Version classiqueVersion mobile

Renseignement et avant-guerre de 1914 en Grande Région

 | 
Gérald Arboit

A la frontière des deux Lorraine : Les services de renseignement français et allemands à la veille de la Première Guerre mondiale

Gérald Sawicki

Texte intégral

  • 1 Actuel département de la Moselle, la Lorraine allemande (Bezirk Lothringen, présidence de Lorraine (...)

1Entre 1871 et 1914, la France et l’Empire allemand se livrèrent à une intense guerre secrète. Dans ce cadre, la Lorraine française et la Lorraine allemande1 prirent une part non négligeable. Leur frontière commune représentait la moitié des 285 km de la frontière franco-allemande issue du traité de Francfort et était le lieu d’un vaste affrontement militaire. Aux places fortes de Verdun, Toul et Épinal, aux régiments de Nancy et de Commercy répondaient les forteresses de Metz et de Thionville, les garnisons de Sarrebourg et de Morhange. Les services de renseignement, qui s’implantèrent de chaque côté de la frontière, présentaient également de nombreuses similitudes. Leurs structures ainsi que leur préparation à la guerre témoignaient de préoccupations identiques, d’influences et d’imitations réciproques. Néanmoins, quelques caractères propres se distinguaient, en particulier dans le cas français, où certains systèmes étaient pensés jusqu’au moindre détail et sur une très grande échelle.

Entre imitations et innovations : les services de renseignement français et allemands à la frontière

La composante militaire : Les officiers de renseignement

  • 2 Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes (SHD/DAT), 7 N 21, Ministr (...)
  • 3 Ibid., 7 N 676, Sous-chef d’état-major Belin au même, 3 juin 1914.

2Tant en France que dans l’Empire allemand se structurèrent progressivement sur la frontière franco-allemande des postes spécifiques des services de renseignement militaires. Tirant les leçons de la défaite de 1871, la France posséda l’antériorité de cette institutionnalisation. Faisant face à la Lorraine allemande, le plus ancien poste de renseignement à la frontière fut celui de Nancy créé dès les années 1880 au sein de la 11e division d’infanterie puis au tournant du siècle, à l’état-major du 20e Corps d’armée. À cette date, dans les Vosges, le poste de renseignement de Remiremont à l’état-major de la 41e division d’infanterie, bientôt remplacé par celui d’Épinal, pouvait s’intéresser ponctuellement à la partie sud de ce territoire. Mais à la veille de la Grande Guerre, à l’exception de Belfort, seul demeura le poste de Nancy. Toutefois, le 31 janvier 1914, un nouveau poste de renseignement fut créé plus au nord, à Mézières dans les Ardennes, et son officier de renseignement fut affecté en surnombre à l’état-major de la 4e division d’infanterie2. Cette création, qui devait également observer l’extrémité nord de la Lorraine allemande, indiquait bien les inquiétudes du haut commandement quant à une action allemande par le Luxembourg et la Belgique. Néanmoins, en juin 1914, ce poste n’existait pas « encore depuis assez longtemps » pour être en situation de fournir « des renseignements intéressants » à la Section de renseignements de Paris ou au 2e Corps d’armée du général Lanrezac à Amiens3.

  • 4 Ibid., 1 K 173, Fonds Andlauer, conférence du 24 octobre 1925. Archives départementales de Meurthe (...)

3En 1913, les postes de renseignement à la frontière virent leurs modestes effectifs quelque peu s’étoffer. Celui de Nancy comprenait un capitaine, chef de service, un adjoint, qui avait le grade de lieutenant, et un gendarme en retraite. Ce service frontière dépendait directement de Paris, en ce qui concernait le travail de renseignement proprement dit. Il était rattaché à son état-major local pour la discipline et l’instruction militaire. Il pouvait néanmoins transmettre à ce dernier les informations de nature à l’intéresser et satisfaisait, « dans la mesure du possible », à leurs demandes de renseignements. De même, un lot de pigeons voyageurs était réservé au service de renseignement dans les colombiers des grandes forteresses4. À Nancy, les chefs successifs du poste de renseignement furent les capitaines Mangin en 1900, Tschupp en 1908, Graff en 1911 et Briqué en 1913-1914.

4En Allemagne, la constitution de postes de renseignement militaires de frontière fut beaucoup plus tardive. À partir de 1906, sous l’impulsion de Moltke, une attention plus grande fut portée au fonctionnement de la Section IIIb, le service de renseignement du Grand état-major de Berlin. Spécialisation et professionnalisation furent les nouveaux mots d’ordre. L’Allemagne venait de sortir de la crise franco-allemande de 1905 et on estimait qu’en cas de guerre, l’ancienne organisation aurait été défaillante.

  • 5 Bundesarchiv-Militärarchiv, Fribourg (BAMA), RW5/654, Geheimer Nachrichtendienst und Spionageabweh (...)

5Un changement structurel s’opéra avec la création et l’affectation de véritables Nachrichtenoffiziere (Officiers de renseignement) dans les corps d’armée, en particulier, de la frontière franco-allemande. Ils remplacèrent d’anciens services d’informations militaires existant à Trèves, Metz ou Sarrebourg, qui furent considérés comme peu efficaces et dépassés, le renseignement n’étant souvent qu’une préoccupation secondaire des Bezirksoffiziere (officiers de district). Travail « difficile », à l’« activité énergique », le renseignement exigeait des officiers « particulièrement doués et préparés », ayant une parfaite connaissance des langues et des armées étrangères. Ils devaient posséder « un jugement indépendant » ainsi que de « l’habileté et de la sûreté » dans leurs rapports avec des personnes de différentes classes sociales5.

  • 6 Rodolphe von Borries, « L’espionnage allemand d’avant-guerre à l’Ouest », L’espionnage et le contr (...)
  • 7 Walter Nicolai, Forces secrètes, Paris, Nouvelle Revue Critique, 1932, p. 30-31.

6L’expérience réussie du capitaine Schultz à l’état-major du XVIe Corps d’armée à Metz incita à cette organisation. Lorsque le général von Borries fut nommé chef d’état-major à Metz en janvier 1911, il trouva même « une disposition inédite » entraînant cet état-major dans l’orbite de la Section IIIb de Berlin. C’était, selon lui, « un premier pas indispensable » face à l’organisation française qu’il jugeait bien supérieure et motivée par « la tension de la situation politique »6. Le major Nicolai, qui effectua une tournée à Metz et à Strasbourg avant de devenir le chef du service de renseignement allemand de 1913 à 1918, prétendit que jusqu’en 1910, chacun de ses hommes avait « affaire à dix adversaires »7 !

  • 8 BAMA, RW5/657, manuscrit Gempp, 1914-1918, p. 12-13.

7En 1914, la composition des postes frontière (appelés Nachrichtenstellen ou Meldestellen) s’établissait de la manière suivante. Sur les onze officiers de renseignement qui y étaient affectés, six l’étaient à l’Ouest, face à la Lorraine française, à savoir les capitaines Kroeger au VIIe Corps d’armée à Münster, Witte au VIIIe à Coblence, Fischer au XIVe à Karlsruhe, Starke au XVe à Strasbourg, Lübcke au XVIe à Metz et Richter au XXIe à Sarrebruck. Cologne et Münster s’occupaient également de la Belgique8.

  • 9 Ibid., p. 45-46.

8Les Nachrichtenoffiziere de frontière étaient « souvent seuls dans leur tâche ». Par souci de confidentialité, ils installaient leur poste à leur domicile et n’étaient aidés, la plupart du temps, que par leur femme. Curiosité unique dans l’histoire de l’armée allemande, en juillet 1914, jusqu’au retour d’un officier de renseignement en congé de maladie, ce fut sa femme qui, sous la signature prétendue de son mari, conduisit son poste de renseignement à la frontière lors de la tension politique9 !

Police spéciale de l’Est et Zentralpolizeistelle de Strasbourg

  • 10 Gérald Sawicki, « Un outil du renseignement français sur l’Empire allemand : la police spéciale de (...)

9Pour épauler le service de renseignement militaire français fut constitué dès 1873 « le secret de la police des frontières ». Véritable innovation française, tout un réseau de commissariats spéciaux de police de la frontière de l’Est fut chargé de se livrer au renseignement extérieur sur l’Allemagne. En 1914, ce réseau était constitué de 17 postes dont les deux tiers étaient situés dans les gares frontière et intérieures de Meurthe-et-Moselle, pièce maîtresse du dispositif. Audun-le-Roman, Briey, Conflans-Jarny, Avricourt, Longwy, Moncel-sur-Seille, Nancy, Pagny-sur-Moselle, Villerupt, Toul, Saint-Nicolas-de-Port faisaient face à la Lorraine allemande, le Luxembourg et l’extrémité sud de la Belgique. Les deux postes principaux étaient Pagnysur-Moselle et Avricourt. Le premier visait Metz et une grande partie de la Lorraine annexée, le second plutôt Strasbourg et Sarrebourg. Les postes de Longwy, Batilly et Moncel s’intéressaient à Thionville et à Metz tandis que Longwy se penchait aussi sur la Belgique et Villerupt sur le Luxembourg10.

  • 11 ADMM, 4 M 278, Tableau modificatif du 31 janvier 1914 à l’instruction sur le SR à la frontière du (...)

10À partir du 17 juin 1899, les relations entre les officiers de renseignement des postes frontière et les commissaires spéciaux furent réglées par une série d’instructions interministérielles secrètes. L’officier chargé du renseignement à Nancy s’assura la collaboration de toute la police spéciale de Meurthe-et-Moselle mais en 1914, la répartition de la zone frontière fut modifiée entre les corps de couverture. Le poste de renseignement de Mézières reçut le concours des commissaires spéciaux de Jeumont (Nord), des Ardennes, de l’arrondissement de Montmédy (Meuse), de Longwy, Villerupt et Audun-le-Roman (partie de Meurthe-et-Moselle appartenant au 2e corps d’armée) tandis que celui de Nancy travaillait avec les autres commissaires spéciaux de Meurthe-et-Moselle, de la Meuse (moins Montmédy) et de Neufchâteau (Vosges)11.

  • 12 Ibid., 4 M 10, Commissaire spécial de police (CSP) de Nancy, 27 avril 1913.

11Cette coopération se révéla fructueuse surtout avec certains commissaires spéciaux de frontière. En 1912, les postes de Meurthe-et-Moselle fournirent 420 rapports de renseignements militaires et signalèrent 622 affaires. Le poste de Pagny-sur-Moselle fut le plus productif avec 157 rapports (plus du tiers du total à lui seul) et 182 affaires signalées (30 %). De plus, ces rapports étaient considérés comme « très intéressants et importants » et leur nombre fit plus que doubler en deux ans. Le poste de Longwy fut de même très actif avec 99 rapports « très intéressants » et 172 affaires signalées. Par contre, les commissariats, qui donnèrent peu, furent les postes intérieurs comme Saint-Nicolas-de-Port ou Toul12.

  • 13 Archives départementales des Vosges, 8bisM42, Note pour les commissaires spéciaux des frontières, (...)
  • 14 SHD/DAT, Fonds de Moscou, 1129/1387, Adrien Mallet, Étude sommaire sur la collaboration des commis (...)
  • 15 Lieutenant-colonel Rollin, Le service de renseignements militaires en temps de paix, en temps de g (...)
  • 16 SHD/DAT, op. cit., Contre-espionnage à l’étranger avant le 2 août 1914 par la direction de la Sûre (...)

12Les autorités militaires durent parfois stimuler le zèle de la police spéciale. « À plusieurs reprises », en 1912 et au début de 1913, elles n’apprirent que par la presse étrangère le déroulement de manœuvres allemandes à proximité de la frontière de l’Est13. Certains commissaires spéciaux tiraient, en effet, avantage de n’avoir aucun rapport avec le service de renseignement : « Leur besogne administrative se trouvait ainsi soulagée d’un travail supplémentaire et facultatif »14. Les services rendus dans « l’ordre politique » étaient souvent « plus appréciés » et « mieux récompensés » que ceux intéressant la défense nationale dont les résultats étaient « à plus longue échéance »15. En outre, les postes-frontière de l’Est étaient situés dans des résidences où l’existence était « dure, pénible et désagréable ». Seuls les chefs de secteur comme Pagny et Avricourt, qui recevaient une mensualité élevée, purent assurer « avec une continuité de vues et d’informations sûres » une documentation abondante pour l’état-major de l’Armée et la Sûreté générale. Audun-le-Roman, Briey, Moncel-sur-Seille ne collaboraient qu’occasionnellement au processus de renseignement16.

  • 17 Grave incident de frontière, qui faillit déclencher une guerre franco-allemande, à la suite de l’a (...)
  • 18 Gérald Sawicki, op. cit., p. 37.
  • 19 Archives départementales du Bas-Rhin, Strasbourg (ADBR), 30 AL 3, Annexe au protocole de mesures d (...)

13Preuve de sa réussite, la police spéciale de la frontière de l’Est servit de modèle à la constitution, à partir de 1887, d’un service de renseignement allemand propre à l’Alsace-Lorraine, la Zentralpolizeistelle (bureau central de police) de Strasbourg. L’affaire Schnaebelé17 fut, en effet, l’occasion pour les autorités allemandes de prendre conscience de la forte pénétration du renseignement français dans le Reichsland. Cette nouvelle structure allemande fut chargée de recueillir et de centraliser, à l’échelle de l’Alsace-Lorraine, tous les renseignements politiques et militaires concernant la France18. Au printemps 1888, elle fut appuyée par la création dans certaines gares allemandes de commissaires de police de frontière (Grenzpolizeikommissäre) dont les prérogatives s’apparentaient encore à celles de leurs homologues français19. En Lorraine annexée, de tels commissaires furent installés aux gares frontière de Novéant-sur-Moselle, de Deutsch-Avricourt, de Fontoy, de Chambrey et d’Amanvillers.

  • 20 Archives nationales, Paris (AN), 19940503, article 24, dossier 423, CSP Avricourt, 26 juillet 1911
  • 21 Ibid., CSP Avricourt, 24 août 1910.
  • 22 Ibid., CSP Belfort, 12 avril 1912.
  • 23 Rodolphe von Borries, op. cit., p. 15.

14En 1914, le Bavarois Maximilien Bauer était depuis 1905 à la tête de la Zentralpolizeistelle de Strasbourg. Véritable spécialiste du renseignement, il avait débuté sa carrière à Metz et à Novéant. À cette date, son adjoint était le commissaire criminel Kaspereit, lui-même ancien commissaire de Deutsch-Avricourt. Deux agents de la brigade criminelle de Strasbourg, Rheinfelder et Geyer, étaient sous ses ordres. En plus de ce personnel, Bauer pouvait compter sur quelques auxiliaires dévoués comme le contrôleur des douanes à la gare de Metz Adam ou le commissaire de police du 2e quartier à Strasbourg20. À Metz, le service d’espionnage et de contre-espionnage était confié aux commissaires de police criminelle Fuchs et Louis21. De plus, Bauer était en rapports constants avec les brigades de gendarmerie. Dans chacune d’elles, particulièrement sur la frontière, un gendarme était spécialement chargé d’espionnage22. Les officiers de renseignement allemand n’hésitaient pas à collaborer avec lui. « L’activité aussi vivace que disciplinée » de la Zentralpolizeistelle de Strasbourg permettait « d’espérer un développement considérable du service de renseignements »23.

La question du contre-espionnage

  • 24 Archives départementales du Territoire de Belfort, 1 M 385, Président du Conseil à préfets, 1er ma (...)
  • 25 Ibid., 1 M 523, Instruction secrète du 30 juin 1913 sur le contre-espionnage.
  • 26 ADMM, 4 M 10, CSP Nancy, 27 avril 1913.
  • 27 SHD/DAT, Fonds de Moscou, 1129/1387, Contre-espionnage à l’étranger…, op. cit.

15Conséquence de l’affaire Dreyfus, le ministère de l’Intérieur fut, à partir du 1er mai 1899, le seul responsable du contre-espionnage en France. Dans chaque département fut créé, comme en Meurthe-et-Moselle, « un vaste réseau de surveillance », composé des gardes champêtres, des gardes forestiers, des douaniers, des facteurs ruraux, des cantonniers, des éclusiers et des gardes de la navigation fluviale, qui seraient utilisés « à titre d’informateurs » mais « non comme agents de répression »24. D’abord divisée en 122 secteurs territoriaux, la France en compta 387 en 1914. À leur tête se plaçaient des commissaires spéciaux, chefs de secteurs, qui centralisaient toutes les informations en provenance de leurs nouveaux agents auxiliaires. Le 30 juin 1913, une instruction secrète du ministère de la Guerre paracheva le dispositif25. À cette date, 11 commissariats spéciaux assuraient la surveillance de la frontière lorraine avec des missions étendues. Le secteur de Nancy se composait ainsi de 116 communes et comprenait deux forts de première classe (Frouard et Pont-Saint-Vincent). Il y avait 80 inscrits au Carnet B et 200 suspects au point de vue national. Il fallait surveiller de nombreux ouvrages d’art, le centre d’aviation de Villers-lès-Nancy, « plusieurs syndicats révolutionnaires » et de nombreux établissements « interlopes » fréquentés par les militaires. 37 820 étrangers figuraient sur des listes nominatives26. En outre, certains commissaires spéciaux de frontière exerçaient le contre-espionnage à l’étranger, en effectuant « de rares missions secrètes » dans les pays neutres comme le Luxembourg et la Belgique ou en actionnant des agents secrets. C’était « une partie très délicate et très utile » de leur service lorsque les indicateurs étaient « sérieux et bien placés »27.

  • 28 ADMM, 4 M 10, CSP Nancy, 27 avril 1913.

16Les mesures de surveillance pouvaient être assez impressionnantes, comme lors des grandes manœuvres et voyages d’état-major à la frontière. Néanmoins, le manque de finesse et de zèle de certains auxiliaires, les difficultés budgétaires pour rétribuer les agents secrets ou la méconnaissance de la langue allemande nuançaient les résultats. Ainsi, à la veille de 1914, en Meurthe-et-Moselle, seuls les commissaires spéciaux d’Avricourt, Longwy, Nancy, Pagny et Toul connaissaient véritablement la langue allemande « pour leur permettre de répondre à toutes les éventualités ». L’autre moitié n’en avait qu’une connaissance « insuffisante »28.

  • 29 Archives départementales de Moselle, Metz (ADM), 2 AL 89, Ministère d’Alsace-Lorraine à président (...)
  • 30 Groupes fortifiés bétonnés autour des camps retranchés de Metz et de Thionville, reliés entre eux (...)
  • 31 ADBR, 30 AL 2, Ministre de la Guerre von Gossler à Statthalter d’Alsace-Lorraine Hohenlohe-Langenb (...)
  • 32 Ibid., 5 novembre 1898.
  • 33 ADM, 2 AL 89, Rapport du président de Lorraine Hammerstein, 10 mai 1899.
  • 34 ADBR, 30 AL 2, Ministre de la Guerre von Einem à Statthalter, 23 février 1909.
  • 35 Ibid., Protocole de la conférence tenue à Metz sur la répression de l’espionnage français, 6 novem (...)
  • 36 Ibid., Gouvernement de la place forte de Metz à ministère d’Alsace-Lorraine, 10 novembre 1908.
  • 37 Ibid., Ministre de la Guerre von Einem à Statthalter, 7 juillet 1909.
  • 38 Ibid., 30 AL 33, Président de Lorraine au ministère d’Alsace-Lorraine, 10 octobre 1910.

17De l’autre côté de la frontière, la question du contre-espionnage fut tout aussi essentielle. La première réforme originale fut la création le 17 décembre 1898 d’une « police de la fortification », c’est-à-dire d’une police spécialisée dans la surveillance des places fortifiées et des forteresses de l’Empire allemand29. La construction en cours des Festen30 en Lorraine allemande détermina le renforcement de la surveillance des travailleurs sur les chantiers et des étrangers suspects, « le plus souvent des officiers français expérimentés »31. Selon le ministre de la Guerre de Prusse, l’espionnage français à Metz et à Strasbourg était « intensif » dans ce domaine32. La région de Metz fut découpée en trois grands groupes de surveillance notés A, B et C avec la création dans chacun d’eux d’un poste de police33. Au cours des années suivantes, le service fit l’objet de soins attentifs pour améliorer ses performances, les effectifs (un commissaire de police et trois agents) étant considérés comme trop faibles34. Le 6 novembre 1903, une importante conférence se tint même à Metz avec de hautes autorités militaires et civiles du Reich35. Mais les contraintes budgétaires en retardèrent leur application36. Ce ne fut qu’en 1909-1910 que le nombre des agents de police doubla et qu’ils devinrent véritablement « des spécialistes de ce difficile domaine du contre-espionnage » uniquement affectés à cette mission37. Mais avec les nouvelles fortifications, leur zone d’activité s’étendait désormais jusqu’à huit à seize kilomètres autour de Metz38.

  • 39 BAMA, RW5/654, op. cit., 1906-1914, Annexe 10, Mémoire de Moltke du 29 février 1908 sur la situati (...)
  • 40 Ibid., 1906-1914, p. 106 et Bundesarchiv Berlin, R 1501/112034, Exposé des motifs d’un projet d’ac (...)
  • 41 BAMA, RW5/654, op. cit., 1906-1914, p. 93-94 et Annexe 15, Mémoire de Moltke du 3 décembre 1912 su (...)
  • 42 Ibid., Annexe 10, Mémoire de Moltke du 29 février 1908, p. 304-310.
  • 43 Ibid., 1906-1914, p. 102 (bis)-104.

18Cette police était néanmoins limitée à un domaine et à un espace précis. Même si on reconnaissait une certaine efficacité à la Zentralpolizeistelle de Strasbourg39 et à la contribution déterminante du Reichsland dans le contre-espionnage allemand, le Grand état-major de Berlin réfléchit, à partir de 1906, à un système plus cohérent, à la constitution d’une véritable « police nationale du contre-espionnage » à l’échelle du Reich tout entier. Le 9 mai 1914, un dernier projet proposa la création d’une deutsche Polizeistelle (siège de police allemande), qui coifferait tout le contre-espionnage de l’Empire. Ayant sous son autorité sept bureaux de police régionale (Landespolizeistellen), cette nouvelle structure serait placée sous la direction de la présidence de police de Berlin. Concernant le Reichsland, Strasbourg commanderait à des postes de surveillance comme Metz et Thionville. Neuf fonctionnaires surveilleraient les places fortes, l’espace et la partie de frontière correspondant au XVIe Corps d’armée40. Là encore, le système français était pris en exemple. Selon Moltke, l’organisation de la police française avec sa « petite armée » de commissaires spéciaux, son Sekteursystem renforcé par les nouvelles brigades de police mobile ne pouvait « guère être dépassée » dans le domaine du contre-espionnage41. « Le système français » devrait, à quelques restrictions près, être « aussi applicable » en Allemagne42. Mais cet effort de rationalisation et de modernisation se heurta à l’opposition des différents États confédérés de l’Empire allemand, qui ne voulurent pas voir abandonner leurs prérogatives au profit du royaume de Prusse43.

  • 44 Ibid., p. 106.

19Cet aspect est la plus grande différence structurelle rencontrée entre les services français et allemands. La constitution intrinsèque de l’Empire allemand était devenue une faiblesse alors que l’organisation centralisée de la France se révélait être un atout. « Toute la pression du grand état-major ne servit à rien ». Quand la guerre éclata, l’organisation du contre-espionnage n’avait pas avancé d’un pas et les tâches immenses que le conflit donna à ce dernier revinrent « automatiquement » à l’état-major général et durent être résolues par « une organisation improvisée par lui »44.

La préparation des services de renseignement à la guerre

La mobilisation des services et des personnels

  • 45 SHD/DAT, 7 N 25, EMA SR, Indications générales sur le SR en temps de guerre, 6 février 1909.
  • 46 Ibid., 7 N 23, Décision présidentielle du 30 juillet 1896, relative aux commissaires spéciaux aux (...)
  • 47 Lieutenant-colonel Rollin, op. cit., p. 134-135.
  • 48 SHD/DAT, Fonds de Moscou, 454/1535, Contrôle nom. du personnel de la Sûreté générale affecté aux A (...)

20Formalisé depuis janvier 1887, le fonctionnement du service de renseignement français en temps de guerre fut finalisé par une instruction secrète de 1909. Excepté Belfort, les postes de renseignement à la frontière du Nord-est disparaîtraient et seraient absorbés par les quartiers généraux d’armées. Dès la période de tension politique, les officiers de renseignement de Nancy rejoindraient les bureaux télégraphiques centraux puis deviendraient chefs de poste de renseignement d’Armée45. De son côté, la police spéciale reçut une double mission. Elle était chargée de la surveillance des quartiers généraux au point de vue du contre-espionnage ainsi que du recrutement et du maniement des agents secrets et autres émissaires46. En somme, il s’agissait d’assurer une mission équivalente à celle pratiquée en 1870-71 par la Geheime Feldpolizei, la police secrète de campagne allemande47. De fait, la police spéciale de la frontière de l’Est fournit en 1914 la quasi-totalité du personnel de la Sûreté générale aux armées. Le commissaire spécial d’Avricourt Fischer devint, par exemple, chef du service de sûreté au GQG48.

  • 49 Ibid., 1129/1387, Étude sommaire sur la collaboration…, op. cit., p. 1-2.

21Des dispositions minutieuses furent également prises pour obtenir « une collaboration intime et active » entre les commissaires spéciaux et le service de renseignement pendant la période de tension politique et les huit premiers jours de la mobilisation. Le dossier de mobilisation des commissaires spéciaux laissait entrevoir des résultats féconds pour le moment où le service de renseignement (SR) devait procurer au haut commandement « tous les indices de concentration de l’armée allemande », « des précisions sur la direction que prendrait le gros de ses forces » et « sur la composition des grandes unités ». « Un SR ainsi équipé ne durerait-il que huit jours », notait l’ancien commissaire spécial de Briey Adrien Mallet, « sa tâche serait glorieuse »49.

  • 50 BAMA, RW5/654, op. cit., 1890-1905, p. 63-64.
  • 51 Ibid., 1906-1914, p. 92-93.
  • 52 Ibid., p. 126-132.
  • 53 Jacques Wullus-Rudiger, La Belgique et l’équilibre européen. Documents inédits, Paris, Berger-Levr (...)
  • 54 Henri Navarre, Le service de renseignements 1871-1914, Paris, Plon, 1978, p. 18-19.

22La préparation du renseignement allemand fut également très soutenue. En 1902, la Section IIIb prévoyait de dresser « un réseau de centres de renseignements de guerre », qui seraient établis à Fribourg (29e division d’infanterie), à Aix-la-Chapelle (Bezirkskommando), à Trèves, à Cologne, à Coblence, à Lörrach, à Stockach, à Altona, à Hambourg et en Alsace-Lorraine dans les localités de Metz, Saverne, Molsheim et Mulhouse50. Ce dispositif fut changé en février 1909. Désormais, les officiers de renseignement des corps d’armée suivraient ceux-ci une fois leur concentration achevée51. Terminés le 1er mars 1914, les dossiers de mobilisation des Nachrichtenoffiziere avaient été préparés avec le plus grand soin et comprenaient quatre parties : les préparatifs de tension politique, ceux de guerre, le service de renseignement à la frontière et le contre-espionnage. Là aussi, leur mission la plus importante était « la fourniture en temps voulu de renseignements sûrs concernant la répartition des forces ennemies et leurs mouvements pendant la guerre »52. Enfin, la conception de renseignement d’aile fut plus précoce en Allemagne. Préparés dès 1914, deux « bureaux collecteurs de renseignements » étaient prévus en territoire allemand pour faire passer les renseignements de manière détournée par les pays neutres. L’un, appelé « Nord », était situé à Wesel à proximité des Pays-Bas. L’autre, « Sud », établi à Lörrach dans le Pays de Bade, était proche de la Suisse. Cette dépendance du poste de renseignement de Fribourg-en-Brisgau commença à renseigner dès le 2 août 1914 et Wesel dès le 953. Côté français, il fallut attendre la stabilisation du front pour voir développer Belfort dans cette disposition sur le flanc droit et se créer un nouveau poste en Angleterre, à Folkestone, sur le flanc gauche54.

  • 55 BAMA, RW5/654, op. cit., 1890-1905, p. 71.
  • 56 ADBR, 30 AL 60, Ministre de la Guerre von Heeringen à Statthalter d’Alsace-Lorraine, 20 avril 1913
  • 57 Ibid., Ministre de la Guerre von Falkenhayn à Statthalter, 18 février 1914.
  • 58 Ibid., 121 AL 868, Rapport du directeur des services de police de Strasbourgville Fischer, 26 octo (...)

23En cas de guerre, la Geheime Feldpolizei reprendrait du service suivant les mêmes principes qu’en 1866 et 1870 même si on s’attacha à sélectionner davantage ses membres sur des critères de compétence linguistique55. Jusqu’en 1913, cette structure, pourvue pour les trois quarts par la Prusse et pour un quart par l’Alsace-Lorraine, s’occuperait du grand quartier général et renforcerait le haut commandement de l’armée. Mais à partir de cette date, le commandement suprême de l’armée prussienne fut également doté d’une police secrète de campagne56. Début 1914, l’effectif de la Geheime Feldpolizei fut considérablement augmenté mais la proportion de l’Alsace-Lorraine dans l’ensemble fut conservée, ce qui était encore une démonstration de la place de la Marche de l’Ouest dans ce type d’activités57. À la mobilisation en 1914, Maximilien Bauer en prit la direction avec le titre de Feldpolizei-Direktor (directeur de la Sûreté militaire). Il devint ainsi le chef de la police secrète de tout le théâtre occidental de la guerre58.

  • 59 SHD/DAT, 1 N 4, Conseil supérieur de guerre, procès-verbal de la séance du 4 juin 1888.
  • 60 BAMA, RW5/654, op. cit., 1906-1914, p. 96.
  • 61 ADBR, 30 AL 39, Secrétaire d’État du ministère d’Alsace-Lorraine à section de l’Intérieur, 12 octo (...)
  • 62 Ibid., Liste des hauts fonctionnaires devant obtenir l’instruction spéciale pour le SR, 22 novembr (...)
  • 63 BAMA, RW5/654, op. cit., 1906-1914, p. 98.
  • 64 Ibid., p. 107-112. Ce personnel pouvait être confondu avec des « francs-tireurs » exclus de la Con (...)
  • 65 Ibid., p 112-113 et ADM, 13 AL 26, Sous-secrétaire d’État aux Finances du ministère d’Alsace-Lorra (...)

24Dans les deux pays, d’autres administrations de l’Etat, en particulier les douanes, les Eaux et Forêts et les Ponts et Chaussées, furent appelées à seconder le service de renseignement en cas de guerre. En France, ces dispositions étaient anciennes : dès la fin des années 1880, 2 300 douaniers et chasseurs forestiers étaient appelés à surveiller toute la frontière entre Longwy et le Ballon d’Alsace lors de la mobilisation59. Du côté allemand, il fallut attendre 1908 pour que le capitaine Neuhof, officier de renseignement du XVe Corps d’armée à Strasbourg conclut un accord de ce type avec les autorités d’Alsace-Lorraine60. En 1912, une instruction spéciale régla cette collaboration pour « le service d’information ». Lors de la période de tension politique, des renseignements seraient recueillis en interrogeant les Allemands, qui retourneraient au pays ou en envoyant en mission « des habitants patriotes », non astreints au service militaire et qui joueraient le rôle « d’hommes de confiance ». De même, tout individu suspect devrait être signalé aux autorités61. Cette collaboration se limitait à un nombre restreint et particulièrement choisi de fonctionnaires de la frontière62. En 1914, elle était partout réalisée « sur le papier » même s’il y avait lieu de croire que l’essentiel de « l’aide efficace » ne proviendrait, le moment venu, que de la gendarmerie63. La participation de ces fonctionnaires à la garde et à la surveillance de la frontière posa davantage de problèmes64. Néanmoins, un décret du 13 mars 1914 détermina leur affectation, après la déclaration de « l’état de guerre ». Considérés comme faisant partie d’un « service public de sécurité », ils devaient seulement protéger les points sensibles « contre les attaques de personnes civiles et d’éventuels agents ennemis »65. Ce système fut appliqué à la fin juillet 1914.

En prévision d’une nouvelle invasion : SRT et Invasionsnetz

  • 66 Les interneurs étaient les agents qui possédaient des colombiers clandestins où étaient reçus (int (...)
  • 67 SHD/DAT, 7 N 25, Instruction générale sur l’organisation et le fonctionnement du SRT, 1er février (...)
  • 68 AN, F7 12626, CSP Conflans-Jarny, 22 janvier 1901.
  • 69 ADMM, 4 M 278, CSP Saint-Nicolas-de-Port, 24 mars 1914.
  • 70 AN, 19940493, article 20, dossier 345, CSP Epinal, 16 janvier 1912.
  • 71 ADMM, 4 M 278, CSP Saint-Nicolas-de-Port, 27 avril, 10 mai et 7 juin 1913.
  • 72 Ibid., 10 mai 1913.

25La longue période de paix entre 1871 et 1914 permit la maturation de plans méthodiques ayant pour but de renseigner les armées en cas de guerre. L’un d’eux fut une invention française : le service des secteurs de renseignements territoriaux (SRT). Imaginé dès 1885 par le commissaire spécial de Saint-Dié Kempff, ce dispositif fut finalisé au début du XXe siècle. Organisé sous la direction du service de renseignement de Paris et des officiers des postes frontière par des commissaires spéciaux des frontières de l’Est et du Sud-Est, ce service fut étendu à partir de 1909, à la frontière du Nord, de Montmédy à Maubeuge. Le SRT était un impressionnant réseau clandestin d’agents à demeure, composé de chefs de groupe, d’agents et d’interneurs66 de pigeons voyageurs. Français patriotes de toutes professions, dégagés des obligations militaires, ceux-ci devaient renseigner les armées françaises repliées en cas d’invasion allemande67. En Lorraine, l’organisation était particulièrement impressionnante sur le papier. Le commissaire spécial de Conflans-Jarny disposait en 1901 de 32 chefs de groupe et de 160 guides et émissaires68, celui de Saint-Nicolas-de-Port en 1914 de 262 agents69. À Épinal, le secteur comprenait 27 groupes SRT composés de plus de 450 agents ou correspondants avec 26 postes d’internement de pigeons voyageurs70. Par extrapolation, on peut estimer à plusieurs milliers de personnes les agents échelonnés le long de la frontière de l’Est qui auraient dû agir en cas de guerre ! À Nancy, l’un des deux chefs de groupe était Panigot, l’administrateur de Nancy-Thermal, qui s’était déjà illustré en janvier 1871 lors de la destruction du pont de chemin de fer de Fontenoy-sur-Moselle71. De même, le groupe no 2 à Avricourt était composé de Charles Mathieu, qui, dans la nuit du 26-27 novembre 1912, lors de la fausse alerte de mobilisation, eut la présence d’esprit de brûler toutes ses instructions du SRT. Son sous-chef était Jules Tiercelin et l’abbé Lacour se chargeait d’interner les pigeons72.

  • 73 Ibid., 4 M 20, CSP Avricourt, 9 septembre 1910 et 4M21, CSP Conflans-Jarny, 18 septembre 1910.

26Le réseau SRT semblait très prometteur. Tout devait « marcher à souhait ». Des expériences eurent même lieu en septembre 1910 à l’occasion de manœuvres de l’armée française, qui se déroulaient en Woëvre (Meuse) et à proximité de la frontière. Les résultats furent encourageants73. Toutefois, nombreux furent ceux, surtout parmi les militaires, à émettre des doutes quant à l’efficacité réelle de ces réseaux. Il pouvait être difficile de transformer de paisibles citoyens en véritables « agents de guerre ». L’ancien commissaire spécial de Briey Adrien Mallet admettait lui aussi volontiers :

  • 74 SHD/DAT, Fonds de Moscou, 1129/1387, Étude sommaire sur la collaboration…, op. cit., p. 4.

« Ils étaient tous des gens honorables, des notables même dont les sentiments patriotiques étaient connus, mais leur esprit de sacrifice l’était mal. D’autre part, les notables ne sont-ils pas exposés lorsque l’ennemi occupe leur localité et cherche des otages ? »74

  • 75 Gérald Sawicki, Les services de renseignements à la frontière franco-allemande (1871-1914), thèse (...)
  • 76 Ibid., p. 455-456.
  • 77 BAMA, RW5/654, op. cit., 1906-1914, Annexe 17, Capitaine von Rohrscheid, organisation du SR dans l (...)
  • 78 Ibid., 1906-1914, p. 128.

27De plus, cette innovation française fut découverte par les Allemands à la suite de la trahison de l’inspecteur spécial de police de Verdun Émile Grévillot. Celui-ci livra fin 1912 à son officier traitant de Metz, le capitaine von Rohrscheid, le carnet SRT complet du secteur de Verdun75. Cette défaillance eut pour conséquence l’imitation et la création par les Allemands de réseaux identiques en Alsace-Lorraine, en cas d’occupation française, sous le nom d’« Invasionsnetz » (réseau d’invasion), il est vrai de manière plus modeste et partielle76. Dès janvier 1913, von Rohrscheid imagina un système où les itinéraires des agents étaient indiqués par des couleurs sur des cartes ainsi que l’emplacement des différents colombiers clandestins. Les cercles lorrains de Metz, de Thionville-Est et Ouest, de Boulay furent dévolus au renseignement du XVIe Corps d’armée, le canton de Saint-Avold du cercle de Forbach au XXIe (Sarrebruck). Chaque « homme de confiance » signait ses communications d’un code particulier composé de l’abréviation de son cercle : Ainsi MR 5 signifiait qu’elles provenaient de Metz, rechtes Moselufer, de la rive droite de la Moselle, etc77. L’organisation allemande n’avait rien à envier au dispositif français même si par manque de temps et au nombre plus limité d’agents, il fallait s’attendre aussi à une efficacité restreinte en cas de guerre78.

Une variété d’agents de guerre

  • 79 SHD/DAT, Fonds de Moscou, 1129/1387, Étude sommaire sur la collaboration…, op. cit., p. 2.
  • 80 ADMM, 4 M 278, CSP Pagny-sur-Moselle, 19 mai 1900.
  • 81 Ibid., 4 M 274, CSP Villerupt, 11 février 1900.

28En France, le service des secteurs de renseignements à l’étranger (SRE) devait fonctionner suivant les mêmes principes que le SRT mais à l’extérieur du pays. Il s’agissait d’être renseigné en temps de guerre des mouvements et des concentrations des troupes allemandes depuis ses arrières. Le SRE était composé de correspondants et d’agents qu’on appelait les « relations sûres » (RS) avec des interneurs, des convoyeurs de pigeons voyageurs et des détenteurs d’explosifs dans le cas de sabotages prévus au cours de la mobilisation. Les agents étaient des patriotes généralement originaires d’Alsace-Lorraine, qui procuraient déjà des informations aux commissaires spéciaux ou au service de renseignement. Ces groupes d’agents ne formaient pas un « ensemble encadré » car l’arrestation de l’un des membres suffirait, « comme dans toutes les combinaisons en réseaux », pour anéantir tout le système79. Le SRE semblait assez perfectionné. À Pagny-sur-Moselle, le commissaire spécial Venner indiquait l’âge, la profession ainsi que les aptitudes des agents. À la suite de ce tableau, il établissait une liste récapitulative alphabétique de tous les agents de son secteur avec les renseignements les concernant80. Les listes étaient ensuite transmises au poste de renseignement de Nancy. Ce dispositif ne se limitait pas à l’Alsace-Lorraine. Ainsi, dès 1900, le commissariat spécial de Villerupt avait formé un réseau de renseignement de guerre, qui couvrirait, outre la Lorraine annexée, le Grand-duché du Luxembourg avec une extension possible en Belgique. Le pivot du système était le garde champêtre de Villerupt Barbier. Ayant la garde du colombier, il était un agent « d’un dévouement exceptionnel et patriote », parlant l’allemand et tous les idiomes locaux81.

  • 82 Ibid., 2 R 164, Instruction secrète du SR de Nancy, 19 août 1912 et Capitaine Graff à CSP Nancy, m (...)
  • 83 Ibid., 4 M 19, CSP Conflans-Jarny, 27 janvier 1911.
  • 84 Ibid., CSP Conflans-Jarny, 3 mars 1911.
  • 85 Ibid., CSP Conflans-Jarny, 3 avril et 22 mai 1911.
  • 86 SHD/DAT, Fonds de Moscou, carton 1129, dossier 1387, Étude sommaire sur la collaboration des commi (...)

29Dans le système SRE, les interneurs et convoyeurs de pigeons voyageurs (PV) occupaient une place de choix. En cas de tension politique, les officiers du poste de renseignement de Nancy transportaient les PV au bureau du commissaire spécial à la gare de Nancy, à charge pour ce dernier de les faire parvenir par l’intermédiaire de certains chefs de trains de la Compagnie de l’Est à ses collègues de Pagny, Moncel, Saint-Nicolas-de-Port et Avricourt82. Les convoyeurs de PV habitaient à proximité de la frontière. En 1911, dans le cas du SRE de Conflans-Jarny, un interneur PV résidait à Saint-Privat-la-Montagne en Lorraine annexée et son convoyeur dans la petite commune française de Saint-Ail83. Un interneur PV « mobile » se trouvait à Gravelotte en Alsace-Lorraine et son convoyeur à Mars-la-Tour (Meurthe-et-Moselle)84. Deux autres colombiers étaient dissimulés à Rombas et à Maizières-lès-Metz (Lorraine allemande) et les deux convoyeurs venaient de Joeuf (Meurthe-et-Moselle)85. Des transports de pigeons par automobile furent tentés lors des tensions franco-allemandes de 1908 (incident de Casablanca), de 1911 (Agadir) et en 1912. D’assez rares agents consentirent à les interner et à expédier des messages. Comme pour le SRT mais avec plus de risques, il ne se produisit aucun incident. Toutefois, l’expérience ne fut pas souvent renouvelée86.

  • 87 Ibid.
  • 88 ADMM, 4 M 19, CSP Conflans-Jarny, 12 décembre 1911.
  • 89 Ibid., 4 M 278, CSP Saint-Nicolas-de-Port, 7 et 15 juillet 1913.

30Enfin, indépendamment du SRT et du SRE, les commissaires spéciaux recrutèrent sur place des agents dits mobiles destinés à des missions spéciales. On les réservait pour les missions dangereuses dans les lignes ennemies, principalement au cours des huit premiers jours de la mobilisation87. En 1911, à Conflans-Jarny, trois agents subalternes des douanes et deux agents des forêts furent pressentis pour jouer ce rôle et pour accompagner le commissaire spécial au quartier général où il était affecté88. En 1913, le commissaire spécial de Saint-Nicolas-de-Port comptait sur deux patriotes alsaciens-lorrains, Jules Fix, un manœuvre au service du maire de Champenoux près de Nancy et Victor Bach, un électricien à la poudrière de la Madeleine, « prêt à l’heure du danger à sacrifier sa vie pour son pays s’il le fallait89 ».

  • 90 BAMA, RW5/657, op. cit., Anlage II B, Spannungsreisen Coblentz Saarbrücken.

31Les Allemands développèrent leurs propres agents de guerre. Ceux désignés sous le nom de Spannungsreisende étaient prévus pour voyager et recueillir du renseignement militaire en France au moment de la tension politique. Le SR de Sarrebruck, qui visait en première intention la région Toul-Nancy, avait prévu cinq tournées. L’une d’elles partait de Vitry-le-François et allait à Nancy en passant par Troyes, Châlons-sur-Marne, Barle-Duc, Toul et Pont-à-Mousson. Une autre, plus ambitieuse, était réalisée par un industriel allemand, officier de réserve, de Londres à Sarrebruck en passant par Paris90.

  • 91 Gérald Sawicki, « Aux origines lointaines du « service action ». Sabotages et opérations spéciales (...)
  • 92 Ulrich Trumpener, « War premeditated ? German Intelligence operations in July 1914 », Central Euro (...)

32Le mimétisme entre les services de renseignement des deux pays était également frappant concernant les agents de sabotage des voies ferrées au moment de la mobilisation. Dans le cas français, le plan prévu par le lieutenant-colonel Dupont avant 1914 se solda par un échec partiel. L’on ignore si les postes de renseignement de Nancy et de Mézières préparèrent et réussirent, à l’instar de leur homologue de Belfort, au moins une de leurs opérations projetées91. Dans le cas allemand, l’échec fut total. Un plan complet de destructions avait pourtant été dressé au printemps 1914 avec l’utilisation d’agents « U » (Unterbrechung — interruption). Le 28 juillet 1914, ordre fut donné aux officiers de renseignement de l’Ouest de se tenir prêts à agir et « le moment venu, de transporter les charges explosives en France ». Mais par manque de munitions de sabotage, les missions dévolues au capitaine Richter de Sarrebruck furent réaffectées à Strasbourg. Deux agents « U » de ce poste de renseignement furent bien expédiés en France mais le résultat fut « probablement négatif »92.

  • 93 Adolphe Messimy, Mes souvenirs, Paris, Plon, 1937, p. 134.
  • 94 Raymond Recouly, « Les Heures tragiques d’avant-guerre. III. A Paris. Récit de M. Messimy, ministr (...)
  • 95 SHD/DAT, Fonds de Moscou, 1129/1387, Étude sommaire sur la collaboration…, op. cit., p. 6.
  • 96 Ibid., p. 3 et 7 ; Walter Nicolai, op. cit., p. 121.
  • 97 SHD/DAT, op. cit., p. 4.

33En 1914, l’organisation du renseignement à la frontière des deux Lorraine n’était qu’embryonnaire. Ils furent même constitués assez tardivement dans le cas allemand. Aux effectifs modestes, ils possédaient encore un caractère « artisanal ». Ils obtinrent néanmoins de bons résultats lors de la période de tension politique fin juillet 1914. Si du côté de la Belgique, le poste de renseignement de Mézières fut « inexistant et lamentable », ceux de Nancy et de Belfort remplirent « admirablement leur tâche d’information »93. Ils permirent de suivre pas à pas les préparatifs allemands et de prendre ensuite les mesures correspondantes de telle sorte que ni l’Allemagne ni même l’Angleterre « dont l’attitude était douteuse » ne purent imputer une quelconque intention belliqueuse à la France94. « Les renseignements abondaient. Les Alsaciens-Lorrains, de nombreux voyageurs quittant hâtivement l’Allemagne, racontaient ce qu’ils avaient vu95. » Les minutieux préparatifs de guerre échouèrent pourtant des deux côtés. Le SRT et l’Invasionsnetz n’eurent pas les résultats escomptés. « Les chefs de groupe nous ont tous “claqué” dans la main », avouait fin août 1914 le lieutenant-colonel Zopff, chef de la section de renseignement au GQG français. Les archives secrètes des commissariats spéciaux de Conflans-Jarny et de Longwy tombèrent aux mains des Allemands, ce qui provoqua de nombreuses arrestations96. Mais sur une soixantaine de groupes SRT de Briey, le chef de groupe de Monthermé dans les Ardennes remplit sa mission et fut tué à son poste97.

  • 98 BAMA, RW5/657, op. cit., 1914-1918, p. 194-195.
  • 99 SHD/DAT, Fonds de Moscou, 231/1560, Annotation marginale à III b, 7 août 1914, 11h30.
  • 100 Yves Pourcher, Les jours de guerre. La vie des Français au jour le jour entre 1914 et 1918, Paris, (...)
  • 101 SHD/DAT, 22 N 1326, CSP Nancy, 12 août 1914.
  • 102 Walter Nicolai, op. cit., p. 69.

34Il fallut improviser dans l’urgence de nouveaux moyens. Une des premières victoires françaises fut néanmoins celle du contre-espionnage. Les informations transmises au renseignement allemand cessèrent « assez rapidement ». Le poste de Coblence vit son rendement se réduire fortement. Les relations avec tous les agents allemands furent « complètement coupées » dès le 2 août pour Sarrebruck98. Une des conséquences fut l’impossibilité pour l’Allemagne de déterminer la date et les lieux de débarquements des troupes anglaises sur le continent99. La forte pression de la police française expliqua ce résultat. Beaucoup de suspects au Carnet B avaient « pris la fuite dès la période de tension100 ». En une semaine, la police de Nancy interrogea trois cents personnes, perquisitionna chez quarante Allemands et arrêta ses premiers espions101. Les Allemands restructurèrent cependant leur service de renseignement et dès 1915 se créèrent de nouvelles intelligences. Mais comme le reconnut Nicolai : « Lorsque nous y parvînmes pour la première fois — ce fut en France —, les tribunaux allemands avaient déjà condamné plus de trente de nos nationaux pour haute trahison102 ».

Notes

1 Actuel département de la Moselle, la Lorraine allemande (Bezirk Lothringen, présidence de Lorraine) avait été constituée en 1871 à partir des anciens départements français de la Moselle et de la Meurthe. Ce qui demeura à la France devint la Meurthe-et-Moselle.

2 Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes (SHD/DAT), 7 N 21, Ministre de la Guerre au général commandant le 2e Corps d’armée, 5 février 1914.

3 Ibid., 7 N 676, Sous-chef d’état-major Belin au même, 3 juin 1914.

4 Ibid., 1 K 173, Fonds Andlauer, conférence du 24 octobre 1925. Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy (ADMM), 4 M 278, Instruction sur le service des renseignements à la frontière, 1er novembre 1912.

5 Bundesarchiv-Militärarchiv, Fribourg (BAMA), RW5/654, Geheimer Nachrichtendienst und Spionageabwehr des Heeres (manuscrit Gempp), 1906-1914, p. 88-91.

6 Rodolphe von Borries, « L’espionnage allemand d’avant-guerre à l’Ouest », L’espionnage et le contre-espionnage pendant la guerre mondiale d’après les archives militaires du Reich, I, Paris, Payot, 1934, p. 15.

7 Walter Nicolai, Forces secrètes, Paris, Nouvelle Revue Critique, 1932, p. 30-31.

8 BAMA, RW5/657, manuscrit Gempp, 1914-1918, p. 12-13.

9 Ibid., p. 45-46.

10 Gérald Sawicki, « Un outil du renseignement français sur l’Empire allemand : la police spéciale de la frontière de l’Est (1871-1914) », Olivier Forcade (dir.), Le secret et la puissance. Les services spéciaux et le renseignement aux XIXe et XXe siècles, Amiens, Encrage, 2007, p. 24-26 et 28-30.

11 ADMM, 4 M 278, Tableau modificatif du 31 janvier 1914 à l’instruction sur le SR à la frontière du 1er novembre 1912.

12 Ibid., 4 M 10, Commissaire spécial de police (CSP) de Nancy, 27 avril 1913.

13 Archives départementales des Vosges, 8bisM42, Note pour les commissaires spéciaux des frontières, 26 février 1913.

14 SHD/DAT, Fonds de Moscou, 1129/1387, Adrien Mallet, Étude sommaire sur la collaboration des commissaires spéciaux aux frontières avec les officiers de service de renseignements en vue de la mobilisation, novembre 1930, p. 8.

15 Lieutenant-colonel Rollin, Le service de renseignements militaires en temps de paix, en temps de guerre, Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1908, p. 27.

16 SHD/DAT, op. cit., Contre-espionnage à l’étranger avant le 2 août 1914 par la direction de la Sûreté générale.

17 Grave incident de frontière, qui faillit déclencher une guerre franco-allemande, à la suite de l’arrestation le 20 avril 1887 du commissaire spécial de police de Pagny-sur-Moselle Guillaume Schnaebelé par deux policiers allemands.

18 Gérald Sawicki, op. cit., p. 37.

19 Archives départementales du Bas-Rhin, Strasbourg (ADBR), 30 AL 3, Annexe au protocole de mesures décidées lors de la conférence interministérielle du 10 février 1888 à Berlin.

20 Archives nationales, Paris (AN), 19940503, article 24, dossier 423, CSP Avricourt, 26 juillet 1911.

21 Ibid., CSP Avricourt, 24 août 1910.

22 Ibid., CSP Belfort, 12 avril 1912.

23 Rodolphe von Borries, op. cit., p. 15.

24 Archives départementales du Territoire de Belfort, 1 M 385, Président du Conseil à préfets, 1er mai 1899.

25 Ibid., 1 M 523, Instruction secrète du 30 juin 1913 sur le contre-espionnage.

26 ADMM, 4 M 10, CSP Nancy, 27 avril 1913.

27 SHD/DAT, Fonds de Moscou, 1129/1387, Contre-espionnage à l’étranger…, op. cit.

28 ADMM, 4 M 10, CSP Nancy, 27 avril 1913.

29 Archives départementales de Moselle, Metz (ADM), 2 AL 89, Ministère d’Alsace-Lorraine à président de district, 17 décembre 1898.

30 Groupes fortifiés bétonnés autour des camps retranchés de Metz et de Thionville, reliés entre eux par une position défensive le long de la Moselle, la Moselstellung.

31 ADBR, 30 AL 2, Ministre de la Guerre von Gossler à Statthalter d’Alsace-Lorraine Hohenlohe-Langenburg, 3 août 1898.

32 Ibid., 5 novembre 1898.

33 ADM, 2 AL 89, Rapport du président de Lorraine Hammerstein, 10 mai 1899.

34 ADBR, 30 AL 2, Ministre de la Guerre von Einem à Statthalter, 23 février 1909.

35 Ibid., Protocole de la conférence tenue à Metz sur la répression de l’espionnage français, 6 novembre 1903.

36 Ibid., Gouvernement de la place forte de Metz à ministère d’Alsace-Lorraine, 10 novembre 1908.

37 Ibid., Ministre de la Guerre von Einem à Statthalter, 7 juillet 1909.

38 Ibid., 30 AL 33, Président de Lorraine au ministère d’Alsace-Lorraine, 10 octobre 1910.

39 BAMA, RW5/654, op. cit., 1906-1914, Annexe 10, Mémoire de Moltke du 29 février 1908 sur la situation du contre-espionnage en Allemagne, p. 304-310.

40 Ibid., 1906-1914, p. 106 et Bundesarchiv Berlin, R 1501/112034, Exposé des motifs d’un projet d’accord sur le contre-espionnage.

41 BAMA, RW5/654, op. cit., 1906-1914, p. 93-94 et Annexe 15, Mémoire de Moltke du 3 décembre 1912 sur la nouvelle organisation du contre-espionnage, p. 345-353.

42 Ibid., Annexe 10, Mémoire de Moltke du 29 février 1908, p. 304-310.

43 Ibid., 1906-1914, p. 102 (bis)-104.

44 Ibid., p. 106.

45 SHD/DAT, 7 N 25, EMA SR, Indications générales sur le SR en temps de guerre, 6 février 1909.

46 Ibid., 7 N 23, Décision présidentielle du 30 juillet 1896, relative aux commissaires spéciaux aux armées ; ADBR, 30 AL 2, op. cit.

47 Lieutenant-colonel Rollin, op. cit., p. 134-135.

48 SHD/DAT, Fonds de Moscou, 454/1535, Contrôle nom. du personnel de la Sûreté générale affecté aux Armées en 1914.

49 Ibid., 1129/1387, Étude sommaire sur la collaboration…, op. cit., p. 1-2.

50 BAMA, RW5/654, op. cit., 1890-1905, p. 63-64.

51 Ibid., 1906-1914, p. 92-93.

52 Ibid., p. 126-132.

53 Jacques Wullus-Rudiger, La Belgique et l’équilibre européen. Documents inédits, Paris, Berger-Levrault, 1935, p. 324-325.

54 Henri Navarre, Le service de renseignements 1871-1914, Paris, Plon, 1978, p. 18-19.

55 BAMA, RW5/654, op. cit., 1890-1905, p. 71.

56 ADBR, 30 AL 60, Ministre de la Guerre von Heeringen à Statthalter d’Alsace-Lorraine, 20 avril 1913.

57 Ibid., Ministre de la Guerre von Falkenhayn à Statthalter, 18 février 1914.

58 Ibid., 121 AL 868, Rapport du directeur des services de police de Strasbourgville Fischer, 26 octobre 1922. Henri Domelier, Au GQG allemand, Paris, La Renaissance du Livre, 1919, p. 176-177.

59 SHD/DAT, 1 N 4, Conseil supérieur de guerre, procès-verbal de la séance du 4 juin 1888.

60 BAMA, RW5/654, op. cit., 1906-1914, p. 96.

61 ADBR, 30 AL 39, Secrétaire d’État du ministère d’Alsace-Lorraine à section de l’Intérieur, 12 octobre 1912 et instruction spéciale sur le SR de guerre et le contre-espionnage en cas de mobilisation.

62 Ibid., Liste des hauts fonctionnaires devant obtenir l’instruction spéciale pour le SR, 22 novembre 1912.

63 BAMA, RW5/654, op. cit., 1906-1914, p. 98.

64 Ibid., p. 107-112. Ce personnel pouvait être confondu avec des « francs-tireurs » exclus de la Convention de la Haye. Se posait aussi la question de la fiabilité et de la loyauté des fonctionnaires alsaciens-lorrains.

65 Ibid., p 112-113 et ADM, 13 AL 26, Sous-secrétaire d’État aux Finances du ministère d’Alsace-Lorraine à président de Lorraine, 7 avril 1914.

66 Les interneurs étaient les agents qui possédaient des colombiers clandestins où étaient reçus (internés) les pigeons-voyageurs transmis par le SR.

67 SHD/DAT, 7 N 25, Instruction générale sur l’organisation et le fonctionnement du SRT, 1er février 1909.

68 AN, F7 12626, CSP Conflans-Jarny, 22 janvier 1901.

69 ADMM, 4 M 278, CSP Saint-Nicolas-de-Port, 24 mars 1914.

70 AN, 19940493, article 20, dossier 345, CSP Epinal, 16 janvier 1912.

71 ADMM, 4 M 278, CSP Saint-Nicolas-de-Port, 27 avril, 10 mai et 7 juin 1913.

72 Ibid., 10 mai 1913.

73 Ibid., 4 M 20, CSP Avricourt, 9 septembre 1910 et 4M21, CSP Conflans-Jarny, 18 septembre 1910.

74 SHD/DAT, Fonds de Moscou, 1129/1387, Étude sommaire sur la collaboration…, op. cit., p. 4.

75 Gérald Sawicki, Les services de renseignements à la frontière franco-allemande (1871-1914), thèse de doctorat d’histoire, université de Nancy 2, 2006, p. 414.

76 Ibid., p. 455-456.

77 BAMA, RW5/654, op. cit., 1906-1914, Annexe 17, Capitaine von Rohrscheid, organisation du SR dans la zone du XVIe Corps d’armée en cas d’invasion ennemie, janvier 1913, p. 388-391.

78 Ibid., 1906-1914, p. 128.

79 SHD/DAT, Fonds de Moscou, 1129/1387, Étude sommaire sur la collaboration…, op. cit., p. 2.

80 ADMM, 4 M 278, CSP Pagny-sur-Moselle, 19 mai 1900.

81 Ibid., 4 M 274, CSP Villerupt, 11 février 1900.

82 Ibid., 2 R 164, Instruction secrète du SR de Nancy, 19 août 1912 et Capitaine Graff à CSP Nancy, même jour.

83 Ibid., 4 M 19, CSP Conflans-Jarny, 27 janvier 1911.

84 Ibid., CSP Conflans-Jarny, 3 mars 1911.

85 Ibid., CSP Conflans-Jarny, 3 avril et 22 mai 1911.

86 SHD/DAT, Fonds de Moscou, carton 1129, dossier 1387, Étude sommaire sur la collaboration des commissaires spéciaux aux frontières…, op. cit., p. 2.

87 Ibid.

88 ADMM, 4 M 19, CSP Conflans-Jarny, 12 décembre 1911.

89 Ibid., 4 M 278, CSP Saint-Nicolas-de-Port, 7 et 15 juillet 1913.

90 BAMA, RW5/657, op. cit., Anlage II B, Spannungsreisen Coblentz Saarbrücken.

91 Gérald Sawicki, « Aux origines lointaines du « service action ». Sabotages et opérations spéciales en cas de mobilisation et de guerre, 1871-1914 », Revue historique des armées, no 268, 3e trimestre 2012, p. 12-22.

92 Ulrich Trumpener, « War premeditated ? German Intelligence operations in July 1914 », Central European History, IX, 1976, p. 74-75 ; BAMA, RW5/657, op. cit., 1914-1918, p. 22-23 et 48.

93 Adolphe Messimy, Mes souvenirs, Paris, Plon, 1937, p. 134.

94 Raymond Recouly, « Les Heures tragiques d’avant-guerre. III. A Paris. Récit de M. Messimy, ministre de la Guerre », Revue de France, tome 3e, 1er août 1921, p. 491.

95 SHD/DAT, Fonds de Moscou, 1129/1387, Étude sommaire sur la collaboration…, op. cit., p. 6.

96 Ibid., p. 3 et 7 ; Walter Nicolai, op. cit., p. 121.

97 SHD/DAT, op. cit., p. 4.

98 BAMA, RW5/657, op. cit., 1914-1918, p. 194-195.

99 SHD/DAT, Fonds de Moscou, 231/1560, Annotation marginale à III b, 7 août 1914, 11h30.

100 Yves Pourcher, Les jours de guerre. La vie des Français au jour le jour entre 1914 et 1918, Paris, Plon, 1994, p. 24.

101 SHD/DAT, 22 N 1326, CSP Nancy, 12 août 1914.

102 Walter Nicolai, op. cit., p. 69.

Auteur

Docteur en histoire contemporaine (Nancy), est professeur agrégé, chercheur associé au Centre régional universitaire lorrain d’histoire de l’Université de Lorraine, à Nancy. Ses recherches portent sur l’histoire de la Lorraine aux xixe et xxe siècles, à travers spécifiquement du renseignement.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search