Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des mathématiciens et des guerres

 | 
Antonin Durand
, 
Laurent Mazliak
, 
Rossana Tazzioli

Présentation

Antonin Durand

Texte intégral

1Interroger, dans une perspective longue, le positionnement et le rôle des mathématiciens dans les guerres des xixe et xxe siècles, telle était l’ambition du colloque qui s’est tenu à l’Institut des sciences de la communication du CNRS le 8 février 2012, et dont ce recueil est le résultat. « Des mathématiciens et des guerres : histoires de confrontations », le titre donné à ce dossier annonce d’emblée son ambition de réunir des études de cas à des échelles variées (du mathématicien unique à une communauté transnationale de scientifiques) sans aspirer à une exhaustivité guère envisageable sur une période de deux siècles.

  • 1 Riccardi P., « Nota statistica di storia delle matematiche », Memorie della R. Accademia di Scienz (...)
  • 2 Sur ce sujet, voir par exemple Dahan-Dalmedico A., « L’essor des mathématiques appliquées aux État (...)

2En 1880, l’historien des mathématiques Pietro Riccardi dressait, dans une note statistique sur les publications mathématiques parues en Italie au cours des siècles précédents, le constat que les périodes de guerre étaient généralement moins propices à la production mathématique que les périodes de prospérité et de paix1. Il en déduisait naturellement qu’un contexte apaisé et une économie florissante favorisaient le travail des mathématiciens. Un travail similaire sur la période contemporaine conduirait sans doute à des conclusions plus nuancées, tant il est vrai que la guerre moderne, en faisant toujours plus appel aux sciences mathématiques, a contribué à multiplier et parfois à réorienter les recherches dans ce domaine2.

3Dans un contexte de sollicitation de plus en plus forte des sciences mathématiques pour soutenir l’effort de guerre, à la fois pour permettre la modélisation des problèmes de balistique, de sciences de l’ingénieur ou de l’aviation, et pour gérer les ressources en hommes et en matériel en sophistiquant les méthodes statistiques, les mathématiciens ont adopté des positions variées, depuis ceux qui ont choisi de réorienter leurs recherches vers des domaines plus directement liés aux besoins militaires jusqu’à ceux qui ont refusé de mettre leur science au service de conflits meurtriers, quitte à mettre en avant leur position institutionnelle pour légitimer leur pacifisme.

  • 3 On consultera néanmoins avec intérêt un des rares ouvrages présentant un spectre très large : Booß (...)
  • 4 Aubin D., Gispert H. et Goldstein C., « Les mathématiciens français dans la Grande Guerre », in Bo (...)
  • 5 Voir en particulier Dahan-Dalmedico A. et Pestre D. (dir.), Les sciences pour la guerre (1940-1960 (...)
  • 6 Voir par exemple Histoire de l’artillerie de terre française, Hors-série n ° 1 des Cahiers d’étude (...)

4Huit contributions variant à la fois l’échelle, l’ère géographique et le conflit considéré sont ici présentées, et devraient permettre de faire ressortir différentes postures adoptées par les mathématiciens à l’égard de la guerre, de ses moyens et de ses finalités depuis les conflits de 1848 jusqu’à la guerre du Vietnam. De ce point de vue, ce recueil adopte une position différente et complémentaire des travaux jusqu’ici menés sur les scientifiques en guerre3 qui se sont largement concentrés sur un conflit unique – et en particulier sur la Première4 et la Seconde Guerre mondiale5 – ou sur les aspects les plus techniques de la question6.

  • 7 Voir à ce sujet Guinier A., « Entre raison calculatrice et aspirations morales : le choc dans la p (...)

5La progression chronologique adoptée dans ce recueil consacré à la période contemporaine permet de mesurer le chemin parcouru en un siècle et demi, qui voit les mathématiciens se positionner progressivement au cœur de la pratique militaire. Non que leur présence dans le champ militaire soit en soi une nouveauté ; on rencontre dès l’époque moderne des savants gravitant autour des États-majors, et qui usent de mathématiques pour théoriser la stratégie, perfectionner la balistique, et plus généralement appréhender de manière scientifique le phénomène guerrier7. Mais l’époque contemporaine marque indéniablement un saut qualitatif et quantitatif qui fait des mathématiciens des acteurs de la guerre plus incontournables que jamais.

6Le premier article de ce recueil se concentre sur la forme à la fois la plus directe et la moins spécifique de l’intervention des mathématiciens dans un conflit, à travers une étude de la participation de certains mathématiciens les armes à la main aux guerres d’indépendance italiennes de 1848, 1859 et 1866. S’il est vrai que cette forme d’engagement des mathématiciens dans la guerre fait d’eux des soldats comme les autres, elle n’est pas sans effet sur le devenir de ces scientifiques, et marque au contraire un moment fondateur de la politisation des communautés mathématiques italiennes.

  • 8 Le cas de Vito Volterra a fait l’objet d’un ouvrage spécifique de Laurent Mazliak et Rossana Tazzi (...)
  • 9 Une étude plus large de la place des statisticiens dans la vie politique à la fin de l’Italie libé (...)

7La Première Guerre mondiale joue un rôle de pivot qui interroge l’ensemble des communautés mathématiques sur la place de leur science dans la guerre totale. C’est pourquoi nous suivrons leur attitude avant, pendant et après la guerre. Avant, à travers l’article de Rossana Tazzioli qui présente le rôle de certains mathématiciens dans l’interventionnisme italien avant l’entrée de l’Italie dans la Première Guerre mondiale, en soulignant toutefois qu’au-delà de cas emblématiques comme celui de Vito Volterra8, l’attitude des mathématiciens a souvent été plus nuancée, allant jusqu’à une opposition directe à l’entrée en guerre. Pendant, grâce à l’étude d’Anne-Laure Anizan qui suit le parcours du mathématicien Paul Painlevé, depuis sa formation et la construction de sa légitimité politique sur une expertise reconnue dans le domaine de l’aviation, qui l’a conduit aussi bien à publier un manuel sur le sujet avec Emile Borel qu’à prendre part directement à des vols expérimentaux jusqu’à sa désignation comme ministre de la Guerre puis président du Conseil au cœur du conflit. Après, enfin, à travers l’article de Jean-Guy Prévost, qui analyse les débats qui ont agité les statisticiens italiens sur la manière de mesurer le coût de la guerre pour l’Italie, entre pertes humaines, destructions matérielles et coûts d’opportunité9.

8La question de l’application de méthodes et techniques mathématiques à la conduite de la guerre offre une entrée naturelle dans la Seconde Guerre mondiale, qui apparaît à bien des égards comme un paroxysme de l’implication des mathématiciens dans les applications militaires, et des rétro-effets de cette implication dans la recherche mathématique. C’est pourquoi l’article de William Thomas s’intéresse au traitement mathématique de l’incertitude dans le monde anglo-saxon pendant la Seconde Guerre mondiale, et montre comment la modélisation des scénarios de guerre par les mathématiciens regroupés dans l’Air Warfare Analytic Section (1940) puis dans l’Applied Mathematics Panel (1942) a trouvé des développements inattendus dans le domaine de l’analyse séquentielle.

9Au lendemain de cette implication sans précédent, perçue parfois comme une compromission ou une subordination des mathématiques à la guerre, l’après-guerre apparaît comme une période plus contrastée, où l’engagement des mathématiciens vis-à-vis des conflits prend des formes diverses, de la poursuite de recherches d’applications militaires à un engagement résolument pacifiste et en faveur des droits de l’homme, comme celui de Laurent Schwartz. La succession de deux articles consacrés à cette personnalité forte des mathématiques française par l’historien spécialiste de l’Indochine Pierre Journoud et l’historienne des mathématiques Anne-Sandrine Paumier entend remplir la seconde vocation de ces « histoires de confrontations », celle de comparer les approches de deux disciplines à la fois très proches dans leurs sujets d’études et très éloignées par les divisions académiques : l’histoire générale et l’histoire des mathématiques, deux disciplines que tout devrait rapprocher, de leurs méthodes à leurs objets d’études, mais que les structures universitaires tendent à séparer. Si le premier article permet d’interroger les différentes phases de l’engagement pacifiste de Laurent Schwartz face à la guerre du Vietnam, en soulignant le rôle qu’il a joué dans la création du comité Vietnam national en 1966 et dans le tribunal Russel, fondé par le philosophe pour juger symboliquement les crimes américains en Indochine, le second insiste sur l’utilisation faite par Schwartz de son statut de mathématicien pour fonder sa légitimité et expliquer ses actions, au Vietnam, mais aussi en Algérie et dans l’ensemble de ses combats pour les droits de l’homme.

10La contribution qui conclut ce volume permet d’élargir cette réflexion sur les interactions entre les mathématiciens et les guerres, en montrant comment un contexte de Guerre froide peut influer sur l’organisation et les structures de la communauté mathématique, à travers l’étude d’une association méconnue, le Groupement des mathématiciens d’expression latine, conçue à la fois comme un lieu de rapprochement de cultures mathématiques réputées voisines, et comme un ultime lieu de la tentative d’affirmation d’une hégémonie française sur les mathématiques internationales.

  • 10 Les communications orales dont est issu ce recueil ont fait l’objet d’un enregistrement vidéo et s (...)

11Ce recueil, qui regroupe des contributions d’historiens généralistes et d’historiens des mathématiques, devrait permettre un dialogue approfondi sur les méthodes et les spécificités de l’histoire des mathématiciens en pointant la difficile articulation entre l’histoire des pratiques scientifiques et l’histoire de l’engagement d’hommes et de groupes dans un contexte citoyen où leur formation scientifique joue un rôle plus ou moins central10.

Notes

1 Riccardi P., « Nota statistica di storia delle matematiche », Memorie della R. Accademia di Scienze, Lettere e Arti di Modena, 1880, p. 299-310.

2 Sur ce sujet, voir par exemple Dahan-Dalmedico A., « L’essor des mathématiques appliquées aux États-Unis : l’impact de la Seconde Guerre mondiale », Revue d’histoire des mathématiques, 2, p. 149-213.

3 On consultera néanmoins avec intérêt un des rares ouvrages présentant un spectre très large : Booß-Bavnbek B. and Høyrup J. (dir.), Mathematics and war, Basel-Boston-Berlin, Birkhäuser, 2003.

4 Aubin D., Gispert H. et Goldstein C., « Les mathématiciens français dans la Grande Guerre », in Bouloc F., Cazals R. et Loez A. (dir.), 1914-1918, Identités troublées : les appartenances sociales et nationales à l’épreuve de la Grande Guerre, Toulouse, Privat, 2011, p. 183-197. Mazliak L. et Tazzioli R., Mathematicians at war ; Volterra and his French colleagues in World War I, Berlin-New-York, Springer, 2009.

5 Voir en particulier Dahan-Dalmedico A. et Pestre D. (dir.), Les sciences pour la guerre (1940-1960), Paris, Éditions de l’EHESS, 2004, qui offre plusieurs chapitres consacrés directement aux mathématiciens.

6 Voir par exemple Histoire de l’artillerie de terre française, Hors-série n ° 1 des Cahiers d’études et de recherche du musée de l’Armée, 2003.

7 Voir à ce sujet Guinier A., « Entre raison calculatrice et aspirations morales : le choc dans la pensée militaire du xviiie siècle », Actes du colloque « Faire la guerre, faire la paix », 136e colloque du CHTS tenu à Perpignan en 2011, à paraître aux éditions du CTHS.

8 Le cas de Vito Volterra a fait l’objet d’un ouvrage spécifique de Laurent Mazliak et Rossana Tazzioli sur sa correspondance avec Emile Borel, Jacques Hadamard et Emile Picard, op. cit.

9 Une étude plus large de la place des statisticiens dans la vie politique à la fin de l’Italie libérale et pendant l’ère fasciste peut être trouvée dans Prevost J. -G., A Total Science ; Statistics in Liberal and Fascist Italy, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2009.

10 Les communications orales dont est issu ce recueil ont fait l’objet d’un enregistrement vidéo et sont disponibles sur le site : http://www.iscc.cnrs.fr/.

Auteur

Agrégé d’histoire et doctorant à l’École pratique des Hautes études. Sa thèse porte sur les mathématiciens engagés dans la vie politique italienne autour de l’unification nationale.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site