Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion, modernité et temporalité

 | 
Ji Zhe

Remerciements

Texte intégral

1Le présent ouvrage est fondé principalement sur des enquêtes de terrain réalisées entre 2000 et 2007, ainsi que sur une nouvelle série de visites entre 2008 et 2015. Un premier état en a été livré sous la forme d’une thèse de doctorat soutenue en 2007 à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Toute ma gratitude va donc en premier lieu à ma directrice de thèse, Danièle Hervieu-Léger, qui m’a introduit à la sociologie de la modernité religieuse, discipline par laquelle j’ai pu approfondir ma compréhension de l’évolution actuelle du bouddhisme. Mes remerciements vont également aux membres du jury pour leur relecture et leurs critiques : Jean-Paul Willaime, Vincent Goossaert, Enzo Pace et Joël Thoraval.

2Je remercie Guillaume Dutournier, Song Gang, Wojtek Kalinowski, Aurore Merle, Isabelle Kalinowski et Jean-Dominique Penel pour leur grande gentillesse et la patience dont ils ont fait preuve dans la correction et la relecture de parties de cet ouvrage, et pour certains de son intégralité. Cette recherche a été enrichie par des discussions avec mes amis Chen Jui-hua, Lin Li-yun et Lee Weii. De même, je dois beaucoup à Monique de Saint Martin, Christile Druhle, Céline Dutournier, Gao Xuanyang, Huang Min-yuan, Jin Chunfeng, Jean-Charles Lagrée, Tanguy le Pesant, Florence Lévy, Ma Ji, Ma Xiang-min, David Palmer, Dorothée Rihal, Barbara Serrano, Xu Dunhuang et Yang Wei-yu pour leur aide au cours du travail d’élaboration. Les deux évaluateurs anonymes des Editions de l’EHESS m’avaient fourni des remarques et suggestions précieuses qui m’ont permis d’améliorer le manuscrit, même si, malgré leur avis favorable, je n’ai finalement pas fait publier ce travail chez cet éditeur. Je remercie également le Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux, l’Université Fo Guang (Taïwan) et le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités pour leur accueil et leur appui pendant ce travail, ainsi que l’Association française de sciences sociales des religions qui m’a accordé un Prix de thèse en 2008.

3Ce travail fait partie d’un projet plus large visant à mieux comprendre, dans ses grandes tendances comme dans ses multiples aspects, le phénomène de la modernité religieuse chinoise. Je tiens à remercier Sébastien Billioud, Adam Yuet Chau, Anne Cheng, Yves Chevrier, Catherine Despeux, Gareth Fisher, Vincent Goossaert, Gilles Guiheux, Adeline Herrou, André Laliberté, David Ownby, Qu Jingdong, Jean-Noël Robert, Isabelle Thireau, Peter van der Veer, Frédéric Wang, Wang Leiquan, Yu Fiai, Zhang Guangda et Zhang Lun pour leur soutien dans cette aventure.

4Je ne saurais oublier de remercier tous les maîtres et amis bouddhistes qui m’ont accueilli sur mes différents terrains, en Chine populaire, à Taïwan et en France. Je ne puis ici citer tous leurs noms, mais cet ouvrage n’aurait jamais vu le jour sans leur aide, toujours prodiguée avec sagesse et compassion.

5Ma recherche de thèse n’aurait pas pu être poursuivie sans l’allocation de recherche doctorale du ministère de la Jeunesse, de l’Education nationale et de la Recherche, dont j’ai bénéficié de 2001 à 2004. J’ai également pu profiter d’un soutien financier du Temple Chan Bailin en 2000, d’une bourse « jeune chercheur » de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire en 2003, d’une « bourse de terrain » du Centre d’études français sur la Chine contemporaine et d’une « bourse Maître Yinshun » accordée par l’Institut bouddhique Hongshi (Taïwan) en 2004. Mes visites de terrain des années 2010 ont été notamment financées par le programme « Émergence(s) » de la Ville de Paris et les crédits de recherche accordés par l’Institut universitaire de France.

6Je suis reconnaissant aux éditeurs suivants de m’avoir donné l’autorisation de reproduire un certain nombre de textes d’abord parus dans leurs revues. Le chapitre IV est basé sur mon article « Mémoire reconstituée : les stratégies mnémoniques dans la reconstruction d’un monastère bouddhique » (Cahiers internationaux de sociologie CXXII, p. 145-164, 2007) ; le chapitre IX reprend une partie de mon article « Religion, jeunesse et modernité : Le camp d’été, nouvelle pratique rituelle du bouddhisme chinois » (Social Compass 58(4), p. 525-539, 2011) ; une section du chapitre XII figure dans mon article « La constitution d’un clergé laïc par la Société Chan Moderne. Logiques dans le champ moderne du bouddhisme chinois » (Perspectives chinoises 88, p. 60-69, 2005).

7Enfin, je tiens à remercier Jean-François Huchet de m’avoir encouragé à publier cet ouvrage dans la collection « Études Asie & Pacifique » et Christophe Sabouret pour son excellent travail d’édition.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site