Version classiqueVersion mobile

L’homme et sa diversité

 | 
Anne-Marie Guihard-Costa
, 
Gilles Boetsch
, 
Alain Froment

Anthropologie de la croissance : référentiels, normes et variabilité individuelle

Anne-Marie Guihard-Costa, Pascal Adalian, Aude Brus et Olivier Thiebeaugeorges

Texte intégral

1De par ses enjeux de santé publique, l’étude de la croissance humaine concerne directement plusieurs disciplines médicales : la pédiatrie, mais également l’obstétrique, la néonatalogie, l’imagerie médicale, l’endocrinologie, sans oublier la médecine légale, à qui elle fournit des repères chronologiques. Pour appuyer leurs stratégies décisionnelles, ces pratiques médicales ont besoin de référentiels chronologiques et biométriques fiables, générateurs de frontières identifiables entre la croissance normale et la croissance pathologique. La construction de ces référentiels, de ces standards, fait appel à une méthodologie qui n’est propre ni aux disciplines médicales, ni à l’anthropologie. Elle est basée sur des procédures méthodologiques qui, pour être simples, n’en varient pas moins d’un standard à l’autre, notamment au niveau du recueil des données. Là réside le premier écueil de la quantification de la croissance : les standards ne sont pas toujours comparables, en raison des choix méthodologiques différents qui ont présidé à leur construction.

2Cependant, une fois élaborés, ces référentiels de croissance sont presque toujours utilisés comme des « normes », c’est-à-dire comme un moyen d’identification et de classification des individus au sein d’une population. Ces normes sont donc tout à la fois un outil puissant au service de la détection des anomalies de croissance, et une source potentielle d’erreur, en raison du dogmatisme que peut générer la notion de « limites » de normalité.

3L’anthropologie biologique, dont le champ conceptuel n’est pas basé sur les notions duales de normalité/pathologie, aborde les processus de croissance d’une manière originale, différente de celle rencontrée en médecine. D’une part, elle introduit dans la problématique auxologique les notions de variation des processus de croissance normaux, et d’adaptabilité des processus aux contraintes environnementales et biologiques. D’autre part, elle prend en compte les limites de cette adaptabilité de croissance : impératifs physiologiques, potentialités génétiques. L’abord anthropologique s’inscrit ainsi dans une approche dynamique des référentiels de croissance, considérés comme le reflet, à un moment donné, de l’état d’adaptation des individus en développement aux contraintes organiques et environnementales. L’étude anthropologique de la croissance dans les populations humaines actuelles peut également contribuer à la compréhension de la genèse des formes adultes dans les populations du passé, si l’on considère que les processus auxologiques actuels sont le produit d’une longue histoire évolutive.

4Cette spécificité conceptuelle de l’approche anthropobiologique dans le domaine de la croissance est illustrée dans les exemples qui vont suivre. Ils concernent aussi bien la recherche des processus d’adaptation de la croissance dans la période périnatale, que la problématique méthodologique de la détermination de l’âge en archéologie, la contribution de l’anthropologie biologique à une enquête épidémiologique sur l’environnement de la grossesse, l’influence de l’environnement et du contexte socio-culturel sur la croissance.

AU-DELÀ DES STANDARDS : L’ADAPTABILITÉ DES PROCESSUS DE CROISSANCE CHEZ L’HOMME ACTUEL

5La variabilité de croissance pré et post-natale est observable au niveau individuel (variations des vitesses de croissance dans le temps) et au niveau populationnel (différences de gabarit à un âge donné). Cette variabilité est souvent quantifiée sous forme de standards de croissance, ces derniers étant utilisés comme grille d’interprétation séparant la croissance « normale » de la croissance « pathologique ».

6Ces référentiels de croissance, quoique indispensables, doivent être utilisés avec prudence, tant pour des raisons méthodologiques que conceptuelles. Leur fiabilité est souvent envisagée en termes d’effectifs des populations de référence ou de modélisation mathématique de courbes de croissance. Si, en effet, ces problèmes de « construction » des référentiels sont importants, et pas toujours explicités dans la littérature, ils restent négligeables par rapport à la question centrale de leur représentativité. Quelle variation décrit un standard de croissance donné ? A-t-il une valeur locale, limitée à la population de référence, ou universelle ? Quelles limites assigner à la variation normale ? Ces questions traversent tout le champ disciplinaire de l’auxologie. Les réponses apportées ne sont pas neutres sur le plan conceptuel, et peuvent être lourdes de conséquence. Par exemple, dans le domaine de la santé publique, la décision d’appliquer les normes de croissance des pays développés aux pays en voie de développement peut conduire à une surestimation des retards de croissance. Mais, à l’inverse, n’utiliser que des normes locales élaborées à partir de populations à forte morbidité revient à sous estimer le nombre d’enfants « en défaut de croissance ». Par ailleurs, on ne peut nier l’existence de différences de « potentialités » génétiques entre groupes humains, comme l’attestent les corrélations de taille parents-enfants. Comment alors rendre compte de la complexité de la variabilité de croissance normale au sein d’une population, par définition hétérogène ? Doit-on, comme cela se fait pour le fœtus (Mongelli et Gardosi, 1996), établir des normes en fonction de la taille des parents ? Doit-on, au contraire, choisir une population de référence la plus large possible, à l’échelle d’un pays (Alexander et al., 1996) au risque d’augmenter la variabilité, et donc de diminuer la sensibilité des standards ? Dans tous les cas, l’utilisation de ces référentiels de croissance pose la question du « seuil » de normalité (5e percentile ? 10e percentile ? -2DS ?), et de sa signification en terme d’état de santé individuel.

7Au-delà de cette représentation statique de la variabilité intrapopulationnelle de croissance, l’approche anthropobiologique évalue l’importance des variations individuelles de croissance, et leur signification en termes d’adaptabilité aux contraintes environnementales et biologiques.

8Si l’on prend l’exemple de la croissance prénatale, des modifications des processus de croissance ont été mis en évidence en fin de grossesse, en relation avec les modifications du milieu intra-utérin au cours de cette période. C’est ainsi qu’il existe un ralentissement de la croissance au troisième trimestre gestationnel (Guihard-Costa et al., 1991), ce ralentissement étant variable selon les individus et les dimensions (Guihard-Costa et al., 2000). De plus, la composition corporelle change au cours du troisième trimestre gestationnel : les réserves de graisse sous-cutanée, rapportées à l’unité de poids corporel, diminuent, signe que le fœtus « puise » dans ses réserves énergétiques pour assurer sa croissance (Guihard-Costa et al., 2002). Ces processus d’adaptation sont différenciés selon le genre : les garçons grandissent plus vite que les filles, et par conséquent épuisent plus vite leurs réserves énergétiques : à la naissance, les filles conservent plus de graisse sous-cutanée par unité de poids corporel que les garçons. Cette réserve énergétique, aisément mobilisable, pourrait conférer un avantage adaptatif lors du stress de la naissance, comme tendraient à le prouver les taux de morbidité et de mortalité néonatales des filles, inférieurs à celui des garçons.

9Il est probable que les processus de croissance dans la période « périnatale » (définie ici comme les quelques semaines précédant et suivant la naissance) aient joué un rôle clé au cours de l’évolution humaine. En effet, de la qualité de la croissance au cours de cette phase critique dépendent la viabilité et la santé du nouveau-né, et la « sélection naturelle », représentée par la mortalité périnatale, a dû peser lourd sur l’évolution démographique des populations anciennes. Chez l’homme actuel, la période entourant la naissance, quoique considérablement sécurisée par le savoir-faire médical, constitue encore une période dynamique d’adaptabilité, d’ajustement, entre les contraintes biologiques du développement et les modifications de l’environnement fœtal.

L’ESTIMATION DE L’ÂGE AU COURS DE LA CROISSANCE : UNE PROBLÉMATIQUE AU CARREFOUR DE PLUSIEURS DISCIPLINES

10Seule la prise en compte de la variabilité intra et inter-populationnelle, synchronique et diachronique, ou la considération des trajectoires ontogéniques spécifiques propres à chaque individu (variations des vitesses de croissance, des modes et des rythmes de maturation), permet de renseigner correctement l’âge d’un individu à partir de paramètres morphologiques. L’approche anthropologique de la croissance, construite sur des référentiels actuels (les seuls pour lesquels nous puissions disposer de toutes les informations nécessaires) va alors être utilisée pour répondre de manière adéquate à une problématique majeure pour un grand nombre de disciplines : l’âge des individus.

11Dans les revues médicales, les études de croissance se focalisent généralement sur des critères cliniques et/ou à visée diagnostique. Dans cette optique, la détermination de l’âge n’est qu’un moyen de contrôle du « degré de développement » de l’individu. Il s’agit par exemple de confronter âge biométrique et âge osseux pour vérifier si la croissance est harmonieuse, c’est-à-dire si les différents types de croissance en sont au même stade par rapport à leur niveau final. Ces confrontations sont basées sur des standards qui se doivent d’être spécifiques à la population considérée, et sont le plus souvent interprétés en fonction des facteurs de risque (de mortalité ou de morbidité) auxquels ils sont associés.

12La démarche de l’anthropologue est à l’opposé de celle-ci. Ici la détermination de l’âge est le but même de l’étude et la compréhension des processus de croissance est le seul moyen pour parvenir à cette détermination. Aussi la biométrie est-elle étudiée globalement, sur des populations saines, selon des méthodes aussi rigoureuses que possible par rapport à la réalité anatomique et à la précision de la mesure, dans un but d’application à la fois aux populations passées et actuelles.

13L’approche de l’anthropologue va consister à définir les bornes de la variabilité « normale » biométrique à un âge donné (celles-là mêmes qui permettent aux médecins de définir la pathologie par une sortie des bornes de la normalité) et à formuler des hypothèses sur les causes de cette variabilité. L’anthropologue s’appuiera par exemple sur des comparaisons intra et inter-populationnelles pour mettre en évidence les facteurs socio-environnementaux qui conditionnent cette variabilité. Puis il l’abordera selon un mode diachronique pour mettre en évidence les grandes tendances séculaires. Enfin, elle sera associée aux estimateurs de maturation des différents organes et systèmes corporels afin de mettre en évidence de nouveaux « outils » d’estimation de l’âge. Tout ceci ayant pour but ultime de comprendre comment l’équilibre entre âge civil, âge biométrique et âge physiologique (« maturationnel ») peut expliquer la grande variabilité observée dans les trajectoires ontogéniques individuelles ; variabilité que l’on retrouve également chez l’adulte.

14Il s’agit donc d’un champ d’investigation extrêmement étendu dont les causes sont polyfactorielles. Il est de ce fait indispensable d’avoir une approche holistique des phénomènes, ceci étant une des caractéristiques principales de toute recherche en anthropologie.

15Ce type d’étude exige de très nombreux liens avec les spécialités médicales s’intéressant au développement, à la santé et à la naissance de l’enfant (embryologie, fœtologie, gynécologie, obstétrique, etc.) puis à sa croissance jusqu’à l’âge adulte (pédiatrie). Toutefois cette approche interdisciplinaire fait souvent défaut, et, hormis leur objet d’étude partagé, ces disciplines sont souvent étanches, chacune pouvant tour à tour s’appuyer sur les conclusions de l’autre pour étayer de nouvelles théories.

16Ces liens pluridisciplinaires doivent donc être renforcés afin de pouvoir mettre en place les collaborations indispensables dès la définition des protocoles d’étude. Dans ce domaine, le rôle de l’anthropologue est fondamental, car en raison des contraintes de la pratique clinique, il est bien souvent impossible d’effectuer simultanément une recherche clinique et une recherche fondamentale. Si nous prenons l’exemple de l’étude du développement du système squelettique, on conçoit aisément que le clinicien ne puisse pas réaliser de scanner systématique de ses patients afin de reconstruire leur squelette en trois dimensions. Ceci est pourtant tout à fait primordial si on veut considérer dans leur globalité, et de manière dynamique, des ensembles morpho-fonctionnels osseux qui ne sont pas encore fusionnés chez l’immature.

La croissance au centre d’une étude épidémiologique : Le Protocole EDEN
De plus en plus d’arguments suggèrent que la santé d’un individu commence à se construire in utero (Dahri et al., 1991 ; Langley et Jackson, 1994 ; Moore et al., 1997 ; Ravelli et al., 1998 ; Barker, 1998). L’étude EDEN (Étude des déterminants pré et post-natals du développement et de la santé de l’enfant) a pour but de mieux cerner les caractéristiques du développement fœtal et des premiers mois de vie qui influencent le développement et la santé ultérieure de l’enfant. Elle permettra d’examiner les relations entre :
– d’une part, des facteurs d’exposition et l’état de santé maternelle pendant la grossesse, le développement du fœtus puis de l’enfant dans les premiers mois de vie
– d’autre part, le développement et la santé ultérieure de l’enfant.
La méthodologie est celle d’une étude épidémiologique longitudinale. Deux mille femmes ont été recrutées dans deux centres, à Nancy et à Poitiers, au cours de leur grossesse avant le 20e semaine d’aménorrhée et seront suivies dans un premier temps jusqu’au cinquième anniversaire de leur enfant. Le recueil d’information se fait par questionnaire et par des examens spécifiques à l’étude en cours de grossesse et à la naissance. Le suivi de l’enfant comporte des informations recueillies par questionnaires postaux au cours de la première année de vie et trois examens cliniques à un, trois et cinq ans. Plusieurs collections biologiques seront constituées : sérothèque, plasmathèque, placentas, banque d’ADN...
À la période anténatale, l’échographie permet en étudiant la biométrie fœtale d’apprécier la croissance fœtale. Cette croissance est un élément majeur pour l’appréciation du bien-être fœtal. Pour interpréter la biométrie, il est toutefois nécessaire de disposer de courbes fiables dont la construction appartient au champ de l’anthropologie biologique (Pineau et al., 2003 ; Pineau et al., 2006). Dans le cadre d’EDEN, l’utilisation de ces courbes, fruit d’une collaboration entre anthropologues et médecins, permet l’appréciation de la normalité de la croissance que l’on mettra en relation avec l’état néonatal et la santé ultérieure des individus. Les données provenant de la cohorte EDEN vont aussi permettre de construire de nouvelles normes tenant mieux compte des facteurs « physiologiques » de variabilité de la croissance. En effet, tracer les limites entre le normal et le pathologique reste un exercice difficile. Le médecin est intéressé par la détermination de seuil à partir desquels une action permettant d’améliorer l’état de santé de l’individu peut être proposée. Il cherche donc à repérer les variations « pathologiques » de la croissance qui doivent être distinguées des variations « physiologiques ». Certains auteurs ont ainsi montré l’influence de facteurs de variabilité tels que la parité, l’origine géographique, le poids et la taille maternels, ou le sexe fœtal (Gardosi et al., 1995 ; Ego et al., 2006). Ils ont construit des normes tenant compte de ces facteurs, identifiant mieux les fœtus malades qu’une courbe classique. L’inclusion de certains facteurs est toutefois critiquable et une réflexion importante doit être menée pour distinguer les facteurs de variation physiologique des facteurs liés à la pathologie. EDEN va fournir une importante base de données biométriques anténatales et post-natales mais aussi génétiques, sociales, environnementales qui pourront être étudiées, donnant les éléments descriptifs qui sont l’objet de recherche de l’anthropologue, identifiant les facteurs de risques intéressant l’épidémiologiste et permettant de construire des outils du diagnostic médical.
Participants à cette partie du Protocole Eden : O. Thiebaugeorges, A.-M. Guihard-Costa, M. Kaminski, V. Goua, G. Magnin, M. Schweitzer, P. Droullé, J.-C. Pineau, M.-A. Charles.

UN EXEMPLE D’ÉTUDE MULTIDISCIPLINAIRE DE LA CROISSANCE : ANTHROPOMÉTRIE ET DONNÉES SOCIO-COMPORTEMENTALES

17La croissance garde la biométrie comme premier outil et intègre toujours une composante sociale et environnementale. L’exemple de recherche ici présenté témoigne de cette interdisciplinarité.

18Le premier objectif est d’étudier la croissance d’enfants et d’adolescents, filles et garçons, âgés de 6 à 16 ans. Un corpus de données biométriques longitudinales a été constitué lors d’une enquête réalisée à Châteauponsac (Haute-Vienne, France) entre 1976 et 1989. Cette recherche s’intéresse également à l’influence des facteurs comportementaux et socio-économiques sur les modalités de croissance ainsi que sur la variabilité de la morphologie. Dans un deuxième temps, l’étude tentera de déterminer comment la silhouette des enfants de Châteauponsac que nous avons mesurés a évolué jusqu’à l’âge adulte. Les courbes présentées constitueront finalement un référentiel de croissance d’une jeune population rurale qui permettra de mieux comprendre la dynamique morphologique à partir des données plus récentes recueillies sur la même population.

19Cette base de données rassemble des variables biométriques (stature, poids, épaisseur des plis cutanés...) et des données socio-comportementales (alimentation, activité physique...). Elle comporte de plus un double aspect diachronique : une approche intra individuelle qui permet de cerner l’évolution de la silhouette pendant la croissance (enfance et adolescence) et à l’âge adulte (vers 30-40 ans) ; et une approche inter générationnelle permettant de réaliser une étude dynamique de l’évolution de données biométriques d’individus d’une génération à la suivante.

20L’analyse de la croissance des enfants de cette cohorte a déjà permis d’élaborer des courbes de croissance représentatives d’une population rurale française entre les années 1970-1990 (Brus et al., 2005), c’est-à-dire avant l’expansion des problèmes de poids dans les sociétés industrialisées. L’analyse de la croissance des enfants de Châteauponsac en fonction de déterminants socio-comportementaux (alimentation ou professions des parents) révèle que les variables biométriques les plus sensibles au contexte environnemental sont les données musculo-lipidiques. Les épaisseurs des plis cutanés semblent être de « bons » indicateurs des conditions de vie. Cette observation justifie l’intérêt grandissant pour les études de la composition corporelle et de la répartition des graisses dans le corps des individus, liée à l’augmentation de la prévalence des cas de surpoids et d’obésité, tant chez les enfants que chez les adultes (Inserm, Enquête Obépi, 2006).

21L’étude de Châteauponsac s’insère par ailleurs chronologiquement entre deux autres enquêtes biométriques longitudinales en France (Sempé et al., 1979 ; Deheeger et Rolland-Cachera, 2004). La confrontation de ces trois études confirme une tendance à l’augmentation du poids et de l’épaisseur des plis cutanés au cours des cinquante dernières années en France. L’influence des déterminants environnementaux pourrait être une explication puisque les enfants mesurés dans ces trois enquêtes sont issus de milieux différents (citadin vs rural par exemple). Ces observations soulignent ainsi les interfaces entre données biométriques et environnementales. Elles confirment la nécessité d’intégrer des données mésologiques telles que les transformations corporelles dans les comportements alimentaires, ou encore la place accordée à l’activité physique lors d’étude de l’évolution des proportions corporelles.

22Il est enfin important de noter que l’exploitation de cette base de données, compilée il y a près de 20 ans, nous renvoie finalement à des problèmes de société actuels, tant médicaux que sociaux, tels que l’établissement et l’application sur différentes populations de mêmes normes biométriques définissant par exemple le surpoids ou l’obésité ; la définition de bons indicateurs biométriques des conditions de vie, non invasifs, facilement quantifiables et sensibles au contexte environnemental ; les inter-relations entre morphologie et comportement (alimentaire, sportif...).

PERSPECTIVES

23L’auxologie a pour objet d’étude l’histoire biologique individuelle. Elle ne peut donc s’abstraire du contexte bio-socio-culturel dans lequel les individus grandissent. Les problématiques émergentes sont situées aux interfaces de différentes disciplines biomédicales, et /ou des sciences humaines. Parmi ces nouvelles thématiques de recherche, on peut citer :

  • Biochronologie et auxologie : rythmes de développement physiologique vs rythmes de croissance.
  • Les modèles de croissance, les normes, et l’adaptabilité individuelle.
  • Les différences interpopulationnelles de croissance ; importance relative de différents facteurs : hérédité, nutrition, état de santé, comportement alimentaire.
  • La genèse des troubles du comportement alimentaire et son retentissement sur les processus croissance.

Bibliographie

Références bibliographiques

Alexander, G.R., Himes, J.H., Kaufman, R.B., Mor, J., Kogan, M. 1996, A United States national reference for fetal growth. Obstet. Gynecol., 87 : 163-168.

Barker, D.J.P., 1998 Mothers, babies and health in later life. Edinburgh : Churchill Livingstone.

Brus, A., Hauspie, R., Panuel, M., Boëtsch, G., 2005, Analyse auxologique de données longitudinales féminines (Châteauponsac, Limousin, France). Anthropo 11 : 177-187. http://www.didac.ehu.es/anthropo

Dahri, S., Snoeck, A., Reusens-Billen, B., Remacle, C., Hoet, J.-J., 1991, Islet function in offspring of mothers on low-protein diet during gestation. Diabetes 40 Suppl 2 : 115-20.

Deheeger, M., Rolland-Cachera, M.-F., 2004, Étude longitudinale de la croissance d’enfants parisiens suivis de l’âge de 10 mois à 18 ans. Archives de pédiatrie 11 : 1139-1144.

Ego, A, Subtil, D, Grange, G., Thiebaugeorges, O., Senat, M.-V., Vayssière, C., Zeitlin, J., 2006, Customized versus population-based birth weight standards for identifying growth restricted infants : a French multicenter study. Am J Obstet Gynecol., 194 (4) : 1042-9.

Gardosi, J., Mongelli, M., Wilcox, M., Chang, A., 1996, An adjustable fetal weight standard. Ultrasound Obstet Gynecol., 7 (6) : 462-3.

Guihard-Costa, A.-M., Droullé, P., Larroche, J.C., 1991, Growth velocity of the biparietal diameter, abdominal diameter and femur length in the fetal period. Early Hum. Dev., 127 : 93-102.

Guihard-Costa, A.-M., Droullé, P., Thiebaugeorges, O. & Hascoët, J.-M., 2000, A longitudinal study of fetal growth variability. Biology of the Neonate, 78 : 8-12.

Guihard-Costa, A.-M., Papiernik, E., Grangé, G., Richard, A., 2002, Gender differences in neonatal subcutaneous fat store in late gestation by maternal weight gain. Annals of Human Biology, 29 : 26-36.

Inserm & Institut Roche de l’obésité, Sofres ObEpi, 2003, Résultats de l’enquête Obépi 2003 sur l’obésité et le surpoids en France.

Langley, S.C., Jackson, A.A., 1994, Increased systolic blood pressure in adult rats induced by fetal exposure to maternal low protein diet. Clin Sci., 86 : 217-22.

Mongelli, M., Gardosi, J., 1996, Reduction of false-positive diagnosis of fetal growth restriction by application of customized fetal growth standards. Obstet Gynecol, 88 : 844-848.

Moore, S.E., Cole, T.J., Poskitt, E.M.E. et al., 1997, Season of birth predicts mortality in rural Gambia. Nature, 338 : 434.

Pineau, J.-C., Guihard-Costa, A.-M., Droulle, P., 2003, Only two-phase models, computed independently for males and females, are appropriate to describe fetal head growth. Fetal Diagn Ther., 18 (3) : 207-16.

Pineau J.-C., Thiebaugeorges, O., Guihard-Costa, A.-M., 2006, Optimal standards for foetal biometry : to each measurement its fitting model. Fetal Diagnosis Therapy, 21 : 396-399.

Ravelli, A.C., van der Meulen J.H., Michels, R.P. et al., 1998, Glucose tolerance in adults after prenatal exposure to famine. Lancet, 351 : 173-7.

Sempé, M., Pedron, G., Roy-Pernot, M.P., 1979, Auxologie, méthode et séquences. Théraplix, Paris, 205 p.

Auteurs

CNRS, UMR 6578, Marseille Université de la Méditerranée Aix-Marseille 2 Faculté de Médecine – La Timone 27 Bvd Jean Moulin, 13385 Marseille Cedex 05

CNRS, UMR 6578, Marseille Université de la Méditerranée Aix-Marseille 2 Faculté de Médecine – La Timone 27 Bvd Jean Moulin, 13385 Marseille Cedex 05

Service d’obstétrique, Maternité Régionale de Nancy 10 rue du Docteur Heydenreich, 54000 Nancy

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search