Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le gaz de charbon en Lorraine

 | 
Yann Gunzburger

Chapitre 6. Les ex-« gueules noires » et la perspective d’une exploitation du gaz de charbon en Lorraine

Pascal Raggi

Texte intégral

Introduction

1L’étude de la faisabilité de l’exploitation du gaz de charbon en Lorraine repose principalement sur des travaux qui mêlent des analyses géologiques et des expériences physico-chimiques. Ils prennent en compte les aspects industriels et scientifiques ainsi que la dimension environnementale du projet. Dans ce cadre, la participation d’un historien au projet « Gazhouille » peut sembler marginale. Toutefois, au vu de l’histoire économique et sociale de la région et parce que les aspects scientifiques et techniques doivent être complétés par une étude des représentations sociales, elle est pleinement justifiée. La rentabilité économique et les risques de cette exploitation sont ainsi perçus par les populations locales dans un contexte où l’histoire industrielle régionale joue un rôle important, avec, d’une part, l’importance passée de l’extraction charbonnière, et, d’autre part, le phénomène de désindustrialisation qui a profondément transformé la Lorraine des années 1960 jusqu’au tout début du XXIe siècle. Axée principalement sur les analyses des réponses d’anciens mineurs de charbon, ma participation au projet « Gazhouille », a permis une collaboration très intéressante avec mes collègues des sciences économiques, expérimentales, juridiques et humaines. Mobilisés tous ensemble pour mettre en lumière la façon dont l’exploitation d’une source d’énergie fossile peut être acceptée ou refusée dans une période de transition énergétique, nous avons pu démontrer nos complémentarités. L’apport des études historiques s’appuie ainsi sur des considérations relatives à l’histoire récente de l’exploitation du charbon en Lorraine dont une très courte synthèse est présentée ici. Ce recours à la connaissance historique permet de replacer les témoignages des ex-« gueules noires » dans un système de représentation de l’utilisation des ressources du sous-sol. Enfin, le travail de l’historien établit un lien entre la désindustrialisation et une forme de reconversion industrielle plus ou moins désirée ou efficiente.

Synthèse de l’histoire récente des Houillères du Bassin de Lorraine (HBL)

  • 1 Charbonnages de France (CDF), Dernière tonne, La Houve 23 avril 2004, Une épopée industrielle s’ac (...)
  • 2 Élise Fischer et Camille Oster, Nous, les derniers mineurs. L’épopée des gueules noires, Paris, Éd (...)
  • 3 Dès juin 1960, le Plan d’adaptation des Charbonnages de France pour la période 1960-1965 préparé p (...)

2Au début des années 1960, les HBL emploient plus de 43 000 salariés dont 16 000 mineurs1. En 1964, avec 15,6 millions de tonnes de houille extraites, les ouvriers des mines de charbon lorraines atteignent leur record historique de production2. Pourtant, cette époque est un chant du cygne pour cette industrie minière nationalisée en 1946. Les grands mouvements sociaux d’opposition aux plans de restructuration des charbonnages français n’empêchent pas les fermetures de puits et les diminutions d’effectifs3.

  • 4 CDF, op. cit., p. 24.
  • 5 Ibidem.

3Après deux décennies de fluctuations de son activité, l’entreprise d’État Charbonnages de France (CDF) met en place pour les HBL, comme pour les autres régions charbonnières, les conditions d’une cessation complète de l’extraction souterraine du charbon sur le territoire national. En Lorraine, entre 1984 et 1990, les aides étatiques permettent ainsi de créer de nouveaux emplois dans le bassin charbonnier pour compenser la diminution des effectifs des HBL, qui passent de plus de 23 000 personnes en 1980 à environ 6 300 en 20004. Surtout, le pacte charbonnier de 1994 organise la fin des charbonnages français et conduit au terme de l’exploitation en avril 2004 avec l’arrêt du site mosellan de La Houve à Creutzwald. Dans ce contexte, la production baisse fortement avant de cesser, en passant ainsi de 8,3 millions de tonnes en 1990 à 2,5 millions de tonnes dix ans plus tard5. Sur le plan social, les « gueules noires » qui quittent leur emploi bénéficient d’un accompagnement. Les ex-mineurs rencontrés dans le cadre du projet ont donc vécu ce processus lié à la désindustrialisation.

  • 6 À la différence de ce qui s’est passé dans les mines de fer où ce sont des bénévoles qui l’ont ini (...)

4À partir des années 1980, certains d’entre eux s’engagent dans l’action patrimoniale. En effet, dans les HBL, la préservation du patrimoine minier bien qu’organisée par l’État6, fait appel à des ex-travailleurs des mines bénévoles. À partir de 1985, la création du Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle (CCSTI) du bassin houiller lorrain doit, en fédérant les associations de conservation du patrimoine industriel charbonnier, accompagner la restructuration industrielle de la Lorraine du charbon. Mais, la mémoire du bassin houiller ne dispose de véritables structures muséographiques qu’après la signature du pacte charbonnier de 1994. Elles permettent l’ouverture du musée du carreau Wendel à Petite-Rosselle en 2006. Grâce à Laetitia Gigault, responsable du pôle culture du musée, j’ai pu entrer en contact avec des ex-« gueules noires » et d’autres bénévoles (tous descendants de mineurs) qui y assurent l’entretien et la maintenance des installations et y réalisent également des visites guidées. D’octobre à décembre 2013, seul ou avec mes collègues Marie-France Agnoletti (psychologue sociale), Michel Deshaies (géographe) et Valérie Saint-Dizier (psychologue sociale), j’ai ainsi interviewé quinze personnes dont douze ex-mineurs de charbon de Lorraine pour connaître leurs points de vue sur la perspective d’une exploitation du gaz de houille dans la région. Puis, en 2014, l’utilisation des retranscriptions de ces interviews a permis de mettre en évidence le discours des anciens mineurs sur l’acceptabilité sociale de cette même éventuelle exploitation future.

Les anciens mineurs et le grisou : considérations sur l’ennemi d’hier devenu un éventuel outil de revitalisation du tissu économique local...

5Même si l’exploitation du gaz de charbon est envisagée plutôt aux marges de l’ancien bassin houiller, les opinions des anciens mineurs sur son acceptabilité sociale constituent un des éléments d’une démarche comparative aux côtés des avis d’autres groupes de populations. Cinq grands thèmes reviennent régulièrement dans les entretiens : l’aspect technique, l’emploi, le lien entre bénéfice et risque, le manque d’information et la région sinistrée.

  • 7 Interview du 31 octobre 2013 (RS).
  • 8 Jusqu’au 31 décembre 2009, le chauffage urbain de cette petite ville était assuré par du charbon e (...)

6Le grisou était l’ennemi du mineur. La possibilité de son exploitation à des fins énergétiques peut donc entraîner un changement radical de son image : « C’est du gaz qui nous a embêtés pendant des années et des années, si on peut l’utiliser pour autre chose et non pas pour faire des victimes, pourquoi pas ? »7. Les contraintes techniques pour arriver à ce changement ne semblent pas poser de problèmes aux ex-mineurs. Habitués à l’utilisation de systèmes visant à évacuer ce gaz dangereux, la récupération de celui-ci par un dispositif technique leur apparaît simplement comme un jalon d’une nouvelle expérience d’exploitation. D’autant que la localité de Behren-lès-Forbach avait été chauffée en partie grâce au gaz de houille jusqu’en 20098. Globalement, chez les ex-« gueules noires » interrogées, la connaissance précise des caractéristiques de cette substance gazeuse si dangereuse dans les galeries sous certaines conditions de concentration, de pression et de température tend à en faire relativiser la complexité d’une nouvelle utilisation.

  • 9 Interview du 12 décembre 2013 (GC).
  • 10 Interview du 21 novembre 2013 (YP).
  • 11 Interview du 31 octobre 2013 (RS).
  • 12 Interview du 12 décembre 2013 (J-MF).
  • 13 Interview du 21 novembre 2013 (YP).

7Mis à part un témoin opposé à l’éventuelle exploitation du grisou, tous les mineurs évoquent prudemment l’aspect économique favorable du projet pour l’emploi régional : « 10 emplois de créés, ce sont 10 emplois de créés, hein ! »9, « Après il faut voir si ça fait vraiment profiter à un grand nombre de personnes, bien sûr vous me direz 200 ou 300 c’est toujours mieux que rien, mais 1 000, 2 000 personnes ça serait encore plus intéressant »10, « Si on peut créer des emplois, ne serait-ce qu’une dizaine dans la région, ce serait déjà ça de pris ! »11. Le passé récent les invite à la prudence, car ils sont tous marqués par la disparition des HBL. La dimension comparative est marquée par la référence à celles-ci : « Le modèle des HBL ce sera plus possible, ça c’est clair ! »12. Les questionnements sur les objectifs de rentabilité à court terme pour l’entreprise qui réalise la prospection – La Française de l’Énergie (ex-EGL) – sont aussi présents dans les entretiens : « Parce que vous savez, ‘‘nos’’ investisseurs qu’est-ce qu’ils cherchent s’ils ouvrent ce projet ? Productivité, gain, rentabilité ; quand il n’y en a plus, on ferme le bazar et on se sauve ! »13.

  • 14 Interview du 12 décembre 2013 (DH).

8S’il existe une crainte de l’échec du projet, chez les ex-mineurs interrogés prédomine néanmoins l’idée qu’il faut tenter l’exploitation. Seul l’un d’entre eux considère que, pour des raisons écologiques, elle n’est pas envisageable : « On va quand même aller fracturer les terrains et personne n’a la science infuse »14. En somme, et sauf pour ce témoin, pour la majorité des ex-« gueules noires », le bénéfice économique prévaut sur le risque sanitaire. Ce dernier est même relativisé, notamment car l’exploitation de gaz en surface n’implique pas l’existence des mêmes dangers que sa présence dans des galeries de mine. Toutefois, les ex-mineurs semblent plus préoccupés par les nappes phréatiques dont l’éventuelle pollution inquiète plus que les propriétés détonantes du grisou.

  • 15 Interview du 21 novembre 2013 (GM).

9Précisément, le thème du manque d’information repose sur des considérations liées à la méconnaissance par le grand public des méthodes d’exploitation du gaz de charbon. Les interrogations des témoins dans ce domaine portent principalement sur le lien entre l’utilisation de substances chimiques favorisant l’extraction du gaz et les eaux en contact avec celles-ci : « En ce qui concerne la protection de la nappe phréatique, je pense que ça c’est aussi un souci pour l’exploitant, éventuellement »15. Pour les anciens travailleurs des HBL, il ne faudrait évidemment pas faire naître de nouvelles formes de pollution dans la région.

  • 16 DH dans l’entretien du 12 décembre 2013 signale ainsi le succès d’un fabricant local de bras de Ca (...)

10Pour eux, la Lorraine charbonnière souffre déjà d’être une région « sinistrée ». Cette représentation de leur lieu de vie est aussi fondamentale pour comprendre leur attitude vis-à-vis du projet. Leur perception de la désindustrialisation s’organise autour de la disparition des HBL et de tout l’univers économique et social qui les accompagnait. Globalement, les éléments de ré-industrialisation, les rares réussites individuelles d’entreprises du secteur minier désormais tournées vers l’étranger16 et les possibilités de travail en Allemagne voisine ne les empêchent pas de se conforter dans une idée de déclin régional ; bien au contraire !

Le projet d’exploitation du gaz de charbon et la reconversion économique régionale

  • 17 Joël Creusat (dir.), La Lorraine face à son avenir, Paris, INSEE, 2003, p. 81.
  • 18 Joël Creusat (dir.), op. cit., p. 91.
  • 19 Sur le thème de la nostalgie du travail industriel voir Tim Strangleman, « ‘‘Smokestack Nostalgia’ (...)
  • 20 Traduction de l’expression « carboniferous capitalism » qualifiant le développement industriel iss (...)

11Cette perception est un constat objectif : « La cessation progressive des activités d’extraction du charbon a entraîné une perte de plus de 37 000 emplois dans le Bassin Houiller, entre le début des années 60 et la fin des années 90 »17. D’autant qu’il n’y a pas eu de compensation à ces disparitions : « Le Bassin Houiller est ainsi la troisième zone d’emploi lorraine la moins créatrice d’emplois salariés »18. À cela s’ajoute une nostalgie qui dépasse le simple sentimentalisme. En effet, elle a permis aux ex-mineurs, aidés par CDF, entreprise d’État désireuse de réaliser une action patrimoniale exemplaire, de contribuer à construire leur propre histoire19. Dans celle-ci, la fin de l’exploitation occupe une place fondamentale, car aucune activité économique n’existe en remplacement de l’industrie si structurante socialement, et même culturellement, que fut celle issue du capitalisme charbonnier20.

12Dans ce contexte mémoriel, le projet d’exploitation du gaz de charbon apparaît pour les ex-« gueules noires » comme une possibilité de reconversion économique régionale qui fait le lien avec le passé industriel récent. L’intérêt pour les perspectives qu’il permet d’envisager ne se limite donc pas seulement au nombre d’emplois qu’il pourrait créer. Ainsi, il est perçu comme une possibilité de mettre en œuvre une richesse du sous-sol sous-exploitée et même redoutée pendant les années d’exploitation des galeries des HBL.

13Pourtant, comme leurs contemporains marqués par les débats de société sur les nuisances industrielles et leur impact sur l’environnement ainsi que par les nécessités d’assurer une transition énergétique tendant à limiter l’utilisation des énergies fossiles, les ex-mineurs restent prudents dans leur argumentation favorable à une éventuelle exploitation du gaz de charbon. Cette précaution s’explique par l’absence de croyance en une solution miracle pour améliorer le niveau de l’emploi en Lorraine. D’ailleurs, les précédentes formes de reconversion économique, insuffisamment pourvoyeuses de nouveaux postes de travail dans le secteur secondaire à l’heure de la tertiarisation triomphante, n’ont pas permis de faire naître une nouvelle société industrielle régionale.

Conclusion

  • 21 Voir « Charbon, pétrole, gaz : les trois plaies du climat », in Le Monde, dimanche 29-lundi 30 nov (...)

14Après la COP 21 qui s’est déroulée à Paris (Conference of the Parties, 30 novembre-11 décembre 2015) dans l’objectif futur d’éviter un réchauffement trop important de la planète, la notion de transition énergétique signifie de façon de plus en plus évidente l’accélération de l’affranchissement vis-à-vis des énergies fossiles que sont le charbon, le gaz naturel et le pétrole21. Le projet d’exploitation du gaz de charbon bien que s’inscrivant dans une tradition industrielle régionale semble ainsi être à contretemps par rapport à l’évolution des problématiques énergétiques les plus récentes. Les ex-« gueules noires » qui, avec un réalisme de bon aloi, lui sont majoritairement favorables constituent alors peut-être une population peu représentative de leurs contemporains en matière d’avis sur la politique énergétique à mener dans les années à venir. Finalement, il convient de se demander si les possibilités de mise en œuvre de nouvelles techniques d’extraction du gaz de charbon n’arrivent pas trop tard en Lorraine. Le processus de désindustrialisation, sans faire disparaître les compétences techniques acquises par les ex-mineurs lorsqu’ils étaient en activité, a fini par éloigner les habitants de la région des modes de pensées en cours dans l’ancien monde industriel. Aujourd’hui, les considérations écologiques sont un frein à l’éventuelle exploitation des gaz non-conventionnels présents dans le sous-sol français. En décalage avec cette perception, les témoignages des travailleurs de l’industrie extractive d’hier nous aident simplement à relativiser les difficultés techniques de la faisabilité du projet d’exploitation du gaz de charbon lorrain. Pour son acceptation, il resterait encore à trouver un compromis entre des exigences écologiques, économiques, sociales et stratégiques. En France, la transition énergétique devrait alors aussi être comprise davantage comme un temps limité de mix-énergétique diversifié, où de nouvelles possibilités d’exploitation des hydrocarbures non-conventionnels auraient leur place, et non pas seulement en tant que période d’affranchissement rapide vis-à-vis de toutes les énergies fossiles. Aux citoyens, aux hommes politiques et aux scientifiques d’agir éventuellement dans ce sens... Loin du travail de l’historien.

Bibliographie

Sources et références bibliographiques

Sources

Interviews d’anciens mineurs de charbon réalisées au musée du carreau Wendel à Petite-Rosselle : 31 octobre, 21 novembre et 12 décembre 2013.

La Semaine, no 256, 11 février 2010.

Le Monde, dimanche 29-lundi 30 novembre 2015, Supplément COP 21.

Références bibliographiques

Charbonnages de France (CDF) (2004). Dernière tonne, La Houve 23 avril 2004, Une épopée industrielle s’achève. Paris : dossier de presse, 29 p.

Creusat, J. (2003). La Lorraine face à son avenir. Paris : INSEE.

Fischer, É., Oster, C. (2005). Nous, les derniers mineurs. L’épopée des gueules noires. Paris : Éditions Hors Collection, 128 pages.

Raggi, P. (2006). Les mineurs de fer au travail (1945-1975). Les évolutions du travail ouvrier dans les mines de fer de Lorraine. Thèse d’histoire contemporaine, Nancy, 593 pages.

Strangleman, T. (2013). “Smokestack Nostalgia”, “Ruin Porn” or Working-Class Obituary : The Role and Meaning of Deindustrial Representation’’. International Labor and Working-Class History (ILWCH), no 84, p. 23-37.

Strangleman, T. (2007). « The Nostalgia for Permanence at Work ? The End of Work and it Commentators ». Sociological Review, no 55, p. 81-103.

Strangleman, T. (2012). “Work Identity in Crisis ? Rethinking the Problem of Attachment and Loss at Work”. Sociology, no 46, p. 411-425.

Notes

1 Charbonnages de France (CDF), Dernière tonne, La Houve 23 avril 2004, Une épopée industrielle s’achève, Dossier de presse, mars 2004, p. 24.

2 Élise Fischer et Camille Oster, Nous, les derniers mineurs. L’épopée des gueules noires, Paris, Éditions Hors Collection, 2005, p. 7.

3 Dès juin 1960, le Plan d’adaptation des Charbonnages de France pour la période 1960-1965 préparé par Jean-Marcel Jeanneney alors ministre de l’Industrie prévoit des fermetures de puits et des réductions drastiques d’effectifs. En décembre 1968, le plan Bettencourt aboutit également à l’arrêt de certains sites. L’embellie du tout début des années 1980, avec la reprise de l’embauche, ne met pas un terme aux restructurations qui finissent par s’accélérer de nouveau à partir du milieu de la même décennie.

4 CDF, op. cit., p. 24.

5 Ibidem.

6 À la différence de ce qui s’est passé dans les mines de fer où ce sont des bénévoles qui l’ont initiée. Voir Pascal Raggi, Les mineurs de fer au travail (1945-1975). Les évolutions du travail ouvrier dans les mines de fer de Lorraine, Thèse d’histoire contemporaine, Nancy, 2006, p. 467-474.

7 Interview du 31 octobre 2013 (RS).

8 Jusqu’au 31 décembre 2009, le chauffage urbain de cette petite ville était assuré par du charbon et du gaz de mine. Ensuite, une chaufferie au bois a remplacé les chaudières à charbon tandis que celles à grisou ont été converties au gaz naturel. Voir l’hebdomadaire régional La Semaine, no 256, 11 février 2010.

9 Interview du 12 décembre 2013 (GC).

10 Interview du 21 novembre 2013 (YP).

11 Interview du 31 octobre 2013 (RS).

12 Interview du 12 décembre 2013 (J-MF).

13 Interview du 21 novembre 2013 (YP).

14 Interview du 12 décembre 2013 (DH).

15 Interview du 21 novembre 2013 (GM).

16 DH dans l’entretien du 12 décembre 2013 signale ainsi le succès d’un fabricant local de bras de Caterpillar dont les clients sont chinois...

17 Joël Creusat (dir.), La Lorraine face à son avenir, Paris, INSEE, 2003, p. 81.

18 Joël Creusat (dir.), op. cit., p. 91.

19 Sur le thème de la nostalgie du travail industriel voir Tim Strangleman, « ‘‘Smokestack Nostalgia’’, ‘‘Ruin Porn’’ or Working-Class Obituary : The Role and Meaning of Deindustrial Representation », International Labor and Working-Class History (ILWCH), fall 2013, no 84, p. 23-37 ; et du même auteur : « The Nostalgia for Permanence at Work ? The End of Work and it Commentators », Sociological Review, no 55, 2007, p. 81-103 ; ‘‘Work Identity in Crisis ? Rethinking the Problem of Attachment and Loss at Work’’, Sociology, no 46, 2012, p. 411-425.

20 Traduction de l’expression « carboniferous capitalism » qualifiant le développement industriel issu de l’exploitation des bassins charbonniers dans le cadre de l’économie libérale de marché.

21 Voir « Charbon, pétrole, gaz : les trois plaies du climat », in Le Monde, dimanche 29-lundi 30 novembre 2015, Supplément COP 21, p. 28.

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540