Version classiqueVersion mobile

L'Homme-trace

 | 
Béatrice Galinon-Melenec

Live I. Signes-traces du corps et médiations technologiques

Partout et nulle part

Le corps in absentia des dispositifs épiphaniques

Pauline Chasseray-Peraldi et Yves Jeanneret

Texte intégral

  • 1 Le couple carte et photographie dans les dispositifs en ligne : esthétique et représentation de la (...)

1Le présent texte poursuit une réflexion graduellement développée dans une série de recherches présentées au fil des volumes précédents de L’Homme-trace, afin de préciser le statut sémiotique et épistémologique de la catégorie de la trace (Jeanneret, 2011), puis pour analyser la manière dont certains objets acquièrent aujourd’hui le statut de traces du social incarnées dans des dispositifs de traçabilité (Jeanneret, 2013 (a) ; 2013 (b)). Il doit l’essentiel de sa teneur aux échanges suscités par la recherche doctorale en cours de Pauline Chasseray-Peraldi1, qui a pour objet l’examen précis des dispositifs développés par les industriels du réseau. Il saisit l’occasion d’un moment de la recherche collective centré sur le corps pour interroger le statut qui lui est donné dans la sémiotique des dispositifs.

  • 2 Sur le sens théorique de ce terme, cf. Jeanneret Y., Penser la trivialité. Lavie triviale des êtres (...)
  • 3 Sur ces catégories, cf. Jeanneret (2014, p. 141-177).

2Les acquis du travail critique précédemment mené, sur lequel nous ne reviendrons pas ici en détail, sont au cœur de la présente proposition. Nous retiendrons que le motif de la trace est un construit trivial2 très riche sur le plan sémiotique et qu’il connaît aujourd’hui une diffusion considérable. Privilégiant une interprétation indicielle de la vie des signes dans la vie sociale, c’est-à-dire une attitude qui consiste à pister ce qu’ils sont censésrévéler plutôt que de répondre au dialogue qu’ils ouvrent, la trace ne se réduit pas pour autant au concept peircien d’indice. En effet, pour mobiliser la trace comme catégorie d’analyse et pour en faire un instrument de pouvoir, il faut certes rabattre toutes les expressions humaines vers le statut d’indice d’une réalité à débusquer, mais, pour cela même, il est nécessaire à la fois de mettre en place une scène figurative, de procéder à un certain type d’interprétation du social et de construire des dispositifs qui réalisent la médiation de la trace, dans le sens où ils qualifient certains objets comme des traces. C’est ce construit complexe et ambigu que les industriels instrumentent et instrumentalisent3 par la création de dispositifs de représentation sophistiqués.

  • 4 La notion fait référence au colloque Médiations informatisées de l’autorité (mars 2016).

3Par voie de conséquence, l’on s’abstient de qualifier de traces des objets matériels indépendamment de cette élaboration herméneutique et sociale. Les objets sont des traces lorsqu’un processus info-communicationnel les conduit à devenir tels et que celui-ci rencontre des interprétants sociaux partagés ou au moins dotés d’autorité4. Le plan descriptif gagne à passer par des objets plus observables comme l’inscription ou le tracé – et c’est la voie que nous suivrons ici, en cohérence avec les textes précédents.

4Dans les recherches publiées jusqu’ici dans les volumes de L’Homme-trace, la critique-dénaturalisation de la trace a été menée à propos des dispositifs de médiatisation. L’analyse de l’implication du corps n’y occupait pas une place explicite. Cette approche de la trace par sa médiatisation et son inscription ne prétend apporter qu’une contribution limitée àla question beaucoup plus large de L’Hommetrace, qui comporte une problématique anthropologique des traces qui marquent proprement le corps humain, ses activités, son histoire, son état biologique (Galinon-Mélénec, 2011) : domaine dans lesquels la contribution d’autres auteurs est décisive. Nous souhaitons, à l’occasion d’un volume interrogeant spécifiquement les traces du corps, approfondirlesprésupposés relatifsaucorpsquemobilise, dans son ordre propre, la sémiologie des dispositifs de médiatisation et de représentation. En effet, il est impossible de penser les médias et plus généralement les dispositifs matériels sans supposer la manière dont ils provoquent et convoquent le corps. Toutefois, le modèle du corps à corps, indispensable pour rendre compte de la rencontre ordinaire (Jarrigeon, 2007), ne peut être simplement plaqué sur la communication médiatisée ; quant à la réduction anthropocentrique de la technique à la qualité de corps de la culture ou de mémoire externe de l’homme, elle se limite à une provocation stimulante mais ne vaut pas description des processus en jeu.

5Nous cherchons donc à discuter explicitement le concept de corps sous-jacent au travail des dispositifs, tel qu’il est souvent présupposé par la sémiotique et la sémiologie des médias. Pour cela, nous avons dû soumettre notre objet à trois réductions.

6La première limite de ce travail consiste à considérer avant tout le corps in absentia : lerôle que joue le corps dans les dispositifs où il n’est pas en lui-même représenté ou exposé, a fortiori exhibé. En effet, si les études de sémiologie et sémiotique visuelle ont, pour des raisons compréhensibles, privilégié les images qui représentent le corps et le geste et soulevé les enjeux liés àla pudeur, à l’exhibition, au voyeurisme ou à l’obscénité, reproduire ce parti-pris, souvent implicite mais fort, présenterait ici un double préjudice. D’une part, la force évocatrice du corps exhibé tire insensiblement l’analyse vers une métaphorisation du motif visuel comme un alter ego, une sorte de corps-à-corps ; d’autre part, si l’on n’aborde la dimension corporelle de la médiatisation qu’à partir du corps manifesté, on limite considérablement la portée de la question, car le corps est à la fois actif et sollicité en permanence. C’est donc à cette présence du corps là où il paraît absent de l’image, là où il n’est pas figuré comme un motif ou un référent, que nous nous intéressons ici.

7En outre, si notre réflexion a une visée théorique – nous ne prétendons pas décrire une économie concrète des dispositifs actuels, encore à un stade exploratoire –, son ancrage empirique repose sur un corpus relativement circonscrit, bien qu’assez diversifié. Nous avons plus particulièrement travaillé sur la série des objets industrialisés que nous nommons, dans la lignée des recherches menées par Pauline Chasseray-Peraldi sur Google Maps (Chasseray-Peraldi, 2013) des « dispositifs épiphaniques », ceux qui prétendent rendre visibles des phénomènes invisibles.

8Enfin, l’article prend un tour principalement théorique. En effet, même si la visée des dispositifs épiphaniques dans leur complexité a guidé tout notre travail, nous n’avons pas ici loisir d’en proposer une analyse empirique, car le parcours conceptuel indispensable pour penser la manière dont le corps y est impliqué et sollicité exige à lui seul un article. Il nous a paru nécessaire de revenir d’abord sur une question fondamentale, celle de la place occupée par le corps dans le processus de communication, pour envisager plus particulièrement la part que prend le corps in absentia à la « mise en réserve de la force dans les signes », pour reprendre la formule de Louis Marin. Sur cette base, nous proposerons quelques pistes pour engager une description rigoureuse des dispositifs épiphaniques, qui, situés àla source de notre réflexion, pourront être caractérisés en fin de texte à partir de deux enquêtes exploratoires.

Le corps comme foyer de la sémiose et de la représentation

9Le cadre général d’une réflexion sur L’Homme-trace invite à conjuguer délibérément la dimension anthropologique de l’expérience avec lapriseencomptedesesmédiations techniques, symboliques et politiques. Un tel projet demande un réel travail de distanciation pour éviter, soit de métaphoriser le média comme un œil, une prothèse ou un être qui pourrait se situer quelque part, soit d’engager notre enquête comme une simple observation. Or tenter de cerner en quoi notre corps est convoqué, pensé et imaginé dans le mouvement même du recours aux objets médiatiques est complexe. En effet, s’il est vrai (et décisif) que l’écriture et plus généralement la pensée de l’écran exigent un effort pour s’arracher à l’obsession de la rencontre et du geste pour donner une réelle valeur au support (Christin, 1995) – autrement dit, si ce qu’on nomme « le corps du texte » n’est pas un corps dans le même sens que le corps humain –, il n’y a sans doute pas de dispositif graphique qui, pour devenir un dispositif de représentation, ne manipule le corps regardant. Lorsque celui-ci n’est pas l’objet de l’image il en est le foyer, à la jonction de l’effet de présence, celui qui permet de disposer sous nos yeux un monde, et de l’effet de sujet, celui qui par là même nous impose une posture face au monde (Marin, 1992). Il l’est même sans doute d’autant plus qu’il est invisible et se situe en quelque sorte en deçà du perçu. Ce principe, que les théoriciens de la représentation ont mis en évidence dans le temps long, semble particulièrement instrumentalisé par les innovations des industries des passages sur l’internet. Le recours à la notion de foyer permet de prendre réellement au sérieux cette dynamique du sujet et du monde mise en œuvre dans la rencontre du corps et des dispositifs.

10L’intérêt pour la notion de foyer est apparu dans le cadre des discussions suscitées par la recherche doctorale sur la représentation de l’espace et du temps suscitée par les dispositifs numériques actuels. En effet, le pouvoir de ces dispositifs ne peut se penser sans analyser la manière dont le corps y est constitué comme objet sémiotique, conceptuel, faisant partie des processus de médiation. C’est revenir à un fait fondamental, qui est que les théories de la communication ne peuvent pas se passer d’une théorie anthropologique, le plus souvent implicite mais qui constitue une réelle pensée de la pensée, une pensée de la perception et des rapports entre corps et esprit(s). On trouve d’ailleurs déjà cette dimension dans l’approche interactionniste de la communication, qui donne un rôle au corps dans le sens où elle établit la réquisition du corps des sujets dans les processus communicationnels, à la différence d’une approche logiciste comme celle qui privilégie le modèle du contrat (Charaudeau, 1995) ou les lois de la conversation (Grice, 1975 [1970]). Si les théories de l’interaction reconnaissent une dimension stratégique dans la communication, elles ne prétendent pas avoir la maîtrise, par quelque modèle, du devenir des formes dans ce type de processus et de la manière dont celles-ci prennent ou non, dans la performance (Boutaud, 1998). Ainsi, les dispositifs impliquent des disciplines du corps, établissant une rupture certaine avec l’abstraction qu’a durablement constitué le modèle du processus de communication inspiré par l’analogie avec le circuit technique émission-réception. Chaque processus repose sur l’organisation d’objets qui sont textualisés (dans le sens où il y a une structure formelle) et qui organisent des rapports communicationnels dans une configuration réelle à la fois discontinue et plus ou moins opaque par rapport à l’intention auctoriale et à la promesse institutionnelle.

11Cette critique des conceptions cognitivistes de la communication n’est pas particulièrement mise en avant par la sémiologie des dispositifs médiatiques, mais elle y joue pourtant un rôle essentiel. Il y a dans tout processus de communication une part corporelle dont il faut avoir conscience, tout comme il est nécessaire de penser ce même corps comme pouvant être suspendu, mis en absence, sémiotisé, fantasmé. C’est ce que l’on retrouve notamment dans les travaux sur la télévision qui contestent la notion de contrat ou l’idée d’une télévision du réel (Jost, 1997 ; 2004). Cette critique suppose une inscription du corps dans tout dispositif de communication. Mais cette analyse n’est pas propre à l’univers des médias dits « de masse ». L’approche par le processus de communication est celle que l’on retrouve dans la théorie de l’énonciation éditoriale, qui se lit à la fois comme une structure formelle conditionnant la présence du texte, et comme un processus résultant de l’intervention des acteurs multiples du « donner à lire » (Souchier, 2007). Pareillement, l’analyse d’un « archéo-média » comme l’exposition par Davallon (Davallon, 1999) montre qu’est pensée en amont de l’actualisation même des situations de communication la place du corps au sein du dispositif – le « visiteur modèle ». Une telle inscription de ce corps modèle dans le dispositif expographique vaut en quelque sorte comme proposition pour chaque corps concret d’une place à occuper, chacun venant actualiser cette virtualité, ce corps fantasmé, en parcourant l’espace de l’exposition.

12Partant de ces théories pour lesquelles le corps est pris dans les processus communicationnels, plusieurs dimensions de ce que l’on pourrait nommer « corps » apparaissent, que ce soit le corps physique, le corps fantasmé, ou encore le sujet pensant et regardant. Cette typologie n’est pas exhaustive, mais ce qu’elle montre, c’est la complexité recouvrant ce que l’on désigne par « corps » et la nécessaire prudence à avoir dans la terminologie pour désigner ce qui est pris, saisi, suscité, embarqué dans ces mêmes processus avant, pendant et après.

13Afin de penser le sujet et sa subjectivité en dehors de la seule langue comme souhaite le faire l’article, et d’appréhender le corps tel que pensé et manipulé (au sens faible) dans les dispositifs, un point sur le corps mobilisé dans les théories de la sémiose nous permet de nous rapprocher de la notion de foyer, notion par laquelle nous souhaitons échapper au piège terminologique évoqué et qui ouvre des perspectives de discussions pour notre sujet. L’effort de Jacques Fontanille pour expliciter méthodiquement le statut du corps dans l’espace sémiotique nous offre une ressource pour éviter les simplifications. Celui-ci observe deux manières de se référer au corps. La première, à travers les objets représentés (dans ses termes, le corps comme « figure sémiotique ») et la seconde, plus profonde, dans le fait que le corps est toujours le foyer de l’énonciation et de la sémiose, quelles que soient la nature du message et la substance de l’expression (ce qu’il nomme le corps comme « substrat de la sémiosis ») : distinction théorique mais qui se traduit en fait par une interaction permanente des deux, le corps étant le lieu où ces processus interfèrent (Fontanille, 2004). Fontanille invite à « assumer une ambivalence récurrente, qui résulte du double statut du corps dans la production d’ensembles signifiants : le corps comme substrat de la semiosis, et le corps comme figure sémiotique » (Fontanille, 2004, p. 16). En souscrivant pleinement au concept proposé par cet auteur, on retiendra ici l’image du « foyer » (« à partir de ») plus opérante que celle du « substrat » (« sous ») pour aborder les dispositifs épiphaniques.

14La distinction essentielle que pose Fontanille engage l’analyse du processus de communication dans l’espace entre la sémiotique, qui décrit les formes signifiantes, et la phénoménologie, qui interroge notre relation au monde. Pour Merleau-Ponty (Merleau-Ponty, 1945) – sur lequel s’appuie Fontanille – le corps est pensé comme un a priori pour toute expérience du monde, dans le sens où il est envisagé comme une structure, composée d’éléments hétéroclites mais participant du même système, structurant le monde dont dépend toute expérience et connaissance. Le corps est toujours déjà-là. Il rejoint en ce sens les théoriciens de la représentation. Ce que nous permet de penser Merleau-Ponty par rapport aux théories de la communication, c’est un corps comme foyer, à l’inverse d’une pensée morcelée qui s’emploierait par exemple à faire l’inventaire de ce qui est de l’ordre du corporel dans les processus de communication, réduisant le corps à certaines de ses fonctions, à certaines de ses dimensions, celles que susciterait particulièrement un dispositif donné. Ainsi en est-il de la « communication non-verbale », qui a pour effet déplorable de suggérer une représentation symétrique de la langue comme non-corporelle (Puech, 1995).

15La notion de foyer permet également de cerner la puissance – réelle mais limitée – qu’on peut accorder aux dispositifs, sans la nier, et de repenser chacun dans sa matérialité propre (à l’échelle des dispositifs médiatiques auxquels nous nous intéressons). Avec la notion de foyer, il ne s’agit pas de poser l’existence de figures distinctes du corps ou de l’esprit ou de leur rapport, mais de penser des manières, des compositions, des intensités, des aspectualités marquant un geste global de perception et d’action, sachant que l’on est ainsi confronté à des représentations culturelles qui touchent à ces manières et ces aspects. En d’autres termes, il s’agit de penser ces figures comme processuelles, dynamiques et complexes. De la sorte, cela nous offre peut-être une chance de ne pas tomber dans les pièges des discours promotionnels sur les dispositifs contemporains qui jouent sur leur dimension spectaculaire, et de pouvoir décrire sans s’y laisser seulement prendre le brouillage que réalisent les dispositifs épiphaniques, faisant oublier ce corps foyer à partir duquel se déploie l’expérience au profit d’un corps médiatisé souvent amputé.

Penser la place du corps dans le processus de médiatisation

  • 5 L’analyse de Fontanille s’intéresse avant tout à la relation entre le sujet et ses actes à travers (...)

16Les analyses qui précèdent sont fondamentales pour aborder la communication médiatisée, mais, intéressées par les conditions de possibilité anthropologiques de la perception et de la signification, elles accordent une attention limitée aux dispositifs médiatiques en tant que tels et dans leur développement historique5. Pourtant, cette analyse préalable est bien au cœur du fonctionnement des médias. Pour amorcer notre réflexion sur le corps travaillé par le dispositif, nous proposons de revenir sur quelques textes qui ont pour particularité de faire une place déterminante à la manière dont le corps est présent dans des dispositifs médiatiques. Leur objet n’est pas une théorie du corps médiatisé, mais la finesse de l’approche proposée des médias n’est pas sans fournir des pistes déterminantes pour poser rigoureusement cette question.

17De deux analyses magistrales de formes de la représentation, le commentaire des Ménines de Velasquez par Foucault (Foucault, 1966) et l’analyse du journal télévisé (JT) par Vérón (Vérón, 1986) – textes canoniques pour une théorie des dispositifs –, nous gardons une première idée, à savoir que si notre corps n’est pas figuré à proprement parler, notre participation physique à la construction du dispositif reste de l’ordre du « corps signifiant » qui relie une figure créée, dans l’ordre sémiotique, à un corps dont la place est marquée et la participation exigée. En l’occurrence, la présence des corps figurés dans le dispositif (les servantes, le présentateur) a le pouvoir de « flouter » en quelque sorte la coupure sémiotique et ainsi de transformer la confrontation d’un sujet à l’objet iconique en une intersubjectivité. En somme, la présence d’un corps-figure de l’autre jouant un rôle structurel rend particulièrement sensible le rôle déterminant du corps-foyer.

18Dans le passage intitulé « Suivantes » de Les mots et les choses est formulée la présence de ce corps en absence qui est au cœur de notre questionnement : « C’est que peut-être, en ce tableau, comme en toute représentation dont il est pour ainsi dire l’essence manifestée, l’invisibilité profonde de ce qu’on voit est solidaire de l’invisibilité de celui qui voit, – malgré les miroirs, les reflets, les imitations, les portraits. » (Foucault, 1966, p. 31). En ce sens, l’objet (y compris celui qui représente des sujets) n’existe qu’à condition qu’il soit perçu, fondamentalement lié au sujet regardant qui actualise l’objet dans toutes ses dimensions – l’objet porte en lui la trace de cette relation. S’il est facile de voir ce qui est commun avec notre cas et ce qu’il en distingue, cela interroge fortement la possibilité d’une subversion de la coupure sémiotique par l’implication des corps lorsque le corps n’est pas représenté.

19Dans l’analyse du JT par Vérón, l’« axe Y-Y » (les yeux du présentateur dans les yeux du spectateur) traverse précisément la coupure sémiotique entre le corps empirique du sujet dans son salon et le corps sémiotisé du présentateur filmé, pour créer un lien de vérité (une « véri-monstration », si l’on parodie le terme « véridiction ») qui tient tout le dispositif de découpage de l’événement et de la réalité sociale :« Laquestiondelaconfianceconcerneladimensiondu contact, elle est une affaire de corps » (Vérón, 1986, p. 111).

  • 6 Œuvre considérée comme un paradigme formel du discours utopique en tant que tel.

20L’approche de Louis Marin dans Utopiques : jeux d’espaces (Marin, 1974), nous ouvre également des pistes de réflexion dans la mesure où, si le corps n’est pas explicitement convoqué dans cet ouvrage, il y est pour autant fantasme et fantasmé. Dans le commentaire proposé par Marin de L’Utopie de Thomas More6, le corps est le lieu à partir duquel se déploie le plan imaginaire. Il est pourtant absent des espaces décrits, mais cette absence est paradoxalement la condition même de leur caractère et de leur rôle utopique. Le travail de description de représentations imaginaires implique un regard situé « partout et nulle part » (Marin, 1992, p. 214), donc débrayé par rapport au corps propre autant que par rapport au monde social observable. Cependant, ce qui se figure dans notre imaginaire, c’est du discours régi par les idéologies du politique parfait ; or ce discours politique n’est agissant que lorsqu’il prend lui-même corps dans un espace concret (une île, des structures topologiques, des figures), espace impossible à décrire totalement mais susceptible d’être fantasmé. Prendre corps (par exemple en une île) ne signifie pas pour l’utopie avoir un corps, mais convoquer notre corps dans sa dimension imaginaire et imageante.

21Le cas de l’utopie est bien entendu un cas extrême, mais ce qu’il met en évidence est plus général. La pertinence de cette analyse pour les objets qui nous intéressent ici se situe dans le fait que la représentation des espaces n’est jamais directe mais est au contraire toujours médiée par la construction d’espaces imaginaires qui mobilisent notre corps dans une « expérience de pensée », et c’est cela que rend visible Marin commentant More. Le foyer de la deixis est cette place possible que chaque corps concret est censé occuper lors d’un processus de communication. Ainsi, cela nous permet de réaffirmer notre volonté de penser les traces du corps dans les dispositifs, non pas seulement celles de notre corps présent, mais celles de ce corps invisible, impossible, situé « partout et nulle part », que chaque dispositif inter-médiatique fait émerger à travers notre capacité à imaginer – à ceci près que nos dispositifs sont, eux, fondés sur l’image et sont activables, donc manipulables, à la différence des récits utopiques évoqués.

22Ces exemples à forte teneur théorique permettent de poser l’idéedu corps-foyer à partir duquel l’expérience de pensée peut se déployer. Pour clore notre parcours à travers les approches théoriques du corps non figuré mais en présence, il convient de citer à nouveau Marin qui livre vingt ans plus tard dans De la représentation (Marin, 1992) une analyse des figures de la réception dans les représentations. Il s’agit pour lui de parler des « signes de la réception » qui seraient à la fois « des marques et marquages de la réception de la représentation picturale dans la représentation picturale elle-même », ce qui revient à parler de la dimension réflexive de la représentation.

23Ces différentes approches dessinent de façon multiple l’existence de ce corps in absentia dans le cadre des processus de communication et dans les formes des dispositifs médiatiques, des dispositifs de représentation.

Les dispositifs de présentification du corps in absentia

24Ces repères conceptuels nous permettent d’esquisser ici un parcours au fil de quelques dispositifs qui sont aptes à mettre en évidence le mode de convocation du corps dans les techniques médiatiques et les conditions dans lesquelles celles-ci participent à la manifestation d’un monde. Nous n’avons ici pas d’autre prétention que de mettre à l’épreuve un exemple de méthode pour décrire les convocations du corps.

25Les techniques artisanales et industrielles de production des supports médiatiques reproduisent de longue date les tracés (Jeanneret, 2011) – ces formes observables qui connotent pour le lecteur la gestualité du scripteur – par-delà les conditions matérielles qui les ont fondées : lignes géométriques des capitales héritées de la quadrata gravée dans la pierre ; typographies imitant le geste cursif ; styles créés par les graphistes pour évoquer les « pâtons » de l’imprimerie du xixe siècle (Christin, 2011 ; Jeanneret, 2007). Le programme informatique a systématisé l’imitation du ductus (du latin ducere, conduire) qui se présente comme l’indice sur le support du tracé supposé de la main dont il se veut la trace. Derrière cette industrie esthétique des formes agit une modélisation formelle des gestes, ou en tout cas des espaces, parcourus par l’œil et par la main. Ou plus exactement encore parcourus par l’œil comme s’ils l’avaient été par la main. En effet, si l’on excepte celui qui dessine les polices (et a souvent commencé par les dessiner sur le papier), personne n’a tracé réellement les « pleins et les déliés » que l’œil reconnaît.

26La conquête des modèles de traitement numérique du signal a peu à peu étendu à des formes graphiques et visuelles très complexes ce double jeu entre la modélisation abstraite et la reconnaissance sensible. Aujourd’hui certains logiciels comme MyScriptMemo transforment instantanément les vagues patatoïdes tracées au cours d’une réunion en une série de cercles réguliers et ordonnés, donnant à la prise de note cursive la netteté d’une future présentation impeccable. L’art du professeur qui savait tracer d’un geste un cercle ou du graphiste qui dessine « à main levée » perd de sa valeur mais ne disparaît pas. Car, comme le graphiste et chercheur Philippe Quinton le signale, si l’apprentissage du geste graphique se transforme profondément avec la nécessité de jouer avec des formes prédéfinies, le rapport qu’entretient le sujet à ces logiciels n’est pas du tout le même selon qu’il a appris le dessin au crayon sur le carnet ou qu’il découvre l’image par le biais de ces systèmes (Quinton, 2002). Le corps qui s’absente de la genèse matérielle du tracé (désormais produit par un calcul vectoriel) est omniprésent dans le fait que toute aptitude à créer et lire ce tracé s’appuie sur la genèse expérientielle des gestes. Lors d’une enquête sur les usages du logiciel de présentation PowerPoint (Tardy, Jeanneret et Hamard, 2007) l’équipe du Gripic avait rencontré une graphiste professionnelle qui décrivait la bataille impitoyable qu’elle livrait au programme pour tenter – parfois en vain – de lui imposer les formes qu’elle entendait manipuler et que sans raison apparente l’informatique effaçait parfois in extremis, après plusieurs journées de travail, pour réintroduire les « canons » de sa propre esthétique. Pour ces différents acteurs, savoir qui « a la main » du programme ou du sujet scripteur et lecteur est un enjeu à la fois esthétique et politique (Quinton, 2000).

27La modélisation des postures et gestes dans le programme suscite donc bien un engagement du corps et de l’esprit incorporé, mais celuici passe par une pratique médiatisée, une sorte de semblant de corporéité impliquée par le support et renvoyant pragmatiquement à l’aptitude à fantasmer le corps que le récit utopique sollicitait fictivement. Analysant en détail l’appropriation de logiciels de « simulation » d’expériences dans le cadre scolaire, dans une perspective d’apprentissage de savoirs, Annette Béguin-Verbrugge, explicitait le double engagement corporel que ceux-ci requièrent dans la manipulation et la perception. Le recours à la pratique incorporée est de longue date un enjeu essentiel des pédagogies dites actives, comme le montrent par exemple l’aventure du Palais de la découverte et l’arrivée des « interactifs » dans les musées de sciences (Jeanneret, 1994, p. 241-266). Il n’est pas rare que l’instrumentation des gestes soit présentée comme une sorte de prothèse au service de cette approche par le faire actif. Or cette analogie, sans être totalement fausse, demande à être précisée. « La pratique de lecture associée àde tels dispositifs, écrit Béguin-Verbrugge, s’inscrit non pas dans une interaction dialogale mais dans une communication médiatisée », poursuivant : « l’action y est représentée, mais c’est une action double, à la fois manipulation représentée d’un monde représenté et action réelle sur un dispositif technique » (Béguin-Verbrugge, 2003, p. 46). Le signe qui permet et simule à la fois un tracé avec une promesse de « manipulation » des objets (coloration d’une surface, dissection d’un animal, construction d’une expérience physique) jouit d’un statut perceptif et sémiotique instable, car il est à la fois icône d’un référent extérieur et index d’un contenu textuel activable et, dans une sémiotique plus approfondie, des présupposés même du programme informatique. Béguin-Verbrugge donne plusieurs exemples de conventions fortes qu’il faut maîtriser pour être en mesure de manipuler, non les objets, mais les signes indiciels de l’idéologie de programmation des concepteurs. « La ‘‘coprésence’’ de deux plans dans le signe (celui du monde représenté et celui de la programmation), écrit Béguin-Verbrugge, est ce qui permet d’inscrire l’action du sujet dans le dispositif, mais au prix d’une adaptation corporelle » (p. 49). C’est pourquoi l’observation attentive des pratiques réelles des usagers montre, loin des idées d’« interactivité » ou d’« intuitivité », qui gomment le fait de médiatisation, la nécessité d’un double apprentissage, d’une part celui de la relation avec un média et d’autre part celui des complexes conventions de représentation implicites qui permettent de vivre à la fois son corps en situation, avec sa posture et sa proprioception, et le corps projeté et simulé avec la physique particulière des gestes et des opérations qui le constituent, en quelque sorte, par convention : une sorte de schizophrénie (ou schizokinésique, si l’on autorise le néologisme) à laquelle tous les élèves ne parviennent pas à s’adapter – ou du moins n’y parvenaient pas à l’époque où le terrain a été conduit, au début des années 2000 –, faute de pouvoir concevoir un modèle abstrait des opérations techniques. Dominique Cotte et Marie Després-Lonnet ont mené une analyse approfondie de ces conventions d’abstraction du geste dans le secteur professionnel des métiers de la conception médiatique (Després-Lonnet, 2006) ou celui des situations d’apprentissage des logiciels par les sujets non experts (Cotte, 2002).

Épiphanies appareillées

28Cette approche qui donne une place structurante au jeu complexe entre les cadres perceptifs, les formes sémiotisées du corps et les modalités d’investissement dans un corps fantasmé est indispensable pour considérer réellement les constructions complexes auxquelles nous confronte aujourd’hui l’industrie des représentations panoramiques et synoptiques du monde. On peut tout à fait, dans une visée heuristique, assimiler un objet technique comme les programmes informatiques (fussent-ils renommés « algorithmes ») à un corps qui pourrait, à la manière d’un homme ou d’un dieu, occuper un lieu de l’espace et l’imaginer « au-dessus », « en dessous », « à côté » ou « dans » le réseau (Cardon, 2015). Toutefois, il faut rester conscient du fait qu’une telle figure peut rendre compte de notre vécu imaginaire de la pratique même du réseau (Candel, 2015), mais non décrire le rôle des programmes industriels et de l’économie scripturaire spécifique (Jeanneret, 2014, p. 363-510) qu’ils gèrent. En réalité, sileréseau produit sans cesse un effet de synopsis et de panorama, s’il nous place continuellement en surplomb d’un monde présenté comme une sorte d’univers déployé devant nous et rendu pleinement visible, c’est le fruit d’un travail complexe de création de schèmes organisateurs du texte de réseau associant, sous nos yeux et sous nos doigts – donc dans une implication particulière de notre corps sentant et pensant – des postures phénoménologiques et des constructions sémiotiques (Flon et Jeanneret, 2010). À cet égard, les dispositifs épiphaniques qui nous présentent – dans un jeu nouveau entre panorama et labyrinthe – une manifestation spectaculaire du réel, ou du moins de ce que ces objets qualifient comme tels, ne livrent pas leur fonctionnement et leur pouvoir si nous les pensons comme des prothèses et encore moins si nous les modélisons à partir du lieu dans l’espace du réseau qu’ils seraient censés occuper, mais si nous étudions la manière dont ils convoquent et construisent le corps empirique et fantasmé comme foyer. Et c’est à ce titre qu’ils offrent un mode particulier d’élaboration des traces.

29La carte dans sa forme classique présente un fort potentiel épiphanique. Comme l’écrit Pascal Robert, « sur une carte thématique il est possible de faire apparaître des réalités que nos yeux ne peuvent voir, elle peut faire émerger des réalités que nous n’avons jamais rencontrées et que nous ne rencontrerons jamais (on peut en effet rencontrer un chômeur mais pas le chômage et encore moins le taux de chômage), des réalités qui ne relèvent pas du visible mais de l’intelligible, ou plutôt elle apporte au visible ce qui ne renvoyait a priori qu’au seul l’intelligible ». Ce texte déjà analysé dans un volume précédent de L’Homme-trace (Jeanneret, 2013b) prend tout son sens dans la perspective des médiations du corps décrites plus haut. De la même manière que le récit de More, mais avec une double dimension optique (elle se voit) et haptique (elle se manipule), la création d’un espace sémiotisé par la carte peut donner une présence physique à des entités que nous ne pouvons ordinairement saisir – ce qui ne signifie pas, sauf par métaphore, qu’elle leur attribue un corps ou détermine un territoire. C’est pourquoi la matrice de la carte – qui est bien un mode de convocation du corps comme foyer d’une vision du monde – peut offrir sa structure formelle au spectacle de la traçabilité avec les « chimères cartographiques » qui empruntent les traits formels de la carte et en particulier les postures que celles-ci exigent du corps percevant, sémiotisé, fantasmé pour produire devant nous une figure du social.

30C’est encore plus vrai avec le travail réalisé par l’ingénierie du logiciel sur les outils mêmes de constitution de notre corps en foyer, dans la mesure où ces outils ont pour objectif et effet revendiqué de permettre la production de situations impossibles pour notre corps et surtout de manipulations de cet environnement perceptif et actif luimême. En somme de rendre pratiquement possible le fait de situer notre corps-foyer partout et nulle part, ou, ce qui est analogue, de donner réellement corps à notre corps fantasmé : promesse illusoire, mais susceptible d’être réellement mise en jeu (illusa). Le terme de dispositifs épiphaniques a été rendu nécessaire pour pouvoir mener l’analyse de dispositifs particuliers comme Google Maps et surtout pour faire une description conceptuelle de ces dispositifs qui instrumentent le corps foyer et les relier à un problème de médiation pensé dans son histoire plutôt que de céder à la seule fascination pour un outil-marque et son succès (Chasseray-Peraldi, 2013).

31Le développement des industries culturelles du texte sur Internet participe à l’émergence et à la multiplication de panoplies (Labelle, 2007), notion qui considère à la fois le caractère hétérogène et convergent de ces dispositifs – hétérogénéité de l’appareillage et convergence des pratiques. Les dispositifs de « cartographie » en ligne comme Google Maps relèvent de cette logique en combinant dans un même objet plusieurs outils et modes de vue. Au cœur de cette observation, émerge une problématique persistante autour de la construction du regard par des dispositifs de représentation. Google Maps est plus qu’une carte, ce qui réside notamment dans le couplage de la photographie à la cartographie. Ces deux objets et techniques entretiennent des dynamiques, en tant que système de représentation au sein d’un même dispositif, et construisent un rapport à la spatialité particulier dans le contexte de ce site à vocation en partie documentaire. La particularité d’un objet comme celui-ci est de mettre en pratique une multitude de perspectives et de points de vue qui s’articulent souplement sans non plus provoquer de la confusion à travers son actualisation, média kaléidoscopique qui dé-hiérarchise et module les regards sur l’information qu’il contient. Le regard devient mobile, pris dans ce principe d’animation de l’objet, entre superposition, basculement et altération des contenus, ce qui participe à nourrir une sorte de spectacle épiphanique du média. Ainsi, la carte et la photographie seraient utilisées conjointement dans une logique de renfort de leur potentialité sémiotique dans des sites à visée documentaire, du fait d’un imaginaire de l’épiphanie dans les rapports entre le voir et le savoir.

  • 7 « [...] it is because the media provide, with greater or lesser degrees of consistency, the framewo (...)

32Ce mode épiphanique participe de ce que l’on pourrait appeler une économie des phénomènes (au sens fort de ce qui apparaît) qui serait le régime socio-économique sur lequel repose ce type d’industrie. Ces acteurs industrialisent massivement des traces qui ressurgissent de manière instrumentale dans les formes du dispositif, participant à la narration du média comme espace commun vécu, renforçant ainsi sa propre puissance, celle qu’il tire principalement du récit qu’il en produit à travers ses discours et formes. L’écart que nous avons essayé de décrire entre une approche distraite des médias et des traces qu’ils portent du corps, ainsi que les conditions d’une réelle description par lesquelles tout dispositif médiatique sollicite et enrôle notre corps, ne relève pas d’une seule controverse théorique. Sa prise en compte est d’une importance politique considérable, car il s’agit de la moralité médiatique, pour reprendre les termes de Roger Silverstone, à savoir ce qui définit les conditions de notre regard et de nos gestes à l’égard de ce qui n’est pas nous : « C’est parce que les médias fournissent, avec plus ou moins de cohérence, les cadres (ou la grammaire) de l’apparence de l’autre qu’ils définissent de fait l’espace moral à l’intérieur duquel l’autre nous apparaît etenmême temps encouragent (appellent, imposent) une réponse morale équivalente chez nous, le public, en tant que citoyen potentiel ou effectif »7 (Silverstone, 2007, p. 7).

Bibliographie

Références bibliographiques

Béguin-Verbrugge A., « Le corps dans les lectures à l’écran », Spirales, no 29, oct. 2001, p. 145-163.

Béguin-Verbrugge A., « Apprentissages dans le cybermonde : jeux de miroirs et fantasmes de communication », Communication & langages, no 137, 2003, p. 45-62.

Benveniste É., « L’appareil formel de l’énonciation », dans Problèmes de linguistique générale, vol. 2, Paris, Gallimard, 1974, p. 79-88.

Bertin J., La sémiologie graphique : les diagrammes, les réseaux, les cartes, Éditions de l’EHESS, 2013 [1967].

Blanchard G., Pour une sémiologie de la typographie, Namur, Magermans, 1979.

Boutaud J.-J., Sémiotique et communication : du signe au sens, Paris, L’Harmattan, 1998.

Boutaud J.-J., « Le sensible, entre le dur et le mou », dans Sémiotique ouverte : itinéraires sémiotiques en communication (avec Eliseo Vérón), Hermès-Lavoisier, 2007, p. 157-163.

Candel É., « Textualiser les interfaces : opérativité et épistémologie d’une requalification », Mémoire pour l’HDR, Paris Sorbonne (Celsa), 2015.

Cardon D., À quoi rêvent les algorithmes ? Nos vies à l’heure des big data, Paris, Seuil, 2015.

Charaudeau P., « Rôles sociaux et rôles langagiers », dans Véronique D. et Vion R. (dir.), Modèles de l’interaction verbale, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1995. p. 79-96.

Chasseray-Peraldi P., « Représentations, écritures et pratiques de l’espace dans les dispositifs Google Maps, Google Earth et Google Street View », Mémoire de master recherche, Paris Sorbonne (Celsa), 2013.

Christin A.-M., L’image écrite ou la déraison graphique, Paris, Flammarion, 1995.

Christin A.-M. (dir.), Histoire de l’écriture : de l’idéogramme au multimédia, Paris, Flammarion, 2011.

Colombo F., Eugeni R., Il testo visibile : teoria, storia e modelli di analisi, Rome, Carocci, 1998.

Cotte D., « L’approche néophyte de la page web ou “Mais où je clique, là ?” », Cahiers du numérique, vol. 2, 2002, p. 17-32.

Davallon J., « Peut-on parler d’une “langue” de l’exposition scientifique », dans L’exposition à l’œuvre : stratégies de communication et médiation symbolique, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 87-103.

Davallon J., Le don du patrimoine : une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Paris, Hermès, 2006.

Davallon J., Jeanneret Y., « The Discontinuities of Communication Links », Keynote in Culture and Communication, dans Gottesdiener H., Vilatte J. C. (dir.), Proceedings of the 19th Congress of the International Association of Empirical Aesthetics, 29 août-1er septembre 2006, Avignon.

Davallon J., Noël-Cadet N., Brochu D., « L’usage dans le texte : les “traces d’usage” du site Gallica », dans Souchier E., Jeanneret Y., Le Marec J. (dir.), Lire, écrire, récrire : objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, Éditions de la BPI, 2003, p. 45-90.

De Certeau M., « Marches dans la ville », dans L’invention du quotidien, Folio, 1990 [1980], p. 139-164.

Després-Lonnet M., « La flèche à l’écran : index, indice et outil de la pratique », dans Timimi I. et Kovacs S. (dir.), Indice, index, indexation, Paris, ADBS, 2006, p. 131-140.

Eco U., « Pour une guérilla sémiologique », dans La guerre du faux, Grasset, 1985 [1967], p. 177-188.

Eco U., Lector in fabula : le rôle du lecteur ou la coopération interprétative dans les textes narratifs, Paris, Grasset et Fasquelle, 1985 [1979].

Floch J.-M., « Kandinsky : sémiotique d’un discours plastique non figuratif », Communications, no 34, 1981, p. 135-158.

Flon É., Jeanneret Y., « La notion de schème organisateur, outil d’analyse sémio-pragmatique des écrits d’écran », Revue des interactions humaines médiatisées (RIHM), vol. 11, no 1, 2010, p. 3-33.

Fontanille J., Sémiotique du discours, Limoges, Pulim, 1999.

Fontanille J., Soma et séma : figures du corps, Paris, Maisonneuve & Larose, 2004.

Foucault M., Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966.

Galinon-Mélénec B. (dir.), L’Homme-trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, CNRS Éditions, série L’Homme-trace, tome I, 2011.

Grice, P.-H., « Logique et conversation », Communications, no 30, p. 57-72, 1979 [1975].

Jarrigeon, A., « Corps à corps urbains : vers une anthropologie de l’anonymat parisien », Thèse de doctorat, Université Paris 4 (Celsa), 2007.

Jeanneret Y., « Les semblants du papier : l’investissement des objets comme travail de la mémoire sémiotique », Communication & langages, no 153, 2007, p. 79-94.

Jeanneret Y., « Complexité de la notion de trace : de la traque au tracé », dans Galinon-Mélénec B. (dir.), L’Homme-trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, CNRS Éditions, série L’Homme-trace, tome I, 2011, p. 59-86.

Jeanneret Y., « Faire trace : un dispositif de représentation du social », Intellectica, no 59, 2013(a), p. 41-63.

Jeanneret Y., « Les chimères cartographiques sur l’internet, panoplie représentationnelle de la “traçabilité” sociale », dans Galinon-Mélénec B., Zlitni S. (dir.), Traces numériques : de la production à l’interprétation, Paris, CNRS Éditions, série L’Homme-trace, tome II, 2013(b), p. 235-267.

Jeanneret Y., Critique de la trivialité : les médiations de la communication, enjeu de pouvoir, Le Havre, Éditions non standard, 2014.

Jeanneret Y., Penser la trivialité. La vie triviale des êtres culturels, vol. 1, Paris-Londres, Éd. Hermès-Lavoisier, 2008.

Jeanneret Y., Le Marec J., « Musée et cinéma, une politique de l’attention », Culture et musées, no 28, 2017.

Jost F., « La promesse des genres », Réseaux, no 81, 1997, p. 11-31.

Jost F., La télévision du quotidien : entre réalité et fiction, Bruxelles, De Boeck, 2004.

Lakoff G., Johnson M., Les métaphores de la vie quotidienne, Paris, Éditions de Minuit, 1985 [1980].

Leleu-Merviel S., « Traces, information et construits de sens. Déploiement de la trace visuelle de la rétention indicielle à l’écriture », Intellectica, no 59, 2013, p. 65-88.

Marin L., Utopiques : jeux d’espaces, Minuit, 1974.

Marin L., De la représentation, Paris, Gallimard – Hautes études, 1992.

Méaux D., « Le corps du photographe », dans Drouin-Hans A.-M. (dir.), Le corps et ses discours, L’Harmattan, 1995, p. 75-90.

Merleau-Ponty M., Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1945.

Puech Ph., « Langages du corps », dans Drouin-Hans A.-M. (dir.), Le corps et ses discours, L’Harmattan, 1995, p. 5-22.

Quinton Ph., « Le corps du design : mutations de la médiation du corps dans la production de l’image », colloque Médiations du corps, Grenoble, SFSIC, 2000.

Quinton Ph., « Les designs des images et des écritures », Mémoire pour l’HDR, Université Paris 7, 2002.

Riegl A., Le culte moderne des monuments : son essence et sa genèse, Paris, Seuil, 1984 [1903].

Silverstone R., Media and morality : On the Wide of the Mediapolis, Cambridge (UK), Polity Press, 2007.

Souchier E. (dir.), « Formes et pouvoirs de l’énonciation éditoriale », Communication & langages, no 154, 2007.

Tardy C. (dir.), Les médiations documentaires des patrimoines, Paris, L’Harmattan, 2014.

Tardy C., Jeanneret Y., Hamard J., « L’empreinte sociale d’un outil d’écriture : PowerPoint chez les consultants », dans L’écriture des médias informatisés : espaces de pratiques, Paris, Hermès-Lavoisier, 2007, p. 141-171.

Thonon M. (dir.), « Médiation et médiateurs », MEI, no 19, 2004.

Todorov T., Qu’est-ce que le structuralisme – 2 Poétique, Paris, Seuil, 1968.

Vérón É., « Il est là, je le vois, il me parle », Communications, no 38, 1986, p. 88-120.

Winkin Y., Anthropologie de la communication : de la théorie au terrain, Bruxelles, De Boeck, 1996.

Notes

1 Le couple carte et photographie dans les dispositifs en ligne : esthétique et représentation de la spatialité dans les objets documentaires du numérique, école doctorale Concepts et langages, Gripic.

2 Sur le sens théorique de ce terme, cf. Jeanneret Y., Penser la trivialité. Lavie triviale des êtres culturels, vol. 1, Paris-Londres, Hermes-Lavoisier, 2008.

3 Sur ces catégories, cf. Jeanneret (2014, p. 141-177).

4 La notion fait référence au colloque Médiations informatisées de l’autorité (mars 2016).

5 L’analyse de Fontanille s’intéresse avant tout à la relation entre le sujet et ses actes à travers la construction de son identité. La tension qu’il privilégie, au sein du travail de subjectivation, entre le corps imposé et les possibles de la représentation de soi ne donne pas lieu à une analyse concrète des dispositifs.

6 Œuvre considérée comme un paradigme formel du discours utopique en tant que tel.

7 « [...] it is because the media provide, with greater or lesser degrees of consistency, the frameworks (or framewords) of the appearance or the other that they, de facto, define the moral space within which the other appears to us, and at the same time invite (claim, constrain) an equivalent moral response to us, the audience, as a potential or actual citizen. » (Traduction de Yves Jeanneret.)

Auteurs

Docteur en Sciences de l’Information et de la communication
CELSA Paris-IV Sorbonne, GRIPIC, EA 1498.
http://www.gripic.fr
pauline.chasseray.peraldi@gmail.com

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search