Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le gaz de charbon en Lorraine

 | 
Yann Gunzburger

Chapitre 2. Le contexte historique et géographique du projet d’exploitation de gaz de charbon dans le bassin houiller lorrain

Michel Deshaies et Pascal Raggi

Texte intégral

Introduction

1Les attentes et les craintes que suscite le projet d’exploitation du gaz de charbon sont à analyser dans un contexte historique et géographique bien particulier qui est celui d’une région profondément façonnée par un siècle et demi d’exploitation minière. Cette activité longtemps prédominante, ayant même le caractère d’une mono-industrie pour une partie du bassin houiller, a connu un déclin rapide avant de disparaître complètement. Comme dans d’autres régions similaires en Europe, elle a laissé un héritage à la fois sociologique et technique qu’il faut prendre en considération pour mesurer les possibilités et les résistances à un nouveau projet d’extraction.

Les conséquences du déclin de l’exploitation charbonnière

2Le déclin de l’exploitation charbonnière en Europe occidentale depuis les années 1960 a provoqué une crise profonde des bassins houillers dont l’économie, le plus souvent fortement spécialisée dans les activités minières et la production sidérurgique à partir du coke, a difficilement pu se reconvertir (Leboutte, 1997). En effet, tant que le charbon est resté la principale source d’énergie et la base de la sidérurgie, les bassins houillers sont restés des régions économiquement fortes et ils comportaient peu d’activités sans lien avec l’exploitation minière. Guy Baudelle (1994, 1995) a montré que le système de production minière était à l’origine d’un véritable système spatial « entièrement conçu en fonction des seuls besoins de la mine ». C’est pourquoi ce système économique et spatial se caractérisait par sa rigidité et son incapacité à évoluer de l’intérieur sans subir une rupture majeure qualifiée de « rupture créatrice » par J.-M. Holz (1987).

3La reconversion économique des bassins houillers a été d’autant plus problématique qu’un déclin d’abord rapide de l’exploitation s’est prolongé par une longue agonie qui a notamment compliqué le nécessaire changement d’image de beaucoup de bassins houillers. En effet, le maintien d’une exploitation résiduelle retarde d’autant le recyclage des friches minières (Deshaies, 2007), sauf lorsque l’exploitation migre spatialement comme cela a été le cas dans le bassin de la Ruhr. L’une des conséquences de cette évolution est que les bassins houillers européens apparaissent systématiquement comme des régions densément peuplées, mais en déclin démographique et traversant depuis l’effondrement de la production charbonnière des difficultés économiques qui ressortent à travers des taux de chômage souvent bien supérieurs aux moyennes nationales. En fait, les pertes massives d’emplois dans l’exploitation minière et les industries qui lui étaient liées n’ont jamais pu être compensées par le développement de nouvelles activités.

Le bassin houiller lorrain : une exploitation longtemps performante et innovante

  • 1 Si l’exploitation du charbon est ancienne dans la partie sarroise où les couches de houille affleu (...)

4Dans ce contexte, le bassin houiller lorrain présente un certain nombre de spécificités, car son exploitation a été relativement tardive par rapport à d’autres bassins comme celui du Nord-Pas-de-Calais (Pounds, 1990). Ce développement tardif s’explique d’une part, par des difficultés techniques et d’autre part par l’histoire particulière de cette région située au cœur des confrontations franco-allemandes du XXe siècle1. L’extraction du charbon, nationalisée avec la création des Houillères du Bassin de Lorraine (HBL) à la Libération, devient une priorité dans le cadre de la reconstruction. Le bassin charbonnier lorrain connaît alors son apogée avec une production qui double entre 1948 et 1952 pour atteindre un maximum de 15,6 millions de tonnes en 1964. Le bassin lorrain est alors le plus moderne et le plus productif de France grâce à des rendements par mineur beaucoup plus élevés que dans les autres bassins (tabl. 1).

  • 2 Charbonnages de France, « Dernière tonne » La Houve 23 avril 2004. Une épopée industrielle s’achèv (...)

Tableau 1 : Rendements dans les HBL par poste et par homme au fond en kg (CdF, 2004)2.

Tableau 1 : Rendements dans les HBL par poste et par homme au fond en kg (CdF, 2004)2.

5Le charbon lorrain, dont la médiocre qualité avait longtemps empêché de produire du coke pour la sidérurgie, a été surtout valorisé par un ensemble d’industries de la houille (centrales thermiques de Carling et de Grossbliederstroff, plateforme carbochimique, récupération du gaz produit par la carbochimie) créant localement tout un potentiel industriel innovant.

  • 3 Le plan Bettencourt en décembre 1968 prévoit une baisse de 20 % de l’extraction dans les HBL. Il s (...)

6Malgré ces résultats, la concurrence du pétrole, puis des productions importées, entraîne un déclin progressif marqué par la fermeture des premiers puits dès la fin des années 19603. Si le choc pétrolier de 1973 modifie le marché mondial du charbon et permet une relance de la production, le charbon lorrain n’est plus assez compétitif, malgré les investissements et les progrès du rendement. D’ailleurs, La crise pétrolière de 1979 ne permet pas d’enrayer la baisse des besoins industriels en charbon ; d’autant moins que le développement de la production d’électricité d’origine nucléaire et la diminution des quantités utilisées par la sidérurgie empêchent une véritable reprise de l’activité. À partir du milieu des années 1980, les HBL réduisent leur production dans un contexte économique de moins en moins favorable à la houille française sévèrement concurrencée par les charbons exploités dans des mines à ciel ouvert. En 1984, la production des HBL atteint 10 millions de tonnes. En 1992, elle n’est plus que de 7 millions de tonnes.

7En dépit de la réduction de la production, l’amélioration des rendements se poursuit néanmoins dans un nouveau contexte : celui de la fin programmée des mines de charbon en Lorraine. Les Charbonnages de France restructurent l’ensemble de leurs activités dans la région (Bour, 1995). Entre 1984 et 1990, les aides de l’État permettent de créer de nouveaux emplois dans le bassin charbonnier pour compenser la diminution des effectifs miniers qui passent de 26 922 en 1980 à 6 383 en 2000. Le puits de Sainte-Fontaine est arrêté définitivement en 1986. La même année, la cokerie de Marienau est fermée. Un an plus tard, la centrale de Grosbliederstroff cesse son activité. En 1990, la plate-forme carbochimique de Carling est séparée des HBL et devient une entreprise du groupe Atochem. La signature du pacte charbonnier le 20 octobre 1994 met en place une gestion sociale de la fin programmée des HBL. La dernière mine de charbon de Lorraine, « le siège » de La Houve à Creutzwald, est fermée en 2004. Il n’y a alors plus d’exploitation souterraine du charbon en France. Il reste pourtant d’importantes ressources estimées à environ 700 millions de tonnes (Lexa-Chomard & Pautrot, 2006) car une grande partie des couches situées en profondeur n’a pas été exploitée. Il faut attendre 2012 et la création d’un éphémère ministère du redressement productif confié à Arnauld Montebourg pour que des projets de relance de l’exploitation des ressources du sous-sol en France soient envisagés. C’est dans ce contexte que se développe le projet de La Française de l’Énergie.

Les héritages de l’exploitation charbonnière

  • 4 La présence de ces carrières est une originalité du bassin houiller lorrain dans lequel les couche (...)

8Un siècle et demi d’exploitation du charbon ont profondément transformé les paysages du bassin houiller lorrain. Mais l’empreinte minière est inégale en fonction de l’ancienneté et de l’importance de l’exploitation. Le paysage est particulièrement marqué par les infrastructures minières dans la partie nord du bassin, le long de la frontière allemande (fig. 1 et 2). De Creutzwald à l’ouest à Stiring-Wendel à l’est, les anciens sièges d’extraction, d’énormes terrils et des carrières4 alternent avec les cités minières. Un peu en retrait de la frontière, on trouve aussi les industries initialement développées à partir du charbon comme la plateforme chimique de Carling et la centrale Emile Huchet. Plus au sud, une bande forestière et le talus du Warndt séparent ce paysage minier très caractéristique d’un paysage essentiellement agricole, au milieu duquel subsistent les vestiges de deux sièges d’exploitation créés au lendemain de la Seconde Guerre mondiale : Faulquemont et Folschviller (fig. 3). Fermés dans les années 1970, ces deux anciens carreaux de mine ont été ensuite en grande partie détruits et il ne reste plus de Folschviller que le chevalement, alors qu’une grande zone d’activité s’est installée à l’emplacement du siège de Faulquemont. Le caractère minier de cette partie du bassin est presque complètement effacé et c’est justement dans cette partie du bassin houiller que sont prévus les nouveaux projets d’extraction de gaz de charbon.

Fig. 1 : Le bassin houiller lorrain.

Fig. 2 : Le carreau Wendel, devenu musée de la mine du bassin houiller lorrain, à Petite-Rosselle, à proximité de la frontière franco-allemande (photo A. Humbert, 2009).

Fig. 3 : Le parc d’activités de l’ancienne mine de Folschviller dominé par la tour d’extraction (photo A. Humbert, 2009)

Le contexte socio-démographique du bassin houiller lorrain

9Le bassin houiller lorrain proprement dit (cantons de Forbach, Freyming-Merlebach, Saint-Avold ainsi qu’une dizaine de communes du canton de Faulquemont et quelques communes autour de Creutzwald) est très densément peuplé : environ 175 000 habitants pour une densité moyenne de 440 habitants/km2. Mais l’évolution démographique de la région est négative en raison du déclin de l’activité minière (tabl. 2). En effet, depuis le début des années 1980, le nombre d’habitants n’a cessé de diminuer avec une perte cumulée de 20 000 habitants, soit environ 10 % de l’ensemble de la population. Les pertes ont été particulièrement sévères (jusqu’à un tiers de la population depuis les années 1960) pour les communes les plus marquées par l’exploitation minière comme Folschviller ou Petite-Rosselle, ou celles qui comme Farébersviller et Behren-lès-Forbach avaient accueilli des grands ensembles d’habitat destinés à loger une partie de la main d’œuvre des mines (fig. 4 et tabl. 2). Seules les communes situées en périphérie de la zone minière densément urbanisée (comme par exemple Oeting ou Teting/Nied) ont connu une forte progression par périurbanisation.

Tableau 2 : Indicateurs socio-démographiques de quelques communes du bassin houiller lorrain. Remarquer les contrastes très forts entre les communes du cœur densément urbanisé du bassin houiller, en déclin démographique, avec beaucoup de chômage et peu d’actifs et les communes de la périphérie en forte croissance avec un fort taux d’activité.

Tableau 2 : Indicateurs socio-démographiques de quelques communes du bassin houiller lorrain. Remarquer les contrastes très forts entre les communes du cœur densément urbanisé du bassin houiller, en déclin démographique, avec beaucoup de chômage et peu d’actifs et les communes de la périphérie en forte croissance avec un fort taux d’activité.
  • 5 Suivant Pôle emploi, en février 2014, le taux de chômage de la zone d’emploi de Forbach qui recouv (...)

10En fait, le bassin houiller compte actuellement moins d’habitants qu’au milieu des années 1960. De plus, cette population est en moyenne beaucoup plus âgée qu’elle ne l’était dans les années 1960 où la région connaissait un fort essor démographique. Près d’un quart des habitants sont âgés de plus de 60 ans, alors que les jeunes de moins de 15 ans représentent moins de 18 % de la population. Malgré ce vieillissement, le solde naturel est encore légèrement positif. La population diminue néanmoins continuellement, car depuis les années 1960 le solde migratoire de l’ensemble du bassin houiller est négatif, faute d’emplois en nombre suffisant pour les jeunes de la région et malgré les possibilités de travail dans la grande ville voisine de Sarrebruck. L’insuffisance des emplois locaux se traduit par un taux d’activité moyen de seulement 53 %, de 9 points inférieurs à la moyenne régionale, alors que le taux de chômage de l’ensemble de l’aire urbaine du bassin houiller dépassait 12 % en 20115, avec des niveaux records de 16 à 18 % dans les cités de Farébersviller et de Behren-lès-Forbach.

Fig. 4 : La cité de Farébersviller, grand ensemble d’habitat collectif (photo A. Humbert, 2009)

11La région en cours d’exploration pour le gaz de charbon (communes de Zimming, Bambiderstroff, Folschviller, Faulquemont, Pontpierre, Teting/Nied et Lachambre) concerne essentiellement des communes de la périphérie sud-ouest du bassin houiller. Elles regroupent environ 14 000 habitants pour une densité moyenne de 200 habitants/km2, densité plus forte encore autour des anciens sièges d’exploitation minière de Folschviller et de Faulquemont. C’est une région beaucoup moins marquée par les activités minières que le cœur du bassin houiller autour de Forbach et de Freyming-Merlebach. Elle connaît d’ailleurs une évolution démographique légèrement positive avec le développement de certaines communes au cadre champêtre et recherché pour la résidence comme Teting/Nied ou Bambiderstroff qui ont une population plus jeune et avec un taux d’activité beaucoup plus important que la moyenne du bassin houiller (tabl. 2).

12Ces caractéristiques démographiques et sociologiques de la population du bassin houiller montrent la nécessité de développer de nouvelles activités afin d’enrayer un déclin déjà bien engagé. Ce projet d’exploitation du gaz de charbon peut-il être une de ces nouvelles activités ? Peut-être, mais à certaines conditions. L’un des obstacles à sa réalisation complète pourrait être une hostilité des populations locales ; d’autant plus que l’exploration se déroule actuellement dans les parties du bassin houiller les moins marqués par les infrastructures minières et où les besoins d’emplois nouveaux sont les moins importants.

Bibliographie

Références bibliographiques

Baudelle, G. (1994). Le bassin minier du Nord Pas de Calais après le charbon : la difficile gestion de l’héritage spatial. Hommes et Terres du Nord, no 1, p. 3-12.

Baudelle, G. (1995). Le système spatial de la mine, l’exemple du bassin houiller du Nord Pas de Calais. Thèse de doctorat d’État ès lettres (PhD thesis), University Lille III, France.

Bour, R. (1995). “L’épopée industrielle“, in : Encyclopédie illustrée de la Lorraine. Nancy : Presses universitaires de Nancy - Editions Universitaires de Lorraine.

Charbonnages de France (CDF) (2004). Dernière tonne, La Houve 23 avril 2004, Une épopée industrielle s’achève. Paris : dossier de presse, 29 p.

Deshaies, M. (2007). Les territoires miniers, exploitation et reconquête. Paris : Ellipses, 224 p.

Holz, J.-M. (1987). Les vieux bassins industriels : la dialectique ternaire sclérose-rupture créatrice-renouveau. 112e Congrès national des Sociétés savantes, Lyon (France), Géographie, p. 119-127.

Leboutte, R. (1997). Vie et mort des bassins industriels en Europe 1750-2000. Paris : L’Harmattan, 592 p.

Lexa-Chomard, A., Pautrot, C. (2006). Géologie et Géographie de la Lorraine. Metz : Éditions Serpenoise, 286 p.

Pounds, N. G. (1990). An Historical Geography of Europe, Cambridge University Press, 484 p.

Notes

1 Si l’exploitation du charbon est ancienne dans la partie sarroise où les couches de houille affleurent à la surface, elle s’est développée plus tard, dans le dernier quart de XIXe s. dans la partie lorraine où le Carbonifère est recouvert, entre autres, par une puissante couche de grès du Buntsandstein. Les venues d’eau très importantes dans ces grès avaient pour conséquence de noyer les puits de mine et ces difficultés n’ont été surmontées qu’après 1865. À la suite de l’annexion par l’Allemagne entre 1871 et 1918 le développement de l’exploitation a été relativement lent et il faut attendre le retour à la France pour que la production charbonnière connaisse un véritable essor, interrompu toutefois par la Seconde guerre mondiale.

2 Charbonnages de France, « Dernière tonne » La Houve 23 avril 2004. Une épopée industrielle s’achève, Paris, dossier de presse, p. 24.

3 Le plan Bettencourt en décembre 1968 prévoit une baisse de 20 % de l’extraction dans les HBL. Il s’accompagne de la concentration de la production des sièges de Merlebach, Simon et Wendel et il aboutit à la fermeture des puits de Sainte Fontaine en 1972 et de Faulquemont en 1974.

4 La présence de ces carrières est une originalité du bassin houiller lorrain dans lequel les couches de grès recouvrant le charbon ont été exploitées afin de fournir le remblai utilisé dans certaines méthodes d’exploitation pour combler les vides créés au fond par l’extraction et éviter ainsi les affaissements miniers.

5 Suivant Pôle emploi, en février 2014, le taux de chômage de la zone d’emploi de Forbach qui recouvre tout le bassin houiller, le taux de chômage s’établissait à 14,3 % de la population active.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Rendements dans les HBL par poste et par homme au fond en kg (CdF, 2004)2.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30009/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 1 : Le bassin houiller lorrain.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30009/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Légende Fig. 2 : Le carreau Wendel, devenu musée de la mine du bassin houiller lorrain, à Petite-Rosselle, à proximité de la frontière franco-allemande (photo A. Humbert, 2009).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30009/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Légende Fig. 3 : Le parc d’activités de l’ancienne mine de Folschviller dominé par la tour d’extraction (photo A. Humbert, 2009)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30009/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Titre Tableau 2 : Indicateurs socio-démographiques de quelques communes du bassin houiller lorrain. Remarquer les contrastes très forts entre les communes du cœur densément urbanisé du bassin houiller, en déclin démographique, avec beaucoup de chômage et peu d’actifs et les communes de la périphérie en forte croissance avec un fort taux d’activité.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30009/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Fig. 4 : La cité de Farébersviller, grand ensemble d’habitat collectif (photo A. Humbert, 2009)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/30009/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 416k

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site