Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le gaz de charbon en Lorraine

 | 
Yann Gunzburger

Chapitre 7. Les représentations sociales du gaz de charbon et du projet d’exploitation

Marie-France Agnoletti

Texte intégral

Introduction

1La plupart des projets d’utilisation du sous-sol reposent ou nécessitent une étude de leur acceptabilité de la part des populations et/ou les groupes sociaux c’est ce que l’on appelle l’acceptabilité sociale. Cette dernière peut être abordée à l’aide des mesures indirectes comme l’attitude, c’est-à-dire l’évaluation favorable ou défavorable donnée par des individus. Or, l’attitude est précisément, une dimension inhérente aux représentations sociales (Moscovici, 1976 ; Rateau, 2000 ; Rouquette, 1996), elle serait même une expression des représentations (Salès-Wuillemin, Stewart, & Dautun, 2004). Il nous a donc paru intéressant d’étudier les représentations portées par différents groupes sociaux à l’égard du gaz de charbon et de son exploitation potentielle en Lorraine. Pour préciser cette étude, nous avons jugé pertinent de nous intéresser aux informations diffusées par la presse afin de voir s’il était possible d’établir un lien entre le contenu des représentations et les informations diffusées par des organes de presse.

2Les représentations sociales sont des connaissances socialement élaborées et partagées qui contribuent à la compréhension et l’interprétation de la réalité (Jodelet, 2002). Elles caractérisent des groupes sociaux (Herzlich, 1969). Plusieurs approches des représentations sociales ont été proposées, l’une bi-dimensionnelle qui met l’accent sur les dimensions évaluative et descriptive des représentations (Moliner, 1994), l’autre tri-dimensionnelle qui souligne différents registres d’expression des représentations sociales : descriptif, prescriptif et évaluatif (Guimelli, 1994 ; Rateau, 1995). Quel que soit le modèle adopté, il apparaît que le contenu d’une représentation sociale possède différentes dimensions et que l’étude de ces dernières est réalisée à partir de leur contenu langagier. En effet, les représentations n’existent que dans la mesure où elles sont verbalisées et transmises. L’étude du contenu des discours par lesquels elles sont exprimées doit donc nous donner des indications relatives aux différentes dimensions qui les constituent : les connaissances, les évaluations et leur dimension fonctionnelle. C’est donc, dans un premier temps, certaines de ces dimensions que nous mettrons en évidence grâce à l’analyse de contenu des discours recueillis que nous compléterons, dans un second temps, par l’administration d’un questionnaire. Ce dernier étant destiné à préciser l’évaluation du projet d’exploitation du gaz de charbon.

3Pour étudier des représentations sociales, il faut tenir compte de l’environnement social, des valeurs, des normes sociales et des modèles culturels (Herzlich, 1969) dans lequel ces dernières s’élaborent. Au sein de cet environnement, il nous semble opportun d’intégrer le rôle joué par les médias sur la formation des représentations. Moscovici (1976) a identifié trois types de rapports de communication que la presse entretient avec son lectorat : diffusion, propagation et propagande, chacun ayant une fonction différente. Ainsi, la diffusion transmet des informations, des connaissances, la propagation concerne des organes de presse propres à des groupes bien identifiés (les croyants, par exemple) et cherche à agréger les positions des membres d’un groupe autour d’une même vision alors que la propagande structure les contenus de communication de façon dichotomique suivant une position favorable ou défavorable (Bonardi & Roussiau, 1999). En référence à cette approche, nous avons voulu savoir quel était le contenu des articles de presse relatifs au gaz de charbon et si ces derniers affectaient ou non la représentation des différents groupes interrogés.

Méthode

Méthode de recueil des données

4Pour mettre en évidence des représentations sociales, il est indispensable de se doter d’un dispositif méthodologique qui permet l’étude des contenus langagiers afin de faire émerger les différents constituants de ces représentations. Dans cette perspective, nous avons adopté un dispositif d’enquête classique comportant deux phases (Ghiglione & Matalon, 1977) : une phase qualitative et une phase quantitative. Pour la phase qualitative, nous avons réalisé des entretiens exploratoires à l’issue desquels nous avons dégagé un guide qui nous a permis ensuite de conduire une série d’entretiens de façon plus systématique. Les entretiens étaient structurés autour des thèmes suivants : définition, environnement, esthétique, politique et économie. Cette première étape a été complétée par une phase quantitative où nous avons réalisé un questionnaire qui a été diffusé à trois groupes de participants.

Participants

5Plusieurs groupes de participants ont été sollicités. Un premier groupe « tout-venant » (n = 20) composé d’individus habitant dans le sud du département de Meurthe-et-Moselle ayant entre 18 et 60 ans dont une majorité a entre 18 et 30 ans. Le deuxième groupe est composé d’anciens mineurs (n = 12), habitant dans la zone géographique des projets d’exploration et d’exploitation. Le troisième groupe quant à lui est composé de riverains (n = 20) ayant entre 30 et 80 ans.

Traitement des données

6Le contenu des entretiens a été analysé par deux juges indépendants qui ont dégagé une grille d’analyse de contenu regroupant les principaux thèmes et leurs spécifications. De façon concomitante et pour préciser certaines dimensions du contenu, nous avons utilisé le logiciel Alceste. Le contenu des articles de presse a également été traité avec ce logiciel. Pour ce qui concerne le questionnaire, les résultats ont été traités avec le logiciel R.

Des représentations sociales et des évaluations contrastées

7Dans la présentation des résultats obtenus, nous distinguerons deux étapes. La première porte sur l’étude des représentations sociales issues de l’analyse de contenu des entretiens réalisés avec différents participants et la seconde présente les données issues de la passation d’un questionnaire visant à évaluer le projet.

La représentation de participants éloignés de la région d’exploitation

8La première étude a porté sur un groupe de participants « tout venant » habitant dans le sud de la Lorraine, région éloignée du projet. Ce groupe est composé de 20 participants ayant entre 18 et 60 ans. La majorité des répondants (n = 14) a entre 18 et 30 ans, les 31-60 ans représentent moins du tiers des répondants. Les 18-30 ans ont peu de connaissances au sujet du gaz de charbon et les associations révèlent un champ lexical assez pauvre : gaz de schiste, l’énergie et les centrales nucléaires. En outre, ces participants sont préoccupés par les dimensions sanitaires et écologiques de l’exploitation. Les 31-60 ans ont en général plus de connaissances et leur représentation est marquée par l’intérêt économique et le risque sanitaire. Dans ce groupe de participants on ne remarque pas d’hostilité avérée à l’égard du projet, mais plutôt une position en devenir, en attente de résultats.

La représentation des anciens mineurs1

  • 1 L’étude de la représentation des anciens mineurs a été réalisée à partir d’un corpus de discours a (...)

9Le contenu de la représentation de ce groupe de participants est organisé autour d’une définition extrêmement précise. Le champ lexical est riche : gaz, houille, charbon, grisou, méthane, sondage, captation, mesure, extraction. Les anciens mineurs différencient très précisément le gaz de charbon du gaz de schiste. En outre, leur discours se caractérise par une dialectique permanente. En effet, si les anciens mineurs abordent les risques liés aux dangers potentiels de l’exploitation du gaz de houille, ils soulignent que les risques étaient plus importants avant et qu’ils avaient été formés pour y faire face. Ils avancent d’ailleurs que le projet ne pourrait se mettre en place sans prévoir et/ou anticiper les risques qui lui sont associés.

10Les risques liés à la santé ne sont pas explicitement abordés et sont contrebalancés par les apports de l’exploitation en termes économiques. Cet aspect est traité de façon récurrente en relation avec une dimension politique qui inclut les niveaux régional et national. Il apparaît dans presque tous les discours, une évaluation favorable du projet qui se justifie : 1/par les retombées économiques et en termes d’emploi que pourrait générer l’exploitation du gaz de charbon dans une région qui est considérée comme « sinistrée », où le chômage est important et qui est en voie de désertification, 2/par le fait que les anciens mineurs possèdent des connaissances et des compétences qui ne leur font pas craindre l’extraction du gaz de houille car ils savent que les procédés ne sont plus les mêmes.

11Ainsi, la représentation des anciens mineurs est élaborée à partir de connaissances attestées et d’une expérience certaine de la mine qui laisse apparaître un point de vue favorable en ce qui concerne l’acceptation du projet (11 interviewés sur 12).

La représentation des riverains

12L’analyse du contenu des entretiens fait apparaître une représentation organisée autour de quatre grands thèmes : la dimension esthétique, l’aspect économique et l’information, la dimension politique du projet et les risques en matière d’environnement et de santé. Les participants mettent au même niveau ce qui concerne l’impact de l’exploitation du gaz de charbon et les risques relatifs à l’environnement et à la santé. On trouve dans ce groupe l’évocation des conséquences plutôt négatives du projet (risque, effondrement, danger...)

13Ces informations se distinguent de celles qui concernent le thème politique qui ont une valence plus positive. Les participants abordent le côté favorable de l’exploitation et l’intérêt qu’il y a à « essayer ». En outre, ils évoquent aussi, dans leur discours, une dimension qui n’a pas été trouvée dans le contenu des représentations des autres groupes, les préliminaires à l’exploitation c’est-à-dire les autorisations et les précautions. Enfin, les riverains indiquent qu’ils ne disposent pas suffisamment d’informations relatives à ce projet et/ou qu’elles ne leur ont pas été transmises. Leur point de vue en ce qui concerne l’acceptation n’est pas unanime et est conditionné à une maîtrise de l’information.

L’évaluation du projet

14Les résultats présentés sont issus du traitement du questionnaire administré à 98 participants répartis comme suit : écologistes et apparentés (n = 33), riverains (n = 27) et personnes « tout-venant » (n = 38) habitant loin de la zone géographique concernée par le projet. La figure 1 illustre l’évaluation du projet pour les trois groupes de participants.

15Il apparaît que pour les riverains et le groupe « tout-venant », l’image oscille entre une valence positive et une valence négative et aucune n’est déterminante. En revanche, les écologistes ont une image négative de ce projet. Le χ2 (4,98) = 19,98, p <. 0005 confirme la liaison entre image négative et ce groupe de participants. Nous pouvons aussi de mettre en avant une surreprésentation de l’image positive chez les riverains et le « tout-venant ». Le traitement des données fait aussi apparaître une absence de lien entre le niveau d’information, et l’image que les participants ont du projet d’exploitation. La corrélation entre le niveau d’information (mesuré sur une échelle en sept points) et le score d’image positive est très faible (r =.12). Il semble que ce ne sont pas les connaissances relatives au projet qui affectent l’image positive. Il faut donc se tourner vers d’autres éléments d’explication. Parmi eux, nous pouvons mettre en avant une corrélation élevée (r =.75) entre les conséquences socioéconomiques du projet et son image positive. Cette corrélation est plus élevée que celle relative à l’image positive et la perception du risque environnemental (r =.53) et à l’image positive et la perception du risque sanitaire (r =.14). L’argument des retombées socio-économiques pour une région dite « sinistrée » semble donc affecter l’image positive du projet.

Fig. 1 : Image du projet en fonction du groupe de participants.

16Pour les écologistes l’image négative est associée à des croyances en matière de retombées négatives pour l’environnement. Nous pouvons noter que les écologistes et apparentés ne croient pas aux retombées socio-économiques.

L’analyse de la presse

17L’objectif de l’analyse de contenu de la presse était double. D’une part, il s’agissait de savoir si les organes de presse (locale et nationale) avaient relayé les informations relatives au projet d’extraction du gaz de charbon, et si oui comment, à un moment où le débat et les questions relatives au gaz de schiste et l’usage de la fracturation hydraulique occupaient le devant de la scène. D’autre part, nous souhaitions savoir si, les informations véhiculées par ces organes de presse pouvaient affecter le contenu des représentations des personnes interrogées, et si oui, dans quelle mesure et dans quel sens. L’analyse du contenu de la presse a porté sur 43 articles sélectionnés à partir de la base de données en ligne Europresse et parus en 2013 et 2014.

La presse nationale

18Le corpus était composé d’articles issus de sept quotidiens : La Croix, La Tribune, Le Figaro, Le Monde, Le Parisien, Les Échos et L’Humanité, sans distinction d’appartenance idéologique. Au total, nous avons retenu treize articles. Nous avons noté que la question du gaz de charbon était traitée tant par la presse de gauche que par celle de droite. En 2013, c’est principalement la presse de droite qui s’est exprimée, tandis qu’en 2014, c’est la presse de gauche.

Analyse lexicale

19L’ensemble du corpus est composé de 808 formes actives. Parmi elles, les dix les plus employées sont les suivantes :

Fig. 2 : Les 10 formes actives les plus employées.

Fig. 3 : Nuage de mots illustrant les formes actives.

Analyse des similitudes

  • 2 La force de la relation est donnée par un indice de similitude que nous traduisons ci-dessous par (...)

20Cette analyse permet de repérer les principaux composants des informations diffusées dans la presse et d’identifier la force des relations qui les unit. Le tableau ci-dessous illustre la proximité entre différents éléments du contenu de la presse nationale. L’organisation des éléments est établie hiérarchiquement suivant la force de la relation2.

  • 3 De 2012 à 2014, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, a essayé par différents moy (...)

21Ainsi, dans la presse nationale les aspects environnementaux et économiques semblent avoir la plus grande proximité avec le gaz de houille, quelle que soit la façon dont ils sont abordés. On remarque qu’elle met l’accent sur la dimension économique du projet, citant à plusieurs reprises le ministre du redressement productif3 et l’intérêt de produire un gaz français. La question de cette production française est abordée en référence à EGL et GAZONOR ce qui permet d’établir un lien avec les forages dans le Nord-Pas de Calais.

Tab. 1 : Relations de proximité entre les éléments.

Tab. 1 : Relations de proximité entre les éléments.
  • 4 « Houille-ouille-ouille » est un collectif d’opposants à l’exploration du gaz de houille dans le N (...)

22À ce stade de l’analyse du corpus, nous pouvons avancer que la presse nationale apparaît comme une presse qui renseigne ses lecteurs. Elle cherche à transmettre des informations, à expliquer ce qu’est ce nouveau projet évoquant l’ensemble des thèmes qui s’y rapportent. Elle semble relativement neutre dans la mesure où elle ne s’attarde pas sur le clivage entre les antis et pros gaz de houille. Seul le collectif « Houille ouille ouille »4 est mentionné.

La presse locale

23Les articles de la presse locale proviennent de six quotidiens : La Voix du Nord (neuf articles), Nord Eclair (six articles), La Montagne (sept articles), Nord Littoral (quatre articles), L’Est Républicain (trois articles), Midi Libre (1 article). Ces journaux sont diffusés dans les régions du Nord, de l’Est et du Centre-Sud, régions où la question du gaz de charbon est posée (ou peut l’être, compte tenu du passé minier de ces régions). Au total, trente articles ont été analysés.

24Les articles de journaux de la région Nord-Pas de Calais sont majoritaires. Ils composent deux tiers de l’ensemble du corpus.

Analyse lexicale

25Le corpus est composé de 2 342 formes actives. Parmi elles certaines sont plus employées que d’autres. Les relations entre ces formes actives doivent être précisées.

Fig. 4 : Les 10 formes actives les plus employées

Fig. 5 : Nuage de mots illustrant les formes actives.

Analyse des similitudes

26À la différence de la presse nationale, le contenu de la presse locale est moins riche, moins diversifié. Il n’existe pas dans cette dernière, d’élément central et fédérateur autour duquel s’organisent les relations entre différents éléments. Compte tenu de la ressemblance entre le contenu de la presse locale dans son ensemble et celle de la région Nord-Pas de Calais, nous avons procédé à une comparaison de l’analyse des similitudes (cf. fig. 6 et 7). Cette dernière permet de mettre en évidence deux principaux changements : le premier réside dans la disparition de références à des départements et localités (Dordogne, Brive, société Exagon gaz) appartenant à d’autres régions et le second concerne la redistribution des relations entre les différents constituants.

27On note que ce sont les mêmes termes qui ont de fortes relations à d’autres : exploitation, gaz de houille, exploration, GAZONOR. Nous pouvons néanmoins identifier certaines variations.

28Il apparaît que le terme « exploration » est associé à « exploitation » par le terme « forage », dans la presse locale dans son ensemble. Dans la presse du Nord-Pas de Calais le lien entre exploration et exploitation est direct et le terme « exploration » est associé à des lieux de production (Divion et Avion) et deux sociétés (EGL et Gazonor). On remarque la disparition du lien exploration-Divion ; les informations relatives à l’exploration, au niveau local sont reliées à EGL-Avion-Divion-GAZONOR. Nous pouvons noter que le terme « enquête » a disparu mais pas celui de « mission » qui est toujours présent et relié dans la presse du Nord-Pas de Calais à « économique » et « développement ».

Fig. 6 : Analyse des similitudes : presse locale.

Fig. 7 : Analyse des similitudes : presse du Nord-Pas de Calais.

29En fin de compte, la presse locale mentionne les problématiques locales liées à l’exploration du projet d’exploitation du gaz de charbon. On trouve en effet dans ces organes de presse, de façon récurrente des termes tels que « emploi », « local » ou encore « environnement », « conséquences », « économique ». Les préoccupations écologiques sont présentes à travers l’évocation de la technique de « fracturation hydraulique », la « nappe phréatique », les « risques » et la référence à des localités comme Divion où un collectif s’est créé. On peut également noter que la presse locale relaye l’existence d’une opposition pro/anti exploration (et/ou exploitation) à travers les « opposants », « association », « réunion ». Enfin, si la presse locale mentionne le ministre du Redressement productif, ce n’est pas le cas dans la presse du Nord-Pas de Calais.

Conclusion

30L’ensemble des données recueillies et analysées tant au niveau de l’étude des représentations sociales qu’à celui de l’analyse de contenu de la presse nous permet de donner quelques orientations en ce qui concerne la perception du projet d’exploration et exploitation du gaz de charbon. Mentionnons en premier lieu une différence dans l’évaluation du projet entre des écologistes ou apparentés et des habitants à proximité et le tout-venant. Les habitants à proximité de la zone où sont réalisés les forages disent ne pas disposer de suffisamment d’informations. Le groupe « tout-venant » ne possède pas de connaissances au sujet du gaz de charbon. Ces manques amènent ces deux catégories de personnes à avoir des positions qui oscillent entre un pôle positif et un pôle négatif, mais la perspective de retombées socio-économiques positives semble donner une image globalement positive au projet.

31Pour ce qui concerne l’analyse de contenu de la presse, il a été possible d’établir des différences entre les contenus de la presse locale et la presse nationale. Il peut paraître trivial de dire que la presse nationale aborde les thèmes qu’elle présente à ses lecteurs de façon plus globale en évoquant l’ensemble des questions posées alors que la presse locale traite de la dimension plus locale de ces thèmes mais ceci suggère d’autres analyses. En effet, la presse nationale semble avoir la dimension informative dont parlait Moscovici (1976) et la presse locale semble au contraire se faire l’écho des problématiques locales exprimant ainsi certains antagonismes (Moscovici, 1976). Nous sommes tentés d’avancer que le contrat de communication entre ces différents organes de presse et leur lectorat (Burguet, 2000) est différent ce qui conditionne la nature des informations figurant dans les différents journaux. Enfin, il ne paraît pas possible d’avancer que les informations diffusées par les organes de presse quels qu’ils soient, affectent le contenu des pensées du lectorat et oriente leur représentation. Comme nous l’avons déjà souligné, les retombées socio-économiques semblent prendre le pas sur d’autres considérations.

Bibliographie

Bibliographie

Agnoletti, M.F., Salime, S. (2015). Représentations sociales de l’exploitation du gaz de charbon : un exemple en Lorraine. Communication au Colloque de l’ARPenv, Paris, 11-12 juin 2015.

Bonardi, C., Roussiau, N. (1999). Les représentations sociales. Paris : Dunod.

Burguet, A. (2000). Le contrat de communication dans le discours de la presse. Revue Internationale de Psychologie Sociale, 13-(4), 151-180.

Ghiglione, R., Matalon, B. (1977). Les enquêtes sociologiques : théories et pratiques. Paris : A. Colin.

Guimelli, C. (1994). Transformation des représentations sociales, pratiques nouvelles et schèmes cognitifs de base. In Guimelli, C. (Ed.), Structures et transformations des représentations sociales. Neuchâtel : Delachaux et Niestlé, p. 171-198.

Herzlich, C. (1969). Santé et maladie : analyse d’une représentation sociale. Paris : Mouton.

Jodelet, D. (2002). Les représentations sociales dans le champ de la culture : Social représentations. Social Science Information, 41(1), 111-133.

Moliner, P. (1994). Les méthodes de repérage et d’identification du noyau des représentations sociales. In Guimelli, C. (Ed.), Structures et transformations des représentations sociales. Neuchâtel : Delachaux et Niestlé, p. 199-232.

Moscovici, S. (1976). La psychanalyse, son image et son public. Paris : Presses Universitaires de France.

Rateau, P. (1995). Le noyau central des représentations sociales comme système hiérarchisé. Une étude sur la représentation du groupe. Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 26 (2), 29-52.

Rateau, P. (2000). Idéologie, représentation sociale et attitude : étude expérimentale de leur hiérarchie. Revue Internationale de Psychologie Sociale, 13 (1), 29-57.

Rouquette, M.L. (1996). Représentations et idéologies. In Deschamps, J.C et. Beauvois, J-L (Eds.), Des attitudes aux attributions : Sur la construction de la réalité sociale. Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble, p. 163-173.8

Salès-Wuillemin, E., Stewart, I., Dautun, M. (2004). Effets de l’activation d’une représentation sociale par l’attitude : étude expérimentale. Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 61, 43-56.

Terrade, F., Pasquier, H., Reerinck-Boulanger, J., Guingouain, G., & Somat, A. (2009). L’acceptabilité sociale : la prise en compte des déterminants sociaux dans l’analyse de l’acceptabilité des systèmes technologiques. Le Travail Humain, 4 (72), 383-395.

Notes

1 L’étude de la représentation des anciens mineurs a été réalisée à partir d’un corpus de discours avec des entretiens semi-directifs de recherche conduits par M. F. Agnoletti, M. Deshaies et P. Raggi. Certains fragments de ces discours sont détaillés dans la contribution de P. Raggi.

2 La force de la relation est donnée par un indice de similitude que nous traduisons ci-dessous par la taille des caractères). Plus la taille est importante plus la relation est forte.

3 De 2012 à 2014, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, a essayé par différents moyens de relancer la production nationale, en se faisant le chantre du « made in France ». En valorisant les innovations françaises, il a parlé de « gaz made in France » et de « gaz en marinière », en référence à la fameuse marinière qu’il a portée pour défendre et promouvoir la production d’Armor-Lux, informations relayées par la presse.

4 « Houille-ouille-ouille » est un collectif d’opposants à l’exploration du gaz de houille dans le Nord et le Pas de Calais.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Image du projet en fonction du groupe de participants.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30048/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 2 : Les 10 formes actives les plus employées.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30048/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 3 : Nuage de mots illustrant les formes actives.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30048/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Tab. 1 : Relations de proximité entre les éléments.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30048/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Fig. 4 : Les 10 formes actives les plus employées
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30048/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 5 : Nuage de mots illustrant les formes actives.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30048/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 6 : Analyse des similitudes : presse locale.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30048/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Fig. 7 : Analyse des similitudes : presse du Nord-Pas de Calais.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30048/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540