Version classiqueVersion mobile

L’homme et sa diversité

 | 
Anne-Marie Guihard-Costa
, 
Gilles Boetsch
, 
Alain Froment

Introduction

Anne-Marie Guihard-Costa

Texte intégral

1Quel avenir pour l’anthropologie biologique ?

2Répondre à cette question revient à en poser trois autres :

  • Comment se définit l’anthropologie biologique ? Quels sont les contours des domaines de recherche concernés ?
  • Quel intérêt scientifique et quelle importance sociétale revêt son développement futur ?
  • Compte tenu de l’état actuel de la discipline, quels sont ses enjeux et ses perspectives ?

3La première interrogation concerne la spécificité de l’anthropologie biologique. Par nature interdisciplinaire, cette « science de l’homme biologique » s’est toujours rapprochée des domaines de recherche des disciplines voisines, biomédicales ou bio-culturelles. Elle en a souvent adopté les méthodologies et les perspectives, au risque, parfois, de s’y fondre. Elle a aussi, par le passé, cautionné les pires discours classificatoires et racistes, et ces errements ont laissé des traces dans la représentation sociale de la discipline. Cette image ambiguë et surannée s’estompe, face à l’investissement croissant des anthropologues dans des problématiques nouvelles en biologie et en écologie humaine. Mais l’anthropologie biologique souffre indéniablement d’une dispersion thématique qui constitue à la fois sa richesse, mais également sa faiblesse au regard de son identification disciplinaire.

4Et pourtant, l’anthropologie biologique possède une démarche scientifique spécifique, qui traverse la multiplicité de ses champs d’intervention. Le point commun à tous les anthropologues, qu’ils étudient les populations du passé ou celles du présent est de partager le même paradigme : celui de l’espace/temps, c’est-à-dire celui de la diversité et de l’évolution humaine. Dans cette perspective singulière, quel que soit le thème de recherche abordé, l’homme est toujours envisagé en tant qu’être biologique, interagissant et évoluant avec son environnement physique, culturel et social.

5La deuxième question concerne l’importance que revêt le développement de cette discipline, tant pour les domaines scientifiques voisins, qu’au regard de la demande sociétale en général.

6Pour se développer, l’anthropologie biologique doit s’appuyer sur une de ses caractéristiques essentielles : l’interdisciplinarité. Le caractère holistique de l’anthropologie biologique est en soi une chance pour la connaissance scientifique en général. À une époque où la parcellisation des savoirs et l’hyper-spécialisation de la recherche commencent à atteindre leurs propres limites d’efficacité, le développement d’un champ disciplinaire par nature ouvert à tous les aspects de la diversité biologique humaine s’avère particulièrement important sur le plan conceptuel, comme sur le plan productif de la recherche. L’approche singulière, pluridisciplinaire par nature, de l’anthropologie biologique procure indéniablement aux disciplines voisines (biologiques, médicales et écologiques) un regard spécifique sur des objets d’étude communs.

7De plus, la demande sociétale concernant l’anthropologie biologique est forte. Les interrogations sur l’évolution biologique de notre espèce, son adaptation aux changements rapides de mode de vie et d’alimentation, l’influence des migrations sur l’évolution des flux géniques, les modifications morphologiques ou physiologiques éventuelles du corps humain dans un futur proche ou lointain, entrent dans le champ de la problématique anthropologique. Donner à comprendre la complexité des processus biologiques de transformation de notre espèce en fonction d’un milieu évoluant rapidement, tel est également l’enjeu de notre discipline.

8Quelles sont alors les perspectives de l’anthropologie biologique, compte tenu de son environnement scientifique et institutionnel ?

9Force est de constater qu’en France, il existe une véritable crise de ce champ disciplinaire en termes de moyens matériels et humains. Nous ne sommes plus en mesure actuellement de répondre efficacement aux enjeux scientifiques énumérés plus haut. À très court terme, l’anthropologie biologique pourrait même disparaître du paysage de la recherche française, car, si rien n’est fait, l’effectif des chercheurs en poste tombera dans quelques années sous le seuil de viabilité que connaissent toutes les espèces. Cette situation n’est pas inéluctable, puisque, dans d’autres pays (comme les pays anglo-saxons ou l’Italie, par exemple), la discipline ne montre aucun signe de déclin.

10Bien entendu, les moyens à mettre en œuvre relèvent en grande partie des choix de la politique scientifique des institutions et organismes qui structurent et financent la recherche. Il n’en incombe pas moins aux scientifiques eux-mêmes de formuler clairement les priorités, de proposer des actions structurantes aux différents acteurs de la recherche, et d’organiser des réseaux internationaux ou groupes de travail susceptibles de promouvoir et soutenir les initiatives dans ce champ disciplinaire.

11Il nous faudra également, pour chaque thématique envisagée, tenter d’élargir le champ d’investigation actuel, proposer des voies d’exploration futures, croiser les regards sur les thèmes de recherche, au total décloisonner. La singularité de l’anthropologie biologique par rapport aux disciplines qui lui sont connexes est d’introduire le facteur temps comme élément fondamental des problématiques de recherche. Ceci devrait être source d’idées nouvelles et de collaborations futures, tant nationales qu’internationales.

  • 1 Colloque CNRS-SHS « Anthropologie biologique des populations actuelles : au-delà des frontières di (...)

12Cet ouvrage collectif surgit de l’impérieuse urgence qu’il y a à saisir les contours, les enjeux, et le devenir de cette discipline. Il se veut le prolongement d’une réflexion commencée lors d’un colloque de prospective organisé sur ce thème en avril 20061. Au cours de ce colloque, des spécialistes des différents domaines de recherche abordés par l’anthropologie biologique des populations actuelles ont pu confronter leurs points de vue, proposer des orientations de recherche, évaluer les capacités d’évolution de la discipline. La richesse de leurs interventions témoigne d’une vitalité et d’un dynamisme qui augurent favorablement de l’avenir.

13Les synthèses thématiques présentées ici sont le reflet de ce travail collectif foisonnant. Plus qu’une vision exhaustive de l’anthropologie biologique des populations actuelles, elles veulent fournir un point de départ à la réflexion, des pistes de travail qu’il convient encore d’approfondir.

14Les différents chapitres de cet ouvrage ne correspondent pas à la simple transcription des interventions orales effectuées lors du colloque. Ils sont le fruit d’une réflexion synthétique, et de la rédaction collective des participants à chaque thématique. Que tous les auteurs soient ici remerciés de ce travail, difficile et inhabituel, qui contribuera sans nul doute à construire l’avenir de notre discipline scientifique, si fondamentale pour la compréhension des évolutions de notre espèce.

Notes

1 Colloque CNRS-SHS « Anthropologie biologique des populations actuelles : au-delà des frontières disciplinaires », Paris, 3-4 avril 2006.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search