Version classiqueVersion mobile

Renseignement et avant-guerre de 1914 en Grande Région

 | 
Gérald Arboit

Les structures frontalières de renseignement : le modèle français exportable ?

Pascal Pirot

Texte intégral

  • 1 Cf. Pascal Pirot, Le Service de surveillance et de renseignements aux frontières (SSRF), Master, h (...)

1Nous souhaiterions aborder dans le cadre de cette contribution un aspect spécifique des structures de renseignement mises en place avant la Première Guerre mondiale : le renseignement aux frontières. On décrira ici les initiatives de cet ordre développées en France et en Allemagne avant de nous focaliser sur le dispositif belge et ses influences extérieures. On abordera en particulier le Service de surveillance et de renseignements aux frontières1.

Le renseignement aux frontières

  • 2 Henri Navarre, Le service de renseignements, 1871-1944, Paris, Plon, 1978, p. 15.
  • 3 Né à Ostende en 1878, Hainaut, entré à l’armée en 1894, avait été admis en 1904 à l’École de Guerr (...)
  • 4 MRA, Fonds Moscou, 5536, Rapports divers, arrondissement de Verviers, concernant la surveillance a (...)

2Les guerres austro-prussienne de 1866 et franco-prussienne de 1870-1871 ont été révélatrices de l’importance du renseignement. À ce titre, la Prusse fit figure d’exemple2 et la tendance générale fut bientôt d’envisager de recueillir des renseignements dès le temps de paix. En matière de renseignement militaire, la guerre franco-prussienne fut encore évoquée comme un cas d’école, même plusieurs années après les faits. C’est ainsi qu’en Belgique, en 1909, le lieutenant Frédéric Hainaut3, dans une étude qu’il consacre aux services de renseignements étrangers et à ceux qu’on pourrait développer en Belgique, cite en exemple différents épisodes de cette guerre pour illustrer son propos4.

3Au début du XXe siècle en effet, il est assez généralement admis que les renseignements sur les armées adverses, en particulier en temps de guerre, ne peuvent plus guère être obtenus via les méthodes « traditionnelles ». Celles-ci consistaient bien souvent à envoyer à l’avant, lors du déclenchement des opérations militaires, des éléments issus majoritairement de la cavalerie pour observer les armées adverses. Hainaut estime que « la solution complète des problèmes étudiés peut lui échapper ». Il cite en exemple la guerre franco-prussienne de 1870. En effet, la cavalerie allemande avait été incapable de fournir des renseignements adéquats à propos des troupes françaises. Ainsi, lors de la bataille de Rezonville du 16 août, les renseignements allemands affirment que les Français marchent vers Châlons, alors qu’ils sont toujours à Metz. Il semble que les mouvements de l’armée française de la Loire restèrent longtemps mal connus des Allemands, et ce malgré les divisions de cavalerie censées observer la région. Selon Hainaut, la cavalerie est donc incapable de déterminer exactement la situation de l’adversaire, et encore moins de connaître ses intentions. Il est en effet évident qu’une unité de cavalerie, si elle parvient à pénétrer au cœur du dispositif ennemi, doit franchir bien d’autres obstacles militaires et ne peut de ce fait ne donner qu’un aperçu superficiel, si ce n’est erroné, de la situation des troupes adverses. Elle peut donc simplement « déterminer le contour apparent de l’ennemi ».

Le dispositif français

  • 5 Cf. Gérald Sawicki, supra.

4Après la guerre de 1870-1871, France et Allemagne renforcent leur frontière commune. On ne décrira pas ici dans le détail les services de renseignement qui sont abordés par d’autres dans cet ouvrage5, mais on notera tout de même que le dispositif français de renseignement à la frontière s’appuie sur plusieurs maillons essentiels. Signalons d’emblée que ces dispositifs ne se limitent pas toujours à la frontière même.

  • 6 Sébastien Laurent, « Aux origines de la “guerre des polices” : militaires et policiers du renseign (...)

5En France, un service permanent de renseignement militaire a été créé après la guerre de 1870. En 1874, le décret créant « l’état-major du ministre de la Guerre » (refonte de l’organisation préexistante) fait du Second Bureau, désormais dénommé « statistique militaire – bureau historique », un bureau d’état-major indépendant centré sur le renseignement. Cet organigramme se maintiendra jusqu’à la Première Guerre mondiale. On aura tendance à dissocier le Deuxième Bureau et la « section de statistique », qui va acquérir une autonomie de plus en plus grande, cette dernière relevant directement d’un sous-chef d’état-major6.

  • 7 Ibid., p. 778.
  • 8 Cf. par exemple la première loi réprimant l’espionnage (18 avril 1886) ainsi que les « carnets B » (...)

6On ajoute au dispositif de renseignement militaire existant un dispositif de contre-espionnage sur l’ensemble du territoire. Il est quadrillé par les 19 corps d’armée constitués par décret en 1873. L’année suivante, le ministre de la Guerre (le général de Cissey) préconise en effet de mettre en place dès le temps de paix un service de renseignement qui soit « apte à devenir actif sur le pied de guerre7 ». Il est dès lors décidé, au sein de chaque corps d’armée, de charger un officier d’état-major de la liaison avec le Deuxième Bureau. C’est ainsi que sont créés les « services territoriaux de corps d’armée » en janvier 1887, suite à un accord entre les ministres de la Guerre et de l’Intérieur. Cette initiative émane du général Georges Boulanger, à l’époque ministre de la Guerre, et s’ajoute aux mesures qu’il fit prendre en matière de surveillance des étrangers8. La tâche des services territoriaux de corps d’armée est, selon un rapport de 1887, de « dévoiler tous les faits dont les étrangers se rendraient coupables et qui parviendraient à sa connaissance ».

  • 9 Sébastien Laurent, op. cit., p. 779-783.

7Sébastien Laurent9 a montré que le rôle des militaires retraités, des membres des unions patriotiques locales, voire d’anciens conscrits, est important. À titre d’exemple, à la fin du XIXe siècle, 130 personnes font partie du service dans la première région militaire. Chaque service est dirigé par un officier en retraite et un officier d’active responsable de l’armée territoriale. Les membres sont donc surtout des « notables locaux » bien informés.

8Les services territoriaux de corps d’armée font essentiellement du contre-espionnage et centralisent en quelque sorte, à l’échelon de la région militaire, les informations (sur les suspects étrangers) recueillies par la police spéciale, la police municipale, etc. Autre caractéristique : ils ne sont pas cantonnés aux corps d’armée se trouvant aux frontières et concernent donc tout le territoire. Le ministère de l’Intérieur prendra cependant soin de préciser la relation armée-police dans le cadre des services territoriaux de corps d’armée ; la première centralise les informations, mais les mesures de surveillance sont prises par la seconde avec l’aval de sa hiérarchie. La gendarmerie joue également un rôle important en matière de renseignement. Ce domaine fait partie de ses missions traditionnelles, auxquelles Boulanger ajoute en 1886 la surveillance des étrangers.

9Du point de vue des structures de police, la IIIe République a hérité de ce qui était en place sous le Second Empire. La police des chemins de fer est créée en 1855 et se charge de la surveillance politique. Sa sphère de compétence concerne des lignes de train, des zones géographiques et, à partir de 1893, des départements. Les agents surveillent les opposants et les étrangers dans les ports et les frontières. Cette « police spéciale » comprend environ 400 membres au début du XXe siècle. Elle transmet ses rapports au préfet, mais aussi à la section de statistique. On autorisera d’ailleurs les contacts directs entre cette dernière et la police spéciale, sans passer par la direction de la Sûreté, jusqu’à la fin du XIXe siècle.

  • 10 Cf. en particulier le faux témoignage d’Eugen Czernuski, censé incriminer Alfred Dreyfus lors du s (...)

10Ce dispositif serré de surveillance des étrangers (police spéciale, gendarmerie et services territoriaux de corps d’armée) a fonctionné jusqu’à l’affaire Dreyfus. Dans le contexte de la prise de position antidreyfusarde de la quasi-totalité des membres et anciens membres de la section de statistique10, le contre-espionnage devient du ressort de la Sûreté. Les relations entre militaires et policiers sont à ce moment exécrables. Les commissaires spéciaux des frontières et du littoral se retrouvent dès lors à la tête de « secteurs territoriaux » de contre-espionnage et la « tutelle » de la section de statistique sur la police spéciale s’achève de fait. La section de statistique est rebaptisée « section de renseignements » et est strictement rattachée au Deuxième Bureau. Jusqu’en 1914, les activités de cette section seront étroitement contrôlées par l’officier supérieur commandant celui-ci. Une véritable collaboration entre Sûreté et Deuxième Bureau ne s’opérera qu’en 1908 avec l’arrivée progressive d’une nouvelle génération et en particulier la nomination d’un nouveau chef à la tête du renseignement militaire.

  • 11 Gérald Sawicki, Les services de renseignements à la frontière franco-allemande (1871-1914), thèse (...)

11Parallèlement, les postes frontière ont développé leurs activités propres. C’est le cas à Lunéville et à Nancy. Gérald Sawicki a décrit l’activité de l’état-major de la 2e division de cavalerie au sein du poste de Lunéville ainsi que l’action du lieutenant-colonel Honoré Vincent qui récoltait notamment, dans les années 1870, des informations sur les voies ferrées adverses11. Au cours de la décennie suivante, Antoine Parisot (11e division d’infanterie) développe un réseau du même type à Nancy. Il se maintiendra jusqu’à la guerre via le 20e corps. Ces deux initiatives concernent évidemment avant tout l’Alsace-Lorraine. D’autres services de nature militaire, qui recourent à des agents secrets parfois civils, sont d’ailleurs établis à Épinal et Belfort où se confondent, jusqu’à la fin du siècle, espionnage et contre-espionnage. On notera aussi la création d’un poste, en janvier 1914, à Mézières dans les Ardennes, en prévision d’un passage des Allemands par la Belgique. Celui-ci ne fournira, semble-t-il, que peu de renseignements avant la guerre.

Le dispositif allemand

  • 12 En avril 1887, Guillaume Schnaebelé, commissaire de police à Pagny-sur-Moselle et agent du SR, est (...)
  • 13 À partir de 1908, l’Allemagne possède en outre un équivalent du Deuxième Bureau français au sein d (...)

12Côté allemand, le renseignement militaire dépend de l’Abteilung (section) IIIb (Nachrichtenbüro puis Nachrichtendienst), créée en 1889. Après l’affaire Schnaebelé12, on met en place un service de renseignement spécifique à l’Alsace-Lorraine, une Zentralpolizeiteile qui a des points communs avec la Sûreté générale française. L’Allemagne met aussi en place ses propres Grenzpolizeicommissaire. Le service de renseignement militaire se renforce bientôt et on crée au sein des corps d’armée de la frontière des Nachrichtenoffiziere (officiers de renseignements)13.

13Ces Nachrichtenoffiziere, officiers spécialisés dans le renseignement (et le contre-espionnage), sont installés dans les garnisons frontière. Ils récoltent leurs propres informations et disposent d’ailleurs de leurs agents. Les informations ainsi récoltées sont transmises à Berlin. Par manque d’argent, la IIIb ne recueille des renseignements que sur la France et la Russie. Il y a d’autre part une 3e section travaillant spécifiquement sur la France et une 4e sur les forteresses étrangères. Le renseignement sur la Grande-Bretagne est par ailleurs confié à l’Amirauté, qui collabore peu avec l’armée de terre. Pour l’Autriche-Hongrie, la IIIb coopère étroitement avec l’Evidenzbüro.

  • 14 Markus Pöhlmann, « Le renseignement allemand en guerre : structures et opérations », Guerres mondi (...)

14L’action de la section IIIb en matière de renseignement militaire se révéla particulièrement efficace au moment de la crise de juillet 1914. On cite souvent le cas d’un Nachrichtenoffizier ayant rapporté d’Alenstein (Prusse orientale) la preuve de la mobilisation russe14.

15On recourut aussi aux Spannungsreisende (voyageurs des périodes de tension), dans la plupart des cas des officiers en retraite déguisés en commerçants ou en touristes envoyés à l’étranger pour y quérir des informations. C’est ainsi qu’un agent put observer les fortifications de Liège au deuxième jour de la mobilisation. Ce type de procédés avait déjà cours longtemps avant la guerre et s’appuyait également sur des ressortissants belges, parfois d’origine allemande, ou d’autres. Ce système s’effondra avec le déclenchement de la guerre pour des raisons évidentes (entrée en pays étranger plus difficile). Les Nachrichtenoffiziere prirent le relais, bientôt à même la ligne de front.

Le dispositif belge et ses influences extérieures

  • 15 En France, l’état-major de l’armée date sous cette forme de 1890. Auparavant, on parlait d’un état (...)

16En Belgique, on a créé, en matière de renseignement militaire, une 3e section « renseignements » au sein du Corps spécial d’état-major (arrêté royal du 28 octobre 1887). Mais face au refus du roi Léopold II de procéder à une refonte complète des services, on resta longtemps limité au 6e bureau de la 1re direction du ministère de la Guerre pour ce qui concerne les renseignements sur les armées étrangères. Il faut attendre la mise sur pied, le 26 juin 1910 (par arrêté royal) de l’état-major général de l’armée pour assister à la création d’un Deuxième bureau constitué sur le modèle français15. Il devient le 12 mai 1911 la 2e section de l’état-major général de l’armée qui évoque explicitement dans son règlement d’emploi la mise en place de services d’espionnage et de contre-espionnage spécialement dirigés vers la France, l’Allemagne et les Pays-Bas (sans que cela débouche sur des réalisations concrètes). En 1912, le 6e bureau « armées étrangères » du ministère de la Guerre fusionne avec la 2e section.

17Mais le dispositif d’ensemble est peu développé. Parmi les raisons pouvant expliquer cet état de fait figure en bonne place la croyance très répandue en une neutralité garantie. D’autre part, l’espionnage est perçu comme une activité vénale par les élites conservatrices. Quoi qu’il en soit, dans les réflexions sur les services de renseignements à établir en Belgique, la référence à la France et à l’Allemagne est constante. C’est notamment le cas, comme nous l’avons évoqué plus haut, dans l’importante étude rédigée en 1909 par le lieutenant Frédéric Hainaut.

18Le renseignement à la frontière va se constituer dans le cas belge de deux manières : soit via des réseaux, militaires ou non, du côté belge de la frontière, soit, comme nous le verrons plus loin, en s’appuyant en France et en Allemagne sur la bonne volonté d’agents consulaires et de ressortissants belges, ainsi que sur le concours des attachés militaires.

  • 16 Instruction confidentielle sur le service de surveillance et de renseignements à organiser à la fr (...)
  • 17 Instruction confidentielle sur le service de surveillance et de renseignements à organiser à la fr (...)
  • 18 Le lieutenant-général Harry Jungbluth, proche du roi Albert qui sera le premier chef de l’EMGA, ju (...)

19Concernant le dispositif aux frontières, on imagine dès la fin du XIXe siècle de mettre en place un Service de surveillance et de renseignements aux frontières. Créé sur le papier par un arrêté royal du 25 mars 189616, il devrait être déployé en théorie sur l’ensemble du périmètre frontalier belge, surtout face à la France et à l’Allemagne, et regrouperait des gendarmes, des douaniers et des agents des Eaux et Forêts. Ce projet est cependant âprement discuté dès les années 1890, les ministères concernés se querellant notamment sur le fait de savoir lequel paierait d’éventuelles indemnités en cas de blessure ou de décès. Se pose aussi la question de l’impréparation des douaniers et des gardes forestiers pour ce type d’activités. En 1899, on décide que les membres du Service de surveillance et de renseignements aux frontières devront se cantonner à des missions de renseignement et éviter le combat. Quelques années plus tard (en 1907), on précise que les agents ne peuvent franchir la frontière en uniforme avant que l’invasion du territoire n’ait été dûment constatée, ce qui laisse la porte ouverte à d’éventuelles missions en civil17. Avec la création de l’état-major général de l’armée, le Service de surveillance et de renseignements aux frontières est intégré à ce qui devient la 2e section. Cette fois, les querelles à propos de ce service portent sur les plans de concentration de l’armée belge. S’opposent en effet sur cette question le lieutenant-général Antonin de Selliers de Moranville, le chef d’état-major, partisan d’une concentration des troupes dans le centre du pays, et le lieutenant-colonel Louis de Ryckel, le sous-chef d’état-major, qui plaide pour une concentration des troupes le long des frontières. Dans cette optique, l’armée effectuerait ses propres observations et se passerait donc du Service de surveillance et de renseignements aux frontières18.

  • 19 C’est assez similaire au cas belge, mais pour l’entre-deux-guerres. Il y a ainsi à la gendarmerie (...)
  • 20 En Belgique, un projet de collaboration entre la douane et la Sûreté Militaire belge [SMB], se dév (...)
  • 21 Gérald Sawicki, op. cit., t. I, p. 40.

20Comme pour beaucoup d’institutions militaires belges, certains auraient voulu s’inspirer d’initiatives françaises, comme les Douaniers mobilisés et les Chasseurs forestiers. Du côté français en effet, il n’était pas rare de donner aux institutions précitées certains rôles. La gendarmerie était utilisée par le service de renseignement, surtout dans le cadre de missions de contre-espionnage19. C’est le sens des instructions de 1886 et 1887 qui concernent a priori l’ensemble des brigades de France. Les douaniers sont également sollicités pour faire état d’observations sur « ce qui se passe au-delà de la frontière », sur base semble-t-il uniquement d’ordres verbaux. Selon les cas et le zèle des agents, certains douaniers auront de bons contacts avec les renseignements et on mettra en place des postes le long de la frontière, établis dès le temps de paix et en contact avec la section de statistique et le Troisième bureau de l’état-major de l’armée20. Dans le cas présent, les administrations concernées semblent ne rien avoir eu à redire21.

  • 22 Dirk Engelen, « Renseignements, contre-espionnage et neutralité : le cas des Pays-Bas de 1914 à 19 (...)
  • 23 Ibid., p. 213. Après la crise d’Agadir de 1911, les Pays-Bas créeront d’autre part un kondschapdie (...)

21Le dispositif belge est du reste assez semblable à celui mis en place aux Pays-Bas. En mai 1906, le ministre des Finances publie une directive à destination des officiers de douane, en vue de collaborer avec le kondschapdienst (service de reconnaissance ou d’exploration de la police militaire). On demande ainsi aux douaniers de travailler avec la Koninklijke Marechaussee, la police militaire en charge du contrôle des frontières. Ils doivent lui transmettre toute observation quant aux mouvements de troupes observés en pays voisins22. À partir de 1909, le ministère de la Guerre permet le concours d’« éclaireurs civils » (particuliere kondschappers), dont le profil type et le rôle sont assez similaires à ce que prévoient les instructions régissant le Service belge de surveillance et de renseignements aux frontières ; les informations doivent être glanées auprès des colporteurs, des hôteliers, des personnes ayant des liens familiaux de l’autre côté de la frontière, etc. C’est ainsi que le ministère de la Guerre imagine un ensemble de réseaux décentralisés à la tête desquels seraient placés des chefs de division. L’activité de ces services de renseignement se déploierait en cas de mobilisation générale ou de guerre23.

  • 24 Jean de Lannoy (1882-1962) est alors capitaine de cavalerie. Officier de liaison auprès du QG brit (...)

22Vu la stagnation du Service de surveillance et de renseignements aux frontières, les autorités belges envisagent peu avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale d’affecter aux grandes unités de l’armée un officier de renseignement. En 1914, il en existe un seul, Jean de Lannoy24, attaché à la troisième division d’armée (3e DA) et à la Position fortifiée de Liège (PFL), donc face à l’Allemagne. Il est responsable du Service de surveillance et de renseignements aux frontières, mais le lieutenant-général Gérard Leman, qui commande la PFL, décide cependant de constituer au sein du 2e Lanciers, le seul régiment de cavalerie dont dispose la 3e DA, des détachements de reconnaissance (DR/PFL). Quatre pelotons de 24 hommes devront dès lors se charger de la surveillance à la frontière et du contrôle des informations fournies par le Service de surveillance et de renseignements aux frontières, lorsqu’il existera. D’autre part, de Lannoy recourt à un groupement de motocyclistes volontaires formé par Albert Snyers en 1913. Ceux-ci effectuent diverses missions de reconnaissance, principalement dans le Limbourg néerlandais, en raison de la crainte d’un contournement allemand de Liège par cette région. Ce réseau, effectif à la fin du mois de juillet 1913, installera quatre postes en territoire néerlandais (Sittard, Kerkrade, Vaals et Maastricht) et deux postes d’observation en Belgique placés à proximité de la frontière allemande (Baelen et Ster).

  • 25 Antonin de Selliers de Moranville, Contribution à l'histoire de la Guerre mondiale, 1914-1918, Bru (...)
  • 26 Le lecteur intéressé par l’activité des postes SSRF durant cette période consultera le récit du ma (...)
  • 27 On ne sait avec exactitude de qui émanent de tels ordres ; ils sont vraisemblablement l’œuvre de l (...)
  • 28 Voir à ce propos Faits d’armes du 2e Régiment de Lanciers au cours de la campagne 1914-1918, Frame (...)

23Le Service de surveillance et de renseignements aux frontières ne fonctionne effectivement qu’à la fin du mois de juillet 1914, soit quelques jours seulement (à partir du 26 juillet) avant la mobilisation générale de l’armée belge (le 1er août) et l’invasion allemande du 4 août25. 300 postes environ sont mis en place, principalement le long de la frontière belgo-allemande et au sud du Limbourg néerlandais26. Pour un résultat mitigé. En effet, si les agents glanent un certain nombre de renseignements par l’observation à même la frontière voire en territoire étranger, ils seront victimes de faux ordres de repli qui les feront quitter à deux reprises leurs postes le 2 et le 3 août, soit quelques heures seulement avant l’invasion allemande27. Les DR/PFL devront dans ce contexte infirmer les rumeurs d’invasion28.

24Signalons enfin qu’on a mis en place dans la précipitation, le 1er août 1914, un service d’espionnage et de contre-espionnage regroupant des membres de la 2e section, des gendarmes et des indicateurs. C’est d’ailleurs le 4 août seulement qu’est votée une loi réprimant l’espionnage.

Le rôle des consuls et des attachés militaires

25Si l’on s’éloigne quelque peu de la frontière même, on ne doit pas négliger l’importance d’autres canaux lorsqu’il s’agit d’obtenir des renseignements sur les armées adverses. En Belgique, pendant cette période de tergiversations que constituent la fin du XIXe siècle et le début du siècle suivant, il y eut bien quelques initiatives en matière de renseignement militaire, autres que les services de renseignement militaires ou policiers classiques. Cependant, celles-ci furent très localisées et assez peu structurées.

  • 29 Archives du Service public fédéral des Affaires étrangères, Bruxelles (ASPFAE), Fonds Neutralité-i (...)
  • 30 Ibid., lettre des Affaires étrangères, 1er mars 1909.

26Le Service de surveillance et de renseignements aux frontières tardant à se mettre en place, ministères belges de la Guerre et de l’Intérieur s’accordent en effet, en 190929, sur le recours aux agents consulaires en poste dans les pays limitrophes de la Belgique en vue de collecter des renseignements militaires dès le temps de paix. L’enjeu est de déterminer, parmi les consuls honoraires, ceux qui sont de nationalité belge et quels sont les éléments sûrs. En France, en se basant sur le critère de la nationalité, seuls les consuls belges de Tourcoing, Givet et Maubeuge sont pressentis pour ce type de mission en 1909. Par ailleurs, à l’exception du consul de Cologne Cartuyvels, tous les consuls des zones frontalières sont honoraires30.

  • 31 Léon Arendt, chef de la direction politique du ministère des Affaires étrangères, croit savoir, de (...)
  • 32 Ibid., op. cit., 9, Lettre du ministère des Affaires étrangères au ministère de la Guerre, 19 mars (...)
  • 33 En août 1911 par exemple, Thaune signale que les fabriques de couvertures achètent de fortes quant (...)
  • 34 Ibid.

27Dans un contexte où l’on semble craindre une invasion française31, Thaune, le consul de Tourcoing en poste depuis 1885, est le plus actif. Il transmet régulièrement des rapports aux Affaires étrangères32. Pour les faire parvenir, il arrive qu’il envoie les lettres au domicile particulier d’Arendt, chef de la direction politique du ministère. Il déposera aussi, plus tard, certains rapports à la poste en Belgique33. Pourtant, la quantité d’informations transmises semble assez limitée et le bilan du dispositif mis en place est donc mitigé, seul le consul Thaune semblant être véritablement actif. Aux Affaires étrangères, on estime qu’il y a bien un « service de renseignements partiellement mis sur pied », mais il est « imparfait » et doit être « sérieusement réorganisé »34.

  • 35 AGR, Papiers Léon Van der Elst, Lettre de Cartuyvels à Van der Elst, 15 août 1911.
  • 36 Marie-Thérèse Bitsch, La Belgique entre la France et l’Allemagne 1905-1914, Paris, Publications de (...)

28Les avis à propos de l’utilisation des consuls en matière de renseignements militaires sont en fait assez partagés. Jules Greindl, ministre plénipotentiaire à Berlin, y est peu favorable35, au contraire du baron Guillaume, ministre de Belgique à Paris. Greindl et ses soutiens au sein du ministère des Affaires étrangères arguent du fait que la nomination de consuls de carrière ne se justifie pas et que le ministère de la Guerre doit s’occuper du renseignement. Cette tendance finit par l’emporter. Même si les consuls sont invités à transmettre les informations importantes dont ils auraient connaissance, ce projet de réseau structuré est provisoirement abandonné36.

  • 37 Roger Faligot, Rémi Kauffer, op. cit., p. 31-33.

29Par ailleurs, en 1913, la Belgique désigne ses trois premiers attachés militaires à Londres (Maton), Berlin (de Mélotte) et Paris où est envoyé le major Auguste Collon. Le rôle des attachés militaires, ces agents détachés de l’armée pour servir au sein des missions diplomatiques, va s’avérer crucial dans l’ensemble des pays évoqués en matière de renseignement. Du côté britannique, l’Intelligence Division (dénomination utilisée à partir de 1895) est constituée par un réseau d’attachés militaires à l’étranger qui sont répartis en fonction de zones géographiques37. Le Deuxième Bureau français bénéficie quant à lui fréquemment des informations transmises par ses attachés militaires, au même titre que l’Allemagne qui possède, en 1914, 17 attachés militaires et 8 attachés navals. Les attachés militaires tiennent leurs informations de sources ouvertes, essentiellement la presse, et de discussion avec des diplomates étrangers, mais pas uniquement. Le flux de renseignements dépend du zèle de l’attaché militaire. L’intérêt des informations transmises réside dans leur fréquence régulière et dans l’étendue des zones géographiques concernées.

  • 38 Il signale des travaux de fortification à Maubeuge en septembre 1912 (ASPFAE, NIDM, 12, Lettre de (...)
  • 39 Ibid., 14, Lettre du ministère des Affaires étrangères au ministère de la Guerre, 23 janvier 1914.
  • 40 Cf. Pascal Pirot, « Le renseignement aux frontières 1896-1914 », op. cit., p. 37-46.

30L’attaché militaire belge à Paris, le major Auguste Collon, par ailleurs francophobe notoire, joue un rôle prépondérant dans la mise en place de réseaux de renseignements basés sur les sociétés d’anciens militaires belges résidant dans le nord de la France. En octobre 1913, il se prononce en effet pour le développement dans cette région de sociétés encadrées par d’anciens militaires belges d’active pour y réunir un maximum d’ex-soldats belges en congé illimité et les inciter, en cas de mobilisation, à rejoindre immédiatement la Belgique. Il préconise également la nomination de consuls de carrière à Lille, Roubaix, Tourcoing et Longwy, qui pourraient aider à organiser ces sociétés. Dans le même temps, ces organisations collecteraient et fourniraient des renseignements. En mai 1914, une première association de ce type est mise en chantier à Tourcoing sous l’impulsion du consul Thaune, qui n’avait d’ailleurs jamais véritablement cessé de fournir aux autorités un certain nombre d’informations38. Tourcoing fait ainsi office de test devant être étendu en cas de succès39. Les statuts de cette association sont approuvés par le ministère de la Guerre, qui a d’ailleurs versé un subside, en mai 1914. Le déclenchement de la guerre stoppe cependant le développement du projet40.

  • 41 L’ambassadeur d’Allemagne Greindl déclare en 1911 ne rien savoir à ce propos (AGR, Papiers Léon Va (...)
  • 42 ASPFAE, NIDM, 8. Ces deux mots sont soulignés dans le texte d’une lettre du 20 février 1909 du min (...)
  • 43 Ibid., 10, Note de L. Arendt du 20 mars 1912.

31Côté allemand, un réseau, dont on sait peu de choses (y compris au sein du ministère des Affaires étrangères41), avait jadis été organisé vers 1898 par le consul général à Cologne, Y. Cartuyvels. Il semble en effet que certains consuls de la zone frontière aient reçu dès cette époque des « instructions verbales »42 sur les renseignements à rechercher à propos des concentrations de troupes ainsi que les mesures de pré-mobilisation dans les pays voisins en période de crise internationale. Cartuyvels n’en gardera pas un très bon souvenir, car il rencontra des « difficultés extrêmes » dans la collecte des renseignements, sur lesquels les autorités du Reich tout comme la presse avaient gardé le silence. D’autre part, A. Bruls, ressortissant belge qui est consul à Aix-la-Chapelle depuis 1902, est contacté par le ministère des Affaires étrangères en 1909, qui préconise cependant une certaine « réserve »43.

  • 44 Les témoignages faisant état d’agents français ou allemands surpris sur le sol belge sont nombreux (...)

32Les dispositifs de renseignement mis en place aux frontières diffèrent en fonction des objectifs et de la situation politico-militaire de chacun des pays évoqués. En France, à côté d’un maillage serré à la frontière allemande, on se concentre surtout sur le contre-espionnage et sur la police des étrangers, fruit de la coopération, bon gré mal gré, entre autorités civiles et militaires. Au sein de l’Empire allemand, le renseignement est avant tout conçu comme une matière militaire. Entre ces deux puissances, la principale crainte de la Belgique concerne une invasion du territoire par l’un de ces deux pays qui utiliserait le territoire national pour le passage de ses troupes. D’où la priorité mise sur la constitution d’un réseau de « sonnettes d’alarme » composé d’éléments hétéroclites, quitte à délaisser le contre-espionnage44.

  • 45 Markus Pöhlmann, Gérald Sawicki et Pascal Pirot
    © Zentrum für Militärgeschichte und Sozialwissensch (...)

Dispositions des services de renseignement (SR) et des armées en Grande Région à la veille de la Première Guerre mondiale45

Dispositions des services de renseignement (SR) et des armées en Grande Région à la veille de la Première Guerre mondiale45

Notes

1 Cf. Pascal Pirot, Le Service de surveillance et de renseignements aux frontières (SSRF), Master, histoire, Liège, 2010 et « Le renseignement aux frontières 1896-1914 », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 241, 2011/1, p. 33-49.

2 Henri Navarre, Le service de renseignements, 1871-1944, Paris, Plon, 1978, p. 15.

3 Né à Ostende en 1878, Hainaut, entré à l’armée en 1894, avait été admis en 1904 à l’École de Guerre. Promu capitaine au corps d’état-major en 1910 et affecté à la 3e division d’armée, il deviendra en 1916, suite à une maladie contractée au front, attaché militaire à Berne et sera nommé major en 1917. Pensionné en 1920, il devient lieutenant-colonel honoraire en 1930 (Bruxelles, Musée royal de l’armée et d’histoire militaire [MRA], 13195).

4 MRA, Fonds Moscou, 5536, Rapports divers, arrondissement de Verviers, concernant la surveillance augmentée, 1939-1940, Frédéric Hainaut, Service de renseignements, 16 novembre 1909.

5 Cf. Gérald Sawicki, supra.

6 Sébastien Laurent, « Aux origines de la “guerre des polices” : militaires et policiers du renseignement dans la République (1870-1914) », Revue historique, 2005/4, no 636, pp. 767-773.

7 Ibid., p. 778.

8 Cf. par exemple la première loi réprimant l’espionnage (18 avril 1886) ainsi que les « carnets B » de la gendarmerie listant les étrangers « suspects » dans chaque département.

9 Sébastien Laurent, op. cit., p. 779-783.

10 Cf. en particulier le faux témoignage d’Eugen Czernuski, censé incriminer Alfred Dreyfus lors du second procès tenu à Rennes en 1899, en fait acheté par un membre de la section de statistique [Sébastien Laurent, op. cit., p. 787-788].

11 Gérald Sawicki, Les services de renseignements à la frontière franco-allemande (1871-1914), thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université de Nancy 2, 2006, t. I, p. 27.

12 En avril 1887, Guillaume Schnaebelé, commissaire de police à Pagny-sur-Moselle et agent du SR, est victime d’un piège tendu par les services secrets allemands et arrêté. Alors que la France proteste et envisage de lancer un ultimatum, Bismarck décide la libération de Schnaebelé et la guerre est évitée.

13 À partir de 1908, l’Allemagne possède en outre un équivalent du Deuxième Bureau français au sein de son état-major. D’autre part, les structures d’espionnage économique mises en place au sein des grands groupes industriels, tels Krupp-von Bohlen, sont très développées comparativement aux autres pays d’Europe [Roger Faligot, Rémi Kauffer, Histoire mondiale du renseignement, 1, 1870-1939, Paris, Fayard, 1986, p. 15].

14 Markus Pöhlmann, « Le renseignement allemand en guerre : structures et opérations », Guerres mondiales et conflit contemporains, 2008/4, no 232, p. 5-24.

15 En France, l’état-major de l’armée date sous cette forme de 1890. Auparavant, on parlait d’un état-major général du ministre de la Guerre, créé en juin 1871 [William Serman, Jean-Paul Bertaud, Nouvelle histoire militaire de la France, Paris, Fayard, 1998, p. 512-513].

16 Instruction confidentielle sur le service de surveillance et de renseignements à organiser à la frontière, Bruxelles, Imprimerie J.-B. Stevens, 1896.

17 Instruction confidentielle sur le service de surveillance et de renseignements à organiser à la frontière, prescriptions complémentaires, Bruxelles, Guyot Frères, 1908.

18 Le lieutenant-général Harry Jungbluth, proche du roi Albert qui sera le premier chef de l’EMGA, juge quant à lui impensable de laisser ce SSRF « hétérogène », composé « d’éléments étrangers à l’armée » et « peu apte au rôle qui leur est dévolu », seul à la frontière, alors que l’armée serait concentrée au centre du pays. Il exclut en tout cas d’attribuer un quelconque rôle « défensif » au SSRF, mais estime qu’il pourrait cependant être cantonné à une mission d’observation et de renseignement [Mémoires du Lieutenant-Général Baron de Ryckel, sous-chef d’état-major de l’Armée belge en 1914 puis chef de la Mission Militaire Belge au Grand Quartier Général des Armées Impériales de Russie, Paris, Chapelot, 1920, p. 153-156].

19 C’est assez similaire au cas belge, mais pour l’entre-deux-guerres. Il y a ainsi à la gendarmerie de Verviers (située à une quinzaine de kilomètres de la frontière allemande) un « Service spécial » qui se charge de faire des enquêtes sur certaines personnes, en plus des missions d’observation et de renseignement à la frontière menées dans le cadre du SSRF [MRA, Fonds Moscou, boite 5536, Rapports divers, arrondissement de Verviers, concernant la surveillance augmentée, 1939-1940, Lettre du maréchal des logis Laloux au commandant de la brigade de gendarmerie de Verviers].

20 En Belgique, un projet de collaboration entre la douane et la Sûreté Militaire belge [SMB], se développera après la guerre. La SMB, en charge de l’espionnage et du contre-espionnage au sein de la 2e Section, a été créée en 1917. Il s’agirait d’établir « une liaison entre les employés de la douane et les agents de la Sûreté Militaire en vue d’une surveillance combinée aux frontières ». Ce projet ne se concrétisera cependant pas [Archives générales du royaume (AGR), Bruxelles, Fonds Administration des douanes et accises, Lettre du ministre des Finances au ministre de la Guerre, 21 décembre 1918].

21 Gérald Sawicki, op. cit., t. I, p. 40.

22 Dirk Engelen, « Renseignements, contre-espionnage et neutralité : le cas des Pays-Bas de 1914 à 1940 », Frédéric Guelton, Abdil Bicer, Naissance et évolution du renseignement dans l’espace européen (1870-1940). Entre démocratie et totalitarisme, quatorze études de cas, Vincennes, Service historique de la défense, 2006, p. 212.

23 Ibid., p. 213. Après la crise d’Agadir de 1911, les Pays-Bas créeront d’autre part un kondschapdienst naval ainsi qu’un service de renseignements militaire qui prendra le nom de Studiebureau Vreemde Legers (bureau d’étude pour les armées étrangères).

24 Jean de Lannoy (1882-1962) est alors capitaine de cavalerie. Officier de liaison auprès du QG britannique pendant la guerre, il jouera un rôle de premier plan dans le soutien belge au séparatisme rhénan jusqu’en 1922. Colonel d’état-major en 1931, chef de corps du 1er Lanciers et enfin général honoraire (MRA, dossier officier no 13765).

25 Antonin de Selliers de Moranville, Contribution à l'histoire de la Guerre mondiale, 1914-1918, Bruxelles, Lavauzelle & Cie, 1933, p. 128.

26 Le lecteur intéressé par l’activité des postes SSRF durant cette période consultera le récit du maréchal des logis Peiffer. Ce dernier est présent au sein de la brigade de gendarmerie de Gemmenich, située au carrefour des « trois frontières » entre Belgique, Allemagne et Pays-Bas. Ce témoignage fondamental est manifestement le seul fait par un agent du SSRF pour la période antérieure à la Première Guerre mondiale. Il est conservé au Centre histoire et tradition de la gendarmerie d’Etterbeek et a été publié par la revue Mémo sous le titre « Campagne de 1914 de la brigade de gendarmerie de Gemmenich », no 7, 1982.

27 On ne sait avec exactitude de qui émanent de tels ordres ; ils sont vraisemblablement l’œuvre de l’ennemi agissant avec la complicité de ressortissants allemands résidant sur le territoire belge ou d’agents doubles. Le second faux ordre de repli émanerait de Charles Troupin, ancien sergent de l’armée belge qui avait un temps offert ses services aux renseignements et qui sera fusillé pendant la guerre pour faits d’espionnage [Centre d’études et de documentation guerres et sociétés contemporaines (CEGES), Bruxelles, Fonds 2e bureau français, conversation avec Jean de Lannoy rapportée dans le rapport no 310/S de l’attaché militaire français à Bruxelles, 28 novembre 1928]. Ces épisodes témoignent également de la faiblesse du système de communication de l’armée belge qui ne dispose pas d’un réseau de télégraphe et de téléphone propre et « sécurisé ».

28 Voir à ce propos Faits d’armes du 2e Régiment de Lanciers au cours de la campagne 1914-1918, Frameries et Bruxelles, Union des Imprimeries, 1925 ; Francis Balace, « Les troupes légères dans la défense de Liège (août 1914) », Bulletin d’information du Centre Liégeois d’histoire et d’archéologie militaires, t. IX, fasc. 11, 2006, p. 39-47.

29 Archives du Service public fédéral des Affaires étrangères, Bruxelles (ASPFAE), Fonds Neutralité-indépendance – Défense militaire de la Belgique (NIDM), 8, Lettre du ministère de la Guerre au ministère des Affaires étrangères, 18 janvier 1909.

30 Ibid., lettre des Affaires étrangères, 1er mars 1909.

31 Léon Arendt, chef de la direction politique du ministère des Affaires étrangères, croit savoir, de la bouche d’un journaliste français, que la France pourrait, en prévision d’une offensive de l’aile droite de l’armée allemande, passer sur le territoire belge et le nord du Grand-Duché de Luxembourg (ibid.)

32 Ibid., op. cit., 9, Lettre du ministère des Affaires étrangères au ministère de la Guerre, 19 mars 1909.

33 En août 1911 par exemple, Thaune signale que les fabriques de couvertures achètent de fortes quantités de laine. Il note aussi le rappel de certains gradés et donne quelques informations concernant les instructions sur la mobilisation de l’armée (ibid., op. cit., 10, Note d’Arendt datée du 12 mars 1912).

34 Ibid.

35 AGR, Papiers Léon Van der Elst, Lettre de Cartuyvels à Van der Elst, 15 août 1911.

36 Marie-Thérèse Bitsch, La Belgique entre la France et l’Allemagne 1905-1914, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 485.

37 Roger Faligot, Rémi Kauffer, op. cit., p. 31-33.

38 Il signale des travaux de fortification à Maubeuge en septembre 1912 (ASPFAE, NIDM, 12, Lettre de Thaune, 5 septembre 1912). En septembre de l’année suivante, il se rend en Belgique pour présenter ses observations (ibid., op. cit., 13, Lettre datée du 12 septembre 1913).

39 Ibid., 14, Lettre du ministère des Affaires étrangères au ministère de la Guerre, 23 janvier 1914.

40 Cf. Pascal Pirot, « Le renseignement aux frontières 1896-1914 », op. cit., p. 37-46.

41 L’ambassadeur d’Allemagne Greindl déclare en 1911 ne rien savoir à ce propos (AGR, Papiers Léon Van der Elst, Lettre de Y. Cartuyvels à L. Van der Elst, 15 août 1911).

42 ASPFAE, NIDM, 8. Ces deux mots sont soulignés dans le texte d’une lettre du 20 février 1909 du ministère des Affaires étrangères à celui de la Guerre.

43 Ibid., 10, Note de L. Arendt du 20 mars 1912.

44 Les témoignages faisant état d’agents français ou allemands surpris sur le sol belge sont nombreux. La presse fera par exemple grand cas de reconnaissances automobiles effectuées par des agents du Deuxième Bureau français accompagnés de gradés tels que le général Taufflieb, le colonel Picard et le lieutenant-colonel Delors. En septembre 1912, ceux-ci se rendent en effet en Belgique pour y étudier les axes potentiels de pénétration allemands. Ils visitent ainsi le champ d’aviation de Kiewit et circulent le long des fortifications d’Anvers. Filé par la gendarmerie, le groupe doit s’arrêter à Namur, où le colonel Picard tombe malade et la presse s’empare de l’affaire. On peut encore citer les cas de survol de la Belgique par des avions partis de Maubeuge ou des ballons allemands ayant atterri sur le territoire national (Francis Balace, « Guerre secrète, secrets de guerre », Christine Maréchal, Claudine Schloss, 1914-1918, vivre la guerre à Liège et en Wallonie, Alleur, Éditions du Perron, 2014, p. 271-272).

45 Markus Pöhlmann, Gérald Sawicki et Pascal Pirot
© Zentrum für Militärgeschichte und Sozialwissenschaften der Bundeswehr, Potsdam (Allemagne)

Table des illustrations

Titre Dispositions des services de renseignement (SR) et des armées en Grande Région à la veille de la Première Guerre mondiale45
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/29278/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 367k

Auteur

Docteur en histoire contemporaine (Liège), est chercheur post-doctorant au Centre d’histoire des sciences et des techniques de l’Université de Liège.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search