan, est l’un des rares à avoir laissé des traces, notamment une correspondance avec son frère Ranieri où il raconte au jour le jour l’avancée du corps expéditionnaire, ainsi que ce récit a posteriori, produit cinquante ans après pour la publication d’un volume commémoratif.

  • 3 Sur cette bataille importante, voir en particulier Cipolla C. et Tarozzi F., Tanto infausta sì, ma (...)

2Le récit de Fabio Sbragia est d’autant plus emblématique de l’engagement des mathématiciens dans les guerres d’indépendance italiennes qu’il s’agit du récit de la bataille de Curtatone e Montanara3 particulièrement importante dans la mémoire collective de la première guerre d’indépendance. Celle-ci appartient à la série des « glorieuses défaites », rendue d’autant plus importante pour l’histoire des élites par la présence d’un bataillon universitaire composé de quelque trois cents enseignants et étudiants toscans, venus principalement de l’Université de Pise. Sans surprise, c’est dans ce bataillon que l’on trouve le plus grand nombre de mathématiciens, à commencer par Fabio Sbragia, l’auteur de l’extrait, et Cesare Toscani, professeur de géométrie analytique et lieutenant dans le bataillon universitaire, mais aussi par le professeur Ottaviano Fabrizio Mossotti, qui fut le commandant de ce bataillon alors qu’il enseignait la physique mathématique et la mécanique céleste à l’Université de Pise, ou encore le jeune Enrico Betti, futur directeur de la Scuola normale superiore, et alors jeune étudiant en mathématiques.

  • 4 Cette correspondance, conservée par l’Université de Pise, a fait l’objet d’une transcription en li (...)

3Enfin, l’anecdote rapportée par Fabio Sbragia du lit partagé entre deux mathématiciens et un médecin, une anecdote que l’on retrouve d’ailleurs dans la correspondance d’Andrea Ranzi avec sa femme4, témoigne de l’importance et de la spécificité des liens noués au cours des campagnes militaires, contribuant ainsi à intégrer les mathématiciens dans des réseaux militants ou d’anciens combattants qui jouent un rôle important dans leur politisation.

4S’intéresser à leur rôle dans les guerres d’indépendance italienne est une tentation bien naturelle pour qui travaille sur les mathématiciens italiens au cours de cette période ou sur le rôle des mathématiciens dans les guerres, mais c’est également une opération risquée. D’abord parce qu’en se concentrant sur une activité non mathématique des mathématiciens elle perd leur spécificité, et on peut s’interroger sur les raisons qu’on a ou non de se concentrer sur cette sous-catégorie de soldats. Cela est d’autant plus vrai que par vocation, l’armée a tendance à uniformiser les profils et les origines, rendant d’autant plus contestable une approche centrée sur les mathématiciens. Enfin, il convient de se méfier d’un effet de perspective qui conduit à surestimer le rôle des mathématiciens dans les guerres du Risorgimento. Il peut à notre sens être légitime de se concentrer sur une sous-catégorie de savants, mais il serait bien hasardeux, à partir de cet échantillon restreint, d’espérer tirer des généralités sur les soldats des guerres d’indépendance italiennes. Les guerres de 1848, 1859 et 1866 ne sont pas la Première Guerre mondiale, les mathématiques y occupent une place tout à fait secondaire, ce qui rend bien difficile d’isoler la spécificité de ceux qui les pratiquent.

5Il ne saurait donc être question ici de faire une histoire des guerres d’indépendance italiennes à travers des acteurs trop marginaux pour être significatifs, mais de comprendre le rôle de ces guerres dans la politisation de la communauté mathématique. La présence dans les bataillons de personnalités importantes de l’histoire des mathématiques, qu’il s’agisse de mathématiciens déjà bien établis, comme Ottaviano Fabrizio Mossotti ou Fabio Sbragia, ou de jeunes étudiants encore en formation, mais appelés à devenir les cadres des mathématiques en Italie dans la seconde moitié du xixe siècle comme Luigi Cremona, qui participa à la défense de Venise contre les Autrichiens, ou Enrico Betti, lui aussi présent à Curtatone, joue un rôle à notre sens déterminant dans l’entrée en politique d’une génération de savants appelés à devenir, pour certains, des hommes politiques de premier plan.

6Cette contribution se propose d’abord de montrer comment la rareté des sources et les spécificités propres au genre nécrologique ont contribué à fonder la figure d’un mathématicien patriote, dont l’ensemble des activités scientifiques, militaires et politiques, seraient tournées vers le prestige national de l’Italie. Puis nous montrerons comment les rares témoignages dont nous disposons éclairent une tension beaucoup plus marquée entre l’activité de mathématicien et celle de soldat. Enfin, nous exposerons comment l’étude de la participation des mathématiciens aux guerres d’indépendance, et d’abord à la première, jouent néanmoins un rôle fondateur dans la politisation de la communauté mathématique, qui se déploie dans toute la deuxième moitié du xixe siècle.

La construction de la figure du mathématicien patriote

La rareté des témoignages

  • 5 Général De Laugier, Le milizie toscane nella guerra di Lombardia del 1848. Narrazione istorica del (...)

7Un élément doit d’emblée être souligné : les témoignages directs sur l’activité des mathématiciens en guerre sont extrêmement rares. Dans les récits produits par les protagonistes principaux de ces batailles, les mathématiciens ne sont mentionnés que marginalement, quand ils le sont. Par exemple, dans le récit que fait le général De Laugier de Curtatone e Montanara, dans ses souvenirs sur la première guerre d’indépendance5, le seul nom de mathématicien à être mentionné est celui d’Ottaviano Fabrizio Mossotti, et encore l’est-il de manière incidente. Des autres il n’est nullement question.

  • 6 Carmignagni R., « Il battaglione universitario toscano nella campagna del 1848 », Bollettino stori (...)
  • 7 Nagliati I., « Le prime ricerche di Betti nel carteggio con Mossoti » Bolletino di storia delle sc (...)

8De la même manière, on ne dispose d’aucun témoignage direct de leur expérience combattante par les mathématiciens, en dehors du bref récit déjà cité effectué par Fabio Sbragia de Curtatone, et qui fut publié dans un recueil de témoignages paru en 1898 pour le cinquantenaire de la bataille. Plus étonnant encore, alors que les correspondances de nombreux mathématiciens italiens sont très bien conservées, les lettres de guerre sont rares, pudiques, et parlent peu de la guerre. La seule exception notable, ce sont les lettres envoyées par Fabio Sbragia à son frère Raniero qui ont été publiées, et qui donnent des indications précieuses parce que rares sur le quotidien de ces scientifiques au combat6. Mais il n’est pas anodin de constater que cet échange unique intervient dans un cadre familial, et pas entre des mathématiciens. Pour le reste, on est frappé en examinant, par exemple, la correspondance d’Enrico Betti, dont de nombreuses lettres de cette période ont été conservées, de voir que la guerre n’y occupe qu’une place très marginale. Ainsi, il est stupéfiant de constater que la correspondance d’Enrico Betti et Ottaviano Fabrizio Mossotti7, qui compte plusieurs lettres datées de 1848 et 1849, s’en tient à des sujets rigoureusement scientifiques.

9Ce silence des sources ouvre la voie à toutes les interprétations. Il est dès lors intéressant d’observer comment il permit d’entretenir le mythe des mathématiciens en armes, une construction qui est particulièrement à l’œuvre dans les nécrologies.

Nécrologies et construction du mythe

10Confronté à l’absence d’informations sur l’action du mathématicien pendant la guerre, les nécrologues sont contraints de reconstruire le récit de leur implication malgré ce silence. Ainsi, dans la nécrologie que Guido Fubini rédige en l’honneur d’Eugenio Bertini, ancienne chemise rouge de Garibaldi, on peut lire :

  • 8 “Modesto quanto mai, evitava sempre di parlare di sè, ne mai per esempio, ricordava il suo passato (...)

« Plus modeste que jamais, il évitait toujours de parler de lui, ne mentionnant jamais par exemple son glorieux passé de volontaire de guerre, se contentant d’y voir son devoir accompli8. »

11Ce type de prétérition n’est pas un cas isolé, et on pourrait dresser une liste des lauriers dressés par la nécrologie à tous ces mathématiciens, soulignant leur rôle héroïque avec un effet de perspective évident. Un autre exemple devrait illustrer cette tendance naturelle de la nécrologie à exagérer le rôle de ceux qu’elles célèbrent, parfois repris de façon littérale par l’historiographie. Il s’agit de la participation du jeune Luigi Cremona à la défense de Venise contre les Autrichiens au cours de la première guerre d’indépendance, racontée par Gino Loria :

  • 9 Loria G., « Luigi Cremona et son œuvre mathématique », Bibliotheca mathematica, 1904, p. 128.

« L. Cremona joua un rôle si actif dans cette défense mémorable [celle du fort de Marghera, à côté de Venise, contre les Autrichiens], que le capitaine Mauro le montrait aux soldats comme un modèle de vertus civiles et militaires à cause de son courage, de son intelligence, de sa discipline et de sa probité9. »

12Les comportements héroïques, actes de bravoure et autres congratulations des militaires de carrière sont une sorte de lieu commun de la nécrologie qu’il faut considérer avec précaution. Ce qui peut, en revanche, être intéressant, c’est de voir comment la construction nécrologique peut induire une construction historiographique, celle du mathématicien patriote, dont les activités militaire, scientifique et institutionnelle ne sont finalement que les différentes facettes d’une même motivation. On trouve une illustration de ce type de construction dans un autre extrait qui clôt la nécrologie de Luigi Cremona par Gino Loria :

  • 10 Ibid., p. 187.

« À l’Italie il offrit le secours de son bras et le sacrifice de sa vie, en bravant la mort dans les luttes pour l’indépendance ; le sort l’ayant épargné, il put rendre d’autres grands services à son pays comme professeur, comme sénateur, comme ministre, et s’acquittant avec droiture, intelligence et fermeté des charges difficiles que le gouvernement lui confiait sans cesse. Non moindre sont les obligations que la science a envers lui ; ses nombreuses publications mathématiques d’une valeur extraordinaire en raison de l’étendue du champ qu’elles embrassent, de l’importance des résultats qu’elles ont fait acquérir à la science, et de la merveilleuse érudition qu’on y trouve, en sont le brillant témoignage10. »

13La construction de d’un parcours, et la reconstitution d’un but poursuivi une vie durant par le mathématicien est encore une fois un lieu commun de la nécrologie, dont l’objet consiste bien souvent à tenter de trouver un principe unificateur. Cette idée que le patriotisme est finalement le moteur commun de l’activité militaire et mathématique se retrouve dans de nombreuses nécrologies de mathématiciens, au point d’être devenu une constante de l’historiographie.

Mathématicien et militaire : un problème de compatibilité

Temps des études, temps de la guerre

14Pour contester cette idée d’une continuité pour ainsi dire naturelle entre l’activité militaire et la recherche mathématique, il convient de souligner la tension très pratique qui existe entre ces deux activités, qui est naturellement perçue par les mathématiciens eux-mêmes, lesquels ne se réjouissent pas nécessairement d’être appelés plus ou moins volontairement sur les champs de bataille. Ainsi, si l’on revient au cas le plus emblématique, celui d’Ottaviano Fabrizio Mossotti, sa correspondance avec l’astronome turinois Giovanni Plana montre que son enthousiasme à l’idée de prendre la tête du bataillon universitaire toscan est moindre que ce qu’en a retenu la nécrologie :

  • 11 « Vi ringrazio del complimento che mi fate per la mia nomina a Maggiore della Guardia universitari (...)

« Je vous remercie des félicitations que vous me faites pour ma nomination comme Major de la Garde universitaire ; mais en réalité, au lieu d’une faveur, je la considère comme un ennui qui me fera perdre du temps, et peut-être sans aucun profit ni pour moi ni pour les autres, dans la mesure où il s’agit d’une carrière hors de saison11. »

15Et c’est bien de perdre du temps qu’il s’agit, car chaque mathématicien confronté à la vie militaire en fait le constat : le temps que prend une telle carrière est perdu pour la recherche scientifique. Aussi voit-on de nombreux étudiants en mathématiques contraints de faire un choix tranché entre leur science et la carrière des armes. Un choix parfois cornélien qui témoigne en tout cas de la discontinuité assez forte qui existe entre recherche mathématique et guerre. Ainsi, le jeune mathématicien Francesco Faà di Bruno, entré dans l’armée après un séjour en France, fait-il part de ses états d’âme à son frère :

  • 12 « Ecco il contrasto che mi agita. Io calcolava sulle lezioni ai P. pi per aver agio di occuparmi d (...)

« Voici le dilemme qui m’agite : je comptais sur les leçons pour avoir l’occasion de m’occuper de mes chères études. Cela aura-t-il lieu ? Je ne le sais : tout vacille en ce moment ! Mais quand alors ? D’autant plus que je ne peux rien faire à l’armée que perdre ce que j’ai déjà appris et souiller mon esprit des choses les plus triviales. Je suis assailli presque chaque jour de l’idée de quitter l’armée, pour la seule et bonne raison de pouvoir m’occuper plus complètement de mathématiques12. »

16Ce dilemme se double d’une difficulté spécifique aux mathématiques, qui est soulignée cette fois par un mathématicien français, dans une lettre adressée à un de ses collègues italiens, au moment où la France est en train d’adopter la loi prolongeant le service militaire obligatoire à trois ans. Charles Hermite relate cette initiative au mathématicien turinois Angelo Genocchi dans une lettre du 29 juin 1886, en qualifiant cette loi de « meurtre légal, prêt de s’accomplir de quiconque dans l’avenir aura reçu la vocation mathématique » :

  • 13 Lettre de Charles Hermite à Angelo Genocchi, Biblioteca Landi Paserini di Piacenza, Fondo Genocchi (...)

« Je ne sais si vous avez appris que la loi du service militaire obligatoire pour tous, de trois ans, a été présentée aux chambres par le ministère ; cette loi draconienne est une mesure terrible pour bien des [raisons], et en particulier pour l’enseignement supérieur de nos facultés et de nos écoles. […] L’histoire des sciences mathématiques, [donne des exemples] bien remarquables, que depuis Newton, jusqu’à nos jours, les plus grands géomètres ont fait leurs débuts, avant ou peu après leur vingtième année, ce [faisant], par une divination de génie, des découvertes capitales13. »

17Il s’agit moins d’ailleurs, dans l’esprit d’Hermite, de s’inquiéter du risque que les mathématiciens ne meurent au combat que de regretter l’interruption des travaux des mathématiciens à l’âge de leur vie où les Galois, Gauss, Abel ou Poisson ont produit leurs résultats scientifiques les plus marquants.

Rester militaire

18Prendre les armes pour un mathématicien est donc un choix lourd de conséquences, et constitue nécessairement une rupture dans sa vie de scientifique. Cette rupture est parfois définitive, comme c’est le cas pour certains étudiants en mathématique qui renoncent à cette vocation pour se lancer dans la carrière des armes. Ainsi de certains étudiants dont on retrouve les lettres dans les archives de leurs professeurs, comme un étudiant de Genocchi du nom de Civardi, enrôlé dans l’armée en 1848, et qui affirme quitter à regret ses études pour se consacrer à une carrière militaire qu’il n’a pas les moyens financiers d’éviter :

  • 14 « Per soli cinque giorni inscritto nella Leva militare del 1846, dichiarato abilito, fui nel numer (...)

« Inscrit depuis seulement cinq jours dans les listes militaires de 1846, déclaré apte, je fus du nombre de ceux de la première catégorie. Vous ne sauriez imaginer avec quelle amertume je renonce aux études, que j’avais cultivées avec amour car c’est en elles que reposaient toutes mes espérances. Privé de fortune, je voudrais ne pas interrompre aussi brusquement mes études, mais accomplir mon devoir envers la patrie et après trois années, je désirerais au mois fréquenter les écoles comme militaire. Je ne connais personne qui puisse soutenir ma demande auprès du ministre de la Guerre. C’est pourquoi je me permets de vous écrire, pour vous demander votre sentiment, et savoir quelle attitude tenir pour réaliser mon rêve, si cela se peut14. »

19Pour autant, on trouve quelques rares cas de mathématiciens qui parviennent à combiner leur activité de militaire de carrière avec une position académique. Cela passe généralement par un poste d’enseignant dans les académies militaires, où les mathématiques appliquées jouent un rôle important, et cela a souvent pour conséquence une réorientation des recherches mathématiques, influencée par les besoins de l’armée. Le cas le plus emblématique est naturellement celui de Francesco Siacci, militaire de carrière en même temps que mathématicien, qui enseigna jusqu’à la fin de sa vie les mathématiques et la balistique à l’Académie militaire de Turin. Un bref passage de son Traité de balistique permet de souligner le rôle spécifique que peut avoir un mathématicien dans la conduite de la guerre. Siacci y souligne incidemment la synthèse que son double statut de mathématicien militaire lui permet d’opérer entre théorie et pratique :

  • 15 Siacci F., Balistique extérieure, Paris/Nancy, Berger-Levrault, 1892 (traduit par P. Laurent).

« Notre intention d’ailleurs n’est pas de présenter un traité de science pure, mais un ouvrage d’utilité immédiate. Il y a peu d’années que la balistique était encore considérée par les artilleurs et non sans raison comme une science de luxe, réservée aux théoriciens. Nous nous sommes efforcé de la rendre pratique, propre à résoudre les questions de tir rapidement, facilement, avec la plus grande exactitude possible, avec économie de temps et d’argent. Le lecteur sera juge si nous avons atteint notre but15. »

20Cet extrait qui trouve des résonnances dans plusieurs contributions de ce volume, montre comment l’activité même du mathématicien Siacci se trouve modifiée par l’expérience militaire. La rencontre des mathématiques avec l’expérience militaire est perçue comme une confrontation entre la théorie et la pratique, et la double appartenance de l’auteur au monde scientifique et au monde militaire comme une opportunité de dialogue entre les besoins de l’armée et les nécessités de la science.

La guerre comme source de politisation

Effet de génération, effet d’âge

21Si l’on prend un peu de hauteur pour tenter de mettre en perspective le rôle des mathématiciens dans les guerres d’indépendance italiennes, un constat s’impose : c’est au cours de la première guerre d’indépendance que les mathématiciens sont les plus nombreux à prendre les armes. Cela s’explique en bonne partie par le mode de recrutement qui se professionnalise au cours de la seconde moitié du xixe siècle, alors que les armées de 1848 sont encore très largement composées de volontaires. Cette situation permet encore largement d’échapper à l’alternative entre la carrière des armes et celle des sciences.

  • 16 Sur l’engagement de Vito Volterra dans la Première Guerre mondiale, voir Mazliak L. et Tazzioli R. (...)

22On trouve certes ici et là un mathématicien dans la troisième guerre d’indépendance en la personne d’Eugenio Bertini, qui relève de l’anecdote tant c’est un cas unique. Plus intéressant serait de se demander jusqu’à quel point l’implication de mathématiciens comme Vito Volterra, fortement impliqué comme on le verra dans la Première Guerre mondiale, peut être considérée comme une manière de vivre « sa » guerre d’indépendance, en reproduisant les schémas fondateurs d’une génération risorgimentale qu’il a souvent célébrée16. On ne peut s’empêcher de ce point de vue de voir dans ce parallèle une validation de la thèse qui fait de la Première Guerre mondiale la quatrième guerre d’indépendance italienne.

23La particularité de la guerre de 1848, c’est qu’en plus de son mode de recrutement, elle induit un effet de génération qui voit se concentrer dans les classes d’âge estudiantines quelques uns de ceux qui allaient devenir les principales figures des mathématiques italiennes dans la seconde moitié du xixe siècle : en 1848, Enrico Betti a vingt-cinq ans, Francesco Brioschi en a vingt-quatre, le modénais Pietro Riccardi en a vingt, Luigi Cremona et Giuseppe Battaglini en ont dix-huit. Tous sont étudiants dans les principales universités italiennes.

  • 17 Ainsi Dirk Struik écrit-il : « The Risorgimento, the national rebirth of Italy, also meant the reb (...)

24Il est vain, certes, d’aller chercher dans leur participation aux guerres d’indépendance un facteur de leurs succès futurs dans les sciences mathématiques, et même la thèse du cercle vertueux du Risorgimento national et du rinascimento mathématique ne rend compte que d’une partie de la réalité17. Il faut en revanche raisonner en sens inverse, en partant de leur appartenance à cette classe d’âge, et de leur présence parmi les étudiants des universités de Pise, de Pavie ou de Naples qui étaient alors les plus actives dans la mobilisation patriotique. De ce fait, c’est presque naturellement que ces jeunes étudiants participent aux mouvements patriotiques, et cet engagement n’est porteur d’aucune spécificité mathématicienne. On serait bien en peine, de la même manière, pour la plupart d’entre eux, d’identifier en quoi leur participation à ces guerres a pu influer sur leurs activités mathématiques – ce qui fait à n’en pas douter une différence très nette avec d’autres conflits ultérieurs. Et de même, il paraît bien délicat de déceler leur attitude en guerre une spécificité des mathématiciens

25Si l’on suit cette cohorte de jeunes mathématiciens au-delà de leur formation, il apparaît que ce passé militaire influe peu sur leur carrière ultérieure, où ils apparaissent au contraire assez assagis. La présence de mathématiciens emblématiques au combat en 1848 combine donc un effet d’âge et un effet de génération : une cohorte de mathématiciens en âge d’être étudiants au moment où se noue la première guerre d’indépendance. Et si ce double effet a peu de conséquences sur le contenu des recherches des mathématiciens concernés, il joue en revanche un rôle déterminant dans la naissance d’une génération particulièrement impliquée dans la vie politique italienne.

1848 et la politisation des mathématiciens

  • 18 À ce sujet, voir Durand A., « Matematici parlamentari : uno sguardo alla politicizzazione di un’él (...)

26On aurait donc tort de faire des guerres de 1848 une matrice, ou un déterminant de la carrière scientifique des jeunes mathématiciens qui y prirent part, de même que cet engagement ponctuel de jeunes étudiants est bien insuffisant pour comprendre la longue carrière politique que firent les mêmes mathématiciens à la Chambre des députés, au Sénat ou dans les ministères. La seule motivation patriotique n’épuise pas leur action politique, et la continuité apparemment naturelle entre la défense de la patrie en armes en 1848 et la construction de nouvelle nation par l’activité législative dans les années 1880 n’a rien d’évident. D’abord parce que ces deux moments sont séparés par vingt, voire trente années, et qu’il y a peu de choses en commun entre le jeune Cremona prenant les armes pour défendre Venise et le professeur reconnu de l’Université de Rome qui obtient en 1879 un siège de sénateur, ou entre le jeune lieutenant Betti de Curtatone e Montanara et le directeur de la Scuola normale superiore qui se fait élire député en 1862. Ensuite, parce que contrairement à ce que suggère une approche trop centrée sur la question nationale des mathématiques en Italie, celle-ci apparaît comme très secondaire dans l’activité législative des mathématiciens parlementaires18.

  • 19 Sur Ezio De Vecchi, voir la commémoration que lui consacre Luigi Cremona au Sénat : http://notes9. (...)

27Ce qui fait l’intérêt de mieux connaître l’activité des mathématiciens sous les drapeaux au cours des guerres d’indépendance italiennes, c’est moins la volonté de construire une unité factice autour de l’ensemble de leur parcours (scientifique, militaire, politique, institutionnel) que de voir en quoi ces guerres ont contribué à la politisation de la communauté mathématique. De ce point de vue, il faut revenir au point de départ, et à ce rare témoignage de Fabio Sbragia racontant la promiscuité et les liens créés par l’expérience du champ de bataille. C’est au cours de la première guerre d’indépendance que Luigi Cremona renforce ses liens avec Benedetto Cairoli, futur président du Conseil de la Gauche historique en Italie. De même, c’est à ce moment qu’Enrico Betti rencontre le militaire de carrière Ezio de Vecchi19, pisan lui aussi, avec qui il noue des liens d’amitié et qu’il retrouvera plus tard sur les bancs du Sénat italien. Ces liens noués dans le contexte particulier du champ de bataille ont un rôle important dans la politisation d’une communauté scientifique dont on constate ensuite qu’elle entre de plain pied dans la carrière politique. Les « glorieuses défaites » de 1848 sont donc d’abord le lieu de la construction d’une mémoire commune qui lie entre elle une génération, et dans laquelle les mathématiciens prennent une place modeste, mais qui leur permet d’être intégrés à part entière dans le processus. Ces guerres sont l’occasion pour eux d’échanger sur des questions politiques avec leurs congénères philosophes ou juristes, plus familiarisés avec le monde politique, comme en témoigne leur forte présence sur les bancs du Parlement. Elles permettent aux mathématiciens de prendre toute leur place dans une communauté universitaire largement impliquées dans les débats politiques, et de construire des réseaux politiques allant largement au-delà des interlocuteurs scientifiques traditionnels des mathématiciens.

Conclusion

28La guerre est donc, pour une génération-clé des mathématiques italiennes, un moment d’initiation et d’entrée en politique autant qu’une occasion de sceller le passé commun d’une génération qui arrive dans la force de l’âge au moment de l’unification. C’est en ce sens que l’implication des mathématiciens dans les guerres d’indépendance italiennes, et en particulier dans la première, peuvent éclairer la politisation d’une génération dont nombre de représentants ont cumulé par la suite d’importantes fonctions politiques avec une activité mathématique toujours productive.

Notes

2 « La mattina della battaglia io mi trovavo con la mia compagnia alle Grazie di guardia ad un posto avanzato. Avevamo passato le notti precedenti dormendo in una casina di una sola stanza ed in un solo letto il Prof. Ranzi, il Toscani ed io. Nel tempo che eravamo di guardia si cominciarono a sentir fucilate e qualche rara connonata, ed i militi della mia compagnia volevano riunirsi al resto del battaglione che era già sulla strada che dalla Grazie conduce a Curtatone. Vennero a darci la muta ed allora potremmo avviarci verso il ponte dell’Osone. Il battaglione restò fermo per qualche tempo sotto il fuoco nemico ; una palla colpì nella testa il povero Vincenti che era nel plotone accanto al mio. Lo vidi cadere con la testa sfracellata. », Memorie del Battaglione Universitario pisano raccolto e pubblicate per cura e a spese del Comune di Pisa. 50° anniversario della battaglia del XXIX Maggio 1848, Pise, tip. F. Marriotti, 1898, p. 5.

3 Sur cette bataille importante, voir en particulier Cipolla C. et Tarozzi F., Tanto infausta sì, ma pur tanto gloriosa. La battaglia di Curtatone e Montanara, Milan, FrancoAngeli, 2004.

4 Cette correspondance, conservée par l’Université de Pise, a fait l’objet d’une transcription en ligne disponible à l’adresse suivante http://biblio.unipi.it/content/contenuto-aggiuntivo/lettere-alla-moglie-dal-battaglione-universitario-pisano-1848 (dernière consultation : 04/07/2012).

5 Général De Laugier, Le milizie toscane nella guerra di Lombardia del 1848. Narrazione istorica del generale De Laugier, Capolago, Tipografia elvetica, 1850.

6 Carmignagni R., « Il battaglione universitario toscano nella campagna del 1848 », Bollettino storico pisano, », XXII-XXIII (1953-54), p. 189-215.

7 Nagliati I., « Le prime ricerche di Betti nel carteggio con Mossoti » Bolletino di storia delle scienze matematiche, Anno XX, numero unico, 2000, p. 3-85.

8 “Modesto quanto mai, evitava sempre di parlare di sè, ne mai per esempio, ricordava il suo passato glorioso di volontario di guerra, pago soltando del dovere nobilmente compiuto.” Fubini Guido, « Eugenio Bertini », Atti dell’Accademia delle scienze di Torino, 1933, 68, p. 445-453.

9 Loria G., « Luigi Cremona et son œuvre mathématique », Bibliotheca mathematica, 1904, p. 128.

10 Ibid., p. 187.

11 « Vi ringrazio del complimento che mi fate per la mia nomina a Maggiore della Guardia universitaria ; ma in realtà in luogo di un favore, la considero una noia, che mi farà perdere del tempo forse senza giovamente né mio ne altrai. Essendo questa una carriera fuori di stagione. » Lettre de Mossotti à Plana, datée de Pise, 25 décembre 1847, Archivio Mossotti, Biblioteca universitaria di Pisa.

12 « Ecco il contrasto che mi agita. Io calcolava sulle lezioni ai P. pi per aver agio di occuparmi de’ miei studii prediletti. Avrà luogo ciò o no ? Io non lo so : tutto adesso è vacillante ! E poi quando ? Intanto che posso fare al Corpo se non perdere quel che ho già appreso e infangare il mio spirito in cose le più triviali ? Sono assalito perciò giornalmente dall’idea d’abbandonare il Corpo non per altro che per potermi più agevolmente occuparmi di matematiche. » Lettre de Francesco Faà di Bruno à Alessandro Faà di Bruno, Ventimiglia, 23.8.1852, Archivio Faà di Bruno (Castello di Bruno), Pacco Abate Francesco. Reproduite in Giacardi L., Francesco Faà di Bruno ; Ricerca scientifica, insegnamento e divulgazione, Turin, Deputazione subalpina di storia patria, 2004, p. 37.

13 Lettre de Charles Hermite à Angelo Genocchi, Biblioteca Landi Paserini di Piacenza, Fondo Genocchi, Lettre 96.

14 « Per soli cinque giorni inscritto nella Leva militare del 1846, dichiarato abilito, fui nel numero di quelli, di 1a categoria. Non può Ella immaginare di quanto rammarico sia a me il tralasciare gli studii, che io ho coltivato con amore, poichè in essi riponevano tutte le mie speranze. Privo di beni di fortune, io non vorrei così bruscamente interrompere la mia carriera, ma compiere il mio dovere verso la patria, e dopo tre anni, ovvero desiderei almeno di potere frequentare le scuole come militare. Io non conosco alcuno che mi possa appoggiare nella domanda che ho in disegno di fare al Ministero della Guerra. Per questo titubante io oso scrivere a lei ; domandare il suo parere a Lei, come dovrei regolarmi per ottenere il mio sogno, e se potessi ottenerlo. » Lettre de Civardi à Angelo Genocchi, Fondo Genocchi, JJ.

15 Siacci F., Balistique extérieure, Paris/Nancy, Berger-Levrault, 1892 (traduit par P. Laurent).

16 Sur l’engagement de Vito Volterra dans la Première Guerre mondiale, voir Mazliak L. et Tazzioli R., Mathematicians at war ; Volterra and his French colleagues in World War I, Berlin-New-York, Springer, 2009.

17 Ainsi Dirk Struik écrit-il : « The Risorgimento, the national rebirth of Italy, also meant the rebirth of Italian mathematics », Struik D., A Concise history of mathematics, New-York, Dover Publications, 1987 [1948], p. 183.

18 À ce sujet, voir Durand A., « Matematici parlamentari : uno sguardo alla politicizzazione di un’élite », Annali di Storia delle Università italiane, à paraître.

19 Sur Ezio De Vecchi, voir la commémoration que lui consacre Luigi Cremona au Sénat : http://notes9.senato.it/Web/senregno.NSF/e56bbbe8d7e9c734c125703d002f2a0c/96e265516716ae794125646f00615ddd?OpenDocument (dernièreconsultationle28/08/2012).

Auteur

Agrégé d’histoire et doctorant à l’École pratique des Hautes études. Sa thèse porte sur les mathématiciens engagés dans la vie politique italienne autour de l’unification nationale.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540