Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Homme-trace

 | 
Béatrice Galinon-Melenec

Liminaire

Le « corps trace » : arguments

Béatrice Galinon-Mélénec

Texte intégral

1Le xxie siècle pris par le vertige abyssal provoqué par la question des traces se trouve confronté en permanence au risque de désorientation du sens. La série L’Homme-trace du CNRS montre comment la trace est pensée dans différentes disciplines et pourquoi des processus interprétatifs réducteurs imposent une déconstruction des processus à l’œuvre dans l’interprétation humaine de la notion de trace.

2La dimension sociale et cultuelle jouant un rôle majeur, s’est imposée en préalable une analyse située distinguant la tradition culturelle occidentale de la tradition orientale en ce que la première conçoit une coupure entre le sujet pensant et l’objet, entre le corps et l’esprit, entre le dehors et le dedans du corps de l’humain pensant.

3Avec le paradigme de L’Homme-trace, nous opérons une remise en question radicale de cette idée de l’Homme. L’humain y est conçu comme étant « construit par les traces de ses interactions avec son environnement, quelle qu’en soit la nature ; l’environnement portant en retour les traces des actions humaines, les deux rétroagissant dans une dynamique systémique ».

4Cette conception anthropologique est la condition d’une épistémè qui ne se limite pas aux sciences humaines. D’où l’ouverture progressive des ouvrages de la série à des chercheurs de toutes les disciplines acceptant de se positionner par rapport à la définition d’une condition humaine d’Homme-trace conçue comme structurant voilé des processus de connaissance du Réel et comme obstacle épistémologique à repérer pour mieux l’intégrer dans l’histoire des sciences.

5La dynamique de ce paradigme nous a conduit à le placer comme clef de voûte de différents ouvrages et articles scientifiques qui, en alliant praxis et épistémè, visent à fournir une profonde compréhension de la complexité de la notion de trace.

  • 1 En utilisant le terme différance avec un « a » à la place du « e » d’usage dans l’orthographe habi (...)

6Tenter de repérer la vie cachée des processus traçuels à l’œuvre dans l’interprétation du réel est d’autant plus difficile que leurs résultantes n’apparaît que sous forme de signe-trace, c’est à dire comme signe qui intègre l’origine de sa production et de son interprétation. Avec ce transfert terminologique, nous souhaitons montrer que l’usage des termes trace et signe pris seuls laisse croire à ceux qui l’utilisent que leur sens est fixé alors que, comme le disait Derrida, il se révèle à chacun dans leur différance1.

7Le tome IV de la série l’Homme-trace interroge spécifiquement les traces du corps de L’Homme-trace. Tout en reconnaissant l’intérêt du type d’anthropologie qui permet – par exemple – au médecin de considérer le corps du patient comme objet d’analyse indépendant de son propre corps, l’anthropologie de L’Homme-trace impose d’interroger le « corps-interprété » du patient et le « corps-interprétant » du médecin, en tant que corps en coprésence, corps-traces vivants traversés de flux résultant de processus d’interactions permanents au dedans du corps, du dedans au dehors et du dehors au dedans.

8Considérer le corps en tant que « corps-trace » invite à étudier les processus qui ont participé à sa constitution, qu’ils ressortent du système écologique multifactoriel avec lequel il est en interaction en tant que corps-vivant présent au monde ou en tant qu’héritier des générations qui l’ont précédées dans l’histoire.

9Ce tome IV, en rassemblant des points de vue de chercheurs issus de différentes disciplines a pour objectif de porter à la connaissance du lecteur des repères à connaître par toute personne qui s’interroge sur les conséquences de l’usage de techniques qui, en intégrant du non vivant au vivant et du vivant au non vivant, brouillent les frontières du schéma corporel que l’humain a de lui-même et de son identité.

10Cet ouvrage s’inscrit dans la lignée des tomes de la série dont l’un des objectifs vise à poser les fondements d’une interprétation du réel par un Homme-trace conçu comme un être non enfermé par les clivages entre corps et esprit, nature et culture, humain et milieu, présent, passé, futur.

11En levant le voile sur le système des valeurs qui sous-tend les nouveaux rapports entre l’homme et son corps, les humains, les animaux et les robots, et, plus généralement, les techniques d’information et de communication, il permet de mettre le lecteur face aux conséquences de ses choix que ce soit sur lui-même, sur la société contemporaine ou sur l’évolution de la condition humaine.

Notes

1 En utilisant le terme différance avec un « a » à la place du « e » d’usage dans l’orthographe habituelle du terme « différence », nous souhaitons renvoyer le lecteur à la lecture des textes de Derrida (Derrida J., L’écriture et la différence, Paris, Seuil – Points, 1967).

Auteur

Professeur des universités, Sciences de l’Information et de la communication
NORMANDIE UNIV, UNIHAVRE, UNICAEN, UNIROUEN, CNRS, IDEES, UMR 6266.
https://www.cirtai.org/
beatrice.galinon-melenec@univ-lehavre.fr

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site