Version classiqueVersion mobile

Renseignement et avant-guerre de 1914 en Grande Région

 | 
Gérald Arboit

Le rôle du service de renseignement militaire dans le plan de guerre allemand et dans les opérations contre la France et la Belgique en 1914

Markus Pöhlmann

Note de l’auteur

Traduction fournie par le Bundessprachenamt.

Texte intégral

1En avril 1914, la 3. Abteilung du Grand état-major prussien, responsable de l’étude des forces armées françaises, résuma les sources de ses observations dans un rapport secret :

  • 2 Bundesarchiv-Militärarchiv, Fribourg (BAMA), PH 3/256, Großer Generalstab. 3. Abteilung (Geheim), A (...)

« Nous ne disposons pas d’informations sûres concernant le déploiement et les intentions opérationnelles des Français. Les seuls documents que nous puissions utiliser sont des propos d’écrivains militaires réputés, des articles de presse, les débats à la Chambre et au Sénat et, dans un volume réduit, aussi des renseignements d’agents et autres informations confidentielles. Un seul livre ou un seul article ne permet évidemment pas de conclusions sûres concernant les vraies intentions. Mais en France, on écrit beaucoup sur les questions opérationnelles. […] Nous disposons donc d’une abondance d’informations qui, dans son ensemble, permet de déterminer nettement les opinions et courants qui dominent à l’heure actuelle. Il faut supposer que les intentions officielles se recoupent pour leur plus grande partie avec celles qui dominent l’opinion publique2. »

  • 3 Jean Bardanne, Le colonel Nicolai. Espion de génie. Le véritable Organisateur de la révolution bolc (...)
  • 4 Cf. Thomas Kühne, Benjamin Ziemann (dir.), Was ist Militärgeschichte ?, Paderborn, Verlag Ferdinand (...)
  • 5 Gérald Sawicki, Les services de renseignements à la frontière franco-allemande (1871-1914), thèse d (...)
  • 6 Cf. Jürgen W. Schmidt, Gegen Frankreich und Russland : Der deutsche militärische Geheimdienst 1890- (...)

2Cette évaluation professionnelle de l’époque est confrontée à un journalisme accrocheur, qui relevait et diabolisait par exemple, en même temps, le chef du service de renseignement militaire allemand, le colonel Walter Nicolai, comme un « espion de génie, Prussien fanatique, soldat farouche dont toute la vie aura été au service de l’Allemagne pour le pangermanisme »3. Mais, dans les faits, la réalité du service de renseignement est souvent beaucoup plus prosaïque et beaucoup plus ennuyante que les histoires populaires de cape et d’épée ne le promettent. Cela est certainement aussi vrai pour l’avant-guerre de 1914. Jusqu’à ce jour, l’histoire des services de renseignement en Allemagne est un sujet assez négligé, ce qui est d’abord dû au fait que l’histoire militaire en général y a longtemps été marginalisée. Ce n’est que depuis environ trente ans qu’elle voit une renaissance dans la recherche4. L’histoire des services de renseignement est cependant également sous-développée parce qu’une grande partie des documents a été physiquement détruite — en novembre 1918, par crainte d’une utilisation par les révolutionnaires et en mars 1945 par une attaque aérienne de la Royal Air Force sur Potsdam, où se trouvaient les archives de l’armée de terre. On retrouve cependant toujours de nouveaux petits morceaux intéressants, qui approfondissent nos connaissances, surtout celles de l’époque allant de 1871 à 19185. La recherche évolue donc et les problématiques changent6.

3Nous nous proposons dès lors d’essayer de donner un bref aperçu de l’évolution du service de renseignement militaire allemand avant la Grande Guerre. Puis, nous étudierons l’importance que revêtît la France, en tant qu’adversaire militaire, dans le dispositif stratégique du Grand état-major et le rôle que jouât le service de renseignement dans la planification des opérations allemandes contre la Belgique et la France avant 1914. Enfin, nous aborderons la mobilisation et les opérations du service de renseignement pendant la première année de guerre. Nous voudrions défendre la thèse que la modification de la conduite de la guerre pendant ces six premiers mois a imposé un changement profond du service de renseignement. Pour comprendre la nature du service de renseignement avant l’éclatement de la guerre, il faut voir un peu plus loin que la rupture de l’août 1914.

  • 7 Pour une étude de la zone du front de l’Ouest pendant la Grande Guerre, cf. Christoph Nübel, Durchh (...)

4Pareillement, nous pourrions rejeter le terme de « Grande Région » comme étant une construction bruxelloise anachronique. Mais, pour l’histoire de la Grande Guerre, cet espace artificiel ne manque pas d’une certaine valeur. Il correspond en effet presque complètement à la zone de déploiement opérationnel des armées, des services de renseignement et des polices des adversaires principaux à l’Ouest, ce qui inclut également les États neutres, entraînés contre leur gré dans cette confrontation7.

Le service de renseignement militaire du Grand état-major

  • 8 Pour la personne de Nicolai, cf. Markus Pöhlmann, « Le renseignement… », op. cit., p. 7-8 ; pour so (...)

5Dans l’armée de terre allemande, le service de renseignement dépendait avant 1914 de plusieurs divisions du Grand état-major prussien. Le service de renseignement secret, ou Abteilung IIIb, fut créé en 1889, au sein de l’état-major général et était depuis 1912 sous les ordres du Major Walter Nicolai. Cet officier était un homme laborieux, mais pas très charismatique. Il avait lui-même été officier de renseignement à Königsberg en Prusse orientale et était, de par sa formation, un spécialiste de la Russie8. On ne doit cependant pas s’imaginer que l’Abteilung IIIb ait travaillé de la façon décrite par le journaliste français Jean Bardanne dans le climat germanophobe de l’après Seconde Guerre mondiale. En réalité, cette section était relativement réduite, ne comptant que sept officiers à l’état-major général et onze officiers de renseignement dans les corps d’armée stationnés le long des frontières avec la France et la Russie (à titre de comparaison, ils furent 77 en 1915). De plus, au sein de l’état-major général, leur renommée était relativement faible. En raison de sa mission, cet état-major général se fixait extrêmement sur les opérations qui, en temps de paix, ouvraient seules la voie aux vraies carrières dans l’armée de terre.

  • 9 Pour l’organisation du Grand état-major prussien et planification opérationnelle de celui-ci dans l (...)

6L’Abteilung IIIb était donc responsable de l’acquisition du renseignement. L’évaluation et le traitement de ces informations étaient cependant effectués dans les Länderabteilungen, ces services chargés de l’observation de certains pays ou régions particuliers. Le 3. Abteilung était par exemple compétent pour la France et la Belgique et le 4. Abteilung pour toutes les forteresses étrangères9. Avant 1914, le service de renseignement se focalisait nettement sur la France et sur la Russie. Quant au Royaume-uni, il était traité par le service de renseignement de la marine.

  • 10 Robert Foley, « Easy Target or Invincible Enemy ? German Intelligence Assessments of France Before (...)
  • 11 Un ouvrage de référence, toujours actuel, est le livre de Heinrich Otto Meisner, Militärattachés un (...)

7L’Abteilung IIIb disposait essentiellement de quatre types de sources10. Les sources les plus importantes étaient les rapports réguliers de huit attachés navals et dix-sept attachés militaires (situation de 1914). Surtout, les attachés à Paris et à Bruxelles s’occupaient des forces armées françaises et belges, mais aussi ceux de Madrid, Berne et La Haye. Pendant les derniers conflits d’Afrique du Sud, de Mandchourie, des Balkans et de Libye, l’état-major général avait envoyé sur ces différents fronts et dans les quartiers généraux des belligérants, en complément des attachés réguliers, quelques observateurs en uniforme11. La qualité des comptes rendus dépendait beaucoup des qualités de l’officier et de ses rapports avec son chef de la mission diplomatique, auquel il restait officiellement subordonné malgré son statut militaire. Depuis 1890, l’espionnage était officiellement interdit aux attachés. Ce règlement n’avait pas seulement été formulé du bout des lèvres pour respecter les formes diplomatiques : ni le ministère des Affaires étrangères ni l’état-major général ne voulaient des actions individuelles compromettantes. Mais, jusqu’à 1914, certains attachés enfreignirent sans doute régulièrement cette instruction sans être sanctionnés.

8Le deuxième type de sources est constitué des rapports de voyage d’officiers se rendant à l’étranger en civil et qui passaient leurs vacances à proximité de garnisons, forteresses ou gares de l’adversaire. Depuis 1871, de telles « reconnaissances » étaient une partie informelle de la formation des officiers d’état-major. Le caricaturiste alsacien Jean-Jacques Waltz, alias Hansi, a trempé sa plume dans le vitriol en décrivant ce type particulier de touristes. Dans la décennie avant l’éclatement de la guerre, le durcissement de la législation relative à l’espionnage en temps de paix et les mesures de sécurité renforcées en France limitaient cependant de plus en plus ce type de recherche du renseignement par du personnel militaire d’active. Dans les pays voisins neutres, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg, ce travail resta moins entravé.

  • 12 Un exemple fameux se trouve dans l’article de Gérald Sawicki, « Trente ans au service de l’Allemagn (...)
  • 13 Cf. Robert Foley, op. cit., p. 19.

9Les agents formaient la troisième source du service de renseignement. L’Abteilung IIIb comme ses officiers de renseignement les recrutaient dans les populations des deux côtés de chaque frontière de l’Allemagne. Ils devaient en fournir des informations sur les forteresses, les ponts, les installations ferroviaires, les unités militaires et les décideurs locaux12. À cet égard, l’Alsace-Lorraine forma une région traitée intensivement des deux côtés en raison de son mélange ethnographique. Des personnes ayant des relations commerciales ou des contacts réguliers à l’étranger furent recrutées pour recueillir des informations du terrain français loin des frontières. Dans ce contexte, le service de renseignement visa aussi des citoyens de pays tiers. L’Abteilung IIIb ne réussit jamais à recruter un informateur de haut niveau au sein du commandement français. Elle n’a pas pu s’emparer du « Saint Graal » de tous les états-majors généraux de l’époque, à savoir le plan de déploiement, et les services de renseignements étrangers n’avaient pas non plus de succès dans l’accomplissement de cette mission13.

  • 14 Cela devient très évident dans BAMA, RH 61-398, Helmut Greiner, Welche Nachrichten besaß der deutsc (...)

10Le quatrième groupe de sources était formé par des sources ouvertes, où les agents se livraient surtout à la lecture de journaux, de revues politiques et militaires et d’ouvrages spécialisés. Il faut se rappeler que le discours militaire dans les grandes puissances militaires européennes était, avant 1914, beaucoup plus ouvert qu’on ne l’imagine aujourd’hui. Les questions de la constitution militaire, de l’armement et de la politique du personnel étaient discutées dans les parlements ; des problèmes concernant la technique des armes, la tactique ou l’opérationnel ainsi que des expériences de guerre vécues par les auteurs mêmes ou par des tiers apparaissaient dans les revues spécialisées. Même la presse populaire concevait des images de la guerre future qui donnaient parfois lieu à des discussions internationales et controversées. Il ne fait aucun doute que le personnel militaire était partout soumis à des restrictions de la liberté de la presse et de l’opinion concernant ce sujet. Mais globalement, il était possible pour l’observateur professionnel de tirer de ces débats un grand nombre de conclusions. Il est évident que le gros des renseignements allemands concernant la France et les forces armées françaises provenait de ces sources ouvertes14.

  • 15 Pour l’organisation du contre-espionnage allemand en Alsace-Lorraine, cf. Gérald Sawicki, Les servi (...)

11La tâche centrale du service de renseignement militaire était de recueillir des renseignements sur les effectifs et le déploiement des armées françaises et belges, ainsi que sur leurs intentions opérationnelles en cas de guerre. Le contre-espionnage ne faisait pas partie des tâches de l’Abteilung IIIb ou de l’état-major général. En Alsace-Lorraine, particulièrement disputée dans la guerre des espions, la responsabilité incombait surtout à la Zentralpolizeistelle de Strasbourg15.

12Il y a en outre trois particularités structurelles qui caractérisaient la situation en Allemagne avant 1914. La première tient au fait que le service de renseignement était, d’un point de vue organisationnel, intégré au Grand état-major prussien et non au ministère de la Guerre. Ceci était un avantage en vue de la distribution du travail et de l’unité doctrinale du personnel, tout en étant un inconvénient parce que ses missions étaient ainsi limitées aux questions opérationnelles — en raison des tâches de l’état-major général. Ainsi, l’Abteilung IIIb ne développa pas d’expertise concernant les questions de grande politique et d’économie, qui sont aujourd’hui considérées comme questions de stratégie générale.

  • 16 Dans une étude achevée en 1917-1918, le service de renseignement du commandement suprême de l’armée (...)

13Un deuxième inconvénient structurel découlait la séparation stricte entre l’armée de terre et la marine qui conduisirent, indépendamment l’une de l’autre, chacune leur propre guerre. Le service de renseignement allemand ne fut pas à l’époque, sur le plan international, le seul à se trouver dans une telle situation. Mais ceci eut des conséquences concrètes et se traduisit par le peu d’importance accordée aux questions du transport de troupes depuis l’Afrique du Nord et le Royaume-Uni vers le continent européen en cas de guerre16.

14Le troisième problème structurel tint à la structure fédérale de l’Empire allemand : tous les efforts déployés pour développer un service de renseignement national furent vus d’un œil très sceptique au Reichstag et dans les gouvernements non prussiens — surtout ceux des grands États de Bavière, du Wurtemberg et de Saxe. Cela résultait de la méfiance à l’égard de la domination prussienne, mais aussi des traditions politiques libérales de ces États de l’Allemagne du Sud. Sur ce point, Bardanne est encore dans l’erreur, sous-estimant les résistances politiques à un État sécuritaire centralisé dans le Reich. Rétrospectivement, cette controverse montre une attitude fondamentalement libérale que l’on peut bien considérer comme sympathique du point de vue politique. Elle avait cependant pour conséquence que le Reich ne réussît pas à former un cadre militaire et civil assez grand pour le service de renseignement.

15En résumé, il faut considérer le service de renseignement militaire de l’Empire allemand de l’avant-guerre comme une branche relativement jeune de l’état-major général, une branche qui était petite et sans renommée particulière. Ses activités se focalisaient complètement sur l’observation de la France et de la Russie. Les renseignements provenaient pour la plus grande partie de sources ouvertes. Il en résulta un résumé de la situation stratégique loin des critères du renseignement aujourd’hui.

La France au centre de l’intérêt

  • 17 Le terme de « plan Schlieffen » pour désigner le plan allemand de 1914, qui se trouve dans la litté (...)

16Le travail de l’Abteilung IIIb constituait l’une des conditions fondamentales pour l’établissement et la modification du plan d’opérations allemand. L’idée d’attaquer, en cas d’une guerre européenne, d’abord la France avec le gros de l’armée de terre et de tourner ensuite les armées contre la Russie, était risquée et reposait d’une part sur une connaissance aussi bonne que possible des capacités des adversaires et d’autre part sur la rapidité de l’offensive allemande même17.

  • 18 Robert Foley, op. cit., p. 10.
  • 19 [William] Balck, « Die Taktik der Infanterie und das Gefecht der verbundenen Waffen », Löbell’s Jah (...)
  • 20 Ibid., « Die Taktik der Infanterie und das Gefecht der verbundenen Waffen », Löbell’s Jahresbericht (...)

17L’Abteilung IIIb se focalisa alors surtout sur la France en tant qu’adversaire principal et premier objectif de l’armée allemande. La Belgique, petit pays neutre, ne gagna en importance qu’au moment où l’état-major général renonça, pour des raisons stratégiques, et seulement à partir de 1908, à l’invasion des Pays-Bas pour planifier de porter l’aile décisive de l’offensive plus à l’Ouest, à travers du terrain belge — en passant par la place forte de Liège pour gagner la zone d’Anvers. D’un point de vue tactique, l’état-major général allemand crut reconnaître dans les publications militaires et dans les manœuvres une « adhésion stricte à une approche schématique de combat », comme l’a écrit Robert Foley18. Dans les Löbellsche Jahresberichte, l’annuaire officiel bien informé malgré la diffusion contrôlée des renseignements, un expert tactique, le colonel William Balck, analysa l’infanterie française fin 1911 et estima « sa tendance à éviter les pertes, à battre l’adversaire en profitant du terrain et en manœuvrant19. » La partie allemande confondait souvent la schématisation de la tactique française avec un manque d’initiative, croyant pouvoir en profiter dans une bataille de mouvement. Il n’échappait pas plus aux observateurs allemands que la procédure tactique orthodoxe — avant-gardes fortes et emploi tardif du gros des troupes de manœuvres pour la contre-attaque et la poursuite — était bien controversée dans les dernières années avant 1914.20 La performance de l’artillerie de campagne française était partout reconnue. Par contre, le 3. Abteilung identifia les faiblesses de l’artillerie lourde comme des troupes territoriales.

  • 21 BAMA, PH 3/256, Großer Generalstab. 3. Abteilung (Geheim), Aufmarsch und operative Absichten der Fr (...)
  • 22 Robert Foley, op. cit., p. 17. Voir aussi [Adolph von] Carlowitz-Maxen, « Heerwesen Frankreichs », (...)
  • 23 BAMA, RH 61-398, Helmut Greiner, Welche Nachrichten besaß der deutsche Generalstab über Mobilmachun (...)
  • 24 Cf. Jan Karl Tanenbaum, « French Estimates of Germany’s Operational War Plans », Ernest R. May (dir (...)

18Pour connaître le déploiement initialement prévu de l’armée française en cas de guerre et son choix pour une action défensive ou offensive, l’état-major général dépendait des conclusions tirées du déroulement des manœuvres annuelles comme de la répartition des troupes en temps de paix. En outre, il apprit quelques détails grâce à l’espionnage. Depuis 1912, l’Abteilung IIIb compétent pour la France put constater, primo, qu’il existait un nouveau plan de manœuvre ; secundo, que les Français seraient maintenant renforcés d’un corps expéditionnaire britannique sur le continent et, tertio, qu’ils ne s’attendaient plus, de leur côté, à une poussée principale allemande passant directement par la Lorraine, mais à un mouvement de contournement passant par la Belgique et le Luxembourg21. Mais l’état-major général ne put comprendre complètement avant 1914 l’orientation plus offensive des plans français, qui commençaient à peu près à cette période. Avec la modernisation des forteresses, achevée en 1909, et l’introduction du service militaire de trois ans (loi des trois ans) en 1913, les conditions furent pourtant réunies pour être observées depuis l’extérieur22. Il est possible que le différend au sein du commandement militaire français ait rendu plus difficile le regard sur les plans de déploiement XVI (avec des variantes) et XVII. Ainsi, l’état-major général pensait encore au printemps 1914 que les Français se déploieraient plus à l’arrière et de manière plus échelonnée en profondeur que ne le prévoyait en réalité par le plan XVII. Il « n’avait pas complètement reconnu la tendance récemment apparue à l’état-major général français de concentrer les forces surtout le long de la frontière en vue d’une offensive immédiate »23. D’un autre côté, l’Abteilung IIIb était persuadé que les Français s’attendaient bien à une attaque allemande passant par la Belgique et le Luxembourg, mais ignoraient la largeur de son débordement (à l’ouest d’Hirson). Ce facteur fut encore très important au cours de la bataille des frontières24.

  • 25 [Adolph von] Carlowitz-Maxen, « Heerwesen Frankreichs », Löbell’s Jahresberichte über das Heer- und (...)

19L’état-major général allemand fut bien conscient du problème démographique qu’avait la France sur le plan de sa politique militaire. Les observateurs allemands considéraient l’influence de la politique des partis sur le corps des officiers et le changement fréquent des ministres de guerre comme un problème25. L’image de l’armée française dessinée par l’Abteilung IIIb paraît globalement assez précise des points de vue technique et tactique. À l’échelon opérationnel, il ne put cependant discerner le changement vers une planification plus offensive. Dans son analyse stratégique et politique, l’état-major général sous-estima nettement la faculté de résilience de l’armée française et les capacités stratégiques de sa classe politique. Cette image se basait en grande partie sur une exploitation, durable et appuyée par les institutions, des manœuvres, des débats au parlement et des publications journalistiques. Ce système toucha à sa fin dans la crise entre le 28 juin et le 3 août 1914. Rétrospectivement, on peut s’étonner de l’inactivité persistante de l’Abteilung IIIb.

  • 26 BAMA, RW5/657, Generalmajor a. D. Gempp, Geheimer Nachrichtendienst und Spionageabwehr des Heeres, (...)
  • 27 BAMA, op. cit., p. 42-44.

20À partir du 24 juillet, le poste radio de la place forte de Königsberg (Prusse orientale) signala une augmentation évidente des radiocommunications entre la tour Eiffel et le poste émetteur de Bobrouisk en Biélorussie26. Le Major Nicolai ne fut rappelé de permission que le 25 juillet. Jusqu’à cette date, on fit comme si de rien n’était. Le jour suivant, le Major prit ses premières mesures pour mettre le « service en état de tension » : les agents voyageurs passèrent la frontière et les fausses adresses des personnels de confiance à l’étranger furent activées. À partir du 27 juillet, le travail de l’Abteilung IIIb se concentra sur la recherche d’indices de la mobilisation russe. Le 30 juillet, il reçut les premiers messages de ses antennes étrangères indiquant que la France commençait à protéger ses frontières. Le 31 juillet, un officier de renseignement put saisir une affiche de mobilisation russe, et l’état-major général considéra la situation à l’Est comme connue. La prochaine étape, le 1er août, fut la mobilisation générale, au cours de laquelle l’Abteilung IIIb fut aussi mise sur le pied de guerre.27 À ce moment, le flux de renseignements à son profit s’arrêta presque complètement. L’historique officiel de l’Abteilung IIIb décrit ainsi la situation :

  • 28 Ibid., p. 201.

21« En bref, la liaison avec tous les agents domiciliés sur le terrain ennemi dans les grandes places fortes sur la frontière et à l’intérieur de la France fut complètement coupée, comme avec les postes voisins28. »

L’organisation du temps de paix de l’Abteilung IIIb à l’Ouest

22Jusqu’à ce moment, l’Abteilung IIIb se composa de la centrale à Berlin ainsi que de onze antennes étrangères, les postes de renseignement. Ceux-ci avaient été rattachés en 1906 aux états-majors des corps d’armée qui étaient stationnés sur les frontières nationales. Six de ces états-majors se trouvaient le long de la frontière occidentale de l’Allemagne, à Münster, Coblence, Sarrebruck, Metz, Strasbourg et Karlsruhe. Chaque poste se composait d’un officier de renseignement du grade de capitaine qui commandait ses propres agents.

  • 29 Pour ma présentation du travail des officiers de renseignement, je m’en suis tenu à Hilmar-Detlef B (...)
  • 30 Pour le renseignement en Luxembourg avant-guerre et pendant la crise de 1914 cf. Gérald Arboit, « P (...)

23Dans la crise de juillet, ces postes de renseignement n’ont pas tous travaillé avec le même succès29. Pour Münster, il n’existe aujourd’hui apparemment plus de sources. Coblence était responsable du service de renseignement militaire en Belgique, aux Pays-Bas et au Luxembourg. En temps de paix, ce poste avait dirigé des agents à Luxembourg, Nancy, Paris, Liège, Longuyon, Lille, Sedan, Laon, Maubeuge et Differdange. L’officier de renseignement qui y était stationné envoya dès les périodes de tension de juillet 1914 des voyageurs-observateurs (Spannungsreisende) en France à travers la Belgique et le Luxembourg.30

  • 31 Gérald Sawicki, op. cit., p. 231.

24Le poste de renseignement de Sarrebruck, responsable pour la région Nancy-Toul, était relativement récent. Pour cette raison, il lui avait été impossible de monter un réseau assez important avant le début de la guerre. Metz constituait l’un des postes de renseignement les plus anciens et les plus importants de l’Abteilung IIIb. Mais nous ne disposons pas non plus de documents le concernant. Les chroniques de Strasbourg sont également clairsemées. Ce poste s’occupait du secteur Toul-Epinal. La station de Karlsruhe était située relativement loin de la frontière. Elle traitait la partie sud de l’Alsace et travaillait surtout par voie de la Suisse. Metz et Strasbourg disposaient déjà en temps de paix de cellules de contre-espionnage supplémentaires prévues dans le budget, à savoir la police des places fortes (Festungspolizei)31.

25Les Spannungsreisende, qui furent envoyés à l’étranger à partir du 26 juillet, étaient, en règle générale, des militaires d’active voyageant en tenue civile, mais aussi des civils culturellement habiles ayant des faux-papiers crédibles. Ils empruntèrent le train pour faire un tour en boucle de leur zone d’action et observer des préparatifs de mobilisation éventuels. L’Abteilung IIIb s’intéressa surtout aux indices de rappel de réservistes, de non-démobilisation de militaires du rang qui avaient accompli leur service, de la retenue de cargaisons privées et de navires marchands, de l’expédition du matériel roulant vers l’intérieur du pays, du rappel de militaires en congé, du départ de familles d’officiers vers l’intérieur, de l’équipement des gardes de frontières pour la guerre ainsi que de l’achat et du renouvellement des fers des chevaux de la cavalerie. Après leur retour, ces agents voyageurs donnèrent leurs informations à leur officier de renseignement. À Sarrebruck, commandés par le capitaine Richter et s’occupant surtout de la région de Nancy, les Spannungsreisende firent les tours suivants :

  • Igney, Lunéville, Nancy, Toul ;

  • Moncel, Nancy, Saint-Nicolas-de Port, Blainville, Lunéville, Arracourt ;

  • Vitry, Troyes, Châlons-sur-Marne, Bar-le-Duc, Toul, Pont-à-Mousson, Nancy ;

  • Toul, Nancy.

  • 32 BAMA : RW5/657 op. cit., p. 15-16, 49-51, ainsi que l’Anlage II : Spannungsreisen und Spannungsmeld (...)

26En outre, un ressortissant allemand rentrant de Londres arriva à Sarrebruck par le train de Paris32. La qualité de l’organisation du temps de paix des postes de renseignement dépendit en grande partie de l’officier, de son engagement personnel et du temps qu’il restait à ce poste. Plus longtemps l’officier occupait ce poste, plus simple était pour lui de se faire une idée des circonstances régionales et de nouer des contacts. Lors de la crise de juillet, la valeur de ces voyages augmenta en fonction de leur organisation en nombre et en rapidité de la présentation des renseignements recueillis. Il était donc plus aisé de recueillir des renseignements sur des objectifs géographiquement proches, tels que Liège ou Nancy, que lointains, comme Paris ou les ports de la Manche. Un autre point important pour les officiers de renseignement fut leur coopération avec la gendarmerie allemande, qui avait souvent des connaissances locales. Avant 1914, il ne fut cependant pas prévu d’interroger systématiquement les personnes de retour de l’étranger, ce qui s’avéra une erreur dans la crise de juillet.

  • 33 BAMA, RW5/641, manuscrit Gempp, 3, 3e partie, annexes (sans date), p. 44-68.

27Avant la guerre, la centrale avait elle-même dirigé quelques agents directement, dont le fameux « agent 17 ». Il s’agissait d’un journaliste autrichien, le baron August Schluga von Rastenfeld, qui travaillait pour les Allemands à Paris depuis 1867. Schluga fournit aussi des rapports pendant la crise de juillet, concernant surtout l’ordre de bataille français et comprenant des informations d’ambiance sur le haut commandement français ou sur l’état d’esprit au sein de la classe politique dans la capitale. La mobilisation restreignit cependant fortement la liberté de mouvement de Schluga parce qu’il dut céder sa voiture et que les étrangers se déplaçant constamment éveillèrent les soupçons de la Sûreté. En outre, il dut compter avec le contrôle postal. Cependant, rien que pour la période du 17 août au 31 octobre 1914, il réussit à faire parvenir quarante-deux rapports assez longs33. Schluga travailla encore pour l’Abteilung IIIb jusqu’à 1917 avant d’être désactivé par Nicolai, qui le plaça en résidence surveillée à Bruxelles. La valeur de l’« agent 17 » résida dans la longue durée pendant laquelle il fournit ses rapports et dans la qualité intellectuelle de l’observateur attentif qu’il fut.

La transformation du service de renseignement dans l’année de guerre 1914

28Avec la mobilisation, le Grand état-major fut transformé en Commandement suprême de l’armée de terre (OHL) et s’installa sur le front occidental. Il assimila la branche mobile de l’Abteilung IIIb sous le commandement de Walter Nicolai. Les départements de l’état-major général compétents jusque-là pour l’exploitation furent regroupés dans l’OHL sous le nom de Nachrichtenabteilung, commandé par le lieutenant-colonel Richard Hentsch.

29En outre, un poste d’officier de renseignement fut également budgété à l’état-major de chaque armée mobilisée. Les « postes de renseignement » existants jusqu’ici furent supprimés. Sept des onze officiers de renseignement gagnèrent de nouvelles affectations de mobilisation. Ceci coupa complètement, pour une période temporaire, le contact avec les agents à l’intérieur de la France et dans les grandes places fortes sur la frontière. Ceux situés auprès des commandements des corps d’armée furent remplacés par de nouveaux « postes de renseignement de guerre ». En Grande Région, ils furent au nombre de six. À Wesel, se trouvait le poste de renseignement de guerre « Nord », responsable du renseignement outre-mer mais étudiant aussi la question des transports de troupes depuis le Royaume-Uni. Cette antenne étrangère fut détachée à l’amirauté en décembre 1914. À Bruxelles, l’officier de renseignement stationnaire vit ses tâches prises en charge à partir de novembre par le poste de renseignement de guerre d’Anvers. Ce poste de renseignement de guerre fut particulièrement important parce qu’il s’occupait de la France et du Royaume-Uni. Ses agents travaillaient surtout par voie des pays neutres qu’étaient la Suisse et les Pays-Bas. En décembre 1914, Anvers disposait de vingt-trois agents.

  • 34 Ibid., RW5/43, manuscrit Gempp, 4, 4e partie, annexe 1, p. 202-206. Le cas de Thalgott montre un au (...)

30Le poste de renseignement de guerre de Strasbourg espionna surtout l’est de la France sur l’axe Belfort-Nancy, ainsi que sur les nœuds ferroviaires situés à l’arrière de ce secteur. Jusqu’au mois de décembre, un minimum de six agents voyageurs passa encore le front depuis Strasbourg. Cette antenne étrangère fixa son attention particulièrement sur l’offensive française redoutée contre le Reichsland. C’est pour recueillir des renseignements sur cette offensive que l’agent « Str. 28 » (Paul Thalgott) passa encore le front près de Senones fin décembre et marcha sur la route de Raon-l’Etape à Rambervillers, par Baccarat. Son constat selon lequel il n’existait pas d’activités militaires inhabituelles dans cette région contribua à ce que l’état-major général évaluât le risque d’une offensive française comme faible. D’autres entreprises de ce type échouèrent cependant en raison du renforcement de la surveillance34.

  • 35 Ibid., p. 214.
  • 36 On trouve des tableaux et des rapports fournis pendant cette période in ibid., RW5/41, manuscrit Ge (...)

31Le poste de renseignement de guerre de Mulhouse ne fut pas créé par l’Abteilung IIIb, mais fut mis sur pied par la troupe de sa propre initiative pour assurer le renseignement contre Belfort. Apparemment ce poste n’occupa d’abord qu’un seul agent, un Autrichien de Thann, qui travailla comme agent double et dont on suppose qu’il entra encore pendant la guerre plusieurs fois dans la place forte de Belfort35. Plus au Sud, le travail se concentra dans le « Poste collecteur de rapports Sud » de Lörrach, qui collecta surtout des renseignements de voyageurs vers la Suisse et en provenance d’elle. En octobre 1914, ce poste comptait vingt-deux agents36.

  • 37 Ibid., RW5/43, op. cit., 4, 4e partie, annexe 1, p. 176.

32À côté des « postes de renseignement de guerre », les officiers de renseignement dans les commandements suprêmes des armées, dont les postes venaient d’être budgétés, s’occupèrent aussi du renseignement à partir du mois d’août 1914. La situation de ces officiers fut ambiguë et donc inconfortable : s’ils travaillaient à l’état-major d’une armée, ils rendaient compte directement à l’Abteilung IIIb du Grand Quartier-Général. Les commandements suprêmes des armées les considéraient donc comme des « espions » du commandement de l’armée de terre, et la coopération avec eux dépendit beaucoup de la personnalité des acteurs impliqués. Les sources principales des officiers de renseignement étaient les interrogatoires des prisonniers de guerre et les documents saisis. Mais ils dirigèrent aussi leurs propres agents. L’officier de renseignement de la 2. Armee (dislocation aux environs de l’Oise) disposa ainsi encore en décembre de quatorze agents, dont la plupart étaient d’anciens légionnaires et des militaires d’active allemands. Celui de la 7. Armee (Aisne) dirigea trois Français de Laon. L’un des officiers de renseignement les plus actifs fut le Major Richter de la 5. Armee (Meurthe-et-Moselle), qui reprit entre autres un agent expérimenté de l’avant-guerre. « S 31 » (Alexander Heck) était un serrurier de Nancy qui espionna en octobre 1914 la région de Saint-Dizier. En décembre, il fut envoyé en direction du triangle ferroviaire Saint-Dizier-Revigny-sur-Ornain-Vitry-le-François, où il fut apparemment arrêté. « S 31 » fut ensuite probablement exécuté à Chaumont en août ou octobre 191537.

  • 38 Cité d’après ibid., p. 131, Major Nicolai, « Richtlinien für die Nachrichtenoffiziere im Westen », (...)

33Le traitement des agents par les officiers de renseignement des armées rencontra cependant rapidement des problèmes de plus en plus grands. Les renseignements étaient souvent obsolètes en raison de la longue durée des voyages. Les entreprises devenaient toujours plus risquées, le front toujours plus impénétrable. Début décembre 1914, Nicolai constata une « certaine stagnation » du service de renseignement sur le plan des agents dirigés à travers le front. Tous les agents furent donc détachés aux postes de renseignement de guerre, qui les dirigèrent à partir de ce moment à travers les pays neutres. Cette décision caractérisait la séparation survenue entre-temps entre le service de renseignement appelé secret, qui utilisait des agents, et le service de renseignement, appelé du front, qui avait surtout recours à des moyens techniques et à l’interrogation de prisonniers de guerre38.

  • 39 Cf. la définition du Special Operations Coordination Centre de l’OTAN, SOF Terms & Definitions for (...)
  • 40 BAMA, RW5/657, op. cit., 2, p. 203.

34L’avènement des opérations spéciales constitua un autre changement dans la recherche du renseignement. Nous ne devons cependant pas croire qu’il s’y agisse d’opérations selon la définition moderne de l’OTAN39. L’armée allemande ne disposa pas de troupes avec une qualification spéciale et n’eut pas non plus de doctrine pertinente. Le premier élément d’une telle conduite de guerre fut pourtant l’installation de « réseaux d’invasion » sur les frontières française et russe. Ils furent conçus avant 1914. Le service des Postes et Télégraphes en Alsace joua un rôle important dans la rédaction et la communication de comptes rendus pendant la mobilisation. Sur le Rhin supérieur, ce réseau ne put entrer en action au moment de l’offensive française de 191440.

  • 41 Cf. ibid., RW5/41, p. 15 compte rendu de IIIb au poste de renseignement de guerre de Bruxelles du 2 (...)
  • 42 Ibid., p. 34.
  • 43 Pour les planifications et actions de la partie française, cf. Gérald Sawicki, « Aux origines loint (...)

35En outre, l’Abteilung IIIb commença avant 1914 à former des « agents d’interruption ». Mais en Grande Région, seul un petit nombre d’agents devant mettre en œuvre des explosifs furent recrutés. Ils furent envoyés en opération le 28 juillet. Nos connaissances de ces opérations restent toujours rudimentaires. Nous savons qu’au moins le poste de renseignement de guerre de Strasbourg envoya en opération deux de ces agents, sans que le résultat de cette opération fût connu. Fin septembre, le poste de renseignement de guerre de Bruxelles envoya des agents contre les lignes ferroviaires Ostende-Gand et Gand-Bruxelles, leur offrant une récompense de cinq mille Reichsmark pour leur destruction à l’explosif41. Le 10 octobre, un agent signala au poste d’interception Sud la destruction du service télégraphique de Nantes, mais ces circonstances ne sont pas claires42. Au total, ces agents de sabotage restèrent une note de bas de page exotique dans les opérations de 191443.

36Les opérations spéciales ne firent donc pas partie intégrante des opérations allemandes à l’Ouest. Cette absence a deux raisons, dont l’une est structurelle et l’autre conjoncturelle. La première est inhérente à la nature du plan de guerre allemand : celui-ci était conçu pour une percée rapide à l’Ouest. Plus tôt la grande bataille à l’Ouest était livrée et gagnée, plus tôt il serait possible d’en retirer les armées allemandes pour les diriger contre la Russie. Ce paradigme signifiait en revanche qu’un ralentissement intentionnel des mouvements de l’armée de terre française, par exemple par le dynamitage de voies ferroviaires, de ponts ou de tunnels, aurait été contre-productif. Au cours des premières opérations, le commandement allemand cherchait à garder intactes les infrastructures en France, afin de pouvoir les utiliser pour ses propres opérations.

37La raison conjoncturelle de l’absence d’opérations spéciales en 1914 est liée aux performances de l’arme traditionnellement compétente pour les raids, à savoir la cavalerie légère. À l’été 1914, elle échoua complètement, comme outil du renseignement, dans la bataille même, mais aussi comme outil de guérilla. Même si des commandants locaux avaient voulu lancer des opérations spéciales de leur propre initiative, ils n’auraient pas eu les moyens les plus essentiels pour leur réalisation.

  • 44 Cf. Generalstab des Heeres (dir.), Der Handstreich gegen Lüttich vom 3. bis 7. August 1914, Berlin, (...)

38Il existe cependant une opération qui, en raison de sa taille, n’est à première vue pas du tout perçue comme une opération spéciale : le coup de main contre Liège, qui a commencé dans la nuit du 5 août 191444. Si on place cette opération dans le contexte de l’histoire des opérations spéciales du XXe siècle, il est bien possible de comparer Liège à la conquête du fort néerlandais d’Eben Emael par la Wehrmacht en mai 1940 ou à l’occupation de l’aéroport de Point Salines sur l’île de Grenade par des troupes américaines en octobre 1983. Le coup de main de Liège était une opération shock-and-awe, avec un facteur de surprise élevé et une vraie importance stratégique. Toutes les informations sur l’objectif furent ramassées scrupuleusement avant la guerre. Pour l’attaque de nuit, les six brigades reçurent en renfort des officiers d’état-major qui connaissaient les lieux. Le groupement opérationnel fut cependant constitué de troupes régulières qui n’avaient été mobilisées que trois jours auparavant. Mais il paraît bien justifié de comprendre le coup de main de Liège comme le début des opérations spéciales modernes dans l’armée allemande.

39La fin de l’année 1914 offrait la possibilité d’observer le changement de la recherche du renseignement à l’Ouest dans un créneau de temps relativement bref. Le passage de la paix à la guerre constitua une rupture importante également pour l’Abteilung IIIb. Rien que parce que l’organisation de la recherche du renseignement entra en 1914, pour la première fois, dans un conflit. Elle ne pouvait donc pas s’appuyer sur de propres expériences.

40La première conséquence de la mobilisation fut — et c’est quelque chose que l’on oublie souvent — que la source la plus importante, à savoir les sources ouvertes, disparut pratiquement. On réussit certes à acquérir des périodiques et des magazines par voie des pays étrangers neutres. Mais leur valeur était relativement faible à cause de la censure qui était appliquée partout. Il en va de même pour les rapports des attachés, qui furent contraints de quitter les États ennemis avec le corps diplomatique allemand. Les rapports envoyés des pays neutres gagnèrent en importance.

41La mobilisation mit aussi fin aux réseaux des services de renseignement qui dataient du temps de paix, suite à la mutation sur un poste de combat de leurs officiers traitants, qui étaient aussi les officiers de renseignement des armées. Mais aussi parce que le trafic frontalier fut tout de suite fortement restreint.

42Pour ce qui est du service de renseignement en corps de troupe, la position des nouveaux officiers de renseignement ne fut pas claire. Ils durent d’abord lutter pour acquérir le monopole des comptes-rendus contre les états-majors de troupes. Et l’armée allemande mena l’offensive sur le territoire de l’adversaire, ce qui posait des problèmes supplémentaires : pendant les opérations de 1914, le commandement militaire français put s’appuyer sur sa population locale, ses propres systèmes de communication et ses propres voies de circulation. Les tentatives des officiers de renseignement allemands d’envoyer des espions à travers le front échouèrent après seulement quelques mois. Les fronts devinrent de plus en plus hermétiques, la surveillance de l’arrière-pays de plus en plus serrée. Les Spannungsreisende prirent un risque mortel et — comme ils ne disposaient pas de moyens de transmissions transportables — leurs informations furent peu utilisables ou déjà obsolètes.

43La naissance de la guerre de position permit cependant d’institutionnaliser de nouvelles formes de la recherche du renseignement : celles-ci comprenaient les interrogatoires des prisonniers ainsi que l’utilisation de moyens techniques. La séparation organisationnelle entre le service de renseignement dit secret et le service de renseignement dit du front eut lieu au plus tard avec l’instruction de Nicolai du 8 décembre 1914 interdisant aux officiers de renseignement de diriger des agents propres et leur imposant de détacher ces agents aux postes de renseignement de guerre d’étape, voire en Allemagne même. Le développement des antennes étrangères de renseignement résulta de la grande guerre de position à l’Ouest. Mais leurs agents durent de plus en plus souvent transiter par les voisins neutres. Ce n’était donc pas exclusivement sur les plans du droit international et de l’économie de guerre que le rôle des pays neutres devint de plus en plus important. Cela vaut aussi pour le service de renseignement, et on constate ce changement déjà en 1914, dès les premiers mois de guerre.

44Comme les Allemands menaient la guerre en pays ennemi, il était inévitable qu’il leur fallût bientôt s’occuper de la nouvelle et vaste tâche du contre-espionnage. Dans ce domaine s’entremêlaient des tâches militaires, policières et administratives. L’armée allemande eut en conséquence de grandes difficultés pour recruter du personnel qualifié pour cette tâche. La structure fédérale de l’Empire ainsi que le manque d’une élite policière et administrative qualifiée et expérimentée dans les colonies jouèrent peut-être aussi un rôle dans ce problème. Somme toute, la fin d’une époque « napoléonienne » de la recherche du renseignement se dessina avant la fin de l’année 1914. Il ne suffisait plus de lire les journaux et d’envoyer la cavalerie. À la place, nous pouvons observer à partir de l’août 1914 le début d’une intégration du service de renseignement dans les forces armées sur les plans de l’organisation et de la culture militaire. C’est une évolution qui porta ses fruits sur une très longue période qui allait dépasser de loin l’année 1918.

Notes

2 Bundesarchiv-Militärarchiv, Fribourg (BAMA), PH 3/256, Großer Generalstab. 3. Abteilung (Geheim), Aufmarsch und operative Absichten der Franzosen in einem zukünftigen deutsch-französischen Krieg (1914), p. 6.

3 Jean Bardanne, Le colonel Nicolai. Espion de génie. Le véritable Organisateur de la révolution bolchevique et de l’Hitlérisme, son succédané, Paris, Sibouey, 1947, p. 185.

4 Cf. Thomas Kühne, Benjamin Ziemann (dir.), Was ist Militärgeschichte ?, Paderborn, Verlag Ferdinand Schöningh, 2000.

5 Gérald Sawicki, Les services de renseignements à la frontière franco-allemande (1871-1914), thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université de Nancy 2, 2006. Cet auteur étudie entre autres des fonds d’archives allemands qui sont venus à Paris par voie de Moscou.

6 Cf. Jürgen W. Schmidt, Gegen Frankreich und Russland : Der deutsche militärische Geheimdienst 1890-1914, Ludwigsfelde, Ludwigsfelder Verlagshaus, 2005 ; Markus Pöhlmann, « Le renseignement allemand en guerre : structures et opérations », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 232, 2008, p. 5-24 ; Daniel Larsen, « Intelligence in the First World War : The State of the Field », Intelligence and National Security, 29, 2014, p. 282-302.

7 Pour une étude de la zone du front de l’Ouest pendant la Grande Guerre, cf. Christoph Nübel, Durchhalten und Überleben an der Westfront. Raum und Körper im Ersten Weltkrieg, Paderborn, Verlag Ferdinand Schöningh, 2014.

8 Pour la personne de Nicolai, cf. Markus Pöhlmann, « Le renseignement… », op. cit., p. 7-8 ; pour son domaine de tâches, cf. Walter Nicolai, Forces secrètes, Paris, Édition de la Nouvelle Revue Critique, 1932.

9 Pour l’organisation du Grand état-major prussien et planification opérationnelle de celui-ci dans les années avant 1914, cf. Gerhard P. Groß, Mythos und Wirklichkeit. Geschichte des operativen Denkens im deutschen Heer von Moltke d. Ä. bis Heusinger, Paderborn, Verlag Ferdinand Schöningh, 2012.

10 Robert Foley, « Easy Target or Invincible Enemy ? German Intelligence Assessments of France Before the Great War », Journal of Intelligence History, no 5, 2005, p. 1-24.

11 Un ouvrage de référence, toujours actuel, est le livre de Heinrich Otto Meisner, Militärattachés und Militärbevollmächtigte in Preußen und im Deutschen Reich. Ein Beitrag zur Geschichte der Militärdiplomatie, Berlin Rütten und Loening, 1957 ; pour la vue qu’ils avaient sur la France, cf. Mark Hewitson, « Images of the Enemy : German Depictions of French Military, 1890-1914 », War in History, 11, 2004, p. 4-33 ; le rôle des rapporteurs spéciaux de l’état-major général est analysé par Markus Pöhlmann, « Between Manchuria and the Marne : The German Army and its Perception of the Military Conflicts of 1911-1914 », Dominik Geppert, Andreas Rose, William Mulligan (dir.), The Wars before the Great War. Conflict and International Politics Before the Outbreak of the First World War, Cambridge/New York, Cambridge University Press, 2014, p. 204-229.

12 Un exemple fameux se trouve dans l’article de Gérald Sawicki, « Trente ans au service de l’Allemagne : l’agent Philippe alias 35 », Annales de l’Est, no 1, 2010, p. 207-222.

13 Cf. Robert Foley, op. cit., p. 19.

14 Cela devient très évident dans BAMA, RH 61-398, Helmut Greiner, Welche Nachrichten besaß der deutsche Generalstab über Mobilmachung und Aufmarsch des französischen Heeres in den Jahren 1885-1914 ? Wie wurden sie ausgewertet, und wie lagen die tatsächlichen Verhältnisse ? Cette étude sans date fut réalisée pour l’historique officiel des archives du Reich, probablement dans les années 1922-1924. Pour une comparaison internationale des publications journalistiques, cf. aussi Stig Förster (dir.), Vor dem Sprung ins Dunkle. Die Debatten in den Militärzeitschriften des Deutschen Reiches, Frankreichs und Großbritanniens über den Krieg der Zukunft, 1880-1914, Paderborn, Verlag Ferdinand Schöningh, 2016.

15 Pour l’organisation du contre-espionnage allemand en Alsace-Lorraine, cf. Gérald Sawicki, Les services de renseignements…, op. cit., p. 120-177, 225-244 et, dans ce volume, infra.

16 Dans une étude achevée en 1917-1918, le service de renseignement du commandement suprême de l’armée de terre évaluait ainsi ses propres connaissances sur le Royaume-Uni : « Les renseignements sur les préparatifs de guerre immédiats en Angleterre sont peu abondants. L’état-major général allemand sur place ne disposait pas d’un service d’agents bien développé. Pendant la période de tensions avant la guerre, le passage d’informations était plus entravé par la mer séparatrice que sur les fronts terrestres. » BAMA, PH 3/394 : Abteilung Fremde Heere, Denkschrift über die Rüstungen Englands unmittelbar vor Kriegsausbruch 1914, p. 277. Le département « Armées étrangères » (Abteilung Fremde Heere) était issu en 1917 du département « Renseignement » (Nachrichtenabteilung).

17 Le terme de « plan Schlieffen » pour désigner le plan allemand de 1914, qui se trouve dans la littérature la plus ancienne, est inexact dans la mesure où, sous l’ancien chef d’état-major général, le Generaloberst Alfred von Schlieffen, avait été développée tout au plus une idée opérationnelle. Dans les années 1905-1914, le plan d’opérations fit cependant l’objet de changements considérables concernant les rapports de forces et les conditions stratégiques préalables. Cf. Hans Ehlert, Michael Epkenhans, Gerhard P. Groß (dir.), The Schlieffen Plan. International Perspectives on the German Strategy for World War I, Lexington, Kentucky University Press, 2014.

18 Robert Foley, op. cit., p. 10.

19 [William] Balck, « Die Taktik der Infanterie und das Gefecht der verbundenen Waffen », Löbell’s Jahresberichte über das Heer- und Kriegswesen, 1911, Berlin, E. S. Mittler und Sohn, 1912, p. 267.

20 Ibid., « Die Taktik der Infanterie und das Gefecht der verbundenen Waffen », Löbell’s Jahresberichte über das Heer- und Kriegswesen, 1912, Berlin, E. S. Mittler und Sohn, 1913, p. 265.

21 BAMA, PH 3/256, Großer Generalstab. 3. Abteilung (Geheim), Aufmarsch und operative Absichten der Franzosen in einem zukünftigen deutsch-französischen Krieg (1914), p. 12, 37-38.

22 Robert Foley, op. cit., p. 17. Voir aussi [Adolph von] Carlowitz-Maxen, « Heerwesen Frankreichs », Löbell’s Jahresberichte über das Heer- und Kriegswesen, 1913, Berlin, E. S. Mittler und Sohn, 1914, p. 75-76. Pour une présentation synthétique de l’armée française après la mise en vigueur de la loi des trois ans, cf. Generalleutnant z. D. [Hans] von Zwehl, « Die französische Armee ; ihre Stärke und Gliederung », Militär-Wochenblatt no 2, 4 janvier 1914, p. 26-30.

23 BAMA, RH 61-398, Helmut Greiner, Welche Nachrichten besaß der deutsche Generalstab über Mobilmachung und Aufmarsch des französischen Heeres in den Jahren 1885-1914 ? Wie wurden sie ausgewertet, und wie lagen die tatsächlichen Verhältnisse ?, p. 156.

24 Cf. Jan Karl Tanenbaum, « French Estimates of Germany’s Operational War Plans », Ernest R. May (dir.), Knowing One’s Enemies : Intelligence Assessment before the Two World Wars, Princeton, Princeton University Press, 1984, p. 150-171.

25 [Adolph von] Carlowitz-Maxen, « Heerwesen Frankreichs », Löbell’s Jahresberichte über das Heer- und Kriegswesen, 1911, Berlin, E. S. Mittler und Sohn, 1912, p. 67.

26 BAMA, RW5/657, Generalmajor a. D. Gempp, Geheimer Nachrichtendienst und Spionageabwehr des Heeres, 2 (1928), (manuscrit Gempp), p. 12, 24 ; Sébastien Laurent, Politiques de l’ombre. État, renseignement et surveillance en France, Paris, Fayard, 2009, p. 436.

27 BAMA, op. cit., p. 42-44.

28 Ibid., p. 201.

29 Pour ma présentation du travail des officiers de renseignement, je m’en suis tenu à Hilmar-Detlef Brückner, « Die Nachrichtenoffiziere (N.O.) der Sektion/Abteilung IIIb des Großen Generalstabes der preußisch-deutschen Armee 1906-1918 », Jürgen W. Schmidt (dir.), Geheimdienste, Militär und Politik in Deutschland, Ludwigsfelde, Ludwigsfelder Verlagshaus, 2008, p. 16-76.

30 Pour le renseignement en Luxembourg avant-guerre et pendant la crise de 1914 cf. Gérald Arboit, « Pourquoi espionner le Grand-Duché de Luxembourg ? », journée d’étude « Espions, contre-espions et espionnage autour de la Première Guerre mondiale », Institut d’études avancées de Paris, 20 mai 2006 (non publié).

31 Gérald Sawicki, op. cit., p. 231.

32 BAMA : RW5/657 op. cit., p. 15-16, 49-51, ainsi que l’Anlage II : Spannungsreisen und Spannungsmeldeorte West, p. 69. Un aperçu important des agents dirigés par les postes de renseignement au moment de l’éclatement de la guerre se trouve dans Gérald Sawicki, op. cit., p. 841-853 (annexe 19).

33 BAMA, RW5/641, manuscrit Gempp, 3, 3e partie, annexes (sans date), p. 44-68.

34 Ibid., RW5/43, manuscrit Gempp, 4, 4e partie, annexe 1, p. 202-206. Le cas de Thalgott montre un autre risque couru par les agents des postes de renseignements de guerre, car il fut tué en février 1915, lors de son retour d’un de ses tours, par des balles tirées par une patrouille allemande. Cf. ibid., p. 210.

35 Ibid., p. 214.

36 On trouve des tableaux et des rapports fournis pendant cette période in ibid., RW5/41, manuscrit Gempp, 3, 3e partie, annexes.

37 Ibid., RW5/43, op. cit., 4, 4e partie, annexe 1, p. 176.

38 Cité d’après ibid., p. 131, Major Nicolai, « Richtlinien für die Nachrichtenoffiziere im Westen », 8 décembre 1914.

39 Cf. la définition du Special Operations Coordination Centre de l’OTAN, SOF Terms & Definitions for NSCC Courses, décembre 2009, (NATO/PfP Unclassified) : « Military activities conducted by specially designated organized, trained and equipped forces using operational techniques and modes of employment not standard to conventional forces. These activities are conducted across the full range of military operations independently or in coordination with operations of conventional forces to achieve political, military, psychological and economic objectives. Politico-military considerations may require clandestine, covert or discreet techniques and the acceptance of a degree of physical and political risk not associated with conventional operations ».

40 BAMA, RW5/657, op. cit., 2, p. 203.

41 Cf. ibid., RW5/41, p. 15 compte rendu de IIIb au poste de renseignement de guerre de Bruxelles du 22 septembre 1914.

42 Ibid., p. 34.

43 Pour les planifications et actions de la partie française, cf. Gérald Sawicki, « Aux origines lointaines du “service action”. Sabotage et opérations spéciales », Revue Historique des Armées, no 268, 2012, p. 12-22.

44 Cf. Generalstab des Heeres (dir.), Der Handstreich gegen Lüttich vom 3. bis 7. August 1914, Berlin, E. S. Mittler und Sohn, 1939.

Auteur

Docteur en histoire contemporaine (Berne), travaille au Zentrum für Militärgeschichte und Sozialwissenschaften der Bundeswehr à Potsdam. Ses intérêts de recherche couvrent l’histoire militaire allemande, l’histoire des services de renseignement et la relation entre guerre et médias.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search