Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le gaz de charbon en Lorraine

 | 
Yann Gunzburger

Chapitre 8. Étude clinique d’une table ronde traitant de l’impact d’une exploitation de gaz de houille sur l’environnement

Valérie Saint-Dizier de Almeida

Texte intégral

Introduction

1En France, l’information, la consultation et la participation préalables du public et des collectivités territoriales sur l’exploitation du sous-sol sont une obligation législative (décret du 29 décembre 2011, le droit minier en cours d’actualisation). Un des moyens en vogue permettant ce type de consultation et de participation consiste à organiser des journées-débats. Elles visent à informer les élus, le public et/ou à recueillir leurs réactions. Mieux comprendre la dynamique de ce type d’activité, ce qui s’y opère, est essentiel notamment si ce moyen est voué à se développer. Nous proposons d’étudier une table ronde produite au cours d’une journée-débats qui s’est déroulée en octobre 2014 à l’Université d’Artois (Nord-Pas de Calais). L’animation a été confiée à un organisme indépendant : la société Alternatives Médias. La journée est intitulée : « L’exploitation du gaz de houille : atout économique et opportunité industrielle en Nord-Pas de Calais ? » Elle comporte une conférence suivie de trois tables rondes. La première table ronde traite de l’impact socio-économique de l’exploitation pour la région ; la deuxième, de l’impact sur l’environnement et la troisième, des conditions techniques de l’exploitation. Dans le cadre de notre étude clinique, nous nous focaliserons principalement sur la table ronde qui traite de l’impact sur l’environnement.

Données

2La table ronde étudiée a duré une heure. Le timing, l’animation et l’allocation des prises de parole étaient gérés par la journaliste scientifique (que nous noterons : « Ier »). Quatre intervenants ont été conviés à y participer : un directeur de recherche universitaire en géologie (que nous noterons « univgeo »), un conseiller régional ancien président de l’Institut National de l’Environnement et des Risques Industriels (noté « inerisexpdt »), le directeur général de l’Agence de l’Eau Artois-Picard (noté « watheroffi »), un membre du collectif Houille-ouille-ouille (noté « ecoasso »). Les trois premiers intervenants ont été sollicités pour leur expertise et le membre du collectif Houille-ouille-ouille pour faire part des craintes vis-à-vis de l’exploitation du gaz de houille. Au préalable, la journaliste a planifié deux entrevues avec les intervenants de façon à préparer la table ronde. La première entrevue a permis à chaque intervenant de présenter son champ d’expertise. Le deuxième avait pour objet de cerner plus précisément le domaine sur lequel allait intervenir chacun d’eux. Hormis quelques indications sur les personnes pouvant assister à cette journée (des syndicalistes, des militants EELV, des représentants du monde académique, du milieu associatif, des élus politiques locaux, les personnes intéressées), aucune recommandation ou consigne quant à la conduite à adopter ne leur a été communiquée.

3Le public assistant à cette journée n’était pas sélectionné mais limité au vu du nombre de places (en l’occurrence trois cents). Les inscriptions se sont faites via un site internet dédié.

4La table ronde a été enregistrée et transcrite.

Méthodes d’analyse

5L’étude des transcriptions s’inscrit dans un cadre paradigmatique dialogique et constructiviste (Saint-Dizier de Almeida et al., 2016). Elle a été conduite au moyen de sept différentes méthodes d’analyse permettant d’éclairer plusieurs dimensions de l’activité :

    • 1 Ratinaud, P. (2009). Iramuteq : Interface de R pour les Analyses Multidimensionnelles de Textes et (...)

    Une analyse des similitudes avec le logiciel Iramuteq1 pour un aperçu de la richesse lexicale,

  1. une analyse en composantes principales avec le même logiciel pour identifier des champs lexicaux et des proximités entre intervenants sur la base des champs investis,

  2. une analyse de contenu pour déterminer les unités de sens produites,

  3. une analyse linguistique et fonctionnelle pour identifier les actions opératoires,

    • 2 Tropes est un logiciel développé par Pierre Molette et Agnès Landré sur la base des travaux de Rodo (...)

    une analyse cognitivo-discursive avec le logiciel Tropes2 pour identifier le style de discours,

  4. une étude linguistique couplée aux résultats de l’analyse Tropes pour identifier les images véhiculées/revendiquées (Goffman, 1974),

  5. enfin 7) une analyse structuro-fonctionnelle (Roulet et al., 1985) et interlocutoire (Trognon et Brassac, 1992) pour identifier les phases, leur articulation et la dynamique propre à chacune d’elles.

Résultats

Analyse des similitudes

6Une analyse des similitudes permet de révéler la richesse lexicale de la table ronde (cf. fig. 1).

Fig. 1 : Analyse des similitudes.

Analyses en composantes principales

7L’analyse en composantes principales (cf. fig. 2) fait apparaître quatre champs lexicaux. Le champ 1 ou classe 1 permet d’évoquer les caractéristiques géologiques de la région concernée en la comparant à d’autres (sous-sol parisien), l’impact économique pour la région, les précautions à prendre (la traversée de la nappe du Westphalien). Le champ 2 ou classe 2 se rapporte aux différents éléments qui pourrait polluer l’eau dans cette région (des fuites, mouvements de terrain, le forage des puits...). Le champ 3 ou classe 3 renvoie au fait que l’exploitation est un sujet d’actualité qui suscite débat. Enfin, le champ 4 ou classe 4 traite de l’exploitation du gaz de Houille, à différents niveaux (son coût, son impact, sa maîtrise).

8Concernant la participation des locuteurs à tel ou tel champ, on observe que le champ 1 est davantage porté par le chercheur en géologie et un représentant syndical du public. Ils ont en effet davantage parlé de l’impact de l’exploitation au niveau régional. Le responsable de l’agence de l’eau et une association écologique présente dans le public mettent le focus sur les facteurs de risques de pollution de l’eau (champ 2). L’ex-président d’INERIS va présenter un rapport qui met l’accent sur le fait que l’exploitation est une problématique d’actualité (champ 3). Le champ 4 qui traite de l’impact de l’exploitation du gaz de houille à différents niveaux (son coût, son impact, sa maîtrise) a été abordé par tous les participants et ne permet pas de les distinguer.

Fig. 2 : Analyse en Composantes Principales.

Fig. 3 : Proximité des locuteurs relativement aux champs lexicaux investis.

Les unités de sens

9Une production langagière comporte généralement une dimension représentationnelle et une dimension actionnelle. L’étude de la dimension représentationnelle des productions langagières permet de repérer des unités de sens (Négura, 2006). Les unités de sens peuvent être assimilées à des idées significatives produites par un locuteur ; leur identification repose sur une analyse sémantico-pragmatique des contenus propositionnels.

10Voici à la suite les unités de sens produites au cours de la table ronde – les locuteurs sont précisés entre parenthèses :

L’exploitation du gaz de houille nécessite en amont une étude de faisabilité (univgeo)

– L’étude peut prendre plusieurs années (univgeo)

– L’étude repose sur l’emploi d’outils dont certains sont récents (univgeo)

– Des outils dont la fonction est d’étudier le sous-sol, de surveiller et de contrôler (univgeo)

Le sous-sol lorrain est différent du sous-sol du Nord-pas de Calais au niveau hydrique (univgeo)

L’exploitation du gaz de houille nécessite des forages à grande profondeur (watheroffi)

L’exploitation du gaz de houille nécessite de traverser les couches westphaliennes qui contiennent de l’eau salée à des degrés variables (watheroffi, inerisexpdt)

– L’eau doit être désalinisée (watheroffi, inerisexpdt) ou réinjectée en profondeur (inerisexpdt)

– Désaliniser ou réinjecter l’eau en profondeur est coûteux – le coût varie selon le degré de salinisation (watheroffi, inerisexpdt)

– L’eau des couches westphaliennes de Lorraine est peu salée (univgeo) L’exploitation du gaz de houille nécessite de pomper l’eau souterraine (watheroffi, inerisexpdt)

Tout forage expose à des fuites (watheroffi, inerisexpdt)

La fracturation hydraulique et l’extraction du gaz sous pression renvoient au même procédé (ecoasso, watheroffi, inerisexpdt)

mais dans le second cas la pression est modérée et l’utilisation d’adjuvants est moindre (inerisexpdt)

le second cas est accepté par la législation (ecoasso)

Le charbon est une roche naturellement fracturée (inerisexpdt)

L’exploitation du gaz de houille génère des risques :

– risque de pollution de l’eau au méthane qui s’échappe des conduits (watheroffi, ecoasso, inerisexpdt)

– risque de pollution de l’eau à des produits dangereux (produits radioactifs, cancérigènes) (watheroffi, ecoasso)

– risque de provoquer des microséismes qui peuvent générer des affaissements de terrains (ecoasso)

– risque de nuisances pour les habitants (exemple : circulations intenses) (ecoasso)

– risque de dégâts qui peuvent ne pas être réparés par l’exploitant malgré la loi (ecoasso)

– risque d’augmentation des cancers chez les enfants et les adultes habitant à proximité (ecoasso)

– risque d’affaissements causés par la stimulation hydraulique (inerisexpdt)

– risque de créer des inversions de cours d’eau irréversibles en raison des affaissements (inerisexpdt)

Le gaz de houille lorsqu’il est brulé, dégage des gaz à effet de serre (inerisexpdt)

Il perdure une méconnaissance des problèmes générés par l’exploitation (watheroffi, ecoasso)

Les citoyens n’ont jamais été consultés sur l’exploitation du gaz de couche (ecoasso)

Ne pas exploiter le gaz, revient à s’exposer à la délocalisation des usines énergivores et à l’augmentation du chômage dans le Nord (tradeunion)

Les parties prenantes ne prennent pas en compte les failles existantes (tradeunion)

Les failles sont considérées grâce à un modèle géologique décrivant les failles en 3D (univgeo)

La fracturation au gaz serait sans nuisance, mais la faisabilité reste à établir (inerisexpdt)

Le nord est une zone sismique, le cimentage n’y résiste pas (ecoasso)

Risque sur la population : les polymères utilisés peuvent contaminer la population (ecoasso)

– ils sont cancérigènes, mutagènes, reprotoxiques (ecoasso)

11Les unités de sens produites n’ont pas été contestées au cours de la table ronde – précisons toutefois que les opportunités pour contester sont très limitées. Ces idées pour certaines sont produites par plusieurs intervenants. Lorsque c’est le cas, les moyens linguistiques utilisés pour les exprimer diffèrent d’un intervenant à l’autre ; ce qui nous conduit à ne pas les envisager comme des reprises dialogiques, mais comme des idées que les intervenants avaient prévu de produire lors de leur intervention. On ne note pas d’idées entrant en contradiction. L’évaluation des idées produites par un chercheur expert dans ce champ de la géologie révèle que les risques ont bien été couverts de manière quasi-exhaustive. Il estime toutefois que l’unité de sens relative à la résistance du cimentage produite par un membre du public est contestable dans le sens où elle n’a pas fait l’objet d’investigation scientifique.

Les actions opératoires

12L’identification des actions opératoires – i.e. actions produites dans le cadre de l’activité – revient à investir la dimension actionnelle des productions langagières : ce que fait le locuteur lorsqu’il énonce telle production (Austin, 1970). Le tableau restitue pour chaque locuteur le nombre d’actions opératoires produites. Celles-ci s’inspirent de Saint-Dizier de Almeida, Specogna & Luxembourger, 2016) ; elles sont catégorisées sur la base de la sphère dans laquelle elles s’inscrivent : sociale, cognitive, affective.

Tab. 1 : Occurrences des actions opératoires par locuteur selon la sphère.

Tab. 1 : Occurrences des actions opératoires par locuteur selon la sphère.

13Les intervenants sollicités pour leur expertise communiquent des connaissances au sujet de l’exploitation du gaz de houille, ils les explicitent, ils les développent, ils les argumentent et les exemplifient. Ainsi, ils communiquent leurs connaissances expertes en les rendant accessibles au public. Le représentant de l’association Houille-Ouille-Ouille exprime son attitude, des craintes. Ces différentes actions sont conformes aux rôles prescrits dans ce contexte de table ronde. On notera aussi des occurrences dans la sphère sociale qui visent pour les intervenants à préciser à quel titre ils interviennent – en l’occurrence en qualité d’expert et non pour exprimer leur attitude. On note l’expression d’un souhait et d’une action visant à rassurer, produits par le chercheur universitaire qui peuvent sembler non prescrites, de même que l’expression d’une attitude de l’ex-président d’INERIS, qui est toutefois positionnée dans un monde contrefactuel.

Le style de discours

14L’utilisation du logiciel tropes révèle l’emploi d’un style argumentatif, quels que soient les locuteurs. Cela se traduit par des argumentations, des explicitations, des illustrations qui visent un partage de connaissances, de préoccupations (Ghiglione et al., 1998). Il n’y a donc pas de rapport d’influence (le style n’est pas déclaratif) – ce qui corrobore les résultats du tableau 1.

Les images véhiculées

15Lorsque l’on communique, on revendique une ligne d’action (Goffman, 1974), on laisse entrevoir à autrui une image de nous-mêmes et du collectif que l’on représente. L’étude du corpus est linguistique et exploite également des résultats de l’analyse avec le logiciel Tropes.

Tab. 2 : Images véhiculées par les intervenants.

Intervenants

Images véhiculées

ecoasso

Il parle au nom de son collectif, il a des connaissances précises sur la question, il est très bien informé, il se préoccupe de la préservation de l’environnement et de la santé de ces concitoyens. Il se positionne dans un monde futur où il y aura exploitation.

univgeo

Il parle au nom des chercheurs et quelques fois en son nom propre. Il se présente comme quelqu’un avec des compétences et connaissances multiples ayant trait à l’exploration/exploitation ; à ce titre, il peut évaluer, préconiser, rassurer. Il se positionne dans un monde futur où il y aura exploitation.

watheroffi

Il a des compétences et connaissances précises sur les risques de pollution de l’eau, il a des compétences pour formuler des conseils, pour faire des préconisations. Il se place dans un monde contrefactuel (si.. alors...).

inerisexpdt

Il est compétent en sa qualité d’ex président d’INERIS, il a des compétences pour formuler des conseils, pour faire des préconisations, il sait tenir une posture d’expert bien qu’il soit un élu politique. Il se positionne dans le monde d’un rapport de synthèse dont il se fait le rapporteur.

La dimension structurale et interactionnelle

16La table ronde comporte deux phases. La première comporte une succession d’interventions ; chacune renvoie à une prise de parole par un des intervenants sollicités. L’intervention du chercheur en géologie est rythmée par les questionnements de la journaliste ; les autres sont produites de manière autonome. Lorsque la journaliste guide l’intervenant, on a davantage affaire à une interview avec des échanges en deux tours de parole (question, réponse) – format classique des interviews journalistiques. Lorsque les interventions sont préparées, elles sont assimilables à des soliloques – i.e. discours planifié à l’avance prenant en compte le public qui est alors fictif au moment de la préparation de la communication (Markovà, 2004). La seconde phase (parole donnée au public) comporte une succession d’échanges pouvant comporter deux à trois interlocuteurs : la personne qui demande la parole et questionne, et un intervenant ou deux de la table ronde qui répondent. Là aussi des troisièmes tours ne sont pas proposés.

17Une question se pose : même si ces tables rondes composent la journée dite « journée-débats », y a-t-il véritablement débat dans ce type de situation ? En référence à la définition encyclopédique de débat : « un débat est une discussion à laquelle prennent part des individus ayant des avis, idées, réflexions, opinions divergentes ou non pour le sujet considéré », on peut effectivement parler de débat. Mais si on se réfère aux travaux de recherche sur ce genre de discours, on notera que les composants qui caractérisent habituellement ce genre sont absents ici. En effet, on n’observe pas de reprises dialogiques, de jeux de langage basés sur la contradiction (Trognon et Larrue, 1994). Notons que l’accomplissement de ces jeux de langage requiert un espace dialogal en plusieurs tours – cet espace n’est pas proposé ici : monologue ou dialogue en deux tours (question-réponse).

Conclusion

18Les journées-débats, sont un lieu d’accomplissement de connaissances, d’états mentaux et émotionnels. Elles fournissent en un laps de temps limité, les informations incontournables, voire nécessaires et suffisantes pour se construire une opinion alors que les rapports restent fastidieux et moins accessibles. Elles sont également un lieu où des images sont véhiculées et peuvent avoir une incidence sur la représentation que le public et les élus se font de tels ou tels corps de métiers (en l’occurrence, des associations, des experts, des chercheurs, des élus). Ces constructions représentationnelles ne sont pas sans conséquences. Elles peuvent avoir une incidence sur la confiance, le crédit accordé à telles ou telles sources – en témoigne l’étude de Merlin (2014).

19De cette étude, nous envisageons pour le moment deux poursuites.

  • Étude de l’incidence de ce type de journées sur le public : conception d’un processus d’investigation permettant d’une part d’identifier suite à une table ronde, les connaissances acquises, la modification des opinions, de l’attitude, la transformation ou stabilisation de la représentation des corps de métiers et d’autre part de mettre en exergue sur la base des résultats de l’analyse clinique de la journée investie, les composants non traités ou qui n’auraient pas eu d’incidence sur la sphère cognitive du public.

  • Développement de formations, sensibilisations des intervenants aux tables-rondes visant à les préparer à ce type d’exercices et à prévenir d’éventuels déboires (par exemple, comment rester dans son rôle ? comment ne pas exprimer son attitude malgré l’insistance du public ?...).

Bibliographie

Références

Austin, J. L. (1970). Quand dire c’est faire. Paris : Seuil.

Ghiglione, R., & Trognon, A. (1993). Où va la pragmatique ? Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

Ghiglione, R., Landré, A., Bromberg, M., Molette, P. (1998). L’analyse automatique des contenus. Paris : Dunod.

Goffman, E. (1974). Les rites d’interaction. Paris : Les éditions de minuit.

Hintikka, J. (1989). L’intentionnalité et les mondes possibles. Lille : Presses universitaires de Lille.

Markovà, I. (2004). Langage et communication en psychologie sociale : dialoguer dans les focus groups. Bulletin de psychologie, 57, 231-236.

Merlin J. (2014). L’émergence d’une compétence environnementale autochtone ? Terrains & travaux, 24 (1), 85-102.

Négura, L. (2006). L’analyse de contenu dans l’étude des représentations sociales. SociologieS, Théories et recherches, [En ligne] http://sociologies.revues.org/993

Roulet E., Auchlin A., Moeschler J., Rubbattel C, Schelling M. (1985). L’articulation du discours en français contemporain. Berne : Peter Lang.

Saint-Dizier de Almeida, V., Specogna, A., Luxembourger, C. (2016). L’activité communicationnelle enseignante lors des discussions à visée philosophique. Revue Recherches en Education, 24, 54-64.

Saint-Dizier de Almeida, V., Colletta, J.-M., Auriac-Slusarczyk, E., Specogna, A., Simon, J.-P., Fiema, G. Luxembourger, C. (2016). Study activities that take place in speech interactions : A theoretical and methodological framework. International Journal of Qualitative Studies in Education, 29 (5), 686-713.

Trognon, A., Brassac, C. (1992). L’enchaînement conversationnel. Cahiers de Linguistique Française, 13, 76-107.

Trognon, A., Larrue, J. (1994). Pragmatique du discours politique. Paris : Armand Colin.

Notes

1 Ratinaud, P. (2009). Iramuteq : Interface de R pour les Analyses Multidimensionnelles de Textes et de Questionnaires. www.iramuteq.org

2 Tropes est un logiciel développé par Pierre Molette et Agnès Landré sur la base des travaux de Rodolphe Ghiglione (http://www.tropes.fr).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Analyse des similitudes.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30054/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 2 : Analyse en Composantes Principales.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30054/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 3 : Proximité des locuteurs relativement aux champs lexicaux investis.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30054/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tab. 1 : Occurrences des actions opératoires par locuteur selon la sphère.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30054/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30054/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

Auteur

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site