Version classiqueVersion mobile

Le Monde en mélanges

 | 
Monique Jeudy-Ballini

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Au nombre des plus récents, voir notamment Descola, Hamel et Lemonnier, 1999 ; Dousset et Tcherkéz (...)

1L’œuvre de Maurice Godelier est immense. L’ampleur de sa production, des approches qu’elle a inspirées, des exégèses qu’elle a suscitées et des travaux qui en ont fait leur objet spécifique de réflexion donne la mesure de son importance scientifique. Les ouvrages collectifs qui lui ont été consacrés1 mettent en évidence sa rigueur analytique, la portée de son comparatisme critique, sa capacité de déconstruction et de reconstruction théoriques, son puissant esprit de synthèse, son attachement à analyser les enjeux qui définissent aujourd’hui les rapports entre les sociétés, sa passion d’enseigner et son rôle dans la défense militante, l’évolution et la diffusion de la discipline. À l’occasion du quatre-vingtième anniversaire de Maurice, une autre façon de s’associer à cet hommage était de lui offrir un volume réunissant les textes de chercheurs qu’il convia à intervenir dans ses séminaires et dont les travaux relèvent de disciplines diverses des sciences humaines et sociales : anthropologie, histoire, histoire de l’art, sociologie, archéologie.

2La temporalité des réalités éditoriales n’étant évidemment pas celle des enthousiasmes rédactionnels, on ne s’étonnera pas qu’une certaine durée se soit écoulée entre l’idée de ces Mélanges et son aboutissement. Celui-ci, toutefois, est fidèle à celle-là puisque, par son hétérogénéité même, l’ensemble témoigne des nombreux univers de recherche et centres d’intérêt de Maurice en même temps qu’ils sont une émanation de ses estimes et amitiés intellectuelles. Si tous les textes ne s’appuient pas sur ses travaux, tous lui sont dédiés à travers l’analyse d’une problématique qui le passionne, qu’il a parfois intégrée à ses propres objets d’étude, ou qui devrait satisfaire son bonheur d’en apprendre toujours plus sur des sujets moins explorés. À travers leur variété, les thèmes abordés renvoient en dernière instance à la question centrale qui traverse la totalité de son œuvre et constitue le cœur de son récent ouvrage (2015) : le travail et les effets de l’imaginaire – cet imaginaire individuel ou collectif dans lequel les sociétés puisent les représentations qui les animent et qui est, explique-t-il, une condition même de la production du réel.

3Que Jean-François Gossiaux pour nos échanges, et Laurent Dousset dont le soutien personnel a si efficacement permis la réalisation de cet ouvrage, reçoivent ici l’expression de mon amicale gratitude.

Notes

1 Au nombre des plus récents, voir notamment Descola, Hamel et Lemonnier, 1999 ; Dousset et Tcherkézoff, 2012.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search