Version classiqueVersion mobile

L'humain et ses prothèses

 | 
Cristina Lindenmeyer

Avant-propos

Christine Clerici

Texte intégral

1La médecine aujourd’hui fait désormais très largement appel à l’ingénierie du vivant, objet de synthèse : prothèse externe mais aussi interne pour suppléer un membre ou un organe défaillant, organes artificiels qui seraient greffés comme on remplace une pièce automobile, séquençage du génome et thérapies géniques ciblées, robotisation allant jusqu’aux nano-robots. Cette ingénierie du vivant permet de réparer mais aussi d’augmenter l’homme « normal » : exosquelette, prothèses visuelles et auditives. Le soin ne se décline plus par la seule médecine mais nécessite la bio-informatique, les nanotechnologies, les big data, les sciences humaines. Ces alliances disciplinaires ont déjà profondément transformé la manière dont nous sommes et serons soignés, ouvrent des champs d’expérimentation inédits et dessinent « une médecine 3.0 connectée (pour la collecte des données), prédictive (par l’analyse de ces données), personnalisée, voire régénérative pour améliorer ou réparer les performances physiques ».

2Ce qui relevait il y a peu de la science-fiction est aujourd’hui devenu une quasi-réalité. Ces perspectives à la fois économiques, techniques et sociales sont désormais à notre portée mais également à celle des acteurs économiques tels que Facebook ou Google ventures, qui consacrent d’importants investissements à l’amélioration constante du corps humain.

3Dans le même temps, ces progrès appellent des questionnements sociaux, juridiques et éthiques puisqu’ils ne font rien de moins que de transformer la condition humaine. Ces transformations nécessitent plus que jamais de renouer le lien entre médecine et humanités, en complémentarité de l’alliance entre médecine et sciences. L’évolution contemporaine de la santé, le bouleversement mental que provoquent les savoirs ainsi que les pratiques scientifiques actuelles et les interrogations qu’elles suscitent, convoquent obligatoirement les sciences humaines telles que l’histoire, les sciences sociales, la philosophie, l’anthropologie mais aussi les arts, la littérature, la psychanalyse et le droit sur le triptyque socle du soin, de la recherche et de la formation. Cette réflexion replace les patients comme des acteurs politiques, sociaux et non pas exclusivement médicaux.

4Si l’interdisciplinarité est nécessaire pour aborder ces nouveaux enjeux, il ne suffit pas d’ajouter des disciplines sur un même objet d’analyse ; il faut faire se confronter les compétences disciplinaires afin de rendre plus pertinents ces concepts. L’interdisciplinarité se construit par la volonté des acteurs du soin, des chercheurs et enseignants chercheurs sur des objets de recherche, et l’Université, avec ses partenaires, se doit d’accompagner l’émergence de telles initiatives. La volonté des acteurs et des institutions est donc indispensable.

5Au-delà de la recherche, la différenciation faîte entre le corps et l’humain – notamment les frontières entre réparation, augmentation et amélioration – est un vrai débat de société qu’il faut mener mais qui doit imprégner tant les professionnels que les futurs professionnels du soin, les étudiants. Il s’agit aussi pour nous de former nos étudiants, en médecine ou non, voire les soignants, à ces approches anthropologiques, philosophiques, psychanalytiques du soin, car elles décentrent les étudiants d’une formation purement disciplinaire, purement scientifique, purement médicale.

6Notre sujet reflète dans sa thématique la force de la pluridisciplinarité et cette capacité à lier les disciplines entre elles sur un objet de recherche mais également d’enseignement.

Auteur

Présidente de l’Université Paris-Diderot, professeure de médecine, praticien hospitalier (hôpitaux Bichat-Louis Mourier, Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, où elle dirige le département de physiologie-explorations fonctionnelles adultes et enfants). Elle est également membre de l’unité Inserm « Physiopathologie et épidémiologie de l’insuffisance respiratoire ».

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search